La question de recherche

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La question de recherche"

Transcription

1 TOUR-F-414 : Méthodes de recherche en tourisme TOUR-F-401 et TOUR-F-500 : Mémoire de fin d'études La question de recherche Année académique

2 LES ETAPES DE LA DEMARCHE SCIENTIFIQUE Etape 1 La question de départ Etape 2 L'exploration Lectures L'état de l'art RUPTURE Etape 3 Etape 4 La méthodologie de la recherche L'observation CONSTRUCTION Etape 5 L'analyse des informations CONSTATATION Etape 6 Les conclusions Adapté de QUIVY R. et VAN CAMPENHOUDT, L. (1995), Manuel de recherche en sciences sociales, Paris, Dunod.

3 RAISONS D'ETRE (I) A l'entame d'une recherche, l'étudiant comme le chercheur, est souvent perdu vague idée sur l'objet d'étude (ce qu'il va étudier research topic) mais sans savoir comment s'y prendre et en ayant la crainte de mal engager le travail = "Chaos originel" Une situation éprouvante, mais inévitable : Une recherche = un cheminement vers une meilleure connaissance = quelque chose qui par définition "se cherche" donc comprend hésitations, errements, incertitudes

4 RAISONS D'ETRE (II) Trois risques majeurs associés au "chaos originel" : La gloutonnerie livresque ou statistique = Se bourrer le crâne d'une grande quantité de livres, articles ou données chiffrées. en espérant y trouver la lumière = Fuite en avant inutile et nuisible Ne jamais s'engager dans un travail important sans réfléchir au préalable à ce que l'on cherche et comment on va s'y prendre L'impasse aux hypothèses = Se précipiter sur la collecte des données avant d'avoir formulé des hypothèses de recherche! Fuite en avant encouragée par la croyance que l'usage des techniques savantes d'analyse détermine la valeur intellectuelle d'un travail L'emphase obscurcissante = Ambition démesurée + confusion la plus complète "Je vais étudier l'avenir du Tiers Monde" en mobilisant un jargon creux

5 RAISONS D'ETRE (III) La question de départ comme manière de surmonter le "chaos originel" Fonction Clarification des intentions et des perspectives spontanées Première étape de la rupture avec les préjugés Modalités Enoncer le projet de recherche sous la forme d'une question Par cette question le chercheur tente d'exprimer ce qu'il cherche à savoir ou à mieux comprendre = Premier fil conducteur de la recherche = Problématique de la recherche

6 RAISONS D'ETRE (IV) Même les auteurs les plus réputés énoncent leurs projets sous forme de questions simples "Qu'est-ce qui prédispose certains à fréquenter les musées, contrairement à la grande majorité de ceux qui ne les fréquentent pas?" La question de départ de la recherche effectuée par P. Bourdieu et A. Darbel sur les publics des musées d'art en Europe, dont les résultats furent publiés dans L'Amour de l'art (Paris, Editions de Minuit, 1969)

7 CRITERES D'EVALUATION (0) 3 critères généraux pour évaluer la question de départ (Quivy et Van Campenhoudt, 1995): Clarté (C) Faisabilité (F) Pertinence (P) Avec pour chaque critère, plusieurs conditions à remplir Au total : une bonne question de départ doit pouvoir être traitée (i.e. il est possible d'y apporter des éléments de réponse)

8 CRITERES D'EVALUATION (I) Les conditions de la clarté : une question de recherche se doit d'être. Précise : dont le sens ne prête pas à confusion Contre- exemple : Quel est l'impact des mutations du tourisme sur la dynamique des sociétés? Quelles mutations? Quels aspects du tourisme? Quelle dynamique? Quelles sociétés? Les termes utilisés sont ambigus, les intentions peu claires Pour qu'une question soit précise : Définition préalable des termes utilisés Formulation la plus limpide possible Un moyen simple pour tester la précision d'une question : la formuler devant un quelques personnes en se gardant d'en exposer le sens Précision atteinte si interprétations convergentes et qui correspondent aux intentions de l'auteur de la question Exemple : Quelles sont les causes de la croissance des emplois dans le secteur hôtelier islandais depuis 2000? Une question que chacun comprend

9 CRITERES D'EVALUATION (II) Les conditions de la clarté : une question de recherche se doit d'être. Concise (pas trop longue) et univoque (qui ne peut s'interpréter que d'une seule manière) Contre-exemple : Dans quelle mesure l'augmentation des pertes d'emplois dans le secteur du transport aérien explique-t-elle le maintien de participation publique dans les compagnies aériennes destinée non seulement à soutenir ce secteur mais aussi à diminuer les risques de conflits sociaux que cette situation porte en elle? La question est trop longue, embrouillée et comporte des suppositions La question se dédouble sur la fin : difficile de percevoir ce que l'on cherche en priorité

10 CRITERES D'EVALUATION (III) La condition de la faisabilité : l'étudiant ou le chercheur doit être en mesure de répondre à la question posée, en tenant compte des contraintes qui s'imposent à lui Contre- exemple : Les chefs d'entreprises du secteur touristique des différents Etats de l'u.e se font-ils une idée identique de l'influence des NTIC sur l'activité des agences de voyage? Pour répondre, il faut un budget de plusieurs dizaines de milliers d'euros, des collaborateurs compétents et polyglottes, Lors de la formulation de la question de départ, l'étudiant doit s'assurer que : Ses connaissances Ses ressources (monétaires, en moyens logistiques) lui permettront d'apporter des éléments de réponse valables Un risque classique : la sous-estimation des contraintes matérielles et du temps nécessaire pour mener à bien une recherche

11 CRITERES D'EVALUATION (IV) Les conditions de la pertinence : une question de recherche se doit d'être. Non moralisatrice Contre- exemple : La manière dont la fiscalité est organisée dans notre pays est-elle socialement juste? Le but n'est pas d'analyser l'organisation de la fiscalité mais de la juger sur le plan moral. La réponse qui sera apportée n'a de sens que par rapport au système de valeur de celui qui formule la question : La justice en matière fiscale consiste a faire payer par chacun» Une quote-part égale à celle des autres, quels que soient ses revenus (impôts indirects)?» Une quote-part proportionnelle à ses revenus (impôts directs sans imposition progressive)?» Une quote-part proportionnellement plus importante au fur et à mesure de l'augmentation de ses revenus (impôts directs avec imposition progressive)? Ce qui ne doit pas empêcher l'étudiant d'avoir une préoccupation éthique ou politique (au contraire)

12 CRITERES D'EVALUATION (V) Les conditions de la pertinence : une question de recherche se doit. De ne pas faire référence à une norme Contre- exemple : La politique chilienne du tourisme est-elle conforme à la Charte mondiale du tourisme durable (OMT, 1995)? A nouveau, le but n'est pas d'analyser l'organisation de ce que l'on étudie, mais de la juger, en référence à une norme. Contre- exemple : Quelle est la pertinence du développement de l'agritourisme dans les campagnes périurbaines? A nouveau, le but est de produire un jugement, puisque la pertinence se mesure au regard de critères précis, définis par l'observateur ou par un tiers (idem pour l'efficacité, la qualité, les défauts,.)

13 CRITERES D'EVALUATION (VI) Les conditions de la pertinence : une question de recherche se doit d'être. Ouverte (avec un objectif de connaissance, pas de démonstration) Contre-exemple : Les patrons du secteur aérien exploitent-ils leurs employés? "Fausse question" ou affirmation déguisée en question. Dans l'esprit de celui qui l'a posée, la réponse est "oui" ou "non" a priori. Il sera toujours possible d'y répondre dans un sens, ou l'autre, en sélectionnant critères et données adéquats Une question ouverte est une question pour laquelle plusieurs réponses différentes peuvent être envisagées a priori

14 CRITERES D'EVALUATION (VII) Les conditions de la pertinence : une question de recherche se doit. D'aborder l'étude de ce qui existe et de fonder l'étude du changement sur celle du fonctionnement Contre- exemple : Quels changements affecteront les pratiques touristiques de la population belge d'ici une vingtaine d'année? En sciences sociales, nous sommes incapables d'émettre des prévisions sûres qui vont au-delà de banalités Toutefois : une recherche bien menée permet de saisir les contraintes et logiques qui déterminent une situation ou un problème contemporain. Elle peut alors acquérir une dimension prospective.

15 CRITERES D'EVALUATION (VIII) Les conditions de la pertinence : une question de recherche se doit. D'avoir une intention de compréhension des phénomènes étudiés Contre- exemple : Les jeunes adultes ont-ils une plus faible propension à effectuer des déplacements touristiques que les adultes mûrs? Risque élevé de n'apporter qu'une réponse descriptive : rassembler et étaler des données Pas de souci de compréhension De nombreuses questions peuvent sembler descriptives tout en ayant une visée de compréhension des phénomènes sociaux étudiés : Description des relations de pouvoir ou rapports de force à l'œuvre entre les acteurs d'une destination Analyse des pratiques touristiques d'un groupe social particulier Modes d'occupation d'une destination par les touristes = Des recherches qui demandent de concevoir et mettre en œuvre un dispositif conceptuel (que dois-je mettre en évidence?) et méthodologique (quelles sont les informations pertinentes à récolter, comment classer ces informations,?)

16 CRITERES D'EVALUATION (IX) Exercice : analyse critique d'une question Peut-on, doit-on, veut-on limiter la fréquentation touristique des Central Tourist Districts des villes européennes?

17 CONSEILS PRATIQUES (I) Elaborer une question de recherche Prend du temps Demande un minimum d'exploration de l'objet choisi : Lectures : S'informer un minimum des recherches déjà menées sur l'objet d'étude Entretiens exploratoires Prendre conscience d'aspects nouveaux de l'objet Qui? Spécialistes scientifiques de l'objet étudié, témoins privilégiés, personnes directement concernées Comment? Entretiens peu directifs

18 CONSEILS RHETORIQUES (I) Une question de départ s'énonce et s'explicite En montrant en quoi elle est importante sur le plan heuristique (par exemple parce qu'il n'existe pas de réponse satisfaisante en l'état) En faisant éventuellement référence aux réponses attendues en fonction de théories existantes En formulant éventuellement des hypothèses H0 = Proposition qui anticipe une relation entre deux termes (concepts ou phénomènes) Proposition provisoire qui demande à être vérifiée (voir étapes ultérieures) Pour pouvoir faire l'objet d'une vérification empirique, une H0 doit être falsifiable : Revêtir un caractère de généralité (ce qui offre la possibilité d'être testée indéfiniment) Accepter des énoncés contraires qui sont susceptibles d'être vérifiés

19 CONSIGNES Travail personnel 1 : Objet et question de recherche L'exercice consistera à répondre aux 4 questions suivantes : Quel est l'objet étudié dans le cadre du mémoire? A quels thèmes généraux cet objet se rattache-t-il? A travers quelle(s) question(s) de recherche sera-t-il abordé? Avec quelles compétences acquises lors de vos études sera-t-il analysé? Pour la présentation orale, chaque étudiant préparera DES post-it sur lesquels seront inscrits l'objet de recherche, les différents thèmes, les questions de recherche et les compétences à mobiliser

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

LES ETAPES D UNE RECHERCHE

LES ETAPES D UNE RECHERCHE LES ETAPES D UNE RECHERCHE D après Jean-Paul Jeannin - www.sosreseau.com Vue d ensemble 1) Poser les constats issus d observations empiriques et d un centre d intérêt 2) Choisir un objet d'étude 2 bis)

Plus en détail

ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES

ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES Ce code fait partie intégrante du règlement de l'association des

Plus en détail

Baccalauréat technologique

Baccalauréat technologique Baccalauréat technologique Épreuve relative aux enseignements technologiques transversaux, épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité et épreuve d'enseignement technologique en langue

Plus en détail

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Zoom sur le contexte des ressources humaines Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Au travers de leur management stratégique, les entreprises voient les ressources humaines comme le moyen

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Circulaire du Comité du 23 juin 1999 1. Remarque préliminaire La présente circulaire remplace les circulaires 2.33 (du 14 août 1973),

Plus en détail

Ligne directrice pour une collaboration éthique en matière de recherche entre des communautés internationales et diverses sur le plan culturel

Ligne directrice pour une collaboration éthique en matière de recherche entre des communautés internationales et diverses sur le plan culturel Ligne directrice de l'icm Ligne directrice pour une collaboration éthique en matière de recherche entre des communautés internationales et diverses sur le plan culturel Préambule Cette ligne directrice

Plus en détail

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Déclaration concernant la promotion parmi les jeunes des idéaux de paix, de respect mutuel et de compréhension entre les peuples (Droit des enfants et des jeunes)

Plus en détail

MODALITÉS D ENCADREMENT EN MATIÈRE D ENTENTES DE PAIEMENT

MODALITÉS D ENCADREMENT EN MATIÈRE D ENTENTES DE PAIEMENT MODALITÉS D ENCADREMENT EN MATIÈRE D ENTENTES DE PAIEMENT RÉPONSES D HYDRO-QUÉBEC À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS DE LA RÉGIE Page 1 de 12 1 Référence : HQD-16, document 1, page 17 de 21 «La DSR a négocié

Plus en détail

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE)

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Domaine : Droit, Économie, Gestion Licence professionnelle : Dénomination Nationale «Management des organisations» Spécialité

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 2 LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement Financée par le Conseil

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) Intitulé (cadre 1) Licence professionnelle Management des organisations Spécialité Management opérationnel des entreprises Autorité

Plus en détail

Schweizerische Gesellschaft für Forensische Psychiatrie SGFP Société Suisse de Psychiatrie Forensique SSPF

Schweizerische Gesellschaft für Forensische Psychiatrie SGFP Société Suisse de Psychiatrie Forensique SSPF Schweizerische Gesellschaft für Forensische Psychiatrie SGFP Société Suisse de Psychiatrie Forensique SSPF Arrêt du Tribunal fédéral du 03.11.2006 sur l'assistance au suicide d'une personne atteinte de

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC Selon les critères de la GSVC établis par la Haas School of Business de Berkeley, à la différence d un business plan classique, un business plan social

Plus en détail

N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova. ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication. Matériel didactique

N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova. ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication. Matériel didactique N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication Matériel didactique Recommandé par l Union méthodique d études de L Académie Russe des Sciences naturelles de l enseignement

Plus en détail

Conditions du support technique

Conditions du support technique Conditions du support technique Les présentes dispositions décrivent les services de support technique commandés par le CLIENT à ScalAgent Distributed Technologies, ci-après désignée SCALAGENT, et les

Plus en détail

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 CONFERENCE DES REPRESENTANTS DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 Bruxelles, l (OR.dk) LIMITE NOTE DE TRANSMISSION Objet : Protection des consommateurs Les délégations trouveront

Plus en détail

Description normative des procédures de contrôle interne de la comptabilité financière

Description normative des procédures de contrôle interne de la comptabilité financière Description normative des procédures de contrôle interne de la comptabilité financière Les objectifs du contrôle interne. Les objectifs du contrôle interne consistent à : Assurer en permanence une bonne

Plus en détail

GUIDE INTERPRÈTE LES VIDÉOS LESMÉTIERS.NET : TOURISME. Production exécutive : Prod interactive GIP CARIF Île-de-France, 2006 Durée : 02 min 19 s

GUIDE INTERPRÈTE LES VIDÉOS LESMÉTIERS.NET : TOURISME. Production exécutive : Prod interactive GIP CARIF Île-de-France, 2006 Durée : 02 min 19 s LES VIDÉOS LESMÉTIERS.NET : TOURISME GUIDE INTERPRÈTE Production exécutive : Prod interactive GIP CARIF Île-de-France, 2006 Durée : 02 min 19 s L'enseignement de découverte professionnelle fournit l'occasion

Plus en détail

Épreuve orale de TIPE

Épreuve orale de TIPE Banque Agro Veto. Session 2012 Rapport sur les concours A TB Épreuve orale de TIPE Concours Nb cand. Moyenne Ecart type TB ENSA- ENITA Note la plus basse Note la plus haute 65 11,98 3,09 5 20 TB ENV 28

Plus en détail

La démarche qualité dans sa dimension humaine

La démarche qualité dans sa dimension humaine La démarche qualité dans sa dimension humaine Fédérer, responsabiliser votre personnel autour d un projet commun. Un outil intelligent de management. Séminaire démarche qualité en hôtellerie, 23/01/07

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N 6 LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE Le 15 novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Bilan pédagogique et actions du projet pour 2009 2010 Collège Maurice RAVEL

Bilan pédagogique et actions du projet pour 2009 2010 Collège Maurice RAVEL Bilan pédagogique et actions du projet pour 2009 2010 Collège Maurice RAVEL 1 >>> 2 >>> 3 >>> 4 >>> page AXE 1... 2 AXE 2... 4 AXE 3... 7 AXE 4... 9 1 Favoriser la continuité et la réussite des parcours

Plus en détail

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Instructions aux Candidats Les présentes Lignes directrices sont fournies à titre indicatif pour l'élaboration et la soumission

Plus en détail

Rédiger et administrer un questionnaire

Rédiger et administrer un questionnaire Rédiger et administrer un questionnaire Ce document constitue une adaptation, en traduction libre, de deux brochures distinctes : l une produite par l American Statistical Association (Designing a Questionnaire),

Plus en détail

Le Web, les réseaux sociaux et votre entreprise. Applaudissons les Visionnaires 2009 de Québec. La génération C et le marché du travail

Le Web, les réseaux sociaux et votre entreprise. Applaudissons les Visionnaires 2009 de Québec. La génération C et le marché du travail VOLUME 12 NO 3 FÉVRIER/MARS 2010 LE MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE DE QUÉBEC Le Web, les réseaux sociaux et votre entreprise 13 chemin du Pied-de Roi, Lac-Beauport (Québec) G3B 1N6 ENVOI DE PUBLICATION

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES. Intervenants Enseignant de la classe, Assistante d Education CÔTÉ SCIENCES

PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES. Intervenants Enseignant de la classe, Assistante d Education CÔTÉ SCIENCES PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES Objet Module scolaire, CÔTÉ SCIENCES Intervenants Enseignant de la classe, Assistante d Education CÔTÉ SCIENCES Public scolaire visé CE2-CM1-CM2 Durée du

Plus en détail

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer Compter et gérer 1 / 9 Compter et gérer I. LA NECESSITE D'UNE COMPTABILITE Au-delà des obligations légales qui imposent aux entreprises de tenir une comptabilité, avoir un système comptable au sein de

Plus en détail

37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com

37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com 37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com Programme de formation Prospection commerciale Contexte de formation 2 Objectifs de formation

Plus en détail

Programme détaillé MASTER DE MANAGEMENT ET DE STRATEGIE D ENTREPRISE. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation

Programme détaillé MASTER DE MANAGEMENT ET DE STRATEGIE D ENTREPRISE. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation Objectifs de la formation Les métiers Ce Master valide votre qualification professionnelle et votre aptitude à tenir les emplois de cadres et futurs cadres supérieurs dans les professions industrielles

Plus en détail

Programme détaillé DIPLÔME SPECIALISE MARKETING DES PRODUITS INDUSTRIELS. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation

Programme détaillé DIPLÔME SPECIALISE MARKETING DES PRODUITS INDUSTRIELS. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation Programme détaillé Objectifs de la formation Le diplôme spécialisé en Marketing des Produits Industriels est une formation de niveau BAC +5. Il valide votre qualification professionnelle et votre aptitude

Plus en détail

37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com

37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com 37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com Programme de formation Marketing direct Contexte de formation.. 2 Objectifs de formation 2 Programme

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Découvrir rapidement la création d'une entreprise

Découvrir rapidement la création d'une entreprise Découvrir rapidement la création d'une entreprise Pour construire un projet de création d'entreprise et augmenter ses chances de succès, il est recommandé d'agir avec méthode en respectant des étapes chronologiques.

Plus en détail

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation Charte ICOMOS Pour l interprétation et la présentation des sites culturels patrimoniaux PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et

Plus en détail

Mastère spécialisé MS : «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau

Mastère spécialisé MS : «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau Mastère spécialisé MS : «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» 1- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS :

Plus en détail

LA PROPOSITION DE PROJET

LA PROPOSITION DE PROJET LA PROPOSITION DE PROJET C1. CONTENU D'UNE PROPOSITION DE PROJET I. Données narratives FPV n'a pas de format standard et si vous avez déjà une proposition de projet détaillée et actualisée, vous pouvez

Plus en détail

Développement rural 2007-2013. Document d orientation

Développement rural 2007-2013. Document d orientation Développement rural 2007-2013 MANUEL RELATIF AU CADRE COMMUN DE SUIVI ET D EVALUATION Document d orientation Septembre 2006 Direction générale de l agriculture et du développement rural TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

!"# $ % % & "!#' $ ( "%& )& * + +, )# -. / & +&, & & + & &

!# $ % % & !#' $ ( %& )& * + +, )# -. / & +&, & & + & & !"#!$ %#"# & 2 '(!"# $ % % & "!#' $ ( "%& )& * + +, )# -. / & +&, & & + & & 0 1 2 +,&, / & & 3 % 2,& % % +4 +& + + 0& &5! %, 06 &!,, % &, && 2&7/& %(% -5%&7. 8(7&&&/&(7%! )( '*+ 9 % (:, % 6 & 2% 7 &7 (

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

Compétences transversales mobilisés. Disciplines et savoirs essentiels travaillés DESSINE-MOI UN VER!

Compétences transversales mobilisés. Disciplines et savoirs essentiels travaillés DESSINE-MOI UN VER! DESSINE-MOI UN VER! Thème : Vers de terre / anatomie Objectif pédagogique : formuler des questions et hypothèses et y répondre à l'aide de la méthode scientifique Matière : Sciences et technologies Cycle

Plus en détail

LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES

LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES Direction du développement des entreprises Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications : janvier 1995 Réédité

Plus en détail

Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires.

Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires. Chers clients, Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires. Lors de l'élaboration du budget 2012, le gouvernement a pris différentes mesures qui ont un impact important sur

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

Influencer avec intégrité

Influencer avec intégrité Influencer avec intégrité 1 Les objectifs généraux d une communication. Aider (conseils, directives) Apprendre (acquérir habiletés, connaissance de soi et du monde) Créer des liens (amitiés, formation

Plus en détail

FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL EN AGROBUSINESS TITRE DE NIVEAU II contenu des modules de formation

FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL EN AGROBUSINESS TITRE DE NIVEAU II contenu des modules de formation Niveau Code Module Intitulé Unité d Enseignement Objectifs B B AF 2 Agro-fourniture Agro-ressources Acquérir une connaissance approfondie du marché des céréales alimentaires et non alimentaires dans un

Plus en détail

FORMATION. Connaître les exigences réglementaires appliquées aux Systèmes d Information. 1 JOUR soit 7 heures. Réf.AQ-Q1

FORMATION. Connaître les exigences réglementaires appliquées aux Systèmes d Information. 1 JOUR soit 7 heures. Réf.AQ-Q1 Réf.AQ-Q1 Les Systèmes d'information des entreprises réglementées font l'objet d'exigences spécifiques. Celles-ci sont souvent difficiles à appréhender pour les spécialistes métier de l'assurance Qualité,

Plus en détail

Liaison Permis Questions et réponses

Liaison Permis Questions et réponses De quelle façon accède-t-on au système? Liaison Permis Questions et réponses Allez sur le site Web de la CSFO à www.fsco.gov.on.ca. Cliquez sur l'icône «Liaison Permis» à la page d'accueil. Qui peut utiliser

Plus en détail

Emprunt bancaire immobilier

Emprunt bancaire immobilier - 1 - Emprunt bancaire immobilier Résumé : Quels sont les éléments nécessaires pour contracter un emprunt immobilier auprès d'un organisme bancaire? Ce Chapitre insiste particulièrement sur les modes de

Plus en détail

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE N 198 PETREIN Olivier L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE Introduction L'emploi des Nouvelles Technologies de l'information et de la Communication

Plus en détail

O b s e r v a t o i r e E V A P M. Taxonomie R. Gras - développée

O b s e r v a t o i r e E V A P M. Taxonomie R. Gras - développée O b s e r v a t o i r e E V A P M É q u i p e d e R e c h e r c h e a s s o c i é e à l ' I N R P Taxonomie R. Gras - développée Grille d'analyse des objectifs du domaine mathématique et de leurs relations

Plus en détail

Série TD 3. Exercice 4.1. Exercice 4.2 Cet algorithme est destiné à prédire l'avenir, et il doit être infaillible! Exercice 4.3. Exercice 4.

Série TD 3. Exercice 4.1. Exercice 4.2 Cet algorithme est destiné à prédire l'avenir, et il doit être infaillible! Exercice 4.3. Exercice 4. Série TD 3 Exercice 4.1 Formulez un algorithme équivalent à l algorithme suivant : Si Tutu > Toto + 4 OU Tata = OK Alors Tutu Tutu + 1 Tutu Tutu 1 ; Exercice 4.2 Cet algorithme est destiné à prédire l'avenir,

Plus en détail

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2 Centre Universitaire de Formation des Enseignants & des Formateurs Laboratoire Interuniversitaire de Sciences de l Education et de la Communication Université de Haute Alsace Domaine Sciences Humaines

Plus en détail

Qu'est-ce que le Personal Branding ou le Marketing personnel?

Qu'est-ce que le Personal Branding ou le Marketing personnel? Qu'est-ce que le Personal Branding ou le Marketing personnel? www.virtuelleidentitepro.com Tous droits sur cet article sont réservés par l'auteur. Patrick d'almeida Peek-a-booo Original image URL: https://www.flickr.com/photos/shardayyy/4997216200/

Plus en détail

Bachelor : Business Innovation & Management de Projet

Bachelor : Business Innovation & Management de Projet Présentation Bachelor : Business Innovation & Management de Projet Level 6, BAC + 3, 60 crédits ECTS Le Cycle Bachelor en Business Innovation & Management est un cycle préparant à des responsabilités managériales.

Plus en détail

EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE

EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE JUIN 1999 Exigences minimales relatives à la protection des

Plus en détail

I. Site rentable ou non?

I. Site rentable ou non? Les aspects fiinanciiers d un siite IInternet I. Site rentable ou non? A. Raisonnement en terme de budget B. Raisonnement en terme de rentabilité II. Les différents coûts A. Coûts visibles B. Cachés III.

Plus en détail

Rejoignez le réseau!

Rejoignez le réseau! Rejoignez le réseau! INTRODUCTION Vous recherchez un poste indépendant? Vous avez le sens du contact et adorez gérer les ressources humaines? Rejoignez le réseau Free Dom, réseau national participatif

Plus en détail

Contexte de formation.. 2 Objectifs de formation 3 Programme de formation... 4

Contexte de formation.. 2 Objectifs de formation 3 Programme de formation... 4 37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com Programme de formation Optimiser les Ressources Humaines Contexte de formation.. 2 Objectifs

Plus en détail

CONTRAT CADRE BENEFICIAIRE EUROPEAID/119860/C/SV/multi Lot N 1 : Développement rural et sécurité alimentaire. TERMES DE REFERENCE Version finale

CONTRAT CADRE BENEFICIAIRE EUROPEAID/119860/C/SV/multi Lot N 1 : Développement rural et sécurité alimentaire. TERMES DE REFERENCE Version finale CONTRAT CADRE BENEFICIAIRE EUROPEAID/119860/C/SV/multi Lot N 1 : Développement rural et sécurité alimentaire TERMES DE REFERENCE Version finale Etude de faisabilité Projet d'appui à la Confédération Nationale

Plus en détail

APPEL A PROJET SOUTIEN A LA CRÉATION DE SOCIÉTÉS COOPÉRATIVES DINTÉRÊT COLLECTIF (SCIC) DOSSIER DE CANDIDATURE

APPEL A PROJET SOUTIEN A LA CRÉATION DE SOCIÉTÉS COOPÉRATIVES DINTÉRÊT COLLECTIF (SCIC) DOSSIER DE CANDIDATURE APPEL A PROJET SOUTIEN A LA CRÉATION DE SOCIÉTÉS COOPÉRATIVES DINTÉRÊT COLLECTIF (SCIC) DOSSIER DE CANDIDATURE 2015 A retourner à la Communauté d'agglomération jusqu'au 15 septembre au plus tard, par voie

Plus en détail

Guide du stagiaire CUFR Champollion. Année universitaire 2014 2015

Guide du stagiaire CUFR Champollion. Année universitaire 2014 2015 Guide du stagiaire CUFR Champollion Année universitaire 2014 2015 16/01/2015 P a g e 2 Sommaire PREAMBULE ET CONTACTS PRINCIPES GENERAUX...4 Les garanties introduites par la Charte Les engagements de l

Plus en détail

Bachelor : Business, Innovation, Management Financier

Bachelor : Business, Innovation, Management Financier Présentation Bachelor : Business, Innovation, Management Financier Level 6, BAC + 3, 60 crédits ECTS Le Cycle Bachelor en Business Innovation & Management est un cycle préparant à des responsabilités managériales.

Plus en détail

Collecter les 54 milliards d'euros de bénéfices issus des nouveaux usages de la donnée

Collecter les 54 milliards d'euros de bénéfices issus des nouveaux usages de la donnée Livre Blanc Collecter les 54 milliards d'euros de bénéfices issus des nouveaux usages de la donnée Sponsorisé par : Microsoft Sebastien Lamour mai 2014 QUELS SONT LES NOUVEAUX BENEFICES POTENTIELS ISSUS

Plus en détail

COMMISSION DE LA SANTÉ PUBLIQUE, DE L'ENVIRONNEMENT ET DU RENOUVEAU DE LA SOCIÉTÉ du 10 mars 2015

COMMISSION DE LA SANTÉ PUBLIQUE, DE L'ENVIRONNEMENT ET DU RENOUVEAU DE LA SOCIÉTÉ du 10 mars 2015 COMMISSION DE LA SANTÉ PUBLIQUE, DE L'ENVIRONNEMENT ET DU RENOUVEAU DE LA SOCIÉTÉ du 10 mars 2015 Questions jointes de - M. Willy Demeyer à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique sur

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après "la LVP"), en particulier les articles 31bis et 36bis ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier les articles 31bis et 36bis ; 1/9 Comité sectoriel pour l'autorité Fédérale Délibération AF n 19/2015 du 19 juin 2015 Objet : demande formulée par le Bureau fédéral du Plan afin de pouvoir réclamer des données à caractère personnel

Plus en détail

La charte de l'a.r.c.h.e.

La charte de l'a.r.c.h.e. La charte de l'a.r.c.h.e. Ethique Conscients de disposer de clefs d'accès efficaces aux ressources de l'inconscient et de la responsabilité de promouvoir une définition et une perception originales des

Plus en détail

TD 3 : suites réelles : application économique et nancière

TD 3 : suites réelles : application économique et nancière Mathématiques Appliquées Cours-TD : K. Abdi, M. Huaulmé, B. de Loynes et S. Pommier Université de Rennes 1 - L1 AES - 009-010 TD 3 : suites réelles : application économique et nancière Exercice 1 Calculer

Plus en détail

L environnement du conseil en évolution professionnelle et les premiers questionnements

L environnement du conseil en évolution professionnelle et les premiers questionnements L environnement du conseil en évolution professionnelle et les premiers questionnements Mission IGAS CPF - Réunion GC quadripartite du 24 octobre 2013 1 Sommaire de la présentation 1. Le CEP : un accompagnement

Plus en détail

Apprentissage Par Problèmes (APP) Guide de l étudiant et du tuteur

Apprentissage Par Problèmes (APP) Guide de l étudiant et du tuteur Apprentissage Par Problèmes (APP) CONCEPTION DU GUIDE Anne Baroffio, Arnaud Perrier, Ben Vermeulen et Nu Viet Vu sur la base du texte original de la Faculté de Médecine de Sherbrooke TABLE DES MATIERES

Plus en détail

1. Introduction générale à la SPECIFICATION et à la CONCEPTION de LOGICIELS

1. Introduction générale à la SPECIFICATION et à la CONCEPTION de LOGICIELS 1. Introduction générale à la SPECIFICATION et à la CONCEPTION de LOGICIELS Bernard ESPINASSE Professeur à l'université d'aix-marseille Plan Introduction Présentation du cours Intro Générale - Génie Logiciel

Plus en détail

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation SEP 2B juin 20 12 Guide méthodologique de calcul du coût d une Sommaire Préambule 3 Objectif et démarche 3 1 Les objectifs de la connaissance des coûts 4 2 Définir et identifier une 5 Calculer le coût

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : La protection des droits de la personne Code de la santé publique Dispositions introduites

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées.

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées. PHOES Version : 2.0 - ACT id : 3813 - Round: 2 Raisons et Objectifs Programme de travail et méthodologie Dispositions financières Dispositions organisationnelles et mécanismes décisionnels Procédures de

Plus en détail

Brique BDL Gestion de Projet Logiciel

Brique BDL Gestion de Projet Logiciel Brique BDL Gestion de Projet Logiciel Processus de développement pratiqué à l'enst Sylvie.Vignes@enst.fr url:http://www.infres.enst.fr/~vignes/bdl Poly: Computer elective project F.Gasperoni Brique BDL

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés

Plus en détail

GUIDE POUR AGIR. Comment identifier ses. SAVOIR-FAIRE et. ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE. Avec le soutien du Fonds social européen

GUIDE POUR AGIR. Comment identifier ses. SAVOIR-FAIRE et. ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE. Avec le soutien du Fonds social européen GUIDE POUR AGIR Comment identifier ses SAVOIR-FAIRE et ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE Avec le soutien du Fonds social européen Identifier ses savoir-faire et ses qualités, pour quoi faire? Vous ne

Plus en détail

Thème 5. Proposition d'une activité d'exploration élève : Micro-trottoir «Qu'est-ce qu'une entreprise?»

Thème 5. Proposition d'une activité d'exploration élève : Micro-trottoir «Qu'est-ce qu'une entreprise?» Thème 5. Proposition d'une activité d'exploration élève : Micro-trottoir «Qu'est-ce qu'une entreprise?» Propriétés Description Intitulé court Proposition d'une activité d'exploration élève de type Micro-trottoir

Plus en détail

Conscient de ces enjeux vitaux pour l entreprise, Vae Solis Corporate met tout en œuvre pour agir en conformité avec les plus hautes normes éthiques.

Conscient de ces enjeux vitaux pour l entreprise, Vae Solis Corporate met tout en œuvre pour agir en conformité avec les plus hautes normes éthiques. Charte éthique et anti-corruption 1. Préface d Arnaud Dupui-Castérès, président et fondateur de Vae Solis Corporate «L'intégrité est une condition essentielle dans la conduite des affaires et soutient

Plus en détail

MARKETING. Denis Pettigrew D. Se. gestion Professeur titulaire de marketing Université du Québec à Trois-Rivières

MARKETING. Denis Pettigrew D. Se. gestion Professeur titulaire de marketing Université du Québec à Trois-Rivières MARKETING 6 e édition Denis Pettigrew D. Se. gestion Professeur titulaire de marketing Université du Québec à Trois-Rivières Normand Turgeon Ph. D. (Marketing) Professeur titulaire Service de l'enseignement

Plus en détail

Conform. Le Manager Coach Le Coach Professionnel

Conform. Le Manager Coach Le Coach Professionnel Conform Le Manager Coach Le Coach Professionnel 1 : Le Leadership Identifier les clés essentielles du leadership Exercer son leadership au quotidien Stimuler et mettre en mouvement ses équipes grâce à

Plus en détail

LISTE DE COMPETENCES BACHELIER EN COMPTABILITE - ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ECONOMIQUE DE TYPE COURT

LISTE DE COMPETENCES BACHELIER EN COMPTABILITE - ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ECONOMIQUE DE TYPE COURT LISTE DE COMPETENCES BACHELIER EN COMPTABILITE - ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ECONOMIQUE DE TYPE COURT A. Compétences à démontrer en fin de formation DESCRIPTION ANALYTIQUE DU PROFIL PROFESSIONNEL EPREUVE INTEGREE

Plus en détail

ÉTUDES 1. LE LIVRE BLANC SUR LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D INFORMATION DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT

ÉTUDES 1. LE LIVRE BLANC SUR LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D INFORMATION DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ÉTUDES 1. LE LIVRE BLANC SUR LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D INFORMATION DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT La Commission bancaire vient de publier un «Livre blanc» sur la sécurité des systèmes d'information des

Plus en détail

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm Notez que vous trouverez les fiches citées à chaque étape sur le site (Normalement, les liens ont été conservés et fonctionnent) Reste

Plus en détail

Traduction spécialisée humanistico-littéraire (allemand- catalan/espagnol) I

Traduction spécialisée humanistico-littéraire (allemand- catalan/espagnol) I Traduction spécialisée humanistico-littéraire (français- catalan/espagnol) I 4 heures par semaine troisième année - deuxième trimestre (janvier-mars) Traduction spécialisée humanistico-littéraire (anglais-

Plus en détail

Conseiller relation client à distance - Titre Professionnel Agrément JS n 1393-011. Sommaire

Conseiller relation client à distance - Titre Professionnel Agrément JS n 1393-011. Sommaire Conseiller relation client à distance - Titre Professionnel Agrément JS n 1393-011 Sommaire Cadre de la formation... 2 1. L entretien d'achat vente... 3 2. Préparation de l'entretien de vente... 3 3. Les

Plus en détail

2 les prestations d'un expert nommé en justice ou désigné comme tel par les parties en exécution d'une décision judiciaire ordonnant l'expertise;

2 les prestations d'un expert nommé en justice ou désigné comme tel par les parties en exécution d'une décision judiciaire ordonnant l'expertise; Page 1 of 7 Taxe sur la Valeur Ajoutée >> Commentaire TVA III.- Opérations visées Numéro 18/1125 La réquisition doit bien entendu porter sur une prestation prévue par le C.TVA pour être visée par l'art.

Plus en détail

CONSEIL : et si nous passions du prix à la valeur?

CONSEIL : et si nous passions du prix à la valeur? V3 4 juin 2015 CONSEIL : et si nous passions du prix à la valeur? Préambule : une première version de cet article a servi pour amorcer la réflexion collective engagée le 22 mai dernier. Cette troisième

Plus en détail

Tâche complexe 1ère : Comment placer son épargne?

Tâche complexe 1ère : Comment placer son épargne? Tâche complexe 1ère : Comment placer son épargne? Tâche complexe réalisée par : Marie-Camille Renard et Daniel Parant (Lycée de la Chimie Albert Camus, Mourenx) Thème : Monnaie et financement Durée estimée

Plus en détail