Le franc gros contre l industrie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le franc gros contre l industrie"

Transcription

1 Bulletin de l industrie Bulletin d information pour les membres du syndicat Unia de l industrie n 5 juin 2015 Unia Case postale Berne 15 T Gew Ja zu und Le franc gros contre l industrie... stoppons-le!

2 La BNS attaque la place industrielle : notre monnaie nous nuit Ce qui se cache derrière le choc du franc. Que faire? Editorial : Le franc meurtrier et l agenda caché 3 Nous sommes l industrie. La Suisse a besoin de l industrie. Il faut donc affaiblir le franc 5 n Le franc et l exportation 6 n Le pouvoir des banques nationales 7 Le croyant. Quel est le moteur de Thomas Jordan? 9 SOS banque nationale : C est son devoir que d intervenir 10 Baisers empoisonnés des spéculateurs 12 La place financière contre la place industrielle : Désastre d origine interne 13 Un taux de change équilibré s impose! 14 Le franc est un poison mortel Attaque contre les travailleurs-euses 15 Euro salaires etc. : On ne touchera pas aux salaires! 16 Que faire I. La prochaine intervention va arriver 17 Que faire II. Les 7 exigences du syndicat 18 Que faire III. Sans politique industrielle, rien ne va plus 19 Que faire IV. Travail gratuit : seulement s il garantit nos emplois! 20 Que faire V. Modèle d accord : doit faire partie du «deal» 21 Quelques sources. Ces liens vous mènent à plus d informations 22 Début mai

3 Aujourd hui nous décidons si la Suisse reste un pays industrialisé Le franc meurtrier et l agenda caché Chères et chers collègues, Trois Messieurs ont décidé de compromettre l existence de milliers de familles et de l industrie. Le Directoire de la Banque nationale, sous la férule de Thomas Jordan, a livré le franc aux spéculateurs. Sa décision provoque de gros dégâts en Suisse. Parce que le franc est surévalué d au moins 20 %, des collègues perdent leur salaire, des entreprises délocalisent des usines en Europe, des trous béants se creusent dans les caisses de pensions. Quant à posséder notre propre devise, il faudrait au moins qu elle nous soit utile. Mais à l heure actuelle, nous souffrons du franc. Il est toutefois utile de savoir que rien n oblige à ce que ce soit le cas. Nous avons de solides contre-mesures à proposer (pages 16 21). C est le bon moment pour que le partenariat social montre ce qu il vaut : nous demandons un deal qui protège nos jobs et nos salaires, et par la même occasion l industrie. La place industrielle doit obliger la BNS et Jordan à ramener le franc à un niveau acceptable. Ce n est qu en menant une politique monétaire qu on peut le faire. «Les patrons, les banques et la droite cherchent à renverser le compromis social.» Le Conseil fédéral, Economiesuisse et Swissmem font encore la fine bouche avant de franchir cette étape avec nous. Quand on entend «Notre propre devise nous devrait au moins être utile.» Corrado Pardini, membre du comité directeur d Unia, responsable du secteur Industrie et conseiller national. leurs arguments, je peux comprendre qu on bouille de colère. Ces Messieurs voient dans la crise du franc une chance d attaquer les salaires, le temps de travail et les syndicats. Recul social programmé. Un agenda secret prend forme. Les programmes d Economiesuisse, du chef de l UBS Ermotti, d Avenir Suisse, de l UDC et du PLR pour l automne électoral très chaud qui nous attend visent un impitoyable recul des acquis sociaux. Une forme de coup d Etat. Cette alliance du capital contre le travail est l objet d incantations dans des commentaires triomphants. Car il s agit bien de cela : la classe dominante des possédants veut utiliser la crise du franc 3

4 et celle avec l Europe (Ermotti : «la situation est grave») pour tout de même imposer leur programme néolibéral de démantèlement social vieux de 40 ans. Pour raboter le compromis social. Voilà qui serait bien mal avisé. Leur Suisse s opposerait alors frontalement à la nôtre. Avec ce bulletin de l industrie, nous souhaitons apporter un peu de lumière sur ces agissements. Quand on veut agir, il faut savoir de quoi on parle. Mais une chose est déjà sûre : nous, à savoir les syndicalistes, devons être encore plus forts que le franc. L industrie c est nous! Votre Corrado Pardini, conseiller national Membre du comité directeur d Unia, responsable du secteur Industrie «Nous devons être encore plus fort que le franc.» La Banque nationale met en péril les emplois. Action d Unia le 18 mars

5 Nous sommes l industrie. La Suisse a besoin de l industrie. Il faut donc affaiblir le franc. Le franc gonflé, livré aux spéculateurs par le chef de la BNS Thomas Jordan entraîne non seulement du travail non rémunéré, mais aussi des licenciements et des délocalisations. Il remet l industrie en question. Et donc un modèle de société. Nous ne le tolérerons pas. Direction du secteur Industrie d Unia C est l histoire d une vieille hostilité : la place financière contre la place industrielle. Lorsque Thomas Jordan en tant que président de la Banque nationale a abandonné, le 15 janvier, le cours plancher de 1.20 franc pour un euro, il savait pertinemment ce qu il faisait. Pour lui, une chose était sûre : le franc s apprécierait immédiatement. Et toujours plus. Les exportations en souffriraient. Et bien sûr, les entreprises répercuteraient la pression qui s exerce sur le franc sur les travailleurs-euses : par du travail non rémunéré, des salaires en euros et des licenciements. Après l annonce de Jordan, il aura fallu précisément 45 secondes aux spéculateurs. Le franc s est envolé pour se situer temporairement autour de la parité avec l euro. Quelques heures plus tard seulement, les fournisseurs, le plus souvent des PME, recevaient les premiers mails et fax de grandes entreprises leur demandant de baisser immédiatement les prix. Et deux jours plus tard, les premières commissions du personnel se trouvaient LE CHOC confrontées à la demande ou à la décision d introduire des heures supplémentaires. Naturellement sans salaire. Du travail gratuit. D un trait de plume, Jordan a aussi anéanti 300 milliards de francs de fortune et creusé d énormes trous dans les caisses de pension, l AVS et les autres assurances sociales. Les «marchés» de Jordan Mais tout cela ne joue pas un grand rôle pour Jordan. Il n a de toute façon jamais été partisan de l intervention de la BNS. En 2011, quand la décision est tombée, il n était que le numéro 2 de la Banque nationale. Ce professeur d économie à l Université de Berne pense qu un pays doit être gouverné par l économie. Et l économie par les «marchés». Concrètement, par les banquiers et les gros actionnaires (ce sont aujourd hui en règle générale des fonds spéculatifs internationaux). Depuis la crise financière mondiale et la crise économique de 2008, ce genre de théorie ne fait plus recette. Mais ici aussi, Jordan n a pas de souci à se faire. Les élites suisses restent fidèles à ce faux dogme. Et le Conseil fédéral le soutient. Le 15 avril, le Gouvernement a soi-disant procédé à une «analyse approfondie de la situation» (en quelques minutes, car le président Hollande attendait). Résultat : il faut probablement s attendre à une désindustrialisation («un changement structurel» selon le Conseil fédéral) et à une augmentation du chômage. Mais il ne serait pas nécessaire d agir : «Le Conseil fédéral estime que, vu 5

