Éthique et Gestion des Ressources Humaines

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Éthique et Gestion des Ressources Humaines"

Transcription

1 Éthique et Gestion des Ressources Humaines

2 Éthique et morale Éthique Ensemble de règles régissant les comportements et les choix pratiques ; ces règles partagées sont fondées sur la distinction entre le bon et le mauvais Morale Ensemble des principes à dimension universelle, normative voire dogmatique ; ces principes sont fondés sur une discrimination entre le Bien et le Mal (Mercier, 2004) - Centrée sur l action individuelle - Moins connotée religieusement - De l ordre du particulier - Moins dogmatique - Liée à la vie professionnelle - Centrée sur les principes collectifs - Très connotée religieusement - De l ordre de l universel - Très normative - Liée à la vie privée Pas de distinction chez les anglo-saxons (Carroll) ; même origine étymologique

3 Éthique et déontologie Éthique Ensemble de règles régissant les comportements et les choix pratiques ; ces règles partagées sont fondées sur la distinction entre le bon et le mauvais - Valeurs comportementales - Moins codifiée - Moins formalisée - Plus personnelle - Moins corporatiste Déontologie (Codes, chartes) Ensemble de règles dont se dote une profession, au travers d une organisation professionnelle, qui devient l instance d élaboration, de mise en œuvre, de surveillance et d application de ces règles (Isaac, 1996) -Règles formelles - Très codifiée - Instance de surveillance - Très formalisée - Liée à une profession spécifique

4 Peut-on parler d éthique en gestion? Mais PROFIT PROFIT EFFICIENCE Peut-on séparer s la sphère des affaires de la sphère morale? Affaires RENTABILITE Moralité Intégrité Intégrité ETHIQUE Un gestionnaire est amené à se poser des questions à propos de ses responsabilités à l égard des autres? Le gestionnaire a un engagement à prendre, un choix à faire et une responsabilité Justice à assumer : degré de liberté d action Honneur

5 TEMPS Pourquoi parle-t-on d éthique? Niveau attendu et effectif d éthique LES MEDIAS REPORTENT PLUS DE PROBLEMES ETHIQUES CHANGEMENT DANS LES ATTENTES SOCIALES PROBLEMES ETHIQUES LE PROGRES ACCROIT LES ATTENTES Attentes sociales en éthique PROBLEMES ETHIQUES Éthique effective 1950 Début 2000

6 Le champ éthique L éthique a des finalités Focus sur CE QUI EST? Éthique Descriptive Décrire et étudier la moralité des individus, d une culture Focus sur CE QUE DOIT ËTRE? Éthique Normative Découvrir et développer les principes moraux de base ETHIQUE DES AFFAIRES DESCRIPTIVE ETHIQUE DES AFFAIRES NORMATIVE Une approche normative est nécessaire n pour améliorer pratiques éthiques dans les affaires

7 Les déterminants des principes éthiques Collègues Communauté Région Famille Amis CONSCIENCE Individuelle Profession Employeur La loi Foi / Religion Société Comment se comporter compte tenu de ses propres valeurs dans un contexte donné? La déontologie (approche normative) offre des principes qui guident la prise de décision

8 Les approches éthiques dans la prise de décision Deux approches s opposent en matière de prise de décision éthique En termes de référence r rence à des PRINCIPES TELEOLOGIQUE APPROCHE DE PRISE DE DECISION ETHIQUE DEONTOLOGIQUE APPROCHE DE PRISE DE DECISION ETHIQUE Les Conséquences de vos actions doivent être en conformité avec un ensemble de PRINCIPES e.g. UTILITARISME Vous devez essentiellement respecter vos PRINCIPES quelles que soient les conséquences sur les résultats e.g. Impératif Kantien

9 Dilemmes : Théorie du développement moral Focus : SOI Focus : AUTRES Focus: : HUMANITE Niveau 2 Conventionnel Niveau 1 Préconventionnel Stage 4 : Système légal et conscience Stage 2 : Échange dominé par le plaisir Stage 3 : Stéréotypes / Stage 1 : Punition moralité attendue et obéissance Niveau 3 : Post- conventionnel Stage 6 : Principes Universels d éthique Stage 5 : Contrat Social Modèle de Kohlberg

10 Pourquoi l acteur agira-t-il éthiquement? La majorité d entre nous Beaucoup d entre nous Très peu d entre nous 1. Pour éviter une sanction 2. Pour recevoir une récompense 3. Être en accord avec sa famille, ses amis, ses collègues 4. Être perçu comme un bon citoyen 5. Faire ce qui est bien, poursuivre un idéal de justice

11 Éthique et légitimité L éthique fonctionne comme un moyen d autolégitimation de l activité économique (du consultant) Une réponse à la «désertion généralisée des valeurs et des finalités sociales» : face à un individualisme pur, narcissique et hédoniste Une réponse à la crise de sens : les lacunes des institutions (École, État, Église) et les défaillances des idéologies (Socialisme) Un moyen de reformuler les finalités de la consultance en tant qu entreprise (lien avec le bien-être) et de légitimer la création de normes et de repères identitaires Un reflet de la carence dans les pratiques existantes : crédibilité et légitimité

12 Éthique et responsabilité La responsabilité évoque l obligation de justifier tout acte ou décision en fonction de normes morales et de valeurs 1. L éthique de conviction : Le comportement est universellement valide ; il respecte les êtres humains comme individus ; il est acceptable pour tout être rationnel = le succès possible de l action n est pas pris en compte car le comportement est jugé en fonction de sa conformité avec un système personnel de valeurs (Seules les intentions comptent) 2. L éthique de responsabilité : L individu doit répondre des conséquences prévisibles de ses actes car même si l intention est bonne, les moyens peuvent être malhonnêtes et les conséquences fâcheuses

13 Définir la RSE : la pyramide d A. B. Carroll (1979) Responsabilités discrétionnaires Elles renvoient aux responsabilités à propos desquelles la société n émet pas de message clair et qui sont laissées à la libre appréciation des individus (ex. activités philanthropiques) Responsabilité sociétale Responsabilités éthiques Responsabilités légales Il s agit des responsabilités que les membres de la société s attendent à voir assumer par les entreprises, bien qu elles ne soient pas codifiées par les lois (ex. normes sociales) Elles correspondent à la nécessité pour les entreprises d obéir et de se soumettre aux lois en vigueur dans la société Responsabilités économiques Elles recouvrent les rôles classiques de l entreprise dans le vie économique : la capacité à produire les biens et services que souhaite la société dans des conditions de profitabilité

14 Le management de l éthique : le rôle de la fonction RH 1. La formalisation de l éthique: valeurs organisationnelles, principes d action et règles de conduite 2. L institutionnalisation de l éthique en entreprise 3. Les codes éthiques sont-ils efficaces?

Charte de déontologie du Diététicien Nutritionniste

Charte de déontologie du Diététicien Nutritionniste Charte de déontologie du Diététicien Nutritionniste Les adhérents de l AFDN s'engagent à respecter cette Charte de déontologie pour promouvoir la santé par l Alimentation et la Nutrition dans l intérêt

Plus en détail

AFAK Association Marocaine pour le Civisme et le Développement

AFAK Association Marocaine pour le Civisme et le Développement CIVISME, CITOYENNETE, DEMOCRATIE ET DEVELOPPEMENT AFAK Association Marocaine pour le Civisme et le Développement La démocratie et le développement sont-ils possibles sans mise à niveau des comportements

Plus en détail

Les compétences psychosociales dans le Plan d études romand (PER)

Les compétences psychosociales dans le Plan d études romand (PER) Les compétences psychosociales dans le Plan d études romand (PER) Béatrice Rogéré Pignolet Collaboratrice scientifique en charge des dossiers EDD à la CIIP Domaines Fondements et structure du PER (2010)

Plus en détail

L éthique et les TIC. Pour faire bon usage des réseaux sociaux en éducation. Nancy Gagnon Manon Lessard

L éthique et les TIC. Pour faire bon usage des réseaux sociaux en éducation. Nancy Gagnon Manon Lessard L éthique et les TIC Pour faire bon usage des réseaux sociaux en éducation Nancy Gagnon Manon Lessard 1. Personnel enseignant 2. Personnel professionnel 3. Cadre 4. Ministère 5. Autres 54% 35% 11% 0% Personnel

Plus en détail

Le contexte du Kit RSE

Le contexte du Kit RSE MARS 2015 Le contexte du Kit RSE Un constat La norme ISO 26 000, référence en matière de responsabilité sociétale des entreprises (RSE), est complexe à mettre en œuvre Les entreprises agro-alimentaires

Plus en détail

TABLES DES MATIÈRES. Sommaire Liste des abréviations Préface Introduction générale... 21

TABLES DES MATIÈRES. Sommaire Liste des abréviations Préface Introduction générale... 21 TABLES DES MATIÈRES Sommaire... 11 Liste des abréviations... 13 Préface... 17 Introduction générale... 21 PREMIÈRE PARTIE LE DÉPASSEMENT DES CONCEPTS D USAGER ET DE CONSOMMATEUR : L EXISTENCE D UN CONCEPT

Plus en détail

DEFINITION DU POSTE DE : Directeur de l association

DEFINITION DU POSTE DE : Directeur de l association DEFINITION DU POSTE DE : Directeur de l association Date de mise à jour : 1er juillet 2010 Nom et signature du rédacteur : Présidente + administrateurs Nom et signature du titulaire du poste : Finalités

Plus en détail

Éthique, organisations publiques et démocratie

Éthique, organisations publiques et démocratie Éthique, organisations publiques et démocratie Communication à l occasion du Colloque 2002 du Regroupement d établissements de la santé et des services sociaux du SLSJ Jean-Noël Ringuet Groupe d éthique

Plus en détail

LE CODE DE DÉONTOLOGIE

LE CODE DE DÉONTOLOGIE LE CODE DE DÉONTOLOGIE MESSAGE DU DIRECTEUR GENERAL DU MOROCCAN FINANCIAL BOARD La réputation, la pérennité et la réussite de toute entreprise dépendent de sa capacité à se conformer, non seulement aux

Plus en détail

Presentation de la plateforme RSE ALGERIE

Presentation de la plateforme RSE ALGERIE Presentation de la plateforme RSE ALGERIE www.rse-algerie.org A. QU EST-CE QUE LA RESPONSABILITE SOCIETALE DES ENTREPRISES (RSE)? Pour la Commission européenne (2011), il s agit de «la responsabilité des

Plus en détail

Accompagnement opérationnel, Conseil, Formation sur mesure. Management des organisations (QHSE / RSE) Experte en Prévention des Risques Professionnels

Accompagnement opérationnel, Conseil, Formation sur mesure. Management des organisations (QHSE / RSE) Experte en Prévention des Risques Professionnels Accompagnement opérationnel, Conseil, Formation sur mesure Management des organisations (QHSE / RSE) Experte en Prévention des Risques Professionnels 06 81 40 99 27 ou 0 971 514 995 contact@slrconseil.fr

Plus en détail

LA FONCTION DE DIRECTEUR GENERAL

LA FONCTION DE DIRECTEUR GENERAL LA FONCTION DE DIRECTEUR GENERAL «L appréciation permettant de définir la fonction de Direction Générale repose en fait sur l étude de la nature et de l étendue des attributions conférées au Directeur

Plus en détail

Sensibilisation sur le SMQ agence

Sensibilisation sur le SMQ agence Mise en place du système de management de l anapec Accompagnement des agences à la certification Sensibilisation sur le système de management de la qualité 10 octobre 2014 1 Contenu Présentation générale

Plus en détail

Charte d investissement responsable

Charte d investissement responsable Cette brochure est imprimée sur du papier composé à 60 % de papier recyclé FSC et à 40 % de fibres fraîches certifiées FSC. Sommaire 4 Caisse de pensions de l'etat de Vaud un investisseur de référence

Plus en détail

LE PROJET de VIE SCOLAIRE

LE PROJET de VIE SCOLAIRE LE PROJET de VIE SCOLAIRE Canevas: le fond et la forme Table des matières I- Le fond: DEFINITION, POSTULATS, DEMARCHES o Etymologie du projet o Pourquoi un projet de vie scolaire? o Articulation avec le

Plus en détail

ACTIVITES PROFESSIONNELES DE FORMATION : BREVET D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DE GESTIONNAIRE D UNITES COMMERCIALES

ACTIVITES PROFESSIONNELES DE FORMATION : BREVET D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DE GESTIONNAIRE D UNITES COMMERCIALES MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION ACTIVITES

Plus en détail

aptitudes fondamentales, lesquelles traversent à la fois les domaines d apprentissage et l ensemble de la scolarité» (p. 6). Catégoriser permet de

aptitudes fondamentales, lesquelles traversent à la fois les domaines d apprentissage et l ensemble de la scolarité» (p. 6). Catégoriser permet de Introduction Enseigner c est «faire apprendre une science, un art, une discipline à quelqu un, à un groupe, le lui expliquer en lui donnant des cours, des leçons» ( Enseigner, s.d.). Apprendre, toujours

Plus en détail

Les Normesau service de la Responsabilité Sociale de l Entreprise : Le cadre normatif

Les Normesau service de la Responsabilité Sociale de l Entreprise : Le cadre normatif Les Normesau service de la Responsabilité Sociale de l Entreprise : Le cadre normatif Normes RSE dans l espace francophone Marrakech 13-14-15/12/05 1 Les normes marocaines Sommaire Bases de la norme Marocaine

Plus en détail

Les femmes dans la Fonction publique et prise de décision : renforcer l Etat de droit

Les femmes dans la Fonction publique et prise de décision : renforcer l Etat de droit Les femmes dans la Fonction publique et prise de décision : renforcer l Etat de droit Mme Rabha ZEIDGUY Professeure à l ENA Le 8 mars 2013 1 Sommaire I. Rappel : Liens entre Fonction publique et Etat de

Plus en détail

Identités et relations

Identités et relations Identités et relations Qui suis-je? Qui sommes-nous? L élève explore l identité, les valeurs et les croyances, la santé personnelle, physique, mentale, sociale et spirituelle. Il étudie la valeur du «moi».

Plus en détail

«PME et RSE : pour une approche positive et motivante du volet social et conditions - qualité de vie au travail»

«PME et RSE : pour une approche positive et motivante du volet social et conditions - qualité de vie au travail» AINF à PREVENTICA Maroc 29 mars 2016 «PME et RSE : pour une approche positive et motivante du volet social et conditions - qualité de vie au travail» Aé 1 «PME et RSE : pour une approche positive et motivante

Plus en détail

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Droits et responsabilités du citoyen SCH Programme d études Vie sociale et politique

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Droits et responsabilités du citoyen SCH Programme d études Vie sociale et politique DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Cours Droits et responsabilités du citoyen SCH-2101-2 Programme d études Vie sociale et politique Novembre 2008 Éléments de la définition du domaine d évaluation La

Plus en détail

DOSSIER PEDAGOGIQUE ELEMENTS DE LEGISLATION APPLIQUEE AU DOMAINE DU MARKETING

DOSSIER PEDAGOGIQUE ELEMENTS DE LEGISLATION APPLIQUEE AU DOMAINE DU MARKETING MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION ELEMENTS

Plus en détail

POLITIQUE DES SERVICES DE GARDE DE LA CSRS 2014

POLITIQUE DES SERVICES DE GARDE DE LA CSRS 2014 POLITIQUE DES SERVICES DE GARDE DE LA CSRS 2014 Politique numéro CSRS-POL-2014-01 Résolution numéro CC 2014-2052 du 25 mars 2014 Entrée en vigueur le 25 mars 2014 Le générique masculin est utilisé sans

Plus en détail

Outil pour un autodiagnostic 1 er degré 1/9

Outil pour un autodiagnostic 1 er degré 1/9 Outil pour un autodiagnostic 1 er degré 1/9 Outil pour un autodiagnostic d école Cet outil invite à interroger collectivement le climat scolaire dans l école. Il peut être utilisé de trois façons : En

Plus en détail

Du centre de documentation

Du centre de documentation Du centre de documentation Dans cette synthèse, nous vous proposons : Une définition des risques psychosociaux Une réflexion sur les diagnostics autour de ces risques Le cadre règlementaire qui sous-tend

Plus en détail

Management des ressources humaines Dauphine Master

Management des ressources humaines Dauphine Master Management des ressources humaines Dauphine Master Type de diplôme : Diplôme de grand établissement conférant le grade de master Niveau : Bac +5 Crédits ECTS : 120 Durée des études : 4 semestres (hors

Plus en détail

«Comment les entreprises communiquent sur leurs parties prenantes?» Intervention GT 2 plateforme nationale sur la RSE le 12 mai 2015

«Comment les entreprises communiquent sur leurs parties prenantes?» Intervention GT 2 plateforme nationale sur la RSE le 12 mai 2015 «Comment les entreprises communiquent sur leurs parties prenantes?» Intervention GT 2 plateforme nationale sur la RSE le 12 mai 2015 1 L étude se base sur les différents rapports publiés par les grandes

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management ICF Monaco 9 av président Kennedy 98000 Monaco 00 377 97 97 95 77 www.icfmonaco.com 1 Index 1. Optimiser les Entretiens Professionnels... 3 2. Les Soft- Skills au Service d un Recrutement

Plus en détail

Les défis de la mise en œuvre d un CSP. Le rôle d un fournisseur dans la mise en œuvre d un CSP

Les défis de la mise en œuvre d un CSP. Le rôle d un fournisseur dans la mise en œuvre d un CSP Association Française pour la promotion des bonnes pratiques de sourcing escm. Les défis de la mise en œuvre d un CSP Le rôle d un fournisseur dans la mise en œuvre d un CSP Olivier Chosson Resp. Offre

Plus en détail

Colloque CLARA 14 Novembre «Pour une AMP respectueuse de la dignité humaine et la liberté de tous»

Colloque CLARA 14 Novembre «Pour une AMP respectueuse de la dignité humaine et la liberté de tous» Colloque CLARA 14 Novembre 2009 «Pour une AMP respectueuse de la dignité humaine et la liberté de tous» 1 Aspects juridiques de la GPA en Belgique Par Nicole Gallus, spécialiste en droit de la famille,

Plus en détail

Cours de Contrôle de Gestion

Cours de Contrôle de Gestion Tout système d information et de contrôle au sein d une organisation n a de sens que s il contribue à la réalisation des objectifs de l organisation. Un système de contrôle interne, de pilotage, de production

Plus en détail

Étude de l évaluabilité d un Plan régional de santé publique Peut-on espérer un retour sur l investissement?

Étude de l évaluabilité d un Plan régional de santé publique Peut-on espérer un retour sur l investissement? Étude de l évaluabilité d un Plan régional de santé publique Peut-on espérer un retour sur l investissement? 1 S o c i é t é q u é b é c o i s e d é v a l u at i o n d e p ro g ra m m e V i n g t - t r

Plus en détail

LEADERSHIP ET PERFORMANCE DES INSTITUTIONS PUBLIQUES. Danielle ZENATI

LEADERSHIP ET PERFORMANCE DES INSTITUTIONS PUBLIQUES. Danielle ZENATI LEADERSHIP ET PERFORMANCE DES INSTITUTIONS PUBLIQUES LE LEADERSHIP Un concept Flou? Un nouveau mode de management? Une nouvelle façon de gérer les changements? LEADERSHIP ET MANAGEMENT 1. Contrairement

Plus en détail

Politique relative à la vie affective, amoureuse et sexuelle de l usager

Politique relative à la vie affective, amoureuse et sexuelle de l usager Politique relative à la vie affective, amoureuse et La direction des services professionnels, de la recherche et de la programmation est responsable de la conception, de la rédaction, de la mise en place,

Plus en détail

PSYCHOLOGUE. Psychologue Personnel de catégorie A

PSYCHOLOGUE. Psychologue Personnel de catégorie A FICHE METIER PSYCHOLOGUE FONCTION MISSION Le(La) psychologue contribue à la définition et à la mise en œuvre des projets éducatifs et d orientation en articulation avec les autres professionnels de l équipe.

Plus en détail

La normalisation au service de. l innovation. Logo BN

La normalisation au service de. l innovation. Logo BN La normalisation au service de l innovation 1 2008 Une Convention DGE/AFNOR pour les pôles de compétitivité Objectif Comment utiliser la normalisation pour promouvoir vos innovations sur les marchés mondiaux?

Plus en détail

AIDE-SOIGNANT : STAGE D INTEGRATION

AIDE-SOIGNANT : STAGE D INTEGRATION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION AIDE-SOIGNANT

Plus en détail

CONVENTION EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME

CONVENTION EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME CONVENTION EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME Nos droits, nos libertés 15 articles clés illustrés sur des t-shirts Nos droits, nos libertés Les droits de l homme appartiennent à chacun : homme, femme ou

Plus en détail

L'éthique en droit des affaires

L'éthique en droit des affaires UNIVERSITE MONTPELLIER I CENTRE DU DROIT DE LA CONSOMMATION ET DU MARCHE MASTER II DROIT DE LA CONSOMMATION ET DE LA CONCURRENCE L'éthique en droit des affaires Par Valentine Guillemin Sous la direction

Plus en détail

Projet: Création de mécanismes intersectoriels pour la prise en charge des femmes victimes de violence dans le Grand Tunis Octobre 2014 Décembre 2017

Projet: Création de mécanismes intersectoriels pour la prise en charge des femmes victimes de violence dans le Grand Tunis Octobre 2014 Décembre 2017 Projet: Création de mécanismes intersectoriels pour la prise en charge des femmes victimes de violence dans le Grand Tunis Octobre 2014 Décembre 2017 Etat d avancement 25 novembre 2015 Dr Hela Ouennich

Plus en détail

ENSEIGNEMENT MORAL ET CIVIQUE (cycle 3) DOMAINE A : La sensibilité : soi et les autres.

ENSEIGNEMENT MORAL ET CIVIQUE (cycle 3) DOMAINE A : La sensibilité : soi et les autres. ENSEIGNEMENT MORAL ET CIVIQUE (cycle 3) Surligner les objets d'enseignements étudiés à chaque niveau, et compléter les pratiques qui y sont associées. DOMAINE A : La sensibilité : soi et les autres. A.

Plus en détail

Bernard LEGRAS, Procureur Général Florence BARETTI, expert en communication PROGRAMME

Bernard LEGRAS, Procureur Général Florence BARETTI, expert en communication PROGRAMME PROGRAMME Renforcement des capacités aux techniques de communication 3 jours de stage en immersion Résidence des Magistrats à Alger Samedi 31 Janvier, Dimanche 1er Février, Lundi 2 Février 2009 22 Participants

Plus en détail

CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE AGEE

CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE AGEE CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE AGEE Charte Préambule : La vieillesse est une étape de l'existence pendant laquelle chacun poursuit son accomplissement. Cette Charte a pour objectif d'affirmer

Plus en détail

BAROMÈTRE 2016 SUR L ACCOMPAGNEMENT HUMAIN DU CHANGEMENT Mai 2016

BAROMÈTRE 2016 SUR L ACCOMPAGNEMENT HUMAIN DU CHANGEMENT Mai 2016 BAROMÈTRE 2016 SUR L ACCOMPAGNEMENT HUMAIN DU CHANGEMENT Mai 2016 avec son partenaire L'ACCOMPAGNEMENT HUMAIN DU CHANGEMENT Ce baromètre sur l accompagnement humain des changements est réalisé par Empreinte

Plus en détail

Sondage d ADP sur les décideurs des RH pour ADP Workforce Now Services complets SOMMAIRE DE RAPPORT

Sondage d ADP sur les décideurs des RH pour ADP Workforce Now Services complets SOMMAIRE DE RAPPORT Sondage d ADP sur les décideurs des RH pour ADP Workforce Now Services complets SOMMAIRE DE RAPPORT INTRODUCTION Dans l ensemble, il existe un léger écart concernant la façon dont les professionnels des

Plus en détail

Description des cours : Éducation à la petite enfance 0-6 ans (AEC) L éducateur et sa profession. Numéro de cours : 322-E04-NF Session : 1

Description des cours : Éducation à la petite enfance 0-6 ans (AEC) L éducateur et sa profession. Numéro de cours : 322-E04-NF Session : 1 L éducateur et sa profession Numéro de cours : 322-E01-NF Session : 1 Ce cours permet de découvrir et de distinguer les différentes réalités de la profession d éducatrice ou éducateur, les types de services

Plus en détail

Réunion de lancement de la démarche prospective GTEC. Mardi 12 juin 2012

Réunion de lancement de la démarche prospective GTEC. Mardi 12 juin 2012 Réunion de lancement de la démarche prospective GTEC Mardi 12 juin 2012 1 LE CONTEXTE Les enjeux socio-économiques Le partenariat local Des fonctions supplémentaires Service aux Très Petites Entreprises

Plus en détail

«Responsabilité Sociale des Entreprises: Engagement réel ou stratégie de communication?»

«Responsabilité Sociale des Entreprises: Engagement réel ou stratégie de communication?» «Responsabilité Sociale des Entreprises: Engagement réel ou stratégie de communication?» Pr. Manal EL ABBOUBI Professeure, Université Mohamed V, Rabat Business Ethics Performance sociale et sociétale Shared

Plus en détail

Surveillance de l auditeur externe par le comité d audit Point de vue de l auditeur. Axel Thesberg, FCPA, FCA Kam Grewal, CPA, CA, CPA (Colorado)

Surveillance de l auditeur externe par le comité d audit Point de vue de l auditeur. Axel Thesberg, FCPA, FCA Kam Grewal, CPA, CA, CPA (Colorado) Surveillance de l auditeur externe par le comité d audit Point de vue de l auditeur Axel Thesberg, FCPA, FCA Kam Grewal, CPA, CA, CPA (Colorado) 1 Au programme 1. Contexte : indications, outils et Protocole

Plus en détail

POURQUOI ADHERER A LA FFCPro?

POURQUOI ADHERER A LA FFCPro? Fédération Francophone de Coachs Professionnels 55 avenue Marceau - 75016 PARIS 01 70 99 08 21 www.ffcpro.org E POURQUOI ADHERER A LA FFCPro? Adhérer à la FFCPro c'est intégrer une organisation qui : Regroupe

Plus en détail

Disponibilités. Description du cours 30/08/07 CONNAISSANCE DES MÉDIAS QUÉBÉCOIS. Avant et après le cours (sans rendez-vous)

Disponibilités. Description du cours 30/08/07 CONNAISSANCE DES MÉDIAS QUÉBÉCOIS. Avant et après le cours (sans rendez-vous) CONNAISSANCE DES MÉDIAS QUÉBÉCOIS (COM-17649) Professeur : Jean Charron Bureau : CSL-4426 Téléphone : 656-2131, poste 7870 Télécopie : 656-7807 Courriel : Jean.Charron@com.ulaval.ca 1 Disponibilités Avant

Plus en détail

LA GOUVERNANCE DES PME L APPORT D UN CONSEIL CONSULTATIF

LA GOUVERNANCE DES PME L APPORT D UN CONSEIL CONSULTATIF LA GOUVERNANCE DES PME L APPORT D UN CONSEIL CONSULTATIF Montréal, 17 octobre 2008 Colloque sur la Gouvernance des PME Document présenté par Alain Robichaud Les objectifs de la rencontre d aujourd hui

Plus en détail

RÉFLEXION ANTHROPOLOGIQUE SUR LA CIF ET LE PPH :

RÉFLEXION ANTHROPOLOGIQUE SUR LA CIF ET LE PPH : RÉFLEXION ANTHROPOLOGIQUE SUR LA CIF ET LE PPH : VERS UN NOUVEAU MODÈLE ANTHROPOLOGIQUE Symposium International Handicap et Classifications : Concepts, applications et pratiques professionnelles GIFFOCH

Plus en détail

INFORMATIQUE - ANALYSE ET CONCEPTION D APPLICATIONS

INFORMATIQUE - ANALYSE ET CONCEPTION D APPLICATIONS MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION INFORMATIQUE

Plus en détail

Droit et Informations des Patients. IFSI CR réflexion éthique loi Kouchner ESI I

Droit et Informations des Patients. IFSI CR réflexion éthique loi Kouchner ESI I Droit et Informations des Patients IFSI CR réflexion éthique loi Kouchner ESI I 2009 1 Loi du 4 mars 2002 IFSI CR réflexion éthique loi Kouchner ESI I 2009 2 Préambule IFSI CR réflexion éthique loi Kouchner

Plus en détail

À l ère d une GRH en transition 3 e édition

À l ère d une GRH en transition 3 e édition DelasupervisionàlagestiondesRESSOURCESHUMAINES Àl èred unegrhentransition 3 e édition Chapitre7 Ledéveloppementdescompétencesdesressourceshumaines dansl entreprise 1. Quelles analyses doivent être réalisées

Plus en détail

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION POUR LA SANCTION ET LA RECONNAISSANCE. ours Communications et littérature québécoise FRA

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION POUR LA SANCTION ET LA RECONNAISSANCE. ours Communications et littérature québécoise FRA DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION POUR LA SANCTION ET LA RECONNAISSANCE ours Communications et littérature québécoise FRA-2102-2 Programme d études de la formation de base commune Français, langue d enseignement

Plus en détail

Les protocoles thérapeutiques. Aspects juridiques et rôle des différents acteurs

Les protocoles thérapeutiques. Aspects juridiques et rôle des différents acteurs Les protocoles thérapeutiques Aspects juridiques et rôle des différents acteurs Avertissement Cette présentation n est pas l œuvre d un spécialiste dans le domaine Les idées émises n engagent que leur

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE N 17. (8.008 signes)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE N 17. (8.008 signes) Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE N 17 (8.008 signes) La reconnaissance du volontariat Quelles responsabilités pour le volontaire

Plus en détail

DRH - Pôle de Gestion des Compétences Formation des personnels

DRH - Pôle de Gestion des Compétences Formation des personnels ANNEXE 3 DRH - Pôle de Gestion des Compétences Formation des personnels Formation tout au long de la vie des personnels d AMU CHARTE DU FORMATEUR I - Contexte et finalités La formation des personnels s

Plus en détail

QU EST CE QUE LE LABEL NATIONAL DE L ARTISANAT DU MAROC?

QU EST CE QUE LE LABEL NATIONAL DE L ARTISANAT DU MAROC? QU EST CE QUE LE LABEL NATIONAL DE L ARTISANAT DU MAROC? OBJECTIFS DE CE DOCUMENT 02 Présenter Le Label de l Artisanat du Maroc et ses principales caractéristiques. Comprendre Les avantages et les apports

Plus en détail

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre?

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre? Offre de formation 2013 Le pouvoir d agir Appui à la vie associative Projets sociaux des collectivités locales Projet associatif Actions citoyennes Bénévolat Développement social local La participation

Plus en détail

L approche SNDS en bref. Stratégie Nationale de Développement de la Statistique

L approche SNDS en bref. Stratégie Nationale de Développement de la Statistique L approche SNDS en bref Stratégie Nationale de Développement de la Statistique La Stratégie Nationale de Développement de la Statistique L importance de disposer de statistiques fiables pour les besoins

Plus en détail

SCHEMA GENERAL DES ACTEURS DE LA DEMARCHE. Le CHSCT Les Instances représentatives du personnel. Rôle Les étapes-clés Commentaires LA PREMIÈRE ANNÉE :

SCHEMA GENERAL DES ACTEURS DE LA DEMARCHE. Le CHSCT Les Instances représentatives du personnel. Rôle Les étapes-clés Commentaires LA PREMIÈRE ANNÉE : N 1 FICHE OUTIL OBJET Cette fiche est conçue comme une aide à l employeur pour positionner et mobiliser les acteurs de son entreprise. Elle peut être utilisée lors de la phase initiale de la démarche ou

Plus en détail

ATELIER SUR LE FINANCEMENT DE L EAU ET PROTECTION DE LA RESSOURCE EN AFRIQUE DE L OUEST

ATELIER SUR LE FINANCEMENT DE L EAU ET PROTECTION DE LA RESSOURCE EN AFRIQUE DE L OUEST MINISTERE DES EAUX ET FORETS REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union - Discipline - Travail DIRECTION GENERALE DES EAUX ET FORETS DIRECTION DES RESSOURCES EN EAU ATELIER SUR LE FINANCEMENT DE L EAU ET PROTECTION

Plus en détail

Intervention de crise en situation interculturelle: contradictions et pistes de pratique

Intervention de crise en situation interculturelle: contradictions et pistes de pratique Intervention de crise en situation interculturelle: contradictions et pistes de pratique Michèle Vatz Laaroussi Université de Sherbrooke CEETUM 1 Objectifs Présenter les spécificités de l intervention

Plus en détail

Améliorer les transmissions ciblées

Améliorer les transmissions ciblées Améliorer les transmissions ciblées Pourquoi les transmissions ne vont pas de soi Marc NAGELS 17 Mars Conseil Ce qui entrave l efficacité des transmissions Les transmissions, orales ou ciblées, permettent

Plus en détail

LES PRINCIPES ET LES VALEURS DE SIKA

LES PRINCIPES ET LES VALEURS DE SIKA LES PRINCIPES ET LES VALEURS DE SIKA SIKA UN LEADER MONDIAL AVEC DES PRINCIPES ET UNE TRADITION Fondé en Suisse il y a plus de 100 ans par Kaspar Winkler, inventeur visionnaire, Sika est aujourd hui un

Plus en détail

La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise?

La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise? Le 3 avril àlyon La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise? François Fatoux Présentation de l ORSE

Plus en détail

Je voudrais particulièrement remercier la Banque Mondiale pour sa collaboration et son soutien à la réalisation de cette étude, ainsi que pour son

Je voudrais particulièrement remercier la Banque Mondiale pour sa collaboration et son soutien à la réalisation de cette étude, ainsi que pour son SEMINAIRE DE RESTITUTION DE L ETUDE SUR LES PRATIQUES COMPTABLES ET D AUDITS EN CÔTE D IVOIRE ------------ ALLOCUTION D OUVERTURE DE MONSIEUR LE DIRECTEUR DE CABINET DU MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

Plus en détail

Démarche d approvisionnement responsable

Démarche d approvisionnement responsable Démarche d approvisionnement responsable Écodéveloppement des institutions d'enseignement 01-06-2012 Marie-Michèle Couture Plan de la présentation 1. Responsabilité sociétale 1. Approvisionnement responsable

Plus en détail

La Direction des Achats invite ses agents à développer et entretenir des relations avec les fournisseurs

La Direction des Achats invite ses agents à développer et entretenir des relations avec les fournisseurs La Direction des Achats invite ses agents à développer et entretenir des relations avec les fournisseurs pour améliorer la qualité et la performance achat des marchés passés par la Collectivité. En effet,

Plus en détail

BATIR ET AMELIORER SON SYSTEME D APPRECIATION

BATIR ET AMELIORER SON SYSTEME D APPRECIATION BATIR ET AMELIORER SON SYSTEME D APPRECIATION Bâtir et faire évoluer son système d'appréciation. Se doter de critères pertinents pour son entreprise. Se positionner en tant que conseil dans l'entretien

Plus en détail

Définition et diversité des entreprises

Définition et diversité des entreprises Définition et diversité des entreprises plan I. Introduction II. Définition d entreprise III. L approche économique IV. L approche sociologique V. L approche juridique VI. L approche systémique Réalisé

Plus en détail

Qu est ce que la RSE? Présentation du 8 juillet CRCI CCI 54 - REEL. Philippe Lerouvillois

Qu est ce que la RSE? Présentation du 8 juillet CRCI CCI 54 - REEL. Philippe Lerouvillois Qu est ce que la RSE? Présentation du 8 juillet CRCI CCI 54 - REEL Philippe Lerouvillois ECOTA Conseil SCOP? - Évalue les impacts économiques, sociaux et environnementaux, d organisations, d activités

Plus en détail

Ressources d introduction pour les enseignantes et enseignants et pour les apprenants

Ressources d introduction pour les enseignantes et enseignants et pour les apprenants Conseils pratiques pour les enseignantes et enseignants Toutes les matières Cette ressource démontre comment les enseignantes et enseignants peuvent : utiliser le Guide pratique Pour faire le lien entre

Plus en détail

JUMELAGE INSTITUTIONNEL

JUMELAGE INSTITUTIONNEL JUMELAGE INSTITUTIONNEL MA11/ENP-AP/FI22 Renforcement des capacités institutionnelles, organisationnelles et professionnelles de l Inspection Générale des Finances du Maroc SEMINAIRE DE LANCEMENT 7 Novembre

Plus en détail

DECISION No 536 ORDRE DU JOUR, CALENDRIER ET AUTRES MODALITES D ORGANISATION DU SEMINAIRE DE 2003 SUR LA DIMENSION HUMAINE

DECISION No 536 ORDRE DU JOUR, CALENDRIER ET AUTRES MODALITES D ORGANISATION DU SEMINAIRE DE 2003 SUR LA DIMENSION HUMAINE PC.DEC/536 Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe Conseil permanent FRANÇAIS Original : ANGLAIS 443ème séance plénière PC Journal No 443, point 3 de l ordre du jour DECISION No 536 ORDRE

Plus en détail

RENOUVELLEMENT DU MANDAT DU DIRECTEUR GÉNÉRAL OU DU DIRECTEUR DES ÉTUDES

RENOUVELLEMENT DU MANDAT DU DIRECTEUR GÉNÉRAL OU DU DIRECTEUR DES ÉTUDES RÈGLEMENT SUR LA NOMINATION ET LE RENOUVELLEMENT DU MANDAT DU DIRECTEUR GÉNÉRAL OU DU DIRECTEUR DES ÉTUDES Adopté par le Conseil d administration du le l8 mai 2004. DU MANDAT DU DIRECTEUR GÉNÉRAL OU DU

Plus en détail

CHARTE ÉTHIQUE ET SOCIALE

CHARTE ÉTHIQUE ET SOCIALE CHARTE ÉTHIQUE ET SOCIALE SIÈGE SOCIAL 101, rue Philippe Hoffmann - 93116 Rosny-sous-Bois - France Tél. : +33 (0)1 49 35 35 35 - Fax : +33 (0)1 48 54 63 63 www.radiall.com - E-mail : info@radiall.com CHARTE

Plus en détail

N doc : FOS Manuel de Management Qualité. Sig-aL

N doc : FOS Manuel de Management Qualité. Sig-aL N doc : FOS3-04 01 Manuel de Management Qualité Sig-aL 1 Politique Qualité La mise en place de notre démarche qualité est pour nous le moyen de nous organiser en interne mais aussi de mieux répondre aux

Plus en détail

INDICATEURS DE RÉSILIENCE RICHARD CHABOT YANNICK HÉMOND SIMON MORIN ISABELLE PRIMEAU BENOÎT ROBERT

INDICATEURS DE RÉSILIENCE RICHARD CHABOT YANNICK HÉMOND SIMON MORIN ISABELLE PRIMEAU BENOÎT ROBERT INDICATEURS DE RÉSILIENCE SYNTHÈSE DE L ATELIER DE TRAVAIL DU 29 NOVEMBRE 2012 RICHARD CHABOT YANNICK HÉMOND SIMON MORIN ISABELLE PRIMEAU BENOÎT ROBERT 1 L atelier s est déroulé le 29 novembre 2012 à l

Plus en détail

Faites leur jouer le rôle qu ils méritent

Faites leur jouer le rôle qu ils méritent Faites leur jouer le rôle qu ils méritent Démarche de Changement Interactive et Structurée Une démarche pour aider vos managers à relever les défis et votre organisation à progresser! Le constat. Nous

Plus en détail

FICHE DE POSTE. LOGO Inspection académique. Dr. par délégation I LA PRESENTATION DU POSTE. 1 Intitulé du poste : Médecin de l Education Nationale

FICHE DE POSTE. LOGO Inspection académique. Dr. par délégation I LA PRESENTATION DU POSTE. 1 Intitulé du poste : Médecin de l Education Nationale LOGO Inspection académique FICHE DE POSTE Service : _Médical Nom de l agent : Dr..Prénom :.. Nom de l autorité hiérarchique 1 : de l Inspectrice d Académie Dr. par délégation I LA PRESENTATION DU POSTE

Plus en détail

GRILLE D EVALUATION. Partie C Evaluation en milieu professionnel

GRILLE D EVALUATION. Partie C Evaluation en milieu professionnel CENTRE REGIONAL DE FORMATION D AIDES MEDICO-PSYCHOLOGIQUES CREAI Champagne-Ardenne Cité Administrative Tirlet 51036 CHALONS EN CHAMPAGNE CEDEX Tél. 03 26 68 35 71 - Fax 03 26 68 53 85 - E-Mail : creai-ca@orange.fr

Plus en détail

CONNAÎTRE RESPECTER PARTAGER

CONNAÎTRE RESPECTER PARTAGER CONNAÎTRE RESPECTER PARTAGER LES VALEURS COMMUNES DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE DES VALEURS À PARTAGER Terre d accueil de nombreuses personnes immigrantes venues du monde entier, le Québec est une société fondée

Plus en détail

CONCOURS INTERNE DE RÉDACTEUR TERRITORIAL Spécialité administration générale SESSION 2011

CONCOURS INTERNE DE RÉDACTEUR TERRITORIAL Spécialité administration générale SESSION 2011 CONCOURS INTERNE DE RÉDACTEUR TERRITORIAL Spécialité administration générale SESSION 2011 NOTE ADMINISTRATIVE à partir d un dossier portant sur le DROIT PUBLIC en relation avec les missions des collectivités

Plus en détail

J-EOLE. mise en œuvre d un système de journalisation

J-EOLE. mise en œuvre d un système de journalisation J-EOLE Recommandations Titre de sécurité pour la mise en œuvre d un système de journalisation Emmanuel IHRY Responsable Pôle National Expertise serveurs et réseaux Ministère de l'écologie, du Développement

Plus en détail

La qualité de vie au travail : la démarche ANACT-ARACT. Salon Préventica octobre 2015 Béatrice Baudo

La qualité de vie au travail : la démarche ANACT-ARACT. Salon Préventica octobre 2015 Béatrice Baudo La qualité de vie au travail : la démarche ANACT-ARACT Salon Préventica octobre 2015 Béatrice Baudo 1- La Qualité de vie au travail, c est quoi? Contexte : les transformations du travail Une réponse aux

Plus en détail

STAGE : RESTAURATEUR

STAGE : RESTAURATEUR MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION STAGE

Plus en détail

LA FIDÉLISATION DES COLLABORATEURS ENJEUX ET PISTES DE RÉFLEXION

LA FIDÉLISATION DES COLLABORATEURS ENJEUX ET PISTES DE RÉFLEXION LA FIDÉLISATION DES COLLABORATEURS ENJEUX ET PISTES DE RÉFLEXION Turn Over : chiffres et enjeux L intégration, première étape de la fidélisation Le développement professionnel, levier de motivation et

Plus en détail

Normes sociales, droit du travail et Mondialisation Confrontations et mutations

Normes sociales, droit du travail et Mondialisation Confrontations et mutations Normes sociales, droit du travail et Mondialisation Confrontations et mutations Dalloz, collection A droit ouvert, Paris, septembre 2006 Marie-Ange Moreau Introduction Chapitre préliminaire : Les caractéristiques

Plus en détail

Un climat de travail sain

Un climat de travail sain Un climat de travail sain La responsabilité et l obligation de tous. GDCF inc 2015 L obligation de civilité en milieu de travail: des outils et des moyens pour comprendre et agir Le triangle des besoins

Plus en détail

Approcher les employés en difficulté : Des stratégies gagnantes et une approche concrète

Approcher les employés en difficulté : Des stratégies gagnantes et une approche concrète Votre allié en capital humain pour une organisation en santé Approcher les employés en difficulté : Des stratégies gagnantes et une approche concrète Darrell Johnson Ph.D psychologue Les Consultants Longpré

Plus en détail

Budgétisation axée sur les résultats : les enjeux de la mesure et de l évaluation. Pierre Cliche Avril 2012

Budgétisation axée sur les résultats : les enjeux de la mesure et de l évaluation. Pierre Cliche Avril 2012 Budgétisation axée sur les résultats : les enjeux de la mesure et de l évaluation Pierre Cliche Avril 2012 Contexte de gestion publique actuel Contexte politique Les attentes des citoyens font que la justification

Plus en détail

LA SANTÉ PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL

LA SANTÉ PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL LA SANTÉ PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL Présenté par: Nom: Intervenants SAT-CIUSSS Capitale Nationale OBJECTIFS DE LA PRÉSENTATION 1. Vous sensibiliser à l importance grandissante des problèmes de santé psychologique

Plus en détail

Psychologie du comportement du consommateur

Psychologie du comportement du consommateur Psychologie du comportement du Partie I : Marché et Consommateurs Qu est-ce que le comportement du? Impact des s sur la stratégie marketing Impact du marketing sur les s Ethique Marketing et politique

Plus en détail

La responsabilité du manager dans l atteinte des objectifs

La responsabilité du manager dans l atteinte des objectifs L Aligner les réalisations individuelles et les objectifs de l organisation La responsabilité du manager dans l atteinte des objectifs La vision théorique de l alignement 3 visions convergent La théorie

Plus en détail

Le présent document doit être remis aux personnes accueillies et aux familles conjointement avec le livret d accueil de l établissement ou service.

Le présent document doit être remis aux personnes accueillies et aux familles conjointement avec le livret d accueil de l établissement ou service. Ce document présente le texte de l arrêté interministériel du 8 septembre 2003 (texte publié au Journal Officiel), qui constitue la Charte des droits et libertés de la personne accueillie dans les établissements

Plus en détail