SUIVI SEROLOGIQUE DES PATIENTS ATTEINTS DE MALADIES HEMORRAGIQUES CONGENITALES : UNE APPROCHE SECURITAIRE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SUIVI SEROLOGIQUE DES PATIENTS ATTEINTS DE MALADIES HEMORRAGIQUES CONGENITALES : UNE APPROCHE SECURITAIRE"

Transcription

1 SUIVI SEROLOGIQUE DES PATIENTS ATTEINTS DE MALADIES HEMORRAGIQUES CONGENITALES : UNE APPROCHE SECURITAIRE H.Menif, S. A. Sallemi, A. Warda, N. Dhieb, H. Rekik, J. Gargouri. CRTS Sfax.

2 INTRODUCTION : Depuis le milieu des années 80 (HIV) et le début des années 90 (HCV), la sécurité transfusionnelle virale est devenue une préoccupation d ordre médical et public. En Tunisie: Sélection médicale des donneurs ++ Dépistage systématique : 1971 : virus de l hépatite virale B (VHB) 1987 : virus de l immunodéficience humaine (VIH) 1994 : virus de l hépatite virale C (VHC) Risque résiduel : fenêtre sérologique.

3 BUT : Rapporter et discuter la prévalence et l incidence des marqueurs des VHB, VHC et VIH chez des patients polytransfusés. Evaluer la sécurité transfusionnelles virale des produits sanguins labiles (PSL) préparés au CRTS de Sfax. Hémovigilance ++

4 MATERIEL ET METHODES : Étude prospective : janvier 1991 décembre patients atteints de maladies hémorragiques congénitales ayant nécessité des transfusions répétées de PSL de type cryo et/ou PFC (non viroinactivés)

5 MATERIEL ET METHODES : > 1991 : registre (traçabilité : patient / PSL) Le type du déficit. Nombre de PSL transfusés/patient < 1994 et > 1994 total PSL/patient. Patients séroconvertis : nombre de PSL avant séroconversion.

6 MATERIEL ET METHODES : > 1994 : suivi sérologique. A la demande de PSL, un échantillon de sang pour sérologie est exigé. Intervalle minimum de 6 mois entre deux sérologies. (registre suivi sérologique) Dépistages : ELISA Ag HBs. Ac anti-hiv. Ac anti-hcv : 2ème, 3ème et 4ème générations. Murex 2.0, 3.0 et 4.0, Monolisa HCV plusversion, Innotest HCV AbIII et IV et HCV Ortho 3.

7 MATERIEL ET METHODES : Confirmation : Western-Blot. HIV. HCV : 3ème et 4ème générations. Murex 4.0 et Innolia Ab III et III update. Étaient considérés HCV (+), les patients ayant une RIBA (+). Arrêt du suivi pour tout marqueur trouvé positif.

8 RESULTATS (I) : 107 patients, moyenne d âge de 14 ans (1 à 70 ans) au moment de leur inclusion. Autres déficits=20 déficit combiné; 1 déficit en V; 2 hémophiles A; 64 déficit en XIII; 12 déficit en VII; 5 Hémophiles=73 MVW=15 ; 15 hémophiles B ; 9

9 RESULTATS (II) : PSL, moyenne = 303 (2 à 4119) VIH (+) : 1 cas = hémophile A séropositif dès l inclusion en 1994, contaminé par des facteurs importés. VHB (+) : 1 séroconversion. en 1996 chez un hémophile A âgé alors de 16 ans ayant reçu 455 PSL < séroconversion.

10 RESULTATS (III) : VHC (+) : 28 cas. 16 (+) à l inclusion : 11 hémophiles A + 1 B + 3 MVW + 1 déficit F. XIII. Moyenne d age = 22 (6 à 61 ans) PSL < et > : imputabilité PSL < (95-98) : quel PSL??? 12 séroconversions : 11 hémophiles A + 1 MWV. 9/12 nés > A la séroconversion : âge moyen = 8 ans (5 à 10) PSL < et > Imputabilité PSL < 1994 exclue : (conservation PSL + fenêtre sérologique) + 1ère séroconversion déc/95,

11 RESULTATS (VI) : Moyenne des PSL < Séroconversion : 234 (24 à966) Moyenne des PSL/séronégatif : 127 ( 2 à 1369) Différence statistiquement non significative. moyenne des PSL transfusés par type de déficit chez les séroconvertis et les séronégatifs moyenne des PSL séroconvertis séronégatifs 0 hémophiles A MVW autres hémopliles B type de déficit

12 RESULTATS (IV) : Prévalence VHC (+) : 28/107 = 26.16% Hémophiles A : = 34.92% MVW : = 26.66% Hémophiles B : = 11% Autres : = 5% Prévalence VHC (+), PSL < 1994 = 32.14% Prévalence VHC (+), PSL > 1994 = 9.45% Taux de séroconversion =13.18% Hémophiles A : = 21.15% MVW : = 8.33% Hémophiles B et autres : = 0%

13 RESULTATS (V) : Évolution de l incidence annuelle des séroconversion / nombre de patients en cours de suivi. nombre de patients ème génération séroconvertis patients suivis

14 RESULTATS (V) : Évolution de l incidence annuelle des séroconversion / nombre d hémophiles en cours de suivi. nombre de patients séroconvertis hémophiles suivi

15 DISCUSSION (I) : Le suivi de patients polytransfusés nous a permis d évaluer la sécurité transfusionnelle virale : Absence de séroconversion pour le HIV. Une séroconversion pour le VHB (devrait diminuer par la vaccination) Diminution jusqu à annulation de l incidence annuelle de la séroconversion pour le VHC.

16 DISCUSSION (II) : <1985 : l infection au VHC : cause majeure des hépatites post-transfusionnelles NANB chez les patients traités par des concentrés de facteurs non viro-inactivés. Des taux de 56 à 100% ont été rapportés. >1985 : depuis l utilisation de facteurs viroinactivés, les taux de séroconversion VHC rapportés dans la littérature ont considérablement diminué voire devenus nuls. Finlande (Ebeling) : 0 /193 ( ) US (Hollinger) : < 0.1%/4952 ( )

17 DISCUSSION (III) : Dans notre série, HCV (+) = 32.14% (à l inclusion parmi les patients pour lesquels on incrimine PSL < 1994) : < 1985 de concentrés importés non viro-inactivés ; PSL tunisiens non téstés non viroinactivés. > 1994, diminution de ce taux à 9.45% : > 1985 de concentrés importés viro-inactivés. Dépistage systématique des donneurs. Mais diminution insuffisante.

18 DISCUSSION (IV) : En effet, le taux de séroconversion VHC était de 13.18%: Utilisation de PSL non viro-inactivés. VHC : communautaires, nosocomiales (PSL > 1994 imputabilité transfusionnelle PSL > 1994) Nécessité d enquêtes de contamination virale. meilleure estimation du risque transfusionnel.

19 DISCUSSION (V) : La diminution de l incidence annuelle des séroconversions a été plus marquée vers la fin de l étude. Meilleure sécurité transfusionnelle apportées par les nouvelles générations des tests de dépistage diminution de la fenêtre sérologique. L annulation de cette incidence suggérerait une sécurité satisfaisante pour ELISA 4éme génération. Hypothèse à valider par la continuation du suivi.

20 CONCLUSION : La surveillance de patients polytransfusés rentre dans un cadre général d hémovigilance. Son intérêt est d évaluer la sécurité virale transfusionnelle. Nécessité d enquêtes de contamination virale pour avoir une meilleure estimation du risque transfusionnel viral. Sensibilisation des médecins préleveurs et des donneurs à la fenêtre sérologique sécurité examen pré-don >>> tests sérologiques.

Epidémiologie des donneurs de sang infectés par le VHB et le VHC et risque résiduel de transmission de ces infections par transfusion en France.

Epidémiologie des donneurs de sang infectés par le VHB et le VHC et risque résiduel de transmission de ces infections par transfusion en France. Epidémiologie des donneurs de sang infectés par le VHB et le VHC et risque résiduel de transmission de ces infections par transfusion en France. Josiane Pillonel, Institut de Veille Sanitaire, Dominique

Plus en détail

SURVEILLANCE DES MARQUEURS D UNE INFECTION PAR LE VIH, L HTLV ET LES VIRUS DES HEPATITES B ET C CHEZ LES DONNEURS DE SANG EN FRANCE

SURVEILLANCE DES MARQUEURS D UNE INFECTION PAR LE VIH, L HTLV ET LES VIRUS DES HEPATITES B ET C CHEZ LES DONNEURS DE SANG EN FRANCE Retour au sommaire des BEH de 2001 SURVEILLANCE DES MARQUEURS D UNE INFECTION PAR LE VIH, L HTLV ET LES VIRUS DES HEPATITES B ET C CHEZ LES DONNEURS DE SANG EN FRANCE Josiane Pillonel* et Syria Laperche**

Plus en détail

SECURITE TRANSFUSIONNELLE DES HEPATITES VIRALES ET DU SIDA. J. GARGOURI CRTS de Sfax F. Médecine, Université de Sfax

SECURITE TRANSFUSIONNELLE DES HEPATITES VIRALES ET DU SIDA. J. GARGOURI CRTS de Sfax F. Médecine, Université de Sfax SECURITE TRANSFUSIONNELLE DES HEPATITES VIRALES ET DU SIDA J. GARGOURI CRTS de Sfax F. Médecine, Université de Sfax La sécurité est "multiple et indivisible" La vraie sécurité est de: "ne pas transfuser

Plus en détail

La prise en charge précoce de 15 ans de recherches sur la l adulte infecté par le VIH : co-infection VIH / VHB, VHC

La prise en charge précoce de 15 ans de recherches sur la l adulte infecté par le VIH : co-infection VIH / VHB, VHC Ministère de l Enseignement Supérieur Et de la Recherche Scientifique La prise en charge précoce de 15 ans de recherches sur la l adulte infecté par le VIH : co-infection VIH / VHB, VHC de «Cotrimo-CI

Plus en détail

TROD hépatites VHC VHB

TROD hépatites VHC VHB TROD hépatites VHC VHB Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Corevih Ile de France Nord Journée prévention SPILF 16 Octobre 2014 1 Prévalence des Infections VHC en France Population générale: Prévalence (2004)

Plus en détail

DON DU SANG EN LORRAINE (LC)

DON DU SANG EN LORRAINE (LC) LORRAINE-CHAMPAGNE DON DU SANG EN LORRAINE (LC) EPIDEMIOLOGIE ET HEMOVIGILANCE Dr Xavier TINARD (Directeur Adjoint EFS LC, Correspondant d Hémovigilance EFS LC) XVème Réunion Régionale d Hémovigilance

Plus en détail

Épidémiologie de l infection l par le VHC dans le monde. Prévalence de la séropositivité VHC en France. Analyse multivariée e = facteurs significatifs

Épidémiologie de l infection l par le VHC dans le monde. Prévalence de la séropositivité VHC en France. Analyse multivariée e = facteurs significatifs Épidémiologie de l infection l par le VHC dans le monde 150 millions de sujets porteurs chroniques Prévalence entre 0,1 et 5 % selon les pays 5 millions en Europe de l Ouestl En Europe, le VHC est responsable

Plus en détail

ANALYSE DE RISQUE ET MISE A JOUR DES CRITÈRES DE SÉLECTION DES DONNEURS DE SANG JOSIANE PILLONEL

ANALYSE DE RISQUE ET MISE A JOUR DES CRITÈRES DE SÉLECTION DES DONNEURS DE SANG JOSIANE PILLONEL ANALYSE DE RISQUE ET MISE A JOUR DES CRITÈRES DE SÉLECTION DES DONNEURS DE SANG JOSIANE PILLONEL XII CONGRÈS SFVTT, LYON, 24 NOVEMBRE 2016 DÉCLARATION DE CONFLITS D INTÉRÊTS Je n ai pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Epidémiologie du VHB 2 milliards/ 6 milliard ont été infectés 350 millions de porteurs chroniques 1 million de décès par an

Epidémiologie du VHB 2 milliards/ 6 milliard ont été infectés 350 millions de porteurs chroniques 1 million de décès par an Hépatite B Epidémiologie du VHB 2 milliards/ 6 milliard ont été infectés 350 millions de porteurs chroniques 1 million de décès par an zone de forte endémie (8-20%): Asie SE, Afrique zone d endémie moyenne

Plus en détail

Sérologie virale donneurs Comparaison des tests de dépistage

Sérologie virale donneurs Comparaison des tests de dépistage Sérologie virale donneurs Comparaison des tests de dépistage Répartition des dons Le SRNJTS effectue environ 15 000 dons par année. Ils sont répartis de la façon suivante : Site fixe de La Chaux-de-Fonds:

Plus en détail

ANSM- avril /22

ANSM- avril /22 Recommandations portant diffusion des algorithmes de validation biologique des tests de dépistage des maladies transmissibles applicables à la qualification biologique des organes, des tissus et des cellules

Plus en détail

Situation - Enjeux - Perspectives

Situation - Enjeux - Perspectives Etablissement Français du Sang -Alsace La transfusion sanguine au service des malades Situation - Enjeux - Perspectives XVII réunion régionale d hémovigilance- Strasbourg 4 décembre 212 Etablissement Français

Plus en détail

LE SUIVI DU PATIENT TRANSFUSE

LE SUIVI DU PATIENT TRANSFUSE SESSION POUR LES GENERALISTES 833 LE SUIVI DU PATIENT TRANSFUSE C. Claquin. Département d Anesthésie-Réanimation de Bicêtre, Hôpital de Bicêtre, 78 rue du Général Leclerc, 94275 Le Kremlin-Bicêtre. INTRODUCTION

Plus en détail

OUTILS DE DÉPISTAGE DE L INFECTION PAR

OUTILS DE DÉPISTAGE DE L INFECTION PAR OUTILS DE DÉPISTAGE DE L INFECTION PAR LEVIH (ET DES VIRUS DES HÉPATITES B ET C) Dr E.K. ALIDJINOU Médecin biologiste Laboratoire de Virologie, CBP, CHRU de Lille Tourcoing, le 11 mai 2017 1 PLAN Les outils

Plus en détail

Surveillance épidémiologique des donneurs de sang en France

Surveillance épidémiologique des donneurs de sang en France Diapositive 1 Surveillance épidémiologique des donneurs de sang en France 1992 2005 Comité de pilotage pour la surveillance épidémiologique des donneurs de sang Les données présentées dans ce diaporama

Plus en détail

Présentation des résultats de l Enquête Nationale de Prévalence des Hépatites Virales A, B & C en Tunisie,

Présentation des résultats de l Enquête Nationale de Prévalence des Hépatites Virales A, B & C en Tunisie, Présentation des résultats de l Enquête Nationale de Prévalence des Hépatites Virales A, B & C en Tunisie, 2015-2016 Hammamet 22/04/2016 Objectif Estimer les prévalences nationale et par grande région

Plus en détail

GROUPES SANGUINS ET TRANSFUSIONS

GROUPES SANGUINS ET TRANSFUSIONS Faculté de Médecine d Alger Direction de la Pédagogie Formation Médicale Continue SOINS DE SUPPORT EN ONCOLOGIE GROUPES SANGUINS ET TRANSFUSIONS Pr M. Ramaoun Service d hématologie / CTS CHU Béni Méssous

Plus en détail

Prévention des infections virales transfusionnelles : examens de dépistage

Prévention des infections virales transfusionnelles : examens de dépistage Prévention des infections virales transfusionnelles : examens de dépistage Christoph Niederhauser CNI/2010 Journée d Hémovigilance Berne 2010 1 Thèmes Sécurité des produits sanguins au regard des agents

Plus en détail

INFO PATIENTS. Tout savoir sur la transfusion sanguine

INFO PATIENTS. Tout savoir sur la transfusion sanguine Tout savoir sur la transfusion sanguine POUR MIEUX COMPRENDRE LA TRANSFUSION Il se peut que votre état de santé nécessite une transfusion de sang. La transfusion n est pas un geste anodin même si tout

Plus en détail

M B, 25 ans, fièvre à 38 C Éruption maculeuse Adénopathies cervicales et axillaires Syndrome méningé Juin. Diagnostic évoqué?

M B, 25 ans, fièvre à 38 C Éruption maculeuse Adénopathies cervicales et axillaires Syndrome méningé Juin. Diagnostic évoqué? M B, 25 ans, fièvre à 38 C Éruption maculeuse Adénopathies cervicales et axillaires Syndrome méningé Juin Diagnostic évoqué? PL : albuminorachie 0,5g/L 70 cellules / µl 90% lympho-monocytes Diagnostic

Plus en détail

ETUDE PROSPECTIVE MONOCENTRIQUE CHEZ LES UD A RISQUE = UDIV

ETUDE PROSPECTIVE MONOCENTRIQUE CHEZ LES UD A RISQUE = UDIV Difficulté d évaluer l incidence virale C chez les UD : suivi irrégulier situation précaire mauvais état veineux Dernière évaluation prospective en France = 1999-2001 Etude menée dans le Nord de la France

Plus en détail

Société Tunisienne Biologie Clinique Diagnostic des infections materno-fœtales virales

Société Tunisienne Biologie Clinique Diagnostic des infections materno-fœtales virales Société Tunisienne Biologie Clinique Diagnostic des infections materno-fœtales virales Elargoubi Aida 15/04/2016 Virus et Grossesse Passage transpalcentaire Conséquences sur la maman et le bébé VIRUS

Plus en détail

Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales d Aquitaine. Cellule Régionale d Hémovigilance. Dr Christian HADRZYNSKI

Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales d Aquitaine. Cellule Régionale d Hémovigilance. Dr Christian HADRZYNSKI Réseau Aquitaine-Limousin 6 ème journée - 27 novembre 2008 «Actualités et perspectives» Coordonnateur Régional d Hémovigilance Objectifs initiaux de l hémovigilance Évaluer les effets indésirables et les

Plus en détail

Réactivation de l hépatite B sous traitement immunosuppresseur. Emna Elleuch, Saba Gargouri, Asma Tlijeni. Rencontres en infectiologie 14-

Réactivation de l hépatite B sous traitement immunosuppresseur. Emna Elleuch, Saba Gargouri, Asma Tlijeni. Rencontres en infectiologie 14- Réactivation de l hépatite B sous traitement immunosuppresseur Emna Elleuch, Saba Gargouri, Asma Tlijeni Rencontres en infectiologie 14- Cas clinique Mr M.L, âgé de 41 ans Suivi en hématologie depuis octobre

Plus en détail

L'estimation du risque résiduel de transmission du VIH par transfusion de produits sanguins

L'estimation du risque résiduel de transmission du VIH par transfusion de produits sanguins Revue critique de l'actualité scientifique internationale sur le VIH et les virus des hépatites n 44 - avril 96 FENÊTRE SéROLOGIQUE L'estimation du risque résiduel de transmission du VIH par transfusion

Plus en détail

Surveillance épidémiologique des donneurs de sang homologues. en France entre 2001 et 2003

Surveillance épidémiologique des donneurs de sang homologues. en France entre 2001 et 2003 Surveillance épidémiologique des donneurs de sang homologues en France entre 2001 et 2003 Source : Etablissement français du sang Synthèse réalisée par : Josiane Pillonel (Institut de veille sanitaire)

Plus en détail

Les nouveaux outils de prévention dans les hépatites. Hélène BARRAUD, CHU NANCY

Les nouveaux outils de prévention dans les hépatites. Hélène BARRAUD, CHU NANCY Les nouveaux outils de prévention dans les hépatites Hélène BARRAUD, CHU NANCY Le problème Hépatite aigue Hépatite chronique Cirrhose Evènements Cancer HCV - Population générale : Prévalence des Ac anti-vhc

Plus en détail

4. Recommandations de la HAS

4. Recommandations de la HAS 4. Recommandations de la HAS 4.1 Dépistage de l hépatite C La HAS, en accord avec l avis du groupe de travail HAS, valide l algorithme biologique de dépistage de l hépatite C proposé par le groupe de travail

Plus en détail

Morphologie et structure du HBV

Morphologie et structure du HBV Morphologie et structure du HBV Histoire naturelle Infection primaire 95 % 5 % Guérison Persistance Hépatite chronique Porteur inactif Cirrhose Hépatocarcinome Evolution des marqueurs dans l hépatite B

Plus en détail

Les XXVIe journées nationales d'hépato-gastroentérologie et d endoscopie digestive. Alger - 12, 13 et 14 Décembre 2014

Les XXVIe journées nationales d'hépato-gastroentérologie et d endoscopie digestive. Alger - 12, 13 et 14 Décembre 2014 Les XXVIe journées nationales d'hépato-gastroentérologie et d endoscopie digestive. Alger - 12, 13 et 14 Décembre 2014 N.Belabas - A.Amrane - M.Zeroual - FZ.Aissat M.Mehidi B. Boulkaria - F.Hachani - Dif

Plus en détail

Plan national mis en place en 2005

Plan national mis en place en 2005 Rougeole et VIH La rougeole maladie Maladie infectieuse très contagieuse Principale cause de décès par maladie à prévention vaccinale Déclaration obligatoire (2005) Gravité / mortalité chez immunodéprimés

Plus en détail

Dépistage et prévention de l hépatite B en CDAG L expérience de Bichat Claude-Bernard Projet d étude multicentrique

Dépistage et prévention de l hépatite B en CDAG L expérience de Bichat Claude-Bernard Projet d étude multicentrique Dépistage et prévention de l hépatite B en CDAG L expérience de Bichat Claude-Bernard Projet d étude multicentrique Politique vaccinale VHB en France ENFANTS Nouveau-nés de mère porteuse de l'antigène

Plus en détail

LES VIRUS TRANSMISSIBLES PAR LE SANG

LES VIRUS TRANSMISSIBLES PAR LE SANG Mise au point LES VIRUS TRANSMISSIBLES PAR LE SANG L. FKI BERRAJAH, H. KARRAY HAKIM Laboratoire de Microbiologie CHU Habib Bourguiba de Sfax Introduction : La transfusion sanguine est un geste généreux,

Plus en détail

Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral. Rapport Morlat Septembre Incidence du VIH en France

Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral. Rapport Morlat Septembre Incidence du VIH en France Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral Rapport Morlat Septembre 2013 Incidence du VIH en France Entre 2004 et 2007, 7000 à 8000 contaminations par an, soit une incidence

Plus en détail

Prise en charge des couples à risque viral

Prise en charge des couples à risque viral Prise en charge des couples à risque viral Expérience de l équipe A.M.P Risque Viral Marseille Véronique CHABERT-ORSINI Institut de médecine de la reproduction I.M.R Marseille Marseille, 06 juin 2008 PRISE

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Ac anti-vih (dépistage) Ac anti-vhc (dépistage) Ag HBs (dépistage et confirmation) Sérologie virale 07VIR1 Avril 2007 Edition :

Plus en détail

Infections nosocomiales à transmission sanguine (VHB, VHC, VIH)

Infections nosocomiales à transmission sanguine (VHB, VHC, VIH) Infections nosocomiales à transmission sanguine (VHB, VHC, VIH) 11 juin 2009 Coclinnor Dr L. ROLLIN Service de médecine du travail et pathologies professionnelles CHU de Rouen PLAN Transmission soigné

Plus en détail

Dérogations virales : utilisation des donneurs HBc+ + et VHC+

Dérogations virales : utilisation des donneurs HBc+ + et VHC+ Dérogations virales : utilisation des donneurs HBc+ + et VHC+ Décrets des 21 décembre 2005 et 11 mars 2006 Protocoles dérogatoires : Dérogations permettant le recours à des donneurs présentant un risque

Plus en détail

PERCEPTION ETHIQUE, DEONTOLOGIQUE ET JURIDIQUE DE LA TRANSFUSION SANGUINE EN COTE D IVOIRE. D

PERCEPTION ETHIQUE, DEONTOLOGIQUE ET JURIDIQUE DE LA TRANSFUSION SANGUINE EN COTE D IVOIRE. D PERCEPTION ETHIQUE, DEONTOLOGIQUE ET JURIDIQUE DE LA TRANSFUSION SANGUINE EN COTE D IVOIRE. D Konate S.; Sekongo Y.M. ; Abisse A.; Kouamenan S.; Yao K.D.; Kabore S.; N Guessan Centre National de Transfusion

Plus en détail

Les maladies professionnelles et les accidents du travail. Accident du travail : définitions. La déclaration d AT. La procédure de déclaration

Les maladies professionnelles et les accidents du travail. Accident du travail : définitions. La déclaration d AT. La procédure de déclaration La problématique des AT et des MP Les maladies professionnelles et les accidents du travail Illustration : Les accidents d exposition au sang des enjeux : pour la société, pour la victime Dr N.B Service

Plus en détail

«Le CMV, un risque pour le personnel hospitalier féminin?»

«Le CMV, un risque pour le personnel hospitalier féminin?» «Le CMV, un risque pour le personnel hospitalier féminin?» Dr C Zandotti Laboratoire de bactériologie, virologie, hygiène CHU Timone Epidémiologie de l infection à CMV Infection ubiquitaire, non saisonnière

Plus en détail

Item 163: Hépatites virales.

Item 163: Hépatites virales. Item 163: Hépatites virales. Objectifs pédagogiques Connaître les modes de transmission des différentes hépatites virales et les modalités de leur prévention. Prescrire et interpréter les examens sérologiques

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER LE DEPISTAGE DU VHC EN MEDECINE DE VILLE? Dr AKNINE Xavier Médecin Généraliste Président ANGREHC

COMMENT OPTIMISER LE DEPISTAGE DU VHC EN MEDECINE DE VILLE? Dr AKNINE Xavier Médecin Généraliste Président ANGREHC COMMENT OPTIMISER LE DEPISTAGE DU VHC EN MEDECINE DE VILLE? Dr AKNINE Xavier Médecin Généraliste Président ANGREHC DONNEES EPIDEMIOLOGIQUES Enquête Coquelicot 2011 INVS/ANRS/INSERM : Estimation de la séro-prévalence

Plus en détail

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES HÉPATITES VIRALES A, B ET C

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES HÉPATITES VIRALES A, B ET C Concentration relative NUMERO - info 7 2016 DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES HÉPATITES VIRALES A, B ET C 1- DIAGNOSTIC SÉROLOGIQUE DE L HÉPATITE A Le diagnostic d une infection récente par le virus de l hépatite

Plus en détail

Hémovigilance. Q. Verwacht Ph. Baele. Avril 2004

Hémovigilance. Q. Verwacht Ph. Baele. Avril 2004 Hémovigilance Q. Verwacht Ph. Baele Avril 2004 HEMOVIGILANCE Système de surveillance et d alerte depuis la collecte du sang jusqu au suivi du patient transfusé MISSIONS Collecter les effets inattendus

Plus en détail

Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral. Rapport Morlat Septembre 2013

Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral. Rapport Morlat Septembre 2013 Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral Rapport Morlat Septembre 2013 Incidence du VIH en France Entre 2004 et 2007, 7000 à 8000 contaminations par an, soit une incidence

Plus en détail

Actualités virologiques des tests de dépistage

Actualités virologiques des tests de dépistage Actualités virologiques des tests de dépistage Tests classiques et TROD en 2013 Perspectives Dr J. Cottalorda - Dufayard La «Cascade» de la prise en charge en France (2010) 100% 90% 80% 100% 149900 20%

Plus en détail

Sécurité et qualité dans le domaine du prélèvement et de la greffe

Sécurité et qualité dans le domaine du prélèvement et de la greffe Sécurité et qualité dans le domaine du prélèvement et de la greffe 5 e Colloque France-Maghreb Transplantation de tissus et cellules Nice, 23-24 mars 2012 Hervé Creusvaux Principes et encadrement Risques

Plus en détail

Fiche n 13 : Démarches diagnostics des infections virales

Fiche n 13 : Démarches diagnostics des infections virales Fiche n 13 : Démarches diagnostics des infections virales Prélèvement : qualité du prélèvement qualité des résultats et d interprétation prélèvement précieux : respiratoire (48h max à 4 ) et LCR (24h max

Plus en détail

Introduction à la transfusion

Introduction à la transfusion Introduction à la transfusion 1 Que savez-vous de la transfusion? 1- Les produits 2- Les consignes de sécurité 3- Les responsabilités 2 Le plus important Le bon produit Ordonnance Réception du colis Au

Plus en détail

Indicateurs régionaux de dépistage et de prévalence des hépatites B et C

Indicateurs régionaux de dépistage et de prévalence des hépatites B et C Maladies infectieuses Maladies chroniques et traumatismes Indicateurs régionaux de dépistage et de prévalence des hépatites B et C France 2010-2012 Mai 2014 Unité VIH/sida IST Hépatites B et C Département

Plus en détail

Résumé du rapport annuel d hémovigilance 2010

Résumé du rapport annuel d hémovigilance 2010 Résumé du rapport annuel d hémovigilance 2010 Le rapport annuel TRIP 2010 sur les résultats de l hémovigilance aux Pays Bas paraît sous la responsabilité du comité de la Fondation TRIP (Transfusion Reactions

Plus en détail

CI ANRS 12331: MoBSEN Faisabilité de la constitution d une cohorte de patients infectés par le VHB au Sénégal

CI ANRS 12331: MoBSEN Faisabilité de la constitution d une cohorte de patients infectés par le VHB au Sénégal CI ANRS 12331: MoBSEN Faisabilité de la constitution d une cohorte de patients infectés par le VHB au Sénégal Dr Judicaël Tine Objectif CI ANRS 12331 MOBSEN Réaliser un état des lieux des conditions actuelles

Plus en détail

Précarité et hépatites B et C, France, Contexte

Précarité et hépatites B et C, France, Contexte Précarité et hépatites B et C, France, 2004 CMeffre, Y Le Strat, E DelarocqueAstagneau, D Antona, JM Lemasson, D Coste, J Steinmetz, F Dubois, J Warszawski, JF Meyer, S Leiser, JP Giordanella, R Gueguen,

Plus en détail

Séroconversions VIH après accident professionnel, France Remerciements : C.Arvieux GERES et SFLS. 48 cas recensés, dont 14 cas prouvés

Séroconversions VIH après accident professionnel, France Remerciements : C.Arvieux GERES et SFLS. 48 cas recensés, dont 14 cas prouvés Séroconversions VIH après accident professionnel, France Remerciements : C.Arvieux GERES et SFLS 48 cas recensés, dont 14 cas prouvés INVS: Contaminations professionnelles par le VIH, le VHC et le VHB

Plus en détail

Le dépistage aujourd'hui et les Tests Rapides d Orientation Diagnostique «TROD»

Le dépistage aujourd'hui et les Tests Rapides d Orientation Diagnostique «TROD» Le dépistage aujourd'hui et les Tests Rapides d Orientation Diagnostique «TROD» «L infection à VIH/SIDA en 2012» Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Chantal Vernay Vaïsse 30/11/2012 1 Le

Plus en détail

VHB : pas directement cytopathogène!

VHB : pas directement cytopathogène! Hépatite B VHB : pas directement cytopathogène! Réactions immunologiques > effet cytopathogène L intensité du conflit entre le VHB et les défenses immunitaires de l hôte détermine la gravité de l infection

Plus en détail

Les tests rapides d'orientation diagnostique du VIH et des hépatites virales

Les tests rapides d'orientation diagnostique du VIH et des hépatites virales Les tests rapides d'orientation diagnostique du VIH et des hépatites virales Dr Laurence MORAND-JOUBERT CHU Saint-Antoine-Inserm U943 Qu appelle-t on tests rapides d orientation diagnostique? Ce sont des

Plus en détail

Stratégies de dépistage biologique de l'hépatite B

Stratégies de dépistage biologique de l'hépatite B QUI ET COMMENT DEPISTER? Stratégies de dépistage biologique de l'hépatite B 9ème Journée du Réseau Hépatites de Basse-Normandie - Jeudi 17 octobre 2013 - Dr Marie-Anne SALAUN ( médecin coordinateur CPMI

Plus en détail

AES et VHB. D. Abiteboul Service de Santé au travail Hôpital Bichat-Claude Bernard Paris GERES. D. Abiteboul- Journées ANMTEPH 2007

AES et VHB. D. Abiteboul Service de Santé au travail Hôpital Bichat-Claude Bernard Paris GERES. D. Abiteboul- Journées ANMTEPH 2007 AES et VHB D. Abiteboul Service de Santé au travail Hôpital Bichat-Claude Bernard Paris GERES L AES : risque de transmission du VHB au soignant Piqûre 0,07/IDE/an [1990 : 0,4/IDE/an] Taux de transmission

Plus en détail

LES HÉPATITES VIRALES. Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes

LES HÉPATITES VIRALES. Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes LES HÉPATITES VIRALES Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes Plan 1. Généralités 2. Hépatite A 3. Hépatite E 4. Hépatite B 5. Hépatite delta 6. Hépatite C Définition Groupe

Plus en détail

ETUDE PREVAC B 2. Laboratoire BMS financeur

ETUDE PREVAC B 2. Laboratoire BMS financeur + ETUDE PREVAC B 2 Prévalence de l infection par le virus de l hépatite B et prévention de l'hépatite B chez les migrants originaires d Afrique subsaharienne et d Asie, en médecine générale en France Laboratoire

Plus en détail

Annales du contrôle national de qualité des analyses de biologie médicale

Annales du contrôle national de qualité des analyses de biologie médicale Annales du contrôle national de qualité des analyses de biologie médicale Blot-VIH 11WBL1 novembre 2011 Test de confirmation de l infection par le VIH Juin 2012 Francis POISSON (ANSM) Syria LAPERCHE (INTS

Plus en détail

L hépatite C, l hépatite B et le VIH,

L hépatite C, l hépatite B et le VIH, L hépatite C, l hépatite B et le VIH, et la communauté chinoise au Canada Selon Statistique Canada, en 2011, 1,5 millions de personnes ont déclaré être d origine chinoise. Parmi les répondants à l enquête

Plus en détail

Rôle de l hémovigilance dans la sécurité transfusionnelle: Expérience du CNTS

Rôle de l hémovigilance dans la sécurité transfusionnelle: Expérience du CNTS Société Tunisienne de Biologie Clinique Journée de formation La sécurité tranfusionnelle Rôle de l hémovigilance dans la sécurité transfusionnelle: Expérience du CNTS Dr Manel Chaâbane MCA en hématologie

Plus en détail

Epidémiologie du risque infectieux lié aux Accidents Exposant au Sang (AES) Mars 2016

Epidémiologie du risque infectieux lié aux Accidents Exposant au Sang (AES) Mars 2016 1 Epidémiologie du risque infectieux lié aux Accidents Exposant au Sang (AES) 2 Accident Exposant au Sang (AES) Définition (Circ. n DGS/DH/98/249 du 20 avril 1998) Tout CONTACT PERCUTANE (piqûre, coupure

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Ac anti-vih (dépistage) Ac anti-vhc (dépistage) Ac anti-cmv (IgG et IgM : dépistage) Antigène p24 du VIH1 (dépistage et confirmation)

Plus en détail

Prise de risque : quel accompagnement? Journée Régionale Prévention VIH, Hépatites, IST 22 octobre 2013 Lens

Prise de risque : quel accompagnement? Journée Régionale Prévention VIH, Hépatites, IST 22 octobre 2013 Lens Prise de risque : quel accompagnement? Journée Régionale Prévention VIH, Hépatites, IST 22 octobre 2013 Lens Quels acteurs? Qu est-ce qu une prise de risque? AES = accident d exposition au sang ou sexuelle

Plus en détail

Dépistage de l infection par les virus B, C et HIV en situation de précarité : Expérience aux Restos du cœur

Dépistage de l infection par les virus B, C et HIV en situation de précarité : Expérience aux Restos du cœur Dépistage de l infection par les virus B, C et HIV en situation de précarité : Expérience aux Restos du cœur Bruno Bour CH Le Mans - pour le groupe de dépistage Conflit d intérêts Gilead qui soutien cette

Plus en détail

Actualités réglementaires

Actualités réglementaires Actualités réglementaires 2006-2007 2007 Dr Delphine Taverne Coordonnateur Régional d Hémovigilance DRASS Nord Pas-de-Calais Circulaire DGS/DHOS/SD3/2006/11 du 11 janvier 2006 abrogeant la circulaire DGS/DH

Plus en détail

Hépatites virales et risque transfusionnel en 2015

Hépatites virales et risque transfusionnel en 2015 Hépatites virales et risque transfusionnel en 2015 Syria LAPERCHE, MD, PhD Département d étude des agents transmissibles par le sang CNR HBV, HCV, HIV en transfusion Institut National de la Transfusion

Plus en détail

(Accident d Exposition au Sang ou à un liquide biologique contaminant) Que dois je faire? Muqueuses

(Accident d Exposition au Sang ou à un liquide biologique contaminant) Que dois je faire? Muqueuses Je suis victime d un AES (Accident d Exposition au Sang ou à un liquide biologique contaminant) Que dois je faire? IMMEDIATEMENT Peau J effectue les premiers gestes : Je ne fais pas saigner (laisser saigner

Plus en détail

Les différents produits sanguins et leurs principales indications

Les différents produits sanguins et leurs principales indications Les différents produits sanguins et leurs principales indications Dr Frédéric JOYE Comité de Sécurité Transfusionnelle et d Hémovigilance (CSTH) Produits Sanguins thérapeutiques Produits sanguins thérapeutiques

Plus en détail

Hépatites virales aigües

Hépatites virales aigües 4 e année médecine Rotation 3 2015/2016 ISM Copy Module de Gastro-Entéro-Hépatologie Hépatites virales aigües Virus hépatotropes Virus A : Picornavirus Virémie : 10 à 20 jours après la contamination Disparition

Plus en détail

Laboratoire associé au Centre National de Référence du VIH COREVIH G4 Amiens

Laboratoire associé au Centre National de Référence du VIH COREVIH G4 Amiens Pôle de Biologie Laboratoire de Virologie Hôpital C. Nicolle CHU Rouen Groupe de Recherche Antimicrobiens et Microorganismes (GRAM) / EA2656 Faculté de Médecine-Pharmacie Université de Rouen TROD : Test

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS D'ACCIDENT

CONDUITE A TENIR EN CAS D'ACCIDENT CONDUITE A TENIR EN CAS D'ACCIDENT Le risque biologique : Il est lié à une exposition à des micro-organismes susceptibles de provoquer une infection, une allergie ou une intoxication. Il repose essentiellement

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Ac anti-vih (dépistage) Ac anti-vhc (dépistage) Ag HBs (dépistage et confirmation) Sérologie virale 06VIR1 Mai 2006 Edition : mars

Plus en détail

PRÉVALENCE DES PRESCRIPTIONS DE SÉROLOGIES DE

PRÉVALENCE DES PRESCRIPTIONS DE SÉROLOGIES DE PRÉVALENCE DES PRESCRIPTIONS DE SÉROLOGIES DE L HÉPATITE B ET DE VACCINS CONTRE L HÉPATITE B EN MÉDECINE GÉNÉRALE : UNE ÉTUDE À PARTIR DE L EGB DU SNIIRAM Dorothée Vallois - Thèse de doctorat en médecine

Plus en détail

Diagnostic et épidémiologie des hépatites virales Philippe Sogni Hépatologie, Hôpital Cochin, Université Paris Descartes, INSERM U567

Diagnostic et épidémiologie des hépatites virales Philippe Sogni Hépatologie, Hôpital Cochin, Université Paris Descartes, INSERM U567 Diagnostic et épidémiologie des hépatites virales Philippe Sogni Hépatologie, Hôpital Cochin, Université Paris Descartes, INSERM U567 DES 13 Fev 2009 1 Plan Démarche diagnostique Hépatite A Hépatite E

Plus en détail

Livret de suivi et d information

Livret de suivi et d information Exposition aux infections sexuellement transmissibles IST Livret de suivi et d information Nom de votre médecin :... Pour prendre ou modifier votre rendez-vous Cachet du service ou de l hôpital et numéro

Plus en détail

L ARNS ET LA RECHERCHE SUR LES HEPATITES VIRALES AU CAMEROUN. Pr Magloire BIWOLE SIDA Gastro-entérologue

L ARNS ET LA RECHERCHE SUR LES HEPATITES VIRALES AU CAMEROUN. Pr Magloire BIWOLE SIDA Gastro-entérologue L ARNS ET LA RECHERCHE SUR LES HEPATITES VIRALES AU CAMEROUN Pr Magloire BIWOLE SIDA Gastro-entérologue LES HEPATITES VIRALES DANS LES PAYS DU SUD Améliorer la prévention et la prise en charge des patients

Plus en détail

Soignants infectés par VIH, VHC, VHB Gestion du risque en France. D. Abiteboul Service de Santé au travail Hôpital Bichat-Claude Bernard Paris GERES

Soignants infectés par VIH, VHC, VHB Gestion du risque en France. D. Abiteboul Service de Santé au travail Hôpital Bichat-Claude Bernard Paris GERES Soignants infectés par VIH, VHC, VHB Gestion du risque en France D. Abiteboul Service de Santé au travail Hôpital Bichat-Claude Bernard Paris GERES Cas rapportés de TSS, 2008 Virus VIH VHC VHB Nombre épisodes

Plus en détail

06/09/16. Module 1 EPIDÉMIOLOGIE MODALITÉS DE TRANSMISSION DÉPISTAGE. Luis. La séropositivité au VIH La maladie SIDA.

06/09/16. Module 1 EPIDÉMIOLOGIE MODALITÉS DE TRANSMISSION DÉPISTAGE. Luis. La séropositivité au VIH La maladie SIDA. La séropositivité au VIH La maladie SIDA Module 1 Dr Cédric ARVIEUX Praticien Hospitalier Chef de Clinique, Université de Rennes 1 Formation en soins infirmiers - UE 2.05.S3 «Processus inflammatoires et

Plus en détail

Dr Jean-Dominique POVEDA

Dr Jean-Dominique POVEDA Hépatite virale B Données épidémiologiques Dr Jean-Dominique POVEDA Laboratoire PASTEUR CERBA Tunis Février 2008 Hépatite virale B Plus de 2 milliards d humains contaminés, Plus de 350 millions de porteurs

Plus en détail

Vaccinations,Ouvrons le Dialogue

Vaccinations,Ouvrons le Dialogue Vaccinations,Ouvrons le Dialogue Pourquoi vacciner contre l hépatite B dès l enfance? Henri Laurichesse, Faculté de Médecine de Clermont-Ferrand, Université d Auvergne Histoire naturelle de l hépatite

Plus en détail

Place des tests rapides d orientation diagnostique (TROD) dans la stratégie de dépistage de l hépatite C

Place des tests rapides d orientation diagnostique (TROD) dans la stratégie de dépistage de l hépatite C Tableau 4 : Performances des TROD (hors séroconversion) marqués CE et distribués en France, selon les s USA 450 échantillons à risque faible de VHC dont le statut VHC est inconnu 2206 échantillons à risque

Plus en détail

Livret de suivi et d information

Livret de suivi et d information Accident exposant au sang (AES) Exposition au risque viral VIH, VHB et VHC Livret de suivi et d information pour les professionnels de santé Nom de votre médecin :... Pour prendre ou modifier votre rendez-vous

Plus en détail

VACCINS ET VIH. Février 2014

VACCINS ET VIH. Février 2014 VACCINS ET VIH ADULTES Février 2014 COREVIH Centre et Poitou-Charentes CHRU de Tours 2 boulevard Tonnellé 37044 Tours cedex 9 Tél. : 02 34 37 89 94 Fax : 02 47 47 37 31 Email : corevih@chu-tours.fr I Généralités

Plus en détail

Pierre Lahmek, Nadine Meunier, Eve Bettach, Jean Baptiste Trabut, Mohamed-Ali Gorsane, Sylvain Balester-Mouret.

Pierre Lahmek, Nadine Meunier, Eve Bettach, Jean Baptiste Trabut, Mohamed-Ali Gorsane, Sylvain Balester-Mouret. Pertinence de la mise en place d un programme de dépistage et de vaccination contre le virus de l hépatite virale B chez des patients hospitalisés pour une conduite addictive Pierre Lahmek, Nadine Meunier,

Plus en détail

Les grands problèmes de santé en France : SIDA et IST

Les grands problèmes de santé en France : SIDA et IST Master 1 et 2 Sciences et Technologies Santé Mention Biologie Santé Spécialité Génie physiologique, Biotechnologies et informatique, Développement du médicament UE EPIDEMIOLOGIE Les grands problèmes de

Plus en détail

THÈSE DE DOCTORAT EN SCIENCES VÉTÉRINAIRES. Résumé

THÈSE DE DOCTORAT EN SCIENCES VÉTÉRINAIRES. Résumé THÈSE DE DOCTORAT EN SCIENCES VÉTÉRINAIRES Résumé Orientation : Médecine Vétérinaire Titre de la thèse en français : Détection des contaminants viraux sanguins chez l homme par PCR Titre de la thèse en

Plus en détail

Livret de suivi et d information

Livret de suivi et d information Accident exposant au sang (AES) Exposition au risque viral VIH, VHB et VHC Livret de suivi et d information pour les professionnels de santé Nom de votre médecin :... Pour prendre ou modifier votre rendez-vous

Plus en détail

Prévalence des co-infections par les virus des hépatites B et C dans la population VIH+ France, juin 2004

Prévalence des co-infections par les virus des hépatites B et C dans la population VIH+ France, juin 2004 Prévalence des co-infections par les virus des hépatites B et C dans la population VIH+ France, juin 2004 6 èmes journées d infectiologie Nice 2005 FNPRRH Contexte de l étude Morbidité accrue progression

Plus en détail

Les fondements de la démarche diagnostique des avortements en série dus au virus BVD

Les fondements de la démarche diagnostique des avortements en série dus au virus BVD Annexe 4 Les fondements de la démarche diagnostique des avortements en série dus au virus BVD Remarque générale : par sérologie on entend recherche sérologique par technique ELISA des anticorps anti P80

Plus en détail

Epidémiologie VIH/IST/VHB/VHC chez les étrangers en situation précaire

Epidémiologie VIH/IST/VHB/VHC chez les étrangers en situation précaire Epidémiologie VIH/IST/VHB/VHC chez les étrangers en situation précaire 2 JOURNÉE RÉGIONALE PRÉVENTION VIH VHB VHC IST COREVIH NORD PAS DE CALAIS 18 novembre 2014 NOUS SOIGNONS CEUX QUE LE MONDE OUBLIE

Plus en détail

Hépatites B et C et transplantation rénale

Hépatites B et C et transplantation rénale Hépatites B et C et transplantation rénale Dr Gilles Blancho Service de Néphrologie CHU Nantes La problématique des infections VHB et VHC en transplantation rénale Prévalence supérieure dans les populations

Plus en détail

Cire Nord Pas-de-Calais Picardie 8 juin 2012

Cire Nord Pas-de-Calais Picardie 8 juin 2012 Dépistage des infections à VHB, VHC, VIH, syphilis et chlamydia chez les patients susceptibles d avoir subi en 2006 et 2007 des examens échographiques endocavitaires dans des cabinets d imagerie médicale

Plus en détail

Marie Reine Mallaret. Grenoble. 7 ème journée des correspondants en hygiène hospitalière Jeudi 21 octobre 2010 Tain l Hermitage

Marie Reine Mallaret. Grenoble. 7 ème journée des correspondants en hygiène hospitalière Jeudi 21 octobre 2010 Tain l Hermitage Marie Reine Mallaret Grenoble 7 ème journée des correspondants en hygiène hospitalière Jeudi 21 octobre 2010 Tain l Hermitage Vaccinations Moyen de prévention de 1 ère importance Maladies infectieuses,

Plus en détail

TRAITEMENT POST EXPOSITION SEXUELLE AU VIH, VHB ET VHC*

TRAITEMENT POST EXPOSITION SEXUELLE AU VIH, VHB ET VHC* Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Section MST/SIDA de la Société Française de Dermatologie TRAITEMENT POST EXPOSITION SEXUELLE AU VIH, VHB ET

Plus en détail

Dépistage. Nouvelles recommandations Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine

Dépistage. Nouvelles recommandations Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine Dépistage Nouvelles recommandations 2010 Pr Jean-Marie LANG Président COREVIH Alsace 8 mars 2011 Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine Enjeux du

Plus en détail