Services d eau et secteur privé dans les pays en développement

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Services d eau et secteur privé dans les pays en développement"

Transcription

1 Services d eau et secteur privé dans les pays en développement Perceptions croisées et dynamique des réflexions Sous la direction de Aymeric BLANC et Sarah BOTTON

2 Services d eau et secteur privé dans les pays en développement Perceptions croisées et dynamique des réflexions Sous la direction de Aymeric BLANC et Sarah BOTTON * * Aymeric BLANC (Chef de projet, division Eau et assainissement de l AFD, et Sarah BOTTON (Chef de projets pédagogiques Partenariats public-privé, CEFEB-AFD,

3 Recherches Créée en 2010 par le département de la Recherche de l AFD, cette série présente des travaux de recherche initiés et pilotés par l AFD. Ils témoignent du rôle important qu entend jouer l AFD dans les débats scientifiques et publics sur le développement. Retrouvez toutes nos publications sur Précédentes publications de la collection : Le financement de l enseignement supérieur en Méditerranée - Cas de l Égypte, du Liban et de la Tunisie Financing Higher Education in the Mediterranean Region -The Case of Egypt, Lebanon and Tunisia Remerciements Les coordonnateurs de l ouvrage remercient l ensemble des auteurs pour leur contribution ainsi que Sylvaine Bernard-Srinivasan et Françoise Tiffoin pour leur relecture attentive. [ Avertissement ] Les analyses et conclusions de ce document sont formulées sous la responsabilité de ses auteurs. Elles ne reflètent pas nécessairement le point de vue de l AFD ou de ses institutions partenaires. Directeur de la publication : Dov ZERAH Directeur de la rédaction : Robert PECCOUD Conception et réalisation : Ferrari / Corporate Tél. : J. Rouy /Coquelicot Imprimé en France par : STIN

4 Avant-propos Si la participation du secteur privé dans le domaine des services essentiels a fait couler beaucoup d encre depuis près de vingt ans, permettant l expression de points de vue très différents et la multiplication d approches disciplinaires autour de cette question, peu de travaux font encore état du continuum que constitue la recherche d un équilibre entre service public et secteur privé depuis l origine du développement des services jusqu aux derniers revirements stratégiques opérés dans ces mêmes services [1]. En effet, les débats ont été extrêmement focalisés sur la période des réformes d ajustement structurel et sur les grands contrats de délégation des années , laissant peu d espace aux analyses transversales aux différentes périodes. Cette situation a contribué, d une part, à la polarisation d un débat idéologique (pro/antiprivatisation) extrêmement néfaste à la qualité des réflexions sectorielles et, d autre part, à des réflexes de «recherche d un modèle optimal», s accélérant au fur et à mesure que se profilait la «grande désillusion» (Stiglitz, 2003). Dans un cas comme dans l autre, ces dynamiques ont éloigné la réflexion sur les véritables enjeux à décrypter pour embrasser au plus près la réalité sectorielle. À l occasion d un travail de synthèse de cinq années de recherche à l AFD sur les partenariats public-privé (PPP), il nous a donc semblé nécessaire de croiser les analyses portant sur diverses périodes et géographies et issues de différents acteurs du secteur, afin de tenter d établir des passerelles nécessaires à une compréhension fine des phénomènes complexes qui composent l organisation des services essentiels de l eau potable dans les PED. Bien conscients des pièges du débat idéologique et attentifs aux évolutions du secteur portées par les acteurs sociaux et politiques qui le constituent, nous avons ainsi le projet de proposer un ouvrage collectif à la frontière entre recherche académique et réflexion stratégique des acteurs du secteur. En effet, comme le note Schneier-Madanes (2010), «la recherche sur l eau confère un statut hybride, intermédiaire entre l intellectuel et l expert au chercheur qui s y adonne». [1 ] Notons cependant quelques exceptions : l ouvrage collectif récent issu des réflexions du groupe Rés-Eau Ville du CNRS (Schneier-Madanes, 2010) et le numéro que la revue Tiers-Monde a consacré en 2010 à la réforme des services publics en réseau dans les villes en développement (Jaglin etzérah, 2010) qui se propose de «penser ensemble les pleins et les vides de la privatisation orthodoxe tout en les replaçant dans les évolutions plus larges de la gestion et de la gouvernance urbaine». Services d eau et secteur privé dans les pays en développement 3

5 Notre ouvrage ne prétend bien entendu pas à l exhaustivité sur le thème mais se propose, à travers des contributions d origines disciplinaires diverses, d illustrer un certain nombre d évolutions qui nous semblent déterminantes sur les pratiques et les discours autour de la participation d acteurs privés dans le secteur, avec pour finalité de contribuer à la compréhension des multiples conditions de l amélioration des services urbains d eau potable dans les pays en développement (PED). 4 AFD /Février 2011

6 Sommaire Introduction générale 9 Bibliographie 25 Première partie : Les grands contrats de PPP avec des opérateurs internationaux Avant le public était le privé par B. DARDENNE 29 Introduction Les premiers systèmes européens Les premiers systèmes dans les PED 37 Conclusion 46 Bibliographie Le PPP pour développer les services d eau potable : quelques leçons de l expérience française pour les PED par C. PEZON et L. BREUIL 51 Introduction L échec du modèle de la concession pour la généralisation de l accès a l eau potable : lecture croisée des expériences françaises et argentines Le succès de l affermage en France : quelles leçons pour l Afrique subsaharienne aujourd hui? 6 1 Conclusion 68 Bibliographie Le contrat d affermage, étude du cas du Niger par V. DUPONT 73 Introduction Une réforme pour combler un besoin d investissement L option de l affermage retenue pour minimiser les risques transférés au privé Une rémunération du fermier qui dépend de ses performances Un partage des risques équilibré Des résultats techniques satisfaisants Des rendements et un taux de recouvrement croissants mais insuffisants Un secteur financièrement équilibré pour l instant 88 Conclusion 91 Bibliographie Les PPP pour les services d eau urbains dans les PED, retour sur les performances des quinze dernières années par P. MARIN 95 Introduction Le développement des PPP dans le secteur de l eau dans les PED Quelles ont été les performances réelles des projets de PPP dans le secteur de l eau? Principaux constats Pour des PPP du secteur de l eau mieux adaptés au monde en développement 119 Conclusion 125 Bibliographie 128 Services d eau et secteur privé dans les pays en développement 5

