big data mythes et imaginaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "big data mythes et imaginaires"

Transcription

1 big data mythes et imaginaires

2 positonnement Ce document est le fruit d un travail de recherche mené au sein des Orange Labs. Le thème des big data a produit un nombre impressionnant d articles et de dossiers. Cet engouement s est accompagné de constructions imaginaires et de visions prospectives, globales ou sectorielles. L objectif de ce papier est de donner matière à réflexion en présentant les principaux mythes et imaginaires qui accompagnent l émergence des big data avec un double objectif : Déconstruire le contenu mythique de certaines des promesses des big data, Analyser ce que pourraient être la ou les formes et usages des big data en s appuyant sur l histoire des déploiements technologiques qui ont vu les découvertes scientifiques et techniques s inscrire dans des contextes sociaux et historiques particuliers. Ce document s inscrit dans des travaux de recherche et n engage que leurs auteurs. Il ne reflète pas les positions du Groupe Orange. auteurs Christophe Aguiton, Hélène Jeannin, Valérie Peugeot, Daniel Stern Orange Labs executive summary En l espace de quelques années, le thème du «big data» est devenu la coqueluche de l industrie numérique. Il ne se passe pas un jour sans qu un florilège d articles et d études ne décrive les vertus et promesses des big data. Source de nouvelles opportunités d affaires et de croissance économique, elles seraient également porteuses de découvertes scientifiques susceptibles de faire progresser l humanité dans les grands défis auxquelles elle se confronte (santé, urbanisation, climat, ressources naturelles, ). Cette étude entend prendre du recul avec cette effervescence de promesses en proposant 3 analyses : une sur le discours qui prophétise un changement de paradigme épistémologique avec la fin des modèles et théories rendus caducs par les big data ; une seconde qui pointe, à travers un des grands champs applicatifs des big data, celui de la ville, les usages émergents sur le terrain et leur distance éventuelle aux promesses ; une dernière concernant les risques de surveillance généralisée associés aux big data, avec leurs évolutions et leurs controverses. Ce travail nous a permis de mieux comprendre comment cette surcharge d attentes polarisées sur les big data explique en partie la vitesse à laquelle le phénomène s est imposé dans le paysage de l économie informationnelle, donnant le sentiment que nous étions, dans une mesure qui reste à déterminer, face à une prédiction auto-réalisatrice. Il révèle également que différents imaginaires sont à l œuvre derrière ces attentes, imaginaires qui se polarisent autour de figures-types que nous avons intitulées «césarisme pragmatique» et «libertarisme technophile». Il appelle enfin à poursuivre un travail d analyse approfondie pour observer la manière dont les promesses des big data se réalisent, se dépassent ou déçoivent dans d autres champs d activités que sont notamment le marketing, les biotechnologies et la santé ou encore l environnement. Cet approfondissement doit également permettre d observer comment l équilibre précaire entre opportunités et risques associés aux big data se maintiendra ou non dans le temps, en fonction de l évolution du contexte politique et idéologique dans lequel les technologies afférentes et leurs usages se développeront. 2/8

3 table des matières Le bouquet de promesses : un classique en sociologie de l innovation... 4 La rupture épistémologique, mythe fondateur... 4 Mesurer l écart aux promesses : l exemple des villes... 5 Big data, brique parmi d autres d une société de surveillance?... 6 Conclusion... 8 mots-clés big data, STS, SHS, épistémologie, smart city, surveillance date décembre /8

4 Le bouquet de promesses : un classique en sociologie de l innovation Dans l histoire des sciences et technologies, on trouve régulièrement des formules qui déclenchent un nombre impressionnant d articles, d analyses, de références. Comme dans les années 1970 avec la micro-informatique, ou plus tard avec «la nouvelle économie de l internet», et le «Web 2.0», les big data sont au cœur des engouements de l économie et de la recherche liées au numérique. A chaque fois, la technologie émergente est vecteur d imaginaires au sens de projections de changements possibles mais aussi de mythes qu il convient de déconstruire. La rupture épistémologique, mythe fondateur En matière de big data, Chris Anderson, ancien rédacteur en chef de Wired soutient l hypothèse radicale d une rupture épistémologique. Dans un article «La fin de la théorie : le déluge de données rend la méthode scientifique obsolète» 1, il soutenait dès 2008 l épuisement de la méthode scientifique basée sur des hypothèses vérifiables, des expériences, des modèles. Avec l accès à de grandes masses de données, les corrélations suffiraient à faire apparaître les résultats. Les algorithmes, se substituant aux modèles scientifiques, ouvriraient un nouveau chapitre dans le développement de connaissances, les premiers champs concernés étant les sciences du vivant, les sciences sociales et surtout le marketing qui est la cible première des entreprises qui proposent, comme IBM, des applications issues des big data. Une longue histoire de tournants épistémologiques L histoire des sciences est faite de ruptures épistémologiques. Au 17ème siècle, la science moderne, avec les académies des sciences, se dégage de la doctrine religieuse. A la fin du 19 ème s établit la «big science», celle des laboratoires et des universités modernes qui vont accompagner l essor de la grande industrie, nourrie de positivisme, d une foi absolue dans la science. Emerge alors un mythe qui va traverser le monde occidental, la science serait capable de tout prévoir, pourvu qu on dispose d une description complète de l état du système. Au 20 ème siècle, la physique quantique puis la biologie permettent de comprendre que le «déterminisme linéaire à temporalité réversible 2» (des expériences reproductibles dans lesquelles une cause «A» entraîne une conséquence «B») qui avait prévalu durant 4 siècles, de Newton à Einstein, ne représentait qu une toute petite partie de la science. L apparition d un modèle de production des sciences en contexte ouvert Plus près de nous les STS (sciences et technologies studies), développées à partir des années 1970, se penchent sur les rapports entre sciences, technologies et société, et cherchent à faire tomber le grand mythe de notre modernité, la distinction entre «nature» et «société», ainsi qu entre «science» et «société» 3. Dans les années 90 émerge un débat qui éclaire le contexte dans lequel Anderson affirme la fin de la recherche de modèles scientifiques. En 1994 Michael Gibbons, Helga Nowotny et leurs collègues publient The New Production of Knowledge, puis en 2001 Re-Thinking 1 The End of Theory: The Data Deluge Makes the Scientific Method Obsolete, Wired magazine, Wallerstein, «L universalisme européen», Paris, Demopolis, Latour, «Nous n avons jamais été modernes», Paris, La Découverte, 1991 ; Callon, Lascoumes et Barthes, «Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique», Paris, Seuil, /8

5 Sciences (traduit en français sous le titre Repenser la science), dans lesquels ils défendent l idée que la science et la production des connaissances, dans nos sociétés, se transforment profondément passant d un «mode 1» à un «mode 2», soit de la production de connaissance par une communauté autonome de scientifiques travaillant sous leurs propres normes à la «production de connaissance dans les contextes d application». C est l idée que la production de connaissance se pose désormais dans un contexte ouvert, en relation avec les utilisateurs potentiels. Les champs disciplinaires jouent un rôle moindre face aux logiques transdisciplinaires et les scientifiques ne sont plus seuls à définir les orientations de la recherche. Bien que très débattue, la description du mode 2 a suscité un enthousiasme extraordinaire, qui a imprégné très fortement le monde des technologies de l information dont Anderson est issu. La numérisation généralisée met les technologies de l information au cœur de tous les domaines scientifiques et techniques, ce qui oblige à des approches transdisciplinaires, sur le mode 2. On assiste à un déplacement massif des investissements de la recherche qui délaissent la physique au profit du numérique, des sciences du vivant et des technologies liées à la défense de l environnement. Or ces domaines échappent au déterminisme linéaire de la physique traditionnelle, mobilisent de nouveaux modes de fabrications de la connaissance, utilisent des masses de données de plus en plus importantes et débouchent sur de nouveaux champs de recherche transdisciplinaires comme les Web Sciences. L épistémè qui a fondé notre modernité, autour du «bien» et du «beau» pour les humanités et du «vrai» en sciences exactes, semble être entrée en crise, sans que l on sache quelle sera la nouvelle. L Univers-Réseau : le modèle n a pas dit son dernier mot La thèse de Chris Anderson a fait l objet de nombreux débats. Pour l essentiel, ils argumentent sur la nécessité des théories et des modèles, mais ne cherchent pas à définir une nouvelle épistémè. En revanche, il existe une approche défendue par le physicien Albert-László Barabási qui prétend qu il existe une théorie unificatrice de champs disciplinaires a priori très différents. En partant de la théorie des graphes et des réseaux aléatoires, décrivant les réseaux statiques (routes, chemins de fers, téléphone), il élabore un modèle applicable aux réseaux dynamiques comme le web, en observant que la loi de puissance de Pareto s y applique. Il postule que la distribution du nombre de liens reliant chaque nœud dans le web suit cette distribution en "loi de puissance" : 20% des nœuds du web possèdent 80% des liens existants. La caractéristique cruciale de cette loi est d être invariante en échelle: elle n'est pas modifiée malgré une croissance de la population ; en cela Barabási revisite des théories antérieures, comme celles de Paul Lazarfeld, qui mettaient en avant l importance des nœuds dans les réseaux de communication. Barabási généralise ce modèle à tous les systèmes présentant les mêmes caractéristiques que le web : croissance (de nouveaux nœuds apparaissent en permanence); attachement préférentiel (un nouvel arrivant se rattache selon une préférence, quelle qu elle soit). Selon lui, «l étude des réseaux est un prérequis pour décrire tout système complexe», la communication étant inhérente à la Vie. Mesurer l écart aux promesses : l exemple des villes La rupture épistémologique associée aux big data n est pas la seule promesse, loin s en faut. Marketing prédictif vécu comme un service par le client, recherche génomique assortie de biologie de synthèse pour prévenir et guérir les maladies, fin de la tragédie babélienne grâce à une traduction automatisée enrichie de big data, organisation d une surveillance environnementale généralisée, démocraties devenues authentiquement transparentes grâce à la circulation des données les imaginaires associés aux big data fleurissent dans quasiment tous les domaines de l activité humaine. Nous avons choisi d explorer en priorité un champ d application, celui de la ville, qui apparaît comme un des domaines où les promesses sont les plus foisonnantes, et l un des moins futuristes : les réalisations mobilisant les big data associées à la smart city sont déjà en route. 5/8

6 De la smart city à la data city Dans un contexte de croissance galopante, la ville au Nord mais encore plus au Sud, doit faire face à des problèmes de complexité exponentielle : habitat, gestion des déchets, mobilités, emploi, pollution, pauvreté Elle subit le choc démographique, la crise économique et environnementale de plein fouet. Un premier imaginaire s est construit depuis quelques années autour des villes «intelligentes» (smart cities). Ce concept habille des philosophies de la ville très diverses, voire contradictoires. Une première vision très techno centrée, celle des entreprises de l économie informationnelle, voit la ville intelligente d abord comme un ensemble de dispositifs techniques capable de remonter une information dense et riche vers un «centre» pour l aider à planifier et proposer les services adaptés aux habitants et rendre la ville plus compétitive. Du côté de la recherche, différents travaux ont pris leur distance à l égard de cette vision, tout en chargeant encore plus la barque de la «smart city» en promesses. Ils assignent à la ville intelligente des tâches complexes : le renouvellement des formes de gouvernance, susceptibles d associer les citoyens à la construction du devenir de leur territoire ou la volonté d intégrer toutes les catégories sociales. Dans les deux cas, on observe depuis 2011/2012 que la donnée joue un rôle de plus en plus prégnant. Déplacements dans la ville, occupation des sols, usage des transports, comportement des entreprises ou des communautés d habitants, nouvelles méthodes de planification urbaine ou de gouvernance de la cité, toutes les pistes de cette nouvelle science pour la ville tournent autour de la donnée. Zones d incertitude de la donnée urbaine massive La data city ouvre de nouvelles controverses sur des questions d inclusion sociale : les smart cities oublieront-elles les catégories défavorisées?, d empowerment et de co-conception par les habitants : où se trouve le service public en ligne du design de ma ville?, de la présence à la ville : avec son smartphone, l individu interagit avec un environnement augmenté. S engagera-t-il dans de nouvelles sociabilités? L étude des big data dans la ville fait apparaître deux tensions. La première, oppose une vision réticulaire et distribuée de la société à un modèle centralisé: les algorithmes des big data sont héritiers des controverses du début des réseaux électriques. La seconde tourne autour de visible/invisible : alors que la production et la collecte de la donnée, médiées par des capteurs-actionneurs, échappent de plus en plus à l œil humain, les revendications de transparence et d accès à ces données montent de toute part. Big data, brique parmi d autres d une société de surveillance? Au-delà des difficultés techniques (formatage, interopérabilité, stockage ), l obstacle sur le chemin des big data mentionné le plus fréquemment est la protection des données, en particulier personnelles. Les données collectées sur le web et via le mobile sont le plus souvent sous les feux de la rampe, leur collecte à grande échelle fait l objet de dénonciations récurrentes. Concentrée entre les mains des entreprises et/ou des États, elles constituent des d instruments de surveillance. Mais quelles en sont les sources? Les multiples facettes de la dataveillance On observe deux grandes sources de données susceptibles de déboucher sur une forme de surveillance : certaines ont pour fonction première de surveiller, d autres constituent un effet secondaire indépendant de la fonction initiale du dispositif. Caméras vidéo, puces RFID ou biométrie, permettent que toutes les caractéristiques des personnes soient capturées et conservées dans des bases de données. Le problème majeur lié à ces bases de données reste leur décloisonnement, leur interconnexion. Tant qu un fichier reste contrôlé par une administration ou une entreprise pour un usage clairement 6/8

7 identifié, le risque de mésusage et de surveillance peut être encadré légalement, même si cela est de plus en plus complexe. Mais depuis 2001, le croisement des fichiers, jusque-là tabou, est devenu à l ordre du jour. Au nom de la lutte contre le terrorisme, un dialogue s est engagé entre le gouvernement américain et des entreprises travaillant dans les bases de données, les biotechnologies et les télécommunications. Aux Etats-Unis, l ARDA (Advanced Research and Development Activity), travaille sur l exploitation et la fusion de données. L affaire Snowden a montré que la question de la gouvernance n était pas réservée aux pays non démocratiques, puisque le gouvernement américain via la NSA (National Security Agency) n avait pas hésité à mettre à contribution de nombreuses entreprises, pour recueillir en masse des données sur des citoyens ordinaires. La barrière entre bases de données des entreprises et des pouvoirs publics, déjà mise à mal dans le courant des années 2000, est clairement rompue. Cette évolution ouvre aux opérateurs de cloud européens une opportunité de convaincre leurs clients de relocaliser leurs données. En route vers la société de surveillance? On voit à travers ce rapide survol que la question des big data est à la croisée d une multiplicité de technologies qui vont produire de la donnée. Aussi, les approches qui consistent à évaluer une à une chaque technologie en mettant en balance les avantages versus les risques sur les libertés n ont pas beaucoup de sens. C est la convergence de l ensemble qui doit être pensée. On retrouve derrière cette convergence de nombreuses critiques et objections parmi lesquelles : Le passage de logiques de management ou d efficacité à un contrôle par les structures de pouvoir privées ou publiques, Une segmentation des populations, débouchant sur discriminations et accentuation des inégalités, Le déploiement de technologies prédictives du comportement des individus et l analyse de leur passé, balaye définitivement l un des fondements de la justice en pays démocratique où une personne peut payer sa dette à la société. Des observateurs de la surveillance aux défenseurs de la liberté, des acteurs épars Les mouvements qui tentent de résister à la société de surveillance peuvent être classés de façon simplificatrice en 3 grandes familles : Les acteurs venus des droits de l homme : de nombreuses organisations non gouvernementales, notamment en Amérique du Nord, portent une veille, des dénonciations et un plaidoyer autour des technologies de surveillance. Certaines sont nées avec les technologies numériques (ex : l Electronic Frontier Foundation), ou ont une vocation plus large (ex : la Ligue des droits de l homme). Les acteurs venus des technologies de l information : les personnalités à l origine de ces technologies qui façonnent aujourd hui notre monde ont depuis les années 70 toujours défendu vigoureusement, à la fois la liberté d information que ces technologies sont censées faciliter par des logiques de distribution et le refus de toute forme de surveillance notamment étatique. L hactivister est la figure type de cette revendication. Incarné par des personnalités comme Aaron Swartz ou Julian Assange, l hacktiviste utilise ses connaissances techniques pour protéger les libertés publiques. Les acteurs venus de la donnée : depuis le milieu des années 2000, un mouvement de plus en plus structuré a émergé pour revendiquer que les données de source publique soient mises à disposition de tous (open data), au nom de la transparence, considérée comme une garantie de qualité démocratique. Plus la tension entre opportunités d affaires liées aux big data et logiques de surveillances, s accentuera, plus les acteurs devront se positionner en défenseur de leurs clients. 7/8

8 Conclusion À la lumière de ces travaux, on observe que la construction des imaginaires autour des big data fait apparaître deux polarités. L une sépare ceux qui rejettent modèles et théories et ceux qui souscrivent au contraire à l émergence d une «métathéorie» ; l autre sépare les tenants d une plus grande centralisation de ceux qui pensent que les big data favorisent une décentralisation et un pouvoir accru donné aux individus. A partir de ces polarités, deux figures-types de l imaginaire cristallisé autour des big data peuvent être dégagées : 1 - La limitation de nos libertés au nom d un péril (Etat), ou de nouvelles promesses (Google, Facebook, ou acteurs de l internet des objets et de la smart city), c est le «césarisme pragmatique» et 2 - Les big data sont au cœur de développements technologiques menant à une décentralisation généralisée, tant dans la production et la consommation électrique (grid) que dans la réalisation matérielle et le stockage (avec l aide de technologies telles que les imprimantes 3D, les fablabs, les clouds personnels ), ou le champ démocratique (les média sont décentralisés grâce au web, chacun pouvant devenir producteur de contenus), c est le «libertarisme technophile». Dans les deux cas, la question de la vie privée est en quelque sorte évacuée ou marginalisée. Elle pourrait être selon nous la première grande épreuve à laquelle ce nouveau domaine d innovations et d investissements massifs pourrait être confronté, au regard des récents scandales. Une autre question, moins visible mais tout aussi essentielle, traverse les différents champs applicatifs des big data : quelles sont les finalités sociétales poursuivies? Les big data contribuent- ils à un retrait du rôle de l État et à un renvoi vers l individu, «éclairé» par les données mises à sa disposition? Une telle évolution participerait d une dépolitisation de grands sujets de société, et ce faisant risquerait de contribuer à un accroissement des inégalités sociales, tout le monde n étant pas en capacité égale de mobiliser l information fournie par les données pour arbitrer des choix essentiels. 8/8

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Datanomics se compose de trois parties. La première s attache à décrire le nouveau paysage des données (chapitre 1) et à étudier la question de leur

Datanomics se compose de trois parties. La première s attache à décrire le nouveau paysage des données (chapitre 1) et à étudier la question de leur 1 Avant-propos Les données sont partout. Leur utilisation est au cœur des stratégies des grandes entreprises du numérique qui se déploient aujourd hui dans nombre de secteurs traditionnels. Elles sont

Plus en détail

De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte. Samir ALLAL Tunis-Mai 2012

De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte. Samir ALLAL Tunis-Mai 2012 De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte Samir ALLAL Tunis-Mai 2012 Plan de l'exposé 1. La question de l économie verte ne peut être traitée indépendamment des relations Nord/Sud,

Plus en détail

Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu

Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu LES MODÈLES ÉCONOMIQUES DU LIVRE ET LE NUMÉRIQUE 15 JUIN 2010 Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu P-J. Benghozi (Ecole polytechnique CNRS) Pierre-Jean.Benghozi@polytechnique.edu

Plus en détail

Les Français et le développement durable

Les Français et le développement durable Les Français et le développement durable Baromètre Louis-Harris Club RmD2 CLUB R m D 2 Luc BALLEROY DGA 01 55 33 20 54 luc.balleroy@lharris.fr NOTE TECHNIQUE Étude réalisée par l Institut Louis-Harris

Plus en détail

LE CHANGEMENT CLIMATIQUE : QUEL OBJET D ÉTUDES POUR LES SCIENCES SOCIALES?

LE CHANGEMENT CLIMATIQUE : QUEL OBJET D ÉTUDES POUR LES SCIENCES SOCIALES? LE CHANGEMENT CLIMATIQUE : QUEL OBJET D ÉTUDES POUR LES SCIENCES SOCIALES? Carole BARTHELEMY Laboratoire Population Environnement Développement URM 151 Université de Provence- IRD Observer et s adapter

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Un service public de la donnée? Enjeux et perspectives juridiques et économiques

Un service public de la donnée? Enjeux et perspectives juridiques et économiques Un service public de la donnée? Enjeux et perspectives juridiques et économiques Christophe Krolik, Professeur de droit, Titulaire de la Chaire de recherche et d innovation Goldcorp en droit des ressources

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen)

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 20 ème Congrès du CIRIEC International Buenos Aires, octobre 2014 Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 1 Hétérodoxie versus

Plus en détail

Votre campagne digitale a manqué sa cible. Et maintenant?

Votre campagne digitale a manqué sa cible. Et maintenant? Votre campagne digitale a manqué sa cible. Et maintenant? Toucher le public désiré, voilà un pari ambitieux, en particulier dans un paysage médiatique mouvant. Comment améliorer vos performances digitales

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE!

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! Le 5 mars 2014 A quelques jours de la Journée Internationale de la Femme, l Observatoire International de l Equilibre Hommes

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Institut Mines-Télécom. Chaire de recherche Valeurs et politiques des informations personnelles

Institut Mines-Télécom. Chaire de recherche Valeurs et politiques des informations personnelles Chaire de recherche Valeurs et politiques des informations personnelles 1- L ère des données massives 2 Un déluge de données devenu réalité quotidienne 3 + 1 Zettabytes en 2011 médias Contenus des utilisateurs

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Table des matières Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Introduction... 9 I. Le cadre général de la recherche : l espace pénal

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

L'usine du futur : quel travail dans quel modèle économique?

L'usine du futur : quel travail dans quel modèle économique? Conférences ATEMIS L'usine du futur : quel travail dans quel modèle économique? Tommaso Pardi sociologue GERPISA, ENS-Cachan Sandro De Gasparo ergonome ATEMIS ESCP - Paris, le 2 avril 2015 L'usine du futur

Plus en détail

Innovateurs et réformateurs : technologies numériques pour l école.

Innovateurs et réformateurs : technologies numériques pour l école. 130 BÉZIAT Jacques Innovateurs et réformateurs : technologies numériques pour l école. MOTS-CLES : discours / innovateur / réformateur / école primaire / TIC Cette contribution, issue d une thèse de doctorat,

Plus en détail

Scénarios de la Biodiversité en Afrique : quels enjeux d aménagement du territoire?

Scénarios de la Biodiversité en Afrique : quels enjeux d aménagement du territoire? Scénarios de la Biodiversité en Afrique : quels enjeux d aménagement du territoire? 26 mars T. Leménager (AFD)-PhD lemenagert@afd.fr ATELIER RÉGIONAL /// REGIONAL WORKSHOP SCÉNARIOS DE LA BIODIVERSITÉ

Plus en détail

Atelier thématique «Stratégies de développement durable»

Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Par Christian BRODHAG École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne (France) brodhag@emse.fr Le thème stratégie de développement durable

Plus en détail

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Chantier d Emmaus International sur le DEVELOPPEMENT DURABLE Lisbonne du 10 au 18 octobre 2008 1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le thème du développement durable a été choisi étant un vecteur

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Simplifier vos projets d avenir

Simplifier vos projets d avenir Simplifier vos projets d avenir FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices d emprunt et de recapitalisation. S O L U T I O

Plus en détail

CHAPITRE VI UN ESSAI DE SYNTHESE

CHAPITRE VI UN ESSAI DE SYNTHESE CHAPITRE VI UN ESSAI DE SYNTHESE CHAPITRE VI : UN ESSAI DE SYNTHESE Introduction 1) La relation dialectique entre dynamiques démographiques et développement 2) Les dynamiques démographiques et les théories

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

Introduction. 2012, Pearson France, Christine Balagué et Loïc Bodin, Les succès du web à la française

Introduction. 2012, Pearson France, Christine Balagué et Loïc Bodin, Les succès du web à la française Introduction 1 Introduction Cessons de croire que les réussites économiques sur Internet sont l apanage des seuls Américains! Il se crée aussi dans notre Hexagone des entreprises qui connaissent un grand

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

Divulgation 2.0 : approche comportementale. Comment détecter ou prévenir cette démarche compulsive amplifiée par les outils de mobilitédirectement

Divulgation 2.0 : approche comportementale. Comment détecter ou prévenir cette démarche compulsive amplifiée par les outils de mobilitédirectement Divulgation 2.0 : approche comportementale. Comment détecter ou prévenir cette démarche compulsive amplifiée par les outils de mobilitédirectement connectés aux médias sociaux? Agenda La divulgation compulsive

Plus en détail

REsolutions to Fund Cities

REsolutions to Fund Cities Supporting local authorities to access funding REsolutions to Fund Cities Rethinking Economic Solutions to Sustainably Fund Local Development REsolutions soutient la Campagne Urbaine Mondiale Résumé REsolutions,

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 3 : Surveillance et lutte contre la criminalité en ligne Thème de la journée de

Plus en détail

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe Mobilités : connaître pour mieux agir Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe 1 A propos mobi-lise est un projet de recherche qui vise à : Accroître la compréhension des pratiques

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Smart Cities :! concept marketing, produit technologique ou enjeu citoyen?

Smart Cities :! concept marketing, produit technologique ou enjeu citoyen? :! concept marketing, produit technologique ou enjeu citoyen? Jacques Teller! Urbanisme et d aménagement du territoire! Université de Liège, LEMA!! Colloque SMART Village et territoire RURAL Quelques éléments

Plus en détail

Monde de la TECHNO. Atelier 1 : Description de l environnement territorial. Société et individu. Technosciences et connaissance

Monde de la TECHNO. Atelier 1 : Description de l environnement territorial. Société et individu. Technosciences et connaissance Monde de la TECHNO Atelier 1 : Description de l environnement territorial Société et individu Technosciences et connaissance Politique Économie Une économie hypercentralisée avec des multinationales très

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

LA FING, DES IDÉES NEUVES ET ACTIONNABLES POUR ANTICIPER LES TRANSFORMATIONS NUMÉRIQUES

LA FING, DES IDÉES NEUVES ET ACTIONNABLES POUR ANTICIPER LES TRANSFORMATIONS NUMÉRIQUES PLAN D'ACTION 2015 LA FING, DES IDÉES NEUVES ET ACTIONNABLES POUR ANTICIPER LES TRANSFORMATIONS NUMÉRIQUES 1 ANTICIPER : LE "PÔLE PROSPECTIVE" Depuis sa création, la Fing s'est dotée d'une capacité de

Plus en détail

Histoire des Sciences et Sociétés : Objets, Méthodes,Controverses

Histoire des Sciences et Sociétés : Objets, Méthodes,Controverses Séminaire Université de Palerme Histoire des Sciences et Sociétés : Objets, Méthodes,Controverses Le master de l EHESS Amy Dahan, Centre Alexandre Koyré 14 Juin 2007 Depuis 30 ans, l H des S s est beaucoup

Plus en détail

Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE. Le nouveau lycée d enseignement général et technologique

Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE. Le nouveau lycée d enseignement général et technologique Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE 1 Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au lycée Pierre LAGOURGUE ENSEIGNEMENTS OBLIGATOIRES

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Alternance réalisée par Amélie Montoriol au sein de la Direction Innovations & Marchés :

Alternance réalisée par Amélie Montoriol au sein de la Direction Innovations & Marchés : Alternance réalisée par Amélie Montoriol au sein de la Direction Innovations & Marchés : PRESENTATION DE L ORGANISME D ACCUEIL Ressourcer le monde Clients : Collectivités/ Industriels/ Secteur Tertiaire

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise COMMENT PROTÉGER VOS DONNÉES ET APPLICATIONS À L ÈRE DE LA MOBILITÉ?

Transformation IT de l entreprise COMMENT PROTÉGER VOS DONNÉES ET APPLICATIONS À L ÈRE DE LA MOBILITÉ? Transformation IT de l entreprise COMMENT PROTÉGER VOS DONNÉES ET APPLICATIONS À L ÈRE DE LA MOBILITÉ? L a montée en puissance des fuites de données en tout genre et l explosion des volumes de données

Plus en détail

Introduction à la notion. d Intelligence Territoriale

Introduction à la notion. d Intelligence Territoriale Introduction à la notion d Intelligence Territoriale Copyright: La reproduction totale ou partielle de ce document est autorisée sous réserve qu il soit fait référence à l auteur. Aurélien Gaucherand Consultant

Plus en détail

Modèles et pratiques pour le canal de distribution

Modèles et pratiques pour le canal de distribution DOSSIER Modèles et pratiques pour le canal de distribution sous la direction de Marc Filser Gilles Paché INTRODUCTION MARC FILSER IAE Dijon, université de Bourgogne GILLES PACHÉ Université Aix-Marseille

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

1. Apec, juin 2012. 2013 Pearson France Community management Paul Cordina, David Fayon

1. Apec, juin 2012. 2013 Pearson France Community management Paul Cordina, David Fayon Introduction 1 I n t r o d u c t i o n Les médias sociaux (réseaux sociaux, blogs, wikis*, forums, etc.) sont au cœur du Web 2.0. La communication traditionnelle et descendante, dont le paroxysme se matérialise

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

Transformation digitale

Transformation digitale La plateforme bancaire internationale. Pour chaque métier. décembre 2015 Transformation digitale Les défis de la distribution bancaire Par Olivier Cruanès, Responsable Marketing SOMMAIRE 1 La révolution

Plus en détail

Thème : L aménagement du territoire et la poli6que de ges6on urbaine au Bénin Par : Séverin K. NSIA Délégué à l Aménagement du Territoire

Thème : L aménagement du territoire et la poli6que de ges6on urbaine au Bénin Par : Séverin K. NSIA Délégué à l Aménagement du Territoire Thème : L aménagement du territoire et la poli6que de ges6on urbaine au Bénin Par : Séverin K. NSIA Délégué à l Aménagement du Territoire 1 Thursday, April 08, 2010 PLAN La probléma6que urbaine au Bénin

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique Appel à manifestation d intérêts Economie numérique CONTEXTE La Région considère comme prioritaire le secteur numérique, vecteur essentiel de performance, de modernité et d attractivité du territoire,

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan Le Groupe Renault en 1998 Métier: conception, fabrication et vente d automobiles But: la croissance rentable Objectif: 10% des PdM mondiales en 2010 dont 50% hors Europe

Plus en détail

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle Comment répondre aux nouveaux enjeux des DRH du 21 ème siècle? Besoin n 1 : innover et développer de nouveaux usages métier en décloisonnant les différents

Plus en détail

TOP. année promet d être BIG (Business Intelligence Growth) PRINCIPALES TENDANCES EN MATIÈRE DE SOLUTIONS DÉCISIONNELLES POUR 2013

TOP. année promet d être BIG (Business Intelligence Growth) PRINCIPALES TENDANCES EN MATIÈRE DE SOLUTIONS DÉCISIONNELLES POUR 2013 0 Cette TOP 10 PRINCIPALES TENDANCES EN MATIÈRE DE SOLUTIONS DÉCISIONNELLES POUR 2013 année promet d être BIG (Business Intelligence Growth) Quel est le bilan de l année 2012 en matière de solutions décisionnelles?

Plus en détail

LES MARQUES, CAPITAL DE L ENTREPRISE

LES MARQUES, CAPITAL DE L ENTREPRISE JEAN-NOËL KAPFERER LES MARQUES, CAPITAL DE L ENTREPRISE Créer et développer des marques fortes Quatrième édition, 2007 ISBN : 978-2-212-53908-0 Sommaire Introduction La marque ou le prix 3 PARTIE 1 COMPRENDRE

Plus en détail

Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data

Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data Dossier de presse Mardi 23 juin 2015 1 Sommaire Edito de Jean-Louis Missika 3 Paris bâtit un programme stratégique

Plus en détail

AT&S Renforce son Efficacité et sa Flexibilité Métier Grâce à une Gestion IT Optimisée

AT&S Renforce son Efficacité et sa Flexibilité Métier Grâce à une Gestion IT Optimisée CUSTOMER SUCCESS STORY Mars 2014 AT&S Renforce son Efficacité et sa Flexibilité Métier Grâce à une Gestion IT Optimisée PROFIL CLIENT Secteur: Industrie manufacturière Société: AT&S Effectifs: 7 500 personnes

Plus en détail

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif 1. Définition, notions voisines et lexique de termes techniques Travail collaboratif, coopératif ou encore travail de capitalisation, autant de termes dont

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

Opération d Intérêt National

Opération d Intérêt National Opération d Intérêt National BtoB : BORDEAUX TO BRUSSELS! le 12 septembre 2014 Les Green Tech dans les projets urbains : opportunités de croissance dans les SmartGrids L Opération d Intérêt National dans

Plus en détail

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015!

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015! URBANITES Lausanne, 16 février 2015 Urbanistes dans la ville : enjeux de la formation savoirs, savoir-faire, savoir dire Antonio Da Cunha Professeur ordinaire Institut de géographie et durabilité Faculté

Plus en détail

Notre réseau et notre expertise au service des entreprises régionales

Notre réseau et notre expertise au service des entreprises régionales Notre réseau et notre expertise au service des entreprises régionales Business in Champagne-Ardenne Booster votre activité grâce aux acteurs régionaux Promouvoir vos initiatives et augmenter votre visibilité

Plus en détail

Le Big Data est-il polluant? BILLET. Big Data, la déferlante des octets VIVANT MATIÈRE SOCIÉTÉS UNIVERS TERRE NUMÉRIQUE TERRE (/TERRE)

Le Big Data est-il polluant? BILLET. Big Data, la déferlante des octets VIVANT MATIÈRE SOCIÉTÉS UNIVERS TERRE NUMÉRIQUE TERRE (/TERRE) Donner du sens à la science Rechercher Se connecter / S'inscrire Suivre VIVANT MATIÈRE SOCIÉTÉS UNIVERS TERRE NUMÉRIQUE MES THÈMES Types DOSSIER Paru le 15.11.2012 Mis à jour le 29.01.2014 Big Data, la

Plus en détail

SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET EDUQUER DURABLE

SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET EDUQUER DURABLE 2008-2009 SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET A L ECO-CITOYENNETE EDUQUER POUR UN DEVELOPPEMENT DURABLE { Le Conseil général vous soutient pour conduire } un projet de classe ou de collège sur le temps scolaire

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 --

Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 -- Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 -- Discours de Michel Vandepoorter, Ambassadeur de France à Malte Mesdames et messieurs, La question du financement

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI)

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) De la citoyenneté active à l environnement en passant par la santé, la recherche,

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

La formation initiale des assistants de justice : des fondamentaux pour l esthétique d une intervention sociale dans un système démocratique.

La formation initiale des assistants de justice : des fondamentaux pour l esthétique d une intervention sociale dans un système démocratique. Henri WATERVAL Responsable formation supervision Conseiller Service Expertise Direction Générale des Maisons de Justice Service Public Fédéral Justice Belgique La formation initiale des assistants de justice

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

Le compteur intelligent est-il vraiment la première brique des Smart Grids

Le compteur intelligent est-il vraiment la première brique des Smart Grids Le compteur intelligent est-il vraiment la première brique des Smart Grids? Eric Morel Décembre 2012 Mach&Team est une société de conseil spécialisée dans les Smart Grids (Réseaux électriques intelligents),

Plus en détail

Atelier Donnees de sante et esante: quelles opportunites de creation de valeur?

Atelier Donnees de sante et esante: quelles opportunites de creation de valeur? Atelier Donnees de sante et esante: quelles opportunites de creation de valeur? Les opportunités pour les entreprises? Christophe RICHARD Pour mémoire Open Data Big Data «Open» signifie «ouvert» «Data»

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Actes du colloque. L Europe du droit face aux entreprises planétaires... 17

Actes du colloque. L Europe du droit face aux entreprises planétaires... 17 Table des matières In Memoriam Xavier de Roux... 5 Comité d organisation du colloque Les Entretiens d Amboise 2015... 7 Participants au colloque... 9 Sommaire... 13 Partie I Actes du colloque Colloque

Plus en détail

Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan. Ingénieur chimiste (ESCIL) FORCE DE VENTE DIRECTION ORGANISATION GESTION

Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan. Ingénieur chimiste (ESCIL) FORCE DE VENTE DIRECTION ORGANISATION GESTION Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan Alfred ZEYL Ingénieur chimiste (ESCIL) MBA Northwestern University Docteur en Gestion Professeur Émérite à l ESC Dijon-Bourgogne Consultant. Armand DAYAN

Plus en détail

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE INSTITUT CATHOLIQUE DE RENNES France LE CHAMP A EXPLORER Longtemps monopole de l univers public et associatif,

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : Transformation numérique de l action publique Junior ESSEC 19/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : Transformation numérique de l action publique Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Synthèse de l atelier 5 : La souveraineté numérique Thème de la journée contributive : Transformation numérique

Plus en détail

Big Data et Marketing : les competences attendues

Big Data et Marketing : les competences attendues Big Data et Marketing : les competences attendues Laurence Fiévet Responsable Marketing Corporate Oney Banque Accord LA DYNAMIQUE DU MARKETING Selon la définition de Kotler et Dubois, «Le marketing est

Plus en détail

En quoi devenir Coach de vos commerciaux développe (encore plus) leur performance?

En quoi devenir Coach de vos commerciaux développe (encore plus) leur performance? En quoi devenir Coach de vos commerciaux développe (encore plus) leur performance? Quelles devront être vos nouvelles compétences? Pourquoi votre rôle de coach sera complémentaire de votre rôle de manager?

Plus en détail

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» :

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : Synthèse Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : 1. Les études d acceptabilité : exemple du tableau blanc interactif (TBI) par Philippe WOLF. 2. Etwinning, une

Plus en détail