VII LES LECTEURS DE FLUORESCENCE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VII LES LECTEURS DE FLUORESCENCE"

Transcription

1 Page : 64/ 77 VII LES LECTEURS DE FLUORESCENCE Un lecteur de fluorescence, aussi appelé fluorimètre, est un appareil qui permet d exciter des échantillons contenant des fluorophores, à des longueurs d ondes précises et de mesurer l intensité de la fluorescence émise. Il existe différents types de fluorimètres mais nous ne ferons référence ici qu'aux fluorimètres utilisés pour des mesures en microplaques sur la plateforme ARPEGE. Ces lecteurs sont automatisés et capables de mesurer l intensité de la fluorescence provenant d échantillons disposés dans des microplaques de différents formats 45. On peut distinguer différents types de fluorimètres en fonction de la source lumineuse excitatrice, du type de filtre, de la présence ou non de monochromateur et du type de détecteur. Les éléments du système optique d un fluorimètre à filtre sont schématiquement représentés sur la Figure 46 et seront plus amplement détaillés dans ce chapitre. Figure 46. Système optique d un fluorimètre. La lumière provenant d une lampe passe d abord au travers d un filtre qui ne laisse passer que les longueurs d ondes d excitation souhaitées correspondant à la gamme d absorption du fluorophore d intérêt contenu dans l échantillon. Le faisceau lumineux filtré est ensuite réfléchit dans les puits d une microplaque grâce à un miroir dichroïque 46. Une partie seulement de la fluorescence émise par les fluorophores présents dans 45 Les formats les plus couramment utilisés sont les plaques 96 et 384 puits. 46 Le miroir dichroïque réfléchit la lumière d excitation vers l échantillon et laisse passer la fluorescence émise par les fluorophores vers le détecteur.

2 Page : 65/ 77 l échantillon traverse le miroir dichroïque. Afin de précisément sélectionner les longueurs d ondes d émission que l on souhaite analyser, un deuxième filtre est placé après le miroir dichroïque. L intensité du signal émis est mesurée au niveau d un détecteur qui convertit l énergie des photons de fluorescence en un signal électrique. A) LES DIFFERENTES SOURCES D EXCITATION 1) LES LAMPES PULSEES AU XENON ET AU MERCURE (PHERASTARFS, INFINITE F500, FLEXSTATION) Les lampes au Xénon et au Mercure émettent sur une gamme étendue de longueurs d onde (Figure 47). La lampe au Xénon équipe la plupart des fluorimètres car elle délivre une lumière homogène en intensité de 250 à 700 nm qui permet d exciter une large gamme de fluorophores. Néanmoins, l énergie que délivre cette lampe est faible 47 par rapport à d autres sources lumineuses comme le LASER 48 et la durée d un pulse d excitation est relativement long 49. (XBO) (HBO) Figure 47. Les lampes pulsées au Xénon et au Mercure (schéma tiré de Xénon : la lumière de sortie est constante de 250 nm à 700 nm. Mercure : plus énergétique que le Xénon, cette lampe peut mieux convenir pour exciter des fluorophores dont les pics d absorption correspondent aux pics de la lampe. 47 L efficacité d excitation des fluorophores sera donc moindre. 48 LASER : Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation. 49 Quelques microsecondes pour une lampe pulsée au Xénon contre quelques nanosecondes pour un LASER classique. Certains lasers ont des pulses encore plus court (picosecondes femtosecondes).

3 Page : 66/ 77 2) LES LAMPES HALOGENES (MITHRAS LB940) Les lampes halogènes sont plus énergétiques que les lampes pulsées entre 450 et 700 nm (Figure 48-a). L excitation de fluorophores absorbants dans le rouge et dans le proche infrarouge est donc plus efficace avec cette lampe. Toutefois, les lampes halogènes émettent une lumière de plus faible énergie en dessous de 450 nm. Elles ne sont donc pas idéales pour exciter des fluorophores absorbant dans l ultraviolet. Figure 48-a. Les lampes halogène (schéma tiré de Le spectre de la lampe halogène est représenté en rouge. Le spectre de la lampe au Mercure est représenté en bleu. 3) LES LASERS OU LAMPES CONTINUES (PHERASTARFS ET RUBYSTAR) Il existe de nombreux lasers (Argon, Hélium-Néon, etc.). Le PHERAstar et le RUBYstar sont équipés d un laser à azote qui délivre une lumière monochromatique 50 dans l ultraviolet de forte énergie à 337 nm. Contrairement aux lampes pulsées, les lasers délivrent un pulse d excitation qui est très court (Figure 48-b). 50 Une seule longueur d onde.

4 Page : 67/ 77 Lampe flash pulsée LASER Amplitude (Volt) Amplitude (Volt) Temps s Temps ns Figure 48-b. Forme d une impulsion d une lampe flash pulsée et d un laser. B) LES FILTRES (PHERASTARFS, RUBYSTAR, INFINITE F500, MITHRAS LB940) Les filtres permettent de sélectionner les longueurs d onde d intérêt en réduisant les longueurs d ondes parasites : - Les filtres d excitation sont placés entre la source lumineuse et l échantillon à exciter. Ils permettent de sélectionner les longueurs d onde d excitation du fluorophore utilisé pour l expérience en éliminant les autres longueurs d ondes délivrées par la source lumineuse. - Les filtres d émission sont placés entre l échantillon et le détecteur. Ils permettent de restreindre les longueurs d ondes qui atteignent le détecteur en sélectionnant les longueurs d émission du fluorophore et en bloquant les longueurs d ondes parasites (Figure 49). Filtre d excitation Intensité Spectre d émission de la lampe Spectre d absorption du fluorophore Spectre d émission du fluorophore Intensité Filtre d excitation Filtre d émission Longueur d onde Figure 49. Les filtres. Il ne doit pas y avoir de recouvrement entre les longueurs d ondes sélectionnées à l excitation et à l émission. Les longueurs d ondes de la lampe qui sont sélectionnées par le filtre d excitation correspondent à la gamme d absorption du fluorophore.

5 Page : 68/ 77 Il existe deux types de filtres utilisés dans les fluorimètres : - Des filtres passe haut, - Des filtres à bande passante. Sur les fluorimètres à microplaques ce sont les filtres à bande passante qui sont généralement utilisés. Le filtre passe haut (Long-Pass, LP) Ce filtre permet d isoler des régions spécifiques du spectre. Il est définit par : - un seuil de coupure au-dessous duquel la lumière ne passe pas - un pourcentage de transmission maximal (%T) % T Filtre % Transmission Tmax/2 20 transmises Longueur d onde (nm) Figure 50. Le filtre passe haut. Il laisse passer les longueurs d ondes supérieures à une valeur et bloque les autres. La valeur indiquée sur le filtre correspond à la longueur d onde pour laquelle la transmission du filtre est de 50% (Tmax/2 = seuil de coupure). Un bon filtre doit avoir un % de transmission élevé et un seuil de coupure franc (forte pente). Le filtre à bande passante (Band-Pass, BP) Il est le plus utilisé sur les fluorimètres de microplaques. Ce filtre laisse passer les longueurs d ondes comprises entre deux valeurs et bloque les autres. Il est définit par : - une longueur d onde : Central WaveLength (CWL) - un pourcentage de transmission maximal (%T) - une bande passante (BP)

6 Page : 69/ CWL % T Filtre % Transmission Tmax/2 BP = 10 nm transmises Longueur d onde (nm) Figure 51. Filtre à bande passante. Un bon filtre à bande passante doit posséder une transmittance élevée, une bande passante étroite avec des seuils de coupure francs. Par exemple, un filtre BP535/10 centré sur 535 nm avec une bande passante de 10 nm laisse passer les longueurs d onde entre 530 nm et 540 nm. Par rapport aux filtres passe haut, le filtre à bande passante permet de sélectionner précisément les fenêtres de longueurs d ondes les mieux adaptées à l excitation d un fluorophore d intérêt et à la mesure de l émission de sa fluorescence. Idéalement, à l émission, la bande passante est centrée sur le pic d émission du fluorophore et couvre une partie de son spectre. Plus une bande passante est large, plus grand est le nombre de photons collectés. Cela a une influence directe sur la sensibilité de la détection du fluorophore. Néanmoins, l utilisation d un filtre d émission à large bande passante augmente le risque de mesurer des signaux parasites (signal moins résolutif). Par conséquent, si le signal est suffisant, il vaut mieux toujours limiter la largeur de la bande passante pour améliorer le signal sur bruit de la lecture. Dans la pratique, lorsque deux ou plusieurs fluorophores avec des propriétés optiques différentes se trouvent dans le même échantillon, il faut utiliser des bandes passantes relativement étroites pour sélectionner les longueurs d onde spécifiques de chacun des fluorophores et réduire la contamination croisée.

7 Page : 70/ 77 La largeur de la bande passante doit essentiellement tenir compte de deux paramètres : - la brillance des fluorophores, - les propriétés optiques des différents fluorophores présents dans l échantillon : le filtre à bande passante doit permettre de séparer les longueurs d ondes des différents fluorophores en évitant, si cela est possible, la contamination croisée (voir chapitre III). Le monochromateur remplace les filtres sur les Flexstation 1et 3 Sur les Flexstations 1 et 3 les longueurs d ondes d excitation et d émission ne sont pas sélectionnées par des filtres mais par des monochromateurs. Un monochromateur est utilisé pour séparer les différentes longueurs d ondes d un faisceau lumineux. Pour cela, le faisceau lumineux est envoyé soit sur un cristal qui va diffracter la lumière soit sur un prisme qui va la disperser en donnant à chaque longueur d onde une direction qui lui est propre (Figure 52). Il est ainsi possible de sélectionner une longueur d onde très précisément en positionnant la fente de sortie (au niveau du lecteur de plaque) à la position voulue. dispersion prisme Figure 52. Monochromateur à prisme (adapté de L avantage du monochromateur par rapport au filtre est qu il permet de sélectionner avec une haute précision n importe quelle longueur d onde (bande passante étroite, +/- 1 nanomètre en général). Par contre, par rapport à un filtre équivalent, on perd beaucoup d énergie avec le monochromateur ce qui se traduit par une importante perte de sensibilité.

8 Page : 71/ 77 C LE MIROIR DICHROÏQUE (PHERASTARFS, RUBYSTAR, INFINITE F500, MITHRAS LB940) Il sert à réfléchir le faisceau d excitation dans le puits de la microplaque et à transmettre au niveau du détecteur une partie de la fluorescence émise par les fluorophores présents dans l échantillon. Il est défini par : - un seuil de coupure - un niveau de transmission par longueur d onde (%T) 100 Détecteur 80 % T Source lumineuse % Transmission Tmax/2 20 Echantillon réfléchies transmises 500 Longueur d onde (nm) Echantillon Figure 53. Miroir dichroïque. Le miroir dichroïque fonctionne à l émission un peu comme un filtre Long-Pass sauf qu il réfléchit à 45 les longueurs d onde qu il ne laisse pas passer. En coupant les longueurs d onde d excitation (Figure 53), le miroir dichroïque contribue avec les filtres à limiter les bruits à l émission. Il existe différents miroirs dichroïques. Tous ne séparent pas les faisceaux comme cela est représenté sur la figure 53. Pour exemple voir Figure 54.

9 Page : 72/ 77 Ne réfléchit sur l échantillon que 50% de la lumière du LASER azote à 337 nm Ne transmet pas une émission à 540nm Figure 54. Miroirs dichroïques. Deux exemples de miroirs dichroïques différents. Sur l axe des ordonnées est représenté le % de transmission du miroir dichroïque. D LE SEPARATEUR DE FAISCEAU OU BEAM SPLITTER (PHERASTARFS, RUBYSTAR) La mesure est réalisée simultanément sur deux longueurs d ondes à 620 nm et 665 nm pour les mesures de FRET en temps résolu. Pour réaliser ces mesures un séparateur de faisceau est placé après le miroir dichroïque. Comme son nom l indique, cet élément optique sépare un faisceau lumineux en deux autres faisceaux présentant la même composante spectrale mais avec une intensité divisée de moitié (50/50). En théorie, par rapport au miroir dichroïque, le séparateur de faisceau est plus universel car il permet de séparer n importe quelles longueurs d ondes à l émission. En pratique, il ne peut être utilisé que pour des mesures avec de très forts signaux puisque par définition il ne renvoie que la moitié du signal incident. Pour réduire cette perte de sensibilité on peut le remplacer par un second miroir dichroïque avec un seuil de coupure judicieusement placé entre les deux longueurs d onde d émission à séparer. Le séparateur de faisceau 50/50 présente tout son intérêt lorsqu il est couplé à un monochromateur même s il contribue à diminuer encore la sensibilité de la détection.

10 Page : 73/ 77 Figure 55. Miroir dichroïque couplé à un séparateur de faisceau pour une mesure à double longueur d onde. Ce système est utilisé pour les mesures de FRET en temps résolu. NB. Sur l Infinite F500 les deux longueurs d ondes à 620 nm et 665 nm sont mesurées séquentiellement car le système ne possède pas de séparateur de faisceau et est équipé d un seul détecteur. Le temps de mesure sur ce système est donc plus long. E LES DETECTEURS Le photomultiplicateur (PMT) est le mode de détection le plus utilisé pour les lecteurs de fluorescence en plaque. Tous les lecteurs de la plateforme sont équipés d un ou plusieurs photomultiplicateurs. Ce type de détecteur présente une grande sensibilité grâce à une amplification du signal par cascade d électrons (Figure 56). Le signal émis sous forme de photons est converti en un signal électrique quantifiable.

11 Page : 74/ 77 Figure 56. Schéma d un photomultiplicateur. Dans le tube à vide, sous l action des photons incidents provenant de l échantillon, un photoélectron est arraché du métal semi-conducteur de la photocathode. Le faible courant généré est ensuite amplifié dans le photomultiplicateur pour créer un signal électrique détectable et quantifiable électroniquement. La sensibilité du PMT dépend de la longueur d onde.

Activité Sources de lumière

Activité Sources de lumière Activité Sources de lumière La lumière est émise à partir de sources, qui présentent des caractéristiques très différentes selon leur constitution. Avant d'examiner la description de la lumière et sa propagation

Plus en détail

İNTRODUCTİON A LA PHYSİQUE QUANTİQUE

İNTRODUCTİON A LA PHYSİQUE QUANTİQUE TaleS / P15 İNTRODUCTİON A LA PHYSİQUE QUANTİQUE 1/ LA DUALİTÉ ONDE-PARTİCULE : Activité 15.1 a Dualité onde-particule de la lumière : Les phénomènes de diffraction et d interférences s expliquent par

Plus en détail

Sources de lumière colorée Séance 3 I Les différentes sources 1) Les sources à haute température Incandescence 2) Les corps à basse température

Sources de lumière colorée Séance 3 I Les différentes sources 1) Les sources à haute température Incandescence 2) Les corps à basse température Sources de lumière colorée Accompagnement 1 ère S Séance 3 I Les différentes sources 1) Les sources à haute température Incandescence Tout corps chaud émet des rayonnements. Au début, ces derniers appartiennent

Plus en détail

Vision Industrielle Lumière et sources lumineuses

Vision Industrielle Lumière et sources lumineuses Vision Industrielle Lumière et sources lumineuses Plan du cours La lumière Cours de Vision Industrielle Nicolas Vandenbroucke 2 La lumière Définitions Lumière La lumière est un ensemble d ondes électromagnétiques

Plus en détail

Caractérisation de sources lumineuses

Caractérisation de sources lumineuses Caractérisation de sources lumineuses 1 BUT DE LA MANIPULATION Le but de cette manipulation est de déterminer : les longueurs d onde d une lumière émise par une lampe spectrale, par utilisation d un spectroscope,

Plus en détail

Chapitre VI SPECTRES DE LA LUMIERE

Chapitre VI SPECTRES DE LA LUMIERE Chapitre VI SPECTRES DE LA LUMIERE 1. Qu'est- ce que la lumière? La lumière est l ensemble des ondes électromagnétiques visibles (entre 400 et 800 nm). Décomposition de la lumière blanche La lumière solaire,

Plus en détail

Sources de lumière colorée

Sources de lumière colorée 2 novembre 2012 Sources de lumière colorée Table des matières 1 Différentes sources de lumière 2 2 Sources monochromatiques ou polychromatiques 4 3 Lumière et ondes électromagnétiques 5 4 Couleur des corps

Plus en détail

Etude des réseaux de diffraction

Etude des réseaux de diffraction Etude des réseaux de diffraction Un réseau est constitué par la répétition périodique d un motif diffractant, comme par exemple une fente. Les interférences entre les rayons issus des nombreux motifs successifs

Plus en détail

JC DELAUNAY BIOPHYSIQUE - LASER

JC DELAUNAY BIOPHYSIQUE - LASER JC DELAUNAY BIOPHYSIQUE - UE 3A LASER LASER «light amplification by stimulated emission of radiation» «amplification de la lumière par émission stimulée de radiation» Un laser est fondamentalement un amplificateur

Plus en détail

La dispersion de la lumière blanche correspond à sa.

La dispersion de la lumière blanche correspond à sa. Chapitre 10 : La lumière des étoiles (Physique UNIVERS) Objectifs : Connaître la définition de l année de lumière et son intérêt ; Expliquer l expression «Voir loin c est voir dans le passé» ; Savoir qu

Plus en détail

Physique Sources de lumières colorées et photon Chap.4-5

Physique Sources de lumières colorées et photon Chap.4-5 1 ère S Thème : Couleurs et images Activités Physique Sources de lumières colorées et photon Chap.4-5 I. La lumière 1. Les ondes électromagnétiques - Voir Document 1 Connaissances exigibles : Distinguer

Plus en détail

I. Absorption et émission quantique

I. Absorption et émission quantique CHAPITRE N 2 PARTIE D TRANSFERT QUANTIQUE D ENERGIE TS I. Absorption et émission quantique 1. Quantification des niveaux d énergie Les niveaux d énergie d un atome sont quantifiés, ils ne peuvent pendre

Plus en détail

SPECTROMETRIE D ABSORPTION MOLECULAIRE UV, VISIBLE ET IR

SPECTROMETRIE D ABSORPTION MOLECULAIRE UV, VISIBLE ET IR SPECTROMETRIE D ABSORPTION MOLECULAIRE UV, VISIBLE ET IR 1. Spectroscopie moléculaire d absorption 1.1 Aspect théorique a) Energie d une molécule La spectroscopie est une technique d analyse des molécules

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Chapitre 3 Spectroscopie RAMAN. Spectroscopie RAMAN

Chapitre 3 Spectroscopie RAMAN. Spectroscopie RAMAN Spectroscopie RAMAN I. Introduction: La spectroscopie Raman (du nom de Sir C.V. Raman, prix Nobel de physique en 1930) est une spectrométrie optique mettant en évidence les vibrations moléculaires et ainsi

Plus en détail

U2: LA LUMIERE EMISE PAR LES OBJETS

U2: LA LUMIERE EMISE PAR LES OBJETS U2: LA LUMIERE EMISE PAR LES OBJETS 1. COMMENT DECOMPOSER LA LUMIERE? Newton, dès 1766, réussit à décomposer la lumière solaire avec un prisme : Placer la légende sur le schéma : lumière blanche, écran,

Plus en détail

ACADÉMIE DE RENNES THEME 2006 BAC S.T.I. Génie électronique

ACADÉMIE DE RENNES THEME 2006 BAC S.T.I. Génie électronique LYCEE BEAUMONT REDON LYCEE JEAN GUEHENNO FOUGERES LYCEE JEANNE D ARC VITRE ACADÉMIE DE RENNES THEME 2006 BAC S.T.I. Génie électronique OUVRE-PORTAIL SEQUENCE Non évaluée PRESENTATION DES ELEMENTS CONSTITUANT

Plus en détail

I LE TRANSFERT D ENERGIE PAR RESONANCE (RET, RESONANCE ENERGY TRANSFER)

I LE TRANSFERT D ENERGIE PAR RESONANCE (RET, RESONANCE ENERGY TRANSFER) Page : 4/ 77 I LE TRANSFERT D ENERGIE PAR RESONANCE (RET, RESONANCE ENERGY TRANSFER) La luminescence peut se définir comme une émission de lumière (photons) par une molécule luminescente (fluorophore,

Plus en détail

Microscopie photonique

Microscopie photonique Plan Lumière et interactions avec la matière Formation de l image Microscopies en fond clair / fond noir Microscopies de phase et interférentielle Microscopie de fluorescence Microscopie confocale Capteurs

Plus en détail

Effet photoélectrique

Effet photoélectrique Effet photoélectrique EA 3400 11211 Mode d emploi et résultats expérimentaux Centre technique et pédagogique de l Enseignement de la Communauté française Version 01 1. Champ d utilisation de l appareil

Plus en détail

b. ondulatoire ; corpusculaire c.! = h$ d. niveaux ; quantifiées e. photon f. continu ; raies ; absorption

b. ondulatoire ; corpusculaire c.! = h$ d. niveaux ; quantifiées e. photon f. continu ; raies ; absorption Exercices Exercices d application 5 minutes chrono! 1. Mots manquants 2. QCM a.!= c " b. ondulatoire ; corpusculaire c.! = h$ d. niveaux ; quantifiées e. photon f. continu ; raies ; absorption a. 5,45

Plus en détail

La lumière. Exemple : La Lune, les planètes et un miroir sont des sources secondaires de lumière.

La lumière. Exemple : La Lune, les planètes et un miroir sont des sources secondaires de lumière. La lumière I- Les sources de lumière La lumière est émise par des sources de lumière. Certaines sources produisent leur propre lumière, ce sont les sources primaires de lumière. Il existe deux types de

Plus en détail

SPECTROPHOTOMETRIE D ABSORPTION MOLECULAIRE UV-VISIBLE

SPECTROPHOTOMETRIE D ABSORPTION MOLECULAIRE UV-VISIBLE SPECTROPHOTOMETRIE D ABSORPTION MOLECULAIRE UV-VISIBLE 1 Principe 1.1 Rappels sur le rayonnement UV-Visible : 1.2 Principe de l absorption UV-visible : 2 Aspect qualitatif 2.1 Transitions électroniques

Plus en détail

Spectres lumineux. L étude des spectres lumineux permet d évaluer la température des astres ainsi que de connaître leur composition chimique.

Spectres lumineux. L étude des spectres lumineux permet d évaluer la température des astres ainsi que de connaître leur composition chimique. TP Physique N 6 Spectres lumineux L étude des spectres lumineux permet d évaluer la température des astres ainsi que de connaître leur composition chimique. Poste N 1 : Matériel: source lumineuse, fente,

Plus en détail

Leçon N 4. Par groupe de quatre élèves, formuler des hypothèses en tentant de répondre aux questions suivantes :

Leçon N 4. Par groupe de quatre élèves, formuler des hypothèses en tentant de répondre aux questions suivantes : Son et Lumière Leçon N 4 Lumières et couleurs I. DÉCOMPOSITION DE LA LUMIÈRE BLANCHE Question du jour : combien y a-t-il de couleurs dans un arc-en-ciel? Activité n 1 : Formulation d hypothèses Par groupe

Plus en détail

ACTIVITE 1 : Décomposition de la lumière blanche. A. Décomposition par un prisme

ACTIVITE 1 : Décomposition de la lumière blanche. A. Décomposition par un prisme Document élève 1/5 Nom : Prénom : Classe : Date : Physique Chimie Thème : L Univers SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Objectifs : Utiliser un système dispersif pour visualiser des spectres d émission

Plus en détail

«L éclairage dans l habitat»

«L éclairage dans l habitat» 1STL-TC Date : «L éclairage dans l habitat» Thème du programme : Habitat Type d activités : Point cours Extrait BOEN : Sources lumineuses. Flux lumineux ; longueur d onde ; couleur et spectre. Sous-thème

Plus en détail

Présentation du cosmodétecteur

Présentation du cosmodétecteur a. Description générale Présentation du cosmodétecteur Cosmodétecteur en fonctionnement relié à l ordinateur. Crédit : Sciences à l Ecole. Le cosmodétecteur est composé de 4 parties : Les raquettes de

Plus en détail

Activité 1 : Instruments d astronomie

Activité 1 : Instruments d astronomie Chapitre II : Rayonnement dans l univers Activité 1 : Instruments d astronomie Tous les objets célestes émettent des rayonnements dans divers domaines. Qu est-ce qu un rayonnement?.... Quels types de rayonnement

Plus en détail

Compléments théoriques du TP Nd:YAG pompé par une diode laser

Compléments théoriques du TP Nd:YAG pompé par une diode laser Compléments théoriques du TP Nd:YAG pompé par une diode laser Lasers, Matériaux, Milieux Biologiques Régimes stationnaires et dynamiques 1 Le laser Nd:YAG 1.1 Spectre d absorption du barreau de Nd:YAG

Plus en détail

La propagation de la lumière

La propagation de la lumière CHAPITRE 1 La propagation de la lumière A. Généralités sur la lumière A.1. La dualité onde-corpuscule 1. Elles résultent de la propagation simultanée d un champ électrique et d un champ magnétique. La

Plus en détail

Vision et couleurs. NOM : Prénom : CONTEXTE DU SUJET

Vision et couleurs. NOM : Prénom : CONTEXTE DU SUJET NOM : Prénom : CONTEXTE DU SUJET Un élève de classe explique à ses camarades qu il est daltonien. Il existe plusieurs formes d anomalies. Lui ne peut pas distinguer le rouge et le vert. Comment le cerveau

