Le guide d orientation : un outil de référence indispensable pour exploiter une ressource de type familial et intermédiaire.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le guide d orientation : un outil de référence indispensable pour exploiter une ressource de type familial et intermédiaire."

Transcription

1

2

3 COMMENT UTILISER CE GUIDE Le guide d orientation : un outil de référence indispensable pour exploiter une ressource de type familial et intermédiaire. Afin de faciliter votre recherche, l ensemble de l information est regroupé en 3 parties distinctes. La première partie regroupe l information relative à L ÉTABLISSEMENT. Vous y retrouverez, son rôle, son mandat, ses valeurs, sa philosophie d intervention ainsi que les principales caractéristiques de la clientèle hébergée dans une ressource. La deuxième partie regroupe l information relative à LA RESSOURCE. Vous y retrouverez son rôle, ses obligations envers l établissement, l intervenant, l usager, ainsi que ses responsabilités quant à l offre de services de base aux usagers. La troisième partie présente QUELQUES RECOMMANDATIONS pour faire face à des situations ou problèmes particuliers tels l usager et la maladie, le décès, la fugue, le transfert, le départ. On y traite également de l accès à l information, la conservation des renseignements confidentiels, la fiscalité et autres sujets d intérêt pour la ressource. Bonne lecture! L ÉTABLISSEMENT SECTION 1 LA RESSOURCE SECTION 2 QUELQUES RECOMMANDATIONS SECTION 3

4 MOT DE BIENVENUE Le réseau de la santé et des services sociaux de Laval reconnaît l importance de la contribution des ressources de type familial et intermédiaires dans son continuum de services aux personnes âgées en perte d autonomie, de même qu à la clientèle adulte présentant des problèmes de santé mentale. À cet effet, le Centre de santé et de services sociaux de Laval, CLSC-CHSLD du Ruisseau-Papineau compte sur votre collaboration afin d assurer le mieux-être des personnes âgées en perte d autonomie en leur offrant des conditions de vie se rapprochant le plus possible de celles d un milieu naturel; il compte également sur vous pour favoriser l intégration et la participation dans la société des personnes adultes présentant des problèmes de santé mentale. Afin de vous supporter dans l accomplissement de votre rôle auprès de ces personnes, je vous invite à vous référer au Guide d orientation spécialement conçu pour vous et à consulter les documents références mis à votre disposition. Au nom de la direction du Centre de santé et des services sociaux de Laval et en mon nom personnel, je vous souhaite la plus cordiale bienvenue dans le réseau de la santé et des services sociaux de Laval et je vous assure de mon entière collaboration. Andrée Morin Chef de l administration de programmes

5 Portrait du réseau local de services de santé et de services sociaux de Laval Centres hospitaliers généraux et spécialisés (hors région) RUIS de Montréal Pharmacies «communautaires» Partenaires de l'éducation et du milieu municipal (intersectoriel) Entreprises d'économie sociale Groupes de médecine de famille (GMF) et cliniques médicales Centre Normand-Laramée Centre de santé et de services sociaux de Laval Fusion de CLSC, CHSLD, CHSGS Établissements privés conventionnés Organismes communautaires Ressources privées Ressources non institutionnelles (RTF/RI ) Hôpital Juif de réadaptation Centre jeunesse de Laval RUIS: Réseau universitaire intégré en santé et l'université de Montréal

6 UN BREF RAPPEL HISTORIQUE En , le ministère de la santé et des services sociaux s interroge sur la gamme et la qualité des services offerts dans les ressources privées et les foyers affiliés aux hôpitaux psychiatriques et de leur clientèle. Il s interroge également sur les ressources dispensant ces services. Il dresse alors un inventaire des ressources privées et des foyers affiliés aux hôpitaux psychiatriques et de leur clientèle. Il en résulte la fermeture de foyers jugés inadéquats et le rattachement des ressources appropriées à des établissements du réseau. De cette opération résultent deux formes de ressources, la famille d accueil (ressource de type familial) et le pavillon (ressource intermédiaire), afin de permettre au réseau de faire face à la demande croissante d hébergement requis pour ces clientèles. Compte tenu de l organisation des services de l époque, les familles d accueil ont alors été rattachées aux centres de services sociaux et les pavillons aux établissements ayant des permis de longue durée tels les centres d accueil d hébergement et les hôpitaux psychiatriques. Ces établissements se voyaient alors confier des responsabilités administratives et professionnelles à l égard de l hébergement et des services à rendre à la clientèle. Les besoins de la clientèle n ont cependant pas été identifiés à ce moment car aucune évaluation systématique de la clientèle n a été réalisée après les nouveaux rattachements administratifs. Les ressources ont été intégrées au réseau public et on a ultérieurement fait le constat qu elles présentaient de grandes disparités au plan des clientèles hébergées, de la qualité des milieux de vie et des services dispensés. De plus, l encadrement et le financement de ces ressources ont été jugés problématiques, les mécanismes d accès inadéquats et le rôle des établissements dans la

7 coordination entre eux, peu efficace. La dynamique d alors a été peu favorable au développement de ces ressources et à leur adaptation aux besoins évolutifs de la clientèle. En 1990, le ministère publie un rapport sur l avenir de la ressource pavillon. Ce rapport fait état de la problématique et, à partir d une consultation provinciale, propose des avenues pour mieux adapter cette ressource aux besoins de la clientèle. On y propose aussi que soit révisé le contrat de location de biens et services. À partir de la publication de ce rapport, un moratoire sur le développement de nouvelles ressources intermédiaires est décrété. En 1992, le ministère publie un guide d orientation encadrant la pratique professionnelle en matière de famille d accueil. La même année, la nouvelle Loi sur les services de santé et les services sociaux du Québec introduit de nouvelles dispositions concernant les ressources intermédiaires et de type familial et recentre la mission des différentes catégories d établissements. En 1993, les centres de services sociaux (CSS) sont abolis et la responsabilité professionnelle et administrative des ressources de type familial est transférée aux établissements désignés, dont les CHSLD. À ce moment, les CHSLD deviennent responsables des ressources et du bien-être des personnes vivant en résidence d accueil. Le 1 er avril 1993, la 1 Résidence Sainte-Dorothée est désignée par la 2 Régie régionale de la santé et des services sociaux de Laval comme établissement administrateur pour la région de Laval du programme des ressources de type familial (RTF) et des ressources intermédiaires (RI) pour les personnes âgées en perte d autonomie et pour les adultes présentant une problématique en santé mentale. Portrait du programme des ressources de type familial et intermédiaires personnes âgées et adultes présentant des problèmes de santé mentale au 1 er août 2005 Ressource intermédiaire Perte d autonomie Santé mentale Ressource de type familial Perte d autonomie Santé mentale 5 ressources 1 ressource 4 ressources 30 ressources 11 ressources 19 ressources 69 places 25 places 44 places 155 places 50 places 105 places Total 35 ressources 224 places 1 Le CLSC-CHSLD du Ruisseau-Papineau est constitué officiellement par lettres patentes le 23 août 1999 suite à la fusion du CLSC Norman-Bethune et du CHSLD Résidence Sainte-Dorothée. 2 L Agence de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux de Laval a succédé à la Régie régionale de la santé et des services sociaux de Laval le 30 janvier 2004 tel que stipulé dans le projet de Loi 25.

8 1 L ÉTABLISSEMENT LE MANDAT DU CENTRE DE SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE LAVAL Le Centre de santé et des services sociaux de Laval s est donc vu confier le mandat de répondre aux besoins d hébergement non institutionnel de la clientèle en perte d autonomie de la région de Laval et de la clientèle adulte provenant des services de psychiatrie de Cité de la Santé de Laval. SES RESPONSABILITÉS Envers la ressource : Évaluer la résidence d accueil avant que les usagers ne leur soient confiés; Signer un contrat après sa reconnaissance par l Agence de développement; Le contrat énonce les règles générales établissant les rapports entre une ressource et l établissement désigné, en l occurrence le Centre de santé et des services sociaux de Laval. Il est donc très important de le lire pour bien comprendre et respecter ses obligations et responsabilités de part et d autres. Voir à ce que le placement s effectue dans les meilleures conditions possibles; Assurer la protection, le support et l assistance nécessaires à la ressource concernée en cas de poursuite en justice en raison d actes ou de gestes posés dans l exercice de ses fonctions.

9 1 L ÉTABLISSEMENT Envers les usagers : En collaboration avec les établissements dispensateurs de services, il doit s assurer que l usager confié : Reçoive les soins physiques ainsi que tous les soins en fonction de son âge et de sa situation particulière; Soit protégé contre toute forme de cruauté, de négligence, d exploitation ou de discrimination; Maintienne ou améliore son autonomie pour un meilleur fonctionnement social; Reçoive un encadrement qui répond à ses besoins; Maintienne un contact avec ses proches. SES VALEURS Les valeurs qui sont partagées au sein de l organisation sont : le respect de l usager; la reconnaissance de la liberté et des capacités de choix des usagers, la reconnaissance de la famille et des proches des usagers; la reconnaissance de la contribution du personnel et des ressources; le partenariat et la concertation. SA PHILOSOPHIE D INTERVENTION Sa philosophie d intervention repose sur les valeurs reconnues par l organisation et les principes d intervention de première ligne : Une intervention qui vise à apporter à la personne un soutien de nature préventive, curative, palliative, de réadaptation, de réinsertion sociale ou de compensation des incapacités; Une intervention qui considère la personne dans sa globalité;

10 L ÉTABLISSEMENT 1 Une intervention axée sur la réponse des besoins de l individu en tenant compte de ses choix; Une intervention centrée sur la promotion de la santé et du bien-être de la personne; Une intervention orientée sur le maintien des personnes dans leur milieu de vie naturel ou en milieu substitut; une intervention orientée sur l approche «milieu de vie»; Une intervention qui favorise et maintient une approche interdisciplinaire dans la dispensation des soins et services; Une intervention qui favorise l intégration des proches ou des personnes significatives aux soins et services; Une intervention qui permet de dispenser, en interdisciplinarité et selon une approche communautaire, des services de santé et des services sociaux aux individus et aux groupes de la communauté le requérant; Une intervention dirigée vers la qualité et la quantité de soins et services ainsi que sur la satisfaction de la clientèle. SON SERVICE DES RESSOURCES DE TYPE FAMILIAL ET INTERMÉDIAIRES Sa mission C est par le service des ressources de type familial et intermédiaires que le CSSSL - CLSC-CHSLD du Ruisseau-Papineau remplit son mandat. Le service des ressources réalise sa mission à travers les activités suivantes : Identifier les besoins de la ressource de type familial et intermédiaire; Recruter et évaluer les ressources de type familial et intermédiaires; Accréditer les ressources et procéder à la signature du contrat de services; Offrir le suivi professionnel et apporter aide et support aux ressources; S assurer de la qualité des services rendus et du respect du contrat; Recevoir les demandes d hébergement et les analyser; Orienter les usagers dans les ressources appropriées; Assumer la gestion financière et l administration de l ensemble de son réseau de ressources.

11 1 L ÉTABLISSEMENT Sa philosophie d intervention Le service des ressources de type familial et intermédiaires partage les valeurs fondamentales du CSSSL - CLSC-CHSLD du Ruisseau-Papineau. L axe majeur sur lequel repose sa philosophie d intervention est l individu en interaction avec l environnement, l objectif premier étant de favoriser la réinsertion sociale de la personne dans le respect de son autonomie. La philosophie d intervention du service respecte donc les principes suivants : La primauté de la personne son droit à un hébergement convenable accompagné de services psychosociaux adéquats; Le caractère social et communautaire des ressources qui offrent une alternative à l institutionnalisation en donnant aux usagers un milieu de vie le plus normalisant possible; La collaboration avec tous les partenaires impliqués auprès de la personne hébergée pour son mieux-être; La qualité des lieux et des services offerts par les ressources de type familial et intermédiaires. SES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES On peut regrouper autour de six activités principales les fonctions de l intervenant ressource, soit : 1 o L évaluation est une activité professionnelle qui a pour but de s assurer que les personnes qui postulent ont les habilités nécessaires pour devenir responsables de ressource. L intervenant ressource vérifie leur motivation et leur capacité en évaluant leurs qualités personnelles, leurs compétences particulières d intervention, leur aptitude à collaborer et les qualités physiques de leur milieu de vie. 2 o La supervision professionnelle de la ressource a pour but d aider la ressource dans l exercice de son rôle et de permettre une évaluation continue. L intervenant ressource suit l évolution des ressources en répondant à leurs besoins d encadrement, en approfondissant la connaissance de leurs aptitudes et intérêts et en contrôlant la qualité des services rendus. 3 o La formation a pour objectif de permettre aux ressources d acquérir ou d améliorer leurs connaissances et de développer les capacités nécessaires à l accomplissement de leurs rôles.

12 L ÉTABLISSEMENT 1 4 o La réévaluation permet à l intervenant ressource de s assurer que la ressource satisfait toujours aux critères d évaluation et de juger de la pertinence de maintenir ou de modifier le lien contractuel. Il évalue la qualité des services rendus et révise le plan de supervision afin d identifier les besoins de support de la ressource. Le rôle de l intervenant ressource envers les usagers se concentre surtout autour des activités de placement que l on nomme jumelage. 5 o Le jumelage consiste à identifier une ressource présentant des caractéristiques, compétences et attitudes qui la rendent susceptible de répondre aux besoins de la personne à placer et à jumeler cette ressource et cette personne. Pour le réaliser, l intervenant ressource doit bien connaître les besoins de l usager et les capacités de sa ressource. Il maintient donc un lien constant avec les travailleurs sociaux qui demandent l hébergement afin d identifier la ressource qui convient le mieux à l usager et de supporter la ressource dans l application du plan d intervention de ce dernier. Les autres activités de l intervenant ressource touchent plus particulièrement des fonctions de gestion. 6 o La gestion du dossier des ressources où sont consignées les données relatives à la ressource (offre de services, évaluation, correspondance, réévaluation annuelle ) et aux usagers qui y sont hébergés (profil de l usager, plan d intervention, discussion de cas, cotation...). L intervenant ressource confirme aussi les entrées et sorties des usagers pour le paiement des ressources. L intervenant usager assure le suivi de l usager. La collaboration entre lui, la ressource et l intervenant ressource peut se résumer dans les activités suivantes : Acheminer les demandes de placement au service des ressources de type familial et intermédiaires; Compléter l instrument d identification de l usager (catégorisation); Élaborer et présenter le plan d intervention; Discuter avec la ressource et l intervenant ressource de l application des mesures convenues dans le plan d intervention; Informer la ressource des situations nouvelles pouvant affecter l usager; Impliquer la ressource dans la réinsertion sociale de l usager.

13 1 L ÉTABLISSEMENT LA CLIENTÈLE CIBLÉE La clientèle ciblée dans les ressources de type familial et intermédiaires est constituée d adultes et de personnes âgées en perte d autonomie fonctionnelle ou psychosociale moindre que celle admise en CHSLD. Ces personnes ne peuvent toutefois plus demeurer dans leur milieu de vie naturel malgré le support de leur entourage. Ces personnes vulnérables sont donc moins autonomes en raison, soit du vieillissement, d une maladie physique dégénérative, des suites d un accident cérébro-vasculaire, d un traumatisme cranio-cérébral, de déficiences multiples et autres. Il est important de mentionner que dans plusieurs de ces ressources, il y a une mixité de clientèles en ce sens que les adultes et personnes âgées qui y vivent peuvent présenter des problématiques différentes pouvant inclure une déficience intellectuelle, un problème de santé mentale stabilisé ou des problèmes d ordre cognitif. En principe, la clientèle hébergée en ressource de type familial et intermédiaire est plus autonome que la clientèle hébergée en CHSLD. On constate cependant que la clientèle de ces ressources, à l instar des clientèles de CHSLD, est en plus grande perte d autonomie qu il y a quelques années. Il s agit souvent de pertes d autonomie psychique ou psychosociale qui font que la personne nécessite beaucoup d assistance et de supervision. Les critères pour une bonne qualité de vie dans ces ressources tiennent compte du fait que ces personnes avec des problématiques variées cohabitent souvent ensemble, que ces personnes sont souvent moins mobiles et moins autonomes qu avant. L état de ces personnes, qui ne peuvent plus vivre à domicile sans être admissibles en CHSLD, exige donc un environnement adapté à leurs besoins ainsi que des services modulés en fonction de leur profil.

14 2 LA RESSOURCE LA RAISON D ÊTRE La création des ressources de type familial et intermédiaires a permis de répondre aux besoins grandissants d hébergement de clientèles diverses, incluant la clientèle désinstitutionnalisée; transformer les ressources privées sans permis en ressources du réseau permettait aussi au ministère de la santé et des services sociaux d en assurer l encadrement. La raison d être des ressources de type familial et intermédiaires était, et demeure toujours, de contribuer au mieux-être d une clientèle en perte d autonomie et en besoin de protection sociale ne pouvant plus vivre à domicile, mais ne nécessitant pas un hébergement en milieu institutionnel. Ces ressources visent à fournir des services d hébergement et d assistance suffisants pour répondre aux besoins tout en étant le plus intégré possible à la communauté. La vocation de ces ressources est aussi de contribuer au maintien des acquis et, dans certains cas, à la récupération des pertes par la réadaptation. Ce réseau de ressources plus légères que les CHSLD vise à rejoindre les personnes en perte d autonomie ayant besoin de surveillance et de supervision.

15 2 LA RESSOURCE Aujourd hui, ces ressources font partie de la gamme intégrée des services aux adultes et personnes âgées en perte d autonomie du réseau de la santé et des services sociaux. LES TYPES DE RESSOURCE Il existe deux grands types de ressources qui sont définies par la Loi des services de santé et des services sociaux : la ressource de type familial et la ressource intermédiaire. Ces ressources, qui sont rattachées à un établissement public par un lien contractuel, offrent l hébergement et des services de soutien et d assistance aux personnes dans leur intégration à la communauté. La ressource de type familial La Loi sur les services de santé et les services sociaux reconnaît à titre de résidence d accueil (ressource de type familial): «Peuvent être reconnues à titre de résidences d accueil, une ou deux personnes qui accueillent chez elles au maximum neuf adultes ou personnes âgées qui leur sont confiés par un établissement public afin de répondre à leurs besoins et leur offrir des conditions de vie se rapprochant le plus possible de celles d un milieu naturel.» La ressource intermédiaire La ressource intermédiaire est définie comme suit selon la Loi sur les services de santé et les services sociaux: «Est une ressource intermédiaire, toute ressource rattachée à un établissement public qui, aux fins de maintenir ou d intégrer un usager à la communauté, lui dispense par l entremise de cette ressource des services d hébergement et de soutien ou d assistance en fonction de ses besoins.» Dans le cadre de référence des ressources intermédiaires, quatre types d organisation résidentielle ont été identifiés : Appartement supervisé L appartement est un lieu où résident un ou plusieurs usagers; la ressource est soit propriétaire, soit locataire.

16 LA RESSOURCE 2 Maison de chambre L usager occupe une chambre à l intérieur d une installation appartenant à la ressource intermédiaire, avec ou sans pièces communes ou activités de groupe. Maison d accueil La maison d accueil est un milieu où résident l usager et la personne qui offre, en tout ou en partie, les services de soutien ou d assistance. La personne responsable vivant dans la maison d accueil peut être propriétaire ou locataire. Elle peut aussi y être logée afin d offrir des services aux usagers. Ce type d installation s apparente aux résidences d accueil. La maison d accueil se distingue toutefois des résidences ou familles d accueil par ses ressources humaines, matérielles ou financières, qui doivent être employées de manière à offrir les services nécessaires pour satisfaire les besoins des usagers qui y sont orientés par un établissement. Par comparaison avec la maison d accueil, la ressource de type familial offre hébergement et services dans le cadre du milieu familial d accueil déjà organisé et structuré et selon les capacités de ce milieu. Résidence de groupe Les usagers vivent dans une installation louée ou achetée par la ressource intermédiaire et des personnes différentes se relaient afin d assurer, en tout ou en partie, les services de soutien ou d assistance aux usagers.» SES OBLIGATIONS Envers l établissement La ressource assume les obligations suivantes telles que précisées dans le contrat : Assurer une présence sur les lieux 24 heures/jour, 7 jours/semaine; Respecter l exclusivité du placement et ne pas héberger par contrat privé à moins d une clause particulière au contrat RI; Mettre à la disposition de l usager une chambre, un mobilier, de la literie et l utilisation de pièces communes de la maison; Mettre à la disposition de l usager les articles de base nécessaires à l hygiène personnelle conformément aux directives ministérielles; Maintenir des conditions adéquates d hygiène et de sécurité face à l environnement physique, conformément aux règlements municipaux et aux normes adoptées par l Agence de développement de Laval. Exemple : piscine, clôture, avertisseur de fumée, etc.;

17 2 LA RESSOURCE Nourrir de façon équilibrée l usager, en tenant compte de son état de santé; Être responsable de l entretien des vêtements personnels de l usager; Offrir un milieu de vie animée. Envers l intervenant Faire connaître à l intervenant ressource tout changement pouvant modifier le fonctionnement de la ressource comme la maladie ou l absence prolongée d un des deux responsables, une situation conflictuelle ou autres; Informer l intervenant ressource de toute absence d un usager; Prévenir l intervenant ressource pour tout cas d urgence; Collaborer avec l intervenant dans la réalisation du plan d intervention; Informer régulièrement l intervenant usager de tout changement important de l usager : maladie, départ, fugue, hospitalisation; Respecter les ententes prises avec les intervenants. Envers l usager Agir en remplacement d un membre de la famille auprès de l usager; Lui assurer le support et l accompagnement en facilitant son intégration dans son milieu familial et la communauté; Inciter l usager à participer à la vie familiale et communautaire; Favoriser la croissance de l usager en lui prodiguant les soins physiques et l attention requise par sa situation; Collaborer à l application du plan d intervention élaboré par l intervenant usager; Garder confidentielles toutes les informations qui lui sont transmises sur l usager et sa famille d origine.

18 LA RESSOURCE 2 SES RESPONSABILITÉS Offrir un environnement physique sécuritaire, des conditions de vie et d hygiène adéquates et un confort matériel suffisant sont les critères qui nous guident dans l élaboration des normes pour les services de base. Les lieux physiques : Lors de l évaluation des lieux physiques, l intervenant ressource doit prendre en considération un ensemble de facteurs tels que : La sécurité du logement en conformité avec les normes municipales; L hygiène générale des lieux; Le confort matériel disponible pour l usager; L'éclairage naturel et l'aération des lieux; L'aménagement physique des espaces intérieurs; L'accessibilité aux services communautaires; L'aspect extérieur de la maison; La situation géographique de la résidence d'accueil. L'interprétation et l'application des critères d'ordre physique passent obligatoirement par le jugement professionnel de l intervenant ressource. Les lieux physiques doivent répondre aux normes de sécurité, d'hygiène, d'aménagement et d'environnement physique en vigueur. De plus, les lieux doivent être agréables et confortables pour les personnes qui les habitent. Les normes de sécurité : Le logement Il doit être conforme aux lois et règlements de Ville de Laval concernant l'occupation, l'entretien et la protection contre les incendies.

19 2 LA RESSOURCE Le nombre d'étages Tous les logements de type familial sont acceptés : les maisons unifamiliales, les duplex et triplex doivent être pourvus d'une sortie directe à l'extérieur, à chaque étage. Le sous-sol et demi sous sol Les sous-sol ne sont pas acceptés : selon le code du bâtiment, un sous-sol est : étage partiellement au dessous du niveau du sol, mais dont au moins la moitié de la hauteur, du plancher au plafond, se trouve au-dessus du niveau moyen du sol qui entoure la bâtisse. Lorsque plus de la moitié de l'étage est en dessous du niveau du sol, il s'agit d'une cave. Les demi sous sol sont acceptés si : Les escaliers Les fenêtres sont situées au-dessus du niveau du sol et permettent une vue vers l'extérieur; Les fenêtres doivent occuper 1/10 de la surface du plancher; La hauteur des murs doit être de 7 ½ pi.; Ils sont pourvus de deux sorties dont une donne directement sur l'extérieur; L'humidité doit être contrôlée; Le chauffage doit être adéquat; Aucune pièce utilisée comme habitation ne doit être adjacente à une chambre à fournaise à moins que celle-ci ne soit entourée d'un mur recouvert d'un matériau assurant une heure de résistance au feu. Les escaliers intérieurs et extérieurs doivent être conformes aux lois et règlements de la municipalité. Les garde-corps arrivent à la hauteur de taille d'une personne de grandeur moyenne, soit 107 cm ou 42 pouces. Ceux-ci doivent être complètement dégagés et accessibles en tout temps. La communication intérieure Lorsque la résidence d'accueil occupe plus d'un étage, un escalier intérieur donnant accès directement à l'étage doit être aménagé. Aucun usager ne peut dormir dans un logement séparé, sans communication avec le reste du logement.

20 LA RESSOURCE 2 Le plan d'urgence et procédure d'évacuation Le responsable de la ressource doit avoir un plan d'urgence qui prévoit des procédures d'évacuation en cas d'incendie. Il dispose également d une trousse de premier soin facile d accès. Les avertisseurs de fumée Les avertisseurs de fumée sont obligatoires et doivent être installés dans chaque chambre et à chaque étage dans un espace commun. Un détecteur de monoxyde de carbone est nécessaire si le système de chauffage n'est pas complètement électrique (bois, huile, gaz). L extincteur chimique Un extincteur chimique portatif, facilement accessible, doit être installé dans la cuisine près des lieux présentant les plus hauts risques de feu (ex. : cuisinière). En plus, on en suggère un par étage occupé par les usagers. Le fonctionnement de ces extincteurs doit être vérifié périodiquement. La sécurité des médicaments Les médicaments doivent être gardés sous clés. LES NORMES D HYGIÈNE Le logement Le logement doit posséder des aires réservées aux diverses activités de la vie quotidienne : cuisine, salon, chambres, salle de bain. Le chauffage Les installations de chauffage doivent être sécuritaires et suffisantes pour maintenir une température confortable dans toutes les pièces (au minimum 21 C ou 70 F). La salle de bain Le logement doit comporter une salle de bain complète pour sept personnes. Un lavabo et une toilette doivent être disponibles pour un nombre supérieur de personnes.

21 2 LA RESSOURCE La propreté et l entretien L'état général des lieux doit être maintenu selon les règles normales d'hygiène, c'est-à-dire, sans atteinte pour la santé des gens. La propreté des murs, des plafonds, des planchers, du mobilier, de l'équipement sanitaire, de la cuisine et des autres pièces est de rigueur. La cuisine et la salle de bain doivent être nettoyées tous les jours et être exemptes de traces de moisissures. Les chambres et les espaces communs doivent être époussetés, balayés au moins une fois par semaine. La peinture doit être refaite une fois par année dans les endroits où les résidents fument. Les articles de literies doivent être changés : Chaque semaine ou tout au plus aux deux semaines Chaque fois qu'ils sont mouillés ou souillés Chaque fois qu'un lit change d'occupant Les vêtements de l'usager doivent être lavés et entretenus. Les serviettes de bains, linges de vaisselle doivent être gardés propres et avoir un espace pour être suspendus (crochets, barres à serviettes...). Les ordures ménagères doivent être remisées dans un endroit approprié. Les animaux domestiques La présence d'animaux domestiques doit être mentionnée au dossier pour éviter de placer dans ce foyer des adultes qui présentent des allergies ou qui ont peur des animaux. Les animaux domestiques doivent avoir été immunisés contre la rage ou toute autre maladie transmissible aux humains. LES NORMES D AMÉNAGEMENT L aménagement physique des lieux Cet aménagement doit permettre l'accessibilité aux locaux et équipements du logement. À titre indicatif, un ameublement surchargé ou mal disposé entrave cette accessibilité.

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS Volet 2 - Les options résidentielles LES OPTIONS RÉSIDENTIELLE La Fiche d information à l intention des parents porte sur différents sujets susceptibles d

Plus en détail

NORMES D AMÉNAGEMENT ET DE SÉCURITÉ DES LIEUX DES RESSOURCES INTERMÉDIAIRES

NORMES D AMÉNAGEMENT ET DE SÉCURITÉ DES LIEUX DES RESSOURCES INTERMÉDIAIRES NORMES D AMÉNAGEMENT ET DE SÉCURITÉ DES LIEUX DES RESSOURCES INTERMÉDIAIRES Septembre 2002 PRÉAMBULE L aménagement et l environnement des lieux physiques d une ressource intermédiaire doivent assurer la

Plus en détail

Le contenu de cette publication est disponible en suivant le lien suivant : http://www.securitepublique.gouv.qc.ca/index.php?

Le contenu de cette publication est disponible en suivant le lien suivant : http://www.securitepublique.gouv.qc.ca/index.php? Le contenu de cette publication est disponible en suivant le lien suivant : http://www.securitepublique.gouv.qc.ca/index.php?id=470 AGISSEZ IMMÉDIATEMENT Protégez vos biens Selon les circonstances, protégez

Plus en détail

Une des missions du Curateur public du Québec est

Une des missions du Curateur public du Québec est 1 La gestion de l allocation pour dépenses personnelles des personnes représentées par le Curateur public Une des missions du Curateur public du Québec est de veiller à la protection de citoyens inaptes

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

La réinsertion sociale. Pour que la rue ait une issue...

La réinsertion sociale. Pour que la rue ait une issue... La réinsertion sociale Pour que la rue ait une issue... La philosophie d intervention du service de réinsertion sociale de la Maison du Père repose sur une approche de réduction des méfaits. Elle prône,

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES Janvier 2009 TABLE DES MATIÈRES Page Préambule 3 1. Dotation en personnel 4 1.1 Compétences du personnel 4 1.2 Fonctions

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement sur les modalités d adoption et de révision des plans d intervention des usagers Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement N o 11 Adopté le 15.02.2011 Assemblée publique et conseil d administration

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

Accueil en ressource non-ins tu onnelle et en résidence à assistance con nue. Informations pratiques

Accueil en ressource non-ins tu onnelle et en résidence à assistance con nue. Informations pratiques Accueil en ressource non-ins tu onnelle et en résidence à assistance con nue Le CRDITED souhaite que chaque personne vive dans un milieu de vie qui correspond le mieux à ses besoins tout en maintenant

Plus en détail

Commentaires sur le règlement sur les conditions d obtention d un certificat de conformité de résidence pour personnes âgées

Commentaires sur le règlement sur les conditions d obtention d un certificat de conformité de résidence pour personnes âgées Commentaires sur le règlement sur les conditions d obtention d un certificat de conformité de résidence pour personnes âgées Le Réseau québécois des OSBL d habitation compte plus d une centaine de membres

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

La gestion de l allocation pour dépenses personnelles des personnes représentées par le Curateur public Le Curateur public du Québec

La gestion de l allocation pour dépenses personnelles des personnes représentées par le Curateur public Le Curateur public du Québec La gestion de l allocation pour dépenses personnelles des personnes représentées par le Curateur public Le Curateur public du Québec À la rencontre de la personne Le Curateur public du Québec veille à

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Eric Leblanc arch. Marie Pierre Turbide

Eric Leblanc arch. Marie Pierre Turbide + Eric Leblanc arch. Marie Pierre Turbide Une nouvelle construction doit répondre à plusieurs normes et guides pour rencontrer des normes minimales d accréditation, comme les guides de conception de la

Plus en détail

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial 1. Définition Le dispositif d accueil familial concourt à la diversification des offres d hébergement proposées aux

Plus en détail

Rôle de la RSG. Responsabilités de la RSG. Gestion administrative : Qualité service : - sécurité. Service client :

Rôle de la RSG. Responsabilités de la RSG. Gestion administrative : Qualité service : - sécurité. Service client : Rôle de la RSG La responsable d un service de garde en milieu familial est une travailleuse autonome, c'est-à-dire qu'elle est propriétaire de son service de garde, de plus au sens de la Loi elle est une

Plus en détail

Les grandes lignes du. crédit d impôt pour maintien à domicile des aînés. revenuquebec.ca

Les grandes lignes du. crédit d impôt pour maintien à domicile des aînés. revenuquebec.ca Les grandes lignes du crédit d impôt pour maintien à domicile des aînés revenuquebec.ca Quelques mots sur le crédit d impôt Si vous avez 70 ans ou plus et que vous résidez au Québec, vous avez droit au

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D'HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) Région : Mauricie et Centre-du-Québec Établissement : Centre de santé et de services

Plus en détail

Les grandes lignes du. crédit d impôt pour maintien à domicile des aînés. revenuquebec.ca

Les grandes lignes du. crédit d impôt pour maintien à domicile des aînés. revenuquebec.ca Les grandes lignes du crédit d impôt pour maintien à domicile des aînés revenuquebec.ca Quelques mots sur le crédit d impôt Si vous avez 70 ans ou plus à un moment de l année et que vous résidez au Québec

Plus en détail

Les centres de réadaptation

Les centres de réadaptation Les centres en déficience physique et en déficience intellectuelle ont pour mission d'offrir des services d'adaptation ou de réadaptation et d'intégration sociale à des personnes qui ont des besoins particuliers

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE LOISIRS DE LA VILLE DE BROMONT

POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE LOISIRS DE LA VILLE DE BROMONT POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE LOISIRS DE LA VILLE DE BROMONT 1. MISSION ET PHILOSOPHIE D INTERVENTION DU SLCVC En vue de l amélioration de la qualité de vie de tous les Bromontois

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

C o d e d é t h i q u e

C o d e d é t h i q u e Code d éthique Notre mission Le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Bordeaux- Cartierville Saint-Laurent a pour mission de promouvoir et d améliorer la santé et le bien-être de la population

Plus en détail

Procédure. BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé.

Procédure. BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé. Cote DSPD-13-14 Réservé à la Direction général Procédure Titre : BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé. Destinataires : Direction de l hébergement Direction

Plus en détail

Assurance soins de longue durée. Protection Temporelle

Assurance soins de longue durée. Protection Temporelle Assurance soins de longue durée Protection Temporelle Protection Temporelle Pour rester maître de la situation si vous devenez en état de dépendance La Protection Temporelle est une assurance soins de

Plus en détail

Contrat de séjour. Conditions d admission

Contrat de séjour. Conditions d admission Décret n 2004-1274 du 26 novembre 2004, Journal Officiel du 27 novembre 2004. Le présent contrat de séjour est conclu entre d une part, l établissement : Foyer Clairefontaine 11 impasse des Jardins 69009

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR. EHPAD Résidence La Cascade CAJARC

CONTRAT DE SEJOUR. EHPAD Résidence La Cascade CAJARC CONTRAT DE SEJOUR EHPAD Résidence La Cascade CAJARC Le contrat de séjour définit les droits et les obligations de l établissement et du résidant avec toutes les conséquences juridiques qui en résultent.

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016 PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016 Table des matières Présentation...2 Mise en contexte...2 Notre mission...2 Nos employés...2 Plaintes et demandes d accommodement...2 Adoption

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

Règlement de maison. Visites

Règlement de maison. Visites Règlement de maison Les résidents jouissent d une liberté d action dans la mesure où elle n entrave pas celle des autres pensionnaires et dans les limites du présent règlement. Visites Les pensionnaires

Plus en détail

Régime québécois d assurance parentale

Régime québécois d assurance parentale Régime québécois d assurance parentale Table des matières 1. Caractéristiques du RQAP 3 2. Conditions d admissibilité 4 3. Types de prestations offerts 4 4. Moment pour faire une demande de prestations

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D'HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) Région : Chaudière-Appalaches Établissement : Centre de santé et de services sociaux

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY

RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DU CŒUR-DE-L ÎLE Le 6 juin 2012 Avis Le présent rapport rend compte d une intervention du Protecteur du citoyen

Plus en détail

QUI SOMMES-NOUS? COMMENT JOINDRE L ÉQUIPE DE BÉNÉVOLES?

QUI SOMMES-NOUS? COMMENT JOINDRE L ÉQUIPE DE BÉNÉVOLES? Une maison, une vocation, un soutien QUI SOMMES-NOUS? La Maison de soins palliatifs Source Bleue a pour mission de prodiguer gratuitement des soins à des personnes atteintes d une maladie avec un pronostic

Plus en détail

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés:

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés: Canada Basketball Politique de gestion des risques Préambule À titre d organisme sportif national de régie du basketball au Canada, Canada Basketball reconnaît que des risques existent dans toutes les

Plus en détail

RESIDENCE DU VAL REGLEMENT INTERIEUR FOYER-LOGEMENT

RESIDENCE DU VAL REGLEMENT INTERIEUR FOYER-LOGEMENT RESIDENCE DU VAL REGLEMENT INTERIEUR FOYER-LOGEMENT Le présent règlement intérieur est applicable aux résidents ayant signé le contrat de séjour du foyer-logement du Val, conformément aux dispositions

Plus en détail

Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation des sexologues

Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation des sexologues Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation des sexologues NOTE IMPORTANTE Conformément à l alinéa 2 de l article 12 des Lettres patentes constituant l Ordre professionnel des sexologues

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR ACCUEIL DE JOUR

CONTRAT DE SEJOUR ACCUEIL DE JOUR CONTRAT DE SEJOUR ACCUEIL DE JOUR «L établissement est soumis aux dispositions du décret 2004-1247 du 26 Novembre 2004 relatif au contrat de séjour ou document individuel de prise en charge prévu par l

Plus en détail

1.8.1 Compétences du personnel Introduction

1.8.1 Compétences du personnel Introduction Page 1 de 7 1.8.1 Compétences du personnel Introduction La présente section vise à garantir la transparence et l équité du processus d embauche pour tous les postes. Elle s applique aux offices de services

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE CONSIDÉRANT QUE suite au regroupement des municipalités de Cacouna, il s avère

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT CCTT CENTRES COLLÉGIAUX DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Septembre Pour tout renseignement sur

Plus en détail

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de santé globale du personnel COTE : DG 2013-02 APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration le 26 février 2013 EN VIGUEUR LE : 26 février 2013 RESPONSABLE

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D'HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) Région : Outaouais Établissement : Centre de santé et de services sociaux de Gatineau

Plus en détail

Directives du programme Ontario au travail

Directives du programme Ontario au travail Directives du programme Ontario au travail 7.5 : Prestation pour l établissement d un nouveau domicile et le maintien dans la collectivité Compétence Législative Articles 2 et 8 de la Loi. Paragraphe 55

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D'HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) Région : Lanaudière Établissement : CHSLD HEATHER inc. Installation (CHSLD) : CHSLD

Plus en détail

L accueil en établissement

L accueil en établissement I VOLET 3 L accueil en établissement Article L 344-5-1 du CASF, Article L. 242-4 du CASF, Article L. 131-3 du CASF 1. Définition Toute personne handicapée dont l état de santé nécessite un placement en

Plus en détail

BORDEAUX-CARTIERVILLE

BORDEAUX-CARTIERVILLE Guide de la santé et des services sociaux dans votre quartier BORDEAUX-CARTIERVILLE Édition 2002/2003 Des ressources à deux pas de chez vous La Régie régionale de la santé et des services sociaux a pour

Plus en détail

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants MISE EN GARDE Les informations contenues dans ce document visent strictement à faciliter

Plus en détail

2.1 Clientèle individu admissible à l offre de service d emploi

2.1 Clientèle individu admissible à l offre de service d emploi 2.1 Clientèle individu admissible à l offre de service d emploi Table des matières 1. CLIENTELE INDIVIDU ADMISSIBLE A L OFFRE DE SERVICE D EMPLOI... 3 1.1. Conditions générales d'admissibilité des individus

Plus en détail

ASCENSEURS ET AUTRES APPAREILS ÉLÉVATEURS NOTIONS DE BASE

ASCENSEURS ET AUTRES APPAREILS ÉLÉVATEURS NOTIONS DE BASE ASCENSEURS ET AUTRES APPAREILS ÉLÉVATEURS NOTIONS DE BASE GUIDE TECHNIQUE Pour projets résidentiels INTRODUCTION De nombreux appareils élévateurs sont installés dans les projets d habitation de condominiums,

Plus en détail

Bulletin d information no 2

Bulletin d information no 2 Société de compensation en assurance médicaments du Québec Bulletin d information no 2 Le 13 décembre 2004 À l attention des assureurs et des administrateurs de régimes d avantages sociaux Le système de

Plus en détail

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE DSC-DIR-04-01 MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE Expéditeur : Directrice des services à la clientèle Destinataires : Tout le personnel

Plus en détail

Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04

Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04 Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04 Introduction Conformément à sa mission qui est de se consacrer au développement de ses étudiants dans la perspective

Plus en détail

ÉCHELLE GRADUÉE DE FIDÉLITÉ AU MODÈLE SIM (SUIVI INTENSIF DANS LE MILIEU) PROGRAMME PRIORITÉ AU LOGEMENT Tsemberis et Stefancic, AVRIL 2010

ÉCHELLE GRADUÉE DE FIDÉLITÉ AU MODÈLE SIM (SUIVI INTENSIF DANS LE MILIEU) PROGRAMME PRIORITÉ AU LOGEMENT Tsemberis et Stefancic, AVRIL 2010 CHOIX ET STRUCTURE DU LOGEMENT 1. Choix du logement. Les participants au programme choisissent le lieu et les autres caractéristiques de leur logement. 2. Disponibilité du logement. Mesure dans laquelle

Plus en détail

POLITIQUE ET PROCÉDURE POUR LA GESTION DES PLAINTES

POLITIQUE ET PROCÉDURE POUR LA GESTION DES PLAINTES POLITIQUE ET PROCÉDURE POUR LA GESTION DES PLAINTES POLITIQUE ET PROCÉDURE DE GESTION DES PLAINTES Préambule La loi sur les services de santé et les services sociaux prévoit un régime d examen des plaintes

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants MISE EN GARDE Les informations contenues dans ce document visent strictement à faciliter

Plus en détail

MUNICIPALITÉ DE SAINT-MARC-SUR-RICHELIEU POLITIQUE DE LOCATION DE SALLE ET DE PRÊT DES ÉQUIPEMENTS ADOPTÉ LE : 5 JUILLET 2011

MUNICIPALITÉ DE SAINT-MARC-SUR-RICHELIEU POLITIQUE DE LOCATION DE SALLE ET DE PRÊT DES ÉQUIPEMENTS ADOPTÉ LE : 5 JUILLET 2011 MUNICIPALITÉ DE SAINT-MARC-SUR-RICHELIEU POLITIQUE DE LOCATION DE SALLE ET DE PRÊT DES ÉQUIPEMENTS ADOPTÉ LE : 5 JUILLET 2011 RÉSOLUTION # R-118-2011 POLITIQUE DE LOCATION DE SALLES ET DE PRÊT DES ÉQUIPEMENTS

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

MOT DE BIENVENUE. Nous voulons faciliter son adaptation à ce nouveau milieu, car nous sommes conscients de l importance de cette étape dans sa vie.

MOT DE BIENVENUE. Nous voulons faciliter son adaptation à ce nouveau milieu, car nous sommes conscients de l importance de cette étape dans sa vie. Les Jardins d Audrey Direction programme clientèle Perte d autonomie Centre de santé et de services sociaux d Argenteuil Juillet 2014 1 DPA-3 TABLE DES MATIÈRES Mot de bienvenue 3 Mission et philosophie

Plus en détail

Contrat de soins / Document individuel de prise. Définition des objectifs de la prise en charge

Contrat de soins / Document individuel de prise. Définition des objectifs de la prise en charge DUREE DEFINITION CONTRAT DE SOINS Contrat de soins / Document individuel de prise en charge au SSIDPA Le contrat de soins définit les droits et les obligations de l'établissement et de l usager avec toutes

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs. Demanderesse. Intervenante

M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs. Demanderesse. Intervenante D-99-49 R-3415-98 6 avril 1999 PRÉSENTS : M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs Société en commandite Gaz Métropolitain (SCGM) Demanderesse Et Association

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL

PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL PLANIFICATION STRATÉGIQUE Complément 2013 2015 du Centre jeunesse de Laval et

Plus en détail

RÈGLEMENT CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT D UN SERVICE DE PROTECTION CONTRE LES INCENDIES

RÈGLEMENT CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT D UN SERVICE DE PROTECTION CONTRE LES INCENDIES RÈGLEMENT CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT D UN SERVICE DE PROTECTION CONTRE LES INCENDIES ARTICLE 1 Le préambule fait partie intégrante du présent règlement. ARTICLE 2 Le service de protection contre les incendies

Plus en détail

PROJET SIPA Bilan de l usage des ressources alternatives d hébergement Site Bordeaux-Cartierville

PROJET SIPA Bilan de l usage des ressources alternatives d hébergement Site Bordeaux-Cartierville CLSC désigné Centre Affilié Universitaire PROJET SIPA Bilan de l usage des ressources alternatives d hébergement Site Bordeaux-Cartierville INTRODUCTION Le présent document vise à apporter un éclairage

Plus en détail

RÈGLEMENT CONCERNANT L ADOPTION D UN PROGRAMME DE REVITALISATION DES FAÇADES COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES À L ÉGARD DE SECTEURS PARTICULIERS

RÈGLEMENT CONCERNANT L ADOPTION D UN PROGRAMME DE REVITALISATION DES FAÇADES COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES À L ÉGARD DE SECTEURS PARTICULIERS MUNICIPALITÉ DE DOLBEAU-MISTASSINI RÈGLEMENT NUMÉRO 1576-14 RÈGLEMENT CONCERNANT L ADOPTION D UN PROGRAMME DE REVITALISATION DES FAÇADES COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES À L ÉGARD DE SECTEURS PARTICULIERS

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES Section Page

TABLE DES MATIÈRES Section Page TABLE DES MATIÈRES Section Page Définitions... 3 Introduction... 4 Description du programme... 4 Champ d application et portée... 5 Directive 1 : Processus de sélection des fournisseurs de services...

Plus en détail

JE SUIS UN MÉDECIN ASSURÉ PAR SOGEMEC

JE SUIS UN MÉDECIN ASSURÉ PAR SOGEMEC JE SUIS UN MÉDECIN ASSURÉ PAR SOGEMEC CONTACTEZ-NOUS : 1 800 361-5303 information@sogemec.qc.ca RÉSUMÉ DU RÉGIME D ASSURANCE Une offre de services couvrant tous vos besoins UNE GAMME DE PROTECTIONS QUI

Plus en détail

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie TABLE S MATIÈRES L ARTICLE 39.4 DU CO S PROFESSIONS PRINCIPALES DÉFINITIONS

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Projet de la Ville de Luxembourg en collaboration avec la Police Grand-ducale. Chambres meublées

Projet de la Ville de Luxembourg en collaboration avec la Police Grand-ducale. Chambres meublées Projet de la Ville de Luxembourg en collaboration avec la Police Grand-ducale Chambres meublées PROJET Estimation sommaire : 2% de la population vivent dans des chambres meubléees Depuis 30 ans, la Ville

Plus en détail

Mémo Pour affichage ou circulation

Mémo Pour affichage ou circulation Commission des services juridiques Service de recherche 2, Complexe Desjardins, bur. 1404 Montréal (Québec), H5B 1B3 Tél. : 873-3562 Télécopieur : 873-9263 Mémo Pour affichage ou circulation À : Tous les

Plus en détail

Un chez nous entre nous

Un chez nous entre nous Un chez nous entre nous Les propriétaires récents et anciens sont aujourd hui confrontés à des défis similaires. Pour certains, le défi consiste à trouver un espace séparé pour des membres de leur famille

Plus en détail

La réadaptation, l art du possible CODE D ÉTHIQUE. www.constance-lethbridge.com. Suivez-nous sur

La réadaptation, l art du possible CODE D ÉTHIQUE. www.constance-lethbridge.com. Suivez-nous sur La réadaptation, l art du possible CODE D ÉTHIQUE Suivez-nous sur www.constance-lethbridge.com Siège social 7005, boulevard de Maisonneuve Ouest Montréal (Québec) H4B 1T3 Point de services 16777, boulevard

Plus en détail

RÉSIDENCE ST-PAUL-APÔTRE 2110, 8 e Avenue Québec. RÈGLEMENT DE L IMMEUBLE Un Toit En Réserve de Québec inc.

RÉSIDENCE ST-PAUL-APÔTRE 2110, 8 e Avenue Québec. RÈGLEMENT DE L IMMEUBLE Un Toit En Réserve de Québec inc. RÉSIDENCE ST-PAUL-APÔTRE 2110, 8 e Avenue Québec RÈGLEMENT DE L IMMEUBLE Un Toit En Réserve de Québec inc. 1. Entretien du logement L entretien normal du logement est aux frais de l occupant. Le locataire

Plus en détail

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES Alternance travail-études au niveau collégial... 5 Rôles et responsabilités de chacun... 6 Avantages de l alternance travail-études... 7 Situations particulières...

Plus en détail

Information concernant les comités consultatifs et les conseils d administration

Information concernant les comités consultatifs et les conseils d administration Information concernant les comités consultatifs et les conseils d administration Document produit par le Foire aux questions Comité consultatif ou conseil d administration? L'expérience montre que les

Plus en détail

Assurance collective des RSG-CSQ. Foire aux questions

Assurance collective des RSG-CSQ. Foire aux questions Assurance collective des RSG-CSQ Foire aux questions Présenté par l équipe de la Sécurité sociale Assurances CSQ Octobre 2010 QUESTIONS GÉNÉRALES Est-ce que le régime d assurance collective des RSG est

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

CHAPITRE V: LA QUALITÉ DE VIE

CHAPITRE V: LA QUALITÉ DE VIE CHAPITRE V: LA QUALITÉ DE VIE SECTION 5.3: LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL POLITIQUE INSTITUTIONNELLE RELATIVE À LA SANTÉ ET LA PAGE: 1 CHAPITRE: V Adoptée : CAD-7600 (26 08 03) ÉNONCÉ Assurer à la

Plus en détail

CADRE DE GESTION MÉCANISME D ACCÈS

CADRE DE GESTION MÉCANISME D ACCÈS SRSOR Les Services de Réadaptation du Sud-Ouest et du Renfort CADRE DE GESTION MÉCANISME D ACCÈS USAGER PRÉSENTANT UNE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE OU UN TROUBLE ENVAHISSANT DU DÉVELOPPEMENT Février 2007

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine.

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine. RESTAURANT SCOLAIRE D HABERE LULLIN REGLEMENT INTERIEUR Article préliminaire La cantine scolaire n a pas de caractère obligatoire et a pour objet d assurer, dans les meilleures conditions possibles d hygiène

Plus en détail

POLE GERONTOLOGIQUE DU RIOU BLANC LIVRET D ACCUEIL EHPAD PUBLIC AUTONOME

POLE GERONTOLOGIQUE DU RIOU BLANC LIVRET D ACCUEIL EHPAD PUBLIC AUTONOME POLE GERONTOLOGIQUE DU RIOU BLANC + LIVRET D ACCUEIL EHPAD PUBLIC AUTONOME Les Résidences Un Pôle Gérontologique proposant une prise en charge adaptée aux différentes pathologies 2 Le Pôle gérontologique

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DES LOCATAIRES CONNAISSEZ-VOUS VOS DROITS? 1. Le locateur peut entrer dans votre appartement en tout temps.

QUESTIONNAIRE DES LOCATAIRES CONNAISSEZ-VOUS VOS DROITS? 1. Le locateur peut entrer dans votre appartement en tout temps. QUESTIONNAIRE DES LOCATAIRES CONNAISSEZ-VOUS VOS DROITS? 1. Le locateur peut entrer dans votre appartement en tout temps. Vrai ou Faux 2. Vous avez le droit de changer les serrures sans la permission du

Plus en détail