LA SOIE ANIMALE et le Comportement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA SOIE ANIMALE et le Comportement"

Transcription

1 LA SOIE ANIMALE et le Comportement 1 Bertrand KRAFFT (2002) Objectif Ce texte vise à décrire les liens entre la production de soie par différentes espèces, en particulier les araignées, et le comportement. Il ne traitera donc pas en détail des caractéristiques physiques et chimiques de la soie, ni des mécanismes physiologiques liés à sa production. Alors que différentes sécrétions animales jouent le rôle de signaux chimiques modifiant le comportement des receveurs, la soie, comme la cire produite par certains Hyménoptères ou la salive qui sert à assembler des matériaux de construction récoltés dans le milieu, permet à l animal de modifier physiquement son environnement. Cette modification de l environnement par la soie entraîne en retour des modifications comportementales et a des répercussions sur l exploitation du milieu. Les rétroactions entre la soie et l animal producteur permettent d expliquer l architecture des toiles d araignées et leur adaptation à l environnement, en se référant uniquement à des réactions stimulus-réponse stéréotypées sans avoir nécessairement recours à une «représentation» de la structure à construire. La soie peut servir de moyen de protection contre les contraintes écologiques, de piège pour extraire des proies du milieu, de moyen de locomotion, mais aussi de support de signaux chimiques ou de vecteur de signaux vibratoires. Ces deux dernières fonctions ont sans aucun doute joué un rôle essentiel dans la socialisation de certaines espèces (araignées chenilles et acariens) et expliquent les phénomènes de cohésion du groupe, de prise de décision collective, de coordination des activités et de coopération sans nécessiter de «représentation» globale de la situation. La soie, agent directeur de la construction d un piège, moyen de communication, de cohésion sociale et de coopération, constituera l essentiel de ce rapport. SOMMAIRE I La production de soie, un phénomène largement répandu parmi les Arthropodes 2 II Utilisation de la soie par des espèces non productrices, parasites ou prédatrices.. 2 III Composition chimique et caractéristiques physiques de la soie 3 IV La soie matériau de protection... 4 V La soie moyen de locomotion 7 VI La soie matériau de construction d un piège et d exploitation du milieu chez les araignées 7 VII La soie moyen de communication. 10 VIII La soie organisateur du comportement de construction d un piège.. 12 IX La soie agent de cohésion sociale.. 19 X La soie agent de coordination et de coopération lors de la construction sociale XI La soie agent de coordination et de coopération lors de la capture des proies.. 27 XII Conclusion : La soie architecte et facteur de socialisation 29 Références.. 31

2 I) La production de soie, une capacité largement répandue parmi les arthropodes Seuls les arthropodes produisent de la soie, et les insectes de presque tous les Ordres sécrètent un matériau protéique équivalent. Les Dictyoptères Mantidés par exemple enferment leurs œufs dans une oothèque dont la composition chimique est proche de celle de la soie. Mais seuls quelques groupes ont développé un véritable comportement de tissage de fils soyeux (Hyménoptères, Lépidoptères, Embioptères, Thysanoptères, Trichoptères et quelques larves de Diptères) (Craig 1997). Cette capacité est largement répandue chez les Arachnides et plus particulièrement chez les Araignées, y compris chez les espèces fossiles (Selden 1989 ; Shear et al 1989). La seule soie animale exploitée industriellement jusqu à présent est celle de la chenille du papillon Bombyx mori, le ver à soie. Mais de nombreuses chenilles de Lépidoptères produisent de la soie pour s enfermer dans un cocon au moment de la métamorphose. Les chenilles sociales construisent même des abris soyeux communs pour abriter la colonie (Fitzgerald 1995 ; Fitzgerald & Costa 1999). La production de soie au moment de la nymphose est aussi caractéristique des larves d Hyménoptères, mais certains adultes sont également capables d en produire, comme par exemple les Sphécoïdes (Melo 1997). Cette capacité des larves est d ailleurs exploitée par les ouvrières de certaines espèces de fourmis. Les plus connues sont les Oecophylles qui utilisent leurs larves pour «coudre» des feuilles ensemble et former ainsi un nid compact abritant la colonie. Mais d autres espèces construisent également des nids soyeux (Hölldobler & Wilson 1977, 1983, 1990 ; Maschwitz et al 1991). Camponotus senex est une espèce arboricole Sud Américaine qui procède de la même manière que les Oecophylles (Schremmer 1979). Chez la fourmi Melissotarsus emeryi d Afrique du Sud, ce sont en revanche les adultes qui produisent directement la soie à partir de glandes débouchant au niveau de la cavité buccale (Fischer & Robertson 1999). De nombreux autres arthropodes, plus discrets, produisent de la soie. Les larves aquatiques de Trichoptères (Phryganes) construisent des fourreaux de grains de sable ou de fragments végétaux en assemblant ces éléments avec de la soie. Certaines d entre elles (Hydropsyche) élaborent même des toiles en forme de nasses pour capturer de petites proies entraînées par le courant (Wundt 1969 ; Kullmann 1975). Les Embioptères sociaux confectionnent des abris soyeux à l aide des glandes métatarsales de leur première paire de pattes (Le Doux 1958 ; Choe 1994 ; Edgerly 1997). Les Thysanoptères sociaux cousent des feuilles ensemble pour former un abri commun (Crespi & Mound 1997). Les Psoques sociaux (Archipsocus) tissent des toits de soie au-dessus de leur zone d alimentation (Mockford 1957). Parmi les Arachnides, les araignées sont les producteurs de soie les plus connus. Mais certains Acariens tissent également des toiles de capture ou des nids communs pour abriter la société (Kovoor 1987 ; Saito 1986, 1997). Les mâles des Pseudoscorpions guident les femelles vers leur spermatophore en tissant une nasse, sorte de couloir se resserrant vers l extrémité, formée de fils de soie (Weigoldt 1966, 1969). Ils construisent également des nids protecteurs en soie à l aide de glandes qui débouchent à l extrémité des chélicères (Berland 1932). La variété des espèces produisant de la soie, dans des groupes zoologiques extrêmement différents et non apparentés, souligne l importance adaptative de ce matériau dans l exploitation du milieu. Les structures construites présentent une grande variété de formes, allant d un simple emballage protecteur (cocon) à la toile géométrique de certaines araignées, en passant par les nappes de soie et des structures tridimensionnelles dont plusieurs aspects rappellent curieusement l architecture d édifices construits par l homme (Kullmann 1975). 2 II) Utilisation de la soie par des espèces non productrices, parasites ou prédatrices La soie est également prisée par certaines espèces qui sont incapables de la produire. De nombreux oiseaux utilisent de la soie d araignées pour en tapisser l intérieur de leur nid (Storer &

3 3 Hansell 1992). C est en particulier le cas du Colibri dans les régions équatoriales qui prélève des lambeaux de soie sèche non gluante dans le réseau tridimensionnel des pièges de l araignée sociale Anelosimus eximius de Guyane. Contrairement aux Oecophylles, la fourmi Polyrachis laboriosa du Gabon n utilise pas ses larves pour produire la soie servant à la confection de son nid. Elle prélève celle-ci dans les colonies de l araignée sociale Agelena consociata, en fait une boule qu elle rapporte à la colonie, puis la dilacère pour assembler des débris végétaux et former ainsi une enveloppe protectrice. Sans pour autant manipuler la soie des araignées, diverses espèces d arthropodes vivent en commensaux ou en parasites dans les toiles des espèces solitaires ou sociales et tirent partie de ces structures (Downes 1994a). La Pheidole est une fourmi qui vit fréquemment à l intérieur des colonies d Agelena consociata, dans la partie basse et humide du nid délaissée par les araignées. A la suite de la capture d une proie par les araignées, les fourmis, sans doute attirées par les vibrations transmises par la soie, envahissent la nappe horizontale, chassent les araignées et s emparent de la proie déjà paralysée (Krafft 1970a). Le même phénomène s observe dans les colonies de l araignée sociale de Guyane, Anelosimus eximius (Krafft, observation personnelle ; Fowler & Venticinque 1996). De nombreuses araignées solitaires kleptoparasites, en particulier des Argyrodes, exploitent les toiles d autres espèces d araignées. Aussi aptes que l araignée hôte à tirer partie des informations vibratoires véhiculées par la soie, ces parasites volent les proies capturées par le propriétaire. De petite taille, ces araignées se déplacent lentement de sorte que les vibrations qu elles produisent ne suscitent pas de réaction de l hôte, généralement plus grand. Elles sont en revanche capables de tirer partie des vibrations involontairement provoquées par l hôte, et de déceler la capture d une proie par la diffusion des vibrations provoquées par l emmaillotage de celle-ci (Vollrath 1979a, 1979b, 1987b ; Whithouse 1997). Certaines Lycosides prédatrices d araignées utilisent la structure soyeuse de leurs victimes pour les leurrer en émettant des vibrations mimant la présence d une proie (Tarsitano et al 2000). Plusieurs Hémiptères et Coléoptères vivent en commensaux dans les colonies d araignées sociales et exploitent les déchets des araignées, en particulier les restes de proies. III) Composition chimique et caractéristiques physiques de la soie L exploitation de la soie du ver à soie, la chenille du lépidoptère Bombyx mori, est apparue en Chine 2600 ans avant J.C. La paroi interne du cocon est formée d un fil unique pouvant atteindre 1500 m de long. Celui-ci peut se dévider facilement mais nécessite une manutention lourde. Appréciée pour ses qualités physico-chimiques et esthétiques, la soie a cependant été rapidement remplacée par des fibres artificielles dont la production est moins onéreuse. La soie des araignées présente des similitudes avec celle des insectes (Braunitzer & Wolf 1955 ; Craig et al 1994, 1999 ; Denny 1980) et on considère qu il y a une origine phylogénétique commune des systèmes de production (Craig 1997). Mais bien que les araignées soient des tisseuses extraordinaires, leur soie n a pas été exploitée efficacement jusqu à présent. Il est en effet impossible de dévider une toile et les tentatives d exploitation des cocons se sont soldées par des échecs. Les fils ont cependant été utilisés autrefois pour réaliser les réticules dans les lunettes astronomiques et des tentatives infructueuses ont été faites pour exploiter certains fils dans l industrie textile. On est en effet parvenu à extraire de longs fils directement des filières des grandes araignées de Madagascar (Néphiles) et à enrouler ces fils sur des moulinets. Ce procédé a permis de tisser des étoffes de bonne qualité, mais en quantité limitée. Mais chaque araignée devant être élevée séparément dans une cage individuelle, le coût de production, ainsi que son rythme, étaient incompatibles avec une exploitation commerciale (Berland 1932). Pourtant la soie d araignées, de nature protéique, présente des caractéristiques physiques et chimiques remarquables qui en font un matériau de choix pour des applications diverses, à condition d en percer le mystère (Banks 1993 ; Hinnman et al 1992a ; Langer 1969 ; Lewis 1992 ; Lucas & Rudall 1968 ; Vollrath 1999 ; Rudall & Kenchington 1971).

4 4 Les acides aminés, principalement Glycine, Alanine et Sérine, qui entrent dans sa composition sont bien connus (Andersen 1970 ; Craig 1997 ; Tillinghast 1987 ; Works 1981b, 1987 ; Bradfield 1951), et de nombreux travaux traitent de sa structure chimique (Beckwitt & Arcidiaconos 1994 ; Bell & Peakall 1969 ; Bradfield 1951 ; Candelkas et al 1990 ; Craig et al 1994, 1999 ; Karuppaswany et al 1984 ; Kavanagh & Tillinghast 1983 ; Kenney et al 2002 ; Kerkam et al 1991 ; Lucas & Rudall 1968 ; Michal et al 1996 ; Newman 1997 ; Vollrath 1991). Mais les araignées produisent plusieurs types de soie, soie sèche servant de fil de cheminement (toute araignée qui se déplace laisse un fil de sécurité derrière elle), de fil de cadre ou de rayons entrant dans la confection de la toile géométrique, soie gluante constituant la spirale destinée à capturer les proies, soie cribellée dont la structure est particulièrement complexe et qui adhère aux proies comme du «velcro», soie parcheminée et soie cotonneuse entrant dans la confection des cocons. Une araignée peut produire jusqu à 8 types différents de soie. Les fonctions sont aussi variées que les structures (Nentwig & Heimer 1987). De plus l araignée peut coller un fil sur n importe quel substrat ou sur un fil préexistant avec une facilité déconcertante. Cette diversité et cette souplesse d utilisation justifient les travaux portant sur la structure fine de la soie (Cutler 1995 ; Eberhard & Pereira 1993 ; Friederich & Langer 1969 ; Gosline et al 1986 ; Kullmann 1975 ; Li et al 1994 ; Stubbs et al 1992 ; Xu & Lewis 1990) et sur ses caractéristiques physico-chimiques (De Mont et al 1996 ; Denny 1976, 1980 ; Dong et al 1991 ; Eisner et al 1964 ; Garrido et al 2002b ; Gilman 1996 ; Guerette et al 1996 ; Madsen et al 1999 ; Opell 1994d ; Scheider 1995 ; Simmons et al 1996 ; Sirichaisit et al 2000 ; Stauffer et al 1994 ; Tillinghast & Townley 1987 ; Tillinghast et al 1993 ; Vollrath 1999, 2000 ; Vollrath & Edmonds 1989 ; Works 1976, 1977a, 1981a, 1985). Fibre élastique et très résistante, au moins autant que le «kevlar», la soie est liquide à l intérieur des glandes séricigènes et sort par des fusules étroites. Dès son passage dans les fusules, elle devient solide tout en restant élastique. Le poids moléculaire de la fibroïne de la Néphile passe alors de à (Braunitzer & Wolf 1955). Certains fils d araignées peuvent être étirés jusqu à 10 fois leur longueur initiale avant de rompre. L araignée peut se laisser choir d un support, produire un fil pendant sa chute et s arrêter à tout moment dans le vide. Le fil est donc produit à la vitesse de la chute. De plus elle peut modifier la nature, le diamètre, la résistance et la composition chimique des fils produits selon les circonstances (Opell 1994a, 1994b, 1994c). C est donc un mécanisme complexe qui est à l origine de l émission de la soie (Garrido et al 2002a ; Haupt & Kovoor 1993 ; Knight & Vollrath 2001 ; Kovoor 1987, 1988 ; Kovoor & Zylberberg 1980 ; Liivak et al 1998 ; Lombardi & Kaplan 1990a, 1990b ; Palmer 1985 ; Peakall 1969, 1996 ; Peters 1984, 1990, 1992 ; Peters & Kovoor 1991 ; Plazaola & Candelas 1991 ; Tillinghast et al 1984 ; Vollrath & Knight 2001 ; Works 1977b). L intérêt pour cette matière naturelle est à l origine de recherches qui tentent de la produire industriellement en utilisant les techniques de la génétique (Hinnman & Lewis 1992b ; Lewis et al 1996 ; O Brien et al 1998 ; Poza et al 2002 ; Prince et al 1995 ; Seidel et al 1998, 2000). IV) La soie matériau de protection Chez la plupart des arthropodes solitaires, la soie sert avant tout de matériau de protection permettant à l individu de se mettre à l abri des agressions climatiques ou de celles d éventuels prédateurs. C est le cas de nombreuses chenilles et de larves d Hyménoptères qui s enferment dans un cocon de soie avant la métamorphose. Les Pseudoscorpions tissent parfois des abris soyeux entre les interstices des écorces ou des pierres, comme le font aussi certains Acariens (Tetranychus). Les chenilles se confectionnent des abris de soie. Mais la soie peut également servir de liant pour assembler des débris végétaux ou des grains de sable, permettant par exemple aux larves aquatiques de Phryganes de construire un fourreau protecteur (Wundt 1969). C est également le cas de certaines chenilles qui assemblent des brindilles pour se constituer une carapace protectrice.

