Dans de nombreux secteurs, traditionnellement conservent leurs positions familles riches font des affaires.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dans de nombreux secteurs, traditionnellement conservent leurs positions familles riches font des affaires."

Transcription

1 système bancaire du Liban est stable et se caractérise par un degré élevé d'adéquation des fonds propres à environ 19%, ce qui est plus du double du niveau recommandé par le Comité de Bâle (8%). Banque centrale européenne (BDL) et l'association des banques mis en place un comité chargé de préparer le secteur bancaire pour répondre aux exigences du Comité de Bâle (II) en ce qui concerne la suffisance du capital. Avec le soutien de la Banque du Liban de la centrale le secteur bancaire continue de se consolider. Au cours des dix dernières années il ya eu plus de vingt-cinq fusions de banques, on s'attend à de nouvelles fusions après que le Parlement approuve la loi révisée sur la fusion des banques. Commencé au Liban, les entreprises internationales telles que BNP / Paribas, Credit Suisse First Boston, HSBC EsBiSi, Citibank et Merrill Lynch restent actifs. Dans de nombreux secteurs, traditionnellement conservent leurs positions familles riches font des affaires. Le gouvernement vise à accroître la transparence de ces entreprises afin de renforcer davantage le marché des capitaux naissant et processus de développement de la corporatisation. Après l'indépendance du Liban en 1943 et avec la création de la Banque du Liban en 1964, du système bancaire du Liban a connu une période de prospérité. nettes différences entre étrangers et nationaux sur les banques libanaises lissée dans la mesure où, comme les banques étrangères ont cessé de monopolisation excessive des financements étrangers du Liban, a commencé à promouvoir le développement des financements nationaux et la concurrence pour attirer les dépôts locaux. En fait, dans le système bancaire libanais, dont 13 banques étrangères - Arab Bank Ltd. (Jordanie), la Banque britannique de l 'Moyen-Orient (UK), la Banque Rafidan (Irak), l'arabie Commercial Bank Neshnl (Maudovskaya saoudite), Bank Nederland Algemene (Pays-Bas), Chase Manhattan (USA), Neshnl City Bank First (USA), de l'est Bank Ltd. (Royaume-Uni), la Banque Neshd Jordanie (Jordanie), la Société de Banque à Tunis (Tunisie), la Banque populaire de Moscou, le Co., Ltd. (Royaume-Uni), la Banque de l 'Amérique (USA), Habib Bank Overseas Limited. (Pakistan) - et plus de 40 banques libanaises, dont les plus connus sont: Est Commercial Bank (maintenant connue sous le nom de Banco Méditerranéen la), la Banque Libanez for the Commerce, la Banque Sabbah, G. Trade Bank (maintenant connue sous le nom Crédit Lionnez), la Banque du Liban E d'utr Mer, Intra Banque, Banque fédérale du Liban, la Banque du Belgo-Libanez (maintenant connu sous le nom de Société Générale de-la Banque européenne d'lieb), la Banque Saradar, la Banque de Fin arabe de Beyrouth Kantriz, Banque Joseph Lahti et Fils, Beyrouth Riyad Bank, la Banque de Pharaon, et Hina, Mebko Bank, Byblos 1 / 8

2 Bank, Credit Libanez, Bank of Beirut for the Commerce, Banque Audi, Bank of Kuwait s Fin du Monde Arabe, Zheazhi Banque, la Banque de crédit du Popyuler, Adkom Banque Banque Reef, et de la Banque universelle de Beyrouth. Avant la création de la Banque du Liban (la Banque du Liban) existe au Liban, les banques classées par le ministère des Finances en trois catégories: les facteurs susmentionnés ont été accordé aux banques dont les garanties ont été prises par le Gouvernement du Liban n'a pas reçu les banques l'autorisation dont les garanties n'ont pas été adoptées, et les maisons d'escompte. Depuis 1964, l'entrée en vigueur du Code des relations monétaires, la Banque du Liban publie chaque année une liste de banques opérant au Liban. Jusqu'à cette année, le système bancaire libanais est caractérisé par un manque de réglementations bancaires spécifiques articulés et de supervision. Banques simplement observer le Code de commerce, réglementation des activités commerciales, à l'exception de Bank Secrecy Act, qui est entré en vigueur en 1956, les règles, de supervision et de suivi ont été mises en uvre qu'avec l'introduction en vigueur de la Monnaie et du Crédit Code et la création de la Banque du Liban, qui avait été donnée la réglementation et fonctions de supervision en ce qui concerne le système bancaire. Actuellement, il existe un ensemble de règles régissant l'établissement et le fonctionnement des banques commerciales libanaises, succursales de banques étrangères, les banques spécialisées, les institutions financières libanaises et des institutions financières étrangères, bureaux de représentation de banques étrangères et les firmes de courtage. Contrôle de tous les mis en uvre par la Commission de supervision bancaire, qui est un organe de surveillance indépendant créé en vertu de la Banque du Liban en 1967 Depuis Septembre 2004 le total des actifs des cinq plus grandes banques commerciales au Liban a été estimée à 35,3 milliards dolaire, ils représentaient 60,5% de tous les actifs bancaires au Liban. A propos de 25,8% de tous les prêts sont «inactifs» (c'est à dire qu'il ne s'accumule pas ou non les intérêts sont payés), selon les statistiques de Septembre 2004 Toutefois, les banques continuent de maintenir des réserves pour "improductifs" prêts de plus de 2 / 3, tandis que le reste est pris en charge par des garanties appropriées. S pécial Comité économique et financier sur le blanchiment des capitaux (GAFI) a décidé de mettre fin à la surveillance officielle du Liban en Octobre 2003 que la reconnaissance des efforts continus du Liban à mettre en uvre des mesures visant à lutter contre le blanchiment d'argent. En Juillet 2003, le Liban a rejoint le Groupe Egmont à recueillir de l'information financière, le but est de promouvoir la coopération internationale dans la lutte contre le blanchiment d'argent. 2 / 8

3 30 Novembre 2004, le représentant de la Banque centrale du Liban, a été élu président du nouveau Comité ad hoc des finances sur le Moyen-Orient et Afrique du Nord pendant un an, dont la tâche était d'introduire la pratique de techniques avancées de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme dans la région. Le système bancaire libanais a plusieurs caractéristiques qui renforcent le rôle de Beyrouth en tant que centre financier régional, capable d'assurer la protection des capitaux étrangers et les gains financiers. Le système de libre échange des fonds et de la libre circulation des capitaux et des revenus La monnaie libanaise est totalement convertible et librement échangés contre une autre monnaie. En outre, toutes les restrictions sur la libre circulation des capitaux et des revenus dans l'économie du Liban et au-delà sont manquants. d'imposition préférentiel L'article 16 de la loi numéro 282 en date du 30 Décembre 1993 et l'article 12 du décret 5451 du 26 août 1994 sont exonérés de l'impôt sur le revenu tous les intérêts et revenus perçus par tous les types de comptes détenus par des banques au Liban. zone de libre bancaires Première en avril 1975 avec la publication du décret n 29 a été créé zone bancaires sans frais, et le gouvernement libanais a le droit de divulguer les dépôts et les passifs en devises des non-résidents: - Impôt sur les bénéfices de l'intérêt couru; - Le besoin de fonds de réserve, est entré à la Banque du Liban, conformément aux articles monétaire Code 76, le Liban; - Paiement de la taxe sur les dépôts de garantie imposées sur les dépôts bancaires et sont payables en faveur de la garantie des dépôts du Fonds national. 3 / 8

4 Ouverture commune Comptes Loi de Décembre 1961 vous permet d'ouvrir des comptes conjoints. Ces comptes sont ouverts au nom de plusieurs personnes et peut être utilisé par une de ces personnes. Dans le cas de décès de tout titulaire de compte de son partenaire peut continuer à utiliser le compte sans la nécessité d'entrer dans le droit d'héritage. Si l'un des titulaires de comptes de faillite, le compte devient la propriété de la faillite, à moins que le contraire soit prouvé. La banque ne peut pas faire un transfert de fonds de ce compte à l'un des titulaires de compte sans l'autorisation écrite de tous les autres titulaires de comptes joints. Divulgation des comptes le secret bancaire ne peut être fait avec le consentement de tous les partenaires. Dans le cas de tout litige entre les propriétaires des comptes de la banque doit bloquer le compte de la date de réception d'une telle procédure et jusqu'à la date du litige devant le tribunal. Banking mystère dans Liban Le secret bancaire inhérent au système bancaire libanais et régie par les dispositions de la loi du Septembre 3, 1956 Ce droit oblige toutes les banques autorisées à mener des activités bancaires, en tant que sociétés anonymes libanaises, ainsi que les succursales de banques étrangères pour se conformer à la "banque d'un secret absolu". Le secret bancaire est absolu en ce qui concerne les clients des banques ci-dessus, qui n'ont pas le droit de les divulguer à toute personne privée ou de tout, militaires et judiciaires des autorités administratives n'ont pas le droit de divulguer les noms de leurs clients des informations sur leurs actifs, ainsi que les faits à leur connaissance sur les opérations de ses clients (ouverture de comptes courants, location de coffres de dépôt, etc.) Cette interdiction s'applique non seulement aux administrateurs des banques et leurs employés, mais aussi à toute personne qui en est à sa position ou de la profession ont accès à des livres, des transactions et la correspondance bancaire, tels que les notaires, les avocats et les vérificateurs. En conséquence, le secret bancaire peut entrer en conflit avec les autorités fiscales au Liban, cependant, d'être dans les actifs bancaires ne peuvent être appliquées des sanctions sans 4 / 8

5 l'autorisation écrite de leurs propriétaires respectifs. La violation intentionnelle du secret bancaire - même tenté une telle violation - conduisant à la poursuite de cette personne, et des sanctions, mais les poursuites pénales peuvent être engagées que par le client. Toutefois, la loi libanaise prévoit certaines exceptions décrites au principe du secret bancaire: 1 - Le secret bancaire peut être divulguée à la permission écrite préalable du client de la banque, ses héritiers et ses successeurs conformément à la volonté. Si un contrat entre la banque et son client telle autorisation à condition qu'il puisse être annulé que par un commun accord des parties contractantes. Le secret bancaire peut être divulguée dans le cas où le client est déclaré en faillite, ou si le client et la banque ont des litiges en rapport avec les relations qui existent entre eux. 2 - Dans le cadre du secret bancaire et pour protéger leurs banques d'investissement ont le droit de communiquer entre eux et échanger des informations liées aux dettes de leurs clients. 3 - Par ailleurs, les banques n'ont pas le droit de garder le secret bancaire dans le cas des exigences des autorités judiciaires dans le cadre de procédures judiciaires ouvertes contre des personnes accusées de l'enrichissement illicite, mais une telle divulgation doit être faite seulement à de strictes limites très définies par une législation spécifique au Liban. 4 - indiqué ci-dessus, le secret bancaire ne peut pas être conservé pour les successeurs et / ou légataire, client de la banque de connexion avec les comptes conjoints et non-autres opérations le client. Bancaire en tant qu'héritiers reliquat de la succession ou les héritiers refusé propriété en particulier par la volonté de profiter de la mêmes droits dans les relations avec la banque que le défunt, y compris le droit de se rencontrer et poser toutes les informations de compte bancaire (non joint), ouvert dans la banque et a tenu dans ses opérations, à condition, toutefois, que le secret bancaire des comptes et les opérations des autres clients ne sera pas compromise. Les comptes conjoints, cependant, la longueur des opérations par lesquelles les signatures suffisant de l'un des propriétaires, sont protégés par le secret bancaire par les héritiers du défunt, dont le droit à un compte conjoint ne passe pas à ses héritiers, et co-propriétaire du compte qui est libre de l'utiliser. Ainsi, la banque n'a pas le droit d'accorder les héritiers du défunt toute information, sauf stipulation expresse dans le contrat d'ouverture de compte. 5 / 8

6 Banque Liban Banque du Liban a été établie en conformité avec le code monétaire, en vigueur depuis le 1 août 1963, décret n En fait, la banque a commencé à fonctionner pleinement avec le 1 avril 1964 de la Banque du Liban est une institution d'état qui jouit d'une autonomie financière et administrative. La Banque n'est pas soumise à des règles administratives et de contrôle, commune aux institutions du secteur public. Son capital est entièrement détenu par l'etat. Selon la loi, la Banque du Liban est doté du droit exclusif d'émettre de la monnaie. Conformément à l'article 70 du Code monétaire, la Banque du Liban est conçu pour protéger la monnaie nationale afin d'assurer la stabilité et la croissance économique sociale. Ce problème est particulièrement ce qui suit: - Fourniture de l'économie et la stabilité monétaire; - Assurer le fonctionnement normal du secteur bancaire; - Le développement et le renforcement des marchés financiers et monétaires; - Le développement et la régulation des systèmes de paiement et les instruments; - Développement et gestion des opérations de transfert de fonds, y compris les transferts électroniques. Le développement et la réglementation des opérations de compensation et de règlement, en utilisant une variété d'instruments et de paiement et négociés obligations financières. Liste de toutes les banques opérant au Liban en mai 2005: Fransabank SAL (SAL Fransabank) BANQUE di Roma SpA (Banca di Roma SPA) BANQUE MISRA-Lieb SAL (BANQUE-Liban SAL MISR) BANK PLC ARABE (PLC ARAB BANK.) Banque nationale de Paris INTERCONTINENTAL (Banque Nationale de Paris Intercontinentale) EychEsBiSi rive est du Moyen (MOYEN-ORIENT LA BANQUE HSBC) 6 / 8

7 BANQUE RAFIDAN (banque Rafidain) Lieb-Française SAL BANQUE (Banque Libano-SAL FRANCAISE) B.L.S. BANK SAL (BANK SAL BLC) INRA Commercial Bank SAL-Orient (Près de Bank SAL COMMERCIAL EST) BLOM Bank SAL (BANK SAL BLOM) BANQUE FEDERALE IA SAL au Liban (La Banque Fédérale de SAL LIBAN) ARABIE Commercial Bank NESHNL (ARABIE BANQUE NATIONALE DE COMMERCE) SOCIETE GENERALE DE BANQUE SAL ON Lieb (SOCIETE GENERALE DE BANQUE SAL LIBAN UA) Banco de la Mediterrannée SAL (BANQUE DE LA MEDITERRANEE SAL) Saradar SAL AUDI BANQUE PRIVÉE (Audi Saradar SAL banque privée) BBAK SAL (SAL BBAC) BANK SAL Lahti (BANQUE LATI SAL) LIBANIZ Syriana Commercial Bank SAL (SYRIENNE COMMERCIAL BANK SAL libanais) BANQUE DU PHARAON Hina SAL E (BANQUE ET PHARAON Chiha SAL) CREDIT BANCAIRE Nacional de SAL (DE BANQUE NATIONALE DE CRÉDIT SAL) SAL Banque Byblos (Byblos Bank SAL) Vibrations de la SAL Banque Canadienne (LIBANAIS SAL banque canadienne) Banco de L'E INDUSTRI SAL DU Travan (BANQUE DE L'INDUSTRIE ET DU TRAVAIL SAL) L'Intercontinental Bank du Liban SAL IA (Intercontinental Bank SAL DE LIBAN) SAL LIBANEZ CREDIT (Crédit Libanais SAL) Bank Audi SAL GROUPE AUDI Saradar (Banque Audi Saradar SAL GROUPE AUDI) BANQUE MONDIALE DU KOWEÏT FIN SAL ARABE RH (BANQUE DU KOWEÏT ET LE MONDE ARABE SAL) AFRIQUE DU NORD Commercial Bank SAL (Rive nord SAL COMMERCIAL AFRIQUE) Suisse Bank SAL LEBANIZ (LIBANAIS SAL DE BANQUE SUISSE) IRAN Saderat Bank (IRAN Saderat BANQUE) SOCIETE NOUVELLE DE LA DE LA BANQUE DE LA SYRIE du SAL et Lieb (SOCIETE NOUVELLE DE LA BANQUE DE SYRIE ET LIBAN DU SAL) BANK SAL Elida (ALLIED BANK SAL) BANQUE DE NESHNL RH KOWEIT (LIBAN) SAL (National Bank of Kuwait (LIBAN) SAL) BANQUE DE BEYROUTH RH SAL (Bank of Beirut SAL) TRUST BANK SAL DZHAMMAL (SAL JAMMAL Bank TRUST) AL-ALI SAL BANQUE INTERNATIONALE (Al-Ahli SAL BANQUE INTERNATIONALE) Habib Bank LIMITED (Habib Bank LIMITED) International Banque africaine ARABE (ARAB INTERNATIONAL BANQUE AFRICAINE DE) Banco de la Bek SAL (BANQUE DE LA SAL Bekaa) BEMO-BANK communnutnire versez le Moyen-Orient SAL (-BANQUE EUROPEENNE POUR BEMO MOYEN-ORIENT SAL LE) FIN DU GOLFE Liban SAL BANQUE (LIBAN ET SAL Gulf Bank) LEBANIZ BANK SAL ARABIE (LIBANAIS SAL BANQUE SAUDI) Chartered Bank SAL Standard (STANDARD SAL banque à charte) MAVARID BANK SAL-AL (Mawarid BANK SAL-AL) Kreditbank SAL (SAL CREDITBANK) CREDIT BANK SAL-UNIS (UNITED BANK SAL CREDIT) Bank Al-Madina SAL (Banque Al-Madina SAL) 7 / 8

8 NESHNL SAL First Bank (SAL PREMIERE BANQUE NATIONALE) Al-Baraka SAL Lebanon Bank (-BARAKA BANK SAL LIBAN AL) (BBL) MEAB SAL (SAL MEAB) CITIBANK NYUAYU (CITIBANK NA) ARABE SAL Finance House (SAL MAISON ARABE FINANCE) Islamique Bank SAL LEBANIZ (LIBANAIS SAL BANQUE ISLAMIQUE) 8 / 8

La Banque centrale des Caraïbes orientales (BCCO) réglemente les activités bancaires au nom de et en coopération avec le gouvernement.

La Banque centrale des Caraïbes orientales (BCCO) réglemente les activités bancaires au nom de et en coopération avec le gouvernement. et d'établissements financiers opèrent conformément à l'accord sur la Banque centrale des Caraïbes de l'est et la loi bancaire. Le système financier comprend les banques commerciales, les compagnies d'assurance

Plus en détail

Les restrictions légales à la participation d'investisseurs étrangers dans les entreprises russes

Les restrictions légales à la participation d'investisseurs étrangers dans les entreprises russes Svetlana Chekhovskaya Maître de conférences Vice-présidente de la Chaire du droit des affaires (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Economiques) Table ronde 25-26 octobre 2013 (Paris) Les restrictions

Plus en détail

Après le premier boom pétrolier en 1973 et l'augmentation subséquente de l'économie entre 1969 et 1977 il y avait 15 autres banques commerciales.

Après le premier boom pétrolier en 1973 et l'augmentation subséquente de l'économie entre 1969 et 1977 il y avait 15 autres banques commerciales. Banking à Bahreïn formé au début du 20 ème siècle avec le début de l'opération en 1920, la branche Est de la Banque (Standard Chartered Bank). A ensuite été établi banque britannique s Est IDDL (maintenant

Plus en détail

Malgré l'absence actuelle de appuyé assurance-dépôts du gouvernement, MAS envisage d'établir un tel système dans un proche avenir.

Malgré l'absence actuelle de appuyé assurance-dépôts du gouvernement, MAS envisage d'établir un tel système dans un proche avenir. Singapour est l'un des centres financiers de premier plan dans le monde entier et important centre de distribution de la finance en Asie du Sud. Il n'est pas surprenant, le pays a un des systèmes bancaires

Plus en détail

Conventions bilatérales signées avec des autorités étrangères

Conventions bilatérales signées avec des autorités étrangères Conventions bilatérales signées avec des autorités étrangères Accord de coopération entre la Commission bancaire et Dubai Financial Services Authority Préambule 1. Considérant que certaines banques et

Plus en détail

Corée. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Corée. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Toronto-Dominion Centre Toronto (Ontario) Canada M5K 1A2 Le 28 février 2000 Avis de distribution Le présent document doit être accompagné d un exemplaire de tous

Plus en détail

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

Clôture du Sommet Bancaire Francophone en France

Clôture du Sommet Bancaire Francophone en France Clôture du Sommet Bancaire Francophone en France Yousif: Vers la création d une union de banques francophones Torbey: Importance du rôle financier de Beyrouth Obolensky: Nécessité de promouvoir la coopération

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2007/29 R E S U M E

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2007/29 R E S U M E BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2007/03/11 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2007/29 NOTE COMMUNE N 18/2007 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Toutefois, ces dernières années, la plupart des banques connues Munks bien plus a commencé à offrir des services bancaires sur Internet.

Toutefois, ces dernières années, la plupart des banques connues Munks bien plus a commencé à offrir des services bancaires sur Internet. Île de Man sont actuellement en service, environ 54 de la banque, et bien que ce chiffre a légèrement diminué au cours des 5 dernières années, la taille des banques et la portée de leurs activités a considérablement

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

MINISTERE DES FINANCES

MINISTERE DES FINANCES MINISTERE DES FINANCES 11 JUILLET 1997. Arrangement administratif du 11 juillet 1997 entre les Ministres des Finances belge et italien en vue d'effectuer des contrôles fiscaux simultanés, conformément

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

Limites régissant les engagements importants

Limites régissant les engagements importants Bureau du surintendant des Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2 Ligne directrice Objet :

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Turquie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Turquie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Turquie Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/08/35 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20)

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) I. Définition des entreprises totalement exportatrices (art 10) : L article 10 du code d incitation aux investissements a défini les entreprises

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

Casablanca finance city

Casablanca finance city Casablanca finance city Introduction : Aujourd hui les pays en vois de développement ont libéralisé leurs économies et ils ont mis en place un ensemble de mesures attractives pour attirer les investisseurs

Plus en détail

Convention de compte de société de personnes Services Investisseurs CIBC inc.

Convention de compte de société de personnes Services Investisseurs CIBC inc. Page 1 de 9 Convention de compte de société de personnes Services Investisseurs CIBC inc. N de compte Nom de la société de personnes Activité principale de l organisation *Biffer si inappropié. **Modifier

Plus en détail

Conditions générales de partenariat

Conditions générales de partenariat Conditions générales de partenariat 1. Cadre de la collaboration L opérateur est titulaire de licences B+ délivrées par la Commission des Jeux de Hasard belge. Ces licences lui permettent d exploiter,

Plus en détail

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51 JORF n 0115 du 20 mai 2010 Texte n 51 DECRET Décret n 2010-518 du 19 mai 2010 relatif à la mise à disposition de l offre de jeux et de paris par les opérateurs agréés de jeux ou de paris en ligne NOR:

Plus en détail

Vu la loi n 94-117 du 14 novembre 1994, portant réorganisation du marché financier,

Vu la loi n 94-117 du 14 novembre 1994, portant réorganisation du marché financier, Décret n 99-2773 du 13 décembre 1999 relatif à la fixation des conditions d ouverture des «Comptes Epargne en Actions», des conditions de leur gestion et de l utilisation des sommes et titres qui y sont

Plus en détail

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

Etablir la dévolution successorale

Etablir la dévolution successorale Le recours à un notaire n est pas obligatoire mais il est souvent recommandé. Le recours devient obligatoire dans le cas d une donation, du partage d'une succession dont dépendent des immeubles, de l existence

Plus en détail

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Abdou FALL Ancien Conseiller Technique n 1du Ministre de la Microfinance et de l Entreprenariat féminin Conseiller à la Direction générale des Finances/

Plus en détail

Conditions générales de partenariat

Conditions générales de partenariat Conditions générales de partenariat 1. Cadre de la collaboration La société ROCOLUC S.A. est titulaire de licences B+ délivrées par la Commission des Jeux de Hasard belge. Ces licences lui permettent d

Plus en détail

Ordonnance sur l activité d intermédiaire financier exercée à titre professionnel

Ordonnance sur l activité d intermédiaire financier exercée à titre professionnel Ordonnance sur l activité d intermédiaire financier exercée à titre professionnel (OIF) 955.071 du 18 novembre 2009 (Etat le 1 er janvier 2010) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 41 de la loi du 10 octobre

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ; DELIBERATION N 2015-76 DU 16 SEPTEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI Introduction Mémoire de la City of London Corporation Présenté par le bureau du développement

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 8 janvier 2015 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 8 janvier 2015 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 8 janvier 2015 LA CROISSANCE ET L'ACTIVITÉ - (N 2447) RETIRÉ AVANT DISCUSSION AMENDEMENT N o SPE1554 présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L'ARTICLE 21,

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123309L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123309L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES 5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES Qu est est-ce que la DG Trésor? La direction générale du Trésor est au service du ministre pour lui proposer et conduire sous son autorité la politique

Plus en détail

Loi n 2006-05 du 21 Moharram 1427 correspondant au 20 février 2006 portant titrisation des créances, p. 11. Le Président de la République,

Loi n 2006-05 du 21 Moharram 1427 correspondant au 20 février 2006 portant titrisation des créances, p. 11. Le Président de la République, Loi n 2006-05 du 21 Moharram 1427 correspondant au 20 février 2006 portant titrisation des créances, p. 11. Le Président de la République, Vu la Constitution, notamment ses articles 119, 122 et 126; Vu

Plus en détail

Loi sur l'archivage (LArch)

Loi sur l'archivage (LArch) 22 février 2011 Loi sur l'archivage (LArch) Etat au 1 er janvier 2012 Le Grand Conseil de la République et Canton de Neuchâtel, sur la proposition du Conseil d'etat, du 30 août 2010, décrète: CHAPITRE

Plus en détail

Les Iles Vierges Britanniques (BVI):

Les Iles Vierges Britanniques (BVI): Les Iles Vierges Britanniques (BVI): Les International Business Companies (IBC) sont des sociétés offshore instituées dans les îles Vierges Britanniques (BVI), en vertu de l'international Business Companies

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1401144L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de la convention

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1401144L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de la convention RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

642.121 Ordonnance du DFF concernant le traitement des demandes en remise de l impôt fédéral direct

642.121 Ordonnance du DFF concernant le traitement des demandes en remise de l impôt fédéral direct 642.121 Ordonnance du DFF concernant le traitement des demandes en remise de l impôt fédéral direct (Ordonnance sur les demandes en remise d impôt) du Le Département fédéral des finances, vu l art. 167f

Plus en détail

Indicateurs macroéconomiques

Indicateurs macroéconomiques DEVELOPPEMENT DE L INVESTISSEMENT EN ALGERIE Atelier 2 Alger, le 11 Mai 2011 Indicateurs macroéconomiques Au vu des caractéristiques suivantes de l économie algérienne dépendante des hydrocarbures (Statistiques

Plus en détail

ENTENTE D ACCÈS AU CENTRE D ÉCHANGE D INFORMATION DE L INTERNATIONAL FUEL TAX ASSOCIATION, INC. POUR MEMBRE NON PARTICIPANT

ENTENTE D ACCÈS AU CENTRE D ÉCHANGE D INFORMATION DE L INTERNATIONAL FUEL TAX ASSOCIATION, INC. POUR MEMBRE NON PARTICIPANT ENTENTE D ACCÈS AU CENTRE D ÉCHANGE D INFORMATION DE L INTERNATIONAL FUEL TAX ASSOCIATION, INC. POUR MEMBRE NON PARTICIPANT 1. Parties La présente entente (ci-après «l Entente») est conclue entre le gouvernement

Plus en détail

Irlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Irlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Irlande Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin Objet : Aide d État n E 20/2004 - France Proposition de mesures utiles concernant les dispositions fiscales applicables aux mutuelles et

Plus en détail

POLITIQUE DE TRANSPARENCE DE L AGENCE FRANÇAISE DE DEVELOPPEMENT

POLITIQUE DE TRANSPARENCE DE L AGENCE FRANÇAISE DE DEVELOPPEMENT POLITIQUE DE TRANSPARENCE DE L AGENCE FRANÇAISE DE DEVELOPPEMENT La politique de transparence est inscrite dans la dynamique de changement et de partenariat qui caractérise le plan d orientation stratégique

Plus en détail

Considérant les faits et les arguments soumis par ICE US au soutien de la demande, notamment :

Considérant les faits et les arguments soumis par ICE US au soutien de la demande, notamment : DÉCISION N 2014-PDG-0149 Dispense de reconnaissance d ICE Futures U.S., Inc., à titre de bourse et de marché organisé en vertu de l article 12 de la Loi sur les instruments dérivés, RLRQ, c. I-14.01 Dispense

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne 31.3.2015 FR L 86/13 RÈGLEMENT (UE) 2015/534 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 17 mars 2015 concernant la déclaration d'informations financières prudentielles (BCE/2015/13) LE CONSEIL DES GOUVERNEURS

Plus en détail

Commission des services financiers de l Ontario

Commission des services financiers de l Ontario Commission des services financiers de l Ontario Rapport mensuel sur la lutte contre le terrorisme (Formule 2007 - Version détaillée) (Rapport soumis en vertu de l article 83.11 du Code criminel, de l article

Plus en détail

la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme

la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme 30 novembre 2004 la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme Intervention de Jean-Marc MAURY Secrétaire Général adjoint Une définition juridique Art 324-1 du code pénal «Le blanchiment

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1)

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1) CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1) Ce cahier des charges se compose de : - 7 pages comportant 6 chapitres et 19 articles,

Plus en détail

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l interpellation Amélie Cherbuin Comment soutenir nos ressortissants américains?

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l interpellation Amélie Cherbuin Comment soutenir nos ressortissants américains? AOÛT 2014 13_INT_190 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l interpellation Amélie Cherbuin Comment soutenir nos ressortissants américains? Rappel de l'interpellation Suite aux accords Foreign Account Tax Compliance

Plus en détail

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission.

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission. Le système bancaire Shvetsarii caractérisé par des règles strictes. Toutes les banques et institutions financières impliquées dans les activités bancaires, doivent s'inscrire auprès de la Commission bancaire

Plus en détail

Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA)

Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA) Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA) 1. Qu'est-ce que la FATCA? L US Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA ou Loi sur l'acquittement des obligations fiscales pour les comptes étrangers détenus

Plus en détail

PROJET DE LOI ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1109806L/Bleue-1 PROJET DE LOI autorisant l approbation du protocole d amendement à la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

CES7046-2013_00_00_TRA_INFO (EN)

CES7046-2013_00_00_TRA_INFO (EN) o FR PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES Population de 10 millions 1,6 million d'entreprises enregistrées en Hongrie 99% sont des petites et moyennes entreprises (PME) 688 000 actives 2,2 employés par entreprise

Plus en détail

ACTIVITE DU MEDIATEUR Compte-rendu annuel 2013. Michelle de Mourgues Date: Mars 2014 PUBLIC

ACTIVITE DU MEDIATEUR Compte-rendu annuel 2013. Michelle de Mourgues Date: Mars 2014 PUBLIC ACTIVITE DU MEDIATEUR Compte-rendu annuel 2013 Michelle de Mourgues Date: Mars 2014 PUBLIC Michelle de Mourgues Médiateur auprès de HSBC France nommée le 14 décembre 2002 Professeur émérite des Universités

Plus en détail

Gestion de Placements TD. FONDS ÉMERAUDE TD Rapport financier semestriel

Gestion de Placements TD. FONDS ÉMERAUDE TD Rapport financier semestriel Gestion de Placements TD FONDS ÉMERAUDE TD Rapport financier semestriel Période close le 30 juin 2015 Table des matières Responsabilité de la direction en matière d information financière.................................

Plus en détail

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international NATIONS UNIES CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA CESSION DE CRÉANCES DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL NATIONS UNIES

Plus en détail

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT 2015 www.iccrc-crcic.ca Version : 2015-002 Dernière modification : 3 juillet 2015 Page 2 de 13 Table des matières MODIFICATIONS DE SECTIONS... 4 Section 1 INTRODUCTION...

Plus en détail

Banque Negara Malaisie (BNM)

Banque Negara Malaisie (BNM) Le système bancaire de Labuan comprend la Banque centrale de Malaisie (Bank Negara Malaysia), les banques (banques commerciales, sociétés financières, banques commerciales et les banques islamiques) et

Plus en détail

Application de l alinéa (2)a.1) banque canadienne admissible

Application de l alinéa (2)a.1) banque canadienne admissible 1 PROPOSITIONS LÉGISLATIVES CONCERNANT L IMPÔT SUR LE REVENU LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU 1. (1) L article 95 de la Loi de l impôt sur le revenu est modifié par adjonction, après le paragraphe (2.3), de

Plus en détail

1) La loi n 2002-101 du 17 décembre 2002 portant loi de finances pour l'année 2003 a prévu :

1) La loi n 2002-101 du 17 décembre 2002 portant loi de finances pour l'année 2003 a prévu : BODI - Texte DGI n 2003/54 - Note commune n 35/2003 OBJET : Commentaire des dispositions des articles 21, 22 et 23 de la loi n 2002-101 du 17 décembre 2002, portant loi de finances pour l'année 2003 relatives

Plus en détail

Analyse du Comité CSI sur le nouveau droit comptable

Analyse du Comité CSI sur le nouveau droit comptable Comité / Vorstand Union des autorités fiscales suisses Vereinigung der schweiz. Steuerbehörden Associazione delle autorità fiscali svizzere Analyse du Comité CSI sur le nouveau droit comptable Décision

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le XXX SEC(2009) yyy final RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL visant à autoriser la Commission à ouvrir des négociations en vue de la

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE 65 TABLEAU COMPARATIF Texte du projet de loi Texte adopté par l Assemblée nationale Propositions de la Commission PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ÉQUILIBRE FINANCIER

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

BANQUE DU LIBAN. Circulaire de base No. 103 adressée aux banques,

BANQUE DU LIBAN. Circulaire de base No. 103 adressée aux banques, Remarque: Cette version n inclut pas les modifications de la Circulaire Intermédiaire n 339 du 23 Septembre 2013 et de la Circulaire Intermédiaire n 363 du 11 Mars 2014 BANQUE DU LIBAN Circulaire de base

Plus en détail

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation Norme canadienne 23-101 Règles de négociation PARTIE 1 DÉFINITION ET INTERPRÉTATION 1.1 Définition 1.2 Interprétation PARTIE 2 LE CHAMP D APPLICATION DE LA RÈGLE 2.1 Le champ d application de la règle

Plus en détail

Note à Messieurs les :

Note à Messieurs les : DIRECTION GENERALE Alger, le 02 septembre 2015 DE L INSPECTION GENERALE Réf./DGIG/N 1039/2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs

Plus en détail

Strasbourg, 13 décembre 2002 M ONEYVAL (PC -R-EV) (2002)18 Ré s COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

Strasbourg, 13 décembre 2002 M ONEYVAL (PC -R-EV) (2002)18 Ré s COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 13 décembre 2002 M ONEYVAL (PC -R-EV) (2002)18 Ré s COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Comité restreint d'experts sur l'évaluation des mesures de lutte contre le blanchiment

Plus en détail

Luxembourg, le 22 octobre 2001

Luxembourg, le 22 octobre 2001 Luxembourg, le 22 octobre 2001 Lettre circulaire 01/7 du Commissariat aux Assurances relative au dépôt des actifs représentatifs des provisions techniques des entreprises d'assurances directes et des fonds

Plus en détail

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle I -Notion de consolidation et de groupe A - Définition B - Motivation de la consolidation C - Comment la notion de contrôle doit-elle se comprendre? Exemple simplifié

Plus en détail

Accord entre la Confédération Suisse et Jersey sur l échange de renseignements en matière fiscale

Accord entre la Confédération Suisse et Jersey sur l échange de renseignements en matière fiscale Accord entre la Confédération Suisse et Jersey sur l échange de renseignements en matière fiscale Considérant que le Conseil fédéral suisse et le Gouvernement de Jersey souhaitent renforcer et faciliter

Plus en détail

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ----------------- MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ----------------

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ----------------- MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ---------------- REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ----------------- MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ---------------- DECRET N 2009-048 Fixant les modalités d application de la loi n 2006-008

Plus en détail

Pratiques et expériences de la finance islamique «le cas d ALBARKA BANK TUNISIA» ************ Taoufik LACHHEB Directeur du financement et de l

Pratiques et expériences de la finance islamique «le cas d ALBARKA BANK TUNISIA» ************ Taoufik LACHHEB Directeur du financement et de l ﺑﺴﻢ اﷲ اﻟﺮﲪﻦ اﻟﺮﺣﻴﻢ Pratiques et expériences de la finance islamique «le cas d ALBARKA BANK TUNISIA» ************ Taoufik LACHHEB Directeur du financement et de l investissement ALBARAKA BANK TUNISIA Historique

Plus en détail

La Société Anonyme (SA)

La Société Anonyme (SA) Les différents types de sociétés commerciales reconnus au Maroc Les sociétés de personnes : société en nom collectif société en commandite simple société en participation. Ces sociétés se caractérisent

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-63 DU 16 AVRIL 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LE CREDIT SUISSE RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION DROIT

Plus en détail

du X août 2008 (Règles-cadres pour la gestion de fortune) Sommaire

du X août 2008 (Règles-cadres pour la gestion de fortune) Sommaire Circ.-CFB 08/X Règles-cadres pour la gestion de fortune - projet Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques: Règles-cadres pour la reconnaissance de l'autoréglementation en matière de gestion

Plus en détail

180,00 par an payable en avance

180,00 par an payable en avance pour les prestations effectuées dans le cadre des transactions commerciales normales réalisées avec des clients privés M.M. Warburg & CO Luxembourg S.A. - 2, Place Dargent, Boîte postale 16, L-2010 Luxembourg

Plus en détail

AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE FR AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 8 décembre 2008 sollicité par le ministère français de l Économie, de l Industrie et de l Emploi sur un projet d ordonnance relative aux instruments financiers

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

Rendement des entreprises et appartenance

Rendement des entreprises et appartenance Rendement des entreprises et appartenance 22 Les données sur le rendement des entreprises exploitées au Canada confirment la forte baisse des résultats concrets au dernier trimestre de 2008 et les années

Plus en détail

Attendu que. Attendu que. La Partie italienne a exprimé sa disponibilité à financer la réalisation du projet susnommé;

Attendu que. Attendu que. La Partie italienne a exprimé sa disponibilité à financer la réalisation du projet susnommé; PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE ITALIENNE ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE TUNISIENNE CONCERNANT LE PROJET FONDS D ETUDES ET D EXPERTISE Le Gouvernement de la République Italienne,

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CREDIT SUISSE AG

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CREDIT SUISSE AG PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) CREDIT SUISSE AG (Succursale) Dotation : 60 244 902 Adresse de la succursale en France : 25, avenue Kléber, 75784 Paris

Plus en détail

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales 1 Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires es Universite Nationale du Vietnam-Hanoi Faculté de Droit Matières Objectifs du cours Compétences acquises UE UE-1

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

Modèle de Document d information précontractuelle proposé par la Fédération française de la franchise

Modèle de Document d information précontractuelle proposé par la Fédération française de la franchise Modèle de Document d information précontractuelle proposé par la Fédération française de la franchise I. PRÉSENTATION DU FRANCHISEUR Si le franchiseur est une personne physique Nom Prénoms... Nom commercial...

Plus en détail

Mise à jour #16.1 Révisé Août 2004 Saisie-arrêt des Crédits de Prestations de Pension aux Fins d Exécution des Ordonnances Alimentaires

Mise à jour #16.1 Révisé Août 2004 Saisie-arrêt des Crédits de Prestations de Pension aux Fins d Exécution des Ordonnances Alimentaires Commission des pensions Mise à jour #16.1 Révisé Août 2004 Saisie-arrêt des Crédits de Prestations de Pension aux Fins d Exécution des Ordonnances Alimentaires Source: Loi sur les prestations de pension,

Plus en détail

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5))

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Introduction Bien des propriétaires d entreprises se demandent,

Plus en détail

1. Créer une société en Suisse occidentale

1. Créer une société en Suisse occidentale Nestle, (canton of Vaud) 1. Créer une société en Suisse occidentale Sommaire 1.1 Éligibilité 1.2 Différentes étapes de la création d une société généralités 1.3 Choix de la forme juridique de la société

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES. Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES. Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.12.2001 COM(2001) 759 final 2001/0290 (ACC) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL relative à la conclusion d'un accord sous forme d'échange de lettres

Plus en détail

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE Feuille officielle numéro 87, du 11 novembre 2005 Délai référendaire: 3 janvier 2006 Loi portant révision de la loi concernant la Caisse de pensions de

Plus en détail