De la notion de déficience à celle de «besoin éducatif particulier» De l éducation spéciale à l éducation partagée

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "De la notion de déficience à celle de «besoin éducatif particulier» De l éducation spéciale à l éducation partagée"

Transcription

1 De la notion de déficience à celle de «besoin éducatif particulier» De l éducation spéciale à l éducation partagée Eric Plaisance Université Paris V - René Descartes Faculté des sciences Humaines et Sociales - Sorbonne Centre de recherche sur les liens sociaux (associé au CNRS) Nous nous proposons de mener une réflexion sur deux plans complémentaires : d une part, les représentations des enfants ou adolescents aujourd hui dénommés «handicapés» ; d autre part, les politiques scolaires qui ont été menées à leur égard et qui aboutissent explicitement maintenant à la formulation de «projets personnalisés de scolarisation». Plus précisément, nous voudrions développer deux grands types de questions : - quelles représentations des enfants et des adolescents concernés sous-tendent la question de leur éducation et de leur scolarisation (les deux notions ne se recouvrant pas nécessairement)? La notion de «déficience» ou de «handicap» tend à être supplantée par celle de «situation de handicap» (en France) ou de «besoin éducatif» (dit «spécial» en Grande Bretagne, ou «particulier» en France). Comment comprendre ces expressions? Quelle est la situation française sur ce point? - l éducation «spéciale» n est plus à l ordre du jour, au moins dans le texte de la loi du 11 février Mais le «spécialisé» est - il mort? Comment alors tenir compte de la diversité des institutions, des classes et des établissements scolaires ou encore médico-éducatifs, des services et des centres existants, et permettre aussi les évolutions? Parmi les pistes possibles, on retiendra la réflexion sur les modalités de collaboration et de partenariat entre les structures et entre les professionnels. Mais cela soulève alors de nouvelles questions : celle des cultures professionnelles et, corrélativement, celle de la formation des personnels. Pour avancer dans cette réflexion, nous nous appuyons sur deux hypothèses de travail : - l histoire des représentations, mais aussi celle des institutions et des pratiques 1

2 éducatives, sont des clefs de compréhension essentielles pour rendre compte à la fois des évolutions actuelles et des obstacles qui subsistent pour avancer plus loin dans l objectif de la construction de parcours personnalisés de scolarisation au bénéfice des enfants concernés. - la définition d une politique publique d éducation à l égard d enfants perçus comme «différents» est nécessairement liée à une représentation du public visé, révélée par une dénomination des enfants concernés. En ce sens, les désignations qui ont fortement évolué dans le temps sont non seulement révélatrices de représentations de ces enfants (représentations le plus souvent négatives) mais elles ont aussi fortement contribué à façonner les politiques éducatives, à définir des institutions, à orienter les pratiques et, finalement, à bâtir les vies mêmes des enfants concernés. En ce sens, nous partageons les analyses de nombreux spécialistes de sciences sociales (historiens, anthropologues, sociologues..) pour lesquels le monde est nécessairement habité par nos représentations, voire bâti sur elles. Ainsi, pour Henri-Jacques Stiker, spécialiste de l histoire de l infirmité (2005, p.11) : «l étiquette, la catégorisation, proviennent des structurations sociales, bien davantage que du fait brut de l atteinte physique ou psychique ( ) C est l obligation dans laquelle se trouve la société d attribuer le qualificatif de handicapé qui crée, socialement, le handicap». Histoire Notre retour historique repose essentiellement sur l évolution des représentations de l éducabilité des personnes présentant diverses déficiences. La question est simple : tous les enfants sont ils, par principe, éducables? Ou, au contraire, certains sont - ils perçus si différents des autres dans leurs capacités d évolution que leur éducation ne peut être conçue que comme limitée, partielle ou quasi impossible? Le débat n est pas neuf et il faut rappeler rapidement ici les œuvres des pionniers de l éducation de ces «différents». Le pari de l éducabilité des aveugles a été affirmé avec force par Diderot dans sa fameuse «Lettre sur les aveugles à l usage de ceux qui voient» (1749). La philosophie des Lumières serait ainsi, selon Julia Kristeva (2003), la première phase de l histoire moderne du handicap : la personne déficiente est même réhabilitée «comme sujet politique», elle est reconnue dans sa citoyenneté et doit alors recevoir l appui de la 2

3 puissance publique pour son éducation. Dans cette lignée, agissent des précurseurs comme Valentin Haüy ( ) et Louis Braille ( ) pour l éducation des aveugles, l Abbé de l Epée ( ) pour l éducation des sourds. Les écoles qu ils ont créées deviennent des Instituts Nationaux sous la Révolution française et conservent leur autonomie jusqu à nos jours, à savoir : l Institut national des jeunes sourds et l Institut national des jeunes aveugles, tous deux implantés à Paris. Le XIXème siècle, à son tour, constitue une autre étape capitale pour la compréhension des désordres mentaux, c est-à-dire de ceux que l on dénommait idiots et aliénés. Les institutions concernées étaient alors les asiles d aliénés, au sein desquels furent créés des quartiers spéciaux pour enfants «arriérés» à partir du milieu du siècle. La naissance de la psychiatrie, scandée par les noms célèbres d Esquirol, de Falret, de Voisin, de Ferrus, est corrélative de tentatives d éducation des enfants arriérés. Mais Jean Itard, au début du XIX siècle, est sans doute celui qui inaugure cette option éducative vis-à-vis de ce type d enfants, grâce à son action menée auprès du cas bien connu de Victor, «enfant sauvage» trouvé seul dans une forêt de l Aveyron. Itard expérimente une forme d éducation marquée par la philosophie sensualiste, faisant l hypothèse de la progression des capacités de Victor depuis les discriminations sensorielles de base jusqu aux élaborations mentales complexes et même jusqu au raisonnement moral (Malson, 1964) Il sera suivi par d autres, médecins aliénistes pour certains, instituteurs pour d autres, dont Séguin «instituteur des idiots», qui dirigera pour un temps (en 1842, avant d émigrer aux Etats Unis) l école spéciale de l hospice de Bicêtre 1. Dans cette lignée des éducateurs, le rôle de Bourneville, médecin-chef à l hospice de Bicêtre en 1879, est essentiel pour comprendre le passage progressif d une action menée au sein des asiles à une politique d éducation spéciale dans les écoles, sous l égide de l Instruction Publique. C est lui qui préconise l accueil dans les écoles primaires publiques ordinaires de certains enfants arriérés d asile, ceux qui seraient les plus «améliorés». C est aussi sous son influence que les premiers dépistages des enfants «anormaux» sont effectués dans certaines écoles primaires ordinaires de Paris. Mais, 1 Nous reprenons en partie des passages du texte plus complet rédigé par nous même et Charles Gardou dans l introduction au dossier spécial sur Situations de handicaps et institution scolaire dans la Revue française de pédagogie, n 134, Nous invitons le lecteur à s y reporter. 3

