Les réacteurs nucléaires de 3è génération

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les réacteurs nucléaires de 3è génération"

Transcription

1 Les réacteurs nucléaires de 3è génération Bertrand Barré Conseiller scientifique auprès d AREVA Professeur Emérite INSTN Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.1

2 Le calendrier des générations nucléaires Réacteurs actuels Réacteurs avancés Systèmes du futur Premières réalisations Generation I UNGG CHOOZ Generation II REP 900 Generation III REP 1300 N4 EPR? Generation IV Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.2

3 Leçons tirées des accidents Mars 1979 : TMI (erreur de représentation) Interface homme/machine Hiérarchisation des alarmes Délai d inaction Approche par états, ISR, H&U «Lessons learned» Améliorations à la Deuxième Génération Avril 1986 : Tchernobyl (fusion de cœur) Importance de l enceinte La protéger contre corium, H2 Relâchement massif inacceptable La prévention ne suffit plus Il faut en plus limiter les conséquences D où la Troisième Génération Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.3

4 Les REP Gen III EPR (APR 1400 Corée S) APWR MHI AP 1000 W-Toshiba AES 92 Russie ATMEA Areva-MHI Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.4

5 Les REB Gen III ABWR GE-Hitachi ESBWR GE-Hitachi Kerena Areva Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.5

6 Résumé Gros REP «évolutionnaire» (1450 Mwe) APR 1400 KNG Corée du Sud Développé par KHNP dans le cadre d un accord de coopération signé en 1997 avec CE (Westinghouse) Dérivé du CE 80+, «Coréanisé» En construction en Corée, Vendu aux Emirats, décembre 2009 Attraits Piscine de stockage dans l enceinte 2 très gros GV et un gros pressuriseur 4 trains de sauvegarde (mais à 50%) avec injection directe dans la cuve Défauts Tranches jumelées Solidification du corium en cuve?? Génération 3? Une seule enceinte béton + peau d étanchéité. Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.6

7 APR 1400 KNG - Korea Circuit primaire Noyage du puits de cuve Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.7

8 Le premier APR 1400 en Corée Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.8

9 AP600 / AP1000 Simple design passive safety procurement operation and maintenance Economic AP600 lowest cost nuclear option AP1000 competitive with CCGT Safe Heavily reliant on passive, rather than active, safety systems Final Design Approval and Design Certification from US-NRC Mature Uses proven components already in operation Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.9

10 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.10

11 Schéma AP 600 Pseudo-2 Boucles, tuyauteries sans point bas Pompes primaires à rotor noyé, sur la boîte à eau des GV Confinement unique en acier, refroidi «passivement» Thermosiphons Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.11

12 AP 600/1000 Circuit Primaire Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.12

13 Passive Shutdown Core Cooling Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.13

14 AP 1000 Toshiba Westinghouse Refroidissement passif du confinement Re-solidification du coeur fondu en cuve par noyage du puits de cuve Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.14

15 Construction simplifiée : installation de modules préfabriqués en Open top Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre gros modules Modules préfabriqués et assemblés en usine Pré-tests et inspection avant transport Assemblage sur place annoncé à 36 mois

16 Haiyang 1 October 2010 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.16

17 Sanmen Septembre 2011 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.17

18 Statut Concept revu par TVO et STUK Concurrent de l EPR pour OK3 2 tranches en Chine (Tianwan) VVER 91 MSI 2006 et tranches plus modernes (VVER 92) prêtes à démarrer en Inde (Kudankulam) Système de refroidissement secondaire passif Attraits Taille adaptée aux réseaux moyens Double enceinte béton Défauts Implantation vulnérable des diesels VVER 1000 (V428) AES - Russie Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.18

19 VVER 1000 (V428) AES - Russie Circuit primaire Cendrier Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.19

20 AES 92 Spent fuel Pool in containment Nuclear Power Status & Prospect B. Barré WFEO Kuwait 2009 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.20

21 EPR Conception évolutionnaire fondée sur le retour d expérience Sûreté encore améliorée N4 Compétitif avec les concurrents fossiles KONVOI Pas de révolution pour garder la continuité Une solide base de réacteurs modernes Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.21

22 Sûreté encore améliorée En résumé Exploitation optimisée (dose au personnel et effluents divisés par 3 ou 4) Meilleure utilisation des matières (réflecteur lourd, haut burn-up) Coût du kwh compétitif pour une série (Disponibilité accrue +10%, durée de vie allongée) Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.22

23 Elimination des situations qui pourraient aboutir à des relâchements significatifs de radioactivité (fusion de cœur sous pression, explosion d hydrogène,...). n n n La sûreté renforcée de l EPR Reduction de la probabilité d endommagement du coeur par un facteur ~ 10 par rapport aux réacteurs actuellement en fonctionnement Réduction significative de la contribution des risques externes (séismes, crashes d avion et explosions) à l endommagement du coeur En cas d accidents graves, le corium ne peut pas attaquer le radier, à supposer que le corium ne soit pas retenu dans la cuve (donc, pas de relâchement significatif de radioactivité ni de contamination durable du sous-sol ni de la nappe phréatique) Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.23

24 Vue d ensemble de l ilot nucléaire Bâtiment des auxiliaires nucléaires Bâtiment combustible Division 1 Les 4 trains des systèmes de sauvegarde principaux sont installés dans 4 divisions séparées de façon à les protéger : - des agressions internes (incendie, inondation interne, ruptures de tuyauterie), - des agressions externes Division 4 Division 3 Division 2 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.24

25 Les agressions externes prises en compte Séisme Chute d avion militaire et commercial Inondation Explosion Conditions météorologiques extrêmes (température, vent, pluie, neige, sécheresse, ) Foudre et ondes électromagnétiques intenses Autres risques naturels ou industriels Perte totale de la source froide Transport de matières diverses Incendies Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.25

26 Réserves d eau Circuit primaire 4 systèmes de secours (4x400 m 3 ) Réservoir de l enceinte (1800 m 3 ) Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.26

27 Les bâtiments des Diesels Protection physique Séparation physique Redondance et diversité SBO Diesels Les Diesels de secours et leurs réservoirs sont logés dans des bâtiments en béton armé Résistants aux séismes Les portes résistent aux explosions externes et aux inondations 2 bâtiments séparés situés de chaque côté de la coque avion Impossibilité d endommager les 2 bâtiments en cas d agression externe (explosion, chute d avion, ) 2 Diesels principaux et 1 Diesel SBO par bâtiment, avec séparation interne Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.27

28 Portes des bâtiments auxiliaires et des bâtiments Diesels Portes résistant à explosions et inondations externes +0.00m +0.00m Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.28

29 Piscine située dans un bâtiment combustible robuste et dont le refroidissement est assuré Bâtiment combustible robuste En béton armé avec coque de protection contre la chute d avion Refroidissement assuré 2 systèmes de refroidissement principaux indépendants et séparés physiquement Un troisième système de refroidissement diversifié Construction du bâtiment combustible d OL3 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.29

30 Contrôle des accidents graves En cas d accident grave avec fusion du cœur et traversée de la cuve Le corium produit s étale dans la zone d étalement où il est refroidi - Passivement, par l eau du réservoir interne, puis - Activement par le système d aspersion enceinte Le système d aspersion enceinte - est alimenté par les Diesels principaux et par les Diesels SBO - est refroidi par un système dédié en plus du système de refroidissement classé Fusion cœur en pression évitée par l ouverture de vannes dédiées équipant le pressuriseur (2 X 900 t/h) Le risque d explosion Hydrogène est éliminé par une soixantaine de recombineurs passifs répartis dans l enceinte Le confinement est assuré par la double enceinte - L enceinte interne, en béton précontraint, avec peau d étanchéité métallique, peut résister à une pression interne d environ 10 bars - Les fuites résiduelles des traversées sont reprises dans l espace inter-enceinte maintenu en dépression et filtrées avant rejet Rejets en cas de fusion du cœur - Pas de besoin d évacuer les populations à court terme au delà de la proximité immédiate du site (limites de la CIPR 63) - Pas de besoin de reloger les populations à long terme (limites de la CIPR 63) - Pas de perte de la deuxième récolte (limites de consommation des aliments de la CEE) Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.30

31 Les dispositifs pour contrôler les accidents graves Zone d étalement Enceinte double avec peau d étanchéité Recombineurs passifs d hydrogène Permet le refroidissement du corium Limite les rejets de radioactivité dans l environnement Evite les explosions hydrogène Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.31

32 Olkiluoto Mars 2007 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.32

33 Le «cendrier» et le réservoir interne Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.33

34 Les avancées en matière de sûreté Les principaux systèmes de sauvegarde de l'epr Double enceinte de confinement avec ventilation et filtration Aire d'étalement du coeur fondu Recombineurs d Hydrogène Système d'évacuation de la chaleur de l'enceinte Réservoir d'eau intérieur à l'enceinte Redondance 4 trains des principaux systèmes de sauvegarde Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.34

35 Protection chute d avion Coque avion Coque avion Double paroi bâtiment combustible Double paroi bâtiments auxiliaires 2,3 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.35

36 Une protection très renforcée Coque externe En béton armé Annulus 1,8 m Enceinte de confinement en béton précontraint Peau d acier 1,86m d épaisseur Extérieur Intérieur Radier Dans l EPR, le bâtiment Réacteur, le bâtiment Combustible et 2 bâtiments de Sauvegarde résistent aux crashes, accidentels ou volontaires P16 S1 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.36

37 Olkiluoto 3 Mars 2012 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.37

38 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.38

39 Générateurs de vapeur Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.39

40 Pompes Primaires Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.40

41 Dôme de l Enceinte Secondaire Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.41

42 Piscines Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.42

43 Internes de Cuve Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.43

44 1000 KM DE CABLES Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.44

45 Simulateur de Conduite Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.45

46 Source Froide Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.46

47 Diesels de Secours Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.47

48 Cheminée Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.48

49 BK Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.49

50 Transfert BK - BR Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.50

51 Cuve Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.51

52 Flamanville 3 Novembre 2012 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.52

53 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.53

54 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.54

55 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.55

56 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.56

57 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.57

58 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.58

59 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.59

60 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.60

61 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.61

62 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.62

63 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.63

64 Dans d autres domaines Hi Tech Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.64

65 Taishan Juin 2011 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.65

66 ATMEA AREVA-Mitsubishi Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre 2012

67 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre 2012

68 Reactor Technical Specification Main Data ( Best Estimate values) Core thermal power (MWth) Electrical output (MWe) N o of fuel assemblies Type of fuel assemblies Active length (cm) EPR (OL3) 4590 (4300) ~ x ATMEA x Rod linear heat rate (W/cm) N o of control rods Total flow rate (m 3 /h) Vessel outlet temp. ( C) Vessel inlet temp. ( C) S.G.: heat exch. Surface (m²) Steam Pressure (bar) 167 (155) (328) 295 (296) Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.68

69 1 Cuve 2 Pompes internes de recirclation 3 Mécanismes de croix 4 Vannes d isolement vapeur 7 Puits sec 11 Enceinte de confinement béton 20 Piscine combustibles usés Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.69

70 Advanced Boiling Water Reactor Diamètre interne = 7,1m Hauteur = 21,0 m Viroles de cuve forgées 872 Assemblages Puissance volumique du coeur = 50,6 kw/l Pourrait atteindre 1500 MWe 10 pompes de recirculation assurant 110% du débit caloporteur Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.70

71 ABWR Passive Severe Accident Mitigation Features Containment overpressure protection Containment Pressure vessel Core ABWR passive features which mitigate severe accidents Inerted containment Lower drywell flood capability Lower drywell special concrete and sump protection Suppression pool - fission products scrubbing and retention Containment overpressure protection Fusible Valve Sump cover Basaltic concrete High degree of public protection Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.71

72 Overview REB de taille moyenne ( Mwe) avec des systèmes passifs Fondé sur les REB allemands (Gundremingen B&C) KERENA Caractéristiques-clés Tranche unique Double enceinte (béton armé avec peau d étanchéité, béton armé) résistante aux crashes Moins de systèmes et de composants que les REB Gen 2 Empreinte au sol réduite Les systèmes de sauvegarde sont passifs (pas besoin d alimentation électrique ni d action des opérateurs) Rétention du corium en cuve justifié (puissance, cuve de grand diamètre, baffle) Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.72

73 Les réactions internationales à Fukushima-Daiichi Décident d arrêter les centrales : Allemagne Décident d arrêter les projets : Japon, Italie, Taiwan, Suisse? Décident de continuer le nucléaire : Etats-Unis, Russie, Chine, Inde, Royaume Uni, Finlande, Pologne, République Tchèque, Slovaquie, Hongrie, Brésil, Afrique du Sud, Corée du Sud, Argentine Tous : Evaluations Complémentaires de Sûreté Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.73

74 Le Processus en UE en 2012 Peer reviews were launched in Jan. 2012, they include representatives of other countries, plus the European Commission. Peer reviews aim at evaluating the country reports These reviews support the EC at getting input for further improvements and harmonizing safety level within EU Their conclusions form the basis of the EC consolidated report presented to the European Council in June 2012 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.74

75 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.75

76 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.76

77 A l issue des évaluations complémentaires de sûreté des installations nucléaires prioritaires, l ASN considère que les installations examinées présentent un niveau de sûreté suffisant pour qu elle ne demande l arrêt immédiat d aucune d entre elles. Dans le même temps, l ASN considère que la poursuite de leur exploitation nécessite d augmenter dans les meilleurs délais, au-delà des marges de sûreté dont elles disposent déjà, leur robustesse face à des situations extrêmes. Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.77

78 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.78

79 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.79

80 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.80

81 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.81

82 Octobre 2012 :La Chine annonce que ses nouveaux réacteurs seront tous de «Génération 3» Taishan 1&2 EPR Sanmen AP1000 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.82

83 UK : OK pour l EPR! Après une étude de 4 ans, retardée pour prendre en compte les premières leçons de Fukushima, l Office for Nuclear Regulation ONR et l Environment Agency vont émettre une certification de la conception de l EPR. Ces certifications étaient le dernier obstacle réglementaire à franchir après l autorisation récente du site EDF Energy de Hinkley Point, qui devrait accueillir 2 EPR, L EPR est ainsi certifié dans 4 pays : Finlande, France, Chine et Royaume Uni. AREVA a déjà signé des protocoles d accord avec 25 entreprises basées en Grande Bretagne pour la fourniture de composants et services Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.83

84 Production mondiale d électricité nucléaire (TWh) AIEA TWh/an Fukushima Prévisions pour 2030 High Low Réel Année de la prévision Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.84

85 Amélioration du soutien net par pays depuis Fukushima Avril 2011 Septembre 2012 USA China Saudi Arabia France India Great Britain Italy South Korea Turkey Australia Indonesia Mexico Global figure Hungary Belgium Canada Brazil Germany Sweden Russia South Africa Argentina Spain Poland Japan De 38/62 à 45/ Robert Knight, Ipsos MORI Base: adultes de18 à 64 ans (US and Canada), ou16-64 ans (autres pays), dans 24 pays Septembre 2012

86 Dans «L Express» du 12 décembre 2012 «la vraie question est de savoir ce que l on veut comme énergies : si l on ne veut pas de nucléaire et de carbone, que reste-t-il? Bien sûr, les nouvelles énergies. Mais cela est-il suffisant? Non!» Interview de Christophe de Margerie, PDG de TOTAL Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.86

87 AP 1000 vs AP 600 Résumé Réacteur «à sûreté passive» de 1200 MWe Extrapolé de l AP 600, Selon Bechtel l AP1000 ne coûterait que 12% de plus que l AP 600 en investissement sec, Produit vedette de Toshiba-Westinghouse Conforme aux URD Modifications par rapport à AP 600: Abandon du coeur à basse puissance volumique Plus d assemblages plus hauts GV et Pressuriseur plus gros, cuve plus haute Enveloppe de cœur soudée (pas de réflecteur lourd) Enceinte d acier : même diamètre mais plus haute Renforcement anti-agressions Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.87

88 3 & 4 autorisés 15 juin 2012 Poursuite Ohma Octobre 2012 TMI 2 Tchernobyl Fukushima B. Barré Décembre p.88 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.88

89 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.89

90 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.90

91 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.91

92 Réacteurs G3 Visiatome B.Barré, - 13 décembre p.92

La sûreté du réacteur EPR

La sûreté du réacteur EPR La sûreté du réacteur EPR Jean-Michel EVRARD Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire Direction de la Sûreté des Réacteurs Conférence au Visiatome 13 septembre 2007 En préambule L Institut de

Plus en détail

Groupe des pays exploitants de RELP Application des leçons tirées de l accident de Fukushima à la technologie CANDU

Groupe des pays exploitants de RELP Application des leçons tirées de l accident de Fukushima à la technologie CANDU e-doc 4408266 Groupe des pays exploitants de RELP Application des leçons tirées de l accident de Fukushima à la technologie CANDU Greg Rzentkowski Directeur général, Réglementation des centrales nucléaires

Plus en détail

Quelques clés pour comprendre ce qui se passe actuellement à la centrale de fukushima au japon

Quelques clés pour comprendre ce qui se passe actuellement à la centrale de fukushima au japon Quelques clés pour comprendre ce qui se passe actuellement à la centrale de fukushima au japon Cédric RAY, IPNL Nathalie MONCOFFRE, IPNL Henri SUREAU, IDE Radioactivité 10 T N / 1024 Fission et réaction

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE. 3 septembre 2015. Jean-Bernard LÉVY Président-Directeur Général

CONFÉRENCE DE PRESSE. 3 septembre 2015. Jean-Bernard LÉVY Président-Directeur Général CONFÉRENCE DE PRESSE 3 septembre 2015 Jean-Bernard LÉVY Président-Directeur Général Xavier URSAT Directeur Exécutif Ingénierie et Projets Nouveau Nucléaire EDF, ÉLECTRICIEN RESPONSABLE CHAMPION DE LA CROISSANCE

Plus en détail

En cas d accident se produisant dans une centrale

En cas d accident se produisant dans une centrale 1 8 Activités internationales dans le domaine de la préparation à la gestion de crise Développement d un outil informatique pour l évaluation du terme source en cas d accident affectant un réacteur à eau

Plus en détail

LES ENJEUX ECONOMIQUES DU NUCLEAIRE DU FUTUR

LES ENJEUX ECONOMIQUES DU NUCLEAIRE DU FUTUR LES ENJEUX ECONOMIQUES DU NUCLEAIRE DU FUTUR 4ème Journée I-tésé G. Mathonnière Y. Amalric A. Baschwitz T. Duquesnoy S. Gabriel F. Legée 11 JUIN 2012 CEA 10 AVRIL 2012 PAGE 1 LE PARC ACTUEL GENERATION

Plus en détail

The Fukushima Daiichi Incident Dr. Matthias Braun - April 7, 2011 - p.1

The Fukushima Daiichi Incident Dr. Matthias Braun - April 7, 2011 - p.1 The Fukushima Daiichi Incident Dr. Matthias Braun - April 7, 2011 - p.1 L incident de Fukushima Daiichi 1. Conception de l installation 3. Rejets radioactifs 4. Piscines de désactivation 5. Sources d information

Plus en détail

La perte des systèmes de refroidissement La perte des alimentations électriques

La perte des systèmes de refroidissement La perte des alimentations électriques La perte des systèmes de refroidissement La perte des alimentations électriques Séminaire IRSN / ANCCLI du 14 septembre 2011 Pascal QUENTIN IRSN - Direction de la sûreté des réacteurs 1 Trois fonctions

Plus en détail

Chapitre 0 : Introduction

Chapitre 0 : Introduction Chapitre 0 : Introduction 1/224 Tests de résistance belges Rapport national pour les centrales nucléaires Ce rapport national est fourni par l Autorité de sûreté belge à la Commission européenne dans le

Plus en détail

Projets communs de l AEN : sûreté nucléaire, gestion des déchets radioactifs, radioprotection, sciences

Projets communs de l AEN : sûreté nucléaire, gestion des déchets radioactifs, radioprotection, sciences Projets communs de l AEN : sûreté nucléaire, gestion des déchets radioactifs, radioprotection, sciences Projet Participants Budget Programme CODAP (Programme sur le retour d expérience, de la dégradation

Plus en détail

Quel avenir pour l énergie énergie nucléaire?

Quel avenir pour l énergie énergie nucléaire? Quel avenir pour lénergie l énergie nucléaire? Origine de l énergie nucléaire État critique du réacteur Utilité des neutrons retardés Quel avenir pour le nucléiare? 2 Composant des centrales nucléaires

Plus en détail

Répondre aux exigences réglementaires. Règlementation équipements sous pression Loi TSN. Faire des opérations de maintenance lourde

Répondre aux exigences réglementaires. Règlementation équipements sous pression Loi TSN. Faire des opérations de maintenance lourde Les troisièmes visites décennales des réacteurs de 900 MW Réunion ANCCLI-IRSN 9 novembre 2010 Le but des visites décennales Répondre aux exigences réglementaires Règlementation équipements sous pression

Plus en détail

Le parc nucléaire EDF

Le parc nucléaire EDF Le parc nucléaire EDF Le nucléaire: un choix français La France a fondé son choix de l énergie nucléaire après les 2 chocs pétroliers de 1973 et 1979 Pour maîtriser les coûts de l électricité et assurer

Plus en détail

Annexe 13 Réexamens de sûreté et visites décennales des réacteus à eau sous pression

Annexe 13 Réexamens de sûreté et visites décennales des réacteus à eau sous pression Annexe 13 Réexamens de sûreté et visites décennales des réacteus à eau sous pression 10 juin 2011 Réexamens de sûreté et visites décennales (VD) Sur le plan réglementaire, il n y a pas en France de limitation

Plus en détail

Evaluations complémentaires de sûreté des centrales EDF

Evaluations complémentaires de sûreté des centrales EDF Evaluations complémentaires de sûreté des centrales EDF Xavier POUGET-ABADIE EDF DIN Réunion de la SFEN 21 juin 2011 Réponses de la France et de l Union Européenne Premiers enseignements de Fukushima Plan

Plus en détail

CENTRALE NUCLEAIRE DE FESSENHEIM

CENTRALE NUCLEAIRE DE FESSENHEIM CENTRALE NUCLEAIRE DE FESSENHEIM Bienvenue Juin 2013 SOMMAIRE 1. LA PRODUCTION D ÉLECTRICITÉ EN FRANCE LE MIX ÉNERGÉTIQUE EDF EN 2012 LES COÛTS DE PRODUCTION L EMPILEMENT DES MOYENS DE PRODUCTION 2. LE

Plus en détail

F1 Segment Voitures de Sport

F1 Segment Voitures de Sport Analyse de 2008 à 2013 Tendances du Marché Mondial F1 Segment Voitures de Sport Index - F1 segment Voitures de Sport Constructeurs et modèles pris en considération 8c Competizione GT DB9 Virage Gallardo

Plus en détail

La coopération entre électriciens au travers des EUR. La coopération entre électriciens au travers des EUR

La coopération entre électriciens au travers des EUR. La coopération entre électriciens au travers des EUR European Utility Requirements for LWR nuclear power plants La coopération entre électriciens au travers des EUR Bernard ROCHE, EDF journée sur les coopérations internationales en matière de sûreté, 26

Plus en détail

LE GRAND CARÉNAGE DU PARC NUCLÉAIRE EDF ET LES ACTIONS POST FUKUSHIMA 1 AMBITIONNER DE PORTER À 50 OU 60 ANS L EXPLOITATION DES RÉACTEURS

LE GRAND CARÉNAGE DU PARC NUCLÉAIRE EDF ET LES ACTIONS POST FUKUSHIMA 1 AMBITIONNER DE PORTER À 50 OU 60 ANS L EXPLOITATION DES RÉACTEURS SFEN/GR21 Janvier 2014 LE GRAND CARÉNAGE DU PARC NUCLÉAIRE EDF ET LES ACTIONS POST FUKUSHIMA 1 AMBITIONNER DE PORTER À 50 OU 60 ANS L EXPLOITATION DES RÉACTEURS Le Grand carénage du parc nucléaire d EDF

Plus en détail

Levée du point d arrêt lié au permis de la centrale nucléaire de Pickering d Ontario Power Generation

Levée du point d arrêt lié au permis de la centrale nucléaire de Pickering d Ontario Power Generation Levée du point d arrêt lié au permis de la centrale nucléaire de Pickering d Ontario Power Generation Présentation au Comité de la santé nucléaire de Durham Le 14 novembre 2014 Miguel Santini Directeur,

Plus en détail

Synthèse du rapport de l IRSN sur l examen de la démarche de classement de sûreté du réacteur EPR de Flamanville

Synthèse du rapport de l IRSN sur l examen de la démarche de classement de sûreté du réacteur EPR de Flamanville 29 Avril 2014 Synthèse du rapport de l IRSN sur l examen de la démarche de classement de sûreté du réacteur EPR de Flamanville Contexte Le classement de sûreté constitue la démarche formalisée et structurée

Plus en détail

Secteur bancaire Enjeux d image

Secteur bancaire Enjeux d image Secteur bancaire Enjeux d image Étude mondiale Luc Durand Président Ipsos, Québec Luc.Durand@ipsos.com Plan de la présentation Sommaire méthodologique Portrait global La surveillance des banques Quand

Plus en détail

Comité scientifique de l ANCCLI

Comité scientifique de l ANCCLI Comité scientifique de l ANCCLI Suivi des visites décennales des installations nucléaires de base et implication dans le suivi de leur fonctionnement Guide méthodologique à l intention des commissions

Plus en détail

ANALYSE et COMMENTAIRE des rapports d évaluation complémentaire de la sûreté des installations nucléaires au regard de l accident de Fukushima

ANALYSE et COMMENTAIRE des rapports d évaluation complémentaire de la sûreté des installations nucléaires au regard de l accident de Fukushima ANALYSE et COMMENTAIRE des rapports d évaluation complémentaire de la sûreté des installations nucléaires au regard de l accident de Fukushima Monique et Raymond SENE GSIEN 1 AVANT-PROPOS Le Premier Ministre

Plus en détail

Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection

Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection 9 juin 2010 / UIC Paris Présenté par E. COGEZ, IRSN Contexte

Plus en détail

1 ROLE ET DESCRIPTION DES DIESELS D ULTIME SECOURS

1 ROLE ET DESCRIPTION DES DIESELS D ULTIME SECOURS Fontenay-aux-Roses, le 9 juillet 2014 Monsieur le président de l Autorité de sûreté nucléaire Avis/IRSN N 2014-00265 Objet : Réacteurs électronucléaires EDF - Réacteur EPR de Flamanville 3 Conception détaillée

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS COMMISSION GÉNÉRALE DE TERMINOLOGIE ET DE NÉOLOGIE Vocabulaire de l ingénierie nucléaire (liste de termes, expressions et définitions adoptés) NOR : CTNX1329843K I. Termes

Plus en détail

Les Evaluations Complémentaires de Sûreté (ECS) sur le parc nucléaire d EDF. Eric MAUCORT Directeur Délégué Production Nucléaire

Les Evaluations Complémentaires de Sûreté (ECS) sur le parc nucléaire d EDF. Eric MAUCORT Directeur Délégué Production Nucléaire Les Evaluations Complémentaires de Sûreté (ECS) sur le parc nucléaire d EDF Eric MAUCORT Directeur Délégué Production Nucléaire Fukushima: des interrogations légitimes Les causes de l accident Un tsunami

Plus en détail

Développement Durable Magazine www.ddmagazine.com. Bernard CHABOT Conseils et formations en énergies durables

Développement Durable Magazine www.ddmagazine.com. Bernard CHABOT Conseils et formations en énergies durables Développement Durable Magazine www.ddmagazine.com Analyse des marchés et des productions d électricité nucléaire jusqu en 2014 et 2040 avec des comparaisons stratégiques avec les énergies renouvelables

Plus en détail

Les dispositions des ECS AREVA

Les dispositions des ECS AREVA Les dispositions des ECS AREVA Séminaire IRSN-ANCCLI Paris, le 10 décembre 2013 Pierre CHAMBRETTE Coordinateur ECS AREVA Sommaire Rappel du processus des évaluations complémentaires de sûreté des installations

Plus en détail

Centrale Nucléaire Nuclear Power Plant

Centrale Nucléaire Nuclear Power Plant Université Ibn Tofail Faculté des Sciences-kénitra Master Techniques Nucléaires et Radioprotection Centrale Nucléaire Nuclear Power Plant Réalisé par YOUNES MEHDAOUI Responsable du Master : Pr. Oum Keltoum

Plus en détail

La Filtration et le Traitement de l Air dans l Industrie Nucléaire.

La Filtration et le Traitement de l Air dans l Industrie Nucléaire. Le Traitement de l Air dans l Industrie Nucléaire La Filtration et le Traitement de l Air dans l Industrie Nucléaire. Protéger l environnement des hommes et des lieux, Contribuer à la sécurité des interventions

Plus en détail

Le coût du nucléaire EPR. Benjamin Dessus Global Chance 14 mai 2013

Le coût du nucléaire EPR. Benjamin Dessus Global Chance 14 mai 2013 Le coût du nucléaire EPR Benjamin Dessus Global Chance 14 mai 2013 Des caractéristiques très particulières Densité de puissance considérable : 5000 MW th dans un faible volume (500 000 logements), La création

Plus en détail

Application des NTIC dans le transport public: présentation de la solution de supervision intégrée Thales Hypervisor

Application des NTIC dans le transport public: présentation de la solution de supervision intégrée Thales Hypervisor Application des NTIC dans le transport public: présentation de la solution de supervision intégrée Thales Hypervisor Mathias BOSSUET mathias.bossuet@thalesgroup.com Thales presentation March 16th, 2010

Plus en détail

Commentant le niveau d activité du groupe sur l année 2012, Luc Oursel, Président du Directoire d AREVA, a déclaré :

Commentant le niveau d activité du groupe sur l année 2012, Luc Oursel, Président du Directoire d AREVA, a déclaré : Au 31 décembre 2012 : Croissance du chiffre d affaires à 9 342 M (+ 5,3 % vs. 2011), tirée par les activités nucléaires et renouvelables Carnet de commandes renouvelé sur l année 2012 à 45,4 Mds grâce

Plus en détail

PANTHERE logiciel 3D pour la simulation des débits de doses gamma pour installations nucléaires complexes

PANTHERE logiciel 3D pour la simulation des débits de doses gamma pour installations nucléaires complexes PANTHERE logiciel 3D pour la simulation des débits de doses gamma pour installations nucléaires complexes Matthieu LONGEOT EDF/SEPTEN Division Transfert Env. Radioprotection Journées SFRP «Code de Calcul

Plus en détail

Tableau A. S 294 Modifications proposées et justification. Page 1 de 23

Tableau A. S 294 Modifications proposées et justification. Page 1 de 23 Tableau A. S 294 Modifications proposées et justification S-294 Préface S.O. Préface Ce document d application de la réglementation énonce les exigences de la Commission canadienne de sûreté nucléaire

Plus en détail

Tests de résistance belges. Rapport national pour les centrales nucléaires. Evénements liés à l activité humaine. («man-made events»)

Tests de résistance belges. Rapport national pour les centrales nucléaires. Evénements liés à l activité humaine. («man-made events») Tests de résistance belges Rapport national pour les centrales nucléaires Evénements liés à l activité humaine («man-made events») Ce rapport national est fourni par l autorité de sûreté belge dans le

Plus en détail

Génie civil & Travaux spéciaux

Génie civil & Travaux spéciaux Génie civil & Travaux spéciaux Plus de 50 ans d expérience au service des acteurs du nucléaire L histoire de NTS (Nuvia Travaux Spéciaux) est profondément liée à celle du nucléaire en France. Initialement

Plus en détail

Evaluations complémentaires de sûreté, prescriptions et plan national d action. 19 juin 2013 ANCLI 1

Evaluations complémentaires de sûreté, prescriptions et plan national d action. 19 juin 2013 ANCLI 1 Evaluations complémentaires de sûreté, prescriptions et plan national d action 19 juin 2013 ANCLI 1 Installations nucléaires 125 installations nucléaires Réacteurs EDF 19 sites 58 réacteurs Brennillis

Plus en détail

LA PRÉVENTION DES RISQUES SUR LES CENTRALES NUCLÉAIRES D EDF

LA PRÉVENTION DES RISQUES SUR LES CENTRALES NUCLÉAIRES D EDF LA PRÉVENTION DES RISQUES SUR LES CENTRALES NUCLÉAIRES D EDF L exploitation d une centrale nucléaire nécessite l utilisation d uranium dont la fission libère de l énergie et crée de la radioactivité. Appelés

Plus en détail

La sûreté nucléaire et la radioprotection en Alsace & Lorraine

La sûreté nucléaire et la radioprotection en Alsace & Lorraine La sûreté nucléaire et la radioprotection en Alsace & Lorraine Bilan de l'année 2011 Strasbourg, le 3 juillet 2012 Marc HOELTZEL, délégué territorial de Strasbourg de l'asn Florien KRAFT, chef de la division

Plus en détail

Quelle forme choisir pour sa gestion active? IST INSIGHT Genève Le 9 octobre 2014

Quelle forme choisir pour sa gestion active? IST INSIGHT Genève Le 9 octobre 2014 Quelle forme choisir pour sa gestion active? IST INSIGHT Genève Le 9 octobre 2014 Qu est ce que la gestion active? Définition de Wikipédia La «gestion d'actifs», sous entendu d'actifs financiers (aussi

Plus en détail

R&D relative aux accidents graves dans les réacteurs à eau pressurisée : Bilan et perspectives

R&D relative aux accidents graves dans les réacteurs à eau pressurisée : Bilan et perspectives R&D relative aux accidents graves dans les réacteurs à eau pressurisée : Bilan et perspectives Rapport IRSN-2006/73 Rev 1 Rapport CEA-2006/474 Rev 1 AVANT-PROPOS Ce rapport a été rédigé conjointement par

Plus en détail

BILAN 2014 ET PERSPECTIVES

BILAN 2014 ET PERSPECTIVES CNPE de Cattenom BILAN 2014 ET PERSPECTIVES Commission Locale d Information 19 mai 2015 BILAN 2014 Ce document est la propriété d EDF. Toute diffusion externe du présent document ou des informations qu

Plus en détail

SOMMAIRE 1 - GÉNÉRALITÉS 2. 1-1. Présentation de l'opération 2 1-2. Limites de prestations 2 2 - DESCRIPTION DES OUVRAGES 3

SOMMAIRE 1 - GÉNÉRALITÉS 2. 1-1. Présentation de l'opération 2 1-2. Limites de prestations 2 2 - DESCRIPTION DES OUVRAGES 3 SOMMAIRE 1 - GÉNÉRALITÉS 2 1-1. Présentation de l'opération 2 1-2. Limites de prestations 2 2 - DESCRIPTION DES OUVRAGES 3 2-1. Groupe électrogène 3 2-2. Contrat de maintenance 5 MATH Ingénierie Page 1/5

Plus en détail

Centrale nucléaire de Chinon B

Centrale nucléaire de Chinon B Faire progresser la sûreté nucléaire et la radioprotection Centrale nucléaire de Chinon B Suivant 22 octobre 2014 Indisponibilité d une chaîne de mesure de la puissance nucléaire Le 9 octobre 2014, l exploitant

Plus en détail

Conduite de l exploitation : Gestion des accidents : Programmes de gestion des accidents graves touchant les réacteurs nucléaires REGDOC-2.3.

Conduite de l exploitation : Gestion des accidents : Programmes de gestion des accidents graves touchant les réacteurs nucléaires REGDOC-2.3. Conduite de l exploitation : Gestion des accidents : Programmes de gestion des accidents graves touchant les réacteurs nucléaires REGDOC-2.3.2 Septembre 2013 Gestion des accidents : Programmes de gestion

Plus en détail

SYNTHÈSE DU DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE

SYNTHÈSE DU DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE DÉBAT PUBLIC 2005/06 Projet Flamanville 3 Construction d une centrale électronucléaire tête de série EPR sur le site de Flamanville @ SYNTHÈSE DU DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE EDF, maître d ouvrage du projet

Plus en détail

Présentation 2012 Jean-Noël Thénault Président, Volvo Trucks France. Volvo Trucks Volvo Trucks Presentation 2012 1

Présentation 2012 Jean-Noël Thénault Président, Volvo Trucks France. Volvo Trucks Volvo Trucks Presentation 2012 1 Présentation 2012 Jean-Noël Thénault Président, France Presentation 2012 1 Vision Le Groupe Volvo ambitionne de devenir le leader mondial de solutions de transport durables en: créant de la valeur pour

Plus en détail

Energie nucléaire: perspectives d avenir

Energie nucléaire: perspectives d avenir Energie nucléaire: perspectives d avenir Table de matières Editorial: Ernest Mund, Prof. Emérite UCL, Prof. ULB Le réacteur nucléaire EPR, J.-P. Poncelet, AREVA PBMR, the future of nuclear, today. Frederick

Plus en détail

INTRODUCTION ET DESCRIPTION GENERALE DE LA TRANCHE

INTRODUCTION ET DESCRIPTION GENERALE DE LA TRANCHE CHAPITRE 1 INTRODUCTION ET DESCRIPTION GENERALE DE LA TRANCHE sous chapitre 1.1 INTRODUCTION 1. OBJET DU RAPPORT PRELIMINAIRE DE SURETE Ce rapport préliminaire de sûreté public est issu du rapport préliminaire

Plus en détail

Le REX Matériaux de Phénix et Superphenix Assemblages combustibles Expertises

Le REX Matériaux de Phénix et Superphenix Assemblages combustibles Expertises Atelier Les matériaux pour les RNR refroidis au sodium Le REX Matériaux de et Superphenix Assemblages combustibles Expertises Rapsodie Ph. Dubuisson, A. Bougault Superphenix Ph. Dubuisson - 1 Un réel Retour

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE EN LIGNE. MOC3SA-BAB43D31 Speed Monitor SYSTÈMES DE COMMANDE DE SÉCURITÉ MOTION CONTROL

FICHE TECHNIQUE EN LIGNE. MOC3SA-BAB43D31 Speed Monitor SYSTÈMES DE COMMANDE DE SÉCURITÉ MOTION CONTROL FICHE TECHNIQUE EN LIGNE MOC3SA-BAB43D31 Speed Monitor A B C D E F H I J K L M N O P Q R S T Caractéristiques techniques détaillées Informations de commande Type Référence MOC3SA-BAB43D31 6034247 autres

Plus en détail

Contexte du réexamen de sûreté du réacteur n 2 du CNPE de Bugey

Contexte du réexamen de sûreté du réacteur n 2 du CNPE de Bugey Fontenay-aux-Roses, le 13 septembre 2011 Monsieur le président de l Autorité de sûreté nucléaire Avis/IRSN N 2011-394 Objet : Instruction des suites du GPR bilan du réexamen de sûreté VD3-900 Examen du

Plus en détail

Accidents nucléaires De Three Mile Island à Fukushima

Accidents nucléaires De Three Mile Island à Fukushima FORMATION CONTINUE DES ENSEIGNANTS EN GÉOGRAPHIE DU CYCLE D'ORIENTATION SUR LA THÉMATIQUE DU NUCLÉAIRE Accidents nucléaires De Three Mile Island à Fukushima Walter Wildi FACULTE DES SCIENCES, UNVERSITE

Plus en détail

Projet EPR : rôle et point de vue de l Autorité de sûreté nuclaire

Projet EPR : rôle et point de vue de l Autorité de sûreté nuclaire Projet EPR : rôle et point de vue de l Autorité de sûreté nuclaire Role and point of view of the French Nuclear Safety Authority on EPR par Philippe Dupuy, Olivier Gupta, Jean-Renaud Perez, DGSNR - Sous-direction

Plus en détail

EPR FINLANDAIS : ÉTAT DES LIEUX

EPR FINLANDAIS : ÉTAT DES LIEUX 1 EPR FINLANDAIS : ÉTAT DES LIEUX Les 3, 4 et 5 septembre 2007, la Commission locale d Information près de la centrale de Flamanville (CLIF), sous la responsabilité du Conseil Général de la Manche, s est

Plus en détail

Evaluations complémentaires mentaires de sûrets. reté des laboratoires, réacteursr. expérimentaux et réacteurs. à l arrêt

Evaluations complémentaires mentaires de sûrets. reté des laboratoires, réacteursr. expérimentaux et réacteurs. à l arrêt Evaluations complémentaires mentaires de sûrets reté des laboratoires, réacteursr expérimentaux et réacteurs à l arrêt Réunion ANCCLI Paris, 10 décembre 2013 Marc PULTIER Image EDF Exploitants, Installations

Plus en détail

nappe d hydrocarbures à proximité de la prise d eau de la centrale.

nappe d hydrocarbures à proximité de la prise d eau de la centrale. Fontenay-aux-Roses, le 17 juin 2013 Monsieur le Président de l Autorité de sûreté nucléaire Avis IRSN n 2013-00225 Objet : Réacteurs électronucléaires EDF Instruction des études associées au réexamen de

Plus en détail

Systèmes d ouverture et de fermeture de cuves de réacteurs et composants primaires

Systèmes d ouverture et de fermeture de cuves de réacteurs et composants primaires Systèmes d ouverture et de fermeture de cuves de réacteurs et composants primaires Plus rapide et en toute sécurité sur le chemin critique avec Siempelkamp heures dans le monde entier >>> www.siempelkamp-tensioning.com

Plus en détail

Des petites centrales nucléaires modulaires, éventuellement nomades : utopie ou avenir?

Des petites centrales nucléaires modulaires, éventuellement nomades : utopie ou avenir? Des petites centrales nucléaires modulaires, éventuellement nomades : utopie ou avenir? Bernard Bonin CEA Direction de l Energie Nucléaire Direction Scientifique 1 Des petites centrales nucléaires modulaires,

Plus en détail

Creusot Forge Creusot Mécanique. Savoir-faire Innovation Excellence

Creusot Forge Creusot Mécanique. Savoir-faire Innovation Excellence Creusot Forge Creusot Mécanique Savoir-faire Innovation Excellence 1 Leader mondial en fourniture de pièces forgées et moulées Creusot Forge et Creusot Mécanique fabriquent des pièces forgées et moulées

Plus en détail

SFEN/GR21 Novembre 2013. Le projet ASTRID 1

SFEN/GR21 Novembre 2013. Le projet ASTRID 1 SFEN/GR21 Novembre 2013 1. Les «Générations» Le projet ASTRID 1 La France a développé successivement trois grands concepts de réacteurs ; la première génération uranium naturel/graphite/gaz, désormais

Plus en détail

Flexblue, Innovative Power

Flexblue, Innovative Power Flexblue, Innovative Power DCNS 2013 2007 - all rights reserved / todos los derechos reservados / tous droits réservés 1 Avril 2013 DCNS, innovateur dans l énergie Agenda DCNS Métier et stratégie ; l axe

Plus en détail

Excellence dedicated to nuclear medicine, public health and environment

Excellence dedicated to nuclear medicine, public health and environment Excellence dedicated to nuclear medicine, public health and environment TOC 1. Introduction 2. Quick win 3. External events not in the original design basis 3. Costs 4. Perspectives Excellence dedicated

Plus en détail

Rapport d évaluation final sur la problématique des indications de défauts constatées sur les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2

Rapport d évaluation final sur la problématique des indications de défauts constatées sur les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 Rapport d évaluation final sur la problématique des indications de défauts constatées sur les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 AFCN Mai 2013 1. Introduction En juin 2012, à l occasion d un nouveau

Plus en détail

APPLICATION DES EPS DE NIVEAU 2 ET DES TECHNIQUES DE FIABILITÉ DYNAMIQUE. à la validation des guides d intervention en accident grave

APPLICATION DES EPS DE NIVEAU 2 ET DES TECHNIQUES DE FIABILITÉ DYNAMIQUE. à la validation des guides d intervention en accident grave APPLICATION DES EPS DE NIVEAU 2 ET DES TECHNIQUES DE FIABILITÉ DYNAMIQUE à la validation des guides d intervention en accident grave Emmanuel RAIMOND, Bruno LAURENT, Nadia RAHNI, Karine CHEVALIER-JABET,

Plus en détail

Clayton. La vapeur. Gain Temps -Gain Energie Gain Espace Gain Argent

Clayton. La vapeur. Gain Temps -Gain Energie Gain Espace Gain Argent Clayton La vapeur Gain Temps -Gain Energie Gain Espace Gain Argent Belgium - Europe C l a y t o n Mexico - City WORLD HEADQUARTERS El Monte - California - USA c l a y t o n Production Thermale Royaume

Plus en détail

Le site et ses installations

Le site et ses installations CARTE D IDENTITE Site de Chinon Actualisée au 13/07/2012 Le site et ses installations Situation géographique et économique Le centre nucléaire de production d électricité (CNPE) de Chinon s étend sur 155

Plus en détail

Montrouge, le 9 février 2015. Centre national d équipement nucléaire (CNEN) EDF 97 avenue Pierre Brossolette 92120 MONTROUGE

Montrouge, le 9 février 2015. Centre national d équipement nucléaire (CNEN) EDF 97 avenue Pierre Brossolette 92120 MONTROUGE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIRECTION DES CENTRALES NUCLEAIRES Montrouge, le 9 février 2015 Réf. : CODEP-DCN-2015-002998 Monsieur le Directeur Centre national d équipement nucléaire (CNEN) EDF 97 avenue Pierre

Plus en détail

L accident de Three Mile Island et ses enseignements pour la sûreté des centrales nucléaires en France

L accident de Three Mile Island et ses enseignements pour la sûreté des centrales nucléaires en France L accident de Three Mile Island et ses enseignements pour la sûreté des centrales nucléaires en France Le 28 mars 1979, à la centrale nucléaire de Three Mile Island en Pennsylvanie (Etats-Unis), une série

Plus en détail

Point d actualités du site AREVA Tricastin

Point d actualités du site AREVA Tricastin Point d actualités du site AREVA Tricastin Frédéric De Agostini Directeur d AREVA Tricastin CLIGEET du 21 juin 2012 Direction Tricastin Journée sécurité des chantiers du Tricastin Plus de 1200 participants

Plus en détail

REACTEURS A EAU PRESSURISEE

REACTEURS A EAU PRESSURISEE REACTEURS A EAU PRESSURISEE Stage LIESSE Durée : 3 jours Date : 19,20 et 21 mai 2008 Lieu : Cherbourg Ecole des applications militaires de l énergie atomique ( E.A.M.E.A. ) BP19 50115 CHERBOURG ARMEES

Plus en détail

L entreprise France, leader mondial du nucléaire

L entreprise France, leader mondial du nucléaire L entreprise France, leader mondial du nucléaire Les Compétences au cœur de la performance Laurent STRICKER Paris 5 Novembre 2008 L entreprise France, leader mondial du nucléaire 1. L énergie, un bien

Plus en détail

Rapport du Groupe de travail de la CCSN sur Fukushima INFO-0824

Rapport du Groupe de travail de la CCSN sur Fukushima INFO-0824 Rapport du Groupe de travail de la CCSN sur Fukushima INFO-0824 Octobre 2011 Ministre de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada 2011 No de catalogue : CC172-77/2011F-PDF ISBN 978-1-100-98149-9

Plus en détail

Capteurs. centrales nucléaires. de température pour. performances. fiabilité. Sûreté. La mesure de vos exigences

Capteurs. centrales nucléaires. de température pour. performances. fiabilité. Sûreté. La mesure de vos exigences Capteurs de température pour centrales nucléaires Sûreté fiabilité performances La mesure de vos exigences Pyro-Contrôle l expertise d un précurseur Dès la fin des années 1970, Pyro-Contrôle s illustre

Plus en détail

Capteurs. centrales nucléaires. de température pour. performances. fiabilité. Sûreté. La mesure de vos exigences

Capteurs. centrales nucléaires. de température pour. performances. fiabilité. Sûreté. La mesure de vos exigences Capteurs de température pour centrales nucléaires Sûreté fiabilité performances La mesure de vos exigences Pyro-Contrôle l expertise d un précurseur Dès la fin des années 1970, Pyro-Contrôle s illustre

Plus en détail

Contrôle et protection incendie des systèmes de ventilation

Contrôle et protection incendie des systèmes de ventilation Contrôle et protection incendie des systèmes de ventilation Des technologies innovantes et exclusives éprouvées dans des conditions extrêmes Depuis sa création, il y a plus de 35 ans, VRACO est spécialisé

Plus en détail

Une production d électricité au cœur de la région Midi-Pyrénées

Une production d électricité au cœur de la région Midi-Pyrénées La centrale nucléaire de Golfech Une production d électricité au cœur de la région Midi-Pyrénées N imprimez ce message que si vous en avez l utilité. EDF CNPE de Golfech BP24 82401 Valence d Agen Cedex

Plus en détail

Service ENX BT Infonet

Service ENX BT Infonet Service ENX BT Infonet Présentation ENX 25 Mai 2005 Paul Lenfant Fabrice Leclerc paul.lenfant@fr.bt.infonet.com fabrice.leclerc@fr.bt.infonet.com AGENDA! BT Infonet! Le service ENX de BT Infonet! Modèle

Plus en détail

OBJET : Contrôle des installations nucléaires de base. Inspection n INSSN-CAE-2011-0664 du 20 décembre 2011.

OBJET : Contrôle des installations nucléaires de base. Inspection n INSSN-CAE-2011-0664 du 20 décembre 2011. REPUBLIQUE FRANCAISE Division de Caen Hérouville-Saint-Clair, le 6 janvier 2012 N/Réf. : CODEP-CAE-2012-000890 Monsieur le Directeur de l Aménagement de Flamanville 3 BP 28 50340 FLAMANVILLE OBJET : Contrôle

Plus en détail

: Loi n 2006-686 du 13 juin 2006 relative à la tran sparence et à la sécurité en matière nucléaire, notamment son article 40.

: Loi n 2006-686 du 13 juin 2006 relative à la tran sparence et à la sécurité en matière nucléaire, notamment son article 40. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Douai, le 13 octobre 2011 CODEP-DOA-2011-57631 LD/NL Monsieur le Directeur du Centre Nucléaire de Production d Electricité B.P. 149 59820 GRAVELINES Objet : Contrôle

Plus en détail

Composants, systèmes et service pour les éoliennes.

Composants, systèmes et service pour les éoliennes. Composants, systèmes et service pour les éoliennes. HYDAC Brésil HYDAC Japon HYDAC Espagne HYDAC Inde HYDAC Danemark HYDAC Chine HYDAC USA Siège HYDAC Allemagne Le partenaire compétent pour les éoliennes.

Plus en détail

Table I Net Operating Cash Flow All Maturities (SDR million)

Table I Net Operating Cash Flow All Maturities (SDR million) The OECD Member countries of the Working Party on Export Credits and Credit Guarantees submit their cash flow results for officially supported export credits to the OECD Secretariat on an annual basis.

Plus en détail

Etude d un cas concret Scénario de démantèlement. Michel TACHON CEA - Marcoule

Etude d un cas concret Scénario de démantèlement. Michel TACHON CEA - Marcoule Etude d un cas concret Scénario de démantèlement Michel TACHON CEA - Marcoule Local effluents : implantation Fosse effluents 12 m 5 m Entreposage déchets radioactifs hall principal (zone contrôlée) Local

Plus en détail

L économie de l énergie nucléaire : mise à jour

L économie de l énergie nucléaire : mise à jour ECOLOGIE L économie de l énergie nucléaire : mise à jour Steve Thomas SéRIE écologie L économie de l énergie nucléaire : mise à jour Steve Thomas, Mars 2010 Edité par la Fondation Heinrich Böll Avec le

Plus en détail

Fukushima 2015 : état des lieux et perspectives

Fukushima 2015 : état des lieux et perspectives Fukushima 2015 : état des lieux et perspectives 11 mars 2015 Le 11 mars 2011 en début d après-midi, environ 6 500 personnes, salariés de l exploitant TEPCO et de ses entreprises partenaires, sont présentes

Plus en détail

Démantèlement des sous-marins nucléaires russes

Démantèlement des sous-marins nucléaires russes Démantèlement des sous-marins nucléaires russes Présentation préparée par Christian DEREGEL ancien sous-marinier nucléaire, ingénieur expert en sûreté nucléaire (IRSN 1992-2009) retraité, aujourd hui consultant

Plus en détail

La certification IFS

La certification IFS La certification Stéphanie Monnet Responsable Fédération des entreprises du Commerce et de la Distribution (FCD) Séminaire Eurofins Mars 2007 Les certifications en agro-alimentaire http://www.food-care.info

Plus en détail

L énergie nucléaire : état de l art, perspectives. Bernard Bonin CEA, Direction de l Energie Nucléaire

L énergie nucléaire : état de l art, perspectives. Bernard Bonin CEA, Direction de l Energie Nucléaire L énergie nucléaire : état de l art, perspectives Bernard Bonin CEA, Direction de l Energie Nucléaire 1 L énergie nucléaire : état de l art, perspectives Les principes généraux La réaction en chaîne et

Plus en détail

Le marché du démantèlement des installations nucléaires d EDF.

Le marché du démantèlement des installations nucléaires d EDF. Le marché du démantèlement des installations nucléaires d EDF. ITER & nucléaire civil 2012 Saint-Etienne, le 30 novembre 2012 Rhône 9 réacteurs en déconstruction en France 1 réacteur à eau pressurisée

Plus en détail

Aide apportée par AREVA au Japon suite à l accident de Fukushima. HCTISN Arnaud GAY Directeur, Business Unit Valorisation - AREVA 9 mars 2012

Aide apportée par AREVA au Japon suite à l accident de Fukushima. HCTISN Arnaud GAY Directeur, Business Unit Valorisation - AREVA 9 mars 2012 Aide apportée par AREVA au Japon suite à l accident de Fukushima HCTISN Arnaud GAY Directeur, Business Unit Valorisation - AREVA 9 mars 2012 Sommaire Un soutien technique et humain immédiat Actiflo -Rad,

Plus en détail

La centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux. Une production d électricité au cœur de la région de Centre

La centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux. Une production d électricité au cœur de la région de Centre La centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux Une production d électricité au cœur de la région de Centre N imprimez ce message que si vous en avez l utilité. EDF CNPE de Saint-Laurent-des-Eaux BP 42

Plus en détail

Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider

Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider Conseil économique pour le développement durable Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider Dominique Bureau Conseil économique pour le développement durable www.developpement-durable.gouv.fr Leçons

Plus en détail

La centrale nucléaire de Flamanville, une production d électricité au cœur de la région Basse Normandie

La centrale nucléaire de Flamanville, une production d électricité au cœur de la région Basse Normandie DOSSIER DE PRESSE MAI 2012 La centrale nucléaire de Flamanville, une production d électricité au cœur de la région Basse Normandie Un geste simple pour l'environnement, n'imprimez ce message que si vous

Plus en détail

La géothermie: ou comment utiliser les «chauds-froids» de la Terre sans s enrhumer

La géothermie: ou comment utiliser les «chauds-froids» de la Terre sans s enrhumer Cours de géologie de l environnement Prof. A. Parriaux La géothermie: ou comment utiliser les «chauds-froids» de la Terre sans s enrhumer Table des matières - Bases géologiques de la géothermie - Principaux

Plus en détail

ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE

ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE DONNÉES DE BASE SUR L ÉNERGIE DANS LE MONDE Les réserves La production La consommation Les prix du pétrole Les routes de l énergie LES RESERVES Région du monde LES RÉSERVES ÉNERGÉTIQUES

Plus en détail

Une production d électricité au cœur de la région Poitou-Charentes

Une production d électricité au cœur de la région Poitou-Charentes La centrale nucléaire de Civaux Une production d électricité au cœur de la région Poitou-Charentes N imprimez ce message que si vous en avez l utilité. EDF CNPE de Civaux BP 64 86320 Civaux Fil Twitter

Plus en détail

L éolien? C est du Vent! Pas seulement François Thoumsin, AGIF, 28 Avril 2015

L éolien? C est du Vent! Pas seulement François Thoumsin, AGIF, 28 Avril 2015 1 L éolien? C est du Vent! Pas seulement François Thoumsin, AGIF, 28 Avril 2015 Table des matières Energies renouvelables - Définitions - Energie éolienne Quelques chiffres Développement d un parc éolien

Plus en détail