5 5 Fig. 1 : Retraite d Araneus quadratus. Les fils sont soulignées par de la peinture (Photo Krafft). Les premières fonctions de la soie sécrétée par les araignées ont sans doute été la fabrication de cocons pour protéger les œufs et la construction d abris individuels. De nombreuses araignées solitaires construisent des retraites soyeuses en forme de cloche ou de tube dans la végétation ou sous les pierres (Nentwig & Heimer 1987) (Fig. 1). Les parois de ces édifices assurent une protection efficace contre le vent et la pluie. Même dans les régions inondables, les logettes de soie ne sont pas envahies par l eau et permettent aux araignées de vivre dans une bulle d air en attendant la décrue. L araignée Argyrodes vit même en permanence sous l eau dans une cloche à plongeur soyeuse. Elle y emprisonne une bulle d air, les échanges gazeux entre l air et l eau à travers la paroi de soie étant suffisants pour éliminer le CO 2 et assurer l oxygénation. Mais la soie est également un matériau qui permet de manipuler certains éléments de l environnement. De nombreuses araignées vivent dans des logettes tissées dans un repli de feuille. C est en particulier le cas d Araneus cornutus qui vit fréquemment dans les roselières bordant les étangs. Les feuilles de roseau sont pliées par l araignée à l aide d une succession de fils qui, en se rétrécissant, accentuent leur courbure au point que la partie distale de la feuille se trouve à proximité de la partie proximale. Les chenilles utilisent la même technique. Toutes les araignées enferment leur ponte à l intérieur d un cocon soyeux plus ou moins complexe. Chez la plupart des espèces les jeunes éclosent à l automne mais restent en hibernation dans le cocon jusqu au printemps, saison à laquelle ils émergent de leur logette protectrice pour se disperser quelques jours plus tard après une courte phase grégaire. Ces cocons sont souvent formés de plusieurs types de soie comme c est le cas de celui d Argiope bruennichi. Celui-ci est formé, de l extérieur vers l intérieur, d une enveloppe parcheminée très résistante, d une bourre de soie rousse et enfin d une enveloppe de soie blanche renfermant les œufs. Agelena labyrinthica confectionne une vaste chambre polyédrique dans laquelle se tient la femelle jusqu à sa mort à l automne et qui renferme une deuxième chambre de même forme, qui elle même renferme une nacelle contenant les œufs. On connaît peu de chose au sujet des mécanismes qui président à la fabrication de ces cocons. Chez les arthropodes sociaux, Araignées (Aviles 1997a ; Buskirk 1981 ; Krafft 1970a), Fourmis (Hölldobler & Wilson 1977, 1983, 1990 ; Maschwitz et al 1991), chenilles de Lépidoptères (Fitzgerald 1995), Acariens (Kovoor 1987 ; Saito 1986, 1997), Psocoptère (Mockford 1957) et Embioptères (Choe 1994 ; Edgerly 1997 ; Le Doux 1958), la soie sert également à assurer la protection de la colonie (Fig. 2).

6 6 Fig. 2 : Colonie d Anelosimus eximius en Guyane (échelle = 1 m) (Photo A. Bernard). Les araignées sociales de Guyane (Anelosimus eximius) construisent de vastes édifices soyeux dont le volume est compris entre 1 litre et 1000 m 3 (Leborgne et al 1994). Les colonies atteignant 100 m 3 sont fréquentes. Ces structures ont essentiellement pour fonction la capture des proies. La diffusion par le réseau soyeux des vibrations produites par l arrivée d un prédateur permet une défense coordonnée des araignées contre les fourmis ou les guêpes prédatrices. Une petite population émigrante (20 à 50 individus) dont le nid n est pas encore achevé est rapidement décimée par les fourmis Ponérines, alors que ces attaques sont vaines lorsque le piège est fonctionnel. L arrivée d une guêpe prédatrice attire souvent un grand nombre d araignées, ce qui rend son attaque périlleuse. Pour capturer une araignée, il faut que le prédateur arrive à isoler un individu. Mais cette protection est inefficace contre certains vertébrés, en particulier les oiseaux qui prélèvent de la soie dans les colonies ou même capturent des araignées. J ai néanmoins pu observer la destruction totale d une colonie de Cyrtophora (araignée sociale territoriale) de plus de 20 m 3 au Gabon, en l espace d une nuit, par un raid de fourmis Magnan. Les nids des araignées sociales du genre Stegodyphus sont plus compacts. Les individus vivent dans une masse soyeuse dense dont l effet protecteur contre les prédateurs vertébrés est d autant plus efficace qu elle est plus imposante (Ward 1986 ; Wickler & Seibt 1993), mais contrairement aux idées reçues, ces nids n assurent aucune protection contre les variations de température et d humidité. Tout au plus peut-on admettre une protection contre le vent et la pluie (Seibt & Wickler 1990). Les nids élaborés par certaines chenilles sociales font également plusieurs m 3 de volume (Costa & Pierce 1997 ; Fitzgerald 1995). Ils ont une fonction de cohésion sociale et de protection contre les contraintes climatiques et les attaques des prédateurs. Contrairement aux araignées sociales, ces nids permettent une thermorégulation (Fitzgerald & Costa 1999). Les structures soyeuses tissées par les Acariens sociaux (Tétranyques tisserands) peuvent également dépasser un mètre de long. Les nids construits par la fourmi Polyrachis senex sont de taille plus réduite (de 10 à 60 cm) (Schremmer 1979). Les ouvrières utilisent les larves pour édifier des parois de soie parcheminée entre les feuilles d un arbuste. Cette enveloppe très dense est percée de plusieurs trous permettant la libre circulation des individus. En cas d agression, les fourmis frappent les parois soyeuses de leur abdomen, ce qui produit un bruit de crécelle jouant probablement le rôle d un signal d alarme. Les espèces sociales peuvent aussi utiliser la soie comme «outil» pour modifier l architecture d un support végétal. Les fourmis Oecophylles exercent une traction sur les feuilles pour en rapprocher les bords, puis cousent les feuilles ensemble à l aide des larves pour aboutir à un nid compact. Les espèces de Guyane (Anelosimus eximius) stabilisent le support végétal de leur colonie et réduisent sa mobilisation par le vent, en reliant les feuilles entre elles avec des câbles de soie.

7 V) La soie moyen de locomotion Le fait que les araignées produisent un fil de cheminement lors de leurs déplacements est bien connu. Ce fil peut servir de sécurité en cas de chute. Mais elles sont également capables d émettre un fil très fin qui est facilement emporté par le moindre mouvement de l air. Les courant ascendants produits par une zone éclairée par le soleil sont suffisants pour entraîner ce fil dont la surface est énorme par rapport à son volume et son poids. Si ce fil s accroche à un support, parfois éloigné de plusieurs mètres, l araignée teste sa résistance en exerçant des tractions puis l utilise comme pont pour franchir cet espace (Peters 1990). Ce mode de déplacement permet à l araignée d explorer son environnement en faisant une considérable économie de trajets. C est également un procédé utilisé fréquemment par les araignées pour construire le fil reliant deux supports et qui soutiendra la toile. Si les courants ascendants sont suffisants et le fil assez long, l araignée peut lâcher son support et se laisser porter par le fil. C est le «ballooning» qui permet de franchir de longues distances et assure la dispersion des individus d une population (Decae 1987). Certaines chenilles procèdent de la même manière, ainsi que des Acariens. 7 VI) La soie matériau de construction d un piège et d exploitation du milieu chez les araignées De nombreuses espèces d araignées sont vagabondes, poursuivent leurs proies sur la base d informations visuelles, ou chassent à l affût en détectant les vibrations produites par les proies qui se déplacent et qui sont transmises par l air ou le sol (Blein et al 1996). Elles construisent souvent des retraites soyeuses dans la végétation, sous les écorces ou sous les pierres, mais peuvent se déplacer fréquemment. On admet généralement que la toile des espèces fileuses provient d une extension de ces retraites. En élaborant un piège, l araignée modifie son environnement dans le but d en exploiter certaines ressources alimentaires. Ces pièges sont des filets statiques qui ne peuvent capturer que des proies mobiles, imposant de ce fait à l araignée de choisir un site de construction suffisamment riche en ressources. Bien que l araignée puisse changer de site en cas de nécessité, la construction d une toile doit être considérée comme un facteur important de sédentarisation des espèces fileuses. L architecture de ces pièges est très variée (Burgess & Witt 1976 ; Kullmann 1972a, 1975). Fig. 4 : Toile géométrique d Araneus quadratus (Photo Krafft).

8 8 Certains d entre eux ont une simple fonction d avertissement. Des fils, ou une nappe de soie, reliés à une retraite, transmettent les vibrations produites par la proie jusqu à l araignée. Mais le piège n arrête pas la proie dans sa course et ne la retient pas. Les exemples les plus remarquables sont les araignées des genres Segestria et Uroctea. Plusieurs fils rayonnants partent de la retraite en courant à un ou deux millimètres au-dessus du substrat, supportés par de petits poteaux de soie. Ces poteaux tendent les fils alternativement vers la droite et vers la gauche comme c est le cas des caténaires des trains électriques. Ces fils sont faits de soie sèche, non gluante, mais assurent parfaitement leur fonction d avertissement du fait de toute absence de contact avec le substrat. D autres pièges ont à la fois une fonction d avertissement et d interception. Il s agit le plus souvent de pièges tridimensionnels constitués d un réseau de fils secs surplombant une toile horizontale. C est le cas des Agelenides et des Linyphiides. Dans certains cas la nappe peut présenter une structure géométrique rayonnante comme chez Cyrtophora. La proie est arrêtée temporairement dans sa course par le réseau et peut éventuellement tomber sur la nappe. Bien que les fils ne soient pas gluants, ils adhèrent à la proie (surtout si elle est velue ou garnie d épines) comme du coton sur un lainage (Hallas & Jackson 1986 ; Peters 1987 ; Strohmenberg & Nentwig 1987). Mais la rétention est de courte durée et l insecte parvient à s enfuir si l araignée n intervient pas. Ces toiles sont des pièges permanents. L araignée se contente de les réparer chaque jour. Elle peut cependant changer de site en abandonnant sa toile et reconstruire un nouveau piège (Riechert 1978a, 1978b). Mais cette reconstruction est onéreuse et entraîne une dépense énergétique 19 fois plus importante qu un entretien journalier (Tanaka 1989). Enfin, certains pièges ont des fonctions d avertissement, d interception et de rétention. Les plus classiques correspondent aux toiles géométriques (orbitèles, Fig. 4) des Araneides (exp : Araneus diadematus, Argiope bruennichi) formées d un ensemble de rayons supportant une spirale gluante, fil de soie garni de gouttelettes de glu. Cette structure, apparemment complexe du fait de sa géométrie et qui a frappé l imagination, permet à l araignée de tisser le filet le plus grand possible avec le minimum de soie, la surface de capture étant énorme par rapport à la quantité de matériau utilisé. Mais ce piège est fragile et s abîme rapidement. Toute proie capturée laisse un trou dans la toile. Celle-ci doit donc être reconstruite régulièrement, souvent journellement. Mais comme ces araignées ingèrent l ancienne toile avant d en construire une nouvelle, la dépense énergétique n est pas supérieure à celle correspondant à l entretien des toiles en nappe (Peakall & Witt 1976 ; Prestwich 1977), ce qui leur permet également de changer facilement de site en cas de réduction des proies disponibles (Chmiel et al 2000). Certaines espèces cribellates élaborent le même type de piège mis à part que la spirale gluante est remplacée par un fil cribellé (Uloborus) (Eberhard 1987). Mais de nombreux pièges tridimensionnels permanents ont les mêmes fonctions. Certaines sections des fils du réseau peuvent être gluantes (Théridionides) ou constituées de fils cribellés (Dictynides, Amaurobiides). Les proies les plus petites sont alors capturées définitivement, même si l araignée n intervient pas immédiatement. Il existe certes des différences dans les capacités adhésives des différentes soies, mais celles-ci sont en grande partie compensées par la réponse de l araignée, généralement rapide pour des pièges dont le temps de rétention est court, et plus lente pour les autres (Strohmenger & Nentwig 1987). Tous ces pièges soyeux ont des répercussions importantes sur le comportement des araignées. Non seulement ils permettent la capture de proies, mais de plus ils étendent leur champ perceptif. L araignée ne perçoit plus seulement les objets qu elle touche ou qui passent à proximité immédiate, mais également tout objet qui touche la toile. La pluie, le vent, une feuille morte qui tombe sur la toile, une proie trop grosse qui traverse la toile du fait de son énergie cinétique trop importante sont décelés. Les structures soyeuses sont un véritable prolongement des organes sensoriels de l araignée, assurant ainsi une meilleure maîtrise de l environnement (Masters 1981 ; Witt 1975). Chez les espèces fileuses, l araignée est avertie de l arrivée d une proie par les vibrations produites par l impact de celle-ci dans le piège et les efforts qu elle fait pour se dégager, qui diffusent dans le réseau soyeux (Masters et Markl 1981 ; Masters 1981). Ces phénomènes vibratoires sont complexes. L impact produit un signal transitoire fort, les battements d ailes produisent des vibrations

9 9 sinusoïdales, la rupture de fils par la proie qui se débat est à l origine de variations brusques et sporadiques du signal. L araignée peut sans doute identifier le type de proie sur la base de ces signaux car expérimentalement il est possible de la conditionner à une fréquence donnée (Hoffmaster 1982 ; Holden 1977 ; Parry 1965 ; Suter 1978 ; Viera 1995). Dans le cas des toiles géométriques, ces vibrations convergent vers le moyeu (Klärner & Barth 1982 ; Landolfa & Barth 1996) en étant véhiculées principalement par les rayons (Masters 1981). Largement pourvue d organes mécanorécepteurs sensibles aux vibrations, tels que les organes en fente et les organes lyriformes (Barth 1978, 1982 ; Barth & Bohnenberger 1978 ; Bohnenberger 1978), l araignée s oriente vers sa proie. La répartition des récepteurs aux vibrations sur les huit pattes facilite cette orientation car le signal ne parvient pas en même temps ni, en raison des phénomènes d amortissement, avec la même intensité aux différents appendices (Hergenröder & Barth 1983). Chez les araignées orbitèles, cette orientation est de plus facilitée par la disposition des rayons (Barth 1982 ; Görner & Claas 1979 ; Suter 1984). Placée sur son moyeu, l araignée détecte facilement le secteur de la toile refermant la proie. En revanche, chez les espèces exploitant une toile en nappe, le déplacement de l araignée vers la proie nécessite entre deux et quatre réorientations au cours du trajet vers la victime (Naftilan 1999). Ces orientations s effectuent au cours de brefs arrêts. Une proie immobile ne peut être localisée, à moins que l araignée n imprime des vibrations à la toile en tirant sur les fils. Ce procédé, également utilisé par les araignées orbitèles, s apparente au processus d écholocation des chauves-souris et permet non seulement de situer l objet dans la toile grâce aux vibrations réfléchies, mais aussi d en évaluer la masse (Barth 1982). Lorsque l araignée arrive au contact de la proie, elle la paralyse en lui injectant du venin à l aide des chélicères. Mais certaines espèces, en particulier les Araneus, et de manière plus spectaculaire les Argiope, emmaillotent la proie à l aide de larges rubans de soie. Cet emmaillotage peut se faire après ou avant la morsure. Face à une proie pourvue de systèmes de défense (Orthoptère muni de pattes épineuses ou Hyménoptère) l Argiope l immobilise à l aide d une «camisole de force» soyeuse avant la morsure. Dans certains cas, comme chez les Argiopes, la toile est ornée de larges bandes de soie blanche en forme de zigzag ou de disque (le stabilimentum) sur ou près du moyeu (Nentwig & Heimer 1987). Cette structure intriguante a été assimilée à un système de protection contre les prédateurs (Blackledge 1998a). Le stabilimentum est fréquent et de grande taille dans les toiles d araignées bien nourries alors que c est l inverse chez les individus affamés. Sa présence réduirait même de 30 % le taux de capture des toiles. En revanche 70 % des toiles dépourvues de stabilimentum sont détruites par le passage d oiseaux contre 30 % pour les toiles qui en sont pourvues (Blackledge 1998b, 1999). D autres résultats, partiellement basés sur des expériences en laboratoire suggèrent que le stabilimentum agit comme un système d attraction des proies car il réfléchit les ultraviolets (Craig & Bernard 1990 ; Hauber 1998 ; Tso 1996). Pourtant, certaines proies sont capables d éviter des toiles sur la base d informations visuelles (Craig 1986, 1990). Ces divergences posent le problème du contrôle des conditions expérimentales sur le terrain, et de l adéquation entre le protocole appliqué et les conclusions parfois indirectes tirées des résultats. L utilisation d une toile, piège statique fixe qui ne peut capturer que des proies mobiles, a une conséquence importante sur le comportement des araignées fileuses. Sédentarisées par la toile, il est impératif que celles-ci sélectionnent des sites riches en proies potentielles. Quelques rares changements de sites, environ une fois par mois pour Agelenopsis aperta (toile en nappe), particulièrement coûteux puisqu ils impliquent une reconstruction complète de la toile et de la retraite, permettent à l araignée de s adapter aux variations éventuelles des conditions écologiques et de ses besoins alimentaires. Cette sélection du site en fonction de caractéristiques physiques et faunistiques du milieu a été démontrée chez Agelenopsis aperta (Riechert 1978a) et chez certaines orbitèles (Pasquet 1984a), en vérifiant que les sites choisis par l araignée sont différents de sites choisis au hasard. Ils s en distinguent en particulier par leur richesse en proies, la présence de buissons, d une dépression de terrain et d éléments attractifs pour les proies comme des plantes à fleurs ou des déchets organiques. De plus, au cours de son développement, l araignée semble de plus en plus exigeante dans cette sélection. Mais les informations prises en compte par l araignée sont mal connues.

10 10 Une proie capturée par une toile est perdue pour sa voisine. Il existe donc un risque potentiel de compétition qui a été vérifié. Dans certaines conditions de densité de population, les araignées montrent en effet une répartition régulière de type territorial (Burgess 1979a ; Burgess & Uetz 1982 ; Pasquet 1984b ; Reichert 1978a). Chez Agelenopsis aperta, ces «territoires», qui peuvent atteindre plusieurs m 2, ont une surface inversement proportionnelle à la quantité de proies disponibles et si d aventure deux individus exploitent une surface équivalente à un seul «territoire», cela entraîne une réduction de 40 % du taux de capture de chaque individu. L un des individus quitte alors son emplacement par anticipation par rapport à la fréquence normale des déplacements (Riechert 1978a ; Riechert et al 1973). En raison de ces mouvements au sein d une population, les rencontres sont relativement fréquentes et une araignée peut tenter de voler la toile d une congénère. Il s ensuit des interactions agonistiques durant lesquelles les protagonistes utilisent des signaux de menace vibratoires. Si les différences de taille ne sont pas trop importantes, ce dialogue vibratoire suit une logique d escalade jusqu à ce que l un des individus cède la place (Riechert 1978b). Par sa présence dans le milieu, la toile nous révèle le site choisi par l araignée en fonction des caractéristiques écologiques. Mais elle nous renseigne également sur la perception que l'araignée a de son milieu. En effet, les araignées sont capables de modifier la taille de leur piège en fonction des proies disponibles (Ward & Lubin 1993). Dans les milieux riches, les toiles sont plus petites que dans les milieux pauvres. Cette adaptation de la taille du piège suggère une évaluation de la disponibilité en proies par l araignée, la conduisant à «décider» de construire une grande ou une petite toile. Cette adaptation peut cependant s expliquer par un mécanisme simple, n impliquant pas de processus cognitif complexe, au moins chez les araignées à toile en nappe (voir ci-dessous : construction de la toile). Les araignées ne sont pas les seuls arthropodes à tisser des pièges soyeux. Certaines larves aquatiques de Phryganes construisent des nasses entre les pierres et capturent les proies entraînées par le courant (Kullmann 1975 : Wundt 1969). On peut mentionner également le cas assez exceptionnel d une larve de Diptère prédatrice d Australie, Arachnocampa luminosa (Craig 1997 ; Richards 1960), qui tisse un piège formé de fils gluants qui pendent après un fil horizontal. VII) La soie moyen de communication Comme de nombreuses espèces animales, les araignées communiquent par l intermédiaire de signaux chimiques ou phéromones (Brossut 1996). Celles qui ont une vision bien développée (Salticides et Lycosides) utilisent également des signaux visuels émis à l aide des pattes qu elles agitent selon une chorégraphie spécifique (Koomans et al 1974 ; Stratton & Uetz 1983 ; McClintock & Uetz 1996). Les stimulations tactiles sont souvent mentionnées accessoirement dans la littérature, sans jamais avoir été étudiées de manière objective. A première vue, ces modes de communication ne diffèrent pas de ceux de la plupart des autres espèces animales. L originalité des araignées réside avant tout dans l exploitation de leur remarquable sensibilité aux vibrations (Barth 1982). En effet, ce sens vibratoire, utilisé pour détecter les proies est également mis au service de la communication sexuelle et sociale. De nombreuses espèces vagabondes communiquent, lors du rapprochement des sexes ou de rencontres agonistiques, par l intermédiaire de signaux vibratoires produits par des mouvements de pattes ou d abdomen et transmis par le substrat (; Barth 1993 ; Barth & Schmitt 1991 ; Baurecht & Barth 1992a, 1992b ; Dierkes & Barth 1995 ; Kronestedt 1996 ; Rovner & Barth 1981 ; Schmitt et al 1993, 1994 ; Schüch & Barth 1990). Les espèces fileuses ont mis a profit les capacités des fils de soie à transmettre toutes sortes de phénomènes vibratoires. Les mâles qui arrivent au contact d une toile de femelle produisent des signaux vibratoires spécifiques en tiraillant les fils ou en faisant vibrer leur abdomen, c est-à-dire en utilisant le même type de comportement que les araignées vagabondes (Boulanger et al 1986 ; Krafft 1978, 1980, 1982, 1984 ; Krafft & Leborgne 1979 ; Krafft & Robert 1982 ; Leborgne 1986 ; Leborgne et al 1980). Ces signaux sont spécifiques et entraînent une acceptation de la femelle si celle-ci est réceptive. Cette communication vibratoire à distance permet au mâle de s assurer des intentions

11 11 pacifiques de la femelle et d éviter éventuellement de s en approcher dans le cas contraire. Souvent il s instaure un dialogue entre les partenaires, dialogue qui renforce ce système d identification d un partenaire de la même espèce et son efficacité en tant que barrière interspécifique. Rappelons que les interactions agonistiques et kleptoparasites font également intervenir des signaux vibratoires véhiculés par la soie. Mais la soie a également une influence sur la communication chimique des araignées. Les femelles sont certes capables de déposer directement une trace chimique sur le substrat, ce qui permet l activation du comportement de cour chez les mâles de Lycosides, sans pour autant permettre leur orientation vers la femelle (Robert & Krafft 1981). Mais leur originalité réside dans le fait que les femelles de pratiquement toutes les espèces associent une phéromone sexuelle à leur fil de cheminement et aux fils de leur toile. Un mâle est ainsi capable d identifier un fil de soie produit par une femelle adulte, ou éventuellement subadulte, de son espèce et de le suivre en utilisant à la fois des informations chimiques et mécaniques. Ce procédé est utilisé aussi bien par les araignées vagabondes que par les espèces fileuses (Aldrich & Barros 1995 ; Clark & Jackson 1995b ; Dondale & Hegdekar 1973 ; Jackson 1986, 1987 ; Jackson & Cooper 1990 ; Krafft 1980, 1982b, 1984 ; Krafft & Robert 1982 ; Krafft & Roland 1979, 1980 ; Leborgne et al 1980 ; Pollard et al 1987 ; Richter et al 1971 ; Roland 1984 ; Roland & Rovner 1983 ; Taylor 1998 ; Tietjen 1977 ; Tietjen & Rovner 1980, 1982 ; Yoshida & Suzuki 1981). Si ce mécanisme se conçoit bien chez les araignées vagabondes, on peut se poser la question de son efficacité chez les araignées fileuses sédentarisées par leur toile. Mais des observations en laboratoire, sur des Tégénaires, ont montré que tout en restant fidèles à leur toile, les femelles quittent régulièrement celle-ci, se déplacent dans leur environnement immédiat puis y retournent. Au cours de ces pérégrinations les femelles laissent des fils de cheminement derrière elles, qui convergent tous vers la toile et permettent l orientation des mâles (Krafft et al 1988). De nombreux fils rayonnants, sans lien direct avec la toile, partent de la retraite des araignées orbitèles (Pasquet 1984b). Il n est pas impossible que ces fils interviennent aussi dans la répartition territoriale des araignées. Il a en effet été démontré, chez certaines Salticides fileuses, que les femelles sont capables de faire une distinction entre leurs propres fils et ceux d une femelle étrangère de même espèce (Clark & Jackson 1994, 1995a). Dans une situation de choix, elles passent plus de temps sur leur propre soie. Mais elles passent plus de temps sur la soie d une femelle inconnue que sur celle d une congénère connue. Ces fils pourraient également servir à détecter l arrivée d un intrus chez les orbitèles. Mais la communication sexuelle chez les araignées est bien plus complexe car elle associe souvent communication chimique et visuelle ou communication chimique et vibratoire. Du fait de la dispersion des individus dans le milieu (sauf chez les espèces sociales) et de leur mobilité réduite par rapport à des arthropodes volants, la rencontre des sexes ne peut se satisfaire des lois du hasard. C est généralement le mâle qui se déplace à la recherche de la femelle, ce qui s explique facilement chez les espèces fileuses car, après l accouplement, la femelle doit encore s alimenter pour la maturation des œufs et la confection du cocon. La sélection d un nouveau site étant coûteuse, elle a intérêt à conserver le sien. Il en est apparemment de même chez les araignées vagabondes qui sont moins strictement inféodées à un site limité dans l espace, bien qu on ne trouve pas, dans la littérature, de travaux concernant une éventuelle recherche du mâle par la femelle. Dans tous les cas étudiés jusqu à présent, le rapprochement des sexes repose sur l emploi de signaux chimiques, phéromones volatiles et/ou associées à la soie. Dans ce dernier cas, le mâle bénéficie également d informations mécaniques. A partir du moment où les partenaires sont proches l un de l autre, s ajoute une communication visuelle ou vibratoire. Communication visuelle ou vibratoire par l intermédiaire du substrat chez les Lycosides, communication visuelle chez les Salticides vagabondes, communication vibratoire par l intermédiaire de la soie chez les espèces fileuses. Il y a donc une addition de signaux utilisant des vecteurs différents, ce qui affine l identification du partenaire et évite une interruption des interactions par les aléas de l environnement. Chez les Tégénaires (espèces fileuses) la complémentarité entre les signaux chimiques et vibratoires renforce la barrière interspécifique, et l absence d un type de signal peut être partiellement compensée par la présence de l autre (Boulanger et al 1986).

12 12 La vie sociale a apparemment modifié ce système de communication chez les espèces non territoriales. Vivant dans un «réseau téléphonique», on conçoit facilement que les mâles des espèces sociales, territoriales ou non territoriales, utilisent des signaux vibratoires pour courtiser les femelles, comme c est le cas chez les araignées fileuses solitaires (Downes 1994b ; Jackson 1979 ; Lubin 1986). En revanche, il semble que les signaux chimiques femelles associés à la soie n aient plus d effet chez Mallos gregalis (sociale non territoriale), ce qui semble assez logique dans la mesure où les mâles vivent en permanence dans un environnement soyeux tissé par les femelles (Jackson 1978b). VIII) La soie organisateur du comportement de construction d un piège La toile géométrique est une trace matérielle du comportement constructeur de l araignée. Elle a frappé l imagination des biologistes de par son architecture régulière, et suggéré au début des années 1900 que l araignée avait un plan de construction rigoureux dans sa «tête». Il est vrai que la construction s opère par l intermédiaire d une succession d actes biens précis (Levi 1978 ; Masters & Moffat 1983 ; Zschokke & Vollrath 1995). Avant de construire sa toile, l araignée explore les supports disponibles. Puis elle tisse les rayons primaires en même temps que les premiers fils de cadre, aboutissant ainsi à l élaboration d une ébauche de moyeu marquée par le point de convergence de ces premiers rayons. Elle construit ensuite les rayons secondaires tout en achevant le cadre et enfin les rayons tertiaires. Partant du moyeu elle met alors en place la spirale provisoire dont le pas augmente du moyeu vers la périphérie et qui est faite de fil sec (Fig. 5). Enfin, retournant de la périphérie vers le centre, elle tisse la spirale gluante définitive, dont le pas est régulier et serré. L araignée aboutit ainsi à une structure à l architecture complexe abondamment décrite dans la littérature (Aprhisiart & Vollrath 1994 ; Jackson 1973 ; Lin et al 1995 ; Ramousse 1982 ; Zschokke 1999). Fig. 5 : Toile montrant la spirale provisoire (Photo Krafft).

13 Comme il était néanmoins difficile d admettre une «représentation» de cette architecture complexe et de sa mise en place, on a tenté d expliquer cette construction par une succession d actes stéréotypés agencés de manière séquentielle stricte. L araignée était devenue un automate génétique et chaque étape de construction était parfaitement programmée. Mais cette conception rigide du comportement constructeur a dû être abandonnée à la lumière de l expérimentation. En dépit de son comportement exploratoire avant la construction de sa toile, l'araignée ne semble pas élaborer de «représentation» de la disposition des supports. En effet, la première toile construite dans un milieu nouveau est plus petite et moins plane que les suivantes (les points de fixation des rayons à la périphérie ne sont pas tous dans un même plan). Ce n est que progressivement que l araignée ajuste les points de fixation des fils de cadre de façon à construire une toile plus grande et plane. C est semble-t-il à la suite d essais successifs qu elle parvient à la perfection (Vollrath 1992 ; Zschokke & Vollrath 2000). On peut au moins en déduire que l araignée ne «prévoit» pas l architecture finale de sa toile. Lors des reconstructions successives, elle modifie certains fils de cadre tout en conservant d autres qu elle utilise pour ses déplacements. Comme l araignée laisse systématiquement un fil derrière elle, on peut imaginer que la planéité s améliore spontanément dès lors qu elle prend un raccourci entre deux points séparés par un troisième situé hors du plan. Ce n est qu une hypothèse, mais qui mérite d être testée à la lumière de ce que nous connaissons au sujet de la construction des toiles en nappe (voir ci-dessous). L indépendance entre les actes successifs intervenant lors de la construction a été mise en évidence il y a fort longtemps. Mais ne disposant pas des concepts appropriés, les auteurs n ont pas tous saisi l importance de ce phénomène. L expérience classique consiste à couper des rayons pendant leur phase de construction. Si les actes stéréotypés s enchaînaient de manière séquentielle stricte, l araignée ayant posé le nombre prévu de rayons devrait poursuivre son œuvre selon le programme en cours et aboutir à une toile incomplète. Or les rayons manquants sont détectés et remplacés. Inversement, si on ajoute artificiellement des rayons, l araignée en construit moins. De plus, elle est capable de revenir en arrière dans l expression de ses comportements. Si on détruit des rayons alors qu elle est déjà engagée dans la construction de la spirale provisoire, elle remplace les rayons manquants (König 1951 ; Reed 1969). On peut en déduire que c est l œuvre réalisée qui pilote le comportement constructeur. Le comportement de l araignée est orienté par les structures soyeuses préalablement mises en place. König avait donc tous les éléments pour expliquer la construction de la toile géométrique par des processus stigmergiques. D autant plus qu à la même époque Szlep (1952b) avait démontré l absence d organisation séquentielle stricte du comportement constructeur, c est-àdire une indépendance des actes les uns par rapport aux autres. Mais le concept de stigmergie n avait pas encore été énoncé (Grassé 1959). Une autre observation importante n a pas eu le retentissement qu elle méritait. Une araignée placée sur une ébauche de toile élaborée par une congénère poursuit le travail de celle-ci en adoptant immédiatement le comportement adéquat (Szlep 1952a). Ceci confirme l indépendance des actes (l araignée peut manifester un acte du milieu de la chaîne des comportements impliqués dans la construction) et le fait que ceux-ci sont pilotés par les structures soyeuses existantes. Mais de plus cela démontre que le comportement d'un individu peut être piloté par les structures soyeuses mises en place par un autre individu, principe même de la stigmergie sociale. Ces résultats ont été confirmés depuis en montrant qu une petite araignée placée sur une ébauche de grande toile construit une toile plus grande que normalement (Peters 1970). Personne à l époque n avait réalisé que ces résultats démontrent également que les araignées solitaires sont potentiellement capables de coopérer, car la construction d une toile complète en faisant se succéder deux individus sur le chantier correspond bien à une coopération, même si les individus ne travaillent pas simultanément. On peut donc se demander pourquoi elles ne coopèrent pas spontanément dans la nature. Le territorialisme, qui repose partiellement sur un déterminisme génétique (Maynard Smith & Riechert 1984 ; Uetz 1985 ; Uetz & Cangliosi 1986), et qui a sans doute été sévèrement sélectionné au cours de l évolution, est une explication possible. Mais la structure même de la toile géométrique en est une autre. Les deux spirales sont chacune constituées d un fil unique qui ne peut être posé que par un seul individu à la 13

14 14 fois. De plus, le moyeu est un point stratégique qui ne peut être occupé que par une seule araignée. Intrigués par la rareté des espèces sociales, les biologistes se sont interrogés sur l origine de la socialité mais jamais, ou très peu, sur les mécanismes responsables de leur individualisme. Les anciens travaux des années 50 sur la construction des toiles géométriques ont été repris 20 ans plus tard, confirmant que l araignée tire des informations des structures soyeuses déjà en place et tient compte de l angle entre rayons adjacents, entre rayons et spitale provisoire et des distances entre les rayons et les tours de spire successifs (Eberhard 1972). Ceux-ci confirment également la flexibilité du comportement constructeur, pourtant fait d actes stéréotypés (Eberhard 1988). Cette flexibilité s explique par l indépendance des actes, due au fait que l araignée se base avant tout sur des informations locales émanant des structures en place pour «décider» du comportement à adopter (Zschokke 1996). Le sens d enroulement de la spirale provisoire a par exemple une influence sur la pose de la spirale provisoire (Zschokke 1993). Ces processus permettent, entre autres, à l araignée d adapter sa toile aux conditions environnementales (Vollrath et al 1997). Mais d autres facteurs, différents des structures soyeuses en place ont également une influence. La gravité est responsable du décentrement du moyeu vers le haut (Eberhard 1987 ; Vollrath 1986). La surface de la toile au-dessus du moyeu étant toujours inférieure à la surface en dessous. Le fait de lester les araignées avec des poids collés sur leur dos augmente cette asymétrie (Herberstein & Heiling 1999). La structure de l environnement, comme la disposition des supports disponibles, influence également la construction de la toile (Vollrath et al 1997). Il est cependant impossible de réduire le comportement constructeur à une simple réponse automatique aux facteurs externes. La toile de chaque espèce a une architecture spécifique et celles d espèces appartenant à un même genre ont plus de caractéristiques communes que celles d espèces appartenant à des genres différents (Risch 1977). Certaines caractéristiques des toiles sont indépendantes de l âge et de la taille de l araignée (Witt & Reed 1965). De plus, la construction d une toile par une jeune araignée nécessite une maturation (Peters 1969 ; Reed et al 1970). On ne peut donc exclure une programmation interne au moins sous la forme de contraintes qui empêchent l araignée de réagir n importe comment face à un stimulus. Même dans le cadre de réactions du type stimulus/réponse, l information recueillie est traitée avant d entraîner une réponse. Or ce traitement de l information peut être modifié par l action de drogues qui provoquent des altérations spécifiques de la toile, réduction du décentrement du moyeu ou apparition d irrégularités (Bazante 1971 ; Witt et al 1968 ; Witt 1971). Il peut également dépendre de la situation. La gravité a une influence sur la pose de la spirale provisoire, mais pas sur celle de la spirale gluante définitive, sans doute parce que l araignée se base sur la présence de la spirale provisoire pour tisser la spirale gluante (Zschokke 1993). De plus la spirale provisoire maintient des angles constants avec les rayons, et de ce fait change de pas, alors que la spirale gluante maintient un espace constant entre les tours successifs et donc ne change pas de pas (Vollrath 1987a). Phénomène qui démontre une fois de plus le rôle des structures existantes sur le pilotage du comportement. L araignée peut également compenser partiellement un handicap physique. Après section d une patte, celle-ci régénère lors de la mue suivante mais avec une taille réduite. Cette réduction de la longueur d une ou de plusieurs pattes a une incidence sur l espace entre les tours de la spirale gluante, mais n a pas d effet sur la pose de la spirale provisoire. Phénomène qui démontre que les règles comportementales présidant à la pose des deux spirales sont différentes (Vollrath 1987a). Pour la pose de la spirale provisoire l araignée tiendrait compte de l angle que fait son fil avec les rayons, alors que pour la spirale gluante elle se baserait sur la distance qui la sépare du tour précédent. Enfin la quantité de soie disponible dans les glandes à soie est un des facteurs déterminant la taille de la toile (Zschokke 1997). Le jour où nous disposerons de programmes de modélisation efficaces, il sera sans doute possible d expliquer ces variations par de simples réglages quantitatifs ou qualitatifs des différentes réactions stimulus/réponse impliquées. La toile géométrique étant le reflet d un comportement animal complexe, et de ce fait un matériel de choix pour étudier ce comportement, il n est pas surprenant que plusieurs chercheurs aient tenté de modéliser le comportement constructeur des araignées. Dès 1965, Witt avait souligné l intérêt

15 15 de ce modèle biologique tout en précisant cependant que, s il était en principe facile de modéliser le comportement constructeur, c est-à-dire d élaborer un modèle mimant la construction d une toile, il serait en revanche difficile de valider les différentes étapes de la programmation (Witt & Reed 1965). Le premier essai de modélisation considérait que l araignée tenait compte des angles entre la spirale, les rayons et le dernier tour de spire (Eberhard 1969). L araignée virtuelle de l auteur tisse effectivement des toiles qui ressemblent aux toiles naturelles avec en particulier les motifs «en grec» (lorsque l araignée arrive trop près du cadre dans la partie supérieure de la toile, elle fait demi-tour. Il y a donc plus de tours de spire dans la partie inférieure que dans la partie supérieure). L auteur souligne que cette modélisation ne prouve pas que les règles introduites dans le modèle sont identiques aux règles comportementales des araignées. Mais ce résultat a eu le mérite de démontrer qu il était possible d obtenir une structure complexe sur la base de règles simples. Ce n est que plus récemment que ces tentatives de modélisation ont pris de l ampleur. Partant des résultats précédents, Vollrath élabore un modèle d araignée virtuelle qui tient compte des angles entre les fils et les rayons, des distances entre les tours successifs de la spirale, de la longueur des pattes et d autres paramètres plus ou moins complexes tirés de l architecture de la toile (Gotts & Vollrath 1991 ; Gotts & Vollrath 1992). Mais toutes les règles introduites dans le modèle sont des règles simples basées sur des réponses de l araignée virtuelle à des informations locales, mis à part la mémoire du dernier segment de fil posé (Krink & Vollrath 1998). Le modèle produit des toiles très voisines des toiles naturelles alors qu il ne renferme aucune règle relative à l architecture globale de la toile. De plus les toiles artificielles ainsi obtenues sont adaptées à l espace disponible, donc aux caractéristiques du milieu (Krink & Vollrath 1997). L architecture de la toile est donc une propriété émergente du système ((Krink & Vollrath 1998). Enfin l araignée virtuelle dont une patte est «régénérée» construit une toile en accord avec celles tissées par des araignées biologiques ayant subi le même traitement (Krink & Vollrath 1999). Un ensemble de réponses simples et stéréotypées à des informations locales permet donc d aboutir à un comportement global plastique et adaptatif, la rigidité des actes pris isolément n empêchant pas la souplesse et confèrant une certaine robustesse au système. Si ce modèle a le mérite de démontrer qu il est possible d obtenir une structure géométrique complexe à partir de comportements simples, sans qu il soit nécessaire de spécifier explicitement l architecture globale de l ouvrage, et qu une réponse de l araignée à des informations locales est suffisante, y compris pour adapter le piège aux conditions environnementales, le doute reste permis quant à la validité des interactions stimulus/réponse introduites dans le modèle. Les règles comportementales appliquées sont en effet tirées essentiellement de certaines caractéristiques géométriques de la toile et de l observation du comportement des araignées, et ne sont pas, ou peu, basées sur des interactions stimulus/réponse vérifiées expérimentalement sur le modèle biologique. Mais il faut reconnaître que la toile géométrique est complexe et qu il est techniquement difficile d identifier toutes les interactions élémentaires qui président à leur construction. La toile géométrique est traditionnellement opposée aux toiles dites «irrégulières». Celles-ci obéissent pourtant à des règles architecturales puisqu il est possible de distinguer les pièges des différentes espèces. Mais ces règles semblent plus simples, ce qui en fait un modèle plus apte à la modélisation (Bernard 2002). Cependant peu de chercheurs se sont intéressés à leur construction (Zunino et al 1996). La toile d Agelena labyrinthica est constituée d une nappe horizontale surmontée d un réseau tridimensionnel. Une retraite tubulaire ouverte aux deux extrémités débouche sur la nappe. Tous les fils de ce piège sont constitués de soie sèche. Le réseau intercepte les proies aéroportées qui tombent rapidement sur la nappe où elles sont capturées par l araignée. Cette toile est construite en plusieurs étapes. En laboratoire, dans des enceintes vides de tout support (boîtes vitrées de section carrée), l araignée tisse d abord, soit une ébauche de retraite sous la forme d un méat de fils enchevêtrés dans un angle, soit une ébauche de nappe sous la forme d une charpente de fils plus ou moins horizontaux entrecroisés. La construction se poursuit par l achèvement

16 16 de la retraite et de la nappe définitive. L ordre d enchaînement de ces constructions est variable, ce qui révèle une certaine indépendance des actes. Comme dans le cas de la construction des toiles géométriques, les structures préalablement construites pilotent le comportement ultérieur de l araignée. Du fait de la forme de l enceinte, les araignées construisent la retraite dans l un des 4 angles de la boîte. Si l on permet à une araignée de construire une ébauche de retraite dans l un des angles, puis qu on la retire et qu on tourne l enceinte de 180 dans un plan horizontal pour éliminer toute action éventuelle de facteurs externes et qu on la replace dans le dispositif après lui avoir fait construire entre temps une toile complète dans une autre boîte, elle utilise l ébauche pour élaborer sa retraite définitive. La même démarche concernant la mise en place de la charpente, montre que la hauteur à laquelle l araignée a tissé la première ébauche de la nappe détermine la position ultérieure de la nappe définitive. L indépendance entre les différents actes nécessaires à la construction, est démontrée pas le fait qu après destruction partielle de la toile, l araignée reconstruit la partie manquante, nappe ou retraite, sans modifier les parties intactes. Ces résultats suggèrent l intervention d un processus identique à la stigmergie décrite par Grassé (1959) pour expliquer la construction chez les termites, à ceci près que dans le cas de l araignée il s établit une interaction entre l individu et les structures déjà construites par lui même et non entre ces structures et les congénères (Fig. 6). Il s agit donc d une «auto-stigmergie» et non d une véritable stigmergie sociale, comme c est également le cas chez les oiseaux (Colias et al 1964). Cette distinction semble subtile, mais prend tout son sens lorsqu on s intéresse à l origine des processus de coopération au cours de l émergence des sociétés (voir ci-dessous). Individu A Comportement A Produit du comportement A Individu A Comportement B Produit du comportement B Individu A Comportement C Produit du comportement C Fig. 6 : Processus auto-stigmergique. Le comportement d un individu est piloté par le produit de ses actes précédents (inspiré de Grassé 1959). Mais ces mécanismes simples n expliquent pas pour autant l architecture des toiles, en particulier l apparition de la nappe, du réseau et de la retraite. Des relevés effectués dans la nature

17 17 révèlent une relation entre la disposition des supports disponibles et ces trois éléments. Une coupe verticale dans la toile révèle une distribution hétérogène des supports végétaux, ceux-ci étant plus nombreux au-dessus de la toile qu en dessous. La nappe est donc construite à la frontière entre un milieu végétal dense, sous la nappe, et un milieu plus ouvert situé au-dessus de la nappe. De plus, la hauteur du réseau tridimensionnel est corrélée à la hauteur de la végétation surplombant la nappe. Les toiles peuvent donc avoir des aspects différents suivant la configuration de l environnement. Toute araignée qui se déplace laisse un fil de cheminement derrière elle. Au cours de ces déplacements, elle fixe fréquemment ce fil au support. Sur une surface plane, l araignée a une probabilité constante de fixer ce fil, comme c est également le cas chez l araignée sociale Anelosimus eximius (Saffre et al 1999b). Mais la présence d aspérités dans le milieu augmente cette probabilité comme le montre la déduction de la longueur des segments entre deux points de fixation. Les aspérités incitent donc l araignée en déplacement à fixer son fil au support. Il est aisé de démontrer l influence de ces facteurs environnementaux sur l édification d une toile en faisant construire des araignées dans un environnement artificiel composé d une forte densité de petits supports et une faible densité de grands supports. Dans ce type de milieu, l araignée construit systématiquement sa toile au niveau de la frontière entre le milieu dense représenté par les petits supports et le milieu ouvert représenté par les grands supports. Une modification de la hauteur des petits supports entraîne une modification de la hauteur de la nappe alors que la hauteur du réseau est déterminée par la différence de hauteur entre les petits et les grands supports. De plus, un abri en carton mimant une feuille enroulée détermine systématiquement la position de la retraite. Celle-ci a néanmoins une légère influence sur la position de la nappe. Placée en dessous de la frontière entre milieu dense et ouvert, elle abaisse son niveau. On peut donc formuler l hypothèse suivante. Se déplaçant au hasard dans le milieu, l araignée serait d abord piégée par une densité particulière des supports végétaux conduisant ainsi à la construction d une ébauche de retraite. Rayonnant à partir de ce site, elle réunirait les sommets des support végétaux. Les plus nombreux étant au niveau de la frontière entre milieu fermé et ouvert, il apparaîtrait spontanément une nappe. La présence de supports élevés, plus rares, serait responsable de l apparition du réseau. S il est facile d élaborer une telle hypothèse, qui implique que l araignée n a aucune connaissance de l architecture de la structure à construire, il est plus difficile de la vérifier expérimentalement. Dans ce type de situation, la modélisation peut être d un grand secours. Le modèle proposé est constitué d un environnement virtuel formé de trois types de supports, des supports de hauteur nulle correspondant au sol plat, des supports de taille réduite mais en grand nombre et des supports de grande taille mais en nombre réduit, mimant ainsi les conditions naturelles. Les règles imposées à l araignée virtuelle sont des plus simples. Elle se déplace au hasard en fixant son fil de cheminement aux sommets des supports, en accord avec les résultats précédents (probabilité de fixation élevée au sommet des supports et faible au niveau du sol). Contrairement aux tentatives de modélisation de la construction des toiles géométriques, ces règles n impliquent aucune évaluation des angles que font les fils entre eux, mais supposent que c est le milieu qui détermine l architecture de la toile. De plus elles correspondent toutes à des interactions Stimulus/Réponse effectivement démontrées chez les araignées. Mais en dépit de leur simplicité, elles sont suffisantes pour produire une structure qui présente quelques analogies avec les toiles observées dans la nature. Il apparaît une ébauche de nappe et un réseau. Le résultat obtenu est cependant fort imparfait car la structure produite occupe la totalité de l espace disponible alors que les toiles naturelles ont une dimension finie dans un espace infini et s il apparaît bien un réseau, la nappe reste en revanche réduite à une charpente lâche. Il doit donc exister un mécanisme limitant les déplacements des araignées. On peut certes imaginer plusieurs mécanismes de type «retour au gîte» régulier. Mais connaissant le rôle de la soie chez les araignées, on peut aussi supposer que celles-ci sont piégées par leurs propres structures soyeuses du fait d une éventuelle attraction pour la soie.

18 18 Fig. 7: Structures soyeuses produites par le modèle. On distingue une zone horizontale dense (nappe), surmontée d un réseau (Bernard 2002). En introduisant une règle supplémentaire dans le modèle, un facteur d attraction de la soie dont on peut faire varier l importance, on obtient cette fois-ci des toiles virtuelles limitées dans l espace et dont la nappe est bien marquée (Fig. 7). Cette attraction se traduit par une certaine probabilité de suivre un fil préexistant. Placée sur un support déjà relié par un fil à l un des huit supports adjacents, l araignée aura plus de chances de rejoindre celui-ci que n importe lequel des sept autres. Cette règle «piège» en fait l araignée dans les structures soyeuses existantes. La force de cette attraction module la taille de la toile. De plus, pour un nombre de déplacements donnés, elle détermine la densité de la nappe. Or cette attraction pour la soie a été mise en évidence chez Agelena labyrinthica, ce qui valide le modèle. Dans une situation de choix binaire (labyrinthe en T dont deux branches servent de branches test), l araignée passe plus de temps sur un substrat recouvert de sa propre soie que sur un substrat vierge. Cette attraction pour la soie est de plus modulée par l état de satiété de l araignée. Un individu rassasié passe plus de temps sur le substrat soyeux qu un individu affamé, alors que la fréquence des déplacements dans le dispositif expérimental n est pas modifiée. La soie utilisée étant produite par des araignées élevées dans des conditions standard, on peut en déduire que c est bien la réactivité des individus à la soie qui est modifiée. On sait que les araignées sont capables d intégrer un certain nombre d informations pour sélectionner leur site de construction (Ramousse 1982 ; Ramousse & Le Guelte 1984 ; Riechert 1978a, 1978b ; Uetz et al 1978) ainsi que pour moduler la structure de leur toile en fonction de divers facteurs environnementaux (Hieber 1984 ; Henschel & Lubin 1992 ; Riechert & Gillespii 1986 ; Scheider & Vollrath 1998) tels que la disponibilité en proie (Eberhard 1986 ; Gillepsie 1987 ; Vollrath & Samu 1997). Enfin, chez les orbitèles, la présence de proies incite l araignée à anticiper le moment de construction de sa toile (Pasquet et al 1994). Ces études concernent les araignées à toiles géométriques qui, en reconstruisant quotidiennement leur toile, peuvent aisément adapter cette dernière aux variations des conditions du milieu. Ces capacités d adaptation ont été peu étudiées chez les espèces à toiles irrégulières dont les pièges sont construits pour durer. Mais divers facteurs écologiques (pluie, vent, proies) détruisent constamment ces toiles en réduisant quotidiennement leur surface d environ 7 % et leur volume de 11 %. Une toile sans araignée est ainsi totalement détruite en 15 jours. Ce qui force l araignée à tisser chaque jour, pour l entretien de son piège, l équivalent de 5 à 15 % de la quantité de soie initialement investie lors de sa construction (Tanaka 1989). Il a cependant été montré qu une Eréside de Namibie, dont la toile est régulièrement détruite par le vent et le sable, adapte la taille de son piège à la quantité de proies disponibles, sans modifier pour autant la taille de sa retraite (Lubin & Henschel 1996). Riechert note que les toiles d Agelenopsis aperta auraient tendance à être plus grandes dans les zones pauvres en proies, mais aucun résultat quantitatif ne confirme cette impression (Riechert 1982).

19 19 Ces résultats suggèrent une «évaluation» des proies disponibles et une comparaison avec les informations relatives aux proies capturées antérieurement, donc mises en mémoire. Sans exclure cette possibilité à priori, la modulation de l attraction pour la soie par l état de satiété permet d imaginer un mécanisme bien plus simple n impliquant pas de processus cognitif particulièrement complexe. Pour compenser les réductions de surface et de volume quotidiennes ou agrandir sa toile, l araignée doit quitter temporairement la structure soyeuse afin d atteindre des supports voisins. Or l attraction pour la soie détermine les probabilités pour l araignée de quitter la toile, donc le taux d extension journalier. Si cette probabilité est élevée, les extensions de surface et de volume peuvent dépasser les destructions journalières et entraîner une augmentation de la taille du piège. Une probabilité faible serait en revanche responsable d une réduction de la toile. Il pourrait ainsi s installer un état d équilibre ajustant la taille du piège aux proies disponibles. Or il a été montré, sur le terrain, en apportant un supplément de nourriture à certaines araignées et pas à d autres (ces dernières étant limitées aux proies capturées naturellement) pendant quatre jours consécutifs, que les toiles des individus nourris artificiellement diminuaient légèrement de surface alors celles du lot témoin augmentaient considérablement de surface. Les résultats sont identiques si l on prend en compte les volumes. Ces résultats confortent l hypothèse d une adaptation de la taille du piège aux proies disponibles par l intermédiaire d une modulation de l état de satiété. Dans le cas où la quantité de proies capturées est suffisante pour rassasier l araignée, celle-ci est plus réactive à l attraction de la soie, donc fortement piégée dans ses propres structures soyeuses, ce qui limite les possibilités d extension de la toile. L araignée affamée par un manque de proie, moins réactive à l attraction de la soie, aura en revanche une probabilité plus grande de quitter temporairement la structure soyeuse et de tisser ainsi des fils supplémentaires agrandissant le piège. Le même mécanisme, n impliquant pas de processus cognitif complexe, pourrait expliquer les abandons de toile, permettant ainsi la recherche d un nouveau site de construction. Il est certain que ce modèle est imparfait et pèche par sa simplicité. Il ne repose que sur une stigmergie quantitative, or au cours de la construction il y a également des modifications qualitatives de comportements qui ne sont pas prises en compte. Lorsque la charpente (ébauche de nappe) est achevée, l araignée modifie son comportement de tissage en produisant des faisceaux de soie et non plus de simples fils. L ébauche de retraite, simple méat de fils, est remplacée par une retraite tubulaire ouverte aux deux extrémités. Ces structures initiales produites sur la base d une stigmergie quantitative acquièrent, à partir d un certain état d achèvement, de nouvelles propriétés stimulantes entraînant ainsi un nouveau type de comportement. Mais ce modèle a le mérite de démontrer qu il est possible d obtenir une structure soyeuse cohérente adaptée aux besoins de l individu et obéissant à certaines règles architecturales sans que l araignée ait besoin d une «représentation» globale de la structure à construire. Sa réponse à des informations locales est suffisante. Les mécanismes qui président à l élaboration des structures soyeuses construites par les chenilles sociales sont moins bien connus (Fitzgerald 1995 ; Fitzgerald & Costa 1999), encore moins chez les Acariens (Saito 1986, 1997). Mais ils sont sans doute proches de ceux mis en évidence chez les araignées. IX) La soie agent de cohésion sociale On connaît actuellement environ espèces d araignées dont une cinquantaine seulement présentent une organisation plus ou moins sociale (Aviles 1997a ; Berland 1932 ; Burgess 1978 ; Buskirk 1981 ; D Andrea 1987 ; Krafft 1970a, 1979 ; Downes 1994c ; Furey 1998 ; Jackson 1978a ; Main 1988 ; Rowell & Aviles 1995 ; Seibt & Wickler 1988 ; Uetz 1985, Wickler 1973), au point que les biologistes se sont focalisés sur les causes de l apparition des araignées sociales sans trop se préoccuper des raisons du caractère individualiste de la majorité des espèces. Le terme d araignées sociales mérite d être nuancé. Il regroupe en effet des espèces qui montrent un comportement parental, les jeunes vivant pendant un temps limité dans la structure soyeuse élaborée par la mère, des espèces

20 20 qui forment des associations de toiles individuelles (sociales territoriales) et des espèces qui exploitent collectivement une toile commune. Ce dernier groupe renferme ce qu on appelle habituellement les araignées sociales non territoriales. Celles-ci coopèrent dans la construction du piège, la capture des proies, les soins aux jeunes et la défense de la colonie. Bien que les araignées fileuses manifestent un comportement individualiste prononcé, doublé d une intolérance conduisant au cannibalisme, on observe parfois des associations occasionnelles de toiles individuelles, orbitèles, en nappe ou en réseau. Ces agrégations peuvent dépendre de la structure du milieu lorsque celui-ci offre un nombre limité de supports permettant la fixation des toiles. Le support joue alors le rôle d attracteur. Mais elles dépendent également de la quantité de proies disponibles (Gillespie 1987). Chez les Néphiles qui forment des agrégations dans les milieux riches en proies au point que les toiles sont accrochées les unes aux autres, les interactions agonistiques augmentent en cas de diminution des ressources alimentaires et conduisent à une dispersion des individus (Rypstra 1985). Certaines espèces du genre Metepeira sont grégaires ou solitaires suivant la disponibilité en proies (Uetz et al 1978). On peut s interroger sur l origine de ces associations. L attraction des araignées vers les zones riches en proies paraît improbable car il faudrait admettre que celles-ci sont attirées à distance vers les sites les plus rentables. Il est plus vraisemblable que les araignées, sélectionnant des sites favorables au cours de leurs déplacements, soient piégées par les milieux riches et restent groupées du fait d une réduction de leur intolérance. La tolérance entre congénères peut en effet être expérimentalement modulée par une manipulation du régime alimentaire (Gundermann et al 1993, Horel & Krafft 1986 ; Krafft et al 1986). Mais ces regroupements peuvent également s expliquer par une attraction des structures soyeuses des congénères ou même d espèces différentes (Hodge & Storfer-Isser 1997). Certaines espèces présentent un comportement maternel plus ou moins développé. Parfois les jeunes vivent un certain temps dans les structures soyeuses de la mère, sans qu ils soient pour autant soignés par celle-ci, ce qui entraîne néanmoins une économie d énergie en termes de production de soie (Jakob 1991). Plus souvent la mère nourrit ses jeunes à l aide d œufs trophiques, par des régurgitations ou en leur abandonnant des proies (Brach 1976 ; Downes 1994d, 1994 e ; Horel & Krafft 1986 ; Horel et al 1996 ; Gundermann et al 1988). Elle peut même se laisser dévorer pas ses jeunes (Kim & Horel 1998 ; Kim & Roland 2000 ; Kim et al 2000). Parfois les jeunes restent groupés jusqu au stade subadulte. A partir du moment où les jeunes construisent leurs toiles individuelles à proximité les unes des autres et de celle de la mère, on obtient des structures coloniales. C est sans doute l origine des araignées sociales territoriales, même si Uetz (Uetz 1985 ; Uetz et al 1978) suggère que des araignées adultes du genre Metepeira pourraient se regrouper, ce qui n a jamais été prouvé. On obtient alors une structure soyeuse formée d un grand nombre de toiles individuelles accrochées les unes aux autres. Si la colonie survit suffisamment longtemps, il peut y avoir un recouvrement de plusieurs générations (Buskirk 1975a ; Lubin 1974 ; Jackson 1978a). Mais au sein de ces colonies, il subsiste une répartition régulière des pièges, modulée par des influences génétiques et environnementales. Les distances interindividuelles varient suivant les populations et la quantité de proies disponibles. Des jeunes issus de cocons prélevés dans un milieu pauvre et élevés en laboratoire dans des conditions standard montrent des distances interindividuelles plus grandes que ceux issus de cocons prélevés dans des milieux riches. Mais au sein même d une population, ces distances varient en fonction des fluctuations des proies (Uetz et al 1982 ; Uetz 1985 ; Uetz & Cangliosi 1986). Cette répartition régulière des toiles est le résultat d interactions agonistiques principalement basées sur des échanges de signaux vibratoires (Buskirk 1975b ; Lubin 1974 ; Hodge & Uetz 1995). Les individus de Eriophora bistriata (sociales territoriales) passent la journée dans un nid soyeux compact pour en sortir le soir et tisser des toiles géométriques individuelles, toutes accrochées à un vaste réseau commun de fils de soutènement. La construction de ces toiles est strictement individuelle, ce qui montre que la géométrie de la toile est un frein à la coopération. La capture des petites proies est individuelle, mais de gros insectes peuvent occasionnellement attirer plusieurs

CILDA 2010 Le 17 décembre Hôtel Clarion 202 rue de Rivoli LE FRELON ASIATIQUE INTERVENTION DE CLAIRE VILLEMENOT DU MUSEUM NATIONAL

CILDA 2010 Le 17 décembre Hôtel Clarion 202 rue de Rivoli LE FRELON ASIATIQUE INTERVENTION DE CLAIRE VILLEMENOT DU MUSEUM NATIONAL CILDA 2010 Le 17 décembre Hôtel Clarion 202 rue de Rivoli LE FRELON ASIATIQUE INTERVENTION DE CLAIRE VILLEMENOT DU MUSEUM NATIONAL Consulter le site Web inpn.mnhn.fr Présentation de l individu 2 espèces

Plus en détail

Les frelons. De la même famille que les guêpes

Les frelons. De la même famille que les guêpes Les frelons De la même famille que les guêpes Les frelons font partie de la même famille d'insectes que les guêpes et les abeilles, les Hyménoptères. Ils sont les plus grands insectes de cette famille,

Plus en détail

LES CHAUVES-SOURIS HÔTES DES PONTS

LES CHAUVES-SOURIS HÔTES DES PONTS LES CHAUVES-SOURIS HÔTES DES PONTS Connaissance et protection La majorité des espèces de chauves-souris est susceptible de s installer au sein des ponts, quels qu en soient l âge ou les matériaux : pierre,

Plus en détail

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis L espace d un an suffit pour constater la richesse et la diversité des populations d insectes qui prospectent dans le moindre carré de jardin.

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE

QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE Etude d incidence Natura 2000_V3 71/99 4.1 PREAMBULE Un projet peut présenter deux types d impacts : des impacts

Plus en détail

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage»

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Public cible Toute personne impliquée dans un projet de mise en œuvre, que ce soit en tant que conseiller professionnel et

Plus en détail

Texte : Michel Guillaume et Jean-Paul Bardoul

Texte : Michel Guillaume et Jean-Paul Bardoul Texte : Michel Guillaume et Jean-Paul Bardoul En septembre 2012, un nid de Frelon asiatique a été découvert au Val-André. Bien camouflé et difficilement accessible au sommet d un conifère, il a cependant

Plus en détail

Complexité et auto-organisation chez les insectes sociaux. Complexité et auto-organisation chez les insectes sociaux

Complexité et auto-organisation chez les insectes sociaux. Complexité et auto-organisation chez les insectes sociaux Complexité et auto-organisation chez les insectes sociaux Guy Theraulaz Centre de Recherches sur la Cognition Animale CNRS, UMR 5169, Toulouse, France Marathon des Sciences XXIII ème Festival d Astronomie,

Plus en détail

Surligne les phrases si elles sont justes :

Surligne les phrases si elles sont justes : 1) L escargot a besoin de chaleur. Entoure : L escargot est un : 2) Il sort de sa coquille quand l atmosphère est sèche. VERTEBRE - INVERTEBRE 3) Sans coquille, l escargot meurt. OISEAU REPTILE - MOLLUSQUE

Plus en détail

Calopteryx vierge Mâle et femelle ne se ressemblent pas. Le mâle du Calopteryx vierge a des ailes brun noir foncé veinées de bleu. Ce redoutable prédateur reste perché sur des plantes de la berge ou sur

Plus en détail

DACUS STICK Le piège à glu ADOLIVE Contre la mouche de l olive

DACUS STICK Le piège à glu ADOLIVE Contre la mouche de l olive DACUS STICK Le piège à glu ADOLIVE Contre la mouche de l olive 1 Sommaire La mouche de l olive. P 3 Le principe de nos pièges P 4, 5 Dacus Stick A et Dacus Stick S P 6 Présentation P 7, 8 Fonctionnement

Plus en détail

LE FRELON ASIATIQUE. Vespa velutina nigrithorax

LE FRELON ASIATIQUE. Vespa velutina nigrithorax LE FRELON ASIATIQUE Vespa velutina nigrithorax Origine V. velutina nigrithorax vit au nord de l Inde, en Chine et dans les montagnes d Indonésie (Sumatra, Sulawesi). En Asie continentale, elle se développe

Plus en détail

GROUPEMENT DE DEFENSE SANITAIRE APICOLE DU PUY-DE-DOME Marmilhat BP 42 63370 - LEMPDES Tél. 06-80-99-55-80

GROUPEMENT DE DEFENSE SANITAIRE APICOLE DU PUY-DE-DOME Marmilhat BP 42 63370 - LEMPDES Tél. 06-80-99-55-80 GROUPEMENT DE DEFENSE SANITAIRE APICOLE DU PUY-DE-DOME Marmilhat BP 42 63370 - LEMPDES Tél. 06-80-99-55-80 Agréé sous n PH 05 590 et arrêté 05 /01852 Claude Grenier gdsa63 Nom scientifique : Vespa velutina

Plus en détail

PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT

PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT II LE RAYONNEMENT SOLAIRE Introduction : Le soleil est une étoile. La fusion thermonucléaire de l hydrogène en hélium lui fournit toute son énergie,

Plus en détail

Influence d odeurs sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels

Influence d odeurs sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels Influence d s sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels La mouche du chou Delia radicum (Insecte Diptère, Anthomyidae) est le principal ravageur des cultures de Crucifères (choux, navets,

Plus en détail

Frelon asiatique (Vespa velutina) : taille. Frelon européen (Vespa cabro) : taille. Le nid en cellulose (mélange de bois, d eau

Frelon asiatique (Vespa velutina) : taille. Frelon européen (Vespa cabro) : taille. Le nid en cellulose (mélange de bois, d eau Vespa velutina est originaire d Asie. Son introduction en France date de 2004 suite à des importations de poteries chinoises dans le Lot-et- Garonne. Depuis cette date l espèce ne fait que progresser sur

Plus en détail

PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie.

PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie. PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie. Une île volcanique vient de se former, que se passe-t-il au bout de plusieurs années? Comment font les êtres vivants pour

Plus en détail

Le frelon asiatique- Vespa velutina

Le frelon asiatique- Vespa velutina Le frelon asiatique- Vespa velutina Biologie et description : le frelon asiatique Vespa velutina, est très facile à reconnaître car c est la seule guêpe en Europe à posséder une livrée aussi foncée : -

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

Deuxième partie : Optique

Deuxième partie : Optique Deuxième partie : Optique Introduction Exemples de questions Comment fonctionne un projecteur de dias? Qu est-ce que la mise au point d un appareil photo? Comment la lumière peut-elle être guidée dans

Plus en détail

Comment les rongeurs choisissent leurs aliments. Jean-Michel Michaux

Comment les rongeurs choisissent leurs aliments. Jean-Michel Michaux Comment les rongeurs choisissent leurs aliments Jean-Michel Michaux Comment les rongeurs choisissent leurs aliments Nécessité de mieux comprendre le comportement alimentaire du rongeur, Nombreux échecs

Plus en détail

Comment se protéger des frelons asiatiques?

Comment se protéger des frelons asiatiques? PREFET de l AUDE Comment se protéger des frelons asiatiques? Vous trouverez ci-dessous des conseils pour vous protéger du frelon asiatique, que vous soyez particulier, maire ou apiculteur ainsi que des

Plus en détail

Les ravageurs du poireau

Les ravageurs du poireau Les ravageurs du poireau Mars 2008 17 Le poireau connait depuis quelques années une augmentation des attaques de ravageurs. Dans ce dossier sont présentés les 3 principaux ravageurs du poireau : la teigne

Plus en détail

Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.)

Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.) Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.) Protection Biologique Intégrée Lutte phytosanitaire De la lutte «systématique» à la lutte raisonnée La lutte «systématique»

Plus en détail

Sciences de la vie et de la Terre

Sciences de la vie et de la Terre Nom : Prénom : Classes : Sciences de la vie et de la Terre Livret de fiches méthodes Collège Louis Pasteur - Brunoy Ce livret m est distribué en début de sixième. Il contient les principales fiches méthodes

Plus en détail

La toile d araignée T.P.E. 2007-2008

La toile d araignée T.P.E. 2007-2008 La toile d araignée T.P.E. 2007-2008 Aujourd hui, la toile d araignée et plus particulièrement sa soie est étudiée en détails afin de la reproduire à des fins industrielles. DARRIGRAND Jean-François GHEBALI

Plus en détail

Programme pré-chien guide Entraînement en orientation mobilité Par Hélène Guérette Spécialiste en orientation mobilité

Programme pré-chien guide Entraînement en orientation mobilité Par Hélène Guérette Spécialiste en orientation mobilité Programme pré-chien guide Entraînement en orientation mobilité Par Hélène Guérette Spécialiste en orientation mobilité Ce programme a été développé conjointement avec l Institut Nazareth et Louis Braille

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

<Les symphytes : des guêpes sympathiques qui ne piquent pas> par Henri Savina Les hyménoptères symphytes, appelées aussi tenthrèdes ou encore «mouches à scie», sont bien des guêpes et non des mouches,

Plus en détail

Mieux connaître la renouée du Japon

Mieux connaître la renouée du Japon Mieux connaître la renouée du Japon Sous le terme «renouée du Japon» se cache en fait deux espèces à l aspect et aux caractéristiques écologiques très similaires : la Renouée du Japon (Fallopia japonica)

Plus en détail

Les chiroptères : des mammifères extraordinaires!

Les chiroptères : des mammifères extraordinaires! COUVERT Atelier 10 Les chiroptères : des mammifères extraordinaires! Thème La chauve-souris Cycle visé : 1 er cycle du secondaire Résumé de l atelier Permettre aux élèves d approfondir leurs connaissances

Plus en détail

Propriétés ondulatoires du son

Propriétés ondulatoires du son Propriétés ondulatoires du son But de la manipulation : Illustrer le caractère ondulatoire du son. Introduction : Pour se convaincre que le son est une onde, il suffit de montrer que son comportement est

Plus en détail

Enquête et retour d expériences de gestionnaires de murs végétalisés

Enquête et retour d expériences de gestionnaires de murs végétalisés Enquête et retour d expériences de gestionnaires de murs végétalisés Extrait de l étude Avertissement Ce document est un extrait d une étude approfondie réalisée en 2012. Pour connaître les modalités d

Plus en détail

Programme de la soirée

Programme de la soirée Programme de la soirée Exposé : les chauves-souris et le patrimoine bâti (+/- 45 ) Vidéo : les chauves-souris et les moines de l Abbaye d Orval (+/- 15 ) Questions réponses (+/- 15 ) Sortie nocturne à

Plus en détail

ITVI 2012. Instructions techniques concernant la ventilation des abris dotés d une isolation thermique

ITVI 2012. Instructions techniques concernant la ventilation des abris dotés d une isolation thermique Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports DDPS Office fédéral de la protection de la population OFPP Infrastructure ITVI 2012 Instructions techniques concernant

Plus en détail

LA REGULATION DE LA GLYCEMIE

LA REGULATION DE LA GLYCEMIE Le début vous l avez fait avant les vacances cours de ce jours à partir du II Chap8 TS spécialité Thème 3 Restitution des acquis LA REGULATION DE LA GLYCEMIE http://img10.beijing2008.cn/20080824/img214581293.jpg

Plus en détail

ETUDE D IMPACT SUR LE PLATEAU MORNANTAIS DU TRACE AUTOROUTIER DE L A45 SUR LA POPULATION DES BUSARDS CENDRES SOMMAIRE

ETUDE D IMPACT SUR LE PLATEAU MORNANTAIS DU TRACE AUTOROUTIER DE L A45 SUR LA POPULATION DES BUSARDS CENDRES SOMMAIRE ETUDE D IMPACT SUR LE PLATEAU MORNANTAIS DU TRACE AUTOROUTIER DE L A45 SUR LA POPULATION DES BUSARDS CENDRES SOMMAIRE 1 La problématique du Busard cendré en France 1.1 Présentation du genre "Circus" 1.2

Plus en détail

Crème d injection à base de silane pour le traitement de l humidité ascensionnelle

Crème d injection à base de silane pour le traitement de l humidité ascensionnelle Fiche technique Edition 1, 2012 Identification no. 02 07 01 01 003 0 000002 Version no. 09022012 Crème d injection à base de silane pour le traitement de l humidité ascensionnelle Construction Produit

Plus en détail

Lentilles Détermination de distances focales

Lentilles Détermination de distances focales Lentilles Détermination de distances focales Résumé Les lentilles sont capables de faire converger ou diverger un faisceau lumineux. La distance focale f d une lentille caractérise cette convergence ou

Plus en détail

Mini-guide d accompagnement au protocole «Abeilles solitaires»

Mini-guide d accompagnement au protocole «Abeilles solitaires» EN SAVOIR PLUS SUR LES ABEILLES QUI SONT LES ABEILLES? UN PEU DE SYSTEMATIQUE Les abeilles font partie de l ordre des Hyménoptères (du grec hymên = union, et ptéron = aile), comprenant aussi guêpes et

Plus en détail

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien Tous droits réservés Design Spirale Communication visuelle Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien > d un événement majeur Alerte à la bombe Violentes intempéries

Plus en détail

PRATIQUES. relatives au déboisement initial pour la construction d une ligne électrique de distribution

PRATIQUES. relatives au déboisement initial pour la construction d une ligne électrique de distribution PRATIQUES relatives au déboisement initial pour la construction d une ligne électrique de distribution CADRE NORMATIF DESTINÉ AUX CLIENTS ET PROMOTEURS QUI RÉALISERONT LES TRAVAUX TABLE DES MATIÈRES 5

Plus en détail

Séquence : La digestion

Séquence : La digestion Séquence : La digestion Objectifs généraux : Amener l élève à Faire les liens entre les savoirs acquis lors des séquences sur la circulation sanguine et la respiration et ceux présents dans cette séquence.

Plus en détail

La thermographie infrarouge

La thermographie infrarouge La thermographie infrarouge Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction Définition 1 Le rayonnement électromagnétique

Plus en détail

EN QUÊTE DU MONDE. Les nids de fourmis rousses. Présentation de la vidéo... 2 Générique... 2 description... 2 Principaux thèmes abordés...

EN QUÊTE DU MONDE. Les nids de fourmis rousses. Présentation de la vidéo... 2 Générique... 2 description... 2 Principaux thèmes abordés... Présentation de la vidéo... 2 Générique... 2 description... 2 Principaux thèmes abordés... 2 Contenus... 3 niveaux, disciplines, compétences... 3 notions... 4 Vocabulaire... 4 découpage du film... 5 Suggestions

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SUJET

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SUJET SESSION 2012 Métropole - Réunion - Mayotte Option : Toutes BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE E4 CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE : SCIENCES Durée : 2 heures Matériel(s) et document(s) autorisé(s)

Plus en détail

Les molécules présentes dans les médicaments

Les molécules présentes dans les médicaments Les molécules présentes dans les médicaments Les médicaments reposent sur environ 2 000 molécules qui sont souvent complexes. Différentes représentations ont été imaginées pour modéliser ces molécules.

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique.

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique. OPTIQUE GEOMETRIQUE Définitions : L optique est la science qui décrit les propriétés de la propagation de la lumière. La lumière est un concept extrêmement compliqué et dont la réalité physique n est pas

Plus en détail

Réglementation en vigueur concernant l abattage des arbres sur la ville de Neuilly-sur-Seine

Réglementation en vigueur concernant l abattage des arbres sur la ville de Neuilly-sur-Seine Réglementation en vigueur concernant l abattage des arbres sur la ville de Neuilly-sur-Seine Le Plan d occupation des Sols de la commune de Neuilly sur Seine stipule que : - L abattage d un arbre implanté

Plus en détail

informatifs textes informatifs activités 6 pour chaque texte Lire et comprendre des textes de lecture Échantillon gratuit

informatifs textes informatifs activités 6 pour chaque texte Lire et comprendre des textes de lecture Échantillon gratuit 1 de lecture 2 3 6 activités 6 pour chaque texte textes informatifs Chaque activité vise à développer une habileté spécifique bien identifiée, pour laquelle des stratégies de lecture précises sont proposées.

Plus en détail

Le comportement de chez Zodarion

Le comportement de chez Zodarion Le comportement de chez Zodarion "présentation d'ur leurre" rubidum (Zodariidae) J.M. Couvreur Laboratoire de Biologie Animale et Cellulaire, Faculté des Sciences, Univ. libre de Bruxelles, av. F. Roosevelt,

Plus en détail

1.2 Utilisation des mésocosmes en écotoxicologie : un outil éprouvé

1.2 Utilisation des mésocosmes en écotoxicologie : un outil éprouvé 1.2 Utilisation des mésocosmes en écotoxicologie : un outil éprouvé Source : Thierry Caquet, Inra, Le Croisic 2009 Mis en œuvre à l origine pour des utilisations en écologie, les écosystèmes aquatiques

Plus en détail

Recommandation pour le prélèvement, le conditionnement et l expédition des insectes en vue de leur identification.

Recommandation pour le prélèvement, le conditionnement et l expédition des insectes en vue de leur identification. Recommandation pour le prélèvement, le conditionnement et l expédition des insectes en vue de leur identification. Auteur de cette fiche : Fabien Fohrer (entomologiste, microbiologiste) Sommaire : 1. Pourquoi

Plus en détail

LE TRAITEMENT DE SEMENCES. Un outil pour l agriculture durable

LE TRAITEMENT DE SEMENCES. Un outil pour l agriculture durable LE TRAITEMENT DE SEMENCES Un outil pour l agriculture durable Préparé par La Commission pour le traitement des semences et l environnement de la Fédération internationale du commerce des semences (FIS)

Plus en détail

Le ver luisant. Antonin

Le ver luisant. Antonin L'éphémère Amélie L'éphémère est un petit insecte qui a de courtes antennes et un corps très fin. Il possède deux ailes transparentes et ne peut vivre que quelques heures. Le ver luisant Le ver luisant

Plus en détail

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.1.- Définition du bruit : A1.1.1.- Production et caractéristiques d un son Tout corps qui se déplace ou qui vibre émet un son. Il transmet sa vibration

Plus en détail

Jeux d'évaluation. Le relais mare Durée : 20' intérieur/extérieur

Jeux d'évaluation. Le relais mare Durée : 20' intérieur/extérieur Le relais mare Durée : 20' intérieur/extérieur faune ou flore, les espèces, la locomotion (nageur/marcheurs) la respiration (aquatique, aérienne), régime alimentaire (herbivore/carnivore) Autant d'images

Plus en détail

Clé d identification des ordres d insectes adultes D après Borror et White 1970

Clé d identification des ordres d insectes adultes D après Borror et White 1970 Clé d identification des ordres d insectes adultes D après Borror et White 1970 1.0 Les ailes sont évidentes. Les ailes antérieures ont la même texture que les ailes postérieures. Elles peuvent être membraneuses

Plus en détail

Etat des lieux octobre 2006: 2006-2007 Classe à PAC : Etude de l écosystème «mare» avec les élèves de 6 ème Mauve.

Etat des lieux octobre 2006: 2006-2007 Classe à PAC : Etude de l écosystème «mare» avec les élèves de 6 ème Mauve. Etat des lieux octobre 2006: 2006-2007 Classe à PAC : Etude de l écosystème «mare» avec les élèves de 6 ème Mauve. Cette année 2006-2007 les élèves de 6 ème Mauve bénéficient de la classe à PAC sur le

Plus en détail

Optimiser la dose de semis du maïs

Optimiser la dose de semis du maïs Optimiser la dose de semis du maïs La moyenne des taux de semis de maïs utilisés par les producteurs aux États-Unis et au Canada a augmenté de 23 000 grains/acre en 1985 à plus de 30 000 grains/acre aujourd

Plus en détail

Cette infatigable travailleuse. loupe

Cette infatigable travailleuse. loupe Daniel Steenhaut Cette infatigable travailleuse Les abeilles sauvages et domestiques sont des insectes qui appartiennent à l ordre des hyménoptères (groupe d insectes qui comprend aussi les guêpes et les

Plus en détail

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce Sommaire Tu viens de voir que la reproduction sexuée est un phénomène que l on retrouve dans la majeure partie du monde vivant. Cette reproduction a pour but de permettre aux espèces de se maintenir et

Plus en détail

Le frelon asiatique Vespa velutina

Le frelon asiatique Vespa velutina Le frelon asiatique Vespa velutina Saint-Benoit le 23 mars 2012 Le frelon de l'espèce Vespa velutina à pattes jaunes Il vit dans le Sud-est asiatique et sa variété Vespa velutina nigrithorax semble être

Plus en détail

Les toitures vertes. Présentation par la sa MEULEMAN JP. Jean-Paul Meuleman - Hugues Michot. Présentation des toitures végétales...

Les toitures vertes. Présentation par la sa MEULEMAN JP. Jean-Paul Meuleman - Hugues Michot. Présentation des toitures végétales... Les toitures vertes Présentation par la sa MEULEMAN JP Jean-Paul Meuleman - Hugues Michot Présentation des toitures végétales... Toiture à Tournai 1998 Maubeuge 1990 Une philosophie passionnante... 1 La

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof Une échelle est appuyée sur un mur. S il n y a que la friction statique avec le sol, quel est l angle minimum possible entre le sol et l échelle pour que l échelle ne glisse pas et tombe au sol? www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Plus en détail

CAC/GL 53-2003 SECTION 1 PRÉAMBULE

CAC/GL 53-2003 SECTION 1 PRÉAMBULE DIRECTIVES SUR L APPRÉCIATION DE L ÉQUIVALENCE DE MESURES SANITAIRES ASSOCIÉES À DES SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES DENRÉES ALIMENTAIRES 1 SECTION 1 PRÉAMBULE CAC/GL 53-2003 1. Il n est

Plus en détail

FORMATION À LA GESTION DES ARCHIVES

FORMATION À LA GESTION DES ARCHIVES FORMATION À LA GESTION DES ARCHIVES Conserver et gérer des documents photographiques INTÉRÊT DES PHOTOGRAPHIES Miroir du passé et du présent Environnement familier dans notre société de l image 1 CONSERVER

Plus en détail

Le mystère de la grenadine et la perception des couleurs

Le mystère de la grenadine et la perception des couleurs 17 POLYNÉSIE FRANÇAISE JUIN 2006 PARTIE I 13 POINTS Le mystère de la grenadine et la perception des couleurs Document 1 Les tribulations d un sirop Trois phénomènes se combinent pour expliquer la couleur

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Les corridors écologiques: Bases scientifiques et limites de la connaissance

Les corridors écologiques: Bases scientifiques et limites de la connaissance Les corridors écologiques: Bases scientifiques et limites de la connaissance Françoise Burel, CNRS Jacques Baudry, INRA CAREN, Rennes www.caren.univ-rennes1.fr/pleine-fougeres Les paysages sont hétérogènes

Plus en détail

Crème d injection à base de silane pour le traitement des remontées d humidité dans les murs

Crème d injection à base de silane pour le traitement des remontées d humidité dans les murs Notice produit Edition mai 2012 Numéro 3158 Version n 2012-118 Crème d injection à base de silane pour le traitement des remontées d humidité dans les murs Construction Produit Description Domaines d application

Plus en détail

Identification des principaux ordres d'insectes

Identification des principaux ordres d'insectes Identification des principaux ordres d'insectes Ailes bien apparentes quand l'insecte est au repos------------------------------------ A Ailes peu évidentes quand l'insecte est au repos. Ailes antérieures

Plus en détail

La notion de comportement optimal

La notion de comportement optimal Leçon d Option B La notion de comportement optimal Jean-Olivier Irisson irisson@normalesup.org http ://jo.irisson.free.fr/work/ Table des matières 1 La théorie du comportement optimal tente de prédire

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AIDE A LA DESTRUCTION D UN NID DE FRELON ASIATIQUE

DOSSIER DE DEMANDE D AIDE A LA DESTRUCTION D UN NID DE FRELON ASIATIQUE DOSSIER DE DEMANDE D AIDE A LA DESTRUCTION D UN NID DE FRELON ASIATIQUE Dans le cadre de son Agenda 21, la Ville d Anglet propose une politique volontaire de gestion de l espèce frelon asiatique Vespa

Plus en détail

Chapitre 3 : LES ETRES VIVANTS SONT DES PRODUCTEURS DE MATIERE

Chapitre 3 : LES ETRES VIVANTS SONT DES PRODUCTEURS DE MATIERE Chapitre 3 : LES ETRES VIVANTS SONT DES PRODUCTEURS DE MATIERE Rappels : Un être vivant est un organisme qui : - Prélève de la matière (eau, air, nourriture), - Se reproduit, - Possède une durée de vie

Plus en détail

Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres?

Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres? Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres? Textes rédigés pour le site www.mmatravodeco.com Reportage : projet de décoration Bambù, Paris 14 e Photos : Béatrice

Plus en détail

Le comportement territorial

Le comportement territorial Leçon d option B Le comportement territorial Jean-Olivier Irisson irisson@normalesup.org http://jo.irisson.com/ Table des matières 1 Les traits comportementaux associés à la territorialité 2 1.1 Marquer

Plus en détail

Sur Terre, les arbres existaient à l état sauvage et s épanouissaient. une taille au-dessus. arbres et techniques

Sur Terre, les arbres existaient à l état sauvage et s épanouissaient. une taille au-dessus. arbres et techniques une taille au-dessus Au-delà du côté spectaculaire de leur métier, les arboristes grimpeurs sont avant tout des amoureux de l arbre. Découverte Sur Terre, les arbres existaient à l état sauvage et s épanouissaient

Plus en détail

OUVRAGES EN PLAQUES DE PLATRE ORIGINES ET TRAITEMENT DES FISSURES

OUVRAGES EN PLAQUES DE PLATRE ORIGINES ET TRAITEMENT DES FISSURES FICHE CONSEIL N 8 OUVRAGES EN PLAQUES DE PLATRE ORIGINES ET TRAITEMENT DES FISSURES (Plaques, carreaux, enduits) Cette fiche a pour objet d informer les intervenants sur des méthodes simples visant à déterminer

Plus en détail

Ambiance en hébergements de chevaux en Normandie

Ambiance en hébergements de chevaux en Normandie Le magazine en ligne de l actualité technique et scientifique équine Ambiance en hébergements de chevaux en Normandie Auteur : S. Guérin, Chambre d Agriculture du Calvados - Caen T. Leborgne, ifce La Chambre

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

Proposition pour une sculpture monumentale : des pierres défiant les lois de la gravité

Proposition pour une sculpture monumentale : des pierres défiant les lois de la gravité Les égyptiens ont inventés de savantes méthodes pour élever un obélisque. Allongé, le bloc de pierre est soulevé à la verticale et maintenu dans ce nouvel état d équilibre. Le but des architectes égyptiens

Plus en détail

L application du produit sur la cible

L application du produit sur la cible Fiche IV - 3 La limitation des risques au cours de l application L application du produit sur la cible L -IVobjectif d une application est de positionner les produits phytosanitaires sur la cible : la

Plus en détail

FTE n 109 104 A 02/08/04 Page 1 sur 12

FTE n 109 104 A 02/08/04 Page 1 sur 12 france AIR ventilation> contrôleur sorbonne industrie Contrôleur Sorbonne FTE 109 104 A 02/08/04 france AIR FTE n 109 104 A 02/08/04 Page 1 sur 12 bien de la dernière version à l adresse www.france-air.com

Plus en détail

La blatte (coquerelle)

La blatte (coquerelle) Le bourdon Les bourdons sont d importants pollinisateurs : ils sont très utiles à l agriculture et à l horticulture. Leur nid est souvent situé dans un vieux nid de souris sur le sol ou dans la terre,

Plus en détail

L intelligence collective des fourmis

L intelligence collective des fourmis L intelligence collective des fourmis Guy Théraulaz* Les comportements collectifs des fourmis ont toujours fasciné et émerveillé les naturalistes. Tout semble se passer comme si chaque colonie se comportait

Plus en détail

MAQUETTE DE L OEIL PETIT MODELE DESCRIPTION DE LA MAQUETTE ET MISE EN SERVICE

MAQUETTE DE L OEIL PETIT MODELE DESCRIPTION DE LA MAQUETTE ET MISE EN SERVICE : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : @ : info@sordalab.com MAQUETTE DE L OEIL PETIT MODELE Ref: OEILP Cette maquette munie d un cristallin, lentille à focale variable (lentille remplie d eau), permet

Plus en détail

Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens.

Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens. Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens. Objectifs Connaître les caractéristiques de la structure gaussienne d un faisceau laser (waist, longueur

Plus en détail

l installation D un solarium Zytco DiDier P. ayel Josée lemieux FréDéric auclair 11

l installation D un solarium Zytco DiDier P. ayel Josée lemieux FréDéric auclair 11 L installation d un Solarium La compagnie Zytco offre un vaste choix de solariums dans une gamme tout aussi étendue de prix répondant aux attentes et respectant les budgets de toutes les familles québécoises.

Plus en détail

Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel

Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel Comment optimiser les performances d un système de vision industriel avancées Utilisation de l éclairage 1. Éclairage pour le traitement

Plus en détail

Kalzip Verdure, la toiture végétalisée

Kalzip Verdure, la toiture végétalisée Kalzip Verdure, la toiture végétalisée Kalzip Verdure La toiture végétalisée Un procédé innovant Kalzip Verdure est une innovation dérivée du procédé Kalzip, système de couvertures et bardages en aluminium.

Plus en détail

Bienvenue sur la planète des insectes!

Bienvenue sur la planète des insectes! Bienvenue sur la planète des insectes! Les Entomonautes c/o Youssef Guennoun 49 bis rue du Borrégo 75020 Paris entomonautes(at)gmail.com Des milliards de petites bêtes Les insectes constituent 75 % de

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

Livret Anti mousse. Comment éliminer la flore et les microorganismes indésirables sur de nombreuses surfaces?

Livret Anti mousse. Comment éliminer la flore et les microorganismes indésirables sur de nombreuses surfaces? Livret Anti mousse Comment éliminer la flore et les microorganismes indésirables sur de nombreuses surfaces? LES ORGANISMES ET MICROORGANISMES A COMBATTRE - DESCRIPTION - LES MOUSSES LES ALGUES Les mousses

Plus en détail

Projet mare. La faune des mares

Projet mare. La faune des mares Projet mare La faune des mares CET EXPOSE VOUS EST PRESENTE PAR: Aurélie F. Kelly C. Charly G. Les larves de moustiques Les larves de moustiques sont très nombreuses dans les mares car il y a peu de prédateurs

Plus en détail

Tours solaires : une alternative énergétique

Tours solaires : une alternative énergétique Tours solaires : une alternative énergétique Ah que c est beau ces oiseaux qui volent sans un battement d aile, spiralant avec grâce dans l azur, imités par les planeurs et autres objets ailés sans moteur.

Plus en détail

Fluorescent ou phosphorescent?

Fluorescent ou phosphorescent? Fluorescent ou phosphorescent? On entend régulièrement ces deux termes, et on ne se préoccupe pas souvent de la différence entre les deux. Cela nous semble tellement complexe que nous préférons rester

Plus en détail

Qui bourdonne au jardin? Complément

Qui bourdonne au jardin? Complément Qui bourdonne au jardin? Complément 1. Bourdon terrestre Description : noir, jaune et blanc. Bande jaune à l avant du thorax. Très velu. Langue relativement courte. Ouvrière 11 à 17 mm, 4 ailes, dard à

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail