ENFANCE EN DANGER OU EN RISQUE DE DANGER GUIDE PRATIQUE A L USAGE DES PROFESSIONNELS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENFANCE EN DANGER OU EN RISQUE DE DANGER GUIDE PRATIQUE A L USAGE DES PROFESSIONNELS"

Transcription

1 ENFANCE EN DANGER OU EN RISQUE DE DANGER GUIDE PRATIQUE A L USAGE DES PROFESSIONNELS

2

3 SOMMAIRE 1. REFORME DE LA PROTECTION DE L'ENFANCE ET MISE EN ŒUVRE DEPARTEMENTALE Les obligations découlant de la loi n du 5 mars 2007 en matière d informations préoccupantes et de signalement Présentation du protocole départemental de la Haute-Savoie Présentation de la Cellule Enfance en Danger REPERAGE ET RECUEIL DES INFORMATIONS PREOCCUPANTES Définition de l information préoccupante Le champ de l information préoccupante La qualification de l information préoccupante Origine de l information préoccupante Modalités et circuit de recueil des informations préoccupantes Formalisation de l information préoccupante au moyen de la fiche-type de recueil Transmission de la fiche-type à la CED Traitement de l information préoccupante par la CED TRAITEMENT ET EVALUATION DES INFORMATIONS PREOCCUPANTES Définition et modalités de l évaluation Définition de l évaluation Les modalités de l évaluation La conclusion de l évaluation Les instances d aide à l évaluation Circuit concernant l évaluation de l information préoccupante Circuit de principe en matière d évaluation Circuit d exception : activation du dispositif d évaluation rapide LES DECISIONS SUITES A UNE INFORMATION PREOCCUPANTE Classement sans suite de l information préoccupante Accompagnement de l enfant et de sa famille par les services sociaux ou médico-sociaux du département (AST-PMI) Mise en œuvre d une mesure de protection sociale Saisine des autorités judiciaires Le signalement en cas de situation d extrême gravité Le signalement hors situation d extrême gravité La saisine du Juge des Enfants

4 5. QUE FAIRE SI VOUS ETES PREOCCUPE(E) PAR LA SITUATION D UN MINEUR? Travailleurs sociaux ou médico-sociaux Médecins et professionnels de santé hospitaliers ou libéraux Professionnels des établissements et services sociaux ou médico-sociaux (loi du 2 janvier 2002) Enseignants Elus Agents publics Responsables associatifs ou chargés d encadrement d activités pour mineurs Services enquêteurs : police et gendarmerie Citoyens ou professionnels ne concourant pas à la politique de protection de l enfance COORDONNEES A RETENIR REFERENCES LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES ANNEXES... - Rapport d évaluation IP-type.. - Organigramme des Directions sociales du Conseil Général - Charte départementale du partage d informations confidentielles - Note sur les personnes concourant à la protection de l enfance GLOSSAIRE

5 1. REFORME DE LA PROTECTION DE L ENFANCE ET MISE EN ŒUVRE DEPARTEMENTALE 3

6 La loi n du 5 mars 2007 portant réforme de la protection de l enfance fait du Président du Conseil Général le chef de file en matière de protection de l enfance. La politique de protection de l enfance a pour objectif : - La prévention des difficultés éducatives des parents à l égard de leur(s) enfant(s) ; - L accompagnement des familles ; - La prise en charge, le cas échéant, totale ou partielle des enfants selon des modalités adaptées à leurs besoins. A cette fin, le Président du Conseil Général de la Haute-Savoie s appuie : sur le service départemental d action sociale territorialisée (AST) et le service de protection maternelle et infantile (PMI) rattachés à la Direction de la Prévention et du Développement Social (DPDS) ; le service de l aide sociale à l enfance dont les missions sont réparties entre les deux Directions : Direction de la Prévention et du Développement Social et Direction de la Protection de l Enfance (DPE). Parallèlement à la mise en œuvre d une politique de prévention s inscrivant dans un travail en réseau entre partenaires institutionnels et acteurs locaux au plus près des lieux de vie des familles et des mineurs, la protection de l enfance requiert la mise en place d un dispositif départemental de repérage et de traitement des situations d enfants en danger ou en risque de danger. Changement de vocabulaire Désormais, on ne parle plus d «enfant maltraité» mais d «enfant en danger ou en risque de danger». Le terme de «signalement» est réservé à la transmission à l autorité judiciaire. Ce que l on désignait avant sous le vocable de «signalement (administratif)» ou d «information signalante» se nomme maintenant «information préoccupante». Le terme de «protection sociale» se substitue à celui de «protection administrative». Eléments d informations laissant craindre qu un mineur est en danger ou en risque de danger Eléments d informations qualifiant une situation d extrême gravité (faits de qualification pénale : crimes ou délits) Informations préoccupantes Signalement Président du Conseil Général Procureur de la République 4

7 1.1 Les obligations découlant de la loi n du 5 mars 2007 en matière d informations préoccupantes et de signalement Transmission obligatoire au Président du Conseil Général de toute information préoccupante ; Recueil, traitement et évaluation des informations préoccupantes, à tout moment et quelle qu en soit l origine, par le Président du Conseil Général ; Centralisation du recueil des informations préoccupantes au sein d une cellule départementale dénommée en Haute-Savoie «Cellule Enfance en Danger 74» (CED 74) ; Concours du représentant de l Etat dans le département (Préfet) et de l autorité judiciaire à cette fin et conclusion d un protocole départemental entre le Président du Conseil Général, le représentant de l Etat, les partenaires institutionnels concernés et l autorité judiciaire afin de fiabiliser les circuits ; Subsidiarité de la protection judiciaire par rapport à la protection sociale et formalisation des échanges d informations entre le Président du Conseil Général et le Parquet concernant les signalements ; Le signalement direct au Parquet est désormais réservé aux situations d extrême gravité requérant une protection judiciaire. Le renforcement des droits des usagers avec : - l obligation d informer les parents ou les détenteurs de l autorité parentale préalablement à la transmission d une information préoccupante et à l échange d informations à caractère secret, sauf intérêt contraire de l enfant ; - l information par écrit des parents sur la décision de signalement ; - l information des professionnels et des élus sur les suites données à leur transmission d information préoccupante. Le Président du Conseil Général fait également savoir, sur leur demande, aux autres personnes l ayant informé si une suite a été donnée. La transmission des données anonymisées relatives aux informations préoccupantes par la CED 74 à l Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance créé dans chaque département et à l Observatoire National de l Enfance en Danger (ONED) à des fins d analyse et de statistiques. 1.2 Présentation du protocole départemental de la Haute-Savoie Afin de formaliser les procédures en matière d information préoccupante et de signalement, un protocole départemental est conclu entre le Président du Conseil Général, le Préfet de Haute-Savoie, les Présidents des tribunaux de grande instance, les Procureurs de la République, l Inspecteur d Académie, le Directeur de l Agence Régionale de l Hospitalisation représenté par le Directeur Départemental des Affaires Sanitaires et Sociales et les Présidents des Conseils de l Ordre des Médecins et des Sages-femmes. Par ce protocole, les différentes institutions s engagent : à respecter les circuits actés et à les porter à la connaissance de leur personnel et/ou de leurs membres ; 5

8 à assurer une application large du protocole en en reprenant les dispositions dans tous leurs actes de conventionnement, autorisation et/ou agrément conclus avec les services publics, les établissements publics et privés susceptibles de connaître des situations de mineurs en danger ou en risque de danger et les associations concourant à la protection de l enfance. 1.3 Présentation de la Cellule Enfance en Danger 74 (C.E.D. 74) rattachée à l Antenne de Liaison Enfance en Danger (ALED) Dans le département de la Haute-Savoie, toute information préoccupante relative à un mineur en danger ou en risque de danger doit être transmise à : CELLULE ENFANCE EN DANGER 74 (C.E.D. 74) Direction de la Protection de l Enfance 12, avenue de Chevêne BP Annecy Cedex Tel. : Fax : Courriel : La mise en place de la CED 74 répond à l objectif de faire converger vers un lieu unique toutes les informations préoccupantes concernant des mineurs en danger ou en risque de danger afin de pallier le risque de déperdition d information et garantir au mieux la protection de l enfance. Placée sous la responsabilité du Président du Conseil Général, cette Cellule est rattachée à la Direction de la Protection de l Enfance du Conseil Général et intégrée à l Antenne de Liaison Enfance en Danger (A.L.E.D.), chargée par ailleurs du secrétariat de l Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance. La C.E.D. 74 reçoit les informations préoccupantes du lundi au vendredi de 8h30 à 12h00 et de 13h30 à 17h30. La ligne téléphonique de la CED 74 est réservée aux professionnels. En dehors des heures d ouverture, les appels sont renvoyés sur le 119 (numéro vert du Service National d Accueil Téléphonique de l Enfance en Danger - SNATED, géré par le Groupement d Intérêt Public Enfance en Danger dont le Conseil Général de la Haute-Savoie est membre). Une astreinte de la protection de l enfance est organisée pendant les temps de fermeture de la Direction de la Protection de l Enfance (soir, fin de semaine et jours fériés). 6

9 2. REPERAGE ET RECUEIL DES INFORMATIONS PREOCCUPANTES 7

10 2.1 Définition de l information préoccupante La définition de l information préoccupante 1, reprise dans le protocole départemental, est relativement large : Constitue une information préoccupante (IP) tout élément d information, y compris médical, susceptible de laisser craindre qu un mineur est confronté à des difficultés mettant en danger ou risquant de mettre en danger sa santé, sa sécurité ou sa moralité ou de compromettre gravement son éducation ou son développement physique, affectif, intellectuel et social. 1. Le champ de l information préoccupante L information préoccupante doit obligatoirement concerner un mineur en danger ou en risque de danger, au sens de l article L du code de l action sociale et des familles 2. De fait, les éléments d information relatifs à des difficultés rencontrées par des mineurs émancipés ou des jeunes majeurs ainsi que par des femmes enceintes majeures ne constituent pas des informations préoccupantes et ne doivent donc pas être transmises à la CED 74. Ces informations doivent être traitées par les services d action sociale ou médico-sociale compétents. De même, tout élément d information laissant craindre qu une famille, y compris lorsque des mineurs sont à sa charge, éprouve des difficultés sociales (logement, emploi, couverture sociale, etc.) ne constitue pas à lui seul une information préoccupante. Ces éléments d information devront être transmis directement aux services d action sociale ou médico-sociale compétents. 2. La qualification de l information préoccupante L information doit être qualifiée comme «préoccupante» au regard des éléments de danger ou de risque de danger concernant la situation du mineur. Pour ce faire, il est possible, à titre indicatif mais non exhaustif, de s appuyer sur des indicateurs de danger ou de risque de danger figurant dans la liste ci-dessous. 1 Cette définition est celle donnée dans le guide pratique publié par le Ministère du Travail, des Relations Sociales et de la Solidarité sur la cellule départementale de recueil, de traitement et d évaluation (Documentation française, février 2008). 2 Cf. p. 50 du présent guide. 8

11 Indicateurs de danger ou de risque de danger concernant la situation d un mineur Indicateurs en matière de santé Indicateurs en matière de sécurité Indicateurs en matière de moralité Indicateurs en matière d éducation Indicateurs en matière de développement Violences physiques, psychologiques, sexuelles envers l enfant Négligences envers l enfant (défaut de soins ou d hygiène, carences alimentaires, défaut dans le lien d attachement parentenfant, etc.) ou exigences inadaptées Manifestations chez l enfant : troubles du comportement, de l appétit, du sommeil, etc. Enfant victime ou témoin de violences (violences conjugales, familiales ou extra-familiales) Exigences inadaptées par rapport à l âge de l enfant Défaut de surveillance de l adulte aboutissant à une mise en danger ou risque de danger de l enfant Evolution de l enfant dans un environnement non sécurisé Conduite à risque de l enfant Enfant témoin ou acteur de comportements inadaptés Instrumentalisation de l enfant (incitation à commettre des actes délictueux, etc.) Absence ou excès de normes ou de limites Rigidité éducative ou, à l inverse, absence de repères et de limites éducatives Défaut de scolarisation, d instruction ou manquement à l obligation éducative Absence de socialisation de l enfant Interactions affectives inadéquates Retard dans le développement physique (croissance, poids, etc.) ou cognitif (acquisition des apprentissages, développement du langage, accès à l autonomie, etc.) Difficulté à entrer en interaction avec les autres Comportement de l enfant (mauvaise estime de soi, agressivité, hyper adaptation, etc.), comportement affectif inadapté, etc. Ces indicateurs de danger ou de risque de danger donnés à titre d exemples n ont pas toujours de valeur pris isolément. C est leur intensité, leur fréquence ou leur accumulation qui peut être révélatrice d une situation de danger ou de risque de danger. Les situations faisant l objet de questionnements peuvent être partagées dans un premier niveau de travail entre professionnels (réseau), en amont de la qualification de l information comme préoccupante, afin de mener un travail de prévention auprès de la famille. Les personnels des pôles médico-sociaux de la DPDS peuvent, dans ce cadre, être sollicités pour un échange et un soutien technique d aide à la qualification de l information préoccupante. L information qualifiée de préoccupante est transmise à la CED 74. Cette transmission et le traitement qui s ensuit ne préjugent pas des suites qui seront données à l information préoccupante (classement sans suite, accompagnement médico-social, attribution d une prestation d aide sociale à l enfance ou signalement). 9

12 L information préoccupante portant sur des SITUATIONS D EXTREME GRAVITE (crimes et délits parmi lesquels violences physiques ou psychiques graves, abus sexuels sur la personne du mineur, etc.) doivent faire l objet d un SIGNALEMENT DIRECT AU PARQUET. Les professionnels doivent s abstenir d intervention entravant les investigations nécessaires à une poursuite pénale des auteurs qui pourraient être entreprises par le Parquet. 2.2 Origine de l information préoccupante L origine de l information préoccupante peut être externe au Conseil Général c est-à-dire provenir de tout service ou personne ayant eu à connaître de la situation de danger ou de risque de danger concernant un mineur. Sans être exhaustif, il s agira notamment des informations préoccupantes transmises par l ensemble des personnels: de l Education Nationale, organismes conventionnés ou établissements d éducation spéciale; des services d action sociale et services sociaux autres que départementaux (ex. : services des communes, C.C.A.S., organismes de sécurité sociale, associations œuvrant dans tous domaines d action sociale) ; professionnels de santé et établissements de santé publics ou privés ; des établissements ou services en charge de mineurs (crèches, halte-garderies, centres aérés, garderies périscolaires, centres de vacances, établissements sociaux de la protection judiciaire de la jeunesse, etc.) ; des associations (culturelles, sportives, de loisirs, etc.). Les informations préoccupantes externes peuvent également émaner : - de personnes physiques (citoyens, famille, voisinage, etc.) ; - du SNATED (n vert 119) ; - du Défenseur des enfants ; - d autres départements dans le cadre des informations préoccupantes à diffusion nationale. Sont également recueillis au niveau de la Cellule Enfance en Danger 74 les soit-transmis du parquet et les avis d ouverture de procédure en assistance éducative transmis par les juges des enfants. L origine de l information préoccupante peut également être interne au Conseil Général. Il s agira notamment des situations de mineurs pour lesquels un risque de danger ou un danger est évalué au cours d un accompagnement : - par les services sociaux et médico-sociaux départementaux (AST-PMI) ; - par les services sociaux conventionnés ; - par le service de l aide sociale à l'enfance pour les mineurs bénéficiant d une mesure de protection de l enfance. 10

13 2 Concernant les IP internes, la qualification de l information préoccupante engage la responsabilité du Président du Conseil Général et par délégation : Des Directeurs concernés et autres cadres délégués ; Des collaborateurs professionnels médicaux, sociaux et éducatifs. 2.3 Modalités et circuit de recueil des informations préoccupantes 1. Formalisation de l information préoccupante au moyen de la fiche-type de recueil Afin d harmoniser les outils existants et faciliter l enregistrement informatique des informations préoccupantes, conformément à la loi et au protocole départemental, une fiche-type de recueil d information préoccupante a été élaborée (cf. modèle). Celle-ci doit être systématiquement renseignée par les professionnels ayant réceptionné l information préoccupante (appels téléphoniques, courriers, accueil physique, etc.). Tous les champs y figurant doivent être obligatoirement remplis afin de permettre en aval la saisie informatique des données par la CED 74. Cette fiche-type de recueil IP tout comme les fiches-navette (cf. infra) constituent des outils de formalisation internes et ne doivent pas être utilisés tels quels comme support de communication aux familles. 2. Transmission de la fiche-type de recueil à la CED 74 La fiche de recueil de l information préoccupante doit ensuite être adressée, sans délai, à la Cellule Enfance en Danger 74 par fax ou par courriel : La CED 74 en accuse réception auprès du professionnel à l origine de la transmission ainsi qu auprès des particuliers qui lui ont communiqué directement des informations préoccupantes. En qualité de professionnel participant à la politique de protection de l enfance ou y apportant son concours, vous devez OBLIGATOIREMENT, sauf intérêt contraire de l enfant, informer les parents ou tout autre détenteur de l autorité parentale PREALABLEMENT à la transmission de la fiche de recueil de l information préoccupante à la CED 74. Outre l information orale, l envoi d un écrit à la famille est conseillé. 11

14 12

15 13

16 3. Traitement de l information préoccupante par la CED 74 A réception de la fiche de recueil de l information préoccupante, la Cellule Enfance en Danger 74 procède à l enregistrement informatique des données. Celles-ci seront ensuite annuellement anonymisées et transmises à l Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance ainsi qu à l ONED. La CED 74 s assure que l information transmise relève bien du champ de l information préoccupante et procède à une analyse rapide de la situation du mineur (recherche des éléments connus, croisement des données, etc.). Suite à ce premier diagnostic, le Chef de service de l Antenne de Liaison Enfance en Danger décide de la suite à donner quant au traitement de l information préoccupante au moyen de la «fiche-navette n 1 Recueil IP CED 74» (cf. modèle): - classement sans suite si l information préoccupante ne peut être traitée, faute d éléments précis (ex. : identité de l enfant non renseignée, etc.) ; - signalement à titre exceptionnel lorsque la situation l exige ; - transmission pour demande d évaluation. Dans ce dernier cas, la transmission est adressée par la CED 74 : - soit au Responsable de l Action Sociale Territorialisée (RAST) et Médecin de Protection Maternelle et Infantile (PMI) à la circonscription d actions médicosociales; - soit au Chef de Service Protection de l Enfance du territoire (CSPE) concerné lorsque le mineur fait l objet d une mesure de protection de l enfance mise en œuvre par la Direction de la Protection de l Enfance ; - soit au Responsable du service autre que départemental (service social autre que départemental, service chargé de la mise en œuvre de mesures de protection de l enfance) qui mènera l évaluation en lien avec le service social et médico-social de la Direction de la Prévention et du Développement Social (ou avec la Direction de la Protection de l'enfance, le cas échéant). Le Chef de service de l ALED peut également décider d activer le dispositif d évaluation rapide lorsque la situation du mineur ou les circonstances l exigent. Ce dispositif intervient principalement pour les situations relatives à des mineurs isolés étrangers, à des jeunes en errance ou pour lesquelles il y a nécessité d obtenir des informations rapidement. En cas de décision de classement sans suite ou de signalement prise par la Cellule Enfance en Danger 74, celle-ci en informe le professionnel ou la personne titulaire d un mandat électif à l origine de l information préoccupante. Nota bene : le traitement et l évaluation des IP sont réalisés à l échelon territorial. La CED 74 veille au respect des procédures et des droits des usagers dont les cadres locaux sont les garants. Elle assure, dans ce cadre, la gestion du suivi des informations préoccupantes, de leur recueil jusqu à la décision finale. 14

17 15

18 Schéma synthétique concernant le repérage et le recueil des informations préoccupantes par un professionnel social ou médico-social dans le respect de la procédure interne propre à son institution Eléments d informations Qualification par le professionnel comme information préoccupante Au besoin, contact du professionnel avec le PMS pour avis et/ou participation à l atelier de prévention Information préalable aux parents par le professionnel concernant la transmission de l IP Formalisation du recueil de l information préoccupante au moyen de la fiche-type Transmission de la fiche-type de recueil à la Cellule Enfance en Danger 74 CED 74 - accuse réception de l IP - enregistre informatiquement l IP - recherche les éléments connus concernant le mineur et sa famille - décide de la suite à donner au traitement de l IP Classement sans suite Signalement Transmission pour demande d évaluation CED en informe le professionnel ou l élu à l origine de l IP - RAST et Médecin de PMI en circonscription - Ou CSPE du territoire - Ou Responsable du service autre que départemental chargé de l évaluation - Ou, si nécessaire, activation du dispositif d évaluation rapide 16

19 3. TRAITEMENT ET EVALUATION DES INFORMATIONS PREOCCUPANTES 17

20 3.1 Définition et modalités de l évaluation 1. Définition de l évaluation En application de la loi, toute information préoccupante doit faire l objet d une évaluation, sous la responsabilité du Président du Conseil Général. L évaluation est pluridisciplinaire, pluri institutionnelle et s inscrit dans une démarche de proposition d aide et/ou d accompagnement à la famille Elle s appuie sur une démarche de travail en réseau qui engage l ensemble des institutions à travailler en coordination. Elle porte sur la réalité du risque de danger ou du danger concernant un mineur mais également sur la globalité de la situation du mineur et de sa famille. Elle vise à corroborer ou non les éléments de danger ou de risque de danger et à proposer, si besoin est, une offre à la famille et au mineur s appuyant sur le développement des compétences parentales et la mutualisation des ressources des différents acteurs de la prévention ou de la protection. Il s agit d une démarche méthodologique d observation et de compréhension de la situation du mineur. Selon la graduation du danger ou du risque, l évaluation peut aboutir, s il n y a pas de classement sans suite, à une proposition d orientation, d accompagnement social ou médico-social ou encore à une mesure de protection sociale puis, le cas échéant, judiciaire. 2. Les modalités de l évaluation L évaluation s élabore à partir de l échange entre les parents, le mineur concerné et les professionnels amenés à intervenir. La méthodologie d intervention doit s appuyer sur des outils d observation pertinents en fonction de l âge de l enfant. Le travail d évaluation nécessite de rencontrer les détenteurs de l autorité parentale et/ou les personnes ayant la charge effective de l enfant à plusieurs reprises. En cas de séparation des parents, ceux-ci peuvent être reçus séparément. Le travailleur social ou médico-social veille à recueillir le point de vue de l enfant et, après information des parents, à solliciter l avis des partenaires connaissant la famille (école, médecin, RASED, CMP, etc.) et des personnes importantes pour l enfant (famille élargie, fratrie ). Une visite à domicile au moins est réalisée pour permettre une meilleure connaissance de l enfant, de ses parents, des liens qui les unissent et apprécier les conditions matérielles d existence. Le premier entretien permet de poser le cadre de l intervention et d inscrire la démarche dans un processus d aide en précisant aux parents les objectifs des entretiens proposés : Evaluation avec les parents et les enfants du contexte de vie, des éventuelles difficultés, des potentiels de l environnement familial et social ; Propositions d aide, le cas échéant, s appuyant sur un diagnostic partagé parents/professionnels. Les services sociaux, médico-sociaux ou socio-éducatifs autres que départementaux ainsi que les professionnels participant à la protection de l enfance ou y apportant leur concours sont invités à se rapprocher des services sociaux ou médico-sociaux du Conseil Général (DPDS AST-PMI ou DPE si le mineur fait l objet d une mesure de protection de l enfance) pour la conduite de l évaluation. 18

21 Le partage d informations à caractère secret entre professionnels de la protection de l enfance est autorisé dans le but d évaluer la situation d un mineur et de sa famille et de déterminer les actions de protection et d aide à mettre en œuvre. Il doit être restreint à ce qui est strictement nécessaire à l accomplissement de la mission de protection de l enfance. Les parents doivent en être informés préalablement, sauf intérêt contraire de l enfant. 3. La conclusion de l évaluation L évaluation est formalisée au moyen du rapport d évaluation-type. Un guide de remplissage à destination des professionnels chargés de l évaluation a été élaboré 3. L évaluation peut aboutir, soit à un classement sans suite de l information préoccupante, soit à une proposition de plan d intervention. La finalité de l évaluation est de déterminer le mode de réponse adapté aux besoins et au développement de l enfant ainsi qu à la dynamique familiale, de l expliciter aux personnes concernées et de fixer des objectifs clairs. La cohérence entre les deux phases de l évaluation que sont la phase d analyse puis la proposition d intervention, lorsque celle-ci s avère nécessaire, exige qu il y ait convergence entre les services portant l évaluation de la situation de la famille et de l enfant et les services portant l offre de réponse. L objectif est bien de rechercher avec la famille, dans le panel de l offre de réponse existant, la modalité de mise en œuvre la plus adaptée pour la prestation envisagée. En tout état de cause, lorsqu un enfant est en danger ou en risque de danger, il doit d abord être mis en œuvre ou tenté de mettre en œuvre des actions relevant de la protection sociale. Avant toute décision d attribution par l autorité administrative d une prestation d aide sociale à l enfance, l accord des parents doit être recueilli par les services d aide sociale à l enfance. De fait, la proposition d action résulte d une co-construction avec la famille. Lorsque la proposition d action porte sur une prestation d aide à domicile (intervention d un(e) technicien(ne) de l intervention sociale et familiale ou d une aide-ménagère, accompagnement en économie sociale et familiale (AESF)), d accueil mère enfant ou d accueil de jour administratif, le service en charge de l évaluation se rapproche de la DPDS pour l AESF ou de l organisme délivrant la prestation, pour les autres actions citées ci-dessus, afin de finaliser le plan d action et recueillir l accord des parents. Lorsque la proposition porte sur une AED ou un accueil provisoire, le rapport écrit d évaluation validé par le responsable technique hiérarchique est transmis au Chef de Service de la Direction de la Protection de l'enfance territorialement compétent. L objectif est de finaliser le plan d action, en plusieurs étapes si nécessaire, entre les services sociaux et médico-sociaux en charge de l évaluation, la famille et les services de la Direction de la Protection de l'enfance. Ce travail qui aboutit au recueil d accord des parents est conduit par des personnels sociaux et médico-sociaux, sous la responsabilité des responsables techniques pour la DPE. Le travail sur le recueil d accord peut modifier, le cas échéant, la proposition initiale contenue dans le rapport social ou médicosocial. 3 Cf. Trame du rapport d évaluation-type et guide de remplissage en annexe p

22 Le dossier d évaluation complet (rapport d évaluation écrit avec proposition d action, recueil d accord des parents écrit sur lequel figure l avis du mineur, fiche-navette n 3) est transmis au Chef de service compétent 4 pour décision. Le législateur réserve explicitement le terme de signalement à la saisine des autorités judiciaires et en limite expressément les conditions d ouverture. Avant la loi du 5 mars 2007, le signalement à l autorité judiciaire intervenait dès lors que le professionnel considérait que l enfant était en danger. Désormais, la réforme de la protection de l enfance impose un changement de posture professionnelle puisque la situation de danger du mineur, hors situation d extrême gravité, ne permet plus à elle seule de justifier un signalement. Le rapport d évaluation doit démontrer que les conditions du signalement sont bien remplies c est-à-dire que la situation du mineur relève bien d un des 3 cas suivants : 1. Enfant en danger ET la protection sociale n a pas permis de remédier à la situation ; 2. Enfant en danger ET impossibilité de mise en œuvre d une mesure de protection sociale en raison du refus ou de l impossibilité de collaboration de la famille ; 3. Présomption de danger pour un mineur MAIS impossibilité d évaluer la situation. Est en danger l enfant dont la santé, la sécurité ou la moralité sont en danger ou dont les conditions d éducation ou de développement physique, affectif, intellectuel et social sont gravement compromises. Le professionnel doit donc motiver par son écrit que la situation recouvre bien un des trois cas de figure mentionnés ci-dessus et faire apparaître les actions déjà menées, le cas échéant, auprès du mineur et de sa famille. Le dossier d évaluation complet, comprenant le rapport écrit, validé par le responsable technique hiérarchique et la fiche navette n 3, est transmis au CSPE territorialement compétent, agissant par délégation du Président du Conseil Général, pour décision concernant la saisine des autorités judiciaires. 4. Les instances d aide à l évaluation (instances territoriales de concertation) Parmi les instances et réunions susceptibles d apporter un éclairage pluridisciplinaire sur une situation (réunions de synthèse, concertation, etc.), les ateliers de prévention mis en place par le Conseil Général sont plus spécifiquement dédiés à l aide à l évaluation. Ces ateliers sont ouverts à tous les partenaires. Objectif des ateliers de prévention : aide à l évaluation, coordination des acteurs, préconisations dans le cadre de la prévention et de la protection de l enfance. Organisés par la Direction de la Prévention et du Développement Social, les ateliers de prévention sont des instances pluridisciplinaires composées de : Membres permanents : - Responsable d Action Sociale Territorialisée - Médecin de Protection Maternelle et Infantile 4 Cf. partie 4 du guide pratique. 20

23 - Travailleurs médico-sociaux de la DPDS - Psychologue - Représentants désignés parmi les partenaires signataires du protocole départemental relatif aux informations préoccupantes, en fonction des ressources locales Professionnels concernés par la situation. Placées sous la responsabilité des cadres territoriaux de la DPDS (RAST/Médecin de PMI), ces instances pluridisciplinaires examinent toutes situations qui, par leur complexité et malgré les mesures de prévention mises en place, font subsister une notion de risque ou de danger pour les mineurs. Les ateliers de prévention sont chargés de garantir : - la qualité de l évaluation de la situation du mineur ; - la coordination des services du Conseil Général avec les partenaires ; - la graduation des outils préconisés pour l évaluation des risques ; - l adéquation des préconisations à la situation du mineur et de ses parents ; - le respect des droits des familles. Un relevé de conclusions validé par le RAST et/ou le médecin de PMI est réalisé à l issue de la séance. Il définit également, le cas échéant, les modalités de mise en œuvre des préconisations. 3.2 Circuit concernant l évaluation de l information préoccupante Concernant l évaluation d une information préoccupante, deux circuits ont été actés dans le protocole départemental : un circuit de principe pour la majorité des informations préoccupantes à évaluer ; un circuit d exception restreint à des situations particulières. 1. Circuit de principe en matière d évaluation d une information préoccupante La transmission de la demande d évaluation est orientée par la CED 74 en s appuyant sur le critère du service le plus opérationnel pour conduire l évaluation : - Direction de la Prévention et du Développement Social (service d action sociale territorialisée et/ou service de PMI) et services sociaux conventionnés (MSA, Ville d Annecy et Ville d Annemasse) pour les situations faisant déjà l objet d un accompagnement par ces services et pour les situations inconnues de la DPE et des services autres que départementaux ; - Direction de la Protection de l Enfance pour les informations préoccupantes concernant des mineurs bénéficiant d une mesure de protection de l'enfance et pour lesquels la DPE est chargée de la coordination du projet pour l enfant ; - Service social, médico-social ou socio-éducatif autre que départemental (service santé scolaire et service social des élèves de l Inspection académique, service d AEMO-H, service de placement judiciaire à la journée, etc.) lorsque celui-ci est le plus à même de connaître la situation de l enfant. La conduite de l évaluation est menée par le professionnel de ce service en lien avec les responsables territoriaux de la DPDS ou de la DPE, le cas échéant. 21

24 Le service accuse réception de la demande d évaluation transmise par la CED 74 et l informe des suites données à cette demande au moyen de la «fiche-navette n 2 Traitement IP». Il adresse une copie de la fiche-navette renseignée aux différents services concernés. Lorsqu une évaluation de la situation du mineur est mandatée, le travailleur social ou médico-social désigné conduit cette évaluation selon les modalités définies au point 3.1 du présent guide et suivant la procédure figurant dans le schéma ci-après. 2. Circuit d exception : activation du dispositif d évaluation rapide Si le Chef de service de l Antenne de Liaison Enfance en Danger le juge nécessaire, au vu de la situation ou des circonstances, il peut activer le dispositif d évaluation rapide et mandater, en lien avec le responsable technique de l ALED, le travailleur social de ce service pour réaliser une évaluation rapide. Le délai d évaluation est reporté sur la fiche-navette et transmis pour information au(x) RAST et/ou Médecin de PMI ainsi qu au CSPE du territoire concerné. Le dispositif d évaluation rapide est directement rattaché à la Cellule Enfance en Danger et ne peut être activé que sur décision du Chef de service de l Antenne de Liaison Enfance en Danger ou son remplaçant, le cas échéant. Le travailleur social mandaté est chargé, dans le cadre d un travail en réseau, de réunir les éléments d informations permettant d apporter un éclairage sur la situation du mineur et de sa famille et sur les suites à donner à l information préoccupante. Il doit les formaliser au moyen du rapport d évaluation-type qui est ensuite validé par le responsable technique de l ALED avant transmission au Chef de service de l Antenne de Liaison Enfance en Danger pour décision à prendre suite à cette évaluation rapide. 22

25 23

26 24

27 Schéma synthétique concernant le traitement et l évaluation des informations préoccupantes Orientation par la CED 74 du dossier IP vers le service le plus opérationnel pour l évaluation (copie aux services du CG concernés) Transmission au RAST/médecin de PMI pour suites à donner Ou transmission au Responsable du service autre que départemental pour suites à donner Ou transmission au CSPE pour suites à donner Ou activation du dispositif d évaluation rapide Désignation du travailleur social ou médico-social DPDS chargé de l évaluation travail en réseau (copie aux services du CG concernés) Désignation du travailleur social ou médico-social de ce service chargé de l évaluation travail en réseau, en lien avec PMS (ou DPE le cas échéant) Désignation du travailleur social DPE chargé de l évaluation travail en réseau (copie aux services du CG concernés) Désignation du travailleur social ALED travail en réseau (copie aux services du CG concernés) Recours éventuel aux instances d aide à l évaluation Formalisation de l évaluation au moyen du rapport d évaluation-type (+ recueil d accord préalable des parents pour les mesures de protection sociale) Retour du dossier évaluation au RAST - Médecin de PMI pour validation évaluation et décision/ préconisation Après mise en œuvre des procédures internes de ce service, retour du rapport d évaluation au RAST - Médecin de PMI (ou DPE, le cas échéant) pour validation évaluation (ou complément d évaluation) et décision/ préconisation Retour du dossier évaluation au Responsable technique DPE pour validation évaluation et décision CSPE Retour du dossier évaluation au Responsable technique ALED pour validation évaluation et décision Chef de Service ALED 25

28 26

29 4. LES DECISIONS SUITE A UNE INFORMATION PREOCCUPANTE 27

30 Définition de l information préoccupante Le traitement de l information préoccupante est finalisé par une décision du Président du Conseil Général ou de la personne qu il a déléguée sur la préconisation formulée dans le rapport d évaluation validé. En fonction de la gradation du danger ou du risque de danger concernant le mineur et en application de la primauté de la protection sociale sur la protection judiciaire, quatre types de décision peuvent être prises : Classement sans suite de l information préoccupante ; Accompagnement social ou médico-social de la famille ; Attribution d une prestation d aide sociale à l'enfance ; Saisine des autorités judiciaires. Cette décision est reportée sur la «fiche-navette n 3 Suite évaluation IP» 5 qui doit être retournée à la CED 74 pour information, avec copie aux services concernés. Le responsable concerné informe le professionnel ou l élu à l origine de la transmission de l information préoccupante de la décision qu il a prise. La CED 74 est, dans tous les cas, informée de l issue du traitement des informations préoccupantes et de la mise en œuvre des décisions administratives ou judiciaires. 4.1 Classement sans suite de l information préoccupante Après évaluation de la situation, l information préoccupante transmise peut s avérer sans objet, l enfant ne se trouvant pas en situation de danger ou de risque de danger. Dans ce cadre, une décision de classement sans suite est prise par le Responsable de l Action Sociale Territorialisée et/ou le Médecin de PMI ou le Chef de Service Protection de l Enfance, en fonction du service chargé de réaliser l évaluation. Cette décision est prise sur la base d un rapport établissant clairement l absence de danger ou de risque de danger pour l enfant. 4.2 Accompagnement de l enfant et de sa famille par les services sociaux ou médico-sociaux du département (AST-PMI) Le Responsable de l Action Sociale Territorialisée et/ou le Médecin de PMI peuvent prendre la décision, au regard de la fragilité de la famille, de mettre en place, maintenir ou adapter un accompagnement social ou médico-social. Dans ce cadre, les personnels des pôles médico-sociaux et des circonscriptions d action médicosociale ont pour mission d apporter une aide globale auprès des familles dans les domaines de la prévention et de la lutte contre toute forme d exclusion. Concernant la petite enfance et les missions du service de PMI, les familles et les enfants peuvent faire l objet d un accompagnement au domicile et dans les lieux de vie de l enfant, en consultation infantile. Une vigilance particulière est donnée à l accès aux modes d accueil des familles les plus précaires. Les différentes actions proposées doivent permettre de restaurer la confiance des parents et de les aider à mieux cerner les besoins de leurs enfants. 5 Cf. modèle fiche-navette n 3 Suite évaluation IP figurant à la page 32 du présent guide. 28

31 Concernant le domaine spécifique de la protection de l enfance, les actions individuelles ou collectives visent à apporter un soutien à la fonction parentale le plus précocement possible. L ancrage local favorise un travail en réseau pour orienter les familles sur les outils de droit commun présents sur le territoire. La contribution au développement du Réseau d Ecoute, d Appui et d Accompagnement des Parents (REAAP 74), en partenariat avec les services de l Etat et la Caisse d Allocations Familiales, sert ce même objectif. Par ailleurs, la présence d équipes de prévention spécialisée sur certaines communes complète le dispositif de prévention par un accompagnement des jeunes. 4.3 Mise en œuvre d une mesure de protection sociale La mise en œuvre d une mesure de protection sociale 6, quelle que soit sa nature, relève d une décision du Président du Conseil Général ou de la personne qu il a déléguée. Le Chef de Service prend sa décision sur la base du dossier d évaluation complet qui lui a été transmis (rapport d évaluation + recueil d accord préalable des parents + fiche-navette n 3). Il s assure que l évaluation a bien été menée selon les modalités définies dans la partie 3 du présent guide. Les types de décision Nature de la mesure de protection sociale Aide à domicile Autre intervention Accueil et hébergement Nom de la mesure Allocations mensuelles Accompagnement en économie sociale et familiale Action d un(e) technicien(ne) de l intervention sociale et familiale Action éducative à domicile Accueil de jour Accueil mère et enfant(s) de moins de 3 ans Accueil provisoire (à temps complet ou séquentiel) Accueil d urgence (de 72 heures ou de 5 jours) Chef du service Prévention Chef du Service Logement Décision administrative DPDS DPE CSPE territorialement compétent CSPE territorialement compétent CSPE territorialement compétent CSPE territorialement compétent CSPE territorialement compétent CSPE territorialement compétent 4.4 Saisine des autorités judiciaires Différents cas de figure sont à distinguer en matière de saisine des autorités judiciaires : 6 Pour une description des différentes mesures de protection sociale, cf. Lexique de la Protection de l Enfance publié par le Conseil Général de la Haute-Savoie et la Direction Départementale de la Protection Judiciaire de la Jeunesse. Concernant les modalités procédurales, cf. le règlement départemental de l aide sociale à l'enfance. 29

32 - Le signalement en cas de situation d extrême gravité - Le signalement hors situations d extrême gravité ; - La saisine du Juge des Enfants Vous devez OBLIGATOIREMENT informer par écrit les parents ou tout autre détenteur de l autorité parentale de la transmission du signalement, sauf si cela expose le mineur à un danger (représailles sur l enfant par exemple) ou si cela compromet les investigations futures (lorsqu une infraction pénale est susceptible d avoir été commise). 1. Le signalement en cas de situation d extrême gravité La situation d extrême gravité recouvre la situation d un enfant dont l intégrité physique et/ou psychique est atteinte et/ou menacée. Il s agit plus particulièrement de situations de violence, notamment sexuelle, qui requièrent la mise en œuvre d une protection judiciaire du mineur. Le signalement doit être effectué sans délai au Procureur de la République par le professionnel ayant connaissance de la situation. En cas de signalement direct au Parquet, l organisme ou le service à l origine du signalement doit en adresser une copie à la Cellule Enfance en Danger 74. Lorsque ce signalement direct émane d une autre personne, le Parquet transmet à la CED 74 les informations nécessaires à l accomplissement de sa mission de protection de l enfance. 2. Le signalement hors situation d extrême gravité Le signalement est un acte professionnel écrit et motivé, présentant après évaluation la situation d un enfant en danger qui nécessite une protection judiciaire. Il est adressé par le Chef de Service Protection de l Enfance au Procureur de la République qui s assure de sa saisine à bon escient. Le Procureur de la République informe le Chef de Service Protection de l'enfance, dans les meilleurs délais, des suites données au signalement. Ce dernier assure le suivi des signalements qu il a transmis. 3. La saisine du Juge des Enfants Lorsque le Juge des Enfants est saisi dans le cadre de l assistance éducative, il avise la Cellule Enfance en Danger 74 de l ouverture de la procédure en assistance éducative. La Cellule procède à l enregistrement de l avis d ouverture puis le transmet au Chef de Service Protection de l'enfance territorialement compétent. Celui-ci se coordonne avec le Responsable de l Action Sociale Territorialisée et/ou le Médecin de Protection Maternelle et Infantile afin de communiquer au Juge des Enfants les renseignements que possèdent les services départementaux sur le mineur et sa famille et lui fournit tous avis utiles. 30

33 Le Juge des Enfants notifie au Chef de Service Protection de l'enfance territorialement compétent les décisions d assistance éducative confiées à la Direction de la Protection de l Enfance. Il l informe également des décisions portant sur toutes mesures d assistance éducative non confiées au service de l'aide sociale à l'enfance afin que celui-ci puisse exercer la mission de coordination qui lui incombe. Les types de décision judiciaire en assistance éducative Nature de la mesure judiciaire Milieu ouvert Prise en charge physique du mineur Nom de la mesure Mesure judiciaire confiée DPE Autre que le service de l aide sociale à l enfance Action éducative en milieu ouvert X X (DPJJ) Action éducative en milieu ouvert avec X hébergement (établissements ou Placement auprès de l autre parent, d un autre membre de la famille ou d un tiers digne de confiance Placement confié au service de l aide sociale à l enfance Placement judiciaire à la journée Placement dans un service ou établissement sanitaire ou d éducation, ordinaire ou spécialisé X services habilités) X (personne désignée par le Juge des Enfants) X (établissements ou services habilités) X 31

34 32

35 Schéma synthétique concernant le stade décisionnel suite à l évaluation d une information préoccupante Si rapport d évaluation validé par RAST et/ou Médecin de PMI Si rapport d évaluation validé par RT DPE Si rapport d évaluation validé par RT ALED Décision RAST-Médecin de PMI de classer sans suite Décision CSPE territoire de classer sans suite Décision Chef du service ALED de classer sans suite Classement sans suite de l IP Rapport d évaluation préconisant un accompagnement médico-social Décision RAST-Médecin de PMI Accompagnement médico-social Rapport d évaluation préconisant l attribution d aides financières (allocations mensuelles) Décision Chef du Service Prévention DPDS Attribution d aides financières (AM) Rapport d évaluation préconisant un accompagnement en économie sociale et familiale Décision Chef du Service Logement DPDS Accompagnement en économie sociale et familiale Rapport d évaluation préconisant l attribution d une autre prestation ASE Décision CSPE territoire Attribution d une autre prestation ASE (TISF, AED, accueil de jour administratif, accueil provisoire) Rapport d évaluation préconisant un signalement Rapport d évaluation rapide préconisant un signalement Décision CSPE territoire Décision Chef du service ALED Signalement DPDS DPE Territoire DPE ALED 33

36 34

37 5. QUE FAIRE SI VOUS ETES PREOCCUPE(E) PAR LA SITUATION D UN MINEUR? 35

38 D 5.1 Travailleurs sociaux et médico-sociaux Vous travaillez dans un service social ou médico-social (ex. : services sociaux départementaux ou conventionnés, service social des élèves, service de promotion de la santé scolaire, assistant(e) social(e) dans un CMP, un hôpital, CAF, entreprise, armée, etc.). Vous êtes préoccupé(e) par la situation précise d un mineur dans le cadre de votre activité. En tant que professionnel(le) de la protection de l enfance ou y apportant son concours, obligation vous est faite par la loi du 5 mars 2007 d informer le Président du Conseil Général de toute information préoccupante concernant un mineur en danger ou en risque de danger. Un soutien technique à la qualification de l information préoccupante est à votre disposition en pôle médicosocial. Nota bene : Le partage d information à caractère secret est autorisé dans la limite de ce qui est strictement nécessaire à l analyse de la situation, après information préalable des parents, sauf intérêt contraire de l enfant. Si la situation de l enfant relève du champ de l information préoccupante (risque de danger ou danger avéré hors situation d extrême gravité), vous devez, dans le respect des procédures internes propres à votre institution de rattachement : Formaliser l information préoccupante en utilisant la fiche-type de recueil IP et transmettre, sans délai, cette fiche-type à la Cellule Enfance en Danger 74 : par courriel : à défaut, par fax : Tél. CED 74 : En dehors des jours et heures ouvrables de la Cellule Enfance en Danger 74, composer le numéro vert national «119 Allô Enfance en Danger» du service national d accueil téléphonique de l enfance en danger, lequel est en lien avec les services du Conseil Général de Haute-Savoie. En application de l article L du code de l action sociale et des familles, les parents ou tout autre personne exerçant l autorité parentale doivent être préalablement informés de la transmission de l information préoccupante, sauf intérêt contraire de l enfant. Vous serez informé(e) par les services départementaux de protection de l enfance des suites données à votre transmission d informations préoccupantes. En cas de situation d extrême gravité concernant un mineur en danger, vous devez impérativement : Saisir le Parquet en adressant, sans délai, un signalement au Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance du domicile du mineur. En dehors des jours et heures ouvrables du tribunal, vous devez contacter le commissariat de police ou la brigade de gendarmerie qui avisera le Parquet, en composant le 17. Adresser une copie du signalement à la Cellule Enfance en Danger 74 (aux coordonnées cidessus mentionnées). 36

La Protection de l enfance

La Protection de l enfance La Protection de l enfance Sommaire 1. Une vision globale de la protection de l enfance et de la pluralité de ses objectifs Définition donnée par la loi du 5 mars 2007 La philosophie de la loi du 5 mars

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement DOSSIER : LA LOI DU 5 MARS 2007 REFORMANT LA PROTECTION DE L ENFANCE Elaborée au terme d une très large concertation, la loi n 2007-293 du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance poursuit trois

Plus en détail

- 45 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

- 45 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi - 45 - TABLEAU COMPARATIF Code de l action sociale et des familles Art. L. 121-7. Sont à la charge de l État au titre de l aide sociale : 1 Les dépenses d aide sociale engagées en faveur des personnes

Plus en détail

Les 7 enjeux de la loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance ----

Les 7 enjeux de la loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance ---- Les 7 enjeux de la loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance ---- La réforme de la Protection de l Enfance a été précédée de nombreux rapports (10 entre novembre 2004 et janvier 2006 parmi

Plus en détail

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien,

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien, Direction des Ressources Humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE A LA CELLULE ACCUEIL FAMILIAL ET MISSION ADOPTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction

Plus en détail

Les missions de Protection de l Enfance

Les missions de Protection de l Enfance Les missions de Protection de l Enfance Sous l autorité du Président du Conseil Général, l Aide Sociale à l Enfance intervient en faveur de l enfance et des familles (art. R. 221-2 du Code de l Action

Plus en détail

avec le chef de service, qui donne les orientations à suivre et auquel il/elle rend compte de son travail,

avec le chef de service, qui donne les orientations à suivre et auquel il/elle rend compte de son travail, Direction des Ressources humaines TRAVAILLEUR SOCIAL I ASSISTANT SOCIO-EDUCATIF A LA MAISON DES ENFANTS (pôle 2-6 ans) Direction Générale Adjointe : Solidarités Direction : Enfance Famille Santé Service

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

FICHE DE BONNE PRATIQUE

FICHE DE BONNE PRATIQUE FICHE DE BONNE PRATIQUE Programme d actions pour améliorer la prévention des violences faites aux femmes, des violences intrafamiliales, et l aide aux victimes MESURE D ACCOMPAGNEMENT PROTÉGÉ DES ENFANTS

Plus en détail

CONSEIL GÉNÉRAL DE LA MAYENNE

CONSEIL GÉNÉRAL DE LA MAYENNE CONSEIL GÉNÉRAL DE LA MAYENNE Service de l aide sociale à l enfance Cellule Recueil Orientation Enfance Famille 2bis boulevard Murat BP 3888 53030 LAVAL CEDEX Tél 02 43 59 57 84 Allo enfance maltraitée

Plus en détail

AIDE SOCIALE À L ENFANCE PROTECTION JUDICIAIRE PARQUET SIGNALEMENT INFORMATIONS PRÉOCCUPANTES

AIDE SOCIALE À L ENFANCE PROTECTION JUDICIAIRE PARQUET SIGNALEMENT INFORMATIONS PRÉOCCUPANTES ENFANCE EN DANGER INTÉRÊT DE L ENFANT URGENCE PROTECTION SOCIALE PRÉVENTION ACCOMPAGNEMENT PROTECTION GUIDE À L USAGE MATERNELLE DES PROFESSIONNELS ET INFANTILE AIDE SOCIALE À L ENFANCE PROTECTION JUDICIAIRE

Plus en détail

dossier de presse Signature du protocole relatif au dispositif de protection des personnes et à l installation de la cellule départementale de

dossier de presse Signature du protocole relatif au dispositif de protection des personnes et à l installation de la cellule départementale de v e n d r e d i 2 0 n o v e m b r e 2 0 0 9 dossier de presse Signature du protocole relatif au dispositif de protection des personnes et à l installation de la cellule départementale de protection des

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion

Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion Département de la gestion des directeurs Unité des directeurs d établissements sanitaires sociaux et médico-sociaux Dossier suivi

Plus en détail

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère Sommaire 1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère 1. Contexte et enjeux du PPE 1.1 Une loi et des orientations départementales 1.2 Les enjeux du PPE 2. La démarche

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE Direction Générale Adjointe de la Solidarité Direction Enfance-Famille Service des projets, de la tarification et du contrôle des établissements REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

Plus en détail

Direction des prestations familiales. Circulaire n 2008-002. Paris, le 16 janvier 2008

Direction des prestations familiales. Circulaire n 2008-002. Paris, le 16 janvier 2008 Direction des prestations familiales Circulaire n 2008-002 Paris, le 16 janvier 2008 Mesdames et Messieurs les Directeurs et Agents Comptables des Caf Certi Cnedi Mesdames et Messieurs les Conseillers

Plus en détail

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DE TECHNICIEN DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

> En 2009, 2 996 Informations Préoccupantes (IP) concernent 4 101 enfants parisiens, dont 467 de moins de 6 ans.

> En 2009, 2 996 Informations Préoccupantes (IP) concernent 4 101 enfants parisiens, dont 467 de moins de 6 ans. L enfant en danger Repérage de l enfance en danger > En 2009, 2 996 Informations Préoccupantes (IP) concernent 4 101 enfants parisiens, dont 467 de moins de 6 ans. L accueil d urgence > 216 enfants de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS,

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, LA DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA SECURITE PUBLIQUE ET LE GROUPEMENT DE GENDARMERIE DEPARTEMENTALE

Plus en détail

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 19 septembre 2012 DECISION DU DEFENSEUR DES DROITS N MDE-2012-128 Vu l article 71 1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur

Plus en détail

(CHSCT)? Rôle du CHSCT

(CHSCT)? Rôle du CHSCT Le Comité d'hygiène et Sécurité des Conditions de Travail (CHSCT)? Des points de repères pour y voir plus clair Attention, les échéance de renouvellement des membres du CHSCT, contrairement aux autres

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

Règlement de Fonctionnement

Règlement de Fonctionnement Règlement de Fonctionnement Service Mandataire Judiciaire à la Protection des Majeurs Le règlement de fonctionnement est établi conformément aux dispositions du décret N 2008-1504 du 30 décembre 2008.

Plus en détail

ADAPEI DU VAR. Les obligations des professionnels - Responsabilité des salariés - Responsabilité de la direction. Dispositions légales de protection

ADAPEI DU VAR. Les obligations des professionnels - Responsabilité des salariés - Responsabilité de la direction. Dispositions légales de protection ADAPEI DU VAR Définition PREVENTION ET TRAITEMENT DE LA MALTRAITANCE EN ETABLISSEMENT ****** Les obligations des professionnels - Responsabilité des salariés - Responsabilité de la direction Dispositions

Plus en détail

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT Le CHSCT Un comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) doit être constitué dans tout établissement de cinquante salariés et plus (art. L4611-1 du code du travail). A défaut de CHSCT

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

SECRETAIRE DE CENTRE MEDICO-SOCIAL

SECRETAIRE DE CENTRE MEDICO-SOCIAL Direction des Ressources humaines SECRETAIRE MEDICO-SOCIALE H SECRETAIRE DE CENTRE MEDICO-SOCIAL POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction des

Plus en détail

Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique

Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique 2014-2018 Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique Aujourd hui Le Département de Saône-et-Loire s est doté le 14 novembre 2014 d un schéma départemental de l enfance et

Plus en détail

Édition Délégation de la Solidarité du Vignoble Nantais Conseil général 44 Mai 2010 70

Édition Délégation de la Solidarité du Vignoble Nantais Conseil général 44 Mai 2010 70 Ce chapitre concerne la prévention et la protection de l enfance, avec la présentation de deux dispositifs complémentaires et qui s articulent entre eux : la protection administrative et la protection

Plus en détail

Protection de l enfance

Protection de l enfance Protection de l enfance En situation de danger ou en risque de l être De quoi parle-t-on? Extraits du «Petit Guide de procédures, Enfance en danger» réalisé par le conseil général de l'yonne Les situations

Plus en détail

La Protection des majeurs

La Protection des majeurs La Protection des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs sont définies dans le cadre de la loi du 5/03/2007 portant réforme de la protection

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA PRISE EN CHARGE EN HOSPITALISATION A DOMICILE DE RESIDENTS EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT SOCIAL

CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA PRISE EN CHARGE EN HOSPITALISATION A DOMICILE DE RESIDENTS EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT SOCIAL CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA PRISE EN CHARGE EN HOSPITALISATION A DOMICILE DE RESIDENTS EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT SOCIAL Vu les articles R 6121-4-1 et D 6124-311 du code de la santé publique,

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

Suppression de l autorisation de sortie de territoire pour les mineurs

Suppression de l autorisation de sortie de territoire pour les mineurs Suppression de l autorisation de sortie de territoire pour les mineurs Mise à jour le 27/03/2013 C e document qui permettait à un enfant de circuler dans certains pays sans être accompagné de ses parents

Plus en détail

GUIDE. LE TRAITEMENT DES RÉCLAMATIONS Guide à l attention des partenaires janvier 2015

GUIDE. LE TRAITEMENT DES RÉCLAMATIONS Guide à l attention des partenaires janvier 2015 GUIDE LE TRAITEMENT DES RÉCLAMATIONS Guide à l attention des partenaires janvier 2015 0 0 Introduction Le document présenté ici est un guide à l attention des partenaires permettant de décrire la procédure

Plus en détail

OCTOBRE 2010. Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles

OCTOBRE 2010. Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles PROTOCOLE DE COLLABORATION CONSEILLERS & DIRECTEURS AJ - EQUIPES SOS ENFANTS PROTOCOLE

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

Cahier des charges Mesure d Accompagnement Social personnalisé (MASP) de niveau 2

Cahier des charges Mesure d Accompagnement Social personnalisé (MASP) de niveau 2 Département de Seine-Maritime Direction de l Action Sociale et de l Insertion Service Accompagnement Cahier des charges Mesure d Accompagnement Social personnalisé (MASP) de niveau 2 1 Mars 2015 Sommaire

Plus en détail

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé CONVENTION CADRE ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé ENTRE Le Conseil Général des Vosges, 8 Rue de la Préfecture, 88000 EPINAL,

Plus en détail

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Direction de la population âgée et des personnes handicapées Service de la population âgée 3e commission RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Séance du 9 juillet 2015 OBJET : PRÉVENTION DE LA MALTRAITANCE

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 1 CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 La procédure de l appel à projet change à compter de 2015. Nous vous invitons à prendre connaissance de la nouvelle procédure

Plus en détail

Le Tribunal de Grande Instance de Digne les Bains représenté par :

Le Tribunal de Grande Instance de Digne les Bains représenté par : PROTOCOLE RELATIF A LA PROTECTION ET A L'ACCOMPAGNEMENT DES VICTIMES DE VIOLENCES CONJUGALES ET A LA PREVENTION DE LA RECIDIVE PAR LE TRAITEMENT PENAL ET SOCIAL DES MIS EN CAUSE Entre : L'État représenté

Plus en détail

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014.

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014. L Ombudsman des Assurances intervient si un problème persiste lorsque le demandeur n a pas obtenu de réponse satisfaisante à sa demande de la part de l entreprise d assurances ou de l intermédiaire d assurances.

Plus en détail

FICHE D EVALUATION 2011-2012

FICHE D EVALUATION 2011-2012 COUR DE CASSATION FICHE D EVALUATION 2011-2012 Nom : Nom d usage : Prénom Situation de famille : Fonctions exercées : Juridiction : DESCRIPTION DE L ACTIVITE DU MAGISTRAT (à remplir par l évaluateur dans

Plus en détail

Règlement départemental. d action sociale. Aide sociale à l enfance

Règlement départemental. d action sociale. Aide sociale à l enfance Règlement départemental d action sociale Aide sociale à l enfance REGLEMENT DEPARTEMENTAL D AIDE SOCIALE A L ENFANCE TITRE 1 : LES MISSIONS DU SERVICE DE L AIDE SOCIALE A L ENFANCE FICHE 6.1 - LES MISSIONS

Plus en détail

Note de présentation

Note de présentation Note de présentation Objet : Projet de décret d application de la loi n 24-09 relative à la sécurité des produits et des services et complétant le dahir du 9 ramadan 1331 (12 aout 1913) formant code des

Plus en détail

DASIF / Mise à jour du 3 avril 2013 1

DASIF / Mise à jour du 3 avril 2013 1 Guide des bonnes pratiques et du partenariat entre les acteurs du maintien à domicile DASIF / Mise à jour du 3 avril 2013 1 SOMMAIRE Guide des bonnes pratiques et du partenariat entre les acteurs du maintien

Plus en détail

Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables

Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables 1/ Objet et domaine d application date de mise à jour : 31 juillet 2012 - harmoniser les pratiques et améliorer la coordination entre

Plus en détail

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE DE SECURITE ET DE CONDITIONS DE TRAVAIL DE L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE Document validé par le CHSCT au cours de sa séance du 18 septembre 2012 Mis à

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Référentiel des activités professionnelles Dans le cadre de l exercice et de la promotion des droits des publics, le titulaire

Plus en détail

ACCORD-CADRE 2008-2011

ACCORD-CADRE 2008-2011 ACCORD-CADRE 2008-2011 ENTRE : L INSTITUT NATIONAL DE PREVENTION ET D EDUCATION POUR LA SANTE (INPES), Etablissement public administratif, situé 42, boulevard de la Libération 93203 Saint-Denis cedex,

Plus en détail

Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier en lieu de vie et d'accueil pour mineurs

Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier en lieu de vie et d'accueil pour mineurs Convention type «lieu de vie et d accueil» Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier en lieu de vie et d'accueil pour mineurs Entre, d'une part, le Conseil général des Vosges,

Plus en détail

GESTION DES SITUATIONS DE

GESTION DES SITUATIONS DE PROTOCOLE DE GESTION DES SITUATIONS DE CRISE EN ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES ET ÉCOLES CENTRE DE RESSOURCES DEPARTEMENTAL DE GESTION DE CRISE 21A Bd Lamartine 22000 Saint-Brieuc - ( 02 96 62 18 65) Inspection

Plus en détail

LA CELLULE DÉPARTEMENTALE DE RECUEIL, DE TRAITEMENT ET D ÉVALUATION

LA CELLULE DÉPARTEMENTALE DE RECUEIL, DE TRAITEMENT ET D ÉVALUATION Guide Pratique Protection de l enfance LA CELLULE DÉPARTEMENTALE DE RECUEIL, DE TRAITEMENT ET D ÉVALUATION grandir parents respecter prévenir devoirs écouter mieux-être protéger LA CELLULE DÉPARTEMENTALE

Plus en détail

INSTRUCTION N DGCS/2A/2015/60

INSTRUCTION N DGCS/2A/2015/60 Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Ministère de la ville, de la jeunesse et des

Plus en détail

Veilleur de nuit VEILLEUR DE NUIT A LA MAISON DES ENFANTS

Veilleur de nuit VEILLEUR DE NUIT A LA MAISON DES ENFANTS Direction des Ressources humaines Veilleur de nuit G VEILLEUR DE NUIT A LA MAISON DES ENFANTS Direction Générale Adjointe : Solidarités Direction : Enfance Famille Santé Service : Maison des Enfants POSITIONNEMENT

Plus en détail

Agrément des associations de protection de l environnement

Agrément des associations de protection de l environnement 1 Agrément des associations de protection de l environnement (Articles L 141-1 et R 141-1 à R 141-20 du code de l environnement). Le cadre général Les conditions pour qu une association soit agréée Le

Plus en détail

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dossier de presse Mardi 20 janvier 2015 L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dans le cadre d un protocole

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

«CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris. Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04. http://www.clair-logis.

«CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris. Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04. http://www.clair-logis. «CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04 http://www.clair-logis.org/ 1 CONTRAT DE SEJOUR L établissement «Maison d Enfants

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

QUATRE MOYENS D ACTION CINQUANTE MESURES PREVENIR LA DELINQUANCE AIDER LES VICTIMES 2010-2012

QUATRE MOYENS D ACTION CINQUANTE MESURES PREVENIR LA DELINQUANCE AIDER LES VICTIMES 2010-2012 SECRETARIAT GENERAL DU COMITE INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE QUATRE MOYENS D ACTION ET CINQUANTE MESURES POUR PREVENIR LA DELINQUANCE ET AIDER LES VICTIMES 2010-2012 1 - Développer la

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. MINISTÈRE DE l'emploi ET DE LA SOLIDARITE. Paris, le

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. MINISTÈRE DE l'emploi ET DE LA SOLIDARITE. Paris, le RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE l'emploi ET DE LA SOLIDARITE DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Sous-direction des professions paramédicales Et des personnels hospitaliers

Plus en détail

Contrat de bénévolat «Stagiaires (hors convention de formation), animateurs Soutien scolaire et autres intervenants...»

Contrat de bénévolat «Stagiaires (hors convention de formation), animateurs Soutien scolaire et autres intervenants...» ASSOCIATION LES FOGIERES LIEUX D ACCUEILS SPECIALISES POUR ENFANTS LA COMBE 42660 ST GENEST-MALIFAUX Tél. : 04/77/51/43/15 Fax : 04/77/51/44/68 association.les.fogieres@wanadoo.fr Contrat de bénévolat

Plus en détail

octobre 2011 ALERTER ET PROTÉGER CG63/Steffie Bidet extrait de l album «Edgar» Edition Conseil général du Puy-de-Dôme, 2009.

octobre 2011 ALERTER ET PROTÉGER CG63/Steffie Bidet extrait de l album «Edgar» Edition Conseil général du Puy-de-Dôme, 2009. octobre 2011 ALERTER ET PROTÉGER CG63/Steffie Bidet extrait de l album «Edgar» Edition Conseil général du Puy-de-Dôme, 2009. Alerter et protéger I Sommaire MOT DU PRÉSIDENT... p.4 PRÉSENTATION... p.5

Plus en détail

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service AGBF 1 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation

Plus en détail

Politique de traitement des réclamations

Politique de traitement des réclamations 1 Type de document : Politique Auteur : AGAMA Conseil Politique de traitement des réclamations Réf. : PR 01 Version : 19/05/2014 REFERENCES REGLEMENTAIRES Article L. 520-1 I du Code des assurances Articles

Plus en détail

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire»

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Certificat National de Compétence Mandataires Judiciaires à la Protection des Majeurs Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Cette formation complémentaire est visée par la loi n 2007-308 du 5 mars

Plus en détail

GUIDE DU SIGNALEMENT «ENFANCE EN DANGER»

GUIDE DU SIGNALEMENT «ENFANCE EN DANGER» GUIDE DU SIGNALEMENT «ENFANCE EN DANGER» dans le département du Tarn année 2008-2009 PROTECTION DE L ENFANCE : LE RAPPEL A LA LOI D une manière générale, la loi impose à chacun de ne pas se taire et d

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Direction générale de l offre de soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins Bureau R 2 SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Instruction DGOS/R 2 n o 2010-333 du 9 septembre

Plus en détail

comité technique académique

comité technique académique CTA comité technique académique Enseignement public - 4 juillet 2012 Préparation de la rentrée 2012 Sommaire Mesures d urgence pour la rentrée 2012 : - dans le 1er degré - dans le 2nd degré Schéma d organisation

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DE L UDCCAS DES ALPES MARITIMES

CHARTE ASSOCIATIVE DE L UDCCAS DES ALPES MARITIMES CHARTE ASSOCIATIVE DE L UDCCAS DES ALPES MARITIMES CHARTE ASSOCIATIVE liant l UNCCAS et les UNIONS Départementales et Régionales de l UNCCAS «le réseau national des solidarités communales» Entre L Union

Plus en détail

AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE

AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE NOTICE DESCRIPTIVE DE AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE RENTREE DE NOVEMBRE 2015 1. Le métier d Aide- Médico-Psychologique L aide médico-psychologique (A.M.P.) exerce une fonction d accompagnement et d aide dans

Plus en détail

Décret n 2002-254/PRES/PM/SGG-CM du 17 juillet 2002 (JO N 31 2002)

Décret n 2002-254/PRES/PM/SGG-CM du 17 juillet 2002 (JO N 31 2002) Décret n 2002-254/PRES/PM/SGG-CM du 17 juillet 2002 (JO N 31 2002) portant organisation-type des départements ministériels. LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES, Vu la Constitution

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR Activités périscolaires des écoles Elémentaires et Maternelles Année scolaire 2015-2016

REGLEMENT INTERIEUR Activités périscolaires des écoles Elémentaires et Maternelles Année scolaire 2015-2016 REGLEMENT INTERIEUR Activités périscolaires des écoles Elémentaires et Maternelles Année scolaire 2015-2016 Article 1 : Objet Le présent règlement définit les conditions d inscription et les modalités

Plus en détail

PLACEMENT AVEC HEBERGEMENT AU DOMICILE (P.H.D.)

PLACEMENT AVEC HEBERGEMENT AU DOMICILE (P.H.D.) PLACEMENT AVEC HEBERGEMENT AU DOMICILE (P.H.D.) Les Maisons d Enfants SAINT-JOSEPH et LAMON-FOURNET ont su répondre au besoin d un dispositif éducatif innovant qui met les familles des jeunes confiés en

Plus en détail

PROTOCOLE DE PARTENARIAT

PROTOCOLE DE PARTENARIAT DISPOSITIF EXPÉRIMENTAL POUR LA PRISE EN CHARGE DES ENFANTS MINEURS LORS D UN FÉMINICIDE OU D UN HOMICIDE AU SEIN DU COUPLE PROTOCOLE DE PARTENARIAT entre le Conseil général, via l Observatoire des violences

Plus en détail

Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels

Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels Les Relais assistants maternels (Ram) ont été créés en 1989 par la Caisse Nationale des Allocations Familiales. L existence et les missions des

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014

Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014 DE L AUDE RESEAU D ÉCOUTE, D APPUI ET D ACCOMPAGNEMENT DES PARENTS Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014 Depuis la mise en œuvre dans l Aude, en 2001, du réseau

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Division de l Organisation Scolaire et de la Scolarité. FICHE TECHNIQUE relative à. A l usage des directeurs d écoles

Division de l Organisation Scolaire et de la Scolarité. FICHE TECHNIQUE relative à. A l usage des directeurs d écoles Division de l Organisation Scolaire et de la Scolarité FICHE TECHNIQUE relative à A l usage des directeurs d écoles Avril 2010 1 Qu est-ce que l autorité parentale? L autorité parentale est un ensemble

Plus en détail

Adopter un enfant en Sarthe

Adopter un enfant en Sarthe Pourquoi faut-il un agrément? Adopter un enfant en Sarthe Comment va se dérouler la procédure? Après l agrément, où faut-il s adresser? Adoption : simple ou plénière? Les chiffres en Sarthe? Conseil Général

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

La directrice des ressources humaines

La directrice des ressources humaines Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Ministère des sports, de la jeunesse, de l'éducation populaire et

Plus en détail

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PRÉAMBULE La Préfecture de Police assure dans la capitale, au quotidien, la sécurité des citoyens et la défense des libertés. Afin de doter ses

Plus en détail

DISPOSITIONS GENERALES

DISPOSITIONS GENERALES Loi n 09-04 du 14 Chaâbane 1430 correspondant au 5 août 2009 portant règles particulières relatives à la prévention et à la lutte contre les infractions liées aux technologies de l information et de la

Plus en détail

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales

Plus en détail

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse M e r c r e d i 1 e r O c t o b r e 2 0 1 4 Dossier de presse Signature du Contrat Enfance Jeunesse Départemental par Solange BERLIER, Vice- Présidente du Conseil général, chargée de la petite enfance,

Plus en détail

Cahier des charges. DISPOSITIF DE MAINTIEN ET D ACCCOMPAGNEMENT A DOMICILE (DMAD) DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT AU RETOUR en FAMILLE (DARF)

Cahier des charges. DISPOSITIF DE MAINTIEN ET D ACCCOMPAGNEMENT A DOMICILE (DMAD) DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT AU RETOUR en FAMILLE (DARF) Cahier des charges DISPOSITIF DE MAINTIEN ET D ACCCOMPAGNEMENT A DOMICILE (DMAD) DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT AU RETOUR en FAMILLE (DARF) I. DEFINITION Le Département s est engagé dans une démarche de création

Plus en détail