HOTEL IBIS VENDREDI 24 JANVIER 2014 AUDITEC- FOIRIER CONSULTING SA. Membre BKR INTERNATIONAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "HOTEL IBIS VENDREDI 24 JANVIER 2014 AUDITEC- FOIRIER CONSULTING SA. Membre BKR INTERNATIONAL"

Transcription

1 HOTEL IBIS VENDREDI 24 JANVIER 2014 AUDITEC- FOIRIER CONSULTING SA Membre BKR INTERNATIONAL

2 Introduction Contexte Objectifs Présentation de la loi N 2013/017 du 16 décembre 2013 portant loi de finances pour la république du Cameroun pour l exercice 2014: Dispositions relatives au Code Général des impôts Dispositions relatives au livre des procédures fiscales Dispositions relatives à la fiscalité locale conclusion

3 CONTEXTE L adoption de la loi de finances 2014 découle des orientations de la politique gouvernementale contenues dans: La circulaire Présidentielle N 001/CAB/PR du 30 juillet 2013 relative à la présentation du budget de l Etat pour l exercice 2014; L allocution du Premier Ministre le 28 novembre 2013 à l Assemblée Nationale dans le cadre de la présentation du programme économique culturel et social de l exercice 2014;

4 L objectif majeur demeure la promotion de la croissance forte et durable génératrice d emplois et dont les indicateurs sont estimés; à 4,8% pour le taux de croissance et 2,8% pour l inflation; La loi de finances 2014 projette une enveloppe budgétaire de 3312 milliards contre 3236 milliards l exercice dernier ce qui représente une hausse en valeur absolue de 76 milliards et 2,3% en valeur relative. Cet objectif sera atteint par la mobilisation des recettes reparties comme suit:

5 Recettes pétrolières: 718 milliards Recettes douanières et fiscales : 1985 milliards Emission des titres publics : 280 milliards Emprunts et dons: 329 milliards

6 OBJECTIFS Lutte contre la fraude et l évasion fiscale Institution du dispositif anti sous capitalisation et plafonnement de déductibilité des intérêts versés aux associés détenant plus de 25% des participations de la société bénéficiaire des avances; Institution de nouvelles obligations déclaratives en vue du contrôle des opérations transfrontalières des groupes de société; Définition de la portée et des limites du secret professionnel en matière d échanges de renseignements avec les administrations étrangères.

7 Sécurisation des recettes fiscales Réduction de la liste des entreprises collectrices de l acompte de l impôt sur le revenu et la TVA; Imposition à l IRCM des remboursements en espèces des avances en compte courant des associés; Imposition à l IRCM des plus values nettes réalisées au Cameroun ou à l étranger sur cessions des titres portant sur les ressources naturelles; Solidarité de paiement de l entreprise camerounaise avec l entreprise cédante des droits portant sur la cession des titres;

8 obligation de régularisation des réductions d impôts obtenues après réinvestissement si la cession intervient moins de 5 ans après son acquisition; Aménagement des modalités de paiement des impôts. Interdiction de compensation de la TVA retenue à la source avec les impôts personnels exigibles; Réaménagement des modalités de perception de la taxe spéciale sur les produits pétroliers; Institution de la déclaration pré-remplie; Clarification des activités soumises de plein droit à la patente;

9 AMELIORATION DU CLIMAT DES AFFAIRES Exonération de l impôt sur les capitaux mobiliers des intérêts rémunérant les emprunts extérieurs d une durée au moins égale à 7 ans; Réaménagement des seuils de compétence des régimes d imposition et suppression de l option pour le régime du réel aux entreprises du régime simplifié réalisant 30 millions de chiffre d affaires; Possibilité pour le contribuable de solliciter une vérification générale de comptabilité en cas de rejet total ou partiel des crédits de TVA; Extension de la transaction aux impositions en principal; Aménagement du régime fiscal des marchés publics;

10 SIMPLIFICATION DES PROCEDURES Refonte du contentieux fiscal.

11 ANALYSE DES MODIFICATIONS DU CODE GENERAL DES IMPOTS

12 ARTICLE 7B: dispositif anti sous capitalisation et plafonnement de déductibilité des intérêts servis aux associés. Economie de la mesure: La sous capitalisation est un mode de financement par endettement permettant aux sociétés d un même groupe de transformer les apports et avances consentis aux filiales et sociétés apparentées en prêts dans le but d alourdir les charges financières déductibles. Au sens de la nouvelle loi de finances, une entreprise est présumée sous capitalisée si les intérêts dus à ses associés détenteurs et entreprises liées excèdent deux ratio:

13 RATIO D ENDETTETEMENT Le montant des avances reçues des associés détenant plus de 25% du capital est supérieur à une fois et demie du montant des capitaux propres; RATIO DE COUVERTURE D INTERETS Le montant total des intérêts dus aux associés ou entreprises détenant plus de 25% du capital ou des droits de vote n excède pas 25% de l excédent brut d exploitation avant déduction des amortissements et des intérêts pris en compte pour la détermination du résultat. En cas de satisfaction cumulative des deux ratio, l administration fiscale procède à une comparaison fiscale des deux ratio et retient la quotité d intérêts non déductible la plus élevée (voir cas pratique p3-5 CIR).

14 Les intérêts visés s entendent: Des intérêts rémunérant toutes les sommes mises ou laissées à la disposition d une entreprise par les associés détenteurs immédiats ou collectifs d au moins 25% du capital ou droit de vote de la société emprunteuse. Les capitaux propres s entendent: Des apports: capital et primes liées au capital; Des écarts de réévaluation; Des réserves; Des bénéfices pour lesquels une décision de distribution n est pas intervenue ; Des pertes; Des subventions d investissements.

15 Des provisions règlementées c est à dire celles qui ne correspondent pas à l objet normal d une provision et réalisées uniquement en application aux dispositions légales et règlementaires. La valeur à prendre en considération est celle inscrite au tableau 4 ligne 14 de la DSF. L excédent brut d exploitation désigne la différence entre les produits d exploitation autres que les produits financiers et les reprises de charges, et les charges d exploitation autres que les charges financières et dotations aux amortissements et provisions. Le revenu brut d exploitation diminué des amortissements et intérêts à retenir est celui inscrit au tableau 6 ligne 15 de la DSF. Et le tableau 1A ligne 21 de la DSF pour les banques

16 Date de première mise en application de la mesure: 1 er janvier 2014 sur les emprunts contractés à partir de cette date. Article 18 al3: obligations déclaratives des entreprises relevant de la DGE Economie de la mesure La loi de finances institue deux obligations aux entreprises de la DGE détentrices d au moins 25% de capital dans d autres sociétés de capitaux: Relevé des participations qui comprend: description générale des activités déployées; Description des structures juridiques opérationnelles; Description des fonctions et risques assumés; Liste des principaux actifs incorporels détenus

17 Etat détaillé des transactions intra groupe qui intègre: Définition des flux; Liste des accords de coûts obtenus; Méthode de détermination des prix de transfert. La défaillance relevée dans le respect de cette obligation entraîne l envoi d une mise en demeure de déclarer dans un délai de 30 jours accompagnée d un rappel de sanctions applicables. Date de mise en application: 1 er janvier 2014 sur les opérations de l exercice clos au 31 décembre 2013.

18 Articles 35, 92 et 149 al2: éligibilité sélective des établissements publics administratifs et collectivités territoriales décentralisées dans la liste des entreprises collectrices de l acompte IR et TVA. Economie de la mesure: Jusqu à la loi de finances 2014, ces entités retenaient d office l acompte de l impôt sur le revenu et la TVA à la source, La loi de finances 2014 réduit la liste des EPA et CTD de la liste des entreprises collectrices des impôts sus visés. La conséquence attachée à cette disposition est que les entités exclues de la liste doivent désormais payer leurs factures TTC sans retenir la TVA et l acompte IR.

19 Date de mise en application 1 er janvier 2014 sur les factures engagées et liquidées à compter du 1 er janvier 2014 y compris celles payées sur les caisses d avances. ARTICLE 35: assujettissement à l IRCM sur les remboursements des apports en compte courant effectués en espèces par les associés. Economie de la mesure: A compter de 2014 les remboursements des apports en comptes courants des associés ou des gérants de société effectués en espèces sont assujettis à l IRCM.

20 Date de mise en application 1 er janvier 2014 sur les apports réalisées à compter de cette date Commentaire: Si la mesure vise à établir une traçabilité et une effectivité sur les mises à dispositions de fonds des associés à la société, il n en demeure pas moins qu elle crée une présomption d évasion fiscale sur tout concours financier fait en espèces laquelle ne se justifie pas dans une économie sous bancarisée comme la notre et où le secteur informel occupe encore des parts de marché importantes.

21 Article 42: Assujettissement à l IRCM sur les plus values résultant de la cession sur les ressources naturelles. Economie de la mesure: La loi de finances 2014 soumet à l IRCM les plus values réalisées à l étranger ou au Cameroun à l occasion des cessions provisoires ou définitives des titres portant sur l exploitation ou l exploration des ressources naturelles extraites du sous sol camerounais. Sur la nature des ressources naturelles La circulaire vise les actifs liquides et/ou solides

22 il s agit donc des ressources pétrolières, minières et gazières. Sur la nature de la cession: Provisoire Définitive Sur la nature juridique des titres Il s agit des permis et autorisations de toute nature portant sur l exercice des activités minières pétrolières et gazières

23 Autorisations pétrolières: autorisation de prospection, autorisation de recherche, autorisation d exploitation, autorisation de transport intérieur par canalisation. Autorisations minières: autorisations d exploitation artisanales minière, permis de recherche, permis d exploitation. Autorisations gazières: Concession de transport et distribution, licence de transformation de stockage, d importation et d exportation de gaz, l autorisation de vente de gaz.

24 Modalités de calcul de la plus value: Différence positive entre le prix de cession et la valeur d acquisition ou de capital ( si la valeur d acquisition n est pas connue). Article 43: Exonération de l IRCM sur les intérêts rémunérant les emprunts extérieurs de plus de 07 ans Economie de la mesure: La loi de finances 2014 exonère d IRCM les intérêts sur emprunts extérieurs sous deux conditions: être contracté auprès des institutions financières ou sociétés étrangères ; La durée du remboursement doit être supérieure ou égale à 7 ans.

25 La mesure s applique aussi aux intérêts contractés auprès des société apparentées. Date d application 1 er janvier 2014 sur les emprunts réalisés à compter de cette date. Article 93 : suppression de l option pour le régime du réel Economie de la mesure: La loi de finances 2014 uniformise le critère de rattachement au réel par la suppression de l option pour le régime du réel jusqu ici accordée aux entreprises du régime simplifié réalisant un chiffre d affaire annuel d au moins de FCFA.

26 Article 107 : Régularisation de la réduction d impôt par suite du réinvestissement pour les biens cédés moins de 5 ans après leur acquisition. Economie de la mesure: A compter de 2014, les immobilisations ayant donné lieu à réduction d impôts par suite du réinvestissement doivent demeurer la propriété de l entreprise pendant au moins 5 ans au risque de restituer une fraction de l impôt sur les sociétés initialement admise en cas de cession du bien. L IS doit être reversé au plus tard le 15 du mois qui suit la régularisation; Le contentieux résultant de la régularisation de la réduction d impôts initialement accordée est introduit en premier ressort auprès du Directeur Général des impôts (P 11 CIR).

27 Exceptions: Les biens entièrement amortis et ceux sortis de l actif à la suite de vols suivant procès-verbaux dressés par un huissier de justice, commissaire aux avaries ou toute autre autorité compétente. Article 149 al2b : Application de la retenue à la source de TVA sur tous les fournisseurs de l Etat et des entités publiques collectrices quel que soit le régime d Imposition Economie de la mesure: A compter de 2014 toutes les factures des fournisseurs de l Etat et des entités publiques collectrices étant considérées comme TTC donnent lieu à retenue à la source de TVA quel que soit le régime d imposition ( réel ou simplifié). exceptions Les entreprises privées collectrices de TVA n opèrent pas de retenue de TVA aux contribuables du régime simplifié.

28 Article 113 à 119 : codification du régime fiscal des marchés publics Jusqu à la loi de finances 2014, le régime fiscal des marchés publics présentait des insuffisances au niveau des impôts pris en charge par le maître d ouvrage et sur l apurement des impôts et taxes dus par l Etat dans le cadre des fonds de contrepartie sur les marchés à financement extérieur et conjoint. La loi de finances 2014 aménage le régime des marchés publics comme suit: Principe général: les marchés publics sont conclus TTC et soumis aux impôts et taxes en vigueur au Cameroun.

29 Régime des marchés publics sur financement propre Il s agit des marchés financés par les ressources de l Etat, les établissements publics administratifs et les collectivités territoriales décentralisées, lesquels ne peuvent faire l objet de prise en charge ou d exonération de droits et taxes. Ils sont assujettis à la TVA, aux droits d enregistrement, à l impôt sur le revenu et tous les impôts de droits communs. La clé de répartition de la charge fiscale est la suivante: La TVA et les droits de douanes sont pris en charge par le maître d ouvrage;

30 Les droits d enregistrement et impôt sur le revenu et autres sont à la charge du prestataire; Régime fiscal des marchés publics sur financement extérieur ou conjoints les marchés publics sur financement extérieur désignent ceux financés par les partenaires extérieurs à concurrence d au moins 50%. Les marchés sur financement conjoint quant à eux sont financés par les ressources de l Etat et les ressources externes. Le maître d ouvrage prend en charge la TVA grevant les achats locaux et à l import des matériels et équipements directement liés au marché. La prise en charge de la TVA par le maître d ouvrage est conditionnée à l existence d une dotation budgétaire effective destinée à cet effet.

31 Pour bénéficier de la prise en charge, l adjudicataire doit communiquer à l administration fiscale les factures proforma ou les déclarations d importation afin d obtenir les attestations de prise en charge sous peine de rappel des droits éludés et sanctions applicables. L adjudicataire supporte à sa charge: La TVA grevant les dépenses indirectement liées au projet: frais de restauration, hébergement, achat et location des véhicules de tourisme, dépenses administratives, managériales. Tous les autres impôts notamment: les droits d enregistrement; Impôt sur le revenu;

32 Tva sur carburant et dépenses non liées à l investissement; TSR Versée à l étranger; TSPP et autres taxes du secteur pétrolier; Taxe à l extraction et redevance superficiaire et toutes les autres taxes du secteur minier. Date de mise en application : 1 er janvier 2014 même sur les marchés signés avant cette date Articles 113 à 116: suppression du régime des projets structurants et régime applicable aux entreprises agrées au code des investissements

33 La loi de finances 2014 à travers la nouvelle configuration des articles sus cités consacre la suppression du régime des projets structurants et codes d investissements, lesquels régimes incitatifs ont été abrogés par la loi du 18 avril 2013 portant régime des investissements privés en république du Cameroun. Mais en vertu du principe des droits acquis, les bénéficiaires des régimes supprimés continueront soit à bénéficier des avantages des anciens régimes incitatifs, soit à solliciter l octroi des avantages de la nouvelle loi pour la durée restant à courir.

34 Article 232, 233, 235 et 237: Modalités de perception de la TSPP Economie de la mesure: Jusqu en 2014 le fait générateur de la TSPP était constitué: Par la livraison des produits pétroliers par la SONARA; L importation des produits pétroliers; La première utilisation des produits pétroliers livrés à soi-même. La nouvelle Loi de Finances réaménage : le fait générateur de la TSPP comme suit: l enlèvement des produits pétroliers taxables à la SCDP par les compagnies distributrices;

35 Les livraisons par la SONARA des produits pétroliers ne transitant pas par les entrepôts de la SCDP; Les livraisons à soi même de la SONARA. les modalités de recouvrement La TSPP est collecté et reversée par la SCDP, la SONARA ou l importateurs de produits pétroliers au plus tard le 15 du mois suivant les opérations réalisées.

36 ANALYSE DES MODIFICATIONS DU LIVRE DES PROCEDURES FISCALES

37 ARTICLE L2 bis: institution de la déclaration pré remplie La loi de finances 2014 institue le système de la déclaration pré remplie ou procédure par laquelle l administration fiscale sur la base de renseignements qu elle dispose sur le revenu ou les biens d un contribuable adresse à ce dernier une déclaration assortie d une liquidation des impôts y afférents. Modalités de mise en œuvre: Elle est mise en œuvre par tous les centres d impôts à l encontre de tous les contribuables disposant ou non de de dossiers fiscaux et sur tous les impôts dont le recouvrement incombe à l administration fiscale; Une vérification Préalable doit être faite pour s assurer que les éléments d imposition se rattachent au patrimoine du contribuable et qu il en est le redevable légal; La déclaration pré remplie est servie contre décharge lorsque les délais d exigibilité prévus par le CGI sur tous les impôts concernés sont échus.