6 l état actuel de la situation, la mise en place d un programme conjoncturel n est pas indiquée.» Ah. 6 Le franc et l exportation L industrie suisse vend les trois quarts de ses produits à l étranger. C est décisif pour notre prospérité : un franc sur deux de notre produit intérieur brut (PIB) se gagne avec le commerce avec le monde. En premier lieu avec l Europe : 60 % de nos exportations vont vers les pays de la zone euro. Si le franc s apprécie, les produits suisses renchérissent pour ces acheteurs (voir «Un taux de change raisonnable s impose!», page 14). Le producteur devra baisser ses prix en francs pour faire face aux concurrents moins chers. Les entreprises suisses ont développé différentes stratégies pour compenser la surévaluation de notre monnaie. Elles augmentent la productivité. Elles répercutent la pression qui s exerce sur le franc sur les fournisseurs suisses qui doivent baisser leurs prix. Ou elles paient leurs fournisseurs suisses (des PME) en euros. Les entreprises se procurent leurs matières premières et leurs produits semi-finis à l étranger ce qui coûte à nouveau des emplois à la Suisse. Les économistes d entreprise appellent cela le «hedging». Un très grand nombre d entreprises effectuent des opérations de couverture des risques de change (en essuyant parfois des pertes). La méthode la plus brutale consiste cependant à délocaliser la production vers les pays de la zone Euro. Entre-temps, plus d une centaine d entreprises toutes branches confondues ont annoncé des mesures allant des augmentations du temps de travail aux licenciements collectifs et aux fermetures d entreprises en passant par des baisses de salaire. Nous avons agi immédiatement. Forts des expériences de la crise financière de 2011, nous avons élaboré un mémento pour les commissions du personnel (voir pages 20 21). A l époque, certaines entreprises avaient profité de la situation pour encore augmenter leurs juteux bénéfices en exigeant du travail non rémunéré. Nous avions exigé des négociations pour formuler de manière plus précise l application de l article de crise dans la CCT. Cette opération ainsi que la CCT 2013 déploient aujourd hui leurs effets. Dans la plupart des entreprises soumises à la convention, les augmentations du temps de travail ont été négociées avec les commissions du personnel (les décisions n ont pas été prises de façon unilatérale). Certains personnels ont dû mettre en place des mesures de lutte pour éviter les salaires illégaux et les baisses de salaire. Dans d autres cas, des commissions d entreprise, sous l influence d Employés Suisse, ont conclu des accords avec des sociétés très rentables. Est-on en passe de réintroduire la semaine de 6 jours? Quelle sera la gravité du choc du franc? La question qui se pose aujourd hui est la suivante : quelle sera l ampleur du choc du franc? Une enquête parmi les directeurs financiers révèle que la plupart des entreprises se basent aujourd hui sur un cours de

7 1.07 et même avec cette surévaluation, ils s attendent à de lourdes pertes. Le président des patrons Valentin Vogt craint de graves fléchissements déjà à partir d un cours de A fin avril, le cours du franc avait plutôt tendance à s approcher de la parité. Le cours de change de 1 :1 serait un désastre. Pas seulement pour la production industrielle en Suisse. Certains grands groupes pourraient résister à la tempête du franc avec pour conséquence une disparition massive des fournisseurs PME. Ce serait une catastrophe : ces grands groupes, hormis l industrie horlogère et quelques exceptions, ont aujourd hui déjà 70 % à 90 % de leurs emplois à l étranger. Cela entraînerait de graves conflits sociaux. On ne touche pas impunément aux fondements de emplois. Le «changement structurel» mettrait à mal un secteur de l économie qui contribue bien plus à la prospérité du pays que la place financière. Le pilier de la paix sociale, de l innovation et du système de formation suisse s en trouverait menacé. Le prix à payer serait élevé : des conflits sociaux aigus et durables. On ne touche pas impunément aux fondements de emplois. Si en 2015, un chef de la Banque nationale suisse a le pouvoir de nuire à un pays pour plaire aux hedge funds, aux banquiers, aux fonds souverains et à la BCE, c est une obscénité politique (voir encadré 2 : «Le pouvoir des banques nationales»). Le pouvoir des banques nationales Les banques centrales (banques nationales) détiennent, à l origine, le monopole d Etat pour l émission des billets de banque. Elles ont pour mandat, en théorie, de contrôler la masse monétaire afin d éviter une forte inflation ou une déflation. Mission principale : assurer la stabilité de la valeur d une monnaie (aussi via le niveau des taux d intérêt, interventions sur les marchés financiers). Elles gèrent les réserves monétaires. Elles sont la banque des banques. Certaines banques centrales comme celle des Etats-Unis (FED) ont la tâche explicite de contribuer à un niveau élevé de l emploi. Dans la loi sur la Banque nationale suisse, cela n est formulé que de façon non contraignante. Théoriquement, les banques nationales sont indépendantes. Dans la pratique cependant, elles sont un instrument de la politique économique. Depuis la crise de 2008, les banques nationales assument de nouvelles compétences très étendues. Notamment le sauvetage des banques (BNS : l UBS). Avec son programme de rachat d emprunts, la Banque centrale européenne (BCE) supporte les pertes des banques spéculatrices. Conséquence : les banques centrales comme la BCE sont devenues beaucoup plus puissantes. 7

8 Le franc doit nous être utile Pour nous syndicalistes, la solution est à portée de main : les partenaires sociaux et les politiques doivent contraindre la BNS à affaiblir massivement le franc par des interventions. Et ils devraient le faire très rapidement. Jordan et le Conseil fédéral disposent à cet effet de toute une palette d instruments (voir page 17). En 2011, les dirigeants économiques et les politiciens ont tiré la sonnette d alarme, sous la pression des syndicats, lors d un «Grütli du franc». Il s agissait d associer l UDC à une solution concernant le taux plancher de la BNS de Christoph Blocher avait refusé toute intervention et, avec lui, les grands banquiers Grübel, Ospel etc. Le chef de l UDC a toujours été un homme de la finance. Il doit son argent au démantèlement d entreprises industrielles comme Alusuisse et Lonza. Blocher a finalement participé au «Grütli du franc». Mais quelques mois plus tard, il a poussé le chef de la Banque nationale Philipp Hildebrand à la démission. Depuis lors, il a demandé à Thomas Jordan d en finir avec les interventions. Le franc fort contre les emplois 160 Suisse (en EUR) 140 Espagne Grèce 120 Italie France Suisse (en CHF) 100 Allemagne La comparaison des coûts unitaires de la main d œuvre dans différents pays montre que les travailleurs-euses suisses sont extrêmement productifs. Cependant, le franc de la spéculation anéantit ces efforts. En 2007, le cours de l euro était à plus de Puis le cours du franc a commencé à s apprécier (ici l évolution jusqu en 2011) et avec lui les coûts unitaires de la main d œuvre exprimés en euros (exportation). Source : Hans Baumann/work 8

9 Le croyant Quel est le moteur de Thomas Jordan? Décision le 18 octobre Rien d étonnant s il le loue aujourd hui. Mais cette fois-ci, Blocher est en bonne compagnie. Les grands banquiers et Economiesuisse, le PLR et la NZZ, le Conseil fédéral et tous les courants de la droite fêtent le franc pathétiquement gonflé. Avec la crise du franc et la polémique sur la libre circulation des personnes, l UDC, le PLR et Economiesuisse espèrent briser le compromis social (et les syndicats). Voici ce qui figure sur leur liste : réduire les salaires, baisser les impôts des riches vers zéro, stopper la régulation des banques, augmenter le temps de travail, démanteler l AVS et le service public, en finir avec la protection de l environnement... Ils considèrent les élections d octobre au Parlement comme un vote d orientation. Le soir du 18 octobre, ils veulent un gouvernement de droite sans le PS. C est le retour à avant Nous pouvons empêcher cela en évinçant l UDC et le PLR. Swissmem, l association faîtière de l industrie des machines, jusqu ici aux côtés d Economiesuisse, semble s interroger. Le prix à payer serait-il trop élevé? Les entrepreneurs de Swissmem ne veulent peut-être pas le savoir. Et en fin de compte le PLR et Economiesuisse non plus. Nous leur disons : Lisez sur nos lèvres. Nous vous proposons un nouveau pacte social. Aveuglé idéologiquement : Thomas Jordan (52 ans), président de la BNS depuis Les marchés financiers s autorégulent: ils trouvent automatiquement un équilibre. Tel est le premier dogme des néolibéraux. Depuis la crise financière, cette croyance s est certes avérée infondée. Mais le Biennois Thomas Jordan (52 ans), passé par Harvard et titulaire d une chaire à Berne, reste fidèle à une religion morte. Dans ses discours et ses écrits, Jordan est clair: il veut placer le destin de la Suisse et du monde entre les mains des banquiers. La question du franc ne relève pas de l économie, mais de foi et de politique. Quiconque pense que la décision de la BNS est économiquement fondée se trompe. Il s agit de foi et de politique. La bande de l UDC autour de l oligarque Blocher, du banquier Matter et de l ancien patron d UBS et de Crédit Suisse Grübel ainsi que les radicaux de droite ont applaudi avec force. Ils veulent une Suisse sans industrie, sans syndicats et loin de l Europe. 9

10 SOS BNS : une banque nationale qui ne maîtrise pas le franc n est pas une banque nationale C est son devoir que d intervenir L abandon du taux plancher par la Banque nationale suisse (BNS) fut un choc. Et pas seulement pour l industrie. Certains spéculateurs sur les marchés des changes se sont aussi alarmés. Le cours s est même brièvement effondré. Cela n est guère surprenant, car les cambistes ont l habitude que la BNS pilote le franc d une manière ou d une autre. C est ce que fait la BNS depuis des décennies, mais s en cache volontiers. Selon son discours officiel, elle se contente de maintenir l inflation en dessous de 2 %. Dans un petit pays comme la Suisse qui importe beaucoup de produits de l étranger, l inflation est fortement dépendante du taux de change. Sans un taux de change stable, il n y 10 «La Banque nationale a toujours piloté le franc. Si elle l abandonne aux spéculateurs, cela se termine en un désastre.» Daniel Lampart, économiste en chef de l USS a pas non plus de stabilité des prix. C est la raison pour laquelle tous les petits pays contrôlent leur taux de change. Les pays du Benelux ont l euro. La couronne danoise est arrimée à l euro. Et Singapour se base sur un mélange de plusieurs monnaies. En 1978, la BNS avait défendu un taux plancher de 80 centimes face au mark. Quand l euro a été introduit, elle a défendu des taux planchers stables de 1,50 à 1,45 franc pour un euro. Elle l a fait en baissant les taux d intérêt. Avec succès. Ce ne fut que quand la Banque nationale annonça, fin 2009 alors que le cours était à 1,50, qu elle ne s opposerait plus à une réévaluation que toutes les digues se sont rompues. Le franc est devenu rapidement plus cher. Jusqu en août 2011, il s est apprécié jusqu à la quasi-parité avec l euro. Ce qui a été un désastre pour l industrie et le tourisme. Ce n est qu avec l introduction et la défense d un taux plancher à 1,20 que le calme est re- Que fait la BNS? Elle aurait les moyens d affaiblir le franc surévalué.

11 venu. Jusqu au 15 janvier 2015 : c est alors que la BNS, en abandonnant le taux plancher, a de nouveau répandu désarrois et incertitude. Pour sa défense, la BNS prétend qu elle aurait dû acheter énormément d euros début 2015 pour défendre le taux plancher. Mais en vérité, le problème se situe ailleurs : la BNS a laissé les intérêts sur le franc être plus élevés que sur l euro. Pas étonnant que tout le monde veuille acheter du franc. Si la Banque nationale avait introduit des taux négatifs en décembre déjà, cela se serait déroulé autrement. Les Danois avaient des taux d intérêts plus bas. Ils n ont donc pas dû acheter d euros pour défendre leur taux plancher. La Suisse a besoin de retrouver une monnaie stable qui soit évaluée à sa juste valeur. Voilà pourquoi la BNS doit revenir à sa politique traditionnelle et intelligente de pilotage des taux de change. Car le franc doit nous servir et pas nous nuire. Erreur catastrophique : La BNS a cessé ces interventions D-Mark Euro Franc fort : L intervention est la règle. La BNS a maintenu le franc à un cours raisonnable. D abord par rapport au mark, puis face à l euro. Après 2010, elle l a laissé s apprécier. Sa brutale hausse a nécessité l instauration d un nouveau cours plancher de Celui-là même que la BNS a abandonné le 15 janvier. 11

12 Thomas Jordan acclamé Baisers empoisonnés des spéculateurs Pourquoi les financiers internationaux se réjouissent du franc excessivement fort. Quand Thomas Jordan est arrivé fin janvier au Forum économique mondial (WEF) à Davos, Christine Lagarde, la directrice du Fonds monétaire international, l a embrassé. Des managers de hedgefonds lui ont tapé sur l épaule et la «dame de fer» Merkel l a félicité pour son «courage» d avoir abandonné le franc aux spéculateurs. Que s était-il passé? Des paris quotidiens de 5,3 billions Tout d abord : les opérations sur devises (commerce des devises) est le plus grand de tous les marchés financiers. En 2013, 5,3 billions (5300 milliards) de dollars ont été échangés, chaque jour, sur les marchés internationaux des devises. Chaque jour! 97 % des paris sur les devises sont d ordre purement spéculatif. En francs, les spéculations sur devises ont atteint en 2014 l équivalent de près de 180x le volume total des exportations suisses. Le marché des devises n a plus aucun lien avec l exportation/l importation. Tous contre l euro L un de ces paris joue contre l euro. Des hedgefonds de plusieurs milliards et des banques spéculent sur une baisse de l euro (provoquant ainsi sa chute). Même la Banque centrale européenne (BCE) maintient la pression sur l euro, car cela a pour effet de réduire le coût des exportations de l UE et d atténuer la dette. Avec le cours plancher de 1.20 franc pour un euro, la BNS a protégé jusqu au 15 janvier les emplois en Suisse qui sont désormais menacés. Jordan est embrassé pour avoir sacrifié les emplois en Suisse $ Le paradoxe du franc Les banques suisses et les groupes financiers ont gagné beaucoup d argent avec la spéculation contre l euro. Un hedgefonds à Pfäffikon SZ, notamment, a réalisé un bénéfice de 28 % avec un pari contre les interventions de la BNS. C était un pari contre la place industrielle suisse. Les financiers faisaient du lobbying déjà depuis des mois, par tous les canaux, contre les interventions de la Banque nationale. Il reste cependant un paradoxe à clarifier : les interventions de la BNS ont certes gêné les spéculateurs. Mais la surévaluation du franc ne provient pas de la faiblesse de l euro. Elle est d origine interne. 12

13 La place financière contre la place industrielle Désastre d origine interne Le franc est largement surévalué, car la Suisse fait tout pour attirer les capitaux étrangers. Les conseillers fédéraux et les représentants de l économie disent que le franc est fort parce que l économie suisse est forte. C est absurde! Si l on compare l activité économique des principaux pays européens avec la Suisse, le franc devrait être beaucoup plus faible : on devrait obtenir env franc pour un euro. Viens, mon euro, viens! Le franc dopé est fort, car il attire trop de capitaux du monde entier. Beaucoup sont séduits par le franc. Pourquoi? Parce que la place financière et le Conseil fédéral mettent tout en œuvre pour attirer les capitaux étrangers. Pour ce faire, ils inventent constamment de nouveaux instruments. n Avec le secret bancaire, la Suisse est devenue le principal refuge au plan internatio-nal pour l argent sale et les fortunes des riches. Le secret bancaire est levé pour une partie du monde. Mais dans le domaine de la gestion de fortune, les banques suisses demeurent, avec 2,6 billions, les «leaders mondiaux». n La concurrence fiscale, les forfaits fiscaux, les impôts bas pour les riches et des réglementations spéciales pour les holdings attirent en Suisse les grands groupes les groupes et les super-riches. Pour remplacer le secret bancaire, l ex-conseiller fédéral Merz a mis en place la réforme de l imposition des entreprises II. Et cela marche elle a déjà permis d attirer un billion de francs. Si nous voulons continuer de produire en Suisse, il faut affaiblir le franc. Et pour l affaiblir, il faut rendre la place financière moins attrayante. Si nous laissons faire les banques, elles détruiront le travail productif. 13

14 Que signifie «surévalué»? Un peu de théorie. Un taux de change équilibré s impose! Le franc est-il vraiment surévalué? Oui, massivement. Est-ce dommageable? Extrêmement! En 2014, la Suisse a exporté des marchandises et des prestations de services pour une valeur de 208 milliards de francs. Elle a importé pour 178 milliards de francs. Quand on exporte, on rapporte de l argent. Quand on importe, on perd de l argent. Le volume de nos exportations dépend notamment de la qualité de notre travail. Mais très fortement de notre monnaie. Si le franc s apprécie, les produits suisses renchérissent. Un franc surévalué nuit à l économie. Mais comment savoir si le taux de change entre le franc et l euro est équilibré? Une méthode classique consiste à déterminer la «parité de pouvoir d achat». En termes plus simples : un taux de change est adéquat si avec 1000 francs, on peut acheter la même quantité de marchandises en Allemagne qu en Suisse après avoir changé cette somme en euros. Le tourisme d achat prouve que cela n est pas le cas. Il existe différentes méthodes pour calculer cette parité. Par exemple, la comparaison des coûts unitaires de la main d œuvre. Ils mesurent les coûts salariaux par unité de production. Le taux de change équilibré est déterminé de la manière suivante : les coûts unitaires de la main d œuvre en Suisse divisés par les coûts unitaires de la main d œuvre dans l Euroland = taux de change. Le graphique montre le résultat selon les différentes méthodes de calcul. Le taux de change équilibré se situerait donc autour de 1.30 franc pour un euro. Théoriquement à fin avril 2015, le franc est surévalué de plus de 20 %. Il est devenu toxique. Franc/Euro parité de pouvoir d achat (2013) (Estimations selon des méthodes diveres) Biens négociables Prix de consommation Salaires nominaux Daniel Lampart 14 Valeur moyenne Valeur haute Valeur basse Depuis l abandon par la BNS du cours plancher de 1.20, le franc est hors de contrôle. Il fluctue aux alentours de 1.03 face à l euro.

15 Attaque contre les travailleurs-euses Le franc est un poison mortel La politique de la Banque nationale cause de graves dommages à l économie. Tous ne sont pas encore visibles. La place financière a artificiellement gonflé le franc. Cela nuit directement à l exportation et au tourisme (et à certaines banques privées, mais cela fait partie de la stratégie des grandes banques). Les entreprises en font immédiatement supporter les conséquences aux travailleurs-euses avec des heures d appoint non rémunérées, la pression sur les salaires et des licenciements. Si la Banque nationale ne corrige pas le tir, les conséquences seront beaucoup plus graves pour nous. Les valeurs moyennes des économistes sont trompeuses. La menace pour l économie semble de prime abord relativement faible. C est une croyance aveugle. Car le franc exagérément fort est un instrument pour changer les structures. Un désert de services prend le pas sur la production. En combinaison avec une place financière choyée, subventionnée et protégée, notre monnaie est un poison insidieux et mortel pour le travail en Suisse. n PME. La plupart travaillent comme fournisseurs pour les grands groupes. Leurs possibilités de se protéger contre les variations du taux de change sont restreintes. Et elles ont été les premières à devoir immédiatement baisser les prix. Certaines PME ont été détruites par le franc. Beaucoup devront se chercher de nouveaux clients, car les groupes se rabattent sur des fournisseurs moins chers à l étranger. Unia met en garde : la Banque nationale engage un processus de désindustrialisation. En toute connaissance de cause. n Connaissances et savoir-faire. La disparition de nombreuses PME ébranlerait les fondements de l industrie : l énorme savoir-faire de beaucoup de travailleurseuses restera inexploité. La proximité immédiate des connaissances pratiques et des entreprises clientes est une force de l industrie. Les groupes qui sont déjà souvent fortement internationalisés vont accélérer leurs délocalisations. n Délocalisation. Le franc trop fort mène à la désindustrialisation. Directement, en raison des coûts. Indirectement, car les structures liées aux fournisseurs s affaiblissent. C est ce que visent les politiques et les néolibéraux dans les associations. 15

16 Ce qui ne va pas du tout On ne touchera pas aux salaires! Des réductions de salaire et des salaires en euros aggravent le problème au lieu de le résoudre. Les coûts salariaux dans l industrie représentent en moyenne moins de 20 % de l ensemble des coûts. Diminuer les salaires est donc doublement absurde. Cela n apporte pratiquement rien à l entreprise. Et les baisses de salaire sont économiquement dommageables. Le pouvoir d achat disponible de 50 % des employé-e-s stagne de toute façon depuis de nombreuses années. Dans certaines professions, il est même en recul. Les groupes qui essaient malgré tout d imposer des baisses de salaire pratiquent une lutte des classes par le haut : ils veulent maintenir une pression élevée sur les travailleurs-euses. Nous ne le tolérerons pas. Car les frais fixes des ménages augmentent : les loyers, les primes d assurance-maladie, les autres assurances et dépenses obligatoires représentent une part toujours plus importante du salaire. Salaires en euros : Un patron d entreprise a annoncé qu il paierait ses frontaliers en euros. Le personnel a refusé. Le CEO a alors compris que la plupart des frontaliers avaient contracté des crédits et des hypothèques en francs suisses. Avec des salaires en euros, ils auraient très vite été insolvables. Verser les salaires en euros est illégal comme le montrent les décisions judiciaires : en Suisse, on doit verser des salaires suisses. Le syndicat insiste sur des contrôles stricts des salaires et sur l application de la protection des salaires. Car si les salaires en euros deviennent la norme, tous les salaires seront mis sous pression. Dans la crise actuelle, des conflits du travail ont permis jusqu ici d empêcher les salaires en euros dans les entreprises soumises à la CCT. L opposition, ça paie. Désastre : le 25 avril l euro valait 1.02 franc. 16

17 Que faire I : La BNS doit agir rapidement La prochaine intervention va arriver Il n y a pas de solution à la crise du franc sans intervention sur le marché des changes. La banque nationale doit faire son travail. Il s agit d imposer un cours du franc face à l euro qui soit supportable pour l économie réelle. Depuis le 15 janvier, le franc est hors de contrôle. A fin avril, à la clôture de rédaction du présent bulletin, le franc est si fortement surévalué qu une nouvelle intervention est très probable. Les étapes sont claires : 1. Fixer un nouvel objectif de change. La parité ou un cours de change de 1.10 aura des effets dévastateurs dans l industrie. Le taux plancher doit être fixé à un niveau plus élevé. Si la BNS annonce par exemple un objectif de 1.15, les spéculateurs essaieront de parier contre («tester le cours plancher»). La BNS a besoin de nerfs solides. Au plan économique, il n y a aucun problème : une banque centrale ne peut pas faire faillite. Jordan s opposera à un objectif de change. Les politiques et les partenaires sociaux devront donc lui expliquer clairement quel doit être le rôle de la BNS. A lui de résoudre cela au plan technique. 2. Renforcer la politique des intérêts négatifs. Jusqu ici, les taux d intérêt négatifs de Jordan n ont pas donné les résultats escomptés. Les différences de taux d intérêt avec l euro sont décisives. Si la BNS avait décidé, en 2014, d introduire des taux d intérêt négatifs, elle aurait évité le choc de la surévaluation. Jordan n a probablement pas fait cela afin d avoir un prétexte pour supprimer le cours plancher. Un pouvoir effarant : derrière la façade de la BNS se fait la politique économique suisse. Attention : les caisses de pension, l AVS et d autres assurances sociales doivent être exclues des intérêts négatifs, resp. elles doivent en être protégées. 3. Prendre des mesures sur les mouvements de capitaux. Les intérêts négatifs et l objectif de change ne suffiront vraisemblablement pas à placer le franc sous contrôle. Mais la BNS dispose de beaucoup plus d instruments : les «mesures sur les mouvements de capitaux». A long terme, la spéculation sur le franc ne pourra être endiguée que si les politiques maintiennent les grandes banques sous contrôle et rendent la place financière moins attrayante. 17

18 Que faire II Les 7 exigences du syndicat La suppression du taux plancher est une attaque brutale de la place financière contre la place industrielle. Il est grand temps de donner de nouvelles bases à la politique économique de la Suisse. 1. Imposer un cours du franc raisonnable. Il faut contraindre la BNS à affaiblir le franc pour le ramener à un taux de change euro/ franc qui soit supportable pour l économie réelle. Elle doit le faire par tous les moyens : objectif de change, taux d intérêt négatifs, mesures sur les mouvements de capitaux, etc 2. Mettre un terme aux baisses de salaire. Obtenir la protection des salaires. En Suisse, on doit verser des salaires suisses. Contrôles stricts des salaires (commissions paritaires et tripartites), sanctions immédiates sévères en cas d abus. Les baisses de salaire répercutent le risque entrepreneurial sur les travailleurs-euses. Elles sont donc illégales. Au plan économique, elles sont stupides. 3. Mesure immédiate : imposer un franc réel. Pour éviter que la production en Suisse ne subisse de graves dommages, le Conseil fédéral doit ordonner à la BNS de fixer un cours de l euro raisonnable pour les exportations réelles. Cela sera financé par une taxe sur le commerce des devises (principe de causalité). 4. Protéger les assurances sociales des taux d intérêt négatifs. L AVS, les caisses de pension et d autres assurances sociales doivent être protégées des taux d intérêt négatifs. 5. Stopper les programmes d économies des pouvoirs publics. Les programmes d économies insensés des pouvoirs publics doivent être immédiatement stoppés. Ils accroissent le risque de récession. 6. La BNS a besoin d un mandat clair. Le mandat de la BNS doit être défini plus précisément : c est déjà la troisième fois que la BNS met en péril des dizaines de milliers d emplois (tueur d emplois Leutwiler dans les années 1970/80, tueur d emplois Lusser dans les années 1990). Outre la stabilité monétaire, la BNS doit s efforcer de protéger les emplois. C est la moindre des choses. 7. Politique industrielle : s engager dans la conversion écologique. Si elle ne protège pas l industrie par le biais de la politique industrielle, la Suisse glissera dans une grave crise. Il ne s agit pas d obtenir des subventions ni des baisses d impôts, mais surtout de prendre des mesures politiques pour soutenir les PME dans l innovation et la conversion écologique. 18

19 Que faire III Sans politique industrielle, rien ne va plus Tous les pays font de la politique industrielle. Mais pas la Suisse. L industrie est un pilier central de notre économie. En 2015, face à la double menace que représentent pour nos emplois le franc des spéculateurs et la politique d isolement de l UDC, cela est plus vrai que jamais. C est pourquoi Unia a élaboré les bases d une politique industrielle. Notamment : n Serv plus. Les entreprises exportatrices peuvent changer des devises à un cours raisonnable. Cela sera financé par une taxe automatique de 1 pour mille sur le commerce des devises (argent de la spéculation pour l économie de production). Le fonds pour la production n Pacte pour une Suisse productive. Un paquet de mesures a été lancé aux dernières négociations CCT MEM. Point essentiel : utiliser les opportunités de la conversion écologique (création de dizaines de milliers d emplois). Et renforcer les PME en développant la Commission pour la technologie et l innovation (CTI) en une véritable agence de l innovation. n Fonds pour la reconversion écosociale. Un fonds de crédit d un milliard de francs, géré de façon paritaire, pour les investissements destinés à soutenir la reconversion écosociale et l innovation. Financé par des fonds de caisses de pension. Avantages : relance des investissements, car le fonds libère les entreprises de l emprise des banques. Forte impulsion à de nouveaux emplois et à la reconversion écologique. Caisses de pension Caisses de pension Capital Fonds pour la production Pilotage paritaire (Employeurs, travailleurs, Confédération) Crédit intérêt bas Producteurs Confédération Capital Commission d investissement accorde des crédits selon des standards écologiques Clients BNS garantit les intérêts et amortissements 19

20 Que faire IV Travail gratuit : seulement s il garantit nos emplois! Les salaires en euros et les réductions de salaire sont inacceptables. Le syndicat a imposé ce principe, aussi dans la crise du franc. Car les risques entrepeneuriaux ne doivent pas être répercutés unilatéralement sur les travailleurs-euses. Et encore moins les conséquences de la spéculation et de décisions politiques erronées. Avec notre soutien, certains personnels ont mené avec succès des conflits du travail contre les salaires en euros et les baisses de salaire. Résister collectivement paie. Travailler plus longtemps? En principe Non! Cela vaut aussi pour les augmentations du temps de travail. Cependant : dans certains cas, nous sommes prêts à travailler quelques heures de plus si cette mesure permet de garantir nos emplois. Mais cela suppose un «deal». La prolongation du temps de travail bouleverse profondément et brutalement notre vie. Elle doit rester une exception limitée dans le temps. Elle doit être accompagnée de garanties et de transparence. Car cela fait déjà des années que les employeurs insistent sur l augmentation de la durée du travail. Le franc de la spéculation ne doit pas être un prétexte pour augmenter l horaire de travail de manière détournée. Pour les travailleurs-euses, la semaine de 40 heures est un acquis central pour lequel ont lutté de nombreuses générations. Nous travaillons pour vivre et non le contraire. Si une entreprise très rentable ordonne, sans nécessité, cinq heures de travail gratuit, cela est considéré 20 comme une violation de la paix du travail, du contrat de travail, de la CCT et du partenariat social. C est de toute façon contraire au principe de la bonne foi. Nos conditions Nous tolérons les heures supplémentaires seulement si : 1. L entreprise prouve qu elle est en situation d urgence (voir p. 21). 2. Le travail supplémentaire est limité dans le temps. 3. Les emplois sont garantis par écrit. 4. Les autres intéressés (actionnaires, managers, banques etc.) participent aussi. 5. L entreprise autorise un monitoring régulier. 6. Des contreparties sont garanties (voir p. 21). La semaine de 40 heures est un acquis important des syndicats. Pas touche!

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Écarts entre les salaires : les politiques peuvent et doivent agir Daniel Lampart, économiste en chef et premier secrétaire de l USS/fq

Plus en détail

Il faut un objectif de cours, avec des intérêts négatifs, afin de protéger les emplois

Il faut un objectif de cours, avec des intérêts négatifs, afin de protéger les emplois S I X M OI S APRES L AB A N D ON D U CO U R S P L A N CH E R, UN BI L AN DE L USS Berne, le 14 juillet 2015 Daniel Lampart, premier secrétaire de l USS et économiste en chef Il faut un objectif de cours,

Plus en détail

C O N F É R E N C E D E P R E S S E D U 2 S E P T E M B R E 2 0 1 5

C O N F É R E N C E D E P R E S S E D U 2 S E P T E M B R E 2 0 1 5 C O N F É R E N C E D E P R E S S E D U 2 S E P T E M B R E 2 0 1 5 Daniel Lampart, premier secrétaire de l USS Revendications salariales des syndicats de l USS Bonne situation des affaires dans de nombreuses

Plus en détail

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Michel Didier et Michel Martinez 1. Les dépenses de Sécurité sociale à caractère universel (maladie, famille)

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe L assurance de Groupe Un must, aussi pour les PME 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe Les pensions complémentaires ont le vent en poupe La pension légale d un travailleur salarié belge

Plus en détail

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 POSITION DE LA CES Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 1. Le 16 février 2012 la Commission a publié son Livre Blanc sur

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE 1/5 Marie-Anne Barbat-Layani : «C est le bon moment pour investir, pour aller voir sa banque avec un projet». Retrouvez l interview de Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF, qui était

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Crise, austérité, compétitivité : Et le travail dans tout ça?

Crise, austérité, compétitivité : Et le travail dans tout ça? Crise, austérité, compétitivité : Et le travail dans tout ça? Jacques Perrat Emmanuelle Puissant Meeting CGT, 9 septembre 2013, Lyon 1 Quel est le problème : La rémunération du travail ou le coût du capital?

Plus en détail

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire I. Objectifs et instruments de la politique monétaire A) Les objectifs des politiques économiques Une politique économique = toute

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Conférence annuelle des médias Swissmem du 24 février 2009 à Zurich

Conférence annuelle des médias Swissmem du 24 février 2009 à Zurich Le texte prononcé fait foi. Conférence annuelle des médias Swissmem du 24 février 2009 à Zurich «Les défis 2009» Exposé de Monsieur le Conseiller national Johann Niklaus Schneider-Ammann, président de

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Réforme des pensions des fonctionnaires : travailler plus longtemps pour moins de pension

Réforme des pensions des fonctionnaires : travailler plus longtemps pour moins de pension Réforme des pensions des fonctionnaires : travailler plus longtemps pour moins de pension Michaël Verbauwhede Kim De Witte Service d études PTB 1 Bonification liée au diplôme...2 1.1 Principe...2 2.2 Exemple...3

Plus en détail

RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Par : Service de fiscalité

RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Par : Service de fiscalité RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Par : Service de fiscalité PRÉSENTATION Veuillez prendre note qu'il ne s'agit pas d'un résumé exhaustif de toutes les mesures contenues

Plus en détail

Crise de la zone Euro :

Crise de la zone Euro : Crise de la zone Euro : Il est urgent de changer d Europe ; Il est urgent de desserrer l étau des marchés financiers Les économistes atterrés atterrés@gmail.com. Décembre 2010 www.atterres.org La zone

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Banque nationale suisse

Banque nationale suisse IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle Combinaison des politiques budgétaires et monétaires 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et

Plus en détail

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir?

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Dominique Plihon Université Paris Nord Conseil Scientifique d Attac Membre des Economistes Atterrés 29 août 2015 Plan de la présentation 1/

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

Placements financiers et opérations financières à titre privé des collaborateurs de la BNS

Placements financiers et opérations financières à titre privé des collaborateurs de la BNS Compliance financières à titre privé des I. Dispositions générales 01. But et objet La présente directive définit les restrictions relatives aux placements financiers et aux opérations collaborateurs de

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE FIN DE L ASSURANCE MALADIE PRIVEE POUR LES FRONTALIERS : Quelques explications Ce document, édité par le Groupement transfrontalier européen, a pour but de réunir toutes les informations que nous possédons

Plus en détail

Un régime d assurance? Si oui, lequel?

Un régime d assurance? Si oui, lequel? Un régime d assurance? Si oui, lequel? AFESH-UQAM 20 novembre 2013 Résumé Ce texte présente quelques pistes de réflexion concernant le régime d assurance collective de l AFESH-UQAM. Il s agit d un document

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse.

Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse. Communiqué aux médias bsw leading swiss agencies. Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse. Les agences membres de bsw leading

Plus en détail

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses»

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Nous sommes aujourd hui, plus de 500 manifestants dans les rues

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

Communication externe. Qui sommes-nous?

Communication externe. Qui sommes-nous? Communication externe Qui sommes-nous? La Banque nationale de Belgique Partout dans le monde, les banques centrales ont pour missions principales de mettre les billets en circulation, de conduire la politique

Plus en détail

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention :

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1002191L PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre la France et la Suisse en vue d éviter

Plus en détail

EBOOK. Francesco Sgroi. OctoFinance Sàrl Rue Marignac 9 1206 Genève

EBOOK. Francesco Sgroi. OctoFinance Sàrl Rue Marignac 9 1206 Genève EBOOK Francesco Sgroi OctoFinance Sàrl Rue Marignac 9 1206 Genève Table des matières 1.1 Préambule du Conseil Patrimonial 1.2 Principe rendement/risque 1.3 Rendement 1.4 Risque 1.5 Tip 1 2.1 La Fiscalité

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

DÉBAT SUR L EUROPE SOCIALE ASSEMBLÉE NATIONALE, PARIS 10 MARS 2009 INTERVENTION DE PHILIPPE DE BUCK DIRECTEUR GÉNÉRAL DE BUSINESSEUROPE

DÉBAT SUR L EUROPE SOCIALE ASSEMBLÉE NATIONALE, PARIS 10 MARS 2009 INTERVENTION DE PHILIPPE DE BUCK DIRECTEUR GÉNÉRAL DE BUSINESSEUROPE DISCOURS *** Seule la version prononcée fait foi *** Le 10 mars 2009 DÉBAT SUR L EUROPE SOCIALE ASSEMBLÉE NATIONALE, PARIS 10 MARS 2009 INTERVENTION DE PHILIPPE DE BUCK DIRECTEUR GÉNÉRAL DE BUSINESSEUROPE

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

PERSPECTIVES d avenir

PERSPECTIVES d avenir PERSPECTIVES d avenir Les rôles changeants des titres à revenu fixe et des actions Bruce Cooper, CFA Vice-président, Actions, Gestion de Placements TD Coprésident, Comité de répartition des actifs de Gestion

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Plan d action du PDC concernant le franc fort

Plan d action du PDC concernant le franc fort Plan d action du PDC concernant le franc fort Vendredi 20 février 2015, à 16 h 45 Renseignements : Filippo Lombardi, président du groupe et conseiller aux Etats (TI), mobile : 079 620 64 65 Pirmin Bischof,

Plus en détail

Au service de toute la famille

Au service de toute la famille Au service de toute la famille Notre offre pour les familles Caisses maladie Bien: 5.2 Enquête de satisfaction 03/2014 Jusqu à 78 % de rabais pour les enfants Caisse maladie Gestion efficace < 4.2 % des

Plus en détail

Entrée et séjour en Europe

Entrée et séjour en Europe Entrée et séjour en Europe CH-4501 Soleure Dornacherstrasse 28A Case Postale 246 Téléphone 032 346 18 18 Téléfax 032 346 18 02 info@ch-go.ch www.ch-go.ch Table des matières Introduction... 3 1. Entrée...

Plus en détail

Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes

Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes 20 Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes L un des faits marquants de la période qui a commencé dans les années 1980 est l utilisation d instruments extrêmement complexes

Plus en détail

Encouragement à la propriété du logement

Encouragement à la propriété du logement Encouragement à la propriété du logement Directives de la Caisse de pension (CPS) concernant l acquisition d un logement en propriété Conditions concernant l encouragement à la propriété du logement au

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Les milliards perdus Les bénéfices des assureurs vie dans le 2e pilier Edition 2013

Les milliards perdus Les bénéfices des assureurs vie dans le 2e pilier Edition 2013 Les milliards perdus Les bénéfices des assureurs vie dans le 2e pilier Edition 2013 Matthias Kuert Killer Responsable de la politique sociale kuert@travailsuisse.ch Berne, octobre 2013 Tableau 1 Bénéfices

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

Le vrai gain finalement,

Le vrai gain finalement, Le vrai gain finalement, c est ma liberté d action curabill s occupe de la facturation de mes prestations et m ouvre ainsi des espaces de liberté tant sur le plan professionnel que personnel. Au cabinet

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles J'ai le plaisir de vous faire parvenir votre énoncé de la politique de placement pour la Série Portefeuilles de revenu. Celui-ci vous servira

Plus en détail

PERSPECTIVES DE CROISSANCE DU TOURISME CONTEXTE

PERSPECTIVES DE CROISSANCE DU TOURISME CONTEXTE PERSPECTIVES DE CONTEXTE Le tourisme est un vaste secteur à croissance rapide qui a de profondes répercussions sur l économie nationale. Toutefois, le Canada ne tire pas le meilleur parti des perspectives

Plus en détail

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique?

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? La détermination d un niveau optimal de dette publique est un sujet complexe, autant lié aux exigences temporelles (soutenabilité de

Plus en détail

Deutsche Bank Dossier spécial

Deutsche Bank Dossier spécial Deutsche Bank Dossier spécial Tout ce que vous devez savoir sur la réforme du livret d épargne Sommaire La réforme des comptes d épargne réglementés en 9 points Introduction...3 1. Plus de conditions pour

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

N XXX ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE. Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le XXXX 2013.

N XXX ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE. Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le XXXX 2013. N XXX ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le XXXX 2013. PROPOSITION DE LOI visant à réintroduire la défiscalisation

Plus en détail

et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014

et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014 1 Une volonté gouvernementale réaffirmée é «Quevontfaireleschefsd entreprise de ce soutien qui n est pas une mesure ponctuelle mais

Plus en détail

Régler efficacement les dépenses commerciales

Régler efficacement les dépenses commerciales MasterCard Corporate Card Régler efficacement les dépenses commerciales Une entreprise du Groupe Aduno www.aduno-gruppe.ch Gain de temps et économies dans la gestion des frais Courir après les notes de

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

30 avril 2010 N. 204

30 avril 2010 N. 204 avril 1 N. Conséquences probables de la crise des dettes souveraines dans la zone euro : ni un défaut, ni une restructuration, ni la sortie de l euro, ni l inflation, mais le retour en récession de la

Plus en détail

PRIVOR Plus prévoyance optimisée. Sécurité élevée et chances attractives de rendement

PRIVOR Plus prévoyance optimisée. Sécurité élevée et chances attractives de rendement PRIVOR Plus prévoyance optimisée Sécurité élevée et chances attractives de rendement Qu est-ce que PRIVOR Plus? Vous accordez la priorité à la sécurité financière et vous souhaitez dans un même temps profiter

Plus en détail

Tout sur le compte WIR Le support des PME par excellence

Tout sur le compte WIR Le support des PME par excellence Tout sur le compte WIR Le support des PME par excellence 1 Sommaire Les avantages d une participation WIR Les avantages d une participation WIR page 1 Succès avec WIR page 2 Budget WIR et placement des

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

en dépit du franc fort, la suisse tire profit d une politique monétaire indépendante

en dépit du franc fort, la suisse tire profit d une politique monétaire indépendante FICHE THEMATIQUE : POLITIQUE MONETAIRE en dépit du franc fort, la suisse tire profit d une politique monétaire indépendante 23 OCTOBRE 2011 La force du franc pose d importants problèmes aux entreprises

Plus en détail

Fourchette salariale : la politique salariale individualisée et la politique fiscale au service de la classe supérieure

Fourchette salariale : la politique salariale individualisée et la politique fiscale au service de la classe supérieure CON FÉRENCE D E P R E S S E D U 2 6 A V R I L 2 0 1 1 Daniel Lampart, économiste en chef, premier secrétaire de l USS Rapport de l USS sur la répartition des revenus et de la fo rtune en Suisse Fourchette

Plus en détail

La situation des travailleurs et travailleuses âgés : problèmes et solutions

La situation des travailleurs et travailleuses âgés : problèmes et solutions C O N F É R E N C E D E P R E S S E D U 1 6 A V R I L 1 5 Daniel Lampart premier secrétaire et économiste en chef de l USS La situation des travailleurs et travailleuses âgés : problèmes et solutions Les

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

Bas, plus bas, négatifs : la chute irrésistible des taux d intérêt

Bas, plus bas, négatifs : la chute irrésistible des taux d intérêt Bas, plus bas, négatifs : la chute irrésistible des taux d intérêt Analyse thématique Belfius Research Février 2016 Introduction Les taux sont à un niveau historiquement bas. Pour un crédit à 10 ans, l

Plus en détail

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur Chapitre 11, assurance et diversification Réponses aux Questions et problèmes 1. Transactions de 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500 62 500 payés à 0 62 500 payés

Plus en détail

Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013

Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013 Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013 Le taux de marge mesure la part du profit (EBE) dans la valeur ajoutée d une entreprise. C est donc un bon indicateur de la répartition

Plus en détail

Les déterminants de l investissement

Les déterminants de l investissement Les déterminants de l investissement Après avoir expliqué ce qu est l investissement et montré ses effets sur l économie via l offre et la demande (article du 25 octobre sur ce blog), nous allons nous

Plus en détail

Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine

Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Différend sur les réserves d or et les bénéfices de la Banque nationale 14 juin 2004 Numéro 24/1 Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Raccourcie

Plus en détail

LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE. Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009.

LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE. Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009. LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009 Durée : 1 heure Aucun document autorisé Moyenne 7,3 Extrêmes : [0,20] PETITES QUESTIONS

Plus en détail

LEXIQUE. Accords all in. Accord interprofessionnel. Adaptation au bien-être

LEXIQUE. Accords all in. Accord interprofessionnel. Adaptation au bien-être LEXIQUE A Accords all in All in signifie 'tout compris'. Ces accords supposent que des dispositions sont convenues sur l ensemble de l augmentation salariale et que l on s en tient à cela, quelle que soit

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

ASSURANCE- EMPLOI : VOS DROITS

ASSURANCE- EMPLOI : VOS DROITS ASSURANCE- EMPLOI : VOS DROITS 21 mai 2015 P A R I S A B E L L E B R I È R E, C O N S E I L L È R E E N R E L A T I O N S D U T R A V A I L Plan de la rencontre 2 A. Quelques notions de base B. Remplir

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail