L œdème chronique et le lymphœdème :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L œdème chronique et le lymphœdème :"

Transcription

1 / Insert de l Association québécoise du lymphœdème Insert of the Lymphedema Association of Quebec Printemps / Spring 2014 L œdème chronique et le lymphœdème : Les nouveautés et les défis Les 19 et 20 septembre 2014 Québec, Québec PRÉSENTÉ PAR EN COLLABORATION AVEC Dans cette édition de l encart de l AQL : Un regard créatif sur le lymphœdème La cellulite Entretien avec Ian Dayes Congrès information In this issue of the LAQ insert: An Insight into Lymphedema through Art Cellulitis (FR) Interview with Ian Dayes (FR) Conference information Rejoignez-nous / Join us on: Épreuve 2 page 1

2 DANS CETTE ÉDITION / IN THIS ISSUE Événements de l AQL / LAQ Events Nouvelles de l AQL / LAQ News Article : Un entretien avec Dr Ian Dayes : L étude menée par son équipe de recherche sur l efficacité de la TDC Article : La cellulite Article : PCL Déclaration du consensus Article : Louise Mercure : Un mot de l artiste / Louise Mercure: A word from the artist Ressources / Resources COMITÉ DE RÉDACTION / EDITORIAL BOARD: Pamela Hodgson, MSc, MT, CDT Marie-Eve Letellier, MSc, Kin., ORT,CDT Rachel Pritzker Casi Shay, BSc, PT, CSE, CDT Janet Torge Traduction / Translation: Marie-Eve Letellier & Taous Selhi Des articles de la revue Pathways, le magazine canan sur le lymphœdème, ont été traduits et reproduits avec la permission du Partenariat canan du lymphœdème (PCL). Cet encart de Pathways est une publication de l Association québécoise du lymphœdème (AQL) et du Centre AQL d information. / Articles from Pathways, Canada s Lymphedema Magazine, have been translated and reprinted with permission from the Canadian Lymphedema Framework (CLF). This Pathways insert is a publication of The Lymphedema Association of Quebec (LAQ) and the LAQ Information Centre. ÉVÉNEMENTS SUR LE LYMPHŒDÈME / LYMPHEDEMA EVENTS POUR LES DÉTAILS VEUILLEZ CONTACTER L AQL AU OU AU Programmes d éducation pour les professionnels de la santé / Educational programs for professionals 26/05/ /05/2014 et /and 18/08/ /08/ /05/ /05/2014 Un cours avancé de 3 jours / An advanced 3 day course 13/09/2014 et /and 15/09/2014 LA THÉRAPIE LYMPHATIQUE COMPLEXE LA MÉTHODE CASLEY-SMITH / COMPLEX LYMPHATIC THERAPY CASLEY-SMITH METHOD Un cours de certifi cation sur le traitement du lymphœdème, pour physiothérapeutes, infi rmières, et ergothérapeutes A certifi cation course in lymphedema treatment for physiotherapists, nurses and occupational therapists LA THÉRAPIE LYMPHATIQUE COMPLEXE LA MÉTHODE CASLEY-SMITH / COMPLEX LYMPHATIC THERAPY THE CASLEY-SMITH METHOD Sera donné en anglais / will be given in English Par / by DeCourcy Squire, PT, CLT-LANA, CI-CS Aux thérapeutes en lymphœdème / to lymphedema therapists LES DÉCISIONS THÉRAPEUTIQUES BASÉES SUR LES GRAPHIQUES / THERAPEUTIC DECISIONS BASED ON GRAPHS Un atelier pour les thérapeutes certifi és en thérapie du lymphœdème / A workshop for therapists certifi ed in lymphedema therapy Présenté en anglais par / Presented in English by Dorit Tidhar, MSc, PT, CLT, ALT 11/09/ /09/2014 LA THÉRAPIE AQUA LYMPHATIQUE LA MÉTHODE TIDHAR / AQUA LYMPHATIC THERAPY THE TIDHAR METHOD Avec / with Dorit Tidhar (MScPT, ALT, CLT) Programme de formation en anglais pour les thérapeutes en lymphœdème / Training program in English for lymphedema therapists BIEN VIVRE AVEC LE LYMPHŒDÈME Groupes mensuels d éducation et d entraide pour les personnes avec le lymphœdème ou étant à risque LIVING WELL WITH LYMPHEDEMA Monthly Education and support groups for people with lymphedema or at risk Pour plus de renseignements concernant les prochaines sessions vous pouvez nous téléphoner, visiter notre site web ou consulter notre section Événements et Éducation sur Facebook. For dates and times of upcoming sessions please call us, visit our website or check out our Events & Education tab on Facebook. INFORMATION : facebook.com/aql.laq Rejoignez-nous / Join us on: Épreuve 2 page 2

3 NOUVELLES DE L AQL LAQ NEWS C est avec fi erté que nous notons une plus grande sensibilisation au lymphœdème au Québec en plus d un intérêt croissant des professionnels de la santé qui veulent en savoir plus sur la réduction des risques et la prise en charge du lymphœdème. L AQL est une ressource importante pour l éducation et l information dans la province et nous avons de nombreux événements prévus pour cette année. Nous vous invitons tous à participer à notre 10 e conférence annuelle, L œdème chronique et le lymphœdème : Les nouveautés et les défis, présentée en collaboration avec le Programme du lymphœdème du CUSM. Nous tiendrons notre première conférence dans la belle ville de Québec les 19 et 20 septembre Vous trouverez plus de détails dans ce numéro et sur le site Les personnes vivant avec le lymphœdème peuvent en apprendre davantage sur la réduction des risques, l autogestion et l exercice lors des rencontres de groupe mensuelles de l AQL organisées à Montréal pour l éducation et le soutien des patients. Les professionnels de la santé partagent leurs connaissances et des gens qui vivent la même expérience que vous échangent leurs informations et leurs impressions dans une atmosphère amicale. Les réunions trimestrielles pour thérapeutes sont l occasion de se mettre au courant des derniers développements concernant la recherche, les produits et les techniques. Un cours de révision de niveau avancé sur la Thérapie lymphatique complexe est programmé pour ce printemps, basé sur la Méthode Casley Smith. Les professionnels de la santé qui souhaiteraient recevoir une formation en Thérapie lymphatique complexe peuvent assister au cours de certifi cation de la Casley Smith School. On pourra trouver de plus amples renseignements concernant ces activités à l intérieur de ce numéro et sur le site Toutes nos activités nécessitent un fi nancement. L AQL dépend de la générosité de ses membres, donateurs et commanditaires. Nous espérons que vous participerez tous à notre marcheton Rayon d espoir pour le lymphœdème, le 27 avril Marchez, courrez, donnez ou levez des fonds pour nous permettre de poursuivre nos activités éducatives et nos programmes de soutien. C est avec fi erté que nous présentons dans ce numéro l histoire de Louise Mercure, une artiste très talentueuse qui a trouvé sa voie pour se prendre en charge et se guérir à travers un médium particulier : l art. Mme Mercure nous a généreusement permis de partager certaines de ses illustrations avec vous et d utiliser sa représentation du système lymphatique comme motif visuel pour les publications et le site web de notre conférence. Nous espérons que vous apprécierez votre lecture de Pathways et de son encart de l AQL. Votre opinion est très importante pour nous. Veuillez nous faire parvenir vos commentaires et suggestions: nous serons heureux d avoir de vos nouvelles. We are proud of the increased lymphe dema awareness in Québec and the growing interest of health professionals in learning about lymphedema risk reduc tion and management. The LAQ is an important resource for education and information across the province, and we have many events organized this year. We invite you all to attend our 10th annual lymphedema conference Chronic Edema and Lymphedema: Advances and Challenges, presented in collaboration of the MUHC Lymphedema Program. For the fi rst time we are holding the conference in beautiful Québec City, September 19-20, Find more details in this issue and at People living with lymphedema can learn more about risk reduction, self-management and exercise in the monthly LAQ patient education and support group meetings held in Montreal. Health professionals share their knowledge and people with experiences similar to yours exchange information and insights in a friendly atmosphere. Quarterly meetings for therapists offer opportunities to keep up to date on the latest research, products and techniques. An advanced revision course of Complex Lymphatic Therapy is scheduled this spring based on the Casley Smith Method. Health professionals interested in training in Complex Lymphatic Therapy can attend the Casley Smith School s certification course. For more information on all these activities, please check in this issue and at All our activities require funding. The LAQ relies on the generosity of members, donors and sponsors. We hope you will all participate in our annual Ray of Hope for Lymphedema walkathon April 27, Please walk, run, donate or fund-raise to assure that we can continue to offer education and support activities. In this issue we are very proud to present the story of Louise Mercure, a very talented artist who has found her way to self-management and healing through a unique medium: art. Ms. Mercure has generously allowed us to share some of her illustrations with you and to use her depiction of the lymphatic system as the visual motif for our conference publications and website. Enjoy reading your Pathways and its LAQ insert. Your opinion is very important to us. Please do contact us with your comments, suggestion. We ll be happy to hear from you. Louise Mercure, Limphimage Louise Mercure Rejoignez-nous / Join us on: Épreuve 2 page 3

4 UN ENTRETIEN AVEC DR IAN DAYES L étude menée par son équipe de recherche sur l efficacité de la TDC Dr Dayes est radio-oncologue au Juravinski Cancer Centre, Hamilton, Ontario et professeur associé au département d oncologie à McMaster University. Dre Anna Towers a parlé avec Dr Dayes pour Pathways. PATHWAYS : merci à vous et votre équipe d avoir réalisé l essai randomisé contrôlé publié dans le Journal of Clinical Oncology (2014). Suite à cet article, nous avons recueilli des commentaires ainsi que des questions. Premièrement, pourriez-vous s il vous plaît résumer brièvement la méthodologie ainsi que les résultats de votre étude? Dr Dayes : Je vous remercie de l invitation. Dans notre étude, des patientes provenant de six centres traitant le cancer à travers le Canada se sont inscrites et elles ont été réparties au hasard dans deux groupes, soit pour 1) recevoir de la TDC avec un drainage lymphatique quotin pendant quatre semaines et ensuite être mesurées pour une manche et un gant de compression ou 2) être directement mesurées pour une manche et un gant de compression sans recevoir de TDC. Le volume des bras a été mesuré avant, à mi-chemin et à la fi n des quatre semaines. Des mesures ont également été prises au cours de l année. La comparaison principale était entre le pourcentage de perte d excès de fl uide et la qualité de vie. Des questionnaires sur la fonction du bras ont aussi été inclus. Après avoir recueilli des données sur 95 patients, nous avons constaté que les femmes dans le groupe de TDC ont perdu en moyenne 29 % d excès de fl uide comparé à 22,6 % pour les femmes qui ont directement porté les vêtements de compression. Les analyses statistiques ont révélé que l écart entre les deux groupes (6,4 %) peut s expliquer par le hasard, suggérant que le traitement n aurait pas eu d effet signifi catif. PATHWAYS : Cette étude fait suite à une recherche précédente sur la TDC. Pourriezvous s il vous plaît nous dire pourquoi vous avez décidé de faire votre étude et comment cela corrobore avec les études réalisées auparavant par les autres? Dr Dayes : En 2001, suite à une évaluation exhaustive de la littérature médicale dis ponible, le journal de l Association médicale cananne a publié des lignes directrices pour la pratique clinique pour les patientes atteintes de lymphœdème suite aux traitements pour le cancer du sein. Malgré le fait que la TDC est un traitement couramment prescrit, il n y avait pas d études scientifi ques de bonne qualité, alors les auteurs ont conclu que des approches conservatrices, telles que les manchons de compression, devraient être recommandées aux patientes. Ils ont de plus suggéré que davantage de recherches dans ce domaine devraient être fi nancées. À ce moment, j étais inscrit dans ma bourse d études en méthodologie de la recherche en santé, j ai alors cru que c était le moment opportun pour aller de l avant et examiner la question. À cette époque, il n y avait seulement que deux études publiées qui comparaient un traitement à base de massage à une certaine forme de compression. Les deux études étaient petites et il y avait peu de chance de prouver la supériorité d un traitement à un autre dû au faible échantillonnage. Les études avaient une méthodologie pauvre et n avaient pas permis à la TDC d avoir une chance raisonnable de démontrer son plein potentiel. C est l argument que j ai avancé lorsque j ai fait la demande de fi nancement pour la recherche. L étude qui en a résulté, que nous avons appelé DELTA, était différente à plusieurs égards des études antérieures. DELTA était une étude beaucoup plus grande que les précédentes. Ceci augmentait considérablement les chances de pouvoir détecter des changements statistiquement signifi catifs entre les deux traitements. Nous avons suivi nos patientes pendant un an, plutôt que jusqu à la fi n du traitement. Nous trouvions que si la TDC était subventionné, nous avions besoin de démontrer les bénéfi ces à long terme étant donné que le lymphœdème est une mala chronique. Comparativement aux autres études, notre façon d administrer la TDC était beaucoup plus standardisée. Les patientes recevaient des massages et des bandages quotinnement, 5 jours par semaine pour 4 semaines. De plus, l auto-bandage était enseigné. Les thérapeutes devaient être certifi és soit de la technique Vodder ou Földi. DELTA a été réalisé dans 6 cliniques à travers le Canada. Dans la littérature médicale, les résultats provenant de plusieurs centres sont beaucoup plus crédibles que ceux provenant d un seul centre. DELTA a mesuré la fonction du bras ainsi que la qualité de vie, deux résultats qui sont également important, en plus du volume des bras. Le volume des bras des patientes ont été mesuré par des personnes qui ne connaissaient pas le traitement que la patiente recevait. Ceci est important dans les études cliniques et DELTA a été la première étude à le faire. Nous avions estimé recruter 100 patientes en 2 à 3 ans, mais il nous en a pris 6, même si plus tard nous avons inclus des patientes avec une différence de volume de 10 %, après avoir initialement débuté avec une différence minimale de 20 %. Une fois les dernières analyses complétées, il y avait seulement qu une petite différence entre le volume des bras entre les deux groupes. Ceci peut facilement être expliqué par le hasard; c est-à-dire que chacun des traitements étaient aussi bon l un que l autre pour réduire le volume des bras. Ceci est démontré par le graphique illustré. De plus, il n y avait pas de différence entre la qualité de vie ou la fonction du bras. Les résultats ont été décevants car nous avions espoir de démontrer que la TDC procurait un meilleur contrôle du lymphœdème que les vêtements de compression. Une autre étude cananne, provenant d Edmonton, a été publiée pendant que DELTA était toujours en cours et les mêmes conclusions étaient suggérées. Les patientes de cette étude recevaient de la TDC chaque jour pendant 4 semaines. À l époque, c était la plus grande étude similaire à être publiée, par contre le nombre de patientes impliquées était environ la moitié de l étude DELTA. Les résultats étaient pratiquement identiques. Bien que les patientes ayant reçue de la TDC dans l étude DELTA avaient une perte de volume de 6,4 % de plus que l autre groupe, la différence dans l étude d Edmonton était 6,9 %. Cependant, dans les deux cas, cette différence s explique facilement par le hasard. Nous avons obtenus un résultat intéressant. Bien qu il n y ait pas eu de différence dans l ensemble de la réduction du volume des bras, il semble y avoir une tendance suggérant de meilleurs résultats avec la TDC chez les femmes qui expérimentaient Rejoignez-nous / Join us on: Épreuve 2 page 4

