Remarques sur l absorption optique des métaux du groupe IB pris en couches très minces pour différentes vitesses de formation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Remarques sur l absorption optique des métaux du groupe IB pris en couches très minces pour différentes vitesses de formation"

Transcription

1 Remarques sur l absorption optique des métaux du groupe IB pris en couches très minces pour différentes vitesses de formation N. Emeric, A. Emeric, R. Philip To cite this version: N. Emeric, A. Emeric, R. Philip. Remarques sur l absorption optique des métaux du groupe IB pris en couches très minces pour différentes vitesses de formation. Journal de Physique, 1965, 26 (12), pp < /jphys: >. <jpa > HAL Id: jpa https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa Submitted on 1 Jan 1965 HAL is a multi-disciplinary open access archive for the deposit and dissemination of scientific research documents, whether they are published or not. The documents may come from teaching and research institutions in France or abroad, or from public or private research centers. L archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.

2 LE JOURNAL DE PIIYSIOUE TOME 26, DÉCEMBRE 1965, 769. REMARQUES SUR L ABSORPTION OPTIQUE DES MÉTAUX DU GROUPE IB PRIS EN COUCHES TRÈS MINCES POUR DIFFÉRENTES VITESSES DE FORMATION Par Mme N. EMERIC, A. EMERIC et R. PHILIP, Laboratoire de Physique C. P. E. M. II, Faculté des Sciences de Marseille. Résumé. - On a étudié, de à Å (1 à 6 ev) l absorption de quelques métaux Au, Ag, Cu, pris en couches minces, en fonction de la vitesse de formation. La structure des couches d argent d épaisseurs inférieures à 50 Å ne paraît pas être modifiée lorsque la vitesse de formation devient très faible ; au contraire, pour l or et le cuivre, des modifications apparaissent et une nouvelle forme d absorption semble se manifester. L évolution des couches varie avec le domaine spectral où se produit l absorption. Abstract. - The absorption of thin films of Au, Ag, Cu from to Å (1 to 6 ev) is studied as a function of deposition velocity. The structure of Ag films, less than 50 Å thick, does not seem to be modified when the deposition velocity becomes very small ; on the other hand, for gold and coper, modifications appear and a new form of absorption seems to occur. The layer evolution varies with the spectral domain where absorption lies. I. Introduction. On sait que les m6taux du groupe- IB de la classification p6riodique pr6sentent, lorsqu ils sont pris en couches tres minces, une absorption anormale dans la partie visible du spectre. Cette absorption, absente dans le cas du metal massif, est fonction de 1 epaisseur des couches : elle se d6place vers le rouge lorsque 1 6paisseur crolt. On sait d autre part, tant par des mesures de r6sistivit6 que par l observation en microscopie 6lectronique, que ces memes couches correspondent a un 6tat divise de la matiere. Le depot se pr6sente vraisemblablement sous la forme de grains dont les dimensions et la forme dependent de la quantite de metal depose et des conditions dans lesquelles s effectue le depot. On trouvera dans l a1"ticle de P. Rouard et P. Bousquet [1] et dans celui de H. Mayer [2] les donn6es essentielles de ce probl6me.,- Nous nous sommes proposes, pour les m6taux cites, de rechercher l influence de la vitesse de formation sur cette bande d absorption anormale. En effet R. Philip [3] a montre l importance d une telle 6tude en ce qui concerne les couches d 6paisseurs superieures a 50 A et pour des vitesses comprises entre 4 Å/s et 0,1 Á/s. Nous verrons que, dans le cas des 6paisseurs inférieures a 50 Å 6tudi6es ici, les vitesses susceptibles d entrainer des modifications de propri6t6s optiques, sont beau-en silice ou en verre au borosilicate [4]. Nous coup plus faibles. - II. Preparation et 6tude des couches. Les couches 6tudi6es sont preparees par vaporisation thermique, la pression dans 1 evaporateur 6tant comprise entre 5 X et 10-7 torr. Pour eviter toute projection d impureté ou de corps etranger on interpose entre la surface utile du creuset et le support un diaphragme tel que les electrodes et les bords du creuset ne puissent prendre part a la formation de la couche. Les manipulations n6cessaires aux mesures se font, sans remont6e de pres- sion, a l aide de passages magn6tiques. Les mesures optiques sont r6alis6es en incidence normale dans un domaine de longueurs d onde compris entre et A (1 a 6 ev) grace a un montage compose de lentilles achromatiques et de miroirs. La source spectrale est une lampe quartz-iode ; les r6cepteurs utilises (tubes photomultiplicateurs R. C. A ou 7102) varient avec la region spectrale explor6e. Lors des vaporisations tres lentes, les variations 6ventuelles de temperature sont reperees a l aide d un thermocouple place au meme niveau que le support. Ce thermocouple, expose au rayonnement thermique, mais prot6g6 de la metallisation par une fine lamelle, n a jamais decele de variation de temperature sup6- rieure a 30. On peut donc consid6rer que les différences obtenues, en ce qui concerne la structure des couches, ne sont pas dues a un effet calorifique. Le support employ6 lors de ces etudes est une lame prismatique en quartz cristallin poli au drap. Ce support ne donne naissance a aucun phenomene d "épitaxie ; en effet les résultats sont parfaitement analogues a ceux obtenus avec des supports pouvons le consid6rer comme un support amorphe. Les mesures du facteur de transmission sont effectuées sous vide imm6diatement apres la pr6- paration des couches. Nous reprenons ensuite les mesures a intervalles de 24 heures environ : 1o sous la pression limite ; 20 sous 10"2 torr environ ; 30 apres retour a la pression limite. Article published online by EDP Sciences and available at

3 La III. Résultats exp6rimentaux. Les r6sultats exp6rimentaux présentés ne concernent que le facteur de transmission. Les mesures de r6flexion, beaucoup moins pr6cises dans nos conditions de mesures, n ont pas ete effectu6es. On pourrait penser que la mesure du seul facteur fi entraine une confusion dans la distinction entre absorption 6nerg6tique et diffusion. R. Gri- ont r6cemment montre gorovici et G. Ciobanu [5] que dans le cas de couches granulaires, et pour un rayon moyen de particules 6gal a 150 A, la diffusion de la lumiere pour l incidence normale n est En cons6- appreciable que pour les petits angles. quence, d apres ces deux auteurs, on ne s6pare g6n6ralement pas la lumi6re diffus6e de la lumiere transmise. 11 nous parait donc raisonnable d attribuer les minimums observes du facteur de transmission a une absorption 6nerg6tique se produisant au sein de la couche mince. Le rep6rage des 6paisseurs a ete effectue par pesee a la microbalance ; les 6paisseurs propos6es ne peuvent etre consid6r6es que comme une estimation grossiere, donnant une idee de la quantite de metal depose. A fortiori 1 estimation des vitesses de formation est fortement entach6e d erreurs et ne constitue qu un rep6rage peu precis GTUDE SOUS VIDE OR. figure 1 repr6sente les variations du facteur de transmission T en fonction de la longueur d onde pour FIG. 1. huit couches d or preparees a une vitesse moyenne de 0,1 A/s. La plus 6paisse des couches 6tudi6es a une «epaisseur massique» de l ordre de 80 A. Aucune difference n apparait avec les mesures a une vitesse et 6tudi6es dans un domaine r6alis6es sur des couches preparees 50 fois plus grande spectral plus r6duit [6]. Quatre regions apparaissent : a) Pour les longueurs d onde inf6rieures à A, on observe une absorption notable croissant régulièrement avec l épaisseur. D apres les mesures de R. Philip [3] dans l ultraviolet, et pour des 6paisseurs 6quivalentes, le facteur de transmission d6crolt pour une couche donn6e jusque vers A. b) Autour de A on voit apparaitre un trou de transparence, absent dans le cas des couches tres minces, et d autant plus marqu6 que la quantite de metal depose est plus forte. c) De a A environ, on obtient le maximum d absorption anormale dont la position dans le spectre varie avec 1 epaisseur de la couche [7], [8]. d) Dans la region infrarouge l absorption ne commence a apparaitre qu a partir d une certaine epaisseur. Les couches les plus minces y sont transparentes, alors que les plus épaisses absorbent presque autant que dans la region d absorption anormale. Ces résultats montrent qu une variation de l ordre de 1 a 50, en ce qui concerne la vitesse de formation, ne change pas les propri6t6s optiques. II faut donc admettre que la croissance des cristallites composant la couche mince reste sensiblement la meme dans ce large domaine. Les ph6nom6nes thermodynamiques qui r6gissent la formation du depot restent identiques malgr6 une grande variation de la pression du jet incident. D autre part, l absorption appreciable du proche infrarouge g6n6ralement attribu6e aux electrons libres, montre que des les 6paisseurs moyennes les grains entrent en interaction, ou bien que ces grains sont dej a assez gros pour presenter un nombre suffisant de niveaux a l int6rieur de la bande de conduction. En dehors de cette absorption par electrons libres une explication th6orique du phenomene devra distinguer deux autres modes d absorption se produisant pour des energies différentes et s6par6s par le trou de transparence a A. La figure 2 repr6sente les variations du facteur de transmission en fonction de la longueur d onde pour huit couches d or preparees a des vitesses se situant autour de 0,03 A js. Le domaine d 6paisseurs est sensiblement le meme que pour la figure 1. Des differences apparaissent par rapport aux courbes repr6sent6es sur la fig. 1. Un seul domaine d absorption subsiste : il se situe entre Å et A. Le minimum du facteur de transmission depend de 1 epaisseur du depot et se d6place vers le visible lorsque cette epaisseur augmente. Le trou de transparence observe autour de A pour de plus grandes vitesses de depot a entierement disparu, ainsi que I absorption anormale qui se manifestait dans la partie rouge du spectre. II en est de meme pour l absorption par

4 771 FIG. 2. electrons libres : le depot se r6v6le transparent dès que la longueur d onde atteint le domaine du rouge. 11 apparait donc que les trois modes d absorption observes sur les courbes pr6c6dentes ne se produisent plus a l int6rieur des couches f ormees tres lentement et ont cede la place a un autre m6canisme. La structure intime d un tel depot ne peut se concevoir qu avec des grains ne poss6dant qu un nombre r6duit de niveaux énergétiques, donc tres petits, ne subissant pas d interactions. Signalons ici la difficult6 d obtenir des couches tres minces appartenant a cette famille (il ne se produit aucun depot pendant les premi6res minutes de la vaporisation) et l impossibilit6 d obtenir des couches plus épaisses (si la vaporisation est poursuivie trop longtemps on obtient a nouveau des couches color6es appartenant a la famille represent6e figure 1). Au cours des vaporisations extr6- mement lentes, nous assistons donc a un phenomene de retard a la condensation, et a une recristallisation des grains pour une epaisseur 16g6rement superieure a 50 A [J], [10]. Notons enfin que malgr6 des variations certaines de la vitesse de formation lors des différents essais realises, nous n avons jamais obtenu de courbe r6a- entre les deux r6seaux lisant un passage progressif repr6sent6s sur les figures 1 et 2. On peut donc conclure que la vitesse de formation des couches minces d or influe de façon considerabl e sur leur comportement optique, autour d une vitesse critique comprise entre 0,1 et 0,03 A/s. Cette vitesse critique correspond vraisemblablement a un changement de mode de croissance. seurs 6tudi6es ici, Richard [8] 1.2. ARGENT. - Dans le cadre des faibles epaisa recherche l influence de ]a vitesse de projection sur les propri6t6s optiques pour des valeurs superieures a 1 A/s. Nous avons 6tendu notre 6tude au cas de l argent pour essayer de retrouver sur ce metal le phenomene observe avec l or. Nous avons explore un domaine Les r6sul- de vitesses comprises entre 0,3 et 0,01 A/s. tats relatifs a cette 6tude sont reportés sur la fig. 3. On observe, a A, le trou de transparence caractéristique de I argent [3] et a partir de A environ la zone bien connue d absorption anormale. Des les grandes longueurs d onde du spectre visible les couches redeviennent transparentes. 11 semble done que nous soyons en presence de grains ne subissant pas d interaction, donc bien séparés. microscopie 6lectronique La donne une image certainement tres correcte de cette disposition. La totalit6 des courbes appartiennent ici a un meme ensemble ; on ne retrouve pas les deux formes distinctes de courbes qu on pouvait observer avec l or. 11 est d autre part difflclle de r6duire encore la vitesse de formation: la condensation n a alors plus lieu. Les courbes repr6sent6es sur la figure 3 ayant d6jh ete obtenues par de nombreux auteurs, nous ne nous y attardons pas. Ces résultats n ont 6t6 rapport6s ici que dans un but de comparaison avec ceux obtenus pour le cuivre et l or. FI G. 3. La conclusion suivant laquelle la structure des couches tres minces d Ag ne serait pas affect6e par la vitesse de formation concorde avec les résultats de Guru Moorti et Gasperey [11] et ceux de Sennett et Scott [12] pour les 6paisseurs inf6- rieures a 50 Å.

5 CUIVRE. - Le cuivre a 6t6 moins étudié et l or A 1 6tat de couches tres minces. que l argent Son oxydation est rapide, aussi doit-on le d6poser sous vide tres pouss6 ; cette necessite est encore plus imperative dans le cas des vitesses r6duites. R. Payan et G. Rasigni [13] ont mis en evidence Ilexistence, dans la partie visible du spectre, d une bande d absorption anormale analogue a celle qu on trouve pour l or et l argent. Les couches qu ils ont 6tudi6es ont ete obtenues a une vitesse de 5 A/s ; comme dans le cas des m6taux precedents nous avons 6tendu notre 6tude a des vitesses de formation beaucoup plus r6duites. La figure 4 repr6sente les variations du facteur de transmission pour 11 couches de cuivre pr6par6es a des vitesses voisines de 0,3 Å/s. Les a 6pais- seurs pes6es» sont comprises entre quelques A pour les couches les plus minces et 50 A environ pour les plus épaisses. Quatre regions distinctes apparaissent sur cette figure : a) Pour X Å, le facteur de transmission est presque constant, il pr6sente cependant 16ger minimum un se d6plagant vers les grandes longueurs d onde lorsque 1 epaisseur croit. L absorption dans ce domaine croit fortement, pour longueur une d onde donn6e, avec 1 epaisseur. b) Pour Å À A on observe un trou de transparence, absent sur les couches les plus minces, et d autant plus marqu6 que la quantit6 de matiere d6pos6e est plus grande. c) Pour la fin du spectre visible on retrouve la région d absorption anormale. d) Enfin pour X > A il existe une absorption importante qui apparait meme pour les tres faibles 6paisseurs, et rejoint rapidement la bande précédente avec laquelle elle se confond. L absorption dans l infrarouge 6tant vraisemblablement due a Faction des electrons libres, il faut admettre que les grains constituant les couches sont relativement gros ou bien que les interactions entre cristallites sont importantes des les plus faibles 6paisseurs. Notons que la concordance entre nos résultats et ceux de R. Payan et G. Rasigni [13] (4 000 A X A ; 6paisseurs 24 A) pour des couches preparees a la vitesse de 5 Als montre que dans un tres large domaine de vitesses de formation l absorption optique des couches tres minces, done vraisemblablement leur structure, n est pas modifiée. La figure 5 repr6sente les résultats relatifs à 7 couches de cuivre preparees a des vitesses voisines de 0,02 A/s. L «epaisseur pesee» la plus grande correspond a 80 Å environ. FIG. 4. FIG. 5. On observe les memes regions que sur la figure 4. Si on compare en detail ce reseau de courbes au les vitesses tres pr6c6dent, on observe que pour lentes : a) dans la region des courtes longueurs d onde, un trou de transparence apparait plus nettement vers A. ; b) le trou de transparence dans le spectre visible est déplacé vers les courtes longueurs d onde d environ 500 A ; c) le lieu du maximum d absorption anormale pratiquement confondu avec celui des vitesses rapides pour les faibles 6paisseurs, se d6place nettement vers le violet lorsque 1 epaisseur croit ; d) enfin I absorption infrarouge a disparu. 11 semble donc que les couches préparées à vitesses tres lentes soient composees de grains ne subissant pas d interaction. II ne nous a pas 6t6 possible, avec d aussi faibles.

6 - est Les L un 773 vitesses de projection, de pr6parer des couches plus épaisses appartenant a cette famille. Au delh de 1 epaisseur signalee on retombe sur des courbes pr6sentant manifestement les caractéristiques des couches preparees rapidement : on assiste ici vraisemblablement a un phenomene de recristallisation [9] analogue a celui observe pour l or. De meme que pour ce dernier metal, il semble que nous soyons en presence de deux ensembles de courbes seulement, le passage de 1 une a 1 autre famille se r6alisant de fagon discontinue pour une vitesse critique comprise entre 0,3 et 0,02 A/s. Les résultats relatifs a 1 etude de l or et du cuivre semblent conduire aux memes conclusions. a) Le comportement optique des couches tres minces de ces deux m6taux varie de façon discontinue en fonction de la vitesse de formation des depots. b) Les couches f ormees tres lentement doivent etre constituees de grains tres petits et sans interaction. 2. Évolution des couches. - des buts de cette 6tude 6tant l identification des divers modes d absorption optique se produisant dans les couches, il y a tout intérêt a rechercher le maximum d informations a leur sujet. L étude de l évo- nous aider a diff6rencier les lution doit pouvoir divers processus d absorption, principalement : oscillations collectives d electrons a l int6rieur des entre les diverses grains, transitions 6lectroniques bandes permises. Lors de la remont6e de pression jusqu A 10-2 torr environ, on peut assister a une action m6canique, a une recristallisation ou a une action chimique : adsorption et attaque proprement dite. Chacun de ces ph6nom6nes doit se traduire par une modification des propri6t6s optiques dans un sens precis. Les mesures effectu6es pour les differentes couches ne montrent aucune modification superieure aux erreurs de mesures pendant la dur6e du s6jour sous vide. La remont6e de pression jusqu a 10-2 torr affecte presque toutes les preparations. Par contre si la pression redevient 6gale a 10-7 torr, on ne retrouve pas les propri6t6s premi6res : 1 evolution irreversible. On peut done dire que le temps de rearrangement est inf6rieur au temps des mesures (1 h 1/2 environ).. "2.1. OR. - deux familles de courbes obtenues avec l or 6voluent de f aqon tres différente. Les mesures eff ectuees sur des couches preparees a des vitesses 6gales ou superieures a 0,1 Ajs (fig. 1) ne présentent, en fonction du temps ou de la pression, aucune modification sensible. Ce fait a d6jh ete signale [3]. Par contre les couches preparees tres lentement subissent des variations tres importantes (fig. 6). On observe une diminution d absorption, avec un tres 16ger glissement en fréquence, vers les courtes X pour certaines couches. L extremum du facteur de transmission subit des variations atteignant 10 à 15 %. Cette evolution souligne encore la difference existant entre les couches preparees tr6s lentement, et celles preparees plus rapidement. FIG ARGENT. - Le cas de 1 evolution de l argent a d6ja ete étudié [14], [7] dans le visible jusqu a A. Trois faits importants apparaissent ici (fig. 7) : FIG. 7. a) le trou de transparence est plus absorbant apres la remont6e de pression, mais sans glissement en frequence (courbes en traits discontinus) ; b) la bande d absorptiorl anormale se d6place vers les grandes longueurs d onde ; c) le maximum d absorption anormale varie dif-

7 Le Les 774 féremment, suivant J épaisseur de la couche. Les depots les plus minces sont moins absorbants apres la remont6e de pression, c est le contraire qui se produit avec les plus epais CUIVRE. - cuivre 6tant un metal beaucoup plus altérable que 1 or et l argent, les couches les plus minces deviennent transparentes apres la remont6e de pression. Comme dans le cas de 1 argent la variation du facteur de transmission depend du domaine spectral. Dans le cas des deux vitesses 6tudi6es, plusieurs points concordants apparaissent (fig. 8 et 9). Lors de la remont6e de pression : pression. La diminution d absorption de 1 extremum est bien moins accentu6e sur les depots 6pais que sur les minces. Par contre le comportement dans l infrarouge diff6rencie encore les deux familles de courbes. Pour une longueur d onde donn6e de cette region spectrale et pour v = 0,3 A/s Ie facteur de transmission croit, lorsque la pression remonte a 10-2 torr, tandis que pour v = 0,02 A/s il diminue. De meme dans la region violette, I augmentation de facteur de transmission est plus nette, autour de T = 60 % par exemple, pour les couches pr6- par6es a vitesses tres lentes (fig. 9) que pour les autres (fig. 8). Enfin, la figure 10 repr6sente les résultats relatifs a deux couches de cuivre preparees tres lentement, mais plus épaisses que celles correspondant a la figure 5. On retrouve comme il a ete dit plus haut les caractéristiques des depots eff ectues rapidement. FIG. 8. FIG. 10. FIG. 9. a) le minimum de transmission dans le violet s estompe ; b) le trou de transparence situe entre et A ne se d6place pratiquement pas en fr6- quence, et la couche devient encore plus transparente ; c) la bande d absorption anormale est repouss6e vers les grandes longueurs d onde ; d) cette bande s élargit après la remontee de On voit donc que toutes les couches, exception faite des couches d or preparees «rapidement», evoluent de façon notable lors de leur passage à des pressions voisines de 10-2 torr. Les ph6nom6nes se produisant sur un meme depot font varier dans des sens différents le facteur de transmission suivant le domaine spectral utilisé. Des analogies apparaissent entre les trois m6taux étudiés ; par exemple le trou de transparence de Fargent a _Å. et celui du cuivre a A 6voluent de la meme fagon (fig. 7 et 9). La region comprise entre et (fig. 9) pour le cuivre a un comportement analogue a celui de 1 or (fig. 6) ; le maximum d absorption subit des deplacements comparables dans le cas de 1 argent (fig. 7) et du cuivre (fig. 8 et 9) IV. Conclusion. résultats exp6rimentaux présentés dans cet article montrent que, dans le domaine des longueurs d onde comprises entre

8 et A, les m6taux du groupe IB de la classification p6riodique, pris en couches minces, présentent plusieurs domaines d absorption. Ces domaines sont s6par6s dans plusieurs cas par des trous de transparence, apparaissant des les plus faibles 6paisseurs dans le cas de l argent. La vitesse de formation des depots s est révélée, dans ce domaine d épaisseurs tres faibles (inferieures 16 plus souvent a 50 A), etre un facteur d6terminant pour les propri6t6s optiques, donc vraisemblablement pour la structure. L or et le cuivre subissent des modifications certaines lorsque la vitesse de depot est r6duite a quelques 10-2 A/s. On peut penser que les couches preparees tres lentement sont beaucoup plus divisees que les depots couramment obtenus. Par contre 1 argent ne semble pas subir de modifications d6celables par la mesure du facteur de transmission. Ces résultats, a savoir propri6t6s sous vide des couches préparées a des vitesses différentes, 6volution lors de la remont6e de la pression, ne peuvent pas etre interprétés a 1 aide des seuls modes d absorption classiques. A la notion d oscillations collectives d électrons, sous l action de 1 onde incidente, il faut ajouter celle de transitions interbandes. Malgré cela, les regions d absorption des couches preparees tres lentement different notablement des domaines pr6vus a partir des constantes optiques du metal massif. La notion de bandes d énergie permises ou interdites et de densite d 6tats a l int6rieur des bandes, rend parfaitement compte des ph6nom6nes observ6s : existence d une absorption anormale, possibilit6 d électrons libres, transitions optiques. Les résultats relatifs a cette interpretation feront l objet d un tr6s prochain article. Manuscrit regu le 23 juin BIBLIOGRAPHIE [1] ROUARD (P.) et BOUSQUET (P.), J. Physique Rad., 1960, 21, 873. [2] MAYER (H.), J. Physique, 1964, 25, 172. [3] PHILIP (R.), Thèse, Marseille ; Ann. Physique, 1960, 5, 805. [4] EMERIC (N.), EMERIC (A.) et PHILIP (R.), C. R. Acad. Sc., 1965, 260, [5] GREGOROVICI (R.) et GIOBANU (G.), J. Physique, 1964, 25,161. [6] EMERIC (N.) et EMERIC (A.), C. R. Acad. Sc., 1965, 260, [7] RASIGNI (G.), Thèse, Marseille ; Revue d Optique, 1962, 41, , et [8] RICHARD (J.), Thèse, Marseille ; Ann. Physique, 1964, 9, [9] PASHLEY (D. W.), STOWELL (M. S.), JACOBS (M. H.) et LAW (T. J.), J. Applied Physics, U. S. A., 1963, 34, no 8, [10] YAMAGUCHI (S.), J. Physique, 1964, 25, 78. [11] GURU MOORTI et GASPEREY, Optik Dtsch., 1958, 15, no 8, [12] SENNETT et SCOTT, J. Opt. Soc. Amer., 1950, 40, n 4, 203. [13] PAYAN et RASIGNI, C. R. Acad. Sc., 1962, 254, [14] TROMPETTE (J.), Thèse, Marseille ; Ann. Physique, 1960, 5, 915.

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale Stéphanie Perriere To cite this version: Stéphanie Perriere. La voix en images : comment l

Plus en détail

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Benjamin Boller To cite this version: Benjamin Boller. Evaluation et prise en charge des processus de

Plus en détail

Delphine Graniou. To cite this version: HAL Id: dumas-00836052 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00836052

Delphine Graniou. To cite this version: HAL Id: dumas-00836052 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00836052 Le point de vue des femmes sur la mise en place d un dépistage national organisé du cancer du col de l utérus. Étude qualitative auprès de femmes de Haute-Normandie Delphine Graniou To cite this version:

Plus en détail

Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes

Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes épithéliales Badreddine Chanaoui To cite this version: Badreddine Chanaoui. Résultats à long terme de la photo-kératectomie

Plus en détail

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Natacha Gondran To cite this version: Natacha Gondran. Système de diffusion d information

Plus en détail

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile W. Lermantoff To cite this version: W. Lermantoff. Sur le grossissement

Plus en détail

Jessica Dubois. To cite this version: HAL Id: jpa-00205545 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00205545

Jessica Dubois. To cite this version: HAL Id: jpa-00205545 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00205545 Mesures de la charge électrique de gouttelettes d eau ou de solutions salines au cours de processus d évaporation, ou de condensation de vapeur d eau sur elles Jessica Dubois To cite this version: Jessica

Plus en détail

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017 Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique J. Bertrand To cite this version: J. Bertrand. Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique. J. Phys. Theor. Appl., 1874,

Plus en détail

Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail

Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail François Daniellou, Philippe Davezies, Karine Chassaing, Bernard Dugué,, Johann Petit To cite this version: François Daniellou, Philippe

Plus en détail

Sur la transformation de l électricité statique en électricité dynamique

Sur la transformation de l électricité statique en électricité dynamique Sur la transformation de l électricité statique en électricité dynamique E. Bichat To cite this version: E. Bichat. Sur la transformation de l électricité statique en électricité dynamique. J. Phys. Theor.

Plus en détail

Le libre parcours moyen des électrons de conductibilité. des électrons photoélectriques mesuré au moyen de la méthode des couches minces. J. Phys.

Le libre parcours moyen des électrons de conductibilité. des électrons photoélectriques mesuré au moyen de la méthode des couches minces. J. Phys. Le libre parcours moyen des électrons de conductibilité et des électrons photoélectriques mesuré au moyen de la méthode des couches minces H. Mayer, R. Nossek, H. Thomas To cite this version: H. Mayer,

Plus en détail

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER To cite this version: Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER. AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales.

Plus en détail

Les liaisons intermoléculaires de l eau étudiées dans

Les liaisons intermoléculaires de l eau étudiées dans Les liaisons intermoléculaires de l eau étudiées dans l infrarouge à 3µ G. Bosschieter, J. Errera To cite this version: G. Bosschieter, J. Errera. Les liaisons intermoléculaires de l eau étudiées dans

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

DÉTERMINATION DES TEMPÉRATURES ET DENSITÉS ÉLECTRONIQUES DANS UNE COLONNE POSITIVE D ARGON

DÉTERMINATION DES TEMPÉRATURES ET DENSITÉS ÉLECTRONIQUES DANS UNE COLONNE POSITIVE D ARGON DÉTERMINATION DES TEMPÉRATURES ET DENSITÉS ÉLECTRONIQUES DANS UNE COLONNE POSITIVE D ARGON J. Mazzaschi, J. Rocard To cite this version: J. Mazzaschi, J. Rocard. DÉTERMINATION DES TEMPÉRATURES ET DENSITÉS

Plus en détail

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne Sophie Morlaix To cite this version: Sophie Morlaix. L indice de SEN, outil de mesure de l équité

Plus en détail

Une charte éthique pour le Big Data

Une charte éthique pour le Big Data Une charte éthique pour le Big Data Primavera De Filippi To cite this version: Primavera De Filippi. Une charte éthique pour le Big Data. Documentaliste - Sciences de l Information, ADBS, 2013, pp.8-9.

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Famille continue de courbes terminales du spiral réglant pouvant être construites par points et par tangentes

Famille continue de courbes terminales du spiral réglant pouvant être construites par points et par tangentes Famille continue de courbes terminales du spiral réglant pouvant être construites par points et par tangentes M. Aubert To cite this version: M. Aubert. Famille continue de courbes terminales du spiral

Plus en détail

Les Champs Magnétiques

Les Champs Magnétiques Les Champs Magnétiques Guillaume Laurent To cite this version: Guillaume Laurent. Les Champs Magnétiques. École thématique. Assistants de prévention, Paris, France. 2014, pp.31. HAL Id:

Plus en détail

Optimisation d une fonction de transmission d ordres

Optimisation d une fonction de transmission d ordres Optimisation d une fonction de transmission d ordres pour driver à très haute isolation galvanique. Application aux modules IGBT pour onduleurs multi-niveaux MMC (Multilevel Modular Converters). Sokchea

Plus en détail

Etude des convertisseurs statiques continu-continu à résonance, modélisation dynamique

Etude des convertisseurs statiques continu-continu à résonance, modélisation dynamique Etude des convertisseurs statiques continucontinu à résonance, modélisation dynamique J.P. Ferrieux, J. Perard, E. Olivier To cite this version: J.P. Ferrieux, J. Perard, E. Olivier. Etude des convertisseurs

Plus en détail

Carte postale d un habitat sur cour (Abidjan)

Carte postale d un habitat sur cour (Abidjan) Carte postale d un habitat sur cour (Abidjan) Bénédicte Tratnjek To cite this version: Bénédicte Tratnjek. Carte postale d un habitat sur cour (Abidjan). Les Cafés géographiques, rubrique à comité de lecture

Plus en détail

Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel

Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel Bernard Dauga To cite this version: Bernard Dauga. Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel. Bulletin de l EPI (Enseignement Public et Informatique),

Plus en détail

CAPE: Context-Aware Agile Business Process Engine

CAPE: Context-Aware Agile Business Process Engine CAPE: Context-Aware Agile Business Process Engine Irina Rychkova, Manuele Kirsch Pinheiro, Bénédicte Le Grand To cite this version: Irina Rychkova, Manuele Kirsch Pinheiro, Bénédicte Le Grand. CAPE: Context-Aware

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

Sur la constitution de la charge électrique à la surface d un électrolyte

Sur la constitution de la charge électrique à la surface d un électrolyte Sur la constitution de la charge électrique à la surface d un électrolyte M. Gouy To cite this version: M. Gouy. Sur la constitution de la charge électrique à la surface d un électrolyte. J. Phys. Theor.

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Budget Constrained Resource Allocation for Non-Deterministic Workflows on a IaaS Cloud

Budget Constrained Resource Allocation for Non-Deterministic Workflows on a IaaS Cloud Budget Constrained Resource Allocation for Non-Deterministic Workflows on a IaaS Cloud Eddy Caron, Frédéric Desprez, Adrian Muresan, Frédéric Suter To cite this version: Eddy Caron, Frédéric Desprez, Adrian

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z.

Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z. Page/0 - BUT DE LA MANIPULATION : Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z. - LES PLANS D EXPERIENCE -LA METHODE DU DOCTEUR TAGUCHI. La mthodologie Taguchi de mise en oeuvre des plans

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Badreddine Hamma To cite this version: Badreddine Hamma. Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français. Revue française de linguistique appliquée,

Plus en détail

Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut bien!

Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut bien! Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut bien! Alain Couillault, Karen Fort To cite this version: Alain Couillault, Karen Fort. Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Allégements fiscaux pour les Canadiens

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Allégements fiscaux pour les Canadiens Le budget de 1998 Bâtir le Canada pour le XXI e siècle Allégements fiscaux pour les Canadiens février 1998 En ce qui concerne maintenant la fiscalit, je tiens rappeler tout d abord notre objectif. Notre

Plus en détail

Jean-Luc Archimbaud. Sensibilisation à la sécurité informatique.

Jean-Luc Archimbaud. Sensibilisation à la sécurité informatique. Sensibilisation à la sécurité informatique Jean-Luc Archimbaud To cite this version: Jean-Luc Archimbaud. Sensibilisation à la sécurité informatique. lieux en France, 1997, pp.17. École

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

Hémomixer Etude des sollicitations du corps d épreuve

Hémomixer Etude des sollicitations du corps d épreuve Hmomixer Etude des sollicitations du corps d preuve TP 2 heures Noms : Prnoms : Classe : Date : Note : /20 Objectifs A l issue de la sance vous devez être en mesure : - de dire de quelle nature est la

Plus en détail

Peut-on perdre sa dignité?

Peut-on perdre sa dignité? Peut-on perdre sa dignité? Eric Delassus To cite this version: Eric Delassus. Peut-on perdre sa dignité?. 2013. HAL Id: hal-00796705 https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00796705 Submitted

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

Module HVAC - fonctionnalités

Module HVAC - fonctionnalités Module HVAC - fonctionnalités Modèle de radiation : DO = Discrete Ordinates On peut considérer l échauffement de solides semi transparents causé par le rayonnement absorbé par le solide. On peut également

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau PHYSIQUE-CHIMIE L absorption des radiations lumineuses par la matière dans le domaine s étendant du proche ultraviolet au très proche infrarouge a beaucoup d applications en analyse chimique quantitative

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Double faisceau avec optiques parfaitement stables. Bande passante 1,5 nm. Logiciel de navigation Jenway Flight

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

Modèle Multi-Agent de gouvernance de réseau Machine-to-Machine pour la gestion intelligente de place de parking

Modèle Multi-Agent de gouvernance de réseau Machine-to-Machine pour la gestion intelligente de place de parking Modèle Multi-Agent de gouvernance de réseau Machine-to-Machine pour la gestion intelligente de place de parking Mustapha Bilal, Camille Persson, Fano Ramparany, Gauthier Picard, Olivier Boissier To cite

Plus en détail

De la carte perforée à L atome...

De la carte perforée à L atome... bertrand kierren - LPM PSV LPS Orsay - 2006 http://www.lpm.u-nancy.fr/activite_surface/ De la carte perforée à L atome... CONQUETE À l échelle du nano Le nano monde 1 nm 1 μm 1 mm 1 m Les nano technologies

Plus en détail

Fluorescent ou phosphorescent?

Fluorescent ou phosphorescent? Fluorescent ou phosphorescent? On entend régulièrement ces deux termes, et on ne se préoccupe pas souvent de la différence entre les deux. Cela nous semble tellement complexe que nous préférons rester

Plus en détail

' Département de Chimie Analytique, Académie de Médecine, 38 rue Szewska,

' Département de Chimie Analytique, Académie de Médecine, 38 rue Szewska, J. Phys. IVFrance 11 (2001) O EDP Sciences, Les Ulis Limites des solutions solides dans le système binaire CdBr2-AgBr A. Wojakowska, A. Gorniak and W. ~awel' Laboratoire d'analyse Thermique, Département

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

TS 32 Stockage de données sur un CD

TS 32 Stockage de données sur un CD FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 32 Stockage de données sur un CD Type d'activité Activité documentaire Tâche complexe Notions et contenus Stockage optique Écriture et lecture des données

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Microfiltration tangentielle des boissons. Influence des caractéristiques hydrodynamiques

Microfiltration tangentielle des boissons. Influence des caractéristiques hydrodynamiques Microfiltration tangentielle des boissons. Influence des caractéristiques hydrodynamiques Martine Mietton-Peuchot, V. Milisic, R. BEN AIM To cite this version: Martine Mietton-Peuchot, V. Milisic, R. BEN

Plus en détail

Les intermédiaires privés dans les finances royales espagnoles sous Philippe V et Ferdinand VI

Les intermédiaires privés dans les finances royales espagnoles sous Philippe V et Ferdinand VI Les intermédiaires privés dans les finances royales espagnoles sous Philippe V et Ferdinand VI Jean-Pierre Dedieu To cite this version: Jean-Pierre Dedieu. Les intermédiaires privés dans les finances royales

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

101 Adoptée : 12 mai 1981

101 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 101 Adoptée : 12 mai 1981 «Spectres d'absorption UV-VIS» (Méthode spectrophotométrique) 1. I N T R O D U C T I O N I n f o r m a t i o n

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

Réalisation d un dispositif de mesure de la conductibilité thermique des solides à basses températures

Réalisation d un dispositif de mesure de la conductibilité thermique des solides à basses températures Réalisation d un dispositif de mesure de la conductibilité thermique des solides à basses températures P.L. Vuillermoz, P. Pinard, F. Davoine To cite this version: P.L. Vuillermoz, P. Pinard, F. Davoine.

Plus en détail

Des rémunérations plus complexes : un défi pour les négociations salariales

Des rémunérations plus complexes : un défi pour les négociations salariales Des rémunérations plus complexes : un défi pour les négociations salariales Nicolas Castel, Noélie Delahaie, Héloïse Petit To cite this version: Nicolas Castel, Noélie Delahaie, Héloïse Petit. Des rémunérations

Plus en détail

RDP : Voir ou conduire

RDP : Voir ou conduire 1S Thème : Observer RDP : Voir ou conduire DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Compétences exigibles du B.O. Initier les élèves de première S à la démarche de résolution de problème telle

Plus en détail

TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE

TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : Etre autonome S'impliquer Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité Compétence(s)

Plus en détail

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un CHAPITRE 6 : LE SPECTROPHOTOMETRE Objectifs pédagogiques : Citer les principaux éléments d un dun spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre p Savoir changer l ampoule

Plus en détail

Problèmes posés pour l application des alliages de niobium aux aubes de turbine

Problèmes posés pour l application des alliages de niobium aux aubes de turbine Problèmes posés pour l application des alliages de niobium aux aubes de turbine G. Gauje, R. Brunetaud To cite this version: G. Gauje, R. Brunetaud. Problèmes posés pour l application des alliages de niobium

Plus en détail

Les déterminants du volume d aide professionnelle pour. reste-à-charge

Les déterminants du volume d aide professionnelle pour. reste-à-charge Les déterminants du volume d aide professionnelle pour les bénéficiaires de l APA à domicile : le rôle du reste-à-charge Cécile Bourreau-Dubois, Agnès Gramain, Helen Lim, Jingyue Xing, Quitterie Roquebert

Plus en détail

Étude des formes de pratiques de la gymnastique sportive enseignées en EPS à l école primaire

Étude des formes de pratiques de la gymnastique sportive enseignées en EPS à l école primaire Étude des formes de pratiques de la gymnastique sportive enseignées en EPS à l école primaire Stéphanie Demonchaux To cite this version: Stéphanie Demonchaux. Étude des formes de pratiques de la gymnastique

Plus en détail

Perspectives du développement de l énergie solaire en U.R.S.S. : conversion thermodynamique en électricité

Perspectives du développement de l énergie solaire en U.R.S.S. : conversion thermodynamique en électricité Perspectives du développement de l énergie solaire en U.R.S.S. : conversion thermodynamique en électricité P.P. Aparissi, I.A. Malevsky, B.V. Tarnijevsky, V.K. Goucev, A.M. Karpenko To cite this version:

Plus en détail

Ecole d'et6 d'optoelectronique

Ecole d'et6 d'optoelectronique Ecole d'et6 d'optoelectronique 36 S. Laval TABLEAU I - Parametres caract&istiques pour les principaux composes ffl-v. Eg energie de bande interdite; Xg longueur d'onde du seuil d'absorption ; m* masse

Plus en détail

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction :

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction : Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4 ème Maths 3+Tech I- Introduction : En laissant l œil semi-ouvert lors de la réception de la lumière on observe des annaux alternativement brillants et

Plus en détail

Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque

Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque Grégory Wegmann, Stephen Nozile To cite this version: Grégory

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

Apport du Knowledge Management dans l amélioration de la prise de décision dans une Organisation

Apport du Knowledge Management dans l amélioration de la prise de décision dans une Organisation Apport du Knowledge Management dans l amélioration de la prise de décision dans une Organisation Abdelkader Baaziz To cite this version: Abdelkader Baaziz. Apport du Knowledge Management dans l amélioration

Plus en détail

PROGRAMMATION MOTRICE ET STRATÉGIES COGNITIVES DANS UNE TÂCHE DE SYNCHRONISATION

PROGRAMMATION MOTRICE ET STRATÉGIES COGNITIVES DANS UNE TÂCHE DE SYNCHRONISATION PROGRAMMATION MOTRICE ET STRATÉGIES COGNITIVES DANS UNE TÂCHE DE SYNCHRONISATION Catherine Auxiette, C. Gerard To cite this version: Catherine Auxiette, C. Gerard. PROGRAMMATION MOTRICE ET STRATÉGIES COG-

Plus en détail

Diagramme D équilibre Binaire

Diagramme D équilibre Binaire Chapitre 4 : Diagramme D équilibre Binaire Objectifs spécifiques : -Connaitre les phases d une composition chimique de deux éléments en différentes températures. - maitriser la lecture d un diagramme d

Plus en détail

Program Analysis and Transformation: From the Polytope Model to Formal Languages

Program Analysis and Transformation: From the Polytope Model to Formal Languages Program Analysis and Transformation: From the Polytope Model to Formal Languages Albert Cohen To cite this version: Albert Cohen. Program Analysis and Transformation: From the Polytope Model to Formal

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

Sylvain Meille. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa microstructure.

Sylvain Meille. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa microstructure. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa microstructure Sylvain Meille To cite this version: Sylvain Meille. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Haute Ecole de la Ville de Liège. Institut Supérieur d Enseignement Technologique.

Haute Ecole de la Ville de Liège. Institut Supérieur d Enseignement Technologique. Haute Ecole de la Ville de Liège. Institut Supérieur d Enseignement Technologique. Laboratoire Electronique Méthodologie. Jamart Jean-François. - 1 - La fabrication d un circuit imprimé. SOMMAIRE Introduction

Plus en détail

Sur un appareil sensible pour la mesure précise des coefficients d aimantation à diverses températures

Sur un appareil sensible pour la mesure précise des coefficients d aimantation à diverses températures Sur un appareil sensible pour la mesure précise des coefficients d aimantation à diverses températures G. Foex, R. Forrer To cite this version: G. Foex, R. Forrer. Sur un appareil sensible pour la mesure

Plus en détail

1S9 Balances des blancs

1S9 Balances des blancs FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S9 Balances des blancs Type d'activité Étude documentaire Notions et contenus Compétences attendues Couleurs des corps chauffés. Loi de Wien. Synthèse additive.

Plus en détail

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs CHAPITRE 1 TRANSFORMATIONS LENTES ET RAPIDES 1 Rappels sur les couples oxydantsréducteurs 1. Oxydants et réducteurs Un réducteur est une espèce chimique capable de céder au moins un électron Demi-équation

Plus en détail

I-1 Introduction : I-2.Etude bibliographique :

I-1 Introduction : I-2.Etude bibliographique : I-1 Introduction : La production de l énergie thermique à partir de l énergie solaire par les capteurs plans connait de nos jours de nombreuses applications vue leurs innombrables intérêts économiques

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

Modélisation Informatique de Clients Douteux, En utilisant les Techniques de DATAMINING

Modélisation Informatique de Clients Douteux, En utilisant les Techniques de DATAMINING Modélisation Informatique de Clients Douteux, En utilisant les Techniques de DATAMINING Mostafa Hanoune, Fouzia Benabbou To cite this version: Mostafa Hanoune, Fouzia Benabbou. Modélisation Informatique

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique PAGE 1 DE 10 SOUS / Objectif Énoncer les différents procédés de chauffage (direct et indirect). Énoncer les principes de fonctionnement. Identifier les éléments constitutifs. Savoir technologique visé

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

INTELLIGIBILITÉ DE LA PAROLE EN CHAMBRE SOURDE - INFLUENCE DU DIFFUSEUR

INTELLIGIBILITÉ DE LA PAROLE EN CHAMBRE SOURDE - INFLUENCE DU DIFFUSEUR INTELLIGIBILITÉ DE LA PAROLE EN CHAMBRE SOURDE - INFLUENCE DU DIFFUSEUR A. Randrianarison, C. Legros To cite this version: A. Randrianarison, C. Legros. INTELLIGIBILITÉ DE LA PAROLE EN CHAMBRE SOURDE -

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

Le marketing direct responsable

Le marketing direct responsable Le marketing direct responsable Béatrice Parguel To cite this version: Béatrice Parguel. Le marketing direct responsable. 50 fiches sur le marketing durable, Bréal, pp.144-147, 2010.

Plus en détail

JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT

JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT Centre d Etudes et de Recherches Internationales et Communautaires (CERIC), UMR 7318 CNRS / Aix-Marseille University JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT Vanessa

Plus en détail

La complémentaire santé : une généralisation qui

La complémentaire santé : une généralisation qui La complémentaire santé : une généralisation qui n efface pas les inégalités Thibaut De Saint Pol, François Marical To cite this version: Thibaut De Saint Pol, François Marical. La complémentaire santé

Plus en détail