4 pour Bourneville, de telles initiatives visaient d abord à éviter «l encombrement» de l asile et résultaient de l échec de ses démarches à l égard des services de l Assistance Publique. Il cherchait en effet à transformer radicalement l asile pour en faire un véritable lieu d accueil pour les enfants arriérés, grâce à ce qu il appelait déjà le traitement «médico-pédagogique», modulé selon les capacités diverses des enfants (Gateaux,1989). Avec notre regard d aujourd hui, l action de Bourneville est d une frappante modernité, car il préconise non seulement des mesures éducatives au sens large du terme, y compris pour des enfants aux déficiences avérées, mais il se situe déjà dans une perspective d intégration scolaire et de collaborations institutionnelles. Toutefois, il n emploie nullement ce vocabulaire qui est maintenant le nôtre et ses souhaits ne viendront pas à réalisation, principalement du fait de l incompréhension des services de l Assistance publique. L action menée par les célèbres psychologues Binet et Simon au début du XXème siècle, est d une tout autre nature. Elle tend en effet à cliver radicalement ce qui relève des mesures hospitalières pour les arriérés d asile et les mesures éducatives pour les arriérés d école. Ce sont ces derniers qu ils désignent comme «arriérés perfectibles», dans le sens à la fois de leur amélioration éducative et de leur autonomie possible dans leur vie future d adultes, permise grâce à leur travail manuel («capables d arriver à gagner partiellement leur vie», disent les auteurs). D où leur formule célèbre dans leur livre sur les enfants «anormaux» en 1907 : si les enfants arriérés (ceux qui sont repérés à l école) sont considérés comme pas assez malades par l hôpital mais trop peu normaux par l école, alors il faut faire pour eux l essai des classes spéciales. C est la naissance des écoles et des classes «de perfectionnement», officialisée par la loi de L argumentation de Binet et Simon est tout à fait exemplaire d un processus de catégorisation qui entraîne tout à la fois une répartition institutionnelle de ceux que l on appelait les «anormaux», un partage de territoires et une répartition des compétences professionnelles en des lieux différents. Ils commencent par considérer les aveugles et les sourds-muets : l Etat, disent -ils, a déjà pourvu à leurs besoins (les Instituts nationaux) ou bien des institutions privées s en occupent. Ils envisagent ensuite la population des idiots «complets, ou inéducables». Selon eux, ceux-ci relèvent d un «traitement médical incessant» et sont reçus dans les «hôpitaux, hospices et asiles». Ce sont des «anormaux 4

5 d hospice». Binet et Simon portent exclusivement leur intérêt sur les «anormaux d école», les «perfectibles». Donc, d un côté, les enfants qui se situent aux degrés les plus profonds d arriération et qui ne relèvent que de l hospice, et pour lesquels on peut renoncer à des actions éducatives; d un autre côté, les enfants «débiles», dont la place est, de manière générale, à l école, à condition de les séparer «d un travail commun avec les normaux», en créant pour eux des écoles ou des classes spéciales. D où l affirmation sans nuances de Binet et Simon: «on ouvrira toutes grandes les portes de l école aux débiles et au contraire on les fermera aux idiots» (1907, p.109). Seule hésitation des auteurs : la place des «imbéciles», situés au degré intermédiaire des états inférieurs de l intelligence, et qui pourraient être placés soit dans l école, soit dans l hospice. On pourrait considérer cette période comme profondément dépassée. Certes, le vocabulaire s est modifié. Ce n est plus la distinction des «états inférieurs de l intelligence», en termes de hiérarchisation des degrés d arriération : l idiotie, l imbécillité, la débilité. Mais, sous d autres formulations, avec un vocabulaire euphémisé, une hiérarchisation de même nature a eu encore cours officiellement dans des périodes très récentes. J en veux pour preuve les classifications menées par le groupe de travail «enfance inadaptée» du cinquième plan de développement économique et social, établi en Sous le signifiant général de «l inadaptation» (qui provient du travail terminologique mené au cours de la seconde guerre mondiale et publié ensuite à la Libération sous le nom de Daniel Lagache) sont distingués plusieurs types de «déficients» (mentaux, moteurs, sensoriels ou divers) et ceux qui présentent «des troubles du comportement et de la conduite». A l intérieur de chaque grande catégorie, la logique adoptée met en rapport la gravité plus ou moins grande des déficiences et le champ d action d un Ministère. Le cas est particulièrement net pour les déficients mentaux. Les débiles profonds, qui sont dits «semi-éducables», «ne sauraient ressortir qu à la compétence de la Santé publique», de même que les arriérés profonds. A l opposé, les «débiles légers simples» «doivent être accueillis dans des établissements relevant de l Education nationale». Pour ceux qui se situent à des degrés intermédiaires de déficience («débiles légers présentant des troubles associés» ou «débiles moyens»), le rapport estime que les établissements d accueil pourraient relever soit de la Santé publique soit de l Education nationale. On retrouve ici, de manière frappante, l hésitation 5

6 formulée par Binet et Simon en 1907 à propos de la place institutionnelle des «imbéciles». Durant cette période de la fin des années soixante, la logique classificatoire et la «fièvre ségrégative», selon la formule de Jean Simon, sont poussées à leur paroxysme et confinent à l absurdité. Par exemple, le même rapport énonce que certains enfants se trouvent en difficulté dans le système scolaire, tout en n étant pas des débiles : des enfants «dont le quotient intellectuel se situe dans la zone 0,80-1» et «dont l inadaptation n est que relative». Néanmoins, il convient, dit-on, de les accueillir dans des classes «qui leur soient propres», où ils bénéficieraient d une pédagogie «spéciale». Un tel raffinement de catégorisation, sur des bases scientifiques incertaines, était en réalité orienté par l exigence administrative de rationalisation des diverses compétences ministérielles en compétition et, en fin de compte, de rationalisation des dépenses à engager pour financer des établissements ou des classes de toutes sortes. Handicap et éducabilité Dès la fin des années 60 et surtout au cours des années 70, un autre type d analyse se fait jour. La critique des lieux thérapeutiques ou éducatifs fermés (critique de l asile et de «l école-caserne»), la prise en considération des facteurs socio-économiques et socioculturels dans la genèse de certaines difficultés des enfants et de ce qui est de plus en plus appelé «échec scolaire», amènent à mettre en cause les classifications trop étroites et à reconsidérer la question de l éducabilité. Le développement des associations de parents, gestionnaires d établissements spécialisés (les «instituts médico-éducatifs»), principalement dans les années 60, est aussi un facteur important dans cette attention manifestée à l égard des capacités éducatives des enfants concernés. 2 Mais c est la loi du 30 juin 1975, dite loi d orientation «en faveur des personnes handicapées», qui à la fois consacre le vocabulaire du handicap et affirme le principe de l éducabilité. Comme le résume Michel Chauvière (2000, in Barral), le «handicap fait loi», il est désormais un «référentiel d action publique», entendu comme faisant partie d un ensemble de normes prescriptives qui donnent sens à une politique d action publique Et pourtant, grand paradoxe, la loi ne présentait aucune définition du handicap. 2 L UNAPEI est créée en 1960, l APAJH en

7 Selon les propos du Ministre de la Santé de l époque, Simone Veil, au moment des débats sur le projet de loi, il paraissait impossible de proposer une définition qui ferait l unanimité et il était préférable de ne pas s enfermer dans une définition a priori, qui risquerait de figer des catégories. Sur la question de l éducabilité, la loi pose le principe de «l obligation éducative». L article 4 de la loi énonce en effet : «Les enfants et adolescents handicapés sont soumis à l obligation éducative. Ils satisfont à cette obligation en recevant soit une éducation ordinaire soit, à défaut, une éducation spéciale» Se trouvaient donc dépassés les anciens débats sur les niveaux d éducabilité (inéducable/semi-éducable/éducable), mais restait ouverte la question des modalités de l éducation et en particulier le rapport à la scolarisation. On doit rappeler que certains débats avaient précisément porté sur la pertinence ou non de l expression «obligation scolaire» à la place de «obligation éducative». Au nom de la responsabilité première de l Éducation nationale envers les enfants handicapés, des parlementaires avaient défendu l expression «obligation scolaire». Malgré cela, les représentants du gouvernement de l époque ont considéré que «l obligation éducative» était préférable, car dépassant et englobant l éducation scolaire, et pouvant même donner, dans certains cas, la priorité au soin et au traitement. De plus, l éducation dite «spéciale» était une modalité éducative explicitement envisagée, mais pouvant à son tour être dispensée soit en établissement ordinaire soit en établissement spécialisé. 3 Les orientations de la loi du 11 février 2005 sont fort différentes. Elles sont présentées sous le titre général «Pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées». Selon les termes de la loi, le service public est tenu d assurer «une formation scolaire, supérieure ou professionnelle aux enfants, aux adolescents ou aux adultes présentant un handicap ou un trouble de la santé invalidant». C est même l inscription de l enfant dans l école la plus proche du domicile qui devient la règle. Toutefois, en fonction de ses «besoins», l enfant peut être inscrit dans une autre école et suivre sa formation dans des dispositifs désormais appelés 3 L éducation spéciale était définie dans la loi comme associant «des actions pédagogiques, psychologiques, sociales, médicales et para médicales, soit dans des établissements ordinaires, soit dans des établissements ou par des services spécialisés». 7

8 «adaptés», éventuellement situés en dehors des écoles ordinaires. Ce n est donc plus «l obligation éducative» qui est affirmée mais bien la formation scolaire en tant que telle, qui est traitée sous le thème général de l accessibilité pour tous. Une telle orientation traduit une évolution des représentations de plus en plus marquées par la montée des revendications en termes de droit à la scolarisation et, plus généralement, par le souci de lutte contre les discriminations. Dans ce cadre, s inscrivent les demandes, de plus en plus insistantes de la part des parents d enfants handicapés, pour le respect de la scolarisation mais aussi pour une scolarisation la plus proche possible du secteur «normal» de l école. On comprend, dans ces conditions, que la mention de «l éducation spéciale» ne figure plus dans la loi. On peut supposer que ce recours au «spécial» aurait contribué à maintenir le clivage institutionnel dont nous avons rappelé les grands traits historiques en France. L opposition de l ordinaire et du spécial se situe dans une logique de filières séparées, reposant sur une classification des personnes. C est tout au contraire une logique de parcours personnalisés, une logique de «projet de vie», qui doit présider au renouvellement des institutions et des pratiques. 4 Avant de développer ces points, jetons un rapide regard sur les situations étrangères en matière de scolarisation des enfants qui sont de plus en plus dénommés, sur le plan international, comme présentant des «besoins éducatifs particuliers». Et ailleurs? Cette question est à l ordre du jour des politiques européennes. Cependant, de profondes différences subsistent entre les politiques et les pratiques des pays européens, en grande partie du fait de leurs propres traditions institutionnelles et professionnelles. Pour les uns, la politique dite d intégration est relativement ancienne (en Italie, depuis 1977), pour d autres les orientations vers «l inclusion» est une voie nouvelle à promouvoir (en Grande Bretagne, par exemple). Au delà de la seule Europe, ce sont les vastes enquêtes de l OCDE (Organisation pour la coopération et le développement économiques) qui donnent la vision la plus 4 Selon Marie -Claude Mège-Courteix (1999, p.121) : «Les élèves concernés ne se laissent plus appréhender selon les catégories de déficience qui ont présidé à la construction du secteur. La légitimité du processus de classification ne va plus d ellemême aujourd hui». 8

9 complète de la situation de l enseignement destiné aux enfants que cet organisme dénomme «avec besoins éducatifs particuliers». L analyse de ce vocabulaire pourrait nous retenir à elle seule. Bornons nous à rappeler que le changement de terminologie provient du rapport Warnock de 1978 en Grande Bretagne, suivi par l Education Act de Passer du «handicap» au «besoin éducatif spécial (ou particulier)» est conçu comme une «démédicalisation» des questions éducatives, comme un manière de porter spécifiquement attention aux difficultés d apprentissage, quelles que soient leurs causes possibles (déficience, maladie, milieu social etc.). Ce serait aussi reconnaître une continuité entre les élèves avec besoins spéciaux et les autres. Dans ces conditions, le rapport britannique estimait qu environ 20 % des élèves présentaient, dans le déroulement de leur scolarité, à un moment ou à un autre, de manière durable ou non, des «besoins spéciaux». Peut-on obtenir des indicateurs sur la situation des différents pays en matière de scolarisation des enfants avec «besoins particuliers»? Les comparaisons internationales menées par l OCDE sont surtout révélatrices de politiques institutionnelles profondément différentes selon les pays. Calculés par rapport à l ensemble de la population scolaire, les enfants avec besoins éducatifs particuliers seraient 0,74% en Turquie, mais 17% en Finlande (OCDE, 1995). En France, selon des critères comparables, ils seraient 3,54% (en incluant ceux qui sont hors du système scolaire). En Italie, pays qui a opté depuis 1977 pour l intégration scolaire «radicale», c est-à-dire dans les classes ordinaires, la proportion serait de 1,27%. De telles données, même si elles sont synthétisées par les experts de l OCDE, sont néanmoins produites dans le cadre des repérages et des systèmes de classification utilisés dans les différents pays. Selon les termes des rapporteurs de l OCDE, on assiste à un «formidable foisonnement terminologique», variable selon les pays. D autres analyses de l OCDE, avec des propositions de classification «transnationale», mettent à nouveau en évidence de forts contrastes entre les pays. Ce qui est révélé, ce n est donc pas le plus ou moins grand nombre d enfants avec besoins particuliers selon les pays, mais plutôt la traduction chiffrée du système de repérage mené, des classifications de base et des mesures particulières opérées à tel ou tel endroit. En fait, les données produites restent 9

10 largement tributaires de l histoire des institutions et des services spécialisés dans les différents pays. Quelles collaborations? En France, un discours est souvent partagé par les enseignants des classes ordinaires : ce sont les difficultés à moduler leurs pratiques éducatives en fonction de la diversité des enfants et surtout en présence d enfants en situation de handicap. Parallèlement, les personnels des établissements spécialisés s interrogent sur la place qu ils peuvent encore occuper, compte tenu des orientations de la loi de 2005 sur la formation scolaire et l inscription des enfants dans leur établissement «de référence». Le vaste chantier qui est ainsi devant nous est bien celui des collaborations institutionnelles et des partages de compétences entre les professionnels. Il convient alors de repérer à la fois les obstacles et les pistes qui s ouvrent. Le «projet» est devenue la notion centrale dans l ensemble des politiques menées depuis les années 80. Elle s est appliquée à des niveaux très variés de la réalité scolaire : le niveau global (par exemple, projet de zone d éducation prioritaire), le niveau des établissements, celui des classes, celui des personnes (projet d intégration, projet de scolarisation). Le projet est «un véritable concept nomade qui circule dans différents registres» (Boutinet, 1990). Cette utilisation généralisée pourrait laisser croire à un consensus entre les acteurs concernés sur les conduites à mener, sur celles que l on cherche à définir par anticipation. Mais plutôt que de se satisfaire d emblée d un discours convenu, essayons de révéler les différentes manières d envisager le «projet». Je me limiterai à l exemple des projets d établissement, pour en tirer ensuite quelques conséquences sur les cultures professionnelles. Une analyse détaillée a été effectuée par Michel Chauvière sur les différences entre projet scolaire et projet d établissement médico-social (1998, in : Humbert). Un premier niveau d analyse est celui des producteurs des projets. Ils se situent dans des univers dissemblables : d un côté, les gens d école se situent dans un service public qui bénéficie de la légitimité républicaine mais où la marge de manœuvre est relativement faible ; d un autre côté, les acteurs se situent dans un secteur privé associatif où il s agit de «marcher au projet». Le deuxième niveau est celui des procédures, où différentes normes sont en 10

11 jeu. Dans l école, la logique de base est celle de l égalité, mais avec l accumulation de réglementations. Dans le secteur associatif de l éducation spécialisée, le projet est à la base et les réglementations constituent seulement un cadre de référence. Dans ce secteur, une culture d établissement peut alors se développer et produire un modèle d identification, ce qui est beaucoup plus aléatoire dans le cadre scolaire. Le troisième niveau est enfin celui des usagers. Deux types de rapports aux parents sont alors en cause. Le projet scolaire fonctionne, de manière générale et sauf exception, en marge des parents, alors que dans le secteur médico-social, les parents peuvent être directement les initiateurs du projet (on peut à nouveau penser aux associations de parents, gestionnaires d établissements). Certes, l auteur constate aussi les rapprochements qui se sont opérés progressivement entre les deux secteurs et par conséquent entre les deux types de projets, mais ceci dans une période relativement récente. Cette analyse présente cependant l avantage de montrer les contrastes qui se sont historiquement constitués et qui reposent sur des cultures professionnelles différentes. Dans le même sens, il est instructif pour notre propos de revenir sur la genèse de la division du travail entre les instituteurs spécialisés et les éducateurs spécialisés (Fablet, Chauvière, 2001). La différenciation est historique, à nouveau ancrée dans des partages dont l origine remonte à la seconde guerre mondiale, pendant le régime de Vichy. C est à ce moment que la délégitimation de l école républicaine a permis un «nouveau référentiel» hors l école, celui de l enfance dite «inadaptée», confié à la coordination du Ministère de la Santé. C est aussi la mise en place de formations nouvelles de cadres-rééducateurs dans différentiels régions. Selon les auteurs, «toute cette configuration conflictuelle constitue encore la couche profonde du secteur médico social de l enfance inadaptée et handicapée, hors l école» (2001, p.76). Il vont plus loin : il aurait une «répartition enkystée des tâches et des territoires», rendant difficile les collaborations. Les points de convergence existent néanmoins, par exemple dans l exigence partagée d agir le plus près possible des milieux ordinaires et des parents concernés. En ce sens, croiser des cultures professionnelles sans chercher à les assimiler serait une voie essentielle à développer. 11

12 Quelles pistes pour l action? Concernant plus particulièrement l école et ses acteurs, plusieurs pistes d action peuvent alors être proposées, non pas comme des «modèles» mais seulement comme des suggestions pour stimuler la réflexion et permettre les transformations de pratiques. 1. L accueil d enfants en situation de handicap en classe ordinaire s inscrit nécessairement dans la réalité d un établissement scolaire. Pour remédier à l isolement que ressent souvent le professeur de la classe régulière, les pratiques d accueil doivent être comprises en relation étroite avec l ensemble de l institution scolaire. Les actions d intégration relèvent alors d un projet d établissement dans son ensemble et concernent ainsi tous les professionnels en service, depuis les autres professeurs jusqu aux personnels de service. Le projet est alors un projet collectif, et c est l équipe de l établissement en totalité qui soutient le projet d accueil et d éducation de l enfant concerné, bref c est l affaire de tous et non l affaire du professeur isolé. Parmi les appuis internes à l établissement scolaire, les aides plus directes à la classe et au professeur de la classe sont très diverses en Europe. Ainsi, l Italie a un très important réseau de professeurs de «soutien» (plus de dans tout le pays, à raison d un professeur de «soutien» pour environ 4 enfants intégrés). La France a un réseau beaucoup plus réduit de professeurs spécialisés itinérants et la piste actuellement ouverte est celle des professeurs «référents», officiellement définis, mais dont la fonction reste encore largement à tester sur le terrain. Une question reste pourtant mal résolue : celle de la place et du statut des auxiliaires de vie scolaire (AVS) chargés de l aide à l intégration, individuelle ou collective, d enfants en situation de handicap. Leur statut professionnel demeure provisoire et très peu spécialisé (Belmont, Plaisance, Vérillon, 2006). Comment ces situations professionnelles, considérées comme transitoires, comme de simples «passages» vers des perspectives d emploi variables, peuvent-elles offrir un réel cadre de travail, propre à développer la motivation de ces jeunes auxiliaires et à promouvoir véritablement l accueil en classe ordinaire? 2. De multiples modalités de collaboration et de partenariat sont ouvertes et nécessaires avec des structures extérieures à l école proprement dite. Elles fournissent des 12

13 appuis extérieurs à la scolarisation d enfants avec «besoins particuliers». On peut citer, de manière non exhaustive, les services d éducation et de soins spécialisés à domicile, les centres de consultation médicaux ou médico-pédagogiques, les hôpitaux de jour, les établissements médico-éducatifs spécialisés. Les modalités de collaboration les plus efficaces se situent alors dans un cadre territorial défini, et en fonction de découpages plus fonctionnels que strictement administratifs (Daubannay, 2001). En ce sens, la mise en place de réseaux inter-institutionnels est susceptible de favoriser l attention aux parcours éducatifs des enfants concernés, à l opposé des mesures traditionnelles qui cloisonnent les institutions et les pratiques. La France possède ainsi une palette variée d institutions, publiques et privées, ainsi que de professionnels, médicaux, para-médicaux et éducatifs au sens large du terme (enseignants et autres). C est une richesse incontestable, mais qui nécessite d être complétée par des formations qui permettraient d efficaces collaborations. 3. La question de la formation est donc centrale. Au-delà de l invocation rituelle de la nécessité d une formation approfondie des professeurs pour l accueil et l éducation des enfants en situation de handicap, quel est plus précisément le type de formation qu il conviendrait de développer? En premier lieu, même si les professeurs demandent fréquemment des informations sur la catégorisation pathologique ou le diagnostic des enfants en situation de handicap, une autre orientation est souhaitable : celle d une formation ouverte à la diversité des élèves, diversité au sein de laquelle se rencontrent effectivement des situations de handicap. Cette orientation est fondamentalement soutenue par une prise de position éthique sur la diversité humaine et sur le rapport à l autre. Plutôt qu une formation restreinte au «handicap» (mais qui ne l élimine pas non plus), on pourrait viser une formation à la diversité dans ses dimensions éthiques et dans ses applications pédagogiques. En deuxième lieu, la formation devrait intégrer fortement la coopération interdisciplinaire, c'est-à-dire entre différents types de professionnels. Dans les situations les plus difficiles, le maître seul ne suffit pas, mais il n est pas non plus préparé à travailler avec les autres, surtout lorsque ceux-ci ne font pas partie du même champ professionnel et n ont pas acquis la même «culture», au sens large du terme (médecins, psychologues, travailleurs sociaux, spécialistes divers..). Or, l accueil et 13

14 l éducation d enfants en situation de handicap ou en grande difficulté requièrent, encore plus que dans d autres cas, le partage des compétences. Un pari essentiel de formation consisterait donc à former des professionnels non seulement compétents dans leur propre domaine, mais ouverts à la coopération, susceptibles de réfléchir en commun et de bâtir des projets d action. Des modules communs de formation seraient à expérimenter. Reste enfin à affirmer avec force que nous ne cherchons pas à définir des «bonnes pratiques», ni à définir le «bon» professeur. Nous nous méfions des réponses toutes faites, des solutions «clefs en mains», qui risquent de devenir de nouvelles normes contraignantes. Si l on considère que la scolarisation d enfants en situation de handicap est avant tout un processus, un acte en développement, alors ce qu il faut promouvoir, c est la créativité des équipes, la recherche permanente de l inventivité des professionnels pour l accueil de la diversité. Bibliographie ASSANTE V., avec le concours de STIKER H.-J., PLAISANCE E., SANCHEZ J. (2002), Mission d étude en vue de la révision de la loi d orientation du 30 juin 1975 en faveur des personnes handicapées. Rapport remis à Ségolène Royal, Ministère délégué à la Famille, à l Enfance et aux Personnes Handicapées, Paris. BARRAL C., PATERSON F., STIKER H.-J., CHAUVIÈRE M. (ed.) (2000), L institution du handicap. Le rôle des associations. XIXe-XXe siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes,. BELMONT B., PLAISANCE E., VERILLON A. (2006), Accompagnement et intégration scolaire. Politique, pratiques et acteurs, Contraste. Enfance et handicap, n 24, p BELMONT B., VÉRILLON A (ed) (2003), Diversité et handicap à l école. Quelles pratiques éducatives pour tous? Paris, CTNERHI - INRP. BINET A., SIMON T. (1907), Les enfants anormaux. Guide pour l admission des enfants anormaux dans les classes de perfectionnement. Paris, Colin. BOUTINET J.-P. (1990), Anthropologie du projet, Paris, Presses Universitaires de France CHAUVIERE M., PLAISANCE E. (ed) (2000), L école face aux handicaps. Education spéciale ou éducation intégrative? Paris, Presses Universitaires de France CHAUVIERE M. (1998), Projet d école, projet d établissement médico-social. Eléments pour une approche contrastée, in HUMBERT C. (ed), Projets en action sociale. Entre contraintes et créativités, Paris, L Harmattan, p CHAUVIERE M. (1980) Enfance inadaptée, l héritage de Vichy, Paris, Editions Ouvrières. CHAUVIERE M. (2003), Handicap et discriminations : genèse et ambiguïtés d une inflexion de l action publique, in BORILLO (ed.), Lutter contre les discriminations, Paris, La Découverte, p

15 CHAUVIÈRE M., FABLET D. (2001), L instituteur et l éducateur spécialisés. D une différenciation historique à une coopération difficile, Revue française de pédagogie, n 134, p DAUBANNAY M. (2001), La scolarité de jeunes porteurs de handicaps : de nouvelles collaborations possibles entre les établissements scolaires et les structures spécialisées du secteur associatif, La nouvelle revue de l AIS. Adaptation, intégration scolaires et éducation spécialisée, n 15. GARDOU C. (2005), Fragments sur le handicap et la vulnérabilité. Pour une révolution de la pensée et de l action, Ramonville Saint-Agne, Erés. GATEAUX - MENNECIER J. (1989), Bourneville et l enfance aliénée, Paris, Le Centurion. KRISTEVA J. (2003), Lettre au Président de la République sur les citoyens en situation de handicap, à l usage de ceux qui le sont et de ceux qui ne le sont pas, Paris, Fayard. MALSON L. (1964), Les enfants sauvages. Mythe et réalité, Paris, 10/18. MÈGE-COURTEIX M.-C., Les aides spécialisées au bénéfice des élèves. Une mission de service public, Paris, ESF, OCDE (1995)), L'intégration scolaire des élèves à besoins particuliers. CHEVALIER R.-M. (ed) (2006), Pour une école inclusive quelle formation des enseignants? CRDP de l Académie de Créteil. PLAISANCE E. (1999), Quelle intégration? La nouvelle revue de l AIS. Adaptation, intégration scolaires et éducation spécialisée, n 8 (spécial : Marginalisation, intégration), p PLAISANCE E., GARDOU C. (2001), présentation et coordination du dossier spécial «Situations de handicap et institution scolaire», Revue française de pédagogie, n 134. PLAISANCE E. (2004), Comparer et produire des indicateurs internationaux, in : POIZAT D. (ed), Education et handicap. D une pensée territoire à une pensée monde, Ramonville Saint-Agne, Érès, p SIMON J. (1988), L intégration scolaire des enfants handicapés, Paris, Presses Universitaires de France. STIKER H.-J. (2005), Corps infirmes et Sociétés. Essais d anthropologie historique, Paris, Dunod (troisième édition). VIAL M. (1990), Les enfants anormaux à l école. Aux origines de l éducation spécialisée, , Paris, Colin. 15

L apparition de la notion d inclusion dans le débat concernant la scolarisation. Intégration ou inclusion? Études et formations

L apparition de la notion d inclusion dans le débat concernant la scolarisation. Intégration ou inclusion? Études et formations Intégration ou inclusion? Éléments pour contribuer au débat Éric Plaisance Professeur des universités Brigitte Belmont Ingénieur d études Aliette Vérillon Ingénieur de recherche Cornelia Schneider Attachée

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Position et propositions d amendements de l UNIOPSS Octobre 2004 Mme Marie-Anne Montchamp, secrétaire d'état aux

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010.

Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010. Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010. Contexte L expérimentation NMR est organisée depuis 2 ans sous l égide de la Direction Générale de la

Plus en détail

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés 2012 Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés Avant-propos La scolarisation des élèves handicapés constitue une priorité nationale. Dans ce domaine, des progrès considérables ont

Plus en détail

2 ) de mettre à la charge de l Etat la somme de 1 500 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative.

2 ) de mettre à la charge de l Etat la somme de 1 500 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative. TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1416868/2-1 Mme A. et M. A. Mme Troalen Rapporteure M. Le Garzic Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Paris (2ème

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

CHARTE DES PROGRAMMES

CHARTE DES PROGRAMMES CHARTE DES PROGRAMMES Charte relative à l élaboration, à la mise en œuvre et au suivi des programmes d enseignement ainsi qu aux modalités d évaluation des élèves dans l enseignement scolaire CONSEIL SUPÉRIEUR

Plus en détail

L enfant handicapé : orientation et prise en charge

L enfant handicapé : orientation et prise en charge 1 ère partie : modules transdisciplinaires - Module 4 : Handicap. Incapacité. Dépendance - Objectif 51 : L enfant handicapé : orientation et prise en charge Rédaction : C Aussilloux, A Baghdadli - Actualisation

Plus en détail

LE(s) HANDICAP(s) : MOTS & CONCEPTS

LE(s) HANDICAP(s) : MOTS & CONCEPTS LE(s) HANDICAP(s) : MOTS & CONCEPTS 1 Le Concept du handicap Une personne est handicapée quand : souffrant d'une déficience pérenne, et devant affronter un environnement inadapté, elle ne peut satisfaire

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI

L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI Les ERP «ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC» Le nouveau dispositif réglementaire Première partie CONTEXTE ET POLITIQUES PUBLIQUES Le contexte Le point de départ L accessibilité

Plus en détail

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée?

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Hélène Le Brun, conseillère septembre 2007 D-11815 Centrale des syndicats du Québec

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés Avant-propos Une nouvelle loi, de nouveaux principes La loi du 11 février 2005 relative à l égalité des droits et des chances, la participation

Plus en détail

Code d'éthique de la recherche

Code d'éthique de la recherche Code d'éthique de la recherche Ce texte reprend le code d'éthique de la FPSE de l'université de Genève, avec une adaptation des références aux instances académiques. Cette version est plus particulièrement

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS D 4 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Les spécificités urbanistiques du territoire vélizien soulignent l enjeu de l accessibilité de la ville aux personnes à mobilité

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

[FORMAT AGRANDI DE LA POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES]

[FORMAT AGRANDI DE LA POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES] Type de doc. Politique Section Administration Prochain examen Décembre 2016 [FORMAT AGRANDI DE LA ] 1. Portée La présente politique s applique à tous les services et programmes fournis par le Centre de

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

DE LA COHÉSION SOCIALE

DE LA COHÉSION SOCIALE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA COHÉSION SOCIALE Conseil supérieur de travail social Synthèse du Rapport Le partage d'informations dans l'action sociale et le travail social remis à Madame la Ministre Marisol

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

Une passerelle pour votre avenir

Une passerelle pour votre avenir Une passerelle pour votre avenir Livret d accueil Jeunes de 14 à 20 ans Plusieurs structures pour des parcours individualisés Des équipes pluridisciplinaires pour un service de qualité Enfance et Adolescence

Plus en détail

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif La recherche du lauréat du prix Nobel de Sciences économiques James Heckman et sa pertinence pour les communautés francophones en milieu

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

PRESENTATION DE LA MDPH

PRESENTATION DE LA MDPH PRESENTATION DE LA MDPH 1) LA LOI HANDICAP DU 11/02/2005 La loi handicap de 2005 (la précédente remonte à 1975) a révolutionné tant les institutions dans leur fonctionnement, que l accueil des élèves dans

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Les Français et le handicap visuel

Les Français et le handicap visuel Janvier 015 Enquête TNS Sofres pour la Fédération des Aveugles de France Rapport de résultats 48UA53 Rappel méthodologique Echantillon Enquête réalisée par téléphone auprès d un échantillon de 1005 personnes

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Bilan général sur la loi Handicap de 2005

Bilan général sur la loi Handicap de 2005 Audition de l Unisda au Sénat Application de la loi Handicap de 2005 2 Mai 2012 Bilan général sur la loi Handicap de 2005 La loi 2005-102 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation. La ville fait école

Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation. La ville fait école Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation La ville fait école Avant-propos Barbara Eberhard Conseillère municipale, St-Gall Direction école et sport

Plus en détail

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE 209 DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE Pierre Caspard Service d Histoire de l Éducation, France. En février 2013, Antoine Prost a reçu des mains du ministre de l Éducation nationale français,

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

«CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris. Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04. http://www.clair-logis.

«CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris. Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04. http://www.clair-logis. «CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04 http://www.clair-logis.org/ 1 CONTRAT DE SEJOUR L établissement «Maison d Enfants

Plus en détail

Avant-propos. bruylant

Avant-propos. bruylant Avant-propos Éric Savaux Professeur à la Faculté de droit et des sciences sociales de l Université de Poitiers, Directeur de l équipe de recherche en droit privé Les 13 et 14 décembre 2013, s est tenu,

Plus en détail

MASTER en SCIENCES DE L ÉDUCATION

MASTER en SCIENCES DE L ÉDUCATION MASTER en SCIENCES DE L ÉDUCATION Ø Un Master orienté vers l éducation, le jeu, la formation et l intervention, hors l école Le master en sciences de l éducation EFIS, Éducation, Formation, Intervention

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Préparation au concours d aide-soignant

Préparation au concours d aide-soignant Préparation au concours d aide-soignant Le métier Il contribue à une prise en charge globale des personnes en liaison avec les autres intervenants au sein d une équipe pluridisciplinaire, en milieu hospitalier

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010

CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010 CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010 ACCÈS AU SPORT ACCÈS AUX LOISIRS ET/OU À LA CULTURE 1 PRÉAMBULE Définies dans le

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à l annulation des rachats des cotisations arriérées présentation observations Cour d Appel Domaine(s) de

Plus en détail

Organisation des enseignements au semestre 7

Organisation des enseignements au semestre 7 Organisation des enseignements au semestre 7 UE1 : Pratiques pédagogiques différenciées et adaptées aux besoins éducatifs particuliers (responsable : J. Divry) Transmettre des connaissances et des références

Plus en détail

Jean-Pierre SOUTRIC Vice-Président Corporate and Travel Industry Sales, Europe Four Seasons Hotels and Resorts

Jean-Pierre SOUTRIC Vice-Président Corporate and Travel Industry Sales, Europe Four Seasons Hotels and Resorts L E S C O N F E R E N C E S D E L I R E S T CYCLE 2014-2015 L Institut de Recherche et d Etudes Supérieures du Tourisme (IREST) Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a le plaisir de vous inviter à la conférence

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

La notion de handicap et les représentations que l on en a

La notion de handicap et les représentations que l on en a La notion de handicap et les représentations que l on en a Résumé : Qu est-ce que le handicap, et que signifie «être handicapé»? Comment les personnes handicapées ont-elles été considérées et prises en

Plus en détail

2013-2014. psychologie. UFR des Sciences de l Homme

2013-2014. psychologie. UFR des Sciences de l Homme 2013-2014 DU LYCÉE À L UNIVERSITÉ psychologie UFR des Sciences de l Homme OBJECTIFS de la formation Vous êtes intéressé par les études de psychologie? A l Université Bordeaux Segalen, cette formation s

Plus en détail

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La réhabilitation psychosociale est à la mode. Ce n est jamais bon signe. Cela risque de conduire à perdre le sens initial de cette démarche. La

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

Réunion C.T.B. CNRS. Accessibilité et Handicaps : où en sommes-nous? Novembre 2010

Réunion C.T.B. CNRS. Accessibilité et Handicaps : où en sommes-nous? Novembre 2010 Réunion C.T.B. CNRS «Les 10èmes rencontres» Accessibilité et Handicaps : où en sommes-nous? Novembre 2010 Des chiffres clé sur l emploi dans le milieu ordinaire du travail Dans le secteur privé assujetti

Plus en détail

Un manque de logements, Un manque de services. Comment répondre adéquatement à ce plan d action?

Un manque de logements, Un manque de services. Comment répondre adéquatement à ce plan d action? Plan d action ministériel en santé mentale 2005-2010 «La force des liens» Phase II : services résidentiels en santé mentale Un manque de logements, Un manque de services. Comment répondre adéquatement

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

Résumé du projet (french) http://www.univie.ac.at/phc. Karl Krajic Jürgen Pelikan Petra Plunger Ursula Reichenpfader

Résumé du projet (french) http://www.univie.ac.at/phc. Karl Krajic Jürgen Pelikan Petra Plunger Ursula Reichenpfader Résumé du projet (french) http://www.univie.ac.at/phc Karl Krajic Jürgen Pelikan Petra Plunger Ursula Reichenpfader Institut Ludwig Boltzmann de sociologie de la santé et de la médecine Avril 2001 Introduction

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 JULIA LEGRAND, Psychologue- Psychothérapeute L hypnose est un terme qui entraine un grand nombre d idées reçues, d inquiétudes et de méfiance. On donne parfois à l hypno-thérapeute

Plus en détail

Unité de formation professionnelle du Ceras

Unité de formation professionnelle du Ceras Unité de formation professionnelle du Ceras 15 novembre 2013 : Journée romande de la commission latine d intégration professionnelle (CLIP) Cette présentation, susceptible d être d distribuée e aux personnes

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

AVIS SUR L ACCÈS DES ENFANTS AYANT DES LIMITATIONS FONCTIONNELLES AUX SERVICES DE GARDE À L ENFANCE

AVIS SUR L ACCÈS DES ENFANTS AYANT DES LIMITATIONS FONCTIONNELLES AUX SERVICES DE GARDE À L ENFANCE Cat. 2.120-12.48 AVIS SUR L ACCÈS DES ENFANTS AYANT DES LIMITATIONS FONCTIONNELLES AUX SERVICES DE GARDE À L ENFANCE M e Claire Bernard, conseillère juridique Direction de la recherche et de la planification

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

Une stratégie d enseignement de la pensée critique

Une stratégie d enseignement de la pensée critique Une stratégie d enseignement de la pensée critique Jacques Boisvert Professeur de psychologie Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu La pensée critique fait partie des capacités à développer dans la formation

Plus en détail

Autisme : ce que nous attendons des Agences Régionales de Santé

Autisme : ce que nous attendons des Agences Régionales de Santé Autisme : ce que nous attendons des Agences Régionales de Santé La mise en place du plan autisme 3 met au premier plan les ARS qui vont devoir le mettre en œuvre en région. Elle a vite fait apparaître

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

S ONDAGE SUR LA SCOLARIS ATION E N MILIE U ORDINAIRE DES ENFANTS E N S ITUATION DE HANDICAP EN ELEMENTAIRE ET AU COLLEGE

S ONDAGE SUR LA SCOLARIS ATION E N MILIE U ORDINAIRE DES ENFANTS E N S ITUATION DE HANDICAP EN ELEMENTAIRE ET AU COLLEGE S ONDAGE SUR LA SCOLARIS ATION E N MILIE U ORDINAIRE DES ENFANTS E N S ITUATION DE HANDICAP EN ELEMENTAIRE ET AU COLLEGE - Sondage de l'institut CSA - - Note des principaux enseignements - N 1001198 Février

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL,

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, nathalie.perpinial@fehap.fr, 06 74 72 73 78 SOMMAIRE Pourquoi la FEHAP intervientelle

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour»

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d accueil de jour -SAJE- est implanté sur le 19 e arrondissement de Paris et accueille

Plus en détail