P A R L E M E N T W A L L O N

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "P A R L E M E N T W A L L O N"

Transcription

1 C.R.I.C. N 168 ( ) 2e session de la 10e législature P A R L E M E N T W A L L O N SESSION C O M P T E R E N D U INTÉGRAL Séance publique de commission* Commission de l'environnement, de l'aménagement du territoire et des transports Lundi 29 juin 2015 *Application de l art. 151 du règlement

2 SOMMAIRE Ouverture de la séance... 1 Organisation des travaux...1 Examen de l'arriéré... 1 Projet de visites de Liege Airport S.A. et de Brussels South Charleroi Airport S.A. Intervenants : M. le Président, Mme De Bue, M. Dodrimont...1 Auditions...2 Proposition de décret modifiant le décret du 5 décembre 2008 relatif a la gestion des sols, déposée par M. Henry, Mme Ryckmans, MM. Hazée et Daele (Doc. 71 ( ) N 1)... 2 Désignation d'un corapporteur...3 Audition de M. Verstraete, Président de l'association des entreprises et entrepreneurs en assainissement des sols de Wallonie et de Bruxelles (ASENAS) Intervenants : M. le Président, M. Verstraete, Président de l'association des entreprises et entrepreneurs en assainissement des sols de Wallonie et de Bruxelles (ASENAS)...3 Audition de M. Argeles, Conseiller principal Environnement et Technologie de la confédération Construction wallonne (CCW) Intervenants : M. le Président, M. Argeles, Conseiller principal Environnement et Technologie de la confédération Construction wallonne (CCW), M. Sampaoli, M. Verstraete, Président de l'association des entreprises et entrepreneurs en assainissement des sols de Wallonie et de Bruxelles (ASENAS)...5 Audition de M. Lambert et Mme Radas, Président et Vice-présidente de la Fédération des Experts en Études de pollution des sols de Bruxelles et de Wallonie (Fedexsol) Intervenants : M. le Président, M. Lambert, Président de la Fédération des experts en études de pollution des sols de Bruxelles et de Wallonie (Fedexsol)... 7 Audition de M. Adam et de Mme al Assouad, Administrateur Directeur et Senior Manager de la Société publique d'aide a la Qualité de l'environnement S.A. (SPAQuE) Intervenants : M. le Président, M. Adam, Administrateur Directeur de la Société publique d'aide à la qualité de l'environnement S.A. (SPAQuE), Mme al Assouad, Senior Manager de la Société publique d'aide à la qualité de l'environnement S.A. (SPAQuE)...9 Audition de M. Lebrun et Mme Neven, Directeur et conseillère du Département Environnement, Aménagement du Territoire, Énergie et Mobilité de l'union wallonne des entreprises (UWE) Intervenants : M. le Président, M. Lebrun, Directeur du Département Environnement, Aménagement du Territoire, Énergie et Mobilité de l'union wallonne des entreprises (UWE) P.W.- C.R.I.C. N 168 ( ) - Lundi 29 juin 2015

3 Audition de MM. Willame et Masset, Directeur général et Directeur de la Direction générale opérationnelle des Routes et des Batiments (DGO1) Intervenants : M. le Président, M. Willame, Directeur général de la Direction générale opérationnelle des Routes et des Bâtiments (DGO1) Échange de vues Intervenants : M. le Président, M. Di Antonio, Ministre de l'environnement, de l'aménagement du territoire, de la Mobilité et des Transports, des Aéroports et du Bien-être animal, MM. Dodrimont, Henry, Sampaoli, Mme Moucheron, M. Verstraete, Président de l'association des entreprises et entrepreneurs en assainissement des sols de Wallonie et de Bruxelles (ASENAS), M. Argeles, Conseiller principal Environnement et Technologie de la confédération Construction wallonne (CCW), M. Lambert, Président de la Fédération des experts en études de pollution des sols de Bruxelles et de Wallonie (Fedexsol), Mme al Assouad, Senior Manager de la Société publique d'aide à la qualité de l'environnement S.A. (SPAQuE), M. Lebrun, Directeur du Département Environnement, Aménagement du Territoire, Énergie et Mobilité de l'union wallonne des entreprises (UWE), M. Willame, Directeur général de la Direction générale opérationnelle des Routes et des Bâtiments (DGO1)...15 Organisation des travaux (Suite)...21 Liste des intervenants Abréviations courantes P.W.- C.R.I.C. N 168 ( ) - Lundi 29 juin 2015

4 COMMISSION DE L'ENVIRONNEMENT, DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE ET DES TRANSPORTS Présidence de M. Stoffels, Président OUVERTURE DE LA SÉANCE La séance est ouverte a 14 heures 7 minutes. M. le Président. La séance est ouverte. Le programme de ce jour est assez chargé. ORGANISATION DES TRAVAUX Examen de l'arriéré M. le Président. La commission procédera ultérieurement à l'examen de son arriéré. Projet de visites de Liege Airport S.A. et de Brussels South Charleroi Airport S.A. M. le Président. L'ordre du jour appelle le projet de visites de Liege Airport S.A. et de Brussels South Charleroi Airport S.A. Pour votre information, lors de la dernière commission du 15 juin, nous avons retenu une visite des deux aéroports à la rentrée. Des contacts ont été pris par le secrétaire de notre commission. Une date a été retenue : le 22 octobre Le contact avait aussi pour but d'établir une première feuille de route, sauf que les aéroports ont répondu assez tardivement. Nous ne sommes pas en mesure de vous proposer, aujourd'hui, un programme complet. Si vous êtes d'accord, nous aurons la possibilité de revenir sur le thème avec le programme complet à proposer pour le 13 juillet. Je tiens également à vous informer que, par rapport à la proposition de résolution visant à responsabiliser les auteurs de mouvements de grèves sauvages déposée par le groupe cdh, nous avions convenu le 15 juin d'organiser des auditions qui auront lieu le 13 juillet prochain. Jusqu'à présent, il y a : un représentant habilité de la SNCB, M. Vanloubbeeck ; un représentant habilité de la CGSP cheminots, Mme Marianne Lerouge, responsable générale du secteur chemin de fer de la CSC Transcom ; un représentant du syndicat libéral pour les cheminots, M. Jacques Joie, secrétaire fédéral ; un adjoint du directeur général de la HR Rail, M. Jean-Marie Rossignon qui remplace M. Bovi ; le président de l'association des clients des transports publics, ACTP, M. Pierre Havelange. La dernière fois, on a également parlé d'inviter le médiateur pour les voyageurs ferroviaires en la personne de M. Jeanfils. Les contacts ayant été pris, il n'estime pas utile d'être auditionné sur le thème précis de cette proposition de résolution, parce qu'il n'intervient pas dans la relation entre la direction et le personnel. Il intervient dans la relation entre l'usager, le client et le groupe SNCB. Maintient-on ou supprime-t-on l'audition du médiateur? Qu'en pensez-vous? La parole est à Mme De Bue. Mme De Bue (MR). Je pense que l'on peut supprimer sa contribution aux travaux de la commission. M. le Président. De ne pas l'auditionner, d'accord. Je suppose que les autres groupes adoptent la même attitude. On aura six auditions sur ce thème le 13 juillet. Il m'appartient également de vous informer d'une invitation lancée par la FWA, à la Commission de l'environnement, mais aussi à la Commission de l'agriculture, sur le thème des phytosanitaires. La FWA propose de nous inviter, comme elle fait d'habitude, pour un petit déjeuner qui commencerait vers 8 heures 30-9 heures, pour se terminer vers plus ou moins midi. Elle propose la semaine du 13 au 17 juillet pour déterminer une date. Pour le 13, ce sera impossible, car nous avons déjà un programme assez chargé avec les auditions. Nous allons très probablement être pris également par les séances plénières, car c'est le débat sur l'ajustement. Cela prendra-t-il un jour, deux jours? On ne le sait pas encore. Ce sera à la Conférence des présidents de décider. Si l'on doit répondre favorablement à la proposition de la semaine du 13 au 17 juillet, on pourrait proposer le jeudi ou le vendredi, toujours dans l'hypothèse que ces jours-là, il n'y aurait pas de débat en séance plénière sur l'ajustement. 1 P.W.- C.R.I.C. N 168 ( ) - Lundi 29 juin 2015

5 (Réaction d'un membre) Il reste juste le vendredi. Préférez-vous ne pas avoir cette rencontre demandée par la FWA pendant cette semaine-là, et qu'on leur demande éventuellement de reporter à une autre date ultérieure? (Réaction d'un membre) Mme De Bue (MR). Vu l'ordre du jour de la semaine complète, je pense que ce serait plus sage. M. le Président. Cela va être assez chargé. Mme De Bue (MR). Quitte à leur demander si une autre semaine est possible, ce serait dommage de devoir reporter si jamais on fixait le vendredi. Maintenant, je me rallie à l'avis principal. Ce serait intéressant que la FWA propose une autre date. M. le Président. Tout le monde est d'accord avec cette méthode. On cherchera avec la FWA pour trouver une autre date. Il faudra que la Commission de l'agriculture fasse de même, car les deux commissions sont invitées. La parole est à M. Dodrimont. M. Dodrimont (MR). Notre groupe ne serait pas opposé à ce que l'on puisse se voir dans le cadre de Libramont. Il y a peut-être là des plages horaires qui peuvent s'ouvrir pour une rencontre de ce type. Je sais que nos amis de la Commission de l'agriculture seront certainement intéressés par ce qui se passe là-bas. J'en fais la suggestion. M. le Président. C'est une bonne suggestion. M. Dodrimont (MR). On va peut-être trop loin dans le calendrier. Je ne sais pas si, pour la FWA, il sera possible de libérer un créneau horaire pour nous rencontrer là-bas, mais cela peut être étudié. M. le Président. Tout d'abord, on va se concerter avec la Commission de l'agriculture et leur proposer d organiser la rencontre à la Foire de Libramont ensuite, on interrogera la FWA pour voir si c'est d'accord. Peut-on retenir ceci comme méthode? Tout le monde est d'accord. AUDITIONS PROPOSITION DE DÉCRET MODIFIANT LE DÉCRET DU 5 DÉCEMBRE 2008 RELATIF A LA GESTION DES SOLS, DÉPOSÉE PAR M. HENRY, MME RYCKMANS, MM. HAZÉE ET DAELE (DOC. 71 ( ) N 1) M. le Président. L'ordre du jour appelle les auditions dans le cadre de la proposition de décret modifiant le décret du 5 décembre 2008 relatif à la gestion des sols, d épos ée par M. Henry, Mme Ryckmans, MM. Hazée et Daele (Doc. 71 ( ) N 1). Nous avons reçu les avis écrits le 29 juin pour ce qui concerne le CESW ; le 26 juin pour l'administration bruxelloise en charge de la gestion des sols. Nous avons également reçu l'avis de l'administration flamande en charge de la gestion des sols. Je propose de vous transférer les trois avis écrits reçus. Aujourd'hui, nous avons six auditions. Par le secrétariat de la commission, il a été demandé d'auditionner : M. Stéphane Verstraete, Président de l'association des entreprises et entrepreneurs en assainissement des sols de Wallonie et de Bruxelles (ASENAS) ; M. Aymé Argeles, Conseiller principal Environnement et Technologie de la Confédération de la construction wallonne (CCW) ; M. Jean-Marc Lambert et Mme Sabine Radas, Président et Vice-présidente de la Fédération des experts en études de pollution des sols de Bruxelles et de Wallonie (Fedexsol) ; M. Philippe Adam et Mme Sophie al Assouad, Administrateur Directeur et Senior Manager de la Société publique d'aide à la qualité de l'environnement (SPAQuE) ; M. André Lebrun et Mme Cécile Neven, Directeur et conseillère du Département Environnement, Aménagement du territoire, Énergie et Mobilité de l'union wallonne des entreprises (UWE) ; MM. Étienne Willame et Didier Masset, Directeur général et Directeur de la Direction générale opérationnelle des Routes et des Bâtiments (DGO1). Il a été demandé par le secrétariat de notre commission que chacun des groupes puisse bénéficier d'un temps de parole de plus ou moins 15 minutes, suivi d'un jeu de questions et de réponses. Je demande que tout le monde fasse des efforts de concision vu la quantité et l'importance du travail aujourd'hui. Cette semaine, la commission n'a pas seulement lieu aujourd'hui, mais également mercredi matin et, éventuellement, jeudi après-midi, pour la bonne raison P.W.- C.R.I.C. N 168 ( ) - Lundi 29 juin

6 que le ministre m'avait demandé de pouvoir s'absenter à partir d'une certaine heure aujourd'hui pour des impératifs d'ordres familiaux que l'on doit respecter. C'est ce qui explique que cette semaine, la commission aura lieu à trois moments différents ; le troisième moment étant de réserve si jamais on ne terminait pas les travaux mercredi matin. Désignation d'un corapporteur M. le Président. Mme Géradon n'est pas présente, elle est excusée pour des raisons de maladie. Il faut commencer par désigner un corapporteur ou une corapporteuse. Mme De Bue est désignée en qualité de rapporteuse à l'unanimité des membres. Les PowerPoint que vous verrez pendant les auditions vous seront envoyés par courriel. Audition de M. Verstraete, Président de l'association des entreprises et entrepreneurs en assainissement des sols de Wallonie et de Bruxelles (ASENAS) M. le Président. La parole est à M. Verstraete. M. Verstraete, Président de l'association des entreprises et entrepreneurs en assainissement des sols de Wallonie et de Bruxelles (ASENAS). - Monsieur le Président, je tiens à remercier cette vénérable institution de nous recevoir pour exprimer notre avis sur une problématique qui nous tient à cœur puisqu'elle fait notre quotidien. ASENAS vaut pour l'association des entreprises et entrepreneurs actifs dans le domaine des réhabilitations des sites et l'assainissement des sols et des eaux souterraines polluées. Quand il faut dire tout, c'est difficile, alors on a préféré parler d'asenas. Nos buts sont les suivants. On désire être, du moins on essaie, l'interlocuteur de référence du secteur auprès des autorités publiques, de promouvoir les spécificités de nos métiers et de professionnaliser le secteur. Nos membres sont au nombre d'une vingtaine ; vous voyez les logos d'entreprises que vous connaissez et qui sont les majors en ce qui concerne le terrassement en génie civil en Région wallonne. Je vais commencer l'exposé par quelques considérations générales. C'est évident, mais le décret du 5 décembre 2008 a le mérite d'exister ce qui n'a pas toujours été et de fonctionner. Pour notre secteur, ce texte est essentiel pour les raisons suivantes. Il s'agit d'un outil intégré permettant aux autorités de gérer les problématiques liées au sol. Ce qui n'était pas le cas avant 2008 puisque l'on avait une série de textes qui se chevauchaient et il n'était pas évident de s'y retrouver. Là, il y a une homogénéité, un texte intégré. La dynamique activée par le décret permet une gestion parcimonieuse des ressources foncières au travers d'un véritable recyclage immobilier avec, comme conséquence positive pour la collectivité, la réutilisation d'infrastructures existantes. Il est évident qu'il est préférable d'assainir nos sites et sols pollués plutôt que de construire de nouvelles infrastructures, de nouveaux zonings gagnés sur l'espace agricole. Même si l'article 21 du décret n'est pas encore en application, le cadre réglementaire qu'offre le décret permet d'assurer une certaine sécurité juridique dans le cadre du transfert de droit réel ; ce qui est indispensable pour les investisseurs. Enfin, les assainissements volontaires sécurisés peuvent se concrétiser, puisqu'il existe un cadre légal. Ce décret de 2008 est tout à fait essentiel pour nous, mais il est, hélas, imparfait. Le texte modificatif qui est présenté est, certes, très détaillé, intéressant, mais je ne dispose que de quelques minutes pour exprimer notre avis. Je vais aller droit au but et je ne prendrai que quelques aspects qui nous semblent essentiels. Des manquements et des blocages évidents dans ce texte empêchent ce décret d'atteindre pleinement son but. Il y a trois éléments importants : le fameux article 21 qui n'est toujours pas entré en vigueur et qui ampute le décret d'une partie essentielle de son opérationnalité ; la lourdeur du processus de validation de la banque de données de l'état du sol qui en bloque son application ; la complexité du processus d'élaboration et certificat du contrôle du sol qui rend très difficile la délivrance rapide et sécurisée de ce document. D'abord, en ce qui concerne les blocages, l'article 21 n'est pas entré en application et la modification du décret a ceci de bien qu'il répond à ce blocage étant donné que le principal fait générateur qui posait problème, à savoir la cession immobilière de terrains, n'apparaît plus dans le nouveau texte. Je disais que la lourdeur du processus de validation était un problème, mais la proposition de modification du décret répond également à ce blocage étant donné que la validation n'est plus de rigueur, mais que le BDES devient purement informatif. Dès lors, à nos yeux, si du moins ces deux modifications sont adoptées, il n'y a plus d'obstacles majeurs à la mise en application de ce fameux article 21 qui nous semble essentiel dans la vie même du texte réglementaire qu'est le décret. Le dernier blocage est la complexité du certificat du contrôle des sols. Là, nous suggérons de simplifier 3 P.W.- C.R.I.C. N 168 ( ) - Lundi 29 juin 2015

7 considérablement le contenu de ce document à l'instar de ce qui fait dans d'autres Régions du pays, puisque cela fonctionne et, dès lors, pourquoi rendre les choses plus complexes qu'elles ne le sont déjà. À côté de ces éléments qui se retrouvent stricto sensu dans le texte du décret ou dans ses propositions de modification, il y a une série de suggestions que nous voudrions faire et qui sont en rapport direct avec le texte, notamment sur la problématique des terres excavées. Bien que les deux textes prévoient la possibilité pour le Gouvernement wallon de réglementer la problématique des terres excavées, je constate qu'aujourd'hui peu de choses sont faites. Il s'agit d'un réel problème pour les acteurs qui sont nombreux, les promoteurs, les entrepreneurs, les terrassiers, les détenteurs de sites industriels et autres, lesquels sont confrontés à la problématique des transferts de terres. À notre sens, il ne sert à rien d'avoir une réglementation intégrée en matière de gestion des sols pollués comme l'est le décret si des millions de tonnes sont excavées et remblayées sans aucun contrôle avec, pour conséquence fâcheuse, le risque important de se rendre responsable d'une pollution nouvelle, laquelle est définie dans le décret. Je ne vais pas rentrer dans le détail, mais certaines dispositions liées à l'arrêté du 14 juin sont pour l'instant en contradiction avec la notion même de pollution nouvelle, ce qui n'est clairement pas sain. Cela a aussi pour conséquence d'être rendu responsable de trafic illégal de déchets sans en avoir conscience. Il suffit de regarder les dernières sorties dans la presse pour s'en rendre compte. Cette situation de blocage est une vraie situation de blocage pour les acteurs de terrain. Nous devons être extrêmement frileux dans nos activités professionnelles liées à cette incertitude juridique. Je peux vous l'assurer. Une autre suggestion par rapport à cette même problématique de terres excavées, c'est le corollaire important lié à ce vide juridique que constitue la problématique des terres excavées liée à la raréfaction des exutoires sécurisés. Les récentes attaques visant la gestion actuelle des terres définies comme décontaminées sont la preuve irréfutable qu'un vide juridique en la matière est dommageable tant pour les acteurs de terrain que pour les finances de la Région wallonne, puisque c'est ce qui avait été critiqué au travers de la presse et nous donnant raison aux gens qui l'ont fait. La suggestion est d'adopter rapidement j'insiste sur le mot rapidement une modification de l'arrêté du 14 juin en vue de résoudre, en partie et dans l'urgence, cette situation, et ce, dans l'attente d'un texte plus complet, pour éviter la situation de blocage que nous connaissons actuellement, ou en tout cas pas de blocage, mais une très grande frilosité. Il y a également d'autres considérations liées à des suggestions. Nous comprenons les problèmes budgétaires rencontrés actuellement par la Région et par d'autres acteurs économiques. Nous sommes également désireux de répondre à l'énoncé de la Déclaration politique générale du Gouvernement relatif à la simplification administrative. Nous suggérons, dès lors, de renforcer les dispositions relatives aux assainissements d'ampleur limitée. Pour les assainissements en zone insaturée limitée à de l'excavation, des choses extrêmement simples, nous proposons de donner plus de marge de manœuvre au binôme expert-entrepreneur afin de diminuer la charge qui pèse sur l'administration pour ce genre de dossier, diminuer les coûts d'assainissement vu la situation budgétaire, accélérer l'ensemble du processus afin de minimiser l'impact sur l'économie même de certains projets, notamment des projets de promotion et projets immobiliers. Cette plus grande marge de manœuvre passerait par la reconnaissance du métier d'assainisseur au travers d'un agrément, d'une certification ou d'un enregistrement c'est à voir. Aujourd'hui, le décret est complètement muet sur la reconnaissance du métier d'entrepreneur en assainissement. Énormément d'éléments définissent ce que doit être un expert ; il n'y a strictement rien au niveau de la définition de l'entrepreneur en assainissement. Toujours en considérant les mêmes éléments budgétaires et de simplification administrative, nous suggérons également d'adopter une réglementation à la gestion intégrée des brownfields. Pratiquement, cette suggestion est basée sur l'expérience acquise par d'autres Régions du pays ; elle consiste à simplifier et à traiter conjointement les aspects environnementaux et ceux liés à l'aménagement du territoire dans le cas de projets d'assainissement d'envergure. Je ne vous cite pas d'exemple, vous en connaissez probablement. Aujourd'hui, on constate clairement que des états de blocage empêchent certains mégasites de se développer. En conclusion, une démarche de codification des législations environnementales est en cours, mais on constate que ce travail n'est que dans sa phase de démarrage. Or, il semble que les porteurs du projet sont désireux de présenter au législateur l'ensemble des textes en un bloc, et ce, par souci de cohérence ce que l'on peut très bien comprendre. Je représente ici les acteurs de terrain et je peux vous assurer que l'on ne peut pas attendre cette échéance. Le secteur est demandeur d'une révision rapide du décret telle que proposée. Le secteur est également demandeur de l'adoption de modifications du 14 juin en vue d'adopter une solution urgente à la problématique des terres excavées. ASENAS se tient à disposition du Parlement, P.W.- C.R.I.C. N 168 ( ) - Lundi 29 juin

8 ou d'autres acteurs de l'exécutif, afin de trouver rapidement des solutions aux problèmes que nous rencontrons quotidiennement. M. le Président. Je vous remercie pour votre exposé. Si les commissaires sont d'accord, je propose que l'ensemble des intervenants fasse d'abord l'exposé et qu'ensuite, les questions fassent l'objet d'un tir groupé. Audition de M. Argeles, Conseiller principal Environnement et Technologie de la confédération Construction wallonne (CCW) M. le Président. La parole est à M. Argeles. M. Argeles, Conseiller principal Environnement et Technologie de la confédération Construction wallonne (CCW). - Monsieur le Président, Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs les députés, je vous remercie également de nous avoir invités à nous exprimer sur le décret Sols. Au niveau de la confédération Construction wallonne, nous représentons, en Région wallonne, plus de entreprises. Il y a des membres d'asenas que vous avez entendus précédemment, qui sont membres de la confédération. Mais nous, nous regroupons pas mal d'autres corps de métiers. À travers cet avis, on doit dire que la réglementation Sols est active depuis On a déjà émis quelques avis par rapport aux différentes propositions et évolutions de ce décret avec trois préoccupations majeures. La première préoccupation majeure concerne ce que l'on remarque sur le terrain sur une incohérence entre la réglementation Sols et la réglementation Déchets j'y reviendrai par la suite. Le représentant d'asenas a soulevé certaines préoccupations, je les compléterai. Deuxième préoccupation, c'est la procédure d'assainissement volontaire qui, ces dernières années, a porté ses fruits parce qu'une certaine souplesse se cache derrière cette procédure. Troisième préoccupation, et non la moindre, c'est la procédure d'urgence. Que fait-on en cas de découverte de pollution en cours de chantier? Là, des articles spécifiques à la proposition de décret résolvent un peu cette partie. Il me semble aussi important de mettre en place le gros travail effectué au niveau des codes wallons de bonnes pratiques, notamment tout ce qui est études d'orientation, caractérisation et études de risques. C'est quelque chose qui a été très bien réalisé, mais l'on pense que cela reste très lourd. On demande que l'expérience de terrain et l'expérience de nos experts sols puissent alléger ces procédures. Il est assez fréquent que ces procédures complexes soient soumises à des dérogations pour tel ou tel cas. Là, il est opportun de travailler un peu dessus. Pour terminer cette introduction, on entend de plus en plus parler des seuils ; les seuils, en Région wallonne, sont relativement bas. On pense à ce retour aux valeurs de référence en cas de pollution nouvelle. On se pose la question de savoir s'il ne serait plus opportun de travailler seulement avec un jeu de valeurs qui sont les valeurs seuils et de revenir à ces niveaux en cas de pollution. Cela peut engendrer des coûts non négligeables de revenir systématiquement à ces valeurs de référence. Concernant la difficulté rencontrée sur le terrain au niveau de la législation Sols et de la législation Déchets, il y a une certaine incohérence au niveau des seuils de l'arrêté du 14 juin et du décret Sols. Depuis la première version du décret Sols en 2008, on a toujours demandé que soient mis en correspondance les seuils du 14 juin avec les normes du décret Sols. En outre, sur le terrain, on s'aperçoit que beaucoup de praticiens, que ce soit expert sols ou au niveau de l'administration, confondent normes sols et normes déchets. On se voit imposer fréquemment des indices de sols sur des déchets que l'on souhaite valoriser dans le sol. Pour nous, il très important que la législation Sols doive permettre de valoriser des déchets dans un sol, mais en aucun cas la législation Sols ne doit remettre en cause cette réglementation Déchets. C'est très important sinon nous aurons des problèmes dans le futur. Actuellement, nous sommes en train de valoriser des déchets dans le sol avec certaines conditions environnementales. Si, dans 10 ans, nous devons remettre en cause, par des analyses environnementales style Sols, il y aura un problème au niveau de la gestion des chantiers publics. On demande que les analyses environnementales adaptées au type de valorisation dans les différents types de compartiments soient bien réalisées et bien étudiées. Pour terminer, au niveau de notre Fédération des voiries, il faut faire une distinction même si elle n'est pas facile entre ce que l'on appelle un sol et une structure de voirie. La limite n'est pas toujours évidente entre un sol et une structure de voirie, mais je pense que le Qualiroutes apporte une définition de ce que comprend la structure de voirie avec ses fondations et ses talus. On devrait s'en inspirer, cela nous permettrait de nouveau de ne pas confondre sols et matériaux. Au niveau de la procédure d'urgence, le décret actuel, même s'il a des faiblesses, garde une certaine souplesse. Nous avons peur, dans cette proposition de décret, que l'on soit trop restrictif et que l'on encadre trop ces procédures d'urgence. Ce que nous demandons, au niveau d'une procédure d'urgence, c'est que l'on continue à travailler avec la tripartite expert sols, entrepreneur et maître d'ouvrage afin que l'expert sols puisse très rapidement intervenir, définir si nous 5 P.W.- C.R.I.C. N 168 ( ) - Lundi 29 juin 2015

9 sommes dans une pollution grave ou dans une pollution circonscrite. Si nous sommes dans une pollution circonscrite telle que nous n'avons, dans les conditions d'assainissement volontaire, c'est-à-dire zones polluées ou circonscrites, aucune mesure de suivi de sécurité et de pollution résidentielle et un accord entre les propriétaires occupants, qu'on laisse l'expert sols et l'entrepreneur gérer cette pollution. Cela nous semble beaucoup plus simple et plus souple plutôt que de passer forcément par une procédure administrative lourde. Au niveau du permis d'urbanisme et de l'obligation lors d'un permis d'urbanisme sur un terrain repris dans la base de données des sols, il nous semble inconcevable d'obliger à chaque fois des études d'orientation complètes lorsque l'on veut réaliser les travaux ; c'est complémentairement improductif. Par contre, nous sommes conscients de la difficulté que peut engendrer une non-reconnaissance préalable de la qualité des terres que l'on va évacuer. Au niveau de la confédération, nous sommes plutôt en faveur d'une obligation de reconnaissance sur les volumes de terre que l'on va évacuer. Cette obligation de reconnaissance nous permettra de connaître la qualité des terres qui seront évacuées et de réaménager le projet. Cela se fait encore trop peu de réaménager le projet en fonction de la qualité des terres. Cette partie nous semble très importante et cela permettra de maîtriser les coûts de gestion des chantiers. Ce qui est également très important, c'est d'avoir un échantillonnage et des procédures d'analyse adaptées. Pour nous, le décret Sols ne doit pas être activé dans ce cadre. Ici, il s'agit d'une gestion des terres qui seront évacuées ou réutilisées sur la parcelle. Le dernier point de cette présentation, avant quelques réflexions supplémentaires, concerne la liste des activités à risque. Au niveau de l'annexe 3, nous reprenons différents types d'activité à risque qui seront soumis à études périodiques d'étude d'orientation. Il me semble inopportun d'appliquer cette annexe 3 telle quelle. Au niveau de la législation du permis d'environnement, on introduit des seuils de classe 3. Or, ici, dans cette annexe 3, on ne parle pas des seuils. Au niveau de la construction, je vais prendre l'activité qui est le tri et le regroupement de déchets inertes, par exemple, sans seuil, pratiquement 90 % des entreprises de la construction seront concernés et seront obligés de faire des études d'orientation périodiques. Une étude d'orientation coûte entre et euros suivant la taille de l'exploitation. C'est important d'introduire cette notion de seuil de classe 3 dans ces activités à risque telle que la législation du permis d'environnement le prévoit. Pour terminer, j'ai quelques réflexions complémentaires. Il nous semble également important d'évaluer, à ce jour, ce que l'on appelle les valeurs, les valeurs seuils, les valeurs de référence. Un certain benchmarking montre que nous sommes peut-être trop stricts par rapport à d'autres régions, que les modèles utilisés au niveau des risques seraient peut-être plus inadéquats. Deuxièmement, la définition d'une unité plus petite que la parcelle cadastrale permettrait de pallier un confort lié à une unité qui peut être très importante dans certaines situations. Apparemment, en Flandre, une approche d'une unité plus petite que la parcelle cadastrale est utilisée. Troisièmement, il faut renforcer l'attractivité de l'approche volontaire. Il nous semble important de favoriser plutôt que de travailler en répression sur l'approche volontaire avec des souplesses, que ce soit au niveau de la fiscalité immobilière adaptée, les incitants, les structures de partenariats public-privé ; des possibilités d'exonération des sûretés de responsabilités sont à prévoir. Pour terminer, je rejoins mon confrère d'asenas concernant l'attractivité pour la réhabilitation des sites orphelins. L'approche définie en Région flamande, le brownfieldconvenant, nous semble tout à fait opportune à étudier ; ce qui permettrait de pousser et de réutiliser des terrains actuellement sans avenir. M. le Président. Je vous remercie pour votre exposé. J'appelle les représentants de Fedexsol à venir nous présenter leur exposé. M. Sampaoli (PS). Monsieur le Président, excusez-moi, mais pour que le travail se fasse d'une manière correcte, je pense, si nous entendons les six intervenants et que nous posons les questions après, que l'on ne s'y retrouvera plus. Serait-il possible de poser une première salve de questions maintenant, ce qui en évacuera d'autres au final? M. le Président. Le problème sera que nous ne serons plus en mesure de respecter le calendrier général pour l'ensemble des intervenants, étant donné que nous avons une limite dans le temps pour ce qui concerne nos travaux d'aujourd'hui. Je veux bien entendre votre proposition, mais je demande alors la concision. M. Sampaoli (PS). - Pour autant que les autres membres de la commission soient d'accord. M. le Président. Bien sûr, cela vaut pour tout le monde. M. Sampaoli (PS). Je remercie les intervenants. J'ai bien compris que la législation en Flandre est plus simple qu'en Région wallonne. J'ai également compris je l'ai dit à suffisance qu'il y a une interaction entre le décret Sols et le décret Déchets terres excavées. Quand P.W.- C.R.I.C. N 168 ( ) - Lundi 29 juin

Avant-projet de décret relatif à la gestion des sols. Adoption de l avis : Assemblée plénière du 8/12/2015, à l unanimité

Avant-projet de décret relatif à la gestion des sols. Adoption de l avis : Assemblée plénière du 8/12/2015, à l unanimité AVIS Réf. : CWEDD/15/AV.1341 Avant-projet de décret relatif à la gestion des sols 0. DONNEES INTRODUCTIVES Destinataire : Préparation de l avis : Carlo DI ANTONIO, Ministre de l Environnement, de l Aménagement

Plus en détail

LE DÉCRET SOLS RÉFÉRENCES RÉGLEMENTAIRES NOTIONS IMPORTANTES SOL TERRAIN BANQUE DE DONNÉE DE L'ETAT DES SOLS (BDES)

LE DÉCRET SOLS RÉFÉRENCES RÉGLEMENTAIRES NOTIONS IMPORTANTES SOL TERRAIN BANQUE DE DONNÉE DE L'ETAT DES SOLS (BDES) LE DÉCRET SOLS Dernière révision du document : juillet 2012 RÉFÉRENCES RÉGLEMENTAIRES Décret du 5 décembre 2008 (MB 18/02/2009 & 6/03/2009) relatif à la gestion des sols, modifié par le décret programme

Plus en détail

P A R L E M E N T W A L L O N

P A R L E M E N T W A L L O N C.R.A.C. N 179 (2014-2015) 2e session de la 10e législature P A R L E M E N T W A L L O N SESSION 2014-2015 C O M P T E R E N D U AVANCÉ Séance publique de commission* Commission du budget et de la fonction

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 08/08/88 Origine : PAT MM les Directeurs des Caisses Régionales d'assurance Maladie MM les Directeurs

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET 25 (SE 2014) N 2 25 (SE 2014) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET visant à créer un «Explorateur de droits», outil d aide à l information sur tous les droits des citoyens

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 26 OCTOBRE 2015 PROJET DE DÉCRET RAPPORT. présenté au nom de la Commission du budget et de la fonction publique

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 26 OCTOBRE 2015 PROJET DE DÉCRET RAPPORT. présenté au nom de la Commission du budget et de la fonction publique 302 (2015-2016) N 2 302 (2015-2016) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 26 OCTOBRE 2015 PROJET DE DÉCRET abrogeant l assimilation de bpost à l État en matière de fiscalité régionale wallonne, prévue

Plus en détail

Projet de loi modifiant la loi sur la gestion administrative et financière de l Etat (LGAF) (D 1 05) (Renforcement du frein à l endettement)

Projet de loi modifiant la loi sur la gestion administrative et financière de l Etat (LGAF) (D 1 05) (Renforcement du frein à l endettement) Secrétariat du Grand Conseil PL Projet présenté par les députés : M mes et MM. Cyril Aellen, Ivan Slatkine, Edouard Cuendet, Frédéric Hohl, Serge Hiltpold,... Date de dépôt : Projet de loi modifiant la

Plus en détail

A V I S N 1.613 ----------------------- Séance du jeudi 31 mai 2007 ---------------------------------------

A V I S N 1.613 ----------------------- Séance du jeudi 31 mai 2007 --------------------------------------- A V I S N 1.613 ----------------------- Séance du jeudi 31 mai 2007 --------------------------------------- Projet d'arrêté royal en exécution des articles 5 à 14 de la loi du portant des dispositions

Plus en détail

UN CONTEXTE AMENANT AU REAMENAGEMENT DES ARRETES DU 7 SEPTEMBRE 2009

UN CONTEXTE AMENANT AU REAMENAGEMENT DES ARRETES DU 7 SEPTEMBRE 2009 Département environnement et développement durable 28 juin 2012 / DP note N 12-7-92 réalisé à partir des éléments du MEDDE et du MASS A l'attention des membres de la CCTR Réunion du 4 juillet Information

Plus en détail

Commission «Masses Indivisibles» Sous-Commission «Voitures-Pilotes»

Commission «Masses Indivisibles» Sous-Commission «Voitures-Pilotes» Commission «Masses Indivisibles» Sous-Commission «Voitures-Pilotes» Bilan d'étape des discussions sur la privatisation des escortes de convois exceptionnels A l'issue des réunions qui se sont tenus avec

Plus en détail

L'ASSAINISSEMENT (PROCÉDURE RELATIVE AU DÉCRET SOLS)

L'ASSAINISSEMENT (PROCÉDURE RELATIVE AU DÉCRET SOLS) L'ASSAINISSEMENT (PROCÉDURE RELATIVE AU DÉCRET SOLS) Dernière révision du document : juillet 2012 QUAND ET COMMENT DÉPOSER LE DOSSIER AUPRÈS DE L'ADMINISTRATION? Le projet d assainissement est à envoyer

Plus en détail

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 -------------------------------------------

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- Utilisation de titres-repas électroniques : projet d'arrêté royal adapté modifiant l'article

Plus en détail

REACTION SUR LE LIVRE BLANC

REACTION SUR LE LIVRE BLANC DEBAT NATIONAL SUR L'ENERGIE REACTION SUR LE LIVRE BLANC 1/ Introduction et remarques générales 1/1- Présentation du R.A.R.E. Pour animer leurs politiques publiques de l'énergie et de l'environnement,

Plus en détail

Circulaire Marchés publics Art. 30 CTM

Circulaire Marchés publics Art. 30 CTM Circulaire. - Marchés publics. - Chantiers temporaires ou mobiles. - Plan de sécurité et de santé - Directives pratiques portant sur les documents à joindre à l'offre en application de l'article 30, alinéa

Plus en détail

1) Assistants de prévention et conseillers de prévention

1) Assistants de prévention et conseillers de prévention Résumé du décret n 2012-170 du 3 février 2012 modifiant le décret n 85-603 du 10 juin 1985 relatif à l'hygiène et à la sécurité du travail ainsi qu'à la médecine professionnelle et préventive dans la fonction

Plus en détail

La gestion des terres excavées en Wallonie. Enjeux et perspectives

La gestion des terres excavées en Wallonie. Enjeux et perspectives La gestion des terres excavées en Wallonie Enjeux et perspectives CONTEXTE ARGW 14.06.01 favorisant la valorisation de certains déchets Terres de déblais (code 170504) = terres naturelles non contaminées

Plus en détail

REGLEMENT DU PARLEMENT WALLON. Jurisprudence du Bureau et de la Conférence des présidents Règles interprétatives

REGLEMENT DU PARLEMENT WALLON. Jurisprudence du Bureau et de la Conférence des présidents Règles interprétatives REGLEMENT DU PARLEMENT WALLON Jurisprudence du Bureau et de la Conférence des présidents Règles interprétatives Document publié en application de l'article 171.2 du Règlement Document mis à jour au 17

Plus en détail

CREDIT SUPPLÉMENTAIRE URGENT 2011 ORTHOPHONIE AMBULATOIRE 11.041

CREDIT SUPPLÉMENTAIRE URGENT 2011 ORTHOPHONIE AMBULATOIRE 11.041 CREDIT SUPPLÉMENTAIRE URGENT 2011 ORTHOPHONIE AMBULATOIRE 11.041 Rapport du Conseil d'etat au Grand Conseil à l'appui d'un projet de décret portant octroi d un crédit supplémentaire urgent de 1.595.000

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- DÉCEMBRE 2014 NOTE N 24 LA

Plus en détail

PARLEMENT DE WALLONIE

PARLEMENT DE WALLONIE PARLEMENT DE WALLONIE COMMISSION DES TRAVAUX PUBLICS, DE L'ACTION SOCIALE ET DE LA SANTÉ BULLETIN DES TRAVAUX Date : mardi 13 octobre 2015 Heure : 9h26 et 14h07 Lieu : Parlement de Wallonie, Bâtiment Saint

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil IUE 1302-A

Secrétariat du Grand Conseil IUE 1302-A Secrétariat du Grand Conseil IUE 1302-A Date de dépôt : 19 janvier 2012 Réponse du Conseil d Etat à l'interpellation urgente écrite de M. Christian Dandrès : Epargne-logement : quel impact sur les finances

Plus en détail

Besoin de créer un produit à 697 - Cliquez ici pour le faire en 48 heures... 1

Besoin de créer un produit à 697 - Cliquez ici pour le faire en 48 heures... 1 Besoin de créer un produit à 697 - Cliquez ici pour le faire en 48 heures... 1 Introduction Bienvenue et merci d'avoir pris le temps de télécharger ce rapport gratuit. Voici l'affaire. Après la lecture

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 97.06 du 18 juin 1997 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d'estimation, changements d'options fiscales et corrections d'erreurs Le Conseil

Plus en détail

En voiture (*) de Sylvain BRISON

En voiture (*) de Sylvain BRISON En voiture (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 8 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Un voyage pour Issoudun

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 10909 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt : 11 janvier 2012 Projet de loi modifiant la loi sur le tourisme (LTour) (I 1 60) Le GRAND CONSEIL de la République

Plus en détail

DIPLÔME D'ÉTAT INFIRMIER Session de juin 2014 - Soutenance le 11 juin 2014 Mémoire de fin d'études écrit et personnel SOUTENANCE ORALE

DIPLÔME D'ÉTAT INFIRMIER Session de juin 2014 - Soutenance le 11 juin 2014 Mémoire de fin d'études écrit et personnel SOUTENANCE ORALE DIPLÔME D'ÉTAT INFIRMIER Session de juin 2014 - Soutenance le 11 juin 2014 Mémoire de fin d'études écrit et personnel L'EXPÉRIENCE DANS LA PRISE EN CHARGE DE L'URGENCE PAR L'INFIRMIER SAPEUR-POMPIER SOUTENANCE

Plus en détail

A V I S A-2292/10-32. sur

A V I S A-2292/10-32. sur A-2292/10-32 A V I S sur le projet de règlement grand-ducal déterminant les conditions générales relatives à l'exercice du télétravail dans la fonction publique Par dépêche du 26 mai 2010, Madame le Ministre

Plus en détail

Evolutions de la législation

Evolutions de la législation Evolutions de la législation Ir Bénédicte DUSART, Directrice à la DAS Ir Jacques DEFOUX, Directeur à la DPS Formation continue experts et laboratoires «sols» Jambes 24 novembre 2015 1 Evolutions de la

Plus en détail

CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE

CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE 1. OBJECTIF L évaluation finale a pour objectif d évaluer : les mesures de gestion du risque ; les travaux d assainissement ; ou les travaux d assainissement limité,

Plus en détail

1 - Les conditions légales et réglementaires

1 - Les conditions légales et réglementaires LES REMPLACEMENTS 1. Les conditions légales et réglementaires 2. Formalités diverses - obligations 3. Responsabilités du médecin remplacé et du médecin remplaçant 1 1 - Les conditions légales et réglementaires

Plus en détail

Il s'agit d'un accident survenu dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice des fonctions (art. 57 2 de la loi n 84-53 du 26 janvier 1984).

Il s'agit d'un accident survenu dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice des fonctions (art. 57 2 de la loi n 84-53 du 26 janvier 1984). Agents CNRACL : Accident de service Maladie professionnelle 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note d information du 19 juillet

Plus en détail

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 )

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret n 77-608

Plus en détail

LE BILAN DE VINGT ANNEES POUR LA PRISE EN COMPTE DE L'ENVIRONNEMENT DANS LES TRAVAUX ET AMENAGEMENTS

LE BILAN DE VINGT ANNEES POUR LA PRISE EN COMPTE DE L'ENVIRONNEMENT DANS LES TRAVAUX ET AMENAGEMENTS LE BILAN DE VINGT ANNEES POUR LA PRISE EN COMPTE DE L'ENVIRONNEMENT DANS LES TRAVAUX ET AMENAGEMENTS 1 - A l'origine, l'atelier Central de l'environnement (ACE) 2 - De l'ace à la Sous Direction de l'aménagement

Plus en détail

Politiques de gestion des chats errants dans les villes et communes de la Région Wallonne et de la Région de Bruxelles-Capitale

Politiques de gestion des chats errants dans les villes et communes de la Région Wallonne et de la Région de Bruxelles-Capitale Politiques de gestion des chats errants dans les villes et communes de la Région Wallonne et de la Région de Bruxelles-Capitale Enquête réalisée entre le er février et le avril 05 ) Objectifs En 007, un

Plus en détail

Contrat de partenariat et domaine public

Contrat de partenariat et domaine public Contrat de partenariat et domaine public Le titulaire d un contrat de partenariat est souvent dans la situation d un occupant du domaine public, ce qui conduit à s interroger sur l articulation des régimes

Plus en détail

N 110 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1983-1984. Annexe au procès-verbal de la séance du 7 décembre 1983. PROJET DE LOI

N 110 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1983-1984. Annexe au procès-verbal de la séance du 7 décembre 1983. PROJET DE LOI N 110 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1983-1984 Annexe au procès-verbal de la séance du 7 décembre 1983. PROJET DE LOI modifiant la loi n 191 du 24 avril 1944 et certaines dispositions du Code de la

Plus en détail

Veiligheidscoördinatoren Coordinateurs de Sécurité

Veiligheidscoördinatoren Coordinateurs de Sécurité 28 MARS 2007. - Arrêté royal relatif à l'agrément des entreprises et employeurs qui effectuent des travaux de démolition ou d'enlèvement au cours desquels de grandes quantités d'amiante peuvent être libérées

Plus en détail

l'association féminine d'éducation et d'action sociale (AFEAS)

l'association féminine d'éducation et d'action sociale (AFEAS) ÛFEflS Présentation de l'association féminine d'éducation et d'action sociale (AFEAS) aux Consultations particulières et aux Auditions publiques sur le projet ôe loi no 144, Loi sur [es prestations familiales

Plus en détail

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346 La proposition de la Commission pour la révision du Règlement "faillite": une deuxième chance pour les entreprises en difficulté Durant le mois de mars 2012, une consultation publique a été lancée, sollicitant

Plus en détail

La délicate conciliation des dispositifs nationaux avec la notion d'option dans les marchés de seuil européen

La délicate conciliation des dispositifs nationaux avec la notion d'option dans les marchés de seuil européen La délicate conciliation des dispositifs nationaux avec la notion d'option dans les marchés de seuil européen Par deux jurisprudences estivales significatives, le Conseil d'etat est venu d'une part, annuler

Plus en détail

environnement dans quels cas faut-il un permis d environnement?

environnement dans quels cas faut-il un permis d environnement? environnement dans quels cas faut-il un permis d environnement? 1er OCTOBRE 2002 : LE PERMIS D'ENVIRONNEMENT REMPLACE LE PERMIS D'EXPLOITER ET SON CORTEGE D'AUTORISATIONS ANNEXES! Le décret du 11/03/1999

Plus en détail

RECOMMANDATION RELATIVE A L ASSURANCE OBLIGATOIRE DU 24/04/2009

RECOMMANDATION RELATIVE A L ASSURANCE OBLIGATOIRE DU 24/04/2009 RECOMMANDATION RELATIVE A L ASSURANCE OBLIGATOIRE DU 24/04/2009 Approuvé par le Conseil national en sa séance du 24 avril 2009. Vue d ensemble 1. Terminologie 2. Dispositions générales 3. Assurés 4. Objet

Plus en détail

REFLEXIONS DE LA CGPME

REFLEXIONS DE LA CGPME DROIT DE LA CONSOMMATION REFLEXIONS DE LA CGPME Réponse à la consultation publique sur le Livre Vert relatif à la révision de l acquis communautaire en matière de protection des consommateurs Le 8 février

Plus en détail

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux!

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! Christian Husson: Salut Matthieu. Matthieu Tenenbaum: Comment vas-tu? C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! M. T.: Mes meilleurs vœux! C. H.: Alors, moi, je vais te

Plus en détail

La réforme des études d'impact «le cas par cas»

La réforme des études d'impact «le cas par cas» Journée d'information Commissaires Enquêteurs Limousin et Indre Lundi 17 septembre 2012 La réforme des études d'impact «le cas par cas» Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement

Plus en détail

162/06/Monday 09h10. J U S T E L - Législation consolidée Fin Premier mot Dernier mot Préambule. belgiquelex. be - Banque Carrefour de la législation

162/06/Monday 09h10. J U S T E L - Législation consolidée Fin Premier mot Dernier mot Préambule. belgiquelex. be - Banque Carrefour de la législation J U S T E L - Législation consolidée Fin Premier mot Dernier mot Préambule Rapport au Roi Table des matières Version néerlandaise Conseil d'etat belgiquelex. be - Banque Carrefour de la législation Titre

Plus en détail

ELEVES DE 4 e ET DE 3 e

ELEVES DE 4 e ET DE 3 e ELEVES DE 4 e ET DE 3 e CONVENTION DE STAGE D'INITIATION N enregistrement : Entre, d'une part : L'entreprise d'accueil (nom, raison sociale et adresse), 2014- représentée par (nom) en qualité de Et, d'autre

Plus en détail

GLOSSAIRE DES COÛTS SOCIAUX

GLOSSAIRE DES COÛTS SOCIAUX GLOSSAIRE DES COÛTS SOCIAUX Février 1997 CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT GLOSSAIRE DES

Plus en détail

ASSOCIATION DES BIOLOGISTES DU QUÉBEC MÉMOIRE SUR L AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT POUR UN CODE DE GESTION DES PESTICIDES

ASSOCIATION DES BIOLOGISTES DU QUÉBEC MÉMOIRE SUR L AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT POUR UN CODE DE GESTION DES PESTICIDES ASSOCIATION DES BIOLOGISTES DU QUÉBEC MÉMOIRE SUR L AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT POUR UN CODE DE GESTION DES PESTICIDES présenté au Ministère de l Environnement et de la Faune Direction des politiques des

Plus en détail

Société française d'économie rurale

Société française d'économie rurale Article 1 : L'association dite «Société Française d'économie Rurale}} est régie par la loi du 1er juillet 1901 et par les présents statuts. Article 2 : Le siége social de la SFERest au 19 avenue du Maine,

Plus en détail

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

Date d'application : immédiate.

Date d'application : immédiate. Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l'accès aux soins, des prestations familiales et des accidents du travail Bureau de la couverture maladie universelle et des prestations de santé (2 A)

Plus en détail

Règlement intérieur du. Conseil d administration

Règlement intérieur du. Conseil d administration COMPAGNIE LEBON Société Anonyme au capital de 13 359 500 Siège Social : 24, rue Murillo 75008 Paris 552 018 731 - RCS Paris Règlement intérieur du Conseil d administration Adopté par le Conseil d'administration

Plus en détail

EXTRAITS DU CODE DE L ENVIRONNEMENT. Partie législative. Section 2: Conception, production et distribution de produits générateurs de déchets

EXTRAITS DU CODE DE L ENVIRONNEMENT. Partie législative. Section 2: Conception, production et distribution de produits générateurs de déchets le Code de l Environnement p. 1 EXTRAITS DU CODE DE L ENVIRONNEMENT Partie législative Section 2: Conception, production et distribution de produits générateurs de déchets des déchets issus de leurs produits

Plus en détail

Tout savoir. sur la nouvelle législation relative à la gestion des sols en Région wallonne

Tout savoir. sur la nouvelle législation relative à la gestion des sols en Région wallonne Tout savoir sur la nouvelle législation relative à la gestion des sols en Région wallonne 1. Le décret en bref Le nouveau décret relatif à la gestion des sols a été adopté le 3 décembre 2008. Il est entré

Plus en détail

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1).

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1). AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) * * * * * Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret

Plus en détail

P A R L E M E N T W A L L O N

P A R L E M E N T W A L L O N C.R.I.C. N 58 (2015-2016) 3e session de la 10e législature P A R L E M E N T W A L L O N SESSION 2015-2016 C O M P T E R E N D U INTÉGRAL Séance publique de commission* Commission de l'environnement, de

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie

Caisse Nationale de l'assurance Maladie Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Mesdames et Messieurs les Médecins Conseils Régionaux Date : Monsieur le Médecin Chef de La Réunion

Plus en détail

A V I S N 1.371 ----------------------

A V I S N 1.371 ---------------------- A V I S N 1.371 ---------------------- Objet : Projet d'arrêté royal relatif au système de crédit-temps, de diminution de carrière et de réduction des prestations de travail à mi-temps Le 24 juillet 2001,

Plus en détail

ANNEXE 2 : REGLEMENT COMMUNAL RELATIF AUX MODALITES DE RACCORDEMENT A L'EGOUT ET A L ASSAINISSEMENT DES EAUX USÉES

ANNEXE 2 : REGLEMENT COMMUNAL RELATIF AUX MODALITES DE RACCORDEMENT A L'EGOUT ET A L ASSAINISSEMENT DES EAUX USÉES ANNEXE 2 : REGLEMENT COMMUNAL RELATIF AUX MODALITES DE RACCORDEMENT A L'EGOUT ET A L ASSAINISSEMENT DES EAUX USÉES Chapitre 1 : Portée du règlement communal Article 1. Le présent règlement vise à réglementer

Plus en détail

Objet: stages pour les candidats secouristes-ambulanciers

Objet: stages pour les candidats secouristes-ambulanciers . MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE L'ENVIRONNEMENT Al' ADMINISTRATION DES SOINS DE SANTE Secours Sanitaires à la Population Civile Service 100. 1010 BRUXELLES, 0 9 nec.1001 Cité

Plus en détail

iche 5 La décentralisation dans le domaine du patrimoine

iche 5 La décentralisation dans le domaine du patrimoine Page 12 La décentralisation dans le domaine du patrimoine 1 / Les objectifs poursuivis et les principes qui fondent les propositions de décentralisation 2 / Une nouvelle répartition des rôles entre les

Plus en détail

MESSAGE DU GOUVERNEMENT AU PARLEMENT RELATIF AU PROJET DE LOI CONCERNANT LE GUICHET VIRTUEL SECURISE

MESSAGE DU GOUVERNEMENT AU PARLEMENT RELATIF AU PROJET DE LOI CONCERNANT LE GUICHET VIRTUEL SECURISE MESSAGE DU GOUVERNEMENT AU PARLEMENT RELATIF AU PROJET DE LOI CONCERNANT LE GUICHET VIRTUEL SECURISE Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Députés, Le Gouvernement a l'honneur de vous transmettre

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 14/09/88 MME et MM les Directeurs des Caisses Régionales d'assurance Maladie Origine : PAT Réf.

Plus en détail

Développer de nouveaux produits de haute technologie et des services qui répondent et anticipent les attentes des clients ;

Développer de nouveaux produits de haute technologie et des services qui répondent et anticipent les attentes des clients ; POLITIQUE QUALITÉ, POLITIQUE ENVIRONNEMENTAL ET H&S cfr. AS / UNI EN 9100:2009 5.3 - UNI EN ISO 9001:2008 5.3 - BS OHSAS 18001:2007 4.2 - UNI EN ISO 14001:2004 4.2 - Leg. Decree 81/2008 - Leg. Decree 152/2006

Plus en détail

SECO - Secrétariat d'etat à l'économie, Secteur Politique PME, Holzikofenweg 36, 3003 Berne

SECO - Secrétariat d'etat à l'économie, Secteur Politique PME, Holzikofenweg 36, 3003 Berne SECO - Secrétariat d'etat à l'économie, Secteur Politique PME, Holzikofenweg 36, 3003 Berne Modification de l'ordonnance concernant l'octroi d'allégements fiscaux en application de la politique régionale

Plus en détail

A V I S N 1.876 ----------------------- Séance du mardi 26 novembre 2013 --------------------------------------------------

A V I S N 1.876 ----------------------- Séance du mardi 26 novembre 2013 -------------------------------------------------- A V I S N 1.876 ----------------------- Séance du mardi 26 novembre 2013 -------------------------------------------------- Avant-projet de loi - Aidants proches x x x 2.653-1 Av. de la Joyeuse Entrée,

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 02/2014 du 15 janvier 2014

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 02/2014 du 15 janvier 2014 1/8 Avis n 02/2014 du 15 janvier 2014 Objet: Avant-projet d arrêté du Gouvernement wallon modifiant certaines dispositions du Code réglementaire wallon relatives à l'intégration des personnes étrangères

Plus en détail

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES. Publication n 10 1er trimestre 2009

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES. Publication n 10 1er trimestre 2009 ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 10 1er trimestre 2009 Décret n 2008-1466 du 22 décembre 2008 portant diverses dispositions relatives aux contrats d'assurance de constructions

Plus en détail

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE)

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Domaine : Droit, Économie, Gestion Licence professionnelle : Dénomination Nationale «Assurance, banque, finance» Spécialité :

Plus en détail

du Comité de surveillance statistique institué au sein de la Commission de la protection de la vie privée ;

du Comité de surveillance statistique institué au sein de la Commission de la protection de la vie privée ; 1/9 La Commission de la protection de la vie privée Délibération STAT n 01/2009 du 4 février 2009 Objet : demande formulée par Direction de l'analyse Economique Agricole (DAEA) de la Région wallonne afin

Plus en détail

LE BUREAU DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL COMMUNAL DE LA COMMUN D ORON PROPOSITION DE CREATION DE COMMISSIONS THEMATIQUES

LE BUREAU DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL COMMUNAL DE LA COMMUN D ORON PROPOSITION DE CREATION DE COMMISSIONS THEMATIQUES LE BUREAU DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL COMMUNAL DE LA COMMUN D ORON PROPOSITION DE CREATION DE COMMISSIONS THEMATIQUES 24 février 2015 I. Préambule Le règlement du Conseil communal de la Commune d'oron,

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 DIRECTIVE RÉGISSANT LES ACTIVITÉS FINANCIÈRES DÉCOULANT DE LA PERCEPTION DES REVENUS DANS LES ÉTABLISSEMENTS 1.0 FONDEMENTS 1.1 Devoir d'établissement

Plus en détail

- 25 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi tendant à promouvoir l autopartage CHAPITRE 1 ER.

- 25 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi tendant à promouvoir l autopartage CHAPITRE 1 ER. - 25 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi tendant à promouvoir l autopartage Proposition de loi tendant à promouvoir l autopartage CHAPITRE 1 ER TITRE I ER DÉFINITION DE L AUTOPARTAGE DÉFINITION DE

Plus en détail

Pollution des sols en Région Bruxelloise. Historique & Bilan

Pollution des sols en Région Bruxelloise. Historique & Bilan Pollution des sols en Région Bruxelloise Historique & Bilan Jean-Pierre JANSSENS Directeur Chef de division Police Environnement et Sols Gulledelle 100 1200 Brussels BELGIUM Tel 02/ 775 75 01 Fax 02/ 775

Plus en détail

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire Décision n 2014-246 L Nature juridique de l article L. 723-23 du code rural et de la pêche maritime Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2014 Sommaire I. Normes de référence...

Plus en détail

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements Paris le, Le ministre de l'intérieur, le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie et la ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

NOR : DEVD1121712J. (Texte non paru au journal officiel)

NOR : DEVD1121712J. (Texte non paru au journal officiel) RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement Commissariat général au développement durable Secrétariat général (DD) Circulaire du 3 août 2011 relative

Plus en détail

Intervention des experts-comptables

Intervention des experts-comptables Stage de Préparation à l Installation Intervention des experts-comptables PLAN DE L'INTERVENTION Présentation de la profession d'expert-comptable Présentation des missions de l expert-comptable Présentation

Plus en détail

CIRCULAIRE DGPAAT/SDFB/C2013-3029 Date: 14 mars 2013

CIRCULAIRE DGPAAT/SDFB/C2013-3029 Date: 14 mars 2013 MINISTERE DE L'AGRICULTURE, DE L'AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORET Direction Générales des Politiques Agricoles, Agroalimentaires et des Territoires Service de la forêt, de la ruralité et du cheval Sous-direction

Plus en détail

E 7313 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012. Le 10 mai 2012 Le 10 mai 2012

E 7313 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012. Le 10 mai 2012 Le 10 mai 2012 E 7313 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat Le 10 mai 2012 Le 10 mai 2012

Plus en détail

ASSEMBLÉE RÉUNIE DE LA COMMISSION COMMUNAUTAIRE COMMUNE. Bulletin des interpellations et des questions orales

ASSEMBLÉE RÉUNIE DE LA COMMISSION COMMUNAUTAIRE COMMUNE. Bulletin des interpellations et des questions orales ASSEMBLÉE RÉUNIE DE LA COMMISSION COMMUNAUTAIRE COMMUNE Bulletin des interpellations et des questions orales Commission des affaires sociales RÉUNION DU MERCREDI 6 FÉVRIER 2002 Assemblée réunie de la Commission

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

POST-EDITION RAPIDE D'UNE TRADUCTION AUTOMATIQUE COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L'ÉNERGIE ET DU TRANSPORT

POST-EDITION RAPIDE D'UNE TRADUCTION AUTOMATIQUE COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L'ÉNERGIE ET DU TRANSPORT POST-EDITION RAPIDE D'UNE TRADUCTION AUTOMATIQUE COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L'ÉNERGIE ET DU TRANSPORT DIRECTION E - Transport intérieur Transport ferroviaire et interopérabilité 96/48-DV63

Plus en détail

Modèles d actes - EURL - Approbation des comptes annuels avec affectation du résultat.

Modèles d actes - EURL - Approbation des comptes annuels avec affectation du résultat. Modèles d actes - EURL - Approbation des comptes annuels avec affectation du résultat. 1. Requête au président du tribunal de commerce en vue de la prolongation du délai de six mois d'approbation des comptes

Plus en détail

P A R L E M E N T W A L L O N

P A R L E M E N T W A L L O N C.R.I.C. N 48 (2015-2016) 3e session de la 10e législature P A R L E M E N T W A L L O N SESSION 2015-2016 C O M P T E R E N D U INTÉGRAL Séance publique de commission* Commission chargée de questions

Plus en détail

1. L'Europe fait face à une demande croissante de qualité de la justice

1. L'Europe fait face à une demande croissante de qualité de la justice Intervention de Monsieur Jean-Marie CAVADA, Président de la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures du Parlement européen, devant le séminaire de travail des membres

Plus en détail

A Madame et Messieurs le Gouverneurs. Aux bourgmestres. Nos réf. : VIII/D/JC/

A Madame et Messieurs le Gouverneurs. Aux bourgmestres. Nos réf. : VIII/D/JC/ A Madame et Messieurs le Gouverneurs Aux bourgmestres Nos réf. : VIII/D/JC/ Objet : Circulaire concernant l'application de la loi du 10 avril 1990 sur les entreprises de gardiennage, sur les entreprises

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET 266 (2014-2015) N 2 266 (2014-2015) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET portant assentiment à l accord de coopération du 15 juillet 2014 entre l État fédéral, la Région

Plus en détail

RGD du 13 juillet 2007 (Mém. n 116 du 16 juillet 2007, p.2128)

RGD du 13 juillet 2007 (Mém. n 116 du 16 juillet 2007, p.2128) Règlement grand-ducal du 13 juillet 2007 relatif à la tenue d'une cote officielle pour instruments financiers et portant: 1. exécution de l'article 37 de la loi du 13 juillet 2007 relative aux marchés

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE D'INITIATION 3 e Enseignement Agricole Année scolaire 2015-2016 - 1 er trimestre. Thème : Accueil-Vente

CONVENTION DE STAGE D'INITIATION 3 e Enseignement Agricole Année scolaire 2015-2016 - 1 er trimestre. Thème : Accueil-Vente CONVENTION DE STAGE D'INITIATION 3 e Enseignement Agricole Année scolaire 2015-2016 - 1 er trimestre Thème : Accueil-Vente Entre, d'une part : L'entreprise d'accueil (nom, raison sociale et adresse),.....

Plus en détail

Les principales mesures de la loi Pinel en matière de bail commercial

Les principales mesures de la loi Pinel en matière de bail commercial Les principales mesures de la loi Pinel en matière de bail commercial Article juridique publié le 13/03/2015, vu 1511 fois, Auteur : Avocat David MICHEL La loi relative à l'artisanat, aux commerces et

Plus en détail

AVIS FORMEL DU CONSEIL D ETAT. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les membres de la commission, * * *

AVIS FORMEL DU CONSEIL D ETAT. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les membres de la commission, * * * CONSEIL D ETAT Château cantonal 1014 Lausanne Commission thématique de la modernisation du parlement Secrétariat général du Grand Conseil Place du Château 6 1014 Lausanne Réf. : PM/15007041 Lausanne, le

Plus en détail

Proposition de loi «Recherches sur la personne»

Proposition de loi «Recherches sur la personne» Proposition de loi «Recherches sur la personne» Contribution du CERPed aux travaux parlementaires - 2009 Suite à l'adoption par l'assemblée nationale le 22 janvier 2009 d'une proposition de loi «Recherches

Plus en détail

AVANTAGES DU PERSONNEL

AVANTAGES DU PERSONNEL I H E C Carthage CES DE REVISION COMPTABLE NORMES COMPTABLES AVANTAGES DU PERSONNEL (IAS 19) 1. Champ d application I. INTRODUCTION La norme IAS 19 traite de la comptabilisation des retraites et de tous

Plus en détail

LOI SUR LES DROITS DU PATIENT DU 22/08/2002 (Mise à jour au 14/05/2014)

LOI SUR LES DROITS DU PATIENT DU 22/08/2002 (Mise à jour au 14/05/2014) LOI SUR LES DROITS DU PATIENT DU 22/08/2002 (Mise à jour au 14/05/2014) CHAPITRE I. - Disposition générale. Article 1. La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. CHAPITRE

Plus en détail