30 Propositions pour définir une véritable dimension sociale du Partenariat euro-méditerranéen

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "30 Propositions pour définir une véritable dimension sociale du Partenariat euro-méditerranéen"

Transcription

1 Propositions pour définir une véritable dimension sociale du Partenariat euro-méditerranéen Iván Martín Larabi Jaidi Abdallah Khattab Erwan Lannon Kinda Mohamadieh Souad Triki

2 propositions pour définir une véritable dimension sociale du Partenariat euro-méditerranéen

3 Pré-presse : Babel com Impression : El Maârif Al Jadida ISBN : Dépôt légal : 2010 MO 1478

4 propositions pour définir une véritable dimension sociale du Partenariat euro-méditerranéen Iván Martín (dir.) Larabi Jaidi, Abdallah Khattab, Erwan Lannon Kinda Mohamadieh, Souad Triki

5 : 30 propositions pour définir une véritable dimension sociale du Partenariat A propos des auteurs Iván Martín est chercheur associé à l Instituto Complutense de Estudios Internacionales de Madrid, Espagne et directeur scientifique de cette étude. Larabi Jaidi est professeur d économie à l Université Mohamed V à Rabat, Maroc. Abdallah Shehata Khattab est professeur assistant d économie à l Université du Caire, Egypte. Erwan Lannon est professeur de droit européen à l Université de Gand, en Belgique et au Collège de l Europe (Bruges et Natolin) et chercheur associé à l Institut d'etudes de Sécurité de l'union européenne. Kinda Mohamadieh est directrice de programme du réseau des ONG arabes pour le développement (ANND), Liban. Souad Triki est professeur à l Institut National Agronomique de Tunisie, Université de Tunis.

6 Table des matières Avant-propos Ulrich Storck Prologue Abdelmaksoud Rachdi Introduction. Quelle dimension sociale pour quel Partenariat euro-méditerranéen? Iván Martín L impact de la crise économique mondiale sur les relations économiques euro-méditerranéennes : propositions d action Abdallah Khattab Zone de libre-échange euro-méditerranéenne 2010 : enjeux, défis et propositions relatifs à l emploi dans les pays de la rive Sud de la Méditerranée Kinda Mohamadieh Travail des femmes et Partenariat euro-méditerranéen Souad Triki La politique européenne de voisinage et les initiatives en matière d emploi, de migrations et de politiques sociales au sud et à l est de la Méditerranée Erwan Lannon Vers une stratégie euro-méditerranéenne pour l emploi et la mobilité? Iván Martín Un système de monitoring pour le Partenariat euro-méditerranéen Larabi Jaidi Liste des abréviations

7

8 Avant-propos Depuis le lancement du processus de Barcelone, en 1995, la Fondation Friedrich Ebert (FES) a accompagné le Partenariat euro-méditerranéen dans le cadre de ses programmes. Le programme régional «FES Dialogue Méditerranée», amorcé en 2009, vise à intensifier la coopération et la synergie entre les nombreux partenaires des rives Sud et Nord de la Méditerranée. Tous les bureaux de la FES de la région MENA, de l Union européenne (UE), notamment d Espagne, de France et de Bruxelles et de pays ayant récemment joint le Partenariat euro-méditerranéen, comme la Croatie, participent à ce processus. Le marché du travail et les questions de politique sociale font partie des thèmes sur lesquels la FES a développé une expérience de longue date au fil des décennies. La FES les considère comme des chantiers prioritaires, dès lors qu ils sont au cœur des politiques sociales-démocrates auxquelles elle souscrit. En développant des positions sociales démocrates, notamment dans les domaines de la politique sociale et de l emploi, la FES assure la promotion de stratégies politiques alternatives, à la fois au niveau national et régional. La FES a noué des relations de longue date avec ses partenaires au Nord et au Sud : avec les décideurs des secteurs de l emploi et des affaires sociales au sein des différents gouvernements, la société civile et les syndicats. Outre les partenariats au niveau national avec les pays partenaires, la FES soutient aussi les réseaux et institutions au niveau régional. Le «FES Dialogue Méditerranée» a pour objectif de rallier le soutien politique au projet EuroMed, partagé par l ensemble des partenaires susmentionnés. L approche mise en œuvre pour atteindre cet objectif est, d une part, de proposer des plates-formes de dialogue pour permettre un échange constant entre les cercles politiques, syndicaux et de la société civile aux niveaux national, régional et euro-méditerranéen, tout en tenant compte, dans le même temps, de la dimension Sud-Sud. D autre part, la FES contribue, par ses compétences, à ces débats et à l élaboration de propositions de stratégies politiques futures. Dans ce contexte, elle considère sa fonction comme un lien entre les experts et instituts universitaires et les décideurs politiques et sociaux. Le présent document de synthèse poursuit la même logique. Il réunit six contributions, du Nord et du Sud, le but étant de faire progresser le débat sur la dimension sociale du Partenariat euro-méditerranéen grâce à des propositions

9 : 30 propositions pour définir une véritable dimension sociale du Partenariat politiques tangibles. Ces propositions ont déjà fait l objet d un débat et ont été améliorées lors d un atelier d experts régional et d une conférence régionale de la société civile euro-méditerranéenne, organisée dans le cadre de la Plate-forme non gouvernementale EuroMed. Elles couvrent l impact de la crise financière internationale, l impact social de la zone euro-méditerranéenne de libre-échange et l emploi des femmes dans les pays arabes méditerranéens. De plus, elles mettent en relief une éventuelle Stratégie euro-méditerranéenne pour l emploi et de la mobilité et proposent un système de suivi euro-méditerranéen dans le domaine de la politique sociale. Cette publication fait partie du «FES Dialogue Méditerranée» et sera utilisée comme référence dans les futurs débats organisés par la FES et ses partenaires politiques et sociaux de la région méditerranéenne. Nos remerciements spéciaux s adressent aux auteurs des articles et tout particulièrement au coordinateur scientifique, Iván Martín, pour les efforts sans cesse déployés pour la réussite de ce projet. Ulrich Storck Fondation Friedrich Ebert Maroc

10 Prologue La collaboration entre la Plate-forme non gouvernementale EuroMed, porte-parole d une société civile plurielle et diverse et la Fondation Friedrich Ebert a apporté une valeur ajoutée au partenariat institutionnel dans la région méditerranéenne. La volonté de la Fondation, connue pour sa crédibilité et son efficacité, à suivre les transitions sociales et politiques en Méditerranée et son approche en termes d ouverture de nouvelles perspectives, qui se traduit par des propositions pratiques, a trouvé son écho dans la détermination de la société civile, telle qu exprimée à travers la Plate-forme EuroMed, à faire entendre sa voix et apporter sa contribution face à la situation socio-économique préoccupante dans la région. Les participants au Forum civil de Marseille de 2008 ont décidé que la plateforme ne devait pas limiter ses activités aux forums civils uniquement. En revanche, les conclusions des ateliers du Forum civil devraient constituer le fondement d un dialogue plus profond et impliquer des chercheurs, des acteurs de la société civile et des journalistes pour élaborer des propositions claires, pratiques et responsables, permettant à la société civile de développer et de promouvoir de réelles initiatives. Le séminaire sur les questions sociales et économiques, organisé avec le soutien de la Commission européenne et en partenariat étroit avec la Fondation Friedrich Ebert, était en fait le premier d une série de réunions. Son importance a été considérable, compte tenu de son sujet et parce qu il a réussi à montrer que les questions d ordre social et économique pouvaient s avérer essentielles pour comprendre la dynamique du changement social et son impact sur le chômage et l emploi, le développement, la démocratie, la paix et l égalité dans la région méditerranéenne. Cet important séminaire a eu lieu dans le sillage du Forum civil de Marseille, de la Conférence EuroMed des ministres de l emploi et du travail, de l attaque perpétrée contre Gaza et du début de la crise économique et financière internationale et son impact négatif sur les sociétés méditerranéennes, tout particulièrement dans le Sud, où elle a eu un effet préjudiciable sur le développement et le libre-échange. Il a été caractérisé par une méthode de travail positive, à laquelle de nombreux chercheurs et acteurs ont participé, ainsi que 6 experts, pour garantir la qualité des connaissances et le professionnalisme et faciliter de multiples approches.

11 : 30 propositions pour définir une véritable dimension sociale du Partenariat Ces experts se sont rencontrés dans le cadre d une réunion préparatoire à Rabat avant de se réunir au Caire. Le séminaire a été l occasion d un dialogue véritable et responsable qui a abouti à l élaboration de 31 mesures et d une série de recommandations spécifiques qui seront promues et défendues par les organisateurs, principalement la Fondation Friedrich Ebert et la Plate-forme EuroMed, entre autres institutions concernées. La principale conclusion de ce séminaire a été que le Partenariat euroméditerranéen avait désormais besoin d une véritable dimension sociale, permettant d augmenter et de développer les possibilités d emploi dans la région, de généraliser la sécurité sociale et de promouvoir le rôle du développement, comme élément clé de la stabilité et de la prospérité. Il contribuera également à la solidarité régionale et fera des conseils économiques et sociaux des acteurs de propositions et d action puissants, aux côtés des forces productives. Cette dimension sociale mènera, en temps opportun, à une véritable paix en Méditerranée, aidant ainsi cette région à progresser et à prospérer, dans des conditions de stabilité et de développement continu. Je souhaite adresser mes remerciements spéciaux aux participants et à la Fondation Friedrich Ebert qui a fait montre de sa profonde conviction à agir aux côtés de la société civile à travers la Plate-forme EuroMed. Nous nous félicitons d approfondir cette collaboration. Je souhaite exprimer également ma reconnaissance aux chercheurs et aux experts, à nos amis Egyptiens pour les efforts déployés en vue de la réussite de cette réunion. J espère que cette publication vous motivera à contribuer, à nos côtés, à établir ensemble une véritable dimension sociale au sein du Partenariat euro-méditerranéen. Abdelmaksoud Rachdi Président de la Plate-forme non gouvernementale EuroMed

12 Introduction Quelle dimension sociale pour quel Partenariat euro-méditerranéen? Iván Martín * L engagement de la Conférence ministérielle euro-méditerranéenne, qui s est tenue à Marseille en novembre 2008 (1), à savoir, définir «une véritable dimension sociale» «fondée sur une approche intégrée associant croissance économique, emploi et cohésion sociale», venait à reconnaître que le développement social et l emploi n avaient pas, jusqu au moment, constitué une dimension réelle du Partenariat euro-méditerranéen (PEM). Ce dernier, mis en place en 1995, a été trop centré sur l ajustement macroéconomique et l établissement de zones de libreéchange euro-méditerranéennes. En effet, la Conférence euro-méditerranéenne sur l emploi et le dialogue social, organisée sous la présidence allemande de l UE à Berlin en mars 2007, est arrivée à cette même conclusion et a conçu un processus qui a abouti à la première Conférence euro-méditerranéenne de l emploi et du travail, qui s est tenue à Marrakech les 9 et 10 novembre Jusque-là, la dimension sociale et de l emploi du Partenariat euro-méditerranéen était restée largement «subsidiaire» (2) et «déclaratoire» (3). Après l adoption, lors de cette conférence, du «cadre d action» régional sur l emploi, le défi à relever consiste à le rendre opérationnel en mettant en œuvre des initiatives et propositions concrètes, et de le faire en liaison avec d autres initiatives euro-méditerranéennes dans les domaines de la migration, du commerce, de l économie, des finances, etc. * Instituto Complutense de Estudios Internacionales (Madrid). (1) Processus de Barcelone : Union pour la Méditerranée, Conférence ministérielle, déclaration finale, Marseille, 3 et 4 novembre 2008, Mediterranea n_ Union_EN.pdf. (2) Cf. Barreñada, I. et I. Martín (2005) : «L'emploi et la protection sociale dans le Partenariat Euro-méditerranéen. Bilan, perspectives et propositions pour l'action», dans Evénement civil Barcelone Proposition de la société civile pour relancer le Partenariat euro-méditerranéen, Plate-forme non gouvernementale Euromed, p , (3) Cf. une description exhaustive de la dimension sociale du Partenariat euro-méditerranéen dans Lannon, Erwan (2009) : Vadémécum de la dimension sociale des relations euro-méditerranéennes , Fondation Friedrich Ebert, Rabat,

13 : 30 propositions pour définir une véritable dimension sociale du Partenariat 2010 : Année de la dimension sociale? Le tournant en termes de prise en compte de la dimension emploi dans le contexte du Partenariat euro-méditerranéen se serait produit en 2005 (4). En effet, il est possible de tirer, à partir des contributions à cette ouvrage, la conclusion intéressante que malgré le fait qu il a été considéré comme un échec politique (principalement en raison de l absence de la plupart des chefs d Etat et de gouvernement arabes et l incapacité à se mettre d accord sur les conclusions finales), le Sommet euro-méditerranéen de Barcelone, qui s est tenu le 28 novembre 2005, a jeté les fondements de toute une série de progrès importants dans la manière dont certaines questions sont traitées dans le cadre du Partenariat euro-méditerranéen (emploi, promotion de l emploi des femmes, éducation, environnement ). En fait, l analyse précédant la formulation de propositions concrètes dans chacune des contributions de cet ouvrage montre un certain degré d avancement dans tous ces domaines au cours des cinq dernières années, ainsi que dans la prise de conscience de la nécessité d intégrer des études d évaluation d impact dans tous les accords de libre-échange et dans la formalisation d un système de suivi et monitoring permettant d évaluer les progrès enregistrés dans chaque domaine et chaque pays sur la voie de la réalisation des objectifs du PEM et de la PEV. Le Programme de travail quinquennal adopté lors du Sommet de Barcelone en 2005 engage le Partenariat euro-méditerranéen, pour la première fois, sur les objectifs suivants : «7. Dans le but de favoriser dans l ensemble de la région la création d un plus grand nombre d emplois pour le nombre croissant de jeunes et de réduire les niveaux de pauvreté régionaux et les écarts de prospérité, ainsi que d augmenter les taux de croissance du PIB, les partenaires euro-méditerranéens prendront des mesures visant à : [ ] e) renforcer les systèmes de protection sociale afin de garantir un niveau de vie minimal pour les plus vulnérables ; [ ] g) améliorer l'intégration socio-économique, notamment afin de faire face aux conséquences sociales des restructurations sectorielles ; [ ] h) augmenter sensiblement le pourcentage de femmes exerçant un emploi dans tous les pays partenaires EuroMed ; i) améliorer la productivité de la main-d'oeuvre en élargissant l'accès à la formation professionnelle et technique et favoriser les transferts de technologie depuis les pays partenaires européens ; renforcer le rôle du secteur privé dans le financement et la formation sur le lieu de travail ; [ ] k) augmenter le pourcentage de travailleurs occupés dans le secteur privé.» (4) Cf., pour un aperçu sur les développements et initiatives dans le cadre du Partenariat euro-méditerranéen depuis 2005, Lannon, E. et I. Martin (2009) : Rapport sur les progrès du Partenariat euro-méditerranéen,

14 Introduction : Quelle dimension sociale pour quel Partenariat euro-méditerranéen? 13 Ceci étant, aucune mesure concrète n a été adoptée pour atteindre ces objectifs ; de la même manière, aucun système de suivi n a été mis en place pour évaluer et garantir les progrès réalisés. Les actions sont restées éparses, en fait insuffisantes, et le suivi inapproprié, non institutionnalisé et souvent, tout simplement inexistant. Ce n est qu à la fin de l année 2008, dans le sillage de la création de l Union pour la Méditerranée, que la première Conférence euroméditerranéenne sur l emploi et le travail, qui s est tenue les 9 et 10 novembre 2008 (5) à Marrakech, a planché sur des initiatives et des propositions concrètes pour promouvoir la création d emplois, la modernisation des marchés du travail et le travail décent, adoptant un cadre d actions qui contribuerait à l intégration d une véritable dimension sociale dans le projet euro-méditerranéen. Ainsi, même si l on peut aisément soutenir que l Union pour la Méditerranée, mise en place à Paris en juillet 2008, n a rien apporté à la dimension sociale du Partenariat en tant que telle, force est de reconnaître qu elle a déclenché une nouvelle dynamique dans ce domaine, en particulier depuis la Déclaration de Marseille des Ministres des Affaires étrangères EuroMed, qui ont adopté la déclaration et l agenda suivantes sur la «définition d une véritable dimension sociale» : L atelier consacré à la politique de l emploi, qui s est tenu en 2007, a permis de mieux comprendre les enjeux actuels pour les marchés du travail et les politiques de l emploi dans un contexte de mondialisation, d évolution technologique et de mutation démographique. La première conférence des ministres de l emploi et du travail, qui aura lieu à Marrakech les 9 et 10 novembre prochains, sera une occasion unique de définir une véritable dimension sociale dans le partenariat, fondée sur une approche intégrée associant croissance économique, emploi et cohésion sociale. Les ministres feront le point sur l évolution de la situation socio-économique dans la région et examineront des initiatives et des propositions concrètes visant à promouvoir la création d emplois, la modernisation des marchés du travail et le travail décent. Ils devraient approuver un cadre d action définissant des objectifs-clés en matière de politique de l emploi, d employabilité et de perspectives d emploi décent. Ce cadre concernera également des questions horizontales essentielles, telles que le renforcement de la participation des femmes au marché du travail, la non-discrimination, l intégration des jeunes sur le marché du travail, la transformation du travail informel en emplois réguliers et la migration professionnelle. Les ministres chargés de l emploi et du travail devraient également approuver la création d un mécanisme de suivi efficace incluant des comptes rendus sur les progrès réalisés au niveau national ainsi que des échanges de pratiques. Le succès des politiques sociales et des politiques de l emploi nécessite le concours de toutes les parties concernées, en particulier des partenaires sociaux. Dans ce contexte, il convient d intensifier la coopération entre les partenaires sociaux dans la région euro-méditerranéenne. Les ministres réaffirment l engagement qu ils ont pris de faciliter la circulation légale des personnes et reconnaissent que cela a une forte incidence sur la dimension sociale du partenariat. À cette fin, les ministres chargent les hauts fonctionnaires de déterminer les moyens de mettre en œuvre cet objectif. (5) Conclusions : Union_mediterranee_FR.pdf.

15 : 30 propositions pour définir une véritable dimension sociale du Partenariat Après l important bond en avant réalisé lors de la Conférence euroméditerranéenne des Ministres de l Emploi et du Travail en Novembre 2008, la phase préparatoire de la mise en œuvre des décisions des Ministres prend, à nouveau, trop longtemps, compte tenu de l urgence à relever les défis sociaux et en matière d emploi dans la région (le Groupe de travail créé par les Ministres de l emploi et du travail a mis plus d un an avant de se réunir pour la première fois les novembre 2009, et le Forum sur le dialogue social, approuvé par les ministres dans le cadre de leur consultation des partenaires sociaux, ne s est réunit que le 11 mars 2010 à Barcelone, 16 mois après la Conférence ministérielle). À cet égard, il y a un contraste embarrassant entre la réaction rapide à la crise économique mondiale en Europe et la lenteur à relever le défi de l emploi dans la région méditerranéenne. Ainsi, on peut présumer que 2010 sera une année clé pour la définition de la dimension sociale du Partenariat EuroMed. Dans les mois à venir, la façon de gérer la question de l emploi dans le cadre EuroMed sera déterminée. Le deuxième Sommet de l Union pour la Méditerranée, prévu en juin 2010, devrait approuver le Programme de travail pour les deux années à venir, et la 2 e conférence EuroMed des Ministres de l Emploi et du Travail, prévue au cours du deuxième semestre de 2010, sera l occasion de consolider ce processus. Si ces deux occasions sont perdues, la dimension sociale pourrait s étioler et rester lettre morte, en dépit de la dynamique créée par la définition des principales caractéristiques de la dimension sociale du partenariat EuroMed en Ceci est d autant plus vrai que les six projets retenus dans le cadre de l Union pour la Méditerranée pourraient au mieux, si tant est qu ils sont effectivement mis en œuvre, contribuer à améliorer l articulation physique de la Méditerranée, mais ils ne pourront en aucun cas constituer une solution aux inquiétants problèmes socio-économiques de la région. Par ailleurs, la dérive intergouvernementale manifeste de l Union pour la Méditerranée est assurément préjudiciable à la dimension sociale du Partenariat ; l implication directe des institutions de l Union européenne dans tout ce processus sert de garantie pour la dimension sociale et la participation de la société civile. L objectif de cet ouvrage est précisément de tirer avantage de la fenêtre d opportunité créée par le processus enclenché par les Ministres du Travail et de l Emploi pour présenter un ensemble de propositions concrètes visant à donner corps à ces efforts. Pour ce faire, nous choisissons de formuler 20+10, c est-à-dire, 30 propositions concrètes qui pourraient constituer la plate-forme de la société civile pour la dimension sociale du Partenariat. Notre concept de la dimension sociale comporte : «de nombreux aspects, tels que la lutte contre la pauvreté, l emploi, les relations de travail, l éducation, la santé ou la cohésion sociale. Il est impossible de traiter cette question en la séparant des droits de l homme, des libertés fondamentales, de la démocratie, de la sécurité, de la migration, de l évolution démographique, de l égalité entre les hommes et les femmes, de la bonne gouvernance, du commerce et des relations économiques, du développement durable, de l égalité des chances pour tous

16 Introduction : Quelle dimension sociale pour quel Partenariat euro-méditerranéen? 15 (y compris pour les personnes souffrant d un handicap), de la promotion de la culture, de la lutte contre la corruption et le crime (6)». Malgré cette démarche globale, nous n avons d autre choix que de délimiter notre champ d action pour nous focaliser surtout sur les problèmes liés à l emploi, afin de les aborder avec la rigueur et la précision requises. Ceci ne signifie pas que les autres domaines d action, comme la sécurité sociale, l éducation ou la lutte contre la pauvreté, doivent être négligés, mais tout simplement que l emploi est reconnu comme le principal enjeu social de la région méditerranéenne au cours des deux décennies à venir (7). Une question de principes Mais au-delà de cette opportunité politique, la définition de la dimension sociale est aussi une question de principes. D une part, la discussion de base est identique à celle menée au sein de l Union européenne sur la définition de la dimension sociale : le juste équilibre entre l établissement d une zone de libreéchange comme dans le cas de la zone de libre-échange euro-méditerranéenne ou un marché unique européen basé sur un ensemble de règles techniques et concurrentielles communes (lequel est supposé, depuis le lancement de la Politique européenne de voisinage, basée sur le modèle d adhésion à l UE et qui offre la perspective d un «jalon» dans le marché unique de l UE, s étendre progressivement aux pays voisins d Europe orientale et méditerranéens en fonction du rythme de leurs réformes économiques, politiques et institutionnelles et leur convergence normative subséquente avec l UE) et le développement d un espace social commun garantissant la cohésion au sein de cette zone économique ; c est-àdire le juste équilibre entre l intégration économique et monétaire (pour laquelle des mécanismes de supervision politique sophistiqués et efficaces ont été mis en place au cours des vingt dernières années, même dans le cadre du Partenariat euro-méditerranéen) et l intégration sociale, souvent négligée (8). D autre part, le développement de la dimension sociale du Partenariat euroméditerranéen est aussi une question de principes dans le sens des principes du (6) La définition est extraite du rapport d information sur la «Dimension sociale des relations entre l Union européenne et les pays partenaires méditerranéens», publié par le Conseil économique et social européen en 2008 (www.eesc.europa.eu/sections/rex/euromed/events/ rabat/pdg %20A_CES _ FIN_REV_RI_fr.doc). (7) Cf. la contribution de Iván Martín ci-dessous, ainsi que celle de Martín, I. (2009), «L emploi des jeunes dans les pays arabes méditerranéens : la clé du futur» dans Med Annuaire de la Méditerranée, p , Fundació CIDOB et IEMed, Barcelone, (8) S agissant de ces tensions entre l intégration économique et sociale et la dimension sociale de l UE, cf. Erdmenger, Katharina, Stefan Gran, Wolfgang Kowalski et Ursula Polzer (2009) : Die soziale Dimension der EU. Binnenmarkt und faire Arbeitsbedingungen ein Gegensatz?, International Policy Analysis, Friedrich Ebert Stiftung. Toutefois, cette analyse se fonde sur une approche juridique qui est loin d être pertinente au regard du modèle actuel d intégration euro-méditerranéenne sans fondement juridique commun.

17 : 30 propositions pour définir une véritable dimension sociale du Partenariat partenariat (9). Pendant le processus d élaboration de cet ouvrage, il est clairement ressorti, pour tous auteurs et participants dans les différents ateliers, qu aucun réel partenariat ne pouvait être invoqué et aucune réelle dimension sociale élaborée si certains principes n étaient pas respectés : Le co-développement doit être le fondement de toute action entreprise dans ce domaine. Mais un réel co-développement n est pas limité à la contribution des migrants au développement de leurs sociétés d origine, comme ce concept a été largement utilisé ces dernières années. Bien plus, le co-développement doit se concevoir comme étant un développement partagé, impliquant au moins trois éléments, basés chacun sur un principe général : l établissement d un espace économique commun basé sur le principe de la libre circulation des facteurs de production, c est-à-dire des capitaux, des biens, des services et des travailleurs (cf. proposition 8). Ceci doit se traduire en une stratégie de mobilité (proposition 25) ; un ensemble de flux économiques et financiers mutuellement bénéfiques, compatibles avec le développement de tous les partenaires, c est-à-dire, menant à la convergence des niveaux de revenus (principe de cohésion). En fait, la convergence réelle est le test définitif du co-développement et de l existence d un véritable partenariat ; l émergence d une véritable communauté économique incarne les objectifs de sécurité et de prospérité partagées, ce qui présuppose le principe de co responsabilité. La co-responsabilité. Le principe de responsabilité partagée implique quatre éléments : l identification conjointe par tous les partenaires des questions d intérêt commun, créant le besoin d agir ensemble (que ce soit à travers la méthode ouvert de coordination, traitée dans la contribution de Larabi Jaidi ci-dessous ou de toute autre manière) ; le «droit à l information» de tous les partenaires sur des actions entreprises et politiques mises en œuvre par tous les autres partenaires sur des questions d intérêt commun, dans la mesure où elles touchent tous les partenaires ; la recherche de solutions communes pour répondre à des problèmes communs et, par conséquent, la définition de stratégies conjointes ; la mise en œuvre de ces stratégies requiert la mobilisation et mise en commun des ressources. Quel que soit le caractère abstrait qui semble entourer ces deux principes, ils peuvent être traduits en actions concrètes et testés pour évaluer le degré de sérieux de l UE et des PPM par rapport au processus euro-méditerranéen, ses (9) Cf. Commission Interméditerranéenne C.R.P.M. (2008) : Un Partenariat euro-méditerranéen renouvelé pour la paix, l emploi et le développement durable, Institut de la Méditerranée, CeSPI et IEMed, medregions.com/pub/doc_travail/bp/4_fr.pdf.

18 Introduction : Quelle dimension sociale pour quel Partenariat euro-méditerranéen? 17 buts et ses principes. S engager dans la création d une zone de libre-échange euro-méditerranéenne, par exemple, sans tenir compte ni prévoir des mesures conjointes pour en contrebalancer les effets négatifs, pourrait aller, pour certains partenaires, à l encontre du principe de co-responsabilité (cf. proposition 3 sur l élaboration d un cadre stratégique de réforme avec filet de sécurité). Pour donner un autre exemple concret, la manière dont l Europe s est refermée sur elle-même pour définir et mettre en œuvre sa réponse à la crise économique mondiale, sans y intégrer les PPM, ne contribue pas au co-développement en Méditerranée. La même idée s applique à l exclusion explicite de la mobilité des personnes, même en tant qu objectif à long terme, de la Politique européenne de voisinage (PEV). Cohérence intersectorielle. L «approche globale sur la question des migrations» adoptée par le Conseil européen de décembre 2005 a noté que «le Programme de travail en matière de migrations et de développement sera renforcé par une amélioration de la cohérence entre les différentes politiques de l UE, y compris les instruments financiers correspondants, en vue de s attaquer aux causes profondes des migrations (10).» Le même appel à la cohérence a été lancé par les Ministres du Travail et de l Emploi, qui se sont réunis pour la première fois à Marrakech en novembre 2008, lorsqu ils ont appelé à «une approche intégrée combinant de manière indissociable la politique de l emploi et les politiques économique, fiscale, sociale et environnementale ainsi que la politique d éducation et formation» à la fois au niveau national et régional. Le défi consiste, à présent, à transformer ces déclarations éclairées en actions et à développer les cadres institutionnels requis pour garantir cette cohérence politique intersectorielle (cf. propositions 6 et 7). Consultation avec les parties prenantes et transparence, c est-à-dire, les organisations de la société civile, les partenaires sociaux et les bénéficiaires eux-mêmes. Un processus de consultation structuré va bien au-delà l exercice «d information publique» mis en place par la Commission européenne sur les notes conceptuelles publiées pour les prochains programmes indicatifs nationaux , où elle a invité toutes les parties intéressées à présenter leurs opinions. Ceci présuppose l institutionnalisation de la procédure de consultation (au niveau des conseils d association bilatéraux, par exemple, cf. proposition 17) et de la transparence sur le contenu du processus de consultation et la manière dont les contributions de la société civile et des partenaires sociaux ont été prises en compte (proposition 18). Ceci implique de concrétiser le droit à l information en rendant publics tous les documents qui ne sont pas confidentiels selon les partenaires (actuellement, la Commission européenne retient de nombreux documents relevant juridiquement du domaine public en ne les publiant pas, même si elle est tenue de les fournir sur demande.) (10) Conclusions de la présidence du Conseil européen de Bruxelles (14/15 décembre 2006) «Politique européenne globale en matière de migrations» pressdata/fr/ec/92224.pdf.

19 : 30 propositions pour définir une véritable dimension sociale du Partenariat D autre part, l analyse des développements économiques des deux dernières décennies dans les pays arabes méditerranéens (PAM) et les perspectives pour les dix à vingt ans à venir, notamment dans le domaine de l emploi, montrent clairement que le maintien du statu quo en termes de politiques économiques et de modèle économique n est pas une option réalisable, qu elle risque de porter un préjudice permanent aux perspectives de développement de ces pays et qu elle est susceptible de perturber leur stabilité sociale. Ceci exige une action politique immédiate de la part des PAM et de l UE, qui serait touchée par toute instabilité dans la région. Les politiques de l emploi et la dimension sociale du Partenariat euro-méditerranéen sont les dimensions clés de ce changement de paradigme requis, dans la mesure où la définition de la dimension sociale peut être considérée comme étant une condition préalable à la viabilité du PEM en tant que projet de transformation économique et de développement et que l approfondissement de la consultation de la société civile et des partenaires sociaux peut être considéré comme une condition préalable à sa viabilité sociale et politique. Cet ouvrage tente de définir un agenda minimaliste pour atteindre ces objectifs. Dimensions de la dimension sociale Pour alimenter le débat, la fondation Friedrich Ebert Stiftung (FES) et la Plateforme non gouvernementale EuroMed ont décidé de demander des contributions à six experts de la région, deux européens et quatre des pays arabes méditerranéens, afin de formuler des propositions concrètes sur six thèmes généraux. La démarche était semblable à celle déjà appliquée en 2005 sur l implication de la société dans le Partenariat euro-méditerranéen (11). Il est entendu que bien d autres sujets auraient pu être choisis, mais nous avons retenu ce qui nous semblait être les éléments constitutifs fondamentaux d une véritable dimension sociale pour le Partenariat euro-méditerranéen : La crise financière et économique mondiale frappe les pays arabes méditerranéens à travers divers canaux (une réduction de moitié des investissements directs étrangers, une baisse des transferts de fonds des migrants, une contraction de la demande en produits d exportation, une baisse des revenus du tourisme ). Et ce, malgré le fait qu ils n étaient en rien à l origine de la crise et indépendamment du bien-fondé de leurs politiques (en fait, les pays qui ont mis en œuvre des politiques plus orthodoxes et, qui, par conséquent, sont plus intégrés dans l économie mondiale, sont ceux qui ont le plus souffert de la crise) (12). Même si nous pouvons nous demander si les pires effets de la crise économique sont derrière nous, il ne fait aucun doute que ses implications seront durables. La crise actuelle a dévoilé (11) Cf. Martín, I. (ed.) (2005) : Rendre le Partenariat euro-méditerranéen plus proche des citoyens. 35 propositions pour engager la société civile dans le Processus de Barcelone. Fondation Friedrich Ebert, (http://www.fes.org.ma/common/pdf/publications_pdf/propositions_35/prop_35 %20frc.pdf ). (12) Pour une analyse de l impact de la crise économique mondiale sur les pays arabes méditerranéens, cf. le rapport FEMISE (2009) : Les Pays partenaires méditerranéens face à la crise, Femise_A2008-9fr.pdf.

20 Introduction : Quelle dimension sociale pour quel Partenariat euro-méditerranéen? 19 les limites du modèle économique actuel pour les pays développés et son manque de potentiel comme moteur du développement des pays moins développés, y compris ceux de la rive sud de la Méditerranée. Il est nécessaire que toutes les parties prenantes et tous les acteurs sociaux participent à un large débat sur le modèle économique, le rôle de l Etat et des marchés, les investissements étrangers et la libéralisation des échanges comme moteurs de croissance et sur les politiques sociales. Le modèle européen de l Etat providence (en dépit de ses échecs et de ses carences observées dans une perspective européenne), caractérisé par un système plus cohésif et redistributif, ainsi qu un ensemble de droits économiques et sociaux attachés à la citoyenneté et considérés comme faisant partie intégrante de la démocratie, pourrait nous fournir quelques orientations à cet égard. La nécessité d intégrer les pays arabes méditerranéens dans la réponse européenne à la crise et dans les nouveaux mécanismes de supervision qui ont été créés, constitue un autre impératif, si tant est que les décideurs politiques veulent sérieusement honorer leur engagement de créer une «zone de stabilité et de prospérité partagées» en Méditerranée (le mantra du Partenariat euro-méditerranéen) ; au lieu de cela, l UE a géré la crise sans consulter d une quelconque manière ses voisins du Sud. De plus, les pays arabes méditerranéens ne se sont pas non plus consultés entre eux, dans leurs réactions face à la crise, montrant ainsi l inexistence de mécanismes de partenariat efficaces. Quoiqu il en soit, il ressort clairement pour les auteurs de cet ouvrage que la réponse à la crise mondiale actuelle requiert plus, et non pas moins, de partenariat dans l espace euro-méditerranéen. Proposition 1 Un débat à l échelle régionale sur le modèle économique et le modèle de relations économiques UE pays arabes méditerranéens (PAM) La crise a mis en évidence des dysfonctionnements profonds dans le modèle de politique économique mis en œuvre dans les pays arabes méditerranéens au cours des 20 dernières années. Il remet en question la sagesse conventionnelle sur des questions telles que le rôle de l État dans l économie, ou le commerce extérieur et les investissements directs étrangers en tant que principaux moteurs de la croissance. Beaucoup considèrent la crise actuelle non pas comme un accident de parcours, mais comme une panne systémique, un symptôme des contradictions internes du modèle économique actuel. Un tel modèle a certainement entraîné une généralisation des politiques macro-économiques saines et une bonne performance dans ce domaine (notamment en termes d inflation, de maîtrise du déficit public et même de croissance). Mais la combinaison d une libéralisation économique (et donc l impératif de la compétitivité) et l ancrage du taux de change sur l euro (empêchant les dévaluations) rend la convergence des salaires exclusivement dépendante des hausses de productivité, une voie très difficile pour des pays souffrant de systèmes éducatifs très inefficaces. Le modèle économique axé sur les exportations à bas salaires, faibles impôts, barrières peu élevées et une faible valeur ajoutée mis en oeuvre au cours des vingt dernières années dans de nombreux pays méditerranéens ne semblent garantir ni la convergence des revenues à long terme ni le niveau de création d emplois requis par les tendances démographiques des PAM. En effet, nous pouvons affirmer que la relation entre la dynamique économique et démographique n a pas été maîtrisée et que l écart

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

Institut syndical européen. Une perspective européenne sur les questions stratégiques pour le mouvement syndical

Institut syndical européen. Une perspective européenne sur les questions stratégiques pour le mouvement syndical Institut syndical européen Une perspective européenne sur les questions stratégiques pour le mouvement syndical Le principal objectif de l Europe sociale doit être la création d une société plus égalitaire,

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Les accords entre le Maroc et l UE Effectué par : Adil EL ACHARI Lausane INDOULI Yassir BENBOUZID Plan: Introduction I. Historique II. Accord de libre échange entre Maroc et UE 1. Présentation 2. Opportunité

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE EURO-MÉDITERRANÉENNE GROUPE DE TRAVAIL SUR LE FINANCEMENT DE L ASSEMBLÉE ET LA RÉVISION DU RÈGLEMENT DE L APEM

ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE EURO-MÉDITERRANÉENNE GROUPE DE TRAVAIL SUR LE FINANCEMENT DE L ASSEMBLÉE ET LA RÉVISION DU RÈGLEMENT DE L APEM ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE EURO-MÉDITERRANÉENNE GROUPE DE TRAVAIL SUR LE FINANCEMENT DE L ASSEMBLÉE ET LA RÉVISION DU RÈGLEMENT DE L APEM DMED_PV(2010)1202_1 PROCÈS-VERBAL de la réunion du 2 décembre 2010

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008 Le Budget Genre au Maroc, une perspective stratégique pour l égalité des sexes et l habilitation des femmes Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie

Plus en détail

Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie

Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie -Version FR Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie Communiqué de la Conférence des ministres européens chargés de l Enseignement supérieur,

Plus en détail

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Un cadre d action commun des partenaires sociaux européens du secteur de l électricité I. Introduction

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Note Oxfam France juin 2010 D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Analyse de l APD française au secteur agriculture et sécurité alimentaire La crise alimentaire

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) PLACE ET RÔLE DE L ADMINISTRATION - DE LA FONCTION PUBLIQUE - DANS LA MISE EN ŒUVRE DES MISSIONS DE L ETAT ET DE LA VISION NATIONALE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking»

Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking» Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking» Cadre général : 24-25 avril 2012, Hôtel NOVOTEL -Tunis Depuis le rapport du Club de Rome sur les limites de la croissance en 1972, l opinion publique

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION

EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION Document énonçant la position du CSEE sur la proposition de recommandation du Parlement européen et du Conseil établissant

Plus en détail

Politiques en faveur des PME Afrique du Nord et Moyen-Orient 2014

Politiques en faveur des PME Afrique du Nord et Moyen-Orient 2014 Politiques en faveur des PME Afrique du Nord et Moyen-Orient 2014 Évaluation sur la base du Small Business Act pour l Europe Tunis, 10 Septembre 2014 Ordre du jour 1. Introduction et objectifs 2. Méthodologie

Plus en détail

Les contributions des acteurs territoriaux à la promotion de la cohésion sociale et du développement durable aux niveaux local, national et mondial

Les contributions des acteurs territoriaux à la promotion de la cohésion sociale et du développement durable aux niveaux local, national et mondial Note conceptuelle Forum Social Mondial 2015 - Tables rondes Les contributions des acteurs territoriaux à la promotion de la cohésion sociale et du développement durable aux niveaux local, national et mondial

Plus en détail

Quelle relation entre transferts et développement?

Quelle relation entre transferts et développement? MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Quelle relation entre transferts et développement? Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières 15 décembre 2006 Plan 1. Introduction.

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

PUBLICATIONS Salto Youth EuroMed

PUBLICATIONS Salto Youth EuroMed PUBLICATIONS Salto Youth EuroMed Collection Guides Pratiques (EN,FR,AR) Les Guides pratiques ont pour but de donner des conseils, de l information ainsi que des astuces à destination des pofessionnels

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement

Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement Rapport mondial 2010 sur l e-parlement Chapitre 10 Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement La première édition du Rapport mondial sur l e-parlement a montré qu en 2008 seulement quelques assemblées

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

Glossaire du voisinage sud

Glossaire du voisinage sud EU Neighbourhood Info Centre An ENPI project Cette publication n est disponible qu au format électronique. Elle a été rédigée par le Centre d Information pour le Voisinage Européen, un projet financé par

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES

CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES Distribution: Générale CMS PNUE/CMS/Résolution 11.27 Français Original: Anglais ÉNERGIE RENOUVELABLE ET ESPÈCES MIGRATRICES Adoptée par la Conférence des Parties

Plus en détail

Speech by Mr. Fathallah Sijilmassi UfM Secretary-General Private Sector Meeting Barcelona, 13-14 April 2015

Speech by Mr. Fathallah Sijilmassi UfM Secretary-General Private Sector Meeting Barcelona, 13-14 April 2015 Speech by Mr. Fathallah Sijilmassi UfM Secretary-General Private Sector Meeting Barcelona, 13-14 April 2015 Monsieur le Commissaire européen, Monsieur le Premier ministre Jomaa, Mesdames, Messieurs, Chers

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation M. Peter Mesheau Ministre des Finances Gouvernement du Nouveau-Brunswick Le 17 octobre 2001

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

VERS UNE COMMUNAUTÉ EURO- MÉDITERRANÉENNE DE L ÉNERGIE : Passer de l'import-export à un nouveau modèle énergétique régional

VERS UNE COMMUNAUTÉ EURO- MÉDITERRANÉENNE DE L ÉNERGIE : Passer de l'import-export à un nouveau modèle énergétique régional VERS UNE COMMUNAUTÉ EURO- MÉDITERRANÉENNE DE L ÉNERGIE : Passer de l'import-export à un nouveau modèle énergétique régional Avril 2013 En 2011, pour la première fois, la Commission européenne parle d une

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

PAYS EN DÉVELOPPEMENT

PAYS EN DÉVELOPPEMENT Chapitre 6 PAYS EN DÉVELOPPEMENT Comment l OMC traite les besoins spéciaux d un groupe de plus en plus important 1. Aperçu général Sur les 150 membres environ de l OMC, à peu près deux tiers sont des pays

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE CHANGE DE LA BCRG, FONDEMENTS ET OBJECTIFS 1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne La politique monétaire et de change

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

pas de santé sans ressources humaines

pas de santé sans ressources humaines Résumé Une vérité universelle : pas de santé sans ressources humaines + alliance mondiale pour les personnels de santé Résumé Objectif Le présent rapport est destiné à éclairer les débats du troisième

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles.

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Un groupe de travail se réunit sous la Présidence de Pierre BURBAN au

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ Vérification de la gouvernance ministérielle Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 27 juin 2012 Table des matières Sommaire... i Énoncé d assurance...iii

Plus en détail

La coopération universitaire Union Européenne Maghreb dans le cadre des programmes d éducation Tempus et Erasmus Mundus

La coopération universitaire Union Européenne Maghreb dans le cadre des programmes d éducation Tempus et Erasmus Mundus La coopération universitaire Union Européenne Maghreb dans le cadre des programmes d éducation Tempus et Erasmus Mundus Séminaire inaugural AUF Bureau Maghreb, Rabat, 25 26 juin 2012 Philippe Ruffio, Agence

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION

DOCUMENT DE CONSULTATION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 10.4.2015 C(2015) 2303 final DOCUMENT DE CONSULTATION Première phase de consultation des partenaires sociaux au titre de l article 154 du TFUE concernant une consolidation

Plus en détail

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity.

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity. Proposition prébudgétaire 2015 de l Association canadienne de l électricité (ACÉ) présentée au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations

Plus en détail

APPEL A COMMUNICATIONS

APPEL A COMMUNICATIONS APPEL A COMMUNICATIONS Colloque régional UEMOA-CRDI sur Intégration régionale et stratégies régionales de réduction de la pauvreté 8-10 décembre 2009, Ouagadougou, Burkina Faso Délai de soumission de résumé

Plus en détail

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Première réunion 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Description: Ce document constitue les termes de référence du réseau régional pour la conformité et lʹapplication

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

Stratégie de la surveillance des assurances en Suisse

Stratégie de la surveillance des assurances en Suisse Stratégie de la surveillance des assurances en Suisse 1. Base juridique...2 2. Tâches principales...2 3. Conditions d accomplissement des tâches principales...2 3.1. Culture de la responsabilité...3 3.2.

Plus en détail

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A.

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A. Nations Unies A/RES/58/172 Assemblée générale Distr. générale 11 mars 2004 Cinquante-huitième session Point 117, b, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes. Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc.

Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes. Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc. Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc.ca Le Directeur parlementaire du budget a pour mandat de présenter

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté Forces, limites et options stratégiques Lahcen ACHY Economiste Principal, Centre Carnegie du Moyen Orient Septembre 2010 Le Maroc a enregistré

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE 3 UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE Proposition de Michele Patterson, Présidente, juin 2008 Introduction

Plus en détail

with the support of EFMET cooperation partners:

with the support of EFMET cooperation partners: Recommandations à la Commission Européenne sur le rôle de l enseignement musical et de la formation musicale professionnelle dans le nouveau programme européenne pour la culture with the support of EFMET

Plus en détail

Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée

Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée Introduction Dans l Union européenne, le secteur de la sécurité

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

Session du Conseil des Affaires Générales (Cohésion) Bruxelles, 19 novembre 2014

Session du Conseil des Affaires Générales (Cohésion) Bruxelles, 19 novembre 2014 Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 19 novembre 2014 Conclusions du Conseil concernant le sixième rapport sur la cohésion économique, sociale et territoriale: investissement

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 1096 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche PROMOTION DE DEVELOPPEMENT LOCAL ET D APPUI AU PROCESSUS DE DECENTRALISATION AU TOGO

Plus en détail

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION 35 C 35 C/7 27 août 2009 Original anglais Point 3.3 de l ordre du jour provisoire PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) Source : Résolution 29 C/87. PRÉSENTATION Antécédents

Plus en détail

Cadre Stratégique Commun 2014-2020

Cadre Stratégique Commun 2014-2020 Assemblée des Régions d Europe Cadre Stratégique Commun 2014-2020 Contribution de l ARE au document de travail des services de la Commission Juillet 2012 Cadre Stratégique Commun 2014-2020 Assemblée des

Plus en détail

COMMUNIQUE. Réunion du Conseil des ministres franco-allemand à Berlin

COMMUNIQUE. Réunion du Conseil des ministres franco-allemand à Berlin PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Berlin, le 31 mars 2015 COMMUNIQUE Réunion du Conseil des ministres franco-allemand à Berlin La Chancelière fédérale Angela Merkel, le Président de la République

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail