GUILLOT Anne. Thème : Prévention du syndrome post-avortement dans la prise en charge de l interruption volontaire de grossesse par l infirmière.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUILLOT Anne. Thème : Prévention du syndrome post-avortement dans la prise en charge de l interruption volontaire de grossesse par l infirmière."

Transcription

1 GUILLOT Anne Thème : Prévention du syndrome post-avortement dans la prise en charge de l interruption volontaire de grossesse par l infirmière. I.F.S.I. de Roubaix Promotion 2012

2 Sommaire : Sigle...page 1 Introduction. page 2 Constat.page 3 Cadre conceptuel.page 7 I- L interruption volontaire de grossesse....page 7 1- Généralités.page 7 2- Epidémiologie page 8 a) En France.....page 8 b) Dans la région..page 8 3- Technique...page 8 a) IVG médicamenteuses.page 8 b) IVG chirurgicale...page 9 4- Répercussions...page 10 a) Physiques..page 10 b) Psychologiques.page 12 II- Le syndrome post-avortement...page Généralités...page 13 a) Définition..page 13 b) Historique...page Facteurs de risques.. page 13 a) Pressions de l entourage....page 13 b) Manque de soutien....page Signes cliniques...page 15 a) Changements hormonaux et hyperémotivité.. page 15 b) Sentiments de perte et d amertume...page 15 c) Fragilité psychologique.. page 15

3 III- L infirmière.. page 18 IV- Les représentations sociales... page 20 Problématique.....page 23 Hypothèse..page 25 Enquête.....page Méthodologie....page 26 Argumentation du choix page 26 But page 26 Choix de la population ciblée.page 26 Elaboration du questionnaire.... page 26 Répartition des questions en 4 axes...page 27 Contact avec les terrains....page Résultats et analyse des contenus....page Retour à l hypothèse....page 37 Conclusion.....page 41 Bibliographie.page I Annexes....page III à XIV ***

4 Sigle CCNE : Comité Consultatif Nationale d éthique IVG : interruption volontaire de grossesse IMG : interruption médicale de grossesse FIV : fécondation in vitro IDE : infirmière diplômé d Etat IFOP : Institut Français d Opinion Publique CNRS : Centre National de la Recherche scientifique SIIPS : Soins Infirmiers Individualisés à la personne soignée

5 Introduction : «Si l avortement ne concerne que les droits de la femme, qu en est-il des miens? Aucune féministe radicale ne manifestait pour mes droits ce jour-là. Ma vie allait être supprimée au nom des droits de la femme» Le discours de Gianna Jessen à Melbourne en 2008, bouleverse encore de par le monde, par les propos retranchés de la jeune femme qui ne «devait» pas voir le jour. A sept-mois et demi de grossesse, sa mère avait décidé d avorter par solution saline dans une clinique Californienne, mais Gianna est née vivante pour affirmer que la vie est un don magnifique et que plus particulièrement malgré les handicaps reçus de sa naissance particulière, la sienne est merveilleuse. L avortement est actuellement un sujet qui divise aussi bien au niveau des idéaux politiques que des convictions de chaque français. Enjeu éthique et symbolique du mouvement féministe, laissent-ils la place à un possible syndrome post-avortement? Regroupement pro-vie ou pro-choix et sites frauduleux donnent-ils une chance à ces femmes en souffrance de s exprimer et de se reconstruire? Où est la place du soignant dans cette prise d opinion? Mère Teresa est sans doute une des femmes les plus admirées et respectées dans le monde et elle est aussi celle qui a inspiré mon projet d aide aux enfants démunis. Entre autre, elle a lutté en Inde et partout ailleurs pour mettre en relation des familles qui espéraient accueillir des enfants avec d autres qui ne le pouvaient pas. Ma sensibilité de soignante se dirige vers l accès aux soins des enfants et je m associe à Mère Teresa pour promouvoir la vie, en la protégeant et en la maintenant en santé. «Prenons une résolution ferme : que jamais aucun enfant ne puisse manquer d'attention et d'affection, que jamais il ne soit privé d'amour ou de la vie pour être jeté comme une ordure. Et donnez jusqu'au bout, jusqu'à ce que cela vous fasse mal, avec le sourire. 1» L avortement touche la notion de vie et de mort, alors je me demande pourquoi on a le droit d encourager une IVG mais pas le droit d encourager à relever le défi de poursuivre une grossesse. Ces femmes ont aussi le droit de savoir que ce choix quel qu il soit, restera décisif, et qu il existe un syndrome post-avortement. 1Discours de Mère Teresa, le 3 février 1994 à Washington au «National Prayer Breakfast»

6 Constat : L avortement est un droit depuis millions d avortements sont réalisés dans le monde chaque année, en France, dans le Nord, selon une étude de l INSEE en janvier Simone Veil souhaitait donner aux femmes en détresse une solution pour empêcher les avortements clandestins. Elle a obtenu la légalisation de ce projet en , en ayant pour but premier de protéger la vie de ces femmes qui se mettaient en danger de mort par des pratiques hors de tout cadre sécurisé. Cependant le nombre d IVG aujourd hui reste très élevé et la pratique clandestine existe toujours. La première cause qui pousse une femme à avorter est le manque de moyens financiers. Mes grands-parents paternels sont tous issus d une grossesse non-désirée hors mariage. Leur mère n avait que très peu à offrir, et beaucoup à cacher pour l époque. Ils ont tous deux grandi comme des orphelins et pourtant je ne peux que me poser la question de ce qu aurait décidé leur mère si elle avait grandi à notre époque et avait eu ce choix. Depuis l adolescence, j ai pu observer la divergence d opinion sur l avortement et sur la notion de vie et son origine. En débutant mes recherches, j ai été interpellée par cette souffrance interdite : celle d avoir enduré un avortement. Selon un sondage de l Institut Français d Opinion Publique (IFOP) en février 2010, 83% des femmes pensent qu il existe des répercussions psychologiques. Des femmes de tout âge mais aussi de nombreuses adolescentes luttent pour exprimer leur ressenti. Emissions, blogs, journaux en ligne, psychiatres, gynécologues, médecins : tous témoignent d une souffrance honteusement voilée. En effet, cet acte revendiquant la liberté féminine, est devenu un sujet tabou dont on ne devrait parler que positivement. Notre société s intéresse peu à la détresse de ces femmes qui bénéficient de ce droit. Il en paraîtrait presque déraisonnable puisque ces femmes ont ellesmêmes choisi cette alternative.. Des études se construisent à l étranger : Royaume-Uni, Etats- Unis, Canada pour évaluer avec du recul les avantages et inconvénients de l IVG. En France des démarches ont été entreprises pour avancer dans cette recherche. Mais elles sont amplement découragées et étouffées car elles représentent un enjeu idéologique selon Sabine Faivre, chercheuse diplômée en éthique médicale, titulaire d une maitrise de sociologie et d une licence de psychologie. La base du Centre National de la Recherche scientifique (CNRS) ne compte aucune étude sur les traumatismes psychologiques de nature obstétricale 2Loi n du 17 janvier 1975 relative à l'interruption volontaire de la grossesse

7 alors qu il en existe sur l impact de la grossesse et de l accouchement. La gynécologue Florence Allard nomme ce phénomène : «le traumatisme post-avortement». Cependant tant qu aucune recherche ne n est reconnue, aucune prise de conscience ne peut être faite ni la souffrance définie et identifiable aux yeux des professionnels de santé et de la société. En consultant une enquête de Sabine Faivre parue dans son ouvrage 3, j ai pu approcher la source du malaise de l équipe médicale, paramédicale et sociale d un centre de planification et d un service exécutant l IVG. Elle a pu rapporter les propos de ses entretiens mais aussi de ses observations lors de consultations pré-ivg. J ai pu prendre en compte le vécu de chacun, l insuffisance de moyens humains, matériels et financiers. J aimerais ainsi étudier la prise en charge de ces femmes dans une situation délicate de leur vie où leur décision peut avoir une grande importance et dans quelle mesure sont-elles écoutées. J ai, à mon tour, pu questionner les infirmières du terrain pour connaître leur vécu et leurs observations. Sur une quinzaine de sondages remis en mains propres dans deux centres de planification conséquents de la région Nord et après avis favorable du chef de service et de la cadre du service, j ai pu en récupérer 4 seulement. Le plus étonnant est l accueil que j ai reçu par des équipes de gynécologie qui reçoivent des patientes en demande d IVG. Elles m ont dit n être pas concernées par le sujet et m ont envoyé vers le centre de planification. Cependant, selon le même sondage de l IFOP au moins 28% des femmes recherchent auprès du personnel soignant un soutien pour se protéger des influences extérieures. D autres infirmières avouent ne pas toujours avoir le temps de pratiquer l écoute active mais répondre aux besoins des patientes par une simple dédramatisation de l acte. En hospitalisation, la patiente entre dans le service à 11h30, subit l intervention à 13h pour rentrer chez elle à 17h sachant qu il en est de même pour 4 autres patientes. De plus, le temps passé à écouter la patiente n est pas forcément compté dans le poste de travail. En effet les SIIPS (Soins Infirmiers Individualisés à la Personne Soignée), mesurent la charge de travail sur un poste de travail de manière qualitative et quantitative et élaborent la cotation des actes ; ils ne laissent que peu de place aux imprévus. Pour la plupart, pratiquer des IVG est leur choix et elles disent aimer venir en aide à des femmes en difficulté. Cependant elles ont conscience que certaines de leurs patientes ne se rendent pas compte du geste et reviennent plusieurs fois pour la même raison. Elles admettent que certaines peuvent être sujettes à des répercussions psychologiques et même «dramatiques» selon l une des infirmières sondées. 3FAIVRE S, 2006, La vérité sur l avortement aujourd hui, Pierre TEQUI, Saint Céneré

8 D autres n en n ont observé aucune et semble découvrir que certaines patientes développent un processus de deuil quelques années après. Elles ne trouvent cela cohérent que dans le cadre d une IMG ou échec à la FIV. Pourtant, depuis le 20 aout , le fœtus mort-né peut être inscrit sur le livret de famille. La prise en charge pré-ivg se base sur le déroulement du type d IVG choisi tandis que la post-ivg apporte des informations sur la contraception. Je constate qu une seule solution est évoquée, 84% seraient favorables, selon l IFOP, à un livret d accueil leur expliquant autant les deux types d IVG (médicamenteuse et chirurgicale) que les différentes propositions d aide aux femmes enceintes et jeunes mères. Seulement un tiers des femmes ayant eu une IVG y compris les mineures, reviennent en consultation après. Les axes d amélioration des infirmières sondées sont d augmenter le nombre de centres de planification, les isoler des centres hospitaliers et de changer les mentalités anti-ivg. Certaines proposent de prendre en charge leurs patientes de la première consultation à l hospitalisation pour assurer le réconfort de celles-ci. Je pense qu il serait opportun d accentuer l information quant aux aides et solutions favorables à l accueil d une grossesse ; autant que la sensibilisation à l avortement et à l éducation à la contraception. Avant la loi Veil, les femmes n avaient pas d autre choix que de continuer leur grossesse, peu importe les conditions ou alors de risquer leur vie avec une pratique d avortement clandestin. Mais aujourd hui, pourquoi semble-t-on avoir pris des directions presque inverses? Une des infirmières que j ai sondée affirme que si la décision est claire pour la patiente, les répercutions post-ivg en sont moins retentissantes. Elle observe aussi que le traumatisme peut varier en fonction du niveau d acceptation de l avortement vécu. Les patientes sont prises en charge davantage sur le plan physique que sur leur ressenti et le recueil de leur émotions. Dans une de mes dernières enquêtes, l infirmière aimerait améliorer la prise en charge de ces femmes en disposant de chambres seules et d une possibilité de pouvoir consulter un psychologue pendant le séjour. Dans cette même structure ce sont des conseillères conjugales qui dans 80% des cas exercent cette fonction par défaut. L équipe de soignants semble ne pas être suffisamment familiarisée et consciente des difficultés que peut engendrer le choix d une IVG. Est-elle formée à cette éventualité? Le manque de temps semble être aussi un facteur considérable. Il faudrait 4Décret n du 20 août 2008 modifiant le décret n du 15 mai 1974 relatif au livret de famille

9 sensibiliser les infirmières à cette potentialité de souffrance afin de permettre au besoin d écoute post-ivg d être exprimé ; ce qui est d autant plus difficile puisqu il est minimisé ou encore ignoré de la soignante elle-même. Elle ne dispose pas de moyens suffisants en temps et en formation pour y répondre. Comment l'infirmière peut-elle sensibiliser les patientes devant subir une IVG aux répercutions psychologiques que cet acte engage, afin de prévenir le nombre de syndrome post-avortement si elle-même n en a pas conscience? Est-elle en mesure de lui apporter le soutien nécessaire ainsi que l indication sur les diverses orientations possibles? Comment ce besoin d écoute pourrait-il être au cœur de la prise en charge de l IVG pour ces femmes qui se situent au milieu d un choix déterminant pour leur vie? Comment mettre en place dans notre pratique une information de prévention, de soutien et d empathie lorsque ce soin n est pas prioritaire par rapport à la prise en charge technique? Ce qui m amène à cette question de départ que je formulerai ainsi : Comment faire prendre conscience à l infirmière que la prise en charge psychologique d une patiente devant subir une IVG est prépondérante, dans le but de prévenir le syndrome post avortement? Cadre conceptuel : I- L interruption volontaire de grossesse

10 «La loi garantit le respect de tout être humain dès le commencement de la vie. 5» 1- Généralités L avortement et ses problématiques existaient bien avant la loi Veil de 1975, déjà dans le serment d Hippocrate (IVème siècle avant JC), tout nouveau médecin jurait : «je ne remettrai à aucune femme un pessaire abortif." En 1942, l avortement est passible de la peine de mort dans un état indépendant du dogme catholique depuis le 1 er janvier Une première ouverture se créé en 1955, avec la permission d avortement thérapeutique. Dans les années 70, la France est en pleine révolution des mœurs et la pression monte, les manifestants font entendre leur voix pour obtenir l avortement légal jusqu à dix semaines de grossesse pour «la femme enceinte que son état place dans une situation de détresse 6». Cet acte médical ne sera pris en charge par la sécurité sociale qu en En 2001 la possibilité de l IVG passe de 10 à 12 semaines, les mineurs n ont plus besoin de l accord parental ni les majeurs d entretien pré-ivg. La restriction de «situation de détresse» est aussi levée. La légalisation de l avortement est arrivée dans un contexte particulier où il s apparente à la lutte de l égalité des sexes, au rejet des traditions religieuses et familiales. L IVG et la contraception sont des symboles revendicateurs d une certaine liberté féminine. Il reste cependant un enjeu éthique considérable qui oppose certaines idéologies. D un côté, la femme dispose des décisions concernant son propre corps et ses propres projets. D un autre, l éthique ne sait se positionner sur la question du début de la vie. Le CCNE (comité consultatif national d éthique) existe pour donner son avis sur les enjeux éthiques dus aux avancées de la science. Elle déclare en 1984 que l embryon humain dans sa potentialité biologique d être humain doit être considéré comme une «personne humaine potentielle». 2- Epidémiologie a) En France 5Titre premier de la loi n du 17 janvier 1975 : Interruption volontaire de grossesse 6Article L de la loi n du 17 janvier 1975 : Interruption volontaire de grossesse

11 Prés de 40% des femmes françaises auront recours à l IVG. En 2009, la France recense naissances 7 et IVG soit un peut moins d un quart du nombre de naissance. ( naissances en 2010) b) Dans la région Le Nord-Pas-de-Calais compte IVG et naissances en Techniques a) IVG médicamenteuses Elle représente aujourd hui la moitié des IVG et peut se pratiquer jusqu à la cinquième semaine de grossesse. Ce n est qu en 1990 que le RU 486,le contraceptif d urgence, connu sous le nom de Lévonorgestrel, est autorisé en milieu hospitalier. L IVG médicamenteuse utilise deux thérapeutiques le Mifépristone et le Misoprostol. Le Mifépristone a pour action la dilatation et l ouverture du col utérin. Des crampes et contractions sont les principaux effets secondaires. Le Misoprostol doit être pris 36h à 48h plus tard et a pour effet une ouverture du col utérin et l expulsion des «débris» intra-utérins. Les saignements peuvent durer jusqu à 12 jours et être abondants. Elle est pratiquée en milieu hospitalier et centre de planification. Mais elle peut être aussi exercée depuis 2004 en ville uniquement pour les femmes majeures par un médecin ayant signé une convention avec un établissement de santé. En ville, elle devra être mise en place en 5 consultations : - La première consiste en un recueil de données physiques, psychologiques, une proximité géographique avec un hôpital et une vérification d un début de grossesse de moins de cinq semaines. Le médecin doit évaluer si la patiente est capable de gérer cette méthode et ainsi lui expliquer le protocole et les signes de complications à repérer. Il lui remet le document officiel d information sur l IVG. 8 7Rapport de l INSEE publié en Janvier 2011

12 - La deuxième, au minimum sept jours plus tard réaffirme la demande d IVG et fixe le deuxième rendez-vous médical pour la prise de médicaments. - La troisième est la prise de la mifépristone. Le médecin établit un dossier médical que la patiente présentera en urgence si des complications qu elle a identifié avec le médecin apparaissent. Il prescrit des antidouleurs à 48h après à lieu la quatrième consultation ou le médecin administre le misoprostol. - La dernière consultation est programmée quinze jours après la prise de mifépristone dans le but de déceler toutes complications post-ivg. La première consultation se fait en ville. Le médecin s il ne pratique pas l IVG doit renseigner la patiente sur les lieux où cela est possible. La prise en charge en centre de planification apporte, de plus, la possibilité de consulter un conseiller conjugal, un psychologue et une assistante sociale. Les entretiens psycho-sociaux peuvent aussi bien être effectués par une infirmière que par les autres acteurs de l équipe suivant le fonctionnement de la structure. C est le médecin qui réalise l IVG. b) IVG chirurgicale L IVG chirurgicale peut être réalisée depuis 2001 jusqu à douze semaines de grossesse selon la loi française 9. L hospitalisation peut être faite sur la journée avec une surveillance de quelques heures après l intervention. Elle est faite sous anesthésie générale ou locale. L anesthésie générale est dans 75% des interventions, choisie par la patiente pour ne pas «assister» à son IVG. Elle peut être prémédiquée afin de dilater l ouverture du col (mifépristone chez la nullipare et misoprostol chez la multipare). Le médecin peut aussi choisir le laminaire (Algue desséchée augmentant de volume à l humidité) ou dilater le col sous anesthésie. L opération se déroule en une demi-heure. Elle consiste en l aspiration de l embryon par l introduction d une canule pour aider à éliminer le contenu de l utérus. Il peut aussi se pratiquer par curetage. Il s agit donc de découper l embryon afin de pouvoir l aspirer. 8Ministère de la Santé et des Solidarités, novembre 2005, l interruption volontaire de grossesse, Paris 9Loi du 4 juillet 2001 relative à l'interruption volontaire de grossesse et à la contraception

13 Pour s assurer que l avortement est total, le médecin reconstitue le corps de l embryon. Au réveil, un traitement antalgique est mis en route. Les saignements post IVG peuvent durer une quinzaine de jour. 4- Répercussions a) Physiques Des symptômes peuvent apparaitre après une IVG, la patiente doit être tenue au courant par le médecin et l infirmière. Aucune étude n a été menée en France, et le médecin ne peut repérer que les complications immédiates. Aux U.S.A, au Canada et en Suisse les résultats pour la présence de complications sont peu alarmants et souvent inférieur à 1%. 10 Les risques de l anesthésie générale et locorégionale sont aussi à prendre en compte comme dans toutes interventions qui en nécessitent. Il existe donc un risque d inhalation, de choc anaphylactique, cardiovasculaire, de paralysie transitoire de la vessie ou d un membre dû à la compression d un nerf, d une infection de la zone de pose d un cathéter veineux, de céphalée, et de bronchospasme avec une anesthésie générale ou locorégionale. - saignements : ils sont considérés anormaux si la patiente imbibe plus d une serviette à l heure pendant 3h suivant l avortement. Ils peuvent durer de façon normale jusqu à quatre semaines. - infections : éviter les tampons et les rapports sexuels pendant 7 jours pour minimiser le risque infectieux. Une antiobioprophylaxie peut être prescrite pour limiter le risque lors de l intervention. Des infections d origine gynécologique peuvent être déjà présentes et devront être détectées lors de l examen fait 8 jours avant l IVG. - douleurs abdominales et crampes peuvent durer jusqu à 3 semaines. 11 -immunisation anti-rhésus : Si la mère est rhésus négatif, dès la dixième semaine de grossesse, une prise de sang détermine le rhésus du fœtus. Pendant l IVG, des globules rouges du fœtus peuvent traverser le placenta, s il est rhésus positif, une immunisation de la mère va 10Statistique de l AGOS ( association des cliniques de gynécologies-obstétriques Suisse) étude faite par le Dr Daniel Sieger de Note pour les saignements, infections et douleurs :

14 se faire contre ses globules rouges et ses anticorps pourront traverser le placenta lors d une prochaine grossesse provoquant une anémie et un ictère sévère pour le fœtus. Ce phénomène existe pour une grossesse sur mille et se traite par une injection d immunoglobine (anticorps anti-rhésus +). 12 -perforations utérines : conséquences de l IVG pouvant se compliquer en une hystérectomie. (2 à 3%) -lacérations du col de l utérus : Pour l IVG d un embryon de moins de 3 mois, elles nécessitent obligatoirement des points de suture des microlésions provoquées. Si elles ne sont pas soignées, elles peuvent provoquer à long terme une stérilité. -inflammation pelvienne et infection par chlamydia : Une femme touchée par la chlamydia aura 4 semaines plus tard dans 23% des cas après une IVG une inflammation pelvienne pouvant favoriser des grossesses extra-utérines. -endométrite post-abortum : inflammation de l endomètre qui touche les adolescentes 2,5 fois plus que les femmes de 20 à 30 ans. Facteurs de risques pour : -le cancer du col de l utérus, des ovaires et du foie : dû aux perturbations hormonales provoquées, le cancer du col de l utérus est 2,3 fois plus élevé chez la femme ayant choisi une IVG et 4.92 fois plus élevé chez la femme qui en a eu recours plus de deux fois. Des observations assimilables apparaissent pour le cancer du foie et des ovaires. - le cancer du sein : l arrêt subit de la grossesse d une nullipare, alors que les hormones prolifèrent de façon massive, (œstrogène et la progestérone augmentent de 200% entre la fécondation et la 12éme semaine), laisse des cellules indifférenciées sensibles aux facteurs cancérigènes. En effet, ces cellules aurait du se différencier pour permettre la lactation Complications lors d une nouvelle grossesse : -nouveau-nés handicapés (l avortement et l état de l utérus peuvent être responsables de complications néonatales (accouchement prématuré, mort in utéro) et d un placenta anormalement constitué) -implantation anormale du placenta 12http://www.toobusiness.com/portail/conseil/enfant/rhesus.htm

15 -Grossesses extra-utérines pouvant provoquer une stérilité. 13 b) Psychologiques Ce type de répercussions est à évaluer sur le plan individuel, chaque femme appréhendant son I.V.G. à sa manière. On peut cependant observer majoritairement un premier sentiment de soulagement face à la résolution de ce facteur angoissant qui persistait depuis quelques semaines. Dans les semaines qui suivent, des sentiments de refoulement, détresse et déni peuvent survenir. Beaucoup de questions restent en suspens, sans interlocuteur. Certaines femmes en resteront là. La phase de culpabilité puis d acceptation ne surgira qu à un autre moment clé de la vie des femmes (naissance d un autre enfant, date anniversaire de l IVG, etc ). Ces répercussions sont donc assez difficiles à prendre en charge puisqu elles sont emplies de mécanismes de défense et peuvent apparaitre à n importe quel moment sans être parfois identifiables. Les répercussions sont d autant plus considérables si la décision est ambigüe. En effet, plus la décision est tardive, plus la femme sera sujette au doute. De même si ce choix lui est imposé (mineures, partenaire opposé, situations déterminantes, convictions idéologiques de l entourage. 14 ). 13 Pour cette page : ALLARD F, FROPO J.R., 2007, Le traumatisme post-avortement, SALVATOR, Condé-sur- Noireau 14DR Annie Bureau, association nationale des centres d interruption de grossesse et de contraception,

16 II- Le syndrome post-avortement 1-Généralités a) Définition Pour définir ces prochains termes, j ai choisi un dictionnaire de référence : Le Larousse. -Le sens propre du syndrome est : L ensemble de plusieurs symptômes ou signes en rapport avec un état pathologique donné et permettant, par leur groupement, d'orienter le diagnostic. - Il prend pour sens figuré : L ensemble de comportements particuliers à un groupe humain ayant subi une même situation traumatisante. b) Historique Ce terme est employé pour la première fois dans les années 1980 par le docteur Rue, dans le but de nommer ce syndrome post-traumatique où la femme est parfois inconsciemment sous anesthésie psychologique afin d oublier ses souffrances 15. Dés 1985, avec la parution d Hôpital silence, de Nicole Malincoli, les difficultés post-avortement des femmes sont reconnues au travers des propos rapportés de l auteur. Ce syndrome ne se présente que chez les femmes exposées à un ou plusieurs de ces facteurs suivants: 2-Facteurs de risques a-pressions de l entourage Lorsque la décision n est pas pleinement celle de la femme, une certaine ambivalence peut naître chez elle. Son entourage peut devenir le cadre raisonnable ou le cadre contraignant. Elle entendra que ce n est pas le moment, qu elle est trop jeune, trop vieille, qu elle n a pas les moyens, ou bien que son conjoint est en désaccord ou absent. Prendre une décision à l encontre de l approbation de son entourage est aussi difficile mais peut susciter une atteinte à sa propre conscience Dr V. Rue, directeur de l'institute of post-abortion Recovery, à Portsmouth

17 Dans une étude menée aux Etats-Unis et en Russie sur 548 femmes (331 russes et 217 américaines), 64% des femmes interrogées exposaient des pressions de l entourage 17. b-manque de soutien L avortement n est pas un acte anodin, il touche à l intimité de la femme mais aussi à sa possibilité de donner la vie et d être mère. «La femme est ontologiquement destinée à donner la vie et un geste de mort est forcément porteur de conséquences au niveau physique et psychologique (sans parler du spirituel). 18» Il est cependant difficile pour cette femme de verbaliser sa souffrance par peur du cadre contraignant. Son silence l empêche de chercher du réconfort auprès de ses proches ou auprès du personnel soignant qui n est pas encore sensibilisé à cette problématique. La société pousse d ailleurs de manière insidieuse à avorter en avançant qu une grossesse est toujours possible plus tard et que cette intervention est banale, et selon la situation c est plus raisonnable La place du conjoint est aussi source de conflit puisque lui aussi peut être mêlé à ce traumatisme ou en être complètement écarté. Les couples fragiles auront tendance à ne pas surmonter ce syndrome. La femme peut se sentir incomprise et nourrir de l amertume, il lui est donc peu possible de rechercher du soutien auprès de son compagnon. Les proches auront des difficultés à associer son choix d avorter et son mal-être actuel. Le manque de soutien vient de l incompréhension de l entourage mais aussi de l absence de recherche de la femme, renforçant sa souffrance Signes cliniques 16DR Annie Bureau, CIVG Hôpital BRUSSAIS, Aufeminin.com 15/11/10 17«Induced abortion and traumatic stress : a preliminary comparison of American and Russian women» Medical Science monitor, SR5-16, Préface du livre le traumatisme post avortement, Dr Mireille Robinson, psychiatre 19ALLARD F, FROPO J.R., 2007, Le traumatisme post-avortement, SALVATOR, Condé-sur- Noireau pages 88

18 a) Changements hormonaux et hyperémotivité L arrêt de grossesse provoque une chute hormonale conséquente. De même manière qu un baby blues, des troubles émotifs peuvent apparaître. Les saignements reprennent en post-ivg le quatrième jour avec des crampes abdominales d intensité variable et une fièvre jusqu à 38,5 C durant 24h. La femme peut alors avoir l envie de pleurer et se sentir un peu déprimée. 20 En effet, certaines passent par un processus de deuil et nécessitent d une réconciliation avec elle-même, ce qui est d ailleurs appelé «guérison intérieur» par le docteur De Cathelineau. 21 b) Sentiments de perte et d amertume Selon Dr Morgentaler, la patiente peut ressentir des émotions très fortes allant du soulagement, à la culpabilité au sentiment de profonde tristesse qu il faut extérioriser et non maintenir captif. Elle se sent incapable de retrouver une paix intérieure et vit une certaine anxiété concernant sa décision. Pour le docteur François Volff, un syndrome post-avortement se diagnostique par une expérience avec l avortement perçue comme une destruction volontaire de la vie 22. Il s accompagnerait de cauchemars, flash-back à la date anniversaire de l avortement mais aussi de mécanismes de défenses tel que le déni ou le refoulement. Des signes de dépressions nonprésents avant l avortement peuvent aussi survenir. Je vais ci-après les détailler : c) Fragilité psychologique Une femme montrera davantage de fragilité psychologique après un avortement tel que : La dépression clinique 20Dr Morgentaler, Canada «conseil pour après» 21DE CATHELINEAU P, 2003, Les lendemains douloureux de l avortement, C.L.D., Tours 22 Dr VOLFF. F, Un syndrome traumatique répandu : le Syndrome post-avortement. NERVURE : JOURNAL DE PSYCHIATRIE : SUPPLEMENT : FMC, 2004/06, vol. XVII, n 5, p

19 «Suite à une ablation du sein, 60 % de femmes passent par une dépression. Faut-il s'étonner alors que les femmes qui ont subi un avortement passent par une dépression après? 23» L image de soi, la culpabilité, le secret puis le refoulement des émotions peuvent être à l origine d une dépression post-ivg. Selon une étude américaine le risque de faire une dépression augmenterait de 65%. 24 Le suicide Des idées de suicide apparaissent chez ces femmes qui se sentent démunies et atteintes dans leur âme et dans leur chair après leur IVG. Le risque augmenterait de 154% par rapport aux femmes ayant mené à terme leur grossesse d après les résultats d une enquête auprès de américaines. 25 Il est d autant plus considérable qu il touche 2 à 4 fois plus les adolescentes. 26 Les conduites addictives Le risque de consommer de l alcool ou de la drogue est accru après une IVG. En excluant celle qui présente des antécédents, il serait multiplié par La dernière étude britannique menée sur femmes, dont ont avorté, a montré que l abus d alcool augmente de 110% et l usage de cannabis de 220% Dr Philip Mango, psychiatre à l Institut pour le développement humain à New-York 24JR Cougle, DC Reardon et PK Coleaman, «Depression Associated with aborption and Childbirth» medical science monitor CR , DC Reardon «Deaths associated with pregnancy outcome» Southern medical journal, aout M. Gissler «Suicides after pregnancy in Finland : » British Medical Journal DC Reardon, «Abortion and Subsequent abuse» American Journal of Drug and Alcohol Abuse, PK. Coleman, analyse de 22 enquêtes, British Journal of Psychiatrie, 2010

20 Trouble de la sexualité La peur de revivre cette situation traumatisante peut entrainer de l aversion pour la sexualité ou de la frigidité. La relation avec le conjoint peut être conflictuelle. Ce trouble est présent chez 30 à 50 % des femmes ayant avorté. 29 L infirmière a donc une place primordiale dans ce domaine où elle peut être à l écoute et expliquer comment ne plus se retrouver dans cette situation à l aide d une contraception adaptée et comprise. Développons ci-après de manière plus complète et précise ce qui est de son rôle propre. 29 PK. Coleman «Induced Abortion and intimate relationship quality in the Chicago Health and Social Life Survey» Public Health, 2009

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N C L I N I Q U E S A I N T - J E A N LIVRET D INFORMATION DES PATIENTES ENTRANT POUR UNE INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE (IVG) Clinique Saint-Jean Avenue Georges Bizet 83000 TOULON Tél : 0 826 00 44

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE. Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 20 mai 2015. PROPOSITION DE LOI

CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE. Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 20 mai 2015. PROPOSITION DE LOI ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 20 mai 2015. PROPOSITION DE LOI visant à promouvoir des solutions alternatives

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples donneurs Le don d embryons Sommaire Le don d embryons, qu est-ce que c est? 2 Qui peut en bénéfi cier? Qui peut donner les embryons et

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON

LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON Enquête qualitative par entretiens semi-structurés auprès de 8 femmes primipares F DUMEL, S BILLOT-HADANA

Plus en détail

Livret aide-mémoire LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE

Livret aide-mémoire LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE Livret aide-mémoire Secrétaires médicales LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE 1 Le présent livret vise à : Former les secrétaires médicales à l information et la promotion du DMP auprès des

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE

INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE Collège Saint Pierre 24 Rue du Four à Chaux 62100 CALAIS Tél : 03.21.00.72.72 INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE SVT 1 Sommaire : Introduction p.3 Les consultations médicales préalables 1 ère consultation

Plus en détail

Les IVG à Genève. Par Camille Buffle et Céline Paccolat. Tutrice: Dr. Samia Hurst

Les IVG à Genève. Par Camille Buffle et Céline Paccolat. Tutrice: Dr. Samia Hurst Les IVG à Genève Par Camille Buffle et Céline Paccolat Tutrice: Dr. Samia Hurst Listes des intervenants que nous avons rencontrés Dr. Samia Hurst, médecin et éthicienne, accessoirement tutrice responsable

Plus en détail

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles St Malo 5 février 2010 Audrey Lesieur Psychologue Le dispositif d annonce Plan Cancer 2005 ( Mesure 40) Apporter une information

Plus en détail

Médecins du travail et infirmières du travail : une équipe à construire

Médecins du travail et infirmières du travail : une équipe à construire Médecins du travail et infirmières du travail : une équipe à construire La question des équipes médecins et infirmières émerge par défaut dans un contexte de pénurie de médecins qui ne touche pas seulement

Plus en détail

Centre d Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) et Planification familiale

Centre d Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) et Planification familiale Centre d Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) et Planification familiale janvier 2010 Pour joindre le service Secrétariat : 02 99 26 59 23 Fax : 02 99 26 59 24 Consultations Du lundi au vendredi

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement

Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement Dossier de presse Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement 7 janvier 2015 Communiqué de presse Campagne de communication «Pas de relations sexuelles sans consentement» «Pas

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

L interruption volontaire de grossesse

L interruption volontaire de grossesse Huitième partie L interruption volontaire de grossesse Ce n est pas une méthode contraceptive. C est même, à mon sens, ce que toutes les méthodes contraceptives visent à éviter. Car la contraception n

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences prévenir. Troubles de la concentration, du sommeil, dépression Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 101 du 30 avril 2002 page 7790 texte n 8 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Décret n 2002-637 du 29 avril 2002 relatif à l accès aux informations

Plus en détail

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pourquoi moi? Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pleins feux sur les croyances entourant le cancer Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ 2 1 Vous venez d apprendre

Plus en détail

L'interruption volontaire de grossesse chez la mineure

L'interruption volontaire de grossesse chez la mineure L'interruption volontaire de grossesse chez la mineure Les lois 1975 Loi autorisant l'ivg pour 5 ans dite loi Veil 1979 Prolongation définitive de l'autorisation 1982 Loi Roudy pour le remboursement 2001

Plus en détail

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 Grégory GUILLAN Formateur I.F.S.I. Charles Foix Octobre 2011 1 Raisonnement et démarche clinique L infirmier(ère) comprend le problème de santé d un patient et

Plus en détail

N o 6103 6 CHAMBRE DES DEPUTES. Session ordinaire 2011-2012 PROJET DE LOI. portant modification des articles 351, 353 et 353-1 du Code pénal * * *

N o 6103 6 CHAMBRE DES DEPUTES. Session ordinaire 2011-2012 PROJET DE LOI. portant modification des articles 351, 353 et 353-1 du Code pénal * * * 30.7.2012 N o 6103 6 CHAMBRE DES DEPUTES Session ordinaire 2011-2012 PROJET DE LOI portant modification des articles 351, 353 et 353-1 du Code pénal SOMMAIRE: page Amendements adoptés par la Commission

Plus en détail

Instructions relatives aux «Directives anticipées»

Instructions relatives aux «Directives anticipées» Instructions relatives aux «Directives anticipées» Le texte qui suit est une version abrégée des directives et recommandations médicoéthiques «Directives anticipées». Il ne remplace pas la version intégrale

Plus en détail

Enquête sur la France des classes moyennes Vague 3

Enquête sur la France des classes moyennes Vague 3 Enquête sur la France des classes Vague 3 Tome 2 : Focus sur l école FD/JF/FG/MCP N 112507 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Jérôme Fourquet / Fabienne Gomant / Marion Chasles-Parot Département Opinion et

Plus en détail

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955 Jacky TESSIER, premier directeur de l Institut de Formation en Soins Infirmiers d Allonnes, nous a laissé son témoignage à propos du «cheminement de la formation initiale du personnel soignant sur près

Plus en détail

La fausse-couche. Page 1/6 - La fausse-couche. Page 2/6 - Fausse-couche précoce et fausse-couche tardive. 05/09/2011 - Par Destination Santé

La fausse-couche. Page 1/6 - La fausse-couche. Page 2/6 - Fausse-couche précoce et fausse-couche tardive. 05/09/2011 - Par Destination Santé 05/09/2011 - Par Destination Santé La fausse-couche On estime le nombre de fausses-couches par an à 20.000 en France. Quels sont les signes d'une faussecouche? Quelles en sont les causes, et quels traitements

Plus en détail

PROTOCOLE DE PARTENARIAT

PROTOCOLE DE PARTENARIAT DISPOSITIF EXPÉRIMENTAL POUR LA PRISE EN CHARGE DES ENFANTS MINEURS LORS D UN FÉMINICIDE OU D UN HOMICIDE AU SEIN DU COUPLE PROTOCOLE DE PARTENARIAT entre le Conseil général, via l Observatoire des violences

Plus en détail

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Chapitre 117 Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Y. NICOL 1. Introduction Au moment où nous rédigeons ces lignes, la question de l accès aux soins des

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

L'ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE,

L'ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE -------- NOR : DSP0200553DL L'ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, DELIBERATION N 2002-55 APF DU 28 MARS 2002 ----------------------------------------------------------

Plus en détail

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003)

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) INTERVENTION DE MARIE CHOQUET Le suicide est la 2 ième cause de mortalité des 16/25 ans. On compte

Plus en détail

«Lorsque j ai appris que. j avais un cancer du sein, j ai eu peur de l avoir transmis à mes enfants.» Prendre soin de soi.

«Lorsque j ai appris que. j avais un cancer du sein, j ai eu peur de l avoir transmis à mes enfants.» Prendre soin de soi. Prendre soin de soi Lorsque vous avez reçu le diagnostic de cancer du sein, vous avez peut-être eu peur que cela arrive aussi à vos enfants à cause du lien qui vous unit. En tant que parent, il est tout

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

L ADOPTION OUVERTE, SEMI-OUVERTE OU FERMÉE DE NOUVEAU-NÉS CANADIENS

L ADOPTION OUVERTE, SEMI-OUVERTE OU FERMÉE DE NOUVEAU-NÉS CANADIENS L ADOPTION OUVERTE, SEMI-OUVERTE OU FERMÉE DE NOUVEAU-NÉS CANADIENS GUIDE D EXPLORATION POUR LE PARENT BIOLOGIQUE Adoption Vivere inc. 15, rue Principale Nord, Montcerf-Lytton (Qc) J0W 1N0 Sans frais :

Plus en détail

Santé de la femme L insémination artificielle avec don de sperme Santé de la femme DÉPARTEMENT D'OBSTETRIQUE, GYNÉCOLOGIE ET RÉPRODUCTION Ref. 123 / 2009 Service de Médecine de la Reproduction Servicio

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

INTERRUPTIONS VOLONTAIRES DE GROSSESSE ET VIOLENCES : ETUDE QUALITATIVE AUPRES DE MEDECINS GENERALISTES D ILE-DE-FRANCE

INTERRUPTIONS VOLONTAIRES DE GROSSESSE ET VIOLENCES : ETUDE QUALITATIVE AUPRES DE MEDECINS GENERALISTES D ILE-DE-FRANCE INTERRUPTIONS VOLONTAIRES DE GROSSESSE ET VIOLENCES : ETUDE QUALITATIVE AUPRES DE MEDECINS GENERALISTES D ILE-DE-FRANCE Présentation journée recherche SFTG du 09/02/2013 par Mélanie PELIZZARI Directeur

Plus en détail

Interruption volontaire de la grossesse Démarche cohérente

Interruption volontaire de la grossesse Démarche cohérente Interruption volontaire de la grossesse Démarche cohérente Interruption volontaire de la grossesse Le CNFL renvoie sur son papier de réflexion de juin 2010 qui reflète l appréciation et les questions de

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Délégation aux droits des femmes et à l égalité des chances entre les hommes et les femmes

Délégation aux droits des femmes et à l égalité des chances entre les hommes et les femmes Délégation aux droits des femmes et à l égalité des chances entre les hommes et les femmes Rapport d information Femmes et santé, les enjeux d aujourd hui Annick Billon co-rapporteure (Vendée, UDI-UC)

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF Amandine Potier Psychologue 3C Besançon I Un dispositif d annonce : pourquoi? Le 28 novembre 1998 à Paris ont lieu les premiers états généraux de patients

Plus en détail

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE 1 ANNEXE 1 Charte des droits et libertés de la personne accueillie Texte original Article 1 er : Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions

Plus en détail

Allocation maternité: Vécu des femmes enceintes et des parents au Conseil en périnatalité (Vaud)

Allocation maternité: Vécu des femmes enceintes et des parents au Conseil en périnatalité (Vaud) Allocation maternité: Vécu des femmes enceintes et des parents au Conseil en périnatalité (Vaud) Nadia Pasquier, Cheffe de service Véra Huber Simao, assistante sociale en périnatalité responsable PLAN

Plus en détail

La Prévention médico-sociale en Finistère

La Prévention médico-sociale en Finistère ODPE du Finistère La Prévention médico-sociale en Finistère La protection maternelle et infantile (PMI) mène une mission de prévention et de promotion de la L ESSENTIEL santé des futurs parents et des

Plus en détail

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir.

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir. Le droit d être informé prend sa source dans les droits fondamentaux de la Charte des droits et libertés québécoise. L article 44 confirme que tout Québécois a droit à l information, sous réserve de la

Plus en détail

Du rêve d être parent à la réalité parentale: le défi des personnes vivant ou ayant vécu un problème de santé mentale

Du rêve d être parent à la réalité parentale: le défi des personnes vivant ou ayant vécu un problème de santé mentale Du rêve d être parent à la réalité parentale: le défi des personnes vivant ou ayant vécu un problème de santé mentale Martine Danjou et Chantal Roy 31 octobre 2012 Colloque de l AQRP PARENTS- ESPOIR Soutenir

Plus en détail

IVG INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE MÉDICAMENTEUSE À DOMICILE ON CORPS, MON CHOIX, MON DROIT. Mémo Pratique WWW.IVG.GOUV.FR. Emma, 21 ans.

IVG INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE MÉDICAMENTEUSE À DOMICILE ON CORPS, MON CHOIX, MON DROIT. Mémo Pratique WWW.IVG.GOUV.FR. Emma, 21 ans. INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE MÉDICAMENTEUSE À DOMICILE Mémo Pratique Emma, 21 ans. IVG ON CORPS, MON CHOIX, MON DROIT WWW.IVG.GOUV.FR Sexualités - Contraception - IVG Sommaire IVG, PLUSIEURS SOLUTIONS

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Angiœdème héréditaire (AOH)

Angiœdème héréditaire (AOH) Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports Direction Générale de la Santé Informations et conseils Angiœdème héréditaire (AOH) Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec

Plus en détail

Préparation à la naissance et à la parentalité Présentation des ateliers

Préparation à la naissance et à la parentalité Présentation des ateliers Maternité Angélique Du Coudray Préparation à la naissance et à la parentalité Présentation des ateliers Maternité Angélique Du Coudray Pour vous inscrire veuillez vous présenter au bureau des rendez-vous

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale ont souvent un triste état de santé buccodentaire.. Selon certains

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

inscription Enseignement difficultés école maternelle école obligatoire associations de parents journal de classe

inscription Enseignement difficultés école maternelle école obligatoire associations de parents journal de classe difficultés journal de classe inscription école gratuiteactivités en dehors de l école école obligatoire école maternelle associations de parents Enseignement En Belgique, les enfants sont obligés d aller

Plus en détail

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Sandrine Thomas, cadre de santé Dr Léila KARAOUI, PH Service de réanimation néonatale Centre Hospitalier de Meaux Bref historique

Plus en détail

Bourses de formation du Fonds pour la Santé des Femmes

Bourses de formation du Fonds pour la Santé des Femmes Objectifs Bourses de formation du Fonds pour la Santé des Femmes Le Fond pour la santé des femmes (FSF) à pour objectif principal de développer et soutenir financièrement des actions de formation d information

Plus en détail

La prise en charge de votre schizophrénie

La prise en charge de votre schizophrénie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre schizophrénie Vivre avec une schizophrénie Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Service d orientation anticipée. Déclaration du salarié

Service d orientation anticipée. Déclaration du salarié Service d orientation anticipée Déclaration du salarié Service d orientation anticipée Déclaration du salarié Les formulaires ci-après doivent être présentés dans les dix jours ouvrables suivant le début

Plus en détail

Comment se déroule un don de sang placentaire?

Comment se déroule un don de sang placentaire? Don de sang placentaire Le sang placentaire (appelé aussi sang de cordon car il se trouve dans le cordon ombilical) est le sang qui est issu du placenta. Il renferme une grande quantité de cellules souches

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

Prévention grossesse

Prévention grossesse Prévention grossesse Le mot de la Directrice La Fondation PremUp, reconnue d utilité publique, agit pour la santé de la femme enceinte et du nouveau-né. Elle conduit 3 types de missions : 1. Faire progresser

Plus en détail

LA CONTRACEPTION D URGENCE

LA CONTRACEPTION D URGENCE LA CONTRACEPTION D URGENCE Synthèse de la conférence donnée le 5 octobre 2005 à Orléans par : - Dominique ROULET, conseillère conjugale et assistante sociale auprès du Centre de Planification et d Education

Plus en détail

LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC

LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC Ou Les femmes enceintes de Belley sont-elles bien informées des conséquences du tabac sur la grossesse? A la maternité de Belley : - on

Plus en détail

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine O B J E C T I F S Programme llongiitudiinall : Introduction Personne, santé, société (PSS) Cours d introduction - Présentation du cours PSS. - Importance des dimensions psycho-sociales dans la pratique

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie»

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» JOURNEE IFRES 2014 Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» Les élèves moniteurs, piliers d une méthode pédagogique active

Plus en détail

Je ne désire pas garder cette grossesse ou L interruption volontaire de grossesse

Je ne désire pas garder cette grossesse ou L interruption volontaire de grossesse Je ne désire pas garder cette grossesse ou L interruption volontaire de grossesse S. Figon, MF Le Goaziou, M Flori, M Daniére, M Blanc DMG de Lyon L essentiel - Le délai maximum de prise en charge de l

Plus en détail

RETOUR PRECOCE A DOMICILE APRES ACCOUCHEMENT

RETOUR PRECOCE A DOMICILE APRES ACCOUCHEMENT version 1 page 1/5 Référence : RSN/REF/REA.O/002/A Date de 1 ère mise en service : 10/06/2008 N version Date de la modification Suivi des modifications Objet de la modification Faite par : Rédaction Mise

Plus en détail

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1-2 - Les principaux enseignements... 4

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1-2 - Les principaux enseignements... 4 FM N 111499 Contact Ifop : Frédéric Micheau Directeur adjoint Département Opinion et Stratégies d'entreprise prenom.nom@ifop.com 35 rue de la gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39

Plus en détail

Code déontologique du CII pour la profession infirmière

Code déontologique du CII pour la profession infirmière Code déontologique du CII pour la profession infirmière Tous droits réservés, y compris la traduction en d'autres langues. Il est interdit de polycopier ou de photocopier cette publication, de l'enregistrer

Plus en détail

Répartition de l ensemble des structures présentes

Répartition de l ensemble des structures présentes Bilan Demi-journée de réflexion et d échanges de pratiques «Sexualité et Handicap» Date Mardi 30 Juin 2009 Lieu Heure Nombre de participants 43 Type de structures présentes Professionnels CoDES 13 présents

Plus en détail

Le Service d Accompagnement Prénatal en province de Luxembourg

Le Service d Accompagnement Prénatal en province de Luxembourg Le Service d Accompagnement Prénatal en province de Luxembourg Un accompagnement médico-social préventif pour les futures mères en situation de grande vulnérabilité Fonctionnement du SAPrONE en province

Plus en détail

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque Geneviève ve Paicheler Centre National de la Recherche Scientifique Que sait-on sur la sexualité des jeunes? Les données des enquêtes Accompagner

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

L impact psychologique du cancer du sein. RENY Justine, psychologue clinicienne

L impact psychologique du cancer du sein. RENY Justine, psychologue clinicienne L impact psychologique du cancer du sein RENY Justine, psychologue clinicienne Groupe de parole : hôpital de Dreux Groupe ouvert à tous les patients en cours de traitement et/ou en rémission Un mardi par

Plus en détail

FASCICULE V GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE

FASCICULE V GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE FASCICULE V GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE AVERTISSEMENT La plupart des séjours concernés par les affections et situations de prise en charge évoquées dans ce document se déroulant dans le secteur de MCO, les

Plus en détail

conduites addictives en entreprise

conduites addictives en entreprise PRÉVENTION conduites addictives en entreprise GUIDE D INFORMATION ET DE PRÉVENTION Anticiper pour mieux vous protéger La prévention, un enjeu pour votre entreprise Parce que les comportements addictifs

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale?

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale? Santé mentale Termes clés Maladie mentale : affection médicale qui perturbe les pensées d une personne, ses sensations, son humeur, sa capacité à établir des relations avec les autres et sa vie quotidienne.

Plus en détail

Formation de premier niveau

Formation de premier niveau Formation de premier niveau Accompagnement à la naissance Formation de base (60h/60 crédits) Formation offerte à toutes et tous ceux qui s intéressent à la périnatalité. Cette formation vous permettra,

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

Charte de Paris contre le cancer

Charte de Paris contre le cancer Charte de Paris contre le cancer français french 7 8 Profondément troublés par les répercussions importantes et universelles du cancer sur la vie humaine, la souffrance humaine, et sur la productivité

Plus en détail

Journée nationale de prévention

Journée nationale de prévention L institut BVA a fait le choix de ne procéder à aucun redressement pour redonner aux quotas croisés leur poids réel (Paris/ Province, taille des entreprises). Ces différentes options méthodologiques posent

Plus en détail

Mon mémento Page 3. 1/ Pourquoi ce mémento? Page 4. 2/ Pourquoi s évaluer? Page 4. 3/ Comment utiliser ce mémento? Page 5

Mon mémento Page 3. 1/ Pourquoi ce mémento? Page 4. 2/ Pourquoi s évaluer? Page 4. 3/ Comment utiliser ce mémento? Page 5 «STAJ PRATIC BAFA» KIT PEDAGOGIQUE «STAJ PRATIC BAFA» MEMENTO ANIMATEUR Sommaire : Mon mémento Page 3 1/ Pourquoi ce mémento? Page 4 2/ Pourquoi s évaluer? Page 4 3/ Comment utiliser ce mémento? Page 5

Plus en détail

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail