Recommandations HAS 2007

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Recommandations HAS 2007"

Transcription

1 Recommandations HAS 2007 Docteur Alain RICHARD Médecin coordonnateur «Korian Ville en Vert» BRETEUIL Toutes les personnes âgées Les personnes âgées à risque de dénutrition 1

2 1 fois/an en ville 1 fois/mois en institution Lors de chaque hospitalisation Surveillance plus fréquente : en fonction de l état clinique et de l importance du risque (plusieurs situations a risque associées) Rechercher des situations à risque de dénutrition Estimer l appétit et/ou les apports alimentaires Mesurer de façon répétée le poids et évaluer la perte de poids par rapport au poids antérieur Calculer l indice de masse corporelle : IMC = poids/taille² (poids en kg et taille en m) Ce dépistage peut être formalisé par un questionnaire tel que le Mini Nutritional Assessment (MNA) 2

3 Mesure de la taille et du poids du résident avec calcul de l IMC à son arrivée. Dosage des protides totaux, de l albumine et de la CRP à l arrivée. Pesée mensuelle avec balance adaptée : pèse personne, ou bien plate-forme de pesée. 3

4 Taille estimée par la toise murale ( attention à la cyphose!!) chez le résident mobile; La toise talon-genou chez le grabataire. Formule de Chlumlea : Femme : Taille (cm) = x âge (années) x hauteur talon-genou (cm) Homme : Taille (cm) = x âge (années) x hauteur talon-genou (cm) 4

5 Dénutrition Dénutrition sévère Perte de poids : = 5 % en 1 mois, ou = 10 % en 6 mois Indice de masse corporelle : IMC < 21 Albuminémie < 35 g/l ( CRP < 25 ) MNA global < 17 Perte de poids : = 10 % en 1 mois ou = 15 % en 6 mois IMC < 18 Albuminémie < 30 g/l ( CRP < 25 ) 5

6 Etude Pathos 2008 : 21,13% de résidents dénutris (moyenne sur 73 Résidents) 2011 (moyenne sur 78 Résidents) Résidents ayant un taux d albumine < 35g/l : 19,35 % Résidents ayant un IMC < 21 : 18,42 % Moyenne d âge 87 ans (13 femmes pour 1 homme) 6

7 Objectifs de la prise en charge chez la personne âgée dénutrie Apports énergétiques de 30 a 40 kcal/kg/j Apports protéiques : 1,2 a 1,5 g/kg/j Modalités possibles de prise en charge nutritionnelle Orale : conseils nutritionnels, aide a la prise alimentaire, alimentation enrichie et compléments nutritionnels oraux (CNO) Entérale Parentérale Rôle du médecin coordonnateur dans le bilan d entrée (diffusion des RBP, formation du personnel de l EHPAD, mise en œuvre et surveillance régulière des RBP) Mais aussi rôle du Directeur de l Ehpad (mise à disposition des moyens nécessaires : ex balances adaptées. Les moyens financiers, modifiés par l'arrêté du 30 mai 2008 qui réintroduit la liste des dispositifs médicaux dans le prix de journée des EHPAD, sont restreints ) 7

8 Le médecin traitant : apprécie l état nutritionnel, prend les mesures thérapeutiques adaptées en cas de dénutrition ou de risque de dénutrition Toute l équipe soignante de l EHPAD et le personnel chargé du suivi des repas et de la surveillance de la bonne alimentation de chaque Résident, qualitativement et quantitativement. 8

9 C est à dire analyser les pratiques professionnelles, en référence à des recommandations, selon une méthode élaborée et validée par la Haute Autorité de Santé, en incluant la mise en oeuvre et le suivi d actions d amélioration des pratiques professionnelles. Les objectifs de qualité visent à établir une démarche préventive et curative de la dénutrition, déclinée sur 4 axes : I le suivi de l état nutritionnel et ses points forts. II les troubles du comportement alimentaire. III le risque de dénutrition. IV la prise en charge de la dénutrition. 9

10 1. le résidant est-il pesé systématiquement à l admission et ce poids est-il noté? y-a-t-il une surveillance régulière du poids : une fois par mois, une fois par trimestre? 2. la surveillance des mesures anthropométriques (pli cutané, périmètre brachial, indice de masse corporelle) est-elle faite? et est-ce noté? 3. la surveillance des paramètres biologiques (albumine et préalbumine couplées à la CRP) estelle faite? les résultats sont-ils notés dans le dossier? 4. le MNA test est-il fait et inclus dans le dossier? 1. toute modification du comportement alimentaire est-elle signalée par l équipe soignante? 2. une cause est-elle recherchée? hygiène bucco-dentaire? état dentaire et capacité masticatoire, mycose? troubles digestifs? dépression? cause médicamenteuse? déambulation (patients déments) 3. En cas de patient dément déambulant, une alternative à l alimentation normale est-elle prévue? (possibilité de manger debout ou en marchant). 10

11 1. les patients repérés à risque sur le score MNA sontils bien identifiés? 2. les facteurs de risque de dénutrition sont-ils systématiquement recherchés et les patients repérés? (aggravation de la dépendance, démence, dépression, maladie aiguë, troubles de la déglutition, mauvais état dentaire). 3. une fiche de surveillance alimentaire est-elle mise en place systématiquement? et est-elle correctement remplie? 4. les patients à risque identifiés, des mesures de prise en charge sont-elles prises (collaboration médecin diététicienne) et écrites? Sont-elles réévaluées? En cas de survenue d une dénutrition, celle-ci fait-elle l objet d une prise en charge protocolisée et individualisée? 11

12 1. un régime hypercalorique hyperprotidique est il prescrit par le médecin en collaboration avec la diététicienne? avec une hydratation suffisante? son indication est elle réévaluée? 2. le choix de la voie d administration est il discuté avec le patient (quand c est possible), son entourage et l équipe soignante? sachant que la voie orale sera toujours privilégiée? En cas de recours à l alimentation entérale par SNG (sonde nasogastrique)ou GPE (gastrostomie percutanée), l accord du patient ou de son représentant a t il été recherché et noté? 3. l alimentation par SNG ou GPE fait elle l objet d un suivi médical? Son indication est elle régulièrement réévaluée? «Que ton aliment soit ta seule médecine» Hippocrate 12

13 13

NUTRITION ET VIH. La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité.

NUTRITION ET VIH. La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité. NUTRITION ET VIH La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité. L équipe médicale et soignante doit prendre en compte l intérêt de la nutrition avant toute perte de

Plus en détail

Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé

Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé Bruno BLOT Diététicien CHR Orléans Powerpoint Templates Page 1 Sommaire Dénutrition : facteur pronostique Prévalence de la dénutrition

Plus en détail

Nom Prénom Date naissance Age Médecin traitant Dernier IMC Dernier poids IMC 01/13 Poids 01/13 IMC 2012 Poids 2012 Albumine 2013.

Nom Prénom Date naissance Age Médecin traitant Dernier IMC Dernier poids IMC 01/13 Poids 01/13 IMC 2012 Poids 2012 Albumine 2013. Nom Prénom Date naissance Age Médecin traitant Dernier IMC Dernier poids IMC 01/13 Poids 01/13 IMC 2012 Poids 2012 Albumine 2013 Unité Alzheimer 1 Diagnostic de dénutrition, critères de la HAS, un seul

Plus en détail

LE MEDECIN COORDONNATEUR D E.H.P.A.D. ET L EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES

LE MEDECIN COORDONNATEUR D E.H.P.A.D. ET L EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Université René Descartes Paris V Faculté Cochin Port Royal LE MEDECIN COORDONNATEUR D E.H.P.A.D. ET L EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Docteur Bernard COUSIN Docteur Pascale GIRARD Docteur Danielle

Plus en détail

Évaluation des pratiques professionnelles en nutrition clinique

Évaluation des pratiques professionnelles en nutrition clinique Société Francophone Nutrition Clinique et Métabolisme Évaluation des pratiques professionnelles en nutrition clinique Le dépistage de la dénutrition chez l adulte hospitalisé 2013 grille d évaluation Membres

Plus en détail

La prise en charge intégrée du patient âgé à l hôpital: Le point de vue de la diététicienne. Frère Caroline

La prise en charge intégrée du patient âgé à l hôpital: Le point de vue de la diététicienne. Frère Caroline La prise en charge intégrée du patient âgé à l hôpital: Le point de vue de la diététicienne. Frère Caroline PLAN Besoins nutritionnels. Apports alimentaires. Dénutrition. Régime sans sel. Régime diabétique.

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Objectif du travail Elaborer des recommandations, à la demande de la Direction Générale de la Santé, dans le

Plus en détail

SYNTHÈSE DES QUESTIONNAIRES D ÉVALUATION

SYNTHÈSE DES QUESTIONNAIRES D ÉVALUATION THÉMATIQUE NUTRITION, DÉNUTRITION, ALIMENTATION SYNTHÈSE DES QUESTIONNAIRES D ÉVALUATION ÉVALUATION INTERNE 2013 Une évaluation interne visant à apprécier l utilisation des contenus des mallettes mises

Plus en détail

DENUTRITION : Dépistage, prise en charge et surveillance. Dr Michaël WILLERY Clinique La Victoire Pôle gériatrie Lille Métropole RAMSAYGDS

DENUTRITION : Dépistage, prise en charge et surveillance. Dr Michaël WILLERY Clinique La Victoire Pôle gériatrie Lille Métropole RAMSAYGDS DENUTRITION : Dépistage, prise en charge et surveillance Dr Michaël WILLERY Clinique La Victoire Pôle gériatrie Lille Métropole RAMSAYGDS EPIDEMIOLOGIE Dénutrition protéino-énergétique: 2 à 4% des SA entre

Plus en détail

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES. B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES. B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012 PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012 PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE Dans le plan cancer 2003-2007 la mesure 42 prévoit le développement des soins

Plus en détail

Méthodes d évaluation de l état nutritionnel des patients en réanimation (intérêts et limites) DESC réanimation médicale Agen 2007 Yann Pucheu

Méthodes d évaluation de l état nutritionnel des patients en réanimation (intérêts et limites) DESC réanimation médicale Agen 2007 Yann Pucheu Méthodes d évaluation de l état nutritionnel des patients en réanimation (intérêts et limites) DESC réanimation médicale Agen 2007 Yann Pucheu Introduction La dénutrition : 30 à 50 % des patients de hospitalisés

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DU SUJET AGE EN ONCOLOGIE. Amanda GINES FARANO et Magali GIORGINO Diététiciennes Casselardit Pavillon Junod

LA PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DU SUJET AGE EN ONCOLOGIE. Amanda GINES FARANO et Magali GIORGINO Diététiciennes Casselardit Pavillon Junod LA PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DU SUJET AGE EN ONCOLOGIE Amanda GINES FARANO et Magali GIORGINO Diététiciennes Casselardit Pavillon Junod AU DOMICILE : 4 à 10 % des PA sont dénutries * EN INSTITUTION

Plus en détail

Chapitre 2 : Item 61 Troubles nutritionnels chez le sujet âgé

Chapitre 2 : Item 61 Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Chapitre 2 : Item 61 Troubles nutritionnels chez le sujet âgé I. Causes de la dénutrition du sujet âgé II. Diagnostic clinique de la dénutrition chez le sujet âgé III. Attitude thérapeutique OBJECTIFS

Plus en détail

La dénutrition. Dr WYSS-GONDÉ Anne. ARS Champagne Ardenne EHPAD

La dénutrition. Dr WYSS-GONDÉ Anne. ARS Champagne Ardenne EHPAD La dénutrition Dr WYSS-GONDÉ Anne Médecin gériatre DU Nutrition,Thérapeutique et Vieillissement SSR Saint-Julien UGECAM Ardennes Charleville-Mézières ARS Champagne Ardenne EHPAD Définition État de déficit

Plus en détail

DU DEPISTAGE DU RISQUE DE DENUTRITION A L EVALUATION DE L EFFICACITE DE LA RENUTRITION. Dr Christian AUSSEL UF Nutrition, PUI Hôpital Henri-Mondor

DU DEPISTAGE DU RISQUE DE DENUTRITION A L EVALUATION DE L EFFICACITE DE LA RENUTRITION. Dr Christian AUSSEL UF Nutrition, PUI Hôpital Henri-Mondor DU DEPISTAGE DU RISQUE DE DENUTRITION A L EVALUATION DE L EFFICACITE DE LA RENUTRITION Dr Christian AUSSEL UF Nutrition, PUI Hôpital Henri-Mondor Académie Nationale de Pharmacie 18 mars 2015 DECLARATION

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 8 Décembre 2009 CONCLUSIONS

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 8 Décembre 2009 CONCLUSIONS COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 8 Décembre 2009 CONCLUSIONS CLINUTREN REPAIR, aliment diététique destiné à des fins médicales

Plus en détail

Introduction à la Charte

Introduction à la Charte Introduction à la Charte En moyenne, près d un résident sur cinq souffre de dénutrition en maison de repos, deux sur cinq présentent un risque de dénutrition et deux résidents sur cinq sont en bon état

Plus en détail

Approche diététique en dysphagie

Approche diététique en dysphagie Approche diététique en dysphagie VI ème symposium interdisciplinaire Actualité en Dysphagie et Nutrition Bachmair O., Desmet V., Novalet M. Service diététique 13/11/15 29 octobre 2015 Plan de la présentation

Plus en détail

NUTRITION DE LA PERSONNE ÂGÉE À DOMICILE ET EN STRUCTURE

NUTRITION DE LA PERSONNE ÂGÉE À DOMICILE ET EN STRUCTURE NUTRITION DE LA PERSONNE ÂGÉE À DOMICILE ET EN STRUCTURE Des bases de la nutrition à une approche de la dénutrition Mazoyer Alexis Médecin généraliste et coordonnateur d EHPAD DU nutrition et diététique

Plus en détail

Intervenants : Mme Elodie COULON-BIDET, diététicienne CHD VENDEE Mme Sylvie VERBRUGGHE, cadre de santé URC CHD VENDEE

Intervenants : Mme Elodie COULON-BIDET, diététicienne CHD VENDEE Mme Sylvie VERBRUGGHE, cadre de santé URC CHD VENDEE FIFO (FInger FOod ou «manger-mains») Projet de recherche paramédicale Interdisciplinaire - CHD VENDEE Professionnels des EHPAD, Service restauration, Unité diététique - Structure d appui URC Intervenants

Plus en détail

Un principe. Le refus doit toujours et d abord être considéré comme un acte de liberté individuelle : la personne est sujet et non objet de soins

Un principe. Le refus doit toujours et d abord être considéré comme un acte de liberté individuelle : la personne est sujet et non objet de soins 1 Un principe Le refus doit toujours et d abord être considéré comme un acte de liberté individuelle : la personne est sujet et non objet de soins Il peut être le moyen ultime d expression de son existence

Plus en détail

Le petit livret du soignant Tome 4 : Suivi Nutritionnel des résidents

Le petit livret du soignant Tome 4 : Suivi Nutritionnel des résidents PR-NUT-FT-11 Le petit livret du soignant Tome 4 : Suivi Nutritionnel des résidents Nutrition Alimentation I N T RO D U C T I O N Introduction Selon les critères de la Haute Autorité de Santé (HAS), la

Plus en détail

DÉPISTAGE ET TRAITEMENT DE LA DÉNUTRITION CHEZ L ADULTE EN CANCÉROLOGIE

DÉPISTAGE ET TRAITEMENT DE LA DÉNUTRITION CHEZ L ADULTE EN CANCÉROLOGIE DÉPISTAGE ET TRAITEMENT DE LA DÉNUTRITION CHEZ L ADULTE EN CANCÉROLOGIE Marie-Noëlle Lombarte. Diététicienne CHU Besançon Service de Radiothérapie-Oncologie médicale/gastroentérologie-nutrition Référent

Plus en détail

Compte rendu de la conférence «La nutrition, la clé pour mieux vieillir Savoir conjuguer alimentation et exercice physique»

Compte rendu de la conférence «La nutrition, la clé pour mieux vieillir Savoir conjuguer alimentation et exercice physique» Compte rendu de la conférence «La nutrition, la clé pour mieux vieillir Savoir conjuguer alimentation et exercice physique» I. L impact du vieillissement physique sur la nutrition A. Les effets du vieillissement

Plus en détail

Nutrition et cancer digestif

Nutrition et cancer digestif Nutrition et cancer digestif P. Senesse Gastro-nutrition CRLC Val d Aurelle Dépistage systématique de l état nutritionnel Patients de moins de 70 ans SFNEP 2006 Age du patient : 18 à 70 ans Critères A

Plus en détail

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Place du Mini Nutritional Assessment (MNA) Gaëlle Soriano, Sophie Guyonnet Besoins nutritionnels chez la PA Les besoins énergétiques correspondent

Plus en détail

Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée

Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée 1 Une recommandation L alimentation est un soin de base. Elle doit être une priorité absolue

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Diagnostic et évaluation de la dénutrition Prise en charge. Isabelle Bourdel-Marchasson DU EHPAD

Diagnostic et évaluation de la dénutrition Prise en charge. Isabelle Bourdel-Marchasson DU EHPAD Diagnostic et évaluation de la dénutrition Prise en charge Isabelle Bourdel-Marchasson DU EHPAD Au cours du vieillissement. Les problèmes nutritionnels changent après 80 ans : peu de pathologies de surcharge

Plus en détail

Etude de l état nutritionnel de 1550 personnes âgées hébergées dans 67 maisons de retraite en France métropolitaine

Etude de l état nutritionnel de 1550 personnes âgées hébergées dans 67 maisons de retraite en France métropolitaine Etude de l état nutritionnel de 1550 personnes âgées hébergées dans 67 maisons de retraite en France métropolitaine Desport JC, Zazzo JF, Bonnabeau H, Lesourd B, Dorigny B, Mazon V, Gibel L, Hébuterne

Plus en détail

Indicateurs DPE. Clinique Médicale Brugnon Agache - Beaujeu Dr FARRET Médecin chef Gériatre, onco-gériatre

Indicateurs DPE. Clinique Médicale Brugnon Agache - Beaujeu Dr FARRET Médecin chef Gériatre, onco-gériatre Indicateurs DPE Identification points forts Clinique Médicale Brugnon Agache - Beaujeu Dr FARRET Médecin chef Gériatre, onco-gériatre 04 décembre 2014 INSTANCES DE PILOTAGE CLAN STRUCTURATION MULTIPROFESSIONNELLE

Plus en détail

A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES

A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES 1 1 - DEFINITION La dénutrition est un état de déficit en énergie, en protéines

Plus en détail

11 ème rencontre régionale de cancérologie digestive

11 ème rencontre régionale de cancérologie digestive 11 ème rencontre régionale de cancérologie digestive NIORT 19 janvier 2017 2- Prise en charge nutritionnelle du patient atteint de cancer digestif tout au long de son parcours de soins Prise en charge

Plus en détail

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Généralités... 3 II Diagnostic

Plus en détail

Evaluation initiale par un réseau de nutrition des patients atteints de SLA en région Limousin

Evaluation initiale par un réseau de nutrition des patients atteints de SLA en région Limousin Evaluation initiale par un réseau de nutrition des patients atteints de SLA en région Limousin Pierre Jésus 1, Aude Massoulard 2, Olivier Laplagne 2, Benoît Marin 3,5, Marie Nicol 4, Philippe Couratier

Plus en détail

PLAN. I. Pathologie intercurrente / Dénutrition / Plaie II. Les marqueurs de la dénutrition

PLAN. I. Pathologie intercurrente / Dénutrition / Plaie II. Les marqueurs de la dénutrition NUTRITION ET PLAIES LA COMPLÉMENTATION ET LA SURVEILLANCE BIOLOGIQUE Dr Eric Béguier Centre de Biologie Narbonne / Sérignan 1 PLAN I. Pathologie intercurrente / Dénutrition / Plaie II. Les marqueurs de

Plus en détail

PRÉVENTION DE LA DÉNUTRITION EN EHPAD: RETOUR D EXPÉRIENCE. Réunion locale ARS-EHPAD 12 Novembre 2014

PRÉVENTION DE LA DÉNUTRITION EN EHPAD: RETOUR D EXPÉRIENCE. Réunion locale ARS-EHPAD 12 Novembre 2014 PRÉVENTION DE LA DÉNUTRITION EN EHPAD: RETOUR D EXPÉRIENCE Réunion locale ARS-EHPAD 12 Novembre 2014 CARACTÉRISTIQUES DES 2 SITES EHPAD Linard 70 lits d EHPAD Une cuisine interne 3 cuisiniers EHPAD Les

Plus en détail

HOPITAL SAINT-MAURICE AVENUE MAURICE THOREZ MOYEUVRE-GRANDE TEL : TELECOPIE :

HOPITAL SAINT-MAURICE AVENUE MAURICE THOREZ MOYEUVRE-GRANDE TEL : TELECOPIE : REFERENCE 46 : Traitement et Prévention des Escarres 1) Critères de choix du sujet et objectifs : Fréquence des troubles trophiques chez la personne âgée du fait de la multiplicité des facteurs de risque.

Plus en détail

NUTRITION ET PATHOLOGIE CARDIAQUE. Dans le service de cardiologie du Centre hospitalier d Arras

NUTRITION ET PATHOLOGIE CARDIAQUE. Dans le service de cardiologie du Centre hospitalier d Arras NUTRITION ET PATHOLOGIE CARDIAQUE Dans le service de cardiologie du Centre hospitalier d Arras Généralités cliniques ETUDE CAS-TEMOINS INTERHEART Lancet, 2004 12 461 IDM et 14 637 témoins entre février

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Le collège de la Haute Autorité de Santé ayant valablement délibéré en sa séance du 19 février 2014,

REPUBLIQUE FRANCAISE. Le collège de la Haute Autorité de Santé ayant valablement délibéré en sa séance du 19 février 2014, REPUBLIQUE FRANCAISE AVIS N 2014.0016/AC/SEVAM du 19 février 2014 du collège de la Haute Autorité de Santé relatif au protocole de coopération «Elargissement des missions du diététicien en matière de dénutrition,

Plus en détail

DEMENCE ET DENUTRITION. A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT

DEMENCE ET DENUTRITION. A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT DEMENCE ET DENUTRITION A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT Maladie d Alzheimer et perte de poids la perte de poids touche 30 à 40 % des patients atteints des patients atteints des formes légères

Plus en détail

Lorsque la dénutrition surgit comment la détecter et la prendre en charge?

Lorsque la dénutrition surgit comment la détecter et la prendre en charge? Lorsque la dénutrition surgit comment la détecter et la prendre en charge? Véronique Gafner, directrice Frederico Ferreira, infirmier responsable de maisonnée CHUV Lausanne - 4 février 2014 INTERDISCIPLINARITÉ

Plus en détail

Hélène JEUDY cadre de santé hôpital de Morez 1

Hélène JEUDY cadre de santé hôpital de Morez 1 Hélène JEUDY cadre de santé hôpital de Morez 1 64 lits d EHPAD sur 2 services GMP : 740 1 médecin coordonnateur 40 % 1 cadre de santé 100 % Lamartine, rez de chaussée : 29 lits Service Lamartine : 1 IDE

Plus en détail

DENUTRITION: DU DEPISTAGE A LA PRISE EN CHARGE

DENUTRITION: DU DEPISTAGE A LA PRISE EN CHARGE Eliminer toute source d inconfort (douleurs, besoins impérieux ) Prévoir un temps suffisant pour le repas: 45 mn environ en évitant toute sollicitation intempestive è gain de 25% des apports alimentaires

Plus en détail

Dénutrition chez l hémodialysl. modialysé. VICHY le 17 novembre 2006 Dr Martial LEVANNIER AURA auvergne

Dénutrition chez l hémodialysl. modialysé. VICHY le 17 novembre 2006 Dr Martial LEVANNIER AURA auvergne Dénutrition chez l hémodialysl modialysé VICHY le 17 novembre 2006 Dr Martial LEVANNIER AURA auvergne La dénutrition d est la conséquence d une inadéquation entre les apports calorico- protiques et les

Plus en détail

Conséquences des traitements contre le cancer. sur la santé bucco dentaire et l alimentation. Réponses du Réseau Régional de Soins Palliatifs

Conséquences des traitements contre le cancer. sur la santé bucco dentaire et l alimentation. Réponses du Réseau Régional de Soins Palliatifs Conséquences des traitements contre le cancer sur la santé bucco dentaire et l alimentation Réponses du Réseau Régional de Soins Palliatifs Santé bucco-dentaire Personne malade : trop faible pour effectuer

Plus en détail

Qu est-ce qu évaluer?

Qu est-ce qu évaluer? Qu est-ce qu évaluer? Évaluer consiste à mesurer ou à estimer une valeur. C est un processus dynamique permettant de faire le point sur une situation donnée afin de se situer par rapport à des objectifs

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer. Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse

Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer. Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer Anne Ghisolfi-Marque Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse Première rencontre Mme A. 75 ans bénéficie b pour la

Plus en détail

Le rôle du diététicien. Conseils et suivi pour une alimentation «aidante»

Le rôle du diététicien. Conseils et suivi pour une alimentation «aidante» Le rôle du diététicien Conseils et suivi pour une alimentation «aidante» Virginie DUBOIS Diététicienne-nutritionniste (Paris) Observations et Rôles du diététicien Interrogations et remarques de patients

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE

FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE Tranier Alexandrine Réunion d information infirmières et aides soignants 12 septembre 2016 Sommaire Rationnel de l étude Méthodologie

Plus en détail

Soins infirmiers en gériatrie

Soins infirmiers en gériatrie Soins infirmiers en gériatrie UE 2.7 Définitions La vieillesse, plusieurs définitions OMS retient le critère d âge 65 ans et plus. Définition sociale utilise l âge de cessation d activité professionnelle

Plus en détail

Amaigrissement involontaire

Amaigrissement involontaire Amaigrissement involontaire Quels éléments pour améliorer notre pratique en Médecine générale? Un problème fréquent Les cancéreux Les porteurs de maladies inflammatoires chroniques Les insuffisants cardiaques,

Plus en détail

Lieu : Institut Jules Bordet Etude réalisée en 2012 par J. Cantarero M. Csergö, Dr E.Toussaint, M. Moreau, N. Hallot, Y. Lalami, D. de Valeriola, B.

Lieu : Institut Jules Bordet Etude réalisée en 2012 par J. Cantarero M. Csergö, Dr E.Toussaint, M. Moreau, N. Hallot, Y. Lalami, D. de Valeriola, B. Evaluation du risque de dénutrition et de la dénutrition dans un Hôpital de Jour Oncologique. Résultats d une étude menée en 2012-20132013 Lieu : Institut Jules Bordet Etude réalisée en 2012 par J. Cantarero

Plus en détail

Réunion Diaménord 20 novembre 2010

Réunion Diaménord 20 novembre 2010 Réunion Diaménord 20 novembre 2010 Introduction Dénutrition hospitalière : Problème majeur de santé publique 30 à 40% des patients à l entrée Agressions aiguës et pathologies chroniques 40% des patients

Plus en détail

Les mots pour convaincre. Dr Annie Reksa AFDN 2009

Les mots pour convaincre. Dr Annie Reksa AFDN 2009 Dr Annie Reksa AFDN 2009 Le paradoxe de devoir convaincre Malgré sa prévalence : près d une hospitalisation sur deux ses conséquences de morbidité l existence de recommandations françaises et européennes

Plus en détail

Audit de connaissances auprès du personnel infirmier

Audit de connaissances auprès du personnel infirmier Audit de connaissances auprès du personnel infirmier nutrition artificielle et sondes naso-gastriques GANTZ D. interne en pharmacie RAGAZZON GANTZ D. interne C. pharmacienne RAGAZZON C. pharmacienne PINÈDE

Plus en détail

DÉFICIENCE GUSTATIVE 1/5

DÉFICIENCE GUSTATIVE 1/5 DÉFICIENCE GUSTATIVE 1/5 POUR LES PROFESSIONNELS LES SIGNES D ALERTE «Les signes qui doivent m alerter» J observe que la personne : n est plus sensible au salé, au sucré, à l acide et à l amer ; mange

Plus en détail

Mr F, 45 ans, 2 enfants, artisan en milieu rural Carcinose péritonéale d origine digestive, métastases hépatiques ; dénutrition +++ Pas de traitement

Mr F, 45 ans, 2 enfants, artisan en milieu rural Carcinose péritonéale d origine digestive, métastases hépatiques ; dénutrition +++ Pas de traitement Nutrition en soins palliatifs : Quel rationnel et quelle éthique? JC Desport UF Nutrition et CLAN - CHU EA 3174 - Faculté de Médecine, Limoges nutrition@unilim.fr 1/4/1989 Mme X, 68 ans, femme au foyer

Plus en détail

L évaluation nutritionnelle chez le patient insuffisant cardiaque. Joanne Larocque diététiste Septembre 2011

L évaluation nutritionnelle chez le patient insuffisant cardiaque. Joanne Larocque diététiste Septembre 2011 L évaluation nutritionnelle chez le patient insuffisant cardiaque Joanne Larocque diététiste Septembre 2011 Plan de présentation Dénutrition et cachexie cardiaque L évaluation nutritionnelle : pour qui,

Plus en détail

Nutrition chez le cirrhotique. Benoît DUPONT, Servais ELOUMOU et Marie-Astrid PIQUET

Nutrition chez le cirrhotique. Benoît DUPONT, Servais ELOUMOU et Marie-Astrid PIQUET Nutrition chez le cirrhotique Benoît DUPONT, Servais ELOUMOU et Marie-Astrid PIQUET Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2011 Benoit DUPONT Nutrition chez le cirrhotique

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

EHPAD SAINT-PHILIPPE. Existant et adapté. oui. Existant et adapté. Absent. Existant et adapté

EHPAD SAINT-PHILIPPE. Existant et adapté. oui. Existant et adapté. Absent. Existant et adapté EHPAD SAINT-PHILIPPE Finess juridique : 95 Finess géographique : 97849 RUE PRINCIPALE 94 ERCE Tél :56668344 Statut : privé lucratif Tarification partielle Habilité Aide sociale : Lits autorisés : 65 Lits

Plus en détail

Le soin diététique réalisé par un diététicien en établissement de santé

Le soin diététique réalisé par un diététicien en établissement de santé Evaluation des pratiques professionnelles Le soin diététique réalisé par un diététicien en établissement de santé Grilles pour l évaluation et l amélioration des pratiques professionnelles Mai 2011 1 METHODOLOGIE

Plus en détail

Unité Transversale de Nutrition Clinique L expérience de ROUEN

Unité Transversale de Nutrition Clinique L expérience de ROUEN Unité Transversale de Nutrition Clinique L expérience de ROUEN Journée des cadres AFDN Paris, le 15/01/2010 Marie Claude CARPENTIER, CSS Diététicien Caroline AMSELLEM, Diététicienne UTNC CHU_ Hôpitaux

Plus en détail

La nutrition parentérale

La nutrition parentérale Dénutrition et Cancer Quelles propositions? Pour quels patients? La nutrition parentérale Dr Yves Morvant - Vannes-Octobre 2010 Principes Injection d une solution liquide comprenant glucides, lipides et

Plus en détail

Qu est-ce que la Maltraitance? Réponse du TLF

Qu est-ce que la Maltraitance? Réponse du TLF Qu est-ce que la Maltraitance? Réponse du TLF «maltraitance n'a pas été trouvé dans une entrée du TLF. Le logiciel a donc décidé d'activer son correcteur d'erreurs pour rechercher maltraitance et les mots

Plus en détail

PAS DE RETRAITE POUR LA FOURCHETTE

PAS DE RETRAITE POUR LA FOURCHETTE PAS DE RETRAITE POUR LA FOURCHETTE Mardi 24 mai 2016 à 15 heures salle Alain Fournier PERSONNE AGEE : AFSSAPS : + de 55 ans OMS : + de 65 ans Nous : + de 70-75 ans 9.5 des patients sont dénutris 29.4 des

Plus en détail

Prise en charge diététique et support nutritionnel au cours des carcinoses péritonéales

Prise en charge diététique et support nutritionnel au cours des carcinoses péritonéales Prise en charge diététique et support nutritionnel au cours des carcinoses péritonéales Pascale ROUX Responsable du service diététique CLB et IHOP Unité de nutrition-disspo 1 Quelle alimentation orale?

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en cas de dénutrition protéino-énergétique chez la personne âgée

Stratégie de prise en charge en cas de dénutrition protéino-énergétique chez la personne âgée ÉVALUATION ET AMÉLIORATION DES PRATIQUES Stratégie de prise en charge en cas de dénutrition protéino-énergétique chez la personne âgée SÉRIE DE CRITÈRES DE QUALITÉ POUR L ÉVALUATION ET L AMÉLIORATION DES

Plus en détail

Programme DPC : Accompagnement nutritionnel des personnes âgées

Programme DPC : Accompagnement nutritionnel des personnes âgées Programme DPC : Accompagnement nutritionnel des personnes âgées Dr Laurent MARTIN Catherine CHABERT, diététicienne Agir en santé Rappel sur le DPC DPC = développement personnalisé des compétences Un programme

Plus en détail

IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE

IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE Dr Maria Nachury Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU de Besançon Marie-Noëlle Lombarte FF Cadre Service Diététique CHU de Besançon Une volontéaffichée

Plus en détail

Item 110 : Prise en charge de la dénutrition

Item 110 : Prise en charge de la dénutrition Item 110 : Prise en charge de la dénutrition Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Généralités... 3 II Evaluation des

Plus en détail

LINUT 2009 CSAN du CRRF André Lalande, NOTH.

LINUT 2009 CSAN du CRRF André Lalande, NOTH. EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT A LA NUTRITION ET A L ACTIVITE PHYSIQUE AU CRRF ANDRE LALANDE HISTORIQUE Constat d un besoin réel pour les patients du CRRF + Recommandations nationales = Idée de créer

Plus en détail

Service de Gastro-entérologie et Nutrition - Pôle digestif - Hôpital de l Archet 2 - CHU de Nice

Service de Gastro-entérologie et Nutrition - Pôle digestif - Hôpital de l Archet 2 - CHU de Nice 49 ème JAND 30 janvier 2009 La nutrition entérale à domicile Xavier Hébuterne Service de Gastro-entérologie et Nutrition - Pôle digestif - Hôpital de l Archet 2 - CHU de Nice Un grand nombre de maladies

Plus en détail

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot Définition des soins de support: Les soins de support désignent l ensemble des soins et soutien

Plus en détail

Prise en charge oncogériatrique en EHPAD

Prise en charge oncogériatrique en EHPAD Prise en charge oncogériatrique en EHPAD 20 juin 2008 Olivier Guérin Pôle de gérontologie CHU de Nice Espérance de vie à la naissance, espérance de vie globale : Sont-ils si âgés que cela? Espérance de

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge A l initiative de la Direction Générale de la Santé Mise en œuvre: Société Française de Gériatrie et Gérontologie

Plus en détail

Condat, décembre 2014 REGLEMENT INTERIEUR DU POLE D ACTIVITE ET DE SOINS ADAPTES (P.A.S.A) CENTRE HOSPITALIER DE CONDAT

Condat, décembre 2014 REGLEMENT INTERIEUR DU POLE D ACTIVITE ET DE SOINS ADAPTES (P.A.S.A) CENTRE HOSPITALIER DE CONDAT Condat, décembre 2014 REGLEMENT INTERIEUR DU POLE D ACTIVITE ET DE SOINS ADAPTES (P.A.S.A) CENTRE HOSPITALIER DE CONDAT - 15190 1 LE PASA Le Pôle d Activités et de Soins Adaptés (PASA) est un lieu de vie

Plus en détail

4 e colloque annuel du réseau de soins

4 e colloque annuel du réseau de soins 4 e colloque annuel du réseau de soins Détection, prévention et prise en charge de la dénutrition à domicile institution de maintien, d aide et de soins à domicile C. Busnel Sommaire Contexte suisse Contexte

Plus en détail

malnutrition protéino-énergétiqueénergétique

malnutrition protéino-énergétiqueénergétique Diagnostic et évaluation de la dénutrition Prise en charge Isabelle Bourdel-Marchasson DU EHPAD Au cours du vieillissement. Les problèmes nutritionnels changent après 80 ans : peu de pathologies de surcharge

Plus en détail

L UFSBD EN QUELQUES MOTS

L UFSBD EN QUELQUES MOTS L EN QUELQUES MOTS FRANÇAISE SANTÉ L FRANÇAISE SANTÉ, CENTRE COLLABORATEUR OMS L est l organisme de la profession dentaire pour la prévention et la promotion de la santé bucco-dentaire. Créée et pilotée

Plus en détail

Nutrition Entérale et Parentérale

Nutrition Entérale et Parentérale Session IDE Douleur Nutrition Entérale et Parentérale Claire Boulle F Jarosz Ch Douai et CH Lens Diapositive 1 L un des rôles de l équipe soignante à l hôpital est la prise en charge des problèmes de nutrition

Plus en détail

Docteur Max HAÏNE Service Universitaire de Médecine Gériatrique Centre hospitalier Lyon Sud

Docteur Max HAÏNE Service Universitaire de Médecine Gériatrique Centre hospitalier Lyon Sud Docteur Max HAÏNE Service Universitaire de Médecine Gériatrique Centre hospitalier Lyon Sud Il existe une corrélation entre IMC et survenue d escarre : HyunS. & al., Am J CritCare, 2014 (n = 2632) Un apport

Plus en détail

Fragilité de la personne âgée

Fragilité de la personne âgée Fragilité de la personne âgée Dr S AUFAURE Première journée de la filière gériatrique Date18/12/2014 Centre Hospitalier Marc Jacquet de Melun 2, rue Fréteau de Pény 77011 Melun Cedex 01 64 71 60 00 www.ch-melun.fr

Plus en détail

Bilan d admission en EHPAD Jean-Paul BOITEUX Thibault SIMON Véronique JEANNIN

Bilan d admission en EHPAD Jean-Paul BOITEUX Thibault SIMON Véronique JEANNIN Bilan d admission en EHPAD Jean-Paul BOITEUX Thibault SIMON Véronique JEANNIN avec la contribution de Philippe POURCELLE Réseau Gériatrique Eurois 5 juin 2008 Parrainé par la Société Gérontologique de

Plus en détail

Tiré à Part du BDP volume 7 n 3

Tiré à Part du BDP volume 7 n 3 Tiré à Part du BDP volume 7 n 3 EXPERIENCE DE 6 MOIS D UTILISATION DE NUTRINEAL R. MILONGO, H. MEFTAHI, T. HACHACHE, M. GUERGOUR, F. KUENTZ, C. MAYNARD, M. FORET AGDUC - Centre Hospitalier Universitaire

Plus en détail

Les troubles des fonctions d alimentation : Que faire? Quand et comment?

Les troubles des fonctions d alimentation : Que faire? Quand et comment? R4P Réseau Régional de Rééducation et de Réadaptation Pédiatrique en Rhône-Alpes Les troubles des fonctions d alimentation : Que faire? Quand et comment? La dénutrition de l enfant polyhandicapé Dr NoelPERETTI,

Plus en détail

La Malnutrition Chez Le Patient Gériatrique

La Malnutrition Chez Le Patient Gériatrique La Malnutrition Chez Le Patient Gériatrique Dr Y. Massin Assistant en gériatrie Dr M.P. Stassen Endocrinologue Clinique A.Renard le jeudi 1 février 2007 1 La Malnutrition Chez Le Patient Gériatrique le

Plus en détail

Kit Indicateurs. Dépistage, prévention et prise en charge de la dénutrition chez la personne âgée de plus de 70 ans

Kit Indicateurs. Dépistage, prévention et prise en charge de la dénutrition chez la personne âgée de plus de 70 ans Kit Indicateurs Dépistage, prévention et prise en charge de la dénutrition chez la personne âgée de plus de 70 ans Mise à jour V5 Mai 2016 Sommaire OBJECTIFS 3 METHODE D ELABORATION 3 LISTE DES INDICATEURS

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES AVC Audit de pratiques : Prévention des complications (ACC5 AVCprév) Préambule

PRISE EN CHARGE DES AVC Audit de pratiques : Prévention des complications (ACC5 AVCprév) Préambule Audit de pratiques : Prévention des complications (ACC5 AVCprév) Préambule Ce document est issu des audits cliniques réalisés en 2005 lors de l élaboration des référentiels : «prise en charge hospitalière

Plus en détail

BILAN DE FONCTIONNEMENT MEDICAL ANNUEL, PROGRAMME D ACTION

BILAN DE FONCTIONNEMENT MEDICAL ANNUEL, PROGRAMME D ACTION 1 DQ-OG-PR-01 BILAN DE FONCTIONNEMENT MEDICAL ANNUEL, PROGRAMME D ACTION 2014- 2 Le programme d action médical annuel est un document obligatoire qui s inscrit comme une composante du projet d établissement

Plus en détail

REGARDS PLURIPROFESSIONNELS AUTOUR DE L ALIMENTATION DE LA PERSONNE AGEE EN INSTITUTION

REGARDS PLURIPROFESSIONNELS AUTOUR DE L ALIMENTATION DE LA PERSONNE AGEE EN INSTITUTION REGARDS PLURIPROFESSIONNELS AUTOUR DE L ALIMENTATION DE LA PERSONNE AGEE EN INSTITUTION 7 DECEMBRE 2012 Evaluation de l état nutritionnel des résidents EHPAD Les 5 sens à Landouge EHPAD Le Cantou de Condat

Plus en détail

HAD et EHPA (D) Textes réglementaires. JOURNEES ARS : HAD et EHPAD

HAD et EHPA (D) Textes réglementaires. JOURNEES ARS : HAD et EHPAD HAD et EHPA (D) Textes réglementaires L intervention de l Hospitalisation à Domicile en EHPAD est possible depuis février 2007. Les textes législatifs réglementent prises en charge. et limitent les Bases

Plus en détail

Reconnaissance et prise en charge de la dénutrition à l hôpital

Reconnaissance et prise en charge de la dénutrition à l hôpital Reconnaissance et prise en charge de la dénutrition à l hôpital david.seguy@univ-lille2.fr Définitions Dénutrition: apports / stocks énergétiques en macro- et/ou en micronutriments insuffisants pour répondre

Plus en détail

Hygiène en EHPAD. en collaboration avec ES, DDASS et conseil général

Hygiène en EHPAD. en collaboration avec ES, DDASS et conseil général Hygiène en EHPAD Un défi relevé depuis 2003 dans les Yvelines en collaboration avec ES, DDASS et conseil général H. Robbiani. Médecin coordonnateur EHPAD Korian. (78) JC. Séguier: Médecin Hygiéniste CH

Plus en détail

Risque d infection associée aux soins et prévention chez le patient gériatrique

Risque d infection associée aux soins et prévention chez le patient gériatrique Risque d infection associée aux soins et prévention chez le patient gériatrique Dr M-C LAURAIN Praticien Hospitalier 17 juin 2016 I -Données démographiques Il y a de plus en plus de personnes âgées Année

Plus en détail

Un outil MobiQual de formation/sensibilisation destiné aux professionnels intervenant auprès des personnes âgées en établissements de santé et

Un outil MobiQual de formation/sensibilisation destiné aux professionnels intervenant auprès des personnes âgées en établissements de santé et Un outil MobiQual de formation/sensibilisation destiné aux professionnels intervenant auprès des personnes âgées en établissements de santé et médico-sociaux 1 Pourquoi un outil sur la nutrition? L alimentation

Plus en détail

Lutte contre la iatrogénie médicamenteuse en EHPAD : De nouveaux outils

Lutte contre la iatrogénie médicamenteuse en EHPAD : De nouveaux outils Lutte contre la iatrogénie médicamenteuse en EHPAD : De nouveaux outils 3 e journée Hygiène et gestion des risques en EHPAD ARLIN Pays de la Loire 1 Dr Elise Rochais 9 octobre 2014, Angers Unité de F.

Plus en détail

La L a c o c n o t n e t n e t n i t o i n o n e n e n psychiatrie

La L a c o c n o t n e t n e t n i t o i n o n e n e n psychiatrie La contention en psychiatrie Définition: La contention Selon le Larousse: «Procédé thérapeutique permettant d immobiliser un membre, de comprimer des tissus ou de protéger un malade agité» Selon Desharens

Plus en détail