LA MAINTENANCE. We are working on the English version. Chapitre Introduction et position du problème

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA MAINTENANCE. We are working on the English version. Chapitre 12. 12.1 Introduction et position du problème"

Transcription

1 We are working on the English version. Chapitre 12 LA MAINTENANCE 12.1 Introduction et position du problème Chacun peut intuitivement comprendre que la maintenance est importante parce que si un équipement tombe en panne, la production peut être arrêtée. Dans un système à flux tendus où il y a peu de stocks intermédiaires, un tel arrêt peut mettre en chômage technique une partie des travailleurs et donc avoir des conséquences très onéreuses. Mais le fait d avoir une conscience intuitive de l importance de la maintenance ne permet pas encore de se rendre compte de l éventail des problèmes que cette fonction inclut. Un exemple peut aider à comprendre: supposons une société de services installées dans un building à plusieurs étages. Le nombre de tubes néon et d ampoules dans les différents bureaux, halls, couloirs, ascenseurs et salles de réunion peut vite atteindre le millier. Une façon de traiter le problème de remplacement de ces tubes et ampoules est d attendre les défectuosités. Le service chargé de ce travail recevra des coups de fil signalant plus ou moins aimablement que tel tube est à remplacer et demandera le bénéfice de l urgence. Le service enverra un ouvrier qui, avec un peu de chance arrivera directement avec le bon tube, l échelle à bonne dimension, si possible pas en pleine réunion. Pendant son absence, la secrétaire du patron a demandé une intervention urgente et à peine rentré il est appelé dans le couloir de l étage supérieur mais devra retourner le lendemain dans le bureau voisin de celui de la veille etc. Pendant certaines périodes par contre, il n aura rien à faire. On se trouve dans le système où il y a toujours une situation d attente et de perte de temps: ou bien c est l ouvrier de maintenance (ou d entretien dans ce cas) qui attend le problème, ou bien c est la machine en panne qui attend le réparateur. Une autre formule consiste à planifier le remplacement systématique des ampoules et des tubes selon un planning fondé sur leur durée de vie estimée. Si un lot d ampoules a une durée de vie estimée de x heures, on peut par exemple les remplacer toutes en une opération lorsqu elles ont atteint une durée de fonctionnement de x-100 h.

2 Cet exemple simplifié montre qu il existe différentes politiques de maintenance: selon que le fonctionnement est préventif ou correctif, que l entreprise l assure elle-même ou la sous-traite, selon que des pièces de rechange sont stockées ou pas, selon que l on a affaire à des équipements mécaniques ou électriques, des outils de production ou de manutention etc. Chaque entreprise doit définir sa politique de maintenance, ce qui implique des choix que ce chapitre va tenter d illustrer La fiabilité Avant de parler des politiques de maintenance, il est utile de développer un peu le concept de fiabilité des équipements, qui conditionne la maintenance. En effet, la maintenance sera d autant plus sollicitée que les équipements tomberont souvent en panne, c est à dire qu ils seront moins fiables. La fiabilité d un équipement, ou R(t) est la probabilité qu il fonctionne sans panne pendant un temps donné t. Ceci nous amène à utiliser les notions suivantes : λ(t): taux de pannes; il est en général constant pendant la durée de vie utile des équipements électroniques et même mécaniques. on le représente alors par λ 0 et on définit et on manipule son inverse, le MTBF. MTBF: temps moyen de bon fonctionnement entre deux pannes (en heures) MTTR: durée moyenne de réparation (en heures) facteur de disponibilité: MTBF MTTR Exemple de détermination du MTBF : Soit un équipement dont on relève les statistiques de pannes par mois. On va établir un histogramme représentant en fonction du nombre de pannes, le nombre de mois pendant lesquels ce nombre de pannes a été observé.

3 Dressez cet histogramme pour 1998, supposant 2 pannes en janvier, juillet et décembre, 1 en août, septembre et octobre, 0 en février et novembre, 3 en mars, avril et mai, 4 en juin Le nombre moyen de pannes par mois = Nbre de pannes Fréquence Fréquenc E(X) X f(x) P(X) X.P(X) 0 2 0, ,250 0, ,250 0, ,250 0, ,083 0, ,832 Dans cet exemple, nous avons une espérance mathématique de 1,832 pannes par mois, autrement dit de 1/1,832=0,546 mois entre deux pannes, en moyenne. Si on considère qu un mois comprend en moyenne 720 heures, que l équipement est en permanence sous tension, on a : MTBF = 393 heures En général, l évolution du taux de défaillances en fonction du temps, pendant la durée de vie d un équipement, peut prendre la forme d une courbe appelée «en baignoire». En début de vie, un phénomène de «maladie de jeunesse», donne souvent une forme en courbe exponentielle négative. Ensuite, pendant la duré de vie utile, les pannes sont rares, leur taux est plus ou moins constant, comme il a été dit plus haut, elles suivent une distribution de Poisson: R(t)=e -(t/mtbf). En fin de vie, la fréquence de pannes augmente. Le nombre de panne peut prendre une croissance exponentielle ou suivre une loi normale, plus ou moins asymétrique. λ(t) La notion de fiabilité que nous avons esquissée ici est importante pour la détermination des politiques de maintenance mais aussi de renouvellement des équipements. Elle sert aussi à déterminer les rechanges à mettre en place pour assurer un taux de service déterminé. t

4 Imaginons par exemple un détachement médical de Médecins sans Frontières devant partir en mission dans un endroit difficilement accessible. Il est vraisemblable qu il doit emporter un lot de pièces de rechange pour réparer ses équipements et qu il prend également des équipements de réserve. Les calculs du nombre d équipements de réserve tiennent compte de la fiabilité et de la durée de réparation des équipements Les politiques de maintenance Les exemples choisis pour poser le problème général de la maintenance ont trait à des réparations mais il est important de considérer aussi que le plus ou moins bon état d entretien d une machine peut influer sur sa performance en terme de précision, de reproductibilité, de vitesse, de consommation d énergie, de rapidité d usure. La définition de la politique de maintenance devra tenir compte de ces paramètres. Cela explique qu elle est fortement influencée par l équipement et le mode de production. En effet, il est facile à comprendre que si des postes de soudure sont remplacés par un robot unique de soudure, ce robot sera plus difficile à entretenir car il met en œuvre une commande numérique et une mécanique complexes. De plus, lorsqu un poste de soudure nécessitait une réparation, il en restait d autres pour effectuer le travail. Dans le cas du robot, s il est dans une chaîne transfert et s il n y a pas de stock en cours en aval du poste, tous les postes de production qui suivent sont à l arrêt immédiatement dès qu il est en panne. Définir les politiques de maintenance applicables dans l entreprise est une fonction importante qui commence par la définition des différents chapitres de cette politique, en fonction de ce qui est soumis à maintenance : - outil de production ; - le produit en utilisation ou plus généralement le service après-vente ou la logistique de soutien ; - l infrastructure. Un autre élément de la politique de maintenance tient compte de ce qu il y a différents niveaux pour les opérations de maintenance. On va jusqu à définir 5 niveaux de maintenance mais qu on peut en gros regrouper en trois types : - maintenance de l opérateur: remplacement des ampoules de phares, contrôle des niveaux, remplacement de filtres dans le cas d une flotte de camions par exemple ; - maintenance spécialisée: remplacement de bougies de préchauffage, réglage de la pompe d injection, remplacement des disques de freins dans le même exemple ; - maintenance lourde: opérations de révision de moteur ou de boîte, repeinturage complet, visites annuelles etc.

5 Enfin, la politique de maintenance définit l importance relative de la maintenance préventive, systématique ou conditionnelle, et ce qui reste correctif ou curatif. Elle est complétée par les décisions de gestion de la maintenance que nous verrons plus loin La maintenance curative L intervention a lieu, dans ce cas, au moment où la panne surgit, avec tous les inconvénients cités plus haut. Pour les éviter, on met en place soit un nombre important de pièces de rechange ou bien des équipements alternatifs qui peuvent remplacer les machines dont l arrêt conditionne la production. Dans tous les systèmes, il est évident qu on ne pourra jamais éviter totalement des interventions en dépannage mais un bon système de gestion des opérations mettra en place un système de maintenance préventive afin de limiter au minimum les pannes imprévues La maintenance préventive Pour pouvoir intervenir préventivement, il faut avoir une idée du moment où la panne pourrait survenir. Des études statistiques de fiabilité de composants permettent parfois à des fournisseurs d équipements de donner une information très utile dans ce domaine, comme les MTBF des composants et de l ensemble. Selon le type d équipement (mécanique, électrique, électronique, informatique...), la courbe de distribution du temps entre deux pannes est différente. Quand elle est centrée sur une valeur et que l écart type est peu important, on peut planifier des opérations de maintenance préventive. Dans des cas plus faciles, la probabilité de panne est corrélée à un ou des indicateurs: par exemple, l analyse des huiles et surtout des particules métalliques présentes dans les huiles de graissage de certains mécanismes permettent de renseigner la maintenance sur l état des surfaces en frottement et l intérêt d une intervention. Dans ces cas où on peut prévoir les pannes, on a donc la possibilité d intervenir préventivement, soit avec une fréquence calculée en fonction du MTBF, soit lorsque les indicateurs atteignent les valeurs limites Les différents types de problèmes de maintenance

6 Maintenance de l outil de production Le problème est ici d assurer la disponibilité la plus élevée possible des installations. Cela ne couvre pas seulement les outils, machines-outils, équipements de soudure, mais aussi les engins de levage et de manutention. Souvent, on néglige l entretien des équipements de mesure ou de contrôle. Cet entretien peut impliquer des opérations d étalonnage, de calibration, d entretien ou de réparation La maintenance du produit ou logistique de soutien Lorsque vous avez livré le produit, par exemple, un ordinateur avec des logiciels, le contrat que votre client vous a demandé couvre souvent la maintenance sur site du Hardware et du Software. C est une problématique qui est à examiner dès la conception du produit, quand il s agit d un produit susceptible d être soumis à maintenance. En effet, les besoins plus ou moins importants de maintenance du produit pendant sa durée de vie peuvent être un facteur de différenciation. Si vous avez le choix entre une voiture qui ne nécessite un gros entretien que tous les km par comparaison avec une pour laquelle la fréquence est tous les km, vous serez peut-être tenté de donner la préférence à celle qui doit moins souvent rester un jour au garage. Dès le design, la problématique de la maintenance peut jouer un rôle. Si vous comparez des installations dotées de filtres dont il faut changer les cartouches toutes les semaines, par exemple, il est important que l accès aux filtres ne demande pas des heures de démontages: vous donnerez la préférence à l installation permettant un accès facile (du moins sur ce critère des coûts d entretien). La généralisation de la réflexion sur la maintenance du produit nous amène à la notion de coût total sur la durée de vie d un produit. Il s agit d un facteur déterminant lors d un achat. Un exemple très facile est celui de la comparaison entre des offres différentes pour l acquisition d hélicoptères pour une compagnie qui voudrait assurer une liaison par hélicoptère entre deux villes. A côté du coût d acquisition, il faut prendre en compte : - le coût de fonctionnement (carburant, assurances, etc ) ; - le coût de maintenance: fréquence et coût de opérations - le coût de maintenance logiciel ; - le coût de formation des pilotes et des mécaniciens ; - le coût de la documentation technique ; - le coût des pièces de rechange à stocker, des outillages à acquérir ; - le coût de mise au rebut ; - les coûts d infrastructure: garage, atelier, outillages.

7 On retrouve la notion de life cycle cost déjà mentionnée quand nous avons parlé des investissements. Ces problèmes de maintenance des produits après leur mise en service prennent évidemment une ampleur différente quand il s agit de produits complexes tels systèmes d arme sophistiqués, centrales nucléaires, ligne de machines outils à commande numérique, robots, système de magasin automatique etc. C est historiquement dans le domaine militaire qu est née cette nouvelle discipline qui consistait à analyser toute la vie d un système d arme pour en définir une politique de maintenance, mettre en place les moyens techniques, humains, informatiques et de management permettant d optimaliser l opérationnalité du système. L opérationnalité étant définie comme la disponibilité du système dans une configuration dans laquelle il réalise les performances attendues contractuellement. Cette discipline a été appelée Integrated Logistic Support ILS ou Soutien Logistique Intégré SLI. Elle a donné naissance à ce qu on appelle la logistique de soutien.

8 Maintenance des infrastructures Par infrastructure, nous entendons tout ce qui est bâtiment, ventilation, chauffage, éclairage, équipements de sécurité et de protection de l environnement tels qu extracteurs d air, ventilateurs. Une production peut en effet être stoppée parce qu il y a un problème au système d épuration des eaux rejetées, si un ascenseur est en panne, s il n y a pas de chauffage le lundi matin en hiver Les politiques de maintenance optimales Le choix de la politique de maintenance optimale est celui qui minimalise la coût de quatre composantes: - le coût de la maintenance préventive: coût des moyens à mettre en place, en personnel, formation, documentation, outillages, instruments de mesure, bureaux, ateliers, stocks de pièces de rechange et de produits, coût des interruptions de production pour pratiquer la maintenance préventive. Ce coût est proportionnel à l importance de la maintenance préventive qu on veut effectuer. - le coût des interventions sur pannes: ce coût décroît en fonction des moyens programmés pour la prévention puisque celle-ci réduit le nombre de pannes. - le coût des interruptions de la production pour pannes et réparations de pannes. Ce poste augmente en parallèle avec le précédent. Il est aussi inversement proportionnel à l importance de la maintenance préventive car les interruptions pour maintenance préventive sont planifiées et ont donc peu ou pas d impact négatif puisqu elles pourront même dans certains cas se faire pendant les heures non ouvrables. - les coûts induits par la production réalisée avec des équipements proches de la panne ou manquant d entretien. Un exemple facile d un tel coût est la consommation anormale d une chaudière qui n a pas été entretenue. Enfin, il est clair que la politique ou plutôt les politiques de maintenance qui seront en vigueur dans l entreprise devront tenir compte de la diversité des équipements à «maintenir» comme nous l avons vu plus haut, mais aussi à l intérieur d une même famille d équipements ou d infrastructures, de l importance relative de chaque item. Selon qu une machine est ou non critique pour la production, qu un équipement est plus ou moins important en matière de sécurité ou d environnement par exemple, des décisions différentes pourront être prises quant à sa politique de maintenance. On peut retrouver ici tout l intérêt d une analyse ABC, permettant, à l intérieur d une même famille d équipements, de savoir lesquels méritent un suivi ou des inspections ou des opérations de maintenance préventive plutôt que d autres.

9 12.7. La gestion de la maintenance Supposons que la politique de maintenance ait été choisie pour chacun des domaines cités ci-dessus mais en particulier pour l outil de production et l infrastructure. Cela veut dire que par grand type de machines et d équipement, les plans de maintenance préventive sont établis. Ces plans contiennent des modes opératoires dont on peut déduire la charge de travail par type de spécialisation (mécanicien, électronicien etc). Il faut ajouter une capacité pour faire face aux interventions sur pannes car la maintenance préventive réduit la probabilité de pannes accidentelles mais ne la supprime pas. Quelques décisions importantes à prendre pour gérer la maintenance seront : - que fait-on en interne et que sous-traite-t-on? - maintenance centralisée ou décentralisée? - comment planifier les opérations de maintenance? - stockage de pièces de rechange : lesquelles et en quelle quantité? Make or buy Décider ce qu on fait soi-même et ce qu on sous-traite (problème du make or buy) est particulièrement sensible dans le domaine de la maintenance comme ce l est devenu dans le domaine du transport et de la distribution. Les entreprises tendant à se spécialiser dans leur «core business» et ont donc de plus en plus tendance à sous-traiter ce qui n est pas ce core businees et donc la maintenance. Le risque est une perte de maîtrise sur un facteur de production: plus grande difficulté d obtenir des réactions urgentes ou de changer les priorités ou les planning. Mais sous-traiter la maintenance ne veut pas dire que le fournisseur est plus éloigné. Le fournisseur de cette maintenance sous-traitée peut très bien avoir du personnel en permanence dans les installations de son client. L entreprise spécialisée dans la sous-traitance en maintenance peut offrir des compétences spécifiques, investir dans des outils de mesure, de contrôle et d essais ou encore dans des logiciels de suivi, d enregistrement et de planification des opérations de maintenance. Une entreprise de taille petite ou moyenne ne pourrait pas s offrir de tels moyens nécessaires pourtant si elle veut s inscrire dans la TPM: total productive maintenance. Ces considérations sur l externalisation de la maintenance se heurtent cependant à d autres aspects de l évolution dans l entreprise. En effet, l introduction de la philosophie de la qualité totale et l application des principes de l enrichissement des tâches entraînent que des opérations de maintenance

10 de son outil sont de plus en plus confiées à l opérateur de production lui-même. Il s agit du contraire de l externalisation et de la centralisation! Tout cela peut se combiner dans la mesure où il y a plusieurs niveaux d intervention de maintenance, comme nous l avons vu plus haut. L enrichissement des tâches de l opérateur ne concernera que la maintenance de premier niveau tandis que le débat «centralisation versus décentralisation» ou «make or buy» concerne les autres niveaux Centralisation ou décentralisation Le choix entre maintenance centralisée ou pas se traduit dans l organisation de l entreprise: En centralisé : on aura, parfois au sein des services techniques, un service maintenance avec une section méthodes, une section planning, une section outillage et un magasin de pièces. A côté de ces services, il y aura un atelier qui regroupera les mécaniciens, électriciens, hydrauliciens nécessaires. Ces derniers travailleront en atelier de maintenance ou seront envoyés par équipes dans les ateliers de production, travailler sur site. En décentralisé : on aura une section maintenance et parfois un magasin d outillage et de pièces dans chaque atelier de production. La souplesse d adaptation aux besoins et urgences de la production sera plus grande, les déplacements réduits mais la centralisation est par contre favorable à la gestion des compétences, des variations de charge de travail, la standardisation des méthodes et des pièces, l économie d échelle. On aura vite compris que le choix de faire ou de sous-traiter la maintenance, d avoir une organisation centralisée ou décentralisée sera fonction de la taille de l entreprise et du type de production Cycle de gestion de maintenance En matière de cycle de gestion de la maintenance, il y a lieu d être attentif au : - court terme: entretien préventifs, dépannages et réparations, exécution de la maintenance ; - moyen terme: interventions de maintenance préventive conditionnelles sur base de la connaissance des MTBF ou encore en fonction de l évolution d indicateurs ; - long terme: réflexion au niveau de la conception des équipements, travaux de détermination de la fiabilité des ensembles complexes sur base d études sur les composants ou de statistiques de pannes, analyse des politiques en fonction de la fiabilité, de l accessibilité, analyse des remplacements en fonction de l évolution des coûts. On peut illustrer ce cycle en prenant l exemple d une panne qui affecte une machine importante de la production: après une intervention de dépannage ayant permis (on l espère) de remettre la machine en route, il faut procéder à une analyse de la cause de la panne en même temps qu on procède à des actions de réparation plus en

11 profondeur, en remplaçant une pièce, en procédant à un réglage ou en modifiant les conditions d utilisation par exemple, afin que le dépannage ayant permis une remise en route soit relayé par des actions empêchant le renouvellement rapide de l arrêt. En fonction de ces analyses, il y aura peut-être lieu de mettre en œuvre un entretien préventif de cette machine et enfin, il y aura lieu d examiner si il n existe pas d autres machines semblables auxquelles il faut appliquer le même genre de raisonnement. Si on a trouvé par exemple qu un appareil de mesure était sensible au degré d humidité de l ambiance dans laquelle il fonctionne,, il est probable qu il faille s interroger sur les ambiances dans lesquelles opèrent d autres appareils de même technologie Gestion de pièces de rechange Last but not least, un élément important de la politique de maintenance est le choix de se constituer ou pas un stock de pièces, outillages et produits pour faire face aux pannes et pour exécuter la maintenance préventive. Que ce soit pour pouvoir intervenir rapidement en service après vente ou pour réparer rapidement une machine de production, il y a intérêt à détenir les pièces à remplacer, sous peine que les délais pour la remise en état ne soient prohibitifs. La détermination des pièces à détenir, de la quantité de chacune de ces pièces en fonction des probabilités de panne et du taux de disponibilité exigé, est un problème de logistique de soutien qui ne sera pas détaillé ici, mais qui est bien sûr à prendre en compte si on veut s assurer de la disponibilité d un équipement ou d un système complexe. Dans le contexte de ce problème et sans rentrer dans les questions soulevées dans le paragraphe précédent, il est quand même opportun de rendre attentif à une classification utile des end items, sous-ensembles et pièces les composant en matière de support: - ensembles et sous-ensembles réparables ou non réparables ; - pièces d usure : essentiellement des pièces mécaniques présentant une période de vie à taux de panne constant mais présentant souvent une croissance exponentielle de ce taux lorsqu on se rapproche de la fin de vie, ce qu on peut dans certains cas, mesurer par la mesure d une dimension ou de la composition de l huile de lubrification ou par d autres indicateurs ; - pièces de sécurité ; - circuits électroniques: ce sont les produits qui répondent le plus au profil de pannes décrit plus haut: période de «déverminage» suivie d une période pendant laquelle le taux de pannes est relativement constant. Les ensembles électroniques et par voie de conséquence les produits informatiques (en tout cas hardware) sont de plus en plus fiables. Le problème est que, intervenant dans les systèmes de conduite de processus, de guidage, d alarmes, de sécurité etc, les pannes, même rares sont lourdes de conséquences. Imaginez une panne dans un système de contrôle aérien!

12 Dès lors, on réalise dans ces systèmes, des redondances, c-à-d que si un circuit est défaillant, il est automatiquement relayé par un circuit en parallèle. Une tendance à signaler également en matière de maintenance de ces circuits est le remplacement par modules préréglés, faisable au premier niveau de maintenance Evaluation de la maintenance Comme toute fonction de l entreprise, la maintenance doit être évaluée afin de déterminer les politiques d amélioration souhaitables. Les ratios significatifs sont le taux de panne ou plutôt de disponibilité, le coût de la maintenance par unité produite ou par heure productive. La connaissance des 20% d équipements causant 80% des coûts (voir analyse ABC) permet de prendre des mesures ciblées et d obtenir des évolutions significatives des ratios pour des coûts raisonnables La GMAO: gestion de la maintenance assistée par ordinateur Dans les considérations précédentes, nous avons souvent fait allusion à des informations telles que le MTBF ou encore le MTTR ou plus généralement au planning des opérations de maintenance. Le problème est que contrairement à ce que peut croire un étudiant, la difficulté réelle n est pas de résoudre un problème connaissant ce MTBF ou ce MTTR. La difficulté est de collecter toutes les informations nécessaires pour déterminer ce MTBF ou ce MTTR. Elle réside en ceci que pour résoudre un problème de remplacement de pièce soumise à usure ou encore d investissement de remplacement d une machine de production par exemple, il faut des statistiques exactes des coûts de consommation, de pannes et de réparations, de pourcentages de rebuts en production etc. Nous nous trouvons à nouveau devant un besoin de gestion d un système d informations avec des interfaces avec la GPAO, avec les finances, etc. Les produits de GMAO ont été développés afin de rassembler dans une base de données interfacée avec le SI de l entreprise, toutes les informations nécessaires pour enregistrer, traiter et actualiser les données et process suivants : - gammes opératoires des opérations de maintenance ; - gestions des rechanges, outillages et produits nécessaires: stocks, achats, spécifications ; - planification des opérations préventives et correctives ; - statistiques des pannes: fréquence, importance, nature, pièce en cause, durée et coût ; - suivi des personnels: aspects équilibre charge-capacité, formations ; - suivi des sous-traitances ;

13 - suivi individualisé de certains composants: historique des pannes, évolution de la configuration, durée d utilisation, endroit d utilisation etc ; - budgets ; - analyses de fiabilité, propositions de politiques de maintenance. De tels systèmes de GMAO deviennent de plus en plus indispensables. Il en existe de nombreux sur le marché mais la tendance va sans doute vers une intégration de ces fonctions dans les logiciels ERP.

14 Conclusion La maintenance est une fonction essentielle dans l entreprise. Elle doit couvrir la maintenance des outils de production mais aussi le support des équipements livrés au client. La définition de politiques de maintenance réalisant une disponibilité maximale pour un coût minimal est un facteur de différenciation important. Comme pour les autres fonctions de l entreprise, cela nécessite un système d information performant et intégré.

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance Les référentiels et les formations de la fonction Assurer le bon fonctionnement grâce à une préventive et curative performante en : - organisant les services techniques en conséquence, - encadrant l'entretien

Plus en détail

Dossier technique du CRTA. Dossier n 1 Les performances de vos machines

Dossier technique du CRTA. Dossier n 1 Les performances de vos machines Dossier technique du CRTA Dossier n 1 Les performances de vos machines CRTA Avignon 2003 Table des matières Mesurer le rendement des machines...3 1. Taux de rendement...3 2. Méthode de calcul...3 3. Taux

Plus en détail

ORGANISER CP3 : Organiser et optimiser les activités de maintenance

ORGANISER CP3 : Organiser et optimiser les activités de maintenance CP3.1 : Définir et/ou optimiser la stratégie de La liste des biens Déterminer les indicateurs de Les indicateurs sont correctement disponibilité des biens déterminés La politique de Les données de production

Plus en détail

TPM Totale Productive Maintenance

TPM Totale Productive Maintenance T.P.M ou Topo Maintenance Méthodes de maintenance TPM Totale Productive Maintenance 1 T.P.M ou Topo Maintenance 1. CONTEXTE GENERAL La TPM (de l anglais Total Productive Maintenance) est un système global

Plus en détail

Baccalauréat professionnel. Maintenance des Équipements Industriels

Baccalauréat professionnel. Maintenance des Équipements Industriels Baccalauréat professionnel Maintenance des Équipements Industriels 2005 SOMMAIRE DES ANNEXES DE L ARRÊTÉ DE CRÉATION DU DIPLÔME ANNEXE I : RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME I a. Référentiel des activités professionnelles...7

Plus en détail

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Dans le respect des procédures, des règles d hygiène et de sécurité, afin de satisfaire les clients ou fournisseurs internes/externes

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS La gestion et la maîtrise des flux entrants et sortants du magasin nécessite la mise en œuvre d un dispositif à trois composantes : la classification

Plus en détail

FORMATION. Mot de l équipe formation S O M M A I R E 4 5 6 7 8 9 10-13 14 15 16 17

FORMATION. Mot de l équipe formation S O M M A I R E 4 5 6 7 8 9 10-13 14 15 16 17 Mot de l équipe formation Faire le choix du matériel CATERPILLAR, c est investir dans des outils hauts de gamme et performants. Mais cet investissement doit être préservé et entretenu pour être rentabilisé

Plus en détail

Quels échanges et pourquoi? Pour faire évoluer dans le temps vers quelle structure de pilotage?

Quels échanges et pourquoi? Pour faire évoluer dans le temps vers quelle structure de pilotage? La GMAO et la GTB Les outils de pilotage et de diagnostic de la maintenance, de l exploitation des installations techniques Quels échanges et pourquoi? Pour faire évoluer dans le temps vers quelle structure

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : B Dernière modification : 10/04/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 I OBJECTIF

Plus en détail

Tout le matériel (actif) qui sert à produire: boulons, capteurs, automates, vérins, câblage, éclairage, etc.

Tout le matériel (actif) qui sert à produire: boulons, capteurs, automates, vérins, câblage, éclairage, etc. 1 La maintenance 2 De quoi? Tout le matériel (actif) qui sert à produire: boulons, capteurs, automates, vérins, câblage, éclairage, etc. Pourquoi? Garder le matériel de production (les actifs) en état

Plus en détail

Les types et niveaux de maintenance

Les types et niveaux de maintenance Les types et niveaux de maintenance Les types de maintenance La maintenance des équipements constitue une contrainte réglementaire pour les entreprises possédant des matériels sur lesquels travaillent

Plus en détail

Référentiel du Baccalauréat professionnel MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS INDUSTRIELS

Référentiel du Baccalauréat professionnel MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS INDUSTRIELS Référentiel du Baccalauréat professionnel MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS INDUSTRIELS Juin 2005 SOMMAIRE DES ANNEXES DE L ARRÊTÉ DE CRÉATION DU DIPLÔME ANNEXE I : RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME I a. Référentiel

Plus en détail

Annexe I b. Référentiel de certification

Annexe I b. Référentiel de certification Annexe I b Référentiel de certification Page 15 sur 45 CORRESPONDANCE ENTRE ACTIVITÉS ET COMPÉTENCES ACTIVITÉS ET TÂCHES A1. S ORGANISER, S INTEGRER à une EQUIPE A1-T1 Préparer son intervention et/ou la

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle Guide de repérage des compétences du candidat Candidat Nom :... Prénom :........ Entreprise :... Le document original est conservé par l entreprise

Plus en détail

Définir une politique de maintenance et sa stratégie de mise en œuvre de responsabilités

Définir une politique de maintenance et sa stratégie de mise en œuvre de responsabilités Chapitre 1 Définir une politique de maintenance et sa stratégie de mise en œuvre de responsabilités La politique de maintenance, entre prévention et correction 25 f Qu est-ce que le «préventif» et le «correctif»?

Plus en détail

BEP Maintenance des produits et équipements industriels. Annexe I a. Référentiel des activités professionnelles. Page 4 sur 45

BEP Maintenance des produits et équipements industriels. Annexe I a. Référentiel des activités professionnelles. Page 4 sur 45 Annexe I a Référentiel des activités professionnelles Page 4 sur 45 Présentation Le diplôme du brevet d études professionnelles «Maintenance des produits et équipements industriels» (MPEI) valide un ensemble

Plus en détail

PEUGEOT CONTRAT PRIVILÈGES

PEUGEOT CONTRAT PRIVILÈGES PEUGEOT CONTRAT PRIVILÈGES Pensezy pour rouler l esprit libre! Les Peugeot Contrats Privilèges : 3 Niveaux d offre 3 Solutions de tranquillité Extension de garantie La prise en charge, pièces et maind

Plus en détail

GESTION LOGISTIQUE GESTION COMMERCIALE GESTION DE PRODUCTION

GESTION LOGISTIQUE GESTION COMMERCIALE GESTION DE PRODUCTION GESTION LOGISTIQUE GESTION COMMERCIALE GESTION DE PRODUCTION Votre contact : Pierre Larchères 06 30 35 96 46 18, rue de la Semm - 68000 COLMAR p.larcheres@agelis.fr PRESENTATION GENERALE LES PROGICIELS

Plus en détail

B.T.S. MAINTENANCE DES SYSTЀMES Systèmes de production

B.T.S. MAINTENANCE DES SYSTЀMES Systèmes de production Toutes les actions sont à réaliser obligatoirement B.T.S. MAINTENANCE DES SYSTЀMES Systèmes de production du candidat Etablissement de formation / Ville Académie Épreuve E5 : Activités de maintenance Sous-épreuve

Plus en détail

Fonction maintenance. Gestion des pièces de rechange. Les leviers de l optimisation

Fonction maintenance. Gestion des pièces de rechange. Les leviers de l optimisation Fonction maintenance Gestion des pièces de rechange Les leviers de l optimisation Optimiser la gestion des pièces de rechange de maintenance : comment identifier les leviers permettant à la fois de réduire

Plus en détail

Tremplins de la Qualité. Tome 1

Tremplins de la Qualité. Tome 1 Tome 1 CET OUVRAGE EST UN GUIDE D INTERPRETATION DE LA NORME NF EN ISO 9001 VERSION 2000 AVANT-PROPOS Ce guide d aide à la rédaction du Manuel de Management de la Qualité a été rédigé par la Fédération

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières L ONDE Régie Personnalisée pour la Gestion de l Espace Culturel de Vélizy-Villacoublay Marché public n 22 : maintenance et entretien des t rois ascenseurs et du monte-charge de l Onde Régie personnalisée

Plus en détail

Efficacité des Modules Maintenance dans les ERP.

Efficacité des Modules Maintenance dans les ERP. Efficacité des Modules Maintenance dans les ERP. Les progiciels ERP (Entreprise Ressource Planning) proposent l ensemble des modules permettant de gérer une entreprise. Mais le module Maintenance est souvent

Plus en détail

Présentation du BTS Maintenance Industrielle SOMMAIRE. 1 Qu est ce que la maintenance? 2 Pourquoi le BTS Maintenance Industrielle?

Présentation du BTS Maintenance Industrielle SOMMAIRE. 1 Qu est ce que la maintenance? 2 Pourquoi le BTS Maintenance Industrielle? SOMMAIRE 1 Qu est ce que la maintenance? 2 Pourquoi le BTS Maintenance Industrielle? 3 Les principales missions du technicien en maintenance 4 Les compétence du technicien en maintenance 5 Le contenu de

Plus en détail

Stratégie de maintenance S8

Stratégie de maintenance S8 S8 L enseignement vise l acquisition des compétences nécessaires à : - la définition, - la préparation, - l ordonnancement, - l optimisation des activités de maintenance. Quelle stratégie de formation?

Plus en détail

M E S. Organiser et suivre la performance de ses ateliers

M E S. Organiser et suivre la performance de ses ateliers M E S. Organiser et suivre la performance de ses ateliers Lorraine La nécessité de «piloter au plus juste» les équipements et les ateliers est à l origine de la naissance des logiciel de Manufacturing

Plus en détail

LA GMAO ACCEDER : EXPLOITATION POUR L ENSEIGNEMENT

LA GMAO ACCEDER : EXPLOITATION POUR L ENSEIGNEMENT LA GMAO ACCEDER : EXPLOITATION POUR L ENSEIGNEMENT 1 - AVANTAGES DE LA GMAO ACCEDER POUR ENSEIGNER 2 - GENERALITES POUR L EXPLOITATION EN BAC PRO ET BTS 3 LA GMAO ET LE NOUVEAU REFERENTIEL BTS 2014 MAINTENANCE

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES. Présentation

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES. Présentation RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Présentation Les matériels agricoles, de travaux publics et de manutention, de parcs et jardins sont de plus en plus complexes et l'évolution de leurs technologies

Plus en détail

Les + SEPRO. Les classiques. Vous êtes client Sepro. Parce que. Helpdesk Sepro

Les + SEPRO. Les classiques. Vous êtes client Sepro. Parce que. Helpdesk Sepro Parce que Vous êtes client Sepro Les classiques Helpdesk Sepro Le Service à notre Client est au cœur de notre métier au quotidien. Concepteur et fabricant de robots, leader mondial dans notre métier, nous

Plus en détail

Vous déménagez? VOS ARCHIVES DÉMÉNAGENT AUSSI! Comment organiser un déménagement d archives

Vous déménagez? VOS ARCHIVES DÉMÉNAGENT AUSSI! Comment organiser un déménagement d archives Brochures de recommandations et de conseil 2 Vous déménagez? VOS ARCHIVES DÉMÉNAGENT AUSSI! Comment organiser un déménagement d archives Archives générales du Royaume et Archives de l État dans les Provinces

Plus en détail

Comment Utiliser son ERP pour Soutenir le Déploiement du Lean?

Comment Utiliser son ERP pour Soutenir le Déploiement du Lean? Comment Utiliser son ERP pour Soutenir le Déploiement du Lean? Philippe COURTY, CFPIM Dirigeant de CJP-Conseils www.cjp-conseils.com 1 Comment Utiliser son ERP pour Soutenir le Déploiement du Lean? Les

Plus en détail

L expertise développée par Market-IP et ses solutions télématiques vous permettront d atteindre

L expertise développée par Market-IP et ses solutions télématiques vous permettront d atteindre FOURNISSEUR DE SERVICE D OPTIMISATION GÉOGRAPHIQUE, Market-IP développe des services de cartographie, de planning, de géolocalisation et d analyse du comportement de conduite permettant une gestion optimale

Plus en détail

Organisation de la Maintenance et des Travaux

Organisation de la Maintenance et des Travaux Organisation de la Maintenance et des Travaux Politique de Maintenance et Fiabilisation des Installations...p. 191...p. 192 à 199 Politique de Maintenance et Fiabilisation des Installations OMT / GEMA

Plus en détail

Système d'information Page 1 / 7

Système d'information Page 1 / 7 Système d'information Page 1 / 7 Sommaire 1 Définition... 1 2 Fonctions du système d information... 4 2.1 Recueil de l information... 4 2.2 Mémorisation de l information... 4 2.3 Traitement de l information...

Plus en détail

A.4 GMAO = GM + AO (rappel)

A.4 GMAO = GM + AO (rappel) SOMMAIRE A. Première partie A.1 Ingénierie système : du besoin au système (produit/service) A.2 SDF, Maintenance et concepts sous-jacents A.3 Les méthodes : L applicabilité A.4 GMAO = GM + AO (rappel)

Plus en détail

Une solution modulaire couvrant l intégralité des besoins de contrôle et gestion de production.

Une solution modulaire couvrant l intégralité des besoins de contrôle et gestion de production. 1 Une solution modulaire couvrant l intégralité des besoins de contrôle et gestion de production. Visibilité, contrôle et maîtrise de votre production : un outil pensé pour le terrain TemPPro Co. est le

Plus en détail

Mécanicien(ne) Automaticien(ne)

Mécanicien(ne) Automaticien(ne) 3 ème degré Technique de qualification Options : Mécanicien Automaticien Electricien Automaticien Mécanicien(ne) Automaticien(ne) Présentation générale Le métier Le «Mécanicien automaticien», tel que défini

Plus en détail

ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION MES

ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION MES FC M1 Management 2012/2013 Projet individuel ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION MES (Manufacturing Execution System) FC M1 Management 2012_2013 / SYSTEMES D INFORMATION / ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION

Plus en détail

Pourquoi un GMAO? Pourquoi GMAO-Machine Bateau? Démarrage Dossier Menu Principal Structure, classification des équipements Fiche d intervention

Pourquoi un GMAO? Pourquoi GMAO-Machine Bateau? Démarrage Dossier Menu Principal Structure, classification des équipements Fiche d intervention Pourquoi un GMAO? Pourquoi GMAO-Machine Bateau? Démarrage Dossier Menu Principal Structure, classification des équipements Fiche d intervention Journal des interventions Planning Gestion des tâches planifiées

Plus en détail

Améliorer la Performance des Fournisseurs

Améliorer la Performance des Fournisseurs Les Solutions SQA de Solumina L Assurance Qualité Fournisseur Figure 1 Influence sur les affaires de nos clients actuels. Réduire des Stocks lors des Inspections Le Système de Contrôle Qualité Fournisseurs

Plus en détail

RELEVÉ DES RÉVISIONS

RELEVÉ DES RÉVISIONS RELEVÉ DES RÉVISIONS Révision Paragraphe Description 0 s.o. Version originale 1 6.4 Exigences de conception Suppression de l exigence relative à la commande locale 6.14 Exigences de conception Suppression

Plus en détail

Zen Attitude. >> Les Essentiels ContratService Des prix clairs et sans surprise définis selon le contrat choisi. ContratService au 31 juillet 2014

Zen Attitude. >> Les Essentiels ContratService Des prix clairs et sans surprise définis selon le contrat choisi. ContratService au 31 juillet 2014 Zen Attitude. >> Les Essentiels ContratService Des prix clairs et sans surprise définis selon le contrat choisi. ContratService au 31 juillet 2014 smart - une marque de Daimler >> ContratService Des règles

Plus en détail

Aujourd hui, les entreprises

Aujourd hui, les entreprises COÛT TOTAL DE POSSESSION DE PANDA CLOUD OFFICE PROTECTION Page 2 I. Synthèse Aujourd hui, les entreprises dépendent fortement de leur système d information pour mener leur activité au quotidien et, par

Plus en détail

1 Les différents types de maintenance

1 Les différents types de maintenance 1 Les différents types de maintenance Il existe différents types de maintenance s agissant des machines, et tout autant en matière de logiciels, déterminés en fonction de leur finalité, de leur résultat

Plus en détail

DOMAINE D'ACTIVITE 1 : ORGANISATION DES ARRIVAGES, DES RECEPTIONS ET DES EXPEDITIONS DES MATERIELS ET DES INGREDIENTS

DOMAINE D'ACTIVITE 1 : ORGANISATION DES ARRIVAGES, DES RECEPTIONS ET DES EXPEDITIONS DES MATERIELS ET DES INGREDIENTS REFERENTIEL D ACTIVITES FICHE 6 INGENIERIE : REFERENTIEL D ACTIVITES ET REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION ACTIVITE et TACHES COMPETENCES ASSOCIEES AUX ACTIVITES ET TACHES COMPETENCES

Plus en détail

DEVOIR N 2 économie d entreprise

DEVOIR N 2 économie d entreprise DEVOIR N 2 économie d entreprise PROGRAMME : Les systèmes et la gestion de production L'évolution de la production La logistique et l approvisionnement L activité financière Les fondements de la GRH La

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

NOTRE OFFRE GLOBALE STAGES INTER-ENTREPRISES

NOTRE OFFRE GLOBALE STAGES INTER-ENTREPRISES NOTRE OFFRE GLOBALE STAGES INTER-ENTREPRISES HYDRAULIQUE MOBILE 5 Stages de 4 jours ----- HM1 HM2 HM3 HM4 HM5 2 Stages SAUER DANFOSS de 2 jours ----- PVG 32 ----- POMPE 90 MOTEUR 51 ELECTRONIQUE EMBARQUEE

Plus en détail

Mémoire technique Aide à la rédaction

Mémoire technique Aide à la rédaction Mémoire technique Aide à la rédaction Pour apprécier la valeur technique de l offre, le maître d ouvrage peut exiger des candidats la fourniture d un mémoire technique. Deux cas de figure s offrent alors

Plus en détail

[SERVICE GUIDE] [Littlebit Technology AG]

[SERVICE GUIDE] [Littlebit Technology AG] [SERVICE GUIDE] [Littlebit Technology AG] TABLE DES MATIÈRES LITTLEBIT SERVICE 02 CONTRÔLE DE LA DURÉE DE GARANTIE 02 DÉFINITION DE LA GARANTIE STANDARD 03 GARANTIE STANDARD POUR LES SYSTÈMES 04 EXTENSIONS

Plus en détail

Maîtriser les mutations

Maîtriser les mutations Maîtriser les mutations Avec UNE Supply chain AGILE La réflexion porte ses fruits www.cereza.fr TALAN Group Notre savoir-faire : maîtriser les mutations et en faire une force pour l entreprise Cereza,

Plus en détail

jeudi 19 septembre 2013, Bournezeau Services et Solutions en Carrière

jeudi 19 septembre 2013, Bournezeau Services et Solutions en Carrière jeudi 19 septembre 2013, Bournezeau Services et Solutions en Carrière 1 Schneider Electric - le spécialiste mondial de la gestion de l énergie Des géographies équilibrées CA 2012 Milliards d euros de CA

Plus en détail

Maintenance préventive Définition et types

Maintenance préventive Définition et types Définition et types Activités périodiques effectuée sur l équipement afin d éliminer ou déceler des conditions menant à la détérioration de cet équipement. Inspections / Visites Routines / Rondes Conditionnelle

Plus en détail

Commentaires. Michael Narayan. Les taux de change à terme

Commentaires. Michael Narayan. Les taux de change à terme Commentaires Michael Narayan L étude de Levin, Mc Manus et Watt est un intéressant exercice théorique qui vise à extraire l information contenue dans les prix des options sur contrats à terme sur le dollar

Plus en détail

La Méthode de résolution de problèmes MAXER (Dépannage, Analyse, Amélioration)

La Méthode de résolution de problèmes MAXER (Dépannage, Analyse, Amélioration) La Méthode de résolution de problèmes MAXER (Dépannage, Analyse, Amélioration) Jean-Paul SOURIS Master Black Belt 6 Sigma Instructeur MAXER S.Consultants www.jpsconsultants.com contact@jpsconsultants.com

Plus en détail

Concept totale. parfaitement compatibles permettant de jeter un «nouveau regard sur le marketing & les ventes».

Concept totale. parfaitement compatibles permettant de jeter un «nouveau regard sur le marketing & les ventes». Concept totale Le logiciel CRM peut être acheté partout. Tout comme les adresses de vos publipostages. Il existe également de nombreux logiciels pour le marketing par courrier électronique. Mais vous ne

Plus en détail

Mise en œuvre du PGI dans les enseignements tertiaires

Mise en œuvre du PGI dans les enseignements tertiaires Stage académique Mise en œuvre du PGI dans les enseignements tertiaires Nord Franche-Comté Lycée du Grand Chênois - 24 mars / 6 avril 2011 pascal.parisot@ac-besancon.fr Le PGI dans les enseignements tertiaires

Plus en détail

MAITRISE DE LA CHAINE LOGISTIQUE GLOBALE (SUPPLY CHAIN MANAGEMENT) Dimensionnement et pilotage des flux de produits

MAITRISE DE LA CHAINE LOGISTIQUE GLOBALE (SUPPLY CHAIN MANAGEMENT) Dimensionnement et pilotage des flux de produits MAITRISE DE LA CHAINE LOGISTIQUE GLOBALE (SUPPLY CHAIN MANAGEMENT) Dimensionnement et pilotage des flux de produits Préambule La performance flux, quel que soit le vocable sous lequel on la désigne ( Juste

Plus en détail

MODELES DE DUREE DE VIE

MODELES DE DUREE DE VIE MODELES DE DUREE DE VIE Cours 1 : Introduction I- Contexte et définitions II- Les données III- Caractéristiques d intérêt IV- Evènements non renouvelables/renouvelables (unique/répété) I- Contexte et définitions

Plus en détail

Etat de l'art de la GPA

Etat de l'art de la GPA Etat de l'art de la GPA Descriptif article La Gestion Partagée des Approvisionnements est une pratique courante. Comment le faire efficacement et avec quelles solutions? Le Mardi 13 Février 2007 de 14h00

Plus en détail

Une pièce d une stratégie

Une pièce d une stratégie Robot de distribution Rowa: Hugot bosse-t-il bien? Prof. Pascal BONNABRY 2 ème colloque sur l automatisation en pharmacie hospitalière Lausanne, 31 janvier 2013 Une pièce d une stratégie Distribution robotisée

Plus en détail

Les progiciels de gestion intégrés (PGI ou ERP)

Les progiciels de gestion intégrés (PGI ou ERP) Le point sur Les progiciels de gestion intégrés (PGI ou ERP) Depuis le début des années 90 s est développé un nouveau type de logiciel de gestion : le PGI, ou Progiciel de Gestion Intégré, plus connu sous

Plus en détail

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE La logistique représentait traditionnellement l activité allant de la mise à disposition des produits finis par l usine ou le négociant jusqu à la

Plus en détail

Condition Monitoring pour une gestion efficace du coût de possession.

Condition Monitoring pour une gestion efficace du coût de possession. Condition Monitoring pour une gestion efficace du coût de possession. HYDAC Allemagne HYDAC Chine HYDAC Danemark Le partenaire compétent pour le Condition Monitoring. Avec plus de 4.000 collaborateurs

Plus en détail

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général Paris, le 5 juin 2002 COMPTE RENDU Atelier-débat avec les clients éligibles 15 mai 2002 *** INTRODUCTION par M. Thierry TUOT, Directeur Général Ce deuxième atelier était destiné à permettre aux clients

Plus en détail

Brevet de technicien supérieur MAINTENANCE INDUSTRIELLE

Brevet de technicien supérieur MAINTENANCE INDUSTRIELLE Brevet de technicien supérieur MAINTENANCE INDUSTRIELLE MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE, DE l ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE Direction de l enseignement supérieur Service des contrats et

Plus en détail

Généralités sur les bases de données

Généralités sur les bases de données Généralités sur les bases de données Qu est-ce donc qu une base de données? Que peut-on attendre d un système de gestion de bases de données? Que peut-on faire avec une base de données? 1 Des données?

Plus en détail

GERER SA MAINTENANCE INFORMATIQUE

GERER SA MAINTENANCE INFORMATIQUE L AFNOR définit la maintenance comme l «ensemble des actions permettant de maintenir et de rétablir un bien dans un état spécifié ou en mesure d assurer un service déterminé.» De nos jours, les systèmes

Plus en détail

Etude des possibilités de passerelles entre les CQP des Entreprises de l industrie pharmaceutique et les CQP des industries chimiques

Etude des possibilités de passerelles entre les CQP des Entreprises de l industrie pharmaceutique et les CQP des industries chimiques Etude des possibilités de passerelles entre les CQP des Entreprises de l industrie et les CQP des industries chimiques @ COPYRIGHT LEEM - Page 1 sur 51 Sommaire 1 - Finalités des passerelles... 3 2 - Principes

Plus en détail

Achats de prestations logistiques : les bonnes pratiques

Achats de prestations logistiques : les bonnes pratiques Salon Logistics 360 2011 Parc Exposition La Beaujoire Nantes Achats de prestations logistiques : les bonnes pratiques par Philippe de COUESBOUC, cabinet conseil Creach Partenaire, administrateur CDAF (Compagnie

Plus en détail

Cahier des charges pour la réhabilitation électrique dans les classes de l école SALENGRO

Cahier des charges pour la réhabilitation électrique dans les classes de l école SALENGRO Cahier des charges pour la réhabilitation électrique dans les classes de l école SALENGRO Le présent marché a pour objet la réhabilitation électrique. Une précédente consultation inclus les travaux peintures

Plus en détail

transformer en avantage compétitif en temps réel vos données Your business technologists. Powering progress

transformer en avantage compétitif en temps réel vos données Your business technologists. Powering progress transformer en temps réel vos données en avantage compétitif Your business technologists. Powering progress Transformer les données en savoir Les données sont au cœur de toute activité, mais seules elles

Plus en détail

Guide à l intention des services d incendie. Création et maintien d un plan de continuité des opérations (PCO)

Guide à l intention des services d incendie. Création et maintien d un plan de continuité des opérations (PCO) Guide à l intention des services d incendie Création et maintien d un plan de continuité des opérations (PCO) Composantes de la planification de la continuité des opérations Index Introduction Pour commencer

Plus en détail

LE LEAN MANUFACTURING

LE LEAN MANUFACTURING LE LEAN MANUFACTURING LEAN signifie littéralement : «maigre», «sans gras». On le traduit parfois par «gestion sans gaspillage» ou par «au plus juste». LEAN est un qualificatif donné par une équipe de chercheurs

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

COURS DE MAINTENANCE. Frédéric TOMALA

COURS DE MAINTENANCE. Frédéric TOMALA COURS DE MAINTENANCE Frédéric TOMALA 1 ENSEIGNANT Frederic Tomala Enseignant - Chercheur en gestion des risques Département Management des Systèmes HEI Hautes Études d'ingénieur Bureau : A607 2 OBJECTIFS

Plus en détail

Camfil Saint-Martin-Longueau, une démarche d efficacité énergétique pour la certification ISO 50 001

Camfil Saint-Martin-Longueau, une démarche d efficacité énergétique pour la certification ISO 50 001 FICHE OPÉRATION INDUSTRIE Camfil Saint-Martin-Longueau, une démarche d efficacité énergétique pour la certification ISO 50 001 CAS PRATIQUE Activité : produits et service dans le domaine de la filtration

Plus en détail

Monte escalier à siège ou pour chaise roulante. sur plan incliné, suspendu à un monorail fixé au plafond

Monte escalier à siège ou pour chaise roulante. sur plan incliné, suspendu à un monorail fixé au plafond GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Luxembourg, le 10 février 2006 ITM-CL 317.1 Monte escalier à siège ou pour chaise roulante sur plan incliné, suspendu à un monorail fixé au plafond Prescriptions de sécurité types

Plus en détail

La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert?

La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert? La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert? Cet article a pour objectif de rappeler les notions principales relatives à la Gestion Technique Centralisée. Mais qu entend on par

Plus en détail

Principe et règles d audit

Principe et règles d audit CHAPITRE 2 Principe et règles d audit 2.1. Principe d audit Le principe et les règles d audit suivent logiquement l exposé précédent. D abord, comme dans toute branche de l activité d une entreprise, l

Plus en détail

Hébergement de base de données MySQL. Description du service (D après OGC - ITIL v3 - Service Design- Appendix F : Sample SLA and OLA)

Hébergement de base de données MySQL. Description du service (D après OGC - ITIL v3 - Service Design- Appendix F : Sample SLA and OLA) Hébergement de base de données MySQL. Description du service (D après OGC - ITIL v3 - Service Design- Appendix F : Sample SLA and OLA) Source : commundit:_ex:catalogue_services:db:sla_dit_mysql.docx Distribution

Plus en détail

Sage 100. Solutions de gestion pour l industrie. Pour les Petites et Moyennes Industries

Sage 100. Solutions de gestion pour l industrie. Pour les Petites et Moyennes Industries Sage 100 Solutions de gestion pour l industrie our les etites et Moyennes Industries Entrez dans le monde Sage Avec plus de 500 000 utilisateurs, 20 millions de bulletins de paie édités chaque année, plus

Plus en détail

PLAN. Industrialisateur Open Source LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES

PLAN. Industrialisateur Open Source LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES PLAN LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX & ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES Copyright BV Associates 2013 IMEPSIA TM est une marque déposée par BV Associates Page 1 SOMMAIRE 1 PRINCIPES GENERAUX

Plus en détail

«GESTION PREVISIONNELLE DES COMPETENCES»

«GESTION PREVISIONNELLE DES COMPETENCES» Technifutur & le Fonds de Formation des Fabrications Métalliques et l Industrie Technologique de Liège-Luxembourg (IFP) vous souhaitent la Bienvenue au séminaire «GESTION PREVISIONNELLE DES COMPETENCES»

Plus en détail

MECANICIEN POLYVALENT AUTOMOBILE (En CPU) Électromécanique

MECANICIEN POLYVALENT AUTOMOBILE (En CPU) Électromécanique AU 2 e ETUDES SUPERIEURES EN RELATION DIRECTE MECANICIEN POLYVALENT AUTOMOBILE (En CPU) 3 e degré Technique de Qualification Électromécanique 7TQ Mécanicien(ne) des moteurs diesels et engins hydraulique

Plus en détail

Siemens Customer Day 23 avril 2015. Bienvenue

Siemens Customer Day 23 avril 2015. Bienvenue Siemens Customer Day 23 avril 2015 Bienvenue Siemens Customer Day 23 avril 2015 Solutions pour les systèmes électriques et de contrôle-commande des installations de production d énergie Agenda 14h15 15h00

Plus en détail

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les futurs clients éligibles. 25 septembre 2002

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les futurs clients éligibles. 25 septembre 2002 Paris, le 17 octobre 2002 COMPTE RENDU Atelier-débat avec les futurs clients éligibles 25 septembre 2002 *** I La fourniture d électricité... 2 Les clients éligibles peuvent-ils acheter leur électricité

Plus en détail

GMAO : GERER LA MAINTENANCE DE SES EQUIPEMENTS

GMAO : GERER LA MAINTENANCE DE SES EQUIPEMENTS Dès lors que l on aborde la maintenance d un ou plusieurs parcs d équipements, on peut être confronté aux problèmes suivants : une machine tombe en panne mais le délai d approvisionnement en pièces de

Plus en détail

guide du copropriétaire

guide du copropriétaire guide du copropriétaire 2 sommaire 6 Comment fonctionne la copropriété? 3 Edito 11 Vous êtes copropriétaires, vous devez... 14 Lexique 4 Qu est-ce que la copropriété? 12 Foire aux questions 10 La vie de

Plus en détail

curaprax le logiciel de cabinet médical moderne destiné aux cabinets médicaux individuels ou de groupe

curaprax le logiciel de cabinet médical moderne destiné aux cabinets médicaux individuels ou de groupe curaprax le logiciel de cabinet médical moderne destiné aux cabinets médicaux individuels ou de groupe Le logiciel de cabinet médical basé sur le Web. Simple. Efficient. Sûr. www.curaprax.ch curaprax vous

Plus en détail

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Description Problématique Infrastructure Ressources Logiciel Maintenance Conclusion Avantages d une migration vers une solution EDI externalisée

Plus en détail

Projet Robot Centaure

Projet Robot Centaure Projet Robot Centaure Année 2013-2014 IMA4 S8 Étudiants : Clément TACHÉ Liying WANG Enseignants : Robert Litwak Xiavier Redon Table des matières : Remerciements Introduction Présentation et état des lieux

Plus en détail

Piloter sa production en temps réel, Comment bénéficier des avantages du MES quelles que soient la taille et l activité de l entreprise?

Piloter sa production en temps réel, Comment bénéficier des avantages du MES quelles que soient la taille et l activité de l entreprise? Piloter sa production en temps réel, Des retours immédiats et mesurables. Comment bénéficier des avantages du MES quelles que soient la taille et l activité de l entreprise? Le Consortium MES Initiative

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

Plateformes de travail élévatrices et portatives

Plateformes de travail élévatrices et portatives B354.1-04 Plateformes de travail élévatrices et portatives Plate-forme élévatrice de type 1 à déplacement manuel Plate-forme élévatrice de type 2 remorquable Édition française publiée en août 2004 par

Plus en détail

Sauvegarde et restauration en environnement VMware avec Avamar 6.0

Sauvegarde et restauration en environnement VMware avec Avamar 6.0 Livre blanc Sauvegarde et restauration en environnement VMware avec Avamar 6.0 Analyse détaillée Résumé Dans les entreprises, les environnements virtuels sont de plus en plus déployés dans le cloud. La

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

Perte de données dans un environnement virtuel : un problème émergeant. Des solutions pour répondre aux impératifs de continuité des activités

Perte de données dans un environnement virtuel : un problème émergeant. Des solutions pour répondre aux impératifs de continuité des activités Perte de données dans un environnement virtuel : un problème émergeant Des solutions pour répondre aux impératifs de continuité des activités 2 3 4 6 Introduction Scénarios courants de perte de données

Plus en détail

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail