N 147 OTITES INFECTIEUSES ADULTE (ENFANT)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N 147 OTITES INFECTIEUSES ADULTE (ENFANT)"

Transcription

1 N 147 OTITES INFECTIEUSES ADULTE (ENFANT) Connaître les agents infectieux responsables de l otite moyenne aiguë(oma) et leur profil de sensibilité. Connaître les éléments diagnostiques et la stratégie de prise en charge d une OMA purulente, d une otite externe, d une otite séromuqueuse. Prescrire le traitement approprié, antibiotique et/ou symptomatique, à un patient présentant une OMA purulente en première intention et en cas d échec. (Diagnostiquer une otite moyenne chronique dangereuse ou cholestéatomateuse) M2 UE6 -Année Catherine Chirouze UFR SMP -UFC ENTITES ANATOMIQUES OTITES MOYENNES AIGUËS (Congestive) Purulente = OMAP OTITES MOYENNES CHRONIQUES Otite séromuqueuse Otite choléstéatomateuse OTITES EXTERNES Bénigne Maligne = otite externe nécrosante progressive "otite interne" LABYRINTHITE Recommandations AFSSAPS 2011 chez immunocompétent : adulte et enfant > 3 mois 1

2 Tympan normal en otoscopie avant arrière Patience, calme, ténacité et boules quiès OTITES MOYENNES AIGUËS 1/ CONGESTIVES 2/ PURULENTES 2

3 PHYSIOPATHOLOGIE En cas de rhinopharyngite, l infection virale touche aussi la muqueuse de l oreille moyenne, ce qui se traduit par une otite moyenne aiguë congestive (ou otite congestive). tympan rouge, relief normal sans bombement, pas d épanchement Drainage de l OM vers rhinopharynx Le rhinopharynx et l oreille moyenne sont tapissés par la même muqueuse respiratoire ciliée. La caisse du tympan est ouverte sur le pharynx par la trompe d Eustache, permettant le drainage physiologique du mucus sécrété dans l oreille moyenne. L œdème de la trompe d Eustache, induit par l infection virale, provoque l accumulation des sécrétions dans l oreille moyenne et la multiplication des bactéries colonisant habituellement en surface l épithélium respiratoire. Si l obstruction de la trompe d Eustache se prolonge, une suppuration bactérienne apparaît dans la caisse du tympan, définissant l OMA purulente (OMAP). tympan rouge, relief masqué, bombement, et épanchement EPIDEMIOLOGIE - OMAP OMA possible dès les premières semaines de vie Pic d Incidence : 9 mois Fréquence moindre > 6 ans Nette prédominance hivernale 3

4 AGENTS INFECTIEUX OMAP (adulte et enfant > 3 mois) Virus initialement responsables Culture bactérienne stérile : 30-40% Association de bactéries ou surinfection bactérienne par 2 bactéries : rare mais possible Les 3 principales bactéries isolées dans pus OMAP Streptococcus pneumoniae(25-40%) Risque plus élevé de complications Haemophilus influenzae (30-40%) Branhamella catarrhalis(5-10%) Et aussi :SGA, SA, entérobactéries(<5%), Pseudomonas aeruginosa, anaérobies AGENTS INFECTIEUX OMAP (adulte et enfant > 3 mois) Epidémiologie de la aux antibiotiques des 3 principales bactéries responsables d OMAP Pourcentage de souches résistantes Streptococcus pneumoniae Haemophilus influenzae Branhamella catarrhalis (<10% des OMAP) Amoxicilline Ceftriaxone Pristinamycine Cotrimoxazole Lévofloxacine Pas de Pas de Pas de 15% de Pas de à posologie suffisante (notion PSDP) 15% de (production b- lactamase et modification cible) 90% de (production pénicillinase) Pas de Pas de 100% de Pas de 45% de <5% de Pas de Pas de AMOXICILLINE = MOLECULE DE 1 ERE INTENTION 4

5 DIAGNOSTIC CLINIQUE - OMAP SG Fièvre quasi-constante (refus alimentaire) SF Otalgie (pleurs, irritabilité,..) SP = examen otoscopique Inflammation tympanique Épanchement rétrotympanique ±Otorrhée Atteinte unilatérale STRATEGIE DE PRISE EN CHARGE -OMAP 1/ Diagnostic = clinique 2/ Traitement = antibiothérapie + traitement symptomatique en fonction de l âge et de l intensité des symptômes 2ans vs. >2 ans Abpied emblée Si symptômes peu intenses: abpiedifférée et réévaluation clinique à H48/H72 3/ Suivi du patient = échec? 5

6 ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE- OMAP PREMIERE INTENTION AmoxicillinePO en 2 prises quotidiennes Durée 2 ans : 8 jours >2 ans : 5 jours DEUXIEME INTENTION = en cas d allergie Allergie pénicilline sans CI céphalosporine : Enfant et adulte : C3G orale (cefpodoxime PO) CI βl : Enfant : cotrimoxazole ou érythromycine-sulfafurazole Adulte : pristinamycine ou cotrimoxazole ou lévofloxacine TRAITEMENT ASSOCIE - OMAP Antalgique et antipyrétique : paracétamol Contre-indications : AINS Corticoïdes Antibiotiques auriculaires Maintenir la liberté des VAS le cas échéant Mouchage Lavage fosses nasales 6

7 SUIVI DU PATIENT -OMAP Ré-évaluationà H48-H72 si les signes généraux et fonctionnels persistent sous tttbien observé (< 2 ans +++) échec?(5 à 10% des OMAP traitées) Définitions : Aggravation des symptômes sous abpie Persistance des symptômes sous abpie Réapparition des symptômes + signes otoscopiques dans les 4 jours qui suivent arrêt de abpie CAT en cas d échec Abpie initiale = amoxicilline Abpie intiale amoxicilline 1 er échec Amox-acclav (échec en cours ou en fin de ttt) 2 nd échec Avis spécialisé : paracentèse? Amox-ac clav + amox Ou ceftriaxone PSDP? HI P ase +? Avis spécialisé : paracentèse? OTITES MOYENNES CHRONIQUES 1/ OTITE SERO-MUQUEUSE ou otite moyenne chronique à tympan fermé 2/ CHOLESTEATOME (cf. cours ORL) 7

8 PHYSIOPATHOLOGIE - OSM Définition : inflammationchronique de l oreille moyenne à tympan fermé. L inflammation est responsable d un épanchement non purulent au sein des cavités de l oreille moyenne. L OSM est provoquée par un trouble de ventilation de l oreille moyenne, attribué généralement à un dysfonctionnement de la muqueuse et/ou de la trompe d Eustache. Ce n est pas une maladie infectieuse! EPIDEMIOLOGIE - OSM ENFANT Pathologie très fréquente : 50% des enfants, âge moyen = 5 ans ADULTE tumeur du cavum/ OSM unilatérale 8

9 DIAGNOSTIC CLINIQUE - OSM SG Aucun SF Hypoacousie + ronflements nocturnes, obstruction nasale, rhinorrhée, reniflements SP = examen otoscopique Tympans mats et rétractés Épancht séreux rétrotympanique Atteinte bilatérale : 85% des cas EXAMENS COMPLEMENTAIRES pour étayer le diagnostic Audiométrie tonale : surdité de transmission Tympanométrie: tympanogramme plat STRATEGIE DE PRISE EN CHARGE -OSM 1/ Diagnostic = clinique 2/ Traitement Guérison spontanée = la règle PAS D ANTIBIOTHERAPIE ±corticoïdes ou AINS en cure courte Désobstruction rhinopharyngée Ablations végétations adénoïdes Aérateurs transtympaniques? 3/ Complications OMA à répétition choléstéatome 9

10 OTITES EXTERNES 1/ BENIGNE 2/ MALIGNE = otite externe nécrosante progressive PHYSIOPATHOLOGIE - OE Notion de terrain +++ Diabète déséquilibré Grand âge VIH Définition : Inflammation du conduit auditif externe (CAE), siège d une macération favorisant une infection cutanée ou sous-cutanée. Favorisée par corps étranger et eczéma. Epidémiologie microbienne: Pseudomonas aeruginosa Staphylococcus aureus Forme maligne gravissime correspondant à une extension osseuse (ostéite) vers le rocher puis la base du crâne d une otite externe à Pseudomonas aeruginosa 10

11 DIAGNOSTIC CLINIQUE - OE SG Aucun OTITE EXTERNE BENIGNE SF Douleurs insomniantes, pulsatiles SP 1- examen otoscopique CAE inflammatoire, œdématié, douloureux Otorrhée purulente Tympan normal 2- adp prétragiennes Atteinte uni-ou bilatérale OTITE EXTERNE MALIGNE SG AEG fébrile SF Douleurs insomniantes, pulsatiles SP 1- examen otoscopique CAE inflammatoire, œdématié, douloureux Otorrhée purulente profuse +++ Tympan normal 2-méningite? Atteinte unilatérale STRATEGIE DE PRISE EN CHARGE -OE OTITE EXTERNE BENIGNE TTT médical Antalgiques Nettoyage CAE désinfection CAE Abpie auriculaire 2 semaines OTITE EXTERNE MALIGNE Prise en charge chirurgicale + antibiothérapie anti PA Urgence pronostic vital engagé 11

12 TAKING HOME MESSAGES 1. Quels sont les signes cliniques qui orientent vers une OMAP? A. Toux quinteuse B. Otalgie droite C. Refus alimentaire D. Fièvre E. Amygdales érythémateuses 12

13 1. Quels sont les signes cliniques qui orientent vers une OMAP? A. Toux quinteuse B. Otalgie droite C. Refus alimentaire D. Fièvre E. Amygdales érythémateuses 2. Quels éléments sémiologiques devez-vous observer à l'examen otoscopiquepour confirmer le diagnostic d OMAP? A. Tympan inflammatoire B. Tympan mat C. Tympan bombé D. Perte du triangle lumineux E. Perte du relief osseux 13

14 2. Quels éléments sémiologiques devez-vous observer à l'examen otoscopiquepour confirmer le diagnostic d OMAP? A. Tympan inflammatoire B. Tympan mat C. Tympan bombé D. Perte du triangle lumineux E. Perte du relief osseux 3. Vous retenez le diagnostic d OMAP droite. Quels sont les 3 agents pathogènes possiblement en cause? A. Pseudomonas aeruginosa B. pneumocoque C. Haemophilus parainfluenzae D. Branhamella catarralis E. Haemophilus influenzae 14

15 3. Vous retenez le diagnostic d OMAP droite. Quels sont les 3 agents pathogènes possiblement en cause? A. Pseudomonas aeruginosa B. pneumocoque C. Haemophilus parainfluenzae D. Branhamella catarralis E. Haemophilus influenzae 4. Quel(s) traitement(s) prescrivez-vous pour une OMAP à Germain, 18 mois? A. Traitement par ofloxacine en gouttes auriculaires B. Traitement antalgique par corticoïdes inhalés C. Traitement par pristinamycine per os D. Traitement antipyrétique par paracétamol solution buvable E. Traitement par amoxicilline-acide clavulanique per os F. Traitement par amoxicilline per os 15

16 4. Quel(s) traitement(s) prescrivez-vous pour une OMAP à Germain, 18 mois? A. Traitement par ofloxacine en gouttes auriculaires B. Traitement antalgique par corticoïdes inhalés C. Traitement par pristinamycine per os D. Traitement antipyrétique par paracétamol solution buvable E. Traitement par amoxicilline-acide clavulanique per os F. Traitement par amoxicilline per os 5. Quelles sont les complications possibles d une OMAP droite? A. Bilatéralisation de l OMAP à gauche B. Ethmoïdite C. Méningite bactérienne D. Mastoïdite E. Endocardite infectieuse 16

17 5. Quelles sont les complications possibles d une OMAP droite? A. Bilatéralisation de l OMAP à gauche B. Ethmoïdite C. Méningite bactérienne D. Mastoïdite E. Endocardite infectieuse 5. Quel(s) est/sont le(s) item(s) qui se rapporte(nt) à la définition de l échec dans le traitement des OMAP? A. Aggravation de la douleur et de la fièvre sous cotrimoxazole B. Apparition d une otorrhée par perforation tympanique C. Ré-apparition de la fièvre 4 jours après la fin du traitement par cefpodoxime D. Persistance de la fièvre après 48h de traitement par amoxicilline E. Touscesitemssontfaux 17

18 5. Quel(s) est/sont le(s) item(s) qui se rapporte(nt) à la définition de l échec dans le traitement des OMAP? A. Aggravation de la douleur et de la fièvre sous cotrimoxazole B. Apparition d une otorrhée par perforation tympanique C. Ré-apparition de la fièvre 4 jours après la fin du traitement par cefpodoxime D. Persistance de la fièvre après 48h de traitement par amoxicilline E. Toutes ces propositions sont fausses 5. Quels sont les signes cliniques qui différencient une OMAP d une OSM? A. Le terrain diabétique B. L otalgie unilatérale C. Lafièvre D. L état du tympan E. L épanchement rétro-tympanique 18

19 5. Quels sont les signes cliniques qui différencient une OMAP d une OSM? A. Le terrain diabétique B. L otalgie unilatérale C. Lafièvre D. L état du tympan E. L épanchement rétro-tympanique 19

Module 7 - Edition Item 98 page 1 Copyright CMIT ITEM N 98 : OTALGIES ET OTITES CHEZ L ENFANT ET L ADULTE. OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition Item 98 page 1 Copyright CMIT ITEM N 98 : OTALGIES ET OTITES CHEZ L ENFANT ET L ADULTE. OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2006 - Item 98 page 1 ITEM N 98 : OTALGIES ET OTITES CHEZ L ENFANT ET L ADULTE. OBJECTIFS TERMINAUX I. Expliquer les principales causes d otalgie chez l adulte et l enfant. II. Diagnostiquer

Plus en détail

Actualisation des recommandations du

Actualisation des recommandations du Actualisation des recommandations du Actualités Thérapeutiques D. Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales 1 dimanche 2 décembre Actualisation AFFSAPS 2011 2 dimanche 2 décembre Contexte : évolution

Plus en détail

N 147. Otites infectieuses de l'adulte et de l'enfant

N 147. Otites infectieuses de l'adulte et de l'enfant N 147. Otites infectieuses de l'adulte et de l'enfant Connaître les agents infectieux responsables de l'otite moyenne aiguë (OMA) et leur profil de sensibilité. Connaître les éléments diagnostiques et

Plus en détail

ED Infections Respiratoires Hautes

ED Infections Respiratoires Hautes ED Infections Respiratoires Hautes CAS 1 Un jeune homme de 19 ans vous est amené en consultation par sa mère au mois de mai pour douleurs pharyngées évoluant depuis 24h avec une fièvre à 39,5 C Pas d ATCD

Plus en détail

Quelle antibiothérapie faut il prescrire dans les infections ORL? Dr Naourez Kolsi AHU ORL et CCF CHU Fattouma Bourguiba Monastir

Quelle antibiothérapie faut il prescrire dans les infections ORL? Dr Naourez Kolsi AHU ORL et CCF CHU Fattouma Bourguiba Monastir Quelle antibiothérapie faut il prescrire dans les infections ORL? Dr Naourez Kolsi AHU ORL et CCF CHU Fattouma Bourguiba Monastir Introduction Infections ORL: majorité des pathologies infectieuses communautaires

Plus en détail

SINUSITE MAXILLAIRE AIGUE

SINUSITE MAXILLAIRE AIGUE SINUSITE MAXILLAIRE AIGUE I Définition Elle se définit comme une infection aiguë de la muqueuse du sinus maxillaire. C est une affection fréquente vue dans le cadre de l urgence. C est une complication

Plus en détail

Infections ORL. Infections ORL 2012/2013. A.Sotto

Infections ORL. Infections ORL 2012/2013. A.Sotto ECN n 77, 90, 98 Infections ORL Albert Sotto octobre 2013 «douleurs de gorge» Difficultés à la déglutition = odynophagie Fièvre > 38 C Amygdales inflammatoire ADP loco-régionales inflammatoires Angine

Plus en détail

INFECTIONS ORL. FMC Arras 25 janvier 2014 Dr Sophie Nguyen. Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur, CH Tourcoing

INFECTIONS ORL. FMC Arras 25 janvier 2014 Dr Sophie Nguyen. Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur, CH Tourcoing INFECTIONS ORL FMC Arras 25 janvier 2014 Dr Sophie Nguyen Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur, CH Tourcoing Conflits d intérêts Laboratoires Novartis : support congrès Laboratoires

Plus en détail

Rhinite & rhinopharyngite

Rhinite & rhinopharyngite N 145 INFECTIONS NASO-SINUSIENNES ADULTE (ENFANT) 1. Connaître les différentes formes de sinusite et les explorations éventuellement nécessaires pour en étayer le diagnostic. 2. Connaître les arguments

Plus en détail

Dr Stéphane CHADAPAUD

Dr Stéphane CHADAPAUD Recommandations sur l Antibiothérapie par Voie Générale en Pratique Courante dans les Infections Respiratoires Hautes de l Adulte et de l Enfant SPILF SFP GPIP Novembre 2011 Dr Stéphane CHADAPAUD Menu

Plus en détail

Actualités de l antibiothérapie par voie générale dans les infections courantes de l enfant.

Actualités de l antibiothérapie par voie générale dans les infections courantes de l enfant. Actualités de l antibiothérapie par voie générale dans les infections courantes de l enfant. Y. AMEGNRAN, M. COLOMBIES, C. CASTRO, J. POISSON et F. TRONC, Service de Pédiatrie-néonatologie CH Carcassonne.

Plus en détail

UE6 N 147. Otites infectieuses de l adulte et de l enfant. 1 Définitions. 2 Otite moyenne aigue (OMA) Objectifs. Points importants

UE6 N 147. Otites infectieuses de l adulte et de l enfant. 1 Définitions. 2 Otite moyenne aigue (OMA) Objectifs. Points importants UE6 N 147 Otites infectieuses de l adulte et de l enfant Pour la partie pédiatrie, consulter le référentiel du Collège de Pédiatrie Objectifs Connaître les agents infectieux responsables de l otite moyenne

Plus en détail

La sphère ORL: Rappels anatomiques

La sphère ORL: Rappels anatomiques Les infections ORL La sphère ORL: Rappels anatomiques Cas clinique C est le petit Louis, 6 ans, qui a de la fièvre depuis 2 jours et qui se plaint d avoir mal à la gorge Voyons cette gorge Et cette gorge

Plus en détail

Infections ORL. 2 ème cycle MT-11 Infections ORL ECN Année Universitaire Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. A.

Infections ORL. 2 ème cycle MT-11 Infections ORL ECN Année Universitaire Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. A. ECN n 77, 90, 98 Infections ORL Albert Sotto octobre 2009 «douleurs de gorge» Difficultés à la déglutition = odynophagie Fièvre > 38 C Amygdales inflammatoire ADP loco-régionales inflammatoires Angine

Plus en détail

Otologie. Les osselets relient le tympan et l OE et permettent une amplification des sons.

Otologie. Les osselets relient le tympan et l OE et permettent une amplification des sons. 03/11/2008 Dr Diane Lazard Module ORL Otologie Rappel anatomique - Ensemble de cavité creusé dans le rocher - 3 compartiments : o Oreille interne (OI) o Oreille moyenne (OM) o Oreille externe (OE) Oreille

Plus en détail

Quelques repères cliniques

Quelques repères cliniques Quelques repères cliniques Marie France LE GOAZIOU RHUME (sfmg) coryza, common cold, rhinite aiguë Rhinorhée claire et abondante++ Obstruction nasale ++ Récent ++++ +- éternuements +-larmoiement, brûlures

Plus en détail

IRH J.Birgé JRI 10 nov INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES LES «NOUVELLES» RECOMMANDATIONS DE NOV. 2011

IRH J.Birgé JRI 10 nov INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES LES «NOUVELLES» RECOMMANDATIONS DE NOV. 2011 1 INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES LES «NOUVELLES» RECOMMANDATIONS DE NOV. 2011 Mes liens d intérêts 2 Spécialiste en médecine générale en activité Membre des commissions de bonnes pratiques et de parcours

Plus en détail

Objectifs. 5) Objectif : Donner un traitement prenant en charge la douleur CEAP : La douleur a été prise en charge par un traitement oral adapté.

Objectifs. 5) Objectif : Donner un traitement prenant en charge la douleur CEAP : La douleur a été prise en charge par un traitement oral adapté. Traitement des otites externes bactériennes non compliquées (OEBNC) par les gouttes auriculaires Référentiel : Christian Martin But de la démarche : préciser les conditions de la prescription des gouttes

Plus en détail

Module 7 - Edition 2004 - Item 98 version 01 du 02 01 2004 page 1 Copyright CMIT ITEM N 98 : OTALGIES ET OTITES CHEZ L ENFANT ET L ADULTE.

Module 7 - Edition 2004 - Item 98 version 01 du 02 01 2004 page 1 Copyright CMIT ITEM N 98 : OTALGIES ET OTITES CHEZ L ENFANT ET L ADULTE. Module 7 - Edition 2004 - Item 98 version 01 du 02 01 2004 page 1 ITEM N 98 : OTALGIES ET OTITES CHEZ L ENFANT ET L ADULTE. OBJECTIFS TERMINAUX I. Expliquer les principales causes d otalgie chez l adulte

Plus en détail

INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES DE L ENFANT

INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES DE L ENFANT INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES DE L ENFANT RECOMMANDATIONS SPILF 2011 INTRODUCTION Surprescription d antibiotiques : France : 2 ème pays d Europe concernant la consommation d antibiotiques (29,6 DDJ/1000H/Jr

Plus en détail

N 145. Infections naso-sinusiennes de l'adulte et de l'enfant

N 145. Infections naso-sinusiennes de l'adulte et de l'enfant N 145. Infections naso-sinusiennes de l'adulte et de l'enfant - Connaître les différentes formes de sinusite et les explorations éventuellement nécessaires pour en étayer le diagnostic. - Connaître les

Plus en détail

Antibiothérapie par voie générale en pratique courante dans les infections respiratoires hautes de l adulte et de l enfant

Antibiothérapie par voie générale en pratique courante dans les infections respiratoires hautes de l adulte et de l enfant Recommandations Afin de limiter la survenue d effets indésirables et l émergence de plus en plus fréquente de résistances bactériennes, la prescription des antibiotiques doit être réservée aux seules situations

Plus en détail

Mes liens d intérêts

Mes liens d intérêts Cycle Actualisation des Recommandations J.Birgé 24 janvier 2012 1 INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES LES RECOMMANDATIONS DE L AFSSAPS NOV. 2011(+/- ANTIBIOVILLE) ET BONUS OSLER Mes liens d intérêts 2 Spécialiste

Plus en détail

Angine. Pr Christian Chidiac

Angine. Pr Christian Chidiac Angine Pr Christian Chidiac Université Claude Bernard Lyon 1 UFR Lyon Sud Charles Mérieux Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Hôpital de la Croix Rousse christian.chidiac@univ-lyon1.fr Définition

Plus en détail

SINUSITES AIGUËS. Formes. Physiopath. Ethmoïdite aiguë. Sinusite maxillaire et frontale. Formes cliniques. Sinusite sphénoïdale

SINUSITES AIGUËS. Formes. Physiopath. Ethmoïdite aiguë. Sinusite maxillaire et frontale. Formes cliniques. Sinusite sphénoïdale SINUSITES AIGUËS Physiopath Ethmoïde : naissance / autres à partir de 3 ans Virales ++++ Germes ORL : Pneumocoque, haemophilus influenzae, moxarella catarrhalis Germes dentaire : Anaérobies Formes Sinusite

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES ET BASSES

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES ET BASSES ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES ET BASSES Actualisation des Recommandations de l AFSSAPS 2005 Christian Perronne Infectiologie Université

Plus en détail

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis Introduction(1) L augmentation de la résistance des bactéries aux antibiotiques est inquiétante, et s explique entre

Plus en détail

OTO - MASTOIDITE DU NOURRISSON ET DE L ENFANT SERVICE ORL-CCF CHU MUSTAPHA BACHA D BELLAL,M ARAB, S AHNIA, D DJENNAOUI

OTO - MASTOIDITE DU NOURRISSON ET DE L ENFANT SERVICE ORL-CCF CHU MUSTAPHA BACHA D BELLAL,M ARAB, S AHNIA, D DJENNAOUI OTO - MASTOIDITE DU NOURRISSON ET DE L ENFANT SERVICE ORL-CCF CHU MUSTAPHA BACHA D BELLAL,M ARAB, S AHNIA, D DJENNAOUI INTRODUCTION La mastoïdite aiguë est la complication la plus fréquente des l otites

Plus en détail

Sinusite maxillaire aiguë. Dr Guillaume Moulis

Sinusite maxillaire aiguë. Dr Guillaume Moulis Sinusite maxillaire aiguë Dr Guillaume Moulis Cas clinique Lundi Homme de 63 ans, informaticien, doit rendre un important rapport pour vendredi Depuis 48 heures : rhinite claire, douleur maxillaire droite

Plus en détail

Que faire si... mon enfant a mal à l oreille?

Que faire si... mon enfant a mal à l oreille? Que faire si... mon enfant a mal à l oreille? Nos pédiatres vous répondent! 4 Nos urgences pédiatriques sont ouvertes 24 h/24 à Aigle et au Samaritain à Vevey Vos questions au sujet du mal d oreille Qu

Plus en détail

PRISE EN CHARGE MEDICALE DES INFECTIONS ORL AIGUES DE L ENFANT Dr Kané service de pédiatrie - Hôpital du Mali

PRISE EN CHARGE MEDICALE DES INFECTIONS ORL AIGUES DE L ENFANT Dr Kané service de pédiatrie - Hôpital du Mali PRISE EN CHARGE MEDICALE DES INFECTIONS ORL AIGUES DE L ENFANT Dr Kané service de pédiatrie - Hôpital du Mali Plan : I Ampleur du problème II Rappels anatomiques et particularités anatomiques des VAS de

Plus en détail

OTITE MOYENNE AIGUE. Les OMA touchent essentiellement l enfant avec un maximum de fréquence entre 6 et 24 mois.

OTITE MOYENNE AIGUE. Les OMA touchent essentiellement l enfant avec un maximum de fréquence entre 6 et 24 mois. OTITE MOYENNE AIGUE Objectifs : -Expliquer les principales causes d otalgie chez l adulte et l enfant. -Savoir diagnostiquer une otite moyenne aiguë, une otite externe, une otite séromuqueuse et leurs

Plus en détail

Antibiothérapie Des infections respiratoires aigues de l enfant

Antibiothérapie Des infections respiratoires aigues de l enfant Antibiothérapie Des infections respiratoires aigues de l enfant Mohammed BOUSKRAOUI CHU Mohammed VI Marrakech bouskraoui@yahoo.fr A. 6 mois Fièvre à 38.5 C, tousse Pas de détresse respiratoire, bruits

Plus en détail

RHINOSINUSITES AIGUES DE L'ADULTE

RHINOSINUSITES AIGUES DE L'ADULTE RHINOSINUSITES AIGUES DE L'ADULTE Groupe de veille documentaire FORGENI 23/09/2010 Recommandation SF ORL 2010 Document sous licence Creative Commons BY - SA DEFINITION Infection d origine virale ou bactérienne

Plus en détail

INFECTIONS ORL ET RESPIRATOIRES. U.E 2.5 Processus Inflammatoires et Infectieux Dr Estibaliz LAZARO

INFECTIONS ORL ET RESPIRATOIRES. U.E 2.5 Processus Inflammatoires et Infectieux Dr Estibaliz LAZARO INFECTIONS ORL ET RESPIRATOIRES U.E 2.5 Processus Inflammatoires et Infectieux Dr Estibaliz LAZARO PLAN DU COURS Infections ORL Données épidémiologiques Définitions et Anatomie Caractéristiques Cliniques

Plus en détail

Antibiothérapie en ORL

Antibiothérapie en ORL Antibiothérapie en ORL Author : dr-jahidi I - DEFINITION - INTERET On appelle antibiotique toute substance qui à faible concentration inhibe la croissance bactérienne. L antibiothérapie a un intérêt majeur

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE : Infections Respiratoires Basses de l Enfant RECOMMANDATIONS

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE : Infections Respiratoires Basses de l Enfant RECOMMANDATIONS ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE : Infections Respiratoires Basses de l Enfant RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, juillet 2001 RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Otites externes et moyennes

Otites externes et moyennes Otites externes et moyennes **Les otites externes** I. définition : L'otite externe est une dermo-épidermite aiguë qui se développe au niveau d'une peau lésée (après extraction d'un bouchon de cérumen,

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 143 - Septembre 2014 SOMMAIRE 1) Les infections respiratoires hautes 2) Les infections urinaires 3) Documentation 4) Quizz 4-1 Quizz de septembre 2014 4-2 Réponses au quizz de

Plus en détail

Sinusites : un dossier clinique

Sinusites : un dossier clinique Sinusites : un dossier clinique Pr Christian Chidiac Université Claude Bernard Lyon 1 UFR Lyon Sud Charles Mérieux Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Hôpital de la Croix Rousse christian.chidiac@univ-lyon1.fr

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 90 version 01 du page 1 Copyright CMIT ITEM N 90 INFECTIONS NASO-SINUSIENNES DE L ENFANT ET DE L ADULTE.

Module 7 - Edition Item 90 version 01 du page 1 Copyright CMIT ITEM N 90 INFECTIONS NASO-SINUSIENNES DE L ENFANT ET DE L ADULTE. Module 7 - Edition 2004 - Item 90 version 01 du 02 01 2004 page 1 ITEM N 90 INFECTIONS NASO-SINUSIENNES DE L ENFANT ET DE L ADULTE. OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une rhino-sinusite aiguë. II. Argumenter

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections Respiratoires Basses. S. NAFTI Clinique des Maladies Respiratoires «Ibn Zohr» CHU Mustapha

Antibiothérapie des Infections Respiratoires Basses. S. NAFTI Clinique des Maladies Respiratoires «Ibn Zohr» CHU Mustapha Antibiothérapie des Infections Respiratoires Basses S. NAFTI Clinique des Maladies Respiratoires «Ibn Zohr» CHU Mustapha 1 En Algérie Infections respiratoires basses Epidémiologie Enfants : (1 à 14 ans)

Plus en détail

Epidémiologie. Terrain du patient = élément majeur de pronostic et de prise en charge

Epidémiologie. Terrain du patient = élément majeur de pronostic et de prise en charge PNEUMOPATHIES 1 Epidémiologie Les pneumopathies communautaires sont des infections potentiellement grave (5 ème ou 6 ème cause de décès dans les pays industrialisés) 1 ère cause de décès d origine infectieuse

Plus en détail

ANTIBIOTIQUES révisions. Dr Oana DUMITRESCU, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux

ANTIBIOTIQUES révisions. Dr Oana DUMITRESCU, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux ANTIBIOTIQUES révisions Dr Oana DUMITRESCU, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux oana.dumitrescu@chu-lyon.fr b-lactamines Glycopeptides Fosfomycine Quinolones Sulfamides Rifampicine Nitrofuranes

Plus en détail

Antibiothérapie alternée : indications et pratique

Antibiothérapie alternée : indications et pratique Antibiothérapie alternée : indications et pratique Ralph Epaud Centre de Référence des Maladies Respiratoires Rares Trousseau Antibiothérapie alternée Une problématique récente? Facteur déclenchant Inflammation

Plus en détail

OTITES EXTERNES. Facteurs favorisants. Bénigne. Maligne

OTITES EXTERNES. Facteurs favorisants. Bénigne. Maligne OTITES EXTERNES Facteurs favorisants HUMIDITÉ, MACÉRATION => Pyo, Staph TRAUMA du CAE TRAITEMENTS locaux abusifs (antiseptiques, antibiotiques) Bénigne Clinique : OTALGIE TRÈS VIOLENTE Insomniante, pulsatile

Plus en détail

Dr J.P. Rasigade, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux Octobre 2014

Dr J.P. Rasigade, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux Octobre 2014 Dr J.P. Rasigade, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux Octobre 2014 Utilisation antibiotique = Résistance DANS et HORS Etablissements de soins BMR Innovation pharmaceutique Impasse thérapeutique

Plus en détail

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF 2015 INTRODUCTION L infection urinaire (IU) peut avoir des conséquences

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

Uniformisons. notre communication

Uniformisons. notre communication Antibiothérapie des Pneumonies et des Pleuro-pneumopathies Uniformisons Robert COHEN notre communication CHI Créteil GRC Gemini Université Paris XII GPIP InfoVac ACTIV Etiologies des pneumonies de l enfant

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 Suite à la demande du ministre chargé de la Santé et de la Sécurité Sociale, la commission réexamine la spécialité suivante : RINUREL, comprimé sécable B/24

Plus en détail

de recherches générale documents médecine SFMG DRMG N 50 Janvier 1998 d e l a m é d e c i n e g é n é r a l e

de recherches générale documents médecine SFMG DRMG N 50 Janvier 1998 d e l a m é d e c i n e g é n é r a l e SFMG supplément Le plaisir de comprendre DRMG N 50 Janvier 1998 d e l a m é d e c i n e g é n é r a l e documents de recherches en médecine générale n 50 Janvier 1998 documents de recherches en médecine

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER NOS PRESCRIPTIONS D ANTIBIOTIQUES, A PROPOS DES INFECTIONS DE L ARBRE RESPIRATOIRE?

COMMENT OPTIMISER NOS PRESCRIPTIONS D ANTIBIOTIQUES, A PROPOS DES INFECTIONS DE L ARBRE RESPIRATOIRE? EPU-95 Montmorency Formation Médicale Continue du Val d'oise - Agrément provisoire DPC ASSOCIATION AMICALE D ENSEIGNEMENT POST UNIVERSITAIRE DE LA RÉGION DE MONTMORENCY Siège social : 1 rue Jean Moulin

Plus en détail

Du Bon Usage Des FLUOROQUINOLONES

Du Bon Usage Des FLUOROQUINOLONES Du Bon Usage Des FLUOROQUINOLONES Service des maladies infectieuses et Tropicales Professeur Bruno MARCHOU CHU Toulouse Remerciements aux Dr Alexa Debard et Marion Grare 18/11/2015 BM, Bon usage FQ 1 Des

Plus en détail

COPACAMU Comment traiter en ambulatoire les infections Pulmonaires, urinaires, cutanées. Cas cliniques. Sékéné BADIAGA Hôpital Nord Marseille

COPACAMU Comment traiter en ambulatoire les infections Pulmonaires, urinaires, cutanées. Cas cliniques. Sékéné BADIAGA Hôpital Nord Marseille COPACAMU 2011 Comment traiter en ambulatoire les infections Pulmonaires, urinaires, cutanées Cas cliniques Sékéné BADIAGA Hôpital Nord Marseille Cas clinique 1 Femme de 36 ans, sans ATCD Séjour touristique

Plus en détail

Item 98 : Otalgies et otites chez l'enfant et l'adulte

Item 98 : Otalgies et otites chez l'enfant et l'adulte Item 98 : Otalgies et otites chez l'enfant et l'adulte Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Expliquer les principales causes d'otalgies chez l'adulte et l'enfant...1

Plus en détail

Complications des otites moyennes chroniques

Complications des otites moyennes chroniques Complications des otites moyennes chroniques Author : dr-jahidi I - DEFINITION - INTERETS L otite moyenne chronique simple est une affection caractérisée par l inflammation chronique de la muqueuse de

Plus en détail

BUT DE LA DEMARCHE : diminuer le risque d échec anatomique et fonctionnel et le risque iatrogène

BUT DE LA DEMARCHE : diminuer le risque d échec anatomique et fonctionnel et le risque iatrogène THEME : TRAITEMENT CHIRURGICAL DES PERFORATIONS TYMPANIQUES DE L ENFANT (PERFORATIONS SECHES EN DEHORS DE TOUTE MIGRATION EPIDERMIQUE A LA FACE PROFONDE) DU TYMPAN, DE TOUTE OTORRHEE CHRONIQUE ET DE TOUTE

Plus en détail

Evaluation au CHU de Limoges à travers un audit clinique A Vergnenègre, V Gazaille SIME, Service de Pneumologie

Evaluation au CHU de Limoges à travers un audit clinique A Vergnenègre, V Gazaille SIME, Service de Pneumologie Recommandations de la Société de Pneumologie de Langue Française pour la prise en charge des pneumopathies aiguës communautaires : Evaluation au CHU de Limoges à travers un audit clinique A Vergnenègre,

Plus en détail

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy Principes generaux de l antibiotherapie Prof RANDRIA Mamy Introduction Antibiotiques: substances d origine biologique ou synthétique capables d inhiber la croissance des bactéries Médicaments d usage courant

Plus en détail

Les principes du bon usage des antibiotiques. Pr Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Toulouse

Les principes du bon usage des antibiotiques. Pr Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Toulouse Les principes du bon usage des antibiotiques Pr Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Toulouse ARLIN 10/05/2016 Antibiotiques: la crise après l âge d or ATB globalement

Plus en détail

INFECTIONS DES TISSUS MOUS

INFECTIONS DES TISSUS MOUS INFECTIONS DES TISSUS MOUS 1 Definitions 2 Définitions Dermohypodermite bactérienne: Erysipéle Infection cutanée aiguë touchant le derme et l hypoderme Localisée Non nécrosante Fréquente chez l adulte,

Plus en détail

Primary ciliary dyskinesia: a consensus statement on. approaches in children. ERS Task Force 2009 Eur resp J 2009;34:

Primary ciliary dyskinesia: a consensus statement on. approaches in children. ERS Task Force 2009 Eur resp J 2009;34: Primary ciliary dyskinesia: a consensus statement on diagnostic and treatment approaches in children ERS Task Force 2009 Eur resp J 2009;34:1264-1276 méthode Questionnaire / centres européens Groupe travail

Plus en détail

BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES, LA CLEF DE LA LUTTE CONTRE LES BMR

BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES, LA CLEF DE LA LUTTE CONTRE LES BMR 1 BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES, LA CLEF DE LA LUTTE CONTRE LES BMR Nancy J.Birgé Antibiolor Mes liens d intérêts 2 Spécialiste en médecine générale en activité Membre des commissions de bonnes pratiques

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 8 décembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 8 décembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 8 décembre 2004 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité

Plus en détail

La rhinopharyngite. Traitement. La rhinopharyngite. Les pathologies ORL et respiratoires. La rhinopharyngite. La rhinopharyngite La rhinopharyngite

La rhinopharyngite. Traitement. La rhinopharyngite. Les pathologies ORL et respiratoires. La rhinopharyngite. La rhinopharyngite La rhinopharyngite Les pathologies ORL et respiratoires I Rhinopharyngite et adénoïdectomie II Otites III Angine et amygdalectomie IV Laryngite V Asthme VI Bronchiolite VII - Pneumopathies Définition Inflammation virale

Plus en détail

THESE DOCTORAT EN MEDECINE

THESE DOCTORAT EN MEDECINE UNIVERSITE PARIS 7 DENIS DIDEROT FACULTE DE MEDECINE Année 2010 n THESE POUR LE DOCTORAT EN MEDECINE (Diplôme d Etat) PAR Melle BELLANGER Hélène Née le 31 Mai 1979 à Maisons-Laffitte Présentée et soutenue

Plus en détail

Otites de l enfant. Item et objectifs du CNCI

Otites de l enfant. Item et objectifs du CNCI 34 Otites de l enfant I. POUR BIEN COMPRENDRE II. DIAGNOSTIQUER UNE OTITE III. ARGUMENTER L ATTITUDE THÉRAPEUTIQUE ET PLANIFIER LE SUIVI DE L ENFANT Item et objectifs du CNCI Item 98. Otalgies et otites

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 12 décembre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 12 décembre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 12 décembre 2001 IZILOX 400 mg, comprimé pelliculé (Boites 5 7 50) Laboratoires BAYER Moxifloxacine Liste I Date de l'amm : 31 août 2001 motif de la

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE CHEZ L ADULTE ET LE SUJET AGE

ANTIBIOTHERAPIE CHEZ L ADULTE ET LE SUJET AGE ANTIBIOTHERAPIE CHEZ L ADULTE ET LE SUJET AGE R. Abdelmalek Le 19/03/2010 INTRODUCTION Antibiothérapie: changer pronostic des infections Prescriptions abusives: antipyrétiques!!! Manque de formation en

Plus en détail

BRONCHIOLITE. Dr Claudia HOSPICE Septembre 2013

BRONCHIOLITE. Dr Claudia HOSPICE Septembre 2013 BRONCHIOLITE Dr Claudia HOSPICE Septembre 2013 DEFINTION Inflammation des bronchioles obstruction par des sécrétions, risque de détresse respiratoire Maladie virale - VRS (virus respiratoire syncitial)++:

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 Suite à la demande du ministre chargé de la Santé et de la Sécurité Sociale, la commission réexamine la spécialité suivante : THIOVALONE, suspension pour

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 16 mars 2016

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 16 mars 2016 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 16 mars 2016 amoxicilline et inhibiteur d enzyme AUGMENTIN 100 mg/12,50 mg par ml Enfant, poudre pour suspension buvable en flacon [8/1] Fl/60 ml (CIP: 34009 343 925

Plus en détail

diagnostic d'une sinusite maxillaire aigue

diagnostic d'une sinusite maxillaire aigue diagnostic d'une sinusite maxillaire aigue Author : dr-jahidi I INTRODUCTION Les sinus sont des cavités aériennes creusées dans certains os du massif crânio-facial, dont l utilité reste mal comprise et

Plus en détail

Les sinusites en 2012 : comment faire le diagnostic, qui traiter, par quel antibiotique? Martine François Robert Cohen

Les sinusites en 2012 : comment faire le diagnostic, qui traiter, par quel antibiotique? Martine François Robert Cohen Les sinusites en 2012 : comment faire le diagnostic, qui traiter, par quel antibiotique? Martine François Robert Cohen 1 12 Octobre 2012 : Vous recevez en consultation, Clara 4 ans, scolarisée depuis 1

Plus en détail

Otalgie et otite moyenne aiguë de l enfant

Otalgie et otite moyenne aiguë de l enfant Dossier Otalgie et otite moyenne aiguë de l enfant Christine Martins Carvalho, Gérald Valette, Rémi Marianowski Service ORL, Hôpital A. Morvan, CHU de Brest, 5 Avenue Foch, 29200 Brest

Plus en détail

Pathologie hivernale chez l enfant. Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat

Pathologie hivernale chez l enfant. Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat Pathologie hivernale chez l enfant Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat Affections respiratoires Mécanisme de défense des voies aériennes Appareil mucociliaire

Plus en détail

Pseudomonas aeruginosa

Pseudomonas aeruginosa Pseudomonas aeruginosa Pseudomonas aeruginosa Bacilles à Gram négatif Mobiles (ciliature polaire) Aérobies stricts Pseudomonas aeruginosa Aérobies stricts Pseudomonas aeruginosa Pigmentation bleu-vert

Plus en détail

L OTITE MOYENNE AIGUE

L OTITE MOYENNE AIGUE L OTITE MOYENNE AIGUE I- INTRODUCTION : L otite moyenne aigue (OMA) est l inflammation aigue de la muqueuse des cavités de l oreille moyenne. Il s agit d une affection fréquente, touche 10% des enfants

Plus en détail

Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) A. Riché P. Tattevin

Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) A. Riché P. Tattevin Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) F. Roblot A. Riché P. Tattevin Définitions des infections de Prothèses articulaires (PA) Les infections de PA sont définies en fonction de leur

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES SUR L ADMISSIBILITÉ AU DROIT À PENSION OTITE MOYENNE CHRONIQUE

LIGNES DIRECTRICES SUR L ADMISSIBILITÉ AU DROIT À PENSION OTITE MOYENNE CHRONIQUE LIGNES DIRECTRICES SUR L ADMISSIBILITÉ AU DROIT À PENSION OTITE MOYENNE CHRONIQUE CMP 00642 CIM-9 318.0, 381.1, 381.2, 381.3, 381.4, 382 (références croisées : surdité de perception, surdité de transmission

Plus en détail

Traitement des infections ORL de l'adulte et complications (otite, angine, sinusite)

Traitement des infections ORL de l'adulte et complications (otite, angine, sinusite) Traitement des infections ORL de l'adulte et complications (otite, angine, sinusite) Pr Béatrix Barry Service ORL Hôpital Bichat 22 mai 2014 Le programme de l Assurance Maladie pour un meilleur usage

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine les spécialités : OZOTHINE Adulte

Plus en détail

INFECTIONS ORL RECIDIVANTES DE L ENFANT

INFECTIONS ORL RECIDIVANTES DE L ENFANT INFECTIONS ORL RECIDIVANTES DE L ENFANT D r C o r i n n e B e r g è s O R L C l i n i q u e d e s C è d r e s / C l i n i q u e d u P a r c INTRODUCTION MOTIF TRES FREQUENT DE CONSULTATION - 18,6 millions

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 77 page 1 Copyright CMIT ITEM N 77 : ANGINES ET RHINOPHARYNGITES DE L ENFANT ET DE L ADULTE OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition Item 77 page 1 Copyright CMIT ITEM N 77 : ANGINES ET RHINOPHARYNGITES DE L ENFANT ET DE L ADULTE OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2006 - Item 77 page 1 ITEM N 77 : ANGINES ET RHINOPHARYNGITES DE L ENFANT ET DE L ADULTE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une angine et une rhinopharyngite II. Argumenter l attitude

Plus en détail

Corrélations radio-cliniques en otologie et otoneurologie

Corrélations radio-cliniques en otologie et otoneurologie Corrélations radio-cliniques en otologie et otoneurologie D. Ayache *, M. Williams Association Franco-Israélienne d ORL et de Chirurgie cervico-faciale (AFIDOC) *Unité d Otologie Otoneurologie, Fondation

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 janvier 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 janvier 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 janvier 2011 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée 5 ans à compter du 21/11/2005 (JO du 31 janvier 2008) LOGIFLOX 400 mg, comprimé pelliculé sécable

Plus en détail

G. Brunin CH Boulogne M. Roussel Delvallez CHU Lille

G. Brunin CH Boulogne M. Roussel Delvallez CHU Lille G. Brunin CH Boulogne M. Roussel Delvallez CHU Lille Cas clinique 1 Un patient de 60 ans, diabétique et bronchopathe chronique, est hospitalisé dans un service de médecine pour une pneumonie aiguë communautaire.

Plus en détail

DYSKINESIE CILIAIRE PRIMITIVE A L AGE L ADULTE: ATTEINTE RESPIRATOIRE

DYSKINESIE CILIAIRE PRIMITIVE A L AGE L ADULTE: ATTEINTE RESPIRATOIRE DYSKINESIE CILIAIRE PRIMITIVE A L AGE L ADULTE: ATTEINTE RESPIRATOIRE Dr Romain LAZOR Centre de référence des maladies orphelines pulmonaires, Hôpital Louis Pradel, Hospices Civils de Lyon, et Service

Plus en détail

Fiche n 2 "Charbon" 1. Traitement prophylactique post-exposition et traitement des personnes symptomatiques pouvant recevoir un traitement per os

Fiche n 2 Charbon 1. Traitement prophylactique post-exposition et traitement des personnes symptomatiques pouvant recevoir un traitement per os Fiche thérapeutique Fiche n 2 "Charbon" Le charbon (anthrax dans les pays anglo-saxons) est une maladie provoquée par une bactérie : Bacillus anthracis. Son nom vient de l aspect des lésions cutanées,

Plus en détail

INFECTIONS ORL RECIDIVANTES DE L ENFANT: QUAND ET COMMENT EXPLOER? N.BENSAADI CHU Tizi-Ouzou 4 eme congrès national d ORL 13/11/2014 Hilton Alger

INFECTIONS ORL RECIDIVANTES DE L ENFANT: QUAND ET COMMENT EXPLOER? N.BENSAADI CHU Tizi-Ouzou 4 eme congrès national d ORL 13/11/2014 Hilton Alger INFECTIONS ORL RECIDIVANTES DE L ENFANT: QUAND ET COMMENT EXPLOER? N.BENSAADI CHU Tizi-Ouzou 4 eme congrès national d ORL 13/11/2014 Hilton Alger Introduction De nombreux médecins traitants sont confrontés

Plus en détail

BACTÉRIÉMIES CHEZ LA FEMME ENCEINTE : ÉTUDE DESCRIPTIVE CHEZ 135 PATIENTES ENCEINTE : ÉTUDE DESCRIPTIVE CHEZ

BACTÉRIÉMIES CHEZ LA FEMME ENCEINTE : ÉTUDE DESCRIPTIVE CHEZ 135 PATIENTES ENCEINTE : ÉTUDE DESCRIPTIVE CHEZ BACTÉRIÉMIES CHEZ LA FEMME ENCEINTE : ÉTUDE DESCRIPTIVE CHEZ BACTÉRIÉMIES 35 PATIENTES CHEZ LA FEMME ENCEINTE : ÉTUDE DESCRIPTIVE CHEZ 35 PATIENTES Laure Surgers, Nadia Valin, Bruno Carbonne, Valérie Lalande,

Plus en détail

Recommandations accessibles sur: infectiologie.com rubrique «consensus et recommandations»

Recommandations accessibles sur: infectiologie.com rubrique «consensus et recommandations» Recommandations sur l Antibiothérapie par Voie Générale en Pratique Courante dans les Infections Respiratoires Hautes de l Adulte et de l Enfant SPILF SFP GPIP Novembre 2011 Recommandations accessibles

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique des OSM de l enfant (Texte court)

Prise en charge thérapeutique des OSM de l enfant (Texte court) s de Pratiques Cliniques (RPC) de la Société Française d ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale Prise en charge thérapeutique des OSM de l enfant (Texte court) COMITE D ORGANISATION Pr Philippe Bordure, Service

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Dr Foued BELLAZREG Service de Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached - Sousse. Sousse, le 23 septembre 2011

CAS CLINIQUE. Dr Foued BELLAZREG Service de Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached - Sousse. Sousse, le 23 septembre 2011 CAS CLINIQUE Dr Foued BELLAZREG Service de Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached - Sousse Sousse, le 23 septembre 2011 1 Un patient de 50 ans consulte aux urgences pour céphalées, fièvre, et vomissements

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 Juillet 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 Juillet 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 Juillet 2006 CIFLOX 200mg/100ml, solution pour perfusion Boîte de 1 flacon (CIP : 376 227 1) CIFLOX 400mg/200ml, solution pour perfusion Boîte de 1 flacon (CIP : 376

Plus en détail

9- Enfant de 9 ans dysphagie, T, kgs, 130 cm

9- Enfant de 9 ans dysphagie, T, kgs, 130 cm angines Avril 2009 9- Enfant de 9 ans, dysphagie, T 38 5 26 kgs, 130 cm L angine érythémateuse ou érythémato-pultacée Virale ou Streptocoque β- hémolytique du groupe A (SGA) 25 à 40% chez l enfant 10 à

Plus en détail

Évaluation de l application des recommandations sur l antibiothérapie des infections ORL et respiratoires en médecine ambulatoire

Évaluation de l application des recommandations sur l antibiothérapie des infections ORL et respiratoires en médecine ambulatoire Évaluation de l application des recommandations sur l antibiothérapie des infections ORL et respiratoires en médecine ambulatoire Résultats du premier tour d un audit de pratique réalisé par 189 médecins

Plus en détail

Table des matières. Antibiothérapie empirique des infections ORL 2

Table des matières. Antibiothérapie empirique des infections ORL 2 GGA : Antibiothérapie empirique des infections ORL ab11 Infections ORL 06-12-17.doc Table des matières Antibiothérapie empirique des infections ORL 2 Mastoïdite... 2 Otite externe maligne... 2 Thrombophlébite

Plus en détail

Les antibiotiques dans les infections ORL

Les antibiotiques dans les infections ORL Journée régionale sur Le bon usage des antibiotiques 19 novembre 2014 - Rennes Les antibiotiques dans les infections ORL point de vue du médecin généraliste Dr Thierry LABARTHE URPS Médecins Libéraux de

Plus en détail