5 le lymphœdème depuis plus d un an. Notre étude n était pas conçue pour tester formellement cette hypothèse. Il nous aurait fallu plus ou moins 100 patientes de plus afi n de faire en sorte que ces résultats soient statistiquement signifi catifs. Par contre, ceci permet d offrir un point de débat sur le rôle de la TDC brisant potentiellement la fi brose de longue date. Ceci n est qu une hypothèse et certainement une intrigante. Excess Arm Volume (%) Time Since Random Allocation (weeks) CDT Control No. at risk CDT Control Fig 2. Plot of mean percent excess arm volume (with 95% Cls) at each visit by treatment group. CDT, complex decongestive therapy. PATHWAYS : Suite aux résultats de votre étude, quelques articles sont parus dans la presse populaire déclarant que la TDC n était plus nécessaire dans la gestion du lymphœdème et que le port du vêtement de compression seul est suffisant. Ceci implique que toutes les formes de lymphœdème peuvent être traitées seulement par des vêtements de compression. Étant donné que les lignes directrices du Partenariat international pour le lymphœdème (ILF) (2006) recommandent déjà le port seul du vêtement de compression dans la gestion du lymphœdème précoce et léger (c està-dire 10 % de différence), qu est-ce que votre étude ajoute de plus à ce consensus? Dr Dayes : Nos résultats ne proposent pas de conclusions différentes selon le stade du lymphœdème, suggérant que les vêtements de compression seuls seraient un choix raisonnable, même pour les femmes ayant un lymphœdème modéré à sévère. Cependant, une analyse plus approfon basée sur la durée du lymphœdème suggère que les femmes ayant un lymphœdème depuis au moins un an sont plus susceptibles d obtenir des bénéfi ces supplémentaires en faisant de la TDC que les femmes ayant un lymphœdème depuis moins d un an. PATHWAYS : Dans votre étude, rien n est mentionné quant à la conformité face au port du vêtement de compression. Est-ce que les patientes portaient leur vêtement de compression en continu (il est mentionné 63 heures par semaine, mais ce n est pas défini spécifiquement), seulement pendant le jour ou aussi pendant la nuit, quel type de vêtement (circulaire ou tissu à plat) et est-ce que les vêtements provenaient du même fabricant? Dr Dayes : La conformité entre les deux groupes était pratiquement identique (63 versus 64 heures par semaine), suggérant qu il n y a pas de biais de conformité entre les deux groupes en tenant compte des conclusions. Il était demandé aux patientes de porter le vêtement de compression pendant les heures d éveil, donc 63 heures par semaine représentent une moyenne de 9 heures par jour. Les vêtements étaient propres à chaque centre. Donc, il y avait un mélange entre les types de vêtement et les fabricants, car ceci n était pas précisé dans le protocole. PATHWAYS : Avec la terminologie de la recherche, pourquoi l usage du vêtement de compres sion est considéré comme étant une approche plus conservatrice par rapport à la TDC? Dr Dayes : Généralement, dans les études médicales qui comparent les traitements, celui qui est le moins invasif, le moins cher ou qui requiert le moins de temps à forte intensité est celui qui est considéré comme étant le plus conservateur. PATHWAYS : Un commentateur à écrit : «En réduisant le critère d inclusion de 20 à 10 % pour la différence de volume entre les bras sur une période de six ans peut soulever des doutes quant à la validité de l étude. Pourriez-vous s il vous plaît commenter sur pourquoi vous avez fait cela et si cela peut avoir eu des répercussions sur les résultats?» Dr Dayes : Nous avons constaté que plusieurs patientes n étaient pas particulièrement intéressée de se joindre à l étude. Même si nous avons abaissé les critères d inclusion, il nous a fallu 6 ans pour obtenir suffi samment de patientes. Nous étions très inquiets que la réduction globale du volume pourrait infl uencer les résultats. Nous avons analysé les données en fonction du stage initial du lymphœdème et nous avons constaté que cela n a pas eu d incidence sur nos résultats. Les résultats étaient similaires que les femmes aient un lymphœdème léger-modéré ou sévère. Par conséquence, nous croyions que le fait d avoir inclus des patientes avec un lymphœdème de % n a probablement pas eu d impact sur nos résultats. PATHWAYS : À quoi attribuez-vous la faible réponse à la TDC (bandage), car si l on se base sur des autres études, une réduction de 29 % est beaucoup plus basse que ce qui est espéré. Dr Dayes : Premièrement, un grand nombre d articles sur la TDC sont basés sur des données recueillies rétrospectivement. Lorsque les médecins retournent dans leurs dossiers et rapportent sur leurs patientes, il est possible que les patientes qui n ont pas vraiment eu de bénéfi ces avec les traitements arrêtent de venir et, en conséquence, elles ne viennent plus pour faire un suivi. Ceci signifi e que les rapports de cette nature tendent à surestimer le véritable effet du traitement. Il s agit d un phénomène bien compris lorsque l on étu tout type de traitement. Deuxièmement, même avec des études prospectives, il peut y avoir plusieurs légères infl uences sur le succès de la réponse particulière d une patiente à un traitement qui ne peut être complètement mesuré ou compris. Pour cette raison, il est toujours diffi cile de comparer les résultats entre les études, car il est diffi cile de démontrer que les groupes sous étude étaient exactement les mêmes. Les deux meilleures études réalisées au préalable avec la TDC ont rapporté des réductions d environ 40 % (McNeely, 2004) et 43 % (Anderson, 2000). C est certain que ces résultats sont supérieurs à notre étude, mais ils ne sont pas aussi élevés que les % de réduction tel que suggéré par certaines études rétrospectives. Fait à noter, la clinique de McNeely a recruté des patientes pour notre étude. PATHWAYS : Dr Dayes, nous apprécions le temps et l attention que vous avez pris pour répondre à ces commentaires et questions. Nous vous remercions une fois de plus pour votre dévouement envers la recherche pour le lymphœdème Rejoignez-nous / Join us on: Épreuve 2 page 5

6 LA CELLULITE Par Mieke Fleur, Département de dermatologie, Hôpital universitaire de Leuven, Belgique 1. Terminologie, définition et organismes pathogènes L infection bactérienne du derme et des couches sous-cutanées, connue sous le nom de cellulite, est potentiellement grave. Elle peut se propager au niveau local et nécessiter une hospitalisation. La cellulite (érysipèle) est principalement due à une infection streptococcique. C est l organisme pathogène qui déterminera le choix de l antibiotique pour le traitement. Au Royaume-Uni, la cellulite est responsable d environ 2 à 3 % des hospitalisations et de % des cellulites surviennent dans les cas de lymphœdème chronique. 2. Présentations cliniques, symptômes et diagnostic Les symptômes généraux et locaux peuvent survenir entre quelques heures à quelques jours avant l apparition de changements de la peau : la personne peut avoir un malaise soudain, de la fi èvre, des frissons ou des tremblements, parfois accompagné de maux de tête, nausées et vomissements. La cellulite se présente souvent comme étant aigu avec de la rougeur, chaleur, douleur et enfl ure sur une région de la peau. Bien qu elle puisse survenir dans plusieurs sites, ce sont généralement les membres qui sont le plus affectés, en particulier dans les cas de lymphœdème. L infl ammation peut se propager rapidement en périphérie en dedans de quelques heures ou jours. Parfois, des stries rouges se développent, suggérant une lymphangite, Des adénopathies régionales sont douloureuses à la palpation. Dans des cas sévères, des implications systémiques peuvent être exprimées par de la tachycar et de l hypotension. Circaid Vêtements compressifs standards Service vêtements compressifs sur mesure Traitements des lymphoedèmes primaires et secondaires Drainage lymphatique manuel Vodder (DLM) (TDC) Conseillère en ajustement de prothèses mammaires Soutiens gorge et maillots adaptés Camisole post chirurgical Orthothérapie Massothérapie pour adultes, enfants et bébés Monique Bourassa 430 Boulevard de l Hôpital Local 101 Gatineau, Qc J8V 1T (fax) Le diagnostic est basé sur les signes et symptômes. Les tests de laboratoire ne sont généralement pas utiles. Avons-nous besoin de faire des prélèvements pour une culture? Dans la plupart des cas ayant une peau intacte, les prélèvements faits à la surface de la peau ne sont pas utiles pour identifi er l organisme pathogène. Seulement si une porte d entrée est trouvée, ou s il y a des cloques ou des ulcérations, des prélèvements pour faire une culture peuvent être indiqués. Cependant, la fl ore locale ou une colonisation bactérienne secondaire peut rendre diffi cile l interprétation des résultats. Avons-nous besoin de faire des analyses de sang? Le taux de sédimentation des érythrocytes, les protéines C-réactive et un nombre de globules blancs élevés indiquent qu il y a une réaction inflammatoire. Cependant, les leukocytoses sont retrouvés uniquement dans la moitié des cas. Les hémocultures sont rarement positives et ne sont pas systématiquement faites. Chez les patients immunocompétents, une bactériémie franche (avec des hémocultures positives) est présente dans environ 5 % des cas. Le diagnostic différentiel peut être diffi cile dans les stades précoces. La cellulite doit être différenciée des autres conditions aiguës pouvant présenter des réactions infl ammatoires locales, par exemple d autres infections (fasciite nécrosante), dermatite de contact aiguë, thrombose aiguë d une veine profonde ou une thrombophlébite superfi cielle, ou une lipodermatosclérose aiguë. 3. Les facteurs de risque ou les facteurs prédisposant La majorité des cas de cellulites sont traitées en soins de première ligne; cependant, la plupart des études sont réalisées avec des patients hospitalisés. Les deux sexes sont également affectés. De plus, il semble y avoir une augmentation signifi cative de cas durant les mois d été. Les données des soins de première ligne nous indiquent aussi qu il y a un lien entre les cellulites et l âge : elles semblent survenir plus fréquemment chez les personnes plus âgées. Bien que la cellulite ne soit généralement pas mortelle, l infection peut être plus sévère chez les patients âgés ayant des comorbidités. La peau normale résiste à la pénétration des micro-organismes qui colonisent régulièrement sa surface. De nombreux facteurs de risque locaux et systémiques doivent être pris en considération, tels que : œdème de la jambe (lymphœdème), une historique de cellulites, une plaie préexistante ou une mala de la peau ainsi que des sites d entrée tels que des endroits de macération entre les orteils ou des replis cutanés profonds causés par l obésité. Certains facteurs de risque systémiques sont un diabète non contrôlé ou être immunosuprimé. Le lymphœdème chronique est présent dans 18 % des cas de cellulite. Il est généralement considéré comme étant le facteur de risque le plus important dans l occurrence des cellulites ainsi que pour les risques d épisodes infectieux récurrent, qui sont supérieurs à 50 % dans l année suivant la première attaque. L obstruction du drainage lymphatique peut prédisposer une personne à avoir une cellulite. Non seulement il y a une perturbation chronique du fl ot et de la fonction lymphatique, entraînant une altération de la défense immunitaire innée et adaptative contre l infection, mais aussi des changements secondaires de la peau qui peuvent compromettre l intégrité de la barrière de la peau et de l homéostasie, permettant Rejoignez-nous / Join us on: Épreuve 2 page 6

