Les réacteurs nucléaires de 3è génération

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les réacteurs nucléaires de 3è génération"

Transcription

1 Les réacteurs nucléaires de 3è génération Bertrand Barré Conseiller scientifique auprès d AREVA Professeur Emérite INSTN Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.1

2 Le calendrier des générations nucléaires Réacteurs actuels Réacteurs avancés Systèmes du futur Premières réalisations Generation I UNGG CHOOZ Generation II REP 900 Generation III REP 1300 N4 EPR? Generation IV Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.2

3 Leçons tirées des accidents Mars 1979 : TMI (erreur de représentation) Interface homme/machine Hiérarchisation des alarmes Délai d inaction Approche par états, ISR, H&U «Lessons learned» Améliorations à la Deuxième Génération Avril 1986 : Tchernobyl (fusion de cœur) Importance de l enceinte La protéger contre corium, H2 Relâchement massif inacceptable La prévention ne suffit plus Il faut en plus limiter les conséquences D où la Troisième Génération Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.3

4 Les REP Gen III EPR (APR 1400 Corée S) APWR MHI AP 1000 W-Toshiba AES 92 Russie ATMEA Areva-MHI Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.4

5 Les REB Gen III ABWR GE-Hitachi ESBWR GE-Hitachi Kerena Areva Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.5

6 Résumé Gros REP «évolutionnaire» (1450 Mwe) APR 1400 KNG Corée du Sud Développé par KHNP dans le cadre d un accord de coopération signé en 1997 avec CE (Westinghouse) Dérivé du CE 80+, «Coréanisé» En construction en Corée, Vendu aux Emirats, décembre 2009 Attraits Piscine de stockage dans l enceinte 2 très gros GV et un gros pressuriseur 4 trains de sauvegarde (mais à 50%) avec injection directe dans la cuve Défauts Tranches jumelées Solidification du corium en cuve?? Génération 3? Une seule enceinte béton + peau d étanchéité. Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.6

7 APR 1400 KNG - Korea Circuit primaire Noyage du puits de cuve Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.7

8 Le premier APR 1400 en Corée Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.8

9 AP600 / AP1000 Simple design passive safety procurement operation and maintenance Economic AP600 lowest cost nuclear option AP1000 competitive with CCGT Safe Heavily reliant on passive, rather than active, safety systems Final Design Approval and Design Certification from US-NRC Mature Uses proven components already in operation Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.9

10 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.10

11 Schéma AP 600 Pseudo-2 Boucles, tuyauteries sans point bas Pompes primaires à rotor noyé, sur la boîte à eau des GV Confinement unique en acier, refroidi «passivement» Thermosiphons Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.11

12 AP 600/1000 Circuit Primaire Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.12

13 Passive Shutdown Core Cooling Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.13

14 AP 1000 Toshiba Westinghouse Refroidissement passif du confinement Re-solidification du coeur fondu en cuve par noyage du puits de cuve Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.14

15 Construction simplifiée : installation de modules préfabriqués en Open top Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre gros modules Modules préfabriqués et assemblés en usine Pré-tests et inspection avant transport Assemblage sur place annoncé à 36 mois

16 Haiyang 1 October 2010 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.16

17 Sanmen Septembre 2011 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.17

18 Statut Concept revu par TVO et STUK Concurrent de l EPR pour OK3 2 tranches en Chine (Tianwan) VVER 91 MSI 2006 et tranches plus modernes (VVER 92) prêtes à démarrer en Inde (Kudankulam) Système de refroidissement secondaire passif Attraits Taille adaptée aux réseaux moyens Double enceinte béton Défauts Implantation vulnérable des diesels VVER 1000 (V428) AES - Russie Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.18

19 VVER 1000 (V428) AES - Russie Circuit primaire Cendrier Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.19

20 AES 92 Spent fuel Pool in containment Nuclear Power Status & Prospect B. Barré WFEO Kuwait 2009 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.20

21 EPR Conception évolutionnaire fondée sur le retour d expérience Sûreté encore améliorée N4 Compétitif avec les concurrents fossiles KONVOI Pas de révolution pour garder la continuité Une solide base de réacteurs modernes Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.21

22 Sûreté encore améliorée En résumé Exploitation optimisée (dose au personnel et effluents divisés par 3 ou 4) Meilleure utilisation des matières (réflecteur lourd, haut burn-up) Coût du kwh compétitif pour une série (Disponibilité accrue +10%, durée de vie allongée) Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.22

23 Elimination des situations qui pourraient aboutir à des relâchements significatifs de radioactivité (fusion de cœur sous pression, explosion d hydrogène,...). n n n La sûreté renforcée de l EPR Reduction de la probabilité d endommagement du coeur par un facteur ~ 10 par rapport aux réacteurs actuellement en fonctionnement Réduction significative de la contribution des risques externes (séismes, crashes d avion et explosions) à l endommagement du coeur En cas d accidents graves, le corium ne peut pas attaquer le radier, à supposer que le corium ne soit pas retenu dans la cuve (donc, pas de relâchement significatif de radioactivité ni de contamination durable du sous-sol ni de la nappe phréatique) Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.23

24 Vue d ensemble de l ilot nucléaire Bâtiment des auxiliaires nucléaires Bâtiment combustible Division 1 Les 4 trains des systèmes de sauvegarde principaux sont installés dans 4 divisions séparées de façon à les protéger : - des agressions internes (incendie, inondation interne, ruptures de tuyauterie), - des agressions externes Division 4 Division 3 Division 2 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.24

25 Les agressions externes prises en compte Séisme Chute d avion militaire et commercial Inondation Explosion Conditions météorologiques extrêmes (température, vent, pluie, neige, sécheresse, ) Foudre et ondes électromagnétiques intenses Autres risques naturels ou industriels Perte totale de la source froide Transport de matières diverses Incendies Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.25

26 Réserves d eau Circuit primaire 4 systèmes de secours (4x400 m 3 ) Réservoir de l enceinte (1800 m 3 ) Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.26

27 Les bâtiments des Diesels Protection physique Séparation physique Redondance et diversité SBO Diesels Les Diesels de secours et leurs réservoirs sont logés dans des bâtiments en béton armé Résistants aux séismes Les portes résistent aux explosions externes et aux inondations 2 bâtiments séparés situés de chaque côté de la coque avion Impossibilité d endommager les 2 bâtiments en cas d agression externe (explosion, chute d avion, ) 2 Diesels principaux et 1 Diesel SBO par bâtiment, avec séparation interne Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.27

28 Portes des bâtiments auxiliaires et des bâtiments Diesels Portes résistant à explosions et inondations externes +0.00m +0.00m Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.28

29 Piscine située dans un bâtiment combustible robuste et dont le refroidissement est assuré Bâtiment combustible robuste En béton armé avec coque de protection contre la chute d avion Refroidissement assuré 2 systèmes de refroidissement principaux indépendants et séparés physiquement Un troisième système de refroidissement diversifié Construction du bâtiment combustible d OL3 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.29

30 Contrôle des accidents graves En cas d accident grave avec fusion du cœur et traversée de la cuve Le corium produit s étale dans la zone d étalement où il est refroidi - Passivement, par l eau du réservoir interne, puis - Activement par le système d aspersion enceinte Le système d aspersion enceinte - est alimenté par les Diesels principaux et par les Diesels SBO - est refroidi par un système dédié en plus du système de refroidissement classé Fusion cœur en pression évitée par l ouverture de vannes dédiées équipant le pressuriseur (2 X 900 t/h) Le risque d explosion Hydrogène est éliminé par une soixantaine de recombineurs passifs répartis dans l enceinte Le confinement est assuré par la double enceinte - L enceinte interne, en béton précontraint, avec peau d étanchéité métallique, peut résister à une pression interne d environ 10 bars - Les fuites résiduelles des traversées sont reprises dans l espace inter-enceinte maintenu en dépression et filtrées avant rejet Rejets en cas de fusion du cœur - Pas de besoin d évacuer les populations à court terme au delà de la proximité immédiate du site (limites de la CIPR 63) - Pas de besoin de reloger les populations à long terme (limites de la CIPR 63) - Pas de perte de la deuxième récolte (limites de consommation des aliments de la CEE) Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.30

31 Les dispositifs pour contrôler les accidents graves Zone d étalement Enceinte double avec peau d étanchéité Recombineurs passifs d hydrogène Permet le refroidissement du corium Limite les rejets de radioactivité dans l environnement Evite les explosions hydrogène Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.31

32 Olkiluoto Mars 2007 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.32

33 Le «cendrier» et le réservoir interne Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.33

34 Les avancées en matière de sûreté Les principaux systèmes de sauvegarde de l'epr Double enceinte de confinement avec ventilation et filtration Aire d'étalement du coeur fondu Recombineurs d Hydrogène Système d'évacuation de la chaleur de l'enceinte Réservoir d'eau intérieur à l'enceinte Redondance 4 trains des principaux systèmes de sauvegarde Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.34

35 Protection chute d avion Coque avion Coque avion Double paroi bâtiment combustible Double paroi bâtiments auxiliaires 2,3 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.35

36 Une protection très renforcée Coque externe En béton armé Annulus 1,8 m Enceinte de confinement en béton précontraint Peau d acier 1,86m d épaisseur Extérieur Intérieur Radier Dans l EPR, le bâtiment Réacteur, le bâtiment Combustible et 2 bâtiments de Sauvegarde résistent aux crashes, accidentels ou volontaires P16 S1 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.36

37 Olkiluoto 3 Mars 2012 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.37

38 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.38

39 Générateurs de vapeur Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.39

40 Pompes Primaires Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.40

41 Dôme de l Enceinte Secondaire Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.41

42 Piscines Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.42

43 Internes de Cuve Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.43

44 1000 KM DE CABLES Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.44

45 Simulateur de Conduite Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.45

46 Source Froide Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.46

47 Diesels de Secours Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.47

48 Cheminée Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.48

49 BK Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.49

50 Transfert BK - BR Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.50

51 Cuve Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.51

52 Flamanville 3 Novembre 2012 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.52

53 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.53

54 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.54

55 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.55

56 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.56

57 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.57

58 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.58

59 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.59

60 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.60

61 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.61

62 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.62

63 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.63

64 Dans d autres domaines Hi Tech Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.64

65 Taishan Juin 2011 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.65

66 ATMEA AREVA-Mitsubishi Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre 2012

67 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre 2012

68 Reactor Technical Specification Main Data ( Best Estimate values) Core thermal power (MWth) Electrical output (MWe) N o of fuel assemblies Type of fuel assemblies Active length (cm) EPR (OL3) 4590 (4300) ~ x ATMEA x Rod linear heat rate (W/cm) N o of control rods Total flow rate (m 3 /h) Vessel outlet temp. ( C) Vessel inlet temp. ( C) S.G.: heat exch. Surface (m²) Steam Pressure (bar) 167 (155) (328) 295 (296) Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.68

69 1 Cuve 2 Pompes internes de recirclation 3 Mécanismes de croix 4 Vannes d isolement vapeur 7 Puits sec 11 Enceinte de confinement béton 20 Piscine combustibles usés Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.69

70 Advanced Boiling Water Reactor Diamètre interne = 7,1m Hauteur = 21,0 m Viroles de cuve forgées 872 Assemblages Puissance volumique du coeur = 50,6 kw/l Pourrait atteindre 1500 MWe 10 pompes de recirculation assurant 110% du débit caloporteur Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.70

71 ABWR Passive Severe Accident Mitigation Features Containment overpressure protection Containment Pressure vessel Core ABWR passive features which mitigate severe accidents Inerted containment Lower drywell flood capability Lower drywell special concrete and sump protection Suppression pool - fission products scrubbing and retention Containment overpressure protection Fusible Valve Sump cover Basaltic concrete High degree of public protection Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.71

72 Overview REB de taille moyenne ( Mwe) avec des systèmes passifs Fondé sur les REB allemands (Gundremingen B&C) KERENA Caractéristiques-clés Tranche unique Double enceinte (béton armé avec peau d étanchéité, béton armé) résistante aux crashes Moins de systèmes et de composants que les REB Gen 2 Empreinte au sol réduite Les systèmes de sauvegarde sont passifs (pas besoin d alimentation électrique ni d action des opérateurs) Rétention du corium en cuve justifié (puissance, cuve de grand diamètre, baffle) Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.72

73 Les réactions internationales à Fukushima-Daiichi Décident d arrêter les centrales : Allemagne Décident d arrêter les projets : Japon, Italie, Taiwan, Suisse? Décident de continuer le nucléaire : Etats-Unis, Russie, Chine, Inde, Royaume Uni, Finlande, Pologne, République Tchèque, Slovaquie, Hongrie, Brésil, Afrique du Sud, Corée du Sud, Argentine Tous : Evaluations Complémentaires de Sûreté Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.73

74 Le Processus en UE en 2012 Peer reviews were launched in Jan. 2012, they include representatives of other countries, plus the European Commission. Peer reviews aim at evaluating the country reports These reviews support the EC at getting input for further improvements and harmonizing safety level within EU Their conclusions form the basis of the EC consolidated report presented to the European Council in June 2012 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.74

75 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.75

76 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.76

77 A l issue des évaluations complémentaires de sûreté des installations nucléaires prioritaires, l ASN considère que les installations examinées présentent un niveau de sûreté suffisant pour qu elle ne demande l arrêt immédiat d aucune d entre elles. Dans le même temps, l ASN considère que la poursuite de leur exploitation nécessite d augmenter dans les meilleurs délais, au-delà des marges de sûreté dont elles disposent déjà, leur robustesse face à des situations extrêmes. Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.77

78 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.78

79 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.79

80 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.80

81 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.81

82 Octobre 2012 :La Chine annonce que ses nouveaux réacteurs seront tous de «Génération 3» Taishan 1&2 EPR Sanmen AP1000 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.82

83 UK : OK pour l EPR! Après une étude de 4 ans, retardée pour prendre en compte les premières leçons de Fukushima, l Office for Nuclear Regulation ONR et l Environment Agency vont émettre une certification de la conception de l EPR. Ces certifications étaient le dernier obstacle réglementaire à franchir après l autorisation récente du site EDF Energy de Hinkley Point, qui devrait accueillir 2 EPR, L EPR est ainsi certifié dans 4 pays : Finlande, France, Chine et Royaume Uni. AREVA a déjà signé des protocoles d accord avec 25 entreprises basées en Grande Bretagne pour la fourniture de composants et services Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.83

84 Production mondiale d électricité nucléaire (TWh) AIEA TWh/an Fukushima Prévisions pour 2030 High Low Réel Année de la prévision Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.84

85 Amélioration du soutien net par pays depuis Fukushima Avril 2011 Septembre 2012 USA China Saudi Arabia France India Great Britain Italy South Korea Turkey Australia Indonesia Mexico Global figure Hungary Belgium Canada Brazil Germany Sweden Russia South Africa Argentina Spain Poland Japan De 38/62 à 45/ Robert Knight, Ipsos MORI Base: adultes de18 à 64 ans (US and Canada), ou16-64 ans (autres pays), dans 24 pays Septembre 2012

86 Dans «L Express» du 12 décembre 2012 «la vraie question est de savoir ce que l on veut comme énergies : si l on ne veut pas de nucléaire et de carbone, que reste-t-il? Bien sûr, les nouvelles énergies. Mais cela est-il suffisant? Non!» Interview de Christophe de Margerie, PDG de TOTAL Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.86

87 AP 1000 vs AP 600 Résumé Réacteur «à sûreté passive» de 1200 MWe Extrapolé de l AP 600, Selon Bechtel l AP1000 ne coûterait que 12% de plus que l AP 600 en investissement sec, Produit vedette de Toshiba-Westinghouse Conforme aux URD Modifications par rapport à AP 600: Abandon du coeur à basse puissance volumique Plus d assemblages plus hauts GV et Pressuriseur plus gros, cuve plus haute Enveloppe de cœur soudée (pas de réflecteur lourd) Enceinte d acier : même diamètre mais plus haute Renforcement anti-agressions Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.87

88 3 & 4 autorisés 15 juin 2012 Poursuite Ohma Octobre 2012 TMI 2 Tchernobyl Fukushima B. Barré Décembre p.88 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.88

89 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.89

90 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.90

91 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.91

92 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.92

Quel avenir pour l énergie énergie nucléaire?

Quel avenir pour l énergie énergie nucléaire? Quel avenir pour lénergie l énergie nucléaire? Origine de l énergie nucléaire État critique du réacteur Utilité des neutrons retardés Quel avenir pour le nucléiare? 2 Composant des centrales nucléaires

Plus en détail

LE GRAND CARÉNAGE DU PARC NUCLÉAIRE EDF ET LES ACTIONS POST FUKUSHIMA 1 AMBITIONNER DE PORTER À 50 OU 60 ANS L EXPLOITATION DES RÉACTEURS

LE GRAND CARÉNAGE DU PARC NUCLÉAIRE EDF ET LES ACTIONS POST FUKUSHIMA 1 AMBITIONNER DE PORTER À 50 OU 60 ANS L EXPLOITATION DES RÉACTEURS SFEN/GR21 Janvier 2014 LE GRAND CARÉNAGE DU PARC NUCLÉAIRE EDF ET LES ACTIONS POST FUKUSHIMA 1 AMBITIONNER DE PORTER À 50 OU 60 ANS L EXPLOITATION DES RÉACTEURS Le Grand carénage du parc nucléaire d EDF

Plus en détail

La coopération entre électriciens au travers des EUR. La coopération entre électriciens au travers des EUR

La coopération entre électriciens au travers des EUR. La coopération entre électriciens au travers des EUR European Utility Requirements for LWR nuclear power plants La coopération entre électriciens au travers des EUR Bernard ROCHE, EDF journée sur les coopérations internationales en matière de sûreté, 26

Plus en détail

1 ROLE ET DESCRIPTION DES DIESELS D ULTIME SECOURS

1 ROLE ET DESCRIPTION DES DIESELS D ULTIME SECOURS Fontenay-aux-Roses, le 9 juillet 2014 Monsieur le président de l Autorité de sûreté nucléaire Avis/IRSN N 2014-00265 Objet : Réacteurs électronucléaires EDF - Réacteur EPR de Flamanville 3 Conception détaillée

Plus en détail

Secteur bancaire Enjeux d image

Secteur bancaire Enjeux d image Secteur bancaire Enjeux d image Étude mondiale Luc Durand Président Ipsos, Québec Luc.Durand@ipsos.com Plan de la présentation Sommaire méthodologique Portrait global La surveillance des banques Quand

Plus en détail

Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection

Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection 9 juin 2010 / UIC Paris Présenté par E. COGEZ, IRSN Contexte

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS COMMISSION GÉNÉRALE DE TERMINOLOGIE ET DE NÉOLOGIE Vocabulaire de l ingénierie nucléaire (liste de termes, expressions et définitions adoptés) NOR : CTNX1329843K I. Termes

Plus en détail

Commentant le niveau d activité du groupe sur l année 2012, Luc Oursel, Président du Directoire d AREVA, a déclaré :

Commentant le niveau d activité du groupe sur l année 2012, Luc Oursel, Président du Directoire d AREVA, a déclaré : Au 31 décembre 2012 : Croissance du chiffre d affaires à 9 342 M (+ 5,3 % vs. 2011), tirée par les activités nucléaires et renouvelables Carnet de commandes renouvelé sur l année 2012 à 45,4 Mds grâce

Plus en détail

Tests de résistance belges. Rapport national pour les centrales nucléaires. Evénements liés à l activité humaine. («man-made events»)

Tests de résistance belges. Rapport national pour les centrales nucléaires. Evénements liés à l activité humaine. («man-made events») Tests de résistance belges Rapport national pour les centrales nucléaires Evénements liés à l activité humaine («man-made events») Ce rapport national est fourni par l autorité de sûreté belge dans le

Plus en détail

BILAN 2014 ET PERSPECTIVES

BILAN 2014 ET PERSPECTIVES CNPE de Cattenom BILAN 2014 ET PERSPECTIVES Commission Locale d Information 19 mai 2015 BILAN 2014 Ce document est la propriété d EDF. Toute diffusion externe du présent document ou des informations qu

Plus en détail

Accidents nucléaires De Three Mile Island à Fukushima

Accidents nucléaires De Three Mile Island à Fukushima FORMATION CONTINUE DES ENSEIGNANTS EN GÉOGRAPHIE DU CYCLE D'ORIENTATION SUR LA THÉMATIQUE DU NUCLÉAIRE Accidents nucléaires De Three Mile Island à Fukushima Walter Wildi FACULTE DES SCIENCES, UNVERSITE

Plus en détail

INTRODUCTION ET DESCRIPTION GENERALE DE LA TRANCHE

INTRODUCTION ET DESCRIPTION GENERALE DE LA TRANCHE CHAPITRE 1 INTRODUCTION ET DESCRIPTION GENERALE DE LA TRANCHE sous chapitre 1.1 INTRODUCTION 1. OBJET DU RAPPORT PRELIMINAIRE DE SURETE Ce rapport préliminaire de sûreté public est issu du rapport préliminaire

Plus en détail

La Filtration et le Traitement de l Air dans l Industrie Nucléaire.

La Filtration et le Traitement de l Air dans l Industrie Nucléaire. Le Traitement de l Air dans l Industrie Nucléaire La Filtration et le Traitement de l Air dans l Industrie Nucléaire. Protéger l environnement des hommes et des lieux, Contribuer à la sécurité des interventions

Plus en détail

R&D relative aux accidents graves dans les réacteurs à eau pressurisée : Bilan et perspectives

R&D relative aux accidents graves dans les réacteurs à eau pressurisée : Bilan et perspectives R&D relative aux accidents graves dans les réacteurs à eau pressurisée : Bilan et perspectives Rapport IRSN-2006/73 Rev 1 Rapport CEA-2006/474 Rev 1 AVANT-PROPOS Ce rapport a été rédigé conjointement par

Plus en détail

Systèmes d ouverture et de fermeture de cuves de réacteurs et composants primaires

Systèmes d ouverture et de fermeture de cuves de réacteurs et composants primaires Systèmes d ouverture et de fermeture de cuves de réacteurs et composants primaires Plus rapide et en toute sécurité sur le chemin critique avec Siempelkamp heures dans le monde entier >>> www.siempelkamp-tensioning.com

Plus en détail

Fukushima 2015 : état des lieux et perspectives

Fukushima 2015 : état des lieux et perspectives Fukushima 2015 : état des lieux et perspectives 11 mars 2015 Le 11 mars 2011 en début d après-midi, environ 6 500 personnes, salariés de l exploitant TEPCO et de ses entreprises partenaires, sont présentes

Plus en détail

L entreprise France, leader mondial du nucléaire

L entreprise France, leader mondial du nucléaire L entreprise France, leader mondial du nucléaire Les Compétences au cœur de la performance Laurent STRICKER Paris 5 Novembre 2008 L entreprise France, leader mondial du nucléaire 1. L énergie, un bien

Plus en détail

Rapport du Groupe de travail de la CCSN sur Fukushima INFO-0824

Rapport du Groupe de travail de la CCSN sur Fukushima INFO-0824 Rapport du Groupe de travail de la CCSN sur Fukushima INFO-0824 Octobre 2011 Ministre de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada 2011 No de catalogue : CC172-77/2011F-PDF ISBN 978-1-100-98149-9

Plus en détail

Montrouge, le 9 février 2015. Centre national d équipement nucléaire (CNEN) EDF 97 avenue Pierre Brossolette 92120 MONTROUGE

Montrouge, le 9 février 2015. Centre national d équipement nucléaire (CNEN) EDF 97 avenue Pierre Brossolette 92120 MONTROUGE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIRECTION DES CENTRALES NUCLEAIRES Montrouge, le 9 février 2015 Réf. : CODEP-DCN-2015-002998 Monsieur le Directeur Centre national d équipement nucléaire (CNEN) EDF 97 avenue Pierre

Plus en détail

Capteurs. centrales nucléaires. de température pour. performances. fiabilité. Sûreté. La mesure de vos exigences

Capteurs. centrales nucléaires. de température pour. performances. fiabilité. Sûreté. La mesure de vos exigences Capteurs de température pour centrales nucléaires Sûreté fiabilité performances La mesure de vos exigences Pyro-Contrôle l expertise d un précurseur Dès la fin des années 1970, Pyro-Contrôle s illustre

Plus en détail

Capteurs. centrales nucléaires. de température pour. performances. fiabilité. Sûreté. La mesure de vos exigences

Capteurs. centrales nucléaires. de température pour. performances. fiabilité. Sûreté. La mesure de vos exigences Capteurs de température pour centrales nucléaires Sûreté fiabilité performances La mesure de vos exigences Pyro-Contrôle l expertise d un précurseur Dès la fin des années 1970, Pyro-Contrôle s illustre

Plus en détail

27 mars 2014, Vienne

27 mars 2014, Vienne 27 mars 2014, Vienne Aperçu de la présentation du Canada 3 Introduction Faits saillants du rapport du Canada Mise en œuvre des leçons retenues de Fukushima Harmonisation avec le plan d action de l AIEA

Plus en détail

Le marché du démantèlement des installations nucléaires d EDF.

Le marché du démantèlement des installations nucléaires d EDF. Le marché du démantèlement des installations nucléaires d EDF. ITER & nucléaire civil 2012 Saint-Etienne, le 30 novembre 2012 Rhône 9 réacteurs en déconstruction en France 1 réacteur à eau pressurisée

Plus en détail

Point d actualités du site AREVA Tricastin

Point d actualités du site AREVA Tricastin Point d actualités du site AREVA Tricastin Frédéric De Agostini Directeur d AREVA Tricastin CLIGEET du 21 juin 2012 Direction Tricastin Journée sécurité des chantiers du Tricastin Plus de 1200 participants

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE EN LIGNE. MOC3SA-BAB43D31 Speed Monitor SYSTÈMES DE COMMANDE DE SÉCURITÉ MOTION CONTROL

FICHE TECHNIQUE EN LIGNE. MOC3SA-BAB43D31 Speed Monitor SYSTÈMES DE COMMANDE DE SÉCURITÉ MOTION CONTROL FICHE TECHNIQUE EN LIGNE MOC3SA-BAB43D31 Speed Monitor A B C D E F H I J K L M N O P Q R S T Caractéristiques techniques détaillées Informations de commande Type Référence MOC3SA-BAB43D31 6034247 autres

Plus en détail

Rapport d évaluation final sur la problématique des indications de défauts constatées sur les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2

Rapport d évaluation final sur la problématique des indications de défauts constatées sur les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 Rapport d évaluation final sur la problématique des indications de défauts constatées sur les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 AFCN Mai 2013 1. Introduction En juin 2012, à l occasion d un nouveau

Plus en détail

: Loi n 2006-686 du 13 juin 2006 relative à la tran sparence et à la sécurité en matière nucléaire, notamment son article 40.

: Loi n 2006-686 du 13 juin 2006 relative à la tran sparence et à la sécurité en matière nucléaire, notamment son article 40. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Douai, le 13 octobre 2011 CODEP-DOA-2011-57631 LD/NL Monsieur le Directeur du Centre Nucléaire de Production d Electricité B.P. 149 59820 GRAVELINES Objet : Contrôle

Plus en détail

Aide apportée par AREVA au Japon suite à l accident de Fukushima. HCTISN Arnaud GAY Directeur, Business Unit Valorisation - AREVA 9 mars 2012

Aide apportée par AREVA au Japon suite à l accident de Fukushima. HCTISN Arnaud GAY Directeur, Business Unit Valorisation - AREVA 9 mars 2012 Aide apportée par AREVA au Japon suite à l accident de Fukushima HCTISN Arnaud GAY Directeur, Business Unit Valorisation - AREVA 9 mars 2012 Sommaire Un soutien technique et humain immédiat Actiflo -Rad,

Plus en détail

Conférence Enjeux énergétiques et Développement durable (3.12.14)

Conférence Enjeux énergétiques et Développement durable (3.12.14) Conférence Enjeux énergétiques et Développement durable (3.12.14) La conférence Enjeux énergétiques et Développement durable est organisée et réalisée par Junium Diffusion. Elle s articule en 3 parties

Plus en détail

Service ENX BT Infonet

Service ENX BT Infonet Service ENX BT Infonet Présentation ENX 25 Mai 2005 Paul Lenfant Fabrice Leclerc paul.lenfant@fr.bt.infonet.com fabrice.leclerc@fr.bt.infonet.com AGENDA! BT Infonet! Le service ENX de BT Infonet! Modèle

Plus en détail

La géothermie: ou comment utiliser les «chauds-froids» de la Terre sans s enrhumer

La géothermie: ou comment utiliser les «chauds-froids» de la Terre sans s enrhumer Cours de géologie de l environnement Prof. A. Parriaux La géothermie: ou comment utiliser les «chauds-froids» de la Terre sans s enrhumer Table des matières - Bases géologiques de la géothermie - Principaux

Plus en détail

MÉMOIRE RENOUVELLEMENT DU PERMIS D EXPLOITATION DU POUR LA COMMISSION CANADIENNE DE LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE (CCSN) À L ÉGARD DU

MÉMOIRE RENOUVELLEMENT DU PERMIS D EXPLOITATION DU POUR LA COMMISSION CANADIENNE DE LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE (CCSN) À L ÉGARD DU MÉMOIRE POUR LA COMMISSION CANADIENNE DE LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE (CCSN) À L ÉGARD DU RENOUVELLEMENT DU PERMIS D EXPLOITATION DU RÉACTEUR NUCLÉAIRE DE PUISSANCE DE LA CENTRALE DE GENTILLY - 2 MARS 2011 Avant

Plus en détail

Montrouge, le 26 novembre 2014. Monsieur le Directeur Division Production Nucléaire EDF Site Cap Ampère 1 place Pleyel 93 282 SAINT-DENIS CEDEX

Montrouge, le 26 novembre 2014. Monsieur le Directeur Division Production Nucléaire EDF Site Cap Ampère 1 place Pleyel 93 282 SAINT-DENIS CEDEX RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIRECTION DES CENTRALES NUCLEAIRES Montrouge, le 26 novembre 2014 Réf. : CODEP-DCN-2014-053522 Monsieur le Directeur Division Production Nucléaire EDF Site Cap Ampère 1 place Pleyel

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

PROTECTION EN CAS D URGENCE DANS L ENVIRONNEMENT DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM

PROTECTION EN CAS D URGENCE DANS L ENVIRONNEMENT DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM PROTECTION EN CAS D URGENCE DANS L ENVIRONNEMENT DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM Informations pour la population de Rhénanie-Palatinat Editeur: Aufsichts- und Dienstleistungsdirektion Willy- Brandt-

Plus en détail

Renouvellement à 50000MW étalé sur 20 ans (2020-2040) rythme de construction nucléaire: 2500MW/an

Renouvellement à 50000MW étalé sur 20 ans (2020-2040) rythme de construction nucléaire: 2500MW/an L uranium dans le monde 1 Demande et production d Uranium en Occident U naturel extrait / année 40.000 tonnes Consommation mondiale : 65.000 tonnes La différence est prise sur les stocks constitués dans

Plus en détail

Autorité de sûreté nucléaire et Bilan du contrôle de la centrale nucléaire de Saint-Alban / Saint-Maurice en 2013

Autorité de sûreté nucléaire et Bilan du contrôle de la centrale nucléaire de Saint-Alban / Saint-Maurice en 2013 Autorité de sûreté nucléaire et Bilan du contrôle de la centrale nucléaire de Saint-Alban / Saint-Maurice en 2013 CLI de Saint-Alban / Saint-Maurice l Exil 19 mai 2014 19/05/2014 1 L Autorité de sûreté

Plus en détail

R A P P O R T. Fukushima, un an après. Premières analyses de l accident et de ses conséquences

R A P P O R T. Fukushima, un an après. Premières analyses de l accident et de ses conséquences R A P P O R T Fukushima, un an après Premières analyses de l accident et de ses conséquences du 12 mars 2012 Editorial Dès le 11 mars 2011, l IRSN s est mobilisé pour contribuer à analyser le déroulement

Plus en détail

E-T-A PowerPlex Commande multiplexée pour applications nautiques

E-T-A PowerPlex Commande multiplexée pour applications nautiques E-T-A PowerPlex Commande multiplexée pour applications nautiques E-T-A PowerPlex La technologie E-T-A PowerPlex commande multi - plexée et protection de réseau électrique de bord pour applications nautiques.

Plus en détail

Production mondiale d énergie

Production mondiale d énergie Chapitre 14: Autres sources d énergie Énergie nucléaire Énergie solaire Énergie géothermale Hydro-électricité Énergie éolienne Production mondiale d énergie 23% 39% 27% Coal Nuclear Hydro Geothermal Petroleum

Plus en détail

LES FORMATIONS A LA RADIOPROTECTION

LES FORMATIONS A LA RADIOPROTECTION LES FORMATIONS A LA RADIOPROTECTION NSTN Paul LIVOLSI 2 AVRIL 2014, CERN - GENÈVE DE QUOI PARLE T-ON? Sécurité Nucléaire Sûreté INB RADIOPROTECTION Prévention et lutte contre les actes de malveillance

Plus en détail

RADIOPROTECTION EXIGENCES DE RADIOPROTECTION

RADIOPROTECTION EXIGENCES DE RADIOPROTECTION CHAPITRE 12 sous chapitre 12.0 RADIOPROTECTION EXIGENCES DE RADIOPROTECTION L objet de ce sous-chapitre est de définir le cadre réglementaire relatif à la radioprotection sur lequel est basée la conception

Plus en détail

Les coûts du nucléaire en France : secret, incertitude et spirale

Les coûts du nucléaire en France : secret, incertitude et spirale Les coûts du nucléaire en France : secret, incertitude et spirale Quand ils parlent des coûts du nucléaire, les pouvoirs publics français et l industrie nucléaire ne manquent jamais l occasion de rappeler

Plus en détail

Master Ingénierie Nucléaire Master of Science Nuclear Energy

Master Ingénierie Nucléaire Master of Science Nuclear Energy Master Ingénierie Nucléaire Master of Science Nuclear Energy Frederico Garrido et Bertrand Reynier Université Paris-Sud, Orsay Campus Ecole Nationale Supérieure des Techniques Avancées ParisTech frederico.garrido@u-psud.fr

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

MEETING OF THE COMMISSION WEDNESDAY, AUGUST 10 AND THURSDAY, AUGUST 11, 2011 RÉUNION DE LA COMMISSION CMD 11-M42

MEETING OF THE COMMISSION WEDNESDAY, AUGUST 10 AND THURSDAY, AUGUST 11, 2011 RÉUNION DE LA COMMISSION CMD 11-M42 CMD 11-M42 File/dossier 6.02.02 Edocs pdf 3767472 2011-07-27 MEETING OF THE COMMISSION WEDNESDAY, AUGUST 10 AND THURSDAY, AUGUST 11, 2011 Agenda of the meeting of the Canadian Nuclear Safety Commission

Plus en détail

Forum sur les Institutions, le

Forum sur les Institutions, le LA GUERRE DU DROIT Système juridique, levier de la croissance ou frein? 9 novembre 0-5h00 6h0 Journées d économie de Lyon 0 Bertrand du Marais Forum sur les Institutions, le Conseiller d État, détaché

Plus en détail

Les besoins en eau de refroidissement des centrales thermiques de production d électricité. Alain VICAUD - EDF Division Production Nucléaire

Les besoins en eau de refroidissement des centrales thermiques de production d électricité. Alain VICAUD - EDF Division Production Nucléaire Les besoins en eau de refroidissement des centrales thermiques de production d électricité 1 Les circuits d eau d une centrale thermique Circuit secondaire Appoint Circuit primaire Circuit tertiaire Purge

Plus en détail

L Allemagne championne des énergies propres?

L Allemagne championne des énergies propres? L Allemagne championne des énergies propres? La chancelière allemande a tranché, l Allemagne sera la première grande puissance industrielle européenne à sortir du nucléaire. Et ceci rapidement puisque

Plus en détail

Baligh EL HEFNI. Défi INTEP Projet EPO/Lot A2 «Aide au pilotage de transitoires rares» EDF R&D Département STEP baligh.el-hefni@edf.

Baligh EL HEFNI. Défi INTEP Projet EPO/Lot A2 «Aide au pilotage de transitoires rares» EDF R&D Département STEP baligh.el-hefni@edf. Modèle physique/neutronique en Modelica d un outil d aide au pilotage du transitoire sensible de montée en puissance à 3%Pn/h après rechargement Maquettage d un outil d aide au pilotage sous Excel/VB Défi

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail

LES GRANDS CHANTIERS DU NUCLÉAIRE CIVIL LE GRAND CARÉNAGE DU PARC NUCLÉAIRE DE PRODUCTION D EDF. Aix-Les-Milles 14 janvier 2014

LES GRANDS CHANTIERS DU NUCLÉAIRE CIVIL LE GRAND CARÉNAGE DU PARC NUCLÉAIRE DE PRODUCTION D EDF. Aix-Les-Milles 14 janvier 2014 LES GRANDS CHANTIERS DU NUCLÉAIRE CIVIL LE GRAND CARÉNAGE DU PARC NUCLÉAIRE DE PRODUCTION D EDF Aix-Les-Milles 14 janvier 2014 1 PARTIE 1 LES ENJEUX POUR LE PARC NUCLÉAIRE PARTIE 2 LE CONTENU PARTIE 3

Plus en détail

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE Colloque Protection sociale d entreprise Paris, 26 mars 2010 http://www.irdes.fr/espacerecherche/colloques/protectionsocialeentreprise

Plus en détail

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

SÉCURITÉ ROUTIÈRE PLAN D ACTION (TE BE)

SÉCURITÉ ROUTIÈRE PLAN D ACTION (TE BE) SÉCURITÉ ROUTIÈRE PLAN D ACTION (TE BE) 25/06/2014 - SEMINAIRE PRAISE Ing. Marius Ndolimana Safety Advisor/Corporate QHSE CHOOSE EXPERTS, FIND PARTNERS Tractebel Engineering - Sécurité routière 25 Juin

Plus en détail

AREVA. Point de situation, et introduction à la notion de «Consulting nucléaire»

AREVA. Point de situation, et introduction à la notion de «Consulting nucléaire» AREVA Point de situation, et introduction à la notion de «Consulting nucléaire» Extrait du séminaire de Mai 2010 - Réunion MEDDEM Concertation sur l ingénierie nucléaire française Jacques SACRESTE Directeur

Plus en détail

1.0 SYSTÈME BIONEST MD. 1.1 Description et fonctionnement du système

1.0 SYSTÈME BIONEST MD. 1.1 Description et fonctionnement du système 1.0 SYSTÈME BIONEST MD 1.1 Description et fonctionnement du système Le système de traitement BIONEST utilise un procédé biologique au moyen d'une culture microbienne fixée sur un support synthétique appelé

Plus en détail

Propriétaire Ville de Fort Saskatchewan, Alberta Année de construction 2004 Superficie totale (empreinte au sol) 10 220 m 2 (110 000 pi 2 )

Propriétaire Ville de Fort Saskatchewan, Alberta Année de construction 2004 Superficie totale (empreinte au sol) 10 220 m 2 (110 000 pi 2 ) Profil de projet d innovation technologique en réfrigération PARB PROGRAMME D ACTION EN RÉFRIGÉRATION POUR LES BÂTIMENTS Centre multiloisirs Dow Centennial Centre (Alberta) CONSTRUCTION NEUVE Sommaire

Plus en détail

Gain Temps -Gain Energie Gain Espace Gain Argent

Gain Temps -Gain Energie Gain Espace Gain Argent Gain Temps -Gain Energie Gain Espace Gain Argent Belgium - Europe C l a y t o n Mexico - City WORLD HEADQUARTERS El Monte - California - USA c l a y t o n Production Thermale Royaume Uni & Irlande Clayton

Plus en détail

CENTRE NUCLÉAIRE D ÉLÉCTRICITÉ. EDF Nogent-sur-Seine

CENTRE NUCLÉAIRE D ÉLÉCTRICITÉ. EDF Nogent-sur-Seine CENTRE NUCLÉAIRE DE PRODUCTION D ÉLÉCTRICITÉ EDF Nogent-sur-Seine Le groupe EDF DES ENJEUX ÉNERGÉTIQUES MONDIAUX SANS PRÉCÉDENT LA CROISSANCE DÉMOGRAPHIQUE ET ÉCONOMIQUE VA ENTRAÎNER L AUGMENTATION DES

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Le code INF et les navires spécialisés

Le code INF et les navires spécialisés WNTI W O R L D N U C L E A R T R A N S P O RT I N S T I T U T E BROCHURE Le code INF et les navires spécialisés Dédié au transport sûr, efficace et fiable des matières radioactives Le code INF et les

Plus en détail

Focus sur Asie 9 pays: Chine, Hong Kong, Inde, Japon, Singapour, Corée du Sud, Taiwan, Thaïlande et Vietnam

Focus sur Asie 9 pays: Chine, Hong Kong, Inde, Japon, Singapour, Corée du Sud, Taiwan, Thaïlande et Vietnam Focus sur Asie 9 pays: Chine, Hong Kong, Inde, Japon, Singapour, Corée du Sud, Taiwan, Thaïlande et Vietnam 1 Chine Singapour Hong Kong Cross Border ZBA Crédit Agricole CIB succursale du Japon solutions

Plus en détail

AEN. Rapport annuel. AGENCE POUR L ÉNERGIE NUCLÉAIRE Organisation de coopération et de développement économiques

AEN. Rapport annuel. AGENCE POUR L ÉNERGIE NUCLÉAIRE Organisation de coopération et de développement économiques 2013 AEN Rapport annuel 2013 AEN Rapport annuel AGENCE POUR L ÉNERGIE NUCLÉAIRE Organisation de coopération et de développement économiques L AEN en bref 2013 Instance dirigeante : le Comité de direction

Plus en détail

Plans API pour Garnitures Mécaniques

Plans API pour Garnitures Mécaniques Plans API pour Garnitures Mécaniques Garnitures Simples plans 01, 02, 11, 13, 14, 21, 23, 31, 32, 41 Garnitures Duales plans 52, 53A, 53B, 53C, 54 Garnitures avec Quench plans 62, 65 Garnitures Gaz plans

Plus en détail

GRUNDFOS ASSAINISSEMENT MINI PUST STATION DE RELEVAGE DES EAUX USÉES

GRUNDFOS ASSAINISSEMENT MINI PUST STATION DE RELEVAGE DES EAUX USÉES GRUNDFOS ASSAINISSEMENT MINI PUST STATION DE RELEVAGE DES EAUX USÉES Grundfos MINI PUST Station de relevage enterrable pour eaux grises et eaux noires > Applications La station MiniPust est une station

Plus en détail

SOMMAIRE SECTEURS SCHEMA DIRECTEUR PRESENTATION DU PRODUIT AVANTAGES CONCURRENTIELS. Secteurs p. 7

SOMMAIRE SECTEURS SCHEMA DIRECTEUR PRESENTATION DU PRODUIT AVANTAGES CONCURRENTIELS. Secteurs p. 7 Le livre bla nc d e la eàc mp po haleur SOMMAIRE PRESENTATION DU PRODUIT Présentation du produit...p. 1 AVANTAGES CONCURRENTIELS Tansfert d énergie p. 5 Une plage de fonctionnement tout terrain p. 5 Une

Plus en détail

L Autorité de sûreté nucléaire et Evaluation du niveau de sûreté du site d AREVA FBFC par l ASN

L Autorité de sûreté nucléaire et Evaluation du niveau de sûreté du site d AREVA FBFC par l ASN L Autorité de sûreté nucléaire et Evaluation du niveau de sûreté du site d AREVA FBFC par l ASN Commission locale d information de FBFC du 6 juin 214 1 L Autorité de sûreté nucléaire DIVISION DE LYON Une

Plus en détail

Annexe 5 TRICASTIN 1

Annexe 5 TRICASTIN 1 Annexe 5 TRICASTIN 1 COMURHEX II et la conversion de l uranium CIGEET- 4 juillet 2008 Pierre BOUZON, Maîtrise d ouvrage TRICASTIN 2 La conversion : un maillon indispensable au cycle du combustible Le minerai

Plus en détail

Document officiel Recommandations, prescriptions, obligations Situation d EDF

Document officiel Recommandations, prescriptions, obligations Situation d EDF Objectif : analyser les rapports et avis de l ASN et de l IRSN pour lister les non-conformités de la centrale de Fessenheim. Il convient en particulier de vérifier quelles suites ont été données par EDF

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Utilisation du contrôle de qualité

Utilisation du contrôle de qualité Bio-Rad Laboratories Contrôle de qualité Utilisation du contrôle de qualité Les fondements d un haut niveau de soins des patients passent par l amélioration des performances au laboratoire Bio-Rad Laboratories

Plus en détail

Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP

Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP Jean-Christophe Dalouzy ANP 17 Novembre 2014 Rencontres Jeunes Chercheurs Sommaire Présentation du groupe AREVA Présentation du cycle du combustible Présentation

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

La nouvelle génération de protection adaptée aux systèmes d exploitation de données. Le Système HI-FOG pour les Data Center

La nouvelle génération de protection adaptée aux systèmes d exploitation de données. Le Système HI-FOG pour les Data Center La nouvelle génération de protection adaptée aux systèmes d exploitation de données Le Système HI-FOG pour les Data Center Une protection moderne pour un monde contre l incendie piloté par les Datas Le

Plus en détail

La Commission. canadienne de sûreté nucléaire Présentation à la Conférence nationale sur l assurance au Canada. suretenucleaire.gc.

La Commission. canadienne de sûreté nucléaire Présentation à la Conférence nationale sur l assurance au Canada. suretenucleaire.gc. La Commission Terry Jamieson Vice-président, Direction générale du soutien technique Commission canadienne de sûreté nucléaire Le 23 septembre 2014 canadienne de sûreté nucléaire Présentation à la Conférence

Plus en détail

Vannes à boisseau sphérique Ball valves

Vannes à boisseau sphérique Ball valves Vannes à boisseau sphérique Ball valves Gamme de produits et données techniques Product overview and technical data GESTION DES FLUIDES, VANNES, MESURE ET REGULATION VALVES, MEASUREMENT AND CONTROL SYSTEMS

Plus en détail

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION S.M.A.R.T. Production 2004-2005 - Tous droits de reproduction réservés. Par les mêmes organisateurs : 40 ateliers gratuits sur

Plus en détail

Transport des objets volumineux et Arrangement Spécial

Transport des objets volumineux et Arrangement Spécial WNTI W O R L D N U C L E A R T R A N S P O RT I N S T I T U T E BROCHURE Transport des objets volumineux et Arrangement Spécial Dédié au transport sûr, efficace et fiable des matières radioactives Transport

Plus en détail

ICC 109 8. 14 septembre 2012 Original : anglais. tendances de la consommation du café dans certains pays importateurs.

ICC 109 8. 14 septembre 2012 Original : anglais. tendances de la consommation du café dans certains pays importateurs. ICC 109 8 14 septembre 2012 Original : anglais F Conseil international du Café 109 e session 24 28 septembre 2012 Londres, Royaume Uni Tendances de la consommation du café dans certains pays importateurs

Plus en détail

Option STAR MINES NANTES. PROJETS de fin d étude. Systèmes et Technologies Associés aux Réacteurs Nucléaires

Option STAR MINES NANTES. PROJETS de fin d étude. Systèmes et Technologies Associés aux Réacteurs Nucléaires MINES NANTES PROJETS de fin d étude Option STAR Systèmes et Technologies Associés aux Réacteurs Nucléaires 24, 25, 26 juin et 2 septembre 2013 > Amphithéâtre Georges Besse 24 juin 2013 / Amphithéâtre Georges

Plus en détail

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Xavier Kuborn 7 octobre 2014 Avec le support de la guidance technologique éco-construction et développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

EHDC. Système de refroidissement pour Data Center et armoires de serveur.

EHDC. Système de refroidissement pour Data Center et armoires de serveur. EHDC Système de refroidissement pour Data Center et armoires de serveur. EHDC PEN LP EHDC L est un module de refroidissement à haute densité pour les configurations en boucle ouverte. Il peut être utilisé

Plus en détail

Efficacité énergétique. Conférence Green Univers Le 13 octobre 2011

Efficacité énergétique. Conférence Green Univers Le 13 octobre 2011 Efficacité énergétique Conférence Green Univers Le 13 octobre 2011 Plan Une vision globale de la consommation d'énergie des entreprises Les pays leaders et les grandes décisions en faveur des entreprises

Plus en détail

«Action 2016» : le plan d actions stratégique d AREVA pour améliorer sa performance

«Action 2016» : le plan d actions stratégique d AREVA pour améliorer sa performance «Action 2016» : le plan d actions stratégique d AREVA pour améliorer sa performance Présentation détaillée du plan «Action 2016» le mardi 13 décembre 2011 Perspectives financières : o Pertes opérationnelles

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Le profil de l entreprise

Le profil de l entreprise Le profil de l entreprise Certification du Système de Gestion de la qualité société Aipower opère en Algérie et intervient dans les activités suivantes: 1) Construction, fourniture, installation et maintenance

Plus en détail

L eau pour l électricité

L eau pour l électricité À l instar du néologisme américain Watergy, qui met en exergue les liens intrinsèques entre la production d énergie et l eau, et par réciprocité ceux qui lient la production d eau et l énergie, l Eaunergie

Plus en détail

MANUEL D INSTRUCTIONS K-STAR ÉLECTRIQUE Chauffe-piscine/spa électrique

MANUEL D INSTRUCTIONS K-STAR ÉLECTRIQUE Chauffe-piscine/spa électrique GARANTIE (Valide uniquement pour le propriétaire initial) Le chauffe-piscine/spa K-Star est garanti à l acheteur original pendant un an à partir de la date d achat contre tout défaut de fabrication. Exception

Plus en détail

Le nucléaire, un allié pour le climat

Le nucléaire, un allié pour le climat 1 Claude Fischer - mars 2015 1 er Directrice d ASCPE Les Entretiens Européens Le nucléaire, un allié pour le climat La limitation du réchauffement climatique ne pourra pas être obtenue sans le nucléaire

Plus en détail

L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique

L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique FORUM NUCLEAIRE BELGE POSITION PAPER 24 JUIN 2015 L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique La demande en électricité ne cesse d augmenter. Entre 1965 et

Plus en détail

Les différents modes de production d'électricité

Les différents modes de production d'électricité Les différents modes de production d'électricité La production électrique en Belgique Depuis les développements technologiques de l électricité, au XIXième et XXième siècles, celle-ci est devenue synonyme

Plus en détail

Présentation Datacenter Lausanne

Présentation Datacenter Lausanne Présentation Datacenter Lausanne Datacenter Iron Cloud dispose de plusieurs suites privatives dans un Datacenter indépendant de dernière génération. Ce dernier est situé en Suisse près de Lausanne. L infrastructure

Plus en détail

Web Analytics. des Visiteurs en Ligne? Raquel de los Santos, Business Consultant Forum emarketing 2012

Web Analytics. des Visiteurs en Ligne? Raquel de los Santos, Business Consultant Forum emarketing 2012 Web Analytics Comment Valoriser la Connaissance des Visiteurs en Ligne? Raquel de los Santos, Business Consultant Forum emarketing 2012 Agenda comscore en Quelques Chiffres Réseaux Sociaux : Etat des lieux

Plus en détail

Philippe BERNET. Philippe LAUNÉ. Directeur-adjoint du CIDEN. Chef de la division déconstruction

Philippe BERNET. Philippe LAUNÉ. Directeur-adjoint du CIDEN. Chef de la division déconstruction Philippe BERNET Directeur-adjoint du CIDEN Philippe LAUNÉ Chef de la division déconstruction Centre d Ingénierie Déconstruction et Environnement 154 avenue Thiers 69006 Lyon Diaporama propriété d EDF.

Plus en détail

L EPR. Sa place dans le nucléaire Finlande Flamanville Abou Dhabi Gamme de réacteurs

L EPR. Sa place dans le nucléaire Finlande Flamanville Abou Dhabi Gamme de réacteurs N 31 Février 2010 L EPR. Sa place dans le nucléaire Finlande Flamanville Abou Dhabi Gamme de réacteurs Page : 1/16 ENERGIES ET MEDIAS N 31 Février 2010 A chaque énergie sa place. Mais n ayons pas peur

Plus en détail