Notes sur la consolidation de la paix

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Notes sur la consolidation de la paix"

Transcription

1 Notes sur la consolidation de la paix Juin 2015 Ceci est le premier numéro d un nouveau bulletin du Bureau d appui à la consolidation de la paix (PBSO). Chaque trimestre, nous vous donnerons des informations sur les événements liés à la consolidation de la paix aux Nations Unies, notamment l action diplomatique de la Commission de la consolidation de la paix, les investissements du Fonds pour la consolidation de la paix et les questions de politique importantes pour les Nations Unies et au-delà. Bonne lecture! Dans ce numéro: Message du Président de Commission de consolidation de la paix et du Sous- Secrétaire général chargé du Bureau d appui à la consolidation de la paix.1 Cinq années à la tête de la Formation Burundi de la Commission de consolidation de la paix.2 L élargissement de l autorité active de l État et l établissement...6 Les flux financiers illicites.9 Une brève histoire des contributions et allocations du PBF.12 Message du Président de Commission de consolidation de la paix et du Sous- Secrétaire général chargé du Bureau d appui à la consolidation de la paix L examen global, actuellement en cours du dispositif des Nations Unies pour la consolidation de la paix, 10 ans apre s sa mise en place, marque une e tape de cisive qui façonnera les interventions futures de l Organisation dans les situations d apre s conflit. C est l occasion de mettre se rieusement a l e preuve notre engagement collectif, en tant qu Etats Membres et entite s ope rationnelles des Nations Unies, pour faire face aux innombrables de fis qu affrontent les pays touche s par un conflit violent ou qui en sortent. Il est heureux que cet examen se tienne paralle lement aux examens relatifs aux ope rations de paix et Il est heureux que cet examen se tienne paralle lement aux revues des ope rations de paix et de l'agenda du Conseil de Se curite sur Femmes, Paix et Se curite, ainsi qu aux processus conduisant aux objectifs de Notes sur la consolidation de la paix numéro 1, Juin

2 S.E.M. Olof Skoog, Président de la Commission de consolidation de la paix Foto ONU/Evan Schneider M. Oscar Fernández-Taranco, Sous-Secrétaire général chargé du Bureau d appui à la consolidation de la paix Foto ONU/Eskinder Debebe de veloppement durable et au renouvellement de l engagement en faveur du financement du de veloppement. Les Nations Unies proce dent a une profonde introspection qui pourrait donner lieu a des re formes de grande ampleur. Cette occasion doit e tre saisie. A l heure ou l action des Nations Unies dans les domaines de la se curite et du de veloppement est simultane ment passe e a la loupe, nous n oublions pas que les dirigeants du monde proclamaient en 2005 que la se curite, le de veloppement et les droits de l homme sont interde pendants et comple mentaires. L e volution de la nature des conflits renforce la ne cessite de mieux articuler cette interde pendance dans les politiques, les instruments et les structures des Nations Unies. Dans ce contexte, la vision qui avait pre side a la cre ation de la Commission de la consolidation de la paix, du Fonds pour la consolidation de la paix et du Bureau d appui a la consolidation de la paix, en 2005, garde aujourd hui toute sa pertinence. Ces composantes peuvent contribuer de façon plus cohe rente et efficace au dispositif de paix et de se curite des Nations Unies, car il est possible de faire mieux et il importe aujourd hui d adapter ces composantes aux re alite s nouvelles. Anticipant les conclusions de l examen du dispositif de consolidation de la paix, la Commission de consolidation de la paix s engage dans une action ambitieuse qui vise a tirer le meilleur parti de sa structure intergouvernementale unique, a rallier et a aller audevant de tre s nombreux partenaires au sein et en dehors du syste me des Nations Unies. La Commission s est surtout consacre e a des questions qui concernent directement les pays ou elle intervient, par exemple en appuyant les efforts de ploye s par l Afrique dans la lutte contre les flux financiers illicites et en attirant l attention sur les dimensions de consolidation de la paix que reve tent les actions de lutte contre l E bola. De me me, a la faveur de ses interventions dans les pays, la Commission a accorde toute l attention requise a l inte gration d une vision re gionale et a la prise en compte de l e galite des sexes, montrant ainsi son engagement en faveur d une action de consolidation de la paix be ne ficiant a tous. Plus particulie rement, la session annuelle de 2015 de la Commission se penche sur une dimension essentielle de la consolidation de la paix qui continue d e chapper aux efforts mene s par la communaute internationale pour s assurer que les programmes de consolidation de la paix be ne ficient de financements pre visibles. La session se tient un jour avant la re union annuelle des parties prenantes du Fonds pour la consolidation de la paix. Le Fonds a lui aussi e volue pour devenir un instrument reconnu pour le financement catalytique d activite s cruciales dans les domaines de la se curite, de la politique et du rele vement, bien que sa porte e soit limite e du fait de sa taille actuelle. Le Fonds pourrait porter davantage les activite s de consolidation de la paix s il disposait de ressources suffisantes pour mener plus rapidement des activite s a plus grande e chelle lorsque se pre sentent des occasions fragiles d agir a la faveur de re glements politiques. Cinq années à la tête de la Formation Burundi de la Commission de consolidation de la paix de S. E. M. Paul Seger, Président de la Commission de consolidation de la paix, Formation Burundi L orsque mon prédécesseur à la tête de la Formation Burundi de la Commission de consolidation de la paix, l Ambassadeur Peter Maurer, me demanda en juin 2010 si j acceptais de lui succe der, je n avais pas la moindre ide e de ce qu e tait la consolidation de la paix, ni me me de l emplacement pre cis du Burundi sur une carte ge ographique. Cinq ans apre s, je peux dire que le Burundi a 2 Notes sur la consolidation de la paix numéro 1, Juin 2015

3 conside rablement progresse et que j ai moime me beaucoup appris. En 2010, mon souhait le plus ardent aurait e te de disposer d un manuel pour savoir ce que le Pre sident de la Formation est cense faire et ne pas faire. Malheureusement, le manuel «La consolidation de la paix pour les de butants» n a pas encore e te e crit. J ai cependant fini par comprendre ce qu implique le travail de conduire une formation pays de la Commission de consolidation de la paix. S. E. M. Paul Seger, Représentant Permanent de la Suisse auprès des Nations Unies et Président de la Commission de consolidation de la paix, Formation Burundi, présente au Conseil de Sécurité la situation au Burundi, 5 Novembre 2014 Foto ONU/Eskinder Debebe Au moment, ou je passe la main a mon tour, il m est agre able de partager certains enseignements. Je le fais en toute modestie, sans pre tention de ge ne ralisation, chaque pays e tant un cas unique par rapport aux autres. D une certaine façon, la relation entre la Formation et le pays concerne, c est un peu comme un mariage. C est une union librement consentie, mais les deux parties doivent veiller constamment a la renforcer pour la rendre heureuse. Comme dans toute relation, j ai connu dans mes fonctions des hauts et des bas. Pour e tre franc, cette relation n a pas commence comme un coup de foudre. A mon arrive e a l ae roport de Bujumbura en juillet 2010, j appris d abord la perte de mes bagages, puis que ma visite avait e te annule e. Je n ai plus revu mes bagages, mais je fus secouru par le Repre sentant spe cial du Secre taire ge ne ral Charles Petrie, qui, imme diatement, mit a ma disposition une partie de sa garde-robe. Et il apparut a la fin que l annulation de la visite n e tait qu un malentendu et mon programme se poursuivit comme pre vu. Les cinq dernie res anne es de mon travail avec la Commission de consolidation de la paix peuvent e tre divise es en trois phases: la phase poste lectorale, entre 2010 et 2012; les activite s relatives au Document de strate gie pour la re duction de la pauvrete et le processus de Gene ve, entre 2012 et 2014, et la phase e lectorale pre -2015, qui est toujours en cours au moment de la publication de cet article. La premie re phase a e te largement domine e par les conse quences des e lections de Celles-ci consacre rent la victoire e clatante du Conseil national pour la de fense de la de mocratie-forces pour la de fense de la de mocratie (CNDD-FDD) et la re e lection du Pre sident Pierre Nkurunziza, malgre le boycott du scrutin par plusieurs partis d opposition. Ces e lections ont e te suivies par des affrontements entre des groupes pre tendument lie s aux Forces nationales de libe ration (FNL) et aux forces de se curite, le plus violent de ces affrontements ayant eu lieu en septembre 2011 a Gatumba. La Formation mit l accent sur la se curite, le processus politique et les droits de l homme et chercha essentiellement a faire face aux tensions provoque es par les e lections de 2010, ainsi qu a la promotion de la re insertion socioe conomique. Les relations avec le Gouvernement burundais e taient difficiles et en deux occasions, celui-ci exprima son intention de mettre un terme a son engagement avec la Commission. Les relations se re chauffe rent conside rablement lorsque la Formation apporta son appui au nouveau Document de strate gie pour la re duction de la pauvrete II (PRSP-II), a travers lequel nous avons e tabli un partenariat solide avec la Banque mondiale et son Directeur de pays, Philip Dongier. Avec d autres membres de la Commission, nous avons donne des conseils sur le processus de planification du PRSP-II en veillant a ce que les aspects lie s a la consolidation de la paix soient pris en compte et a ce que la socie te civile burundaise y participe. A la demande du Gouvernement burundais, mon gouvernement et moi-me me avons organise une confe rence des partenaires, qui s est tenue en octobre 2012 a Gene ve, au cours de laquelle plus de 100 de le gations bilate rales et multilate rales Notes sur la consolidation de la paix numéro 1, Juin

4 ont fait des annonces de contribution pour un montant total de 2,6 milliards de dollars. Le plus important du point de vue de la consolidation de la paix est que la confe rence a donne au Gouvernement l occasion de s engager dans un dialogue ouvert et dans des re formes, ce qui a cre e une atmosphe re d engagement mutuel et une dynamique positive. Lors de deux re unions de suivi, nous avons favorise la concertation et la programmation dans divers secteurs inscrits dans le PRSP-II, tandis que le montant des annonces de contribution atteignait 3,5 milliards de dollars. Dans les mois qui ont suivi la confe rence des partenaires, plusieurs politiciens en exil rentre rent au pays et le Burundi renforça sa participation aux ope rations de paix des Nations Unies, contribuant ainsi a la stabilite des autres. Cependant, la dynamique de re forme cre e e a Gene ve s affaiblit progressivement. En 2013, de nouvelles lois restreignirent les activite s des ONG, des me dias et du droit de manifester et le Gouvernement proposa des re formes constitutionnelles controverse es, que le parlement rejeta par la suite. En mars et avril 2014, la confiance entre le Burundi et ses partenaires fut une fois de plus mise a l e preuve a la suite de violentes confrontations avec les partis d opposition, d alle gations de distribution d armes et de la participation de jeunes affilie s au parti au pouvoir a des violences. La pe riode pre e lectorale avait de ja commence en janvier Malgre bien des e volutions positives, dont l adoption d un code e lectoral et d un code de conduite de meilleure facture, les partis d opposition et la socie te civile se plaignirent du manque d espaces d expression politique et de harce lements fre quents. Alarme, le Gouvernement de pe cha des e missaires a New York. Ils me demande rent d aider a re tablir la confiance avec les partenaires internationaux. Je leur proposai de tenir une table ronde avec les principaux partenaires afin de ressusciter «l esprit de Gene ve». Celle-ci eu lieu en de cembre 2014 a Bujumbura. Les participants se penche rent sur les progre s enregistre s dans la mise en œuvre des engagements mutuels pris a la confe rence des partenaires de 2012, les e lections de 2015 «D une certaine façon, la relation entre la Formation et le pays concerné, c est un peu comme un mariage. C est une union librement consentie, mais les deux parties doivent veiller constamment à la renforcer pour la rendre heureuse.» -S. E. M. Paul Seger et les relations futures entre le Burundi et les Nations Unies au terme du mandat du Bureau des Nations Unies au Burundi (BNUB). Ils s accorde rent sur un communique commun dans lequel ils appele rent a redoubler d efforts pour mettre en œuvre le PRSP-II, poursuivre le partenariat avec le Burundi et œuvrer pour que les e lections de 2015 soient pacifiques, libres, re gulie res et ouvertes a tous. Le calendrier actuel pre voit que pe riode des e lections s e talera jusqu en aou t 2015, avec les e lections pre sidentielles au centre de l attention. La ferveur pre e lectorale a e te accompagne e par une monte e importante de la tempe rature politique. La question la plus e pineuse est celle de savoir si le Pre sident du Burundi sera candidat a un autre mandat. Sans aller au fond de la question, on ne peut que constater que cette candidature divise profonde ment la socie te burundaise et pourrait porter atteinte aux progre s conside rables accomplis sur le chemin de l unite, de la paix et de la stabilite du pays. Au cours de ma dernie re visite, en avril, j ai appele avec force l ensemble des acteurs politiques a trouver des solutions de raison et de cohe sion. Apre s ma visite, le CNDD-FDD a de signe le Pre sident Nkurunziza comme son candidat a l e lection pre sidentielle. Cette de cision a e te suivie des manifestations violentes causant des morts. Les semaines passe es ont connu une de te rioration de la situation, avec un afflux massif des re fugie s et une tentative de coup d e tat des manifestations violentes. Au moment de la re daction de la pre sente contribution, je m efforce avec l ONU et la communaute internationale de de samorcer la crise. Bien que les positions se soient durcies, il n y a pas d alternative au dialogue et a la 4 Notes sur la consolidation de la paix numéro 1, Juin 2015

5 re conciliation en vue de la tenue d e lections libres, re gulie res, ouvertes a tous et pacifiques. Les Burundais ont trop souffert dans le passe ; ils ont besoin et ils me ritent la paix, la liberte et l unite -base es sur les Accords d Arusha. Pendant toute la dure e de mon mandat, les relations entre la Commission de consolidation de la paix et le Fonds pour la consolidation de la paix sont devenues plus claires et plus synergiques. Avec le Bureau d appui a la consolidation de la paix et nos partenaires dans le pays, nous avons appris a e tablir des strate gies conjointes pour de terminer les actions prioritaires et, ainsi, faire le meilleur usage des ressources limite es du Fonds du Secre taire ge ne ral. L action diplomatique de la Commission et les activite s programmatiques du Fonds sont distinctes, mais doivent e tre relie es dans le cadre d une strate gie conjointe. «Sept secrets concernant la consolidation de la paix» La pre sidence d une Formation de consolidation de la paix est un exercice continu, un processus d apprentissage par la pratique quotidienne. En espe rant que mon expe rience servira a d autres, je suis heureux de partager mes «Sept secrets concernant la consolidation de la paix». 1. Connaître son rôle. La maı trise nationale du processus est essentielle. La Formation a un ro le consultatif. Elle ne peut rien imposer, mais elle fait des propositions. Le Pre sident est en quelque sorte un navigateur qui monte a bord pour aider le capitaine du bateau a e viter les e cueils et a passer a travers les tempe tes pour atteindre des eaux calmes. Mon travail, je l ai fait, pour l essentiel, dans la discre tion, ce qui a souvent eu plus d impact que les activite s publiques de la Formation. 2. Créer un climat de confiance. Il faut pour cela e tre honne te, juste et re ceptif. J ai ainsi essaye de suivre le conseil d un ho telier suisse qui, a propos de ses prestations, me disait: «Si vous aimez, dites-le aux autres, si vous n aimez pas, dites-le moi». Mes visites re gulie res ont montre mon investissement dans cette vision et ont contribue peu a peu a e tablir la confiance. 3. Être patient et passionné. Montrer un esprit d amitie et de l affection pour le pays et ses habitants. Mais, faire preuve de patience car il faut du temps pour ba tir et les e checs font partie de cette entreprise. 4. Établir de bonnes relations de travail avec l ONU, que ce soit sur le terrain ou à New York. Il est essentiel que les relations avec le repre sentant local de l ONU soient bonnes. Montrez bien que vous e tes la pour e couter et aider pluto t que pour imposer vos avis. 5. Être partie prenante de l action des membres de la Formation en obtenant leur appui et leurs avis. Envisager de cre er des me canismes informels et le gers de dialogue tels que les «groupes de direction», tout en informant tous les membres de la Formation. 6. Aller au contact de tous les acteurs et parties prenantes. Il est essentiel de gagner l inte re t et l appui du Conseil de se curite, du Secre tariat de l ONU, du PNUD, des institutions financie res internationales, des organisations re gionales et des pays voisins. Cela aide a montrer que le pays n est pas tombe dans l oubli du fait de crises plus pressantes. 7. Pas de paix sans développement. Bien prendre conscience de l importance que reve t le de veloppement socioe conomique et du secteur prive pour la promotion de la stabilite politique. La Commission de consolidation de la paix est un instrument unique pour couvrir les aspects politiques et de de veloppement de la consolidation de la paix, les deux dimensions ayant la me me pertinence. Enfin, j aimerais remercier les membres de la Formation, qui ont apporte un appui financier aux programmes du Burundi, les organisations re gionales et les pays africains, qui ont donne des conseils politiques, ainsi que la Banque mondiale, le Fonds mone taire international, la Banque africaine de de veloppement et l Union europe enne pour leur soutien politique, technique et financier. Mes remerciements vont e galement a toutes les personnes qui, par leur appui et leur patience, m ont aide a mieux comprendre et mieux assumer ma mission, notamment la tre s compe tente e quipe du Bureau d appui a la Notes sur la consolidation de la paix numéro 1, Juin

6 consolidation de la paix sous la conduite du Sous-Secre taire ge ne ral charge du Bureau d appui a la consolidation de la paix, M. Oscar Ferna ndez-taranco, ainsi que le pre ce dent repre sentant spe cial du Secre taire ge ne ral au Burundi, M. Parfait Onanga Anyanga. J ai e galement appre cie le dialogue et la relation amicale avec Gouvernement burundais et ses repre sentants a Bujumbura et New York. L élargissement de l autorité active de l État et l établissement de relations entre l État et la société de PBSO Dans une information rapporte e le 21 mars 2015, on a souligne «le retour de l autorite de l E tat» a Ndele, une re gion particulie rement touche e par le conflit dans le nord de la Re publique centrafricaine. Ce «retour», c e tait simplement celui du maire et de cinq gendarmes, mais il a e te ce le bre comme un e ve nement majeur 1. L e largissement ge ographique de l autorite de l E tat est une question essentielle dans de nombreux pays sortant d un conflit, car il est annonciateur d une plus grande se curite pour les habitants et d une reprise des activite s de de veloppement. Conscient de ce fait, le Conseil de se curite charge souvent les missions de maintien de la paix de re tablir l autorite de l E tat. L e largissement de l autorite de l E tat qui est peut-e tre mieux compris comme l ame lioration des services publics et des relations entre l E tat et la socie te au niveau local peut e galement e tre prioritaire dans des contextes ou il n y a pas de mission de maintien de la paix car l absence de l E tat peut elle-me me e tre cause de fragilite et de conflit. L appui au re tablissement de l autorite de l E tat pre sente de nombreux de fis. Bien que l ame lioration de l acce s de la population a la justice, a la se curite et aux services sociaux de base est largement conside re e comme une importante contribution a la consolidation de la paix, le renforcement de la capacite des 1 «[Reportage] RCA: les habitants de Ndele veulent rompre l isolement, RFI, publié le 22 mars 2015». E tats a assumer ces fonctions partout dans le pays est une ta che complexe. Comment de finir les priorite s face a tant de besoins tels que la justice, la police, l acce s a la sante et aux fonctions administratives comme l e tat civil et les services fonciers dans des re gions e loigne es et sous-e quipe es? Comment s assurer que le comportement des services de police ou des douanes re cemment de ploye s contribue a ame liorer la se curite (et ne perpe tue pas, au contraire, les vieilles habitudes qui peuvent cre er des conflits)? Estce que les choix ge ographiques effectue s sont efficaces? Si oui, comment agir e quitablement? Comment faire participer les communaute s, rendre les collectivite s locales responsables et faire renaı tre la confiance de la population a l e gard des autorite s locales? Comment faire en sorte que les divers acteurs travaillent a la re alisation d objectifs communs lorsque les capacite s de gestion de l appui externe sont limite es? Comment s appuyer comme il convient sur des me canismes traditionnels ou alternatifs et, en me me temps, e tablir un e quilibre effectif avec les plans nationaux? Compte tenu de la complexite de chaque contexte, il n existe pas d approche de l e largissement de l autorite active de l E tat qui fonctionne partout. Le Fonds pour la consolidation de la paix, qui a investi plus de 60 millions de dollars depuis 2009 dans ce domaine, doit agir en plus e troite collaboration avec les de partements des affaires politiques et des ope rations de maintien de la paix, le PNUD et d autres acteurs afin d ame liorer son action et de mieux montrer comment il contribue a l ame lioration des relations entre l E tat et la socie te. République centrafricaine: conduire des approches coordonnées et globales du rétablissement de l autorité de l État Compte tenu du caracte re pluridimensionnel de l e largissement effectif de l autorite de l E tat, le Fonds se singularise par sa capacite de re unir diverses entite s des Nations Unies. C est ainsi qu en 2015, il appuiera une action pluripartite en Re publique centrafricaine pour favoriser l autorite du Ministe re de l administration territoriale et dynamiser les actions conjointes que me nent la MINUSCA, la Banque mondiale, le PNUD et d autres organismes des Nations Unies afin de 6 Notes sur la consolidation de la paix numéro 1, Juin 2015

7 synchroniser un ensemble de mesures d appui aux collectivite s locales. Il s agit de renforcer la pre sence de l E tat et d ame liorer la vie quotidienne des habitants. La MINUSCA contribuera directement a la se curite gra ce aux Casques bleus et le Gouvernement de ploiera des forces de police et de gendarmerie, avec l appui de la MINUSCA et du PNUD. Le PNUD apportera aussi un appui a la re habilitation des administrations locales et leur remise en marche en collaboration avec la MINUSCA. La Banque mondiale a signe un accord local avec la MINUSCA pour e changer, autant que faire se peut, des informations et assurer la coordination, l appui logistique et la se curite afin d aider a la cre ation rapide d emplois partout dans le pays. Le Ministe re a organise un forum de coordination pour encourager la synchronisation de l aide, de sorte que les organisations concerne es par le renforcement des capacite s de fourniture de services sociaux, puissent, en plus des actions pre cite es, planifier leurs interventions en conse quence. Les re sultats de ces actions doivent e tre mesure s a l aune de l ame lioration des niveaux de se curite, de l acce s accru aux services et du renforcement de la confiance de la population envers l E tat. Dans cette optique, le comportement des administrations locales sera essentiel. frappe la partie occidentale du pays au cours «le projet avait permis à la Mission de l ONU et à l équipe de pays de travailler en très étroite collaboration.» de la crise qui suivit les e lections de Le Fonds pour la consolidation de la paix a finance la reconstruction d immeubles dans 34 localite s de l ouest du pays, ce qui a permis de re tablir des fonctions essentielles de l E tat. Les fonds ont transite par le PNUD, mais au titre de l appui direct d un objectif de l Ope ration des Nations Unies en Co te d Ivoire (ONUCI). A l e poque, un fonctionnaire charge des affaires civiles a dit que «le projet avait permis a la Mission de l ONU et a l e quipe de pays de travailler en tre s e troite collaboration». Le Pre sident Ouattara, soucieux de montrer l importance politique de cette action, a lui-me me inaugure les nouveaux immeubles. Ces inaugure les nouveaux immeubles. Ces structures ont permis aux administrations locales d assurer des services essentiels, dont l e tat civil et la de livrance de documents aux personnes de place es. L assistance technique fournie par le FNUAP, le HCR et l UNICEF a aide le Gouvernement a de livrer des documents a plus de enfants et adultes dans le pays. La de livrance de documents peut aider les populations a se sentir plus en se curite, a leur donner plus de confiance en l E tat, a leur faciliter l acce s aux services et a re duire les possibilite s de manipulation politique. République démocratique du Congo: engager les autorités locales dans le dialogue avec les communautés Opération de la MINUSCA pour aider au rétablissement de l autorité de l État (Bria, République centrafricaine 11 février 2015). Foto ONU/Nektarios Markogiannis Côte d Ivoire: les infrastructures publiques comme moyen pratique de rétablissement de l autorité de l État Dans certains contextes, la remise en e tat rapide des infrastructures publiques est une premie re e tape importante de l action de re tablissement de la pre sence de l E tat. En Co te d Ivoire par exemple, la violence avait Pour renforcer les relations entre l E tat et la socie te, le Fonds pour la consolidation de la paix s emploie a donner la parole aux collectivite s locales et contribue a l ouverture du dialogue et a la mise en place de me canismes responsabilisant a la fois la population et les autorite s locales. En 2015, le Fonds a mobilise un financement moteur pour un nouveau fonds d affectation spe ciale destine a soutenir le programme de stabilisation du Gouvernement de la Re publique de mocratique du Congo et la Notes sur la consolidation de la paix numéro 1, Juin

8 Strate gie internationale d appui en matie re de se curite et de stabilisation (ISSSS). Les ressources du Fonds ont e te mobilise es sur la base de plans provinciaux de stabilisation e labore s par les autorite s provinciales dans le cadre d un processus impliquant les administrations locales, les organisations communautaires et des partenaires de de veloppement, a la suite d une analyse participative du conflit. Le premier pilier des plans d action est l appui au dialogue local entre les communaute s et les autorite s afin de de finir conjointement des mesures de lutte contre les causes de l inse curite et sensibiliser davantage les autorite s locales aux besoins des communaute s et a la ne cessite d y re pondre. Ces mesures peuvent aussi e tre consacre es au re glement des diffe rends fonciers, a assurer le bon fonctionnement de la police, a faciliter l acce s a la justice, a renforcer l action et les capacite s des autorite s locales et a promouvoir la re installation des personnes de place es. Le Fonds a d abord alloue un montant de 8 millions de dollars sans affectation the matique ou ge ographique, et l a accompagne par une offre de financement supple mentaire pour stimuler l appui des autres donateurs au fonds d affectation spe ciale (dans laquelle le Fonds s engage a contribuer un montant additionnel de 1 million de dollars pour chaque tranche de 3 millions de dollars de contributions d autres partenaires, jusqu a une limite de 16 millions de dollars qui seraient a sa charge). premiers centres sont fonctionnels a des degre s divers. Les enseignements tire s de la mise en place du premier centre a Gbarnga ont permis au deuxie me et au troisie me centre d ame liorer leurs prestations et de mieux planifier les travaux d infrastructure. S il est facile de mettre l accent sur les infrastructures, les prestations de services reve tent une importance encore plus grande. Dans les centres de Harper et Zwedru, par exemple, il a e te possible, au milieu de la crise d E bola, de renforcer le recrutement, la formation et le de ploiement d avocats commis d office, de procureurs et de fonctionnaires charge s des droits de l homme, ce qui a permis de faire baisser le nombre de pre venus. Les efforts entrepris dans les secteurs de la justice et de la se curite ont e te conjugue s a d autres actions qui ont porte sur la relance des commissions foncie res locales charge es de re gler les diffe rends fonciers, une des causes de pre ce dents conflits. Les premie res indications montrent que ces efforts combine s ont e te fructueux: un sondage re alise aupre s des usagers a indique que le taux de satisfaction concernant le travail des services de se curite e tait bien meilleur dans les comte s couverts par le centre de Gbarnga. Le niveau de violence y a d ailleurs baisse. Libéria: rétablir l autorité de l État dans les provinces Le re tablissement de l autorite de l E tat dans les provinces est e galement un domaine auquel le Fonds apporte son appui, car dans de nombreux pays touche s par des conflits les ine galite s entre les capitales et les zones rurales sont des causes de conflit. Au Libe ria, l exercice de la justice et la pre sence des services de se curite au-dela de Monrovia dans des zones qui n ont jamais be ne ficie de ces services ont e te de finis comme actions prioritaires de s la mise en place, en 2010, de la Commission de consolidation de la paix. C est ainsi que des efforts conside rables ont e te de ploye s sur le plan national pendant plusieurs anne es pour cre er cinq centres re gionaux de justice et de se curite. Les trois Rétablir ou réformer les fonctions de l État : l appui de l ONU aux fonctions essentielles de l État à la suite des conflits, Nations Unies, Somalie: aider au déploiement des agents de l État En plus du de veloppement de l infrastructure, il est souvent ne cessaire d apporter une aide au de ploiement des agents de l E tat. Ainsi, dans les zones re cemment reconquises dans le centre-sud de la Somalie, le Fonds aide le Gouvernement fe de ral a 8 Notes sur la consolidation de la paix numéro 1, Juin 2015

9 mettre en place des administrations locales inte rimaires et provisoires. L aide du Fonds contribuera au financement du de ploiement initial de fonctionnaires et de forces de police. Le Gouvernement fe de ral entend s appuyer sur les communaute s pour choisir les administrateurs locaux, l objectif e tant d e tablir des relations de confiance avec la population. Le PNUD soutiendra cette premie re phase tout en renforçant les syste mes financiers du Gouvernement, afin que les fonds que le PBF allouera ulte rieurement puissent e tre directement verses dans les comptes du Gouvernement. En re sume, il est essentiel, aussi bien en matie re de pre vention des conflits que dans les contextes de consolidation de la paix, que les autorite s locales fassent preuve de responsabilite, d inclusivite et de re ceptivite. Comme cela a e te indique dans le rapport intitule Restore or Reform, UN Support to Core Government Functions in the Aftermath of Conflict (Re tablir ou re former les fonctions de l E tat : l appui de l ONU aux fonctions essentielles de l E tat a la suite des conflits), l aide au fonctionnement des collectivite s locales n est pas un exercice technique seulement. C est aussi «un domaine d intervention fondamental au sein duquel sont ne gocie s les re glements politiques». C est souvent un domaine qui fait partie des Le PNUD soutiendra cette première phase tout en renforçant les systèmes financiers du Gouvernment, afin que les fonds que le PBF allouera ultérieurement puissent être directement versés dans les comptes du Gouvernement. missions fixe es par le Conseil de se curite, mais qui be ne ficie de financements limite s. Pour que l appui accorde dans ce domaine donne ses fruits, le syste me des Nations Unies doit s appuyer de façon coordonne e sur plusieurs organismes, au sein et en dehors du Secre tariat. Le Fonds est conçu pour soutenir cette action prioritaire et, avec des ressources plus importantes, pourrait e largir conside rablement l impact de l action des Nations Unies. Les flux financiers illicites de PBSO Parfois arrive le moment ide al pour agir. C est ce qu il s est passe dans les anne es 90 en ce qui concerne les mines terrestres. C est e galement arrive dans les anne es 2000 avec les financements innovants. Dans les anne es 2010, la communaute internationale semble pre te a s occuper du proble me des flux financiers illicites. Une des raisons de cette e volution tient aux re ve lations selon lesquelles de grandes compagnies multinationales qui font d e normes profits ont recours a des me canismes tre s complique s pour payer peu d impo ts ou y e chapper comple tement - de couverte qui a provoque l indignation. Les conse quences ne gatives des flux financiers illicites pour les pays sortant d un conflit violent en est une autre raison. Ces flux privent les gouvernements de recettes importantes et mettent en pe ril la gouvernance. Ces questions sont d autant plus cruciales dans les pays sortant d un conflit de s lors que ceux-ci s emploient a mettre en place des institutions le gitimes, responsables et efficaces qui fournissent des services de façon e quitable et re pondent aux besoins de la population. Caractère et ampleur des flux financiers illicites Les flux financiers illicites sont un phe nome ne mondial qui touche a la fois les pays de veloppe s et les pays en de veloppement, bien qu a des degre s divers. On les de finit habituellement comme un transfert d argent qui entre ou qui sort du pays, cet argent ayant e te gagne, transfe re ou de pense de façon illicite. Les flux financiers illicites concernent aussi l argent qui est reçu le galement a travers des activite s e conomiques le gitimes, mais qui est ensuite transfe re hors du pays pour e viter de payer des taxes, ce qui est ille gal, ou a des fins d e vasion fiscale, par le recours a des subterfuges et des exemptions fiscales qui sont tourne es a l avantage des fraudeurs. Ces flux portent e galement sur de l argent ille galement acquis a travers des activite s criminelles, de la corruption, de la fraude, du commerce ille gal Notes sur la consolidation de la paix numéro 1, Juin

10 de drogues ou d armes, de la contrebande et des trafics de ressources naturelles, d animaux ou d e tres humains. Les flux financiers illicites sont, par de finition, difficiles a mesurer. Plusieurs me thodes ont e te utilise es pour les estimer. L Inte grite Financier Mondiale estime que les flux financiers illicites en provenance des pays en de veloppement se sont e leve s a pre s de 1000 milliards de dollars en L Afrique perd probablement plus de 50 milliards de dollars chaque anne e, ce qui de passe le montant total de l aide reçue en 2014, tous programmes confondus. En pourcentage du PIB, l Afrique affiche le taux le plus e leve de sorties illicites, soit pre s de 6 %. En outre, on sait que ces flux augmentent d anne e en anne e et sont particulie rement importants dans les pays ou les exportations sont domine es par des ressources naturelles, dont notamment les pays sortant de conflits. administrations fiscale et douanie re doivent e tre renforce es et les gouvernements doivent disposer d un acce s renforce a l expertise fiscale, le gale, d audit et financie re et s attacher davantage a la coordination pluridisciplinaire. De telles capacite s sont malheureusement insuffisantes dans les pays touche s par un conflit, ce qui cre e des situations favorables a la fraude. Impact des flux financiers illicites Les flux financiers illicites ont des conse quences importantes dans les pays touche s par un conflit, du fait de leur impact sur les recettes du pays, mais aussi de leurs effets ne gatifs sur la gouvernance. Les pays qui sortent d un conflit font face a bien des difficulte s lorsqu ils essaient de ge ne rer des ressources internes, notamment la faiblesse de l assiette fiscale et des capacite s de collecte et d administration de l impo t, le faible pouvoir de ne gociation des contrats relatifs aux ressources naturelles et le manque de confiance envers l administration. Bien qu il soit difficile de l e valuer de finitivement, l impact des flux financiers illicites sur les recettes fiscales serait selon le FMI «important et e tendu» et L Afrique perd probablement plus de 50 milliards de dollars chaque année Rapport du Groupe de haut niveau chargé de la question des flux financiers illicites en provenance d Afrique, février 2015 (http://www.uneca.org/sites/default/files/publications/iff_ main_ report_english.pdf) Parfois, l argent est physiquement transporte a travers les frontie res, mais le me canisme le plus commun pour transfe rer de l argent dans le pays ou en dehors du pays est le prix de transfert abusif, la distorsion des prix dans les e changes commerciaux, les fausses factures a travers lesquels les prix, la quantite ou le produit de la transaction ne correspondent pas a la re alite 2. Pour faire face a ce type de fraudes, les gouvernements doivent faire preuve de volonte politique et mettre en place les capacite s d action ne cessaires. D une façon ge ne rale, les 2 Le prix des transferts est le prix des transactions transfrontières internes aux entreprises entre les parties concernées. «spe cialement prononce dans les pays a faible revenu» 3. Baisse des recettes signifie baisse des investissements et des services sociaux. Une e tude a estime que le stock de capital de l Afrique serait plus e leve de 60 % si les fonds sortant illicitement de l Afrique e taient au contraire investis sur le continent, tandis que le PIB de l Afrique par habitant serait supe rieur de 15 % 4. D autres e tudes ont conclu que l Afrique aurait atteint le quatrie me objectif du Mille naire pour le de veloppement concernant la mortalite infantile si les flux financiers illicites avaient e te stoppe s en FMI, Spillovers in International Corporate Taxation, Washington, D.C. (FMI), James K. Boyce et Léonce Ndikumana, Capital Flight from Sub- Saharan African Countries: Updated Estimates, PERI Research Report. Amherst, MA: University of Massachusetts Amherst, B. O Hare, et al. The Effect of Illicit Financial Flows on Time to Reach the Fourth Millennium Development Goal in Sub-Saharan Africa: a 10 Notes sur la consolidation de la paix numéro 1, Juin 2015

11 Les flux financiers illicites ont aussi des effets pervers sur la gouvernance. Ils portent pre judice aux institutions en de tournant les ressources et en affaiblissant l e tat de droit et les normes sociales. Ils nourrissent la corruption, encouragent le cliente lisme et mettent a mal la confiance du public. Cela peut conduire a un cercle vicieux dans lequel la faiblesse des capacite s facilite les flux illicites, qui, en retour, portent pre judice aux capacite s existantes. Quelles mesures sont et doivent être prises dans la lutte contre les flux financiers illicites? Un certain nombre d initiatives re centes ont e te prises pour lutter contre les flux financiers illicites, qui mettent par exemple l accent sur la transparence, le blanchiment d argent et l e change automatique d informations fiscales. Tre s peu d initiatives de ce type reve tent une dimension universelle ou impliquent les pays sortant de conflits. De ce fait, les situations particulie res et les priorite s de ces pays sont rarement mises en avant. Ils sont cependant face a deux impe ratifs. Il faut tout d abord simplifier les normes et directives afin de faciliter la lutte contre ce phe nome ne et de re duire l ampleur des fraudes. Il faut ensuite que ces pays puissent appliquer les mesures de lutte progressivement, et, dans certains cas, de façon asyme trique, de manie re a tirer parti de certaines initiatives tout en se donnant le temps de de velopper leurs propres capacite s. Par exemple, ils devraient pouvoir recevoir des renseignements fiscaux concernant des citoyens et des entreprises de pays de veloppe s sans e tre oblige s d en fournir eux-me mes a ces pays. Pour appeler l attention sur les situations particulie res des pays sortant d un conflit et examiner les possibilite s d approfondissement de la politique de lutte contre les flux financiers illicites, la Commission de la consolidation de la paix a consacre sa premie re session annuelle, tenue en juin 2014, a la ge ne ration de recettes internes et a la lutte contre ces flux. Elle a e galement de cide d inscrire cette question dans son programme de travail de Il faut ensuite que ces pays puissent appliquer les mesures de lutte progressivement, et, dans certains cas, de façon asymétrique, de manière à tirer parti de certaines initiatives tout en se donnant le temps de développer leurs propres capacités. Le rapport du Groupe de haut niveau charge de la question des flux financiers illicites en provenance d Afrique, pre side par l ancien pre sident de l Afrique du Sud, Thabo Mbeki, indique qu il faut prendre des mesures supple mentaires pour mieux lutter contre ce phe nome ne. Il recommande des mesures particulie res, notamment en ce qui concerne l identification fiscale des socie te s, les fausses facturations des e changes commerciaux, la transparence de la proprie te effective des socie te s, qui re ve le qui contro le une socie te (qui peut e tre une socie te -e cran) et en be ne ficie, l obligation pour tous les pays de rendre compte des revenus et des profits des socie te s multinationales, l e change automatique d informations fiscales et la cre ation ou le renforcement de services charge s du renseignement financier, d organismes de lutte contre la corruption et de bureaux des douanes et des frontie res. Pour que ces politiques soient efficaces, il faut e tablir une bonne coope ration entre les gouvernements, les organisations internationales, le secteur prive et la socie te civile aux niveaux national, re gional et mondial. La date de la parution du rapport de M. Thabo Mbeki et celle de la re union de la Commission de la consolidation de la paix coı ncident opportune ment sachant que la troisie me Confe rence internationale sur le financement du de veloppement se tiendra du 13 au 16 juillet 2015 a Addis-Abeba. C est l occasion pour la communaute internationale d adopter un ensemble de mesures plus rigoureuses adosse es a des e che ances, qui permettront de lutter plus efficacement contre les flux financiers illicites. Quantitative Analysis. Journal of the Royal Society of Medicine, Vol. 107, no 4, avril 2014, pp. 148 à Notes sur la consolidation de la paix numéro 1, Juin

12 Une brève histoire des contributions et allocations du PBF En 2005, le Secre taire ge ne ral Kofi Annan a proce de a un appel de fonds pour un montant de 250 millions de dollars en vue de cre er le Fonds pour la consolidation de la paix. Les E tats Membres ont montre qu ils e taient pre ts a investir dans la consolidation de la paix. Durant les quatre premie res anne es, de 2006 a 2009, ils ont contribue pour pre s de 330 millions de dollars. Si les de caissements ont commence en 2007, il n en demeure pas moins que cet appui pre coce a mis le Fonds sur des bases solides pour pre parer les ope rations a financer. En 2010, le Fonds pouvait commencer a envisager une planification re gulie re des ope rations. Le Groupe consultatif du Secre taire ge ne ral a confirme un objectif de de caissements annuels de 100 millions de dollars. Cela signifie qu une fois les re serves initiales de caisse es, les contributions annuelles devraient atteindre le me me niveau. Allocations du Fonds pour la consolidation de la paix et fonds disponibles pour le programme, (en millions de dollars) A l exception de 2012, une anne e anormale, le Fonds a re gulie rement de veloppe sa capacite de re ponse a l objectif de programmation (de caissements) et s est forge la re putation d un me canisme strate gique, rapide et catalytique. Cependant, les contributions enregistre es depuis 2007 n ont plus de passe, me me dans les meilleures anne es, la somme de 80 millions de dollars par an. Ainsi, au 1 er janvier 2015 le Fonds disposait de moins de 100 millions de dollars pour la programmation (voir le graphique le solde de fin d anne e s est e tabli en 2014 a environ 75 millions de dollars). Si le Fonds alloue encore 100 millions de dollars en 2015 conforme ment a son objectif, et compte tenu des niveaux estime s de contributions pour 2015 (environ 56 millions de dollars), il ne disposera plus que de 40 millions de dollars en caisse au de but de Pour conserver l objectif annuel de 100 millions de dollars de contributions, il faudra mobiliser des ressources supple mentaires. Nouvelles décisions du Fonds pour la consolidation de la paix en 2015 Programmation rapide d une enveloppe de 3 millions de dollars au titre du Me canisme de financement des interventions rapides (IRF) en appui aux efforts de ploye s par le Sri Lanka pour promouvoir la re conciliation, y compris la re installation des personnes de place es, en collaboration e troite avec le De partement des affaires politiques. Engagement de 8 millions de dollars en appui au programme de stabilisation de la République démocratique du Congo, plus une offre de contribution de contrepartie e gale au tiers de ce montant destine e a encourager d autres donateurs a contribuer au programme de stabilisation, avec l unite de stabilisation de la MONUSCO. Approbation de 2,5 millions de dollars au Myanmar en appui a l activite du Centre pour la diversite et l harmonie nationale, afin de renforcer les syste mes d alerte avance e et promouvoir la cohe sion sociale, en collaboration avec le Bureau du Conseiller spe cial du Secre taire ge ne ral pour le Myanmar. Accord pour un appui d urgence a un re seau de femmes en Guinée afin de plaider pour des e lections pacifiques et assurer la surveillance de la campagne et du vote. Depuis de cembre 2014, finalisation de sept projets sur la promotion de l e galite des sexes pour un montant de 7,6 millions de dollars dans les pays ci-apre s : Guinée, Kirghizistan, Mali, Népal, Papouasie-Nouvelle-Guinée et Somalie. Pour toute question, contacter M. Henk-Jan Brinkman Chef de Service de Planification des politiques, Bureau d Appui de la Consolidation de la Paix des Nations Unies. 12 Notes sur la consolidation de la paix numéro 1, Juin 2015

Stratégie de l ISO 2016-2020

Stratégie de l ISO 2016-2020 stratégie Stratégie de l ISO 2016-2020 Le monde va loin quand il s accorde L ISO est une organisation internationale non gouvernementale, inde pendante, compose e de 165 organismes nationaux de normalisation.

Plus en détail

VALEURS FONDAMENTALES : INTEGRITE, PROFESSIONALISME, RESPECT DE LA DIVERSITE TERMES DE REFERENCE

VALEURS FONDAMENTALES : INTEGRITE, PROFESSIONALISME, RESPECT DE LA DIVERSITE TERMES DE REFERENCE VALEURS FONDAMENTALES : INTEGRITE, PROFESSIONALISME, RESPECT DE LA DIVERSITE TERMES DE REFERENCE Agence des Nations Unies : Titre : Lieu : Durée : Bureau Régional de l ONUDC pour l Afrique de l'ouest et

Plus en détail

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique.

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique. Mesdames, Messieurs, C est pour moi un grand plaisir de pouvoir présenter aujourd hui la coopération japonaise en Afrique aux différents partenaires qui ont répondu à mon invitation à cette soirée de rencontre.

Plus en détail

Forum régional sur «Les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest» DECLARATION D ABIDJAN

Forum régional sur «Les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest» DECLARATION D ABIDJAN Forum régional sur «Les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest» DECLARATION D ABIDJAN Les participants au Forum régional sur «les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest», réunis

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr.: Générale 3 octobre 2001 Français Original: Anglais E/CN.7/2001/15 Commission des stupéfiants Reprise de la quarante-quatrième session Vienne, 12-14 décembre

Plus en détail

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 2CO/F/6.8 (définitif) CONFÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE 2 e CONGRÈS MONDIAL Vancouver, du 21 au 25 juin 2010 RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 1. Le Congrès s engage à appuyer le

Plus en détail

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) COUNTRY MULTILATERAL D O N O R MOPAN Réseau d évaluation de la performance des organisations multilatérales (MOPAN). Note de synthèse L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE. Titre fonctionnel P-3 Économiste. Département/Division/Section RITD-ATPC

AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE. Titre fonctionnel P-3 Économiste. Département/Division/Section RITD-ATPC UNITED NATIONS NATIONS UNIES Réf. No. HRSS/15/08/1262 AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE Classe Titre fonctionnel P-3 Économiste Département/Division/Section RITD-ATPC Groupe professionnel Affaires Économiques

Plus en détail

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement Note d information Luxembourg, 11 décembre 2015 L année européenne du développement

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

COMMUNIQUE DE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

COMMUNIQUE DE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT COMMUNIQUE DE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT 1.L a.s.b.l. FVS/AMADE Burundi désire recruter un consultant pour faire une étude de faisabilité pour la création des mutualités de santé pour les groupements

Plus en détail

Finances de Nouvelle Donne - Situation au 31 août 2015

Finances de Nouvelle Donne - Situation au 31 août 2015 Finances de Nouvelle Donne - Situation au 31 août 2015 Document réalisé grâce au concours actif et bénévole de Nathalie Cayet, Anne Lefèvre, Benjamin Grimont et Yves Soret Les recettes 2015 Solde des comptes

Plus en détail

L approche budgétaire au Burkina Faso : situation actuelle et innovations en vue de la responsabilisation

L approche budgétaire au Burkina Faso : situation actuelle et innovations en vue de la responsabilisation L approche budgétaire au Burkina Faso : situation actuelle et innovations en vue de la responsabilisation L objet de cette communication est de décrire brièvement l approche budgétaire comme instrument

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Coopération multilatérale: un instrument indispensable à la coopération suisse au développement

Coopération multilatérale: un instrument indispensable à la coopération suisse au développement Coopération multilatérale: un instrument indispensable à la coopération suisse au développement Qu entend-on par Coopération multilatérale? La coopération multilatérale est, au même titre que la coopération

Plus en détail

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION CHANGER LA MONDIALISATION

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION CHANGER LA MONDIALISATION 2CO/F/6.1 (définitif) CONFÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE 2 e CONGRÈS MONDIAL Vancouver, du 21 au 25 juin 2010 RÉSOLUTION CHANGER LA MONDIALISATION 1. Le Congrès exprime sa plus vive préoccupation face

Plus en détail

POURQUOI INVESTIR EN BOURSE? 17/10/2015. Documentation d introduction aux modules de formation

POURQUOI INVESTIR EN BOURSE? 17/10/2015. Documentation d introduction aux modules de formation POURQUOI INVESTIR EN BOURSE? 17/10/2015 Documentation d introduction aux modules de formation Les pre sentations QUI SUIS-JE? Je m appelle François HUET, j ai 37 ans et cela fait de sormais 15 ans que

Plus en détail

Note de recherche du ROP. LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO *

Note de recherche du ROP. LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO * Note de recherche du ROP LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO * L Union africaine (UA) a élaboré une architecture continentale de paix et

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Deuxième Commission (A/65/433)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Deuxième Commission (A/65/433)] Nations Unies A/RES/65/141 Assemblée générale Distr. générale 2 février 2011 Soixante-cinquième session Point 17 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport de

Plus en détail

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 La politique énergétique et climatique européenne se trouve à la croisée des chemins. Les

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DE LA COMMISSION SUR LE PROCESSUS DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA REGION DES GRANDS LACS

RAPPORT DU PRESIDENT DE LA COMMISSION SUR LE PROCESSUS DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA REGION DES GRANDS LACS AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA P.O. Box: 3243, Addis Ababa, Ethiopia, Tel.:(251-1) 51 38 22 Fax: (251-1) 51 93 21 Email: oau-ews@telecom.net.et CONSEIL DE PAIX ET DE SECURITE 32 EME REUNION

Plus en détail

Cent dixième session. Rome, 19 23 septembre 2005. Rapport d activité sur la mise en œuvre du Plan d action sur les ressources humaines. I.

Cent dixième session. Rome, 19 23 septembre 2005. Rapport d activité sur la mise en œuvre du Plan d action sur les ressources humaines. I. Août 2005 F COMITÉ FINANCIER Cent dixième session Rome, 19 23 septembre 2005 Rapport d activité sur la mise en œuvre du Plan d action sur les ressources humaines I. Résumé 1. Le présent document a pour

Plus en détail

www.ekos.com Préparé par :

www.ekos.com Préparé par : SOMMAIRE Préparé par : EKOS RESEARCH ASSOCIATES Ottawa 359, rue Kent, bureau 300 Ottawa (Ontario) K2P 0R6 Tél. : 613-235-7215 Téléc. : 613-235-8498 Courriel : pobox@ekos.com Toronto 181, avenue Harbord

Plus en détail

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action NATIONS UNIES DOCUMENT DE TRAVAIL POUR LE DIALOGUE MINISTERIEL SUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EP Conférence ministérielle africaine sur l environnement Version non éditée Distr.: Générale

Plus en détail

NOTE DE CADRAGE INITIATIVE DE SOLIDARITÉ AFRICAINE EN APPUI À LA RECONSTRUCTION ET AU DÉVELOPPEMENT POST CONFLIT EN AFRIQUE

NOTE DE CADRAGE INITIATIVE DE SOLIDARITÉ AFRICAINE EN APPUI À LA RECONSTRUCTION ET AU DÉVELOPPEMENT POST CONFLIT EN AFRIQUE AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Abéba, Éthiopie B.P. 3243 Tél: (251 11) 551 38 22 Télécopie (251 11) 551 93 21, (251 11) 5514227 Courriel: situationroom@africa union.org NOTE DE CADRAGE

Plus en détail

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.13 29 mai 2009

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.13 29 mai 2009 COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME DU HAUT COMMISSAIRE Distr. RESTREINTE EC/60/SC/CRP.13 29 mai 2009 COMITE PERMANENT FRANCAIS 45 e réunion Original : ANGLAIS QUESTIONS RELATIVES A LA SURETE ET A LA SECURITE

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. LIMITÉE TD/B/51/L.6 14 octobre 2004 FRANÇAIS Original: ANGLAIS CONSEIL DU COMMERCE ET DU DÉVELOPPEMENT Cinquante

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 25 septembre 2012 Français Original: anglais ECE/AC.30/2012/3 Commission économique pour l Europe Groupe de travail sur le vieillissement Conférence

Plus en détail

Personnes relevant de la compétence du HCR

Personnes relevant de la compétence du HCR Le HCR a continué de plaider en faveur du respect des en mettant l accent sur les droits et les moyens d existence à l appui de l intégration desdéplacésinternes. Au cours de l année, le Gouvernement géorgien

Plus en détail

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION Dernière mise à jour : novembre 2013 (Décision BOD/2013/11-02) éducation de qualité pour tous les enfants page 1 de 15 Chartre du PME PRÉAMBULE 1.1 Le Partenariat

Plus en détail

Le Conseil ministériel,

Le Conseil ministériel, DÉCISION No 3/11 ÉLÉMENTS DU CYCLE DU CONFLIT LIÉS AU RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DE L OSCE EN MATIÈRE D ALERTE PRÉCOCE, D ACTION RAPIDE, DE FACILITATION DU DIALOGUE ET DE SOUTIEN À LA MÉDIATION, AINSI

Plus en détail

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement 2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Rabat, le 25 février 2015 Messieurs les Ministres, Monsieur le

Plus en détail

VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996)

VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996) VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996) Préambule Les chefs d État et de Gouvernement, réunis lors de leur sixième

Plus en détail

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES RELATIONS EXTERIEURES ET DE LA COOPERATION INTERNATIONALE CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 Au Gouvernement du Burundi

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

GC.16/4 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

GC.16/4 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 12 octobre 2015 Français Original: anglais Conférence générale Seizième session Vienne, 30 novembre-4 décembre 2015 Point

Plus en détail

DossiergdegPrésentation

DossiergdegPrésentation DossiergdegPrésentation 2014 Nb adhérent SDITEC 2014 Le SDITEC É tablissement public (syndicat mixte ouvert e tendu), Dirige par un Conseil Syndical de 20 e lus, 14 ans d expe rience, 1 Inge nieur, 8 Techniciens,

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Paris, le lundi 15 juin 2015 Seul le prononcé fait foi DISCOURS de Sylvia PINEL Installation du Conseil supérieur de la

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

PREPARATION ET REPONSE D URGENCE I. INTRODUCTION II. ENVIRONNEMENT OPERATIONNEL

PREPARATION ET REPONSE D URGENCE I. INTRODUCTION II. ENVIRONNEMENT OPERATIONNEL COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME DU HAUT COMMISSAIRE Distr. Restreinte EC/54/SC/CRP.4 25 février 2004 COMITE PERMANENT FRANÇAIS 29 e réunion Original : ANGLAIS PREPARATION ET REPONSE D URGENCE I. INTRODUCTION

Plus en détail

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS Déclaration de Bogotá Instaurer des partenariats constructifs et ouverts pour le développement (VERSION FINALE, 25 mars

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

Un choix re fle chi! É pargner pour l avenir de vos enfants. Formation sur les re gimes enregistre s d e pargne-e tudes (RÉÉÉ)

Un choix re fle chi! É pargner pour l avenir de vos enfants. Formation sur les re gimes enregistre s d e pargne-e tudes (RÉÉÉ) É pargner pour l avenir de vos enfants Un choix re fle chi! Formation sur les re gimes enregistre s d e pargne-e tudes (RÉÉÉ) Ce projet est finance en partie par le Gouvernement du Canada.. 1 Qu est-ce

Plus en détail

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE Projet Document IMCHE/2/CP2 1 ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

Note Synthétique Relative à La Stratégie de mobilisation en faveur de la Communauté Marocaine Résidant à l Etranger

Note Synthétique Relative à La Stratégie de mobilisation en faveur de la Communauté Marocaine Résidant à l Etranger Note Synthétique Relative à La Stratégie de mobilisation en faveur de la Communauté Marocaine Résidant à l Etranger Source : http://www.marocainsdumonde.gov.ma/index.php?option=com_content&task=view&id=52&ite

Plus en détail

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population Nations Unies DP/2005/10 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population Distr. générale 25 janvier 2005 Français Original:

Plus en détail

Cours de Gé nie Logiciel. Management de Projet

Cours de Gé nie Logiciel. Management de Projet Cours de Management de Projet Introduction 2 1. Composante Acteurs 3 La maîtrise d ouvrage 3 La maîtrise d œ uvre 4 Le comitéde pilotage 4 Le groupe central de projet 5 Les comités technologiques 5 L assistance

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CP.TEIA/2008/5 2 septembre 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR

Plus en détail

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT KINSHASA, DU 06 08 NOVEMBRE 2012 DISCOURS DE MR. ADAMA COULIBALY DIRECTEUR

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/65/306. Question du Sahara occidental. Rapport du Secrétaire général** Résumé

Assemblée générale. Nations Unies A/65/306. Question du Sahara occidental. Rapport du Secrétaire général** Résumé Nations Unies A/65/306 Assemblée générale Distr. générale 17 août 2010 Français Original : anglais Soixante-cinquième session Point 59 de l ordre du jour provisoire* Application de la Déclaration sur l

Plus en détail

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014 Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Face à la réalité indéniable du réchauffement global, l Allemagne et la France

Plus en détail

ABC TEXTURE. Pacte Mondial de l ONU COMMUNICATION DE PROGRES - COP - Janvier 2015. Rue Isaac Newton 35800 DINARD

ABC TEXTURE. Pacte Mondial de l ONU COMMUNICATION DE PROGRES - COP - Janvier 2015. Rue Isaac Newton 35800 DINARD ABC TEXTURE Rue Isaac Newton 35800 DINARD Tél : 02 99 20 03 63 www.abctexture.com Pacte Mondial de l ONU COMMUNICATION DE PROGRES - COP - Janvier 2015 RCS SAINT-MALO 452 492 457 DECLARATION DE SOUTIEN

Plus en détail

Profil, fonctions, règles de désignation et statut du Secrétaire général et du Secrétaire général adjoint

Profil, fonctions, règles de désignation et statut du Secrétaire général et du Secrétaire général adjoint Écoles Européennes Bureau du Secrétaire général Secrétariat général Réf. : 2010-D-362-fr-6 Orig. : en Version : fr Profil, fonctions, règles de désignation et statut du Secrétaire général et du Secrétaire

Plus en détail

Déclaration de Rabat

Déclaration de Rabat Déclaration de Rabat 12 septembre 2013 Le ministre des Affaires étrangères du Royaume du Maroc, Saad Dine El Otmani, et le ministre des Affaires étrangères de la République fédérale d Allemagne, Guido

Plus en détail

Charte de l aide publique au développement du Japon. Le 29 Août 2003

Charte de l aide publique au développement du Japon. Le 29 Août 2003 Charte de l aide publique au développement du Japon Le 29 Août 2003 Révision de la Charte de l Aide Publique au Développement (APD) du Japon La Charte de l Aide Publique au Développement (APD) du Japon,

Plus en détail

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations»

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» Avant projet de Plan d action EY 2012 Introduction La CES, ses deux organisations européennes

Plus en détail

Treizième Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale

Treizième Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale Nations Unies A/CONF.222/16 Treizième Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale Doha, 12-19 avril 2015 Distr. générale 10 avril 2015 Français Original: anglais Point 3

Plus en détail

Rapport global 2010 du HCR

Rapport global 2010 du HCR et Australie Chine États insulaires du Pacifique Japon Mongolie Nouvelle-Zélande Papouasie-Nouvelle-Guinée République de Corée République populaire démocratique de Corée 290 Rapport global 2010 du HCR

Plus en détail

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 16/21 Réexamen des activités et du fonctionnement du Conseil des droits de l homme

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 16/21 Réexamen des activités et du fonctionnement du Conseil des droits de l homme Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 12 avril 2011 Français Original: anglais A/HRC/RES/16/21 Conseil des droits de l homme Seizième session Point 1 de l ordre du jour Questions d organisation

Plus en détail

Bilan partagé des délégués présents du Partenariat Français pour l Eau

Bilan partagé des délégués présents du Partenariat Français pour l Eau Quelques chiffres 7 ème Forum mondial de l eau de Daegu-Gyeongbuk (Corée du Sud) 12 17 avril 2015 Bilan partagé des délégués présents du Partenariat Français pour l Eau 4 mai 2015 Le 7 ème Forum Mondial

Plus en détail

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Stratégie de gestion financière Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Communication des résultats / 1 La Stratégie de gestion financière annuelle de la Province du Manitoba

Plus en détail

Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes

Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes Nations Unies UNW/2015/CRP.15 Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes Deuxième session ordinaire de 2015 15-16 septembre 2015 Point

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

BELGIQUE. CONSEIL DE SECURITE 6147 ème Session. La situation en République Centrafricaine (S/2009/128)

BELGIQUE. CONSEIL DE SECURITE 6147 ème Session. La situation en République Centrafricaine (S/2009/128) BELGIQUE CONSEIL DE SECURITE 6147 ème Session La situation en République Centrafricaine (S/2009/128) DECLARATION DE S.E. M. JAN GRAULS AMBASSADEUR REPRESENTANT PERMANENT DE LA BELGIQUE AUPRES DES NATIONS

Plus en détail

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE OFFICE D'INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSIONS DU SECTEUR PUBLIC (INVESTISSEMENTS PSP) APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE Le 13 novembre 2014 Introduction Le maintien d une culture axée sur la conscience

Plus en détail

Document pour l auto-évaluation. Section D

Document pour l auto-évaluation. Section D Document pour l auto-évaluation Section D Section D Document pour l auto-évaluation Instructions pour utiliser le Document pour l auto-évaluation... Document pour l auto-évaluation... -D-1- -D-2- Document

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds Nations Unies Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds des Nations Unies pour la population et du Bureau des Nations Unies pour les services d appui aux projets

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/PFA/4/2 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION QUATRIÈME QUESTION

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/58/499)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/58/499)] Nations Unies A/RES/58/137 Assemblée générale Distr. générale 4 février 2004 Cinquante-huitième session Point 108 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Avant-propos Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont reconnu que l atténuation est une importante part d un solide cadre

Plus en détail

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES (version proposée par l IRECUS) CONTEXTE S inscrivant dans le cadre de l Année internationale des coopératives, le Sommet international des coopératives

Plus en détail

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE VNU

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE VNU DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE VNU Préambule: Le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) est au sein des Nations Unies l organisation qui, au niveau mondial, est chargée de promouvoir

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Sommet de l'éléphant d'afrique Gaborone, Botswana 2 au 4 décembre 2013. Mesures d'urgence 3 décembre 2013

Sommet de l'éléphant d'afrique Gaborone, Botswana 2 au 4 décembre 2013. Mesures d'urgence 3 décembre 2013 Sommet de l'éléphant d'afrique Gaborone, Botswana 2 au 4 décembre 2013 Mesures d'urgence 3 décembre 2013 Préambule Les représentants des États situés le long de la chaîne de valeur de l'ivoire illégal

Plus en détail

Office de Tourisme Doué-la-Fontaine et sa Région. Guide de partenariat 2015

Office de Tourisme Doué-la-Fontaine et sa Région. Guide de partenariat 2015 Office de Tourisme Doué-la-Fontaine et sa Région Guide de partenariat 2015 Qui sommes-nous? Aux portes du Parc Naturel Re gional Loire-Anjou-Touraine, l Office de Tourisme de Doue -la-fontaine et sa re

Plus en détail

Deuxième partie Audit externe, budget programme pour l exercice 2012 et documents relatifs

Deuxième partie Audit externe, budget programme pour l exercice 2012 et documents relatifs Deuxième partie Audit externe, budget programme pour l exercice 2012 et documents relatifs A. Introduction 1. L Assemblée des États Parties («l Assemblée») a été saisie du projet de budgetprogramme pour

Plus en détail

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION 27/04/2011 Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme organisée dans le cadre de la présidence turque du Comité des Ministres du Conseil de l'europe IZMIR, Turquie

Plus en détail

Deuxième Conférence régionale arabe sur la réduction des risques de catastrophe. Charm el cheikh, République arabe d Égypte, 14-16 septembre 2014

Deuxième Conférence régionale arabe sur la réduction des risques de catastrophe. Charm el cheikh, République arabe d Égypte, 14-16 septembre 2014 Deuxième Conférence régionale arabe sur la réduction des risques de catastrophe Charm el cheikh, République arabe d Égypte, 14-16 septembre 2014 Déclaration de Charm el cheikh pour la réduction des risques

Plus en détail

Le Programme de soutien à la sécurité des investissements dans la région méditerranéenne (ISMED)

Le Programme de soutien à la sécurité des investissements dans la région méditerranéenne (ISMED) Optimiser le cadre légal et réglementaire de l investissement dans les infrastructures en région méditerranéenne SENsibiliser aux instruments de mitigation des risques financiers Le Programme de soutien

Plus en détail

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale)

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) Pouvez-vous vous présenter? Je suis Philip English, économiste en chef pour 5 pays, notamment le Sénégal, la Gambie, la Mauritanie,

Plus en détail

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI SEPTEMBRE 2004 1. PRÉSENTATION Le Cadre de Coopération Intérimaire (CCI) exprime le programme

Plus en détail

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE :

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : INTRODUCTION PARTIE I : LES CRITIQUES SUBIES PAR LE FMI ET LA BANQUE MONDIALE (pourquoi reformer) PARTIE II: LES REFORMES PRECONISER POUR UNE MEILLEURE ADEQUATION

Plus en détail

Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM

Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM Rapport national Rapport final 26 Mars 2010 Copyright 2010 PricewaterhouseCoopers S.à r.l. "PricewaterhouseCoopers" réfère

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/4/6 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Plénière de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique

Plus en détail

M. le juge Sang Hyun Song, Président de la Cour pénale internationale

M. le juge Sang Hyun Song, Président de la Cour pénale internationale M. le juge Sang Hyun Song, Président de la Cour pénale internationale Allocution prononcée à l occasion de la 18 e séance d information à l intention du corps diplomatique [vérifier à l audition] La Haye

Plus en détail

Discours de M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du développement international. Seul le prononcé fait foi

Discours de M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du développement international. Seul le prononcé fait foi Discours de M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du développement international Seul le prononcé fait foi Mesdames et messieurs les négociateurs, chers amis, Je tenais à être avec vous

Plus en détail

Charte. des espaces sociaux communs a` Rennes. Conseil ge ne ral d Ille-et-Vilaine. Ville de Rennes. Caisse d allocations familiales d Ille-et-Vilaine

Charte. des espaces sociaux communs a` Rennes. Conseil ge ne ral d Ille-et-Vilaine. Ville de Rennes. Caisse d allocations familiales d Ille-et-Vilaine Charte des espaces sociaux communs a` Rennes Conseil ge ne ral d Ille-et-Vilaine Ville de Rennes Caisse d allocations familiales d Ille-et-Vilaine Charte des espaces sociaux communs a` Rennes ENTRE :

Plus en détail

DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS

DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS 1. INTRODUCTION 1.1 Le transport aérien de passagers est étroitement associé au tourisme, lequel

Plus en détail

Jeu de rôles : création de services d aide juridique pour les victimes de violence sexuelle et sexiste

Jeu de rôles : création de services d aide juridique pour les victimes de violence sexuelle et sexiste 12 Type d exercice : Public : Durée : Application en contexte Toute personne participant aux processus de traitement de la violence sexuelle et sexiste (ex. : personnels ministériels, OSC, personnels de

Plus en détail

Services d ambulances terrestres

Services d ambulances terrestres Chapitre 4 Section 4.02 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Services d ambulances terrestres Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.02 du Rapport annuel 2005

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 28 OCTOBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

BUREAU INDÉPENDANT D ÉVALUATION (BIE) du FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL PROGRAMME DE TRAVAIL PROPOSÉ POUR L EXERCICE 2004.

BUREAU INDÉPENDANT D ÉVALUATION (BIE) du FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL PROGRAMME DE TRAVAIL PROPOSÉ POUR L EXERCICE 2004. BUREAU INDÉPENDANT D ÉVALUATION (BIE) du FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL PROGRAMME DE TRAVAIL PROPOSÉ POUR L EXERCICE 2004 13 janvier 2003 1. Le présent document expose le programme de travail du BIE pour

Plus en détail

Lettre datée du 22 novembre 2006, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général

Lettre datée du 22 novembre 2006, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général Nations Unies S/2006/920 Conseil de sécurité Distr. générale 27 novembre 2006 Français Original : anglais Lettre datée du 22 novembre 2006, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire

Plus en détail

Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges

Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges Convention sur l interdiction des mines antipersonnel Convention sur l interdiction de l emploi,

Plus en détail

Monsieur le Président Directeur Général de la Banque Nationale d Investissement,

Monsieur le Président Directeur Général de la Banque Nationale d Investissement, Projet Allocution de Monsieur le Ministre de l Economie et des Finances, Monsieur Charles KOFFI DIBY Cérémonie de Présentation Officielle de BNI GESTION Juillet 2009 Monsieur le Président de la Banque

Plus en détail

République centrafricaine: Séance d'information au Conseil de sécurité. Par

République centrafricaine: Séance d'information au Conseil de sécurité. Par NATIONS UNIES Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine MINUSCA UNITED NATIONS United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission

Plus en détail