La Maintenance Industrielle, une fonction. en mutation et des compétences en évolution

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Maintenance Industrielle, une fonction. en mutation et des compétences en évolution"

Transcription

1 La maintenance industrielle une fonction en mutation et des compétences en évolution 1 La Maintenance Industrielle, une fonction en mutation et des compétences en évolution Abdelhafid RACHIDI (1) - Abdennebi TALBI (2) et Abdellah KHATORY (2) Thème : ingénierie de la maintenance industrielle (1) : doctorant au Laboratoire de Productique, Energétique et Développement Durable (LPE2D) ; (2) : Professeur à l Ecole Supérieure de Technologie de Fès, Route d Imouzzer BP2427, Fès ; Résumé : Face au progrès technique et celui des Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication (NTIC), les attentes et les besoins en matière de compétences des agents de maintenance changent. Des outils et méthodes intelligentes : la TPM, les systèmes experts, les logiciels de GMAO, e-maintenance, la Télémaintenance,..., permettent d'optimiser les coûts, d'améliorer la qualité des interventions, la disponibilité et la sûreté de fonctionnement des installations. Cependant, il est unanimement reconnu que les Technologies de l Information et de la Communication (TIC) jouent un rôle capital pour le soutien et l assistance de la majorité des activités de maintenance et dont la GMAO constitue une part importante. Ces évolutions multiples ont crées de nouvelles exigences en matière de compétences et polyvalence des agents de maintenance. Ces agents doivent être en permanence au courant des dernières évolutions des techniques aussi bien des installations de production automatisées que des nouvelles méthodes et outils de maintenance. Dans cet article, nous décrivons les mutations successives de la fonction maintenance ainsi que l évolution des compétences des agents de maintenance. Nous présentons puis nous analysons le référentiel de compétences maintenance et en particulier les compétences relatives au domaine des NTIC. Abstract: According to the technical progress and the new information and communication technologies (NICT), the desires and needs of competence materials and agents of

2 Congrès International en Génie Industriel et Management des Systèmes (CIGIMS 2012) 2 maintenance have changed. Smart devices and methods like: the TPM, the system of experts, software of CMMS, e-maintenance, remote maintenance and others have really led us to optimize tariffs and costs. To advance the quality of interventions and to raise the availability and the safety when operating what is installed. Indeed, it is highly obvious that the information and communication technologies (ICT) are the main factors behind the sustainment and the support of most activities linked to maintenance as well as within (CMMS) where it shapes an important portion. These multiple evolutions have driven to new requisitions of the elements of competence and the polyvalence of the agents of maintenance. Hence, these agents or specialists have to be constantly aware about the latest evolutions of techniques as well as being up to date with the aspect of tools and methods maintenance. In this paper, we will display the successful mutation of maintenance functions. Besides, the agents evolution in terms of competence and maintenance. Also, we will represent and analyze the academic referential of competence and maintenance, and more specifically competence related to the (NICT). Mots clés : Maintenance, GMAO, NTIC, Télémaintenance, Compétences. Keywords: Maintenance, CMMS, NICT, Remote maintenance, Competence. Introduction La maintenance industrielle, qui a pour vocation d assurer le bon fonctionnement des outils de production, est une fonction stratégique dans les entreprises. Intimement liée à l incessant développement technologique, à l apparition de nouveaux modes de gestion, à la nécessité de réduire les coûts de production, elle est en constante évolution. Elle n a plus aujourd hui comme seul objectif de réparer les pannes mais aussi de prévoir et d éviter les dysfonctionnements, et même contrôler à distance les installations de production. Au fil de ces changements, l activité du personnel de maintenance a également évolué, pour combiner les compétences technologiques, organisationnelles et relationnelles. Dans cet article, nous allons décrire les mutations successives de la fonction maintenance ainsi que leurs impacts sur l évolution des compétences des agents de maintenance, en ce basant sur un référentiel des métiers et des compétences.

3 La maintenance industrielle une fonction en mutation et des compétences en évolution 3 I. La fonction maintenance : des évolutions vairées et substantielles I.1 L historique : La maintenance est l ensemble de toutes les actions techniques, administratives et de management effectuées durant le cycle de vie d un bien et destinées à le maintenir ou à le rétablir dans un état dans lequel il peut accomplir la fonction requise [AFNOR 01]. La maintenance a longtemps joué un rôle curatif dont l unique objectif était de réduire la durée d immobilisation des machines. Cette maintenance curative était axée sur le court terme et ne résolvait en rien les problèmes liés aux dégradations inévitables. La concurrence effrénée et la course à la compétitivité incitent l entreprise à rechercher la qualité totale et surtout la réduction des coûts. La maintenance est ainsi devenue l une des fonctions importantes dans l entreprise. Elle vise donc moins à remettre en état l outil de travail qu à anticiper ses dysfonctionnements. L arrêt ou le fonctionnement anormal de l outil de production, et le non-respect des délais qui s en suivent, engendrent des surcoûts que les entreprises ne peuvent plus supporter. L entreprise ne doit plus subir les événements, elle doit les prévoir et analyser leurs effets sur le long terme. Autrefois curative, la maintenance devient préventive et contribue à améliorer la fiabilité des équipements et la qualité des produits. Cette maintenance préventive se traduit par la définition des plans d actions et d interventions sur l équipement, par le remplacement de certaines pièces en voie de dégradation afin d en limiter l usure, par le graissage ou le nettoyage régulier de certaines installations. Ces actions préventives étaient dans un premier temps effectuées de façon systématique selon des calendriers prédéfinis. Elles permettaient d anticiper les pannes, mais au prix d un alourdissement important des coûts de maintenance. Grâce à l évolution des méthodes de diagnostic et de contrôle, une nouvelle maintenance a été crée. Elle utilise des techniques de prévisions de pannes comme l analyse des vibrations ou des huiles. Cette maintenance dite " préventive conditionnelle " permet de remplacer des pièces juste avant leur rupture. Le choix entre les différents aspects de la maintenance se fait principalement au regard des coûts économiques, mais aussi des aptitudes et compétences du personnel de maintenance, et de la position concurrentielle sur le marché. Monchy présente les différents aspects de maintenance illustrés dans la figure.1 [Monchy 03]:

4 Congrès International en Génie Industriel et Management des Systèmes (CIGIMS 2012) 4 Figure.1 : Les différents aspects de maintenance [Monchy 03] I.1.2 Niveau de la maintenance : La norme AFNOR X [AFNOR 02] propose un classement des actions de maintenance en cinq niveaux de complexité selon le tableau suivant : Niveaux 1 er niveau 2 ème niveau 3 ème niveau Détails par niveau des actions selon la norme AFNOR - Intervention de réglage simple, prévu par le constructeur - Remplacement de consommables - Échange d équipements accessibles en toute sécurité - Reprise légère (de peinture) - Dépannage par échange standard - Contrôle de bon fonctionnement - Intervention mineure de maintenance préventive - Concept du LRU (Lowest Replaceable Unit) : matériel à maintenir en urgence - Intervention hors matériel réalisée dans l atelier ordinaire - Identification et diagnostic de pannes - Réparation par échange de composants fonctionnels - Réparation mécanique mineure - Programmation d éléments simples - Concept du SRU (Single Remplacable Unit) : élément interchangeable d une unité Définitions simplifiées Action s effectuant sur le matériel Action s effectuant en dehors du matériel

5 La maintenance industrielle une fonction en mutation et des compétences en évolution 5 4 ème niveau 5 ème niveau - Intervention de type spécialisé - Réglage d instruments de mesure - Vérification d étalons - Travaux importants de maintenance corrective ou préventive - Travaux importants de rénovation ou de reconstruction Intervention - Retour en usine ou en atelier central de de grande maintenance maintenance - Intervention de grande maintenance - Remise à neuf Tableau.1: les niveaux de la maintenance [AFNOR02] I.2 Evolution de la maintenance : Au fil du développement de la concurrence et de la course à la compétitivité qui entraîne la recherche de la qualité totale et surtout la réduction des coûts, au fur et à mesure de la complexification et de l automatisation des processus de production, la maintenance est devenue une des fonctions stratégiques de l entreprise. Loin d être aujourd hui stabilisée, elle évolue au gré des nouvelles technologies de l information et de communication NTIC, l introduction de nouvelles méthodes de gestion, du développement technologique des outils de production, en particulier dans les domaines de la mesure et du contrôle de fonctionnement, de la systématisation progressive, de l usage des normes et des procédures. L ensemble de ces facteurs modifie non seulement les modes d organisation de la fonction maintenance mais aussi les activités des techniciens et ouvriers qui opèrent dans ce champ. I.2.2 Total productive maintenance : La Maintenance Productive Totale (TPM) est un concept poussé de maintien, de modification et d amélioration des machines et équipements [BUF 08]. Avec le concept de la Maintenance Productive Totale, la maintenance n est plus seulement considérée comme une activité non-génératrice de valeur ajoutée, mais comme un processus important d'amélioration de la productivité globale. Le but de la Maintenance Productive Totale est de réduire autant que possible les arrêts d activités pour cause de maintenance, améliorer la productivité globale en impliquant tout le personnel. Métaphoriquement, la TPM est aux équipements et machines ce qui est la médecine aux êtres humains. La figure.2 présente la maison de la TPM :

6 Congrès International en Génie Industriel et Management des Systèmes (CIGIMS 2012) 6 Figure.2 : La maison du TPM [BUF 08] Ce concept consiste aussi à maximiser la performance des équipements, la disponibilité et la qualité de l'équipement avec la participation de tout le personnel de l unité productive en question. I Objectif : D après [BUF 08], la TPM a pour objectif de : - Acquérir une meilleure maîtrise des ressources humaines, matérielles et financières. - Réduire les coûts et augmenter la fiabilité des équipements avec une disponibilité maximale. - Responsabiliser l opérateur par rapport à la machine / produit et pourrait conduire à la recherche de l amélioration des performances, en proposant des solutions pour mettre fin aux défaillances répétitives et améliorer la qualité de la fabrication. - Accroître les compétences des opérateurs, leurs savoir-faire et leur sécurité. - Soulager le service maintenance des travaux ne nécessitant pas de compétences particulières. - Permettre ainsi à ce service de se consacrer à son rôle essentiel (intervention de haut niveau, analyse des défaillances, mise en œuvre

7 La maintenance industrielle une fonction en mutation et des compétences en évolution 7 des techniques de pointe, optimisation des méthodes et procédures de maintenance). La TPM agit directement et durablement sur le développement des compétences fondamentales de l entreprise par l intermédiaire des trois principaux facteurs illustrés dans la figure suivante [KAD 07] : Figure 3 : Influence de la TPM dans l entreprise L objectif ultime de la TPM est de réduire à ZÉRO les causes des pertes, pour améliorer les performances des ressources de production et obtenir l efficacité maximale des personnes et des équipements. Il s agit d un changement de culture qui ne peut se décider unilatéralement, mais qui se construit dans le temps et avec tous les acteurs ou les collaborateurs de l entreprise; c est pour cela qu une démarche TPM est longue et même jamais terminée puisqu elle est basée sur l amélioration continue permanente. I.2.3 Les systèmes experts : Un système expert est une application informatique capable de prendre des décisions ou de résoudre des problèmes dans un domaine précis. C'est un programme faisant appel à l'intelligence artificielle. Une base de données est conçue à partir du savoir d'un expert avant d'être intégrée à un programme [BLA 89].

8 Congrès International en Génie Industriel et Management des Systèmes (CIGIMS 2012) 8 Les systèmes experts utilisés en maintenance permettent de : - Traiter les divers aspects de maintenance pour une famille d'équipements donnée, - Guider pas à pas l'intervenant selon un cheminement de moindre coût par une intégration judicieuse du savoir-faire correspondant et des faits observés, - Prendre en compte aisément les adaptations qui se révèlent nécessaires, - Reprendre éventuellement et renforcer «l'organigramme de dépannage» qui peut être valorisé en le rendant plus accessible. Le système expert rassemble les connaissances. Il est programmé pour les utiliser de manière analogue à celles des spécialistes, cela ne se fait pas sans difficulté. Le dialogue homme-machine est actuellement le principal obstacle à l'utilisation des systèmes experts ainsi que les limitations dues à l'exploitation de systèmes non initialement conçus pour des microordinateurs. Les systèmes experts peuvent aider les industriels à résoudre des problèmes faisant appel aux spécialistes. Ils ne les remplacent pas en totalité, dupliquent leurs connaissances et ainsi font profiter à un plus grand nombre d utilisateurs, les compétences et savoir-faire des dits «experts». Ainsi ces systèmes doivent contenir toutes les connaissances du domaine et être capables d avoir une méthode de résolution analogue au raisonnement humain. Pour améliorer la maintenabilité, il est nécessaire de faciliter le diagnostic des pannes et de diminuer les temps d'immobilisation. Dans cette optique, le système expert est un auxiliaire précieux. Le système expert offre l'avantage de s'appuyer sur les méthodes du raisonnement humain et de pouvoir s'enrichir en fonction de l expérience des utilisateurs. Il doit être capable de : - Résoudre les problèmes (trouver la cause de la panne) ; - Expliquer les résultats. - Apprendre par l expérience. - Restructurer ses connaissances. - Transgresser une règle. - Juger de la pertinence d'une donnée. - Juger sa compétence à résoudre un problème.

9 La maintenance industrielle une fonction en mutation et des compétences en évolution 9 I.2.4 La technologie de GMAO : L information utilisée dans les différentes applications du domaine de la maintenance, cette dernière a changé en fonction de l évolution des technologies d information et en fonction de la complexité croissante de l environnement industriel. Dans le passé, cette information a été saisie manuellement sur papier (plans, schémas, manuels) et a été échangée verbalement entre les opérateurs. L information était donc informelle mise à part la forme papier, puisque le besoin ne s en faisait pas ressentir. Par contre aujourd hui, l information est toute autre. Elle est devenue structurée et formalisée afin d être manipulée par les systèmes informatiques. L appel du progiciel GMAO (gestion de maintenance assistée par ordinateur) va répondre aux besoins des entreprises en ce qui concerne les échanges d information et des procédures, et l analyse des activités de maintenance et les archivés. La GMAO se caractérise par quatre fonctionnalités standards (figure 4) : Figure.4 : Les caractéristiques de la GMAO - La gestion de maintenance concernant les interventions préventives ou curatives sur les équipements industriels. - La gestion du personnel de maintenance relative aux plannings, les affectations, et à la gestion de la formation. - La gestion du stock des pièces de rechange, contrôle des stocks en magasin, alerte sur le seuil, réception des pièces. - La gestion des achats en tout ce qui concerne l addition des commandes, la gestion des fournisseurs et de leurs prix, et la facturation.

10 Congrès International en Génie Industriel et Management des Systèmes (CIGIMS 2012) 10 La GMAO s'inscrit dans un projet d'amélioration de productivité grâce aux actions suivantes. - L amélioration de la disponibilité des équipements. - La prolongation de la durée de vie des machines. - L amélioration du taux de charge de l'équipe maintenance. - L amélioration du partage de l'information, suppression de la «personne indispensable». - L amélioration de la sécurité des équipements. - La maîtrise des coûts de maintenance. D après une analyse réalisée par l Association Française des Ingénieurs et responsables de Maintenance [AFIM 04], les effets de la GMAO dans les entreprises l'ayant mis en œuvre sont les suivants : Figure.5 : Les effets de la GMAO [AFIM 04] I.2.5. La maintenance à distance : Les entreprises cherchent à améliorer le système actuel de maintenance par l entremise de deux niveaux stratégiques: - Le premier niveau vise à renforcer le service de maintenance dans l entreprise elle-même, c est-à-dire au niveau des ressources

11 La maintenance industrielle une fonction en mutation et des compétences en évolution 11 internes nous parlons d internalisation de la fonction maintenance. - Le deuxième niveau fait appel à des ressources externes de l entreprise par le biais de sous-traitant (réduction de service de maintenance) - nous parlons d externalisation de la fonction maintenance. La tendance actuelle est d externaliser, en partie, la fonction maintenance. L externalisation nous amène à évoluer dans un domaine distribué qui a modifié les systèmes d information et les pratiques de l entreprise. Les nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC) ont permis d asseoir ces nouvelles pratiques et de les faire évoluer. Grâce aux NTIC, à l émergence de la technologie Web et du réseau Internet, les tâches des services de maintenance et des contrôles peuvent être effectuées automatiquement, à distance et à l aide de différents dispositifs appropriés implantés au sein des entreprises. D où l émergence du concept des services proposés au travers d architectures de maintenance, qui peuvent aller des systèmes autonomes vers des systèmes intégrés où la coopération et la collaboration sont vitales pour tout fonctionnement. La naissance de la maintenance à distance portant sur les technologies d accès, de traitement de données, d informations ou de connaissances et d échange entre acteurs à distance, apparaît pour résoudre le problème du nombre limité du personnel de maintenance ayant les compétences, la polyvalence et le savoir faire dans les entreprises. Les nouvelles formes de maintenance tendent à permettre au personnel l'accès rapide aux informations. Elles permettent aussi de bénéficier directement de l'assistance d'experts à distance en cas du besoin. En maintenance à distance, les états des équipements sont détectés sur place grâce à des capteurs ou opérateurs locaux, puis acheminés via un réseau et transmis au destinataire concerné. Deux architectures principales de maintenance à distance existent : - La télémaintenance. - La e-maintenance.

12 Congrès International en Génie Industriel et Management des Systèmes (CIGIMS 2012) 12 I la télémaintenance : D après [AFNOR 01], la télémaintenance est définie comme "Maintenance d'un bien exécutée sans accès physique du personnel au bien". La télémaintenance a donc pour objectif de permettre d effectuer, rapidement et à distance, un grand nombre d opérations. Le composant principal d un système de télémaintenance est le réseau sur lequel il s appuie pour la circulation de l information. Un système de télémaintenance est généralement composé d'au moins de deux parties distinctes : Le centre expert de maintenance, appelé aussi le centre de compétence. Les sites à maintenir. Zerhouni présente une architecture de la télémaintenance illustrée dans la figure.6 [ZER 07]: Figure.6 : Architecture de la Télémaintenance [ZER 07] I La e-maintenance : La e-maintenance est également une forme évoluée de maintenance avec l avènement d Internet et des NTIC, qui permet de partager des connaissances et de faire collaborer des acteurs. La e-maintenance est associée à la notion de service intelligent puisqu elle permet d accéder à des connaissances externalisées, de e-service (service électronique via Internet).

13 La maintenance industrielle une fonction en mutation et des compétences en évolution 13 Elle permet de rendre disponible des ressources à distance ; ces ressources peuvent être matérielles (pièces de rechange, outillage, ) ou immatérielles (humaines ou informatiques). Les ressources externalisées sont accessibles grâce au réseau Internet, aux outils de communication, d échange et d accès à l information que l on peut regrouper sous le terme de e-service, Zerhouni donne une présentation de l activité de e-maintenance (figure.7) : Figure.7 : Présentation de l activité de e-maintenance [ZER 07] L architecture d e-maintenance se fait via un réseau web qui permet de coopérer, d échanger, de partager et de distribuer ces informations aux différents systèmes partenaires de ce réseau. Le principe consiste à intégrer l ensemble des différents systèmes de maintenance dans un seul système d information. Les systèmes proposent différents formats d informations qui ne sont pas toujours compatibles pour le partage ce qui nécessite la coordination et la coopération entre les systèmes pour les rendre interopérables. Zerhouni présente une architecture de E-maintenance (figure.8):

14 Congrès International en Génie Industriel et Management des Systèmes (CIGIMS 2012) 14 Figure.8 : Architecture du concept de e-maintenance [ZER 07] II. L évolution des compétences des agents de maintenance : II.1. L historique : Il y a longtemps, La maintenance avait un aspect de réparation ou d entretien, cette fonction est confiée à une personne appelée agent de maintenance, ce dernier se concentre sur les tâches de maintenance curative c'est-à-dire la réparation des pannes ou des dysfonctionnements survenant de manière imprévue. Il doit pouvoir identifier l origine des défaillances, rechercher et mettre en œuvre rapidement des solutions de dépannage. Avec le développement de «la maintenance préventive», il est également amené à participer à l amélioration du rendement des installations en réalisant des actions programmées (nettoyage, réglage, graissage, changement de pièces...) et en repérant d éventuelles anomalies sur l équipement. II.2. L évolution : Avec l évolution de la maintenance préventive, l agent de maintenance a subi des évolutions au niveau du profil, il s est organisé ainsi en deux profils, celui de «Technicien d intervention» et de «Technicien de méthodes».

15 La maintenance industrielle une fonction en mutation et des compétences en évolution 15 On retrouve dans le profil du «technicien d intervention» l ensemble des compétences mises en œuvre par l agent de maintenance, avec toutefois un niveau d exigence plus élevé dans les domaines techniques, tels que la mécanique, l électricité, l électronique, l hydraulique De plus, son rôle s oriente davantage vers la recherche et la mise en œuvre de solutions techniques visant à remédier aux défaillances et à améliorer le rendement des installations. Mais plus fondamentalement, ce qui distingue le technicien d intervention de l agent est sa capacité à organiser, planifier et coordonner les interventions, à s assurer de leur bonne exécution dans le respect des règles de sécurité, des délais impartis et des procédures existantes. Il a ainsi la charge de définir des «gammes opératoires», c est-à-dire des actions spécifiques pour chaque type d intervention et d équipement. De plus, il recherche des solutions techniques nouvelles, dans un souci constant d optimisation du rendement et d anticipation des défaillances des installations. On retrouve également la même imbrication entre les deux profils de technicien : le «technicien de méthodes» planifie une grande partie des activités réalisées par le technicien d intervention. Néanmoins, son activité principale est bien la méthode : dans un souci constant d améliorer les modalités d intervention, il définit les cahiers des charges c est-à-dire les règles d actions liées aux spécifications techniques, aux délais, aux coûts, à l approvisionnement ; il veille au respect de leur application par le personnel de son entreprise ou des sous-traitants ; il identifie et optimise les coûts des activités de maintenance. Les évolutions de maintenance ne se limitent pas à ce niveau là avec la naissance de la TPM «Total Productive de Maintenance», les deux profils ont évolué au niveau compétences. Avec la naissance des notions de maintenablité, disponibilité, fiabilité «indicateur de maintenance», le technicien de maintenance doit être capable d analyser l activité des équipements de production, d exploiter un historique machine, de manœuvrer les indicateurs de maintenance en ce qui concerne le MTBF (Main Time Between Failures) MTTR (Mean Time To Repair) Le technicien doit maîtriser certaines notions de mathématiques lui permettant d obtenir une estimation sur la disponibilité et la fiabilité de ses outils de production. Aussi, il doit être capable de calculer le rendement des installations, d acquérir des savoirs et des savoir-faire liés aux activités de maintenance corrective, de maintenance préventive, d amélioration et d intégration de nouveaux biens.

16 Congrès International en Génie Industriel et Management des Systèmes (CIGIMS 2012) 16 La naissance des progiciels de GMAO (Gestion de la Maintenance Assistée par Ordinateur) a changé la structure de l information entre les hommes de maintenance. Le technicien de maintenance doit savoir piloter cet outil avec ses différents onglets. En effet, il doit être capable de gérer ses travaux (type d intervention préventive ou curative), gérer ses plannings de contrôle périodique, contrôler aussi le stock en magasin, il doit avoir des notions sur le management de la maintenance en ce qui concerne les achats des pièces, l addition des commandes, et la gestion des fournisseurs ainsi que la gestion de la facturation. Donc la notion de la polyvalence s impose d une façon importante. Face à l intégration des nouvelles technologies d information et de communication (NTIC) dans le domaine de la maintenance, et l émergence de la technologie web et des réseaux, une nouvelle image de maintenance a vue le jour, c est la maintenance à distance. Le degré de savoir et de savoir-faire est de plus en plus exigé, vue sa connaissance dans les domaines de la mécanique, d électricité, et l automatique, l homme de maintenance doit avoir une interopérabilité extrême, il doit avoir des connaissances approfondis dans le domaine de l informatique c'est-à-dire il doit être capable de manipuler un PC (ordinateur) ou un téléphone, connaitre les principales notions de télécommunication en ce qui concerne la rédaction d une requête (problématique) et l envoyer par un téléphone (réseau WAP) ou par un ordinateur (boucle local radio «WIRELESS LAN» ) à l aide d un serveur local ou d un serveur distant au service de maintenance central pour pouvoir corriger l anomalie à distance, quelque notions de la programmation sont exigées en ce qui concerne la gestion de la documentation et la gestion des plannings. L autonomie, la réflexion et la maitrise des risques sont exigées. Nous présentons un référentiel de compétences de l homme de maintenance et nous analyserons par la suite les compétences relatives au domaine des NTIC.

17 La maintenance industrielle une fonction en mutation et des compétences en évolution 17 II.3 Le référentiel des compétences en maintenance : II.3.1 Présentation : La création du référentiel des métiers et des compétences nous permet d avoir : - Une meilleure prise en compte des évolutions institutionnelles et professionnelles dans les métiers. - Une identification des emplois actuels et futurs pour développer une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences. - Une adaptation permanente des formations aux évolutions des métiers. Le référentiel des métiers et de compétences va nous servir à identifier les composantes principales des métiers en ce qui concerne les activités du métier ainsi que les compétences relatives à la personne qui pratique ce métier, [FRE 08]. II La structure du référentiel de compétence : Le référentiel des métiers et des compétences doit commencer par : L action du métier : définir le métier, à quoi sert le métier, sa raison d être Activité : définit l ensemble des actions qui permettent de réaliser la mission, l accent est mis sur les activités qui déterminent les spécificités du métier. Compétence : elle se caractérise par la mise en œuvre en situation professionnelle de capacité permettant de réaliser convenablement une activité, cela englobe les capacités requises pour la réalisation d une activité professionnelle et l ensemble des comportements professionnels à la pleine maitrise de cette activité. Indicateur de compétence : c est la capacité reconnue pour exercer le métier qui englobe les savoirs (compétence conceptuelle) et les savoir faire (compétences techniques).

18 Congrès International en Génie Industriel et Management des Systèmes (CIGIMS 2012) 18 Autonomie et responsabilité : mesurer la latitude et l initiative dont dispose le pratiquant du métier à partir d une grille à cinq niveaux, le tableau suivant présente la spécification de chaque niveau : Niveau 1 er niveau (notion) Spécification Cette compétence est peu mobilisée dans le poste Le fonctionnaire doit avoir des connaissances élémentaires. 2 éme niveau (acquisition) Cette compétence est requise pour occuper le poste. Le fonctionnaire doit avoir des connaissances approfondies. 3 éme niveau (maitrise) 4 éme niveau (spécialiste) 5 éme niveau (expert) Cette compétence doit être parfaitement intégrée étant indispensable pour occuper le poste. Le fonctionnaire doit être en mesure de favoriser la transmission de cette compétence Cette compétence doit être parfaitement intégrée étant indispensable pour occuper le poste. le fonctionnaire spécialiste dans ce domaine doit être en mesure de favoriser la transmission de cette compétence, il doit être capable de remédier touts sortes de problème. Cette compétence doit être parfaitement intégrée étant indispensable pour occuper le poste. Le fonctionnaire expert dans ce domaine doit être en mesure de favoriser la transmission de cette compétence, il doit être capable de participer à l évolution de ces activités. Tableau 2 : les niveaux d autonomie

19 La maintenance industrielle une fonction en mutation et des compétences en évolution 19 II Le référentiel des métiers et de compétences pour le cas d un agent de maintenance : Action du métier : L agent de maintenance assure la maintenance des équipements industrielles quel soit curative ou préventive, il assure la disponibilité et la fiabilité des ses équipement selon un accès physique (maintenance directe), ou sans accès physique (maintenance a distance). Activités : Contrôler le bon fonctionnement des équipements industriels Diagnostiquer un dysfonctionnement sur les équipements industriels Organiser une intervention Piloter les technologies des NTIC dans la maintenance des équipements industrielle Activités Compétence Niveau Indicateur de compétence Contrôler le bon fonctionnement des équipements industriels Diagnostiquer un dysfonctionnement sur les équipements industriels - contrôler, mesurer, exécuter les tests mécanique, électrique, électronique, régulation, hydraulique, pneumatique ) - connaitre les méthodes de dysfonctionnement - collecter les informations pour permettre de conduire d une manière logique a l identification du dysfonctionnement -connaitre les types de maintenance qui doit être exécutée (curative ou préventive) * - Respecter les consignes de sécurité en réalisant des contrôles, des mesures et de tests - Adapter chaque contrôle ou mesure ou test en termes de calibre et de précision * Sur le plan fonctionnel : - Connaitre le type de panne (régulation, électrique, mécanique ) * Sur le plan séquentiel : - Tester des systèmes de commande - Analyser les automatismes, les positionner Sur le plan matériel : - Tester les organes (du plus simple au plus complexe) - Tester les composants défaillants * - Connaitre les différents types de maintenance Organiser une intervention - connaitre les types des interventions (dépannage, montage, remplacement, remontage) * - Observation, contrôle, relevés - préparer le matériel et les pièces avant l intervention. * Matériel Pièce - Préparer - Etalonner - Identifier

20 Congrès International en Génie Industriel et Management des Systèmes (CIGIMS 2012) 20 les pièces par apport au plan et aux schémas Piloter les technologies des NTIC dans la maintenance des équipements industrielles -La mise en sécurité de la zone de l intervention * - séparation des sources d énergie de l installation - suivre les consignes de sécurité - la maitrise des risques environnementaux (chimique, pollution ) - Traiter un document 2 & 3 - Produire un document textuel simple numérique - Réaliser et gérer des documents fonctionnels - Rechercher des informations - Communiquer 2 & 3 - Trouver une information dans un contexte connu - Rechercher et gérer l information adaptée à ses besoins 2 & 3 - Envoyer et recevoir des messages à l aide d un appareil connu - Gérer sa messagerie - Obtenir service 2 & 3 - Obtenir un service indispensable avec un appareil connu - Utiliser tout type d appareil fournissant le même service Tableau 3 : Référentiel des métiers et des compétences Vue l expérience de l agent de maintenance au niveau du savoir et de savoir-faire, il se peut qu il évolue pour un poste de responsable de maintenance. Ce dernier est appelé pour organiser et gérer les activités techniques de l entreprise. Il doit prouver les caractères bénéficiaires de son activité en ce qui concerne l amélioration de la disponibilité des matériels de production et aussi l amélioration de la performance de son service (exploitation des outils de qualité ). Il doit posséder une expérience importante des technologies mises en œuvre dans le système de production de l entreprise. En effet, l accès à ce poste se fait plus par promotion interne que par recrutement. Le responsable de maintenance doit avoir une compétence organisationnelle en ce qui concerne le pilotage des activités des agents. Ces agents sont placés sous sa responsabilité, la planification des activités préventives ou bien des interventions durant l arrêt.

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance Les référentiels et les formations de la fonction Assurer le bon fonctionnement grâce à une préventive et curative performante en : - organisant les services techniques en conséquence, - encadrant l'entretien

Plus en détail

Les types et niveaux de maintenance

Les types et niveaux de maintenance Les types et niveaux de maintenance Les types de maintenance La maintenance des équipements constitue une contrainte réglementaire pour les entreprises possédant des matériels sur lesquels travaillent

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle Guide de repérage des compétences du candidat Candidat Nom :... Prénom :........ Entreprise :... Le document original est conservé par l entreprise

Plus en détail

FICHE. La GMAO en quelques lignes OCTOBRE 2008 THÉMATIQUE. Vincent Drecq

FICHE. La GMAO en quelques lignes OCTOBRE 2008 THÉMATIQUE. Vincent Drecq FICHE OCTOBRE 2008 THÉMATIQUE Direction de projets et programmes La GMAO en quelques lignes La G.M.A.O. (Gestion de Maintenance Assistée par Ordinateur) est un logiciel spécialisé qui facilite la réalisation

Plus en détail

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Dans le respect des procédures, des règles d hygiène et de sécurité, afin de satisfaire les clients ou fournisseurs internes/externes

Plus en détail

Baccalauréat professionnel. Maintenance des Équipements Industriels

Baccalauréat professionnel. Maintenance des Équipements Industriels Baccalauréat professionnel Maintenance des Équipements Industriels 2005 SOMMAIRE DES ANNEXES DE L ARRÊTÉ DE CRÉATION DU DIPLÔME ANNEXE I : RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME I a. Référentiel des activités professionnelles...7

Plus en détail

Référentiel du Baccalauréat professionnel MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS INDUSTRIELS

Référentiel du Baccalauréat professionnel MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS INDUSTRIELS Référentiel du Baccalauréat professionnel MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS INDUSTRIELS Juin 2005 SOMMAIRE DES ANNEXES DE L ARRÊTÉ DE CRÉATION DU DIPLÔME ANNEXE I : RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME I a. Référentiel

Plus en détail

Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle

Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle ACTIVITÉS ET TÂCHES PROFESSIONNELLES Les activités professionnelles décrites ci-après, déclinées à partir des fonctions

Plus en détail

Quels échanges et pourquoi? Pour faire évoluer dans le temps vers quelle structure de pilotage?

Quels échanges et pourquoi? Pour faire évoluer dans le temps vers quelle structure de pilotage? La GMAO et la GTB Les outils de pilotage et de diagnostic de la maintenance, de l exploitation des installations techniques Quels échanges et pourquoi? Pour faire évoluer dans le temps vers quelle structure

Plus en détail

Définir une politique de maintenance et sa stratégie de mise en œuvre de responsabilités

Définir une politique de maintenance et sa stratégie de mise en œuvre de responsabilités Chapitre 1 Définir une politique de maintenance et sa stratégie de mise en œuvre de responsabilités La politique de maintenance, entre prévention et correction 25 f Qu est-ce que le «préventif» et le «correctif»?

Plus en détail

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC Développer aujourd hui la main-d œuvre de demain Information and Communications Technology Council Conseil des technologies de l information et des communications Faits saillants du Cadre des profils de

Plus en détail

ORGANISER CP3 : Organiser et optimiser les activités de maintenance

ORGANISER CP3 : Organiser et optimiser les activités de maintenance CP3.1 : Définir et/ou optimiser la stratégie de La liste des biens Déterminer les indicateurs de Les indicateurs sont correctement disponibilité des biens déterminés La politique de Les données de production

Plus en détail

1 Les différents types de maintenance

1 Les différents types de maintenance 1 Les différents types de maintenance Il existe différents types de maintenance s agissant des machines, et tout autant en matière de logiciels, déterminés en fonction de leur finalité, de leur résultat

Plus en détail

Dossier technique du CRTA. Dossier n 1 Les performances de vos machines

Dossier technique du CRTA. Dossier n 1 Les performances de vos machines Dossier technique du CRTA Dossier n 1 Les performances de vos machines CRTA Avignon 2003 Table des matières Mesurer le rendement des machines...3 1. Taux de rendement...3 2. Méthode de calcul...3 3. Taux

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

LA GMAO ACCEDER : EXPLOITATION POUR L ENSEIGNEMENT

LA GMAO ACCEDER : EXPLOITATION POUR L ENSEIGNEMENT LA GMAO ACCEDER : EXPLOITATION POUR L ENSEIGNEMENT 1 - AVANTAGES DE LA GMAO ACCEDER POUR ENSEIGNER 2 - GENERALITES POUR L EXPLOITATION EN BAC PRO ET BTS 3 LA GMAO ET LE NOUVEAU REFERENTIEL BTS 2014 MAINTENANCE

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle Préparation de l évaluation des compétences par le candidat Vous souhaitez obtenir le Certificat de Qualification Professionnelle Inter-branches

Plus en détail

Présentation du BTS Maintenance Industrielle SOMMAIRE. 1 Qu est ce que la maintenance? 2 Pourquoi le BTS Maintenance Industrielle?

Présentation du BTS Maintenance Industrielle SOMMAIRE. 1 Qu est ce que la maintenance? 2 Pourquoi le BTS Maintenance Industrielle? SOMMAIRE 1 Qu est ce que la maintenance? 2 Pourquoi le BTS Maintenance Industrielle? 3 Les principales missions du technicien en maintenance 4 Les compétence du technicien en maintenance 5 Le contenu de

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Brevet de technicien supérieur MAINTENANCE INDUSTRIELLE

Brevet de technicien supérieur MAINTENANCE INDUSTRIELLE Brevet de technicien supérieur MAINTENANCE INDUSTRIELLE MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE, DE l ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE Direction de l enseignement supérieur Service des contrats et

Plus en détail

GMAO : GERER LA MAINTENANCE DE SES EQUIPEMENTS

GMAO : GERER LA MAINTENANCE DE SES EQUIPEMENTS Dès lors que l on aborde la maintenance d un ou plusieurs parcs d équipements, on peut être confronté aux problèmes suivants : une machine tombe en panne mais le délai d approvisionnement en pièces de

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

GERER SA MAINTENANCE INFORMATIQUE

GERER SA MAINTENANCE INFORMATIQUE L AFNOR définit la maintenance comme l «ensemble des actions permettant de maintenir et de rétablir un bien dans un état spécifié ou en mesure d assurer un service déterminé.» De nos jours, les systèmes

Plus en détail

Optimize IT. Vos robots au meilleur de leur forme. Industries

Optimize IT. Vos robots au meilleur de leur forme. Industries Industries Optimize IT Vos robots au meilleur de leur forme René Nispeling Alors que les robots remplacent de plus en plus l homme au sein des usines, les industriels demandent des outils de diagnostic

Plus en détail

B.T.S. MAINTENANCE DES SYSTЀMES Systèmes de production

B.T.S. MAINTENANCE DES SYSTЀMES Systèmes de production Toutes les actions sont à réaliser obligatoirement B.T.S. MAINTENANCE DES SYSTЀMES Systèmes de production du candidat Etablissement de formation / Ville Académie Épreuve E5 : Activités de maintenance Sous-épreuve

Plus en détail

ÉLECTROMÉCANIQUE. Électricité 4 4 Mécanique 4 4 T.P. Électricité 4 - T.P. Mécanique 4 - T.P. Électromécanique - 8 Total 16 16

ÉLECTROMÉCANIQUE. Électricité 4 4 Mécanique 4 4 T.P. Électricité 4 - T.P. Mécanique 4 - T.P. Électromécanique - 8 Total 16 16 SUITES AU 3 e ÉLECTROMÉCANIQUE 2 e degré Technique de Qualification Électricien(ne) automaticien(ne) Mécanicien(ne) automaticien(ne) Technicien(ne) en électronique Technicien(ne) en usinage Technicien(ne)

Plus en détail

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Guide d étude Sous la direction de Olga Mariño Télé-université Montréal (Québec) 2011 INF 1250 Introduction aux bases de données 2 INTRODUCTION Le Guide d étude

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR MAINTENANCE DES SYSTÈMES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR MAINTENANCE DES SYSTÈMES BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR MAINTENANCE DES SYSTÈMES Option : systèmes de production Option : systèmes énergétiques et fluidiques Option : systèmes éoliens Septembre 2014 BTS Maintenance des systèmes

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Technicien de maintenance Autres appellations du métier Technicien polyvalent, agent d entretien polyvalent, agent de maintenance Le technicien de maintenance maintient les installations techniques en

Plus en détail

MIKRON CUSTOMER SERVICE. Un service client adapté à vos besoins

MIKRON CUSTOMER SERVICE. Un service client adapté à vos besoins MIKRON CUSTOMER SERVICE Un service client adapté à vos besoins 2-3 CUMULEZ LES OPTIONS DE SERVICES DE CHAQUE MODULE POUR AMéLIORER LA PRODUCTIVITé DE VOTRE SYSTÈME MIKRON CUSTOMER SERVICE FLEXIBLE, MODULAIRE,

Plus en détail

REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES

REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES PREAMBULE Le baccalauréat professionnel Electrotechnique Energie Equipements Communicants traite des secteurs d activités : de l industrie, des services, de l habitat, du tertiaire et des équipements publics.

Plus en détail

Sage 100. Solutions de gestion pour l industrie. Pour les Petites et Moyennes Industries

Sage 100. Solutions de gestion pour l industrie. Pour les Petites et Moyennes Industries Sage 100 Solutions de gestion pour l industrie our les etites et Moyennes Industries Entrez dans le monde Sage Avec plus de 500 000 utilisateurs, 20 millions de bulletins de paie édités chaque année, plus

Plus en détail

Gestion et entretien des Installations Electriques BT

Gestion et entretien des Installations Electriques BT Durée : 5 jours Gestion et entretien des Installations Electriques BT Réf : (TECH.01) ² Connaître les paramètres d une installation basse tension, apprendre les bonnes méthodes de gestion et entretien

Plus en détail

Pourquoi un GMAO? Pourquoi GMAO-Machine Bateau? Démarrage Dossier Menu Principal Structure, classification des équipements Fiche d intervention

Pourquoi un GMAO? Pourquoi GMAO-Machine Bateau? Démarrage Dossier Menu Principal Structure, classification des équipements Fiche d intervention Pourquoi un GMAO? Pourquoi GMAO-Machine Bateau? Démarrage Dossier Menu Principal Structure, classification des équipements Fiche d intervention Journal des interventions Planning Gestion des tâches planifiées

Plus en détail

Implantation d un système de gestion de maintenance assistée par ordinateur (GMAO)

Implantation d un système de gestion de maintenance assistée par ordinateur (GMAO) Implantation d un système de gestion de maintenance assistée par ordinateur (GMAO) K.Meghelli*, A.Ghernaout** *Manufacturing Engineering Laboratory of Tlemcen (MELT) Abou-Bekr Belkaid University B. P.

Plus en détail

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.»

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet de fin d études 2 Sommaire OBJET DU DOCUMENT... 3 LES ETAPES DU PROJET... 4 ETUDE PREALABLE...5 1 L étude d opportunité...

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

jeudi 19 septembre 2013, Bournezeau Services et Solutions en Carrière

jeudi 19 septembre 2013, Bournezeau Services et Solutions en Carrière jeudi 19 septembre 2013, Bournezeau Services et Solutions en Carrière 1 Schneider Electric - le spécialiste mondial de la gestion de l énergie Des géographies équilibrées CA 2012 Milliards d euros de CA

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : B Dernière modification : 10/04/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 I OBJECTIF

Plus en détail

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires)

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires) PROBLEMATIQUE - L APPROCHE JADE Telecom L exploitation de réseaux de télécommunications implique pour les entreprises la prise en compte de différents points importants : La mise en place de personnel

Plus en détail

CONSEIL - ACCOMPAGNEMENT - AUDIT - DIAGNOSTIC

CONSEIL - ACCOMPAGNEMENT - AUDIT - DIAGNOSTIC SERVICES POUR LES RÉSEAUX INDUSTRIELS CONSEIL - ACCOMPAGNEMENT - AUDIT - DIAGNOSTIC CONSEIL ACCOMPAGNEMENT Recueillir l avis d experts pour prendre les bonnes orientations stratégiques Mettre en service

Plus en détail

L expertise adaptée à vos besoins

L expertise adaptée à vos besoins Cabinet de conseil Formation professionnelle Etude CATALOGUE DE FORMATION 2015 L expertise adaptée à vos besoins 1 MARKETING Elaborer une stratégie marketing. Veille stratégique et intelligence marketing.

Plus en détail

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation.

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation. chemise 20/02/07 16:49 Page 1 VEOLINK Votre contact : tout au long de votre projet VEOLINK Com VEOLINK Tech VEOLINK Advanced Control VEOLINK Star VEOLINK Data Base VEOLINK Maintenance VEOLINK Pro VEOLINK

Plus en détail

Guide de bonnes Pratiques EMAT

Guide de bonnes Pratiques EMAT Guide de bonnes Pratiques EMAT 1 Table des matières I. PRINCIPE GENERAL DE LA DEMANDE DE TRAVAUX... 3 II. LES MODALITES D UTILISATION DE L EMAT... 4 A. La Convention... 4 B. Expression de la demande...

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME. Mention complémentaire Maintenance des systèmes embarqués de l automobile 5

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME. Mention complémentaire Maintenance des systèmes embarqués de l automobile 5 ANNEE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME Mention complémentaire Maintenance des systèmes embarqués de l automobile 5 RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES 1. Définition La mention complémentaire Maintenance

Plus en détail

BEP métiers des services administratifs BREVET D'ÉTUDES PROFESSIONNELLES MÉTIERS DES SERVICES ADMINISTRATIFS

BEP métiers des services administratifs BREVET D'ÉTUDES PROFESSIONNELLES MÉTIERS DES SERVICES ADMINISTRATIFS BREVET D'ÉTUDES PROFESSIONNELLES MÉTIERS DES SERVICES ADMINISTRATIFS ANNEXE I a RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES I. APPELLATION DU DIPLÔME BEP métiers des services administratifs RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Architecte d infrastructures informatiques

Architecte d infrastructures informatiques Architecte d infrastructures informatiques E1C23 Infrastructures informatiques - IR L architecte d infrastructures informatiques pilote la conception, le déploiement et la mise en oeuvre d'architectures

Plus en détail

La gestion de la maintenance assistée par ordinateur et la maintenance des logiciels

La gestion de la maintenance assistée par ordinateur et la maintenance des logiciels Présentation finale de l'activité de synthèse La gestion de la maintenance assistée par ordinateur et la maintenance des logiciels Nicolas BUCHY Directeur : Alain ABRAN Plan de la présentation 1. Présentation

Plus en détail

La TPM Selon le JIPM

La TPM Selon le JIPM v1 14 Avril 2005 La TPM Selon le JIPM AVERTISSEMENT L'auteur n'est lié d'aucune manière au JIPM. Les informations contenues dans cet article sont une synthèse de diverses sources et sont proposées pour

Plus en détail

Introduction... 3. 8.1. Définition...3

Introduction... 3. 8.1. Définition...3 Mise en situation... 2 Introduction... 3 8.1. Définition...3 8.2. Services de la GMAO...3 8.2.1. Les formes de GMAO... 3 8.2.2. Augmentation du service rendu... 4 8.2.3. La conception des logiciels de

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

Contrôlez et améliorez vos performances Solutions Software GEA. engineering for a better world. GEA Food Solutions

Contrôlez et améliorez vos performances Solutions Software GEA. engineering for a better world. GEA Food Solutions Contrôlez et améliorez vos performances Solutions Software GEA engineering for a better world GEA Food Solutions Mesurer, ça compte! Plus vous en savez sur les mesures de vos paramètres de process, plus

Plus en détail

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة Phase 3 Planification de la solution retenue et stratégie de changement Elaboration du Schéma Directeur du Système d Information des agences urbaines 2013 Sommaire

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Chapitre 6 La gestion des incidents Quelles que soient la qualité du système d information mis en place dans l entreprise ou les compétences des techniciens

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

Systèmes d information

Systèmes d information 11 Systèmes Cette famille rassemble des métiers dont la finalité est de concevoir, développer, exploiter et entretenir des solutions (logicielles et matérielles) répondant aux besoins collectifs et individuels

Plus en détail

ET ORIENTATIONS. ***--- tariat d Etat ---*** à la Technologie. Secrétariat d. et de la Technologie. Infrastructures IT et approvisionnement

ET ORIENTATIONS. ***--- tariat d Etat ---*** à la Technologie. Secrétariat d. et de la Technologie. Infrastructures IT et approvisionnement Ministère de l Industrie l et de la Technologie ---*** ***--- tariat d Etat à la Technologie Secrétariat d LES SIC DANS LE SECTEUR PUBLIC : ETAT DES LIEUX, DÉFIS ET ORIENTATIONS Infrastructures IT et approvisionnement

Plus en détail

A.4 GMAO = GM + AO (rappel)

A.4 GMAO = GM + AO (rappel) SOMMAIRE A. Première partie A.1 Ingénierie système : du besoin au système (produit/service) A.2 SDF, Maintenance et concepts sous-jacents A.3 Les méthodes : L applicabilité A.4 GMAO = GM + AO (rappel)

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 1 REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIALE TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers d études, recherche & développement dans l industrie R&D Production Ingénieur

Plus en détail

DEVENIR ANIMATEUR CERTIFIE DE LA DEMARCHE LEAN

DEVENIR ANIMATEUR CERTIFIE DE LA DEMARCHE LEAN DEVENIR ANIMATEUR CERTIFIE DE LA DEMARCHE LEAN Certification CQPM réf : 2008 07 69 0272 Animateur de la démarche LEAN pour l amélioration de la performance et des processus. BUTS DE LA FORMATION : Etre

Plus en détail

Efficacité des Modules Maintenance dans les ERP.

Efficacité des Modules Maintenance dans les ERP. Efficacité des Modules Maintenance dans les ERP. Les progiciels ERP (Entreprise Ressource Planning) proposent l ensemble des modules permettant de gérer une entreprise. Mais le module Maintenance est souvent

Plus en détail

Maîtriser les mutations

Maîtriser les mutations Maîtriser les mutations Avec UNE Supply chain AGILE La réflexion porte ses fruits www.cereza.fr TALAN Group Notre savoir-faire : maîtriser les mutations et en faire une force pour l entreprise Cereza,

Plus en détail

Gestion de la Maintenance Assistée par Ordinateur

Gestion de la Maintenance Assistée par Ordinateur Gestion de la Maintenance Assistée par Ordinateur Simplifiez vous la maintenance Gagner en productivité. Réduire les pannes. Améliorer la durée de vie des équipements. Diminuer les coûts de maintenance.

Plus en détail

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi. Module: Organisation 3.3. L informatique dans la structure d une organisation Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.dz Plan Introduction Informatique dans les organisations Rattachement

Plus en détail

Tremplins de la Qualité. Tome 1

Tremplins de la Qualité. Tome 1 Tome 1 CET OUVRAGE EST UN GUIDE D INTERPRETATION DE LA NORME NF EN ISO 9001 VERSION 2000 AVANT-PROPOS Ce guide d aide à la rédaction du Manuel de Management de la Qualité a été rédigé par la Fédération

Plus en détail

DOMAINE D'ACTIVITE 1 : ORGANISATION DES ARRIVAGES, DES RECEPTIONS ET DES EXPEDITIONS DES MATERIELS ET DES INGREDIENTS

DOMAINE D'ACTIVITE 1 : ORGANISATION DES ARRIVAGES, DES RECEPTIONS ET DES EXPEDITIONS DES MATERIELS ET DES INGREDIENTS REFERENTIEL D ACTIVITES FICHE 6 INGENIERIE : REFERENTIEL D ACTIVITES ET REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION ACTIVITE et TACHES COMPETENCES ASSOCIEES AUX ACTIVITES ET TACHES COMPETENCES

Plus en détail

TECHNIQUES INDUSTRIELLES MANAGEMENT ECOLE DU MANAGEMENT ORGANISATION INDUSTRIELLE FORMATIONS REGLEMENTAIRES BUREAUTIQUE ET INFORMATIQUE

TECHNIQUES INDUSTRIELLES MANAGEMENT ECOLE DU MANAGEMENT ORGANISATION INDUSTRIELLE FORMATIONS REGLEMENTAIRES BUREAUTIQUE ET INFORMATIQUE ! CALENDRIER DES S INTER-ENTREPRISES ENTREPRISES 2015 TECHNIQUES INDUSTRIELLES MANAGEMENT ECOLE DU MANAGEMENT ORGANISATION INDUSTRIELLE S REGLEMENTAIRES BUREAUTIQUE ET INFORMATIQUE CONTACTS Bas-Rhin -

Plus en détail

ITIL V3. Les processus de la conception des services

ITIL V3. Les processus de la conception des services ITIL V3 Les processus de la conception des services Création : juillet 2011 Mise à jour : juillet 2011 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé en

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES. Présentation

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES. Présentation RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Présentation Les matériels agricoles, de travaux publics et de manutention, de parcs et jardins sont de plus en plus complexes et l'évolution de leurs technologies

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT DEFINITION DE LA LOGISTIQUE La logistique est une fonction «dont la finalité est la satisfaction des besoins exprimés ou latents, aux meilleures conditions économiques pour l'entreprise

Plus en détail

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Mise en place de démarches d appui conseil «gestion des âges» dans le cadre du contrat de génération CADRAGE Cet appel à propositions a pour objet l identification

Plus en détail

CAP Serrurier-métallier REFERENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES PRESENTATION DES ACTIVITES ET TACHES

CAP Serrurier-métallier REFERENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES PRESENTATION DES ACTIVITES ET TACHES REFERENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES PRESENTATION DES ACTIVITES ET TACHES ACTIVITES : TACHES 1 - Prendre connaissance des documents, des consignes écrites et orales. 2 - Relever des cotes pour l'exécution

Plus en détail

Ingénieurs en Réseaux et Télécom 8 à 10 ans

Ingénieurs en Réseaux et Télécom 8 à 10 ans Participer à l élaboration du schéma directeur des réseaux et télécom et assurer le suivi de sa mise en œuvre ; Définir une politique de maîtrise des risques liées aux systèmes, réseaux et télécoms, ainsi

Plus en détail

L Assurance Qualité DOSSIER L ASSURANCE QUALITE

L Assurance Qualité DOSSIER L ASSURANCE QUALITE DOSSIER L ASSURANCE QUALITE L Assurance Qualité DOSSIER N D4-2-GW0301 Satisfaction.fr 164 ter rue d Aguesseau 92100 Boulogne Billancourt 01.48.25.76.76 http://www.satisfaction.fr/ Page 1 Définition Normalisée.

Plus en détail

Etude des possibilités de passerelles entre les CQP des Entreprises de l industrie pharmaceutique et les CQP des industries chimiques

Etude des possibilités de passerelles entre les CQP des Entreprises de l industrie pharmaceutique et les CQP des industries chimiques Etude des possibilités de passerelles entre les CQP des Entreprises de l industrie et les CQP des industries chimiques @ COPYRIGHT LEEM - Page 1 sur 51 Sommaire 1 - Finalités des passerelles... 3 2 - Principes

Plus en détail

TPM Totale Productive Maintenance

TPM Totale Productive Maintenance T.P.M ou Topo Maintenance Méthodes de maintenance TPM Totale Productive Maintenance 1 T.P.M ou Topo Maintenance 1. CONTEXTE GENERAL La TPM (de l anglais Total Productive Maintenance) est un système global

Plus en détail

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale LIVRE BLANC Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale Mai 2010 Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale CA Service

Plus en détail

PRESENTATION OFFRE DE SERVICE TABLEAU INTERACTIF CLASSE MOBILE

PRESENTATION OFFRE DE SERVICE TABLEAU INTERACTIF CLASSE MOBILE PRESENTATION OFFRE DE SERVICE TABLEAU INTERACTIF CLASSE MOBILE Vous avez investi dans la modernisation de vos salles de classe au travers du numérique. Comme tous matériels, les tableaux interactifs, les

Plus en détail

IBM Tivoli Service Desk

IBM Tivoli Service Desk Déployer des services de qualité tout en maîtrisant les coûts IBM Tivoli Service Desk Points forts Rationalise la gestion des problèmes et des incidents afin de permettre la restauration rapide et économique

Plus en détail

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER henri MONDOR d AURILLAC 1er congrès de l AFGRIS METHODE D ANALYSE ET DE PREVENTION DES RISQUES ET CERTIFICATION ISO 9002 Un couple pertinent pour les services techniques

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Une solution modulaire couvrant l intégralité des besoins de contrôle et gestion de production.

Une solution modulaire couvrant l intégralité des besoins de contrôle et gestion de production. 1 Une solution modulaire couvrant l intégralité des besoins de contrôle et gestion de production. Visibilité, contrôle et maîtrise de votre production : un outil pensé pour le terrain TemPPro Co. est le

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Délivré par l Institut National Polytechnique de Toulouse. Discipline ou spécialité : Systèmes Industriels INGÉNIEUR ENI

En vue de l'obtention du. Délivré par l Institut National Polytechnique de Toulouse. Discipline ou spécialité : Systèmes Industriels INGÉNIEUR ENI THÈSE En vue de l'obtention du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délivré par l Institut National Polytechnique de Toulouse Discipline ou spécialité : Systèmes Industriels Présentée et soutenue par ANNE

Plus en détail

Caractéristiques d'un contrat de progrès. Cliquez pour avancer

Caractéristiques d'un contrat de progrès. Cliquez pour avancer Caractéristiques d'un contrat de progrès Cliquez pour avancer La politique de contrats globaux de progrès est formulée au travers de 4 thèmes : le périmètre, les objectifs de progrès, l'expression de besoin

Plus en détail

ITIL Examen Fondation

ITIL Examen Fondation ITIL Examen Fondation Échantillon d examen B, version 5.1 Choix multiples Instructions 1. Essayez de répondre aux 40 questions. 2. Vos réponses doivent être inscrites sur la grille de réponses fournie.

Plus en détail

Sommaire CHAPITRE 1 : INTRODUCTION GENERALE... 3 CHAPITRE 2 : LES CONCEPTS DE FIABILITE ET DE MAINTENANCE... 5

Sommaire CHAPITRE 1 : INTRODUCTION GENERALE... 3 CHAPITRE 2 : LES CONCEPTS DE FIABILITE ET DE MAINTENANCE... 5 Dr. K.Bourouni Sommaire CHAPITRE 1 : INTRODUCTION GENERALE... 3 CHAPITRE 2 : LES CONCEPTS DE FIABILITE ET DE MAINTENANCE... 5 1 INTRODUCTION... 5 2 LA NOTION DE FIABILITE D UN SYSTEME... 5 3 LA MAINTENABILITE

Plus en détail

Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC

Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC Les emplois repères de cette enquête sont disponibles selon les trois blocs suivants

Plus en détail

LES OUTILS DU TRAVAIL COLLABORATIF

LES OUTILS DU TRAVAIL COLLABORATIF LES OUTILS DU TRAVAIL COLLABORATIF Lorraine L expression «travail collaboratif» peut se définir comme «l utilisation de ressources informatiques dans le contexte d un projet réalisé par les membres d un

Plus en détail

L'AUDIT DES SYSTEMES D'INFORMATION

L'AUDIT DES SYSTEMES D'INFORMATION L'AUDIT DES SYSTEMES D'INFORMATION ESCI - Bourg en Bresse (2005 2006) Audit s Système d'information - P2 1 lan d'ensemble Audit s Systèmes d'information GENERALITES SUR L'AUDIT AUDIT FONCTIONNEL OU D'APPLICATION

Plus en détail

Modèle Cobit www.ofppt.info

Modèle Cobit www.ofppt.info ROYAUME DU MAROC Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail Modèle Cobit DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION SECTEUR NTIC Sommaire 1. Introduction... 2 2. Chapitre

Plus en détail

Data Centres. Vue à travers ITIL. La gestion de la production. Mieux piloter et gérer son Data Centre :

Data Centres. Vue à travers ITIL. La gestion de la production. Mieux piloter et gérer son Data Centre : Data Centres La gestion de la production Vue à travers ITIL Mieux piloter et gérer son Data Centre : V2.0 du 22 Mars 2012 Introduction Toute entreprise se pose en permanence les questions fondamentales

Plus en détail

«GESTION PREVISIONNELLE DES COMPETENCES»

«GESTION PREVISIONNELLE DES COMPETENCES» Technifutur & le Fonds de Formation des Fabrications Métalliques et l Industrie Technologique de Liège-Luxembourg (IFP) vous souhaitent la Bienvenue au séminaire «GESTION PREVISIONNELLE DES COMPETENCES»

Plus en détail

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Sommaire Introduction... 3 Définition... 3 Les domaines d application de l informatique décisionnelle... 4 Architecture d un système décisionnel... 5 L outil Oracle

Plus en détail

VOTRE FOURNISSEUR DE SOLUTIONS

VOTRE FOURNISSEUR DE SOLUTIONS VOTRE FOURNISSEUR DE SOLUTIONS Vous avez choisi le matériel CATERPILLAR pour sa qualité, ses performances et sa fiabilité. Une maintenance efficace et rigoureuse à travers nos Solutions Support Clients

Plus en détail

Bénéfices pour votre organisation : une solution pouvant supporter vos besoins d affaires

Bénéfices pour votre organisation : une solution pouvant supporter vos besoins d affaires Pivotal CRM 6.0 Quelle que soit la tendance d évolution des marchés, faites de vos clients le moteur de votre réussite avec une meilleure maîtrise et une meilleure flexibilité et un coût de possession

Plus en détail

MECANICIEN POLYVALENT AUTOMOBILE (En CPU) Électromécanique

MECANICIEN POLYVALENT AUTOMOBILE (En CPU) Électromécanique AU 2 e ETUDES SUPERIEURES EN RELATION DIRECTE MECANICIEN POLYVALENT AUTOMOBILE (En CPU) 3 e degré Technique de Qualification Électromécanique 7TQ Mécanicien(ne) des moteurs diesels et engins hydraulique

Plus en détail