P A R L E M E N T W A L L O N

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "P A R L E M E N T W A L L O N"

Transcription

1 C.R.I.C. N 168 ( ) 2e session de la 10e législature P A R L E M E N T W A L L O N SESSION C O M P T E R E N D U INTÉGRAL Séance publique de commission* Commission de l'environnement, de l'aménagement du territoire et des transports Lundi 29 juin 2015 *Application de l art. 151 du règlement

2 SOMMAIRE Ouverture de la séance... 1 Organisation des travaux...1 Examen de l'arriéré... 1 Projet de visites de Liege Airport S.A. et de Brussels South Charleroi Airport S.A. Intervenants : M. le Président, Mme De Bue, M. Dodrimont...1 Auditions...2 Proposition de décret modifiant le décret du 5 décembre 2008 relatif a la gestion des sols, déposée par M. Henry, Mme Ryckmans, MM. Hazée et Daele (Doc. 71 ( ) N 1)... 2 Désignation d'un corapporteur...3 Audition de M. Verstraete, Président de l'association des entreprises et entrepreneurs en assainissement des sols de Wallonie et de Bruxelles (ASENAS) Intervenants : M. le Président, M. Verstraete, Président de l'association des entreprises et entrepreneurs en assainissement des sols de Wallonie et de Bruxelles (ASENAS)...3 Audition de M. Argeles, Conseiller principal Environnement et Technologie de la confédération Construction wallonne (CCW) Intervenants : M. le Président, M. Argeles, Conseiller principal Environnement et Technologie de la confédération Construction wallonne (CCW), M. Sampaoli, M. Verstraete, Président de l'association des entreprises et entrepreneurs en assainissement des sols de Wallonie et de Bruxelles (ASENAS)...5 Audition de M. Lambert et Mme Radas, Président et Vice-présidente de la Fédération des Experts en Études de pollution des sols de Bruxelles et de Wallonie (Fedexsol) Intervenants : M. le Président, M. Lambert, Président de la Fédération des experts en études de pollution des sols de Bruxelles et de Wallonie (Fedexsol)... 7 Audition de M. Adam et de Mme al Assouad, Administrateur Directeur et Senior Manager de la Société publique d'aide a la Qualité de l'environnement S.A. (SPAQuE) Intervenants : M. le Président, M. Adam, Administrateur Directeur de la Société publique d'aide à la qualité de l'environnement S.A. (SPAQuE), Mme al Assouad, Senior Manager de la Société publique d'aide à la qualité de l'environnement S.A. (SPAQuE)...9 Audition de M. Lebrun et Mme Neven, Directeur et conseillère du Département Environnement, Aménagement du Territoire, Énergie et Mobilité de l'union wallonne des entreprises (UWE) Intervenants : M. le Président, M. Lebrun, Directeur du Département Environnement, Aménagement du Territoire, Énergie et Mobilité de l'union wallonne des entreprises (UWE) P.W.- C.R.I.C. N 168 ( ) - Lundi 29 juin 2015

3 Audition de MM. Willame et Masset, Directeur général et Directeur de la Direction générale opérationnelle des Routes et des Batiments (DGO1) Intervenants : M. le Président, M. Willame, Directeur général de la Direction générale opérationnelle des Routes et des Bâtiments (DGO1) Échange de vues Intervenants : M. le Président, M. Di Antonio, Ministre de l'environnement, de l'aménagement du territoire, de la Mobilité et des Transports, des Aéroports et du Bien-être animal, MM. Dodrimont, Henry, Sampaoli, Mme Moucheron, M. Verstraete, Président de l'association des entreprises et entrepreneurs en assainissement des sols de Wallonie et de Bruxelles (ASENAS), M. Argeles, Conseiller principal Environnement et Technologie de la confédération Construction wallonne (CCW), M. Lambert, Président de la Fédération des experts en études de pollution des sols de Bruxelles et de Wallonie (Fedexsol), Mme al Assouad, Senior Manager de la Société publique d'aide à la qualité de l'environnement S.A. (SPAQuE), M. Lebrun, Directeur du Département Environnement, Aménagement du Territoire, Énergie et Mobilité de l'union wallonne des entreprises (UWE), M. Willame, Directeur général de la Direction générale opérationnelle des Routes et des Bâtiments (DGO1)...15 Organisation des travaux (Suite)...21 Liste des intervenants Abréviations courantes P.W.- C.R.I.C. N 168 ( ) - Lundi 29 juin 2015

4 COMMISSION DE L'ENVIRONNEMENT, DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE ET DES TRANSPORTS Présidence de M. Stoffels, Président OUVERTURE DE LA SÉANCE La séance est ouverte a 14 heures 7 minutes. M. le Président. La séance est ouverte. Le programme de ce jour est assez chargé. ORGANISATION DES TRAVAUX Examen de l'arriéré M. le Président. La commission procédera ultérieurement à l'examen de son arriéré. Projet de visites de Liege Airport S.A. et de Brussels South Charleroi Airport S.A. M. le Président. L'ordre du jour appelle le projet de visites de Liege Airport S.A. et de Brussels South Charleroi Airport S.A. Pour votre information, lors de la dernière commission du 15 juin, nous avons retenu une visite des deux aéroports à la rentrée. Des contacts ont été pris par le secrétaire de notre commission. Une date a été retenue : le 22 octobre Le contact avait aussi pour but d'établir une première feuille de route, sauf que les aéroports ont répondu assez tardivement. Nous ne sommes pas en mesure de vous proposer, aujourd'hui, un programme complet. Si vous êtes d'accord, nous aurons la possibilité de revenir sur le thème avec le programme complet à proposer pour le 13 juillet. Je tiens également à vous informer que, par rapport à la proposition de résolution visant à responsabiliser les auteurs de mouvements de grèves sauvages déposée par le groupe cdh, nous avions convenu le 15 juin d'organiser des auditions qui auront lieu le 13 juillet prochain. Jusqu'à présent, il y a : un représentant habilité de la SNCB, M. Vanloubbeeck ; un représentant habilité de la CGSP cheminots, Mme Marianne Lerouge, responsable générale du secteur chemin de fer de la CSC Transcom ; un représentant du syndicat libéral pour les cheminots, M. Jacques Joie, secrétaire fédéral ; un adjoint du directeur général de la HR Rail, M. Jean-Marie Rossignon qui remplace M. Bovi ; le président de l'association des clients des transports publics, ACTP, M. Pierre Havelange. La dernière fois, on a également parlé d'inviter le médiateur pour les voyageurs ferroviaires en la personne de M. Jeanfils. Les contacts ayant été pris, il n'estime pas utile d'être auditionné sur le thème précis de cette proposition de résolution, parce qu'il n'intervient pas dans la relation entre la direction et le personnel. Il intervient dans la relation entre l'usager, le client et le groupe SNCB. Maintient-on ou supprime-t-on l'audition du médiateur? Qu'en pensez-vous? La parole est à Mme De Bue. Mme De Bue (MR). Je pense que l'on peut supprimer sa contribution aux travaux de la commission. M. le Président. De ne pas l'auditionner, d'accord. Je suppose que les autres groupes adoptent la même attitude. On aura six auditions sur ce thème le 13 juillet. Il m'appartient également de vous informer d'une invitation lancée par la FWA, à la Commission de l'environnement, mais aussi à la Commission de l'agriculture, sur le thème des phytosanitaires. La FWA propose de nous inviter, comme elle fait d'habitude, pour un petit déjeuner qui commencerait vers 8 heures 30-9 heures, pour se terminer vers plus ou moins midi. Elle propose la semaine du 13 au 17 juillet pour déterminer une date. Pour le 13, ce sera impossible, car nous avons déjà un programme assez chargé avec les auditions. Nous allons très probablement être pris également par les séances plénières, car c'est le débat sur l'ajustement. Cela prendra-t-il un jour, deux jours? On ne le sait pas encore. Ce sera à la Conférence des présidents de décider. Si l'on doit répondre favorablement à la proposition de la semaine du 13 au 17 juillet, on pourrait proposer le jeudi ou le vendredi, toujours dans l'hypothèse que ces jours-là, il n'y aurait pas de débat en séance plénière sur l'ajustement. 1 P.W.- C.R.I.C. N 168 ( ) - Lundi 29 juin 2015

5 (Réaction d'un membre) Il reste juste le vendredi. Préférez-vous ne pas avoir cette rencontre demandée par la FWA pendant cette semaine-là, et qu'on leur demande éventuellement de reporter à une autre date ultérieure? (Réaction d'un membre) Mme De Bue (MR). Vu l'ordre du jour de la semaine complète, je pense que ce serait plus sage. M. le Président. Cela va être assez chargé. Mme De Bue (MR). Quitte à leur demander si une autre semaine est possible, ce serait dommage de devoir reporter si jamais on fixait le vendredi. Maintenant, je me rallie à l'avis principal. Ce serait intéressant que la FWA propose une autre date. M. le Président. Tout le monde est d'accord avec cette méthode. On cherchera avec la FWA pour trouver une autre date. Il faudra que la Commission de l'agriculture fasse de même, car les deux commissions sont invitées. La parole est à M. Dodrimont. M. Dodrimont (MR). Notre groupe ne serait pas opposé à ce que l'on puisse se voir dans le cadre de Libramont. Il y a peut-être là des plages horaires qui peuvent s'ouvrir pour une rencontre de ce type. Je sais que nos amis de la Commission de l'agriculture seront certainement intéressés par ce qui se passe là-bas. J'en fais la suggestion. M. le Président. C'est une bonne suggestion. M. Dodrimont (MR). On va peut-être trop loin dans le calendrier. Je ne sais pas si, pour la FWA, il sera possible de libérer un créneau horaire pour nous rencontrer là-bas, mais cela peut être étudié. M. le Président. Tout d'abord, on va se concerter avec la Commission de l'agriculture et leur proposer d organiser la rencontre à la Foire de Libramont ensuite, on interrogera la FWA pour voir si c'est d'accord. Peut-on retenir ceci comme méthode? Tout le monde est d'accord. AUDITIONS PROPOSITION DE DÉCRET MODIFIANT LE DÉCRET DU 5 DÉCEMBRE 2008 RELATIF A LA GESTION DES SOLS, DÉPOSÉE PAR M. HENRY, MME RYCKMANS, MM. HAZÉE ET DAELE (DOC. 71 ( ) N 1) M. le Président. L'ordre du jour appelle les auditions dans le cadre de la proposition de décret modifiant le décret du 5 décembre 2008 relatif à la gestion des sols, d épos ée par M. Henry, Mme Ryckmans, MM. Hazée et Daele (Doc. 71 ( ) N 1). Nous avons reçu les avis écrits le 29 juin pour ce qui concerne le CESW ; le 26 juin pour l'administration bruxelloise en charge de la gestion des sols. Nous avons également reçu l'avis de l'administration flamande en charge de la gestion des sols. Je propose de vous transférer les trois avis écrits reçus. Aujourd'hui, nous avons six auditions. Par le secrétariat de la commission, il a été demandé d'auditionner : M. Stéphane Verstraete, Président de l'association des entreprises et entrepreneurs en assainissement des sols de Wallonie et de Bruxelles (ASENAS) ; M. Aymé Argeles, Conseiller principal Environnement et Technologie de la Confédération de la construction wallonne (CCW) ; M. Jean-Marc Lambert et Mme Sabine Radas, Président et Vice-présidente de la Fédération des experts en études de pollution des sols de Bruxelles et de Wallonie (Fedexsol) ; M. Philippe Adam et Mme Sophie al Assouad, Administrateur Directeur et Senior Manager de la Société publique d'aide à la qualité de l'environnement (SPAQuE) ; M. André Lebrun et Mme Cécile Neven, Directeur et conseillère du Département Environnement, Aménagement du territoire, Énergie et Mobilité de l'union wallonne des entreprises (UWE) ; MM. Étienne Willame et Didier Masset, Directeur général et Directeur de la Direction générale opérationnelle des Routes et des Bâtiments (DGO1). Il a été demandé par le secrétariat de notre commission que chacun des groupes puisse bénéficier d'un temps de parole de plus ou moins 15 minutes, suivi d'un jeu de questions et de réponses. Je demande que tout le monde fasse des efforts de concision vu la quantité et l'importance du travail aujourd'hui. Cette semaine, la commission n'a pas seulement lieu aujourd'hui, mais également mercredi matin et, éventuellement, jeudi après-midi, pour la bonne raison P.W.- C.R.I.C. N 168 ( ) - Lundi 29 juin

6 que le ministre m'avait demandé de pouvoir s'absenter à partir d'une certaine heure aujourd'hui pour des impératifs d'ordres familiaux que l'on doit respecter. C'est ce qui explique que cette semaine, la commission aura lieu à trois moments différents ; le troisième moment étant de réserve si jamais on ne terminait pas les travaux mercredi matin. Désignation d'un corapporteur M. le Président. Mme Géradon n'est pas présente, elle est excusée pour des raisons de maladie. Il faut commencer par désigner un corapporteur ou une corapporteuse. Mme De Bue est désignée en qualité de rapporteuse à l'unanimité des membres. Les PowerPoint que vous verrez pendant les auditions vous seront envoyés par courriel. Audition de M. Verstraete, Président de l'association des entreprises et entrepreneurs en assainissement des sols de Wallonie et de Bruxelles (ASENAS) M. le Président. La parole est à M. Verstraete. M. Verstraete, Président de l'association des entreprises et entrepreneurs en assainissement des sols de Wallonie et de Bruxelles (ASENAS). - Monsieur le Président, je tiens à remercier cette vénérable institution de nous recevoir pour exprimer notre avis sur une problématique qui nous tient à cœur puisqu'elle fait notre quotidien. ASENAS vaut pour l'association des entreprises et entrepreneurs actifs dans le domaine des réhabilitations des sites et l'assainissement des sols et des eaux souterraines polluées. Quand il faut dire tout, c'est difficile, alors on a préféré parler d'asenas. Nos buts sont les suivants. On désire être, du moins on essaie, l'interlocuteur de référence du secteur auprès des autorités publiques, de promouvoir les spécificités de nos métiers et de professionnaliser le secteur. Nos membres sont au nombre d'une vingtaine ; vous voyez les logos d'entreprises que vous connaissez et qui sont les majors en ce qui concerne le terrassement en génie civil en Région wallonne. Je vais commencer l'exposé par quelques considérations générales. C'est évident, mais le décret du 5 décembre 2008 a le mérite d'exister ce qui n'a pas toujours été et de fonctionner. Pour notre secteur, ce texte est essentiel pour les raisons suivantes. Il s'agit d'un outil intégré permettant aux autorités de gérer les problématiques liées au sol. Ce qui n'était pas le cas avant 2008 puisque l'on avait une série de textes qui se chevauchaient et il n'était pas évident de s'y retrouver. Là, il y a une homogénéité, un texte intégré. La dynamique activée par le décret permet une gestion parcimonieuse des ressources foncières au travers d'un véritable recyclage immobilier avec, comme conséquence positive pour la collectivité, la réutilisation d'infrastructures existantes. Il est évident qu'il est préférable d'assainir nos sites et sols pollués plutôt que de construire de nouvelles infrastructures, de nouveaux zonings gagnés sur l'espace agricole. Même si l'article 21 du décret n'est pas encore en application, le cadre réglementaire qu'offre le décret permet d'assurer une certaine sécurité juridique dans le cadre du transfert de droit réel ; ce qui est indispensable pour les investisseurs. Enfin, les assainissements volontaires sécurisés peuvent se concrétiser, puisqu'il existe un cadre légal. Ce décret de 2008 est tout à fait essentiel pour nous, mais il est, hélas, imparfait. Le texte modificatif qui est présenté est, certes, très détaillé, intéressant, mais je ne dispose que de quelques minutes pour exprimer notre avis. Je vais aller droit au but et je ne prendrai que quelques aspects qui nous semblent essentiels. Des manquements et des blocages évidents dans ce texte empêchent ce décret d'atteindre pleinement son but. Il y a trois éléments importants : le fameux article 21 qui n'est toujours pas entré en vigueur et qui ampute le décret d'une partie essentielle de son opérationnalité ; la lourdeur du processus de validation de la banque de données de l'état du sol qui en bloque son application ; la complexité du processus d'élaboration et certificat du contrôle du sol qui rend très difficile la délivrance rapide et sécurisée de ce document. D'abord, en ce qui concerne les blocages, l'article 21 n'est pas entré en application et la modification du décret a ceci de bien qu'il répond à ce blocage étant donné que le principal fait générateur qui posait problème, à savoir la cession immobilière de terrains, n'apparaît plus dans le nouveau texte. Je disais que la lourdeur du processus de validation était un problème, mais la proposition de modification du décret répond également à ce blocage étant donné que la validation n'est plus de rigueur, mais que le BDES devient purement informatif. Dès lors, à nos yeux, si du moins ces deux modifications sont adoptées, il n'y a plus d'obstacles majeurs à la mise en application de ce fameux article 21 qui nous semble essentiel dans la vie même du texte réglementaire qu'est le décret. Le dernier blocage est la complexité du certificat du contrôle des sols. Là, nous suggérons de simplifier 3 P.W.- C.R.I.C. N 168 ( ) - Lundi 29 juin 2015

7 considérablement le contenu de ce document à l'instar de ce qui fait dans d'autres Régions du pays, puisque cela fonctionne et, dès lors, pourquoi rendre les choses plus complexes qu'elles ne le sont déjà. À côté de ces éléments qui se retrouvent stricto sensu dans le texte du décret ou dans ses propositions de modification, il y a une série de suggestions que nous voudrions faire et qui sont en rapport direct avec le texte, notamment sur la problématique des terres excavées. Bien que les deux textes prévoient la possibilité pour le Gouvernement wallon de réglementer la problématique des terres excavées, je constate qu'aujourd'hui peu de choses sont faites. Il s'agit d'un réel problème pour les acteurs qui sont nombreux, les promoteurs, les entrepreneurs, les terrassiers, les détenteurs de sites industriels et autres, lesquels sont confrontés à la problématique des transferts de terres. À notre sens, il ne sert à rien d'avoir une réglementation intégrée en matière de gestion des sols pollués comme l'est le décret si des millions de tonnes sont excavées et remblayées sans aucun contrôle avec, pour conséquence fâcheuse, le risque important de se rendre responsable d'une pollution nouvelle, laquelle est définie dans le décret. Je ne vais pas rentrer dans le détail, mais certaines dispositions liées à l'arrêté du 14 juin sont pour l'instant en contradiction avec la notion même de pollution nouvelle, ce qui n'est clairement pas sain. Cela a aussi pour conséquence d'être rendu responsable de trafic illégal de déchets sans en avoir conscience. Il suffit de regarder les dernières sorties dans la presse pour s'en rendre compte. Cette situation de blocage est une vraie situation de blocage pour les acteurs de terrain. Nous devons être extrêmement frileux dans nos activités professionnelles liées à cette incertitude juridique. Je peux vous l'assurer. Une autre suggestion par rapport à cette même problématique de terres excavées, c'est le corollaire important lié à ce vide juridique que constitue la problématique des terres excavées liée à la raréfaction des exutoires sécurisés. Les récentes attaques visant la gestion actuelle des terres définies comme décontaminées sont la preuve irréfutable qu'un vide juridique en la matière est dommageable tant pour les acteurs de terrain que pour les finances de la Région wallonne, puisque c'est ce qui avait été critiqué au travers de la presse et nous donnant raison aux gens qui l'ont fait. La suggestion est d'adopter rapidement j'insiste sur le mot rapidement une modification de l'arrêté du 14 juin en vue de résoudre, en partie et dans l'urgence, cette situation, et ce, dans l'attente d'un texte plus complet, pour éviter la situation de blocage que nous connaissons actuellement, ou en tout cas pas de blocage, mais une très grande frilosité. Il y a également d'autres considérations liées à des suggestions. Nous comprenons les problèmes budgétaires rencontrés actuellement par la Région et par d'autres acteurs économiques. Nous sommes également désireux de répondre à l'énoncé de la Déclaration politique générale du Gouvernement relatif à la simplification administrative. Nous suggérons, dès lors, de renforcer les dispositions relatives aux assainissements d'ampleur limitée. Pour les assainissements en zone insaturée limitée à de l'excavation, des choses extrêmement simples, nous proposons de donner plus de marge de manœuvre au binôme expert-entrepreneur afin de diminuer la charge qui pèse sur l'administration pour ce genre de dossier, diminuer les coûts d'assainissement vu la situation budgétaire, accélérer l'ensemble du processus afin de minimiser l'impact sur l'économie même de certains projets, notamment des projets de promotion et projets immobiliers. Cette plus grande marge de manœuvre passerait par la reconnaissance du métier d'assainisseur au travers d'un agrément, d'une certification ou d'un enregistrement c'est à voir. Aujourd'hui, le décret est complètement muet sur la reconnaissance du métier d'entrepreneur en assainissement. Énormément d'éléments définissent ce que doit être un expert ; il n'y a strictement rien au niveau de la définition de l'entrepreneur en assainissement. Toujours en considérant les mêmes éléments budgétaires et de simplification administrative, nous suggérons également d'adopter une réglementation à la gestion intégrée des brownfields. Pratiquement, cette suggestion est basée sur l'expérience acquise par d'autres Régions du pays ; elle consiste à simplifier et à traiter conjointement les aspects environnementaux et ceux liés à l'aménagement du territoire dans le cas de projets d'assainissement d'envergure. Je ne vous cite pas d'exemple, vous en connaissez probablement. Aujourd'hui, on constate clairement que des états de blocage empêchent certains mégasites de se développer. En conclusion, une démarche de codification des législations environnementales est en cours, mais on constate que ce travail n'est que dans sa phase de démarrage. Or, il semble que les porteurs du projet sont désireux de présenter au législateur l'ensemble des textes en un bloc, et ce, par souci de cohérence ce que l'on peut très bien comprendre. Je représente ici les acteurs de terrain et je peux vous assurer que l'on ne peut pas attendre cette échéance. Le secteur est demandeur d'une révision rapide du décret telle que proposée. Le secteur est également demandeur de l'adoption de modifications du 14 juin en vue d'adopter une solution urgente à la problématique des terres excavées. ASENAS se tient à disposition du Parlement, P.W.- C.R.I.C. N 168 ( ) - Lundi 29 juin

8 ou d'autres acteurs de l'exécutif, afin de trouver rapidement des solutions aux problèmes que nous rencontrons quotidiennement. M. le Président. Je vous remercie pour votre exposé. Si les commissaires sont d'accord, je propose que l'ensemble des intervenants fasse d'abord l'exposé et qu'ensuite, les questions fassent l'objet d'un tir groupé. Audition de M. Argeles, Conseiller principal Environnement et Technologie de la confédération Construction wallonne (CCW) M. le Président. La parole est à M. Argeles. M. Argeles, Conseiller principal Environnement et Technologie de la confédération Construction wallonne (CCW). - Monsieur le Président, Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs les députés, je vous remercie également de nous avoir invités à nous exprimer sur le décret Sols. Au niveau de la confédération Construction wallonne, nous représentons, en Région wallonne, plus de entreprises. Il y a des membres d'asenas que vous avez entendus précédemment, qui sont membres de la confédération. Mais nous, nous regroupons pas mal d'autres corps de métiers. À travers cet avis, on doit dire que la réglementation Sols est active depuis On a déjà émis quelques avis par rapport aux différentes propositions et évolutions de ce décret avec trois préoccupations majeures. La première préoccupation majeure concerne ce que l'on remarque sur le terrain sur une incohérence entre la réglementation Sols et la réglementation Déchets j'y reviendrai par la suite. Le représentant d'asenas a soulevé certaines préoccupations, je les compléterai. Deuxième préoccupation, c'est la procédure d'assainissement volontaire qui, ces dernières années, a porté ses fruits parce qu'une certaine souplesse se cache derrière cette procédure. Troisième préoccupation, et non la moindre, c'est la procédure d'urgence. Que fait-on en cas de découverte de pollution en cours de chantier? Là, des articles spécifiques à la proposition de décret résolvent un peu cette partie. Il me semble aussi important de mettre en place le gros travail effectué au niveau des codes wallons de bonnes pratiques, notamment tout ce qui est études d'orientation, caractérisation et études de risques. C'est quelque chose qui a été très bien réalisé, mais l'on pense que cela reste très lourd. On demande que l'expérience de terrain et l'expérience de nos experts sols puissent alléger ces procédures. Il est assez fréquent que ces procédures complexes soient soumises à des dérogations pour tel ou tel cas. Là, il est opportun de travailler un peu dessus. Pour terminer cette introduction, on entend de plus en plus parler des seuils ; les seuils, en Région wallonne, sont relativement bas. On pense à ce retour aux valeurs de référence en cas de pollution nouvelle. On se pose la question de savoir s'il ne serait plus opportun de travailler seulement avec un jeu de valeurs qui sont les valeurs seuils et de revenir à ces niveaux en cas de pollution. Cela peut engendrer des coûts non négligeables de revenir systématiquement à ces valeurs de référence. Concernant la difficulté rencontrée sur le terrain au niveau de la législation Sols et de la législation Déchets, il y a une certaine incohérence au niveau des seuils de l'arrêté du 14 juin et du décret Sols. Depuis la première version du décret Sols en 2008, on a toujours demandé que soient mis en correspondance les seuils du 14 juin avec les normes du décret Sols. En outre, sur le terrain, on s'aperçoit que beaucoup de praticiens, que ce soit expert sols ou au niveau de l'administration, confondent normes sols et normes déchets. On se voit imposer fréquemment des indices de sols sur des déchets que l'on souhaite valoriser dans le sol. Pour nous, il très important que la législation Sols doive permettre de valoriser des déchets dans un sol, mais en aucun cas la législation Sols ne doit remettre en cause cette réglementation Déchets. C'est très important sinon nous aurons des problèmes dans le futur. Actuellement, nous sommes en train de valoriser des déchets dans le sol avec certaines conditions environnementales. Si, dans 10 ans, nous devons remettre en cause, par des analyses environnementales style Sols, il y aura un problème au niveau de la gestion des chantiers publics. On demande que les analyses environnementales adaptées au type de valorisation dans les différents types de compartiments soient bien réalisées et bien étudiées. Pour terminer, au niveau de notre Fédération des voiries, il faut faire une distinction même si elle n'est pas facile entre ce que l'on appelle un sol et une structure de voirie. La limite n'est pas toujours évidente entre un sol et une structure de voirie, mais je pense que le Qualiroutes apporte une définition de ce que comprend la structure de voirie avec ses fondations et ses talus. On devrait s'en inspirer, cela nous permettrait de nouveau de ne pas confondre sols et matériaux. Au niveau de la procédure d'urgence, le décret actuel, même s'il a des faiblesses, garde une certaine souplesse. Nous avons peur, dans cette proposition de décret, que l'on soit trop restrictif et que l'on encadre trop ces procédures d'urgence. Ce que nous demandons, au niveau d'une procédure d'urgence, c'est que l'on continue à travailler avec la tripartite expert sols, entrepreneur et maître d'ouvrage afin que l'expert sols puisse très rapidement intervenir, définir si nous 5 P.W.- C.R.I.C. N 168 ( ) - Lundi 29 juin 2015

9 sommes dans une pollution grave ou dans une pollution circonscrite. Si nous sommes dans une pollution circonscrite telle que nous n'avons, dans les conditions d'assainissement volontaire, c'est-à-dire zones polluées ou circonscrites, aucune mesure de suivi de sécurité et de pollution résidentielle et un accord entre les propriétaires occupants, qu'on laisse l'expert sols et l'entrepreneur gérer cette pollution. Cela nous semble beaucoup plus simple et plus souple plutôt que de passer forcément par une procédure administrative lourde. Au niveau du permis d'urbanisme et de l'obligation lors d'un permis d'urbanisme sur un terrain repris dans la base de données des sols, il nous semble inconcevable d'obliger à chaque fois des études d'orientation complètes lorsque l'on veut réaliser les travaux ; c'est complémentairement improductif. Par contre, nous sommes conscients de la difficulté que peut engendrer une non-reconnaissance préalable de la qualité des terres que l'on va évacuer. Au niveau de la confédération, nous sommes plutôt en faveur d'une obligation de reconnaissance sur les volumes de terre que l'on va évacuer. Cette obligation de reconnaissance nous permettra de connaître la qualité des terres qui seront évacuées et de réaménager le projet. Cela se fait encore trop peu de réaménager le projet en fonction de la qualité des terres. Cette partie nous semble très importante et cela permettra de maîtriser les coûts de gestion des chantiers. Ce qui est également très important, c'est d'avoir un échantillonnage et des procédures d'analyse adaptées. Pour nous, le décret Sols ne doit pas être activé dans ce cadre. Ici, il s'agit d'une gestion des terres qui seront évacuées ou réutilisées sur la parcelle. Le dernier point de cette présentation, avant quelques réflexions supplémentaires, concerne la liste des activités à risque. Au niveau de l'annexe 3, nous reprenons différents types d'activité à risque qui seront soumis à études périodiques d'étude d'orientation. Il me semble inopportun d'appliquer cette annexe 3 telle quelle. Au niveau de la législation du permis d'environnement, on introduit des seuils de classe 3. Or, ici, dans cette annexe 3, on ne parle pas des seuils. Au niveau de la construction, je vais prendre l'activité qui est le tri et le regroupement de déchets inertes, par exemple, sans seuil, pratiquement 90 % des entreprises de la construction seront concernés et seront obligés de faire des études d'orientation périodiques. Une étude d'orientation coûte entre et euros suivant la taille de l'exploitation. C'est important d'introduire cette notion de seuil de classe 3 dans ces activités à risque telle que la législation du permis d'environnement le prévoit. Pour terminer, j'ai quelques réflexions complémentaires. Il nous semble également important d'évaluer, à ce jour, ce que l'on appelle les valeurs, les valeurs seuils, les valeurs de référence. Un certain benchmarking montre que nous sommes peut-être trop stricts par rapport à d'autres régions, que les modèles utilisés au niveau des risques seraient peut-être plus inadéquats. Deuxièmement, la définition d'une unité plus petite que la parcelle cadastrale permettrait de pallier un confort lié à une unité qui peut être très importante dans certaines situations. Apparemment, en Flandre, une approche d'une unité plus petite que la parcelle cadastrale est utilisée. Troisièmement, il faut renforcer l'attractivité de l'approche volontaire. Il nous semble important de favoriser plutôt que de travailler en répression sur l'approche volontaire avec des souplesses, que ce soit au niveau de la fiscalité immobilière adaptée, les incitants, les structures de partenariats public-privé ; des possibilités d'exonération des sûretés de responsabilités sont à prévoir. Pour terminer, je rejoins mon confrère d'asenas concernant l'attractivité pour la réhabilitation des sites orphelins. L'approche définie en Région flamande, le brownfieldconvenant, nous semble tout à fait opportune à étudier ; ce qui permettrait de pousser et de réutiliser des terrains actuellement sans avenir. M. le Président. Je vous remercie pour votre exposé. J'appelle les représentants de Fedexsol à venir nous présenter leur exposé. M. Sampaoli (PS). Monsieur le Président, excusez-moi, mais pour que le travail se fasse d'une manière correcte, je pense, si nous entendons les six intervenants et que nous posons les questions après, que l'on ne s'y retrouvera plus. Serait-il possible de poser une première salve de questions maintenant, ce qui en évacuera d'autres au final? M. le Président. Le problème sera que nous ne serons plus en mesure de respecter le calendrier général pour l'ensemble des intervenants, étant donné que nous avons une limite dans le temps pour ce qui concerne nos travaux d'aujourd'hui. Je veux bien entendre votre proposition, mais je demande alors la concision. M. Sampaoli (PS). - Pour autant que les autres membres de la commission soient d'accord. M. le Président. Bien sûr, cela vaut pour tout le monde. M. Sampaoli (PS). Je remercie les intervenants. J'ai bien compris que la législation en Flandre est plus simple qu'en Région wallonne. J'ai également compris je l'ai dit à suffisance qu'il y a une interaction entre le décret Sols et le décret Déchets terres excavées. Quand P.W.- C.R.I.C. N 168 ( ) - Lundi 29 juin

LE DÉCRET SOLS RÉFÉRENCES RÉGLEMENTAIRES NOTIONS IMPORTANTES SOL TERRAIN BANQUE DE DONNÉE DE L'ETAT DES SOLS (BDES)

LE DÉCRET SOLS RÉFÉRENCES RÉGLEMENTAIRES NOTIONS IMPORTANTES SOL TERRAIN BANQUE DE DONNÉE DE L'ETAT DES SOLS (BDES) LE DÉCRET SOLS Dernière révision du document : juillet 2012 RÉFÉRENCES RÉGLEMENTAIRES Décret du 5 décembre 2008 (MB 18/02/2009 & 6/03/2009) relatif à la gestion des sols, modifié par le décret programme

Plus en détail

P A R L E M E N T W A L L O N

P A R L E M E N T W A L L O N C.R.A.C. N 179 (2014-2015) 2e session de la 10e législature P A R L E M E N T W A L L O N SESSION 2014-2015 C O M P T E R E N D U AVANCÉ Séance publique de commission* Commission du budget et de la fonction

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET 25 (SE 2014) N 2 25 (SE 2014) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET visant à créer un «Explorateur de droits», outil d aide à l information sur tous les droits des citoyens

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- DÉCEMBRE 2014 NOTE N 24 LA

Plus en détail

A V I S A-2292/10-32. sur

A V I S A-2292/10-32. sur A-2292/10-32 A V I S sur le projet de règlement grand-ducal déterminant les conditions générales relatives à l'exercice du télétravail dans la fonction publique Par dépêche du 26 mai 2010, Madame le Ministre

Plus en détail

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346 La proposition de la Commission pour la révision du Règlement "faillite": une deuxième chance pour les entreprises en difficulté Durant le mois de mars 2012, une consultation publique a été lancée, sollicitant

Plus en détail

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 -------------------------------------------

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- Utilisation de titres-repas électroniques : projet d'arrêté royal adapté modifiant l'article

Plus en détail

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 )

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret n 77-608

Plus en détail

PARLEMENT DE WALLONIE

PARLEMENT DE WALLONIE PARLEMENT DE WALLONIE COMMISSION DES TRAVAUX PUBLICS, DE L'ACTION SOCIALE ET DE LA SANTÉ BULLETIN DES TRAVAUX Date : mardi 13 octobre 2015 Heure : 9h26 et 14h07 Lieu : Parlement de Wallonie, Bâtiment Saint

Plus en détail

CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE

CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE 1. OBJECTIF L évaluation finale a pour objectif d évaluer : les mesures de gestion du risque ; les travaux d assainissement ; ou les travaux d assainissement limité,

Plus en détail

Il s'agit d'un accident survenu dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice des fonctions (art. 57 2 de la loi n 84-53 du 26 janvier 1984).

Il s'agit d'un accident survenu dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice des fonctions (art. 57 2 de la loi n 84-53 du 26 janvier 1984). Agents CNRACL : Accident de service Maladie professionnelle 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note d information du 19 juillet

Plus en détail

En voiture (*) de Sylvain BRISON

En voiture (*) de Sylvain BRISON En voiture (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 8 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Un voyage pour Issoudun

Plus en détail

1 - Les conditions légales et réglementaires

1 - Les conditions légales et réglementaires LES REMPLACEMENTS 1. Les conditions légales et réglementaires 2. Formalités diverses - obligations 3. Responsabilités du médecin remplacé et du médecin remplaçant 1 1 - Les conditions légales et réglementaires

Plus en détail

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1).

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1). AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) * * * * * Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret

Plus en détail

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux!

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! Christian Husson: Salut Matthieu. Matthieu Tenenbaum: Comment vas-tu? C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! M. T.: Mes meilleurs vœux! C. H.: Alors, moi, je vais te

Plus en détail

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire Décision n 2014-246 L Nature juridique de l article L. 723-23 du code rural et de la pêche maritime Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2014 Sommaire I. Normes de référence...

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 10/09/2009 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 10/09/2009 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 10/09/2009 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT --- Direction générale de l Organisation des Etablissements de Soins --- CONSEIL NATIONAL DES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET 266 (2014-2015) N 2 266 (2014-2015) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET portant assentiment à l accord de coopération du 15 juillet 2014 entre l État fédéral, la Région

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie

Caisse Nationale de l'assurance Maladie Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Mesdames et Messieurs les Médecins Conseils Régionaux Date : Monsieur le Médecin Chef de La Réunion

Plus en détail

Société française d'économie rurale

Société française d'économie rurale Article 1 : L'association dite «Société Française d'économie Rurale}} est régie par la loi du 1er juillet 1901 et par les présents statuts. Article 2 : Le siége social de la SFERest au 19 avenue du Maine,

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION INTEGRATION SOCIALE, LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET ECONOMIE SOCIALE

SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION INTEGRATION SOCIALE, LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET ECONOMIE SOCIALE Publié le : 2014-04-18 SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION INTEGRATION SOCIALE, LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET ECONOMIE SOCIALE 19 DECEMBRE 2013. - Arrêté ministériel fixant le code de déontologie pour

Plus en détail

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements Paris le, Le ministre de l'intérieur, le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie et la ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

P A R L E M E N T W A L L O N

P A R L E M E N T W A L L O N C.R.A.C. N 2 (2015-2016) 3e session de la 10e législature P A R L E M E N T W A L L O N SESSION 2015-2016 C O M P T E R E N D U AVANCÉ Séance publique de commission* Commission de l'environnement, de l'aménagement

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 DIRECTIVE RÉGISSANT LES ACTIVITÉS FINANCIÈRES DÉCOULANT DE LA PERCEPTION DES REVENUS DANS LES ÉTABLISSEMENTS 1.0 FONDEMENTS 1.1 Devoir d'établissement

Plus en détail

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 CONFERENCE DES REPRESENTANTS DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 Bruxelles, l (OR.dk) LIMITE NOTE DE TRANSMISSION Objet : Protection des consommateurs Les délégations trouveront

Plus en détail

Contrat de partenariat et domaine public

Contrat de partenariat et domaine public Contrat de partenariat et domaine public Le titulaire d un contrat de partenariat est souvent dans la situation d un occupant du domaine public, ce qui conduit à s interroger sur l articulation des régimes

Plus en détail

N 409 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1991-1992. Annexe au procès-verbal de la séance du 15 juin 1992. PROJET DE LOI

N 409 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1991-1992. Annexe au procès-verbal de la séance du 15 juin 1992. PROJET DE LOI N 409 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1991-1992 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 juin 1992. PROJET DE LOI ADOPTÉ AVEC MODIFICATIONS PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, EN DEUXIÈME LECTURE portant adaptation

Plus en détail

La mise à disposition de travailleurs aux entreprises

La mise à disposition de travailleurs aux entreprises UCvD 2010/06 La mise à disposition de travailleurs aux entreprises: état des lieux 16/03/2010 1 La mise à disposition de travailleurs aux entreprises Plan 1. Principe de l interdiction de la mise à disposition

Plus en détail

Intervention des experts-comptables

Intervention des experts-comptables Stage de Préparation à l Installation Intervention des experts-comptables PLAN DE L'INTERVENTION Présentation de la profession d'expert-comptable Présentation des missions de l expert-comptable Présentation

Plus en détail

Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de Mme Christina Meissner : Vidange de Verbois : le moratoire n'était-il qu'un leurre?

Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de Mme Christina Meissner : Vidange de Verbois : le moratoire n'était-il qu'un leurre? Secrétariat du Grand Conseil QUE 115-A Date de dépôt : 2 octobre 2013 Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de Mme Christina Meissner : Vidange de Verbois : le moratoire n'était-il qu'un

Plus en détail

Comment être un bon conseil syndical?

Comment être un bon conseil syndical? Comment être un bon conseil syndical? Association des Responsables de Copropriétés www.unarc.asso.fr Comment être un bon conseil syndical? 3 Introduction Nous n oublierons jamais que le député qui a introduit

Plus en détail

AVIS FORMEL DU CONSEIL D ETAT. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les membres de la commission, * * *

AVIS FORMEL DU CONSEIL D ETAT. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les membres de la commission, * * * CONSEIL D ETAT Château cantonal 1014 Lausanne Commission thématique de la modernisation du parlement Secrétariat général du Grand Conseil Place du Château 6 1014 Lausanne Réf. : PM/15007041 Lausanne, le

Plus en détail

COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS. Projet. Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988

COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS. Projet. Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988 "STRICTED '*9 988 Déciale COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS Projet Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988 Les délégations sont invitées à faire parvenir au secrétariat, d'ici au

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : La protection des droits de la personne Code de la santé publique Dispositions introduites

Plus en détail

L'expertise Médicale. Journée d étude Médecin Magistrat Assureur Indemnisation du préjudice corporel

L'expertise Médicale. Journée d étude Médecin Magistrat Assureur Indemnisation du préjudice corporel L'expertise Médicale Journée d étude Médecin Magistrat Assureur Indemnisation du préjudice corporel L'expertise Médicale Définition L'expertise est un moyen d'investigations qui éclaire une juridiction

Plus en détail

ToutelaQualite. FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion

ToutelaQualite. FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion creer un forum supprimer les publicites ToutelaQualite FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion ISO 9001 V2008 ToutelaQualite Index du

Plus en détail

Objet: stages pour les candidats secouristes-ambulanciers

Objet: stages pour les candidats secouristes-ambulanciers . MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE L'ENVIRONNEMENT Al' ADMINISTRATION DES SOINS DE SANTE Secours Sanitaires à la Population Civile Service 100. 1010 BRUXELLES, 0 9 nec.1001 Cité

Plus en détail

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Position et propositions d amendements de l UNIOPSS Octobre 2004 Mme Marie-Anne Montchamp, secrétaire d'état aux

Plus en détail

Résolution de problèmes à distance

Résolution de problèmes à distance Résolution de problèmes à distance Table des matières 1. INTRODUCTION... 2 2. PROCESSUS DE GESTION DES PROBLEMES... 3 3. RECONNAITRE LE PROBLEME... 4 3.1. NE PAS CONFONDRE QUESTION ET PROBLEME... 4 3.2.

Plus en détail

départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien régionale des comptes avait retenu diverses observations provisoires qui

départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien régionale des comptes avait retenu diverses observations provisoires qui Réf.: AF 826401 Monsieur le Président, Dans le cadre du contrôle des comptes et de la gestion du service départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien préalable avec le conseiller-rapporteur,

Plus en détail

Sites pour la vie autonome et évolutions des politiques du handicap

Sites pour la vie autonome et évolutions des politiques du handicap Sites pour la vie autonome et évolutions des politiques du handicap Jean-Pierre BOURELY, Chef du bureau de la vie autonome des personnes handicapées (DGAS) Vie autonome des personnes âgées et des personnes

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 53/2014 du 3 septembre 2014

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 53/2014 du 3 septembre 2014 1/12 Avis n 53/2014 du 3 septembre 2014 Objet: Projet d'arrêté du Gouvernement wallon présentant le projet de décret insérant certaines dispositions dans le Code wallon de l'action sociale et de la Santé,

Plus en détail

GUIDE JURIDIQUE RISQUE INDUSTRIEL. Ouvrage collectif

GUIDE JURIDIQUE RISQUE INDUSTRIEL. Ouvrage collectif GUIDE JURIDIQUE RISQUE INDUSTRIEL Ouvrage collectif TABLE DES MATIERES Liste des abréviations 7 Introduction 9 Première partie : la prévention du risque identifié I. La délimitation du risque 17 A. L'encadrement

Plus en détail

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh?

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? 1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? «Le social et la RH, vont encore me compliquer la vie» «On ne sait jamais ce qui va nous tomber dessus, il y a toujours quelque chose que

Plus en détail

COMMISSION DE LA SANTÉ PUBLIQUE, DE L'ENVIRONNEMENT ET DU RENOUVEAU DE LA SOCIÉTÉ du 10 mars 2015

COMMISSION DE LA SANTÉ PUBLIQUE, DE L'ENVIRONNEMENT ET DU RENOUVEAU DE LA SOCIÉTÉ du 10 mars 2015 COMMISSION DE LA SANTÉ PUBLIQUE, DE L'ENVIRONNEMENT ET DU RENOUVEAU DE LA SOCIÉTÉ du 10 mars 2015 Questions jointes de - M. Willy Demeyer à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique sur

Plus en détail

Marquage CE des enrobés bitumineux à chaud QUESTIONS - REPONSES SUR LE MARQUAGE CE DES ENROBES BITUMINEUX A CHAUD

Marquage CE des enrobés bitumineux à chaud QUESTIONS - REPONSES SUR LE MARQUAGE CE DES ENROBES BITUMINEUX A CHAUD Marquage CE des enrobés bitumineux à chaud QUESTIONS - REPONSES SUR LE MARQUAGE CE DES ENROBES BITUMINEUX A CHAUD (Version 11 juillet 2008) 1- Quels enrobés doivent être marqués? Tous les enrobés bitumineux

Plus en détail

Service public et bien commun

Service public et bien commun Service public et bien commun Notes pour l'allocution prononcée par Monsieur Pierre Lucier, président de l'université du Québec, lors de la Collation des grades de I'École nationale d'administration pub1

Plus en détail

A V I S N 1.677 ----------------------- Séance du vendredi 20 février 2009 ----------------------------------------------

A V I S N 1.677 ----------------------- Séance du vendredi 20 février 2009 ---------------------------------------------- A V I S N 1.677 ----------------------- Séance du vendredi 20 février 2009 ---------------------------------------------- Arrêté royal modifiant l'arrêté royal du 15 juillet 1997 portant des mesures de

Plus en détail

Association «La gestion du foyer rural de Manderen» REGLEMENT D'UTILISATION DU FOYER RURAL

Association «La gestion du foyer rural de Manderen» REGLEMENT D'UTILISATION DU FOYER RURAL REGLEMENT D'UTILISATION DU FOYER RURAL GENERALITES Article 1 : Article 2 : Le présent règlement est applicable au Foyer Rural de Manderen. L'association dispose librement de la salle. Nul ne peut prétendre

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ;

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; 1/9 Avis n 06/2010 du 3 février 2010 Objet : avant-projet de décret relatif à l'archivage administratif La Commission de la protection de la vie privée (ci-après "la Commission") ; Vu la loi du 8 décembre

Plus en détail

Titre 2 - Offres de prêt / notices d'information des banques au sujet de la résiliation/ substitution d assurance emprunteur en cours de prêt

Titre 2 - Offres de prêt / notices d'information des banques au sujet de la résiliation/ substitution d assurance emprunteur en cours de prêt Titre 2 - Offres de prêt / notices d'information des banques au sujet de la résiliation/ substitution d assurance emprunteur en cours de prêt Dans cette partie sont étudiés les dispositifs contractuels

Plus en détail

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 Rattache pour ordre au procès-verbal de la séance du 8 juillet 1992. Enregistre a la Présidence du Senat le 28 septembre 1992. PROPOSITION DE LOI

Plus en détail

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE Par Nabila EL HEDDA, Elyès JOUINI et Denis CHEMILLIER-GENDREAU "Le marché tunisien de l'assurance va connaître, dans les années

Plus en détail

CADRER SA RESPONSABILITE PAR LE CONTRAT

CADRER SA RESPONSABILITE PAR LE CONTRAT HMONP ENSA-V NOVEMBRE 2013 CADRER SA RESPONSABILITE PAR LE CONTRAT 1. DEFINITIONS PREALABLES - RESPONSABILITE(S) - Ecarter la responsabilité pénale (règles en matière d'urbanisme, faux, etc.) Ecarter la

Plus en détail

Ce rapport est communiqué au Préfet et pour information au Trésorier-payeur général.

Ce rapport est communiqué au Préfet et pour information au Trésorier-payeur général. Monsieur le Président, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint la version définitive des observations arrêtées le jeudi 5 février 2004 par la Chambre régionale des comptes sur la gestion de la chambre

Plus en détail

Avis relatif à la note approuvée par le Gouvernement flamand concernant une publicité accrue de la politique salariale au sein de l'autorité flamande.

Avis relatif à la note approuvée par le Gouvernement flamand concernant une publicité accrue de la politique salariale au sein de l'autorité flamande. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacycommission.be COMMISSION

Plus en détail

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1 Page 1 of 9 Comparaison rapide EIRL : entrepreneur individuel à responsabilité limitée : entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ( unipersonnelle) : société à responsabilité limitée SA : société

Plus en détail

Quels documents joindre à votre demande de convention de stage?

Quels documents joindre à votre demande de convention de stage? Quels documents joindre à votre demande de convention de stage? - Une lettre présentant vos motivations à effectuer ce stage Pourquoi avoir choisi telle ou telle structure hôte, qu'attendez-vous de ce

Plus en détail

Associations, Syndicats, Ordre. Mardi 21 octobre 2014 Ecole de Pédicurie-Podologie 33000 BORDEAUX

Associations, Syndicats, Ordre. Mardi 21 octobre 2014 Ecole de Pédicurie-Podologie 33000 BORDEAUX Associations, Syndicats, Ordre Mardi 21 octobre 2014 Ecole de Pédicurie-Podologie 33000 BORDEAUX Trois systèmes complémentaires aux fonctions et missions bien définies : Associatif regroupement de personnes

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A

Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A Date de dépôt : 25 juin 2013 Rapport de la Commission fiscale chargée d étudier le projet de loi du Conseil d Etat modifiant la loi sur l imposition des personnes

Plus en détail

Page 1 of 8. août 2010

Page 1 of 8. août 2010 note d'orientation concernant la certification et les services connexes NOV-46 communications avec les cabinets d'avocats dans le contexte des nouvelles normes de comptabilité et d'audit TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Périodes de Formation en Milieu Professionnel : CHAPITRE V : Obligations de service

Périodes de Formation en Milieu Professionnel : CHAPITRE V : Obligations de service Périodes de Formation en Milieu Professionnel : CHAPITRE V : Obligations de service du Décret 92-1189 Modifié par Décret 2000-753 2000-08-01 - Article 30 et 31 BO spécial n 2 du 19 février 2009 (Définition

Plus en détail

SECTION 3 APPRÉCIATION DU MONTANT DES ÉLÉMENTS DE CALCUL À RETENIR CONTESTATIONS RELATIVES À CES MONTANTS [DB 4N113]

SECTION 3 APPRÉCIATION DU MONTANT DES ÉLÉMENTS DE CALCUL À RETENIR CONTESTATIONS RELATIVES À CES MONTANTS [DB 4N113] SECTION 3 APPRÉCIATION DU MONTANT DES ÉLÉMENTS DE CALCUL À RETENIR CONTESTATIONS RELATIVES À CES MONTANTS [DB 4N113] Références du document 4N113 Date du document 30/08/97 SECTION 3 Appréciation du montant

Plus en détail

Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili. RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET

Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili. RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DE LA REFORME DE L'ETAT ET DE LA SIMPLIFICATION

Plus en détail

Présentation du programme. Brussels Greenfields. Bruxelles Environnement (IBGE) Brussels Greenfields 1

Présentation du programme. Brussels Greenfields. Bruxelles Environnement (IBGE) Brussels Greenfields 1 Présentation du programme Brussels Greenfields Bruxelles Environnement (IBGE) Brussels Greenfields 1 Agenda Partie générale : contexte du projet Partie détaillée : fonctionnement du projet Bruxelles Environnement

Plus en détail

modifiant la loi sur la gestion administrative et financière de l Etat (LGAF) (D 1 05)

modifiant la loi sur la gestion administrative et financière de l Etat (LGAF) (D 1 05) Secrétariat du Grand Conseil PL 11490 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt : 11 juin 2014 Projet de loi modifiant la loi sur la gestion administrative et financière de l Etat (LGAF) (D 1

Plus en détail

Paris, le - 6 ~IMS 2015

Paris, le - 6 ~IMS 2015 KCC A1501475 KZZ 06/03/2015 ~të~5t~é ~ud'df7ae,sli;.a/zf?aûfe Monsieur Didier MI GAUD Premier président Cour des comptes 13 rue Cambon 75001 PARIS Paris, le - 6 ~IMS 2015 Nos réf : TR/654/CMA Monsieur

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1 Généralités, l'écoute active : présentation et techniques... 3 Introduction... 3 Plan... 3 La présentation de l'écoute active... 4 Définition... 4 Fondement... 4 Application... 4 de l'écoute active...

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

Les restrictions légales à la participation d'investisseurs étrangers dans les entreprises russes

Les restrictions légales à la participation d'investisseurs étrangers dans les entreprises russes Svetlana Chekhovskaya Maître de conférences Vice-présidente de la Chaire du droit des affaires (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Economiques) Table ronde 25-26 octobre 2013 (Paris) Les restrictions

Plus en détail

LE BUREAU DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL COMMUNAL DE LA COMMUN D ORON PROPOSITION DE CREATION DE COMMISSIONS THEMATIQUES

LE BUREAU DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL COMMUNAL DE LA COMMUN D ORON PROPOSITION DE CREATION DE COMMISSIONS THEMATIQUES LE BUREAU DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL COMMUNAL DE LA COMMUN D ORON PROPOSITION DE CREATION DE COMMISSIONS THEMATIQUES 24 février 2015 I. Préambule Le règlement du Conseil communal de la Commune d'oron,

Plus en détail

Règlement d ordre intérieur. Médi-Garde

Règlement d ordre intérieur. Médi-Garde Règlement d ordre intérieur Médi-Garde Généralités : La garde médicale assure la continuité des soins les week-ends et les jours fériés ainsi que le prévoit le Code de Déontologie médicale (articles 113

Plus en détail

Décisions et conclusions de la 33e réunion du Comité des assurances

Décisions et conclusions de la 33e réunion du Comité des assurances MARKT/2521/03 FR Orig. EN 14 juillet 2003 Décisions et conclusions de la 33e réunion du Comité des assurances Bruxelles, le 2 juillet 2003 Commission européenne, B-1049 Bruxelles / Europese Commissie,

Plus en détail

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS DÉCLARATION AUX MÉDIAS POUR LA PUBLICATION DU Rapport annuel 2013-2014 par François Boileau Commissaire aux services en français de l Ontario Jeudi 10 juillet 2014 11 h 00 Salle des médias Édifice de l

Plus en détail

A l attention de Madame Françoise LANNOY, Namur, le 16 décembre 2009 Chef de Cabinet

A l attention de Madame Françoise LANNOY, Namur, le 16 décembre 2009 Chef de Cabinet Vos réf.: Nos réf.: CE/ern/jmr/cb/09-876/w Votre corresp.: Jean-Marc Rombeaux 081 24 06 54 jean-marc.rombeaux@uvcw.be Madame Eliane TILLIEUX, Ministre de la Santé et de l'action sociale Rue des Brigades

Plus en détail

Primes énergie 2013. Formulaire 11 - Installation d'une pompe à chaleur (PAC) pour la production d'eau chaude sanitaire (ECS) Demande de prime

Primes énergie 2013. Formulaire 11 - Installation d'une pompe à chaleur (PAC) pour la production d'eau chaude sanitaire (ECS) Demande de prime Primes énergie 2013 Renvoyez l'original de ce formulaire (pas de copie) complété, signé et accompagné des annexes dans les 4 mois prenant cours à la date de la facture finale à l'adresse indiquée cicontre

Plus en détail

LA COMMISSION DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LA COMMISSION DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission ~ UEMOA RÈGLEMENT D'EXECUTION N~(t..~.:.~.9.1 RELATIF AUX REGLES PRUDENTIELLES PORTANT SUR LES RISQUES COURTS, AUX MECANISMES DE GARANTIE ET

Plus en détail

Instituut der Bedrijfsrevisoren Institut des Reviseurs d'entreprises

Instituut der Bedrijfsrevisoren Institut des Reviseurs d'entreprises CIRCULAIRE D.015/06 Le Président COI1Tespondant sg@ibr-ire.be Notre référence DS/svds/vb Votre référence Date Le 13 juillet 2006 Chère Consreur, Cher Confrère, Concerne: Assurance responsabilité civile

Plus en détail

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Intitulé du stage Dates Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Recherche et réduction des rejets de Substances Dangereuses dans l'eau Mardi 20 septembre 2011 Mardi

Plus en détail

EN PRATIQUE. Le médecinconseil. votre mutualité

EN PRATIQUE. Le médecinconseil. votre mutualité EN PRATIQUE Le médecinconseil de votre mutualité Une brochure des Mutualités Libres Rue Saint-Hubert, 19-1150 Bruxelles T 02 778 92 11 - F 02 778 94 04 commu@mloz.be Photos > Isopix, Reporters www.mloz.be

Plus en détail

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie Les sociétés de logement de service public gèrent un parc de

Plus en détail

Le diplôme universitaire de musicien intervenant. Le certificat d'aptitude aux fonctions de professeur de musique

Le diplôme universitaire de musicien intervenant. Le certificat d'aptitude aux fonctions de professeur de musique Sommaire Qu'est-ce que la VAE? Le diplôme d État de professeur de musique Le diplôme universitaire de musicien intervenant Le certificat d'aptitude aux fonctions de professeur de musique Les textes de

Plus en détail

LE CONSEIL DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES,

LE CONSEIL DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES, DIRECTIVE DU CONSEIL du 22 février 1990 modifiant la directive 87/102/CEE relative au rapprochement des dispositions législatives, réglementaires et administratives des États membres en matière de crédit

Plus en détail

RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT

RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT Faites le bon choix et appréciez le bonheur d une vie sans dette C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute

Plus en détail

Vers la création d un service d appui aux consommateurs en Wallonie

Vers la création d un service d appui aux consommateurs en Wallonie Question de point de vue Rue de Gembloux, 48-5002 Saint-Servais Tél : 081/73.40.86 - Fax : 081/74.28.33 secretariat@equipespopulaires.be Vers la création d un service d appui aux consommateurs en Wallonie

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 27 février 2014 (OR. en) 5777/14 ADD 1 PV/CONS 2 ECOFIN 72. PROJET DE PROCÈS-VERBAL Objet:

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 27 février 2014 (OR. en) 5777/14 ADD 1 PV/CONS 2 ECOFIN 72. PROJET DE PROCÈS-VERBAL Objet: CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 27 février 2014 (OR. en) 5777/14 ADD 1 PV/CONS 2 ECOFIN 72 PROJET DE PROCÈS-VERBAL Objet: 3290 e session du Conseil de l'union européenne (AFFAIRES ÉCONOMIQUES

Plus en détail

VADE-MECUM des droits et devoirs du géomètre-expert stagiaire et du maître de stage

VADE-MECUM des droits et devoirs du géomètre-expert stagiaire et du maître de stage VADE-MECUM des droits et devoirs du géomètre-expert stagiaire et du maître de stage 14 juin 2011 1/11 Préambule Dans le cadre de la nécessaire communication auprès des jeunes en formation, le Conseil supérieur

Plus en détail