INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS"

Transcription

1 INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS SYNTHÈSE DES RÉPONSES À LA CONSULTATION ORGANISÉE À LA DEMANDE DU CONSEIL DE L IBPT DU 11 OCTOBRE 2006 CONCERNANT LES OPÉRATEURS QUI OFFRENT DES SERVICES VOCAUX NOMADES AU MOYEN DE LA TECHNOLOGIE IP : PROBLÉMATIQUE DE LA LOCALISATION DES APPELS D URGENCE IBPT Tour Astro Avenue de l'astronomie 14 bte Bruxelles Tél Fax http ://www.ibpt.be

2 0. Observations préliminaires a. La consultation publique concernant les opérateurs qui offrent des services vocaux nomades au moyen de la technologie IP : problématique de la localisation des appels d urgence s est tenue du 13 octobre 2006 au 24 novembre b. Cinq opérateurs ou associations d opérateurs ont envoyé des remarques à l IBPT. Par ordre alphabétique : - Belgacom - Belgacom Mobile (Proximus) - Sound & Motion SPRL (IP-ology) - Scarlet - Plate-forme des opérateurs et des fournisseurs de services c. Dans la suite du présent document, l IBPT utilise le terme "répondant" pour désigner ces entreprises ou organisations. L ordre dans lequel les réponses à la consultation sont données ne correspond pas nécessairement à l ordre de la liste susmentionnée. d. Cette synthèse a pour but de refléter les points de vue et remarques formulés lors de la consultation publique. Elle n anticipe nullement sur les points de vue que l IBPT pourrait adopter à l issue de la consultation. e. Un certain nombre de remarques ou de suggestions formulées n avaient aucun rapport avec l objet de la consultation ; elles n ont pas été reprises dans le document de synthèse. 1. Généralités a. Selon plusieurs répondants, il serait prématuré de se prononcer définitivement. b. Un répondant est d avis qu un examen en profondeur est nécessaire et qu il convient également d observer les choix faits à l étranger. c. Quelques répondants renvoient à leur réaction à la consultation du marché du 31 mars 2006 concernant l'interprétation de la portabilité des numéros dans le cadre de la loi du 13 juin 2005 relative aux communications électroniques appliquée aux services VoIP à caractère nomade (date 24 mars 2006), "opérateurs qui offrent des services vocaux nomades au moyen de la technologie IP". d. Quelques répondant demandent si la logique PSTN pour la localisation des appels d urgence doit être étendue aux nouvelles formes de communications électroniques. e. Quelques répondants soulignent que, vu l importance de la problématique de localisation pour les services d urgence en général et la consultation en particulier, il convient de définir la notion de "nomade" de façon univoque dans la réglementation. Ils proposent par ailleurs de répéter la consultation une fois que ce sera fait. f. Quelques répondants font remarquer que le marché des services vocaux basés sur la technologie IP se trouve dans une phase de lancement. g. L utilisation de la technologie IP pose des problèmes spécifiques : (1) Différents répondants soulignent que dans le cas de certaines applications, comme le VPN/NAT, la localisation de l utilisateur est masquée par le point de raccordement de l application au réseau public de communications. synthèse des contributions Page 1

3 (2) Quelques répondants font remarquer que dans de nombreuses applications, des adresses IP sont attribuées dynamiquement. (3) Un répondant souligne que dans certaines applications, des adresses IP sont traduites et que l adresse IP d origine est par conséquent masquée, ce qui entraîne une localisation erronée. (4) Un répondant fait observer que des applications IP sont sensibles aux attaques sous forme électronique. Par conséquent, certaines applications peuvent être utilisées de manière malveillante par des tiers. h. Un répondant craint que les moyens financiers d acteurs du marché moins importants ne soient pas suffisants pour implémenter un système de localisation. i. En ce qui concerne les obligations régulatrices des différents acteurs sur le marché : (1) Quelques répondants font remarquer que les obligations régulatrices des services de communications électroniques (PATS et surtout ECS) doivent être définies clairement au niveau de la localisation des appels d urgence (de même que les droits et obligations en matière de numérotation et de portabilité des numéros) ; (2) Quelques répondants font remarquer que c est plus particulièrement la position des acteurs sur le marché qui ne sont pas présents physiquement en Belgique qui doit être clairement définie. (3) Quelques répondants font observer que les différences d obligations en la matière d un opérateur sur le marché par rapport à l autre créent un déséquilibre concurrentiel (notamment sur le plan de la portabilité des numéros et de l accès aux services d urgence). (4) Un répondant estime qu un élément central dans la protection des utilisateurs finals est la transparence du service, tant sur le plan de la portabilité des numéros que sur le plan de l accès aux services d urgence dans les meilleures conditions. Ce répondant estime qu en principe, il ne doit pas y avoir de différence en termes de droit à la portabilité des numéros et sur le plan de l accès aux services d urgence : s il devait y avoir une différence, il serait fondamental que l utilisateur final soit informé clairement et explicitement de l éventuelle impossibilité de pouvoir transférer son numéro, de l éventuelle impossibilité de pouvoir appeler les services d urgence ou encore de l éventuelle impossibilité d être localisé s il devait appeler les services d urgence. (5) Un répondant attire l attention sur la réglementation européenne qui stipule que la réglementation nationale doit être neutre sur le plan technologique et que ce principe doit également être appliqué pour les services nomades. g. Un répondant fait remarquer que jusqu à présent, des numéros géographiques ont été attribués pour des services vocaux nomades sur une base temporaire. Pour des raisons de neutralité technologique et de respect du principe de non-discrimination, les droits et obligations doivent être applicables à tous les opérateurs à qui ceux-ci ont été attribués. 2. Propositions et remarques concernant le principe de localisation pour les services d urgence a. Plusieurs répondants font remarquer que l utilisateur final doit être informé clairement de la différence entre les services nomades et le service téléphonique (fixe) classique. Les limites du service sur le plan de la localisation en cas d appels d urgence et de panne du service en cas de coupures de courant et autres catastrophes (naturelles ou causées par l homme) doivent lui être communiquées expressément (on parle de "dissuasion"). Il est notamment proposé synthèse des contributions Page 2

