- Dossier explicatif -

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "- Dossier explicatif -"

Transcription

1 «Intégrer les contrats de sous-traitance passés avec les travailleurs indépendants handicapés dans les modalités d accomplissement partiel de l obligation d emploi des entreprises» Loi pour l Activité et la Croissance par Emmanuel MACRON - Chapitre 2, section 4, article 98 - Dossier explicatif - SOMMAIRE : PARTIE 1 : Détail de l article 98 de la future loi pour l Activité... 2 Extrait du projet de loi (texte non-définitif)... 2 Aperçu du code du travail modifié par cette nouvelle loi... 2 Définitions... 3 PARTIE 2 : Impact social et économique... 6 Un regard positif et équitable sur les formes de travail des personnes handicapées... 6 Evaluation de l impact économique... 7 PARTIE 3 : Une revendication de l UPTIH soutenue par un large réseau... 9 Historique des relations entre l UPTIH et le gouvernement... 9 Liste des 50 députés soutenant cette mesure Liste des 40 personnalités soutenant cette mesure Dossier de presse Présentation de l UPTIH et contacts / 12

2 PARTIE 1 : Détail de l article 98 de la future loi pour l Activité Extrait du projet de loi (texte non-définitif) La FNUJA (Fédération Nationale des Unions de Jeunes Avocats) a publié deux versions non-définitives de la future loi pour l Activité et la Croissance d Emmanuel Macron. La première est datée du 14 novembre et fait apparaitre notre préoccupation : Chapitre 2 «Code du Travail», Section 4 «Handicap», article 153. La seconde est datée du 23 novembre et fait apparaitre notre préoccupation : Chapitre 2 «Droit du Travail», Section 4 «Simplification pour les entreprises», article 98. Article 98 [Handicap] L article L du code du travail est ainsi modifié : I. - Au premier alinéa, une virgule est insérée après le mot : «fournitures». II. - Après le 3, il est inséré un 4 ainsi rédigé : «4 Soit des travailleurs indépendants handicapés bénéficiaires de l obligation d emploi définie à l article L Est présumée travailleur indépendant la personne exerçant son activité dans les conditions mentionnées aux articles L ou L » III. - Au cinquième alinéa, les mots : «ou services» sont remplacés par les mots : «services ou travailleurs indépendants». IV. - Il est complété par un alinéa ainsi rédigé : «Cet acquittement partiel peut être déterminé de façon forfaitaire, dans des conditions fixées par décret en Conseil d Etat, pour les travailleurs indépendants bénéficiant du régime prévu par l article L du code de la sécurité sociale» Aperçu du code du travail modifié par cette nouvelle loi Article L L'employeur peut s'acquitter partiellement de l'obligation d'emploi en passant des contrats de fournitures de sous-traitance ou de prestations de services avec : - 1 Soit des entreprises adaptées ; - 2 Soit des centres de distribution de travail à domicile ; - 3 Soit des établissements ou services d'aide par le travail. AJOUT : 4 Soit des travailleurs indépendants handicapés bénéficiaires de l obligation d emploi définie à l article L Est présumée travailleur indépendant la personne exerçant son activité dans les conditions mentionnées aux articles L ou L CORRECTION : Cet acquittement partiel est proportionnel au volume de travail fourni à ces ateliers, centres, établissements ou services services ou travailleurs indépendants. Les modalités et les limites de cet acquittement partiel sont déterminées par voie réglementaire. 2 / 12

3 AJOUT : Cet acquittement partiel peut être déterminé de façon forfaitaire, dans des conditions fixées par décret en Conseil d Etat, pour les travailleurs indépendants bénéficiant du régime prévu par l article L du CSS Définitions Le statut de personne handicapée est défini par l article L du Code du Travail : Article L Bénéficient de l'obligation d'emploi instituée par l'article L : 1 Les travailleurs reconnus handicapés par la commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées mentionnée à l'article L du code de l'action sociale et des familles ; 2 Les victimes d'accidents du travail ou de maladies professionnelles ayant entraîné une incapacité permanente au moins égale à 10 % et titulaires d' une rente attribuée au titre du régime général de sécurité sociale ou de tout autre régime de protection sociale obligatoire ; 3 Les titulaires d'une pension d'invalidité attribuée au titre du régime général de sécurité sociale, de tout autre régime de protection sociale obligatoire ou au titre des dispositions régissant les agents publics à condition que l'invalidité des intéressés réduise au moins des deux tiers leur capacité de travail ou de gain ; 4 Les bénéficiaires mentionnés à l'article L. 394 du code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de la guerre ; 5 Les bénéficiaires mentionnés aux articles L. 395 et L. 396 du même code ; 6 Abrogé ; 7 Abrogé ; 8 Abrogé ; 9 Les titulaires d'une allocation ou d'une rente d'invalidité attribuée dans les conditions définies par la loi n du 31 décembre 1991 relative à la protection sociale des sapeurs-pompiers volontaires en cas d'accident survenu ou de maladie contractée en service ; 10 Les titulaires de la carte d'invalidité définie à l'article L du code de l'action sociale et des familles ; 11 Les titulaires de l'allocation aux adultes handicapés. Le statut de travailleur indépendant est défini par l article L du Code du Travail : Article L I. - Sont présumés ne pas être liés avec le donneur d'ordre par un contrat de travail dans l'exécution de l'activité donnant lieu à immatriculation ou inscription : 3 / 12

4 1 Les personnes physiques immatriculées au registre du commerce et des sociétés, au répertoire des métiers, au registre des agents commerciaux ou auprès des unions de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d'allocations familiales pour le recouvrement des cotisations d'allocations familiales ; 2 Les personnes physiques inscrites au registre des entreprises de transport routier de personnes, qui exercent une activité de transport scolaire prévu par l'article L du code de l'éducation ou de transport à la demande conformément à l'article 29 de la loi n du 30 décembre 1982 d'orientation des transports intérieurs ; 3 Les dirigeants des personnes morales immatriculées au registre du commerce et des sociétés et leurs salariés ; 4 Les personnes physiques relevant de l'article L du code de commerce ou du V de l'article 19 de la loi n du 5 juillet 1996 relative au développement et à la promotion du commerce et de l'artisanat. II. - L'existence d'un contrat de travail peut toutefois être établie lorsque les personnes mentionnées au I fournissent directement ou par une personne interposée des prestations à un donneur d'ordre dans des conditions qui les placent dans un lien de subordination juridique permanente à l'égard de celui-ci. Dans ce cas, la dissimulation d'emploi salarié est établie si le donneur d'ordre s'est soustrait intentionnellement par ce moyen à l'accomplissement des obligations incombant à l'employeur mentionnées à l'article L Le donneur d'ordre qui a fait l'objet d'une condamnation pénale pour travail dissimulé en application du présent II est tenu au paiement des cotisations et contributions sociales à la charge des employeurs, calculées sur les sommes versées aux personnes mentionnées au I au titre de la période pour laquelle la dissimulation d'emploi salarié a été établie. Sont concernés par l acquittement partiel forfaitaire fixé par décret en Conseil d Etat les travailleurs indépendants bénéficiant du régime prévu par l article L du CSS : Article L du CSS Par dérogation à l'article L , les travailleurs indépendants bénéficiant des régimes définis aux articles 50-0 et102 ter du code général des impôts peuvent opter, sur simple demande, pour que l'ensemble des cotisations et contributions de sécurité sociale dont ils sont redevables soient calculées mensuellement ou trimestriellement en appliquant au montant de leur chiffre d'affaires ou de leurs revenus non commerciaux effectivement réalisés le mois ou le trimestre précédent un taux fixé par décret pour chaque catégorie d'activité mentionnée auxdits articles du code général des impôts de manière à garantir un niveau équivalent entre le taux effectif des cotisations et contributions sociales versées et celui applicable aux mêmes titres aux revenus des travailleurs indépendants. Des taux différents peuvent être fixés par décret pour les périodes au cours desquelles le travailleur indépendant est éligible à une exonération de cotisations et de contributions de sécurité sociale. Ce taux ne peut être, compte tenu des taux d'abattement mentionnés aux articles 50-0 ou 102 ter du même code, inférieur à la somme des taux des contributions mentionnés 4 / 12

5 à l'article L du présent code et à l'article 14 de l'ordonnance n du 24 janvier 1996 relative au remboursement de la dette sociale. L'option prévue au premier alinéa est adressée à l'organisme mentionné à l'article L du présent code au plus tard le 31 décembre de l'année précédant celle au titre de laquelle elle est exercée et, en cas de création d'activité, au plus tard le dernier jour du troisième mois qui suit celui de la création. L'option s'applique tant qu'elle n'a pas été expressément dénoncée dans les mêmes conditions. Le régime prévu par le présent article demeure applicable au titre des deux premières années au cours desquelles le chiffre d'affaires ou les recettes mentionnés aux articles 50-0 et 102 ter du code général des impôts sont dépassés. Toutefois, ce régime continue de s'appliquer jusqu'au 31 décembre de l'année civile au cours de laquelle les montants de chiffre d'affaires ou de recettes mentionnés aux 1 et 2 du II de l'article 293 B du même code sont dépassés. NOTA : LOI n du 17 décembre 2012 de financement de la sécurité sociale pour 2013 art 11 III : Le présent article s'applique aux cotisations de sécurité sociale et contributions sociales dues au titre des périodes courant à compter du 1er janvier 2013 : 1 De manière transitoire, le montant des cotisations provisionnelles mentionnées à l'article L du code de la sécurité sociale dues au titre des années 2013 et 2014 par les travailleurs indépendants relevant de l'article 62 du code général des impôts est égal au montant des cotisations provisionnelles calculé pour ces mêmes années en application des règles antérieures à l'entrée en vigueur du présent article. Les revenus d'activité, tels que définis à l'article L du code de la sécurité sociale, pris en compte pour ce calcul sont majorés de 11 %. Cette majoration ne peut être supérieure à la limite de réduction prévue au deuxième alinéa du 3 de l'article 83 du code général des impôts ; 2 De manière transitoire, la part des revenus mentionnés aux articles 108 à 115 du code général des impôts, lorsque ces revenus sont perçus en 2013 et en 2014, qui est retenue pour la détermination du revenu d'activité non salarié en application du troisième alinéa de l'article L du code de la sécurité sociale, pour les personnes nouvellement soumises aux dispositions de ce même alinéa en application du 2 du A du I du présent article, est prise en compte pour le calcul des cotisations provisionnelles mentionnées au deuxième alinéa de l'article L du code de la sécurité sociale dues au titre des années 2013 et Ces revenus font l'objet d'une déclaration obligatoire, selon les modalités prévues au quatrième alinéa du même article L , dans un délai de trente jours à compter de leur perception. 5 / 12

6 PARTIE 2 : Impact social et économique Un regard positif et équitable sur les formes de travail des personnes handicapées L UPTIH se bat depuis 2008 pour faire évoluer la loi et salue aujourd hui l initiative du gouvernement et plus précisément d Emmanuel Macron, Ministre de l économie, qui souhaite enfin intégrer les prestations des travailleurs indépendants handicapés dans les modalités d accomplissement partiel de l obligation d emploi des entreprises. Reconnaître et encourager le travail des Travailleurs Indépendants Handicapés (TIH) offre un regard plus juste sur l intégration professionnelle des personnes handicapées : on reconnait leurs compétences, leurs choix professionnels, leurs prises de risque. C est également une question d équité entre les différentes solutions d emploi possibles : il s agit d encourager une forme de prestation au même titre que la loi favorise déjà le recrutement en emploi, en intérim ou en stage de personnes handicapées et la sous-traitance au secteur protégé (ESAT Et ESA). Qui est concerné? L enquête Handicap et Santé des Ménages faite en 2008 par l INSEE recense 8% de la population en situation de handicap qui déclarent une activité indépendante soit personnes. A noter que c est la même proportion que parmi les personnes dites valides. En sachant que 55% des handicaps interviennent au cours de la vie, hors enfance et vieillissement (voir schéma cicontre), il faut bien comprendre que cette disposition législative favorise tout d abord le maintien dans l emploi des travailleurs indépendants qui deviennent handicapés et donc indirectement l activité de leur structure et de leurs salariés éventuels. Il y a également de nombreuses personnes handicapées qui font le choix de travailler à leur compte. Si certains sont des entrepreneurs dans l âme, il y a aussi, comme parmi les personnes dites valides 1. Les origines du handicap, AGEFIPH 2007 et peut-être même dans une proportion plus importante, certaines personnes handicapées qui font ce choix par défaut. Devant la difficulté à trouver un emploi, l entrepreneuriat apparait comme une solution au moins temporaire et il faut sensibiliser à la prise de risque que cela représente comme le fait l UPTIH auprès de ses adhérents. Mais, s il est important de favoriser également et malgré cela, ces travailleurs indépendants, c est en considérant que ce peut être un des chemins possibles vers le salariat. 6 / 12

7 Un cercle vertueux Pour la structure qui a recours à un travailleur indépendant handicapé, c est une façon d aborder le handicap sans contrainte autre que celle du bon de commande. D une relation professionnelle «ponctuelle» peut déboucher une proposition d embauche en interne, certains travailleurs handicapés sautant alors le pas pour plus de sécurité. Valoriser la prestation d un travailleur indépendant handicapé en Unités Bénéficiaires c est aussi offrir aux petites structures, la possibilité de répondre partiellement à leurs obligations d emploi en faisant appel aux services d un comptable un peu différent, d un juriste, d un avocat, d un formateur, d un animateur... dont l une des particularités est d être handicapé tout simplement. Ce sont des prestations de conseils, des services de maintenance informatique et tout ce dont le monde professionnel a besoin que propose le monde des acteurs économiques handicapés. Il s agit d un véritable gisement de compétences, d emploi, d un secteur marchand produisant des richesses. C est aussi de la mixité dans la diversité car les personnes handicapées à leur compte embauchent très souvent du personnel valide et ce sans recevoir aucune aide de quelques organismes que ce soit! Les travailleurs indépendants handicapés sont bel et bien des acteurs économiques à part entière étant vendeurs mais aussi acheteurs et donc à leur tour, clients d entrepreneurs valides. Evaluation de l impact économique La revalorisation de son travail en unité bénéficiaire va permettre au travailleur indépendant handicapé d être plus compétitif sur le marché et d augmenter ses ressources. Or chaque travailleur indépendant handicapé dont l activité est au minimum assez rentable pour qu il se verse un salaire représente une économie non négligeable pour l Etat. Ci-dessous une estimation du poids économique que représenteront les TIH pour l Etat dès lors que, encouragés par la loi, ils rejoindront les revenus moyens constatés par le RSI (Régime Social des Indépendants). D'après l'étude HSM 2008 de l'insee, travailleurs reconnus handicapés déclarent un statut d'indépendant. Sur l'ensemble des cotisants au RSI (Chiffres-Clés RSI 2012) : 1/3 sont des autoentrepreneurs dont le revenus moyen est euros par an si on exclut les autoentrepreneurs qui ne dégagent aucun chiffre d'affaires c'est-à-dire 1/3 de ces autoentrepreneurs. les travailleurs indépendants hors autoentrepreneurs ont un revenu moyen de euros par an. Sur TIH, on peut donc considérer qu'il y a : /3 = autoentrepreneurs dont 7955 ne touchent aucun CA et touchent en moyenne = chefs d'entreprises qui touchent en moyenne par an. 1. Chaque Travailleur indépendant Handicapé AUTOENTREPRENEUR touchant par an génère Charges sociales 960,00 Contribution économique territoriale (entre 200 et 2000 selon les communes, prenons l'exemple de la région parisienne : 500 par an) 500,00 TOTAL 1 460, TIH auto-entrepreneur rapportent chaque année à l'etat : ,00 7 / 12

8 Sachant que 71% des entreprises sont des entreprises individuelles (même hors auto-entreprises) (Chiffres Insee 2012), nous avons choisi de ne considérer que les particularités fiscales de cette forme juridique dans notre démonstration. 2. Chaque dirigeant d'entreprise individuelle génère chaque année Revenu = bénéfices (pour une entreprise individuelle) Charges entre 37% et 50% (moyenne =43,5%) CA (bénéfices + charges) Cotisations sociales moyennes (chiffres RSI 2012) ,00 Contribution économique territoriale (entre 200 et 2000 selon les communes, prenons l'exemple de la région parisienne : 500 par an) 500,00 TVA 9 126,60 Impôt sur les revenus (simulation sur le site des impôts) (+1/2 part pour les personnes handicapées) 1 750,00 TOTAL , TIH non-autoentrepreneur rapportent chaque année à l'etat : ,80 D'après handicap.fr, 957 millions de personnes touchent l'aah soit 38% des 2,5 millions de personnes reconnues handicapées. 3. Pour 38% des personnes handicapées sans emploi, l'etat alloue chaque année... Allocation Adulte Handicapés (AAH) à taux plein 9 605,40 Allocation "Complément de ressources" 2 151,72 Contribution à l'audiovisuel (gratuite pour les allocataires de l'aah) 133,00 TOTAL ,12 Puisque 38% des personnes handicapées touchent l'aah, on suppose que 38% des TIH touchent l'aah soit personnes. Pour l'etat c'est donc un budget annuel de : , TIH rapportent chaque année à l'etat : ,76 Remarque : toutes ces estimations sont perfectibles et nécessitent d être utilisées avec précaution. 8 / 12

9 PARTIE 3 : Une revendication de l UPTIH soutenue par un large réseau Historique des relations entre l UPTIH et le gouvernement AVRIL 2013 première rencontre entre l UPTIH et Céline Jaeggy-Roulmann, Conseillère Emploi de la Ministre déléguée aux personnes handicapées, Mme Carlotti. SEPTEMBRE 2013 La mesure est intégrée page 19 du relevé de décision officiel du Comité Interministériel du Handicap. FEVRIER 2014 deuxième rencontre, puis de nombreux échanges téléphoniques et électroniques entre l UPTIH et Céline Jaeggy-Roulmann. Il nous a été indiqué que notre proposition serait présentée au Sénat mi-avril, dans le cadre de la Loi sur L Artisanat. Parallèlement, il nous a été demandé, dans le cadre d un futur décret/circulaire, de faire des propositions quant à la définition du TIH et les justificatifs à fournir pour valoriser ses prestations en UB. AVRIL 2014 En raison du remaniement, la mesure n est finalement pas intégrée à la Loi sur l Artisanat. SEPTEMBRE 2014 Suite à la rencontre de l UPTIH au salon «Paris Pour l Emploi», Ségolène Neuville fait une demande écrite à Emmanuel Macron, Ministre de l Economie, pour intégrer cette mesure à la Loi pour l Activité. OCTOBRE Catherine Vautrin, députée de la Marne, vice-présidente de l Assemblée Nationale, dépose un amendement au Projet de Loi de Finance 2015 sur ce point. Co-signature de 33 députés et soutien écrit de 15 autres adressés à l UPTIH. L amendement n a finalement pas été présenté. - Rencontre entre Laurence Lefèvre et Hamou Bouakkaz (UPTIH), entre autre, sur ce sujet. - Joël GIRAUD, député des Hautes-Alpes a déposé une question écrite au gouvernement sur ce sujet. - Guy DELCOURT, Député du Pas de Calais, transmet le dossier UPTIH au Groupe SRC de l Assemblée nationale pour intégration aux débats parlementaires à venir. - François LONCLE, député de l Eure et ancien ministre, relaye cette mesure auprès de Ségolène Neuville. NOVEMBRE Myriam Bouali, cheffe de cabinet de Ségolène Neuville en charge des relations avec les parlementaires, informe l UPTIH que la mesure demandée est intégrée au projet de loi pour l Activité qui sera proposée au Conseil des Ministres le 10 décembre. - Cette information est confirmée par la fuite du texte de loi d Emmanuel Macron sur le site de la FUNJA. 9 / 12

10 Liste des 50 députés soutenant cette mesure Députés ayant cosigné l amendement au projet de loi de finance 2015 : Mme Vautrin, M. Robinet, Mme Arribagé, M. Myard, M. Vitel, M. Straumann, M. Tian, M. Mariani, M. Siré, M. Hetzel, M. Abad, M. Chartier, Mme Lacroute, Mme Genevard, M. Perrut, Mme Fort, M. Philippe Armand Martin, M. Salen, M. Censi, M. Saddier, M. Berrios, M. Luca, M. de Ganay, M. Degauchy, M. Delatte, Mme Marianne Dubois, M. Lequiller, Mme Poletti, M. Dassault, M. Aubert, Mme Grommerch et Mme Dalloz Députés ayant exprimés leur soutien directement à l UPTIH : Malek BOUTIH, Razzy HAMMADI, Jean-Pierre DECOOL, Laurence ARRIBAGÉ, Jean-Noël CARPENTIER, Joël GIRAUD, Laure de La RAUDIÈRE, Hervé FERON, Yves DANIEL, Laurence ARRIBAGE, Annick LE LOCH, Nicole AMELINE, Dominique CHAUVEL, Jean-Noël CARPENTIER, Guy DELCOURT, Nicolas DUPONT-AIGNAN, François LONCLE, Julien AUBERT Liste des 42 personnalités soutenant cette mesure Les personnes ci-dessous ont exprimé leur soutien à l UPTIH et ont cosigné une lettre de Didier Roche, Président de l UPTIH à François Hollande, Président de la République. Paul JOLY, Président du Comité National du Handicap (CNH) ; Abdellah MEZZIOUANE, Secrétaire Général de la CGPME Paris Ile de France ; Hamou BOUAKKAZ, Président de l Association Paul Guinot ; Philippe CHAZAL, Vice-Président du Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées (CNCPH), Président de la Confédération Française pour la Promotion Sociale des Aveugles et Amblyopes (CFPSAA) ; Vincent MICHEL, Président de la Fédération des Aveugles et Handicapés Visuels de France ; Dominique GIRARD, Directeur Général de la Fédération Française des Associations de Chiens Guides d Aveugles ; Paul CHARLES, Président de la Fédération Française des Associations de Chiens Guides d Aveugles ; Adrien LEMERCIER, au nom de la Fédération étudiante pour une dynamique Etudes et emploi avec un Handicap ; Diane CABOUAT, vice-présidente de la FFDys ; Julien NEIERTZ, délégué général et co-fondateur de Métropop' ; Selda BESNIER, Présidente de l'association DLP15 (Démocratie Locale Participative du XVème) ; Paul QUILÈS, ancien ministre, maire de Cordes sur Ciel (Tarn) ; Christian SAUTTER, ancien ministre ; Affet MOSBAH, Directrice équipement public Paris ; Bachir KERROUMI, économiste à la mairie de Paris ; Maya AKKARI, Maire adjointe à la politique de la ville, Paris 18 ème ; Stephen JOHNSTON, Président de l'association Cohérence - partenaires pour le développement, Docteur en théologie de l'université Leuven et de l'institut catholique de Paris, Membre, Association des médiateurs du barreau de Paris ; Charles GARDOU, Anthropologue, Professeur à l'université Lumière Lyon 2 et chargé d'enseignements à l'institut de Sciences Politiques de Paris ; Claire EDEY, enseignante-chercheuse, Paris 4 ème ; Chantal DARDELET, Directrice exécutive de l'institut de l'innovation et de l'entrepreneuriat social de l'essec, Responsable du Pôle Egalité des chances ; Olivier DUSSERRE, Directeur Ecole IGS-RH ; 10 / 12

11 Michel BOULAIN, Directeur Délégué Ressources Humaines du Groupe VALEO ; Lionel MARILLER Directeur des Ressources Humaines France d Essilor ; Yveline GUILLOT, Directrice Diversité d Essilor ; Edouard de BROGLIE, Président du Groupe Ethik Investment, auteur du livre «DansLeNoir?» ; Alexandre-Réza RADJI, Président Fondateur de TCMC ; Alain AMARIGLIO, ingénieur, entrepreneur, instituteur ; Georges DARDEL, Dirigeant de DA Conseils ; Louis VAN PROOSDIJ, Chef d'entreprise en situation de handicap - Président, Fair Play Interactive ; Anne VOILEAU, Directrice Générale de la radio Vivre FM ; Marc CHEBSUN, journaliste et auteur de la diversité, chevalier de la Légion d honneur ; Noël BOUTTIER, journaliste spécialisé sur les questions de handicap ; Nordine NABILI, rédacteur en chef de Bondiblog ; Jérémy FERRARI, Comédien, humoriste ; Nils TAVERNIER, acteur et réalisateur, Rokhaya DIALLO, Auteure et réalisatrice ; Cécile PAOLI, comédienne ; Laurent SAVARD, comédien, auteur du spectacle Le Bal des Pompiers ; Dorine BOURNETON, pilote paraplégique ; Michaël JEREMIASZ, joueur de tennis professionnel en fauteuil ; Philippe CROIZON, athlète français, le premier amputé des quatre membres à avoir traversé la Manche à la nage ; Philippe POZZO DI BORGO, qui a inspiré le film Intouchables A noter qu ont également cosigné la lettre à François Hollande, les députés Catherine VAUTRIN, Députée de la Marne, vice-présidente de l Assemblée Nationale et Présidente de Reims Métropole ; Jean-Pierre DECOOL, Député de la 14ème circonscription du Nord, Membre de la Commission des Lois, Conseiller Général du Nord ; Laurence ARRIBAGÉ, Députée de Haute-Garonne et Adjointe au Maire de Toulouse ; Jean-Noël CARPENTIER, député du Val-d Oise ; Joël GIRAUD, député des Hautes-Alpes ; Laure de La RAUDIÈRE, député d Eure-et-Loir ; Hervé FERON, Député de Meurthe-et-Moselle ; Yves DANIEL, Député de Loire-Atlantique ; Julien AUBERT, Député de Vaucluse. Dossier de presse Dans Le Parisien du 17/11/2014, le Ministre du Travail, François Rebsamen s engage en faveur des Travailleurs Indépendants handicapés Extrait : «Concernant les travailleurs indépendants handicapés, ils seront soutenus par le biais de la sous-traitance et certaines dispositions simplifiées, notamment la liste des dépenses déductibles de l obligation d emploi.» Sur LeMonde.fr, le 21/11/2014, Didier Roche, Président de l UPTIH prend la parole soutenu par 33 cosignataires de marque Extrait : «Alors que la France peine à recruter, que la diversité que représente le handicap inquiète en milieu ordinaire de travail, offrez, Monsieur le Président, l opportunité au monde économique de rencontrer des individus compétents d une autre nature. Faites en sorte que par la loi cet échange professionnel devienne porteur pour celles et ceux qui ont fait le choix d exister dans l indépendance et pour celles et ceux qui aborderont le handicap ponctuellement dans un premier temps avec une relation de prestation. Gageons que les premières rencontres se poursuivent par des relations professionnelles durables.» Handicap.fr publie le 24/11/2014, un article expliquant la mesure soutenue par l UPTIH. Extrait : «Didier a donc adressé une lettre, fin novembre 2014, à François Hollande, qui a pour titre : «L'appel des grands oubliés de la loi du 11 février 2005 sur le handicap». Timing stratégique puisque c'est à Nantes qu'a 11 / 12

12 eu lieu, le 24 novembre 2014, le premier des cinq rendez-vous de la 3ème Conférence nationale du handicap, qui s'achèvera par une réunion le 11 décembre à l'élysée. C'était également la 18ème édition de la Semaine pour l'emploi des personnes handicapées. La mesure que défend l'uptih depuis 2008 est, selon elle, «évidente, consensuelle, simple à mettre en place et elle fait déjà partie des engagements du Comité interministériel du handicap de septembre 2013.» Le 26/11/2014, le site LégiSocial communique également positivement sur ce projet de loi qui offre une nouvelle opportunité aux entreprises de remplir leur obligation d emploi. Extrait : «Avant d en connaitre la version définitive, ce qui ne devrait pas être le cas avant la mi-décembre, nous avons pris connaissance de l avant-projet de la loi dite «loi Macron» pour la croissance et l activité, transmis le 17 novembre 2014 au Conseil d Etat. Au sein de ce document conséquent, 123 pages, est annoncée une nouvelle possibilité de remplir son obligation d emploi de travailleurs handicapés ; Cette proposition a retenu notre attention.» Présentation de l UPTIH et contacts Créée en 2008, l Union Professionnelle des Travailleurs Indépendants Handicapés (UPTIH) développe une réponse totalement innovante pour l insertion professionnelle des Travailleurs handicapés. Au carrefour de la création de nouveaux emplois et de l insertion des travailleurs en situation de handicap, l UPTIH propose un accompagnement complet qui s inscrit pleinement dans le paradigme de l entrepreneuriat social. Sans but lucratif et reconnue d intérêt général, l Union Professionnelle des Travailleurs Indépendants Handicapés se donne pour mission d accompagner et de représenter les personnes handicapées ayant une activité professionnelle indépendante ou en cours de création. Son action favorise l autonomie, l épanouissement individuel de personnes en difficultés sociales, et la création de nouvelles activités. L association se développe aujourd hui autour de 4 grands axes : L accompagnement personnalisé à la création ou à la gestion d entreprise (environ 80 handipreneurs accompagnés depuis 2011). Le rassemblement en réseau des TIH, dans un but d entraide et de représentation commune (notamment pour la valorisation de leur travail en Unités Bénéficiaires). La sensibilisation du grand public et la valorisation du handicap comme une source de richesse La communication d un modèle concret véhiculant l égalité des chances Pour plus d information, contactez-nous : UPTIH Bâtiment Intencity 31 rue de Reuilly Paris Didier ROCHE Président Armance BORDE Chargée de mission 12 / 12

FICHE PRATIQUE Les obligations liées à l emploi de travailleurs handicapés

FICHE PRATIQUE Les obligations liées à l emploi de travailleurs handicapés FICHE PRATIQUE Les obligations liées à l emploi de travailleurs handicapés I. QUELLES OBLIGATIONS? UNE OBLIGATION A PARTIR DE 20 SALARIES Tous les employeurs occupant au moins 20 salariés (l effectif s

Plus en détail

Les aides pour l adaptation du véhicule au handicap

Les aides pour l adaptation du véhicule au handicap Fiche technique n 96 créée en avril 2013 Les aides pour l adaptation du véhicule au handicap La conduite d un véhicule n est pas incompatible avec le handicap. Cependant, des aménagements sont parfois

Plus en détail

N 2843 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2843 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2843 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 3 juin 2015. PROPOSITION DE LOI visant à développer l entrepreneuriat

Plus en détail

N 1189 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 1189 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 1189 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 juin 2013. PROPOSITION DE LOI tendant à ne pas intégrer la prestation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Ordonnance n o 2015-682 du 18 juin 2015 relative à la simplification des déclarations

Plus en détail

3 JUILLET 2005. - LOI RELATIVE AUX DROITS DES VOLONTAIRES.

3 JUILLET 2005. - LOI RELATIVE AUX DROITS DES VOLONTAIRES. 3 JUILLET 2005. - LOI RELATIVE AUX DROITS DES VOLONTAIRES. Version Publication au Moniteur Belge Initiale : L. du. 03/07/2005 relative aux droits des volontaires 29/08/2005. 1 ère modification : L. du.

Plus en détail

TRAVAILLEURS HANDICAPES OBTENIR OU CONSERVER UN EMPLOI

TRAVAILLEURS HANDICAPES OBTENIR OU CONSERVER UN EMPLOI Novembre 2010 TRAVAILLEURS HANDICAPES OBTENIR OU CONSERVER UN EMPLOI www.mdph77.fr Maison Départementale des Personnes Handicapées de Seine et Marne 16, rue de l Aluminium 77 543 SAVIGNY LE TEMPLE Cedex

Plus en détail

Vous nous indiquez que les médecins se voient proposer des événements à médicl:iliser et, dans ce cadre :

Vous nous indiquez que les médecins se voient proposer des événements à médicl:iliser et, dans ce cadre : Urssaf de Paris-région parisienne \\_. U R S S A F DE PARIS REGION PARISIENNE Docteur Notre référence : DIRECTION DES AFFAIRES JURIDIQUES TEL: 01.56 93 67 24 446/06 PRIMB Montreuil, le 0 7 JUIN 2006 Docteur,

Plus en détail

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France Protection sociale La multiplicité des régimes de protection sociale conduit les pluriactifs à des situations administratives complexes : chacune de leurs activités les rattache à une caisse spécifique.

Plus en détail

KIT DE L AUTO-ENTREPRENEUR

KIT DE L AUTO-ENTREPRENEUR KIT DE L AUTO-ENTREPRENEUR ATTENTION! LE PROJET DE LOI DE MODERNISATION DE L¹ÉCONOMIE ÉTANT EN COURS DE DISCUSSION DEVANT L¹ASSEMBLÉE NATIONALE ET LE SÉNAT, LA COMPOSITION DU KIT DE L¹AUTO-ENTREPRENEUR

Plus en détail

Circulaire du. Vu la loi de modernisation de l'économie n 2008-776 du 4 août 2008 ; Vu les articles 50-0 et 102 ter du code général des impôts ;

Circulaire du. Vu la loi de modernisation de l'économie n 2008-776 du 4 août 2008 ; Vu les articles 50-0 et 102 ter du code général des impôts ; RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la Culture et de la communication NOR: MCCHI001678C Circulaire du Relative à la mise en oeuvre, pour les artistes et techniciens du spectacle, des dispositions de la loi

Plus en détail

Vu la Constitution et notamment ses articles 148, 151 et 154;

Vu la Constitution et notamment ses articles 148, 151 et 154; Loi n 88-31 du 19 juillet 1988 modifiant et complétant l'ordonnance n 74-15 du 30 janvier 1974 relative à l'obligation d'assurance des véhicules automobiles et au régime d'indemnisation des dommages, p.

Plus en détail

N 2929 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2929 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2929 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 1 er juillet 2015. PROPOSITION DE LOI relative à certaines recommandations

Plus en détail

LES NOUVELLES MESURES RELATIVES À

LES NOUVELLES MESURES RELATIVES À LES NOUVELLES MESURES RELATIVES À L AUTO-ENTREPRENEUR, L EIRL ET LES ARTISANS Salon des entrepreneurs de PARIS 5 février 2015 MESURES RELATIVES À L AUTO- ENTREPRENEUR Pour rappel L auto-entrepreneur est

Plus en détail

Le versement transport (VT)

Le versement transport (VT) Le versement transport (VT) Textes de référence : Articles L2333-64 et L2531-2 du code général des collectivités territoriales Lettre circulaire Acoss n 2006-116 du 9 novembre 2006 Lettre circulaire Acoss

Plus en détail

Les acteurs Les risques Le lien de subordination Les dérives constatées

Les acteurs Les risques Le lien de subordination Les dérives constatées AUTO ENTREPRENEUR OU SALARIE AU SOMMAIRE Les acteurs Les risques Le lien de subordination Les dérives constatées Introduction Les associations sportives peuvent avoir recours à des intervenants dans le

Plus en détail

Les charges sociales du médecin libéral et de son remplaçant

Les charges sociales du médecin libéral et de son remplaçant Les charges sociales du médecin libéral et de son remplaçant Patrice MARIE Parmi les dépenses du médecin libéral, le poste des charges sociales occupe de loin la première place et augmente régulièrement

Plus en détail

https://bv.ac-reunion.fr/dpep du 7 février au 23 février 2014

https://bv.ac-reunion.fr/dpep du 7 février au 23 février 2014 Le recteur à Mesdames et messieurs les enseignants du 1 er degré public S/c de mesdames et messieurs les IEN chargés des circonscriptions du premier degré S/c de mesdames et messieurs les principaux TRES

Plus en détail

Quels sont les bénéficiaires de ce contrat?

Quels sont les bénéficiaires de ce contrat? Quels sont les bénéficiaires de ce contrat? Quelles employeurs peuvent bénéficier de ce dispositif? Forme et contenu du contrat Rémunération minimale du salarié Formation Avantages pour l'employeur Comment

Plus en détail

RÉGIME AUTO-ENTREPRENEUR : Les CCI d Auvergne vous répondent

RÉGIME AUTO-ENTREPRENEUR : Les CCI d Auvergne vous répondent 5 janvier 2008 Les CCI d Auvergne vous répondent 1. Qu est-ce que c est? Disponible à partir du 1 er janvier 2009, c est le statut le plus simple possible pour créer une activité indépendante (Loi de Modernisation

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE / AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE / FISCAL Date : 24/04/2009 N Juridique : 21.09 N Affaires sociales : 22.09 N Fiscal : 15.09

Plus en détail

L engagement associatif : tout savoir sur le bénévolat

L engagement associatif : tout savoir sur le bénévolat L engagement associatif : tout savoir sur le bénévolat Les intervenants : Véronique ROSETTI Responsable département association Cabinet Aliantis- Lyon Benoît PARIS Expert Comptable Diplômé Responsable

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

Actualités Avril 2015

Actualités Avril 2015 Actualités Avril 2015 Comment fonctionne une SAS dont le Président est une personne morale? Quand le Président d'une SAS est une personne morale, c'est le dirigeant personne physique de cette société qui

Plus en détail

La reconnaissance du handicap

La reconnaissance du handicap Information La ville de Suresnes a signé le 7 novembre 2001 la «Charte Ville- Handicap» avec les associations de la Plate-forme Inter Associative des Personnes Handicapées des Hauts-de-Seine. Par cet engagement,

Plus en détail

PRÉFET DE LA LOIRE R E C U E I L D E S A C T E S A D M I N I S T R A T I F S N SPECIAL

PRÉFET DE LA LOIRE R E C U E I L D E S A C T E S A D M I N I S T R A T I F S N SPECIAL PRÉFET DE LA LOIRE R E C U E I L D E S A C T E S A D M I N I S T R A T I F S N SPECIAL Date de parution : 30 avril 2015 1 SOMMAIRE RAA SPECIAL DU 30 AVRIL 2015 SERVICE DES MOYENS ET DE LA LOGISTIQUE Bureau

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section sécurité sociale CSSS/12/346 DÉLIBÉRATION N 12/117 DU 4 DÉCEMBRE 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES CODÉES À CARACTÈRE PERSONNEL

Plus en détail

LA CESSATION PROGRESSIVE D'ACTIVITÉ

LA CESSATION PROGRESSIVE D'ACTIVITÉ Circulaire n 24/2006 Cl. C 477 Colmar, le 29 juin 2006 CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 22, rue Wilson - 68000 COLMAR 03 89 20 36 00-03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net - www.cdg68.fr

Plus en détail

CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIEME LEGISLATURE. PROPOSITION DE LOI visant à développer l'entreprenariat étudiant

CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIEME LEGISLATURE. PROPOSITION DE LOI visant à développer l'entreprenariat étudiant CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIEME LEGISLATURE PROPOSITION DE LOI visant à développer l'entreprenariat étudiant Présentée par Jean-Pierre DECOOL et Bernard GERARD, députés. Exposé Préalable Mesdames,

Plus en détail

Vu la constitution, notamment ses articles 151, 154 et 155;

Vu la constitution, notamment ses articles 151, 154 et 155; Loi n 83-12 du 2 juillet 1983 relative à la retraite Le Président de la République, Vu la charte nationale, notamment son titre sixième V. Vu la constitution, notamment ses articles 151, 154 et 155; Vu

Plus en détail

Généralités Le contrat Financement du contrat

Généralités Le contrat Financement du contrat Le Contrat d Avenir Sommaire 2 7 10 Généralités Le contrat Financement du contrat Généralités A qui s adresse le contrat d avenir? Le contrat d avenir s adresse aux personnes sans emploi qui bénéficient

Plus en détail

DEMANDE D'AUTORISATION DE TRAVAIL POUR UN SALARIÉ ÉTRANGER - CONTRAT DE TRAVAIL SIMPLIFIÉ art. L.5221-1 et suiv et R.5221-1 et suiv du code du travail

DEMANDE D'AUTORISATION DE TRAVAIL POUR UN SALARIÉ ÉTRANGER - CONTRAT DE TRAVAIL SIMPLIFIÉ art. L.5221-1 et suiv et R.5221-1 et suiv du code du travail Demande d'autorisation de travail tendant la délivrance : d'une d'une d'une de jeune fille Né(e) le de la personne contacter bre de salariés avant l'embauche Type de contrat de travail durée indéterminée

Plus en détail

FICHE PRATIQUE ACCOMPAGNER LA CREATION D ACTIVITE INDEPENDANTE DES ROUMAINS ET BULGARES EN FRANCE

FICHE PRATIQUE ACCOMPAGNER LA CREATION D ACTIVITE INDEPENDANTE DES ROUMAINS ET BULGARES EN FRANCE AVRIL 2014 FICHE PRATIQUE ACCOMPAGNER LA CREATION D ACTIVITE INDEPENDANTE DES ROUMAINS ET BULGARES EN FRANCE Cette fiche a été réalisée grâce aux apports de l Asav, du Gisti et du CNDH Romeurope SOMMAIRE

Plus en détail

N 600 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 600 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 600 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 16 janvier 2013. PROPOSITION DE LOI instaurant une obligation de

Plus en détail

EFOIR et RÉUNION PORTAGE ont présenté le 4 juin 2013 une conférence de deux heures sur le thème : LE RSI & VOUS

EFOIR et RÉUNION PORTAGE ont présenté le 4 juin 2013 une conférence de deux heures sur le thème : LE RSI & VOUS EFOIR et RÉUNION PORTAGE ont présenté le 4 juin 2013 une conférence de deux heures sur le thème : LE RSI & VOUS Les questions ont été nombreuses! Ci-dessous le résumé des éléments les plus importants.

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé. Ministère de l'économie et des finances. Ministère de l agriculture, l agroalimentaire et de la forêt

Ministère des affaires sociales et de la santé. Ministère de l'économie et des finances. Ministère de l agriculture, l agroalimentaire et de la forêt Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau du recouvrement (5C) Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances

Plus en détail

Ce qu il faut savoir en 20 points

Ce qu il faut savoir en 20 points Ce qu il faut savoir en 20 points 1. Comptabilité allégée : o registre des ventes : les obligations comptables des autoentrepreneurs sont réduites. Ils peuvent simplement tenir un livre chronologique mentionnant

Plus en détail

Vu la Loi n 13/007 du 22 janvier 2013 portant habilitation du Gouvernement ;

Vu la Loi n 13/007 du 22 janvier 2013 portant habilitation du Gouvernement ; ORDONNANCE-LOI N 13/008 DU 23 FEVRIER 2013 MODIFIANT ET COMPLETANT CERTAINES DISPOSITIONS DE L ORDONNANCE-LOI N 69/009 DU 10 FEVRIER 1969 RELATIVE AUX IMPOTS CEDULAIRES SUR LES REVENUS Le Président de

Plus en détail

DÉCLARATION DU CANDIDAT

DÉCLARATION DU CANDIDAT DIRECTION DES AFFAIRES JURIDIQUES MISE A JOUR AVRIL 2007 MARCHÉS PUBLICS/ACCORDS-CADRES DÉCLARATION DU CANDIDAT En cas de candidatures groupées, remplir une déclaration de candidature par membre du groupement.

Plus en détail

Dossier à renvoyer à : Ou à déposer à : Mairie de Tarbes Service des Sports. Service des Sports Bâtiment Pyrène 1, place Jean Jaurès

Dossier à renvoyer à : Ou à déposer à : Mairie de Tarbes Service des Sports. Service des Sports Bâtiment Pyrène 1, place Jean Jaurès Nom de l association Sigle Numéro SIRET APE DEMANDE DE SUBVENTION ORDINAIRE ANNEE 2016 Dossier à renvoyer à : Ou à déposer à : Mairie de Tarbes Service des Sports Service des Sports Bâtiment Pyrène 1,

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/12/207 DÉLIBÉRATION N 12/059 DU 3 JUILLET 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE CERTAINES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL

Plus en détail

Quel statut choisir entre l entreprise individuelle ou la SARL?

Quel statut choisir entre l entreprise individuelle ou la SARL? 1 Quel statut choisir entre l entreprise individuelle ou la SARL? Quand vous achetez un fonds de commerce de restaurant, choisir la structure juridique de l entreprise qui l exploitera fait partie des

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/12/200 DÉLIBÉRATION N 12/053 DU 3 JUILLET 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL À LA DIRECTION

Plus en détail

Titre CIRCULAIRE N 2011-02 du 17 janvier 2011

Titre CIRCULAIRE N 2011-02 du 17 janvier 2011 Titre CIRCULAIRE N 2011-02 du 17 janvier 2011 Objet - RÈGLES RELATIVES À L ASSURANCE CHÔMAGE APPLICABLES AUX EMPLOYEURS PUBLICS - CONSÉQUENCES POUR L ASSURANCE CHÔMAGE DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE 26

Plus en détail

No 2487 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 21 juin 2000. PROJET DE LOI MODIFIE PAR LE SENAT EN NOUVELLE LECTURE

Plus en détail

Revenus de remplacement : modalités déclaratives

Revenus de remplacement : modalités déclaratives Revenus de remplacement : modalités déclaratives Les revenus de remplacement sont destinés à compenser la perte de rémunération pendant une période d inactivité partielle ou totale. Sont notamment considérés

Plus en détail

25 AOUT 2012. - Loi modifiant le Titre XIII de la loi-programme (I) du 27 décembre 2006, en ce qui concerne la nature des relations de travail

25 AOUT 2012. - Loi modifiant le Titre XIII de la loi-programme (I) du 27 décembre 2006, en ce qui concerne la nature des relations de travail SERVICE PUBLIC FEDERAL CHANCELLERIE DU PREMIER MINISTRE 25 AOUT 2012. - Loi modifiant le Titre XIII de la loi-programme (I) du 27 décembre 2006, en ce qui concerne la nature des relations de travail ALBERT

Plus en détail

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau de la législation financière

Plus en détail

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS)

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) La Contribution Sociale Généralisée (CSG) sur les revenus d'activité et de remplacement a été instituée par

Plus en détail

Réunion d information : «L auto-entrepreneur : C est quoi? Comment ça marche? C est pour qui?» Version du 28 janvier 2011 Mise à jour du 9 juin 2011

Réunion d information : «L auto-entrepreneur : C est quoi? Comment ça marche? C est pour qui?» Version du 28 janvier 2011 Mise à jour du 9 juin 2011 Réunion d information : «L auto-entrepreneur : C est quoi? Comment ça marche? C est pour qui?» Version du 28 janvier 2011 Mise à jour du 9 juin 2011 1 Intervenante: Marion BRIOUDES Centre de Formalités

Plus en détail

LES AIDES DU FONDS POUR L INSERTION DES PERSONNES HANDICAPEES DANS LA FONCTION PUBLIQUE (FIPHFP)

LES AIDES DU FONDS POUR L INSERTION DES PERSONNES HANDICAPEES DANS LA FONCTION PUBLIQUE (FIPHFP) LES AIDES DU FONDS POUR L INSERTION DES PERSONNES HANDICAPEES DANS LA FONCTION PUBLIQUE (FIPHFP) Colloque sur la prévention des risques professionnels Mardi 9 décembre 2014 LE CADRE REGLEMENTAIRE LE STATUT

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

Loi n 94-126 du 11 février 1994. relative à l'initiative et à l'entreprise individuelle. (Loi Madelin)

Loi n 94-126 du 11 février 1994. relative à l'initiative et à l'entreprise individuelle. (Loi Madelin) Loi n 94-126 du 11 février 1994. relative à l'initiative et à l'entreprise individuelle. (Loi Madelin) L'Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont

Plus en détail

Caisse nationale d assurance pension

Caisse nationale d assurance pension F Brochure Pension de vieillesse Siège : 1a boulevard Prince Henri Luxembourg-Ville Brochure d information Pension de vieillesse au Luxembourg Adresse postale : tél : 22 41 41-1 fax : 22 41 41-6443 email

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-301 QPC du 5 avril 2013. Mme Annick D. épouse L.

Commentaire. Décision n 2013-301 QPC du 5 avril 2013. Mme Annick D. épouse L. Commentaire Décision n 2013-301 QPC du 5 avril 2013 Mme Annick D. épouse L. (Cotisations et contributions sociales des travailleurs non salariés non agricoles outre-mer) La Cour de cassation a renvoyé

Plus en détail

ASSOCIATION HISTORIQUE DU TEMPLE DE PARIS. www.templedeparis.fr

ASSOCIATION HISTORIQUE DU TEMPLE DE PARIS. www.templedeparis.fr ASSOCIATION HISTORIQUE DU TEMPLE DE PARIS 40 rue des Blancs Manteaux - 75004 Paris www.templedeparis.fr STATUTS DE L ASSOCIATION Article 1 Titre Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

ELUS LOCAUX REGIME D'IMPOSITION DES INDEMNITES DE FONCTION

ELUS LOCAUX REGIME D'IMPOSITION DES INDEMNITES DE FONCTION ELUS LOCAUX INDEMNITES DE FONCTION Note d'information N 2013-16 du 11 avril 2013 ELUS LOCAUX REGIME D'IMPOSITION DES INDEMNITES DE FONCTION MAJ : Janvier 2015 REFERENCES Article 204-0 bis modifié du code

Plus en détail

SERVICES A LA PERSONNE Plateforme RH Maison de l Emploi Paris

SERVICES A LA PERSONNE Plateforme RH Maison de l Emploi Paris SERVICES A LA PERSONNE Plateforme RH Maison de l Emploi Paris SES ADHERENTS La Fédération du service aux particuliers représente tous les acteurs privés de la profession des services à la personne. Elle

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1531 du 17 décembre 2014 relatif au taux des cotisations d allocations familiales et d assurance

Plus en détail

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Auto-entrepreneur. À jour au 1 er janvier 2014

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Auto-entrepreneur. À jour au 1 er janvier 2014 Le point sur ( ) Le régime Auto-entrepreneur À jour au 1 er janvier 2014 L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se

Plus en détail

L UNAF LA DEMI-PART FISCALE

L UNAF LA DEMI-PART FISCALE L UNAF et LA DEMI-PART FISCALE Union nationale des associations familiales 28 place Saint-Georges 75009 PARIS Tél : 01 49 95 36 00 Fax : 01 40 16 12 76 www.unaf.fr 1/11 L'UNAF et la suppression de la demi-part

Plus en détail

Décret sur les traitements du personnel de l'etat

Décret sur les traitements du personnel de l'etat Décret sur les traitements du personnel de l'etat du 7 novembre 0 (première lecture) Le Parlement de la République et Canton du Jura, vu l'article 44 de la loi du septembre 00 sur le personnel de l'etat

Plus en détail

Le régime MICRO-ENTREPRENEUR

Le régime MICRO-ENTREPRENEUR Le régime MICRO-ENTREPRENEUR Françoise HARRIAGUE Pôle Guichet Unique Janvier 2015 Devient le MICRO-ENTREPRENEUR La loi relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises Du 18 juin 2014

Plus en détail

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur Le point sur Le régime Auto-entrepreneur L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se lancer «à son compte» ou à titre

Plus en détail

Info «travailleur indépendant»

Info «travailleur indépendant» Info «travailleur indépendant» Quels sont les avantages et les inconvénients pour une structure (client) de faire appel à un travailleur indépendant? L équipe permanente est forcément limitée en nombre

Plus en détail

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION DU CONSEIL DES MINISTRES ORDONNANCE relative au portage salarial

Plus en détail

«LAVORO SUBORDINATO, LAVORO COORDINATO E DINTORNI» Martine LE FRIANT, Professeure à l Université d Avignon

«LAVORO SUBORDINATO, LAVORO COORDINATO E DINTORNI» Martine LE FRIANT, Professeure à l Université d Avignon «LAVORO SUBORDINATO, LAVORO COORDINATO E DINTORNI» Martine LE FRIANT, Professeure à l Université d Avignon Eléments de réponse au questionnaire adressé par les organisateurs 1. Il n existe pas de définition

Plus en détail

Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011

Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011 Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011 INTRODUCTION En 2009, 74 % des créateurs d entreprises ont choisi d exercer leur activité dans le cadre d une entreprise individuelle, soit une hausse de

Plus en détail

ALLOCATIONS POUR FRAIS D'EMPLOI

ALLOCATIONS POUR FRAIS D'EMPLOI 2041 GP N 50688#14 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. ALLOCATIONS

Plus en détail

Décision n 2013-686 DC du 23 janvier 2014

Décision n 2013-686 DC du 23 janvier 2014 Décision n 2013-686 DC du 23 janvier 2014 (Loi relative aux modalités de mise en œuvre des conventions conclues entre les organismes d assurance maladie complémentaire et les professionnels, établissements

Plus en détail

CIRCULAIRE N 13 du 22 octobre 2002

CIRCULAIRE N 13 du 22 octobre 2002 ministère de l Équipement des Transports du Logement du Tourisme et de la Mer Paris, le 22 octobre 2002 direction de l établissement national des invalides de la marine sous-direction des affaires juridiques

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

ENTENTE DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LA FRANCE ET LE QUÉBEC

ENTENTE DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LA FRANCE ET LE QUÉBEC ENTENTE DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LA FRANCE ET LE QUÉBEC 11, rue de la Tour des Dames - 75436 Paris cedex 09 - Tél. 01 45 26 33 41 - Fax 01 49 95 06 50 - www.cleiss.fr Accords entre la France et le Québec

Plus en détail

Le conjoint - un statut en mouvement

Le conjoint - un statut en mouvement Le conjoint - un statut en mouvement Constat De nombreuses femmes participent activement à l entreprise ou la société de leur conjoint, contribuant à sa mise en place et à son développement. Environs 85

Plus en détail

N 100 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997. Annexe au procès-verbal de la séance du 22 novembre 1996. PROPOSITION DE LOI

N 100 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997. Annexe au procès-verbal de la séance du 22 novembre 1996. PROPOSITION DE LOI N 100 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997 Annexe au procès-verbal de la séance du 22 novembre 1996. PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, relative à l'épargne retraite, TRANSMISE PAR M.

Plus en détail

CIRCULAIRE d INFORMATIONS N 2010/05 du 23 JUIN 2010

CIRCULAIRE d INFORMATIONS N 2010/05 du 23 JUIN 2010 CIRCULAIRE d INFORMATIONS N 2010/05 du 23 JUIN 2010 LE COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) Textes de référence : Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique

Plus en détail

Auto-entrepreneur. Pensez à votre protection sociale. (présenté par Alain Rousselet RSI Centre)

Auto-entrepreneur. Pensez à votre protection sociale. (présenté par Alain Rousselet RSI Centre) Auto-entrepreneur Pensez à votre protection sociale (présenté par Alain Rousselet RSI Centre) 1 1. La protection sociale en France 2. Le Régime Social des Indépendants (RSI) 3. L Auto-Entrepreneur 2 La

Plus en détail

LES MODALITÉS DE CALCUL ET DE COLLECTE DE LA TAXE D APPRENTISSAGE

LES MODALITÉS DE CALCUL ET DE COLLECTE DE LA TAXE D APPRENTISSAGE LES MODALITÉS DE CALCUL ET DE COLLECTE DE LA TAXE D APPRENTISSAGE Les objectifs de la réforme Faire progresser le nombre d apprentis de 435 000 à 500 000, Développer, en priorité, l apprentissage aux premiers

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL Conseillers en exercice : 61 Date de Publicité : 21/12/2010 Reçu en Préfecture le : CERTIFIE EXACT, Séance du lundi 20 décembre 2010 D -20100712

Plus en détail

LES ASSOCIATIONS SPORTIVES

LES ASSOCIATIONS SPORTIVES LES ASSOCIATIONS SPORTIVES 1.2.3. AU SOMMAIRE Les missions de l URSSAF La répartition des cotisations Les acteurs Les dispositifs Les cas particuliers Les remboursements de frais Les avantages en nature

Plus en détail

QUE PEUT APPORTER l AUTO ENTREPRENARIAT?

QUE PEUT APPORTER l AUTO ENTREPRENARIAT? QUE PEUT APPORTER l AUTO ENTREPRENARIAT? Agenda 1. Présentation d OBK Performance 2. L Auto Entreprenariat pour qui? 3. Avantages 4. Charges sociales, autres charges et impôts 5. L auto Entreprenariat

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/14/010 DÉLIBÉRATION N 14/006 DU 14 JANVIER 2014 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL À L ADMINISTRATION

Plus en détail

Comment remplir le dossier de demande subvention?

Comment remplir le dossier de demande subvention? Comment remplir le dossier de demande subvention? Ville de Suresnes année 2015 Le dossier de demande de subvention est à déposer en 3 exemplaires avant le 5 décembre 2014 Au service Vie Associative 6 rue

Plus en détail

IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012

IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012 IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012 Les lois de finances de la fin 2012 ont modifié sur de nombreux points le mode d'imposition des dividendes des SARL et des EURL à l'i.s S'agissant des dividendes

Plus en détail

Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France

Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France TITRE I er : HAUT CONSEIL DES MUSEES DE FRANCE Art. 1 er. - Le Haut Conseil

Plus en détail

Habiter. Le travail illégal FICHE 15

Habiter. Le travail illégal FICHE 15 FICHE 15 Habiter Le travail illégal Sont interdits par la loi : > le travail dissimulé : absence de déclarations obligatoires, de remises de bulletin de paie, dissimulation d heures de travail ; > le prêt

Plus en détail

WAGRAM CONSULTING sarl. 5 rue Villaret de Joyeuse 75017 Paris. Tel : 01 80 87 44 24. www.wagram-portage.fr. contact@wagramconsulting.

WAGRAM CONSULTING sarl. 5 rue Villaret de Joyeuse 75017 Paris. Tel : 01 80 87 44 24. www.wagram-portage.fr. contact@wagramconsulting. Depuis 2008, Wagram Consulting offre aux consultants la possibilité d exercer leur activité en toute indépendance en les libérant des contraintes administratives. Le portage salarial est reconnu par les

Plus en détail

L entreprise. face au travail dissimulé. Édition 2013

L entreprise. face au travail dissimulé. Édition 2013 Le point sur ( ) L entreprise face au travail dissimulé Édition 2013 Services aux cotisants Études et statistiques Services aux partenaires Contrôle Ressources informatiques 2 LCTI Lutte contre le travail

Plus en détail

NOR: SPSS9510404C. (BO Affaires sociales et Santé ) Le ministre de la santé publique et de l'assurance maladie

NOR: SPSS9510404C. (BO Affaires sociales et Santé ) Le ministre de la santé publique et de l'assurance maladie Circulaire n DSS/4B du 06 novembre 1995 relative à la protection en matière d'accidents du travail et de maladies professionnelles des assistantes maternelles et des particuliers qui hébergentà domicile

Plus en détail

ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES. Service d'encadrement Expertise et Support Stratégiques Administration des Affaires Fiscales

ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES. Service d'encadrement Expertise et Support Stratégiques Administration des Affaires Fiscales 1 Règles d'indexation ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES Service d'encadrement Expertise et Support Stratégiques Administration des Affaires Fiscales Avis relatif à l'indexation automatique

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT Finalité de la prime d activité Article 24 Rédiger ainsi l alinéa 6 : «Art. L. 841-1. La prime d activité a pour objet de soutenir le pouvoir d achat des travailleurs modestes, qu ils soient salariés ou

Plus en détail

autonome loi 1901 A. CREATION DE L ASSOCIATION Une Coopérative scolaire peut se constituer en Association autonome.

autonome loi 1901 A. CREATION DE L ASSOCIATION Une Coopérative scolaire peut se constituer en Association autonome. INFORMATIONS LEGALES ET REGLEMENTAIRES EN MATIERE DE FONCTIONNEMENT D'UNE COOPERATIVE SCOLAIRE SELON LA FORME JURIDIQUE (Circ. n 2008-095 du 23/07/2008) Association : ce que dit la loi 1901 La Constitution

Plus en détail

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) :

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) : C14 Allocation compensatrice tierce personne (ACTP) Depuis la mise en œuvre au 01/01/2006 de la loi du 11 février 2005 instaurant la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) remplaçant l Allocation

Plus en détail

ateliers Aravis - les ateliers Aravis - les ateliers Aravis les ateliers Aravis - les ateliers Aravis Formes d emploi et de travail atypiques

ateliers Aravis - les ateliers Aravis - les ateliers Aravis les ateliers Aravis - les ateliers Aravis Formes d emploi et de travail atypiques Formes d emploi et de travail atypiques GLOSSAIRE document de travail A------------------------------------------------------------------------------------------------------ Auto-entrepreneur DEFINITION

Plus en détail

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur. Auto-entrepreneur SPÉCIAL DOM. À jour au 1 er janvier 2015

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur. Auto-entrepreneur SPÉCIAL DOM. À jour au 1 er janvier 2015 Le point sur ( ) SPÉCIAL DOM Le régime Auto-entrepreneur À jour au 1 er janvier 2015 L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur

Plus en détail

Fiche pratique n 27. Les mentions sur les documents commerciaux et les factures. Août 2011. Fiche pratique n 27. CCIT d Alençon. Août 2011.

Fiche pratique n 27. Les mentions sur les documents commerciaux et les factures. Août 2011. Fiche pratique n 27. CCIT d Alençon. Août 2011. Les mentions sur les documents commerciaux et les factures Page 1/8 Page 2/8 Sommaire Documents concernés 4 Documents non concernés 4 Caractéristiques 4 Mentions obligatoires 4 Mentions facultatives (hors

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/12/197 DÉLIBÉRATION N 12/050 DU 3 JUILLET 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL AU SERVICE

Plus en détail

Comment m informer au mieux?

Comment m informer au mieux? Comment m informer au mieux? Pour suivre le versement de ma pension d invalidité, j ouvre mon compte sur JE SUIS ACCOMPAGNÉ EN CAS D INVALIDITÉ L'ASSURANCE MALADIE EN LIGNE Pour en savoir plus sur l information

Plus en détail