CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EXOPHTALMIE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EXOPHTALMIE"

Transcription

1 Dr. ROUBEROL Service d Ophtalmologie HOPITAL CROIX ROUSSE CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EXOPHTALMIE I - SEMEIOLOGIE DE L EXOPHTALMIE ➀ Diagnostic positif : a) Clinique de face de profil : Protusion Quantification : Exophtalmomètre de Herlel b) Paraclinique : Scanner avec injection d iode position du pôle postérieur par rapport à la ligne bicanthale. ➁ Caractéristiques et signes associés ➂ Complications : Cornée Oculomotricité Neuropathie ➃ Diagnostic différentiel : Gros oeil Petit orbite Atteinte controlatérale microphtalmie enophtalmie rétraction 1

2 II - BILAN ➀ De l exophtalmie : - Exophtalmomètre de Hertel - Scanner + Injection ➁ Etiologique : - Bilan thyroïdien (biologie, imagerie) - Bilan radiologique (radio, scanner, IRM, artériographie) - Bilan infectieux : hémocultures, scanner ± scintigraphie - Biopsie orbitaire si tumeur. III - LES ETIOLOGIES ➀ Ophtalmopathie thyroïdienne : Basedow (90 %) ou euthyroïdie ou hypothyroïdie Bilatéral (80 %), parfois asymétrique Inflammation de tous les tissus orbitaires : Inflammation localisée (paupières et conjonctives) Rétraction paupière supérieure ± Asynergie oculo-palpébrale Exophtalmie Troubles oculomoteurs Evolution par poussées non dépendante de la maladie thyroïdienne Peu influencée par les traitements antithyroïdiens Complication : orbithopathie maligne (2 à 10 %) Scanner : volume graisseux et hypertrophie musculaire (droit inférieur et droit interne) 2

3 Traitement : Stade inflammation Tt locaux oculaires (cornée, prismes) Corticothérapie : 1 mg/kg/j, plusieurs mois et arrêt progressif Radiohérapie : 20 gray en 10 séances puis puis Stade séquellaire : après 6 mois d euthyroïdie - chirurgie de décompression orbitaire - chirurgie oculomotrice - chirurgie rétraction palpébrale Orbitopathie maligne - corticothérapie à fortes doses IV puis décompression orbitaire en urgence. ➁ Pseudo-tumeurs inflammatoires : Adulte, unilatérale Exophtalmie rapidement progressive, douloureuse, inflammatoire ± Paralysie III, IV, V, VI + BAV + ptosis = «Ó d apex orbitaire» Scanner : graisse et muscles ou masse hyperdense à contours ± réguliers au niveau de l apex orbitaire. Biopsie : infiltrat inflammatoire aspécifique certitude diagnostic Traitement : corticothérapie PO pendant 1 mois ± radiothérapie Dg differentiel : lymphomes +++ Dg étiologique : souvent négatif Pfs, sarcoïdose ou collagénoses. 3

4 ➂ Cellulites orbitaires : Enfant +++ (Ethmoïdite) ou adulte Sinusites, plaies Exophtalmie aigüe hyperinflammatoire, douloureuse, contexte septique Scanner : graisse ou abcès intra-orbitaire + sinusite Bilan biologique infectieux Evolution favorable sous traitement anti-infectieux IV au début ± drainage chirurgical sinusien et orbitaire Complication : - abcès sous périosté - thrombophlébite cérébrale (thrombose sinus caverneux violacée) - septicémie ➃ Tumeurs orbitaires: a) De l enfant : Rhabdomyosarcome ( = T. du muscle strié ) : - la plus fréquente de l enfant - > 3 ans ou < 6 ans - évolution rapide - quadrant supéro-interne - biopsie ++ - Tt : chirurgie + chimiothérapie ± radiothérapie - Pronostic : 95 % à 65 % survie - Péjoratif si extension intra-cranienne Gliome du NO : - > 2 ans < 10 ans - Neurofibromatose type I ++ - Evolution lente - Pronostic : neuropathie optique ++ parfois vital - Scanner : isodense taille du NO - Tt : surveillance +++ 4

5 chirurgie (oeil perdu) Kystes dermoïdes : - Enfant et adolescent si préseptaux - Adulte jeune si rétroseptaux - Bénigne - Souvent angle supéro-externe - Scanner : lésion bien limitée contre paroi osseuse déficitaire (déficits arrondis) Tt : exérèse chirurgicale car sinon et fissuration Mucocèle du sinus frontal : - Rare - T. développée à partir de la muqueuse du sinus frontal qui entraine une destruction de la paroi osseuse et envahi l orbite - T. de l angle supéro-interne - Bénigne - Tt : excision du kyste reconstruction paroi osseuse Autres tumeurs : - métastases de neuroblastome - granulome éosinophile - recidive d un retinoblastome - meningocèle - teratome - sarcome b) De l adulte : Lymphome orbitaire : - Adulte > 60 ans - Développement lent, peu inflammatoire, palpable, mobile - 30 à 50 % des cas : atteinte systémique - Biopsie ++ - Tt : chimiothérapie (si général) + radiothérapie Métastases orbitaires : - néoplasme sein +++, rein 5

6 Néoplasmes propagé à l orbite : - T maligne palpébrale - T conjonctivale - T ORL Tumeurs d origine osseuse ou cartilagineuse : - ostéome - osteoblastome - ostéosarcome - condrome Tumeurs d origine nerveuse : - schwannome - neurofibrome Meningiome ➄ Vasculaires : a) De l enfant : Hémangiome capillaire : Hamartome (vx. immatures) - Nouveau né < 1 an - Caractère vasculaire +++ (Valsalva ) - Phase de croissance, puis phase d involution spontanée de 4 à 10 ans - superficiel (cutané et sous cutané) ou profond (orbite) - retentissement possible sur globe (ptosis, exophtalmie, distorsion du globe avec astigmatisme géant et amblyopie) - scanner : bien limité, contraste - Tt : F. profonde ou avec complications sur le globe corticoïdes : injections intra-lésionnelles (F. antérieures) chirurgie : ligature des vx nourriciers ou exérèse radiothérapie Lymphangiomes : - bénin mais grave - Hamartome - infiltrant, récidives, hémorragies. Aucune régression spontanée - superficiel ou profond - pas d aspect vasculaire clinique 6

