Vanina Bousquet 24 mars 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vanina Bousquet 24 mars 2015"

Transcription

1 Traitement des données manquantes par une méthode d imputation multiple : Application à des données d enquête et de surveillance des maladies infectieuses Vanina Bousquet 24 mars 2015

2 Plan 1. Contexte 2. Méthodes 3. Etapes du processus d imputation : étude cas-témoins infection à Campylobacter 4. Imputation pérenne d un système de surveillance : surveillance du VIH 5. Analyse de sensibilité à l hypothèse MAR : surveillance du VHC 5. Discussion - Conclusion 2

3 1. Contexte La gestion des données manquantes constitue un problème récurrent en épidémiologie pour les données d enquêtes mais aussi de systèmes de surveillance. Le mode de gestion le plus courant consiste à limiter l analyse aux sujets pour lesquels l ensemble des variables est renseigné. Des méthodes alternatives de traitement des données manquantes ont été proposées : méthodes par maximisation de la vraisemblance et par imputation multiple. Nous avons fait le choix de présenter une méthode d imputation multiple, qui consiste à remplacer chaque donnée manquante par un ensemble de données estimées. 3

4 2. Méthodes

5 Données manquantes - Origine Non-réponse Totale Variables d intérêts non renseignées (refus de répondre à un questionnaire) Quantité d information insuffisante (variable d intérêt manquante) Partielle Involontaire : mémorisation/compréhension, info manquante dans un dossier Volontaire : question socialement sensible (santé, consommations, comportement) Réponse inexploitable Inconsistance de la réponse : contradiction dans un questionnaire, entre 2 sources d info Echantillon biologique insuffisant (quantité, qualité) => Mécanismes variés à l origine des données manquantes 5

6 Données manquantes - Structure Soient : X un vecteur de variables complètes Y un vecteur de variables incomplètes Univariée Monotone Non Monotone = Arbitraire X 1 X 2 Y X 1 X 2 Y 1 Y 2 Y 3 Y 4 X 1 X 2 Y 1 Y 2 Y 3 Y

7 Données manquantes - Typologie MCAR : Missing Completely At Random Probabilité de données manquantes est une constante Données manquantes = sous-échantillon aléatoire de l ensemble des données MAR : Missing At Random Probabilité de données manquantes ne dépend que des valeurs observées des variables et des variables complètes MNAR : Missing Non At Random Probabilité de données manquantes dépend de valeurs nonobservées des variables 7

8 Analyse cas-complet L analyse est restreinte aux individus pour lesquels toutes les variables sont renseignées Idée reçue: méthode correcte, citée dans certains ouvrages (Miettienen)

9 Analyse cas-complet Impact des données manquantes => Analyse restreinte aux individus pour lesquels toutes les variables sont renseignées Perte de puissance et de précision Sélection des variables faussée en analyse multivariée Identification des facteurs de risque Phénomènes de confusion, interactions Biais potentiel des estimations en analyse multivariée MCAR : sous-échantillon aléatoire et pas de biais MAR (ou MNAR) : biais si le mécanisme dépend de la variable à expliquer et d une variable explicative [1] [1] Vach W, Blettner M. Biased estimation of the odds ratio in case-control studies due to the use of ad hoc methods of correcting missing values for confounding variables. Am J Epidemiol 1991;134:

10 Imputation multiple (IM) Historique Rubin 1978 en sciences sociales Grandes bases de données et nombreux utilisateurs Evolution vers une imputation «maison» plus spécifique Principe général Remplacer chaque donnée manquante par M valeurs plausibles : prends en compte l incertitude liée aux données manquantes Statistiques bayésiennes: estimation à partir des distributions a posteriori des variables (algorithme MCMC) En pratique : M bases de données à manipuler

11 Imputation multiple - Principe base 1 β1 σ 2 1 base 2 base 3 base 4 β2 σ 2 2 β3 σ 2 3 β4 σ 2 4 β = moyenne (βi) σ 2 = σ 2 intra +(1+1/M)σ 2 inter base 5 β5 σ 2 5 Analyses séparées Analyse conjointe Phase d imputation Phase d analyse 11

12 Méthodes d imputation multiple Imputation par un modèle reposant sur une distribution multivariée normale jointe pour toutes les variables incomplètes (Schafer,1997) Hypothèse pas toujours vérifiée (variables discrètes) Imputation par équations chaînées (Van Buuren, 1999) Fonction de lien et variables prédictrices pour chaque variable incomplète Adaptée à l imputation de variables discrètes et grande flexibilité Conditions d application Hypothèse MAR Hypothèse de normalité pour les variables continues En pratique : ado ICE développé par Royston sous STATA 12

13 3. Etapes du processus d imputation Illustration à partir d une enquête cas-témoins appariée sur l infection à Campylobacter

14 Enquête cas-témoins sur l infection à Campylobacter => Infection à Campylobacter : gastroentérites bactériennes alimentaires Objectif : Identifier les facteurs de risque des cas sporadiques d infection à Campylobacter en France Enquête cas-témoins nationale appariée sur l âge et le sexe (1-1) : 269 cas et 269 témoins (N=538) Données collectées par questionnaire sur les expositions alimentaires (consommation, hygiène, contacts) 8 jours précédant les premiers symptômes 200 questions avec recueil rétrospectif Données manquantes liées à la mémorisation 21 variables d exposition =>3 variables complètes - 15 variables avec 3 à 15% dm - 3 variables avec 15 à 30%dm => structure arbitraire 14

15 Evolution des effectifs en analyse multivariée CC Modèle vide Sans appariement Avec appariement Variables ajoutées successivement dans le modèle d analyse multivariée Modèle complet 15

16 Construction du modèle d imputation : Sélection des variables Il est recommandé (Rubin 1996, Van Buuren 1999) d inclure le maximum de variables prédictrices (15 à 25) Variables principales = variable à expliquer + covariables retenues pour l analyse multivariée Variables auxiliaires = variables prédictrices complémentaires Le modèle d imputation peut donc être plus général que le modèle d analyse

17 Construction du modèle d imputation (1) Sélection des variables MODELE D ANALYSE MULTIVARIEE Cas Complet et Imputation Multiple Base de données p 0.2 p>0.2 Variables principales Variables secondaires p 0.05 MODELE D IMPUTATION MULTIPLE Variables auxiliaires p>0.05 Variables accessoires Analyse univariée M Ei (test du Chi2) Lien avec la non réponse Ei Ri (test du Chi2) Modèle d imputation : variable à expliquer + 14 variables principales + 6 variables auxiliaires 17

18 Construction du modèle d imputation : Nombre de bases Efficacité statistique relative (Rubin 1987) selon la FIM (Fraction d Information Manquante) => M=3 à 5 bases pour FIM=0.2 M Puissance statistique (Graham 2009) : couverture des intervalles de confiance, p-valeur => M=10 bases pour FIM=0.2 Erreur de Monte Carlo (White 2011) : répétabilité des analyses => M=20 bases pour FIM=0.2 FMI % 91% 87% 80% 74% 69% 3 97% 94% 91% 86% 81% 77% 5 98% 96% 94% 91% 88% 85% 10 99% 98% 97% 95% 93% 92% % 99% 99% 98% 97% 96% M 100xFIM

19 Résultats des analyses CC et IM Variables Mangé bœuf (boucherie, ferme, marché) Mangé bœuf peu cuit Mangé au restaurant Mangé des légumes crus ou des salades Hygiène insuffisante des ustensiles Contact avec personne diarrhéique Cas Complet (N* = 340) Imputation Multiple (N* = 538) 30 bases imputées OR IC 95% p OR IC 95% p <10-3 NS NS * Nombre d individus pris en compte dans le calcul des OR du modèle final 19

20 Résultats des modèles réduits à 4 variables Cas Complet (N* = 340) Imputation Multiple (N* = 538) Variables Mangé bœuf (boucherie, ferme, marché) Mangé bœuf peu cuit OR 0.51 [ ] 2.71 [ ] SE (SE/OR) * x % % OR 0.61 [ ] 2.62 [ ] 30 bases de données SE (SE/OR)* x % % Mangé des légumes crus ou des salades 0.45 [ ] % 0.47 [ ] % Contact avec personne diarrhéique 3.19 [ ] % 2.03 [ ] % * Coefficient de variation

21 Discussion Intérêt de l imputation multiple Processus de sélection des variables plus rigoureux en IM Gain de puissance => identification de 2 facteurs de risque supplémentaires Hypothèse MAR Non réponse volontaire possible pour les variables d hygiène Modèle d imputation riche en variables auxiliaires 21

22 Synthèse et règles de publication [2] Matériels et méthodes Variables incomplètes (% de dm), mécanisme de données manquantes Méthode d imputation multiple retenue, logiciel Construction du modèle d imputation : variables prédictrices, nombre de bases Résultats Diagnostic de l imputation : comparaison données imputées et observées Résultats des analyses CC et IM si possible Discussion Différences entre les analyses CC et IM (sélection de variables, biais attendu) Validité de l hypothèse MAR (modèle d imputation, hypothèses épidémiologiques) [2] Sterne JA, White IR, Carlin JB, Spratt M, Royston P, Kenward MG, et al. Multiple imputation for missing data in epidemiological and clinical research: potential and pitfalls. BMJ 2009;338:b

23 4. Imputation pérenne du système de surveillance du VIH

24 Système de surveillance du VIH - Contexte En Europe, mise en place de systèmes de surveillance du VIH depuis 2000 Surveillance étendue aux nouveaux diagnostics VIH Centralisation par l ECDC En France, déclaration obligatoire depuis 2003 Estimation annuelle du nombre de nouveaux diagnostics VIH Analyse descriptive des patients nouvellement diagnostiqués Estimation de l incidence du VIH Estimation des données manquantes par imputation multiple Etats-Unis : ponctuellement pour estimer l incidence du VIH France : en routine depuis

25 Système de surveillance du VIH - description Biologistes Anonymisation Sexe, âge, Région de résidence Centre National de référence Sérotypage Test d infection récente Biomarqueurs (V3-TM) Médecins Pays de naissance Mode de contamination Motivation pour le test Historique de tests antérieurs Délai avec un test antérieur Stade clinique Taux de CD4 (depuis 2008)

26 Variables et proportions de données manquantes Variables Type DM (%) Socio-démographiques Age Sexe Domicile Pays de naissance Mode de contamination Historique de dépistage Motif de dépistage Sérologie antérieure négative si oui : date => délai Sérologie antérieure positive si oui : date => délai Données cliniques Stade clinique Taux de lymphocytes T4 (2008) Surveillance virologique Type viral Si type 1: => Sérotype viral B/NB TIR : Biomarqueurs V3 et TM Continue Binaire Catégorielle Catégorielle Catégorielle Catégorielle Binaire Continue Binaire Continue Catégorielle Continue Catégorielle Binaire Continue

27 Imputation en deux phases Sérologie antérieure positive ou négative Première phase oui non manquante oui non Délai notifié Délai manquant Délai manquant Seconde phase Délai imputé Délai imputé 27

28 Imputation en deux phases fiches pays de naissance mode de contamination stade clinique motivation pour le test sérologie antérieure positive négative type viral biomarqueurs V3 - TM délai avec une sérologie antérieure positive négative sérotype viral (B/NB) taux de CD4 ( ) Imputation de 5 bases fiches Imputation de 3 bases fiches Première phase Seconde phase 28

29 Construction des modèles d imputation Equations de prédiction Principe : variables incomplètes + variables auxiliaires prédictrices Modèles retenus 1 ère phase : 9 variables principales + 5 variables auxiliaires complètes 2 éme phase : 4 variables principales +11 variables auxiliaires complètes Nombre de bases Critères de choix théoriques M=25 pour FIM=25% En pratique : limite liée à la taille du fichier imputé Manipulations fréquentes de la base de données finale Imputation de M 1 =5 bases et M 2 =3 bases

30 Variables continues non-normales Biomarqueur V3 Biomarqueur V Biomarqueur TM Biomarqueur TM Délais Délais Nombre de Délais négatifs Délais positifs Nombre de CD

31 Imputation des variables continues Imputation des variables continues repose sur l hypothèse d une distribution normale Transformation par fonctions dédiées pas satisfaisante Transformation par scores de quantiles (Nevalainen, 2009) => appliquée aux 5 variables continues Imputation en utilisant une régression par intervalle On spécifie des bornes inférieures et supérieures 31

32 Validation interne Diagnostic On ne dispose pas de test d adéquation des modèles d imputation Intérêt de construire et tester plusieurs modèles d imputation Forme simple d analyse de sensibilité Notion de cohérence entre les données observées et imputées Diagnostics graphiques et numériques (Raghunathan 2007 ; Abayomi 2011) Variations explicables selon des mécanismes MAR 32

33 Nouveaux diagnostics selon le pays de naissance ,1% 46,5% 36,3% 36,5% ,6% 3,9% 7,2% 8,2% 4,9% 5,0% 0 France AFSS Europe Ame/Haïti AUTRES observé imputé 33

34 Nouveaux diagnostics selon le mode de contamination 100% 90% 80% 70% 60% 60,2% 67,4% 50% 40% 30% 36,8% 29,6% 20% 10% 0% 1,5% 1,8% 1,5% 1,3% Homo UDI Hétéro Autres observé imputé 34

35 Essai de validation externe Sources Deux sources de données nationales de patients infectés par le VIH (même définition de cas que la DO - données quasicomplètes) Enquête Odyssée (N=466) : Enquête nationale multicentrique ( ) Estimer la prévalence de la résistance primaire aux ART chez des patients chroniquement infectés par le VIH (naïfs d ART) Cohorte COPANA (N=795) Cohorte prospective multicentrique ( ) Étudier le pronostic des patients infectés par le VIH, récemment diagnostiqués (naïfs d ART) Objectif : Valider les estimations issues de l imputation de la DO VIH 35

36 Selon le pays de naissance et le sexe Femmes Hommes France AFSS Europe Am/Haiti Autres France AFSS Europe Am/Haiti Autres DO ODYSSEE COPANA 36

37 Limites de la validation externe Difficulté à analyser conjointement les 3 bases Déséquilibre en termes d effectifs Echantillons non-indépendants Difficulté d obtenir des sources de validation externe 37

38 Résultats : Distribution estimée des nouveaux diagnostics de VIH par groupe de transmission en France French national heterosexual women Non-French-national heterosexual women French national heterosexual men Non-French-national heterosexual men MSM IDUs 38

39 Conclusion Processus d imputation pérenne Période d étude : Adaptation du modèle d imputation chaque année Intérêt de l imputation multiple Description des nouveaux diagnostics VIH Estimation de l incidence du VIH Complexité du processus d imputation : impact sur les estimations Importance de la validation Intérêt d une analyse de sensibilité (hypothèse MAR) 39

40 5. Analyse de sensibilité à l hypothèse MAR Illustration à partir de données de surveillance de l hépatite C chronique

41 Analyse de sensibilité après imputation multiple Méthodes d analyse testant la sensibilité des résultats au non respect de l hypothèse MAR difficiles à appliquer Carpenter et al. (2007) : analyse de sensibilité appliquée aux essais cliniques Objectif : Proposer des recommandations pour appliquer cette méthode d analyse de sensibilité à des données d enquêtes observationnelles Analyses initiales : Pôles de référence de l hépatite C Données collectées par un système national de surveillance du VHC Période pôles de référence hospitaliers Parmi patients VHC + : usagers de drogues (IV/IN) Objectif : Mettre en évidence des facteurs de risque associés à une complication hépatique grave (cirrhose ou carcinome hépatocellulaire)

42 Variables retenues pour l analyse multivariée Variables DM (%) Complication hépatique grave 0 Sexe 0 Age ( 40 ans, >40 ans) 0 Durée de l infection par le VHC ( 18 ans, >18 ans) 12.5 Délai de prise en charge 1 an, >1 an 11.5 Consommation d alcool excessive 14.6 Sérologie VIH AgHbs + (VHB) 17.2 Génotype 3 (VHC) 29.6 Cas Complet : données manquantes à structure arbitraire et 41.8% (1818 /4343) des individus avec données complètes Imputation multiple : 9 variables prédictrices, 30 bases imputées

43 Résultats des analyses multivariées CC et IM (1) Variables Sexe OR 1.85 [1.1;3.0] Cas Complet (N* = 2130) Imputation Multiple (N* = 4343) SE (SE/OR) x % 0.01 p OR SE 1.98 [1.4;2.8] (SE/OR) x100 p % < 10-3 Age en 2 classes 5.59 [2.5;12.2] % < [2.4;7.5] % < 10-3 Durée de la maladie 5.49 [2.9;10.6] % < [2.5;6.4] % < 10-3 Consommation passée d alcool 2.60 [1.8;3.7] % < [2.2;3.7] % < 10-3 AgHbs (VHB) 2.42 [1.0;5.9] % 0.05 Co-infection VIH 1.80 [1.2;2.6] % Génotype 3 (VHC) 1.48 [1.1;2.0] % [1.2;2.2] % ORa tenant compte d une interaction entre l âge et la durée de la maladie (CC et IM)

44 Perspectives On souhaite tester l impact du non-respect de l hypothèse MAR Consommation excessive passée d alcool Sous-déclaration possible car question sensible socialement Co-infection par le virus du VIH Test VIH serait mieux rapporté pour patients VIH + (Prévalence faible de la co-infection VHC-VIH (8%) ) Infection par un virus de l hépatite C de génotype 3 émergence comme facteur de risque de complications hépatiques graves chez les UDI (30% DM) Réalisation d une analyse de sensibilité

45 Principe de l analyse de sensibilité X un vecteur de covariables complètes ou incomplètes Y une covariable incomplète avec R i =1 si Y i est observée et R i =0 sinon Soit une régression logistique liant la probabilité d observer Y à la valeur de Y, ajustée sur un vecteur de covariables logit Pr(R i =1) = α + β X i + δ Y i Si δ=0 : le mécanisme de non réponse pour Y ne dépend pas de Y => MAR Si δ 0 : le mécanisme de non réponse dépend des données manquantes de Y => MNAR 45

46 Application pratique de l analyse de sensibilité Obtenir un estimateur MNAR à partir de δ et des données imputées M ˆ θ ( δ ) = ˆ θ avec w m Comparer les estimateurs MAR et MNAR des mesures d association (OR) Proposer un processus pour sélectionner une valeur pour δ Pas d information en épidémiologie d observation Etapes numériques et graphiques On génère M=1000 bases avec le modèle d imputation initial NMAR w m m= 1 M ( δ ) = w~ ( δ ) / w~ ( δ ) m k = 1 k m n1 w~ ( δ ) = exp δ et i= 1 m m Y i 46

47 Estimations après imputation multiple et analyse de sensibilité M=1000 bases Imputation Multiple Analyse de Sensibilité OR SE SE/OR TV IM δ OR SE SE/OR TV AS IC 95% % % IC 95% % % Alcool 2.82 [2.2;3.7] % [2.2;3.7] % Génotype [1.3;2.2] % [1.2;2.1] % VIH 1.80 [1.2;2.6] % [1.3;2.8] %

48 Taux de variation selon δ après analyse de sensibilité VIH VIH TV AS = 6.1% TV VR SA (%) SA (%) Alcool VIH Génotype 3 Alcoo Génoty Alcool TV AS = 1.3% Génotype 3 TV AS = 3.6% δ 48

49 Conclusions Résultats de l analyse de sensibilité Pour la consommation d alcool et le génotype 3, les estimations sont peu affectées (OR : 2.82->2.86; 1.66->1.60) Pour le VIH, l effet est plus marqué (OR : > 1.90) Analyse de sensibilité apparaît essentielle pour valider les résultats de l imputation multiple 49

50 Autres applications de l imputation multiple Application à des systèmes de surveillance Données de surveillance du VHB Données de surveillance du VIH Etude capture-recapture, VIH chez les enfants (Bousquet, 2012) Etude sur la transmission du VIH par dons de sang (Pillonel, 2012) Application à des données d enquêtes transversales Enquête dans les services d urgences en IDF : dépistage VIH (d Almeida, 2011) Enquête cas-témoins multicentrique européenne : couverture vaccinale de la grippe I MOVE study (Valenciano, 2011) Application à des données de surveillance de maladies émergents Surveillance de l épidémie de Mers-CoV (Le Perff, 2014) 50

51 7. Discussion-Conclusion

52 Mise en application de l IM : «bonnes pratiques» Procédure standardisée d examen d une base de données incomplète : hypothèses sur les mécanismes de données manquantes et choix d une méthode Construction raisonnée du modèle d imputation : sélection des prédicteurs, choix du nombre de bases Diagnostic des données imputées : construction de plusieurs modèles d imputation, étape de diagnostic, évaluation de la puissance statistique Présentation des analyses CC et IM : discussion des hypothèses pour les 2 types d analyses et interprétation des résultats Analyse de sensibilité : hypothèse MAR 52

53 Traitement des données manquantes Problématique en santé publique En pratique, traitement de données de surveillance avec une intégration nécessaire dans les équipes Travail collaboratif en amont Travail de gestion et d analyse de bases multiples Impact sur les équipes de surveillance Travail de recherche au sein d une agence Contraintes de temps liées à l activité de surveillance Difficulté pour approfondir les aspects méthodologiques Nécessité de collaborer avec des équipes de recherche 53

54 Références Little RJA, Rubin DB. Statistical analysis with missing data. 2nd ed. New York: Wiley, Schafer JL, Graham JW. Missing data: our view of the state of the art. Psychol Methods 2002;7(2): Van Buuren S. Multiple imputation of discrete and continuous data by fully conditional specification. Stat Methods Med Res 2007;16(3): Raghunathan TE. What do we do with missing data? Some options for analysis of incomplete data. Annu Rev Public Health 2004;25: Graham JW. Missing data analysis: making it work in the real world. Annu Rev Psychol 2009;60: White IR, Royston P, Wood AM. Multiple imputation using chained equations: Issues and guidance for practice. Stat Med 2011;30(4): Sterne JA, White IR, Carlin JB, Spratt M, Royston P, Kenward MG, et al. Multiple imputation for missing data in epidemiological and clinical research: potential and pitfalls. BMJ 2009;338:b2393. Abayomi K, Gelman A, Levy M. Diagnostics for multiple imputation. Appl Statist 2011;57(3):

THÈSE DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS XI

THÈSE DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS XI UNIVERSITE PARIS XI FACULTE DE MEDECINE PARIS SUD Ecole Doctorale de Santé Publique - ED420 Année 2011/2012 N attribué par la bibliothèque THÈSE Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS XI

Plus en détail

Points méthodologiques Adapter les méthodes statistiques aux Big Data

Points méthodologiques Adapter les méthodes statistiques aux Big Data Points méthodologiques Adapter les méthodes statistiques aux Big Data I. Répétition de tests et inflation du risque alpha II. Significativité ou taille de l effet? 2012-12-03 Biomédecine quantitative 36

Plus en détail

La régression logistique. Par Sonia NEJI et Anne-Hélène JIGOREL

La régression logistique. Par Sonia NEJI et Anne-Hélène JIGOREL La régression logistique Par Sonia NEJI et Anne-Hélène JIGOREL Introduction La régression logistique s applique au cas où: Y est qualitative à 2 modalités Xk qualitatives ou quantitatives Le plus souvent

Plus en détail

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 Epidémiologie Mme Fabbro-Peray Séance préparée par les tuteurs du TSN QCM n 1 : Choisir la ou les proposition(s) exacte(s). A. Parmi

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Études épidémiologiques analytiques et biais

Études épidémiologiques analytiques et biais Master 1 «Conception, évaluation et gestion des essais thérapeutiques» Études épidémiologiques analytiques et biais Roxane Schaub Médecin de santé publique Octobre 2013 1 Objectifs pédagogiques Connaitre

Plus en détail

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Best of Hépatologie 2010 Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Evaluation de la fibrose Analyse des échecs de l élastométrie impulsionnelle Castera L et al. Hepatology 2010;51 (3): 828-35

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Approche bayésienne des modèles à équations structurelles

Approche bayésienne des modèles à équations structurelles Manuscrit auteur, publié dans "42èmes Journées de Statistique (2010)" Approche bayésienne des modèles à équations structurelles Séverine Demeyer 1,2 & Nicolas Fischer 1 & Gilbert Saporta 2 1 LNE, Laboratoire

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite Chronique C Mai 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue du Stade de France F 93218

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Approche modèle pour l estimation en présence de non-réponse non-ignorable en sondage

Approche modèle pour l estimation en présence de non-réponse non-ignorable en sondage Approche modèle pour l estimation en présence de non-réponse non-ignorable en sondage Journées de Méthodologie Statistique Eric Lesage Crest-Ensai 25 janvier 2012 Introduction et contexte 2/27 1 Introduction

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 décembre 2008 VIRAFERONPEG 50 µg/ 0.5 ml, poudre et solvant pour solution injectable B/1 : code CIP 355 189.3 B/4 : code CIP 355 191.8 VIRAFERONPEG, stylo pré-rempli

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Abdelfattah CHAKIB Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca Service des maladies infectieuses, CHU Ibn Rochd 06 61 42 91 64 afchakib@gmail.com

Plus en détail

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS 1 LECTURE CRITIQUE D UN ARTICLE SCIENTIFIQUE 1 ER PAS FORUM PCI 20,05,14 MJ Thévenin / Inf. EPIAS/ SMPH BUTS ET ORGANISATION DE LA PRÉSENTATION Utiliser une grille de lecture critique d un article Comprendre

Plus en détail

Tests rapides VIH : Comment, pour qui? Diane Descamps, Yazdan Yazdanpanah Laboratoire de Virologie, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital-Bichat Claude Bernard, HUPNVS UFR de Médecine

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

Hépatite C, les nouveaux traitements

Hépatite C, les nouveaux traitements Hépatite C, les nouveaux traitements Dr Ghassan Riachi CHU de Rouen QDN 2014 Revue de presse p L hépatite C est une maladie curable Peginterferon + DAAs 2011 Standard Interferon 1991 + Ribavirin 1998 2001

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris 8 Avant l introduction des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), la majorité des patients

Plus en détail

SUIVI MÉDICAL DU DIABÈTE CHEZ LES ASSURÉS DE LA MGEN

SUIVI MÉDICAL DU DIABÈTE CHEZ LES ASSURÉS DE LA MGEN SUIVI MÉDICAL DU DIABÈTE CHEZ LES ASSURÉS DE LA MGEN K. Cosker, C. Sevilla-Dedieu, F. Gilbert, P. Lapie-Legouis, R. Cecchi-Tenerini Fondation d entreprise MGEN pour la santé publique 1 Contexte Les différents

Plus en détail

Le Comité Scientifique a traité les questions suivantes : «Association reconnue d utilité publique» - 1 -

Le Comité Scientifique a traité les questions suivantes : «Association reconnue d utilité publique» - 1 - - 1 - Prise de position de l'association Française pour l'etude du Foie (AFEF) sur les trithérapies (Peg-IFN + ribavirine + inhibiteur de protéase) dans la prise en charge des malades atteints d'hépatite

Plus en détail

Exposé n 5: Bases IMS, Thalès Quel apport pour la sécurité d emploi des médicaments?

Exposé n 5: Bases IMS, Thalès Quel apport pour la sécurité d emploi des médicaments? 5 avril 2011 «Pharmaco-épidémiologie» Exposé n 5: Bases IMS, Thalès Quel apport pour la sécurité d emploi des médicaments? Dr Philippe Tcheng Vice-Président Affaires Publiques et Gouvernementales France

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Définition de l Infectiologie

Définition de l Infectiologie Définition de l Infectiologie Discipline médicale clinique Spécialisée. Prise en charge des Maladies Infectieuses et Tropicales. Actuelles, émergentes ou ré-émergentes. Référents dans le cadre d un maillage

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

Utilisation des données de l Assurance maladie pour évaluer l impact sanitaire des contaminations fécales de l eau du robinet : forces et limites

Utilisation des données de l Assurance maladie pour évaluer l impact sanitaire des contaminations fécales de l eau du robinet : forces et limites Utilisation des données de l Assurance maladie pour évaluer l impact sanitaire des contaminations fécales de l eau du robinet : forces et limites C. Galey, L. Rambaud, P. Pirard, S. Gora, A. Guillet, Y.

Plus en détail

Avancées récentes Les méta-analyses multi-traitements

Avancées récentes Les méta-analyses multi-traitements Tirer parti de toute l information en économie de la santé : Introduction aux outils statistiques bayésiens. Avancées récentes Les méta-analyses multi-traitements Séminaire JEM SFES : Paris, 26 janvier

Plus en détail

L évaluation médico-économique. Les études microéconomiques. Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon

L évaluation médico-économique. Les études microéconomiques. Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon L évaluation médico-économique Les études microéconomiques Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon Arbitrage et Aide à la décision (1) Ressources limitées du secteur sanitaire Nécessité de faire des choix Développement

Plus en détail

La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand

La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand 1 Quelles questions se poser? 1. La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle efficace? 2. Combien coûtent les colonisations/infections

Plus en détail

Evaluation générale de la qualité des données par âge et sexe

Evaluation générale de la qualité des données par âge et sexe Analyse démographique pour la prise des décisions. Tendances, et inégalités de mortalité et de fécondité en Afrique francophone : les outils en ligne de l UNFPA / UIESP pour l'estimation démographique.

Plus en détail

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles M. L. Delignette-Muller Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive VetAgro Sup - Université de Lyon - CNRS UMR 5558 24 novembre

Plus en détail

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE UNIVERSITÉ PARIS DIDEROT - PARIS 7 FACULTÉ DE MÉDECINE Année 2014 THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE PAR SIMONDON Anne née le 23 août 1985 à Besançon (25) n Présentée et soutenue publiquement

Plus en détail

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne Tours juin 2012 Un problème? VIH-VHB Piroth L et al, J Hepatol,

Plus en détail

Communiqué de presse. Direction Communication Externe/Interne Sylvie Nectoux TEL : 01 44 34 65 73 Email : sylvie.nectoux@boehringeringelheim.

Communiqué de presse. Direction Communication Externe/Interne Sylvie Nectoux TEL : 01 44 34 65 73 Email : sylvie.nectoux@boehringeringelheim. Les données des études pivots de phase III STARTVerso démontrent l'efficacité du faldaprevir * dans des populations de patients difficiles à guérir telles que celles co-infectées par le VIH et celles avec

Plus en détail

JORF n 0266 du 17 novembre 2010. Texte n 19

JORF n 0266 du 17 novembre 2010. Texte n 19 Le 6 juillet 2011 JORF n 0266 du 17 novembre 2010 Texte n 19 ARRETE Arrêté du 9 novembre 2010 fixant les conditions de réalisation des tests rapides d orientation diagnostique de l infection à virus de

Plus en détail

PROGRAMME (Susceptible de modifications)

PROGRAMME (Susceptible de modifications) Page 1 sur 8 PROGRAMME (Susceptible de modifications) Partie 1 : Méthodes des revues systématiques Mercredi 29 mai 2013 Introduction, présentation du cours et des participants Rappel des principes et des

Plus en détail

RECOMMANDATION DU COLLÈGE Prise en charge de l hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD)

RECOMMANDATION DU COLLÈGE Prise en charge de l hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD) RECOMMANDATION DU COLLÈGE Prise en charge de l hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD) Juin 2014 Ce rapport est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service

Plus en détail

Christian TREPO, MD, PhD

Christian TREPO, MD, PhD PEG INTERFERON MONOTHERAPI E Christian TREPO, MD, PhD Unmet medical needs in chronic HBV infection Inhibition of viral replication Normalisation of ALT Improvement in liver necroinflammation Improvement

Plus en détail

Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring

Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring Année académique 2006-2007 Professeurs : Marco Saerens Adresse : Université catholique de Louvain Information Systems

Plus en détail

Document de synthèse : Hépatite B et hépatite C. Sommaire :

Document de synthèse : Hépatite B et hépatite C. Sommaire : Document de synthèse : Hépatite B et hépatite C Sommaire : Au Canada, l hépatite B et l hépatite C demeurent de graves enjeux de santé publique en raison de taux de prévalence élevés, de coûts élevés pour

Plus en détail

Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte

Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte Il est prévu que les recommandations contenues dans ce document resteront valables jusqu

Plus en détail

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Gilbert Saporta Chaire de Statistique Appliquée, CNAM ActuariaCnam, 31 mai 2012 1 L approche statistique

Plus en détail

Présentation du travail effectué autour du projet NADIS

Présentation du travail effectué autour du projet NADIS Présentation du travail effectué autour du projet NADIS SOMMAIRE Appel d offre pour le logiciel Hébergement de Nadis Les contrats Présentation de Nadis Architecture générale de la plateforme Nadis Quelques

Plus en détail

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement DIU HTA François Gueyffier Service de pharmacologie clinique UMR CNRS 5558 CIC 201, LYON francois.gueyffier@chu-lyon.fr

Plus en détail

ÉTAT DES LIEUX. Niveau de preuve et gradation des recommandations de bonne pratique

ÉTAT DES LIEUX. Niveau de preuve et gradation des recommandations de bonne pratique ÉTAT DES LIEUX Niveau de preuve et gradation des recommandations de bonne pratique Avril 2013 Les recommandations et leur synthèse sont téléchargeables sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

Principe d évaluation des tests diagnostiques

Principe d évaluation des tests diagnostiques Principe d évaluation des tests diagnostiques Dr Sandra DAVID TCHOUDA Cellule d évaluation médico-économique des innovation, CHUG sdavidtchouda@chu-grenoble.fr Plan Objectif et contexte de ces études visant

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?»

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?» M me Florence Chanut Psychiatre Responsable du programme de psychiatrie des toxicomanies du Centre Hospitalier Universitaire de Montréal (CHUM) Professeur adjoint de clinique au département de psychiatrie

Plus en détail

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar Florence Arestoff Baptiste Venet 1 Introduction : contexte du contrat de recherche Ce contrat de recherche fait suite

Plus en détail

«Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?»

«Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?» «Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?» Dr Adeline Paris Unité de Pharmacologie Clinique Centre d Investigation Clinique

Plus en détail

Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france

Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france Jean-Paul Guthmann, Pierre Chauvin, Yann Le Strat, Marion Soler,

Plus en détail

«Cours Statistique et logiciel R»

«Cours Statistique et logiciel R» «Cours Statistique et logiciel R» Rémy Drouilhet (1), Adeline Leclercq-Samson (1), Frédérique Letué (1), Laurence Viry (2) (1) Laboratoire Jean Kuntzmann, Dép. Probabilites et Statistique, (2) Laboratoire

Plus en détail

Infection à VIH et Sida à La Réunion

Infection à VIH et Sida à La Réunion Tableau de bord Tableau de bord Infection à VIH et Sida à La Réunion CIRE océan Indien Novembre 2011 Contexte Contexte national Le nombre de personnes ayant découvert leur séropositivité en 2009 est estimé

Plus en détail

Novembre 2006. Dépistage anonyme et gratuit du VIH Profil des consultants de CDAG en 2004 - Enquête épidémiologique transversale

Novembre 2006. Dépistage anonyme et gratuit du VIH Profil des consultants de CDAG en 2004 - Enquête épidémiologique transversale Novembre 2006 Profil des consultants de CDAG en 2004 - Enquête épidémiologique transversale sommaire Introduction p. 2 Matériel et méthode p. 3 Résultats p. 5 1 Participation p. 5 1.1 Participation des

Plus en détail

Principe d un test statistique

Principe d un test statistique Biostatistiques Principe d un test statistique Professeur Jean-Luc BOSSON PCEM2 - Année universitaire 2012/2013 Faculté de Médecine de Grenoble (UJF) - Tous droits réservés. Objectifs pédagogiques Comprendre

Plus en détail

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B TRAITEMENT DE L HÉPATITE B P Mathurin Service d Hépatogastroentérologie Pr Paris Hôpital Claude Hurriez CHRU Lille CRITERES VIROLOGIQUES ET HISTOIRE NATURELLE 1 OBJECTIF THERAPEUTIQUE: Séroconversion HBe

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

Prise en charge du VIH et des ITS

Prise en charge du VIH et des ITS Prise en charge du VIH et des ITS Clinique médicale m l Actuell Centre d excellence d de soins intégr grés s en santé sexuelle Réjean Thomas, md Président fondateur Fondateur MDM Canada Nice, 29 octobre

Plus en détail

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude REPRODUCTIBILITE INTEROBSERVATEUR DU TEST «NIHSS» (National Institutes of Heath Stroke Scale) RÉALISÉ PAR VIDÉOCONFÉRENCE : EXPÉRIENCE DU RÉSEAU DES URGENCES NEUROLOGIQUES (RUN) BERTHIER E, CHRISTIANO

Plus en détail

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis Conférence de Presse ABL SA - Chambre de Commerce de Luxembourg - Mardi 29 Septembre 2009, 18h Annonce de Presse ABL and

Plus en détail

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Conclusions provisoires rapport du HCSP juillet 2011 Valeur prédictive positive des

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique C Juillet 2015 ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE N 6 HÉPATITE CHRONIQUE C Ce document est

Plus en détail

Traitement des hépatites virales B et C

Traitement des hépatites virales B et C Traitement des hépatites virales B et C GFMER Yaoundé 26 Novembre 2007 Dr José M Bengoa foie cirrhotique foie normal Vitesse de développement de la fibrose fibrose VHD VHB VHC années Indications au traitement

Plus en détail

(Introduction à l ) Introduction aux diagrammes causaux (Directed Acyclic Graphs) Loïc Desquilbet

(Introduction à l ) Introduction aux diagrammes causaux (Directed Acyclic Graphs) Loïc Desquilbet (Introduction à l ) Introduction aux diagrammes causaux (Directed Acyclic Graphs) Loïc Desquilbet Contexte et représentation des diagrammes causaux Contexte Recherche de facteurs de risque d une maladie

Plus en détail

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Sylvie CHABAUD Direction de la Recherche Clinique et de l Innovation : Centre Léon Bérard - Lyon Unité de Biostatistique

Plus en détail

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Annabelle Godet 1, Dan Havet 1, Anne Anceau 1, Julien Robert 2 Antoine Lafuma 2 1 Janssen, Issy les Moulineaux,

Plus en détail

La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision

La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision Présenté dans le cadre de la journée La santé publique internationale : expériences

Plus en détail

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention Evaluation du risque après AEV Selon le type d'accident Virus Percutanée Cutanéomuqueux Morsure VHB 2 à 40% >HCV>VIH Documentée VHC

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA État de santé, conditions de travail

Plus en détail

Traitements de substitution aux opiacés et travail. Éric Durand Département Études et assistance médicales INRS 29 janvier 2007, CODES 93

Traitements de substitution aux opiacés et travail. Éric Durand Département Études et assistance médicales INRS 29 janvier 2007, CODES 93 Traitements de substitution aux opiacés et travail Éric Durand Département Études et assistance médicales INRS 29 janvier 2007, CODES 93 Le contexte «politique» Politique de réduction des risques infectieux

Plus en détail

La prise en charge précoce de. l adulte infecté par le VIH : de «Cotrimo CI» à «Temprano»

La prise en charge précoce de. l adulte infecté par le VIH : de «Cotrimo CI» à «Temprano» Ministère de l Enseignement Supérieur Et de la Recherche Scientifique Lésions bucco dentaires et qualité de vie chez La prise en charge précoce de les enfants infectés par le VIH en Afrique de l Ouest

Plus en détail

La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique

La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique 2 èmes Assises de l Innovation Thérapeutique Paris, 05-11-2014 La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique Pr. Jean-François DHAINAUT Président du Groupement Inter-régional de la Recherche Clinique

Plus en détail

VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000

VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000 CENTRE DE DÉPISTAGE ANONYME ET GRATUIT DE MONTPELLIER VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000 Juin 2002 Observatoire régional de la santé du Languedoc-Roussillon Hôpital Saint-Eloi

Plus en détail

47 000 consultants testés entre 2004 et 2008 S U R V E I L L A N C E V H C N 8. Encart méthodologique

47 000 consultants testés entre 2004 et 2008 S U R V E I L L A N C E V H C N 8. Encart méthodologique L A L E T T R E D ' I N F O R M A T I O N D U S Y S T E M E D E S U R V E I L L A N C E D U V H C E N P R O V E N C E - A L P E S - C Ô T E D ' A Z U R S U R V E I L L A N C E V H C N 8 Surveillance continue

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

Analyse de grandes bases de données en santé

Analyse de grandes bases de données en santé .. Analyse de grandes bases de données en santé Alain Duhamel Michaël Genin Mohamed Lemdani EA 2694 / CERIM Master 2 Recherche Biologie et Santé Journée Thématique Fouille de Données Plan. 1 Problématique.

Plus en détail

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA.

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA DCI Code ATC (2012) Motif de l examen Liste

Plus en détail

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ QUESTION : Est-ce que le café décaféiné est une alternative au café chez les patients qui souffrent d un RGO? AUTEUR : Alexis Du Cap (JUILLET 2009) SUPERVISEUR : Guylène Thériault

Plus en détail

SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE DES TMS EN ENTREPRISES : LES RESULTATS DU SUIVI A TROIS ANS DE LA COHORTE COSALI

SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE DES TMS EN ENTREPRISES : LES RESULTATS DU SUIVI A TROIS ANS DE LA COHORTE COSALI SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE DES TMS EN ENTREPRISES : LES RESULTATS DU SUIVI A TROIS ANS DE LA COHORTE COSALI Elise CHIRON 1, Yves ROQUELAURE 1, Catherine HA 2, Annie TOURANCHET 3, Annette LECLERC 4, Marcel

Plus en détail

Analyse statistique de données qualitatives et quantitatives en sciences sociales : TP RÉGRESSION LOGISTIQUE (MODÈLES CHAPITRE 1)

Analyse statistique de données qualitatives et quantitatives en sciences sociales : TP RÉGRESSION LOGISTIQUE (MODÈLES CHAPITRE 1) Analyse statistique de données qualitatives et quantitatives en sciences sociales : TP RÉGRESSION LOGISTIQUE (MODÈLES CHAPITRE 1) Modèles de régression logistique à réaliser Une explicative catégorielle

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines

Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines 18. Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines KARILA LAURENT - APPRENTISSAGE DE L EXERCICE MÉDICAL + Objectifs

Plus en détail