Vanina Bousquet 24 mars 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vanina Bousquet 24 mars 2015"

Transcription

1 Traitement des données manquantes par une méthode d imputation multiple : Application à des données d enquête et de surveillance des maladies infectieuses Vanina Bousquet 24 mars 2015

2 Plan 1. Contexte 2. Méthodes 3. Etapes du processus d imputation : étude cas-témoins infection à Campylobacter 4. Imputation pérenne d un système de surveillance : surveillance du VIH 5. Analyse de sensibilité à l hypothèse MAR : surveillance du VHC 5. Discussion - Conclusion 2

3 1. Contexte La gestion des données manquantes constitue un problème récurrent en épidémiologie pour les données d enquêtes mais aussi de systèmes de surveillance. Le mode de gestion le plus courant consiste à limiter l analyse aux sujets pour lesquels l ensemble des variables est renseigné. Des méthodes alternatives de traitement des données manquantes ont été proposées : méthodes par maximisation de la vraisemblance et par imputation multiple. Nous avons fait le choix de présenter une méthode d imputation multiple, qui consiste à remplacer chaque donnée manquante par un ensemble de données estimées. 3

4 2. Méthodes

5 Données manquantes - Origine Non-réponse Totale Variables d intérêts non renseignées (refus de répondre à un questionnaire) Quantité d information insuffisante (variable d intérêt manquante) Partielle Involontaire : mémorisation/compréhension, info manquante dans un dossier Volontaire : question socialement sensible (santé, consommations, comportement) Réponse inexploitable Inconsistance de la réponse : contradiction dans un questionnaire, entre 2 sources d info Echantillon biologique insuffisant (quantité, qualité) => Mécanismes variés à l origine des données manquantes 5

6 Données manquantes - Structure Soient : X un vecteur de variables complètes Y un vecteur de variables incomplètes Univariée Monotone Non Monotone = Arbitraire X 1 X 2 Y X 1 X 2 Y 1 Y 2 Y 3 Y 4 X 1 X 2 Y 1 Y 2 Y 3 Y

7 Données manquantes - Typologie MCAR : Missing Completely At Random Probabilité de données manquantes est une constante Données manquantes = sous-échantillon aléatoire de l ensemble des données MAR : Missing At Random Probabilité de données manquantes ne dépend que des valeurs observées des variables et des variables complètes MNAR : Missing Non At Random Probabilité de données manquantes dépend de valeurs nonobservées des variables 7

8 Analyse cas-complet L analyse est restreinte aux individus pour lesquels toutes les variables sont renseignées Idée reçue: méthode correcte, citée dans certains ouvrages (Miettienen)

9 Analyse cas-complet Impact des données manquantes => Analyse restreinte aux individus pour lesquels toutes les variables sont renseignées Perte de puissance et de précision Sélection des variables faussée en analyse multivariée Identification des facteurs de risque Phénomènes de confusion, interactions Biais potentiel des estimations en analyse multivariée MCAR : sous-échantillon aléatoire et pas de biais MAR (ou MNAR) : biais si le mécanisme dépend de la variable à expliquer et d une variable explicative [1] [1] Vach W, Blettner M. Biased estimation of the odds ratio in case-control studies due to the use of ad hoc methods of correcting missing values for confounding variables. Am J Epidemiol 1991;134:

10 Imputation multiple (IM) Historique Rubin 1978 en sciences sociales Grandes bases de données et nombreux utilisateurs Evolution vers une imputation «maison» plus spécifique Principe général Remplacer chaque donnée manquante par M valeurs plausibles : prends en compte l incertitude liée aux données manquantes Statistiques bayésiennes: estimation à partir des distributions a posteriori des variables (algorithme MCMC) En pratique : M bases de données à manipuler

11 Imputation multiple - Principe base 1 β1 σ 2 1 base 2 base 3 base 4 β2 σ 2 2 β3 σ 2 3 β4 σ 2 4 β = moyenne (βi) σ 2 = σ 2 intra +(1+1/M)σ 2 inter base 5 β5 σ 2 5 Analyses séparées Analyse conjointe Phase d imputation Phase d analyse 11

12 Méthodes d imputation multiple Imputation par un modèle reposant sur une distribution multivariée normale jointe pour toutes les variables incomplètes (Schafer,1997) Hypothèse pas toujours vérifiée (variables discrètes) Imputation par équations chaînées (Van Buuren, 1999) Fonction de lien et variables prédictrices pour chaque variable incomplète Adaptée à l imputation de variables discrètes et grande flexibilité Conditions d application Hypothèse MAR Hypothèse de normalité pour les variables continues En pratique : ado ICE développé par Royston sous STATA 12

13 3. Etapes du processus d imputation Illustration à partir d une enquête cas-témoins appariée sur l infection à Campylobacter

14 Enquête cas-témoins sur l infection à Campylobacter => Infection à Campylobacter : gastroentérites bactériennes alimentaires Objectif : Identifier les facteurs de risque des cas sporadiques d infection à Campylobacter en France Enquête cas-témoins nationale appariée sur l âge et le sexe (1-1) : 269 cas et 269 témoins (N=538) Données collectées par questionnaire sur les expositions alimentaires (consommation, hygiène, contacts) 8 jours précédant les premiers symptômes 200 questions avec recueil rétrospectif Données manquantes liées à la mémorisation 21 variables d exposition =>3 variables complètes - 15 variables avec 3 à 15% dm - 3 variables avec 15 à 30%dm => structure arbitraire 14

15 Evolution des effectifs en analyse multivariée CC Modèle vide Sans appariement Avec appariement Variables ajoutées successivement dans le modèle d analyse multivariée Modèle complet 15

16 Construction du modèle d imputation : Sélection des variables Il est recommandé (Rubin 1996, Van Buuren 1999) d inclure le maximum de variables prédictrices (15 à 25) Variables principales = variable à expliquer + covariables retenues pour l analyse multivariée Variables auxiliaires = variables prédictrices complémentaires Le modèle d imputation peut donc être plus général que le modèle d analyse

17 Construction du modèle d imputation (1) Sélection des variables MODELE D ANALYSE MULTIVARIEE Cas Complet et Imputation Multiple Base de données p 0.2 p>0.2 Variables principales Variables secondaires p 0.05 MODELE D IMPUTATION MULTIPLE Variables auxiliaires p>0.05 Variables accessoires Analyse univariée M Ei (test du Chi2) Lien avec la non réponse Ei Ri (test du Chi2) Modèle d imputation : variable à expliquer + 14 variables principales + 6 variables auxiliaires 17

18 Construction du modèle d imputation : Nombre de bases Efficacité statistique relative (Rubin 1987) selon la FIM (Fraction d Information Manquante) => M=3 à 5 bases pour FIM=0.2 M Puissance statistique (Graham 2009) : couverture des intervalles de confiance, p-valeur => M=10 bases pour FIM=0.2 Erreur de Monte Carlo (White 2011) : répétabilité des analyses => M=20 bases pour FIM=0.2 FMI % 91% 87% 80% 74% 69% 3 97% 94% 91% 86% 81% 77% 5 98% 96% 94% 91% 88% 85% 10 99% 98% 97% 95% 93% 92% % 99% 99% 98% 97% 96% M 100xFIM

19 Résultats des analyses CC et IM Variables Mangé bœuf (boucherie, ferme, marché) Mangé bœuf peu cuit Mangé au restaurant Mangé des légumes crus ou des salades Hygiène insuffisante des ustensiles Contact avec personne diarrhéique Cas Complet (N* = 340) Imputation Multiple (N* = 538) 30 bases imputées OR IC 95% p OR IC 95% p <10-3 NS NS * Nombre d individus pris en compte dans le calcul des OR du modèle final 19

20 Résultats des modèles réduits à 4 variables Cas Complet (N* = 340) Imputation Multiple (N* = 538) Variables Mangé bœuf (boucherie, ferme, marché) Mangé bœuf peu cuit OR 0.51 [ ] 2.71 [ ] SE (SE/OR) * x % % OR 0.61 [ ] 2.62 [ ] 30 bases de données SE (SE/OR)* x % % Mangé des légumes crus ou des salades 0.45 [ ] % 0.47 [ ] % Contact avec personne diarrhéique 3.19 [ ] % 2.03 [ ] % * Coefficient de variation

21 Discussion Intérêt de l imputation multiple Processus de sélection des variables plus rigoureux en IM Gain de puissance => identification de 2 facteurs de risque supplémentaires Hypothèse MAR Non réponse volontaire possible pour les variables d hygiène Modèle d imputation riche en variables auxiliaires 21

22 Synthèse et règles de publication [2] Matériels et méthodes Variables incomplètes (% de dm), mécanisme de données manquantes Méthode d imputation multiple retenue, logiciel Construction du modèle d imputation : variables prédictrices, nombre de bases Résultats Diagnostic de l imputation : comparaison données imputées et observées Résultats des analyses CC et IM si possible Discussion Différences entre les analyses CC et IM (sélection de variables, biais attendu) Validité de l hypothèse MAR (modèle d imputation, hypothèses épidémiologiques) [2] Sterne JA, White IR, Carlin JB, Spratt M, Royston P, Kenward MG, et al. Multiple imputation for missing data in epidemiological and clinical research: potential and pitfalls. BMJ 2009;338:b

23 4. Imputation pérenne du système de surveillance du VIH

24 Système de surveillance du VIH - Contexte En Europe, mise en place de systèmes de surveillance du VIH depuis 2000 Surveillance étendue aux nouveaux diagnostics VIH Centralisation par l ECDC En France, déclaration obligatoire depuis 2003 Estimation annuelle du nombre de nouveaux diagnostics VIH Analyse descriptive des patients nouvellement diagnostiqués Estimation de l incidence du VIH Estimation des données manquantes par imputation multiple Etats-Unis : ponctuellement pour estimer l incidence du VIH France : en routine depuis

25 Système de surveillance du VIH - description Biologistes Anonymisation Sexe, âge, Région de résidence Centre National de référence Sérotypage Test d infection récente Biomarqueurs (V3-TM) Médecins Pays de naissance Mode de contamination Motivation pour le test Historique de tests antérieurs Délai avec un test antérieur Stade clinique Taux de CD4 (depuis 2008)

26 Variables et proportions de données manquantes Variables Type DM (%) Socio-démographiques Age Sexe Domicile Pays de naissance Mode de contamination Historique de dépistage Motif de dépistage Sérologie antérieure négative si oui : date => délai Sérologie antérieure positive si oui : date => délai Données cliniques Stade clinique Taux de lymphocytes T4 (2008) Surveillance virologique Type viral Si type 1: => Sérotype viral B/NB TIR : Biomarqueurs V3 et TM Continue Binaire Catégorielle Catégorielle Catégorielle Catégorielle Binaire Continue Binaire Continue Catégorielle Continue Catégorielle Binaire Continue

27 Imputation en deux phases Sérologie antérieure positive ou négative Première phase oui non manquante oui non Délai notifié Délai manquant Délai manquant Seconde phase Délai imputé Délai imputé 27

28 Imputation en deux phases fiches pays de naissance mode de contamination stade clinique motivation pour le test sérologie antérieure positive négative type viral biomarqueurs V3 - TM délai avec une sérologie antérieure positive négative sérotype viral (B/NB) taux de CD4 ( ) Imputation de 5 bases fiches Imputation de 3 bases fiches Première phase Seconde phase 28

29 Construction des modèles d imputation Equations de prédiction Principe : variables incomplètes + variables auxiliaires prédictrices Modèles retenus 1 ère phase : 9 variables principales + 5 variables auxiliaires complètes 2 éme phase : 4 variables principales +11 variables auxiliaires complètes Nombre de bases Critères de choix théoriques M=25 pour FIM=25% En pratique : limite liée à la taille du fichier imputé Manipulations fréquentes de la base de données finale Imputation de M 1 =5 bases et M 2 =3 bases

30 Variables continues non-normales Biomarqueur V3 Biomarqueur V Biomarqueur TM Biomarqueur TM Délais Délais Nombre de Délais négatifs Délais positifs Nombre de CD

31 Imputation des variables continues Imputation des variables continues repose sur l hypothèse d une distribution normale Transformation par fonctions dédiées pas satisfaisante Transformation par scores de quantiles (Nevalainen, 2009) => appliquée aux 5 variables continues Imputation en utilisant une régression par intervalle On spécifie des bornes inférieures et supérieures 31

32 Validation interne Diagnostic On ne dispose pas de test d adéquation des modèles d imputation Intérêt de construire et tester plusieurs modèles d imputation Forme simple d analyse de sensibilité Notion de cohérence entre les données observées et imputées Diagnostics graphiques et numériques (Raghunathan 2007 ; Abayomi 2011) Variations explicables selon des mécanismes MAR 32

33 Nouveaux diagnostics selon le pays de naissance ,1% 46,5% 36,3% 36,5% ,6% 3,9% 7,2% 8,2% 4,9% 5,0% 0 France AFSS Europe Ame/Haïti AUTRES observé imputé 33

34 Nouveaux diagnostics selon le mode de contamination 100% 90% 80% 70% 60% 60,2% 67,4% 50% 40% 30% 36,8% 29,6% 20% 10% 0% 1,5% 1,8% 1,5% 1,3% Homo UDI Hétéro Autres observé imputé 34

35 Essai de validation externe Sources Deux sources de données nationales de patients infectés par le VIH (même définition de cas que la DO - données quasicomplètes) Enquête Odyssée (N=466) : Enquête nationale multicentrique ( ) Estimer la prévalence de la résistance primaire aux ART chez des patients chroniquement infectés par le VIH (naïfs d ART) Cohorte COPANA (N=795) Cohorte prospective multicentrique ( ) Étudier le pronostic des patients infectés par le VIH, récemment diagnostiqués (naïfs d ART) Objectif : Valider les estimations issues de l imputation de la DO VIH 35

36 Selon le pays de naissance et le sexe Femmes Hommes France AFSS Europe Am/Haiti Autres France AFSS Europe Am/Haiti Autres DO ODYSSEE COPANA 36

37 Limites de la validation externe Difficulté à analyser conjointement les 3 bases Déséquilibre en termes d effectifs Echantillons non-indépendants Difficulté d obtenir des sources de validation externe 37

38 Résultats : Distribution estimée des nouveaux diagnostics de VIH par groupe de transmission en France French national heterosexual women Non-French-national heterosexual women French national heterosexual men Non-French-national heterosexual men MSM IDUs 38

39 Conclusion Processus d imputation pérenne Période d étude : Adaptation du modèle d imputation chaque année Intérêt de l imputation multiple Description des nouveaux diagnostics VIH Estimation de l incidence du VIH Complexité du processus d imputation : impact sur les estimations Importance de la validation Intérêt d une analyse de sensibilité (hypothèse MAR) 39

40 5. Analyse de sensibilité à l hypothèse MAR Illustration à partir de données de surveillance de l hépatite C chronique

41 Analyse de sensibilité après imputation multiple Méthodes d analyse testant la sensibilité des résultats au non respect de l hypothèse MAR difficiles à appliquer Carpenter et al. (2007) : analyse de sensibilité appliquée aux essais cliniques Objectif : Proposer des recommandations pour appliquer cette méthode d analyse de sensibilité à des données d enquêtes observationnelles Analyses initiales : Pôles de référence de l hépatite C Données collectées par un système national de surveillance du VHC Période pôles de référence hospitaliers Parmi patients VHC + : usagers de drogues (IV/IN) Objectif : Mettre en évidence des facteurs de risque associés à une complication hépatique grave (cirrhose ou carcinome hépatocellulaire)

42 Variables retenues pour l analyse multivariée Variables DM (%) Complication hépatique grave 0 Sexe 0 Age ( 40 ans, >40 ans) 0 Durée de l infection par le VHC ( 18 ans, >18 ans) 12.5 Délai de prise en charge 1 an, >1 an 11.5 Consommation d alcool excessive 14.6 Sérologie VIH AgHbs + (VHB) 17.2 Génotype 3 (VHC) 29.6 Cas Complet : données manquantes à structure arbitraire et 41.8% (1818 /4343) des individus avec données complètes Imputation multiple : 9 variables prédictrices, 30 bases imputées

43 Résultats des analyses multivariées CC et IM (1) Variables Sexe OR 1.85 [1.1;3.0] Cas Complet (N* = 2130) Imputation Multiple (N* = 4343) SE (SE/OR) x % 0.01 p OR SE 1.98 [1.4;2.8] (SE/OR) x100 p % < 10-3 Age en 2 classes 5.59 [2.5;12.2] % < [2.4;7.5] % < 10-3 Durée de la maladie 5.49 [2.9;10.6] % < [2.5;6.4] % < 10-3 Consommation passée d alcool 2.60 [1.8;3.7] % < [2.2;3.7] % < 10-3 AgHbs (VHB) 2.42 [1.0;5.9] % 0.05 Co-infection VIH 1.80 [1.2;2.6] % Génotype 3 (VHC) 1.48 [1.1;2.0] % [1.2;2.2] % ORa tenant compte d une interaction entre l âge et la durée de la maladie (CC et IM)

44 Perspectives On souhaite tester l impact du non-respect de l hypothèse MAR Consommation excessive passée d alcool Sous-déclaration possible car question sensible socialement Co-infection par le virus du VIH Test VIH serait mieux rapporté pour patients VIH + (Prévalence faible de la co-infection VHC-VIH (8%) ) Infection par un virus de l hépatite C de génotype 3 émergence comme facteur de risque de complications hépatiques graves chez les UDI (30% DM) Réalisation d une analyse de sensibilité

45 Principe de l analyse de sensibilité X un vecteur de covariables complètes ou incomplètes Y une covariable incomplète avec R i =1 si Y i est observée et R i =0 sinon Soit une régression logistique liant la probabilité d observer Y à la valeur de Y, ajustée sur un vecteur de covariables logit Pr(R i =1) = α + β X i + δ Y i Si δ=0 : le mécanisme de non réponse pour Y ne dépend pas de Y => MAR Si δ 0 : le mécanisme de non réponse dépend des données manquantes de Y => MNAR 45

46 Application pratique de l analyse de sensibilité Obtenir un estimateur MNAR à partir de δ et des données imputées M ˆ θ ( δ ) = ˆ θ avec w m Comparer les estimateurs MAR et MNAR des mesures d association (OR) Proposer un processus pour sélectionner une valeur pour δ Pas d information en épidémiologie d observation Etapes numériques et graphiques On génère M=1000 bases avec le modèle d imputation initial NMAR w m m= 1 M ( δ ) = w~ ( δ ) / w~ ( δ ) m k = 1 k m n1 w~ ( δ ) = exp δ et i= 1 m m Y i 46

47 Estimations après imputation multiple et analyse de sensibilité M=1000 bases Imputation Multiple Analyse de Sensibilité OR SE SE/OR TV IM δ OR SE SE/OR TV AS IC 95% % % IC 95% % % Alcool 2.82 [2.2;3.7] % [2.2;3.7] % Génotype [1.3;2.2] % [1.2;2.1] % VIH 1.80 [1.2;2.6] % [1.3;2.8] %

48 Taux de variation selon δ après analyse de sensibilité VIH VIH TV AS = 6.1% TV VR SA (%) SA (%) Alcool VIH Génotype 3 Alcoo Génoty Alcool TV AS = 1.3% Génotype 3 TV AS = 3.6% δ 48

49 Conclusions Résultats de l analyse de sensibilité Pour la consommation d alcool et le génotype 3, les estimations sont peu affectées (OR : 2.82->2.86; 1.66->1.60) Pour le VIH, l effet est plus marqué (OR : > 1.90) Analyse de sensibilité apparaît essentielle pour valider les résultats de l imputation multiple 49

50 Autres applications de l imputation multiple Application à des systèmes de surveillance Données de surveillance du VHB Données de surveillance du VIH Etude capture-recapture, VIH chez les enfants (Bousquet, 2012) Etude sur la transmission du VIH par dons de sang (Pillonel, 2012) Application à des données d enquêtes transversales Enquête dans les services d urgences en IDF : dépistage VIH (d Almeida, 2011) Enquête cas-témoins multicentrique européenne : couverture vaccinale de la grippe I MOVE study (Valenciano, 2011) Application à des données de surveillance de maladies émergents Surveillance de l épidémie de Mers-CoV (Le Perff, 2014) 50

51 7. Discussion-Conclusion

52 Mise en application de l IM : «bonnes pratiques» Procédure standardisée d examen d une base de données incomplète : hypothèses sur les mécanismes de données manquantes et choix d une méthode Construction raisonnée du modèle d imputation : sélection des prédicteurs, choix du nombre de bases Diagnostic des données imputées : construction de plusieurs modèles d imputation, étape de diagnostic, évaluation de la puissance statistique Présentation des analyses CC et IM : discussion des hypothèses pour les 2 types d analyses et interprétation des résultats Analyse de sensibilité : hypothèse MAR 52

53 Traitement des données manquantes Problématique en santé publique En pratique, traitement de données de surveillance avec une intégration nécessaire dans les équipes Travail collaboratif en amont Travail de gestion et d analyse de bases multiples Impact sur les équipes de surveillance Travail de recherche au sein d une agence Contraintes de temps liées à l activité de surveillance Difficulté pour approfondir les aspects méthodologiques Nécessité de collaborer avec des équipes de recherche 53

54 Références Little RJA, Rubin DB. Statistical analysis with missing data. 2nd ed. New York: Wiley, Schafer JL, Graham JW. Missing data: our view of the state of the art. Psychol Methods 2002;7(2): Van Buuren S. Multiple imputation of discrete and continuous data by fully conditional specification. Stat Methods Med Res 2007;16(3): Raghunathan TE. What do we do with missing data? Some options for analysis of incomplete data. Annu Rev Public Health 2004;25: Graham JW. Missing data analysis: making it work in the real world. Annu Rev Psychol 2009;60: White IR, Royston P, Wood AM. Multiple imputation using chained equations: Issues and guidance for practice. Stat Med 2011;30(4): Sterne JA, White IR, Carlin JB, Spratt M, Royston P, Kenward MG, et al. Multiple imputation for missing data in epidemiological and clinical research: potential and pitfalls. BMJ 2009;338:b2393. Abayomi K, Gelman A, Levy M. Diagnostics for multiple imputation. Appl Statist 2011;57(3):

Les données manquantes en statistique

Les données manquantes en statistique Les données manquantes en statistique N. MEYER Laboratoire de Biostatistique -Faculté de Médecine Dép. Santé Publique CHU - STRASBOURG Séminaire de Statistique - 7 novembre 2006 Les données manquantes

Plus en détail

THÈSE DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS XI

THÈSE DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS XI UNIVERSITE PARIS XI FACULTE DE MEDECINE PARIS SUD Ecole Doctorale de Santé Publique - ED420 Année 2011/2012 N attribué par la bibliothèque THÈSE Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS XI

Plus en détail

Analyse de données longitudinales continues avec applications

Analyse de données longitudinales continues avec applications Université de Liège Département de Mathématique 29 Octobre 2002 Analyse de données longitudinales continues avec applications David MAGIS 1 Programme 1. Introduction 2. Exemples 3. Méthodes simples 4.

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

Situation du VIH-sida en France

Situation du VIH-sida en France Situation du VIH-sida en France Données du 3 juin 27 Unité VIH/Sida-IST-VHC Département des Maladies Infectieuses Institut de Veille Sanitaire 1 Sommaire I - Découvertes de séropositivité VIH diapositive

Plus en détail

Points méthodologiques Adapter les méthodes statistiques aux Big Data

Points méthodologiques Adapter les méthodes statistiques aux Big Data Points méthodologiques Adapter les méthodes statistiques aux Big Data I. Répétition de tests et inflation du risque alpha II. Significativité ou taille de l effet? 2012-12-03 Biomédecine quantitative 36

Plus en détail

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 Epidémiologie Mme Fabbro-Peray Séance préparée par les tuteurs du TSN QCM n 1 : Choisir la ou les proposition(s) exacte(s). A. Parmi

Plus en détail

La régression logistique. Par Sonia NEJI et Anne-Hélène JIGOREL

La régression logistique. Par Sonia NEJI et Anne-Hélène JIGOREL La régression logistique Par Sonia NEJI et Anne-Hélène JIGOREL Introduction La régression logistique s applique au cas où: Y est qualitative à 2 modalités Xk qualitatives ou quantitatives Le plus souvent

Plus en détail

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Questions fréquentes R. Kammerlander Forum Hygiène Lausanne 13 avril 2005 Risque de transmission du VHB de patient à soignant USA Diminution de > 95%

Plus en détail

Traitement des données manquantes en épidémiologie : application de l imputation multiple à des données de surveillance et d enquêtes

Traitement des données manquantes en épidémiologie : application de l imputation multiple à des données de surveillance et d enquêtes Traitement des données manquantes en épidémiologie : application de l imputation multiple à des données de surveillance et d enquêtes Vanina Héraud Bousquet To cite this version: Vanina Héraud Bousquet.

Plus en détail

MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique»

MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique» M1_presentation_generale_4juil05.doc 1/11 MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique» La mention s articule autour de 6 spécialités : Recherche en éthique : Pr Christian HERVE (herve@necker.fr)

Plus en détail

Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C

Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C Synthèse avis des groupes de travail et de lecture Et recommandation de la HAS mars 2011 sur La synthèse

Plus en détail

Études épidémiologiques analytiques et biais

Études épidémiologiques analytiques et biais Master 1 «Conception, évaluation et gestion des essais thérapeutiques» Études épidémiologiques analytiques et biais Roxane Schaub Médecin de santé publique Octobre 2013 1 Objectifs pédagogiques Connaitre

Plus en détail

Les techniques de dépistage de la fraude. Marianne Paesmans Lieveke Ameye 1

Les techniques de dépistage de la fraude. Marianne Paesmans Lieveke Ameye 1 Les techniques de dépistage de la fraude Marianne Paesmans Lieveke Ameye 1 Erreurs versus fraude Contrôle qualité des données et validation d une base de données avant analyse sont des étapes standard

Plus en détail

Document de travail. Contexte

Document de travail. Contexte Evaluation du risque infectieux viral hématogène lié à la non stérilisation entre chaque patient des porte-instruments rotatifs en chirurgie dentaire J.M. Thiolet, P. Bernillon, F. Lot, F. L Hériteau,

Plus en détail

Objet : Changements importants relatifs aux épreuves de détection qualitative et quantitative de l ARN du virus de l hépatite C (VHC)

Objet : Changements importants relatifs aux épreuves de détection qualitative et quantitative de l ARN du virus de l hépatite C (VHC) PAR COURRIER ÉLECTRONIQUE Le 29 juillet 203 Aux responsables des laboratoires de microbiologie Aux médecins microbiologistes-infectiologues Aux médecins gastroentérologues et hépatologues Aux assistants-chefs

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Corinne Alberti CIE 5 : modèles et méthodes de l évaluation clinique et thérapeutique en pédiatrie

Plus en détail

Ariane MALLAT. Tabac, cannabis et foie

Ariane MALLAT. Tabac, cannabis et foie Ariane MALLAT Tabac, cannabis et foie Connaître le rôle du tabac et du cannabis dans le développement de la fibrose Savoir l évaluer Connaître les conséquences pratiques chez un malade porteur d une hépatopathie

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012 Surveillance des patients VHC non traités Julia ATTALI 15/12/2012 Patients non traités Absence d indication au traitement: patients F0/F1 Echec traitement Contre-indication au traitement Refus du patient

Plus en détail

Approche bayésienne des modèles à équations structurelles

Approche bayésienne des modèles à équations structurelles Manuscrit auteur, publié dans "42èmes Journées de Statistique (2010)" Approche bayésienne des modèles à équations structurelles Séverine Demeyer 1,2 & Nicolas Fischer 1 & Gilbert Saporta 2 1 LNE, Laboratoire

Plus en détail

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter-

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Largement débattue au cours du XII ème congrès de Gastroentérologie, tenu ce week end, l hépatite B mérite d être mieux connue

Plus en détail

Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH

Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH Odile Launay CIC de vaccinologie Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris 6 ème journée de vaccinologie clinique JG Guillet Mardi 4 juin 2013

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses au sein de la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre 2011 ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN

Plus en détail

Imputation multiple pour variables qualitatives par analyse des correspondances multiples

Imputation multiple pour variables qualitatives par analyse des correspondances multiples Imputation multiple pour variables qualitatives par analyse des correspondances multiples Vincent Audigier & François Husson & Julie Josse Laboratoire de mathématiques appliquées, Agrocampus Ouest 65 rue

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs

Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs S Chevaliez 1,2, L Poiteau 1,2, I Rosa 3, A Soulier 1,2, F Roudot- Thoraval 2,4, C Hézode

Plus en détail

Gestion des risques Vigilances sanitaires

Gestion des risques Vigilances sanitaires Gestion des risques Vigilances sanitaires Dr François L Hériteau Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales Paris-Nord Le risque Un DANGER, plus ou moins prévisible Ne pas confondre:

Plus en détail

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011-

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011- Protocole d étude Evaluation des résultats des centres de FIV -Activité 2011- Contexte Depuis 2005, l Agence de la biomédecine a pour mission de suivre et d évaluer les activités cliniques et biologiques

Plus en détail

Fréquence, modalités, et déterminants de l éducation nutritionnelle en médecine générale : l étude Nutrimège

Fréquence, modalités, et déterminants de l éducation nutritionnelle en médecine générale : l étude Nutrimège Fréquence, modalités, et déterminants de l éducation nutritionnelle en médecine générale : l étude Nutrimège Dr Annabelle COVI-CROCHET Département de médecine générale Faculté de médecine de Créteil Introduction

Plus en détail

QUESTIONS / RÉPONSES

QUESTIONS / RÉPONSES Les autotests de dépistage de l infection par le VIH QUESTIONS / RÉPONSES A SAVOIR L autotest ne remplace pas les autres modalités de dépistage du VIH, il les complète. Personne ne doit être contraint

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

INTERNATIONAL CHAIR IN MATHEMATICAL PHYSICS AND APPLICATIONS (ICMPA) UNESCO CHAIR IN MATHEMATICAL PHYSICS AND APPLICATIONS

INTERNATIONAL CHAIR IN MATHEMATICAL PHYSICS AND APPLICATIONS (ICMPA) UNESCO CHAIR IN MATHEMATICAL PHYSICS AND APPLICATIONS INTERNATIONAL CHAIR IN MATHEMATICAL PHYSICS AND APPLICATIONS (ICMPA) UNESCO CHAIR IN MATHEMATICAL PHYSICS AND APPLICATIONS established in 2006 at the University of Abomey-Calavi (Republic of Benin) UNITWIN/UNESCO

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

Virologie et hépa.tes. Journées Scientifiques du Site ANRS-SENEGAL

Virologie et hépa.tes. Journées Scientifiques du Site ANRS-SENEGAL Virologie et hépa.tes Site ANRS-SENEGAL Plan Généralités VHB VHC Conclusion 350 million infected with HBV worldwide 170 million infected with HCV worldwide HBV prevalence HCV prevalence HBV and HCV are

Plus en détail

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Best of Hépatologie 2010 Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Evaluation de la fibrose Analyse des échecs de l élastométrie impulsionnelle Castera L et al. Hepatology 2010;51 (3): 828-35

Plus en détail

Analyse de survie appliquée à la modélisation de la transmission des maladies infectieuses : mesurer l impact des interventions

Analyse de survie appliquée à la modélisation de la transmission des maladies infectieuses : mesurer l impact des interventions Analyse de survie appliquée à la modélisation de la transmission des maladies infectieuses : mesurer l impact des interventions Génia Babykina 1 & Simon Cauchemez 2 1 Université de Lille, Faculté Ingénierie

Plus en détail

Approche modèle pour l estimation en présence de non-réponse non-ignorable en sondage

Approche modèle pour l estimation en présence de non-réponse non-ignorable en sondage Approche modèle pour l estimation en présence de non-réponse non-ignorable en sondage Journées de Méthodologie Statistique Eric Lesage Crest-Ensai 25 janvier 2012 Introduction et contexte 2/27 1 Introduction

Plus en détail

2/ FONCTIONNEMENT ET ORGANISATION DE LA BASE

2/ FONCTIONNEMENT ET ORGANISATION DE LA BASE 1/ OBJECTIFS ET PROBLEMATIQUES DE LA BASE DE DONNEES HOSPITALIERE FRANCAISE SUR L INFECTION À VIH AU MOMENT DE LA CREATION ET EVOLUTION(S) DEPUIS LA CREATION En réponse à l émergence de l épidémie de VIH/SIDA,

Plus en détail

Nouveaux indicateurs. La Direction. La médecine du travail. Le laboratoire

Nouveaux indicateurs. La Direction. La médecine du travail. Le laboratoire Nouveaux indicateurs Règles de remplissage/contrôle/preuves inconnus: En 2012, on devra saisir 2011 Eléments «nouveaux» (officieux et pas définitifs) Il faut idéalement d ici le 31 décembre pour: La Direction

Plus en détail

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Christiane Claessens Laboratoire de santé publique du Québec 24 octobre 2006 Surprise! Un test de laboratoire 100% précis

Plus en détail

Les enjeux de la vaccination en EHPAD. Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie. christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.

Les enjeux de la vaccination en EHPAD. Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie. christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free. Les enjeux de la vaccination en EHPAD Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.fr 11 ème Congrès National des Gériatres et Médecins Coordonnateurs d

Plus en détail

REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES VACCINATION DES ADULTES INFECTES PAR LE VIH/SIDA

REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES VACCINATION DES ADULTES INFECTES PAR LE VIH/SIDA 1 ASSOCIATION ReVIH MULHOUSE RESEAU VILLE-HOPITAL MULHOUSE SUD-ALSACE 5 Rue Bartholdi 68400 RIEDISHEIM REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES VACCINATION DES ADULTES INFECTES PAR

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

Actualités sur la vaccination grippale

Actualités sur la vaccination grippale Actualités sur la vaccination grippale Dr Christophe TRIVALLE Pôle Vieillissement, Réadaptation et Accompagnement Hôpital Paul Brousse, APHP, Villejuif christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.fr

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca Petit g de u s bon nes p AES ide ratiqu e s Accident d Exposition au Sang Stop au massacre! Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca www.urps-infirmiere-paca.fr https://www.facebook.com/urps.infirmiere.paca

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT»

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Pr Elisabeth BOUVET Groupe «Prévention sexuelle» COREVIH Île-de-France

Plus en détail

Evaluation générale de la qualité des données par âge et sexe

Evaluation générale de la qualité des données par âge et sexe Analyse démographique pour la prise des décisions. Tendances, et inégalités de mortalité et de fécondité en Afrique francophone : les outils en ligne de l UNFPA / UIESP pour l'estimation démographique.

Plus en détail

PROTOCOLE DE SIGNALEMENT ET D INVESTIGATION DES CLUSTERS DE GRIPPE A (H1N1) 2009

PROTOCOLE DE SIGNALEMENT ET D INVESTIGATION DES CLUSTERS DE GRIPPE A (H1N1) 2009 PROTOCOLE DE SIGNALEMENT ET D INVESTIGATION DES CLUSTERS DE GRIPPE A (H1N1) 2009 VERSION DU 23 JUILLET 2009 1 Sommaire 1. INTRODUCTION... 3 2. OBJECTIFS... 4 3. METHODE... 5 3.1. DEFINITIONS DE CAS GROUPES...

Plus en détail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Elisabeth BOUVET, Dominique Abiteboul GERES Tuberculose infection et tuberculose maladie Contact BK= TM Infection latente 95% Infection = 30% des

Plus en détail

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS 1 LECTURE CRITIQUE D UN ARTICLE SCIENTIFIQUE 1 ER PAS FORUM PCI 20,05,14 MJ Thévenin / Inf. EPIAS/ SMPH BUTS ET ORGANISATION DE LA PRÉSENTATION Utiliser une grille de lecture critique d un article Comprendre

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer

Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer L activité physique régulière et la consommation de fruits et légumes réduisent le risque de cancers. À l inverse, le surpoids et

Plus en détail

Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG

Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG 21.02.2002 CONTEXTE Evolution des connaissances Evaluation de nouvelles approches thérapeutiques, de nouvelles

Plus en détail

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique?

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? TVP et algorithme de prédiction clinique - 1 Médiocre sensibilité et spécificité des signes et symptômes cliniques Utilité démontrée de la

Plus en détail

Étude d évaluation contingente

Étude d évaluation contingente Existe-t-il une demande pour les diagnostics DGP et DP chez les porteurs des mutations BRCA1/2? Étude d évaluation contingente C. Protière, C. Nogues, I. Coupier et al. Travail en cours Problématique Porteurs

Plus en détail

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Journée EHPAD 14 février 2013 Dr Elise Seringe ARLIN Ile de France EHPAD Une population exposée Environnement ouvert vers la communauté Risque

Plus en détail

Audit Précautions Complémentaires 2014

Audit Précautions Complémentaires 2014 Audit Précautions Complémentaires 2014 Présentation S Desmons ARLIN PACA Avril 2014 1 PLAN : Contexte Objectifs Méthodologie de l audit Données recueillies Organisation de l audit Saisie informatique S

Plus en détail

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre Cliquez pour modifier le style du titre ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? JULIETTE BOUCHET ET ONCOMIP 1 Cliquez INTRODUCTION pour

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé.

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé. ih DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé ist 2 vih DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

Plus en détail

Analyses dans les essais thérapeutiques :

Analyses dans les essais thérapeutiques : 6ème Université d été Recherche et Evaluation en Cancérologie Analyses dans les essais thérapeutiques : analyses intermédiaires, finale et cross-over. M. Bouziani (Oran) 1 Laboratoire de biostatistique

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

Outils méthodologiques et astuces pour la thèse de médecine Les statistiques, comment faire?

Outils méthodologiques et astuces pour la thèse de médecine Les statistiques, comment faire? Outils méthodologiques et astuces pour la thèse de médecine Les statistiques, comment faire? Cyril Ferdynus, USM, CHU RECUEIL DE DONNEES Recueil hors ligne Epidata (http://www.epiconcept.fr/html/epidata.html)

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Maladies infectieuses résurgentes et émergentes

Maladies infectieuses résurgentes et émergentes Maladies infectieuses résurgentes et émergentes Docteur Sylvie Renard-Dubois Bureau des maladies infectieuses et de la politique vaccinale Direction générale de la santé 21 janvier 2005 Causes et mécanismes

Plus en détail

Analyse des données individuelles groupées

Analyse des données individuelles groupées Analyse des données individuelles groupées Analyse des Temps de Réponse Le modèle mixte linéaire (L2M) Y ij, j-ième observation continue de l individu i (i = 1,, N ; j =1,, n) et le vecteur des réponses

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

Utilisation des données de l Assurance maladie pour évaluer l impact sanitaire des contaminations fécales de l eau du robinet : forces et limites

Utilisation des données de l Assurance maladie pour évaluer l impact sanitaire des contaminations fécales de l eau du robinet : forces et limites Utilisation des données de l Assurance maladie pour évaluer l impact sanitaire des contaminations fécales de l eau du robinet : forces et limites C. Galey, L. Rambaud, P. Pirard, S. Gora, A. Guillet, Y.

Plus en détail

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis»

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Wald R et al., JAMA 2009;302(11):1179-1185 P. Bardou CHU Limoges DESC réa med, session

Plus en détail

Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle

Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle Académie de Pharmacie 2 décembre 2015 Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle Lucien Abenhaim Laser Analytica London School of Hygiene & Tropical Medicine 1 Questions Définitions

Plus en détail

Actualités sur l amiante et les fibres minérales artificielles

Actualités sur l amiante et les fibres minérales artificielles Actualités sur l amiante et les fibres minérales artificielles P Brochard Laboratoire Santé Travail Environnement Université Victor Segalen Bordeaux 2 1 Amiante Reconnaissance du danger : classement par

Plus en détail

STATISTIQUE SCIENCES DE DE LA LA VIE DOCUMENTATION. Diplôme de l université Paris XI. ssv.medecine@u-psud.fr

STATISTIQUE SCIENCES DE DE LA LA VIE DOCUMENTATION. Diplôme de l université Paris XI. ssv.medecine@u-psud.fr Diplôme de l université Paris XI STATISTIQUE ET ET SCIENCES DE DE LA LA VIE Contact uniquement par courrier électronique aucun accueil possible - Trois options Modélisation Recherche clinique Recherche

Plus en détail

Petit guide de la Base de données ETP

Petit guide de la Base de données ETP Petit guide de la Base de données ETP Dans le cadre de mes fonctions, il m est demandé de travailler avec les équipes pour proposer et améliorer les outils utilisés au quotidien. Dans ce sens, j ai réfléchi

Plus en détail

Glossaire des termes utiles à la lecture. critique d un article médical

Glossaire des termes utiles à la lecture. critique d un article médical Glossaire des termes utiles à la lecture critique d un article médical Ajustement... 4 Analyse de sous-groupe... 5 Analyse de survie... 5 Analyse en intention de traiter... 6 Analyse en per-protocole...

Plus en détail

Fiche d information et de faits : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013

Fiche d information et de faits : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013 SOUS EMBARGO JUSQU AU mercredi 29 mai 2013, 3 h 1, HAE Mai 2013 Fiche d information et de faits : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013 En 2013 : On estime que 48 700 nouveaux cas de cancer seront

Plus en détail

Introduction à l'analyse statistique des données

Introduction à l'analyse statistique des données INTRODUCTION À L'ANALYSE STATISTIQUE DES DONNÉES CONCEPTS DE BASE Un certain nombre de concepts, préalables indispensables à la compréhension des analyses présentées, sont définis ici. De même pour quelques

Plus en détail

Pratiques liées aux gestes invasifs et antécédents d Accidents Exposant au Sang (AES) dans les EHPAD

Pratiques liées aux gestes invasifs et antécédents d Accidents Exposant au Sang (AES) dans les EHPAD Pratiques liées aux gestes invasifs et antécédents d Accidents Exposant au Sang (AES) dans les EHPAD Dr Christine CHANSIAUX-BUCALO, PH Equipe Mobile de Gériatrie, Hôpital Bretonneau, 7518 Paris Dr Christine

Plus en détail

Téléphones mobiles à l hôpital: utilisation par les soignants et contamination bactérienne

Téléphones mobiles à l hôpital: utilisation par les soignants et contamination bactérienne Téléphones mobiles à l hôpital: utilisation par les soignants et contamination bactérienne E. Botelho-Nevers 1, L. Papazian 2, S. Badiaga 3, M. Leone 4, P. Brouqui 5 et M. Drancourt 5 1 Service de Maladies

Plus en détail

Mortalité? Durée de séjour?

Mortalité? Durée de séjour? Surmortalité et excès s de durée e de séjours liés à la survenue d une d infection acquise en réanimation Analyse de la littérature Propositions pour le réseau REA RAISIN Dr Th. LAVIGNE pour le Comité

Plus en détail

Réglementation européenne. enne des dispositifs médicaux m diagnostic in vitro. E. LAFORGERIE 19 juillet 2006

Réglementation européenne. enne des dispositifs médicaux m diagnostic in vitro. E. LAFORGERIE 19 juillet 2006 Réglementation européenne enne des dispositifs médicaux m de diagnostic in vitro E. LAFORGERIE 19 juillet 2006 Historique des réglementationsr Décret du 19 avril 1996 relatif à l enregistrement des réactifsr

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 Le réseau de correspondants médicaux et paramédicaux en hygiène hospitalière - la coordination et l animation sont assurées par l EOHH (infirmier et/ou

Plus en détail

Session B2: Assurance

Session B2: Assurance 33 èmes Journées des Économistes de la Santé Français 1 er et 2 décembre 2011 Session B2: Assurance Auteurs: Sophie Guthmuller et Jérôme Wittwer, Université Paris-Dauphine Référé: Aurore Pélissier, CERDI,

Plus en détail

Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud

Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud Séminaire ANRS 24 /25 septembre 2015 Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud Mélanie Plazy Post-doctorante sur le projet ANRS 12249 TasP

Plus en détail

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Abdelfattah CHAKIB Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca Service des maladies infectieuses, CHU Ibn Rochd 06 61 42 91 64 afchakib@gmail.com

Plus en détail

Les données manquantes en bio-statistique

Les données manquantes en bio-statistique Les données manquantes en bio-statistique Pr N. MEYER Laboratoire de Biostatistique - Faculté de Médecine Dép. Santé Publique CHU - STRASBOURG Master Statistiques et Applications 10 mars 2011 Importance

Plus en détail

Introduction à la création et la gestion de bases de données

Introduction à la création et la gestion de bases de données Introduction à la création et la gestion de bases de données Stéphane Béchet Biostatisticien / Data Manager Institut Pasteur Unité d Epidémiologie des Maladies Emergentes stephane.bechet@pasteur.fr 1 Objectifs

Plus en détail

Analyse de la survie des sujets atteints de Sida dans les principaux hôpitaux parisiens entre 1981 et 1993

Analyse de la survie des sujets atteints de Sida dans les principaux hôpitaux parisiens entre 1981 et 1993 Retour au sommaire des BEH de 1997 Analyse de la survie des sujets atteints de Sida dans les principaux hôpitaux parisiens entre 1981 et 1993 INTRODUCTION A partir des données de surveillance du Sida,

Plus en détail

Il existe 3 types d études en épidémiologie qui répondent à 3 questions différentes :

Il existe 3 types d études en épidémiologie qui répondent à 3 questions différentes : Fiche : Rappel des études en épidémiologie 1 L épidémiologie est l étude de l état de santé de la population, et des facteurs influant sur la santé des populations humaines. Il existe 3 types d études

Plus en détail

analyses et surveillance

analyses et surveillance PORTRAIT DES INFECTIONS TRANSMISSIBLES SEXUELLEMENT ET PAR LE SANG (ITSS), DE L HÉPATITE C, DE L INFECTION PAR LE VIH ET DU SIDA AU QUÉBEC S A N T É P U B L I Q U E analyses et C O L L E C T I O N surveillance

Plus en détail