ETUDE SUR LA RECHERCHE & DEVELOPPEMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE SUR LA RECHERCHE & DEVELOPPEMENT"

Transcription

1 MINISTERE DE L'INDUSTRIE REPUBLIQUE TOGOLAISE DU COMMERCE ET DU Travail-Liberté-Patrie DEVELOPPEMENT DE LA ZONE FRANCHE PROJET DE DEVELOPPEMENT DU SECTEUR PRIVE SECRETARIAT TECHNIQUE RAPPORT D ETUDE THEMATIQUE ETUDE SUR LA RECHERCHE & DEVELOPPEMENT Janvier 2000 CONSULTANTS Pr C. de SOUZA Pr M. Y. D. GUMEDZOE

2 2 SOMMAIRE INTRODUCTION I. PRESENTATION DU SECTEUR DE LA RECHERCHE-DEVELOPPEMENT Définition du concept Rappel de la mission assignée à la recherche-développement au Togo Organisation de la recherche au Togo Historique et orientations Organigramme et fonctionnement Les ressources humaines, matérielles et financières Les principaux programmes de recherche Les structures de recherche Les structures para-étatiques Les unités de recherche dans les entreprises Les institutions internationales de recherche II. IDENTIFICATION DES BESOINS, CONTRAINTES ET ATOUTS POUR LA RECHERCHE DANS LES DIFFERENTS SECTEURS DE L ECONOMIE L environnement de la recherche Contraintes et faiblesses Les atouts Secteur agricole Les facteurs institutionnels récents Contraintes et faiblesses Les atouts Secteur industriel Contraintes et faiblesses Les atouts Secteur artisanal Contraintes et faiblesses Les atouts.. 26 III. IDENTIFICATION DES PERSPECTIVES ET OPPORTUNITES D INVESTISSEMENTS PRIVES Le secteur agricole Transformation des produits agroalimentaires Situation de l'élevage et de la pêche Secteur artisanal Opportunités d'investissements privés 28 IV. ELABORATION DE STRATEGIE, PLAN D ACTION, PROGRAMME ET IDEES DE PROJETS DE RECHERCHE-DEVELOPPEMENT.. 32 Pages

3 Orientations Objectifs Stratégies Stratégies visant à la réorganisation de la recherche Stratégie visant à renforcer les capacités des structures de recherche Stratégies visant à la protection des inventions Stratégie de vulgarisation des résultats de recherche Stratégies visant la création d un cadre de partenariat et de dialogue permanent entre le secteur privé, les institutions de recherche et les bailleurs de fonds Plan d action Proposition de projets 45 CONCLUSION 58 REFERENCE BIBLIOGRAPHIQUES ANNEXES... 61

4 4 INTRODUCTION Le Gouvernement togolais, suite à la crise économique et financière de ces dernières années, a adopté un plan de relance de son économie en mettant l'accent sur le désengagement de l'etat et la promotion du secteur privé. C'est dans ce cadre qu'un projet de développement du secteur privé a été initié par ce dernier, avec le concours financier de la Banque Mondiale. Une série d'études ont été commandées pour servir de documents de base au cours du déroulement de la table ronde qui sera l'aboutissement du projet ci-dessus mentionné. Conscientes du fait que la promotion et le développement du secteur privé ne peuvent connaître un succès sans le concours de la recherche-développement, les autorités togolaises y attachent un grand prix en l'inscrivant à l'ordre des études. En effet, au Togo, pendant longtemps, dans le fonctionnement du secteur de la recherche, les activités étaient moins intimement associées aux actions et projets de développement publics ou privés ; ce qui se traduit par une définition floue des liens entre les objectifs de la recherche et ceux de développement socio-économique. A cela s'ajoutent une faiblesse des mécanismes d'organisation et de coordination au niveau des structures de recherche, une insuffisance des ressources (matérielles et financières surtout) et une lacune constatée au niveau de l enseignement qui, n est pas assez orienté pour susciter l émulation, la curiosité, la créativité et l innovation nécessaires pour une impulsion décisive vers le développement technologique. Ainsi, la recherche-développement qui devrait donc constituer l élément accélérateur et dynamisant du processus de promotion des activités socio-économiques en leur procurer les outils d une croissance durable, n a pas su répondre à ses prérogatives. Mais la nécessité pour la société togolaise en général et les entreprises à caractère économique en particulier de s appuyer sur des unités de recherche-développement opérationnelles est d autant plus incontournable du fait que ces dernières constituent le cœur de la conception et du développement des projets comme de toute activité économique en tant que facteur de vitalité et de viabilité. Il s avère donc nécessaire de faire de la recherche-développement un instrument privilégié et d assurer l intégration de la recherche d accompagnement dans tous les programmes et projets de développement économique et social pour une orientation efficace des actions afin de répondre aux besoins de la société. Ce rôle que l on attend de la recherche-développement permettra à l économie togolaise de s adapter aux exigences de l intégration sous-régionale et au phénomène de globalisation. Le présent rapport présente la situation de la recherche au Togo en spécifiant les particularités de chaque secteur de l'économie, analyse les contraintes, besoins, et atouts pour aboutir à la formulation des orientations et à des propositions de stratégies, plan d'action et idées de projets en vue de la promotion du secteur privé. Le rapport présente également des données sur une analyse des contraintes qui freinent le développement des activités de recherche-développement au Togo, et énonce les suggestions, les recommandations et les propositions de mesures pour améliorer la situation. Il constitue une base de réflexion pour la Table Ronde sur le secteur privé qui sera organisé. La démarche méthodologique adoptée par les consultants pour accomplir leur tâche comporte les points suivants :

5 5 - un examen critique des études antérieures et des rapports de missions menées au Togo, en particulier le dernier rapport du groupe CRC SOGEMA (Juillet 1998) : «Etude su le développement, le transfert de la technologie et sur la recherche et développement au Togo» ; - une série d entrevues avec certains acteurs des systèmes de recherche au Togo, des représentants des instituts et centres de recherche, des chercheurs, des représentants de l administration togolaise œuvrant dans le secteur de la recherchedéveloppement. Une bonne partie des informations présentées dans ce rapport ont été fournies fort aimablement par les collègues des institutions de recherche et les acteurs du monde de la recherche-développement, nous leur exprimons notre profonde gratitude.

6 6 I. PRESENTATION DU SECTEUR DE LA RECHERCHE-DEVELOPPEMENT 1.1. Définition du concept La recherche se définit généralement comme une étude destinée à élucider et à mieux interpréter des faits nouveaux à la lumière desquels on révisera les conclusions habituelles, théories ou lois établies pour leur application pratique afin de mieux résoudre des problèmes de développement urgents dans différents domaines comme l agriculture, la médecine, la chimie industrielle, etc. Elle vise principalement un but pratique et le développement ou la mise au point de nouveaux produits, dispositifs ou procédés. Dans les lignes qui vont suivre, nous allons indiquer ce que sont dans les grandes lignes la capacité et les activités de recherche-développement au Togo. Nous présenterons le diagnostic de la recherche-développement au Togo en fournissant des informations sur : la mission assignée à la recherche-développement ; les structures de recherche ; les ressources humaines ; les ressources matérielles ; le financement de la recherche ; les principaux domaines ou programmes de recherche Rappel de la mission assignée à la recherche-développement au Togo En adoptant le décret 86/71 du 16 Avril 1986 portant organisation de la Recherche Scientifique au Togo, le gouvernement a pris une option claire, celle de faire de la Science et de la Technologie les piliers du développement socio-économique de la Nation. L objectif général qu il a assigné à la recherche-développement est de mettre la Science et la Technologie au service du progrès et du bonheur de l Homme. De cet objectif général, découlent les objectifs spécifiques suivants : - arriver à une gestion rationnelle et durable des ressources naturelles ; - développer l agriculture et valoriser ses produits pour accéder à la sécurité alimentaire ; - promouvoir l industrialisation basée sur les produits agricoles et miniers ; - promouvoir l artisanat Organisation de la recherche au Togo Historique et orientations Le début de la recherche au Togo remonte aux différents accords de coopération établis avant et après son indépendance il sera fait mention dans ce rapport des mesures prises après l accession du pays à la souveraineté (le 27 avril 1960). Il s agit essentiellement du décret N du 18 Mars 1965 portant création de l Institut National de Recherche Scientifique (INRS) ayant pour mission la coordination, la centralisation et la diffusion des résultats de recherche sur le territoire national. Ne disposant pas de moyens adéquats, l INRS n a pas pu atteindre ses objectifs. Les instituts de recherche nationaux relevaient pour la plupart de certains ministères techniques qui déterminaient leurs objectifs de recherche.

7 7 Trois instituts français : l Institut de Recherche sur le Coton et autres fibres Textiles (IRCT), l Institut de Recherche sur le Café, le Cacao et autres plantes stimulantes (IRCC) et l Office de Recherche en Sciences dans les Territoires d Outre Mer (ORSTOM) fonctionnaient parallèlement aux instituts de recherche nationaux. Au total le réseau de recherche comptait 15 instituts en Le manque de coordination, de collaboration et de vision claire des objectifs réduisait l efficacité et l impact de ces institutions de recherche, à l exception des instituts français qui étaient plus performants parce que disposant de plus de moyens. Bien que l Etat eût consacré des montants financiers non négligeables aux activités de ces organismes de recherche et d études, leurs impacts scientifique, économique et social étaient peu visibles. L Etat a donc réagi en créant en 1986 la Direction de la Recherche Scientifique (décret N 86-71/PR du 11 Avril 1986), chargée de la coordination et de la réglementation de la recherche au Togo Organigramme et fonctionnement Organigramme de la Direction de la Recherche Scientifique L organigramme de la DRS comporte les organes suivants : - le Conseil National de la Recherche regroupe tous les ministres qui ont sous leur responsabilité des institutions de recherche et un représentant de l Assemblée Nationale ; - le Comité Technique de la Recherche Scientifique regroupe tous les directeurs d institutions de recherche ; ce comité est assisté de trois commissions interministérielles qui sont : la Commission d identification et d évaluation scientifique des priorités de recherche ; la Commission de coordination des programmes nationaux de recherche ; la Commission de contrôle de la gestion des fonds de projets. - la Direction de la Recherche Fonctionnement de la Direction de la Recherche Scientifique L organisation, la planification et l exécution de la recherche scientifique au Togo sont placées sous la responsabilité de : - le Conseil National de la Recherche Scientifique ; - le Comité Technique de la Recherche Scientifique ; - le Direction de la Recherche Scientifique. Le Conseil National de la Recherche Scientifique définit les grandes orientations nationales en matière de recherche scientifique. Il étudie et apprécie le bilan des activités de recherche menées sur le territoire national.

8 8 Le Conseil se réunit en session ordinaire au moins une fois par an vers la fin de l année sur convocation de son président. Le Conseil peut tenir des sessions extraordinaires en cas de nécessité. Le Conseil Technique de la Recherche scientifique propose les activités de recherche à entreprendre, conformément aux orientations et priorités définies. Il est chargé de l évaluation de ces activités, et il se réunit avant chaque réunion du Conseil National de la Recherche Scientifique. La Direction de la Recherche Scientifique est chargée de : - la coordination de l exécution des décisions arrêtées par le Conseil National de la Recherche Scientifique ; - du suivi des activités de recherche scientifique menées au Togo ; - de l étude en collaboration avec le Ministère directement intéressé de toute demande d autorisation de recherche en provenance des institutions ou organismes étrangers ; - de la négociation en collaboration avec les institutions intéressées, des conventions et programmes dans le domaine de la Recherche scientifique avec les pays ou organismes étrangers Les ressources humaines, matérielles et financières Les ressources humaines Il est important de définir ce qu est un chercheur avant d aborder les question de ressources humaines : un chercheur est toute personne détenant un diplôme universitaire (ou un niveau équivalent d expérience) qui participe activement à un projet de recherche dans un établissement universitaire formellement reconnu ou dans un centre de recherches (milieu institutionnel officiel) et qui consacre au moins 40% de son temps aux activités de recherche. Le développement d une capacité de recherche dans un pays donné nécessite le développement de ressources humaines bien formées. Au delà de la formation universitaire, le développement de compétences en recherche-développement ne peut être atteint qu en faisant de la recherche. Dans cette optique il est nécessaire d améliorer la formation universitaire, surtout pour les aspects qui concernent la recherche et en offrant la possibilité à des jeunes diplômés de développer leurs aptitudes à la recherche en se lançant dans des activités de recherche. L évolution des inscriptions des étudiants dans les facultés et écoles de formation de deuxième cycle (diplômes d ingénieur, de Maîtrise et de licence) et troisième cycle (Diplôme d études approfondies ou DEA et de doctorat) fournissent des informations précieuses sur le stock de ressources humaines disponibles non seulement pour la recherche mais aussi pour le développement en général Les premiers inventaires de la communauté de chercheurs nationaux avaient fourni des chiffres de 40 en 1974 et 289 en 1989 (tous grades et tous secteurs confondus). Un inventaire de la DRS datant de Janvier 2000 indique un chiffre de 180 chercheurs qui se répartissent dans les différents secteurs de la façon suivante. Tableau 1 : Répartition des chercheurs répertoriés par la DRS en janvier 2000 dans les différents secteurs SECTEURS DIPLOMES EFFECTIFS Hommes Femmes I. Santé-Nutrition Doctorat 15 1

9 9 II. Société-Education- Développement Doctorat 13 0 Ingénieur/Maitrise/DEA 1 0 III. Secteur Agriculture Doctorat 30 1 Ingénieur/Maitrise/DEA 73 3 IV. Secteur Sciences et Techniques de l Ingénieur Doctorat 33 1 Ingénieur/Maitrise/DEA 7 2 Source : DRS Ressources matérielles Les efforts des pouvoirs publics déployés ces dernières années en équipement des centres de recherche bien que louables restent en dessous des besoins recensés Financement de la recherche Le financement de la recherche est assuré par : - l Etat togolais ; - les organismes internationaux (fonds d Aides et de Coopération (FAC) ; Centre de Recherche pour le Développement International (IRDC), Agence de Coopération Culturelle et Technique (ACCT), GTZ, PNUD, OMS, etc.). Le tableau suivant montre l évolution (de 1974 à 1989) des ressources financières accordées par l Etat aux activités de recherche, ceci en comparaison avec le PIB. Tableau 2 : Données sur les ressources financières allouées par l Etat aux activités de recherche (de 1974 à 1989) Intitulé Budget total de l'etat (A) Ressources financières des institutions de recherche (B) PIB (C) Rapport B/A 3,66% 2,49% 2,75% 3,59% Rapport B/C 0,46 0,73 0,67 0,77 Source : DRS Pour évaluer l effort de l Etat togolais en matière de financement de recherchedéveloppement, il sera utilisé l indicateur suivant : les dépenses totales consacrées à la recherche ou en valeur relative en pourcentage du PIB consacré à ces activités. En analysant les chiffres du tableau, il est aisé de constater que l investissement total consacré annuellement à la recherche, bien que appréciable, est très loin de ce qui a été suggéré lors des différentes réunions internationales pour les pays en voie de développement puisqu on y proposait 1% du PNB.

10 10 Dans le secteur agricole spécifiquement, les données concernant le financement des activités de recherche en 1995 sont consignées dans le tableau suivant. Tableau 3 : Dépenses annuelles en recherche développement réalisées en 1995 dans le secteur agricole (coopération internationale) SOURCES a) Recherche vivrière RRPMC WECAMAN IITA ADRAO ROCARS/FED SAVANES UE/IITA/RAMR OTP b) Recherche agropédologie IITA ADRAO AFNETA/FIDA IFS WAFMEN c) Recherche cotonnière OPAT SOTOCO d) Recherche café-cacao Prêt MDR OPAT SAFICC e) Recherche Zootechnique et vétérinaire RABAOC AVPELF/IREF FINANCEMENTS (Milliers de F CFA) Total financement déclaré (1995) = 270,921 millions (dont financement national : 230 millions et financement extérieur :40,921 millions) Il faut remarquer que le secteur privé togolais participe très peu au financement des programmes de recherche Les principaux programmes de recherche Les domaines de recherche couvrent les secteurs suivants : - agriculture- nutrition et alimentation ; - santé-pharmacopée ; - société-éducation-population-développement ; - habitat-urbanisme-population ; - sciences-technologie et ressources naturelles.

11 11 En 1989, les six programmes triennaux prioritaires retenus par le Conseil National de la Recherche Scientifique et leurs objectifs sont les suivants : Programme Cultures vivrières L objectif général de ce programme était de maîtriser les facteurs d amélioration de la production des principales cultures vivrières du Togo et constituer une source d information sur les principaux thèmes de promotion de ces cultures afin de répondre aux préoccupations des organismes de développement agricoles et aux exigences de la politique d autosuffisance alimentaire mise en œuvre par le gouvernement togolais. Ce programme avec ses 9 projets allant de la collecte et caractérisation des ressources phytogénétiques à l amélioration des céréales et des plantes à tubercules et des espèces animales en passant par les techniques de conservation et l analyse des mycotoxines dans les denrées agricoles ; l étude de l environnement socio-économique du paysan a généré certains résultats encourageants Programmes Cultures de rente Son objectif est d accroître la productivité du caféier tout en améliorant sa qualité (lutte contre le scolyte des baies du caféier) et de promouvoir la culture du kolatier Programme Gestion et amélioration des sols L objectif est de faire la synthèse des nombreux acquis de la recherche dans le domaine de la pédologie afin de livrer aux utilisateurs les résultats intéressants déjà obtenus Programme de valorisation des tourbes et phosphates Son objectif principal était d évaluer en station la potentialité agronomique des ressources naturelles comme la tourbe et le phosphate naturel. L effet engrais du phosphate naturel ne se fait sentir que 12 mois après l application Programme Etude de la dynamique des mutations sociales et économiques du Togo Son objectif était de fournir des éléments d appréciation des changements économiques et sociaux qui s opèrent en milieu rural et urbain au Togo Programme Amélioration de l état de santé dans le monde rural Ses objectifs étaient : - étudier les comportements sociaux pour une meilleure connaissance de la perception et des pratiques des populations rurales en rapport avec la santé et la maladie ; - identifier et analyser les besoins des populations rurales en matière de santé ; - évaluer les propriétés médicinales de certaines plantes. Tous ces programmes (pour ceux qui sont conduits jusqu au bout) ont produit des résultats parfois mitigés, mais les applications pratiques des résultats obtenus restent à prouver.

12 Les structures de recherche Les plus importants centres de recherche du Togo sont en ordre décroissant : - l'université du Bénin (avec ses 15 établissements d'enseignement supérieur et ses laboratoires ou centres de recherche) ; - l'institut Togolais de la Recherche Agricole (ITRA) ; - la Recherche médicale ; - la Recherche en Pharmacopée (essentiellement des privés et des équipes isolées) ; - le Centre de Construction et de Logement (CCL) ; - la Société Internationale de Linguistique (SIL) Les structures para-étatiques Les plus importants centres de recherche du Togo sont : - l ensemble de la recherche à l Université du Bénin (en 1995, on y dénombrait 80 chercheurs) ; - l ITRA (Institut Togolais de la Recherche Agricole) ; - le Centre de construction et de logement (CCL) ; - la Recherche dans le domaine de la santé (il n existe plus d institut, seules demeurent des équipes de chercheurs isolés) ; - la Société internationale de Linguistique (SIL) Les activités de recherche à l ITRA Elles concernent : - la recherche appliquée portant sur l amélioration variétale (maïs, sorgho-mil, coton, riz, café-cacao) ; - la recherche fondamentale sur la pourriture brune des cabosses du cacao ; - la conservation et transformation post-récolte ; - le développement d une râpe mobile ; - etc Les activités de recherche au Centre de Construction et de Logement Elles concernent : - l urbanisme ; - l utilisation de matériaux locaux pour la construction des bâtiments et édifices ; - méthodes améliorée de construction ; - les normes ; - etc Données sur les établissements de recherche de l'université du Bénin