7 - scanner : pas de limite, contraste - IRM : Dg - chirurgie : ± récidives Varices orbitaires : - angle interne, tuméfaction bleutée, réductible - Caractère vasculaire ++ (Valsalva ) - Dg différentiel, avec lymphangiome difficile, - caractère clinique vasculaire - Tt : chirurgie. b) De l adulte : Fistule carotido-caverneuse : Communications anormales entre branches de carotide externe et sinus caverneux - soit traumatique - soit par rupture d anévrisme carotidien intra-caverneux - exophtalmie pulsatile, thrill, souffle, réductible - tête de méduse épisclérale - ophtalmoplégie - Dg : artériographie - Tt : embolisation, ballonet ou ligature. Hémangiome caverneux : - Femme âgée - Exophtalmie réductible, non douloureuse, - + ou - profond - Evolution lente - Tt : exérèse par orbitotomie. ➅ Les hématomes : - post-traumatiques, - rechercher une F. de l orbite ou CEIO - régression souvent spontanée - Tt : exceptionnel Décompression chirurgicale Rétrobulbaire hyaluronidase 7

Véritable atteinte auto-immune spécifique

Véritable atteinte auto-immune spécifique ophtalmopathie dysthyroïdienne 246 - OPHTALMOPATHIE DYSTHYROÏDIENNE-2010 Ce qu il faut savoir 1. Savoir évoquer une exophtalmie basedowienne sur ses caractéristiques cliniques, 2. Connaître les complications

Plus en détail

Véritable atteinte auto-immune spécifique

Véritable atteinte auto-immune spécifique ophtalmopathie dysthyroïdienne 246 - OPHTALMOPATHIE DYSTHYROÏDIENNE Ce qu il faut savoir 1. Savoir évoquer une exophtalmie basedowienne sur ses caractéristiques cliniques, 2. Connaître les complications

Plus en détail

Item 240 (item 246) : Ophtalmopathie dysthyroïdienne Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 240 (item 246) : Ophtalmopathie dysthyroïdienne Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 240 (item 246) : Ophtalmopathie dysthyroïdienne Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières 1. Généralités et épidémiologie... 3 2. Classification... 3 3.

Plus en détail

Exophtalmie non traumatique

Exophtalmie non traumatique CHAPITRE 7 Exophtalmie non traumatique E. Tuil, F. Mann L'exophtalmie se définit par une protrusion du globe oculaire dans l'orbite. Toute exophtalmie aiguë survenant chez un enfant doit être considérée

Plus en détail

Cellulite orbitaire: affection grave et urgence thérapeutique. Met en jeu le pronostic visuel et vital. Peut compliquer un traumatisme oculaire, une

Cellulite orbitaire: affection grave et urgence thérapeutique. Met en jeu le pronostic visuel et vital. Peut compliquer un traumatisme oculaire, une Cellulite orbitaire: affection grave et urgence thérapeutique. Met en jeu le pronostic visuel et vital. Peut compliquer un traumatisme oculaire, une sinusite ou être secondaire à une affection oculaire

Plus en détail

I. AINEB, S.SALAM. MARDHI, K. CHBANI, L. OUZIDANE SERVICE DE RADIOLOGIE PEDIATRIQUE. CHU IBN ROCHD. CASABLANCA - MAROC

I. AINEB, S.SALAM. MARDHI, K. CHBANI, L. OUZIDANE SERVICE DE RADIOLOGIE PEDIATRIQUE. CHU IBN ROCHD. CASABLANCA - MAROC Imagerie de l exophtalmie tumorale de l enfant I. AINEB, S.SALAM. MARDHI, K. CHBANI, L. OUZIDANE SERVICE DE RADIOLOGIE PEDIATRIQUE. CHU IBN ROCHD. CASABLANCA - MAROC INTRODUCTION Exophtalmie : protrusion

Plus en détail

H Haj-Riffi, M Bouziane, S Saoud, N Moussali, N El Benna, A Gharbi, A Abdelouafi

H Haj-Riffi, M Bouziane, S Saoud, N Moussali, N El Benna, A Gharbi, A Abdelouafi Apport de la TDM dans la cellulite orbitaire H Haj-Riffi, M Bouziane, S Saoud, N Moussali, N El Benna, A Gharbi, A Abdelouafi Service de Radiologie de l hôpital 20 Août 1953. CHU Ibn Rochd. Casablanca.

Plus en détail

Cas de la semaine # 47

Cas de la semaine # 47 Cas de la semaine # 47 25 Septembre 2017 Préparé par Dre Fatima Ameur fellow Dre Manon Bélair MD Hôpital Notre Dame, CHUM Département de radiologie Faculté de médecine Histoire Clinique Pas d antécédents

Plus en détail

Tumeurs inflammatoires orbitaires. Professeur Pierre Kaminsky

Tumeurs inflammatoires orbitaires. Professeur Pierre Kaminsky Tumeurs inflammatoires orbitaires Professeur Pierre Kaminsky Introduction Nombreuses entitées : Infectieuses Inflammatoires Néolasiques Inflammations orbitaires : 50% des affections orbitaires Orbitopathie

Plus en détail

Imagerie des tumeurs malignes intraorbitaires.

Imagerie des tumeurs malignes intraorbitaires. Imagerie des tumeurs malignes intraorbitaires. O. AMRISS, F. ESSODEGUI, I. MIMOUNI, A. ADIL Service Central de Radiologie CHU Ibn Rochd Casablanca - Maroc INTRODUCTION L'imagerie est indispensable pour

Plus en détail

Imagerie des exophtalmies non tumorales. A. IDRISSI, N. EL BENNA, H. BELGADIR, N. MOUSSALI, A. ABDELOUAFI. Service de Radiologie 20 Août, Casablanca.

Imagerie des exophtalmies non tumorales. A. IDRISSI, N. EL BENNA, H. BELGADIR, N. MOUSSALI, A. ABDELOUAFI. Service de Radiologie 20 Août, Casablanca. Imagerie des exophtalmies non tumorales A. IDRISSI, N. EL BENNA, H. BELGADIR, N. MOUSSALI, A. ABDELOUAFI. Service de Radiologie 20 Août, Casablanca. Introduction L exophtalmie correspond à l augmentation

Plus en détail

CAT devant une Exophtalmie

CAT devant une Exophtalmie CAT devant une Exophtalmie I DÉFINITION : L exophtalmie est une protrusion du globe oculaire hors de l orbite (en avant) liée à une augmentation du contenu orbitaire, globe oculaire exclu. L'intérêt de

Plus en détail

IMAGERIE DES TUMEURS OCULO-ORBITAIRES (À PROPOS DE 40 CAS)

IMAGERIE DES TUMEURS OCULO-ORBITAIRES (À PROPOS DE 40 CAS) IMAGERIE DES TUMEURS OCULO-ORBITAIRES MALIGNES (À PROPOS DE 40 CAS) INTRODUCTION Les processus expansifs malins rencontrés dans l orbite sont de nature très diverse. Parmi les tumeurs intra-orbitaires:

Plus en détail

Dr François Bidault Service d Imagerie Diagnostique, Gustave-Roussy, Villejuif, France.

Dr François Bidault Service d Imagerie Diagnostique, Gustave-Roussy, Villejuif, France. 1 Cancer du massif facial et des cavités nasosinusiennes : Imagerie. Dr François Bidault Service d Imagerie Diagnostique, Gustave-Roussy, Villejuif, France. Diplôme d Université de Carcinologie Cervico-Faciale

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Dr David GONNELLI Dr Thomas GUIDICELLI

Les tumeurs osseuses. Dr David GONNELLI Dr Thomas GUIDICELLI Les tumeurs osseuses Dr David GONNELLI Dr Thomas GUIDICELLI Tumeurs osseuses Tumeurs productrices de tissu osseux Tumeurs productrices de tissu cartilagineux Tumeurs à cellules géantes Tumeurs de la moelle

Plus en détail

Table des matières PRÉFACE TECHNIQUES Principales interventions endoscopiques Principales voies d abord externes...

Table des matières PRÉFACE TECHNIQUES Principales interventions endoscopiques Principales voies d abord externes... PRÉFACE... 11 TECHNIQUES... 13 Radiologie conventionnelle... 13 La tomodensitométrie... 13 Le cone beam CT... 13 L IRM (imagerie par résonnance magnétique)... 14 Techniques chirurgicales... 15 Principales

Plus en détail

Apport du scanner multibarrettes dans. le diagnostic des cellulites orbitaires

Apport du scanner multibarrettes dans. le diagnostic des cellulites orbitaires Apport du scanner multibarrettes dans le diagnostic des cellulites orbitaires W. Douira-Khomsi, S. Bejar, H. Louati, L. Ben Hassine, R. Attaoui, L. Lahmar, I. Bellagha Service de Radiologie Pédiatrique

Plus en détail

Comment j explore un ptôsis. Dr Njeukui SMT 18/11/2010

Comment j explore un ptôsis. Dr Njeukui SMT 18/11/2010 Comment j explore un ptôsis Dr Njeukui SMT 18/11/2010 ptôsis Ptôsis: signe relativement fréquent - fluctuant, augmentant à l effort, la chaleur, ou permanent - isolé ou associé à d autres signes: diplopie

Plus en détail

Les tumeurs osseuses du RACHIS

Les tumeurs osseuses du RACHIS Les tumeurs osseuses du RACHIS Tumeurs osseuses Tumeurs productrices de tissu osseux Tumeurs productrices de tissu cartilagineux Tumeurs à cellules géantes Tumeurs de la moelle osseuse Tumeurs du tissu

Plus en détail

Diplopie. Item 304. Polycopié de Neurologie-Neuroradiologie et Neurochirurgie Faculté de Médecine de Strasbourg.

Diplopie. Item 304. Polycopié de Neurologie-Neuroradiologie et Neurochirurgie Faculté de Médecine de Strasbourg. Item 304 Diplopie I. RAPPEL ANATOMIQUE, PHYSIOLOGIQUE ET SÉMIOLOGIQUE II. Objectifs pédagogiques ORIENTATION DU DIAGNOSTIC Nationaux w Argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les

Plus en détail

Quelques masses abdomino-pelviennes chez l enfant. Simon RAVAUD (IHN)

Quelques masses abdomino-pelviennes chez l enfant. Simon RAVAUD (IHN) Quelques masses abdomino-pelviennes chez l enfant Simon RAVAUD (IHN) Cas 1 Petit garçon âgé de 16 mois. Syndrome de Wiedmann- Beckwith. Syndrome de croissance excessive associant ; macroglossie macrosomie

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Collège de maladies infectieuses, microbiologie et parasitologie. Tunis le 28/10/2011 R. Abid R. Abdelmalek

CAS CLINIQUE. Collège de maladies infectieuses, microbiologie et parasitologie. Tunis le 28/10/2011 R. Abid R. Abdelmalek CAS CLINIQUE Collège de maladies infectieuses, microbiologie et parasitologie Tunis le 28/10/2011 R. Abid R. Abdelmalek Mme H.B âgée de 21 ans ATCD pathologiques = 0 4 jours avant son admission: fièvre

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Les tumeurs osseuses Tumeurs osseuses Tumeurs productrices de tissu osseux Tumeurs productrices de tissu cartilagineux Tumeurs à cellules géantes Tumeurs de la moelle osseuse Tumeurs du tissu conjonctif

Plus en détail

Faq 1 Quelles sont les différentes catégories de diplopie et les principes d orientation du diagnostic?

Faq 1 Quelles sont les différentes catégories de diplopie et les principes d orientation du diagnostic? Diplopie Objectifs : 1. Connaissances requises : 1.1 Citer les causes de diplopie isolée. 1.2 Citer les causes de diplopie avec douleur ipsilatérale (ophtalmoplégie douloureuse). 1.3 Citer les causes de

Plus en détail

SINUSITES AIGUËS. Formes. Physiopath. Ethmoïdite aiguë. Sinusite maxillaire et frontale. Formes cliniques. Sinusite sphénoïdale

SINUSITES AIGUËS. Formes. Physiopath. Ethmoïdite aiguë. Sinusite maxillaire et frontale. Formes cliniques. Sinusite sphénoïdale SINUSITES AIGUËS Physiopath Ethmoïde : naissance / autres à partir de 3 ans Virales ++++ Germes ORL : Pneumocoque, haemophilus influenzae, moxarella catarrhalis Germes dentaire : Anaérobies Formes Sinusite

Plus en détail

MASSES THORACIQUES DE L ENFANT

MASSES THORACIQUES DE L ENFANT MASSES THORACIQUES DE L ENFANT DEMARCHE DIAGNOSTIQUE DEMARCHE DIAGNOSTIQUE DES MASSES THORACIQUES Confirmer la présence d une masse Éliminer ce qui n est pas tumoral Orienter le diagnostic : Topographie

Plus en détail

Tumeurs Bénignes 2. TCG Kyste Anévrysmal. Kyste osseux essentiel Fibrome non ossifiant

Tumeurs Bénignes 2. TCG Kyste Anévrysmal. Kyste osseux essentiel Fibrome non ossifiant Tumeurs Bénignes 2 TCG Kyste Anévrysmal Kyste osseux essentiel Fibrome non ossifiant Introduction Rareté (4 à 10% des tumeurs primitives osseuses) Age moyen : 30 ans (16 à 64) 80 % entre 15 et 30 Hommes

Plus en détail

Kyste Hydatique Orbitaire (8 cas) A Siwane, W Zamiati, A Gharbi, R Kadiri Service Central de Radiologie Chu Ibn Rochd, Casablanca, Maroc

Kyste Hydatique Orbitaire (8 cas) A Siwane, W Zamiati, A Gharbi, R Kadiri Service Central de Radiologie Chu Ibn Rochd, Casablanca, Maroc Kyste Hydatique Orbitaire (8 cas) A Siwane, W Zamiati, A Gharbi, R Kadiri Service Central de Radiologie Chu Ibn Rochd, Casablanca, Maroc Introduction - Localisation orbitaire du kyste hydatique : rare

Plus en détail

Angiome: Naevus : chalazion

Angiome: Naevus : chalazion Tumeurs de l œil et de ses annexes Introduction: L œil de part la richesse des tissus qui le constituent peut développer des processus tumoraux diverses. leur retentissement est triple: esthétique fonctionnel

Plus en détail

TUMEURS OSSEUSES à CELLULES GÉANTES

TUMEURS OSSEUSES à CELLULES GÉANTES TUMEURS OSSEUSES à CELLULES GÉANTES TUMEURS à CELLULES GÉANTES Rareté (4 à 10% des tumeurs primitives osseuses) Tumeurs à cellules géantes Rareté (4 à 10% des tumeurs primitives osseuses) Age moyen : 30

Plus en détail

Connaissances V. ORL

Connaissances V. ORL Connaissances V. ORL 87 Adénocarcinome de l ethmoïde Item 154. Tumeurs des os primitives et secondaires. Item Fig. 87.1. IRM coupe coronale séquence T1 avec injection et suppression de graisse. 1 : tumeur

Plus en détail

TRAITEMENT DES GRANDS SARCOMES DES TISSUS MOUS DES MEMBRES. H.Nassi CHU d Oran

TRAITEMENT DES GRANDS SARCOMES DES TISSUS MOUS DES MEMBRES. H.Nassi CHU d Oran TRAITEMENT DES GRANDS SARCOMES DES TISSUS MOUS DES MEMBRES H.Nassi CHU d Oran INTRODUCTION Les sarcomes constituent un groupe large et complexe de tumeurs rares d origine mésenchymateuse. L incidence de

Plus en détail

Imagerie des exophtalmies

Imagerie des exophtalmies Feuillets de Radiologie 2009, 49, n 2,91-98 2009. Elsevier Masson SS. Tous droits réservés 3mise au point 3neurologie Imagerie des exophtalmies Correspondance :. Gervaise, 13, rue Vigne Saint vold, 57000

Plus en détail

ICONOGRAPHIE THYROÏDE

ICONOGRAPHIE THYROÏDE ICONOGRAPHIE THYROÏDE HYPOTHYROÏDIE CONGENITALE CHEZ UNE JEUNE FILLE ZAÏROISE DE 17 ANS MESURANT 1 METRE ET PRESENTANT UN RETARD MENTAL SEVERE GOITRE ENDEMIQUE CHEZ UN ENFANT AFRICAIN GOITRE ENDEMIQUE

Plus en détail

Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006)

Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006) Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006) 1. Epidémiologie Les ostéosarcomes ou sarcomes ostéogèniques sont des tumeurs rares,

Plus en détail

La Névralgie du Trijumeau

La Névralgie du Trijumeau La Névralgie du Trijumeau Situation Clinique Homme, 50 ans, Migraineux, Insuffisant respiratoire par exposition professionnelle à l'amiante Description de la douleur : *évolution depuis 1 semaine *douleur

Plus en détail

Tumeurs mésenchymateuses malignes (TMM) H. MARTELLI

Tumeurs mésenchymateuses malignes (TMM) H. MARTELLI DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de Mars 2008 - PARIS Tumeurs mésenchymateuses malignes (TMM) H. MARTELLI Tumeurs des parties molles = Tumeurs mésenchymateuses malignes (TMM) Tumeurs malignes de l

Plus en détail

IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES

IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES Pr Frank Boudghène Hopital Tenon - Université Paris 6 IMAGERIE des TUMEURS epidermiques des parties molles DERMATOLOGIE Utilise peu les techniques

Plus en détail

Ethmoidite aigue de L Enfant

Ethmoidite aigue de L Enfant Définition Ethmoidite aigue de L Enfant Ethmoidite aigue correspond a l infection de cellules de labyrinthe ethmoïdal situe entre l orbite, les fosses nasales et la base de crane. Clinique Ethmoidite aigue

Plus en détail

IMAGERIE DE LA PATHOLOGIE DES GLANDES LACRYMALES

IMAGERIE DE LA PATHOLOGIE DES GLANDES LACRYMALES IMAGERIE DE LA PATHOLOGIE DES GLANDES LACRYMALES S. Wakrim, N. Moussali, A. Merzem, N. El Benna, A. Gharbi Service de radiologie 20 aout, CHU Ibn Rochd CASABLANCA PLAN Introduction Rappel anatomique Histologie

Plus en détail

Chapitre 1 : Présentation clinique de l exophtalmie

Chapitre 1 : Présentation clinique de l exophtalmie Chapitre 1 : Présentation clinique de l exophtalmie 1. Anatomie L orbite est formée par la cavité orbitaire osseuse, creusée dans le squelette facial (i.e. le contenant), remplie par les différents éléments

Plus en détail

Cours d ophtalmologie

Cours d ophtalmologie Cours d ophtalmologie Institut de Formation en soins Infirmiers Docteur POMMIER Stephan Service d ophtalmologie Hôpital d Instruction des Armées LAVERAN MARSEILLE PLAN Rappel anatomique L examen ophtalmologique

Plus en détail

AMELOBLASTOME MALIN : A PROPOS D UN CAS. M.Zerhouni, N.Elbenna, S.Bennis, A.Abdelouafi Service de Radiologie du 20 Août 1953 CHU Ibn Rochd Casablanca

AMELOBLASTOME MALIN : A PROPOS D UN CAS. M.Zerhouni, N.Elbenna, S.Bennis, A.Abdelouafi Service de Radiologie du 20 Août 1953 CHU Ibn Rochd Casablanca AMELOBLASTOME MALIN : A PROPOS D UN CAS M.Zerhouni, N.Elbenna, S.Bennis, A.Abdelouafi Service de Radiologie du 20 Août 1953 CHU Ibn Rochd Casablanca Introduction L améloblastome malin est une tumeur odontogène

Plus en détail

le scanner sans injection montre une occlusion mécanique du grêle en amont de l iléon terminal : inflammatoire? tumoral? Epaississement et aspect

le scanner sans injection montre une occlusion mécanique du grêle en amont de l iléon terminal : inflammatoire? tumoral? Epaississement et aspect Douleurs abdominales diffuses, arrêt des matières et des gaz depuis 48h sans vomissement ni fièvre chez un patient en aplasie à J15 d une induction pour LAM : Quels sont les principaux éléments sémiologiques

Plus en détail

S Sedrati, N Allali, M Chellaoui, L Chat, R Dafiri

S Sedrati, N Allali, M Chellaoui, L Chat, R Dafiri Le Rétinoblastome Quel est l apport de l imagerie dans la prise en charge? S Sedrati, N Allali, M Chellaoui, L Chat, R Dafiri Service De Radio Pédiatrie, Hôpital D enfants Maternité CHU de Rabat Introduction

Plus en détail

Imagerie des accidents vasculaires cérébraux hémorragiques

Imagerie des accidents vasculaires cérébraux hémorragiques Imagerie des accidents vasculaires cérébraux hémorragiques M Mahi*, A Akhaddar**, J El Fenni*, M Benameur*, S Chaouir*. *Services d Imagerie Médicale ** Service de neurochirurgie Hôpital Militaire d Instruction

Plus en détail

Le scanner des sinus chez le patient asthmatique

Le scanner des sinus chez le patient asthmatique Le scanner des sinus chez le patient asthmatique Dr JF Papon Service ORL CHU Mondor et CHI Créteil Unité de biomécanique, INSERM U955, Créteil jean-francois.papon@hmn.aphp.fr Les rhinosinusites au cours

Plus en détail

Dr P. MAHDYOUN Service ORL et chirurgie cervico-faciale CHU de Nice

Dr P. MAHDYOUN Service ORL et chirurgie cervico-faciale CHU de Nice Dr P. MAHDYOUN Service ORL et chirurgie cervico-faciale CHU de Nice Hémorragie provenant des fosses nasales Bénin Mais grave par : Fréquence et sa Répétition Abondance Terrain fragile Urgence médico chirurgicale

Plus en détail

Chapitre 10 : Paupières voies lacrymales

Chapitre 10 : Paupières voies lacrymales Chapitre 10 : Paupières voies lacrymales 1. Pathologies palpébrales... 2 2. Voies lacrymales... 3 3. Orbite... 4 1 Chapitre 10 : Paupières voies lacrymales 1. Pathologies palpébrales La formation embryologique

Plus en détail

Item n 246 : Hyperthyroïdie

Item n 246 : Hyperthyroïdie Diagnostique Examen clinique Item n 246 : Hyperthyroïdie Recherche dʼun syndrome de thyrotoxicose : Troubles cardiovasculaire : tachycardie, palpitation, HTA Troubles neuropsychique : nervosité, tremblement,

Plus en détail

Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006)

Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006) Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006) 1. Epidémiologie Les ostéosarcomes ou sarcomes ostéogèniques sont des tumeurs rares,

Plus en détail

Tumeurs mammaires Techniques chirurgicales

Tumeurs mammaires Techniques chirurgicales 26/03/14 Tumeurs mammaires Techniques chirurgicales Annick Hamaide Tumeurs mammaires - Chienne TR chirurgical: Traitement de choix! SAUF en cas de carcinome inflammatoire ou si métastase à distance! Traitement

Plus en détail

Vaisseaux de l encéphale JL BERTHELOT

Vaisseaux de l encéphale JL BERTHELOT Vaisseaux de l encéphale JL BERTHELOT Artères de l encéphale - Système carotidien. 2 -Système vertébro-basilaire Anastomosés au niveau du polygone de WILLIS (cercle artériel de la base). Veines de l encéphale

Plus en détail

PROFIL EPIDEMIOLOGIQUE ET ETIOLOGIQUE DES EXOPHTALMIES TUMORALES DE L ADULTE (A PROPOS DE 29 CAS)

PROFIL EPIDEMIOLOGIQUE ET ETIOLOGIQUE DES EXOPHTALMIES TUMORALES DE L ADULTE (A PROPOS DE 29 CAS) Revue Marocaine du Cancer 20, vol. 3, n 2 : 5-22 OPHTALMOLOGIE Article Original PROFIL EPIDEMIOLOGIQUE ET ETIOLOGIQUE DES EXOPHTALMIES TUMORALES DE L ADULTE (A PROPOS DE 29 CAS) S. BOUZZA, L. BENHMIDOUNE,

Plus en détail

Intérêt de l échographie- Doppler (EDC) pour le diagnostic des lésions de la glande lacrymale

Intérêt de l échographie- Doppler (EDC) pour le diagnostic des lésions de la glande lacrymale Intérêt de l échographie- Doppler (EDC) pour le diagnostic des lésions de la glande lacrymale F.Lafitte, M.Boucenna, (1) (2) P. Koskas (1), E. Nau (1), O. Bergès (1). (1): Fondation ophtalmologique Adolphe

Plus en détail

CIRCONSTANCES DE DÉCOUVERTE ÉCHOGRAPHIQUE. AGE DE DECOUVERTE ->Dernier trimestre TYPES DE TUMEURS ASPECT TUMORAL MALIGNES BENIGNES MIXTES

CIRCONSTANCES DE DÉCOUVERTE ÉCHOGRAPHIQUE. AGE DE DECOUVERTE ->Dernier trimestre TYPES DE TUMEURS ASPECT TUMORAL MALIGNES BENIGNES MIXTES TUMEURS DE DIAGNOSTIC PRENATAL CIRCONSTANCES DE DÉCOUVERTE ÉCHOGRAPHIQUE P. VERGNES Service de Chirurgie Pédiatrique Hôpital des Enfants Bordeaux AGE DE DECOUVERTE ->Dernier trimestre CIRCONSTANCES DE

Plus en détail

IMAGERIE DES SINUSITES CHRONIQUES DE L L ADULTE. Dr Denis Bossard. Imagerie médicale Saint-Jean LYON

IMAGERIE DES SINUSITES CHRONIQUES DE L L ADULTE. Dr Denis Bossard. Imagerie médicale Saint-Jean LYON IMAGERIE DES SINUSITES CHRONIQUES DE L L ADULTE Dr Denis Bossard. Imagerie médicale Saint-Jean LYON Techniques: CLICHES SIMPLES INUTILES en pathologie CHRONIQUE SCANNER Examen de référence Complément de

Plus en détail

TUMEURS MALIGNES MESENCHYMATEUSES

TUMEURS MALIGNES MESENCHYMATEUSES Donnou Céline Faoucher Marie 18/03/11 Anapath, Sarcomes, N. Rioux-Leclerc Diaporama bientôt disponible sur le réseau pédagogique! Bon courage à tous. TUMEURS MALIGNES MESENCHYMATEUSES I - Tumeurs des tissus

Plus en détail

TUMEURS ORBITAIRES CHEZ L ENFANT

TUMEURS ORBITAIRES CHEZ L ENFANT TUMEURS ORBITAIRES CHEZ L ENFANT J.L DUFIER Hôpital NECKER ENFANTS MALADES Université René Descartes C est l exophtalmie, habituellement unilatérale, peu ou pas réductible, qui, le plus souvent, conduit

Plus en détail

154. Tumeurs des os, primitives et secondaires

154. Tumeurs des os, primitives et secondaires Sommaire 154. Tumeurs des os, primitives et secondaires diagnostic Imagerie Clichés standards 2 incidences (indispensables) - En faveur d une tumeurs maligne primitive : localisation «autour du genou»,

Plus en détail

item 203 Opacité et Masses Intra-Thoracique

item 203 Opacité et Masses Intra-Thoracique item 203 Opacité et Masses Intra-Thoracique malin bénin Sexe masculin + Age > 50 ans ++ tabagisme ++ Il n y a pas de seuil au-dessous duquel fumer n expose pas à risque accru de CBP Exposition à des +

Plus en détail

INFLAMMATIONS ORBITAIRES NON-SPECIFIQUES

INFLAMMATIONS ORBITAIRES NON-SPECIFIQUES INFLAMMATIONS ORBITAIRES NON-SPECIFIQUES Mehrad HAMEDANI Hôpital Ophtalmique Jules-Gonin Université de Lausanne Comment se présente une inflammation orbitaire? Qu entend-on par non-spécifique? INFLAMMATION

Plus en détail

Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas

Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas B RADOUANE, M JIDAL, J EL FENNI, B ZAINOUN, S CHAOUIR, T AMIL, A HANINE, M BEN AMEUR Service d Imagerie Médicale Hôpital militaire d instruction

Plus en détail

important athérome calcifié aorto-iliaque

important athérome calcifié aorto-iliaque Patient de 70 ans présentant une fièvre inexpliquée depuis 2 ans. Suivi pour une LMC. Apparition d une toux productive et d un syndrome inflammatoire biologique. Premier scanner réalisé sans IV. -foyers

Plus en détail

L IMAGERIE EN PATHOLOGIE OSTÉO-ARTICULAIRE

L IMAGERIE EN PATHOLOGIE OSTÉO-ARTICULAIRE L IMAGERIE EN PATHOLOGIE OSTÉO-ARTICULAIRE I- Radiographies standard I.1- Généralités I.2- Anomalie de densité I.3- Calcifications I.4- Anomalies de structure Plan de cours II- Arthrographie III- Tomodensitométrie

Plus en détail

Quels examens prescrire quand on suspecte une tumeur osseuse ou des parties molles?

Quels examens prescrire quand on suspecte une tumeur osseuse ou des parties molles? Quels examens prescrire quand on suspecte une tumeur osseuse ou des parties molles? Dr Zoé Cambon Assistante Service de Radiologie Hopital Pierre Paul Riquet Plan I ) Tumeurs des tissus mous II) Tumeurs

Plus en détail

échographie dans les traumatismes oculaires A propos de 40 cas

échographie dans les traumatismes oculaires A propos de 40 cas Apport de l él échographie dans les traumatismes oculaires A propos de 40 cas N.Mardhi,, N.El Benna, A.Bennani, A.Abdelouafi Service de Radiologie de l Hôpital l 20Août t 1953 CHU Ibn Rochd Casablanca

Plus en détail

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Jeune femme de 25 ans, enceinte de 3 mois d une première grossesse Se présente

Plus en détail

important athérome calcifié aorto-iliaque

important athérome calcifié aorto-iliaque Patient de 70 ans présentant une fièvre inexpliquée depuis 2 ans. Suivi pour une LMC. Apparition d une toux productive et d un syndrome inflammatoire biologique. Premier scanner réalisé sans IV. Chloé

Plus en détail

Prise en charge des aires ganglionnaires dans les carcinomes cutanés cervico-faciaux

Prise en charge des aires ganglionnaires dans les carcinomes cutanés cervico-faciaux Prise en charge des aires ganglionnaires dans les carcinomes cutanés cervico-faciaux DU de chirurgie réparatrice des cancers cutanés de la face (Angers) Le drainage lymphatique de la face Calqué sur le

Plus en détail

Les Cancers Secondaires Radio-induits. Chantal Kalifa Département de Pédiatrie Institut Gustave Roussy

Les Cancers Secondaires Radio-induits. Chantal Kalifa Département de Pédiatrie Institut Gustave Roussy Les Cancers Secondaires Radio-induits Chantal Kalifa Département de Pédiatrie Institut Gustave Roussy Radiothérapie Traitement local des tumeurs malignes +++ Traitement prophylactique des récidives à distance

Plus en détail

Tumeurs osseuses malignes primitives de l enfant Prise en charge chirurgicale

Tumeurs osseuses malignes primitives de l enfant Prise en charge chirurgicale Tumeurs osseuses malignes primitives de l enfant Prise en charge chirurgicale Joël Lechevallier Saad Abu Amara Clinique Chirurgicale Infantile Chantal Michot Service d Anatomopathologie Cécile Cellier

Plus en détail

Cancer du Rein Pr. R.Sayoud

Cancer du Rein Pr. R.Sayoud Cancer du Rein Pr. R.Sayoud I/Intoduction: Le cancer du rein de l adulte représente 2% de l ensemble des cancers. C est le 3ème cancer urologique après la prostate et la vessie. l homme est deux fois plus

Plus en détail

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE : Détection caractérisation Bilan d extension

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE : Détection caractérisation Bilan d extension IMAGERIE EN CANCEROLOGIE : Détection caractérisation Bilan d extension N. Grenier Imagerie et Cancer L imagerie intervient à tous les stades : - Infra-clinique : dépistage - détection - Clinique : caractérisation

Plus en détail

CHIRURGIE STEREOTAXIQUE

CHIRURGIE STEREOTAXIQUE CHIRURGIE STEREOTAXIQUE Indications,Apport diagnostic,complications,limites DIU de neuro-oncologie 2006-2008 Seminaire caen 8 9 fevrier 2007 CHIRURGIE STEREOTAXIQUE CHIRURGIE FONCTIONNELLE: Parkinson et

Plus en détail

Endocrino. SFEndocrino.org

Endocrino. SFEndocrino.org Endocrino SFEndocrino.org Collège des Enseignants D Endocrinologie Polycopié 2è édition 2011 Séméiologie des thyrotoxicoses : Signes majeurs du syndrome thyrotoxique Cardiaque Métabolique tachycardie,

Plus en détail

UE appareil locomoteur Ronéo n : 31

UE appareil locomoteur Ronéo n : 31 Date : 22/03/2012 Professeur : Trojani Nombre de pages : 6 UE appareil locomoteur Ronéo n : 31 Intitulé du cours : Tumeurs osseuses Chef Ronéo : Sarah Binôme : Emilien et Camille Corporation des Carabins

Plus en détail

144. Cancer de l enfant

144. Cancer de l enfant Sommaire 144. Cancer de l enfant particularités épidémiologiques, diagnostiques et thérapeutiques : cancers les plus fréquents Tumeurs abdominales de l enfant distribution Leucémies = 30 % Tumeurs du système

Plus en détail

LE FIBROME NASOPHARYNGIEN: EXPÉRIENCE DU SERVICE. Pr F.Handis,Pr Z.Mallek,Dr N.Ouared,Pr D.Selmane,Service ORL CHU BEO

LE FIBROME NASOPHARYNGIEN: EXPÉRIENCE DU SERVICE. Pr F.Handis,Pr Z.Mallek,Dr N.Ouared,Pr D.Selmane,Service ORL CHU BEO LE FIBROME NASOPHARYNGIEN: EXPÉRIENCE DU SERVICE Pr F.Handis,Pr Z.Mallek,Dr N.Ouared,Pr D.Selmane,Service ORL CHU BEO Le fibrome nasopharyngien (F.N.P) est une tumeur rare du nasopharynx qui touche essentiellement

Plus en détail

IMAGERIE des TUMEURS OSSEUSES BENIGNES

IMAGERIE des TUMEURS OSSEUSES BENIGNES DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de Mars 2008 - PARIS IMAGERIE des TUMEURS OSSEUSES BENIGNES M. PANUEL 1 Données cliniques Age Circonstances de découverted - fortuite - traumatisme - douleurs ++ Tableau

Plus en détail

OSTEOME CHOROIDIEN. Dr Wilfried ROQUET. Centre Universitaire Ophtalmologique de Créteil

OSTEOME CHOROIDIEN. Dr Wilfried ROQUET. Centre Universitaire Ophtalmologique de Créteil Dr Wilfried ROQUET Presenté par Van Dyk en 1978 puis décrit simultanement en 1979 par Gass et William. La tumeur correspond à une ossification de la choroide avec des travées osseuses et des espaces caverneux

Plus en détail

Quels sont les éléments sémiologiques intéressants à retenir sur les images scanographiques

Quels sont les éléments sémiologiques intéressants à retenir sur les images scanographiques Femme, 47 ans, douleur de l angle scapulaire inférieur droit; suivie pour une polyarthrite rhumatoide traitée par methotrexate et anti TNF alpha (Humira) Quels sont les éléments sémiologiques intéressants

Plus en détail

Indications rares du traitement radiochirurgical par Gamma

Indications rares du traitement radiochirurgical par Gamma Gamma Knife article 8, page 1 Indications rares du traitement radiochirurgical par Gamma Knife N. Massager, D. Devriendt Centre de Radiochirurgie par Gamma Knife, U.L.B. - Hôpital Erasme Résumé A côté

Plus en détail

Infections ostéo articulaires. P r S Matheron Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Bichat Claude Bernard

Infections ostéo articulaires. P r S Matheron Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Bichat Claude Bernard Infections ostéo articulaires P r S Matheron Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Bichat Claude Bernard Novembre 2010 Infections ostéo articulaires Plusieurs tableaux cliniques Mais

Plus en détail

Les tumeurs hépatiques néonatales. Bourou Mélina Jolimont La Louvière Septembre 2008

Les tumeurs hépatiques néonatales. Bourou Mélina Jolimont La Louvière Septembre 2008 Les tumeurs hépatiques néonatales Bourou Mélina Jolimont La Louvière Septembre 2008 Tumeurs hépatiques Généralités Rares en période néonatale Incidence augmente échographie anténatale 5% des tumeurs du

Plus en détail

Bilan d extension des tumeurs de l oropharynx et de la cavité orale. Séverine Artru, Centre Hospitalier Lyon Sud.

Bilan d extension des tumeurs de l oropharynx et de la cavité orale. Séverine Artru, Centre Hospitalier Lyon Sud. Bilan d extension des tumeurs de l oropharynx et de la cavité orale Séverine Artru, Centre Hospitalier Lyon Sud. Epidémiologie Cancers VADS: 17000 cas/an en France 50% de cancers de l oropharynx et de

Plus en détail

299. Boiterie et troubles de la démarche chez l enfant

299. Boiterie et troubles de la démarche chez l enfant Sommaire 299. Boiterie et troubles de la démarche chez l enfant principales hypothèses diagnostic et examens complémentaires pertinents imagerie Clichés standards - Bassin de face, hanche de profil (Lowenstein,

Plus en détail

Cas clinique Glaucome congénital chez un chiot berger allemand de 2 mois.

Cas clinique Glaucome congénital chez un chiot berger allemand de 2 mois. Cas clinique Glaucome congénital chez un chiot berger allemand de 2 mois. Auteur : Dr Slimani Khaled. Un rappel : Les glaucomes congénitaux sont rares chez les chiens. Ils sont la conséquence d anomalies

Plus en détail

120 Imagerie des sinus

120 Imagerie des sinus Fig. 5-9 Adénocarcinome de l éthmoïde Coupes TDM axiale (A) et coronale (B), IRM séquences axiale T1 (C), T2 axiale (D) et coronale (F), T1 FatSat injectées axiale (E) et coronale (G) : masse de signal

Plus en détail

Imagerie des sarcomes osseux

Imagerie des sarcomes osseux Imagerie des sarcomes osseux DU carcinologie, 21 Mars 2014 GUSTAVE ROUSSY Institut de cancérologie VILLEJUIF. www.igr.fr Bérénice BOULET, institut Claudius Regaud, TOULOUSE RARE : Entre 0,2 et 0,5 % des

Plus en détail

G. Fargeix, C. Billon-Grand, C. Prud homme, E. Pomero, E. Plouvier, A. Biondi

G. Fargeix, C. Billon-Grand, C. Prud homme, E. Pomero, E. Plouvier, A. Biondi Société de Médecine de Franche-Comté Réunion de la Société de Médecine de Franche-Comté Séance d imagerie pédiatrique et prénatale G. Fargeix, C. Billon-Grand, C. Prud homme, E. Pomero, E. Plouvier, A.

Plus en détail

IMAGERIE DES MASSES CERVICALES

IMAGERIE DES MASSES CERVICALES IMAGERIE DES MASSES CERVICALES INTRODUCTION Les masses du cou sont fréquentes et leur diagnostic étiologique doit être envisagé en fonction des critères cliniques et radiologiques Diagnostic différentiel

Plus en détail