Épargne des ménages * 1 er trimestre 2012

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Épargne des ménages * 1 er trimestre 2012"

Transcription

1 Tableau de bord Épargne des ménages * 1 er trimestre 212 * Y compris institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) Méthodologie disponible sous : Statistiques/Monnaie_et_Finance/methode-epargne-menages.pdf mise à jour 27/7/212 Contact :

2 Évolution des emplois et des ressources au 1er trimestre 212 Emplois o o FBCF : très légère augmentation en valeur aux prix courants, léger recul en volume Flux de placements financiers : remontée des flux de placements financiers, plus marquée sur les dépôts que sur les titres et l assurance vie Ressources o o Épargne brute totale : en très légère diminution Endettement : Flux importants des crédits à l habitat en janvier FLUX CVS en Mds Variation trimestrielle T 212T1 211T/212T1 EMPLOIS 268,7 27, 63,6 6, 1,8 FBCF 116,2 12,1 31,8 32,,2 Principaux placements financiers 18, 1,7 6,7 27,2 2, - dépôts et numéraire 3,2 9,8 12,8 2,2 11, - titres -13,1 6,9-3,6 1,1,7 - titres de créance -1,7 1,3-1,3 3,3,6 - actions 17,1 16,6 1, 3,1 1, - titres d'opcvm -28, -11, -3,9 -,3-1, (dont OPCVM monétaires) -2,1-7,3-1, -1,9 -,9 - assurance-vie et fonds de pension (a) 86, 3, -2, 1,9,3 Ajustement statistique (b), 9,8 2,1 6,2-18,8 Total des emplois 268,7 27, 63,6 6, 1, FLUX CVS en Mds Endettement (b) Epargne brute Placements financiers FBCF RESSOURCES 268,7 27, 63,6 6, 1,8 Epargne brute 27,1 21, 3,9 3, -, Endettement (c) 61,6 9,1 9,6 11,9 2,3 Total des ressources 268,7 27, 63,6 6, 1,8 (a) le flux est positif au 212 T1 car il tient compte de la participation des assurés aux bénéfices (b) autres placements nets (opérations financières non reprises dans le tableau) et écart entre le solde du compte de capital établi par l'insee et celui du compte financier établi par la Banque de France (c) crédits reçus des institutions financières T2 T3 T T1 T2 T3 T T1 T2 T3 T T Sources : Comptes nationaux base 2 (Banque de France, INSEE) 2

3 Détail des placements financiers : évolutions au T1 212 Actifs liquides et non risqués : reprise des dépôts à vue, collecte toujours soutenue sur les livrets, poursuite des cessions nettes de titres d OPCVM monétaires Autres actifs non risqués : nette augmentation des flux de placements sur les comptes à terme Actifs liquides et risqués : poursuite des cessions nettes de titres d OPCVM non monétaires et d actions cotées FLUX CVS en Mds Encours * T3 211T 212T1 211T 212T1 Actifs liquides et non risqués 13,6, 1, 8, 13, 97, 968,7 numéraire 3, 6, 1,7 1, 1, 6, 6, dépôts à vue 1,7 3,3 3,1-3,6 2,3 312,1 36,6 livrets et CEL 1,1 38, 1, 11,2 11,6 7,2 72,9 titres d'opcvm monétaires -2,1-7,3 -, -1, -1,9 31,7 32,8 Autres actifs non risqués 8,8, 12,1 1,9 11,1 16,7 118,1 comptes à terme -,7 9,9 2, 3,9 8,2 7, 8,7 épargne contractuelle (PEL, PEP) 6,1 2,2,3 -,1,6 211,3 211,1 assurance-vie en supports euros 8, 32,3 9,3-1,9 2,3 1219,9 1222,2 Actifs liquides et risqués -6, 3, 3,7 -, -3,2,2 66,8 titres de créance -1,7 1,3 1, -1,3 3,3 6,2 6,7 actions cotées,1,7 3,8 -,9-3,1 136,3 16, (dont actions cotées françaises),,8,2-1, -3,1 123,6 132,7 titres d'opcvm non monétaires (y. c. FCPE) -8, -3,7-1, -2,9-3, 23,8 26,1 Autres actifs risqués 1,1 12,6 1,3 1,9,8 7,3 78, actions non cotées 13, 1,9 1,9 2, 6,2 9,1 26,3 assurance-vie en supports UC 2,1 1,7 -, -, -, 21,2 221,8 Total des placements financiers 18, 1,7 31,7 6,7 27,2 368,7 371,6 * les variations d'encours comprennent les effets de valorisation (voir ci après) 1% 9% 8% 7% 6% % % 3% 2% 1% % Structure des encours (en % du total) Actifs liquides et non risqués Autres actifs non risqués Actifs liquides et risqués Autres actifs risqués 26,1 2,3 26, 26,2,1,6 1,8 1, 13,2 13,3 12,2 12,6 2,6 2,7 19, 2,2 29 T 21 T 211 T 212 T1 Sources : Comptes nationaux base 2 (Banque de France) 3

4 Patrimoine financier et indicateurs de marché La croissance du patrimoine financier brut des ménages est renforcée par la remontée des marchés financiers, et dans une moindre mesure la reprise des flux de placements Taux de croissance trimestriel CVS et contributions en % T2 T3 T T1 T2 T3 T T1 T2 T3 T T Flux de placements financiers Réévaluation Patrimoine financier brut (1) %,,,, 3, 3, 2, 2, 1, 1,,, taux sur dépôts et placements monétaires * (échelle de gauche) taux OAT 1 ans (échelle de gauche) CAC (variation trimestrielle, échelle de droite) T2 T3 T T1 T2 T3 T T1 T2 T3 T T % * Taux de dépôt de l agrégat monétaire M3 hors pièces et billets, toutes maturités, des ménages et SNF résidents MONTANTS CVS en Mds 29T 21T 211T3 211T 212T1 Patrimoine financier brut (1) 328, 397,6 376, 368,7 371,6 Variation du patrimoine financier brut 36,9,2-12,8 32,2 92,9 Flux de placements financiers 16,9 26,9 31,7 6,7 27,2 Réévaluation 2, 27,3-17, 2, 6,7 (1) Encours de placements financiers Sources : Comptes nationaux base 2 (Banque de France, INSEE)

5 Comparaisons internationales : flux de placements financiers (1/2) Principaux flux de placements financiers au ème trimestre 211 Augmentation des flux de placements financiers aux États-Unis et au Japon FLUX CVS en % du RDB 2 Dépôts et liquidités Actions Assurance-vie et fonds de pension Titres de créance Titres d'opcvm Total des principaux placements financiers T T1 T2 T3 T T T1 T2 T3 T T T1 T2 T3 T Royaume-Uni États-Unis Japon -1 T T1 T2 T3 T T T1 T2 T3 T T T1 T2 T3 T T1 T T1 T2 T3 T Allemagne Espagne France Italie -1 Sources : Comptes nationaux (Banque de France, Eurostat, Réserve Fédérale, Banque du Japon)

6 Comparaisons internationales : encours de placements financiers (2/2) Structure du patrimoine financier des ménages à fin décembre 211 Au sein de la zone euro, l Allemagne et la France se caractérisent par l importance relative de l assurance vie, l Italie par celle des titres de créance et l Espagne par celle des dépôts et liquidités Le niveau relativement élevé du ratio encours de placements financiers/rdb au Royaume-Uni et aux États-Unis s explique notamment par l existence dans ces deux pays d un système de retraite reposant principalement sur la capitalisation (Fonds de pension). Encours de placements financiers ventilés par instruments (à fin décembre 211 en % du RDB) dépôts et liquidités en % du RDB titres de créance actions titres d'opcvm assurance-vie et fonds de pension % 39% 13 31% 26% 31% % % Allemagne Espagne France Italie Royaume-Uni Etats-Unis Japon Sources : Comptes nationaux (Banque de France, Eurostat, Réserve Fédérale, Banque du Japon) 6

7 Comparaisons internationales : Taux d épargne et endettement (1/2) Le taux d épargne français (soit la part non consommée du revenu disponible brut (RDB) rapportée au RDB) varie très peu au cours des derniers trimestres. Ratios CVS en %, en France T1 211T2 211T3 211T 212T1 Taux d'épargne 1,6 1,3 16,3 1,8 1,7 1, Taux d'épargne financière 6,7 6,3 7,1 6, 6, 6,1 Dette / RDB 8,1 8, 81, 81, 81,8 82, Dette / Epargne Brute 1, 19,7 22, 19,6 18,7 17,8 Taux d épargne en % 2% 19% 18% 17% 16% 1% 1% 13% 12% 11% 1% 27Q1 27Q2 27Q3 27Q 28Q1 28Q2 28Q3 28Q 29Q1 29Q2 29Q3 29Q 21Q1 21Q2 21Q3 21Q 211Q1 211Q2 211Q3 211Q 212Q1 Allemagne France Italie Espagne Sources : Comptes nationaux (Banque de France, INSEE, Eurostat) 2% 19% 18% 17% 16% 1% 1% 13% 12% 11% 1% 7

8 Comparaisons internationales : Taux d épargne et endettement (2/2) Ratios de dette en % du PIB Le taux d endettement des ménages français augmente encore un peu, mais il reste inférieur à celui de la plupart des grands pays Ratios de dette en % du PIB déc.-1 déc.-3 déc.- déc.-7 déc.-9 déc déc.-1 déc.-3 déc.- déc.-7 déc.-9 déc.-11 Etats-Unis Japon Royaume-Uni Allemagne France Italie Espagne Sources : Comptes nationaux (Banque de France, INSEE, Eurostat) 8

Comptes financiers des agents non financiers. France Zone euro

Comptes financiers des agents non financiers. France Zone euro ANALYSE Comptes financiers des agents non financiers 3ème trimestre 213 mise à jour 28/2/214 Contact : DGS-DSMF sesof@banque-france.fr Sociétés non financières : financement Les flux nets d emprunts bancaires

Plus en détail

«Petit Atlas» de l économie française

«Petit Atlas» de l économie française «Petit Atlas» de l économie française Sommaire Chiffres clés p.3 Activité, secteurs p.4 Population, marché du travail p.5 Administrations publiques p.6 Comptes extérieurs p.7 Inflation, crédit, taux d'intérêt

Plus en détail

Le cadre de l analyse macroéconomique

Le cadre de l analyse macroéconomique Le cadre de l analyse macroéconomique Université de Rennes Faculté de Droit et de Science Politique Antenne de Saint-Brieuc Licence Droit 007-008. Une économie de production -. Le Produit Intérieur Brut

Plus en détail

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES 2011: DES EXCEDENTS EN RETRAIT MALGRE UNE CONTRIBUTION HISTORIQUE DES PRODUITS BANCAIRES

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES 2011: DES EXCEDENTS EN RETRAIT MALGRE UNE CONTRIBUTION HISTORIQUE DES PRODUITS BANCAIRES 1 Numéro 170, avril 2012 PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES 2011: DES EXCEDENTS EN RETRAIT MALGRE UNE CONTRIBUTION HISTORIQUE DES PRODUITS BANCAIRES Une collecte annuelle inférieure à sa moyenne de long

Plus en détail

LES COMPTES DE PATRIMOINE ET L'ARTICULATION

LES COMPTES DE PATRIMOINE ET L'ARTICULATION Direction Générale des Statistiques Direction des Statistiques Monétaires et Financières Service d Études et de Statistiques des Opérations Financières CNIS LES COMPTES DE PATRIMOINE ET L'ARTICULATION

Plus en détail

9 novembre Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois 2012

9 novembre Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois 2012 9 novembre 20 Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois 20 Avertissement Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l information sur les tendances.

Plus en détail

2. SITUATION FINANCIERE DES AGENTS NON FINANCIERS

2. SITUATION FINANCIERE DES AGENTS NON FINANCIERS 2. SITUATION FINANCIERE DES AGENTS NON FINANCIERS L analyse des agents non financiers, comprenant les ménages et les entreprises non financières, revêt indispensable dans l évaluation de la stabilité financière,

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Février 2009 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

Résultats du 4 e trimestre et résultats annuels février 2015

Résultats du 4 e trimestre et résultats annuels février 2015 Résultats du 4 e trimestre et résultats annuels 2014 18 février 2015 AVERTISSEMENT Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l information sur les

Plus en détail

IMMO DIVERSIFICATION

IMMO DIVERSIFICATION DOCUMENT TRIMESTRIEL D INFORMATION AU 31 DECEMBRE 2013 Société de Placement à Prépondérance Immobilière à Capital Variable Agréée par l Autorité des Marchés Financiers le 30 avril 2013 sous le n SPI20130009

Plus en détail

LES COMPORTEMENTS D EPARGNE ET D ENDETTEMENT DES FRANÇAIS SONT-ILS DEVENUS ANORMAUX?

LES COMPORTEMENTS D EPARGNE ET D ENDETTEMENT DES FRANÇAIS SONT-ILS DEVENUS ANORMAUX? LES COMPORTEMENTS D EPARGNE ET D ENDETTEMENT DES FRANÇAIS SONT-ILS DEVENUS ANORMAUX? 10 mai 2007 Didier Davydoff, Directeur de l OEE 0EE - Observatoire de l'épargne européenne 1 Le contexte Deux des thèmes

Plus en détail

Liste des encadrés, tableaux et graphiques

Liste des encadrés, tableaux et graphiques Liste des encadrés, tableaux et graphiques Encadrés I. Développements économiques et financiers A.1 La crise dans la zone euro Encadré 1 : Fragmentation financière dans la zone euro 46 A.2 Réponses des

Plus en détail

3) Le montant et l évolution de la dette publique. A) Le montant et la répartition de la dette publique

3) Le montant et l évolution de la dette publique. A) Le montant et la répartition de la dette publique 1 FIPECO le 21.10.2016 Les fiches de l encyclopédie II) Déficit et dette publics, politique budgétaire 3) Le montant et l évolution de la dette publique L expression «dette publique» désigne la dette des

Plus en détail

L économie guyanaise en 2014 & les perspectives pour /06/2015

L économie guyanaise en 2014 & les perspectives pour /06/2015 L économie guyanaise en 2014 & les perspectives pour 2015 Deux ouvrages complémentaires Bilan économique INSEE Rapport IEDOM pour une analyse de la situation économique et financière de la Guyane en 2014

Plus en détail

(p)

(p) II.3. SECTEUR MONETAIRE ET FINANCIER II.3.1. RESSOURCES ET EMPLOIS DU SYSTEME BANCAIRE Les ressources du système bancaire (950.480,4 contre 840.466,9 MBIF) se sont accrues presque au même rythme que celui

Plus en détail

La monnaie dans l échange

La monnaie dans l échange La monnaie dans l échange La monnaie est constituée par l ensemble des moyens de paiement permettant de régler les transactions commerciales entre agents économiques sur un territoire donné. I. Les formes

Plus en détail

Infos financières. Evolutions monétaires en Guyane au 31 mars 2014 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE UNE ACTIVITÉ ORIENTÉE FAVORABLEMENT

Infos financières. Evolutions monétaires en Guyane au 31 mars 2014 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE UNE ACTIVITÉ ORIENTÉE FAVORABLEMENT Infos financières Juin 2014 Evolutions monétaires en Guyane au 31 mars 2014 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE Selon les perspectives de l économie mondiale publiées par le Fonds Monétaire

Plus en détail

Résultats du 4 ème trimestre et résultats annuels 2008

Résultats du 4 ème trimestre et résultats annuels 2008 Résultats du 4 ème trimestre et résultats annuels 2008 Mars 2009 Extrait de la présentation Crédit Agricole S.A. concernant le pôle Banque de proximité en France LCL 1 2 Résultats consolidés de Crédit

Plus en détail

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS Fabrice LENGLART INSEE Comptes nationaux Bruno LONGET - Banque de France - SESOF CNIS 22 juin 2009 Plan I Place des activités

Plus en détail

Tableau de bord de l Epargne en Europe

Tableau de bord de l Epargne en Europe STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Janvier 2017 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

Gunther Capelle-Blancard* Jézabel Couppey-Soubeyran** * CADRE, Université Lille II & TEAM-CNRS ** TEAM-CNRS,, Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Gunther Capelle-Blancard* Jézabel Couppey-Soubeyran** * CADRE, Université Lille II & TEAM-CNRS ** TEAM-CNRS,, Université Paris I Panthéon-Sorbonne Gunther Capelle-Blancard* Jézabel Couppey-Soubeyran** * CADRE, Université Lille II & TEAM-CNRS ** TEAM-CNRS,, Université Paris I Panthéon-Sorbonne Motivations Mieux estimer le taux d intermédiation des

Plus en détail

Dominique Durant. CNIS 20 octobre 2005

Dominique Durant. CNIS 20 octobre 2005 Dominique Durant CNIS 20 octobre 2005 Plan de l intervention 1. Principes de construction des comptes financiers trimestriels 1.1 adossement aux comptes annuels 1.2 des méthodes d estimation et de contrôle

Plus en détail

HSBC France Activité et Résultats février 2012

HSBC France Activité et Résultats février 2012 HSBC France Activité et Résultats 2011 27 février 2012 Avertissement Cette présentation et les commentaires qui l accompagnent peuvent contenir des déclarations prospectives relatives à la situation financière,

Plus en détail

Analyses Économiques 2 - Juin 2003

Analyses Économiques 2 - Juin 2003 DP N Analyses Économiques 2 - Juin 2003 Le faible contenu en actions de l'épargne des ménages français pèse sur son rendement :une comparaison avec les Etats-Unis. 1 A définitions équivalentes, les ménages

Plus en détail

La place de l euro sur les marchés obligataires internationaux en 2002

La place de l euro sur les marchés obligataires internationaux en 2002 La place de l euro sur les marchés obligataires internationaux en 22 Après une année 21 record en termes d activité, le montant des émissions brutes d obligations internationales libellées en euros a reculé,

Plus en détail

Panorama de l économie guadeloupéenne. Agence de la Guadeloupe

Panorama de l économie guadeloupéenne. Agence de la Guadeloupe Panorama de l économie guadeloupéenne Mars 2016 Principales données économiques (Source : Insee, CEROM - Comptes rapides 2014) Le PIB s élève à 8,1 Mds en 2014, en progression de 0,9 % en volume contre

Plus en détail

1 Code ISIN : FR Création : 1er décembre 1989 Classification : "Obligations et autres titres de créances libellés en euro" Affectation des r

1 Code ISIN : FR Création : 1er décembre 1989 Classification : Obligations et autres titres de créances libellés en euro Affectation des r FONDS COMMUN DE PLACEMENT FRANCE TRESOR REVENUS TRIMESTRIELS SITUATION TRIMESTRIELLE au 30 septembre 2016 Instruction AMF 2011-19 1 Code ISIN : FR0000400566 Création : 1er décembre 1989 Classification

Plus en détail

Sommaire. 4 Les assurances de personnes dans l assurance française. 5 Les assurances de personnes. 12 L assurance et le patrimoine des ménages

Sommaire. 4 Les assurances de personnes dans l assurance française. 5 Les assurances de personnes. 12 L assurance et le patrimoine des ménages 2 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques FFA et concernent les sociétés d assurances relevant du Code des assurances. Les données relatives

Plus en détail

Fiche 1 Les bases de la comptabilité nationale

Fiche 1 Les bases de la comptabilité nationale Fiche 1 Les bases de la comptabilité nationale Problématiques En quoi le système de comptabilité nationale est-il une convention? Les déterminants de l équilibre ressources-emplois Comment mesurer l activité

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB STATISTIQUES MONETAIRES

BANK AL-MAGHRIB STATISTIQUES MONETAIRES STATISTIQUES MONETAIRES Sommaire Agrégats de monnaie (M1, M2, M3) Agrégats de placements liquides (PL1, PL2, PL3) Contreparties de M3 Tableaux des ressources et emplois de Bank Al-Maghrib et des banques

Plus en détail

Dépenses de R&D par habitant (en PPA, % des dépenses de R&D financées par: (2000) PPA (2) )

Dépenses de R&D par habitant (en PPA, % des dépenses de R&D financées par: (2000) PPA (2) ) DOCUMENT 1 : lecture PPA La recherche et le développement : quelques indicateurs Dépenses intérieures brutes de R&D (1) - milliards de $ en Dépenses de R&D par habitant (en PPA, Nombre de brevets déposés

Plus en détail

Le bâtiment : situation et perspectives. Assemblée générale du SFECE - 15 avril

Le bâtiment : situation et perspectives. Assemblée générale du SFECE - 15 avril Le bâtiment : situation et perspectives Assemblée générale du SFECE - 15 avril 2015 2 1. Éléments de contexte Assemblée générale du SFECE - 15 avril 2015 3 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008

Plus en détail

Comment se déclenche et qu entraîne une crise de la dette publique? Ce que nous apprennent les cas de la Suède et de la Finlande en 1992

Comment se déclenche et qu entraîne une crise de la dette publique? Ce que nous apprennent les cas de la Suède et de la Finlande en 1992 juillet - N Comment se déclenche et qu entraîne une crise de la dette publique? Ce que nous apprennent les cas de la et de la en Compte tenu des perspectives de croissance et d inflation, les politiques

Plus en détail

2) La croissance des dépenses publiques

2) La croissance des dépenses publiques 1 FIPECO, le 31.05.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 2) La croissance des dépenses publiques La définition, le montant et la répartition des dépenses publiques, en France et dans

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Janvier 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

Didier Davydoff 19 avril 2012

Didier Davydoff 19 avril 2012 Didier Davydoff 19 avril 2012 60 50 49 51 55 40 33 30 20 20 2009 2010 2011 10 8 0 Collecte nette de l'assurance vie Collecte nette de l'épargne bancaire 2 3 4 5 6 7 Où va la fuite de cotisations d assurance

Plus en détail

PROGRESSION DES PRÉLÈVEMENTS FISCAUX ET SOCIAUX SUR LE CAPITAL INVESTI EN ACTIONS

PROGRESSION DES PRÉLÈVEMENTS FISCAUX ET SOCIAUX SUR LE CAPITAL INVESTI EN ACTIONS PROGRESSION DES PRÉLÈVEMENTS FISCAUX ET SOCIAUX SUR LE CAPITAL INVESTI EN ACTIONS 25 ans de hausse des prélèvements sur les actions Ou comment la France, par son niveau de taxation, dissuade les particuliers

Plus en détail

Les chiffres du MEDEF Octobre Analyse de la compétitivité des entreprises françaises. Les chiffres du MEDEF octobre

Les chiffres du MEDEF Octobre Analyse de la compétitivité des entreprises françaises. Les chiffres du MEDEF octobre Les chiffres du MEDEF Octobre 216 Analyse de la compétitivité des entreprises françaises Les chiffres du MEDEF octobre 216 1 SOMMAIRE I - PARTS DE MARCHÉ 1 - Poids de la France dans les exportations mondiales

Plus en détail

13) L effet de boule de neige et le solde stabilisant la dette

13) L effet de boule de neige et le solde stabilisant la dette 1 FIPECO le 17.05.2016 Les fiches de l encyclopédie II) Déficit et dette publics, politique budgétaire 13) L effet de boule de neige et le solde stabilisant la dette La dette publique, rapportée au PIB,

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au premier semestre 2014

Tendances monétaires et financières au premier semestre 2014 Alger, Septembre 2014 Tendances monétaires et financières au premier semestre 2014 1. Sur le marché international de l énergie, le prix du baril de Brent a enregistré une tendance haussière au second trimestre

Plus en détail

Cliquer sur un des deux graphiques pour accéder aux données et définitions. Tableau de bord trimestriel. Tableau de bord annuel

Cliquer sur un des deux graphiques pour accéder aux données et définitions. Tableau de bord trimestriel. Tableau de bord annuel Cliquer sur un des deux graphiques pour accéder aux données et définitions Tableau de bord annuel Tableau de bord trimestriel PIB par habitant (SPA) Croissance du PIB (en % volume) 200 Energies renouvelables

Plus en détail

INSTITUT D EMISSION D OUTRE-MER

INSTITUT D EMISSION D OUTRE-MER INSTITUT D EMISSION D OUTRE-MER BULLETIN TRIMESTRIEL DE CONJONCTURE Suivi de la conjoncture monétaire N 117 1 er trimestre 2004 - NOUVELLE-CALEDONIE - Banque centrale des Territoires d outre-mer, l Institut

Plus en détail

Perspectives à long terme du système de retraite français et enseignements des expériences étrangères

Perspectives à long terme du système de retraite français et enseignements des expériences étrangères Conseil d Orientation des Retraites (COR) Perspectives à long terme du système de retraite français et enseignements des expériences étrangères Yves Guégano, Secrétaire général du COR 1. Les perspectives

Plus en détail

FLASH PROBLÈMES STRUCTURELS

FLASH PROBLÈMES STRUCTURELS PROBLÈMES STRUCTURELS RECHERCHE ÉCONOMIQUE mars 15 N 18 Y-a-t-il un problème si les taux d intérêt sont négatifs? De plus en plus de taux d intérêt à ans, à 5 ans sont devenus négatifs. Ceci génère une

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

Fédération Française des sociétés d Assurances

Fédération Française des sociétés d Assurances LES ASSURANCES DE PERSONNES Données clés 29 Fédération Française des sociétés d Assurances Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques du service

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Première publication de nouvelles statistiques relatives aux taux d intérêt des IFM de la zone euro1

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Première publication de nouvelles statistiques relatives aux taux d intérêt des IFM de la zone euro1 10 décembre 20 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Première publication de nouvelles statistiques relatives aux taux d intérêt des IFM de la zone euro1 La Banque centrale européenne (BCE) publie ce jour une nouvelle

Plus en détail

Les placements en valeurs mobilières des agents économiques au quatrième trimestre 2004

Les placements en valeurs mobilières des agents économiques au quatrième trimestre 2004 Les placements en valeurs mobilières des agents économiques au quatrième trimestre Les résultats de l enquête-titres du quatrième trimestre font apparaître une progression de 3,5 % du montant des portefeuilles

Plus en détail

Le modèle social français à travers les chiffres 1

Le modèle social français à travers les chiffres 1 Le modèle social français à travers les chiffres 1 1 La France se situe au 5 ème rang mondial de la production de richesses PIB 2013 : 2739 milliards de $ US derrière les Etats Unis, la Chine, le Japon,

Plus en détail

Résultats annuels février 2009

Résultats annuels février 2009 Résultats annuels 2008 16 février 2009 Introduction : faits marquants de l exercice 2008 Une performance solide sur l exercice Dans un contexte de marché très dégradé Bonne résistance de l activité Bourse

Plus en détail

Tendances récentes du crédit à la consommation

Tendances récentes du crédit à la consommation Tendances récentes du crédit à la consommation Dans le prolongement des travaux menés depuis plusieurs années, la Banque de France continue à adapter sa couverture statistique aux évolutions de ce marché

Plus en détail

La séquence des comptes

La séquence des comptes La séquence des comptes Comptes des ménages I: Compte de production P.2 Consommation intermédiaire B.1b Valeur ajoutée brute P.51c Consommation de capital fixe B.1n Valeur ajoutée nette Compte de production

Plus en détail

NESTLE FRANCE EQUILIBRE

NESTLE FRANCE EQUILIBRE Information périodique au : 30.06.2016 FCPE de Société Générale Gestion Société de gestion : SOCIETE GENERALE GESTION Sous délégataire de gestion comptable en titre : SOCIETE GENERALE SECURITIES SERVICES

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Une déflation, ce serait un recul du prix du PIB, pas du prix de la consommation RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Une déflation, ce serait un recul du prix du PIB, pas du prix de la consommation RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE mars N Une déflation, ce serait un recul du prix du PIB, pas du prix de la consommation Une déflation est une situation où la faiblesse de l inflation conduit : - à une hausse

Plus en détail

Bulletin trimestriel des statistiques sur le logement et la construction Troisième trimestre 2016 Données arrêtées au 27/12/2016

Bulletin trimestriel des statistiques sur le logement et la construction Troisième trimestre 2016 Données arrêtées au 27/12/2016 Les bulletins de conjoncture Chiffres et graphiques Décembre 216 commissariat général au développement durable Bulletin trimestriel des statistiques sur le logement et la construction Troisième trimestre

Plus en détail

ECONOMIE CHAPITRE 1 : LES MODALITES DE FINANCEMENT DE L ACTIVITE ECONOMIQUE

ECONOMIE CHAPITRE 1 : LES MODALITES DE FINANCEMENT DE L ACTIVITE ECONOMIQUE ECONOMIE CHAPITRE 1 : LES MODALITES DE FINANCEMENT DE L ACTIVITE ECONOMIQUE LES SOURCES DE FINANCEMENTS DES AGENTS ECONOMIQUES Deux sources de financement s internes : entreprise (autofinancement : mobilisation

Plus en détail

Les assurances de personnes en 2013

Les assurances de personnes en 2013 Club Est-France 18 octobre 2013 1 Situation fin août 2013 Une collecte nette vie de 9,7 Mds (cotisations en hausse de 8 %, prestations en baisse de 13 %) Un encours de 1 436 Mds (+ 4 % sur un an) Des prestations

Plus en détail

La lettre mensuelle 1

La lettre mensuelle 1 La lettre mensuelle 1 Bribes macroéconomiques Baisse de 0,9% des avoirs extérieurs nets de Bank Al-Maghrib à fin février. En janvier, ces avoirs ont représenté 4 mois et 25 jours d importations de biens

Plus en détail

L AGENCE FRANCE TRÉSOR

L AGENCE FRANCE TRÉSOR L AGENCE FRANCE TRÉSOR a pour mission de gérer la dette et la trésorerie de l État au mieux des intérêts du contribuable et dans les meilleures conditions de sécurité HTTP://WWW.AFT.GOUV.FR BLOOMBERG TRESOR

Plus en détail

Avril Place financière suisse Chiffres-clés

Avril Place financière suisse Chiffres-clés Avril 2016 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, la contribution des assurances à la création de valeur

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 septembre 2015

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 septembre 2015 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 30 octobre 2015 Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 septembre 2015 La Banque

Plus en détail

Dans un contexte de reprise économique, quelle sortie de crise pour la construction en Europe et aux Etats-Unis?

Dans un contexte de reprise économique, quelle sortie de crise pour la construction en Europe et aux Etats-Unis? Dans un contexte de reprise économique, quelle sortie de crise pour la construction en Europe et aux Etats-Unis? Karine Berger, Directrice Marchés et Marketing Euler Hermes Yann Lacroix, Responsable Etudes

Plus en détail

Cliquer sur un des deux graphiques pour accéder aux données et définitions. Tableau de bord trimestriel. Tableau de bord annuel

Cliquer sur un des deux graphiques pour accéder aux données et définitions. Tableau de bord trimestriel. Tableau de bord annuel Cliquer sur un des deux graphiques pour accéder aux données et définitions Tableau de bord annuel Tableau de bord trimestriel PIB par habitant (SPA) Croissance du PIB (en % volume) 200 Energies renouvelables

Plus en détail

Russie. Service Economique Régional de Moscou

Russie. Service Economique Régional de Moscou Russie Service Economique Régional de Moscou 9 Russie I. Ralentissement structurel depuis l été 2012 II. Récession en 2015 accentuée par la baisse du prix du pétrole III. Stabilisation à un point bas en

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS 2012 PROGRESSION DES VENTES DE 24%

RESULTATS ANNUELS 2012 PROGRESSION DES VENTES DE 24% RESULTATS ANNUELS 2012 PROGRESSION DES VENTES DE 24% Liquidités disponibles de 3,8 millions d euros et carnet de commandes record à la clôture de l exercice 2012 Grenoble, France et Durham, Caroline du

Plus en détail

Le financement de l économie - 2010

Le financement de l économie - 2010 Le financement de l économie - 2010 Delphine Lahet Thème L objectif de ce cours est d analyser les canaux de financement de l économie, notamment le financement par les banques, dans une logique macro-économique.

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie

Introduction à la Macroéconomie Université de Bordeaux Centre Universitaire d Agen Licence AES Première Année Année Universitaire 2016-2017 Introduction à la Macroéconomie Travaux Dirigés Dossier 3 : Comptabilité nationale (2) Exercice

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Généralités sur l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Généralités sur l immobilier Statistiques de l immobilier L immobilier

Plus en détail

Recherche Economique Groupe /// Direction des Affaires Institutionnelles 1er juillet 2016

Recherche Economique Groupe /// Direction des Affaires Institutionnelles 1er juillet 2016 Chiffres clés Activité, secteurs Population, marché du travail Administrations publiques Comptes extérieurs Inflation, crédit, taux d'intérêt Comptes d'entreprises Prévisions économiques p.3 p.4 p.5 p.6

Plus en détail

Enquête de conjoncture auprès des consommateurs. Jean-Marie Thoss 12 juillet 2006

Enquête de conjoncture auprès des consommateurs. Jean-Marie Thoss 12 juillet 2006 Enquête de conjoncture Jean-Marie Thoss 12 juillet 2006 1 Plan de l exposé: PLAN Zone DE L EXPOSE euro Description de l enquête de conjoncture Evolution de la confiance des consommateurs sur la période

Plus en détail

Lignes directrices du patrimoine financier des ménages au Luxembourg

Lignes directrices du patrimoine financier des ménages au Luxembourg Lignes directrices du patrimoine financier des ménages au Luxembourg Luc Verbeken, CEO - Philippe Ledent, Senior Economist Luxembourg - 28 avril 2016 Agenda Introduction Le patrimoine financier Luc Verbeken

Plus en détail

LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES

LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES Les collectivités locales en chiffres LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES CHAPITRE 3 Présentation - Définitions 32 3-1 Les administrations publiques locales dans les comptes de la Nation

Plus en détail

comparaisons internationales

comparaisons internationales comparaisons internationales Indice des prix à la consommation glissement annuel en % Dette des administrations publiques en en % du PIB 1-1 1 1 1 7 9,8 6,7 6, 16, 7, 6,8 17, - 9/ / 9/ / Japon R.-U. USA

Plus en détail

Comptes consolidés arrêtés au 30 juin Réunion d analystes du 4 septembre Vincent MOURIAUX DFI Septembre 2014

Comptes consolidés arrêtés au 30 juin Réunion d analystes du 4 septembre Vincent MOURIAUX DFI Septembre 2014 Comptes consolidés arrêtés au 30 juin 2014 Réunion d analystes du 4 septembre 2014 Vincent MOURIAUX DFI Septembre 2014 Un contexte de taux toujours plus bas et de diminution de la pente, peu favorable

Plus en détail

INSTITUT D EMISSION D OUTRE-MER

INSTITUT D EMISSION D OUTRE-MER INSTITUT D EMISSION D OUTRE-MER BULLETIN TRIMESTRIEL DE CONJONCTURE Suivi de la conjoncture monétaire et financière N 119 3 ème trimestre 2004 - NOUVELLE-CALEDONIE - Banque centrale des Territoires d

Plus en détail

Information trimestrielle Au 30 septembre 2008

Information trimestrielle Au 30 septembre 2008 CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL NORD DE FRANCE Société coopérative à capital et personnel variables. Siège social : 10, avenue Foch, B.P. 369, 59020 Lille Cedex. 440 676 559 R.C.S. Lille. Information

Plus en détail

L AGENCE FRANCE TRÉSOR

L AGENCE FRANCE TRÉSOR L AGENCE FRANCE TRÉSOR a pour mission de gérer la dette et la trésorerie de l État au mieux des intérêts du contribuable et dans les meilleures conditions de sécurité HTTP://WWW.AFT.GOUV.FR BLOOMBERG TRESOR

Plus en détail

L ESSENTIEL DE LA BANQUE

L ESSENTIEL DE LA BANQUE PRÉSENTATION Les banques sont le passage obligé du financement d une économie. Sans les banques, pas de financement ; sans financement, pas de capacité d investissement des entreprises car l autofinancement

Plus en détail

Réunion Analystes 21 avril Salon n 5

Réunion Analystes 21 avril Salon n 5 Réunion Analystes 21 avril 2009 Salon n 5 1 Sommaire Faits marquants Le marché Activité commerciale Résultat annuel 2008 Evolution du cours de bourse Perspectives 2009 2 Faits marquants Résultat Annuel

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juillet 2013 898 SYNTHESE En 2012, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la bourse de Casablanca est resté quasi-stable, passant de

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES RESUMES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES RESUMES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES RESUMES 2014 BONGRAIN SA Etat résumé du compte de résultat au 31 décembre 2014 En milliers d Euros 2014 2013 retraité * Chiffre d affaires 4 606 920 4 204 557 Consommations

Plus en détail

Les prélèvements obligatoires en France et en Allemagne

Les prélèvements obligatoires en France et en Allemagne 1 FIPECO le 15.12.2016 Les commentaires de l actualité Les prélèvements obligatoires en et en François ECALLE A la demande du Président de la République, la Cour des comptes a publié en mars 2011 un rapport

Plus en détail

Titres du gouvernement du Canada

Titres du gouvernement du Canada Publication du ministère des Finances Économie canadienne Juin 997 Prévisions économiques de l OCDE pour le (juin 997) 99 (chiffres réels) 997 (prévisions) 99 (prévisions) 7,,, Indice des prix à la consommation

Plus en détail

Méthodologies et outils d analyse pour la prévision et l analyse économique au Haut Commissariat au Plan

Méthodologies et outils d analyse pour la prévision et l analyse économique au Haut Commissariat au Plan Méthodologies et outils d analyse pour la prévision et l analyse économique au Haut Commissariat au Plan Direction de la prévision et de la prospective 1 Introduction Le budget économique, dans ses deux

Plus en détail

Plan du cours G) La création monétaire H) L inflation et les prix I) Salaires et emploi J) Emploi & chômage Initiation à l'économie générale Cours de

Plan du cours G) La création monétaire H) L inflation et les prix I) Salaires et emploi J) Emploi & chômage Initiation à l'économie générale Cours de ECONOMIE GENERALE IUT CHIMIE Rennes Octobre 2013 Initiation à l'économie générale Cours de Bernard BRUEL pour IUT Chimie 2013 1 Plan du cours G) La création monétaire H) L inflation et les prix I) Salaires

Plus en détail

Indicateurs conjoncturels en bref 20 mai 2016

Indicateurs conjoncturels en bref 20 mai 2016 Indicateurs conjoncturels en bref 20 mai 2016 Les données sont brutes sauf mention contraire. Celles publiées durant la dernière semaine sont en bleu. Abréviations utilisées : cjo : données corrigées des

Plus en détail

FAITS MARQUANTS AU 30 SEPTEMBRE 2016

FAITS MARQUANTS AU 30 SEPTEMBRE 2016 Résullttatts du 3 èèmee ttriimesttre 2016 ett 9 moiis 2016 Paris, le 9 novembre 2016 SOMMAIRE Faits marquants au 30 septembre 2016 2 Analyse des activités 3 Finance et trésorerie 4 Analyse du compte de

Plus en détail

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2015

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2015 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 4 mars 2016 Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2015 La Banque nationale a enregistré une

Plus en détail

Indicateurs conjoncturels en bref 18 mars 2016

Indicateurs conjoncturels en bref 18 mars 2016 Indicateurs conjoncturels en bref 18 mars 2016 Les données sont brutes sauf mention contraire. Celles publiées durant la dernière semaine sont en bleu. Abréviations utilisées : cjo : données corrigées

Plus en détail

GUIDE PROFESSIONNEL. VALEUR GLOBALE DES ACTIFS Gérés

GUIDE PROFESSIONNEL. VALEUR GLOBALE DES ACTIFS Gérés GUIDE PROFESSIONNEL VALEUR GLOBALE DES ACTIFS Gérés par l opci 28 septembre 2012 Valeur globale des actifs gérés par l OPCI Définition établie par le groupe de travail commun AFG / ASPIM 28 septembre

Plus en détail

BASE DE DONNÉES FRANCE

BASE DE DONNÉES FRANCE BASE DE DONNÉES FRANCE 2013 SOMMAIRE Partie I Démographie Partie II Retraite Partie III Economie générale Partie IV Epargne / Finances Partie V Finances publiques Partie I - Démographie Évolution de la

Plus en détail

13.1 Dette et déficit publics

13.1 Dette et déficit publics 13.1 Dette et déficit publics En 2012, le déficit public notifié s établit à 97,6 milliards d euros, soit 4,8 % du produit intérieur brut (PIB). Par rapport à 2011, il se réduit de 7,8 milliards d euros,

Plus en détail

PREMIER SEMESTRE 2010 : CROISSANCE DE 38% DU CHIFFRE D AFFAIRES

PREMIER SEMESTRE 2010 : CROISSANCE DE 38% DU CHIFFRE D AFFAIRES PREMIER SEMESTRE : CROISSANCE DE 38% DU CHIFFRE D AFFAIRES Rentabilité du Groupe sur le deuxième trimestre et flux de trésorerie d exploitation positif sur l ensemble du semestre consécutivement à la sortie

Plus en détail

n 20 octobre 2013 Suivi de la collecte et des placements des 12 principaux assureurs-vie à fin décembre 2014

n 20 octobre 2013 Suivi de la collecte et des placements des 12 principaux assureurs-vie à fin décembre 2014 n 20 octobre Suivi de la collecte et des placements des 12 principaux assureurs-vie à fin décembre n 43 avril 2015 1 Sommaire 1. FLUX D ASSURANCE VIE 4 1.1 Flux de collecte brute, de rachat et de collecte

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .c re d itfo n c ie r.c o m U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2015 MAI 2016 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés

Plus en détail

Banque Centrale de Mauritanie

Banque Centrale de Mauritanie Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Etudes Note sur l évolution récente de l économie mauritanienne à fin juin 2010 (sur la base des données provisoires disponibles au 20 juillet 2010)

Plus en détail

Partie II. Economie monétaire

Partie II. Economie monétaire Partie II Economie monétaire Survol théorique Classiques (Say, Fisher) : la monnaie voile Pas de conséquences réelles des phénomènes monétaires La création monétaire sans hausse de production est inflationniste

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 octobre 2013 n 135 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 octobre 2013 n 135 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 octobre 2013 n 135 SOMMAIRE FRANCE 1. Production manufacturière en août 2013 : +0,3%, et -2,4% sur un an en moyenne mobile sur 3 mois 2. Balance commerciale en août 2013

Plus en détail

Comparaisons internationales

Comparaisons internationales Groupe de travail du CNIS sur le coût du capital Comparaisons internationales Pierre-Alain PIONNIER OCDE Direction des Statistiques 19 juin 2014 Données macroéconomiques disponibles pour des comparaisons

Plus en détail