13 13 Les lignes qui suivent décrivent les activités de recherche menées dans un certain nombre d'établissement de l'université du Bénin. a) La Faculté des Sciences - Le laboratoire des Extraits Végétaux et Arômes Naturels (LEVAN) produit des huiles essentielles et des pommades à partir d extraits de plantes aromatiques. - Le Centre de Formation et de Recherche sur les Plantes Médicinales conduit des activités de production de médicaments et de recherche sur les propriétés thérapeutiques des plantes médicinales africaines et il assure également la formation des tradithérapeutes. b) L Ecole Nationale Supérieure des Ingénieurs (ENSI) Au sein des Départements, les équipes et les activités de recherche sont organisées en laboratoires de recherche qui sont : Génie Civil - Mécanique des sols et géotechnique - Route - Béton, béton armé - Hydraulique et hydrologie - Structure et résistance des matériaux - Topographie Génie Electrique - Electronique - Electricité - Electrotechnique - Physique générale - Informatique Génie Mécanique - Matériaux - Mécanique - RDM - Mécanisme - Métrologie - Automatique - Informatique - Atelier de soudure - Atelier de machines-outils c) L Ecole Supérieure d Agronomie (ESA) On note un certain nombre de programmes de recherche :

14 14 - Identification des maladies virales de l igname, du niébé, du manioc ; - Alimentation animale ; - Etude d amélioration des petits ruminants ; - Développement d un semoir manuel ; - Besoin en eau des plantes ; - Elevage périurbain ; - Etude sur la sécurité alimentaire ; - Etudes sur les potentialités des sols et cartographie ; - Utilisation des phosphates naturels pour la fertilisation des sols ; - Recherche sur les plantes aromatiques. d) L Ecole Supérieure des Techniques Biologiques et Alimentaires (ESTBA) Les principaux activités de recherche ont porté sur : - la transformation et conservation des fruits et légumes saisonniers ; - la production de biscuits et de yogourt ; - l amélioration des procédés traditionnels locaux de transformation de la viande de porc en saucisses et autres produits : - la conservation et contrôle de la qualité hygiénique et production de phytomédicaments éthiques ; - la mise au point d une demande de type HACCP pour le suivi assurance-qualité ; - la production des huiles essentielles ; - le contrôle de la qualité microbiologique et physicochimique de l eau ; - le contrôle de la qualité hygiénique des denrées alimentaires ; ; - le contrôle de la qualité hygiénique des phytomédicaments. e) Le Centre d Informatique et de Calcul (CIC) Les activités de recherche concernent : - l assemblage de micro-ordinateurs, maintenance et réparation des équipements informatiques ; - la conception et le développement de logiciels de gestion. Il est à noter que l Université du Bénin dispose en outre de locaux au Centre Hospitalier Universitaire de Lomé-Tokoin, de Centres d application ou d expérimentation agropastoraux à Tchitchao (Préfecture de la Kozah), à Zozo Kondji (Préfecture d Agou) et à Kovie (Préfecture du Zio). La capacité d accueil est d environ six mille étudiants, mais leur nombre actuel est deux à trois fois plus élevé. Les domaines de recherche sont essentiellement les suivants : - les sciences exactes et naturelles ; - les sciences biomédicales et pharmaceutiques ; - les sciences humaines et sociales ; - les sciences juridiques, économiques et de gestion ; - les techniques et la technologie ;

15 15 - les sciences agronomiques Résumé des caractéristiques de certaines structures Les caractéristiques de certaines de ces structures sont résumées dans les tableaux qui suivent. Dans ces tableaux, sont indiqués : - la genèse (ou date de création) de l institut ; - les objectifs qui lui sont assignés ; - les réalisations (technologies développées ou résultats de recherche, etc) ; - les problèmes rencontrés dans l accomplissement de sa mission ; - les ressources financières ; - les perspectives.

16 16 Tableau 4 : Caractéristiques de quelques institutions de recherche Secteurs Genèse Objectifs Réalisations (technologie) Problèmes ou contraintes rencontrés I. AGRICULTURE ITRA et les SERVICES TECHNIQUES Crée en 1997 suite à la fusion et à la réorganisation des centres du MAEP s'occupant de la recherche. Il a le statut d une société d économie mixte. - Assurer la coordination du système national de recherche agricole - Aide au développement rural en vue d une amélioration des technologies utilisées et d une amélioration de la qualité de vie des populations. II. UNIVERSITE 2.1. ESA L'Ecole est créee en 1972 C est une Ecole destinée à former des Ingénieurs Agronomes. Des activités de recherche (essentiellement la recherche appliquée) sont organisées au niveau des différents départements de cette Ecole. - Recherche appliquée portant sur l amélioration variétale (maïs, sorgho-mil, coton, riz, café-cacao) - Recherche fondamentale sur la pourriture brune des cabosses du cacao - Conservation et transformation post-récolte - Développement d une râpe mobile - Identification des maladies virales de l igname, du niébé, du manioc - Projets individuels (à spécifier..) - Alimentation animale - Etude d amélioration des petits ruminants - Développement d un semoir manuel - Besoin en eau des plantes - Elevage périurbain - Etude sur la sécurité alimentaire - Etudes sur les potentialités des sols et cartographie - Utilisation des phosphates naturels pour la fertilisation des sols - Recherche sur les plantes aromatiques - Financement insuffisant - Accès à l information sur les marchés agricoles difficiles, les techniques et technologies - Infrastructure routière inadéquate - Besoin de formation (à évaluer) des chercheurs et du personnel d'appui à la recherche - Problème de diffusion des résultats - Partenariat avec le secteur privé inexistant - Equipement insuffisant - Besoin de formation (à évaluer) des chercheurs et de techniciens supérieurs Financement - Etat - Organismes internationaux - Budget de l Université du Bénin Perspectives - Orienter les activités de recherche vers les besoins des bénéficiaires ciblés - Mieux diffuser les résultats et les acquis de recherches - Orienter les activités de recherche vers les besoins des bénéficiaires ciblés - Mieux diffuser les résultats et les acquis de recherches

17 17 Tableau 4 : Caractéristiques de quelques institutions de recherche (suite) Secteurs Genèse Objectifs Réalisations (technologie) Problèmes ou contraintes rencontrés 2.2. ESTBA L Ecole est née de la Les activités de recherche - Problème de diffusion des résultats restructuration de sont axées sur des problèmes - Programme de formation conçu l Institut Universitaire de pratiques dans le domaine de pour satisfaire les besoins du secteur Technologie de Santé et la nutrition et de l hygiène, public et non privé des Sciences Biologiques telles que : - Manque de financement pour la de l Université du Bénin maintenance des équipements par Arrêté Rectoral n - Partenariat avec le secteur privé 0015/UB/R/90 du 23 inexistant août 1990 modifié par - Recyclage du personnel technique arrêté Ministériel n enseignant 041/MENRS du 03 mai Elle a deux missions principales : - la formation d Ingénieurs des Travaux la recherche fondamentale et appliquée - créer et promouvoir des unités, des laboratoires ou des centres de recherche - offrir des prestations de service dans les domaines suivants : * analyse et contrôle des denrées alimentaires * analyses médicales * analyse des eaux * analyse des phénomènes atmosphérisques - assurer la production des biens de consommation dans le domaine de la transformation et de la conservation des produits alimentaires - Transformation et conservation des fruits et légumes saisonniers - Production de biscuits et de yogourt - Amélioration des procédés traditionnels locaux de transformation de la viande de porc en saucisses et autres produits - Conservation, contrôle de la qualité hygiénique et production de phytomédicaments éthiques - Mise au point d une demande de type HACCP pour le suivi assurance-qualité - Production des huiles essentielles - Contrôle de la qualité microbiologique et physicochimique de l eau - Contrôle de la qualité hygiénique des denrées alimentaires - Contrôle de la qualité hygiénique des phytomédicaments Financement - Budget de l Université du Bénin Perspectives - Orienter les activités de recherche vers les besoins des bénéficiaires ciblés - Mieux diffuser les résultats et les acquis de recherches

18 Les unités de recherche dans les entreprises Hormis quelques activités occasionnelles de recherche, la majorité des entreprises ne font pas de recherche. Toutefois, elles cherchent à améliorer leurs produits et procédés de production. Et la majorité a bénéficié des transferts de technologies ou de l assistance technique de l extérieur, le plus souvent de la part de leurs maisons mères ou du groupe auquel elles appartiennent Les institutions internationales de recherche L Institut International d Agriculture Tropicale (IITA) à Ibadan Nigéria L Institut International d Agriculture Tropicale a pour objectif d accroître la productivité des principales cultures vivrières et d élaborer des systèmes de production durables susceptibles de remplacer la jachère forestière ou la culture sur brûlis dans les zones tropicales humides et subhumides. Les programmes d amélioration des cultures concentrent leurs efforts sur le manioc, le maïs, le niébé, l igname, le soja et le plantain. Les résultats de la recherche sont diffusés par le biais des programmes de coopération internationale, à savoir la formation, l information et l échange de matériel génétique et transfert des résultats de recherche au secteur privé. L IITA a été crée en 1967 et a son siège à Ibadan au Nigéria. Un conseil d administration international préside aux affaires de l Institut. Le personnel se compose de près de 180 chercheurs et experts originaires d environ 40 pays travaillant soit au siège d Ibadan, soit dans diverses antennes de l IITA situées dans de nombreux pays de l Afrique subsaharienne. L IITA fait partie du groupe des centres internationaux de recherche agricole à but non lucratif financés par le groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (GCRAI) L Association pour le Développement de la Riziculture en Afrique de l Ouest (ADRAO) Créée en septembre 1970 sous le parrainage du PNUD, de la FAO et de la Commission Economique pour l Afrique (CEA), l ADRAO est une organisation intergouvernementale bilingue qui regroupe aujourd hui 16 pays dont le Togo. L ADRAO a pour mission d aider ses pays membres à parvenir à l autosuffisance en riz, qui est l une des principales denrées alimentaires de l Afrique de l Ouest. Devenue en 1986 un membre à part entière du Groupe Consultatif pour la Recherche Agricole Internationale (GCRAI), l ADRAO diffère légèrement des autres centres du GCRAI par le fait qu elle a un conseil des Ministres composé des ministres de l Agriculture de ses Etats membres. Le secteur privé (surtout les producteurs) est étroitement impliqué dans les différentes phases de développement des technologies Le centre asiatique de recherche et de développement des cultures maraîchères (AVRDC) Le centre créé en 1971 a pour mission de conduire des recherches et de promouvoir le développement des cultures maraîchères dans les zones tropicales humides et subhumides. Les principales activités inscrites au programme dudit centre sont :

19 19 - la collecte, la conservation et l ennoblissement de germplasme ; - l amélioration variétale ; - l amélioration des techniques culturales ; - des études sur l environnement et la nutrition ; - le transfert de technologie ; - la formation ; - des publications scientifiques. II. IDENTIFICATION DES BESOINS, CONTRAINTES ET ATOUTS POUR LA RECHERCHE DANS LES DIFFERENTS SECTEURS DE L ECONOMIE 2.1. L environnement de la recherche Contraintes et faiblesses Les problèmes d ordre matériel, financier et humain minent le déroulement normal des activités de recherche : - pas de lien formel entre les institutions de recherche et le secteur privé ; - insuffisance de la participation de l Etat au financement de la recherche ; - le secteur privé n intervient pas dans le financement des activités de recherche ; - la plupart des entreprises du secteur privé togolais ne font pas de recherche mais elles cherchent à améliorer leurs produits et procédés de production ; - insuffisance d équipements dans les structures de recherche (laboratoires, centres, instituts stratégiques) ; - manque de locaux adaptés aux activités de recherche ; - manque de collaboration entre les différents acteurs et structures de la recherche ; - démotivation des chercheurs due à l absence de statut juridique bien défini du personnel impliqué dans les activités de recherche ; - pas de système d information scientifique et technique structuré. Par ailleurs, il est à noter que l Université n a pas, à ce jour, réussi à mettre la plupart des résultats de recherche disponibles au service du développement national. Les prestations de service aux agents économiques sont encore assez rares. Pour changer cette situation, l Université a crée une division des prestations de service à la DRS-UB ( Direction de Recherche Scientifique de l Université du Bénin) (selon les propositions contenues dans le Livre Blanc de l Université. Cette division pourrait être transformée en une Direction des prestations de service de l Université du Bénin Les atouts Les atouts majeurs sont les suivants : - un bon réseau d institutions de recherche disponible, surtout dans le domaine agricole ; - des ressources humaines compétentes ; - certaines institutions de recherche surtout les centres internationaux de recherche agricole établissent souvent des liens avec le secteur privé pour l exploitation de leurs résultats de recherche (cas de l IITA, de l ADRAO et de l AVRDC).

20 Secteur agricole L agriculture occupe une place importante dans le développement de l économie du Togo, car elle fournit l essentiel des moyens de subsistance de la population rurale et urbaine, et emploie plus de 70% de la population active. Sa contribution dans la production nationale peut atteindre 33% et parfois plus. Selon les chiffres cités par la FAO (1995), les produits agricoles rapportent plus 20% des recettes d exportation. Les produits agricoles fournissent aussi des matières premières aux entreprises agroalimentaires. Ces derniers transforment ces produits ce qui, entraîne le développement du secteur du commerce et de l industrie. L environnement institutionnel de la recherche étant complexe, l amélioration des performances de celle-ci dépend en partie de l aptitude des partenaires à jouer un rôle accru dans la conception des programmes de recherche et de transfert de technologies agricoles. L organisation du système de recherche agricole repose sur trois éléments fondamentaux - les programmes de recherche ; - les ressources ; - les facteurs institutionnels. Nous analysons ces différents éléments et nous dresserons une liste des forces et faiblesses du système national de recherche agricole Les facteurs institutionnels récents La principale évolution récente est traduite dans la création en 1998 de l Institut Togolais de la Recherche Agricole (ITRA) la reprise du processus de restructuration des institutions rurales est un acteur majeur dans ce secteur pour la recherche développement. La réforme de l organisation de la recherche agricole a commencé en 1998 par la fusion de différentes unités et laboratoires de recherche agricole en une seule entité l ITRA. Cette centralisation fonctionnelle a été accompagnée d une décentralisation régionale. Le nouvel institut doté du statut d une société d économie mixte devra améliorer l efficacité de la recherche agricole au Togo et l orienter vers les besoins du secteur privé. Il existe généralement une synergie entre les institutions de recherche et développement, aussi bien dans la conception des institutions et des programmes que dans les stratégies de mise au point et de transfert de technologies. Mais au Togo, il y a une rupture nette entre les institutions de recherche et les utilisateurs des résultats de recherche. Cette rupture manifestée au niveau institutionnel et opérationnel est perceptible dans l attitude et le comportement aussi bien des agents de développement que des chercheurs Contraintes et faiblesses Nombreuses sont les contraintes à l adoption des technologies mises au point. En effet, plusieurs technologies existent et sont susceptibles d imprimer une évolution positive significative à la production agricole. Certaines sont encore au niveau des stations de recherche et d autres déjà dans le milieu paysan. Mais force est de constater que le taux

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 3- Secteur agricole Présentation générale Le couvert forestier du Gabon couvre 22 millions de ha (FAO

Plus en détail

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude Note d information / Politiques agricoles n 13 Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude 27 mai 2013 / Sélection par l équipe technique RECA RECA Réseau

Plus en détail

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION Investir pour le futur Anticiper - Innover 01 BP 3726 ABIDJAN

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET

Plus en détail

Procédure négociée sans publication

Procédure négociée sans publication Procédure négociée sans publication TERMES DE REFERENCE : APPUI STRATEGIQUE A LA PLANIFICATION ET PROPOSITION DE METHODOLOGIE D INTERVENTION POUR L ELABORATION DE PROTOTYPE DE FOYERS AMELIORES, LEUR TEST

Plus en détail

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur.

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur. INVESTIR AU TCHAD POURQUOI INVESTIR AU TCHAD Des Potentialités Economiques Enormes Un Environnement Politique et Economique Favorable Une Activité Economique Réglementée Un Cadre Indicatif Favorable. DES

Plus en détail

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement Capitalisation des bonnes pratiques en appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire Fiche de bonne pratique Niger Juillet 2012 La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

Plus en détail

Promulgue la loi dont la teneur suit : TITRE I

Promulgue la loi dont la teneur suit : TITRE I Loi n 98-11 du 29 Rabie Ethani 1419 correspondant au 22 août 1998 portant loi d Orientation et de Programme à Projection Quinquennale sur la Recherche Scientifique et le Développement Technologique 1998-2002

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L HYDRAULIQUE RURALE ET DE LA SECURITE ALIMENTAIRE ------------ NOUVELLE ORIENTATION DE LA POLITIQUE AGRICOLE

Plus en détail

Conférence technique internationale de la FAO

Conférence technique internationale de la FAO Décembre 2009 ABDC-10/7.2 F Conférence technique internationale de la FAO Biotechnologies agricoles dans les pays en développement: choix et perspectives pour les cultures, les forêts, l élevage, les pêches

Plus en détail

Evaluation du PTEF (Projet de transformation de l Ecole supérieure d agriculture de Nabong en Faculté d agriculture et des forêts)

Evaluation du PTEF (Projet de transformation de l Ecole supérieure d agriculture de Nabong en Faculté d agriculture et des forêts) Sixièmes journées d études Les évaluations de projets internationaux de formation Evaluation du PTEF (Projet de transformation de l Ecole supérieure d agriculture de Nabong en Faculté d agriculture et

Plus en détail

D après le décret n 93/086 du 29 janvier 1993 n 1 p ortant organisation administrative et académique de l Université de Yaoundé I,

D après le décret n 93/086 du 29 janvier 1993 n 1 p ortant organisation administrative et académique de l Université de Yaoundé I, Introduction D après le décret n 93/086 du 29 janvier 1993 n 1 p ortant organisation administrative et académique de l Université de Yaoundé I, L Université de Yaoundé I a pour missions : - d élaborer

Plus en détail

Formation agricole : production d effectifs et prise en charge des besoins réels

Formation agricole : production d effectifs et prise en charge des besoins réels 11 èmes Journées d études «Ingénierie des Dispositifs de Formation à l International» Communication présentée par : Monsieur Hassen BERRANEN Sous Directeur de la Formation MADR/DFRV, Algérie. Formation

Plus en détail

COOPERATION BELGIQUE - BURUNDI Programme 2012 de bourses d études et de stage hors-projet

COOPERATION BELGIQUE - BURUNDI Programme 2012 de bourses d études et de stage hors-projet COOPERATION BELGIQUE - BURUNDI Programme 2012 de bourses d études et de stage hors-projet Les bourses d études ou de stages sont financées par la coopération belge dans le cadre d un accord de coopération

Plus en détail

LES INDUSTRIES EXTRACTIVES

LES INDUSTRIES EXTRACTIVES LES INDUSTRIES EXTRACTIVES 1. Les mesures pratiques qui ont été prises et les progrès réalisés dans leur mise en œuvre Depuis son accession à l indépendance, le Mali, à travers ses différents plans de

Plus en détail

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV)

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV) REPUBLIQUE D HAITI MINISTERE DE L AGRICULTURE, DES RESSOURCES NATURELLES ET DU DEVELOPPEMENT RURAL (MARNDR) PROJET DE RENFORCEMENT DES Services Publiques Agricoles II (RESEPAG II) Opération P126744 DONS

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 1096 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche PROMOTION DE DEVELOPPEMENT LOCAL ET D APPUI AU PROCESSUS DE DECENTRALISATION AU TOGO

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

1st International Workshop on Harmonization of GMO Detection and Analysis in the Middle East and North Africa (MENA) Region

1st International Workshop on Harmonization of GMO Detection and Analysis in the Middle East and North Africa (MENA) Region Université Mentouri Constantine 1st International Workshop on Harmonization of GMO Detection and Analysis in the Middle East and North Africa (MENA) Region Dead Sea, Jordan, 4-5 June 2012. 1 Les OGMen

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

Conférence régionale FAO/OMS sur la sécurité sanitaire des aliments pour l Afrique Harare, Zimbabwe, 3-6 octobre 2005

Conférence régionale FAO/OMS sur la sécurité sanitaire des aliments pour l Afrique Harare, Zimbabwe, 3-6 octobre 2005 F Point 5 de l ordre du jour Document de séance 13 Français seulement Conférence régionale FAO/OMS sur la sécurité sanitaire des aliments pour l Afrique Harare, Zimbabwe, 3-6 octobre 2005 Introduction

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE OFFICE NATIONAL DES STATISTIQUES

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE OFFICE NATIONAL DES STATISTIQUES REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE OFFICE NATIONAL DES STATISTIQUES QUATRIEME RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITAT CODE DES DIPLOMES JUILLET 1998 Introduction: Le présent document

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC 1. INTRODUCTION 2. ETAT DES LIEUX PLAN 3. PROBLEMATIQUE DE LA DEGRADATION DES TERRES ET DE LA

Plus en détail

E unique), le général Eyadéma, président de la République,

E unique), le général Eyadéma, président de la République, Rkvolution verte et autssuffisance alimentaire au Togo E 7 mars 1977, dans un discours prononcé à l occasion d un séminaire du RPT (Rassemblement du peuple togolais, parti E unique), le général Eyadéma,

Plus en détail

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA MFW4A La finance au service de l afrique

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni PJ 28/12 7 février 2012 Original : anglais F Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni Encourager l intensification de la production caféière et vivrière au moyen

Plus en détail

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE TOMINIAN

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE TOMINIAN PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI ---------------------- Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ----------------------- Projet de Mobilisation des Initiatives

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO AVANT-PROPOS L Annuaire statistique de la FAO fournit une sélection d indicateurs par pays sur l alimentation et l agriculture. Les données proviennent de FAOSTAT, la base de données statistique de l Organisation

Plus en détail

Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie

Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie Pour quel métier vous êtes fait? Des doutes sur ta formation actuelle : faut-il poursuivre? Vous avez une idée de métier mais est-ce

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM)

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PN-PTFM I. INFORMATIONS

Plus en détail

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE UNION- DISCIPLINE -TRAVAIL MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET ~-'-\:.-?:> \~ DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ~ ~,.;'~ ~"1...; c.,' -..~ L'. UNIVERSITE DE COCODY PROGRAMME

Plus en détail

DÉMARCHE QUALITÉ À L UNIVERSITÉ DU BURUNDI: ENJEUX ET DÉFIS

DÉMARCHE QUALITÉ À L UNIVERSITÉ DU BURUNDI: ENJEUX ET DÉFIS DÉMARCHE QUALITÉ À L UNIVERSITÉ DU BURUNDI: ENJEUX ET DÉFIS Prof Dr Pierre-Célestin KARANGWA EAC - Coordinateur Qualité, Université du Burundi, Burundi Colloque du G3 La qualité dans tous ses états ULB

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

Le CNRS : une grande diversité de métiers

Le CNRS : une grande diversité de métiers - Septembre 2004 Le CNRS : une grande diversité de métiers Une grande variété de métiers sont exercés dans les unités de recherche et de services du CNRS. Le CNRS compte 25 283 agents : 11 349 chercheurs,

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France)

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) La Commission européenne a formellement adopté le Programme de développement rural (PDR) de Mayotte le 13 février 2015 qui

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.06.2004 COM(2004)415 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN Plan d'action européen en matière d'alimentation et

Plus en détail

Accès des populations rurales au capital en Agroland

Accès des populations rurales au capital en Agroland PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural Ressources en ligne pour

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

PRESENTATION DES PROGRAMMES

PRESENTATION DES PROGRAMMES REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION DISCIPLINE - TRAVAIL PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE (PNIA 2010 2015) PRESENTATION DES PROGRAMMES ((Documentt proviissoiire)) Mai 2010 Table des matières

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

PNPMS Ministère de la Santé. Plan 2009-2011. Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009

PNPMS Ministère de la Santé. Plan 2009-2011. Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009 PNPMS Ministère de la Santé Plan 2009-2011 Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009 Le document reprend les éléments essentiels produits lors de l'atelier qui s'est tenu

Plus en détail

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre.

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre. TERMES DE REFERENCES Cours régional de formation sur la gestion des risques dans les systèmes de production de polycultures-élevage en Afrique sub-saharienne du 12 au 22 mai 2014 1. CONTEXTE L une des

Plus en détail

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin FIDA/E. Piquion Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin La pauvreté rurale à Bénin Situé en Afrique de l Ouest, le Bénin couvre une superficie d environ 110

Plus en détail

Bachelors Technologiques

Bachelors Technologiques Bachelors Technologiques Mines et Carrières - Gestion et Maintenance de Parc de Matériels de Travaux Publics - QHSE Qualité Hygiène Sécurité Environnement www.2ie-edu.org Institut International d Ingénierie

Plus en détail

RECUEIL DES REFERENCES DES TEXTES REGLEMENTAIRES LIES A L ACTIVITE DU CONTROLE

RECUEIL DES REFERENCES DES TEXTES REGLEMENTAIRES LIES A L ACTIVITE DU CONTROLE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DU COMMERCE DIRECTION GENERALE DU CONTROLE ECONOMIQUE ET DE LA REPRESSION DES FRAUDES DIRECTION DU CONTROLE DE LA QUALITE ET DE LA REPRESSION

Plus en détail

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL Durban, Afrique du Sud 6-7 Septembre 2012 Thème «Amélioration de l infrastructure institutionnelle et humaine

Plus en détail

NOVEMBRE 2014. Rapport annuel 2013-2014 du CPAC

NOVEMBRE 2014. Rapport annuel 2013-2014 du CPAC FOCUS Bulletin NOVEMBRE 2014 DANS CE NUMÉRO Activités du CPAC Affaires du CPAC Nouvelles du portefeuille Rapport annuel 2013-2014 du CPAC Le Conseil des produits agricoles du Canada (CPAC) est heureux

Plus en détail

AVIS D APPEL A CANDIDATURE POUR LE RECRUTEMENT DES MEMBRES DU COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE BENINOISE DE SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS (ABSSA)

AVIS D APPEL A CANDIDATURE POUR LE RECRUTEMENT DES MEMBRES DU COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE BENINOISE DE SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS (ABSSA) REPUBLIQUE DU BENIN FRATERNITE JUSTICE TRAVAIL MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE SECRETARIAT GENERAL DU MINISTERE AGENCE BENINOISE DE SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS (ABSSA) 01 BP

Plus en détail

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA INTITULE DU PROJET : PROJET DE PROMOTION DE L INITIATIVE LOCALE POUR LE DEVELOPPEMENT D AGUIE 1 Intitulé du Projet : Projet de Promotion de l Initiative Locale pour le

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

Réunion d experts Financement du développement en Afrique du Nord Rabat, Maroc, 19-21 octobre 2010

Réunion d experts Financement du développement en Afrique du Nord Rabat, Maroc, 19-21 octobre 2010 CEA-AN/AH/FD/10/3 Nations Unies Commission économique pour l Afrique Bureau pour l Afrique du Nord Réunion d experts Financement du développement en Afrique du Nord Rabat, Maroc, 19-21 octobre 2010 LE

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire

Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire Contexte Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire Fédération des spécialités de Master des 5 pôles universitaires partenaires de la région Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

Liste des diplômes français généralement comparables au niveau du Diplôme d études collégiales en formation technique

Liste des diplômes français généralement comparables au niveau du Diplôme d études collégiales en formation technique Liste des diplômes français généralement s au niveau du Diplôme en formation technique Ministère de l Immigration et des Communautés culturelles Service d évaluation comparative des études effectuées hors

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

PLAN D'ACTION POUR UNE GESTION APAISEE DE LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE ENTRE LE SAHEL ET LA COTE

PLAN D'ACTION POUR UNE GESTION APAISEE DE LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE ENTRE LE SAHEL ET LA COTE 1 PLAN D'ACTION POUR UNE GESTION APAISEE DE LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE ENTRE LE SAHEL ET LA COTE 1. LE RENFORCEMENT DE LA COMPLEMENTARITE DES ACTIVITES AGRICOLES ET D'ELEVAGE, UN LEVIER VITAL POUR

Plus en détail

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Marcel MAZOYER professeur à La Paz juillet 2 007 Contenu 1. Une situation agricole et alimentaire mondiale inacceptable 2. Développement

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Programme d Appui au Développement du Secteur Privé (PADSP) du Cameroun. Le 5 novembre 2013

Programme d Appui au Développement du Secteur Privé (PADSP) du Cameroun. Le 5 novembre 2013 Programme d Appui au Développement du Secteur Privé (PADSP) du Cameroun Le 5 novembre 2013 Plan de la présentation 1. Contexte du Programme 2. Objectifs et méthode du Programme 3. Activités prévues dans

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

GUIDE D ELABORATION DES PROJETS

GUIDE D ELABORATION DES PROJETS GUIDE D ELABORATION DES PROJETS TITRE DU PROJET : A.FICHE D IDENTIFICATION DE PROJET ZONE D EXECUTION TYPE DE RECHERCHE (stratégique ou recherche dite à la demande) : THEMES PRIORITAIRES CIBLES ET ACTIVITES

Plus en détail

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ A chaque campagne agricole dans les zones rurales Camerounaises en particulier et Africaines en générale,

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires

L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires Un dispositif institutionnel pour un contrôle intégré et moderne des produits alimentaires 2015 Qui sommes nous? L Office National de

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

Programme Biotechnologie et Biosécurité

Programme Biotechnologie et Biosécurité Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles CEDE AO Communauté Éco nomique des État s d Af rique de l Ou es t ECOW AS Economic Communit y of W est Af rican S ta t es

Plus en détail

Universita Degli Studi di Milano. Facoltà di Agraria. Dipartimento di Economia e Politica Agraria Agro-alimentare e Ambientale

Universita Degli Studi di Milano. Facoltà di Agraria. Dipartimento di Economia e Politica Agraria Agro-alimentare e Ambientale Universita Degli Studi di Milano Facoltà di Agraria Dipartimento di Economia e Politica Agraria Agro-alimentare e Ambientale Seminari del CICSAA Centro Interuniversitario per la Cooperazione allo Sviluppo

Plus en détail

République de Côte D Ivoire

République de Côte D Ivoire République de Côte D Ivoire LES RENDEZ-VOUS DU GOUVERNEMENT Politiques industrielle et minière pour l émergence de la Cote d Ivoire 1 Jean-Claude BROU, Ministre de l Industrie et des Mines Abidjan, 10

Plus en détail

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009 Royaume du Maroc PLAN MAROC VERT Mai 2009 ENJEUX Enjeux économiques Contribue pour 19 % du PIB national 15% production 4% Agro industrie Rôle capital dans la stabilité macro économique Enjeux sociaux Emploie

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

Liste des matières enseignées

Liste des matières enseignées Liste des matières enseignées Domaine : Sciences de la Nature et de la Vie Filière : Biologie Parcours : Tronc Commun Semestre1 VHG Coefficient Cours TD/TP Crédits/s. unité crédits U.E fondamental : 13

Plus en détail

Arrêté du. fixant la nomenclature des mentions du diplôme national de licence professionnelle NOR :

Arrêté du. fixant la nomenclature des mentions du diplôme national de licence professionnelle NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche Arrêté du fixant la nomenclature des mentions du diplôme national de licence professionnelle NOR : La ministre de l enseignement

Plus en détail

Synthèse du questionnaire en ligne

Synthèse du questionnaire en ligne èmes Rencontres Régionales pour la Biodiversité VENDREDI SEPTEMBRE 0 Université de Caen Basse-Normandie Amphithéâtre Oresme Vers un observatoire régional de la biodiversité en Basse-Normandie Synthèse

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN

RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN FEUILLE DE ROUTE POUR L ASSAINISSEMENT, LE REDRESSEMENT ET LA DYNAMISATION DU SECTEUR DES TÉLÉCOMMUNICATIONS ET

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme AGROALIMENTAIRE Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000 Présentation de la norme 25 mars 2006-1 - Table des matières CHAPITRE 1 La normalisation : une démarche au service

Plus en détail

MODULE IV Les indicateurs de performance et cadre de mesure du rendement

MODULE IV Les indicateurs de performance et cadre de mesure du rendement MODULE IV Les indicateurs de performance et cadre de mesure du rendement LES INDICATEURS DE PERFORMANCE Principaux éléments de la présentation Définition Typologie des indicateurs Caractéristiques et éléments

Plus en détail

FORMATION EN PHARMACIE DANS L ESPACE CEDEAO

FORMATION EN PHARMACIE DANS L ESPACE CEDEAO FORMATION EN PHARMACIE DANS L ESPACE CEDEAO PRESENTATION DU CURRICULUM HARMONISE PAR DR LAOPAN JEAN PARE PRESIDENT DE L ONPBF PRESIDENT DE L IOPA Plan de Présentation Contexte et justification I. CEDEAO

Plus en détail

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments:

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: -------- Royaume du Maroc - Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires - Création de l Office

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Table Ronde pour le financement du développement du Bénin. 17-19 juin 2014 - Paris. www.tablerondebenin2014.org

DOSSIER DE PRESSE. Table Ronde pour le financement du développement du Bénin. 17-19 juin 2014 - Paris. www.tablerondebenin2014.org Table Ronde pour le financement du développement du Bénin 17-19 juin 2014 - Paris www.tablerondebenin2014.org LE MOT DU PRÉSIDENT La Table Ronde, occasion unique d échanges et de partage sur les opportunités

Plus en détail

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés La mise en valeur des bas fonds en saison des pluies est intense et est l œuvre des femmes qui y pratiquent essentiellement la culture

Plus en détail

PLANIFICATION REGIONALE DE AProCA 2007-2011

PLANIFICATION REGIONALE DE AProCA 2007-2011 ASSOCIATION DES PRODUCTEURS DE COTON AFRICAINS BP 1799 Bamako / Mali Tel: + (223) 222 63 67 Quartier Sema 1, rue 50, Porte 1107 Email: communication@aproca.net, sp@aproca.net Site: www.aproca.net PLANIFICATION

Plus en détail