REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE *********** UNITE DIGNITE TRAVAIL AGENCE DE REGULATION DES TELECOMMUNICATIONS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE *********** UNITE DIGNITE TRAVAIL AGENCE DE REGULATION DES TELECOMMUNICATIONS"

Transcription

1 REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE *********** UNITE DIGNITE TRAVAIL AGENCE DE REGULATION DES TELECOMMUNICATIONS DU SEMINAIRE NATIONAL SUR LA QUALITE DE SERVICE DES RESEAUX GSM EN REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE RAPPORT FINAL BANGUI du 7 au 11 septembre 2009

2 Du 7 au 11 Septembre 2009, s est déroulé à Bangui, dans la salle de conférence de l hôtel JM RESIDENCE, le Séminaire National sur la Qualité de Service des Réseaux GSM en République Centrafricaine sous l égide de l Agence de Régulation des Télécommunications. Le Séminaire National a été organisé par l ART dans le cadre de sa mission régalienne d animation du marché des télécommunications en RCA et de protection des droits du consommateur. A ce titre, l ART est chargée de veiller, entre autres, au respect par les Opérateurs de leur obligation de maintien de la meilleure Qualité de Service telle que mentionnée à l article 18 de la loi n du 28 décembre 2007 et qui est contenue dans leurs cahiers des charges respectifs. L objectif dudit Séminaire National est de produire un document fédérateur sur la Qualité de Service des Réseaux Mobiles qui permettra, à brève échéance, de mesurer de manière comparative les performances des réseaux des Opérateurs présents en République Centrafricaine. I. CEREMONIE D OUVERTURE La cérémonie d ouverture était présidée par Son Excellence, Monsieur le Ministre des Postes et Télécommunications, Chargé des Nouvelles Technologies. Le Ministre était entouré du Président du Conseil d Administration de l ART, du Directeur Général de l ART et des Directeurs Généraux des entreprises exploitant de réseaux de téléphonie mobile présentes en RCA. Deux allocutions ont été prononcées à cette occasion respectivement par le Directeur Général de l ART, Monsieur Valeri SAI et Son Excellence Thierry Savonarole MALEYOMBO, Ministre des Postes et Télécommunications, chargé des Nouvelles Technologies. II. PARTICIPATION : Outre le Ministère de Tutelle, l Agence de Régulation des Télécommunications, ont pris part à ces travaux, les Opérateurs de téléphonie mobile que sont SOCATEL, TELECEL CENTRAFRIQUE, ATLANTIQUE TELECOM CENTRAFRIQUE, NATIONLINK TELECOM, ORANGE CENTRAFRIQUE, l opérateur de transit international TELSOFT GATEWAY CENTRAFRIQUE, l équipementier HUAWEI, les Associations de consommateurs (OCC, ASCOCA) et de professionnels des télécoms (UCPNT), ainsi que l expert Centrafricain, M. Vincent SAKANGA, Ancien Ministre des Postes et Télécommunications, Ancien Chef de Bureau de l Union Internationale des Télécommunications pour la Zone Afrique Centrale, Consultant Indépendant, et deux Consultants, M. Patrice MICONI de PMI CONSEIL, et M. Guillaume NGUELE MBEGA, Chef de cellule de l évaluation et du contrôle technique de l ART du CAMEROUN. Séminaire sur la QoS des réseaux GSM en RCA Rapport Final Bangui, 7 11 Sept 2009 Page 2

3 III. DEROULEMENT DU SEMINAIRE NATIONAL Le Séminaire National s est déroulé sur un mode participatif comprenant les phases suivantes : - Présentations de l architecture des réseaux GSM et de la gestion de la Qualité de Service par les Opérateurs et un Équipementier ; - Contributions aux débats par les Associations de consommateurs et les Experts ; - Travaux en commissions ; Pour la conduite des travaux de ce Séminaire National, et suivant l usage, les participants ont mis en place un bureau ainsi composé : - Président : M. Vincent SAKANGA, Ancien Ministre, Ancien Chef de Bureau UIT pour la zone Afrique Centrale, Consultant Indépendant ; - Premier Rapporteur : Me. Edgar MAIDOU, consultant juridique de l ART ; Second Rapporteur : M. Gaëtan RENEKOUZOU, Chef de Division Contrôle de Gestion de l ART. 3.1 PRESENTATIONS ET ETUDES DE CAS En prélude à l élaboration du document fédérateur sur les normes de Qualité de Service et pour une édification mutuelle, les participants ont présenté leurs expériences respectives en matière de gestion de la qualité de leurs services ainsi que sur la performance de leurs réseaux de télécommunications. Les Présentations ont porté sur : - «Le concept du réseau cellulaire et l interface radio GSM» (HUAWEI) ; - «Les Protocoles GSM pour l établissement d appels et de session» (ORANGE CENTRAFRIQUE) ; - «Gestion de la Mobilité et du ROAMING national et international» (TELSOFT) ; - «Les enjeux de la qualité de services et les différents exemples internationaux» (PMI CONSEIL). Études de cas : Conformément aux Termes de Référence (TdR) du Séminaire National, les opérateurs ont été invités par l ART à exposer des études de cas d après les critères suivants : - Concepts et Normes de la QoS utilisés ; - Les indicateurs QoS retenus et utilisés conformément aux Normes standard ; - Les Outils et Mesures de la QoS utilisés et leurs procédures d application ; - Le Suivi et les tableaux de bord utilisés ; - Les actions menées en termes d Organisation et l optimisation de la QoS ; - Les difficultés rencontrées (Endogènes et Exogènes) ; - Les Propositions pour améliorer la QoS en R.C.A. Séminaire sur la QoS des réseaux GSM en RCA Rapport Final Bangui, 7 11 Sept 2009 Page 3

4 Ont ainsi présenté des cas d études, les opérateurs ci après : - TELECEL CENTRAFRIQUE ; - NATIONLINK TELECOM ; - ATLANTIQUE TELECOM CENTRAFRIQUE ; - ORANGE CENTRAFRIQUE ; - SOCATEL ; - TELSOFT GATEWAY CENTRAFRIQUE. 3.2 CONTRIBUTIONS DES ASSOCIATIONS DE CONSOMMATEURS ET DES EXPERTS Deux associations de consommateurs ont apporté leurs contributions aux débats, à savoir l Observatoire Centrafricain de la Consommation (OCC) et l Association des Consommateurs de Centrafrique (ASCOCA) : L intervention de l OCC a mis en exergue les problèmes rencontrés relativement aux thèmes suivants : - Transfert de technologie ; - Couverture entre deux destinations ; - Interférences et coupures intempestives ; - Publicités intempestives sur les portables par SMS ; - Interconnexion ; - Approvisionnement de l arrière pays en coupons de rechargement ; - Coupons invalides ; - Vente des Kits de rechargement (carte SIM) sans enregistrement de l identité de l usager. L ASCOCA a mis en avant les propositions suivantes : - Création d un cadre de concertation entre Opérateurs, Consommateurs et le Régulateur. - Association des consommateurs au lancement des produits des Opérateurs. - Organisation de séances de sensibilisation et de formation des Consommateurs par les Opérateurs et l ART. - Mutualisation des infrastructures par les opérateurs. Deux Consultants invités par l ART ont également apporté leurs expertises aux travaux : Le consultant représentant de l ART CAMEROUN a fait une présentation intitulée «Contrôle de la couverture et de la qualité de service des réseaux de téléphonie au Cameroun». Le consultant de PMI CONSEIL a fait une présentation intitulée «Outils, Méthodes et Types de Tests à réaliser pour apprécier la QoS». Séminaire sur la QoS des réseaux GSM en RCA Rapport Final Bangui, 7 11 Sept 2009 Page 4

5 3.3 TRAVAUX EN COMMISSIONS Les différentes prestations et contributions ont été suivies des débats à l issue desquels trois commissions ont été constituées pour approfondir les différents sujets abordés afin de faire des propositions concrètes devant déboucher sur des projets des textes à soumettre à l Autorité compétente pour la gestion des qualités de services des réseaux GSM en RCA. Les Commission étaient composées de la manière suivantes : a. Commission Indicateur QoS - Président : M. MICONI Patrice - Rapporteur : M. NAHOULYA BISSI Lucien - Rapporteur Adjoint : M. POLOKO Romaric Ce comité a eu pour axe de réflexion la définition des indicateurs objectifs et subjectifs qui permettent de mesurer la qualité de service, ainsi que les seuils à respecter. b. Commission Protocole de mesures - Président : M. NGUELE MBEGA Guillaume - Rapporteur : M. KAYA Christophe - Rapporteur Adjoint : M. KOPATI Carl Ce comité a eu pour axe de réflexion la détermination des instruments et méthodes de mesures, de l entité chargée de la collecte des données, et de leur analyse, la fréquence et la périodicité des relevés, et la répartition des coûts entre Opérateurs et Régulateur. c. Commission Communication/Sanction : - Président : Mlle NALIMBI Syntiche - Rapporteur : M. GALAGALAS Hyacinthe - Rapporteur Adjoint : M. NGOUALESSIO Thierry Rupert Ce comité a eu pour axe de réflexion l étude des sanctions et la notation, le classement et la publication des performances des réseaux des Opérateurs aux Consommateurs centrafricains. IV. RAPPORTS DES COMMISSIONS A LA PLENIERE Les différentes commissions ont présenté les conclusions de leurs travaux à la plénière du Séminaire National. Ces conclusions, après débats, ont été adoptées avec amendements. Les indicateurs retenus pour évaluer les services Voix, SMS, Service clientèle sont les suivants : Séminaire sur la QoS des réseaux GSM en RCA Rapport Final Bangui, 7 11 Sept 2009 Page 5

6 A. VOIX 1. Le Taux d appels réussis Définition : Un appel réussi est un appel qui va jusqu au décrochage. Périodicité : Journalière pour l opérateur. Mensuelle pour le Régulateur. Seuil : Minimum 90%, révisable à la première campagne. Zone : Bangui et seize (16) Préfectures Calcul : Le rapport entre le nombre d appels réussis sur le nombre d appels tentés. 2. Couverture Radio Définition : Un point est considéré comme couvert si le niveau de champ mesuré est supérieur ou égal aux niveaux fixés. Seuil : Rxlevel: 90dBm à Bangui outdoor. 95dBm en provinces outdoor. Zones : Bangui et seize préfectures Calcul : Mesure 3. Taux d appels coupés (Call Drop rate) Définition : Un appel réussi, mais coupé pendant la communication. Seuil : 2%. Zone : Bangui et seize (16) préfectures Calcul : Le rapport du nombre des appels coupés sur le nombre des appels réussis. 4. Taux de qualité Auditive parfaite Définition : Une communication parfaite est une communication établie et maintenue durant 2 minutes sans gène pour la conversation. Zones : Bangui et seize préfectures Calcul : Le rapport entre le nombre de communications établies maintenues pendant 2 minutes sans gêne sur le nombre de communications tentées. 5. Taux de Qualité Auditive acceptable Définition : Une communication acceptable est une communication établie et maintenue pendant 2 minutes. Périodicité : Campagne sur le terrain Zone : Bangui et seize préfectures Séminaire sur la QoS des réseaux GSM en RCA Rapport Final Bangui, 7 11 Sept 2009 Page 6

7 Calcul : Le rapport entre la différence entre le nombre de communications établies maintenues pendant 2 minutes et le nombre de communications de qualité parfaite sur le nombre de communications tentées. B. SMS (SHORT MESSAGE SERVICE) 1. Taux de SMS réussis : Définition : Un SMS réussi est un SMS distribué dans le temps de 2mn sans distorsion du message. Seuil : 90% Zone : Bangui et Provinces Calcul : Le nombre de SMS réussis sur le nombre de SMS envoyés. 2. Taux de SMS échoués : Définition : Un SMS échoué est un SMS non reçu ou reçu au delà de 30 minutes. Seuil : 5%. Zones : Bangui et seize préfectures Calcul : Le nombre de SMS non reçus ou reçus au delà de 30 minutes sur le nombre total de SMS envoyés. C. SERVICE CLIENTELE 1. Service d accueil téléphonique (Call center) Objectif : Taux d Accueil Téléphonique satisfaisant Définition : Un accueil téléphonique satisfaisant est un accueil avec une durée d attente inférieure à 2 minutes. Seuil : A définir ultérieurement par l ART en concertation avec les opérateurs Zone : Bangui et seize préfectures Calcul : Rapport entre le nombre d attentes inférieures à 2 minutes sur le nombre d attentes totales. 2. Service Accueil dans les Agences Commerciales Objectif : Taux d Accueil en Agence satisfaisant. Définition : Un Accueil en Agence est satisfaisant si le temps d attente entre l arrivée à l agence et la mise en relation avec un Opérateur ou opératrice est inférieur à 10 minutes. Seuil : A définir ultérieurement par l ART en concertation avec les opérateurs Zone : Bangui et seize préfectures Séminaire sur la QoS des réseaux GSM en RCA Rapport Final Bangui, 7 11 Sept Séminaire sur la QoS des réseaux GSM en RCA Rapport Final Bangui, 7 11 Sept 2009 Page 7

8 Calcul : Rapport entre le nombre d attentes inférieures à 10 minutes sur le nombre d attentes totales. 3. Remplacement de cartes SIM : Objectif : Taux de satisfaction du Service «Remplacement de cartes SIM» Définition : Le Service «Remplacement de cartes SIM» est jugé satisfaisant si l achat de la nouvelle carte s effectue en moins de 10 minutes et l activation de cette nouvelle carte s effectue en moins de 3 heures. Seuil : A définir ultérieurement par l ART en concertation avec les opérateurs Zone : Par Arrondissement de Bangui et chacune des seize préfectures. Calcul : Rapport du nombre de remplacement de cartes en moins de 10 minutes et 3 heures sur le nombre de remplacement de cartes total. D. SERVICE PROXIMITE ACCES CLIENT : Définition : Le nombre d accès clients (agences /distributeurs) par arrondissement sur Bangui et par ville couverte dans les seize préfectures. Seuil : 1 présence par arrondissement sur Bangui et ville couverte en provinces. Zones : Bangui et seize préfectures Calcul : A définir ultérieurement par l ART en concertation avec les opérateurs V. LES RECOMMANDANTIONS Les recommandations retenues sont les suivantes : 1. A l intention des Opérateurs Recommandation 1 : Chaque Opérateur doit élaborer une procédure par rapport au respect de ses offres commerciales et promotionnelles. Il enverra à l ART pour validation 15 jours avant le lancement commercial. L ART dispose de 15 jours dès réception pour réagir, ce délai expiré, la procédure est considérée comme validée. Recommandation 2 : Conformément aux dispositions de la loi N du 28 décembre 2007 prise en son article 18 alinéa 12 qui édicte que le titulaire d une licence est tenu de respecter «les obligations permettant le contrôle du respect du cahier des charges», les Opérateurs se partageront équitablement les coûts relatifs l acquisition des équipements de mesures de la qualité de service. Chaque partie prenant part à la mission de contrôle prendra son personnel en charge. Séminaire sur la QoS des réseaux GSM en RCA Rapport Final Bangui, 7 11 Sept 2009 Page 8

9 2. A l intention des Associations de consommateurs Recommandation 1 : Les participants recommandent aux Associations des consommateurs d effectuer une campagne de sensibilisation auprès de la population afin de restituer les informations partagées à l occasion du Séminaire. 3. A l intention de l ART Recommandation 1 : La mission de contrôle relève de l ART conformément aux dispositions de l Article 18 alinéa 12 de la Loi N du 28 décembre 2007 portant R égulation des Télécommunication en R.C.A. Pour une meilleure mise en application de cette mission, elle doit associer les différents acteurs du secteur. Aussi, seul le Personnel assermenté de l ART participera aux missions de contrôles et de vérifications sanctionnées par un procès verbal signé des parties concernées. Recommandation 2 : La Commission recommande à l ART de se doter des équipements de mesures automatiques. Recommandation 3 : L ART effectuera des visites inopinées pour demander à chaque Opérateur de mettre à sa disposition le journal d appel sur une période. Ce journal doit être accompagné des données de facturation, conformément aux dispositions de l article 18 de la Loi N du 28 décembre L ART a jusqu au 01 janvier 2010 pour élaborer et mettre en place les fiches lui permettant d exploiter les données des Opérateurs. L ART a l obligation de garder la confidentialité de toutes les informations portant mention confidentielle. Recommandation 4 : Après traitement et analyse des données, l ART restituera les résultats en présence de ou des Opérateurs concernés, suivi d une publication officielle. Le cas échéant, les sanctions pourraient être prises à l endroit des opérateurs conformément à la loi en vigueur. Recommandation 5 : Les participants retiennent la nomenclature des sanctions administratives et pénales définies dans la Loi N du 28 Décembre Ils recommandent des actions tant incitatives que contraignantes pour les opérateurs qui n auraient pas observé les seuils minimas arrêtés par le Séminaire. En sus des sanctions existantes, ils proposent préalablement à la mise en demeure : «Le Rappel à l ordre notifié par la Direction Générale de l ART». Ils exigent que toutes les décisions de l ART soient motivées. Les participants recommandent que les pénalités soient infligées par rapport aux grands axes routiers, aux localités mentionnées dans le cahier des charges ; qu il soit tenu compte des autres zones couvertes par les opérateurs non contenues dans le cahier des charges. Ils recommandent que la sanction de 3% soit proportionnelle au degré de couverture de l opérateur (tenir compte de l effort fourni en vue d atteindre les indicateurs QoS). Séminaire sur la QoS des réseaux GSM en RCA Rapport Final Bangui, 7 11 Sept 2009 Page 9

10 Toutefois, les participants recommandent que les opérateurs soient exemptés des sanctions définies en cas de force majeure. Recommandation 6 : Les participants retiennent comme canaux de communication des résultats : - le Journal Officiel, - La Presse écrite et audio visuelle - Le Site web de l ART. Recommandation 7 : Les participants recommandent que le contenu des informations hébergées sur le site web comprenne le détail des indicateurs de chaque opérateur, à savoir : - L Accessibilité aux Réseaux, - La Fiabilité des Réseaux, - La Fiabilité des Service, - Le Ressenti des clients ; - Les graphiques, - La périodicité des enquêtes et les origines Recommandation 8 : Les participants recommandent que le classement des réseaux se fasse par opérateur par ordre de : - Accessibilité aux Réseaux, - Fiabilité des Réseaux, - Fiabilité des Service, - Ressenti des clients ; - Les graphiques, - La périodicité des enquêtes et les origines 4. A l attention de l ART et des opérateurs Recommandation 1 : A la date du 01 janvier 2010, les Directions Commerciales des Opérateurs mettront en place une procédure de traitement des réclamations pour le suivi des plaintes des abonnés. Parallèlement, l ART devra mettre en place dans le même délai, un service interne s occupant des plaintes des Usagers des réseaux des télécommunications. De manière périodique, les Opérateurs transmettront, pour vérification à l ART, les informations relatives aux réclamations des abonnés. L ART pourra de manière inopinée effectuer les visites chez les Opérateurs pour procéder à la vérification desdites informations. Chaque Opérateur mettra en place un numéro vert pour les réclamations. Les opérateurs feront une campagne de sensibilisation des Consommateurs. Séminaire sur la QoS des réseaux GSM en RCA Rapport Final Bangui, 7 11 Sept 2009 Page 10

11 Recommandation 2 : L ART, en concertation avec les Opérateurs, disposera de 3 mois pour élaborer un manuel de procédures de mesures de couverture et de qualité de service englobant : - Les pourcentages de couverture et de qualité de service d une zone - La délimitation des localités visées dans les cahiers des charges - L échantillon de mesures en fonction de la population de la localité visée - La détermination de la vitesse du véhicule sur les axes routiers et à l intérieur des villes - La définition des parcours des mesures - La détermination des périodes (heures chargées, weekend et jours fériés) - La détermination de la durée d une communication - Les autres paramètres seront introduits après l acquisition de l équipement. La procédure ci dessus ainsi que les indicateurs de couverture et de qualité de service serviront de document de base pour permettre d élaborer les Termes de Référence en vue de l acquisition de l équipement de contrôle. Enfin, la procédure, objet de la présente recommandation sera signée par les différentes parties. Recommandation 3 : Chaque Audit de terrain devra être précédé de réunions préparatoires afin d harmoniser les points de vue des différents intervenants. VI. OBSERVATIONS DES PARTICIPANTS Les participants considèrent que les annonces publicitaires erronées sont répréhensibles car la publicité mensongère est un délit pénal. Les annonces publicitaires mensongères quant à la QoS sont frappées de : - Sanctions administratives par le Haut Conseil de la Communication et l ART ; - Sanctions pénales et civiles par les juridictions de l ordre judiciaire. L ART peut sanctionner la concurrence déloyale au même titre que la QoS. Les entités ayant un intérêt à agir sont : - Le Ministère de Tutelle, - L ART, - Les consommateurs. Les Voies de recours : Les participants recommandent que soit accordée aux opérateurs la possibilité de voie de recours contre les décisions de l ART. Séminaire sur la QoS des réseaux GSM en RCA Rapport Final Bangui, 7 11 Sept 2009 Page 11

12 VII. CEREMONIE DE CLOTURE La cérémonie de clôture du Séminaire National sur la Qualité de Service des Réseaux GSM en République Centrafricaine a été présidée par le Représentant du Ministre des Postes et Télécommunications chargé des Nouvelles Technologies, empêché. Il était entouré du Président du conseil d Administration et du Directeur Général de l A.R.T. Fait à Bangui, le 11 Septembre 2009 Le Président des Travaux, M. Vincent SAKANGA Le Premier Rapporteur, M. Edgar MAÏDOU Séminaire sur la QoS des réseaux GSM en RCA Rapport Final Bangui, 7 11 Sept 2009 Page 12

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice AUTORITE DE REGULATION CONSEIL NATIONAL DE REGULATION DIRECTION DES TELECOMMUNICATIONS Contrôle de la qualité de service des opérateurs de

Plus en détail

Au menu... Les marchés en chiffre. La place des consommateurs. La régulation symétrique. Les bénéfices des consommateurs

Au menu... Les marchés en chiffre. La place des consommateurs. La régulation symétrique. Les bénéfices des consommateurs Au menu... Les marchés en chiffre La place des consommateurs La régulation symétrique Les bénéfices des consommateurs Les limites de la régulation symétrique 2 Au menu... Les marchés en chiffre La place

Plus en détail

Enquête de satisfaction des utilisateurs du téléphone mobile GSM au Mali

Enquête de satisfaction des utilisateurs du téléphone mobile GSM au Mali Ministère de la Communication et des Nouvelles Technologies ----------------------- * Comité de Régulation des Télécommunications* ----------------------- République du Mali Un Peuple Un But Une Foi -----------------------

Plus en détail

Ministère de la Communication et des Nouvelles Technologies

Ministère de la Communication et des Nouvelles Technologies Ministère de la Communication et des Nouvelles Technologies République du MALI ----------------------- Un peuple-un but-une foi * Comité de Régulation des Télécommunications* ----------------------- GSM

Plus en détail

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi n 91-14 du 11 février 1991 Article Premier Il est institué un Médiateur de la République, autorité indépendante qui reçoit, dans les conditions

Plus en détail

Programme TAEHIL. Formation contractualisée pour l emploi

Programme TAEHIL. Formation contractualisée pour l emploi Programme TAEHIL Deux Mesures concrètes pour le programme TAEHIL Formation contractualisée pour l emploi Formation qualifiante ou de reconversion Objectif FCE: Formation contractualisée pour l emploi La

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution.

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. Le Président de la République Vu la Constitution, Vu la loi n 90-07 du 28 juin 1990 relative à l organisation

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

Analyse du marché de fourniture en gros de services Internet (haut débit et très haut débit) en Tunisie

Analyse du marché de fourniture en gros de services Internet (haut débit et très haut débit) en Tunisie REPUBLIQUE TUNISIENNE INSTANCE NATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS DE TUNISIE CONSULTATION N 15/2013 Analyse du marché de fourniture en gros de services Internet (haut débit et très haut débit) en Tunisie

Plus en détail

LA QUALITE DE SERVICE. Fondamentaux techniques Contrôle & Régulation FORMATION

LA QUALITE DE SERVICE. Fondamentaux techniques Contrôle & Régulation FORMATION LA QUALITE DE SERVICE Fondamentaux techniques Contrôle & Régulation FORMATION Durée : 4 jours PARIS Du 7 au 10 septembre 2015 CLARITY, société de conseil en télécommunication, réalise principalement des

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

ATELIER ET REUNION DE COORDINATION DES FREQUENCES SUR LA TRANSITION VERS LA TELEVISION NUMERIQUE ET SUR LA DIVIDENDE NUMERIQUE

ATELIER ET REUNION DE COORDINATION DES FREQUENCES SUR LA TRANSITION VERS LA TELEVISION NUMERIQUE ET SUR LA DIVIDENDE NUMERIQUE ATELIER ET REUNION DE COORDINATION DES FREQUENCES SUR LA TRANSITION VERS LA TELEVISION NUMERIQUE ET SUR LA DIVIDENDE NUMERIQUE Bamako, Mali du 12 au 15 mars 2012 1. Introduction Français L atelier et la

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère des affaires sociales et de la santé

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère des affaires sociales et de la santé RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires sociales et de la santé Décret n Relatif à la procédure de mise en concurrence des organismes dans le cadre de la recommandation prévue par l article L. 912-1

Plus en détail

Commission de la défense nationale

Commission de la défense nationale Commission de la défense nationale RÈGLEMENT XII e LÉGISLATURE CHAPITRE I Dénomination, composition et attributions Article 1 er (Dénomination) 1. La Commission de la défense nationale est la commission

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI OMPI A/41/16 ORIGINAL : anglais DATE : 24 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI Quarante et unième série de réunions Genève, 26

Plus en détail

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2014-033015 Orléans, le 16 juillet 2014 Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263

Plus en détail

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique Version du 1 er juin 2012 Le référentiel est protégé par les dispositions du Code de la propriété intellectuelle, notamment

Plus en détail

DECISION N 91/PC/ARPT/2013 du 11/12/2013

DECISION N 91/PC/ARPT/2013 du 11/12/2013 DECISION N 91/PC/ARPT/2013 du 11/12/2013 FIXANT LES CONDITIONS ET LES MODALITES D IDENTIFICATION DES CARTES SIM / USIM DES OPERATEURS DETENTEURS DE LICENCE POUR L ETABLISSEMENT ET L EXPLOITATION D UN RESEAU

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

8 juin 2006. ATELIER 1 : Recruter des compétences, concilier les logiques d efficacité et de cohésion sociale

8 juin 2006. ATELIER 1 : Recruter des compétences, concilier les logiques d efficacité et de cohésion sociale 2 ème CONFERENCE REGIONALE POUR L EMPLOI ET LA FORMATION 8 juin 2006 ATELIER 1 : Recruter des compétences, concilier les logiques d efficacité et de cohésion sociale Contribution de la VILLE DE SAINT ETIENNE

Plus en détail

(Cotonou, le 18 Juillet 2013)

(Cotonou, le 18 Juillet 2013) République du Bénin ************** Ministère de l Enseignement Secondaire, de la Formation Technique et Professionnelle, de la Reconversion et de l Insertion des Jeunes (MESFTPRIJ) **************** Ministère

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail

NOR: DEVT0769851A. Le ministre d Etat, ministre de l écologie, du développement et de l aménagement durables,

NOR: DEVT0769851A. Le ministre d Etat, ministre de l écologie, du développement et de l aménagement durables, Arrêté du 21 décembre 2007 relatif à l agrément des experts ou organismes qualifiés pour évaluer la conception et la réalisation de systèmes ou sous-systèmes ferroviaires nouveaux ou substantiellement

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi LOT N 11 REQUEST N Termes de Référence Spécifiques Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC 1 ANTECEDENTS : La Communauté

Plus en détail

QoS et QoE : quelles méthodes et quelle corrélation pour évaluer la satisfaction des clients?

QoS et QoE : quelles méthodes et quelle corrélation pour évaluer la satisfaction des clients? QoS et QoE : quelles méthodes et quelle corrélation pour évaluer la satisfaction des clients? Forum FRATEL Conakry 19 et 20 mars 2013 Page 1 Plan de la présentation Définitions de la QoS et de la QoE Les

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DE LA PREVOYANCE SOCIALE COMMUNIQUE FINAL DU CONSEIL DES MINISTRES

CONFERENCE INTERAFRICAINE DE LA PREVOYANCE SOCIALE COMMUNIQUE FINAL DU CONSEIL DES MINISTRES CONFERENCE INTERAFRICAINE DE LA PREVOYANCE SOCIALE 19 ème SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES DE TUTELLE DE LA PREVOYANCE SOCIALE Abidjan les 13 et 14 février 2014 -------------------------------

Plus en détail

CONVENTION N 2015-C-DGAE-DAC-17 RELATIVE A L OPERATION D AIDE A L ACHAT D INSTRUMENTS DE MUSIQUE Année 2015

CONVENTION N 2015-C-DGAE-DAC-17 RELATIVE A L OPERATION D AIDE A L ACHAT D INSTRUMENTS DE MUSIQUE Année 2015 CONVENTION N 2015-C-DGAE-DAC-17 RELATIVE A L OPERATION D AIDE A L ACHAT D INSTRUMENTS DE MUSIQUE Année 2015 ENTRE le Département de la Vienne, Place Aristide Briand, 86008 Poitiers représenté par Monsieur

Plus en détail

Avis n 12-A-08 du 20 mars 2012 relatif au cadre réglementaire concernant l appel à candidature des attributions de fréquences «4 G»

Avis n 12-A-08 du 20 mars 2012 relatif au cadre réglementaire concernant l appel à candidature des attributions de fréquences «4 G» RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 12-A-08 du 20 mars 2012 relatif au cadre réglementaire concernant l appel à candidature des attributions de fréquences «4 G» L Autorité de la concurrence (commission permanente),

Plus en détail

CHOIX D UNE METHODOLOGIE EN FONCTION DES OBJECTIFS DE QOS. BILE DIEMELEOU Directeur Général ARTCI

CHOIX D UNE METHODOLOGIE EN FONCTION DES OBJECTIFS DE QOS. BILE DIEMELEOU Directeur Général ARTCI CHOIX D UNE METHODOLOGIE EN FONCTION DES OBJECTIFS DE QOS BILE DIEMELEOU Directeur Général ARTCI 1 PLAN DE LA PRÉSENTATION 1. MARCHE IVOIRIEN DES TELECOMMUNICATIONS 2. NOTION DE QOS 3. APPROCHE DE LA QOS

Plus en détail

Audit et Vérification de la couverture et de la qualité de service des réseaux de téléphonie mobile GSM au Burkina Faso.

Audit et Vérification de la couverture et de la qualité de service des réseaux de téléphonie mobile GSM au Burkina Faso. Audit et Vérification de la couverture et de la qualité de service des réseaux de téléphonie mobile GSM au Burkina Faso. Rapport final ARCEP 2015 SOMMAIRE ARCEP Burkina Faso 2015 Rapport d audit Arcep

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE DE LA FFVB. Application pour la saison 2015/2016 (AG Octobre 2014)

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE DE LA FFVB. Application pour la saison 2015/2016 (AG Octobre 2014) TABLE DES MATIERES Pour accéder directement aux chapitres, cliquez sur le chapitre puis Ctrl + clic PREAMBULE A LA MISE AUX VOIX DE L ASSEMBLE GENERALE ATTRIBUTIONS Article 1 : Organisme de contrôle Article

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d État N 677/A/2007 - France Méthode de calcul de l élément d aide contenu dans les prêts publics

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d État N 677/A/2007 - France Méthode de calcul de l élément d aide contenu dans les prêts publics COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, 16.07.2008 C(2008) 3473 final Objet: Aide d État N 677/A/2007 - France Méthode de calcul de l élément d aide contenu dans les prêts publics Monsieur le Ministre, 1. PROCEDURE

Plus en détail

Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants

Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants 1 Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants I. Le contexte institutionnel La démarche de l UdS en matière de qualité des formations

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION QSE_DOC_015 V4.0 RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Systèmes de management Tél. : 01 41 98 09 49 - Fax : 01 41 98 09 48 certification@socotec.com Sommaire Introduction 1. Déroulé d une prestation de certification

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Réalisation d un projet de plan national de déploiement du réseau internet rapide et ultra rapide

Réalisation d un projet de plan national de déploiement du réseau internet rapide et ultra rapide Réalisation d un projet de plan national de déploiement du réseau internet rapide et ultra rapide 30050 Gilles FONTAINE Directeur Adjoint + 33 467 144 460 g.fontaine@idate.org 27 Février 2014 Agenda Contexte

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE D UN GROUPEMENT DE COMMANDES

CONVENTION CONSTITUTIVE D UN GROUPEMENT DE COMMANDES CONVENTION CONSTITUTIVE D UN GROUPEMENT DE COMMANDES ACQUISITION D UN PROGICIEL POUR LA GESTION DEMATERIALISEE DES DELIBERATIONS ET DES ACTES ADMINISTRATIFS PREALABLEMENT, IL EST EXPOSE QUE : COMPTE TENU

Plus en détail

relative à la sécurité et à la protection de la santé au travail dans l administration cantonale Le Conseil d Etat du canton de Fribourg

relative à la sécurité et à la protection de la santé au travail dans l administration cantonale Le Conseil d Etat du canton de Fribourg .0.8 Ordonnance du 4 avril 007 relative à la sécurité et à la protection de la santé au travail dans l administration cantonale Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu les articles 8 à 88 de la loi

Plus en détail

PROCÉDURE INTERNE DE GESTION DES PLAINTES RELATIVES AUX SERVICES OFFERTS PAR L INSTITUT

PROCÉDURE INTERNE DE GESTION DES PLAINTES RELATIVES AUX SERVICES OFFERTS PAR L INSTITUT PROCÉDURE INTERNE DE GESTION DES PLAINTES RELATIVES AUX SERVICES OFFERTS PAR L INSTITUT INSTITUT DE TECHNOLOGIE AGROALIMENTAIRE Campus de La Pocatière Campus de Saint-Hyacinthe DIRECTION GÉNÉRALE 5 FÉVRIER

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 24 avril 2015 relatif au règlement intérieur de la commission administrative paritaire compétente à l égard du corps d encadrement et d application du personnel de surveillance de l administration

Plus en détail

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la fonction publique Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C Le ministre de la fonction publique à

Plus en détail

Sommaire. Loi modifiée du 16 avril 1979 fixant le statut général des fonctionnaires de l'état (Extrait: 19bis)... 3

Sommaire. Loi modifiée du 16 avril 1979 fixant le statut général des fonctionnaires de l'état (Extrait: 19bis)... 3 FONCTIONNAIRES DE L ÉTAT - STATUT GÉNÉRAL - Télétravail 1 TÉLÉTRAVAIL Sommaire Loi modifiée du 16 avril 1979 fixant le statut général des fonctionnaires de l'état (Extrait: 19bis).... 3 Règlement grand-ducal

Plus en détail

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes DIPLOME D EXPERTISE COMPTABLE Session de novembre 2010 Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes Durée : 1 heure Aucune documentation

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Union africaine Union africaine E/ECA/COE/34/2 Commission économique pour l Afrique Comité d experts Trente-quatrième réunion Union africaine Comité d experts

Plus en détail

La Présidence luxembourgeoise

La Présidence luxembourgeoise La Présidence luxembourgeoise Outre la conférence du 2 mai 2005, la Direction de la Consommation a assuré la présidence du groupe Conseil Protection et Information du consommateur dont les dossiers ont

Plus en détail

C O N V E N T I O N D AUDIT ENERGETIQUE. Bénéficiaire / Auditeur. Convention Bénéficiaire / Auditeur» AUDIT ENERGETIQUE.

C O N V E N T I O N D AUDIT ENERGETIQUE. Bénéficiaire / Auditeur. Convention Bénéficiaire / Auditeur» AUDIT ENERGETIQUE. C O N V E N T I O N D AUDIT ENERGETIQUE Bénéficiaire / Auditeur Convention Bénéficiaire / Auditeur» S O M M A I R E Page Article 1. OBJET DE LA CONVENTION...3 Article 2. DOCUMENTS CONTRACTUELS.3 Article

Plus en détail

8 ème Séminaire du FRATEL «Le rôle central du consommateur dans la définition des actions du régulateur»

8 ème Séminaire du FRATEL «Le rôle central du consommateur dans la définition des actions du régulateur» U1 U2 8 ème Séminaire du FRATEL «Le rôle central du consommateur dans la définition des actions du régulateur» AGENCE DE REGULATION DES TELECOMMUNICATIONS DU CAMEROUN PRESENTATIONS DE : OWONA NOAH SUZY,

Plus en détail

SEMINAIRE FRATEL LA MESURE DE LA QUALITE DE SERVICE DE COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES

SEMINAIRE FRATEL LA MESURE DE LA QUALITE DE SERVICE DE COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES SEMINAIRE FRATEL LA MESURE DE LA QUALITE DE SERVICE DE COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES 1 Sommaire 1. LES ACTEURS 2. LES OUTILS DE GESTION DE LA QOS 3. LES MÉTHODES UTILISÉES 4. LES ÉLÉMENTS QUI AFFECTENT

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/18/04/2012-133-11 Proposition de Directive relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation. Proposition de Règlement relatif au règlement en ligne des litiges de consommation. Avis

Plus en détail

Fiche info Service Carrières

Fiche info Service Carrières Fiche info Service Carrières L entretien professionnel Thème : Déroulement de carrière février 15 Textes de référence Décret n 86-473 du 14 mars 1986 relatif aux conditions générales de notation des fonctionnaires

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE. CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a. Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE

UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE. CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a. Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE Commission mixte 2 (Développement et coopération) Equipe de projet «Développement

Plus en détail

C O N S U L T A T I O N P U B L I Q U E

C O N S U L T A T I O N P U B L I Q U E C O N S U L T A T I O N P U B L I Q U E Juillet 2008 Renouvellement des autorisations GSM de trois opérateurs dans les départements et collectivités d outre-mer : Digicel, Société Réunionnaise du Radiotéléphone

Plus en détail

Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives Présenté le 26 avril 2005

Plus en détail

Proposition de Mode de Fonctionnement et Règles de Procédure (Statuts 2011 en vigueur)

Proposition de Mode de Fonctionnement et Règles de Procédure (Statuts 2011 en vigueur) Proposition de Mode de Fonctionnement et Règles de Procédure (Statuts 2011 en vigueur) MODE DE FONCTIONNEMENT 1. Participation au Conseil mondial: Les délégués des associations membres Le bureau et les

Plus en détail

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20)

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Plus en détail

SOMMAIRE. Préambule... 3. 1. Présentation de l EPES... 3. 2. Avis sur le rapport technique de satisfaction des conditions... 3

SOMMAIRE. Préambule... 3. 1. Présentation de l EPES... 3. 2. Avis sur le rapport technique de satisfaction des conditions... 3 1 SOMMAIRE Préambule... 3 1. Présentation de l EPES... 3 2. Avis sur le rapport technique de satisfaction des conditions... 3 3. Description de la visite sur le terrain... 4 4. Appréciation de l EPES au

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------------------------

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 14/2009/CM/UEMOA PORTANT INSTITUTION ET ORGANISATION D UN SYSTEME D INFORMATION SUR LES ACCIDENTS

Plus en détail

Consultation 2015 Programme Formations Tourisme

Consultation 2015 Programme Formations Tourisme Consultation 2015 Programme Formations Tourisme Contact : Karel CHAUCHEPRAT Plan de Formation régional CRDT Auvergne Parc Technologique la Pardieu 7 allée Pierre de Fermat - CS 50502 63178 Aubière Cedex

Plus en détail

INTERVENTION DU SERVICE JURIDIQUE. www.conseilcafecacao.ci

INTERVENTION DU SERVICE JURIDIQUE. www.conseilcafecacao.ci Le Conseil de Régulation, de Stabilisation et de Développement de la Filière Café -Cacao INTERVENTION DU SERVICE JURIDIQUE www.conseilcafecacao.ci 1 CONTEXTE A l indépendance de notre pays, l Etat de Côte

Plus en détail

REGLEMENT DE CONSULTATION

REGLEMENT DE CONSULTATION REGLEMENT DE CONSULTATION OBJET DE LA CONSULTATION : Remplacement parc informatique En aucun cas, les clauses du présent document ne peuvent être modifiées par le candidat. Le présent cahier comporte 6

Plus en détail

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE Loi sur l Assemblée nationale (chapitre A-23.1, a. 124.3) CHAPITRE I APPLICATION 1. Les présentes

Plus en détail

Note de présentation

Note de présentation Note de présentation Objet : Projet de décret d application de la loi n 24-09 relative à la sécurité des produits et des services et complétant le dahir du 9 ramadan 1331 (12 aout 1913) formant code des

Plus en détail

- Au-delà de 130 000 HT : idem ci-dessus + BOAMP + JOUE (Journal Officiel de l Union Européenne)

- Au-delà de 130 000 HT : idem ci-dessus + BOAMP + JOUE (Journal Officiel de l Union Européenne) MARCHES PUBLICS : GUIDE DE PROCEDURE INTERNE RAPPEL CODE DES MARCHES PUBLICS Textes de référence : - Code des Marchés Publics (D 2006-975 du 1er août 2006) - Règlement Intérieur CCIT de l ARIEGE - Règlement

Plus en détail

PREAMBULE AU CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL

PREAMBULE AU CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL PREAMBULE AU CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL Les établissements de soutien et d aide par le travail sont des établissements et services médico-sociaux (article L312-1 du Code de l action sociale

Plus en détail

Accompagnement dans la réalisation de vos campagnes télémarketing. «Faire de chaque contact une opportunité de vente»

Accompagnement dans la réalisation de vos campagnes télémarketing. «Faire de chaque contact une opportunité de vente» Accompagnement dans la réalisation de vos campagnes télémarketing «Faire de chaque contact une opportunité de vente» Sommaire Présentation Une Expertise Multimodale Analyse des Besoins & Objectifs Schéma

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-19 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-19 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-19 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

TOGO : LA LIBERALISATION DU SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS ET LE ROLE DE L'AUTORITE DE REGLEMENTATION

TOGO : LA LIBERALISATION DU SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS ET LE ROLE DE L'AUTORITE DE REGLEMENTATION AUTORITE DE REGLEMENTATION REPUBLIQUE TOGOLAISE DES SECTEURS DE POSTES ET DE Travail Liberté Patrie TELECOMMUNICATIONS ------------ --------------------- TOGO : LA LIBERALISATION DU SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS

Plus en détail

I. Conditions à la candidature :

I. Conditions à la candidature : Direction des Ressources Humaines Tél. : 021 83 60 71 Fax : 021 83 65 66 DIVISION DEVELOPPEMENT RH Alger le APPEL A CANDIDATURES POSTES SUPERIEURS SENIORS N 31-2012 GRTE-CSS/I A l attention des Cadres

Plus en détail

Cahier des charges pour la réalisation d une enquête de satisfaction des utilisateurs de l informatique institutionnelle de l Inra

Cahier des charges pour la réalisation d une enquête de satisfaction des utilisateurs de l informatique institutionnelle de l Inra Direction de l Innovation et des Systèmes d Information Systèmes informatiques Cahier des charges pour la réalisation d une enquête de satisfaction des utilisateurs de l informatique institutionnelle de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

DIRECTIVE N 15/2009/CM/UEMOA PORTANT ORGANISATION DU SYSTEME DE FORMATION A L OBTENTION DU PERMIS DE CONDUIRE DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA

DIRECTIVE N 15/2009/CM/UEMOA PORTANT ORGANISATION DU SYSTEME DE FORMATION A L OBTENTION DU PERMIS DE CONDUIRE DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 15/2009/CM/UEMOA PORTANT ORGANISATION DU SYSTEME DE FORMATION A L OBTENTION DU PERMIS DE CONDUIRE

Plus en détail

Le co-commissariat aux comptes. Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie

Le co-commissariat aux comptes. Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie Le co-commissariat aux comptes Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie Sommaire 1- Désignation 2- Définitions 3- Interventions des co-commissaires aux comptes 4- Conclusion

Plus en détail

ANALYSE ARCHITECTURALE DE LA FONCTIONNALITE DE PROJETS IMMOBILIERS DU CHAMP SANITAIRE ET MEDICO-SOCIAL EN FRANCHE-COMTE

ANALYSE ARCHITECTURALE DE LA FONCTIONNALITE DE PROJETS IMMOBILIERS DU CHAMP SANITAIRE ET MEDICO-SOCIAL EN FRANCHE-COMTE MARCHE PUBLIC A PROCEDURE ADAPTEE ARS FRANCHE-COMTE N ARSFC-2014-04 ANALYSE ARCHITECTURALE DE LA FONCTIONNALITE DE PROJETS IMMOBILIERS DU CHAMP SANITAIRE ET MEDICO-SOCIAL EN FRANCHE-COMTE CAHIER DES CLAUSES

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

Les attentes des autorités à l obligation d agir de manière honnête, loyale et professionnelle

Les attentes des autorités à l obligation d agir de manière honnête, loyale et professionnelle Les attentes des autorités à l obligation d agir de manière honnête, loyale et professionnelle vendredi 25 mai 2012 Intervenant : Michel JORNET Directeur Associé JORNET FINANCE CONSULTING Les principes

Plus en détail

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget,

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, Arrêté Conjoint du Ministre de la Communication Porte parole du Gouvernement et du Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, N 2491.12 du 2 Doulkeada 1433 (19

Plus en détail

NOR: EQUT0501281A. Le ministre des transports, de l équipement, du tourisme et de la mer et le ministre délégué à l industrie,

NOR: EQUT0501281A. Le ministre des transports, de l équipement, du tourisme et de la mer et le ministre délégué à l industrie, Arrêté du 14 octobre 2005 relatif aux organismes habilités à mettre en œuvre les procédures de vérification «CE» des sous-systèmes et d évaluation de la conformité ou de l aptitude à l emploi des constituants

Plus en détail

II. Modalités de mise en œuvre du CCF pour l épreuve E4 et E6 du BTS TC

II. Modalités de mise en œuvre du CCF pour l épreuve E4 et E6 du BTS TC 1. RECOMMANDATIONS pour l épreuve E4 en CCF II. Modalités de mise en œuvre du CCF pour l épreuve E4 et E6 du BTS TC E4 : Négociation technico-commerciale (coef 4) SITUATION 1 SITUATION 2 Compétences C111

Plus en détail

------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification.

------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification. REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL - PATRIE ------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification. LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU

Plus en détail

TEXTE D APPUI N 5 DIFFERENTS DOCUMENTS DE CONTRACTUALISATION AVEC LES STRUCTURES ETATIQUES

TEXTE D APPUI N 5 DIFFERENTS DOCUMENTS DE CONTRACTUALISATION AVEC LES STRUCTURES ETATIQUES TEXTE D APPUI N 5 DIFFERENTS DOCUMENTS DE CONTRACTUALISATION AVEC LES STRUCTURES ETATIQUES Entre, 1. CONVENTION - CADRE Le Ministère de la Santé Publique du Cameroun représenté par le Délégué Provincial

Plus en détail

MISSIONS D ASSISTANCE A MAÎTRISE D OUVRAGE POUR LES BÂTIMENTS

MISSIONS D ASSISTANCE A MAÎTRISE D OUVRAGE POUR LES BÂTIMENTS MISSIONS D ASSISTANCE A MAÎTRISE D OUVRAGE POUR LES BÂTIMENTS 1. Contenu des missions Les prestations d IGRETEC pour la mission d assistance à maîtrise d ouvrage consistent en la mission de surveillance

Plus en détail

ACTE CONSTITUTIF POUR LA CREATION D UN GROUPEMENT DE COMMANDE FOURNITURE DE GAZ NATUREL

ACTE CONSTITUTIF POUR LA CREATION D UN GROUPEMENT DE COMMANDE FOURNITURE DE GAZ NATUREL ACTE CONSTITUTIF POUR LA CREATION D UN GROUPEMENT DE COMMANDE FOURNITURE DE GAZ NATUREL PREAMBULE Depuis le 1er juillet 2004, le marché du gaz naturel est ouvert à la concurrence. Cette ouverture, d abord

Plus en détail

La cérémonie d ouverture a été présidée par son Excellence le Lt c Sylvain NDOUTINGAÏ,Ministre des Mines, de l Energie et de l Hydraulique.

La cérémonie d ouverture a été présidée par son Excellence le Lt c Sylvain NDOUTINGAÏ,Ministre des Mines, de l Energie et de l Hydraulique. RAPPORT GENERAL DES TRAVAUX DU SEMINAIRE ATELIER DE VALIDATION DES NOUVELLES ORIENTATIONS STRATEGIQUES DE L ENERCA DANS LE CONTEXTE DE LA LIBERALISATION Du mardi 10 au mercredi 11 avril 2007, s est tenu

Plus en détail

Ordre du jour provisoire annoté et projet d organisation des travaux

Ordre du jour provisoire annoté et projet d organisation des travaux Nations Unies A/AC.260/1 Assemblée générale Distr.: Générale 25 juin 2001 Français Original: Anglais Réunion du Groupe intergouvernemental d experts à composition non limitée chargé d élaborer un projet

Plus en détail

Sélection des experts de l'aeres

Sélection des experts de l'aeres Sélection des experts de l'aeres Les missions dévolues à l AERES par le législateur requièrent l intervention de très nombreux experts, de formation, de culture et de nationalité différentes. Cette diversité

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT Le CHSCT Un comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) doit être constitué dans tout établissement de cinquante salariés et plus (art. L4611-1 du code du travail). A défaut de CHSCT

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES Conception et Mise en place d un Système National d informations Statistiques du Secteur Minier Termes de

Plus en détail

Evaluation de la qualité de service des réseaux de téléphonie mobile 2G/3G en Tunisie Période : Février 2015 - Régions : Béja Jendouba

Evaluation de la qualité de service des réseaux de téléphonie mobile 2G/3G en Tunisie Période : Février 2015 - Régions : Béja Jendouba 2015 Evaluation de la qualité de service des réseaux de téléphonie mobile 2G/3G en Tunisie Période : Février 2015 - Régions : Rapport de synthèse des mesures Instance Nationale des Télécommunications Table

Plus en détail