Plus en détail

CQFR physique 3 : Les couleurs

CQFR physique 3 : Les couleurs CQFR physique 3 : Les couleurs 1) La est une polychromatique, c est à dire une constituée de la superposition d une infinité de rayons lumineux colorés appelés radiations monochromatiques. 2) Une radiation

Plus en détail

Chapitre 3 : Les sources de lumières colorées (p. 45)

Chapitre 3 : Les sources de lumières colorées (p. 45) PARTIE 1 - OBSERVER : COULEURS ET IMAGES Chapitre 3 : Les sources de lumières colorées (p. 45) Compétences attendues : Distinguer une source polychromatique d une source monochromatique caractérisée par

Plus en détail

Blancheur JAUNE. Blancheur LUMIÈRE VISIBLE RAYONS X ULTRA- ROUGES ONDES ORANGE ROUGE VIOLETS VIOLET HERTZI- ENNES. 457 nm BLEU INFRA- VERT

Blancheur JAUNE. Blancheur LUMIÈRE VISIBLE RAYONS X ULTRA- ROUGES ONDES ORANGE ROUGE VIOLETS VIOLET HERTZI- ENNES. 457 nm BLEU INFRA- VERT Blancheur La blancheur est, d une certaine façon, un concept difficile à expliquer. D un point de vue physique, une surface blanche est un réflecteur diffus parfait. Aucune surface semblable n existe dans

Plus en détail

lumière polychromatique : plusieurs radiations ; exemple : mercure

lumière polychromatique : plusieurs radiations ; exemple : mercure Chapitre 3 : Sources de lumières colorées I. Différentes sortes de sources sources chaudes : étoile, lampe à filament, feu sources froides : laser, lampe à économie d'énergie, tube fluorescent rappel :

Plus en détail

1. Glossaire. Absorption (facteur d absorption)

1. Glossaire. Absorption (facteur d absorption) 1. Glossaire Terme ou expression Absorption (facteur d absorption) Atmosphère Bruit Cavité isotherme Cavité rayonnante Champ de vision horizontal Conduction Convection Corps gris Corps noir Correction

Plus en détail

Sources de lumière colorée Interaction lumière-matière

Sources de lumière colorée Interaction lumière-matière CH03 CH04 Sources de lumière colorée Interaction lumière-matière Table des matières 1 Différentes sources de lumière 2 2 Sources monochromatiques ou polychromatiques 5 3 Lumière et ondes électromagnétiques

Plus en détail

Cours n 16 : Physique quantique

Cours n 16 : Physique quantique Cours n 16 : Physique quantique 1) Nature corpusculaire de la lumière La lumière peut être vue sous deux aspects : ondulatoire et corpusculaire. Dans ce chapitre nous allons étudier l aspect corpusculaire.

Plus en détail

DM 3 Fonctionnement d un oscillateur optique : le LASER

DM 3 Fonctionnement d un oscillateur optique : le LASER Partie I : Électronique Approche documentaire DM 3 Fonctionnement d un oscillateur optique : le LASER Un laser fonctionne comme un oscillateur, et ce DM propose d en comprendre le fonctionnement en utilisant

Plus en détail

G.P. DNS Janvier 2010

G.P. DNS Janvier 2010 DNS Sujet Réseau à échelettes...1 I.Réseau à échelettes...2 A.Diffraction par une facette...2 B.Diffraction par le réseau...3 II.Combinaison de deux réseaux à échelettes...3 A.Largeur de l'impulsion en

Plus en détail

Chapitre 1 Ondes électromagnétiques Spectres, communication et énergie

Chapitre 1 Ondes électromagnétiques Spectres, communication et énergie TSTI2D 1 Ondes électromagnétiques Spectres, communication et énergie 1. Ondes électromagnétiques Définitions 1-1 Structure d une onde électromagnétique Une onde électromagnétique est un signal périodique

Plus en détail

Devoir commun de Physique-Chimie 1S (1H30) Calculatrice interdite

Devoir commun de Physique-Chimie 1S (1H30) Calculatrice interdite Nom Prénom :.. Classe : 1S- Devoir commun de Physique-Chimie 1S (1H30) Calculatrice interdite Exercice 1 (5 points) : Ne pas se fier à la couleur On dispose d un poivron et d un poivron. On réalise les

Plus en détail

Sources de lumière colorée

Sources de lumière colorée Sources de lumière colorée " Que la lumière soif Et la lumière but. " André Beucler, poète, romancier et scénariste français du XX e siècle Prérequis : Le Soleil, les étoiles et les lampes sont des sources

Plus en détail

Séminaire de la Plateforme Caractérisation Zone OPTIQUE

Séminaire de la Plateforme Caractérisation Zone OPTIQUE Séminaire de la Plateforme Caractérisation Zone OPTIQUE 23 Mai 2014 1 Quelques Chiffres Localisation : RDC du bâtiment G33 a,b,c,d,e,f pour environ 210 m² Nombre d utilisateurs : 12 + stagiaires Budget

Plus en détail

6,0 10 0, Activité documentaire 2 : La dualité onde-particule. 1. Analyser les documents a. La source émet les photons un par un.

6,0 10 0, Activité documentaire 2 : La dualité onde-particule. 1. Analyser les documents a. La source émet les photons un par un. ctivité documentaire 1 : Le laser, outil d investigation 1. nalyser les documents a. Les deux caractéristiques du faisceau lumineux émis par le laser sont sa grande directivité (surface de 0,5 mm à 7 m

Plus en détail

II L EFFICACITE DU TRANSFERT D ENERGIE ENTRE FLUOROPHORES

II L EFFICACITE DU TRANSFERT D ENERGIE ENTRE FLUOROPHORES Page : 9/ 77 II L EFFICACITE DU TRANSFERT D ENERGIE ENTRE FLUOROPHORES L efficacité du transfert d énergie (E) entre deux fluorophores est principalement sous l influence de 3 paramètres : - la structure

Plus en détail

COURS DE SCIENCES PHYSIQUES Classe de BAC STAV

COURS DE SCIENCES PHYSIQUES Classe de BAC STAV NOM et Prénom de l élève : COURS DE SCIENCES PHYSIQUES Classe de BAC STAV ACTIVITÉS 1 LE SPECTRE ÉLECTROMAGNÉTIQUE 2 ASPECT ONDULATOIRE DE LA LUMIÈRE 3 ASPECT CORPUSCULAIRE DE LA LUMIÈRE 1 Activité 1 OBJECTIF

Plus en détail

GENERALITES SUR L OPTIQUE

GENERALITES SUR L OPTIQUE GENERALITES SUR L OPTIQUE I. INTRODUCTION L optique est le domaine de la physique qui s intéresse aux propriétés de la lumière. L œil n est sensible qu aux radiations visibles mais l utilisation d autres

Plus en détail

Au cœur de l organisme. Mise en situation. Echographie. Propagation du son

Au cœur de l organisme. Mise en situation. Echographie. Propagation du son A.2. Au cœur de l organisme Mise en situation Après son électrocardiogramme, Madame X va faire une échographie puis une radiographie afin de recueillir les renseignements sur son état pour son médecin

Plus en détail

Chap.1 Modèle ondulatoire scalaire de la lumière

Chap.1 Modèle ondulatoire scalaire de la lumière Chap.1 Modèle ondulatoire scalaire de la lumière 1. Nature de la lumière 1.1. La lumière : une OEM 1.2. Amplitude résultante : théorème de superposition 1.3. Spectres en longueur d onde 2. Processus d

Plus en détail

Les ondes électromagnétiques

Les ondes électromagnétiques Qu'est-ce qu'une onde électromagnétique? Une onde électromagnétique comporte à la fois un champ électrique et un champ magnétique oscillant à la même fréquence. Ces deux champs, perpendiculaires l un par

Plus en détail

IMAGERIE MÉDICALE. I Quelques techniques d imagerie médicale. II Les ondes électromagnétiques. III La loi de déplacement de Wien.

IMAGERIE MÉDICALE. I Quelques techniques d imagerie médicale. II Les ondes électromagnétiques. III La loi de déplacement de Wien. IMAGERIE MÉDICALE I Quelques techniques d imagerie médicale. II Les ondes électromagnétiques. III La loi de déplacement de Wien. I Quelques techniques d imagerie médicale. Activité documentaire : Citer

Plus en détail

R.S.E.F. Mesure de la constante de Planck avec une lampe à incandescence.

R.S.E.F. Mesure de la constante de Planck avec une lampe à incandescence. Mesure de la constante de Planck avec une lampe à incandescence. En 1900 Planck introduisit l hypothèse que la lumière est émise par la matière sous forme de quanta d énergie hν. En 1905 Einstein prolongea

Plus en détail

Séquence 2 : 5 heures + Evaluation 45 min

Séquence 2 : 5 heures + Evaluation 45 min Séquence 2 : 5 heures + Evaluation 45 min SL5 Pourquoi les objets sont-ils colorés? 1 ère Capacités Connaissances Support Compétences Séance 1 Réaliser la décomposition de la lumière blanche par un prisme

Plus en détail

La lumière des étoiles

La lumière des étoiles La lumière des étoiles Quelles informations peut-on obtenir en analysant la lumière venant des étoiles? 1) Lumière monochromatique et lumière polychromatique T.P. : décomposition de la lumière émise par

Plus en détail

2) A l aide d un réseau :

2) A l aide d un réseau : T.P.15 OBJECTIFS : LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE - Découvrir et comparer différents systèmes dispersifs. - Observer, comparer et classer. les spectres produits par de la lumière émise par différentes

Plus en détail

Devoir de Sciences Physiques nà1

Devoir de Sciences Physiques nà1 Devoir de Sciences Physiques nà1 L épreuve dure 1h45. L usage d une calculatrice non programmable est autorisé. Exercice I : principe de l échographie Document n 1 : principe de l'échographie La sonde

Plus en détail

DIU Echographie - Région Sud-Est - Tronc Commun. DIU Echographie - Région Sud-Est - Tronc Commun. Bases de l'echographie - Michel Dauzat

DIU Echographie - Région Sud-Est - Tronc Commun. DIU Echographie - Région Sud-Est - Tronc Commun. Bases de l'echographie - Michel Dauzat Cinquième partie : La résolution axiale en échographie 140 141 Les caractéristiques de qualité de l image échographique reposent en premier lieu sur la résolution spatiale, c est à dire la capacité à identifier

Plus en détail

2. L émission d une onde électromagnétique par un portable. On peut représenter symboliquement la chaîne d émission par le schéma de la figure 1 : A

2. L émission d une onde électromagnétique par un portable. On peut représenter symboliquement la chaîne d émission par le schéma de la figure 1 : A Exercice N 1 1. Les ondes électromagnétiques pour communiquer. Le téléphone portable fonctionne comme une radio. Lors d une communication, la voix est convertie en un signal électrique par un microphone.

Plus en détail

Manip d optoélectronique : monochromateur (spectromètre à réseau)

Manip d optoélectronique : monochromateur (spectromètre à réseau) Laboratoire de métrologie optique Monochromateur (spectromètre à réseau) Doc. PMO-TP-Manip LED Date : 20 avril 2011 TRAVAIL PRATIQUE Manip d optoélectronique : monochromateur (spectromètre à réseau) 1

Plus en détail

Résumé du cours précédent

Résumé du cours précédent MET Résumé du cours précédent En mode diffraction, on observe directement une coupe plane du RR Deux modes image : - champ clair : contraste relié au pouvoir diffusant en chaque point - champ sombre :

Plus en détail

I. La nature de la lumière

I. La nature de la lumière Activité documentaire : Dualité Onde-Corpuscule et Transferts quantiques d énergie. I. La nature de la lumière Document 1 : Vidéo «yin-et-le-yang-dualite-onde-particule.mp4» avec VLC (s arrêter à 2 minutes)

Plus en détail

Thème 2 : Lumière et matière colorée / CHAP4

Thème 2 : Lumière et matière colorée / CHAP4 Thème 2 : Lumière et matière colorée / CHAP4 Essayons de répondre aux questions suivantes : comment peut-on obtenir de la lumière blanche à partir de lumières colorées? comment peut-on obtenir une lumière

Plus en détail

DS SECONNDE DS ) Spectre continu... 3) Spectre de bandes d absorption... 4) Spectre de raies d absorption...

DS SECONNDE DS ) Spectre continu... 3) Spectre de bandes d absorption... 4) Spectre de raies d absorption... I. SAVOIR RECONNAITRE LES DIFFÉRENTS SPECTRES Compléter la légende, en indiquant la lettre majuscule qui désigne le spectre sur le document ci contre 1) Spectre de raies d émission... 2) Spectre continu...

Plus en détail

Spectre électromagnétique et décomposition de la lumière blanche

Spectre électromagnétique et décomposition de la lumière blanche 1 Radiation lumineuse La lumière visible est l infime partie de l ensemble des ondes électromagnétiques auxquelles l oeil est sensible. L ensemble des ondes électromagnétiques émit par un corps se nomme

Plus en détail

U2 - Etude de l étoile GLIESE

U2 - Etude de l étoile GLIESE U2 - Etude de l étoile GLIESE PARTIE 1 : COMPOSITION DE LA CHROMOSPHERE DE L ETOILE GLIESE Les zouzous ont profité de leur voyage sur Terre pour faire une analyse spectrale de leur étoile à l aide d un

Plus en détail

Ensemble Pour Les Vaisseaux

Ensemble Pour Les Vaisseaux Ensemble Pour Les Vaisseaux ALGER 05 Février 2009 OPTIMISATION DES ULTRASONS Dr Alain VIARD 09000 FOIX Explorations Vasculaires: Ecoulement présent? Sens de l écoulement? Paroi artérielle : Morphologie

Plus en détail

BIOPHYSIQUE DES RAYONNEMENTS

BIOPHYSIQUE DES RAYONNEMENTS Module de Physique RAYONNEMENTS ELECTROMAGNETIQUES ET PARTICULAIRES BIOPHYSIQUE DES RAYONNEMENTS éléments de radiobiologie et de dosimétrie introduction au LASER (notions à retenir) Professeur M. CHEREF

Plus en détail

RAPPORT DE LABORATOIRE SPECTROSCOPIE GAMMA PAR DETECTEURS A SCINTILLATIONS.

RAPPORT DE LABORATOIRE SPECTROSCOPIE GAMMA PAR DETECTEURS A SCINTILLATIONS. But du laboratoire : RAPPORT DE LABORATOIRE SPECTROSCOPIE GAMMA PAR DETECTEURS A SCINTILLATIONS. Calibrer notre dispositif expérimental en utilisant des spectres connus de 137 Cs et de 6 Co. Déterminer

Plus en détail

Dimensions des structures biologiques

Dimensions des structures biologiques Dimensions des structures biologiques 0.1 nm (nanomètre 10-9 m) diamètre d une atome d hydrogène 2 nm diamètre d une double hélice d ADN 10 nm Petite protéine globulaire (hémoglobine) 10 nm épaisseur membrane

Plus en détail

PHOTOMETRIE COLORIMETRIE Polycopié n 1 Licence Pro IOVIS

PHOTOMETRIE COLORIMETRIE Polycopié n 1 Licence Pro IOVIS PHOTOMETRIE COLORIMETRIE Polycopié n 1 Licence Pro IOVIS 2009-2010 Jean-Marc Frigerio UPMC Introduction - L optique instrumentale intervient dans des applications ou l observateur humain n est plus directement

Plus en détail

Chapitre 5. Dualité onde-corpuscule. 5.1 Aspect corpusculaire de la lumière Expérience de Hertz (1887)

Chapitre 5. Dualité onde-corpuscule. 5.1 Aspect corpusculaire de la lumière Expérience de Hertz (1887) Chapitre 5 Dualité onde-corpuscule 5.1 Aspect corpusculaire de la lumière 5.1.1 Expérience de Hertz (1887) Une plaque de zinc montée sur un électroscope est chargée, puis éclairée par la lumière émise

Plus en détail

avec h = 6, J s

avec h = 6, J s Caractéristiques générales de la spectroscopie Interaction avec la matière Une onde électromagnétique est caractérisée par sa fréquence qui la relie àson énergie par la relation de Planck : ΔE = hν avec

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé / L0 Santé - Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr 1 Données générales : é é é è..,.. é :,. ;,. exercice 1 : a) Calculer,

Plus en détail

ANDRADITE IRIDESCENTE C

ANDRADITE IRIDESCENTE C ANDRADITE IRIDESCENTE C est dans la localité de Nara, au Japon, que fut découvert le second site de dimension commerciale de grenats aux reflets iridescents, après Sonora, au Mexique. Andradites iridescentes

Plus en détail

Les lasers de puissance à impulsions ultracourtes

Les lasers de puissance à impulsions ultracourtes 25/02/2008 - Par Jerôme Kasparian, Physicien - Chercheur au CNRS Les lasers de puissance à impulsions ultracourtes On trouve aujourd hui des lasers un peu partout autour de nous : dans les films de science-fiction

Plus en détail

I. Spectroscopie UV-visible

I. Spectroscopie UV-visible CHAPITRE N 8 PARTIE A SPECTRE UV-VISIBLE ET SPECTRE INFRAROUGE TS I. Spectroscopie UV-visible 1. Introduction à la spectroscopie La spectroscopie est une technique d analyse de la matière basée sur l étude

Plus en détail

Optique Géométrique. Licence 1 MIPCM Semestre 1. Cours N. Delorme L1

Optique Géométrique. Licence 1 MIPCM Semestre 1. Cours N. Delorme L1 Optique Géométrique Licence 1 MIPCM Semestre 1 Chapitre 1 Propriétés de la lumière Un peu d Histoire Lumière = rayon 1609 : Galilée 1611 : Kepler traité d optique 1621 : Snell réfraction 1637 : Descartes

Plus en détail

TP 2de Spectre démission et d absorption

TP 2de Spectre démission et d absorption TP 2de Spectre démission et d absorption EXPERIENCE 1 : SPECTRE DE LA LUMIERE BLANCHE La plage colorée observée sur l écran est appelée : ---------------------------------------------------------- Définition

Plus en détail

«Personne ne comprend réellement la mécanique quantique.» Richard Feynman, 1967

«Personne ne comprend réellement la mécanique quantique.» Richard Feynman, 1967 La Mécanique Quantique La Mécanique Quantique «Personne ne comprend réellement la mécanique quantique.» Richard Feynman, 1967 La mécanique quantique est mathématiquement très complexe. Cependant, on peut

Plus en détail

TP 6 Spectroscope à prisme

TP 6 Spectroscope à prisme E.T.S.L Classe Prépa BTS TP 6 Spectroscope à prisme I) Objectif : - Déterminer les longueurs d onde des différentes radiations qui constituent une lumière polychromatique, au moyen d un spectroscope à

Plus en détail

LA SPECTROMETRIE D ABSORPTION UV-VISIBLE

LA SPECTROMETRIE D ABSORPTION UV-VISIBLE ISO 91:28 n 16977 LA SPECTROMETRIE D ABSORPTION UV-VISIBLE Auteur : Pierre FREYERMUTH Contact : pfreyermuth@efs.fr Principe La spectrophotométrie d absorption UV-Visible consiste à déterminer la concentration

Plus en détail

Ø Énoncer qu un signal périodique peut- être décomposé comme la somme d une composante continue et d une composante alternative.

Ø Énoncer qu un signal périodique peut- être décomposé comme la somme d une composante continue et d une composante alternative. BTS Systèmes Numériques, option Informatique et Réseaux, 1 ère année Chapitre.1.Les signaux 1.1. Les différents types de signaux Signal analogique Signal échantillonné Signal quantifié Signal numérique

Plus en détail

II) MODÈLE ONDULATOIRE DE LA LUMIÈRE

II) MODÈLE ONDULATOIRE DE LA LUMIÈRE CHAPITRE P3 MODÈLE ONDULATOIRE DE LA LUMIÈRE I) RAPPELS I.1. Lumière monochromatique, lumière polychromatique I.2. Propagation de la lumière II) MODÈLE ONDULATOIRE DE LA LUMIÈRE II.1. Expérience II.2.

Plus en détail

La dosimétrie passive par thermoluminescence (TLD)

La dosimétrie passive par thermoluminescence (TLD) La dosimétrie passive par thermoluminescence (TLD) (André REGIBEAU*) Adieu les dosimètres film-badges ( Tihange, 10 novembre 2011) * Dosi-Tech : Centre de dosimétrie de l UCL Principe de la thermoluminescence

Plus en détail

LUMIERE ONDE - CORPUSCULE OPTIQUE GEOMETRIQUE

LUMIERE ONDE - CORPUSCULE OPTIQUE GEOMETRIQUE JC DELAUNAY BIOPHYSIQUE UE 3A LUMIERE ONDE - CORPUSCULE OPTIQUE GEOMETRIQUE La lumière désigne les rayonnements électromagnétiques visibles par l'œil humain, c'est-à-dire compris dans des longueurs d'onde

Plus en détail

DS SECONNDE DS ) Spectre continu B. 3) Spectre de bandes d absorption A. 4) Spectre de raies d absorption D

DS SECONNDE DS ) Spectre continu B. 3) Spectre de bandes d absorption A. 4) Spectre de raies d absorption D I. SAVOIR RECONNAITRE LES DIFFÉRENTS SPECTRES (4 PTS) Compléter la légende, en indiquant la lettre majuscule qui désigne le spectre sur le document ci contre 1) Spectre de raies d émission C 2) Spectre

Plus en détail

Partiel n 2 Techniques d Analyses Spectrale & Séparative (3h00)

Partiel n 2 Techniques d Analyses Spectrale & Séparative (3h00) Partiel n 2 Techniques d Analyses Spectrale & Séparative (3h00) BON COURAGE ET BONNE FIN D ANNÉE À TOUTES ET À TOUS Documents non autorisés - Calculatrice autorisée Justifier les calculs Séparer calcul

Plus en détail

Observer. I t. Cuve contenant la solution

Observer. I t. Cuve contenant la solution 1S TP.7 (B) : Analyse de pigments et de colorants par spectrophotométrie Citation de Goethe :

Plus en détail

LA PHYSIQUE DES SPECTRES : COMMENT FAIRE PARLER LA LUMIÈRE?

LA PHYSIQUE DES SPECTRES : COMMENT FAIRE PARLER LA LUMIÈRE? Travaux Pratiques Séance 5 Thème : L Univers Chapitre n 3 (La lumière des étoiles) LA PHYSIQUE DES SPECTRES : COMMENT FAIRE PARLER LA LUMIÈRE? Objectifs : Savoir qu un corps chaud émet un rayonnement continu,

Plus en détail

Schéma de principe d un spectrophotomètre à prisme

Schéma de principe d un spectrophotomètre à prisme Bac S Pondichéry 2012 EXERCICE II Spectrophotométrie (5,5 points) La lumière est un «outil» précieux en chimie analytique. En effet, toute espèce chimique est susceptible d interagir avec des radiations

Plus en détail

TRANSMETTRE ET STOCKER DE L INFORMATION

TRANSMETTRE ET STOCKER DE L INFORMATION Chapitre 26 TRANSMETTRE ET STOCKER DE L INFORMATION A) CHAINE DE TRANSMISSION D INFORMATION Sur la figure 1 sont représentées des liaisons de téléphone mobile à téléphone filaire. La chaîne de transmission

Plus en détail

Dioptre convergent (foyers réels)

Dioptre convergent (foyers réels) SF > 0 et SF < 0 le dioptre est convergent. foyers réels SF < 0 et SF > 0 le dioptre est divergent. foyers virtuels Dioptre convergent (foyers réels) n 1 < n 2 B n 2 Image réelle A F F S C A B n1 n 2 n1

Plus en détail

Sources de lumière colorée

Sources de lumière colorée Sources de lumière colorée PARtiE 1 Manuel unique, p. 44 ( Manuel de physique, p. 42) séquence Le programme notions et contenus Différentes sources de lumière : étoiles, lampes variées, laser, DEL Domaines

Plus en détail

BACCALAURÉAT LIBANAIS - SG Corrigé

BACCALAURÉAT LIBANAIS - SG Corrigé Exercice 1 : Pendule de torsion Le but de l exercice est de déterminer le moment d inertie d une tige homogène par rapport à un axe qui lui est perpendiculaire en son milieu et la constante de torsion

Plus en détail

Chapitre 9 : Dualité onde-particule

Chapitre 9 : Dualité onde-particule Chapitre 9 : Dualité onde-particule 1. Ondes ou particules? 1.1. Aspect ondulatoire de la lumière Dans son «Traité de la lumière», Christian Huygens interprète la lumière comme la propagation d une onde.

Plus en détail

40 I Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique Financial Center, Abu Dhabi, UAE

40 I Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique Financial Center, Abu Dhabi, UAE 40 I Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique Financial Center, Abu Dhabi, UAE 4 Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique 4.1 Le verre et le

Plus en détail

1 Interféromètre de FABRY-PEROT. Optique Ondulatoire. Chapitre 7 Interférences à ondes multiples. 1.1) Présentation de l interféromètre

1 Interféromètre de FABRY-PEROT. Optique Ondulatoire. Chapitre 7 Interférences à ondes multiples. 1.1) Présentation de l interféromètre Optique Ondulatoire Plan du cours [1] Aspect ondulatoire de la lumière [2] Interférences à deux ondes [3] Division du front d onde [4] Division d amplitude [5] Polarisation [6] Diffraction [7] Interférences

Plus en détail

TP: Goniomètre à prisme

TP: Goniomètre à prisme TP: Goniomètre à prisme 1. But du TP: Le but de cette manipulation est de montrer que l indice du verre est une fonction de la longueur d onde de la lumière incidente. On vérifiera la formule de Cauchy

Plus en détail