7 Deuxième partie : La «greffe» de modèles issus des pays développés dans des contextes locaux Participation du secteur privé au Sénégal : la greffe a-telle pris? par S. TREMOLET Introduction Les faits: les arrangements contractuels ont fonctionné et tenu leurs promesses Que s est-il passé au cours du contrat? Quels ont été les principaux facteurs de succès? 143 Conclusion 151 Bibliographie Énergie du Mali ou les paradoxes d un «échec retentissant» par B. HIBOU, O. VALLEE et A. BLANC 153 Introduction L expérience EDM, retour sur 10 ans de PPP Le partenariat EDM à l épreuve de l équation sociale malienne 160 Conclusion 166 Bibliographie «Le rejet de la greffe» ou les impensés du transfert de modèle de PPP, les cas de Buenos Aires (Argentine) et de La Paz-El Alto (Bolivie) par S. BOTTON, A. BRAILOWSKY et P.-L. MAYAUX 169 Introduction La concession d Aguas Argentinas à Buenos Aires La concession d Aguas del Illimani à La Paz El Alto Analyse des expériences latino-américaines et reformulation stratégique par le groupe Suez Environnement (SE) 189 Conclusion 195 Bibliographie Partenariats et stratégies de réforme dans les services d eau. Les expériences de Carthagène (Colombie) et de Campo Grande (Brésil) par P.-L. MAYAUX 201 Introduction PPP et changement des principes de gestion La préparation des contrats : entre construction d alliance et neutralisation des oppositions Le déroulement du partenariat 214 Conclusion 219 Bibliographie Le PPP à l épreuve des différences culturelles. Étude de cas du Liban par H. YOUSFI 223 Introduction Contexte de l étude L histoire du partenariat racontée par les acteurs Des lectures du contrat divergentes 233 Conclusion 236 Bibliographie AFD /Février 2011

8 2.6. Les opérateurs privés locaux. Étude de cas de Conhydra en Colombie par C. AREVALO-CORREA 239 Introduction Le secteur de l eau et de l assainissement en Colombie Participation du secteur privé Analyse et évaluation des résultats 253 Conclusion 264 Bibliographie 267 Troisième partie : Un nouveau regard sur les modes d intervention des acteurs privés : le retour du pragmatisme? Un PPP particulier : la société d économie mixte ou empresa mixta par V. CASTRO et J. JANSSENS 271 Introduction Raison d être et base juridique Répartition du capital, opérations et surveillance Organisation du partenariat, autonomie et responsabilité Régulation et financement Analyse des risques et difficultés 279 Conclusion 284 Bibliographie La société d économie mixte pour l eau et l assainissement : les cas de Barranquilla et Carthagène (Colombie) par A. BLANC et D. ZAMUNER 287 Introduction La SEM comme réponse pragmatique et flexible à une situation de crise Un bilan positif en termes de service mais des contrats déséquilibrés Conclusion Bibliographie Les joint ventures d exploitation en Chine par D. LORRAIN 311 Introduction Première expérience Changement de doctrine Le montage d'une opération L approche industrielle Le contrat et son équilibre Transparence 321 Conclusion 323 Bibliographie Revue de la littérature internationale sur les POP de la distribution d eau potable par J. CAVE et A. BLANC 327 Introduction Les POP : des acteurs qui construisent leur légitimité dans l illégalité 328 Services d eau et secteur privé dans les pays en développement 7

9 Quel service public dans une ville fragmentée? L épineuse question de la régulation des POP 337 Conclusion 344 Bibliographie Penser la complémentarité entre secteurs formel et informel : la régulation des POP de la distribution d eau à Hô-Chi-Minh-Ville (Vietnam) par S. BOTTON 351 Introduction Les POP dans les services d eau à HCMV : éléments de contexte Le petit opérateur de mini-réseau privé : d une émergence spontanée à un accompagnement institutionnalisé L abandon progressif de l accompagnement des POP en milieu urbain ( ) 366 Conclusion 371 Bibliographie Les POP de Maputo (Mozambique), un modèle alternatif à encourager? par A. BLANC 377 Introduction Un secteur informel qui s est développé dans l ombre d un service public déficient Un modèle alternatif pertinent? Les POP et la politique publique de l eau à Maputo 389 Conclusion 398 Bibliographie Encourager la transition institutionnelle des petits opérateurs privés d eau potable. Enseignements tirés du programme Mirep au Cambodge par F. NAULET 401 Introduction L émergence des petits entrepreneurs d eau dans les gros bourgs cambodgiens : les spécificités et les limites des initiatives privées locales Mirep : accompagner la professionnalisation dans un cadre contractuel négocié Conclusion Bibliographie Les opérateurs privés et l approvisionnement en eau des petits bourgs en Afrique subsaharienne par C. LEGER et J. ETIENNE 425 Introduction Contexte : le secteur de l hydraulique en milieu rural La réforme de la maintenance de l hydraulique rurale au Burkina Faso : point de vue d un acteur clé Premiers résultats après six mois d exploitation (mai-octobre 2009) Conclusion 445 Bibliographie 448 Liste des auteurs 449 Liste des sigles et abréviations AFD /Février 2011

10 Introduction générale Le département de la Recherche de l AFD a lancé en septembre 2005 un programme de travail sur les PPP dans les PED dans le secteur des infrastructures de services publics (eau, électricité, transports, déchets, télécommunications). Cette recherche se situe à l interface entre l expérience de terrain des praticiens de l AFD et les travaux académiques. Le point de départ des études menées a été l analyse de la participation d opérateurs privés internationaux dans l accès aux services de base, à partir d un questionnement autour de l articulation entre logique marchande et logique de développement. Le constat d une certaine inefficacité de gestion et la situation financière alarmante de nombreuses entreprises publiques responsables de ces services avaient en effet motivé la mise en place de réformes dans les années 1990 visant à impliquer le secteur privé international qui devait apporter son professionnalisme et des capacités de financement pour accélérer l accès de tous aux services. Dans le secteur de l eau, la conférence de Dublin, en 1992, avait marqué le passage à la «commercialisation» et à la «marchandisation» du service (Bakker, 2009) en déclarant l eau comme bien à la fois social et économique. Comme le concept de «privatisation» portait, malgré tout, une forte charge émotive et idéologique négative et puisque les autorités publiques souhaitaient conserver leur souveraineté dans des secteurs politiquement sensibles, les schémas de PPP reposant sur une logique de communauté d intérêts et de partage des risques entre les parties étaient prometteurs. De nombreux contrats de concessions avaient alors été signés dans des PED par des grandes firmes françaises, avec l illusion que la capacité d investissement dont disposait le secteur privé allait permettre, via la marchandisation des services, d accélérer l accès de tous à l eau. Cette idée a d ailleurs été reprise aux sommets de la Terre à Rio (1992), avec la promotion des modèles PPP, puis à Johannesburg (2002) pour pouvoir atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement (en particulier le 7C : «Réduire de moitié, d ici à 2015, le pourcentage de la population qui n a pas d accès à un approvisionnement en eau potable ni à des services d assainissement de base»). Si cette période a permis l expérimentation de dispositifs qui ont étendu l accès aux services, ces premières expériences se sont accompagnées, dans l ensemble, de nombreuses désillusions : ruptures de contrats, améliorations décevantes au regard des objectifs fixés, répartition inégale entre bénéficiaires, mauvaise perception par les opinions publiques, etc. Services d eau et secteur privé dans les pays en développement 9

11 À la suite de quelques échecs retentissants de grandes concessions d eau (Buenos Aires, La Paz, etc.), on a assisté à un nouveau changement de cap des institutions internationales avec la réintroduction du principe de «politique locale» de l eau et le retour des pouvoirs publics locaux sur le devant de la scène (Forum mondial de l eau à Mexico en 2006), les bailleurs proposant une participation «revisitée» du secteur privé et s intéressant de façon croissante aux petits entrepreneurs privés. Dans le même temps, on a assisté à un glissement de paradigme, d un «accès aux services d eau potable pour tous» à celui d un «accès amélioré pour le plus grand nombre». Le programme de recherche de l AFD a tenté de dresser un bilan des deux décennies de PPP dans les PED en étudiant ces contrats de gestion déléguée, à travers quatre dimensions : leur dimension économique : quel est le schéma optimal de fourniture des services compte tenu des contraintes macroéconomiques d un pays? ; leur dimension contractuelle : quelles incitations prévoir, notamment pour la prise en compte des populations pauvres par le secteur privé? ; leur dimension institutionnelle : quelle régulation mettre en place pour assurer un partage équitable des ressources générées par des gains de productivité? ; leur dimension participative : comment assurer l adhésion de la société civile à ces réformes? Il est également apparu qu une analyse sociopolitique était nécessaire pour appréhender la réalité des PPP tant ceux-ci sont indissociables des jeux de pouvoir, des rapports de force et des pratiques de domination politique ou économique. Ils comportent aussi indubitablement une dimension sociétale qui va bien au-delà de la simple question de l accès (technique et économique) aux services de base, posant ainsi un questionnement fort sur le sens des politiques publiques. Au cours de la recherche, et au gré des évolutions sectorielles précédemment évoquées, de nouvelles thématiques se sont révélées mériter une investigation particulière pour renouveler et prolonger le débat sur les PPP, telle la question des petits opérateurs privés (POP) locaux informels et celle de leur intégration dans une politique publique d accès aux services. La recherche, menée sur une longue durée (à l échelle d un bailleur de fonds), a ainsi pu évoluer pour témoigner des évolutions des questionnements sur le sujet et pour s ouvrir à des problématiques non identifiées initialement. Les acteurs privés intervenant dans la fourniture des services publics se sont en effet diversifiés et leur rôle a évolué au cours des dernières décennies. Il semble en outre que les frontières entre privé et public soient devenues, dans certains cas, plus floues et plus complexes à identifier (sociétés d économie mixte, entreprises publiques gérées 10 AFD /Février 2011

12 avec des méthodes issues du secteur privé corporatisation [ 2], ring-fencing, ou répondant à des appels d offres de pays voisins avec une logique commerciale, etc.). Le présent ouvrage propose une synthèse d un certain nombre des travaux effectués dans le cadre de ce programme de recherche, ainsi qu une mise en perspective avec d autres travaux autour d une problématique commune. Il se compose de contributions académiques et d analyses d acteurs opérationnels impliqués dans les réflexions sur les évolutions du secteur. Le choix du secteur de l eau et de l assainissement a été motivé par la difficulté particulière à financer des investissements peu rentables (par rapport aux télécommunications ou à l électricité par exemple) et par la sensibilité politique aiguë des questions d accès à ce bien essentiel par excellence (droit à l eau, conflits liés à la gestion de l eau), auquel sont par ailleurs attachées des représentations particulières (culture de l eau, or bleu, eau don du ciel, etc.). La question qui est abordée ici est celle de l évolution de la perception, par les acteurs du développement (bailleurs de fonds, chercheurs, experts), du rôle du secteur privé dans les PED pour la fourniture du service public de l eau et de l assainissement. Cette question de recherche est directement liée à la dynamique sectorielle de «recherche d un modèle optimal de gestion de l eau», que nous questionnerons au fur et à mesure du développement de l ouvrage. Cette approche qui a longtemps été (et continue parfois à être) présentée comme la «voie» de résolution des questions techniques, économiques et politiques que pose l accès à l eau pour tous, a été à l origine de nombreux «transferts» et hybridations de modèles, plus ou moins heureux selon les contextes. L objectif de l ouvrage est donc de retracer la dynamique des réflexions sur le rôle des acteurs privés en faisant apparaitre la grande diversité des situations, la perception qu ont eue les acteurs du développement des apports mais aussi des problèmes générés par ces interventions, et d en analyser les conséquences pour l action publique. Nous tenterons de rendre compte des différentes étapes de cette dynamique qui évolue depuis des préoccupations économiques et financières vers des problématiques sociales et politiques, et depuis des réflexions essentiellement focalisées sur les grands centres urbains vers un questionnement intégrant les contextes périurbains et semi-urbains. Nous nous attacherons, dans une première partie, à dresser le bilan des grands contrats de PPP avec des opérateurs internationaux. Pour cela, nous reviendrons, d une part, sur les conditions historiques de l émergence des modèles à l œuvre et, [2 ] Regroupement des activités dans une structure bénéficiant d une certaine autonomie. Services d eau et secteur privé dans les pays en développement 11

13 d autre part, sur les risques (économiques, financiers et institutionnels), sur l évolution des types de contrat et sur les performances de ces schémas. Profitant de périodes de forte rentabilité dans leurs pays d origine ou contraints par la saturation de leurs marchés domestiques, les opérateurs d eau des pays développés, ont adopté une stratégie d internationalisation qui les a conduits à se positionner sur les marchés des PED. En 2001, cinq opérateurs majeurs se partageaient 80 % des contrats de PPP signés dans le secteur de l eau dans les PED en nombre d habitants servis : 36 % pour Suez, 15 % pour Saur, 12 % pour Véolia, 11 % pour Aguas de Barcelona et 6 % pour Thames Water (Marin, 2009). Ces contrats représentaient plus de 100 millions d usagers en 2001, contre à peine 10 millions en Le nombre de contrats de PPP signés chaque année dans le secteur de l eau a par ailleurs augmenté de façon continue depuis 1990, jusqu à dépasser le chiffre de 40 contrats en La première «vague» de PPP [ 3] a donc eu lieu au cours de la décennie Elle est associée aux politiques d ajustement structurel mises en place à cette époque, à la réduction de l intervention des États dans les activités économiques et aux conditionnalités de l aide publique au développement (APD) en faveur de réformes de libéralisation des secteurs et de «privatisation» des services. Pour autant, la littérature sur les PPP qui débute le plus souvent aux années 1990 pourrait laisser penser que tous les services d eau étaient publics avant cette date, alors que l histoire des opérateurs d eau privés est bien plus ancienne. Le premier chapitre, proposé par Bertrand Dardenne, rappelle ainsi que les entreprises privées, qui avaient largement participé à la construction des réseaux d eau des pays développés au XVIII e siècle, avaient également signé dès le XIX e et au début du XX e de nombreux PPP en Amérique latine, sur le pourtour de la Méditerranée, en Asie et même en Afrique subsaharienne. Les services d eau ainsi créés étaient cependant réservés aux élites ; c est l apparition plus tardive de la notion de service public qui a presque toujours été accompagnée de la nationalisation de ces services (les opérateurs privés ayant auparavant pratiqué des tarifs élevés et des investissements insuffisants, caractéristiques des situations de monopole). Ce phénomène a par ailleurs été renforcé par la volonté des pays devenus indépendants de construire une identité nationale autour de la gestion de leurs services publics en s opposant aux intérêts des entreprises étrangères. Le débat sur la participation d opérateurs privés dans les PED dans les années 1990 n est donc que la reformulation, en des termes différents, d une question qui s était déjà posée un siècle auparavant. [3] Comme nous le verrons plus loin, une deuxième vague de PPP dans lesquels le secteur privé assume une partie moins importante des risques s est ensuite développée à partir des années 2000 environ. 12 AFD /Février 2011

14 Ce détour historique met également en lumière la spécificité de la situation française. En effet, au moment où les services d eau ont été nationalisés dans la plupart des pays développés, la France s est résolument appuyée sur l expérience de ses opérateurs privés qui ont accompagné des municipalités souvent incapables de financer les investissements permettant de généraliser l accès à l eau. Un «modèle français» a donc été exporté par les trois grands opérateurs qui se sont partagé, au cours de la décennie 1990, la majorité des contrats de PPP. Christelle Pezon et Lise Breuil reviennent sur cette expérience française pour montrer que le modèle de la concession et de la régulation par prix plafond mis en place en France au XIX e siècle pour créer en parallèle un service collectif gratuit et un service à domicile payant a en réalité échoué à généraliser l accès à l eau. Le financement privé des investissements supposant un recouvrement des coûts par le tarif, le service fourni par les concessionnaires est resté limité à une élite et les municipalités ont progressivement fait évoluer les contrats vers des contrats d affermage dans lesquels les investissements étaient financés par l impôt. Un siècle plus tard, cette évolution fondamentale n a pourtant pas été prise en compte à Buenos Aires, entre autres, où malgré une situation différente, le financement de l extension massive des réseaux par le tarif s est trouvé dans la même impasse. À l inverse, le succès du modèle de l affermage dans les communes françaises, y compris en milieu rural, semble pouvoir inspirer des adaptations prometteuses notamment en Afrique de l Ouest où les lois récentes de décentralisation s accompagnent souvent d un objectif de délégation des services d eau à des professionnels. Ce n est pour l instant qu en milieu urbain que de tels contrats d affermage ont été expérimentés avec succès, comme en Côte d Ivoire depuis 1960 et plus récemment au Sénégal et au Niger. Vianney Dupont consacre un chapitre à l analyse du cas de l affermage du Niger mis en place en Ce mode institutionnel de gestion a été retenu parce qu il transfère des risques modérés vers l opérateur privé. Il limite également le coût des investissements pour l usager en le faisant porter par les bailleurs de fonds, les futurs usagers (grâce à l étalement de la durée des remboursements) et l État, qui garantit les prêts. Tout en maintenant des tarifs relativement bas, la réforme a permis une nette augmentation du nombre de connexions, du volume d eau produite et du rendement technique et commercial, même si les taux de desserte sont restés relativement modestes en raison de la forte croissance urbaine. Cette tendance à une évolution vers des contrats dans lesquels les investissements sont de moins en moins assurés par les opérateurs privés est confirmée par Philippe Marin dans un chapitre qui fait le bilan de quinze années de PPP dans le secteur de l eau dans les PED et analyse les performances de plus de 65 contrats de PPP. Si le Services d eau et secteur privé dans les pays en développement 13

15 nombre de contrats signés a accusé un certain recul dans les années 2000, la population desservie par des opérateurs privés est en croissance continue avec près de 170 millions d habitants en Quant au retrait des grands opérateurs internationaux de certains marchés, il a été compensé par l entrée de nouveaux opérateurs régionaux issus des pays émergents. En termes de performance, environ 24 millions de nouvelles connexions ont été réalisées dans le cadre de PPP et les affermages ont dans l ensemble mieux réussi que les concessions qui ont souvent souffert d un sous-investissement. Le rationnement de l eau a diminué grâce aux PPP et l efficience opérationnelle s est accrue. Les tarifs ont dans l ensemble souvent augmenté mais l interprétation de cet effet est complexe car il faut mettre en regard les investissements qui ont été réalisés dans le secteur. Ces données d ensemble cachent une grande diversité des situations parmi lesquelles on trouve autant de succès que d échecs. L analyse révèle surtout que l apport de financements privés n était pas la bonne justification du recours à des PPP : c est en effet sur les gains d efficience que les expériences ont été les plus homogènes, ce qui oblige à chercher d autres modes de financement (péréquations avec d autres services comme l électricité ou le téléphone, les bailleurs, etc.). En outre, pour éviter que les pauvres ne soient les perdants des réformes, les PPP doivent intégrer le coût des objectifs sociaux dans leur conception. Même dans les cas de rupture anticipée, les PPP ont d ailleurs indirectement obligé les autorités à formuler une politique sectorielle cohérente et à y associer les objectifs et les moyens nécessaires. Dans la deuxième partie, nous nous intéresserons davantage aux risques sociopolitiques et culturels liés aux PPP, à la manière dont les modèles issus de pays développés ont réussi ou non à se modifier, à se métisser et à s hybrider dans les PED, au sein de contextes locaux et d environnements institutionnels, socioéconomiques et politiques différents. Nous analyserons ainsi comment et pourquoi la «greffe a pris» [ 4] dans certains cas alors que dans d autres il y a eu une réaction «auto-immune». Nous étudierons également en quoi un PPP peut agir comme révélateur de dynamiques politiques locales ou être objet de récupération politique. Comme nous l avons vu en première partie, le PPP mis en place au Sénégal au milieu des années 1990 est considéré par les acteurs de l eau comme un succès. Il s agit d un contrat inspiré de l expérience française et aussi, dans une certaine mesure, de l expérience ivoirienne des années 1960 de l opérateur Saur. Le choix du modèle de l affermage semble pertinent compte tenu de l économie du secteur sénégalais de l eau. Mais Sophie Trémolet nous montre que, si la greffe a pris, c est aussi parce que ce modèle a été particulièrement bien adapté au contexte local, aussi bien au [4] Pour reprendre la métaphore de Franceys (2008). 14 AFD /Février 2011

16 moment de la conception du projet de réforme que pendant la durée du contrat. Un comité de pilotage de la réforme, stable et réunissant quelques personnes-clés issues des autorités sénégalaises, de l opérateur et des bailleurs de fonds (de même formation et ayant avec le temps noué des relations de confiance) a pu faire vivre le contrat et le faire évoluer lorsque des conflits ont surgi. Une forme de négociation par consensus et conciliation s est établie, faisant appel lorsque nécessaire à des experts extérieurs, à l image de la tradition répandue en Afrique de l Ouest du dialogue ouvert et du recours aux «sages». Enfin, une forte volonté politique a porté la réforme depuis les plus hauts niveaux du gouvernement, et les bailleurs de fonds se sont investis durablement dans son accompagnement. À l inverse, le PPP initié au Mali à la même époque qu au Sénégal et impliquant également Saur est souvent présenté par les acteurs du secteur comme un échec retentissant. Dans ce cas, la société Énergie du Mali (EDM) était responsable à la fois de la distribution de l eau et de l énergie [5], une situation particulière qui en théorie pourrait être source d économies d échelle et de péréquations entre les deux secteurs, celui de l électricité étant considéré comme plus rentable. Béatrice Hibou, Olivier Vallée et Aymeric Blanc reviennent sur cette expérience de dix années qui ont vu se succéder deux contrats différents entre EDM et des opérateurs privés, jusqu à une reprise de la gestion publique en Si les bailleurs de fonds ont abondamment étudié les déficiences du cadre juridique (et notamment la confusion dans la définition du rôle du régulateur), les erreurs de rédaction du contrat ou la non pertinence des modèles de partenariat choisis, une analyse des logiques et des dynamiques sociopolitiques de cette expérience ouvre à d autres interprétations que celle de l échec. En dépit des frictions, des incompréhensions et des oppositions entre les principaux partenaires, les évolutions observées ont permis de problématiser différemment la question de la fourniture de biens essentiels tels que l eau et l électricité. Aux motivations initiales de la réforme, essentiellement financières, se sont ajoutées des préoccupations nouvelles en termes d accès aux services publics. L irruption du partenaire privé a également servi à révéler la diversité des positions sur la question d EDM au sein de la société malienne et a faire évoluer les différents acteurs en fonction de leur position, de leur stratégie, de leurs alliances et de leurs intérêts. Si le PPP a finalement agi comme un catalyseur dans le sens d une plus grande exigence de service public, les incompréhensions, les oppositions et la force des réseaux sociaux (opposés au maintien d une coalition viable entre les différents acteurs) n ont pu permettre aux négociations d éviter le départ de Saur. [5] Cette situation est fréquente en Afrique de l Ouest et d autres PPP de sociétés mixtes (eau/électricité) ont été tentés avec des résultats plutôt positifs (Cap-Vert, Gabon) ou plutôt négatifs (Gambie, Tchad). Services d eau et secteur privé dans les pays en développement 15

17 Dans un chapitre où il compare deux expériences de délégation de service en Amérique latine, Pierre-Louis Mayaux approfondit cette analyse des PPP en termes de coalitions politiques. Il souligne ainsi l importance décisive de la capacité des acteurs à construire et à entretenir des alliances pour traverser les périodes d incertitude et le caractère irréductiblement volontaire de la coopération. En outre, comme toute coalition, les PPP mobilisent des principes d action relativement ambigus qui ménagent des intérêts différents, et la recherche de «la» bonne règle contractuelle ne peut se substituer à une combinaison variable de stratégies coopératives, d actions unilatérales et de confrontations. La coopération favorise l institutionnalisation des partenariats par la mise en commun de ressources (qui servent de signaux d engagement crédibles pour l autre partie), mais aussi par la tenue d un discours régulier qui réaffirme les principes d action communs. L analyse cognitive souligne ainsi l importance du rôle des idées dans les PPP, qu illustre également la nécessité de désamorcer la formation de coalitions adverses par un discours de communication qui légitime le partenariat. La consolidation des alliances invite dès lors à une hybridation poussée des logiques publiques et privées [ 6 ], même si celle-ci accroît les dilemmes traditionnels des PPP relatifs aux marges des opérateurs, à la transparence financière et, in fine, à la qualité de la démocratie locale. C est bien cette ambigüité des partenariats et des modalités de coopération que l on retrouve dans l analyse comparative des cas des concessions de Buenos Aires et de La Paz-El Alto, proposée par Sarah Botton, Alexandre Braïlowsky et Pierre-Louis Mayaux. Pourtant présentées comme deux illustrations d «échecs de PPP» relativement comparables (un même opérateur Suez, des modalités contractuelles initiales quasi identiques et des décisions de renationalisation des services dans des temporalités proches), les cas argentins et boliviens sont en définitive très éloignés l un de l autre du fait des ambitions et ressorts politiques propres à chaque contexte. Il ressort donc de la comparaison l absolue nécessité de mener une analyse sociopolitique des situations afin de ne pas cantonner la lecture des résultats des PPP aux simples performances techniques et commerciales des opérateurs, qui constituent d ailleurs plutôt des réussites que des échecs. Ce chapitre comparatif se propose, d une part, de revenir sur les contradictions des ambitions du PPP dans chacune des deux agglomérations et sur la déconstruction progressive du «modèle» qu ils étaient censés porter («vitrine» du groupe Suez dans le cas de Buenos Aires et «concession pro poor» dans le cas de La Paz-El Alto) ; d autre part, de donner la parole à l un des acteurs clés de cette aventure sectorielle en invitant le groupe Suez-Environnement à formuler sa propre analyse de la fin des concessions latino-américaines et des repositionnements stratégiques qu il a envisagés pour la période suivante. [6] Cf. chapitres sur les sociétés d économie mixte dans la troisième partie de cet ouvrage. 16 AFD /Février 2011

18 Ainsi, les «rejets immuns» de certains PPP dans les PED peuvent s expliquer par des incompréhensions et des malentendus nés de montages institutionnels ambigus, d une asymétrie d information et de compétences entre les parties contractantes et surtout de conflits de pouvoir entre les différents acteurs (y compris au sein des autorités des pays où les réformes sont mises en place). Les difficultés rencontrées peuvent également être causées par l absence de prise en compte des contextes culturels où ces greffes sont tentées. L importance des aspects culturels dans la réussite des PPP renvoie au lien entre culture et développement qui fait l objet de débats souvent marqués par une querelle entre «culturalistes» et «anti-culturalistes» (le terme «culture» ayant sans doute été «surjoué», surinterprété, et politiquement instrumentalisé et associé à un ordre social figé). Les travaux de l anthropologie et de la sociologie offrent pourtant un matériau important sur les représentations, les codes et les pratiques partagés par des groupes sociaux qui semblent jouer un rôle dans les processus de développement [ 7]. Il ne s agit donc pas d opposer d un côté les traditions culturelles et, de l autre, le progrès, les valeurs modernes et universelles puisque la tradition est en réalité un «objet d invention» (Warnier, 2008) qui se reformule en fonction de contextes historiques spécifiques. La culture serait plutôt, selon l approche de Philippe d Iribarne (2003), «ce qui donne sens» à ce que vivent les hommes et ce qui s incarne dans leurs façons d interagir les uns avec les autres. Ses travaux sur les entreprises performantes montrent que des notions comme la coopération ou la confiance, s enracinent dans des «visions de l homme et de la société propres à chaque société» et qu il est possible de construire, dans le fonctionnement de chaque entreprise, des formes d ordre social qui, tout en étant compatibles avec la culture locale, sont favorables à la performance. C est cette approche que propose Hela Yousfi dans un chapitre qui, à partir de l analyse de la vie d un contrat de gestion déléguée au Liban, cherche à illustrer les difficultés dans le fonctionnement d un contrat de PPP qui peuvent être liées aux spécificités culturelles. Bien entendu, cette grille de lecture n épuise pas les multiples dimensions d analyse et une compréhension globale du cas présenté nécessiterait de tenir compte notamment de la forme de l État au Liban, de la superposition des textes de loi depuis l Empire ottoman, ou de la dimension politique de ce type de contrat. Ce type d éclairage culturel contribue toutefois à élargir la connaissance dont disposent les bailleurs de fonds et les entreprises sur l adaptation de leurs pratiques à la variété des contextes culturels, ce afin que les PPP mis en place dans les PED soient moins façonnés par les représentations du monde des pays développés. [7] Ce rôle a été illustré à l occasion de la conférence organisée à Paris en décembre 2007 par le département de la Recherche de l AFD et le réseau European Development Network (EUDN) : «Culture et développement : la culture fait-elle la différence» (cf. Afrique Contemporaine 2008, n o 226). Services d eau et secteur privé dans les pays en développement 17

19 Enfin, une autre manière d intégrer la dimension culturelle au départ est de recourir à des PPP avec des opérateurs nationaux, solution qui offre par ailleurs de multiples avantages (absence de risque de change par exemple). Le développement du secteur privé local est cependant trop faible dans de nombreux PED pour satisfaire aux critères de professionnalisme des appels d offres de PPP. Une adaptation de ces derniers et la formation de consortia regroupant des opérateurs internationaux expérimentés et des entreprises nationales pourrait donc encourager le développement progressif d opérateurs modernes dans les PED. Dans les pays émergents, ces acteurs locaux sont déjà apparus de manière spectaculaire durant la dernière décennie : pratiquement inexistants en 2000, ils représentaient en 2008 près de 40 % du marché des PPP dans les PED en nombre d habitants servis. Ils sont notamment très présents aux Philippines, en Colombie ou au Brésil [8]. Le chapitre proposé par Carmen Arévalo, qui conclue cette partie, retrace la formation d un de ces opérateurs en Colombie à la faveur d un programme gouvernemental d appui aux PME dans le secteur de l eau. Il analyse les performances de l opérateur dans huit petites villes du département d Antioquia et s interroge sur ses avantages comparatifs par rapport à des entreprises privées étrangères mais aussi par rapport aux sociétés d eau publiques colombiennes. Enfin, on observe un intérêt croissant des acteurs du développement pour des configurations jugées initialement «non orthodoxes» mais qui sont aujourd hui étudiées avec pragmatisme. Dans la troisième partie, nous élargirons donc la réflexion à d autres types d acteurs privés ou à d autres modes d intervention du secteur privé que ceux envisagés dans les PPP classiques passés en revue dans les deux premières parties. Le secteur privé peut en effet être appréhendé de manière beaucoup plus large et diversifiée qu à travers le seul rôle de la multinationale délégataire de service, et nous nous interrogerons sur les modalités de constitution de partenariats renouvelés qui intègrent cette diversité et ce métissage. Par ailleurs, les acteurs privés dont le rôle était perçu comme limité aux grands centres urbains sont de plus en plus intégrés aux réflexions sur l accès à l eau dans des contextes semi-urbains. Nous avons vu précédemment que les coalitions politiques qu implique la mise en place des PPP afin de donner corps à une véritable coopération invitent à reconsidérer la frontière entre le partenaire public et le partenaire privé. Les principes orthodoxes de la régulation de la délégation de service recommandent pourtant qu il y ait une séparation claire entre, d un côté, l autorité chargée du contrôle et, de [8] Voir les chapitres de Philippe Marin et de Pierre-Louis Mayaux. 18 AFD /Février 2011

20 l autre, le délégataire du service afin d éviter les conflits d intérêt. Or, l exemple des sociétés d économie mixte (SEM) ou joint venture d exploitation (JV), étonnamment absent de la littérature sur les PPP, semble aller à l encontre de ces principes : dans ce modèle, le service est délégué à une société dont le capital est partagé entre un opérateur et l autorité délégante elle-même. Un premier chapitre proposé par Vivian Castro et Jan Jannssens analyse cette forme hybride de partenariat qui a connu un certain succès en Espagne et en Amérique latine, et tente de la situer par rapport aux autres formes de PPP, notamment en termes de partage des risques, de mode de financement des investissements et d enjeux de régulation. Cette réflexion sur les SEM se poursuit dans un chapitre consacré à la Chine dans lequel Dominique Lorrain porte un regard sur l ouverture progressive de ce pays à la participation d opérateurs privés. Cette ouverture a pris diverses formes et le choix de la Chine a été d opter au début des années 2000 en faveur du recours aux firmes étrangères pour l amélioration de l ensemble du système technique de la distribution d eau en leur ouvrant la moitié du capital des compagnies des eaux de plusieurs municipalités. Cette approche essentiellement pragmatique emprunte à divers modèles européens de gouvernance urbaine et redéfinit les rapports entre les partenaires, l équilibre du contrat, l accès à l information et la pondération des intérêts pris en compte par la SEM. C est aussi un modèle en construction qui évolue avec le transfert de compétences qui s effectue au profit des compagnies des eaux et dont l issue est encore incertaine. Enfin, dans un chapitre consacré à la Colombie, Aymeric Blanc et Diego Zamuner étudient deux villes (Barranquilla et Carthagène) afin de tester la capacité du modèle des SEM à apporter des réponses à un certain nombre de problèmes classiques des PPP comme l asymétrie d information ou les ruptures avant terme des contrats grâce à un alignement des intérêts des parties en les associant dans une même société. Les deux SEM étudiées, constituées comme des réponses pragmatiques à une situation de crise profonde des sociétés publiques municipales responsables de l eau et de l assainissement dans les années 1990, semblent avoir montré une résilience forte à un contexte économique et politique difficile, et le service fourni s est sensiblement amélioré. Cependant, la rémunération des opérateurs privés apparait dans ces deux cas trop élevée par rapport aux risques qui leur sont transférés, en partie du fait d une régulation au niveau national qui ne joue pas encore bien son rôle. Les SEM, au même titre que les autres PPP, dépendent d une régulation performante pour que les intérêts des autorités, des opérateurs et des usagers soient équitablement pris en compte. Services d eau et secteur privé dans les pays en développement 19

Services d eau et secteur privé dans les pays en développement

Services d eau et secteur privé dans les pays en développement Services d eau et secteur privé dans les pays en développement Perceptions croisées et dynamique des réflexions Sous la direction de Aymeric BLANC et Sarah BOTTON Services d eau et secteur privé dans les

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU

STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU PLAN DE COMMUNICATION STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU 1. ONEA BURKINA FASO 2. CONTEXTE PN AEPA 3. PN AEPA 4. Volet Formation

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Résumé du Mémoire d Executive Master

Résumé du Mémoire d Executive Master EXECUTIVE MASTER EN POLITIQUES ET PRATIQUES DU DEVELOPPEMENT (DPP) Année Académique 2012 2013 Résumé du Mémoire d Executive Master Bilan d une approche basée sur l accompagnement des partenaires: Cas du

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Introduction au private equity

Introduction au private equity BANQUE FINANCE SOCIAL GESTION DROIT MARKETING Introduction au private equity Les bases du capital-investissement Cyril Demaria 4 e édition SOMMAIRE Préface... 11 Introduction : Qu est-ce que le private

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace!

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! 5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! Edition 2010 Des formations -s & -s Nouveauté rentrée 2010 : Réduction de l offre : Le socle + 4 déclinaisons spécifiques www.management-progression.fr

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Table des matières Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Introduction... 9 I. Le cadre général de la recherche : l espace pénal

Plus en détail

L approche conceptuelle

L approche conceptuelle Cap Vert C o m m u n i c a t i o n 9.05.2000 Symposium International sur la Microfinance et la Promotion des Micro et Petites Entreprise Praia, 12 au 14 juin 2000 L approche conceptuelle 1. Introduction

Plus en détail

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers 3 principes fondamentaux pour un management efficace : A chaque objectif opérationnel un objectif managérial La motivation des collaborateurs : préoccupation centrale La relation Manager / collaborateur

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe

Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe «Quelles perspectives pour l investissement de production» Assaad SAAB - EDF RESEAU Buenos-Aires MONDER 23-26 novembre

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL CONSULTING

DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL CONSULTING Consulting DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL CONSULTING Un véritable expert pour réussir votre développement international Développement International Consulting / SAS / Siège :70, rue LAURISTON, 75116 PARIS

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Contact : ch.michelet@partenairesfl.com

Contact : ch.michelet@partenairesfl.com PARTENAIRES Finances Locales, société totalement indépendante sur le plan financier et commercial, est un cabinet spécialisé dans le conseil aux collectivités locales et aux établissements publics locaux.

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Rencontre avec Directeur Général Banque Privée

Rencontre avec Directeur Général Banque Privée Rencontre avec Directeur Général Banque Privée PARTAGE D OPPORTUNITES VENDREDI 03 JUILLET 2015 JEAN-PIERRE PLONQUET Les Assurances et les Banques Des métiers traversés par des oppositions profondes L assurance

Plus en détail

LA REFORME DU SECTEUR DE L ELECTRICITE AU SENEGAL

LA REFORME DU SECTEUR DE L ELECTRICITE AU SENEGAL LA REFORME DU SECTEUR DE L ELECTRICITE AU SENEGAL Mme Maïmouna SECK NDOYE Expert Economiste Commission de Régulation du Secteur de l Electricité 1 Plan de la présentation Aperçu sur le Sénégal Situation

Plus en détail

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group LE FOCUS GROUP 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? Un focus group est un type d entretien de groupe composé de personnes concernées par une politique de développement ou une intervention. Il est

Plus en détail

Avant-propos. L utilité du plan marketing

Avant-propos. L utilité du plan marketing Avant-propos L Avant-propos E PLAN MARKETING est l exercice annuel des chefs de produit, des directeurs marketing et des comités de direction des entreprises. Le chef de produit le réalise pour la gamme

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

COUR DES COMPTES. Synthèse. du Rapport public thématique Novembre 2009

COUR DES COMPTES. Synthèse. du Rapport public thématique Novembre 2009 COUR DES COMPTES Synthèse du Rapport public thématique Novembre 2009 Le transfert aux régions du transport express régional (TER) : un bilan mitigé et des évolutions à poursuivre Avertissement La présente

Plus en détail

Modèles et pratiques pour le canal de distribution

Modèles et pratiques pour le canal de distribution DOSSIER Modèles et pratiques pour le canal de distribution sous la direction de Marc Filser Gilles Paché INTRODUCTION MARC FILSER IAE Dijon, université de Bourgogne GILLES PACHÉ Université Aix-Marseille

Plus en détail

L ORGANISATION COMMERCIALE

L ORGANISATION COMMERCIALE L ORGANISATION COMMERCIALE I. Les structures commerciales L équipe commerciale est définie, au sens large du terme, comme l ensemble des acteurs intervenant dans le processus de vente. Organiser l équipe

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

La certification V 2010 des établissements de santé : son impact constaté et son impact recherché par la Haute autorité de santé

La certification V 2010 des établissements de santé : son impact constaté et son impact recherché par la Haute autorité de santé La certification V 2010 des établissements de santé : son impact constaté et son impact recherché par la Haute autorité de santé Thomas LE LUDEC Directeur délégué, Directeur de l'amélioration de la qualité

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère Sommaire 1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère 1. Contexte et enjeux du PPE 1.1 Une loi et des orientations départementales 1.2 Les enjeux du PPE 2. La démarche

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Commission de Régulation de l Electricité et de l Eau (CREE)

Commission de Régulation de l Electricité et de l Eau (CREE) Commission de Régulation de l Electricité et de l Eau (CREE) 1 1. Les missions de la CREE 2. La régulation 3. Cadre légal et réglementaire (principes tarifaires) 4. Plan d Action Stratégique 5. Les outils

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

POSITION DU CRID : L ACCÈS À L EAU POTABLE ET À L ASSAINISSEMENT. Sommaire. n LISTE DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES... 2

POSITION DU CRID : L ACCÈS À L EAU POTABLE ET À L ASSAINISSEMENT. Sommaire. n LISTE DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES... 2 POSITION DU CRID : L ACCÈS À L EAU POTABLE ET À L ASSAINISSEMENT Sommaire n LISTE DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES....................... 2 n POURQUOI LE CRID PREND-IL POSITION SUR L ACCÈS À L EAU POTABLE

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

Le partenariat public privé dans une stratégie de développement de l électrification rurale. Dr Amadou SOW, ADG/ASER

Le partenariat public privé dans une stratégie de développement de l électrification rurale. Dr Amadou SOW, ADG/ASER Cder IEPF Le partenariat public privé dans une stratégie de développement de l électrification rurale Dr Amadou SOW, ADG/ASER Définition Un PPP consiste en l association entre une autorité publique et

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Conseil National du Commerce Extérieur L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Anticiper Partager Agir 2005 www.cnce.org.ma CHAPITRE I : Sommaire LES INDICATEURS DE

Plus en détail

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise Patrice Laroche Les relations sociales en entreprise Dunod, Paris, 2009 ISBN 978-2-10-054248-2 Sommaire Introduction 1 Chapitre 1 Le contexte et les principaux acteurs des relations sociales en France

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR)

L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR) L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR) Notre démarche ISR La gestion dite de "stock-picking" de Financière de l Echiquier est une gestion qui s appuie avant tout sur la connaissance approfondie

Plus en détail

Introduction. AVANT-PROPOS

Introduction. AVANT-PROPOS Introduction. AVANT-PROPOS Évoquer la difficulté, pour les entreprises, de survivre dans un contexte de concurrence à l échelle de la planète est aujourd hui d une banalité absolue. Parler de l exigence

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

> Les engagements. des entreprises

> Les engagements. des entreprises Charte du Syndicat professionnel des entreprises de services d eau et d assainissement pour la gestion du patrimoine Les engagements des entreprises Sommaire 1 Les signataires de la Charte 2 Les enjeux

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Le management du travail

Le management du travail Le management du travail Un modèle de compréhension et d action!! Eléments de cadrage! Actions engagées par le réseau! Et du côtés de la formation des managers (FI et FC)? qui concerne l ensemble de la

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Liste des notes. 1. Le consommateur est lui-même un acteur mais il peut être mieux placé au sein de l analyse de la demande alimentaire.

Liste des notes. 1. Le consommateur est lui-même un acteur mais il peut être mieux placé au sein de l analyse de la demande alimentaire. Liste des notes 1. Le consommateur est lui-même un acteur mais il peut être mieux placé au sein de l analyse de la demande alimentaire. 2. Par exemple, le fonctionnement des marchés obéit à des réglementations

Plus en détail

ENERGIE - EAU EN AFRIQUE

ENERGIE - EAU EN AFRIQUE FORUM RHONE-ALPES / AFRIQUE 6 ème Edition «La maîtrise de l Eau et de l Energie constitue le préalable de tout développement économique et social durable» ENERGIE - EAU EN AFRIQUE Financements -Technologies-

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Synthèse des conclusions et recommandations Bamako les 14-15 et 16 février 2005 Page 1 sur 5 Les 14, 15 et 16 février 2005, a eu lieu à Bamako

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT. 5 Mobiliser ses salariés MANAGEMENT. 8 Former ses salariés EVOLUTION DES COMPETENCES

2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT. 5 Mobiliser ses salariés MANAGEMENT. 8 Former ses salariés EVOLUTION DES COMPETENCES 1 Décider d embaucher? 2,5 jours 1,5 jour PACK 2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT 6 jours 3 Attirer, motiver, fidéliser ses salariés 2 jours 4 Choisir son mode de management 2 jours 1 jour PACK 5 Mobiliser

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité Chambre de Commerce et d industrie de Lyon Novacité [LE BUSINESS PLAN] Le Centre Européen d'entreprise et d'innovation Novacité (CEEI Novacité) est une structure animée par la Chambre de Commerce et d'industrie

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés Anthropie Expert CHSCT Exper&se CHSCT Notre expertise au service du CHSCT! Anthropie, cabinet de conseil en ergonomie, est agréé par le Ministère du Travail en tant qu expert CHSCT. Notre expertise nous

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

Article 29 Groupe de protection des données

Article 29 Groupe de protection des données Article 29 Groupe de protection des données 10972/03/FR final WP 76 Avis 2/2003 concernant l'application des principes de protection des données aux annuaires «Whois» Adopté le 13 juin 2003 Le groupe de

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

APESS. Une authentique organisation d éleveurs liés à la tradition

APESS. Une authentique organisation d éleveurs liés à la tradition APESS Une authentique organisation d éleveurs liés à la tradition Plan de l exposé 1. Contexte de naissance et d évolution 2. Contexte nouveau et nouveaux enjeux 3. Choix politique et projet de société

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Mon Master à l ESTIM

Mon Master à l ESTIM Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique L Ecole Supérieure des Technologies d Informatique et de Management Mon Master à l ESTIM Livret des études «A l ESTIM Business School

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Journée contributive n 1 : Croissance, innovation, disruption Junior ESSEC 28/11/2014

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Journée contributive n 1 : Croissance, innovation, disruption Junior ESSEC 28/11/2014 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 1ère journée Compte-rendu de l atelier 6 : Nouveaux clusters numériques Journée contributive n 1 : Croissance, innovation,

Plus en détail

Le financement de l ESS par la BPI en France

Le financement de l ESS par la BPI en France 1 Le financement de l ESS par la BPI en France Encourager un moteur du développement urbain local Cette fiche utile se propose de revenir sur l importance de l Economie Sociale et Solidaire pour les territoires

Plus en détail