7 ainsi la prolifération locale des champignons, des levures et des microbes. Certains de ces changements de la peau sont une hyperkératose, des papillomatoses, des plis profonds avec macération et une friction locale ainsi que une perte de souplesses de la peau et des tissus sous-jacents. La porte d entrée peut être très subtile, telle qu une espace entre les orteils qui macère ou de l eczéma. Fait intéressant, plusieurs études indiquent qu il y a une possibilité sous-estimée d une insuffi sance lymphatique préexistante, telle que constaté dans le membre non-affecté des gens avec une cellulite (Damstra et al., 2008). Chez ces gens, une lymphoscitigraphie a été réalisée dans les deux jambes suite à la résolution des signes d infection aigus présents dans une jambe; 26 patients sur 33 avaient une altération au niveau de leur fonction lymphatique dans leur membre non-affecté. La détection précoce d une faiblesse lymphatique peut convaincre les patients et leurs aidants naturels à se concentrer sur une gestion prophylactique à long terme du lymphœdème. Des épisodes infl ammatoires aigus, aussi connu sous le nom de dermatolymphangioadenitis épisodique, peuvent représenter une infection/cellulite de faible niveau ou un mécanisme de réponse de l hôte avec une libération locale massive de cytokines infl ammatoires. Ces épisodes sont généralement récurrents. Il est donc sage d interrompre temporairement les traitements de thérapie décongestive et de reprendre après deux semaines de traitement antibiotique, mais ce n est pas nécessairement une contre-indication à la poursuite de traitement de thérapie. Une étude réalisée dans un contexte de soins ambulatoires (S Bartholomeesen et al., 2007) a confi rmé les facteurs de risque et les comorbidités associés. Fait intéressant, cette étude a également démontré qu en dix ans de collecte de données dans 52 centres de pratique médicale générale, il y avait une nette augmentation de l incidence des cellulites de 1,88 pour 1000 en 1994 à 2,49 pour 1000 en Deux études françaises ont également décrit une augmentation progressive du nombre annuel d hospitalisation pour des cellulites sur une période de plusieurs années. Nous ne sommes pas certains si cela est dû à une augmentation de la virulence de la bactérie, car il est diffi cile de faire dans de nombreux cas la preuve bactériologique de la cellulite. 4. Les cellulites récurrentes Les épisodes récurrents de cellulite peuvent enclencher un cercle vicieux d infection et aggraver l œdème, probablement facilités par des mécanismes multifactoriels. 5. La gestion d une cellulite Une cellulite peut progresser rapidement en ampleur et en sévérité. Par conséquent, le traitement se doit d être rapide et effi cace. Le traitement vise à la résolution des symptômes, (une admission rapide à l hôpital peut être nécessaire), ainsi que d éviter, si possible, des séquelles. Les mesures générales pour réduire la morbidité sont : repos au lit, élever le membre affecté, soins de la peau et des plaies et les analgésiques. Améliore votre qualité de vie depuis 1952 Improving your quality of life since 1952 Chez Slawner, nous comprenons que votre vêtement compressif joue un rôle clé dans la gestion de votre lymphoedème. Nous nous efforçons de travailler avec vous dans le choix d un vêtement compressif qui vous fournira un soutien de haute qualité, ainsi qu un ajustement confortable. MEDICALLY CORRECT FASHION FOR LYMPHEDEMA At Slawner s we understand that your compression garment plays a key role in your lymphedema management. We strive to work with you, the patient, in choosing the garments that will provide the highest quality support, as well as the most comfortable fit Montréal - Châteauguay - Lachine - Magog - St-Léonard - Ste-Catherine - Sept-Îles Rejoignez-nous / Join us on: Épreuve 2 page 7

8 Des antibiotiques sont nécessaires afi n de traiter une cellulite. Par contre, le choix, la façon de les administrer et la durée de prescription peuvent varier. Comme la majorité des spécialistes en lymphœdème considèrent qu un streptocoque est impliqué, des traitements empiriques standards doivent démarrer le plus tôt possible, à moins qu il n y ait une bonne raison d agir autrement (par exemple, en cas de suspicion d une infection mixte débutant dans une porte d entrée). Les lignes directrices pour les traitements avec antibiotiques varient selon les pays, la population ou le niveau des soins de santé, selon l organisation émettrice et si le traitement est pour soigner ou pour prévenir. La majorité des cas sont traités à domicile par des médecins généralistes. Quelques exemples de lignes directrices sont celle du CREST (voir la liste de référence), de la British Lymphology Society (BLS), ou de la Société internationale de lymphologie ainsi que de nombreuses organisations et associations à travers le monde qui ont émis des documents sur les meilleures pratiques et recommandations. (Voir la note de l éditeur) La pénicilline est couramment utilisée comme traitement oral ou systémique contre les streptocoques. Dans de nombreux cas, le traitement par voie oral en consultation externe est justifi é dans les cas léger où la participation systémique est limitée. Le traitement pas antibiotiques est effi cace et n entraîne généralement pas de diffi culté. Par conséquent, la plupart des cas sont traités et suivis à la maison. Cependant, l hospitalisation est conseillée pour les traitements systémiques lorsque le diagnostic n est pas clair, lorsqu il y a des malas graves en simultané ou lorsque les signes systémiques suggèrent une septicémie. La gestion faite par l hôpital dans des cas sévères ou récalcitrants dépend des lignes directrices locales, pas nécessairement adaptées aux gens souffrant de lymphœdème. Une réponse au traitement devrait être apparente dans les heures. Les signes cliniques d une diminution peuvent être une diminution constante de la température corporelle, une résolution de l infl ammation, et une normalisation des signes infl ammatoires, tels que la protéine C-réactive. Lorsque la situation s améliore, le mode de traitement peut être changé pour des antibio tiques oraux. Parfois, cela se traduit par une prise prolongée du même antibiotique, mais à un plus faible dosage. Certaines personnes changeront pour un antibiotique complètement diffé rent soit parce qu il n y a pas d équivalent oral du médicament intraveineux ou que la réponse clinique est considérée comme incomplète. Il y a encore un manque d évidences concernant le choix optimal et la durée d un traitement antibiotique. Généralement, les auteurs recommandent de traiter pour 7-14 jours, mais l expérience clinique démontre que certaines personnes ont besoin d une thérapie plus longue, pour des raisons diverses incluant les complications, les comorbidités ou la présence de facteurs de risque. Un analgésique approprié pour contrôler toute douleur due à la cellulite serait de l acétaminophène. Il est gé né ralement admis que les anti-infl ammatoires non-stéroïns et autres agents anti-infl ammatoires devraient être évités ou à utiliser avec précaution et sous la supervision d un expert, car ils peuvent masquer l infl ammation et avec une infection plus sévère, ils peuvent rendre le diagnostic différentiel plus diffi cile. Médicus, Savard Ortho-Confort et Oxybec Santé-Confort sont dorénavant réunis pour vous offrir le plus vaste réseau d experts en compression et lymphoedème www. medicus.ca Rejoignez-nous / Join us on: Épreuve 2 page 8

9 Est-ce que des antibiotiques utilisés en prophylactique peuvent prévenir d autres épisodes de cellulite? Le but de la prévention est de réduire la fréquence des crises. Malheureusement, il n y a pas d accord général sur comment identifi er et sélectionner les patients avec un risque plus élevé de récidive. Toutefois, les stratégies prophylactiques sont préconisées et prescrites par la plupart des spécialistes afi n de réduire le nombre et la sévérité des infections récurrentes chez les patients souffrant de deux épisodes ou plus par année. Les patients souffrant d épisodes récurrents reconnais sent les premiers signes très rapidement. Il leur est souvent suggéré d avoir avec eux un approvisionnement d antibiotiques oraux pour deux semaines lorsqu ils voyagent. Conseils pour le traitement d une cellulite Traiter avec des antibiotiques dès que possible, selon les lignes directrices locales. Administrer un dosage effi cace : assez élevé et assez long. Le traitement peut être débuté à la maison, mais dans les cas sévères ou récalcitrants l hospita lisation est fortement recommandée. Le traitement prophylactique est réservé à ceux qui souffrent d attaques récurrentes; il doit être administré pour au moins 6 mois, sans garantie que ça va complètement prévenir des épisodes. Chaque épisode récurrent de cellulite peut affecter d avantage le drainage lymphatique locorégional, du moins temporairement. Les lignes directrices actuelles sont basées sur des évidences limitées, mais ayant des bénéfi ces positifs, ainsi que sur un consensus professionnel. Autres mesures. La cellulite peut révéler un problème sous-jacent de la fonction lymphatique (et peut-être jusque-là inconnu). Par conséquent, le traitement ne devrait pas uniquement mettre l emphase sur l infection, mais aussi sur une gestion à long-terme du lymphœdème afi n de prévenir une récidive d une cellulite et une aggravation supplémentaire de la fonc tion lymphatique. La physiothérapie (pour réduire les symptômes tels que l œdème) devra être reportée pour un moment, jusqu à ce que la phase aiguë soit terminée et que le patient tolère le drainage. L élévation du membre, ce qui réduit la pression veineuse et favorise ainsi la fi ltration du liquide dans les tissues, va réduire l enfl ure d une manière relativement effi cace et soulager les symptômes d inconfort et de douleur. La décongestion du membre par l élévation comblera la période de temps ou le traitement par compression n est pas pratique. Il se peut que la compression ait à être interrompue et, aux premiers abords, elle se doit en principe d être douce et protectrice. Dès que la douleur et l infl ammation sont suffi samment réduites, la personne peut reprendre ses activités et un traitement de compression adéquat, adapté aux besoins et à la tolérance. Le traitement ne doit pas oublier la porte d entrée comme l intertrigo, les infections fongiques et mixtes de la peau ou des ongles, les blessures, les malas de la peau telles que l eczéma, et les lésions traumatiques comme les érafl ures ou des piqûres d insectes. Le maintien de l intégrité de la peau et une gestion attentionnée pour les problèmes de la peau sont importants. Des principes généraux de soins de peau incluent : se laver tous les jours, bien se sécher sans provoquer de traumatisme, soins des pieds et une hygiène stricte de la peau et des chaussures portées. Les chaussures et les semelles sont une source fréquente d infection récurrente de la peau et d infec tion fongique des ongles. Les causes d entrée mécaniques et de friction doivent être reconnues et remédiées : les chaussures, les bandages, les frottements et les érafl ements. Surveillez la peau pour des coupures, des écorchures ou des piqûres d insectes. Si vous avez des plis de peau profonds ou qui macère, assurez-vous qu ils demeurent propres et secs. Appliquez un émollient et des crèmes hydratantes qui aideront à garder la barrière de la peau intacte. Il est sage de ne pas partager sa serviette avec une autre personne afi n d éviter une contamination croisée. L hygiène et la prévention des infections sont également importantes pour les personnes soignant les patients atteints d une cellulite. 66 % des cas de cellulite surviennent dans les membres inférieurs. Il semble y avoir une augmentation signifi cative des cas pendant les mois d été. Il appert que les risques d épisodes infectieux récurrents surviennent dans plus de 50 % des cas dans l année suivant la première attaque. Des épisodes récurrents de cellulite peuvent déclen cher un cercle vicieux d infection et aggraver l œdème. Note de l éditeur : La gestion des cellulites dans les cas de lymphœdème peut différer de celle reliée à d autres conditions. En ce moment, il n y a pas de lignes directrices canannes spécifi ques au lymphœdème. Les recommandations canannes les plus récentes focus sur les infections staphylococcus aureus résistant à la méticilline. Pour les lignes directrices spécifi ques au lymphœdème, publiées en 2013 par la British Society of Lymphology, consultez le lien suivant (en anglais) : Cellulitis%20Consensus% pdf De Catherine McCuaig crèmes pour la peau : Selon vos préférences personnels et votre budget : Vaseline, Aquaphor Glycerin 10 %, Aquaphor 40 %, H20 50 % Base Glaxal, CeraVe, Vaseline crémeux Lipikar Baume AP, Trixera, A-Derma Exomega, Restoraderm (cetaphil), spectrœczema care, Cutibase, Cetraben, CeraVe N importe quelle huile, de préférence non parfumée Dre M. Fleur est une dermatolo gue qui a été affi liée à l Hôpital universitaire de Leuven, Belgique, jusqu au mo ment de sa récente retraite. Elle a été impliquée dans soins pour patients, hos pi talisés et en clinique externe, souf frant de lésions de la peau dues à des désordres vas culaires : artériel, veineux, insuffi sance lymphatique ainsi que des malformations congénitales vasculaires. Pendant près de 20 ans elle a été impliquée dans la gestion multidisciplinaire du syndrome du pied chez les diabétiques Rejoignez-nous / Join us on: Épreuve 2 page 9

10 PCL DÉCLARATION DU CONSENSUS Déclaration du consensus du Partenariat canan du lymphœdème Le sous-comité d éducation du Partenariat canan du lymphœdème (PCL) recommande que les lignes directrices suivantes soient adoptées au Canada en ce qui à trait à la formation des thérapeutes en gestion du lymphœdème utilisant la thérapie décongestive combinée ou complète (TDC), aussi connue sous le nom de thérapie décongestive lymphatique (TDL). Nous reconnaissons qu il s agit d un processus évolutif et que des changements seront à prévoir dans l avenir. 1. Les praticiens doivent avoir l autorisation d exercer ou la compétence de pratiquer dans un domaine connexe à la médecine incluant et non uniquement restreint aux infi rmières, physiothérapeutes, massothé rapeutes, ergothérapeutes et médecins. 2. Nous recommandons l adoption des lignes directrices du National Lymphedema Network (NLN) et de la Lymphology Association of North America (LANA) concernant les exigences minimales pour les thérapeutes désirant suivre un programme de TDC/ TDL. Un minimum de 135 heures de formation en TDC/TDL doit être complété dans un programme qui rencontre ces exigences. Spécialiste en compression et vêtements vasculaires Custom vascular support and stockings specialist Apotheca a ce qu il faut pour votre santé et votre bien-être. Apotheca takes care of your health and well-being ajusteurs certifiés - certfied fitters service à domicile - we visit you at home aides techniques à l enfilage - donning aids tricot 3D sans couture disponible sur certains vêtements 3D seamles knitting available for some garments 3. Nous reconnaissons que les praticiens faisant de la TDC doivent satisfaire les exigences et démontrer avoir fait une formation telle qu indiquée par la LANA et de prendre part à un programme qui enseigne selon les normes de la LANA. Ces normes sont supportées par le NLN. Si le thérapeute est accepté dans une école ou un programme adhérant à ces normes et réussi avec succès, alors le PCL reconnait également que ce praticien est qualifi é pour pratiquer la TDC. 4. Afi n d être recommandé par le PCL, les massothérapeutes et autres thérapeutes n ayant pas fait un baccalauréat universitaire dans un programme en science de la santé, peuvent se voir exiger de fournir une preuve que 12 crédits en anatomie humaine, en physiologie et en pathologie d un collège ou université accrédité(e) ont été réussis. Parallèlement aux exi gen ces de la LANA, cette restriction est levée dans les provinces où la massothérapie est règlementée et respecte les standards communément acceptés de 2200 heures de formation. 5. Afi n d être recommandé par le PCL, nous prévoyons que d ici 2017, tous les massothérapeutes et autres thérapeutes non-diplômés universitaires qui obtiennent leur diplôme d un programme reconnu en TDC seront conformes aux exigences énoncées au point Nous reconnaissons qu actuellement les massothérapeutes ne sont pas régis par un organisme national au Canada et que plusieurs massothérapeutes pratiquent avec compétence comme lymphothérapeutes après avoir complété la formation requise. Par conséquent, tous les thérapeutes ayant complété un minimum de 135 heures de formation en TDC dans un programme particulier avant 2017 et qui rencontrent les exigences énoncées au point 1 bénéfi cieront d une «clause grand-père» et seront accepter pour recommandation par le PCL. À travers le mandat de la mission du PCL : «Le PLC travaillera à l amélioration de la gestion du lymphœdème et des troubles connexes au Canada», le sous-comité reconnait les faits suivant : a) Le PLC n est pas un organisme d accréditation ou de qualifi cation. b) Afi n d améliorer les soins offerts aux patients atteint de lymphœ dème, le PLC recommandera les thérapeutes rencontrant les exigences mentionnées ci-dessus. c) Le sous-comité d éducation du PLC jouera un rôle proactif et contactera tous les massothérapeutes et thérapeutes qui ne rencontrent pas les exigences de 2200 heures de formation en massothérapie afi n d initier des discussions sur la meil leure façon que ces thérapeutes en TDC peuvent rencontrer les exigences du PCL. d) Le sous-comité reconnait la nécessité de créer des mécani smes pour : 1) Reconnaitre la formation des thérapeutes 2) Référer les thérapeutes (c est-à-dire un site internet) 3) Orienter les organisations provinciales en ce qui a trait à la formation des thérapeutes et le référencement Note de l éditeur : Le conseil du PCL est heureux d annoncer que le document sur les standards de formation soumis par le sous-comité de travail en éducation a été unanimement accepté par le conseil le 27 octobre 2013 à titre de position offi cielle du PCL. Le conseil du PCL félicite ce groupe pour le travail réalisé afi n d améliorer les standards de soin en lymphœdème au Canada ce qui est la mission principale du PCL. Remerciements à Michel Eid, Robert Harris, Wendy Leroux, John Mulligan, Casi Shay et Dre Anna Towers Rejoignez-nous / Join us on: Épreuve 2 page 10

11 Pour améliorer le traitement du lymphœdème et ses affections associées au Canada To improve the management of lymphedema and related disorders in Canada ABONNEMENT GRATUIT / FREE SUBSCRIPTION Devenez membre de l Association québécoise du lymphœdème et recevez votre abonnement gratuitement. Become a member of the Lymphedema Association of Quebec and receive a free Pathways subscription. ou/or Aimeriez-vous faire la différence? Would you like to make a difference? Joignez-vous à notre équipe. On a besoin de vos talents et de votre expertise. Join our team. We can use your special skills and expertise BÉNÉVOLES DEMANDÉS / VOLUNTEERS NEEDED Rejoignez-nous / Join us on: Épreuve 2 page 11

12 Louise Mercure LOUISE MERCURE Un mot de l artiste Suite à une intervention chirurgicale à l abdomen, qui fut probablement l élément déclencheur, un lymphœdème, diagnostiqué par la suite comme étant congénital, s est matérialisé subitement sur toute ma jambe gauche, à l âge de 21 ans. J ai porté ce boulet toujours plus lourd année après année, puisque le seul traitement qui existait à cette époque n était connu qu en Allemagne. En février 2009, vingt-neuf années après le début de cette mala chronique, j ai trouvé le courage ou le besoin d entreprendre timidement une recherche sur le sujet. Ce travail de création, qui s étale sur une période de quatre ans ( ), touche une partie très intime de ma vie parce qu il est un point charnière dans mon développement en tant qu artiste et en tant qu être humain, une tentative, en quelque sorte, pour «exorciser», à travers une attitude ludique et exploratoire, un état qui a imprégné mon existence. Le projet, présenté à la Maison de la culture du Plateau-Mont-Royal en 2012, exprime, au-delà des mots, une tranche de vie. Les sujets représentés, la lymphe et son système, l éléphant et la baleine, peuvent être perçus comme un inventaire insolite de planches anatomiques. Qu elles flottent dans un environnement liquide ou aérien, ou qu elles se tiennent, immobiles, debout ou suspendues dans le vide, ces images s écartent des codes de représentation conventionnelle par la nature du regard ludique et particulier Bien vivre avec le lymphœdème : Traitements, exercice, auto-gestion BOTTIN DE RESSOURCES RESOURCE GUIDE 2014 Qui nous sommes : L Association québécoise du lymphœdème (AQL), organisation à but non lucratif, a été fondée en 1999, avec pour objectifs de mieux faire connaître le lymphœdème, ses causes, la réduction des risques et ses traitements. L Association se compose de personnes directement touchées par le lymphœdème, leurs familles, leurs amis ainsi que de professionnels de la santé. Association québécoise du lymphœdème Lymphedema Association of Quebec Louise Mercure, Limphimage Téléphone / Phone: Site web / Website: Courriel / Une publication du / A publication of: 12 0% 50 % SVP, veillez à bien vérifier cette épreuve. Notre responsabilité se limite au remplacement des fichiers finaux. 100% qu elles proposent. Métaphores de l identité, les œuvres, aux consonances poétiques, questionnent la représentation du Moi. Elles symbolisent l être enfermé dans son image corporelle et contenu dans un corps et une enveloppe qui, bien que malléable et altérable, demeure malgré tout une prison de tissus organiques et de peau. Les capillaires et les vaisseaux lymphatiques de notre corps sont des labyrinthes qui alimentent notre vie. Tels des rhizomes, ils ont une grande capacité de prolifération, comme des racines qui sans cesse se développent en un réseau à la fois structuré et chaotique. Lorsque ce système est déficient il engendre un œdème lymphatique nommé parfois éléphantiasis. Sa portée symbolique, arbores- Rejoignez-nous / Join us on: Épreuve 2 page 12

13 Louise Mercure cence, détours, jonctions, croissance, prolifération et circulation fl uide ou chaotique, évoque de multiples aspects de notre réalité sociale et humaine. L éléphant est le premier symbole apparu dans cette production, issu probablement, du terme éléphantiasis. L éléphant est un symbole universel de sagesse, de stabilité et d immutabilité. Il est considéré comme un animal cosmique en ce qu il possède par lui-même la structure du cosmos : quatre pattes supportant une sphère. Tout comme l éléphant, la baleine est aussi un cosmophore, un symbole de support du monde. Mais contrairement à l éléphant, elle est reliée au mythe de Jonas et symbolise une nouvelle naissance et une plongée au plus profond de soi, une période bénéfi que de retrait et de réfl exion. Mais la remontée est inéluctable puisqu elle doit retrouver la surface pour respirer, sous peine de suffoquer. LOUISE MERCURE A word from the artist After having abdominal surgery when I was 21, lymphedema, subsequently diagnosed as congenital, suddenly developed throughout my left leg. I endured this increasingly heavy burden year after year as the only treatment known at the time was available solely in Germany. In February 2009, twenty-nine years after the fi rst appearance of this chronic disease, I found the courage or the need to begin a timid research into the subject. This creative work extended over four years ( ). Because it concerned a very intimate part of my life, it was pivotal in my development as an artist and as a human being. This work has been an attempt, in a way, to exorcise, through a playful and exploratory process a condition that has profoundly affected my existence. The project, presented at Maison de la culture du Plateau-Mont-Royal in 2012, goes beyond words to express a slice of life. The subjects represented, the lymph node and the lymphatic system, the elephant and the whale, can be perceived as an unusual inventory of anatomical plates. Whether they float in a liquid or aerial environment, or appear motionless, upright or suspended in a vacuum, these images depart from codes of conventional representation in their proposition of a playful and idiosyncratic regard. With poetic resonance these works question the representation of the Self. These metaphors of identity symbolize the human being trapped in his body image, contained in a body and its envelope that while malleable and modifiable, nonetheless remain a prison of organic tissues and skin. The lymphatic capillaries and vessels of our body are labyrinths that fuel our life. Like rhizomes they have a great capacity for proliferation. Like roots they continuously create a network that is both structured and chaotic. When this system is defi cient, it generates lymphatic edema, sometimes known as elephantiasis. Its symbolic scope branching, detouring, creating junctions, growing, proliferating and circulating fl uidly or chaotically evokes multiple aspects of our social and human reality. The elephant is the fi rst symbol that appeared in this production, probably derived from the term elephantiasis. The elephant is a universal symbol of wisdom, stability and immutability. It is considered to be a cosmic animal in that it embos the structure of the cosmos: four legs supporting a sphere. Louise Mercure, Groupe système lymphatique Like the elephant, the whale is also related to the cosmos as an archetypal creature supporting the world on its back. Unlike the elephant, it is linked to the myth of Jonah and symbolizes a new birth and a dive into the depths of the self, a benefi cial period of withdrawal and refl ection. But the ascent is inevitable, as the whale must return to the surface to breathe, or it will suffocate Rejoignez-nous / Join us on: Épreuve 2 page 13

14 Chronic Edema and Lymphedema: Advances and Challenges 10 th Annual Conference of the Lymphedema Association of Québec Lymphedema and chronic edema are not well understood by many health professionals. But for those living with these conditions, the impact is great. Sebastian Kaulitzki istock/thinkstock Expand your knowledge Come learn about lymphedema and its treatment here in Québec. Share your questions and experiences. Together we can improve standards of care for these chronic conditions. Join international and local experts as they present the latest evidence on lymphatic pathologies and their diagnosis and management. Eager to get information you can apply to your patients tomorrow? Register now. Who Should Attend? Health Professionals Primary care physicians, specialist physicians, nurses, physiotherapists, lymphedema therapists, occupational therapists, compression garment fitters. Learn about: The underlying causes of chronic edema and lymphedema; How these problems and their complications can be minimized or prevented; The international guidelines for the diagnosis and treatment of these conditions; The roles of the various health professionals in the prevention and treatment of these conditions; Improving skills in assessment and measurement; How to prescribe compression garments; The new government reimbursement program in Québec for lymphedema compression bandages and garments. Lymphedema Patients and Families A special stream designed for you will provide a great opportunity to interact with experts in the field. Learn about: Understanding lymphedema and its causes; How to reduce the risk of lymphedema; Where to find resources about lymphedema and its treatment; The importance of self-management; Tools and techniques for self-management; Research and innovations in lymphedema treatment; The role of the Lymphedema Association of Québec; Government reimbursement program Rejoignez-nous / Join us on: Épreuve 2 page 14

15 L œdème chronique et le lymphœdème : Les nouveautés et les défis 10 e Congrès annuel de l Association québécoise du lymphœdème Nombre de professionnels de la santé n ont pas toujours une idée bien claire de ce que sont le lymphœdème et l œdème chronique. Mais pour ceux et celles qui en sont atteints, les conséquences sont immenses. Venez élargir vos connaissances sur le lymphœdème et les traitements en cours au Québec. C est l occasion de nous faire part de vos questions et de vos expériences! Ensemble, nous pouvons améliorer les normes de soins pour ces affections chroniques. Joignez-vous à des spécialistes d ici et d ailleurs venus présenter Sebastian Kaulitzki istock/thinkstock les plus récentes percées sur les pathologies du système lymphatique et sur les approches diagnostiques et thérapeutiques. Curieux d en savoir davantage et d en faire profiter vos patients très bientôt? Inscrivez-vous maintenant. À qui s adresse ce Congrès? Aux professionnels de la santé Médecins de premier recours, omnipraticiens, médecins spécialistes, personnel infirmier, physiothérapeutes, thérapeutes du lymphœdème, ergothérapeutes, ajusteurs de vêtements compressifs Sujets traités : Causes sous-jacentes de l œdème chronique et du lymphœdème. Comment atténuer ces affections et leurs complications ou les prévenir. Lignes directrices internationales sur le diagnostic et le traitement de ces affections. Rôle des divers professionnels de la santé dans la prévention et le traitement de ces affections. Améliorer les aptitudes à l'évaluation et à la mesure. Comment prescrire des vêtements de compression. Nouveau programme de remboursement du gouvernement québécois des bandages et des vêtements de compression pour le lymphœdème. Aux patients atteints de lymphœdème et à leurs proches Un volet spécialement conçu pour vous vous permettra d interagir avec des spécialistes et d en savoir davantage sur le lymphœdème et ses causes, incluant : Comment diminuer les risques; Où trouver des ressources sur le lymphœdème et son traitement; L importance de se prendre en charge; Les outils et techniques d auto-prise en charge; La recherche et les innovations dans le traitement; Le rôle de l Association québécoise du lymphœdème; Le nouveau programme de remboursement du gouvernement Rejoignez-nous / Join us on: Épreuve 2 page 15

16 Invited Speakers: Dr. Stéphane Vignes, Department Head, Unité de lymphologie, C.R. des malas vasculaires rares, Hôpital Cognacq-Jay, Paris, France Dr. Sarkis Meterissian, Professor of Surgery and Oncology, McGill University; Director of the Cedars Breast Center, McGill University Health Centre, Montréal, QC Dr. Anna Towers, Director, Lymphedema Program, McGill University Health Centre, Montréal, QC Dr. David Keast, President of the World Alliance for Wound and Lymphedema Care; Director, Aging, Rehabilitation and Geriatric Care Research Centre, Lawson Health Research Institute, London, ON Dr. Catherine McCuaig, Department of Dermatology, CHU Sainte-Justine, Research Centre, Montréal, QC Dr. Vincent Bergeron, Specialist in Vascular Medicine, Québec, QC Charles Boily, Direction québécoise de cancérologie, Ministry of Health and Social Services, Québec, QC Sylvie Dubois, Professor, Faculty of Nursing, Université de Montréal; Director of Nursing, CHUM, Montréal, QC Nathalie Folch, Researcher, Lymphedema Educator, CHUM, Montréal, QC Decourcy Squire, Physiotherapist, Lymphedema Instructor Casley-Smith Method, Minneapolis, MN, USA Dorit Tidhar, National Director of Lymphatic Therapy Services, Maccabi Healthcare Services, Israel Chantal Nadeau, Physiotherapist, Lymphedema Specialist, Oncology Department, Hôpital Notre-Dame, CHUM, Montréal, QC Stimulating Oral Presentations and Posters on the Latest Research Findings Practical Workshops/Interactive Sessions Call for Abstracts Submissions are welcome from all disciplines within the health care professions on the topics of chronic edema and lymphedema. Abstracts may be submitted for Workshops, Proffered Papers, or Posters. Full details and the online submission form are available at Research reports Case presentations Lymphedema programme development Risk reduction Innovative therapies Wound Care and chronic edema Compression bandaging techniques and materials Compression garments Abstract Submission Deadline: April 15, 2014 An Exhibit of Products, Publications and Services of interest to those living with chronic edema and lymphedema and their caregivers Manual lymph drainage Exercise therapies Self management Patient education programmes Education programmes for health professionnels Obesity and lymphedema Other Continuing Education Credits We have requested continuing education credits for physicians, nurses and physiotherapists. For details, visit Congress Secretariat 75 chemin Mountain, Mansonville, Québec, Canada J0E 1X0 Tel.: , ext. 228 Fax: Rejoignez-nous / Join us on: Épreuve 2 page 16

17 Conférenciers invités : D r Stéphane Vignes, chef du département, Unité de lymphologie, C.R. des malas vasculaires rares, Hôpital Cognacq-Jay, Paris, France D r Sarkis Meterissian, professeur de chirurgie et d oncologie, Université McGill; directeur, Clinique du sein de l Institut des Cèdres, Centre universitaire de santé McGill, Montréal, QC D re Anna Towers, directrice, Programme du lymphœdème, Centre universitaire de santé McGill, Montréal, QC D r David Keast, président, World Alliance for Wound and Lymphedema Care; directeur, Aging Rehabilitation and Geriatric Care Research Centre, Lawson Health Research Institute, London, ON D re Catherine McCuaig, Département de dermatologie, CHU Sainte-Justine, Centre de recherche, Montréal, QC D r Vincent Bergeron, spécialiste en médecine vasculaire, Québec, QC Charles Boily, Direction québécoise de cancérologie, Ministère de la Santé et des Services sociaux, Québec, QC Sylvie Dubois, professeure, Faculté des soins infirmiers, Université de Montréal; directrice des soins infirmiers, CHUM, Montréal, QC Nathalie Folch, chercheure, éducatrice en lymphœdème, CHUM, Montréal, QC Decourcy Squire, physiothérapeute, éducatrice de la méthode Casley-Smith en thérapie lymphatique, Minneapolis, MN, É-U Dorit Tidhar, National Director of Lymphatic Therapy Services, Maccabi Healthcare Services, Israël Chantal Nadeau, Physiothérapeute, spécialiste du lymphœdème, Département d'oncologie, Hôpital Notre-Dame, CHUM, Montréal, QC Présentations orales et affiches stimulantes sur les plus récents résultats de recherches Ateliers pratiques / Séances intéractives Appel de résumés Les soumissions de toutes les disciplines des soins de la santé sur les thèmes de l œdème chronique et du lymphœdème sont les bienvenues. On peut envoyer des résumés pour des ateliers, des présentations courtes, ou des affiches. Tous les détails et le formulaire de soumission sont disponibles sur le site Web : Rapports de recherche Présentation d études de cas Développement de programmes sur le lymphœdème Réduction des risques Nouvelles thérapies Œdème chronique et soins des plaies Techniques de pose de bandages compressifs et matériel Date limite pour la soumission des résumés : le 15 avril 2014 Une exposition de produits, de publications et de services pour les personnes vivant avec l œdème chronique et le lymphœdème et leurs soignants. Vêtements de compression Drainage lymphatique manuel Exercices thérapeutiques Auto-prise en charge Programmes informatifs pour les patients Programmes de formation pour les professionnels de la santé Obésité et lymphœdème Autre Crédits de formation continue Nous avons demandé la reconnaissance de crédits de formation continue pour les médecins, les infirmiers/ières et physiothérapeutes. Pour plus de détails, consultez le site Web Secrétariat du Congrès 75, chemin Mountain, Mansonville, Québec, Canada J0E 1X0 Tél. : , poste 228 Téléc : Courriel : Rejoignez-nous / Join us on: Épreuve 2 page 17

18 LES DÉCISIONS THÉRAPEUTIQUE BASÉES SUR LES GRAPHIQUES THERAPEUTIC DECISIONS BASED ON GRAPHS Outils de mesure et évaluations dans le traitement du lymphœdème Measurement and Evaluation Tools in Lymphedema Treatment Thérapie Aqua Lymphatique - La Méthode Tidhar Aqua Lymphatic Therapy - The Tidhar Method Programme de formation en anglais pour les thérapeutes en lymphœdème Training program for therapists in English Avec/with Dorit Tidhar (MScPT, ALT, CLT) Montréal, Septembre 2014 INFORMATION: Un atelier pour les thérapeutes certifi és en thérapie du lymphœdème (CDT, CLT, LDT) A workshop for therapists certifi ed in lymphedema therapy (CDT, CLT, LDT) Sep 13 & 15, 9:00-13:00 (Le cours s étend sur 2 demies journées The course spans over 2 half-days) Présenté en anglais par / Presented in English by Dorit Tidhar, MSc, PT, CLT, ALT INFORMATION : Rachel Pritzker, AQL/LAQ ou/or Dorit Tidhar : 2014 DATE SUJET / SUBJECT BIEN VIVRE AVEC LE LYMPHŒDÈME Groupes d éducation et d entraide Pour les personnes avec le lymphœdème ou étant à risque LIVING WELL WITH LYMPHEDEMA Education and support groups For people with lymphedema or at risk HEURE / TIME: De 18:00 à 19:30 PLACE : Clinique du Lymphœdème CUSM/MUHC 5252, boul. de Maisonneuve Ouest, #105b, NDG, Montréal Pour des renseignements additionnels veuillez nous contacter / For further information please contact us Toutes les sessions sont sous réserve de modifi cations / All sessions are subject to changes RSVP est requis / RSVP is required Tél. : /02/2014 Self-management of Lymphedema (E) 03/03/2014 Auto-gestion du lymphœdème (Fr) 07/04/ /05/ /06/2014 What s new in lymphedema research and treatment? (E) Quoi de neuf dans le traitement et la recherche du lymphœdème? (Fr) L Exercice et le lymphœdème (Fr) / Exercise and Lymphedema (E) 06/10/2014 Lymphedema 101: Basic principles (E) 03/11/2014 Lymphœdème 101 : Principes de base du lymphœdème (Fr) Rejoignez-nous / Join us on: Épreuve 2 page 18

19 Un cours avancé de 3 jours La thérapie lymphatique complexe La méthode Casley-Smith An advanced 3 day course Complex Lymphatic Therapy The Casley-Smith Method Par / by DeCourcy Squire, PT, CLT-LANA, CI-CS Sera donné en anglais du 21 au 23 mai 2014 à Montréal Will be given in English May 21-23, 2014 in Montreal INFORMATION : La thérapie lymphatique complexe - La méthode Casley-Smith Un cours de certification sur le traitement du lymphœdème pour physiothérapeutes*, infirmières, et ergothérapeutes Montréal, 26 au 31 mai (Théorie) et 18 au 29 août (pratique) 2014 Instruction en anglais avec traduction partielle en français Organisé par l Association québécoise du lymphœdème (AQL) En collaboration avec Le Programme du lymphœdème du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) Pour inscription et information contacter l AQL au ou ou l École Casley Smith Complex Lymphatic Therapy The Casley-Smith Method A certification course in lymphedema treatment for physiotherapists, nurses and occupation therapists Montreal, May (Theory) and August (Practice) 2014 Instruction in English with partial translation into French Organized by the Lymphedema Association of Québec (LAQ) In collaboration with The Lymphedema Program of the McGill University Health Centre (MUHC) For information and registration please contact LAQ at or Or the Casley Smith School at Rejoignez-nous / Join us on: Épreuve 2 page 19

CENTRE INTÉGRÉ. Le lymphœdème : identification et traitement DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE LAVAL. Teresina Lacroce pht, CLT Sonia Viau pht, CLT

CENTRE INTÉGRÉ. Le lymphœdème : identification et traitement DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE LAVAL. Teresina Lacroce pht, CLT Sonia Viau pht, CLT CENTRE INTÉGRÉ DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE LAVAL Le lymphœdème : identification et traitement Teresina Lacroce pht, CLT Sonia Viau pht, CLT Le 30 septembre 2016 OBJECTIFS Énoncer les facteurs de

Plus en détail

La documentation Française : Etude de la prescription et de la consommation des antibiotiques en ambulatoire

La documentation Française : Etude de la prescription et de la consommation des antibiotiques en ambulatoire SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION DISPONIBLES 5 III. ANALYSE DESCRIPTIVE DE LA CONSOMMATION D ANTIBIOTIQUES EN FRANCE DE 1991 A 1996 8 3.1. INTRODUCTION 8 3.2. EVOLUTION DES VENTES DES

Plus en détail

Erysipèle : faut il mettre une bithérapie? Dr F.BASTIDES

Erysipèle : faut il mettre une bithérapie? Dr F.BASTIDES Erysipèle : faut il mettre une bithérapie? Dr F.BASTIDES Question à la salle Qui traite un érysipèle avec 2 antibiotiques? Personne!! Réponse Pourquoi cette question? Erysipèles traités par : Amoxicilline

Plus en détail

Tendances du diabète et différences selon le sexe. Résumé de la surveillance du diabète au Manitoba

Tendances du diabète et différences selon le sexe. Résumé de la surveillance du diabète au Manitoba Tendances du diabète et différences selon le sexe Résumé de la surveillance du diabète au Manitoba Mai 2009 Tendances du diabète et différences selon le sexe au Manitoba Méthodes utilisées Ce rapport repose

Plus en détail

Dermo-hypodermites. Luis Mieiro. Laurence Toutous Trellu. Formation approfondie en Gériatrie 16 avril 2015

Dermo-hypodermites. Luis Mieiro. Laurence Toutous Trellu. Formation approfondie en Gériatrie 16 avril 2015 Dermo-hypodermites Luis Mieiro Laurence Toutous Trellu Formation approfondie en Gériatrie 16 avril 2015 Département de Médecine Interne, de Réhabilitation et de Gériatrie Hôpital des Trois-Chêne Outline

Plus en détail

Prévention des infections

Prévention des infections Prévention des infections Les publications de l Ordre renferment des paramètres d exercice et des normes dont tous les physiothérapeutes de l Ontario devraient se servir lorsqu ils fournissent des soins

Plus en détail

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge?

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? C H A P E L L E E, D E L A P P A R E N T T, J O L L Y M, B A E Z A C, G O V Y A D O W S K I Y A, T E R Z I B A C H I A N J

Plus en détail

LA PREVENTION DE L ESCARRE

LA PREVENTION DE L ESCARRE LA PREVENTION DE L ESCARRE 1 Introduction Toute escarre constituée : - augmente les charges en soins de 50% les hospitalisations de 10 à 12 semaines - induit une thérapeutique lourde et onéreuse un impact

Plus en détail

In this issue: Encart / Insert Hiver / Winter

In this issue: Encart / Insert Hiver / Winter Encart / Insert Association québecoise du lymphoedème Lymphedema Association of Quebec Encart de l Association québécoise du lymphœdème Insert of the Lymphedema Association of Quebec Hiver / Winter 2013-2014

Plus en détail

2009 MISE À JOUR RÉDACTIONNELLE - FÉVRIER 2014 VERSION 1.1

2009 MISE À JOUR RÉDACTIONNELLE - FÉVRIER 2014 VERSION 1.1 Normes spécifiques d agrément pour les programmes de résidence en génétique médicale 2009 MISE À JOUR RÉDACTIONNELLE - FÉVRIER 2014 VERSION 1.1 INTRODUCTION Toute université qui aspire à l'agrément d'un

Plus en détail

Septembre Dr. Susan A. VanDeVelde-Coke, inf. aut., MA, MBA, PhD

Septembre Dr. Susan A. VanDeVelde-Coke, inf. aut., MA, MBA, PhD L efficacité et l efficience de la prestation de soins à domicile dans des cliniques de services infirmiers par rapport aux visites à domicile traditionnelles Septembre 2004 Dr. Susan A. VanDeVelde-Coke,

Plus en détail

Profil des compétences de base des kinésiologues

Profil des compétences de base des kinésiologues Profil des compétences de base des kinésiologues Introduction Le profil des compétences de base des kinésiologues est un ensemble d énoncés ou de «compétences» validées qui décrivent le rendement attendu

Plus en détail

Prévalence et coûts financiers des maladies cognitives au Canada : un rapport de la Société Alzheimer du Canada (2016)

Prévalence et coûts financiers des maladies cognitives au Canada : un rapport de la Société Alzheimer du Canada (2016) RÉSUMÉ EXÉCUTIF Prévalence et coûts financiers des maladies cognitives au Canada : un rapport de la Société Alzheimer du Canada (2016) CONTEXTE Les estimations de la prévalence des maladies cognitives

Plus en détail

CORRIDORS DE SERVICES DE SANTÉ EFFICIENTS DANS LE DIAGNOSTIC ET LES TRAITEMENTS DES FEMMES AVEC UN CANCER DU SEIN

CORRIDORS DE SERVICES DE SANTÉ EFFICIENTS DANS LE DIAGNOSTIC ET LES TRAITEMENTS DES FEMMES AVEC UN CANCER DU SEIN CORRIDORS DE SERVICES DE SANTÉ EFFICIENTS DANS LE DIAGNOSTIC ET LES TRAITEMENTS DES FEMMES AVEC UN CANCER DU SEIN Décembre 2005 Isabelle Bairati, M.D., Ph. D. Édith Jobin, M. Sc. Lise Fillion, Ph. D. Marie

Plus en détail

Les risques biologiques au travail AGIR POUR PRÉVENIR HÉPATITE B

Les risques biologiques au travail AGIR POUR PRÉVENIR HÉPATITE B Les risques biologiques au travail AGIR POUR PRÉVENIR HÉPATITE B FORMULAIRE D AUTORISATION Ce dépliant contient un formulaire d autorisation de vaccination. IMPORTANT Vous devez absolument nous indiquer

Plus en détail

Charte européenne des patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique (FPI)

Charte européenne des patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique (FPI) Charte européenne des patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique (FPI) La fibrose pulmonaire idiopathique (FPI) est une pathologie pulmonaire chronique et d issue fatale dont l origine demeure

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l asthme

La prise en charge de votre maladie, l asthme GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, l asthme Vivre avec un asthme Mars 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide, La prise en charge de votre

Plus en détail

Atelier «Bouger pour la vie»

Atelier «Bouger pour la vie» Atelier «Bouger pour la vie» La pratique d activités physiques PENDANT et APRÈS les traitements contre le cancer Bastarache, Guillaume, kinésiologue, B.Sc. Service de kinésiologie de la Fondation Virage

Plus en détail

Tirer des leçons des données sur les accidents et incidents médicamenteux : un guide d utilisation et d interprétation des données du SNDAI

Tirer des leçons des données sur les accidents et incidents médicamenteux : un guide d utilisation et d interprétation des données du SNDAI Système national de déclaration des accidents et incidents Fiche d information PA Le Système description national de déclaration des accidents et incidents () est un système de déclaration volontaire conçu

Plus en détail

SOINS DE PLAIES. Faculté de médecine et des sciences de la santé Campus Longueuil. Direction scientifique

SOINS DE PLAIES. Faculté de médecine et des sciences de la santé Campus Longueuil. Direction scientifique SOINS DE PLAIES Faculté de médecine et des sciences de la santé Campus Longueuil 150, place Charles-Le Moyne Longueuil (Québec) J4K 0A8 Direction scientifique Isabelle Reeves, Inf., Ph.D. Professeure agrégée

Plus en détail

Regard sur les listes d'attente: la priorisation des références en ergothérapie à domicile

Regard sur les listes d'attente: la priorisation des références en ergothérapie à domicile Regard sur les listes d'attente: la priorisation des références en ergothérapie à domicile Midi InterActions CSSS de Bordeaux-Cartierville-Saint-Laurent 22 avril 2015 Marie-Hélène Raymond, erg., M. Sc.

Plus en détail

JOURNAL D AUTOSURVEILLANCE DU DIABÈTE

JOURNAL D AUTOSURVEILLANCE DU DIABÈTE BLOOD SUGAR LOGBOOK JOURNAL D AUTOSURVEILLANCE DU DIABÈTE My personal information NAME ADDRESS CITY PROV POSTAL CODE TELEPHONE ( ) I have diabetes. In case of emergency, please notify: NAME RELATIONSHIP

Plus en détail

agressifs, à forte malignité : ce que je dois savoir

agressifs, à forte malignité : ce que je dois savoir Lymphomes non hodgkiniens agressifs, à forte malignité : ce que je dois savoir Les lymphomes sont des maladies du sang et des ganglions. Les lymphomes non hodgkiniens représentent 80% d entre eux. Avec

Plus en détail

Démystifier le rôle du médecin de famille pour mieux s investir

Démystifier le rôle du médecin de famille pour mieux s investir Démystifier le rôle du médecin de famille pour mieux s investir Arnaud Samson, MD, LMCC Médecin de famille CSSS Manicouagan Professeur agrégé de clinique Université Laval 1er décembre 2006 Objectifs Contribution

Plus en détail

Réduire les plaies de pression le foyer Elliott Community

Réduire les plaies de pression le foyer Elliott Community Exemple de réussite Réduire les plaies de pression le foyer Elliott Community «Je crois que le simple fait de s attendre à ce que les infirmières se bornent simplement à [mettre en œuvre un programme de

Plus en détail

LA CONTENTION. Insuffisance veineuse. 8 à 15% loi de Starling 7/12/2015. Les bas à varices. Les bas élastiques thérapeutiques

LA CONTENTION. Insuffisance veineuse. 8 à 15% loi de Starling 7/12/2015. Les bas à varices. Les bas élastiques thérapeutiques Les bas à varices Les bas élastiques thérapeutiques LA CONTENTION Les bas de contention Les bas de compression Seconde journée liégeoise de l insuffisance vieneuse superficielle, 14/11/2015 Dr Jean-François

Plus en détail

Priorités et développement de la consultation infirmière en Suisse. Ce qui existe que pourrait-il exister? Conférence SOS 18.

Priorités et développement de la consultation infirmière en Suisse. Ce qui existe que pourrait-il exister? Conférence SOS 18. Priorités et développement de la consultation infirmière en Suisse. Ce qui existe que pourrait-il exister? Conférence SOS 18. Mars 2010 Dr. Manuela Eicher Défis des soins en oncologie En Suisse un homme

Plus en détail

Prise en charge de l ulcère de jambe

Prise en charge de l ulcère de jambe Prise en charge de l ulcère de jambe à prédominance veineuse hors pansement HAS -juin 2006 Un ulcère veineux pur est défini (accord professionnel) comme une plaie de la jambe : ne cicatrisant pas depuis

Plus en détail

Partenariat canadien contre le cancer Vérification de gestion effectuée par KPMG 8 septembre 2011

Partenariat canadien contre le cancer Vérification de gestion effectuée par KPMG 8 septembre 2011 Partenariat canadien contre le cancer Vérification de gestion effectuée par KPMG 8 septembre 2011 Avant-propos du Partenariat canadien contre le cancer Au printemps 2011, alors que le Partenariat canadien

Plus en détail

MODIFICATIONS DES HABITUDES DE VIE

MODIFICATIONS DES HABITUDES DE VIE MODIFICATIONS DES HABITUDES DE VIE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 61 MODIFICATIONS DES HABITUDES DE VIE Certaines

Plus en détail

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 11 janvier 2006 CONCLUSIONS

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 11 janvier 2006 CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 11 janvier 2006 CONCLUSIONS Nom : Modèles et références : Fabricant : SANYRENE (Corpitolinol 60), huile pour effleurage Ceux proposés

Plus en détail

GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER Comité de relecture. Groupe de travail

GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER Comité de relecture. Groupe de travail GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER 2009 Groupe de travail René LE JEUNE Jean BATTINI Arnaud GANNE Jean-Yves HASCOET Comité de relecture Didier MYHIE Hervé LE

Plus en détail

Il doit exister une structure administrative appropriée pour chaque programme de résidence.

Il doit exister une structure administrative appropriée pour chaque programme de résidence. Normes spécifiques d agrément pour les programmes de résidence en pharmacologie clinique et toxicologie Traduction sous réserve de révisions 2013 VERSION 2.0 INTRODUCTION Toute université qui aspire à

Plus en détail

PARTIE I GÉNÉRALITÉS À PROPOS DES EXAMENS COMPLÉMENTAIRES

PARTIE I GÉNÉRALITÉS À PROPOS DES EXAMENS COMPLÉMENTAIRES PARTIE I GÉNÉRALITÉS À PROPOS DES EXAMENS COMPLÉMENTAIRES Module 1 ITEM 4. Évaluation des examens complémentaires dans la démarche médicale Éléments entrant en jeu dans le choix d un examen complémentaire

Plus en détail

Améliorer la qualité en utilisant les diagrammes de progression : un exemple type

Améliorer la qualité en utilisant les diagrammes de progression : un exemple type Améliorer la qualité en utilisant les diagrammes de progression : un exemple type Les paragraphes suivants décrivent brièvement comment le personnel de santé peut utiliser les diagrammes de progression

Plus en détail

Comment réussir le transfert des méthodes analytiques pour votre forme orale solide en trois étapes

Comment réussir le transfert des méthodes analytiques pour votre forme orale solide en trois étapes Comment réussir le transfert des méthodes analytiques pour votre forme orale solide en trois étapes JOHN FRANKONIS Laboratory Director, Ropack Pharma Solutions L analyse des produits pharmaceutiques intermédiaires

Plus en détail

La notoriété et l image des ostéopathes

La notoriété et l image des ostéopathes Mai 2016 La notoriété et l image des ostéopathes Sondage Ifop pour Ostéopathes de France Contacts Ifop : Frédéric DABI Adeline MERCERON Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR CERTAINES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES QUI PEUVENT ÊTRE EXERCÉES PAR UNE INFIRMIÈRE ET UN INFIRMIER

RÈGLEMENT SUR CERTAINES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES QUI PEUVENT ÊTRE EXERCÉES PAR UNE INFIRMIÈRE ET UN INFIRMIER Loi médicale (chapitre M-9, a. 19, 1er al., par. b) SECTION I OBJET 1. Le présent règlement a pour objet de déterminer, parmi les activités professionnelles que peuvent exercer les médecins, celles qui,

Plus en détail

Evaluation des dispositifs médicaux par la HAS / CNEDiMTS

Evaluation des dispositifs médicaux par la HAS / CNEDiMTS Évaluation clinique : le point de l HAS Evaluation des dispositifs médicaux par la HAS / CNEDiMTS Journées de perfectionnement en appareillage Bordeaux - 28/5/2015 Emmanuelle Fouteau, Service Evaluation

Plus en détail

BANDAGES ET COMPRESSIONS VASCULAIRES

BANDAGES ET COMPRESSIONS VASCULAIRES BANDAGES ET COMPRESSIONS VASCULAIRES J.P.Brun. Université Paris V René Descarte Unité de Lymphologie Georges Bizet Paris kine-bizet@orange.fr Paris V mai 2009 1 TREATMENT OF PERIPHERAL LYMPHEDEMA Consensus

Plus en détail

LIVRET DE SUR LE PSORIASIS

LIVRET DE SUR LE PSORIASIS qr & LIVRET DE SUR LE PSORIASIS À PROPOS? QUELLE EST L ORIGINE DU M OT «PSORIASIS»? QUELLE EST LA CAUSE? LE PSORIASIS EST-IL SIMPLEMENT UNE MALADIE DE LA PEAU? ! Le mot vient du grec «psora» qui signifie

Plus en détail

Pathologies chirurgicales IFCS

Pathologies chirurgicales IFCS C est une folliculite profonde, nécrosante due au staphylocoque doré. La folliculite est l infection de l appareil pulo-cébacés. II) - Clinique : 1)- Signes locaux : Le début est marqué par une saille

Plus en détail

LES FACTEURS CONTEXTUELS INFLUENÇANT LE MODÈLE DE HIÉRARCHISATION DES SOINS MIS EN PLACE SUR LE TERRITOIRE DU CSSS LUCILLE- TEASDALE

LES FACTEURS CONTEXTUELS INFLUENÇANT LE MODÈLE DE HIÉRARCHISATION DES SOINS MIS EN PLACE SUR LE TERRITOIRE DU CSSS LUCILLE- TEASDALE LES FACTEURS CONTEXTUELS INFLUENÇANT LE MODÈLE DE HIÉRARCHISATION DES SOINS MIS EN PLACE SUR LE TERRITOIRE DU CSSS LUCILLE- TEASDALE Véronique Wilson, ergothérapeute-hôpital Maisonneuve- Rosemont, candidate

Plus en détail

LE BULLETIN DU PRIMAIRE UN GUIDE POUR LE PERSONNEL ENSEIGNANT. Cheminement durant le cycle

LE BULLETIN DU PRIMAIRE UN GUIDE POUR LE PERSONNEL ENSEIGNANT. Cheminement durant le cycle Le bulletin couvre un cycle de deux ans et se subdivise en quatre rapports d étape par année, pour un total de huit rapports d étape par cycle. En plus du bulletin, d autres moyens peuvent être utilisés

Plus en détail

L ACTIVITÉ PHYSIQUE AMÉLIORE-T-ELLE LES SYMPTÔMES CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS DE FIBROMYALGIE?

L ACTIVITÉ PHYSIQUE AMÉLIORE-T-ELLE LES SYMPTÔMES CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS DE FIBROMYALGIE? L ACTIVITÉ PHYSIQUE AMÉLIORE-T-ELLE LES SYMPTÔMES CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS DE FIBROMYALGIE? PAR EMANUELLE BOULET DUPUIS ET KAROL-ANN DUPONT RÉSIDENTES 1 UMF SHAWINIGAN 30 mai 2014 Supervisé par: Dr Frédéric

Plus en détail

Dépistage préopératoire indications, méthode, décontamination. Docteur Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie

Dépistage préopératoire indications, méthode, décontamination. Docteur Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Dépistage préopératoire indications, méthode, décontamination Docteur Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Question 1 En préopératoire, quels dépistages systématiques et quelles stratégies

Plus en détail

Séance de mobilisation : Soins palliatifs et soins de fin-de-vie

Séance de mobilisation : Soins palliatifs et soins de fin-de-vie Séance de mobilisation : Soins palliatifs et soins de fin-de-vie John Fraser, adjoint parlementaire Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Pourquoi sommes-nous ici? Priorité aux patients :

Plus en détail

ÉVALUATION DES PROGRAMMES DE CYCLES SUPÉRIEURS EN GÉNIE INDUSTRIEL. Maîtrise en génie industriel (3568, 3569) DESS en génie industriel (3729)

ÉVALUATION DES PROGRAMMES DE CYCLES SUPÉRIEURS EN GÉNIE INDUSTRIEL. Maîtrise en génie industriel (3568, 3569) DESS en génie industriel (3729) ÉVALUATION PÉRIODIQUE DES PROGRAMMES ÉVALUATION DES PROGRAMMES DE CYCLES SUPÉRIEURS EN GÉNIE INDUSTRIEL Maîtrise en génie industriel (3568, 3569) DESS en génie industriel (3729) RÉSUMÉ D ÉVALUATION UNIVERSITÉ

Plus en détail

Une répartition des décès différente selon l âge et le sexe. Figure 1 Répartition des décès par sexe et par groupes d âge en 2005 (INSERM CépiDC)

Une répartition des décès différente selon l âge et le sexe. Figure 1 Répartition des décès par sexe et par groupes d âge en 2005 (INSERM CépiDC) N 9 - Septembre 2008 Les causes de décès à La Réunion : État des lieux en 2005 et évolution La mortalité reflète les conditions de vie et d hygiène d un pays ou d une région. La nette amélioration des

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDE FINANCIÈRE

FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDE FINANCIÈRE PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE DE LA FONDATION DU CANCER DU SEIN DU QUÉBEC Section réservée à l administration Date de réception de la demande : FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDE FINANCIÈRE Toutes les dépenses

Plus en détail

TITRE : Culture de plaie par écouvillonnage en présence de signes et symptômes d infection ou de colonisation critique

TITRE : Culture de plaie par écouvillonnage en présence de signes et symptômes d infection ou de colonisation critique ORDONNANCE COLLECTIVE OC-0035 TITRE : Culture de plaie par écouvillonnage en présence de signes et symptômes d infection ou de colonisation critique Page 1 sur 5 Remplace : Référence à un protocole : Oui

Plus en détail

Trajectoire de soins et services

Trajectoire de soins et services Trajectoire de soins et services en santé mentale adulte Du modèle à l expérimentation Sylvie Carrière, conseillère cadre, direction des services cliniques et direction générale France Gélinas, chef clinico

Plus en détail

A la croisée entre soins de support et médecine palliative : prise en charge palliative précoce

A la croisée entre soins de support et médecine palliative : prise en charge palliative précoce A la croisée entre soins de support et médecine palliative : prise en charge palliative précoce Dr Lafaye Fanny (PH LISP Oncologie médicale) CHU Dr Emmanuel de Larivière (médecin responsable du pôle palliatif)

Plus en détail

I. Identifier le(s) problème(s) éthique(s) : Qu est-ce qui est en jeu et qui sont les acteurs impliqués?

I. Identifier le(s) problème(s) éthique(s) : Qu est-ce qui est en jeu et qui sont les acteurs impliqués? Modèle d analyse éthique centré sur le patient pour la réadaptation (Patient-Centered Care Ethics Analysis Model for Rehabilitation: PCEAM-R) 1 I. Identifier le(s) problème(s) éthique(s) : Qu est-ce qui

Plus en détail

TABLEAU D ANALYSE ET DE PLANIFICATION SANTÉ, ASSISTANCE ET SOINS INFIRMIERS (5287)

TABLEAU D ANALYSE ET DE PLANIFICATION SANTÉ, ASSISTANCE ET SOINS INFIRMIERS (5287) TABLEAU D ANALYSE ET DE PLANIFICATION SANTÉ, ASSISTANCE ET SOINS INFIRMIERS (5287) 1 254-682 ASPECTS ÉTHIQUE ET LÉGAL DE LA PROFESSION (module 6) Durée : 30 heures Énoncé de la compétence : Se situer au

Plus en détail

Avis de la Commission. 15 janvier 2003

Avis de la Commission. 15 janvier 2003 COMMISSION D EVALUATION DE PRODUITS ET PRESTATIONS REPUBLIQUE FRANCAISE Avis de la Commission 15 janvier 2003 Dispositif : BAROUK, chaussure thérapeutique à décharge de l'avant pied, modèle simple MAYZAUD,

Plus en détail

L ARTHRITE AU CANADA Faits et chiffres

L ARTHRITE AU CANADA Faits et chiffres L ARTHRITE Le terme «arthrite» provient du grec «arthro», qui signifie articulation, et du latin «itis», qui signifie inflammation. L arthrite désigne plus de 100 affections touchant les articulations.

Plus en détail

Directives du programme de. physiothérapie. Étudiants-soigneurs pour les équipes du programme Rouge et Or. Photo : Steve Deschênes

Directives du programme de. physiothérapie. Étudiants-soigneurs pour les équipes du programme Rouge et Or. Photo : Steve Deschênes Directives du programme de physiothérapie Étudiants-soigneurs pour les équipes du programme Rouge et Or Photo : Steve Deschênes Position du programme de physiothérapie Au début de chaque année universitaire,

Plus en détail

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 12 décembre 2007 CONCLUSIONS

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 12 décembre 2007 CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 12 décembre 2007 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : Données disponibles : Service Attendu (SA) : Indications

Plus en détail

AVRIL 2015 MISE À JOUR RÉDACTIONNELLE NOVEMBRE 2015 VERSION 1.1

AVRIL 2015 MISE À JOUR RÉDACTIONNELLE NOVEMBRE 2015 VERSION 1.1 Portfolio de s pour le diplôme en hépatologie adulte À remplir par le candidat AVRIL 2015 MISE À JOUR RÉDACTIONNELLE NOVEMBRE 2015 VERSION 1.1 DÉFINITION L hépatologie adulte est un domaine de enrichi

Plus en détail

DE LA RÉÉDUCATION HOSPITALIÈRE À LA RÉADAPTATION PROFESSIONNELLE

DE LA RÉÉDUCATION HOSPITALIÈRE À LA RÉADAPTATION PROFESSIONNELLE DE LA RÉÉDUCATION HOSPITALIÈRE À LA RÉADAPTATION PROFESSIONNELLE Marie-José Durand, PhD Directrice du CAPRIT Département de réadaptation, Université de Sherbrooke Mai 2009 Qui sommes-nous? Recherche CREFOPI

Plus en détail

Mise au point de recommandations pour les directives

Mise au point de recommandations pour les directives Contexte Au cours des dernières décennies, les données scientifiques ont montré que le niveau d activité physique et de condition physique de la population canadienne a chuté de façon spectaculaire, et

Plus en détail

LE COUT DES INFECTONS NOSOCOMIALES PLAN

LE COUT DES INFECTONS NOSOCOMIALES PLAN LE COUT DES INFECTONS NOSOCOMIALES PLAN I- INTRODUCTION II- CARACTERISTIQUES DES COUTS III- COMMENT MESURER LES COUTS - Coût de la lutte - Coût des conséquences - Méthodologie - Coût Global des IN IV-

Plus en détail

PASSER DE MALADE À CHRONIQUEMENT SAIN : SOUTENIR DES TRANSITIONS PAR DES ACTIVITÉS INFIRMIÈRES

PASSER DE MALADE À CHRONIQUEMENT SAIN : SOUTENIR DES TRANSITIONS PAR DES ACTIVITÉS INFIRMIÈRES PASSER DE MALADE À CHRONIQUEMENT SAIN : SOUTENIR DES TRANSITIONS PAR DES ACTIVITÉS INFIRMIÈRES 1 Clémence Dallaire, Ph.D. Professeure Université Laval Québec, Canada Lucille Juneau, directrice clientèle,

Plus en détail

LISTE DE QUESTIONS À POSER À VOTRE ÉQUIPE SOIGNANTE

LISTE DE QUESTIONS À POSER À VOTRE ÉQUIPE SOIGNANTE LISTE DE QUESTIONS À POSER À VOTRE ÉQUIPE SOIGNANTE SOMMAIRE 3 LE DIAGNOSTIC 4 LE CHOIX DE SON TRAITEMENT LA CHIRURGIE LA CHIMIOTHÉRAPIE LA RADIOTHÉRAPIE 8 LA PRISE DE MÉDICAMENTS 9 SYMPTÔMES PHYSIQUES

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait! INFORMER

L arthrose, ses maux si on en parlait! INFORMER INFORMER Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une maladie du cartilage : il s agit de la «destruction» du cartilage

Plus en détail

DÉNERVATION RÉNALE POUR LE

DÉNERVATION RÉNALE POUR LE DÉNERVATION RÉNALE POUR LE ARTERIELLE Atul Pathak, Xavier Girerd, Michel Azizi, Hakim Benamer, Jean-Michel Halimi, Pierre Lantelme, Thierry Lefevre, Marc Sapoval. Résumé La dénervation rénale par voie

Plus en détail

DENUTRITION ET CANCER

DENUTRITION ET CANCER DENUTRITION ET CANCER Pr Julien Mazières Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de pneumologie Hôpital Larrey, CHU Toulouse Introduction La malnutrition atteint la majorité des patients porteurs

Plus en détail

Les nouveaux rôles des infirmières cliniciennes et praticiennes dans le suivi des clientèles

Les nouveaux rôles des infirmières cliniciennes et praticiennes dans le suivi des clientèles Les nouveaux rôles des infirmières cliniciennes et praticiennes dans le suivi des clientèles Carole Mercier, inf., M.Sc. Directrice-conseil Direction des affaires externes et des statistiques sur l effectif,

Plus en détail

DÉMYSTIFIER L ERGONOMIE

DÉMYSTIFIER L ERGONOMIE DÉMYSTIFIER L ERGONOMIE PLAN DE LA PRÉSENTATION Introduction L ergonomie Évaluation ergonomique (outils) Étude de cas Culture SST 2 EN GUISE D ÉCHAUFFEMENT Où se situe votre entreprise et l ergonomie?

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION DES ENFANTS À DÉFIS PARTICULIERS CENTRE DE LA PETITE ENFANCE «LE CPE LA DÉCOUVERTE DE L ENFANCE»

POLITIQUE D INTÉGRATION DES ENFANTS À DÉFIS PARTICULIERS CENTRE DE LA PETITE ENFANCE «LE CPE LA DÉCOUVERTE DE L ENFANCE» POLITIQUE D INTÉGRATION DES ENFANTS À DÉFIS PARTICULIERS CENTRE DE LA PETITE ENFANCE «LE CPE LA DÉCOUVERTE DE L ENFANCE» Politique adoptée par le conseil d administration en juin 2007, révisé en septembre

Plus en détail

INFECTIONS DES TISSUS MOUS

INFECTIONS DES TISSUS MOUS INFECTIONS DES TISSUS MOUS 1 Definitions 2 Définitions Dermohypodermite bactérienne: Erysipéle Infection cutanée aiguë touchant le derme et l hypoderme Localisée Non nécrosante Fréquente chez l adulte,

Plus en détail

L état de santé de la population de la Mauricie et du Centre-du-Québec : Un portrait sociosanitaire sommaire 2006

L état de santé de la population de la Mauricie et du Centre-du-Québec : Un portrait sociosanitaire sommaire 2006 L état de santé de la population de la Mauricie et du Centre-du-Québec : Un portrait sociosanitaire sommaire 2006 Préparé par : Louis Rousseau En collaboration avec : Catherine Hallé Sylvie Bernier Yves

Plus en détail

Forum Qualité Sécurité HUG 10 mai Indicateurs nationaux concernant la qualité. Escarre Chute

Forum Qualité Sécurité HUG 10 mai Indicateurs nationaux concernant la qualité. Escarre Chute Forum Qualité Sécurité HUG 10 mai 2012 Indicateurs nationaux concernant la qualité Escarre Chute Céliane Héliot / Anne-Claire Raë ESCARRE -CHUTE Contrat national Approche de l ANQ Indicateurs- définition

Plus en détail

Mission à Centro de salud, Mazan, Pérou 3 au 12 avril 2015

Mission à Centro de salud, Mazan, Pérou 3 au 12 avril 2015 Mission à Centro de salud, Mazan, Pérou 3 au 12 avril 2015 Par : Paul Bourcier et Dr Liem Nguyen, podiatre Une autre réalisation... Nous sommes de retour d une autre mission remplie d expériences nouvelles

Plus en détail

L INSUFFISANCE VEINEUSE F. Giard, m.d., f.r.c.p.(c) Dermatologue

L INSUFFISANCE VEINEUSE F. Giard, m.d., f.r.c.p.(c) Dermatologue L INSUFFISANCE VEINEUSE F. Giard, m.d., f.r.c.p.(c) Dermatologue Définition d un ulcère Plaie qui s étend jusque dans le derme ( full-thickness ) Guérison lente (souvent plus de 4 semaines), liée à un

Plus en détail

11.1 Ig : immunoglobulines non spécifiques

11.1 Ig : immunoglobulines non spécifiques 11.1 : immunoglobulines non spécifiques Composition Les non spécifiques sont distribuées au Québec par Héma-Québec : amastan S/D (rifols Therapeutics Inc.). Elles contiennent : une solution stérile concentrée

Plus en détail

LE BON USAGE DU MEDICAMENT

LE BON USAGE DU MEDICAMENT LE BON USAGE DU MEDICAMENT L optimisation du rapport bénéfice risque des médicaments La minimisation du risque thérapeutique pour le patient. Une meilleure allocation des ressources disponibles Reposent

Plus en détail

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire JESS 2014, Saint- Etienne Les progrès en cancérologie Progrès techniques: > Nouveaux médicaments

Plus en détail

RECONNAISSANCE D'ÉQUIVALENCE PAR L'ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC RÉSUMÉ ET SUITES DE LA VÉRIFICATION PARTICULIÈRE

RECONNAISSANCE D'ÉQUIVALENCE PAR L'ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC RÉSUMÉ ET SUITES DE LA VÉRIFICATION PARTICULIÈRE Commissaire aux plaintes en matière de reconnaissance des compétences professionnelles RECONNAISSANCE D'ÉQUIVALENCE PAR L'ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC RÉSUMÉ ET SUITES DE LA VÉRIFICATION PARTICULIÈRE

Plus en détail

Mélanie Lafrance Conseillère en ressources humaines Tél. : Courriel :

Mélanie Lafrance Conseillère en ressources humaines Tél. : Courriel : OFFRE D EMPLOI POSTE STATUT DURÉE ORTHOPHONISTE Temps complet 3 mois LIEU DE TRAVAIL PERSONNE RESSOURCE Gatineau, Qc (Région de l Outaouais) Mélanie Lafrance Conseillère en ressources humaines Tél. : 819-771-0830

Plus en détail

Plaies et cicatrisations

Plaies et cicatrisations Formation extra-muros Plaies et cicatrisations Programme DPC N 47341500036 Hôtel Ibis Nice Centre Gare 14 avenue Thiers - 06000 Nice constat s plaies chroniques sont, en grande majorité, des ulcères, des

Plus en détail

L épidémiologie du VIH chez les personnes qui s injectent des drogues au Canada

L épidémiologie du VIH chez les personnes qui s injectent des drogues au Canada FEUILLET D INFORMATION L épidémiologie du VIH chez les personnes qui s injectent des drogues au Canada Ce feuillet d information donne une vue d ensemble de l épidémie du VIH chez les personnes qui s injectent

Plus en détail

La radiothérapie TRAITEMENTS ET SOINS

La radiothérapie TRAITEMENTS ET SOINS La radiothérapie LA RADIOTHÉRAPIE, QU EST-CE QUE C EST? QUELS SONT LES DIFFÉRENTS TYPES DE RADIOTHÉRAPIE? COMMENT SE PASSE CONCRÈTEMENT LA RADIOTHÉRAPIE? Y A-T-IL DES RISQUES PARTICULIERS LIÉS À LA RADIOTHÉRAPIE?

Plus en détail

GROSSES JAMBES ROUGES AIGUES ET THROMBOSES VEINEUSES PROFONDES UNE ETUDE PROSPECTIVE DE 43 CAS

GROSSES JAMBES ROUGES AIGUES ET THROMBOSES VEINEUSES PROFONDES UNE ETUDE PROSPECTIVE DE 43 CAS GROSSES JAMBES ROUGES AIGUES ET THROMBOSES VEINEUSES PROFONDES UNE ETUDE PROSPECTIVE DE 43 CAS Alice LEJAULT, médecin généraliste INTRODUCTION(1) Erysipèle / thrombose veineuse profonde (TVP) =>Pour les

Plus en détail

Echographie de série en deux points couplée aux D-dimères versus échographie doppler couleur de la jambe entière pour le diagnostic d une thrombose

Echographie de série en deux points couplée aux D-dimères versus échographie doppler couleur de la jambe entière pour le diagnostic d une thrombose Echographie de série en deux points couplée aux D-dimères versus échographie doppler couleur de la jambe entière pour le diagnostic d une thrombose veineuse profonde symptomatique. Essai contrôlé randomisé

Plus en détail

SONATE Supervision of allergic rhinitis with tesalin

SONATE Supervision of allergic rhinitis with tesalin Rapport d expérience pratique (REP) SONATE Supervision of allergic rhinitis with tesalin n Allergie Inflammation Admis par les caisses-maladie tesalin n pour le traitement des symptômes de la rhinite allergique

Plus en détail

Atelier 5 La survivance : vivre après la maladie

Atelier 5 La survivance : vivre après la maladie Atelier 5 La survivance : vivre après la maladie La Survivance : vivre après la maladie Caroline Laverdière, MD, FRCP(c) Hémato-Oncologue CHU Sainte-Justine Université de Montréal Denis Soulières, MD,

Plus en détail

Données épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques de l érysipèle des membres inférieurs en Tunisie

Données épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques de l érysipèle des membres inférieurs en Tunisie Données épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques de l érysipèle des membres inférieurs en Tunisie M. CHAKROUN*, F. BEN ROMDHANE*, C. LOUSSAIEF*, M. LETAIEF**, N. BOUZOUAIA*. Service des Maladies Infectieuses

Plus en détail

RÉSIDENCE STAGE SOINS INTENSIFS. Document d accueil. Avril 2012

RÉSIDENCE STAGE SOINS INTENSIFS. Document d accueil. Avril 2012 STAGE SOINS INTENSIFS Document d accueil Avril 2012 Révisé avril 2015 Stage Soins intensifs MOT DE BIENVENUE Nous vous souhaitons la bienvenue au stage de soins intensifs de l Institut universitaire de

Plus en détail

La gestion du lymphœdème du membre inférieur

La gestion du lymphœdème du membre inférieur La gestion du lymphœdème du membre inférieur Dre Anna Towers, Programme du lymphœdème Centre universitaire de santé McGill, Montréal, QC THÉRAPIES. MAIN DANS LA MAIN. Déclaration Conflit d intérêts Dre

Plus en détail

MORSURES HUMAINES AVEC BRIS CUTANÉ ET AUTRES EXPOSITIONS AU SANG (EXCLUANT LES PIQÛRES D AIGUILLE)

MORSURES HUMAINES AVEC BRIS CUTANÉ ET AUTRES EXPOSITIONS AU SANG (EXCLUANT LES PIQÛRES D AIGUILLE) CHAPITRE 5 CONTACTS AVEC LE SANG MORSURES HUMAINES AVEC BRIS CUTANÉ ET AUTRES EXPOSITIONS AU SANG (EXCLUANT LES PIQÛRES D AIGUILLE) GÉNÉRALITÉS Une morsure humaine avec bris cutané peut s infecter ou permettre

Plus en détail

ENSEMBLE POUR DES OS PLUS SOLIDES

ENSEMBLE POUR DES OS PLUS SOLIDES ENSEMBLE POUR DES OS PLUS SOLIDES 1 re édition 2008 QU EST-CE QUE L OSTÉOPOROSE? En Suisse, 300000 personnes es environ souffrent d ostéoporose. À partir de cinquante ans, une femme sur deux et un homme

Plus en détail

SOINS INFIRMIERS AUX PERSONNES ATTEINTES DE PATHOLOGIES ENDOCRINIENNES

SOINS INFIRMIERS AUX PERSONNES ATTEINTES DE PATHOLOGIES ENDOCRINIENNES SOINS INFIRMIERS AUX PERSONNES ATTEINTES DE PATHOLOGIES ENDOCRINIENNES UNE PATHOLOGIE CHRONIQUE DU DIABÈTE : LE PIED DIABÉTIQUE 1 2 DIAGNOSTICS IDE PREVALENTS > Altération de la perception sensorielle

Plus en détail

Traitement du lymphoedème secondaire lié au cancer

Traitement du lymphoedème secondaire lié au cancer Traitement du lymphoedème secondaire lié au cancer Rapport préparé par Kathy Larouche et Marie-France Witty Résumé Avril 2011 RÉSUMÉ Le lymphœdème secondaire est une maladie chronique causée par l accumulation

Plus en détail

NOTRE MANDAT SUR QUOI DEVRIONS NOUS NOUS PENCHER?

NOTRE MANDAT SUR QUOI DEVRIONS NOUS NOUS PENCHER? NOTRE MANDAT C est essentiellement pour recevoir un traitement contre leur maladie du cœur que les patients se présentent à l Institut de cardiologie de l Université d Ottawa (ICUO). Mais la mission de

Plus en détail

Normes spécifiques d agrément pour les programmes de résidence en pneumologie chez l adulte

Normes spécifiques d agrément pour les programmes de résidence en pneumologie chez l adulte Normes spécifiques d agrément pour les programmes de résidence en pneumologie chez l adulte 2011 INTRODUCTION Toute université qui aspire à l'agrément d'un programme de résidence en pneumologie chez l'adulte

Plus en détail

Rapports sur les pratiques d inscription équitables : Directive à l intention des organismes de réglementation de l Ontario

Rapports sur les pratiques d inscription équitables : Directive à l intention des organismes de réglementation de l Ontario Rapports sur les pratiques d inscription équitables : Directive à l intention des organismes de réglementation de l Ontario Décembre 2015 Bureau du commissaire à l équité 595, rue Bay, bureau 1201 Toronto

Plus en détail

Pour que toutes les communautés scolaires vivent de véritables expériences d apprentissage et de vie sociale : Résumé des consultations

Pour que toutes les communautés scolaires vivent de véritables expériences d apprentissage et de vie sociale : Résumé des consultations LES PROGRAMMES D ÉDUCATION APPROPRIÉS AU MANITOBA Pour que toutes les communautés scolaires vivent de véritables expériences d apprentissage et de vie sociale : Résumé des consultations 2006 LES PROGRAMMES

Plus en détail

Royaume du Maroc Ministère de la Santé Direction de l Epidémiologie et de Lutte Contre les Maladies

Royaume du Maroc Ministère de la Santé Direction de l Epidémiologie et de Lutte Contre les Maladies WHO/CDS/TB/2002.298c Original: English Distr. : General Royaume du Maroc Ministère de la Santé Direction de l Epidémiologie et de Lutte Contre les Maladies PRISE EN CHARGE COMBINEE DES MALADIES RESPIRATOIRES

Plus en détail