38 Modalités de paiement Le contribuable qui accepte les bases de la déclaration pré remplie, la dépose dans son centre de rattachement accompagné de moyens de paiement par chèque ou par virement dans les 30 jours sous peine de voir mises à son encontre les procédures de recouvrement forcé prévues par le code général des impôts. Le contentieux La contestation des bases de la déclaration pré remplie se fait auprès du service émetteur dans le délai d un mois et lequel service a l obligation d organiser une séance de travail contradictoire et arrêter les impositions définitives par AMR au plus tard dans les 30 jours à compter de la contestation; La contestation de l AMR se fait suivant la procédure des articles L116 et suivants du LPF.

39 Date de mise en œuvre: 1 er janvier 2014 pour tous les impôts non prescrits au 31 décembre 2013 Article L7: Précisions sur les modalités de paiement des impôts et taxes La loi de finances 2014 consacre 4 moyens de paiement suivant les structures fiscales de rattachement: Centre divisionnaire et centre départemental des impôts Paiement en espèces pour les impôts dont le montant est inférieur à FCFA; Paiement par chèque certifiés, virement ou mobile money pour les impôts dont le montant est supérieur à FCFA. Centre spécialisés, CIME, DGE Ordre de virement ou voie électronique quelque soit le montant

40 Article L7 BIS :renforcement de l obligation de paiement des impôts et taxes dus en vertu de la législation en vigueur. Economie de la mesure: Cette disposition emporte: l interdiction de soustraction aux obligations fiscales sous quelques motifs que ce soit. A titre d exemple l existence de créances sur l état (crédit de TVA ou IS) ne saurait justifier l opposition au recouvrement forcé face aux services fiscaux. L interdiction de compenser ses impôts personnels avec les impôts des tiers retenus à la source sur le fondement de la règle de non affectation des recettes budgétaires.

41 Article L10 : consécration de la vérification générale de comptabilité à l initiative du contribuable en cas de contestation du rejet des crédit de TVA. Economie de la mesure: Jusqu à la loi de finances 2014, il n existait pas de voie de recours pour les contribuables en cas de contestations des rejets des crédits de TVA dans le cadre des contrôles de validation. La nouvelle loi de finances donne la possibilité au contribuable qui conteste les rejets effectués dans le cadre de la validation des crédits de TVA, de solliciter une vérification générale de comptabilité pour clarifier sa demande au regard du crédit au plus tard dans les 15 jours qui suivent la notification du résultat de rejet et le centre des impôts dispose de 30 jours pour envoyer un avis de passage au contribuable.

42 Article L47 et L48: portée et limite de l obligation de tenue au secret professionnel des agents de l administration fiscale dans le cadre de l assistance administrative en matière fiscale. Economie de la mesure Les agents des impôts sont tenus au secret professionnel tant pour les informations obtenues dans l exercice de leurs fonctions que celles obtenues auprès des administrations fiscales étrangères dans le cadre de l assistance administrative en matière fiscale. Mais le secret professionnel n est pas opposable aux administrations fiscales étrangères avec lesquelles l Etat camerounais a conclu une convention fiscale sous réserve du principe de réciprocité.

43 L assistance administrative se définit comme l ensemble des opérations traduisant une coopération entre les administrations fiscales de deux ou plusieurs Etats en vue de permettre une application correcte des dispositions régissant l assiette, le contrôle et le recouvrement des impôts de chacun des Etats intéressés. Ces dispositions font suite à la ratification par l assemblée nationale le 18 octobre 2013 de la loi portant adhésion du Cameroun à la convention multilatérale OCDE relative à l assistance administrative en matière fiscale et lesquelles permettent à l Etat de supprimer les obstacles à l échange de renseignements et renforcer la confidentialité qui en découle.

44 Article L86: solidarité de paiement des plus values réalisées sur la cession des droits portant sur les ressources naturelles par une entreprise de droit camerounais. Cette disposition est le corollaire de l imposition des plus values sur cession de titres portant sur les ressources naturelles à l étranger par des entreprises camerounaises.

45 Articles L116, L118, L119, L123, L124, L129: modification des délais de saisine et seuils de compétences des autorités compétentes en matières de contentieux fiscal Jusqu à la loi de finances 2014, le contentieux fiscal était graduel dans sa phase administrative: Les réclamations contentieuses étaient d abord portées devant le chef de centre Régional ou DGE, ensuite devant le DGI et enfin devant le MINFI avant la saisine du Juge administratif; Les délais de saisine étaient de 90 jours à compter de la connaissance certaine des impositions devant le Régional ou le chef DGE qui disposait de 30 jours pour répondre dans la limite de FCFA.

46 La saisine du DGI était introduite dans un délai de 30 jours à compter de la notification du régional ou du Chef DGE et celui-ci disposait de 60 jours pour répondre dans la limite de FCFA. La saisine du Ministre se faisait dans un délai de deux mois à compter de la notification de la décision du DGI qui disposait de 3 mois pour répondre et au delà duquel son silence fondait la saisine de la cours suprême. Le bénéfice du sursis était gratuit chez le régional et conditionné par le paiement de 10% des sommes contestées chez le DGI et chez le ministre. A compter de 2014, le contentieux fiscal est réaménagé comme suit: Suppression de la progressivité dans la saisine des autorités fiscales durant la phase administrative;

47 Rétrécissement des délais de saisine et de traitement des différentes phases; Paiement de 10% des sommes contestées dans chacune des phases administratives; Généralisation du sursis à paiement. En premier ressort: Contribuable des CDI, CIME CSPLI Saisine du régional dans les 30 jours pour les réclamations inférieures ou égales à FCFA à compter de l émission de l AMR accompagnée de 10% des sommes contestées pour le bénéfice du sursis à imposition qui dispose de 30 jours pour instruire;

48 Saisine du DGI dans les 30 jours pour les réclamations supérieurs à FCFA à compter de l émission de l AMR accompagnée de 10% des sommes contestées pour le bénéfice du sursis à imposition qui dispose de 30 jours pour instruire. Contribuables de la DGE Saisine du chef DGE dans les 30 jours pour les réclamations inférieures ou égales à FCFA à compter de l émission de l AMR accompagnée de 10% des sommes contestées pour le bénéfice du sursis à imposition qui dispose de 30 jours pour instruire; Saisine du DGI dans les 30 jours pour les réclamations supérieurs à FCFA à compter de l émission de l AMR accompagnée de 10% des sommes contestées pour le bénéfice du sursis à imposition qui dispose de 30 jours pour instruire.

49 En deuxième ressort: recours gracieux préalable auprès du MINFI Saisine du MINFI dans un délai de 30 jours à compter de la notification de rejet des autorités compétentes en premier ressort accompagnée de 10% des sommes contestées pour le bénéfice du sursis à imposition qui dispose de deux mois pour instruire. Phase judiciaire: saisine du tribunal administratif du centre des impôts en premier ressort et paiement de 10% supplémentaire des sommes contestées pour bénéficier du sursis à paiement. Articles L117 et L 122 : suppression des dispositions concernant les seuil de compétence du DGI comme deuxième autorité de compétente en matière de contentieux fiscal

50 ARTICLE L 125: extension de la transaction au paiement des impôts en principal Economie de la mesure: Jusqu à la loi de finances 2014, les remises et modérations n étaient applicables que sur les pénalités et intérêts de retard, la loi de finances 2014 étend cette possibilité aux impositions en principal. Les demandes de remise d imposition en principal sont adressées uniquement au Directeur Général des impôts qui les transmet au Ministre pour avis. La demande doit préciser la nature du litige et les éléments qui fondent la requête du contribuable.

51 ANALYSE DES MODIFICATIONS DE LA FISCALITE LOCALE

52 Article C10 précision sur les activités soumises de plein droit à la patente La loi de finances 2012 modifiant les régimes d impositions avait retenu le montant du chiffre d affaires comme critère d assujettissement à la patente. Seuls les entreprises dont le chiffres d affaires étant inférieur à échappait à l imposition. A compter de 2014, certaines activités sont soumises d office à la patente. Il s agit: Des professions libérales et immobilières; Les activités relevant du secteur de la banque, des assurances et des nouvelles technologies de l information et de la communication; Les activités relevant du secteur des forêts, des mines, de l eau, du pétrole, des activités extractives, Les activités relevant du secteur de la production et de l industrie.

53 NOUS VOUS REMERCIONS POUR VOTRE AIMABLE ATTENTION

www.droit-afrique.com concessionnaire, le permissionnaire ou l amodiataire déclare avoir produites au cours du mois précédent.

www.droit-afrique.com concessionnaire, le permissionnaire ou l amodiataire déclare avoir produites au cours du mois précédent. concessionnaire, le permissionnaire ou l amodiataire déclare avoir produites au cours du mois précédent. Pour permettre l établissement des états de liquidation, une déclaration signée, affirmée sincère

Plus en détail

Note commune N 3 / 2014

Note commune N 3 / 2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune N 3 / 2014 Objet : Commentaire des dispositions de l article 77 de la loi n 2013-54

Plus en détail

Sommaire CODE GÉNÉRAL DES IMPÔTS...11 LIVRE 1 - IMPÔTS ET TAXES...12

Sommaire CODE GÉNÉRAL DES IMPÔTS...11 LIVRE 1 - IMPÔTS ET TAXES...12 Sommaire CODE GÉNÉRAL DES IMPÔTS...11 LIVRE 1 - IMPÔTS ET TAXES...12 Titre 1 - Impôts directs...12 Chapitre 1 - Impôt sur les sociétés (IS)...12 Section 1 - Généralités...12 Section 2 - Champ d application...12

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP)

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) Qu est ce que l IRPP? L impôt sur le revenu des personnes physiques en abrégé (IRPP) est : un impôt direct qui frappe le revenu net global des personnes

Plus en détail

DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015

DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015 DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015 Abdellatif ZAGHNOUN Directeur Général des Impôts OEC, 22 janvier 2015 Contexte d élaboration de la LF 2015 Recommandations des Assises Nationales sur la

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

SEQUESTRE ET DISTRIBUTION DU PRIX DE VENTE DE FONDS DE COMMERCE

SEQUESTRE ET DISTRIBUTION DU PRIX DE VENTE DE FONDS DE COMMERCE SEQUESTRE ET DISTRIBUTION DU PRIX DE VENTE DE FONDS DE COMMERCE Le séquestre obligatoire du prix d une vente de fonds de commerce est extrêmement important pour : - l acquéreur, afin de lui garantir qu

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

DROIT FISCAL. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif

DROIT FISCAL. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DROIT FISCAL DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1-1- Régime d imposition - Quel est le régime d imposition à la de la SA Habitat? La SA Habitat réalise des ventes (menuiseries) et des prestations

Plus en détail

La réforme de l administration fiscale au Cameroun

La réforme de l administration fiscale au Cameroun Conférence sur la mobilisation des recettes fiscales dans les pays en développement Washington, 17-19 avril 2011 La réforme de l administration fiscale au Cameroun Alfred Bagueka ASSOBO Introduction (02)

Plus en détail

Quels sont les délais consentis au contribuable pour régler ses dettes fiscales? personnes?

Quels sont les délais consentis au contribuable pour régler ses dettes fiscales? personnes? 1 Qu est ce que le code de recouvrement? 2 Comment est-on informé de l existence de dettes fiscales à payer? p. 1 1 Qu est ce que le code de recouvrement? 3 Quels sont les délais consentis au contribuable

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE Dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations des assises nationales sur la fiscalité tenues à Skhirat les 29 et 30 avril

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal

Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal Quelques constats pour commencer La fiscalité est une matière vivante! Il existe des dizaines d exonérations, des dizaines de réductions et de crédits

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC)

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) DCG session 2013 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) 1) Calculer le résultat fiscal de l exercice 2012 pour la société GODARD Résultat fiscal (IS) Opérations

Plus en détail

Texte n DGI 2009/36 NOTE COMMUNE N 17/2009

Texte n DGI 2009/36 NOTE COMMUNE N 17/2009 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2009/05/20 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2009/36 NOTE COMMUNE N 17/2009 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

LE FONDS NATIONAL DE GARANTIE

LE FONDS NATIONAL DE GARANTIE LE FONDS NATIONAL DE GARANTIE Le fonds National de Garantie a été institué par la loi n 100 du 31 décembre 1981 portant loi de Finances pour la gestion 1982, article 73 tel que modifié par l article 66

Plus en détail

N adhérent. Nom. N tél. em@il. Date de naissance

N adhérent. Nom. N tél. em@il. Date de naissance Association Française pour les Professions Libérales 34, rue de Laborde 75008 PARIS 01.53.42.62.10 01.55.30.07.87 info@afpl.fr Identification Fiscale 2 07 756 SIRET 331 089 748 00031 DOSSIER INDIVIDUEL

Plus en détail

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les Intérêts des Comptes Courants d Associés- Généralités 2 PAGES Généralités 3 Champs d application 5 La libération totale du capital 6 Le taux

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE QUI SOUSCRIT CETTE DÉCLARATION?

NOTICE EXPLICATIVE QUI SOUSCRIT CETTE DÉCLARATION? N 2777-D-NOT N 51275 # 07 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS PRÉLÈVEMENT FORFAITAIRE ET PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX DUS À LA SOURCE SUR LES REVENUS DISTRIBUÉS ET LES INTÉRÊTS

Plus en détail

La mission de «tiers de confiance» a été instaurée par l article 68 de la loi 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010.

La mission de «tiers de confiance» a été instaurée par l article 68 de la loi 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010. DROIT FISCAL 64/2012 LES NOUVELLES MISSIONS DES NOTAIRES Les notaires (comme les avocats et les experts comptables) peuvent être habilités par l administration à devenir «tiers de confiance» pour le compte

Plus en détail

Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger.

Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger. Olivier HOEBANX Associé BMH Avocats Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger. Introduction Depuis quelques années, de nombreux pays se sont engagés dans des démarches

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES

TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES Réforme globale du Code Général des Impôts Fiche technique thématique Mesures Modalités pratiques Objectif poursuivi 1 Crédit d impôt pour investissement (Impôt

Plus en détail

réforme fiscalité indirecte de la Avant-projet Avril 06 1/14

réforme fiscalité indirecte de la Avant-projet Avril 06 1/14 réforme La fiscalité de la indirecte Avant-projet Avril 06 1/14 LA RÉFORME DE LA FISCALITÉ INDIRECTE I. UNE FISCALITÉ INDIRECTE A BOUT DE SOUFFLE 1.1. Le constat : une fiscalité archaïque et inadaptée

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES CONTRIBUTION ÉCONOMIQUE TERRITORIALE 2012

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES CONTRIBUTION ÉCONOMIQUE TERRITORIALE 2012 N 14108*03 N 1327-CET-SD (10-12) @internet-dgfip TIMBRE A DATE DU SERVICE DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES CONTRIBUTION ÉCONOMIQUE TERRITORIALE 12 DEMANDE DE PLAFONNEMENT EN FONCTION DE LA VALEUR

Plus en détail

DECRYPTAGE DE L ACTUALITE FISCALE RECENTE

DECRYPTAGE DE L ACTUALITE FISCALE RECENTE Missions comptables Audit légal Audit Contractuel Missions juridiques et fiscales Missions sociales Expertise et conseil de gestion Conseil en organisation Certification ISO Informatique Formation DECRYPTAGE

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

Plan comptable des associations et fondations

Plan comptable des associations et fondations Plan comptable des associations et fondations Classe 1 - Comptes de capitaux Classe 2 Comptes d immobilisations Classe 3 Comptes de stocks Classe 4 Comptes de tiers Classe 5 Comptes financiers Classe 6

Plus en détail

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR Outil d'optimisation fiscale très performant par rapport à la détention directe d'un patrimoine, la société civile permet de choisir

Plus en détail

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015 LE MANS LAVAL ALENCON Siège social 1 rue de la Paix Parc d activités du Londreau 126-128 rue de la Mariette CS 60506 BP 230 - Cerisé 72000 LE MANS 53005 LAVAL CEDEX 61007 ALENCON CEDEX Tel : 02 43 86 36

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

J U G E M E N T n 2 0 1 4-0013

J U G E M E N T n 2 0 1 4-0013 Troisième section Audience du 23 septembre 2014 Lecture du 17 novembre 2014 Commune de JONZAC (017029 197) Département de Charente-Maritime Exercice 2012 J U G E M E N T n 2 0 1 4-0013 R E P U B L I Q

Plus en détail

GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX FONCTIONNEMENT DES COMPTES DIVISIONNAIRES

GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX FONCTIONNEMENT DES COMPTES DIVISIONNAIRES COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX DES COMPTES DIVISIONNAIRES Directive n 03/11-UEAC-195-CM-22 relative au plan

Plus en détail

Algérie. Règles applicables aux transactions courantes avec l étranger et aux comptes devises

Algérie. Règles applicables aux transactions courantes avec l étranger et aux comptes devises Règles applicables aux transactions courantes avec l étranger et aux comptes devises Règlement de la Banque d n 07-01 Art.1.- Le présent règlement a pour objet de définir le principe de la convertibilité

Plus en détail

N 20 14 / 001 14/02/2014

N 20 14 / 001 14/02/2014 N 20 14 / 001 14/02/2014 Origine : Direction de la Règlementation et des Affaires Juridiques Contact : Département de la Règlementation du Recouvrement Draj.reglementationrecouvrement@rsi.fr Annexes :

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE Crédit Photo : FANCY/Jupiterimages Septembre 2007 TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE 1. En un coup d œil... À l entrée, sur les versements de l entreprise À LA CHARGE DU BÉNÉFICIAIRE

Plus en détail

- Septième partie : Financement 669.609.000 Dinars Au nom du peuple,

- Septième partie : Financement 669.609.000 Dinars Au nom du peuple, Loi n 2006-85 du 25 décembre 2006, portant loi de finances pour l année 2007 (1). - Septième partie : Financement public 669.609.000 Dinars Au nom du peuple, - Huitième partie : Dépenses de La chambre

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS

REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS N 51275 # 04 N 2777-D-Not @internet-dgfip DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS PRÉLÈVEMENT FORFAITAIRE LIBÉRATOIRE ET PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX DUS À LA SOURCE SUR LES REVENUS

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12 IMPOT SUR LE REVENU. REGLES PARTICULIERES APPLICABLES AUX PERSONNES NON DOMICILIEES EN FRANCE. RETENUE A LA SOURCE SUR LES

Plus en détail

FISCALITE APPLICABLE A L ASSURANCE : CAS DE L IMPOSITION A LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE (TVA) DES COMMISSIONS DES INTERMEDIAIRES D ASSURANCES Présenté par : Ida ABLOUTAN Inspecteur des Impôts PLAN Introduction

Plus en détail

SOMMAIRE ETUDE DU MOIS : FISCALITE MOBILIERE

SOMMAIRE ETUDE DU MOIS : FISCALITE MOBILIERE SOMMAIRE ETUDE DU MOIS : FISCALITE MOBILIERE TITRE 1 : REGIME FISCAL DES PERSONNES PHYSIQUES I- PERSONNES PHYSIQUES RESIDENTES 2 A- TAXATION DES PROFITS DE CESSION 2 a- Champ d'application de la taxe 2

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Janvier 2013 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS 1. En

Plus en détail

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence.

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. N 110 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. (procédure accélérée) Le Sénat a modifié,

Plus en détail

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ASSURANCE CHANGE EXPORT OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ENVI TYPE 15-01 CONTRAT CONDITIONS GÉNÉRALES SOMMAIRE Préambule page 04 Chapitre I - Définitions page 05 Chapitre II - Principes généraux

Plus en détail

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER REMARQUES PRELIMINAIRES Les ménages n ont pas d obligation de tenir une comptabilité. En revanche, d une part, certaines situations liées à un état de dépendance

Plus en détail

CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE

CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE Texte amendé conformément aux dispositions du Protocole d amendement à la Convention concernant l assistance administrative

Plus en détail

Lois de finances 2015 et rectificatives 2014

Lois de finances 2015 et rectificatives 2014 Lois de finances 2015 et rectificatives 2014 Marseille, le 20 janvier 2015 www.axten.fr Aix-en-Provence Lyon Paris Shanghai Fiscalité des particuliers Rachat de titres Réduction d impôt «IR/ISF-PME» Fiscalité

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 Les principales dispositions du projet de loi de finances pour adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème

Plus en détail

UNE ACTIVITÉ LÉGISLATIVE FISCALE INTENSE : IMPACT SUR LES EXPATRIÉS

UNE ACTIVITÉ LÉGISLATIVE FISCALE INTENSE : IMPACT SUR LES EXPATRIÉS L année 2011 aura été particulièrement chargée en matière d actualité fiscale : en effet, la loi de finances pour 2011 a été modifiée par pas moins de quatre lois de finances rectificatives; et à peine

Plus en détail

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 L instruction budgétaire et comptable M14 est appliquée aux collectivités locales depuis 1997 soit bientôt près de dix ans. Elle

Plus en détail

Soirée. L optimisation par la TVA. La TVA comme outil d une gestion performante de vos coûts. Strasbourg, 20 septembre2011

Soirée. L optimisation par la TVA. La TVA comme outil d une gestion performante de vos coûts. Strasbourg, 20 septembre2011 Soirée L optimisation par la TVA La TVA comme outil d une gestion performante de vos coûts Strasbourg, 20 septembre2011 Introduction Constat La TVA génère des risques et des coût induits lorsqu elle n

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence : 12008

CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence : 12008 Assurance PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES SOMMAIRE Préambule 3 Article 1 Objet du contrat 4 Article 2 Dépenses garanties 4 Article 3 Durée du contrat 4 Article 4 Etablissement du compte d amortissement

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale FISCALITÉ La Fiscalité de l Épargne Salariale Le cadre fiscal et social pour l entreprise A - Les versements dans les dispositifs Pour l entreprise Nature du versement Charges sociales et taxes patronales

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 2. MEXIQUE - Impôt sur les actifs Déductibilité des dettes 3. FRANCE - Dividendes Avoir Fiscal

Plus en détail

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78)

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) 1 ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) Le Président du gouvernement de la Polynésie française, Sur le rapport

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) 5 Circulaires de la direction de la protection judiciaire de la jeunesse Signalisation des circulaires du 1er janvier au 31

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

Togo. Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe

Togo. Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe Loi uniforme n 2009-23 du 14 octobre 2009 [NB - Loi uniforme n 2009-23 du 14 octobre 2009 relative aux entreprises d investissement à capital

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-400 QPC du 6 juin 2014. Société Orange SA

Commentaire. Décision n 2014-400 QPC du 6 juin 2014. Société Orange SA Commentaire Décision n 2014-400 QPC du 6 juin 2014 Société Orange SA (Frais engagés pour la constitution des garanties de recouvrement des impôts contestés) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 9

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Vu la Loi n 13/007 du 22 janvier 2013 portant habilitation du Gouvernement ;

Vu la Loi n 13/007 du 22 janvier 2013 portant habilitation du Gouvernement ; ORDONNANCE-LOI N 13/008 DU 23 FEVRIER 2013 MODIFIANT ET COMPLETANT CERTAINES DISPOSITIONS DE L ORDONNANCE-LOI N 69/009 DU 10 FEVRIER 1969 RELATIVE AUX IMPOTS CEDULAIRES SUR LES REVENUS Le Président de

Plus en détail

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST (BCEAO) Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar - Sénégal ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR LES SYSTÈMES FINANCIERS DÉCENTRALISÉS DE L UEMOA RAPPORT DE

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

11 Détermination de votre résultat fiscal 2012

11 Détermination de votre résultat fiscal 2012 11 Détermination de votre résultat fiscal 2012 Six nouveaux retraitements extra-comptables MC 816, 817, 939-1, 1880, 1918-4, 2153-1, 2220-2, 2857 PAR LES AUTEURS DU MEMENTO ANNE-LYSE BLANDIN, Associée,

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011

Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011 Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011 INTRODUCTION En 2009, 74 % des créateurs d entreprises ont choisi d exercer leur activité dans le cadre d une entreprise individuelle, soit une hausse de

Plus en détail

Texte n DGI 2002/31 NOTE COMMUNE N 18/2002 R E S U M E. Déduction des primes d assurance vie collectives de l assiette imposable

Texte n DGI 2002/31 NOTE COMMUNE N 18/2002 R E S U M E. Déduction des primes d assurance vie collectives de l assiette imposable BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/04/15 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/31 NOTE COMMUNE N 18/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

Budget Fédéral 2015. Mesures fiscales proposées. dans le budget fédéral 2015. Services de gestion de patrimoine RBC

Budget Fédéral 2015. Mesures fiscales proposées. dans le budget fédéral 2015. Services de gestion de patrimoine RBC Services de gestion de patrimoine RBC Budget Fédéral 2015 Mesures fiscales proposées dans le budget fédéral 2015 Résumé des principales mesures fiscales pouvant avoir une incidence sur vous Le ministre

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Intervenants Janin AUDAS, vice-président de l Ordre des experts-comptables

Plus en détail

Commentaire des dispositions fiscales de la loi de finances pour l année 2015

Commentaire des dispositions fiscales de la loi de finances pour l année 2015 Commentaire des dispositions fiscales de la loi de finances pour l année 2015 Bulletin Fiscal Commentaire des dispositions fiscales de la loi de finances pour l année 2015 Dispositions en matière d impôts

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

1. Fonds propres, provisions et impôts différés, dettes à plus d un an

1. Fonds propres, provisions et impôts différés, dettes à plus d un an Plan Comptable Minimum Normalisé (PCMN) des services résidentiels, d accueil de jour et de placement familial pour personnes handicapées Mise à jour au 01.01.2002 1. Fonds propres, provisions et impôts

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D

P A T R I C K M I C H A U D P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE ANALYSE PRATIQUE DE LA CIRCULAIRE DE BERNARD CAZENEUVE SUR LE TRAITEMENT DES DÉCLARATIONS RECTIFICATIVES

Plus en détail

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé Loi1901.com présente : Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé (Prenant en compte les nouvelles dispositions du règlement N 99-01 du 16 février 1999 relatif aux modalités d établissement des comptes

Plus en détail

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation 1. Instruction n 1 du 8 mai 2004 relative à la promotion des moyens de paiements scripturaux et à la détermination des intérêts

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités L EIRL Principes fonctionnement et opportunités EXPERTISE COMPTABLE COMMISSARIAT AUX COMPTES 11, rue de Mogador F-75009 PARIS Téléphone +33 (0)1 42 601 606 Fax +33 (0)1 42 613 792 EXPERTISE COMPTABLE 16,

Plus en détail

Présenté par F. Breitzer MOUNZEO. Jeudi 30 mai 2013, 15h45 16h15 (30 mn)

Présenté par F. Breitzer MOUNZEO. Jeudi 30 mai 2013, 15h45 16h15 (30 mn) Présenté par F. Breitzer MOUNZEO Jeudi 30 mai 2013, 15h45 16h15 (30 mn) 1 Sommaire Introduction au système fiscal congolais Première partie: Dispositif juridique Chapitre I : Structure du système fiscal

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Texte n DGI 2013/13 NOTE COMMUNE N 13/2013. OBJET : Détermination du tableau de détermination du résultat fiscal

Texte n DGI 2013/13 NOTE COMMUNE N 13/2013. OBJET : Détermination du tableau de détermination du résultat fiscal BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2013/03/12 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2013/13 NOTE COMMUNE N 13/2013 OBJET : Détermination du tableau de

Plus en détail

Ce texte est une version provisoire. Seule la version qui sera publiée dans la Feuille officielle

Ce texte est une version provisoire. Seule la version qui sera publiée dans la Feuille officielle Ce texte est une version provisoire. Seule la version qui sera publiée dans la Feuille officielle (https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/droit-federal/feuille-federale.html) fait foi. Texte original Convention

Plus en détail