4 d apposer un avertissement clair en la matière sur tous les appareils ressemblant à un téléphone. b. Plusieurs répondants estiment que la solution à la problématique de localisation peut freiner le développement de services vocaux nomades basés sur la technologie IP. c. Un répondant déclare que la problématique de localisation est un problème au niveau international. Il conviendrait de donner la préférence à des normes qui ont été ou sont élaborées à cet effet. d. Plusieurs répondants font observer qu une analyse coûts-bénéfices doit être réalisée pour résoudre la problématique de localisation afin que la valeur ajoutée de la solution retenue puisse être évaluée. La valeur ajoutée d un système de localisation pour des services nomades est remise en question par un certain nombre de répondants. e. Un répondant fait remarquer qu en ce qui concerne les incertitudes liées aux applications IT, les données de localisation fournies par des opérateurs doivent être considérées comme déterminées au mieux par les opérateurs. f. Un répondant fait observer que pour des raisons techniques et d organisation il convient également de tenir compte d un certain délai (d au moins un an) en ce qui concerne l implémentation de la solution retenue pour la problématique de localisation. g. Un répondant déclare que tous les acteurs du marché doivent implémenter la solution retenue pour la problématique de localisation. h. Un répondant se demande si la localisation devra également être fournie pour des réseaux privés (VPN). i. Un répondant fait observer que la solution retenue pour la problématique de localisation doit également être applicable à des techniques d accès sans fil (WiFi, WiMax, ) ; ou qu une solution adaptée doit être élaborée à cet effet. j. Un répondant exprime son inquiétude par rapport au au fait que la solution retenue pour la problématique de localisation des services nomades influencera celle des réseaux et services "classiques" existants. k. Un répondant fait remarquer que différentes solutions apportent des précisions différentes pour la localisation et que leur performance varie. l. Un répondant suggère que les services d urgence pourraient travailler via une centrale de gestion unique. 3. Remarques sur la procédure proposée a. Un répondant renvoie au "Expert Group on emergency Access" de la commission européenne et se renseigne sur l état des activités de ce groupe. b. Un répondant estime que le document de consultation est sommaire et doit donner une impulsion au lancement de l examen de la problématique de localisation. c. Un répondant estime que la procédure proposée est disproportionnée du fait que le marché VoIP est en phase de développement et que les services téléphoniques fixe et mobile classiques sont largement répandus et peuvent être utilisés comme alternative pour prendre contact avec les services d urgence. synthèse des contributions Page 3

5 d. Un répondant déclare que la procédure proposée requiert la collaboration de toutes les parties concernées par la communication ; l échec de l une d entre elles entraîne l échec de la localisation. De plus, tous les acteurs du marché ne sont pas enclins à coopérer et certaines parties concernées se trouvent à l étranger. La question de la responsabilité en la matière est extrêmement complexe. e. Plusieurs répondants font remarquer que la procédure proposée nécessite l élaboration d un certain nombre d aspects concrets, comme des protocoles de signalisation, des structures de bases de données, devant être élaborés et implémentés pour tous les opérateurs. Cet exercice doit être réalisé en commun pour tous les opérateurs ; des solutions individuelles doivent être évitées. 4. Alternatives proposées a. Un répondant propose de laisser l utilisateur final adapter ses données de localisation en temps réel à chaque fois qu il fait usage du service nomade. Ce qui signifie qu avant de pouvoir utiliser le service (ou de changer son adresse IP), il doit d abord introduire ses données de localisation. Ces données doivent ensuite être transmises aux services d urgence par l opérateur en cas d appel d urgence. Il déclare que cette solution implique que les centrales d urgence peuvent recevoir des communications VoIP et traiter les informations supplémentaires envoyées ; le répondant estime qu il s agit d une meilleure solution possible : selon lui, elle ne dépend pas d une technologie de réseau donnée et ne repose pas sur l identification de la ligne appelante offerte, elle demande moins de temps, elle est moins chère et est facilement applicable à l échelle européenne. b. Un répondant propose de prévoir dans la base de données des services d urgence une indication séparée pour les numéros attribués à des services nomades. Sur la base de cette indication, les services d urgence doivent, en cas d appel d urgence provenant de l un de ces numéros de l appelant, demander les données de localisation. c. Un répondant propose de limiter le caractère nomade au propre réseau de l opérateur et de bloquer celui-ci sur d autres réseaux. Ainsi, une solution devra uniquement être élaborée pour le problème de localisation pour le propre réseau. d. Un répondant propose que lors de l enregistrement (activation) d un utilisateur final, son adresse d accès soit enregistrée par l opérateur du réseau d accès (alimentant ainsi une base de données qui relie l adresse IP à la localisation) Au même moment, l opérateur de service vocal (service nomade) fournit le numéro d appel. Ces données alimentent une base de données qui conserve ainsi automatiquement l identification de la localisation. En cas d appel d urgence, l opérateur de service vocal consulte cette dernière base de données, et route ainsi l appel vers la centrale de gestion du service d urgence compétente. Le service d urgence lui-même peut retrouver la localisation de l appel d urgence en consultant cette même base de données. e. Un répondant fait remarquer que les données de localisation peuvent être générées par une source externe en cas d appel d urgence (GPS, Galileo-chip à intégrer dans l équipement terminal ou au moyen d une autre technologie) et envoyées au service d urgence, partant du principe que le service d urgence est capable de traiter ces données de localisation. synthèse des contributions Page 4

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS Le 2 août 2006 SYNTHESE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE CONCERNANT L INTERCONNEXION AVEC LES SERVICES VOB IBPT - Tour Astro - Avenue de l'astronomie

Plus en détail

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS Référence : JVN/2012/m2m/03 DÉCISION DU CONSEIL DE L'IBPT DU 4 SEPTEMBRE 2012 CONCERNANT LA MODIFICATION DE LA DÉCISION DU CONSEIL DE L IBPT

Plus en détail

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS 17 mai 2006 CONSULTATION PUBLIQUE CONCERNANT L INTERCONNEXION AVEC DES SERVICES VOB IBPT - Tour Astro - Avenue de l'astronomie 14, boîte 21-1210

Plus en détail

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS DÉCISION DU CONSEIL DE L IBPT DU 20/11/2012 CONCERNANT LA LISTE DE PLAFONDS QUE LES OPÉRATEURS DOIVENT PROPOSER À LEURS CLIENTS TEL QUE PRÉVU

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC - 467 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur un projet d arrêté royal fixant les exigences minimales pour les affichages environnementaux sur les produits de construction et la création d une base de données

Plus en détail

AVIS (A)040205-CDC-247

AVIS (A)040205-CDC-247 Commission de Régulation de l Electricité et du Gaz Rue de l Industrie 26-38 1040 Bruxelles Tél.: 02/289.76.11 Fax: 02/289.76.09 COMMISSION DE REGULATION DE L ELECTRICITE ET DU GAZ AVIS (A)040205-CDC-247

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-19 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-19 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-19 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS CONSULTATION PUBLIQUE PROJET DE DECISION DU CONSEIL DE L IBPT DU XXX CONCERNANT LA GESTION DES BLOCS DE NUMEROS CONTENANT DES NUMEROS PARTAGES

Plus en détail

Voix sur IP : synthèse du cadre juridique européen

Voix sur IP : synthèse du cadre juridique européen Voix sur IP : synthèse du cadre juridique européen Actes d une conférence donnée à l Université de Sibiu (Roumanie) lors du colloque international «L Europe dans la société de l information», 1 er juin

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

Plan de l exposé. Nouvelles technologies d accès à Internet. Accès fixe à Internet. 1. Les technologies d accès Internet

Plan de l exposé. Nouvelles technologies d accès à Internet. Accès fixe à Internet. 1. Les technologies d accès Internet Plan de l exposé Nouvelles technologies d accès à Internet 1. Les technologies d accès Internet Etat des lieux : 1) connexions fixes 2) connexions mobiles 2. Informations sur les coups de pouce publics

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS Projet de décision du Conseil de l IBPT du 30 octobre 2007 concernant les indicateurs relatifs à la qualité des services de communications

Plus en détail

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS COMMUNICATION DU CONSEIL DE L IBPT DU 10 JANVIER 2007 CONCERNANT LES ADDENDA N 6 ET 7 À L OFFRE D INTERCONNEXION DE RÉFÉRENCE DE BELGACOM IBPT

Plus en détail

Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet

Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet 1 Table des matières Contenu 1. Préambule 3 2. Autorisation d accès 3 3. Accès technique à SanitasNet et identification 3 4. Coûts 4 5.

Plus en détail

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc.

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 11 mars 2005 Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 2004) Introduction Tous les produits de construction

Plus en détail

A V I S N 1.876 ----------------------- Séance du mardi 26 novembre 2013 --------------------------------------------------

A V I S N 1.876 ----------------------- Séance du mardi 26 novembre 2013 -------------------------------------------------- A V I S N 1.876 ----------------------- Séance du mardi 26 novembre 2013 -------------------------------------------------- Avant-projet de loi - Aidants proches x x x 2.653-1 Av. de la Joyeuse Entrée,

Plus en détail

TRAVAUX TEMPORAIRES EN HAUTEUR

TRAVAUX TEMPORAIRES EN HAUTEUR TRAVAUX TEMPORAIRES EN HAUTEUR TRANSPOSITION DE LA DIRETIVE EUROPEENNE (2001-45) ET FIXATION DE NOUVELLES MESURES (Décret 2004-924 du 1 er septembre 2004) 1 Les nouvelles dispositions Le décret n 2004-924

Plus en détail

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS DÉCISION DU CONSEIL DE L IBPT du 30 mars 2006 visant à imposer des mesures provisoires afin de permettre la connectivité de bout en bout avec

Plus en détail

CHAMBRE D AGRICULTURE DE REGION ALSACE

CHAMBRE D AGRICULTURE DE REGION ALSACE CHAMBRE D AGRICULTURE DE REGION ALSACE Cahier des Clauses Particulières FOURNITURE DE SERVICES DE TELEPHONIE MOBILE PAGE 2 SUR 10 TABLE DES MATIERES 1 Objet du marché 1.1 Objet du document 1.2 Objet du

Plus en détail

COMITE CONSULTATIF POUR LES TELECOMMUNICATIONS

COMITE CONSULTATIF POUR LES TELECOMMUNICATIONS COMITE CONSULTATIF POUR LES TELECOMMUNICATIONS Avis concernant les conditions générales et les contrats-type de Carrefour (1 Mobile) Bruxelles, le 29 mars 2006. 1. Cadre légal L'article 108, 3, de la loi

Plus en détail

Numérotation Ouverture du numéro d urgence pour les personnes déficientes auditives

Numérotation Ouverture du numéro d urgence pour les personnes déficientes auditives Novembre 2010 Numérotation Ouverture du numéro d urgence pour les personnes déficientes Synthèse de la consultation publique (22 octobre 5 novembre 2010) Autorité de régulation des communications électroniques

Plus en détail

Guide de configuration de la Voix sur IP

Guide de configuration de la Voix sur IP Le serveur Icewarp Guide de configuration de la Voix sur IP Version 11 Mai 2014 i Sommaire Guide de configuration VoIP 1 Présentation... 1 Configuration... 1 Configuration réseau... 1 Configuration du

Plus en détail

Législation française et belge relative aux marchés publics : les éléments utiles au développement des entreprises adaptées.

Législation française et belge relative aux marchés publics : les éléments utiles au développement des entreprises adaptées. Législation française et belge relative aux marchés publics : les éléments utiles au développement des entreprises adaptées. Les seuils de publicité européenne sont ceux à partir des quels les marchés

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

L accessibilité numérique. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes

L accessibilité numérique. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes L accessibilité numérique Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes L accessibilité est la facilité d accès à un lieu, un service ou un produit. Disposer d une bonne accessibilité

Plus en détail

Le titulaire doit fournir de base à l Orcca une offre de 17 lignes GSM.

Le titulaire doit fournir de base à l Orcca une offre de 17 lignes GSM. Epernay, le 19 février 2009 MP/CD/02-09 Dossier suivi par Céline Duvette 03.26.55.92.13 celine.duvette@orcca.fr CONSULTATION OBJET : Renouvellement abonnement portable Orcca L Office Régional Culturel

Plus en détail

Mise à jour de l Entente de service 911 VoIP

Mise à jour de l Entente de service 911 VoIP Mise à jour de l Entente de service 911 VoIP À tous nos clients au détail: Le service d urgence 911 par téléphonie de voix sur IP (VoIP) a certaines limitations comparées aux services E911 (services évolués)

Plus en détail

F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S. concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS

F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S. concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS (entériné par le Conseil Supérieur des Indépendants et des PME le 18 novembre 2004)

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 Adopté SANTÉ - (N 2302) AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE 47 N o AS1373 Substituer aux alinéas 1 à 52 les soixante-quatorze alinéas suivants :

Plus en détail

Consultation publique PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS

Consultation publique PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS Consultation publique PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS 2 Présentation et état d avancement du

Plus en détail

Questionnaire télécommunications

Questionnaire télécommunications ADMINISTRATION COMMUNALE D OHEY Place Roi Baudouin, 80 5350 Ohey Tel : 085/ 61 12 31 Fax : 085/ 61 31 28 Questionnaire télécommunications Concernée par les problèmes variés que rencontrent les habitants

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Santé»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Santé» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Santé» CSSSS/13/042 DÉLIBÉRATION N 09/017 DU 17 MARS 2009, DERNIÈREMENT MODIFIÉE LE 22 JANVIER 2013, RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Liste de vérification des exigences Flexfone

Liste de vérification des exigences Flexfone Liste de vérification des exigences Flexfone Introduction Avant de déployer un service de voix par le protocole de l Internet (VoIP) ou un PBX hébergé dans votre entreprise, vous devriez prendre certaines

Plus en détail

24.01.12. La décision a été prise conformément à l article 45 i du règlement interne du Bundesrat.

24.01.12. La décision a été prise conformément à l article 45 i du règlement interne du Bundesrat. Bundesrat Imprimé 772/11 (Décision) 24.01.12 Décision du Bundesrat - Chambre européenne - Proposition de directive du Parlement européen et du Conseil relative au règlement extrajudiciaire des litiges

Plus en détail

RESERVER UNE CHAMBRE D HOTEL EN FRANCE METROPLOITAINE SYNTHESE DU PROCESSUS

RESERVER UNE CHAMBRE D HOTEL EN FRANCE METROPLOITAINE SYNTHESE DU PROCESSUS RESERVER UNE CHAMBRE D HOTEL EN FRANCE METROPLOITAINE SYNTHESE DU PROCESSUS 3. Sélection du département, de la date d arrivée, de la date de départ, du nombre de personnes dans la chambre (1 ou 2), de

Plus en détail

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE AVIS (BRUGEL-AVIS-2011-109) relatif aux clients protégés ne répondant plus aux conditions d'application initiales. Etabli en application

Plus en détail

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015 // Enquête de satisfaction Résultats 2014-2015 Des résultats encourageants Nos clients ont eu l amabilité de bien vouloir répondre à notre enquête de satisfaction annuelle et nous les en remercions chaleureusement.

Plus en détail

Exit DOM 80. Enter SEPA DIRECT DEBIT : migration de la domiciliation belge.

Exit DOM 80. Enter SEPA DIRECT DEBIT : migration de la domiciliation belge. Exit DOM 80. Enter SEPA DIRECT DEBIT : migration de la domiciliation belge. Outre le virement européen et le paiement par carte, le SEPA Direct Debit (ou domiciliation européenne) a également été développé

Plus en détail

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE Version juin 2014 REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances de protection juridique

Plus en détail

Charte d usage du domaine echecs35.fr. Projet du 10 octobre 2010

Charte d usage du domaine echecs35.fr. Projet du 10 octobre 2010 Charte d usage du domaine echecs35.fr Projet du 10 octobre 2010 Préambule Echecs35.fr est une solution d hébergement mutualisé mise en place par le Comité Départemental des Echecs d Ille-et-Vilaine (CDE35).

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-12 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2015-12 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2015-12 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Chat chat vidéo : conditions d utilisation et déclaration sur le respect de la vie privée

Chat chat vidéo : conditions d utilisation et déclaration sur le respect de la vie privée Chat chat vidéo : conditions d utilisation et déclaration sur le respect de la vie privée Lorsque vous naviguez sur le site de CBC ou lorsque vous utilisez ses applications (CBC-Touch ou CBC-Invest, par

Plus en détail

NOUS VOUS AIDONS À NE PAS PERDRE LE CONTACT. VOTRE PARTENAIRE TOUT PRÈS DE CHEZ VOUS.

NOUS VOUS AIDONS À NE PAS PERDRE LE CONTACT. VOTRE PARTENAIRE TOUT PRÈS DE CHEZ VOUS. SERVICES VOIX EASY PHONE NOUS VOUS AIDONS À NE PAS PERDRE LE CONTACT. VOTRE PARTENAIRE TOUT PRÈS DE CHEZ VOUS. Pour vous aussi, le téléphone de votre lieu de travail fait sans doute partie des moyens de

Plus en détail

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS CONSULTATION DU MARCHE A LA DEMANDE DU CONSEIL DE L IBPT DU 28 JANVIER 2009 CONCERNANT LES OPTIONS POLITIQUES POSSIBLES AU NIVEAU DE L'EVOLUTION

Plus en détail

Les services de «dégroupage d un autocom» : économiser grâce à la VOIP tout en conservant ses équipements téléphonique (PABX et postes téléphoniques)

Les services de «dégroupage d un autocom» : économiser grâce à la VOIP tout en conservant ses équipements téléphonique (PABX et postes téléphoniques) myadsl / mytelecom est partenaire Distributeur Agréé des principaux opérateurs VOIP Nous vous proposons une sélection d offres de téléphonie VOIP que vous pouvez commander auprès de nos services Les services

Plus en détail

GREP (10) 2 FR FR FR

GREP (10) 2 FR FR FR FR GREP (10) 2 FR FR REGLEMENT INTERIEUR REGLEMENT INTERIEUR DUGROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES POSTAUX (GREP) LE GROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES

Plus en détail

CVO14051 Le 2 septembre 2014 AVIS DE CHANGEMENT D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Nouveau modèle. Note explicative 1

CVO14051 Le 2 septembre 2014 AVIS DE CHANGEMENT D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Nouveau modèle. Note explicative 1 CVO14051 Le 2 septembre 2014 AVIS DE CHANGEMENT D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES Nouveau modèle Note explicative 1 A. Introduction Le remplacement d un intermédiaire d assurances, à l initiative du client,

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail

NOS SOLUTIONS ENTREPRISES

NOS SOLUTIONS ENTREPRISES NOS SOLUTIONS ENTREPRISES VOIX & CONVERGENCE IP DATA & RESEAUX D ENTREPRISES HEBERGEMENT, CLOUD & SERVICES Nos solutions VOIX & convergence IP LA RÉVOLUTION IP L arrivée d une toute nouvelle génération

Plus en détail

Autorité de Régulation des Communications électroniques et des Postes

Autorité de Régulation des Communications électroniques et des Postes Synthèse de la réunion portabilité des numéros fixes («PNF») en date du 6 septembre 2005 Introduction : La portabilité des numéros doit permettre à tout client qui le souhaite de changer d opérateur tout

Plus en détail

Introduction. Chapitre 1. 1.1. Nouveaux enjeux et objectifs

Introduction. Chapitre 1. 1.1. Nouveaux enjeux et objectifs Chapitre 1 Introduction 1.1. Nouveaux enjeux et objectifs L évolution des télécommunications répond principalement à une double attente : la convergence des réseaux (fixe/mobile et voix/données) et l intégration

Plus en détail

Téléphonie mobile et itinérance Les offres actuelles des opérateurs sont-elles adaptées à notre région frontalière?

Téléphonie mobile et itinérance Les offres actuelles des opérateurs sont-elles adaptées à notre région frontalière? Téléphonie mobile et itinérance Les offres actuelles des opérateurs sont-elles adaptées à notre région frontalière? Dans le secteur de la téléphonie mobile, les frontières européennes ne sont pas encore

Plus en détail

COMMENT PROTÉGER LE FLUX E-MAIL SORTANT?

COMMENT PROTÉGER LE FLUX E-MAIL SORTANT? COMMENT PROTÉGER LE FLUX E-MAIL SORTANT? Evitez d être blacklisté! Auteur Vade Retro Technology Octobre 2011 Sommaire Problématique... 3 Des solutions existent... 5 Les précnisations de Vade Retro Technology...

Plus en détail

Interface de Gestion - Octopus Documentation utilisateur https://octopus.voxity.fr/

Interface de Gestion - Octopus Documentation utilisateur https://octopus.voxity.fr/ Interface de Gestion - Octopus https://octopus.voxity.fr/ Voxity La téléphonie simple et moderne 85 Rue des Alliés 38100 Grenoble 04.816.801.10 / contact@voxity.fr RCS Grenoble 514 008 929 1 1 Configuration

Plus en détail

Ministre de l Intérieur. Secrétariat de la Police Intégrée (SSGPI)

Ministre de l Intérieur. Secrétariat de la Police Intégrée (SSGPI) Ministre de l Intérieur Secrétariat de la Police Intégrée (SSGPI) SSGPI A l attention : Rue F. Toussaint. 8 - des Chefs de corps 1050 Bruxelles - des comptables spéciaux T: 02 554 43 16 - des responsables

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

A : FedEx Express Belgique CE 300/2008 A retourner par fax au : 02 752 76 20

A : FedEx Express Belgique CE 300/2008 A retourner par fax au : 02 752 76 20 Numéro(s) de compte FedEx Express : Veuillez compléter l annexe A si la société dispose de plusieurs numéros de compte et/ou implantations. A : FedEx Express Belgique CE 300/2008 A retourner par fax au

Plus en détail

Conditions générales (Avril 2010)

Conditions générales (Avril 2010) Maison Noble Conditions générales (Avril 2010) Limitations de responsabilité - A propos du site o Les photos sont la propriété de Maison Noble. Ceux qui visitent le site peuvent les copier pour les utiliser

Plus en détail

Charte des fournisseurs d électricité

Charte des fournisseurs d électricité Charte des fournisseurs d électricité dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

Connaissez les risques. Protégez-vous. Protégez votre entreprise.

Connaissez les risques. Protégez-vous. Protégez votre entreprise. Protégez-vous en ligne. Connaissez les risques. Protégez-vous. Protégez votre entreprise. CONSEILS PENSEZ CYBERSÉCURITÉ POUR LES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES Si vous êtes comme la plupart des petites

Plus en détail

Société de Services et de Solutions en Télécoms

Société de Services et de Solutions en Télécoms SARL au capital de 8000 3S Télécoms, Le Haut Saudray, 35340 LA BOUEXIERE SOMMAIRE 3S Télécoms partenaire local de vos projets Des experts à votre service Notre force Capacité technique et partenariat Nos

Plus en détail

Quelques propositions pour une organisation des ressources réseaux prenant en compte les besoins du LACL

Quelques propositions pour une organisation des ressources réseaux prenant en compte les besoins du LACL Quelques propositions pour une organisation des ressources réseaux prenant en compte les besoins du LACL Document de travail proposé par Olivier Michel LACL - P2 240 - olivier.michel@univ-paris12.fr Version

Plus en détail

Groupe de travail du Traité de coopération en matière de brevets (PCT)

Groupe de travail du Traité de coopération en matière de brevets (PCT) F PCT/WG/9/18 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 26 AVRIL 2016 Groupe de travail du Traité de coopération en matière de brevets (PCT) Neuvième session Genève, 17 20 mai 2016 FORMATION DES EXAMINATEURS Document

Plus en détail

Analyse du système d'information et des risques informatiques

Analyse du système d'information et des risques informatiques SESSION 2011 BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ASSISTANT DE GESTION DE PME PMI À RÉFÉRENTIEL COMMUN EUROPÉEN Analyse du système d'information et des risques informatiques Cofficient : 2 Durée : 2 heures Aucun

Plus en détail

VIE PRIVEE CIRCUS BELGIUM

VIE PRIVEE CIRCUS BELGIUM VIE PRIVEE CIRCUS BELGIUM CIRCUS BELGIUM reconnaît l'importance de la protection des informations et données à caractère personnel. C'est pourquoi nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger

Plus en détail

La présente Plateforme est accessible à l adresse URL suivante : www.kering.com et par l intermédiaire des sites internet de nos sociétés affiliées.

La présente Plateforme est accessible à l adresse URL suivante : www.kering.com et par l intermédiaire des sites internet de nos sociétés affiliées. CONDITIONS JURIDIQUES ET POLITIQUE DE PROTECTION DE LA VIE PRIVEE Nous vous souhaitons la bienvenue sur notre plateforme de recherche et de demande d emploi (la «Plateforme»). Nous vous invitons à lire

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO Révisée (Comité LDC) : Page 1 de 7 A. Utilisation du téléphone cellulaire ou d un appareil de télécommunication sans fil pendant la conduite d un véhicule automobile 1.1. Chaque employé est tenu de respecter

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU 27 AVRIL 2009 Dégagement des personnes bloquées dans les cabines d ascenseur

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU 27 AVRIL 2009 Dégagement des personnes bloquées dans les cabines d ascenseur COMPTE RENDU DE LA REUNION DU 27 AVRIL 2009 Dégagement des personnes bloquées dans les cabines d ascenseur Objet : Réunion concernant les procédures de prise en charge et de facturation lors d intervention

Plus en détail

INTERNETRAMA SAS. Conditions générales de vente Janvier 2012

INTERNETRAMA SAS. Conditions générales de vente Janvier 2012 INTERNETRAMA SAS Conditions générales de vente Janvier 2012 1. Notre société La SAS INTERNETRAMA est une société de droit Français, représentée par Grégoire Ras, au capital de 5 000 euros, SIRET 539 435

Plus en détail

Dispositions d utilisation de Mobile ID

Dispositions d utilisation de Mobile ID Dispositions d utilisation de Mobile ID 1. Aspects généraux Les présentes dispositions d utilisation complètent les Conditions générales de vente des prestations de Swisscom (ci-après «CG»). En cas de

Plus en détail

LES DIFFERENTES PROCEDURES DE PASSATION DES MARCHES PUBLICS

LES DIFFERENTES PROCEDURES DE PASSATION DES MARCHES PUBLICS LES DIFFERENTES PROCEDURES DE PASSATION DES MARCHES PUBLICS Les marchés publics sont des contrats conclus entre un ou plusieurs opérateurs économiques (entités publiques ou privées exerçant une activité

Plus en détail

Itinérance @ Swisscom Informations concernant l utilisation du téléphone portable à l étranger. Etat: septembre 2014

Itinérance @ Swisscom Informations concernant l utilisation du téléphone portable à l étranger. Etat: septembre 2014 Itinérance @ Swisscom Informations concernant l utilisation du téléphone portable à l étranger Etat: septembre 2014 Itinérance Bref aperçu Des frais d itinérance sont dus lorsque des communications mobiles

Plus en détail

F Géomètres A05 Bruxelles, le 29.9.2005 MH/BL/JP A V I S. sur L EQUIVALENCE DE CERTAINS DIPLOMES EN VUE DE L OBTENTION DU TITRE DE GEOMETRE-EXPERT

F Géomètres A05 Bruxelles, le 29.9.2005 MH/BL/JP A V I S. sur L EQUIVALENCE DE CERTAINS DIPLOMES EN VUE DE L OBTENTION DU TITRE DE GEOMETRE-EXPERT F Géomètres A05 Bruxelles, le 29.9.2005 MH/BL/JP A V I S sur L EQUIVALENCE DE CERTAINS DIPLOMES EN VUE DE L OBTENTION DU TITRE DE GEOMETRE-EXPERT (entériné par le Conseil Supérieur des Indépendants et

Plus en détail

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS CONSULTATION ORGANISÉE PAR LE CONSEIL DE L'IBPT DU 23 MAI 2014 CONCERNANT SON PROJET DE COMMUNICATION RELATIVE À L OBLIGATION DE NOTIFICATION

Plus en détail

Institut belge des services postaux et des télécommunications

Institut belge des services postaux et des télécommunications Institut belge des services postaux et des télécommunications COMMUNICATION DU CONSEIL DE L IBPT DU 16 JANVIER 2008 CONCERNANT la prolongation du délai de réponse à la consultation organisée par le Conseil

Plus en détail

Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances. Protégez vos employés tout en réalisant des économies

Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances. Protégez vos employés tout en réalisant des économies Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances Protégez vos employés tout en réalisant des économies Table des matières Protégez vos employés tout en réalisant des économies 1 Qu est-ce qu

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-53 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA

DELIBERATION N 2015-53 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA DELIBERATION N 2015-53 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA MODIFICATION DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES TECHNIQUES PARTICULIÈRES

CAHIER DES CHARGES TECHNIQUES PARTICULIÈRES Commune de PONTCHARRA BP 49 95, avenue de la Gare 38530 PONTCHARRA Service Informatique CAHIER DES CHARGES TECHNIQUES PARTICULIÈRES Objet de la consultation : Fourniture de services de téléphonie mobile

Plus en détail

Accès aux courriers électroniques d un employé absent

Accès aux courriers électroniques d un employé absent Accès aux courriers électroniques d un employé absent Les maîtres-mots en la matière : mesures préventives, responsabilisation, proportionnalité et transparence 1. Il convient, à ce sujet, de se référer

Plus en détail

Clauses de Protection de la Vie Privée du Site Internet. Informations fournies volontairement par un utilisateur du site

Clauses de Protection de la Vie Privée du Site Internet. Informations fournies volontairement par un utilisateur du site Politique générale Vippass de Protection de la Vie privée et des données personnelles sur Internet Vippass respecte votre droit à la vie privée. Le présent documentent vise à identifier quels types de

Plus en détail

Protection du service de lignes groupées SIP aux fins de la poursuite des activités

Protection du service de lignes groupées SIP aux fins de la poursuite des activités Protection du service de lignes groupées SIP aux fins de la poursuite des activités Document de présentation technique d Allstream 1 Table des matières L importance des lignes groupées SIP 1 La question

Plus en détail

DELIBERATION N 2012-18 DU 23 JANVIER 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE D AVIS

DELIBERATION N 2012-18 DU 23 JANVIER 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE D AVIS DELIBERATION N 2012-18 DU 23 JANVIER 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE D AVIS PRESENTEE PAR LA POSTE RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

Plus en détail

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de les utiliser. Cette méconnaissance

Plus en détail

Cycle de formation de base 2015 PASSONS ENSEMBLE UN MARCHÉ PUBLIC - DU BESOIN À LA CONCRÉTISATION

Cycle de formation de base 2015 PASSONS ENSEMBLE UN MARCHÉ PUBLIC - DU BESOIN À LA CONCRÉTISATION Cycle de formation de base 2015 PASSONS ENSEMBLE UN MARCHÉ PUBLIC - DU BESOIN À LA CONCRÉTISATION PASSATION, ATTRIBUTION ET EXÉCUTION Dernier trimestre 2015 (fin septembre fin novembre) Les mardis à NAMUR

Plus en détail

Elle ne crée aucune exigence supplémentaire par rapport aux exigences en vigueur.

Elle ne crée aucune exigence supplémentaire par rapport aux exigences en vigueur. Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie Secrétariat d Etat à l Industrie Direction de l action régionale et de la petite et moyenne industrie ----------------------------------------- Sous-direction

Plus en détail

GOUVERNANCE DES DONNEES PERSONNELLES ET ANALYSE D IMPACT OCTOBRE 2014

GOUVERNANCE DES DONNEES PERSONNELLES ET ANALYSE D IMPACT OCTOBRE 2014 28 GOUVERNANCE DES DONNEES PERSONNELLES ET ANALYSE D IMPACT OCTOBRE 2014 116 Le tableau ci-dessous reprend les définitions issues de la proposition initiale de règlement général sur la protection des données,

Plus en détail

ERGOPIX Sàrl. Conditions générales - octobre 2014

ERGOPIX Sàrl. Conditions générales - octobre 2014 ERGOPIX Sàrl Conditions générales - octobre 2014 1. Généralités 1.1 ERGOPIX Sàrl (ci-après : Ergopix) est une société active dans la création de plateformes web, ayant son siège social à Vevey. 1.2 Les

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-112 DU 28 JUILLET 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2014-112 DU 28 JUILLET 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2014-112 DU 28 JUILLET 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-110 DU 28 JUILLET 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES

DELIBERATION N 2014-110 DU 28 JUILLET 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES DELIBERATION N 2014-110 DU 28 JUILLET 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT

Plus en détail

Réaliser une démonstration ShoreTel

Réaliser une démonstration ShoreTel Réaliser une démonstration ShoreTel ShoreTel Demo Cloud by Exer Table des matières I Présenter l offre ShoreTel... 2 II Réaliser une démo «Téléphone»... 3 III Réaliser une démo «Communicator»... 4 IV Réaliser

Plus en détail

CHAPITRE ONZE TÉLÉCOMMUNICATIONS

CHAPITRE ONZE TÉLÉCOMMUNICATIONS CHAPITRE ONZE TÉLÉCOMMUNICATIONS Article 11.1 : Portée et champ d application 1. Le présent chapitre s applique : a) aux mesures adoptées ou maintenues par une Partie qui ont une incidence sur l accès

Plus en détail

Politique WHOIS relative aux noms de domaine.eu

Politique WHOIS relative aux noms de domaine.eu Politique WHOIS relative aux noms de domaine.eu 1/7 DEFINITIONS Les termes définis dans les Conditions et/ou les Règles de résolution des conflits.eu employés aux présentes commencent par une lettre majuscule.

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES MY ETHIAS

CONDITIONS GÉNÉRALES MY ETHIAS CONDITIONS GÉNÉRALES MY ETHIAS Table des matières Définition de My Ethias 3 Conditions d accès à My Ethias 3 Procédure d accès 3 Disponibilité 3 Frais 3 Aspects techniques 4 Droits, devoirs et responsabilités

Plus en détail

Réclamation Clients *****

Réclamation Clients ***** 1 Mise à jour: CAPSI Conseil Version : Juin 2010 Mise à jour : janv 2013 Réclamation Clients Référence : PG04 Contextes Règlementaires et objectifs : L instruction 2012-07 et les textes de référence :

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D OUVERTURE ET D UTILISATION DES LISTES CADEAUX CITY CONCORDE.

CONDITIONS GENERALES D OUVERTURE ET D UTILISATION DES LISTES CADEAUX CITY CONCORDE. CONDITIONS GENERALES D OUVERTURE ET D UTILISATION DES LISTES CADEAUX CITY CONCORDE. ARTICLE 1 : DEFINITIONS Liste Cadeaux : Ensemble d au moins un produit identifié par le Bénéficiaire de liste comme cadeau

Plus en détail

Guide simplifié d utilisation. Accession pour Android et ios

Guide simplifié d utilisation. Accession pour Android et ios Guide simplifié d utilisation Accession pour Android et ios Que puis-je faire avec Accession pour mobile et tablette? L application Accession permet d utiliser la téléphonie d entreprise depuis son téléphone

Plus en détail