Définitions. Évaluation et traitement de l él. épilepsie par le médecin m. Diagnostic de l épilepsie. Épidémiologie de l épilepsie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Définitions. Évaluation et traitement de l él. épilepsie par le médecin m. Diagnostic de l épilepsie. Épidémiologie de l épilepsie"

Transcription

1 Évaluation et traitement de l él épilepsie par le médecin m généralisteg revue du spectre clinique et des options thérapeutiques Marc Therrien, MD, FRCPC Neurologue, CHVO Définitions Épilepsie: affection chronique qui est caractérisée par une prédisposition aux crises récurrentes généralement spontanées. Crises épileptiques: décharge des neurones cérébraux anormale, excessive et hypersynchrone, accompagnée d anomalies comportementales Syndrome épileptique: entité clinique au profil clinique relativement constant, lequel inclut: le type de crise, les causes, les caractéristiques EEG, l état neurologique, le pronostic et dans certains cas, la réponse à certains antiépileptiques Épidémiologie de l épilepsie 10% de la population auront au moins une crise convulsive dans leur vie Prévalence de l épilepsie: 1% de la population 2e affection neurologique chronique la plus rencontrée par les neurologues Non épileptique Généralisées Partielles secondairement généralisées Diagnostic de l épilepsie Crise Types de crises Accès Crise épileptique Epilepsie Non-classées Partielles Autre Causes Syndrome En relation avec une localisation Syncope ICT Migraine Pseudocrise Agitation Crise(s) accidentelle(s) Convulsion fébrile Sans relation avec une localisation Aucun syndrome Caractéristiques Posture Période des crises Couleur du teint Aura Apparition Signes neurovégétatifs Durée Blessures Incontinence urinaire Désorientation postcritique Activité motrice Convulsion vs Syncope Convulsion N importe laquelle De jour ou de nuit Normale ou cyanosée Possibilité d aura spécifique Soudaine ou après brève aura Brève ou prolongée Possibles Relativement fréquente Possible Habituel Syncope Généralement debout Dans la journée Pâleur Vertige, vue brouillée, sensation ébrieuse Graduelle Courants Brève Rare Rare Occasionnellement, bref Convulsion vs Pseudocrise Caractéristiques Âge de survenue Facteurs déclenchants Durée Activité motrice Période d apparition Incontinence urinaire Blessures physiques Reproduction de la crise Crise épileptique Tout âge Brève Mouvements stéréotypés et synchrones, automatismes Jour ou Nuit Possible Possibles Spontanée Pseudocrise Plus rare chez personnes âgées Perturbations émotionnelles Parfois prolongée Rigidité, Opisthotonos, Mvts désordonnés, Fermeture forcée des yeux, Chocs du bassin, Mvts latéraux de la tête, Pleurs Généralement le jour, présence d autres personnes Rare Par la suggestion 1

2 Classification internationale des crises épileptiques I. Crises partielles (focales ou locales) A. Crises partielles simples, accompagnées de: 1. Signes moteurs 2. Symptômes somatosensoriels 3. Signes neurovégétatifs 4. Symptômes psychiques B. Crises partielles complexes 1. Début partiel simple suivi d une altération de la conscience 2. Début accompagné d une altération de la conscience C. Crises partielles secondairement généralisées 1. Crises partielles simples évoluant vers une généralisation secondaire 2. Crise partielle complexe évoluant vers une généralisation secondaire 3. Crise partielle simple évoluant vers une crise partielle complexe, puis vers une généralisation secondaire Classification internationale des crises épileptiques II. Crises généralisées (convulsives ou non convulsives) A. Absences 1. Typiques 2. Atypiques B. Crises myocloniques C. Crises cloniques D. Crises toniques E. Crises tonico-cloniques F. Crises atoniques III. Crises épileptiques non classées Classification internationale des types d épilepsies I. Épilepsies et syndromes en relation avec une localisation II. III. IV. Épilepsies et syndromes épileptiques généralisés Épilepsies de type indéterminé Syndromes spéciaux Syndromes épileptiques majeurs Épilepsie-absence de l enfance: Absences débutant entre 3 et 10 ans Crises fréquentes Myoclonies palpébrales fréquentes 50% peuvent présenter des crises T-C gén. EEG: complexes pointes-ondes 3Hz Bonne réponse au Tx Disparition habituelle vers l âge de 20 ans Syndromes épileptiques majeurs Épilepsie-absence de l adolescent: Absences débutant après l âge de 10 ans Crises moins fréquentes que le syndrome de l enfance 80% peuvent présenter des crises T-C gén. EEG: complexes pointes-ondes généralisés Bonne réponse au Tx Bon pronostic mais moindre que celui de l enfance Syndromes épileptiques Majeurs Épilepsie myoclonique juvénile: Forme la plus fréquente d épilepsie généralisée primaire Début des crises entre 8 et 18 ans Crises myocloniques, T-C gén, et absences dans 30% des cas Diagnostic souvent difficile avant l apparition des myoclonies Myoclonies et crises T-C gén plus fréquentes le matin EEG: complexes pointes-ondes généralisés 4-6 hz, anomalies focales dans 50% des cas Bonne réponse au Tx 90% récidivent lors de l arrêt des anticonvulsivants 2

3 Syndromes épileptiques Majeurs Épilepsie rolandique bénigne: Crises survenant habituellement entre 3 et 15 ans Crises généralement partielles, impliquant le visage, le pharynx, la parole, les bras. Crises généralisées secondairement rares et surtout la nuit. Crises généralement légères ne nécessitant pas forcément de traitement. Fréquence des crises généralement peu élevées Intelligence et état mentaux normaux Composante génétique importante EEG: pointes centrotemporales, uni ou bilatérales, accentuées durant le sommeil Excellente réponse au Tx Excellent pronostic, disparition habituelle vers 15 ans Étiologie de l épilepsie Cryptogénique 69% Cause connue 31% Maladie cérébrovasculaire 13% Anomalie congénitale 5% Traumatisme cranien 4% Tumeur cérébrale 4% Infection cérébrale 3% Maladie dégénérative 2% Autres 1% Bilan de base suite à une convulsion Bilan sérique: FSC, électrolytes,glucose, fct. rénale, enz. hépatiques, CK, Ca, dosage anticonvulsivants, bilan toxique Pct lombaire si suspicion de méningite ou encéphalite EEG, video-eeg Imagerie: Ct-scan, IRM L EEG 80 à 90% auront des anomalies épileptiformes après un ou plusieurs EEG 1 à 2 % de la population normale aura des anomalies épileptiformes Le type d anomalie aide habituellement à la classification du type de crise et du syndrome épileptique La présence, l absence ou la localisation d un ralentissement post-ictal aide au Dx Médication Chirurgie Options thérapeutiques Diète cétogène Stimulation du nerf vague Neurofeedback Type de crise Tonico- Cloniques Absences Myocloniques Atoniques Anticonvulsivants crises généralisées primaires Monothérapie de 1ère intention Phénobarbital Oxcarbazepine Éthosuximide Traitement d appoint et autres médicaments Primidone Acétazolamide Acétazolamide 3

4 Anticonvulsivants crises partielles Anticonvulsivants syndromes Type de crise Monothérapie de 1ère intention Traitement d appoint et autres médicaments Syndrome Monothérapie de 1ère intention Traitement d appoint et autres médicaments Simples ou complexes avec ou sans généralisation secondaire Gabapentin Oxcarbazepine Phénobarbital Primidone Lévétiracétam Épilepsie rolandique bénigne Epilepsie myoclonique juvénile Acide valproïque et désavantages des principaux anticonvulsivants (Dilantin ) et désavantages des principaux anticonvulsivants (Tégretol, Tégrétol-CR ) Pas de sédation aux doses thérapeutiques Longue demie-vie Forme parentérale Faible coût Multiples préparations orales Possibilité d administrer une dose de charge et d ajuster rapidement la posologie Marge thérapeutique étroite; neurotoxicité à forte dose Effets sur le tissus conjonctif et autres, entraînant des désagréments esthéthiques Autre effets toxiques à long terme, tissulaires ou cognitifs Accumulation possible dans l organisme Induction des enzymes microsomiques tératogénicité Pas de sédation aux doses thérapeutiques Posologie biquotidienne (forme CR) Tératogénicité inférieure aux autres produits? Faible coût Marge thérapeutique étroite; neurotoxicité à forte dose Neurotoxicité fréquente à l instauration du traitement Réactions idiosyncrasiques relativement fréquentes Induction des enzymes microsomiques tératogénicité et désavantages des principaux anticonvulsivants Acide Valproïque (Epival ) et désavantages des principaux anticonvulsivants Gabapentine (Neurontin ) Indications étendues Réactions idiosyncrasiques rares Marge thérapeutique étendue Effets à long terme tissulaires ou cognitifs moindres Pas d induction des enzymes hépatiques Faible coût Troubles digestifs occasionnels persistants Gain pondéral fréquent Hépatotoxicité grave rare Tératogénicité (spina bifida 1-2%) Cas d irrégularité menstruelle et d ovaires polykystiques signalés interactions médicamenteuses Médicament très bien toléré Pharmacocinétique favorable (pas de métabolisation) Pas d interactions médicamenteuses Possibilité d ajustement posologique rapide Pas d effets indésirables tissulaires ou cognitifs à long terme Surveillance des taux sérique non Faible risque de tératogénicité Posologie triquotidienne Indications plutôt restreintes Biodisponibilité modérée Coût relativement élevé surtout à fortes doses 4

5 et désavantages des principaux anticonvulsivants (Topamax ) et désavantages des principaux anticonvulsivants (Lamictal ) Excellente efficacité Indications relativement étendues Interactions médicamenteuses peu fréquentes Propriétés pharmacocinétiques favorables Pas d induction enzymatique Posologie biquotidienne Fréquence relativement élevée de troubles cognitifs et d autres effets neurotoxiques cas de calculs rénaux Risque de tératogénicité Coût relativement élevé Interaction avec les contraceptifs oraux Indications étendues Propriétés pharmacocinétiques favorables (posologie uni ou biquotidienne) Pas d induction enzymatique Pas d effet tissulaires ou cognitifs à long terme Faible risque de tératogénicité Éruptions cutanées chez 5 à 10% des patients Ajustement posologique très graduel T1/2 vie modifié par les autres AE Coût relativement élevé Pas de forme parentérale et désavantages des principaux anticonvulsivants Oxcarbazépine (Trileptal ) et désavantages des principaux anticonvulsivants Lévétiracétam (Keppra ) Propriétés pharmacocinétiques favorables (posologie biquotidienne) Interactions médicamenteuses peu probables Neurotoxicité fréquente lors l instauration du traitement Risques d hyponatrémie Induction des enzymes microsomiques Coût relativement élevé Propriétés pharmacocinétiques favorables (posologie biquotidienne) Interactions médicamenteuses peu probables Bien toléré, aucun effet secondaire sérieux Pas d induction des enzymes microsomiques Irritabilité changements comportementaux occ. (16% vs 10%pl.) Coût relativement élevé Anticonvulsivants Posologies Médicament (T.CR) Acide Valproique Gabapentine Oxcarbazépine Lévétiracétam Dose de départ 100 mg TID mg BID mg BID mg Die mg Die 25 mg q 2 jrs (AV seul) 25 mg die (AV + AEIE) 50 mg Die (AEIE) 300 mg BID 500 mg BID Dose d entretien 100 mg TID mg BID mg BID mg TID mg BID mg BID (AV seul ou AV+AEIE) mg BID (AEIE) 600 mg BID mg BID Bilan de suivi des anticonvulsivants FSC électrolytes Bilan hépatique Bilan rénal Dosage anticonvulsivants 5

6 Traitement chirurgical de l épilepsie rebelle Après l échec de deux médicament AE de 1ère intention prescrit en monothérapie, la polythérapie assurera une maîtrise des crises chez seulement 10% de patients additionnels 10 à 15% des patients avec une épilepsie partielle réfractaire sont des candidats chirurgicaux Patients chez qui considérer une chirurgie Crises partielles Début des crises stéréotypé Sans crises non épileptiques Sans contre-indication à la chirurgie Épilepsie active depuis plus de 2 ans malgré un traitement médical intensif Accord du patient Conduite automobile Loi au Québec Le MD PEUT déclarer le pt à la SAAQ Crise généralisée unique, Hx, examen et bilan normal: peut conduire Crise d origine toxique, R-OH ou Rx: 6mois sans crise avant de pouvoir conduire Crise lors d un changement ou arrêt de Rx par le MD: 3 mois sans crise Toute autre crise: 1 an sans crise ou crises seulement sans atteinte de l état de conscience touchant un seul membre ou seulement nocturnes En espérant que ceci a permis de recharger vos neurones Et empêchera vos patients de faire décharger les leurs! 6

Évaluation et traitement de l él. épilepsie par le médecin m

Évaluation et traitement de l él. épilepsie par le médecin m Évaluation et traitement de l él épilepsie par le médecin m généralisteg revue du spectre clinique et des options thérapeutiques Marc Therrien, MD, FRCPC Neurologue, CHVO Définitions Épilepsie: affection

Plus en détail

Définitions. Évaluation et traitement de l él. épilepsie par le médecin m. Diagnostic de l épilepsie. Épidémiologie de l épilepsie

Définitions. Évaluation et traitement de l él. épilepsie par le médecin m. Diagnostic de l épilepsie. Épidémiologie de l épilepsie Évaluation et traitement de l él épilepsie par le médecin m généralisteg revue du spectre clinique et des options thérapeutiques Marc Therrien, MD, FRCPC Neurologue, CSSSG Définitions Épilepsie: affection

Plus en détail

EPILEPSIE ET SYNDROMES EPILEPTIQUES

EPILEPSIE ET SYNDROMES EPILEPTIQUES EPILEPSIE ET SYNDROMES EPILEPTIQUES INTRODUCTION Le diagnostic de crise d épilepsie n est pas toujours évident, car la séméiologie peut être trompeuse. Première crise d épilepsie = Interrogatoire précis

Plus en détail

Epilepsies. Cas particulier chez le sujet âgé

Epilepsies. Cas particulier chez le sujet âgé Epilepsies Cas particulier chez le sujet âgé Epilepsies : Généralités Epilepsie Gériatrie Epilepsies : Définitions Crise d épilepsie : manifestations cliniques dues à décharge anormale hypersynchrone de

Plus en détail

Les Anti-épileptiques

Les Anti-épileptiques Les Anti-épileptiques Stéphane BOUCHET Département de Pharmacologie - Université Bordeaux 2 Cours de Psychomotricité 2 Généralités sur l épilepsie 0.5% à 1% de la population (en France 400 000 personnes)

Plus en détail

TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques

TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques DCEM3 2005-2006 - Module de Pharmacologie clinique E04 TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques TD du 21.03.06 M. Grima /Pr E Hirsch

Plus en détail

Epilepsie du sujet âgé

Epilepsie du sujet âgé Epilepsie du sujet âgé Journées scientifiques de Broca 19 Novembre 2015 Emmanuelle Duron Aucun conflit d intérêt 2 Plan Définition Epidémiologie Etiologies Diagnostic - Classification Traduction clinique

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 7 février 2001 KEPPRA 250, 500 et 1000mg comprimé pelliculé Boîte de 60 Lévétiracétam

Plus en détail

LE RÔLE EDUCATIF/PREVENTIF/C URATIF DE L INFIRMIER(E) DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT EPILEPTIQUE

LE RÔLE EDUCATIF/PREVENTIF/C URATIF DE L INFIRMIER(E) DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT EPILEPTIQUE LE RÔLE EDUCATIF/PREVENTIF/C URATIF DE L INFIRMIER(E) DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT EPILEPTIQUE PLAN 1-DEFINITIONS 1.1 La crise tonico-clonique (grand mal) 1.2 Etat d absence 1.3 Etat de mal partiel

Plus en détail

Le traitement anti-épileptique. Dr Luc Valton, Unité chirurgie de l épilepsie, service de neurologie, hôpital Rangueil, CHU Toulouse.

Le traitement anti-épileptique. Dr Luc Valton, Unité chirurgie de l épilepsie, service de neurologie, hôpital Rangueil, CHU Toulouse. Le traitement anti-épileptique. Dr Luc Valton, Unité chirurgie de l épilepsie, service de neurologie, hôpital Rangueil, CHU Toulouse. Une crise d épilepsie correspond aux symptômes cliniques provoqués

Plus en détail

18/02/10 EPILEPSIE PLAN. 1 Rappel anatomique. 2 Différents types de crises d épilepsies. 3 Causes et évolution. 4 Etat de mal épileptique

18/02/10 EPILEPSIE PLAN. 1 Rappel anatomique. 2 Différents types de crises d épilepsies. 3 Causes et évolution. 4 Etat de mal épileptique PLAN EPILEPSIE Dr P. KERSCHEN Service de Neurologie - Hôpital Henri Mondor 1 Rappel anatomique 2 Différents types de crises d épilepsies 3 Causes et évolution 4 Etat de mal épileptique 1 Rappel anatomique

Plus en détail

La crise tonico-clonique généralisée ou «grand mal»

La crise tonico-clonique généralisée ou «grand mal» L EPILEPSIE DEFINITION : Affection neurologique se manifestant par des crises. Elle est l expression d un fonctionnement anormal, aigu et transitoire de l activité électrique du cerveau. Ces crises sont

Plus en détail

Cas clinique. Esteban L.., 6 ans et demi. ATTARD Marie

Cas clinique. Esteban L.., 6 ans et demi. ATTARD Marie Cas clinique Esteban L.., 6 ans et demi ATTARD Marie Antécédents - Personnels: aucun, enfant unique - Familiaux: retard mental chez un cousin germain de la mère Histoire de la maladie -Juin 2011: apparition

Plus en détail

Définition Epidémiologie Physiopathologie Classification Traitements. Médicaux Chirurgicaux. Epilepsie (S)

Définition Epidémiologie Physiopathologie Classification Traitements. Médicaux Chirurgicaux. Epilepsie (S) Séquence 2 Définition Epidémiologie Physiopathologie Classification Traitements Médicaux Chirurgicaux Epilepsie (S) Définitions seizure = crise comitiale manifestation clinique résultant d une décharge

Plus en détail

LES ETATS DE MAL DU SUJET AGE. Docteur ROUVEL HOPITAL DELAFONTAINE 93 - SAINT-DENIS

LES ETATS DE MAL DU SUJET AGE. Docteur ROUVEL HOPITAL DELAFONTAINE 93 - SAINT-DENIS LES ETATS DE MAL DU SUJET AGE Docteur ROUVEL HOPITAL DELAFONTAINE 93 - SAINT-DENIS DEFINITION Répétition à bref délai de crises convulsives récurrentes, avec pendant la phase inter - critique une altération

Plus en détail

Gestion des anti-épileptiques. Thomas GEERAERTS Pôle Anesthésie Réanimation CHU de Toulouse

Gestion des anti-épileptiques. Thomas GEERAERTS Pôle Anesthésie Réanimation CHU de Toulouse Gestion des anti-épileptiques Thomas GEERAERTS Pôle Anesthésie Réanimation CHU de Toulouse Voltaire (1694-1778) «Les médecins administrent des médicaments dont il savent très peu à des malades dont ils

Plus en détail

Stratégies thérapeutiques des épilepsies

Stratégies thérapeutiques des épilepsies Ministère de l`enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université Constantine3 Faculté de Médecine Département de Médecine Stratégies thérapeutiques des épilepsies Dr A.Boulefkhad Année

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 9 mai 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

Plus en détail

Antiépileptiques, Intention Suicidaire et Passage à l Acte

Antiépileptiques, Intention Suicidaire et Passage à l Acte III e Congrès s National de Psychiatrie Sociale. Alger, 4 Juin 2009 Antiépileptiques, Intention Suicidaire et Passage à l Acte Abdelkader HELALI Centre National de Pharmacovigilance et de Matériovigilance

Plus en détail

LES MOTS DE L ÉPILEPSIE. Document rédigé par le Pr Franck Semah (Service central de Médecine nucléaire et d Imagerie fonctionnelle, CHRU de Lille)

LES MOTS DE L ÉPILEPSIE. Document rédigé par le Pr Franck Semah (Service central de Médecine nucléaire et d Imagerie fonctionnelle, CHRU de Lille) LES MOTS DE L ÉPILEPSIE Document rédigé par le Pr Franck Semah (Service central de Médecine nucléaire et d Imagerie fonctionnelle, CHRU de Lille) A Absence Type de crise généralisée*, habituellement observée

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 28 février 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 28 février 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 28 février 2007 KEPPRA 250 mg, comprimé pelliculés sécable Boîte de 60 comprimés (CIP : 356 013-6) KEPPRA 500 mg, comprimé pelliculés sécable Boîte de 60 comprimés (CIP

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 21 mars 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 21 mars 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 21 mars 2001 100 mg, gélule 300 mg, gélule 400 mg, gélule 600 mg, comprimé pelliculé 800 mg, comprimé pelliculé (Boîtes de 90) Laboratoires PFIZER gabapentine

Plus en détail

CÉPHALÉES ET MIGRAINE. Dr Bertrand DELFINER NEUROLOGUE Fondation Rothschild Paris

CÉPHALÉES ET MIGRAINE. Dr Bertrand DELFINER NEUROLOGUE Fondation Rothschild Paris CÉPHALÉES ET MIGRAINE Dr Bertrand DELFINER NEUROLOGUE Fondation Rothschild Paris AMIFORM 17 et 18 Octobre 2012 GÉNÉRALITÉS Pathologie fréquente souvent sous estimée or : Menace parfois vitale Pronostic

Plus en détail

Évaluation médicale de l aptitude à conduire

Évaluation médicale de l aptitude à conduire Évaluation médicale de l aptitude à conduire Information Épilepsies 2008 ; 20 (4) : 294-9 Benjamin Zifkin Montreal Neurological Institute and Hospital, Montréal, Canada Mots clés :

Plus en détail

Epilepsie de l enfant : généralités

Epilepsie de l enfant : généralités Epilepsie de l enfant : généralités Neuropédiatrie, CHU Gui de Chauliac, Montpellier L épilepsie est beaucoup plus fréquente chez l enfant 3 fois plus élevée dans la 1ère année de vie que par la suite

Plus en détail

Les convulsions chez l enfant

Les convulsions chez l enfant Les convulsions chez l enfant aurore DARON - Service de Pédiatrie - CHPLT Verviers - Décembre 2005 Définitions Crise convulsive ou crise épileptique : phénomène paroxystique aigu secondaire à un dysfonctionnement

Plus en détail

EPILEPSIE. Dr Nathalie DORISON Institut Lejeune/ Hôpital Trousseau

EPILEPSIE. Dr Nathalie DORISON Institut Lejeune/ Hôpital Trousseau EPILEPSIE Dr Nathalie DORISON Institut Lejeune/ Hôpital Trousseau QU EST CE QUE L EPILEPSIE? Epilepsie = répétition de crises convulsives Crise convulsive = survenue brutale d une décharge électrique excessive

Plus en détail

Q.341 CONVULSIONS CHEZ LE NOURRISSON ET L ENFANT. Dr Raphaèle BADIOLA

Q.341 CONVULSIONS CHEZ LE NOURRISSON ET L ENFANT. Dr Raphaèle BADIOLA Q.341 CONVULSIONS CHEZ LE NOURRISSON ET L ENFANT Dr Raphaèle BADIOLA Les crises épileptiques Décharge hypersynchrone d une population de neurones Crise partielle Tout est possible: malaise, hémicorporel,

Plus en détail

Les thymorégulateurs. Stéphane BOUCHET Département de Pharmacologie - Université Bordeaux 2. Cours de Psychomotricité

Les thymorégulateurs. Stéphane BOUCHET Département de Pharmacologie - Université Bordeaux 2. Cours de Psychomotricité Les thymorégulateurs Stéphane BOUCHET Département de Pharmacologie - Université Bordeaux 2 Cours de Psychomotricité Généralités 1% de la population (en France 500 000 personnes) souffrent de troubles de

Plus en détail

L épilepsie. chez les plus de 60 ans

L épilepsie. chez les plus de 60 ans L épilepsie chez les plus de 60 ans Qu est-ce que l épilepsie? L épilepsie est un trouble qui touche environ 1 personne sur 150 à 200, soit plus de 60.000 personnes en Belgique. Il existe de nombreuses

Plus en détail

Epilepsie et grossesse. Florian HUCHE DESAR 27/04/2015

Epilepsie et grossesse. Florian HUCHE DESAR 27/04/2015 Epilepsie et grossesse Florian HUCHE DESAR 27/04/2015 1 Plan Présentation d un cas concret Revue des différents traitements disponibles Changements physiologiques pendant la grossesse PEC à l approche

Plus en détail

L épilepsie. chez la femme

L épilepsie. chez la femme L épilepsie chez la femme Qu est-ce que l épilepsie? L épilepsie est une maladie qui touche environ 1 personne sur 150 à 200, soit plus de 60.000 personnes en Belgique. Il existe de nombreux types d épilepsie:

Plus en détail

Mort subite inattendue en épilepsie (MSIE)

Mort subite inattendue en épilepsie (MSIE) Mort subite inattendue en épilepsie (MSIE) PROGRAMME CANADIEN DE SURVEILLANCE PÉDIATRIQUE 2305, boul. St. Laurent Ottawa (Ontario) K1G 4J8 Tél. : 613-526-9397, poste 239 Téléc. : 613-526-3332 pcsp@cps.ca

Plus en détail

Présentation clinique des tumeurs cérébrales. Dr. Jean-Sébastien Guillamo Département de Neurologie CHU Caen

Présentation clinique des tumeurs cérébrales. Dr. Jean-Sébastien Guillamo Département de Neurologie CHU Caen Présentation clinique des tumeurs cérébrales Dr. Jean-Sébastien Guillamo Département de Neurologie CHU Caen Variabilité clinique: facteurs influençant la présentation - localisation -taille - rapidité

Plus en détail

État de mal épileptique

État de mal épileptique Pr. V. Castelain Service de Réanimation Médicale Hôpital Hautepierre Les Hôpitaux Universitaires de de STRASBOURG Réan. Réan. Urg. Urg. 1995: 1995: 4; 4; 387-396 Définitions (1) : OMS Conférence de consensus

Plus en détail

Comportements stéréotypés chez l enfant handicapé et Epilepsies

Comportements stéréotypés chez l enfant handicapé et Epilepsies R4P Réseau Régional de Rééducation et de Réadaptation Pédiatrique en Rhône-Alpes Comportements stéréotypés chez l enfant handicapé et Epilepsies Sarah D Rosenberg PH - Service de Neurologie, Unité de neurophysiologie

Plus en détail

:: Épilepsie avec pointes-ondes continues du sommeil (EPOCS)

:: Épilepsie avec pointes-ondes continues du sommeil (EPOCS) :: Épilepsie avec pointes-ondes continues du sommeil (EPOCS) Synonymes : syndrome POCS, CSWSS (Continuous spike-waves during slow sleep) Maladie associée : syndrome de Landau-Kleffner Définition : L épilepsie

Plus en détail

Introduction au polyhandicap: Définition et place des aspects médicaux dans le quotidien de la personne polyhandicapée

Introduction au polyhandicap: Définition et place des aspects médicaux dans le quotidien de la personne polyhandicapée Introduction au polyhandicap: Définition et place des aspects médicaux dans le quotidien de la personne polyhandicapée LLN le 7 mars 2015 Dr D Fagnart Polyhandicap: définition Le polyhandicap est une situation

Plus en détail

7- Les Antiépileptiques

7- Les Antiépileptiques 7- Les Antiépileptiques 1 Définition L épilepsie est un trouble neurologique chronique caractérisé par la survenue périodique et imprévisible de crises convulsives dues à l émission de décharges électriques

Plus en détail

ANTI-CONVULSIVANTS. Institut de Formation en Soins Infirmiers 3 ème Année Année universitaire Plan. II- Stratégie thérapeutique

ANTI-CONVULSIVANTS. Institut de Formation en Soins Infirmiers 3 ème Année Année universitaire Plan. II- Stratégie thérapeutique ANTI-CONVULSIVANTS Claire CHAPUIS CChapuis1@chu-grenoble.fr Pôle Pharmacie CHU Grenoble Institut de Formation en Soins Infirmiers 3 ème Année Année universitaire 2014-2015 Plan I- Rappels épilepsie II-

Plus en détail

Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro

Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro Unité d épilepsie et ICM Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris, France Contexte Patient admis dans un département

Plus en détail

Afmed-Unikin 2014 ASPECTS CLINIQUES ET EPIDEMIOLOGIQUES DE L EPILEPSIE EN MILIEU CONGOLAIS. HUTU Victor MD, Neuropsychiatre

Afmed-Unikin 2014 ASPECTS CLINIQUES ET EPIDEMIOLOGIQUES DE L EPILEPSIE EN MILIEU CONGOLAIS. HUTU Victor MD, Neuropsychiatre Afmed-Unikin 214 ASPECTS CLINIQUES ET EPIDEMIOLOGIQUES DE L EPILEPSIE EN MILIEU CONGOLAIS HUTU Victor MD, Neuropsychiatre PLAN I. INTRODUCTION II. OBJECTIF III. MATERIEL ET METHODES IV. RESULTATS V. CONCLUSION

Plus en détail

Accueil des élèves atteints de troubles de la santé évoluant sur une longue période. Formation des directeurs nouvellement affectés

Accueil des élèves atteints de troubles de la santé évoluant sur une longue période. Formation des directeurs nouvellement affectés Accueil des élèves atteints de troubles de la santé évoluant sur une longue période Formation des directeurs nouvellement affectés Docteur Hélène LILETTE Médecin conseiller technique Cadre législatif Circulaire

Plus en détail

LES ANTIEPILEPTIQUES

LES ANTIEPILEPTIQUES LES ANTIEPILEPTIQUES 1. Historique : L'épilepsie a toujours été source de tensions entre conception magique et conception scientifique, entre croyances superstitieuses et explications rationnelles.dans

Plus en détail

Convulsions hyperthermiques du nourrisson : conduite à tenir et recommandations en 2010

Convulsions hyperthermiques du nourrisson : conduite à tenir et recommandations en 2010 Convulsions hyperthermiques du nourrisson : conduite à tenir et recommandations en 2010 Laurence Joly-Pedespan Urgences Pédiatriques CHU Bordeaux 11émes JUPSO 1 Introduction Sujet «classique», sinon «bateau»,

Plus en détail

National de pédiatrie et chirurgie pédiatrique Auteur : Dr. Olivia Mourier, Pr. Jacques Motte (CHU Reims) MAJ : 06/01/2006

National de pédiatrie et chirurgie pédiatrique Auteur : Dr. Olivia Mourier, Pr. Jacques Motte (CHU Reims) MAJ : 06/01/2006 Objectifs : Convulsions chez le nourrisson et chez l enfant Item 190 Objectifs généraux du module 11 de l ECN A la fin du 2ème cycle, l étudiant doit être capable, dans des situations cliniques très fréquentes

Plus en détail

Les anti-épileptiques dans les douleurs rhumatologiques Les recommandations du CEDR

Les anti-épileptiques dans les douleurs rhumatologiques Les recommandations du CEDR Les anti-épileptiques dans les douleurs rhumatologiques Les recommandations du CEDR P Vergne-Salle, O Mejjad, RM Javier, E Maheu, M Fallut, J Glowinski, P Bertin Cercle d Etude de la Douleur en Rhumatologie

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DE L EPILEPSIE A L HOPITAL DE JOUR PEDIATRIQUE

EPIDEMIOLOGIE DE L EPILEPSIE A L HOPITAL DE JOUR PEDIATRIQUE UNIVERSITE CADI AYYAD UNIVERSITE CADI AYYAD FACULTE DE MEDECINE ET DEPHARMACIE MARRAKECH FACULTE DE MEDECINE ET DEPHARMACIE MARRAKECH ANNEE 2009 Thèse N 09 EPIDEMIOLOGIE DE L EPILEPSIE A L HOPITAL DE JOUR

Plus en détail

L épilepsie, la grossesse et l allaitement

L épilepsie, la grossesse et l allaitement L épilepsie, la grossesse et l allaitement Qu est-ce que l épilepsie? L épilepsie est une maladie qui touche environ 1 personne sur 150 à 200, soit plus de 60.000 personnes en Belgique. Il existe de nombreux

Plus en détail

Epilepsie et Grossesse. Dr William Szurhaj, Pr Damien Subtil, Dr Sophie Gautier

Epilepsie et Grossesse. Dr William Szurhaj, Pr Damien Subtil, Dr Sophie Gautier Epilepsie et Grossesse Dr William Szurhaj, Pr Damien Subtil, Dr Sophie Gautier Evolution de l épilepsie au cours de la Grossesse -Plusieurs études, mais toutes avec des biais méthodologiques - Certaine

Plus en détail

vigabatrin = sabril tiagabine = gabitril

vigabatrin = sabril tiagabine = gabitril Place des nouveaux médicaments anti épileptiques dans les épilepsies du sujet âgé DIFFERENTS ANTI-EPILEPTIQUES : ANCIENS phénobarbital = gardénal valproate de sodium = dépakine phénytoïne = dihydan carbamazépine

Plus en détail

Correction du cas clinique n 2 (Dépression)

Correction du cas clinique n 2 (Dépression) Antier Seghir Kaoutar 26/01/2010 Rezigue Anis Module 4 Nozinan (neuroleptique) Correction du cas clinique n 2 (Dépression) Question 1 : a) Vrai; Exogène : c'est quand on peut identifier les facteurs externes

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 12 novembre 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 12 novembre 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 12 novembre 2003 ZAVESCA 100 mg, gélule Boîte de 84 Actelion Pharmaceuticals France miglustat Liste I Médicament réservé à l usage

Plus en détail

MIGRAINE DE L ENFANT

MIGRAINE DE L ENFANT MIGRAINE DE L ENFANT Pathologie fréquente : 1ère cause de céphalée primaire récurrente de l enfant Pathologie mal connue : Facteurs psychologiques déclenchent les accès migraineux Excès d examens complémentaires

Plus en détail

CRISE CONVULSIVE HYPERTHERMIQUE

CRISE CONVULSIVE HYPERTHERMIQUE CRISE CONVULSIVE HYPERTHERMIQUE Dr Céline FARGES Définition de la crise convulsive hyperthermique : La convulsion fébrile est définie «comme une affection du nourrisson ou de l enfant qui survient entre

Plus en détail

CONVULSIONS ETAT de MAL CONVULSIF

CONVULSIONS ETAT de MAL CONVULSIF CONVULSIONS ETAT de MAL CONVULSIF Convulsion (1) - définition Convulsion : accès de contractures paroxystiques involontaires toniques ou cloniques que l origine soit ou non épileptique. Crise d épilepsie

Plus en détail

Généralités sur les épilepsies de l enfant : démarche diagnostique et généralités

Généralités sur les épilepsies de l enfant : démarche diagnostique et généralités Table Ronde Epilepsie de l enfant : l essentiel pour le pédiatre en consultation ou aux urgences Généralités sur les épilepsies de l enfant : démarche diagnostique et généralités Emmanuel Raffo (Nancy)

Plus en détail

Les Traitements de L Epilepsie

Les Traitements de L Epilepsie Les Traitements de L Epilepsie Pr Fabrice Bartolomei Service de Neurophysiologie Clinique et Epileptologie_Hôpital Timone Hôpital H Gastaut Université Aix Marseille II Marseille, France 2 Introduction

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis Juin 2016

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis Juin 2016 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 356 08 Juin 2016 Titre I : Nom du médicament, DCI, dosage, forme pharmaceutique, présentation : ALEPSIA Carbamazépine 200

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19/07/2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19/07/2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19/07/2006 KEPPRA 250 mg, comprimé pelliculé Boîte de 60 comprimés (CIP : 356 013-6) KEPPRA 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 60 comprimés (CIP : 356 016-5) KEPPRA

Plus en détail

Epilepsie Suspicion d Epilepsie.

Epilepsie Suspicion d Epilepsie. Epilepsie Suspicion d Epilepsie. Tout ce que je dis ici, c est du «vécu». Ca n est pas de médical, ça n est pas du juridique, c est du «vécu». Que ce soit «juste» ou «injuste» n importe pas. Ce qui importe,

Plus en détail

Etat de mal épileptique ou status epilepticus

Etat de mal épileptique ou status epilepticus Etat de mal épileptique ou status epilepticus Reconnaître, traiter Julie Motuel DESC Réanimation médicale Bordeaux Juin 2008 I. Reconnaître Epidémiologie Pas exceptionnel! Incidence: 6,8 à 41/100 000/an

Plus en détail

Conduite àtenir devant une. convulsion chez l enfant. Dr S. NAFA

Conduite àtenir devant une. convulsion chez l enfant. Dr S. NAFA Conduite àtenir devant une convulsion chez l enfant Dr S. NAFA Définitions Convulsion contractures musculaires involontaires toniques ou cloniques et de durée variable Crise épileptique phénomène paroxystique

Plus en détail

Muriel LE NALBAUT IDE CH TROYES Mars 2014

Muriel LE NALBAUT IDE CH TROYES Mars 2014 Muriel LE NALBAUT IDE CH TROYES Mars 2014 A- Rappel définition Fonctionnement anormal de l activité électrique du cerveau Caractérisé par la survenue de : crise unique (sans cause organique) crises répétées

Plus en détail

Épilepsie. Crise simple État de mal épilep/que

Épilepsie. Crise simple État de mal épilep/que Épilepsie Crise simple État de mal épilep/que Épidémiologie Prévalence : 8,2/1000 Incidence : 50 à 60/100000 0.7 à 3.4 % des admissions sont dues à une crise d épilepsie 2/3 à épilep/que connu 1/3 à Première

Plus en détail

Glossaire des termes et des syndromes fréquemment utilisés en épileptologie Glossary of terms and syndromes frequently used in epileptology

Glossaire des termes et des syndromes fréquemment utilisés en épileptologie Glossary of terms and syndromes frequently used in epileptology Réanimation (2009) 18, 106 110 Glossaire des termes et des syndromes fréquemment utilisés en épileptologie Glossary of terms and syndromes frequently used in epileptology P. Gelisse a,, P. Thomas b, A.

Plus en détail

Effets secondaires et interactions médicamenteuses. Clary Emmanuelle, Docteur en pharmacie octobre 2011

Effets secondaires et interactions médicamenteuses. Clary Emmanuelle, Docteur en pharmacie octobre 2011 Effets secondaires et interactions médicamenteuses Clary Emmanuelle, Docteur en pharmacie octobre 2011 plan I.Les effets secondaires des médicaments 1. Définition 2. Origine des effets secondaires 3. Prévention

Plus en détail

Les antiépileptiques (anticonvulsivants)

Les antiépileptiques (anticonvulsivants) Pharmacologie du système nerveux Chapitre 5 Les antiépileptiques (anticonvulsivants) Antiépileptiques, anticonvulsivants 1 Epilepsie vs Crises épileptiques L épilepsie est une pathologie (un syndrome).

Plus en détail

Cas clinique CRGSO, Albi le 28 Mai Dr Jérôme PILLOT, Praticien Hospitalier, Réanimation polyvalente, Bayonne

Cas clinique CRGSO, Albi le 28 Mai Dr Jérôme PILLOT, Praticien Hospitalier, Réanimation polyvalente, Bayonne Cas clinique CRGSO, Albi le 28 Mai 2015 Dr Jérôme PILLOT, Praticien Hospitalier, Réanimation polyvalente, Bayonne } Rien en rapport avec cette présentation } Définition générale Effets secondaires d un

Plus en détail

Les pathologies neurologiques

Les pathologies neurologiques Les pathologies neurologiques I Les convulsions III Quelques pathologies fréquentes La méningite Les traumatismes crâniens L hydrocéphalie Crise paroxystique, d origine cérébrale, se traduisant par des

Plus en détail

TRAITEMENT DES DOULEURS NEUROPATHIQUES Nicolas Danziger Département de Neurophysiologie Clinique Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris

TRAITEMENT DES DOULEURS NEUROPATHIQUES Nicolas Danziger Département de Neurophysiologie Clinique Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris TRAITEMENT DES DOULEURS NEUROPATHIQUES Nicolas Danziger Département de Neurophysiologie Clinique Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris LES 3 ETAPES PREALABLES 1. S ASSURER QUE LA PLAINTE EST DOULOUREUSE

Plus en détail

Actualités en épilepsie

Actualités en épilepsie Actualités en épilepsie Docteur Sophie Géhin Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne PLAN I. Définition II. Physiopathologie III. Sémiologie des crises et vidéos IV. Traitement médical

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement (TED)

Autisme et autres troubles envahissants du développement (TED) Autisme et autres troubles envahissants du développement (TED) - État des connaissances hors mécanismes physiopathologiques, psychopathologiques et recherche fondamentale - Janvier 2010 1 Objectifs (1/2)

Plus en détail

Avis 23 juillet 2014

Avis 23 juillet 2014 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 juillet 2014 ZONEGRAN 25 mg, gélule Boîte de 14 (CIP : 3400936594265) ZONEGRAN 50 mg, gélule Boîte de 14 (CIP : 3400936594330) ZONEGRAN 100 mg, gélule Boîte de 56

Plus en détail

TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques

TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques DCEM3 2005-2006 - Module de Pharmacologie clinique E04 TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques TD du 20.03.06 14-16h M. Grima /Pr E

Plus en détail

ANNEXE III SECTIONS IMPORTANTES DU RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT ET NOTICE

ANNEXE III SECTIONS IMPORTANTES DU RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT ET NOTICE ANNEXE III SECTIONS IMPORTANTES DU RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT ET NOTICE Note: Les présentes modifications du résumé des caractéristiques du produit et de l étiquetage sont valides au moment

Plus en détail

Diagnostic et Syndromes épileptiques

Diagnostic et Syndromes épileptiques Ministère de l`enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université Constantine3 Faculté de Médecine Département de Médecine Diagnostic et Syndromes épileptiques Dr A.Boulefkhad Année universitaire

Plus en détail

ITEM N 235 : EPILEPSIES DE l ENFANT et de l adulte*

ITEM N 235 : EPILEPSIES DE l ENFANT et de l adulte* ITEM N 235 : EPILEPSIES DE l ENFANT et de l adulte* OBJECTIFS (ECN) : - Diagnostiquer les principales formes d épilepsie de l enfant (et de l adulte*). - Identifier les situations d urgence et planifier

Plus en détail

Contraceptifs hormonaux : Anticiper le risque d interaction médicamenteuse. Marjorie Bernier-Lahaie

Contraceptifs hormonaux : Anticiper le risque d interaction médicamenteuse. Marjorie Bernier-Lahaie Contraceptifs hormonaux : Anticiper le risque d interaction médicamenteuse Marjorie Bernier-Lahaie Pourquoi un risque d interaction médicamenteuse? Métabolisés dans le foie par divers systèmes enzymatiques.

Plus en détail

Maladie de Parkinson du sujet âgé

Maladie de Parkinson du sujet âgé Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille Maladie de Parkinson du sujet âgé PrLucDefebvre Service de Neurologie et Pathologie du Mouvement DU de médecine des personnes âgées, Mai 2005 Epidémiologie

Plus en détail

Encéphalites: attitude pratique. Pr Brigitte CHABROL Service de Neurologie Pédiatrique CHU Timone, Marseille, France

Encéphalites: attitude pratique. Pr Brigitte CHABROL Service de Neurologie Pédiatrique CHU Timone, Marseille, France Encéphalites: attitude pratique Pr Brigitte CHABROL Service de Neurologie Pédiatrique CHU Timone, Marseille, France Encéphalites Problème fréquent 10-13 /100 000 enfants /an HSV: 1/ 250 à 500.000 enfants/

Plus en détail

Mon carnet de suivi. pour l épilepsie

Mon carnet de suivi. pour l épilepsie Mon carnet de suivi pour l épilepsie Table des matières Renseignements... 1 Objectifs... 10 Anticonvulsivants... 14 Médication/ visites médicales... 16 Descriptions des crises... 27 Calendrier des crises...

Plus en détail

Epilepsie ou douleur atypiques chez un enfant TED?

Epilepsie ou douleur atypiques chez un enfant TED? Epilepsie ou douleur atypiques chez un enfant TED? Virginie Lopez Maire, infirmière Dr Moïse Assouline, psychiatre UMI Centre pour SCATED L élan retrouvé Journée Inter- CRA 6 avril 2011, Lyon Une demande

Plus en détail

SOCIETE DE PEDIATRIE DE L OUEST Journée de pédiatrie d ain témouchent 08/05/2015. Dr M.L.BELAHMAR EPH. BENI-SAF

SOCIETE DE PEDIATRIE DE L OUEST Journée de pédiatrie d ain témouchent 08/05/2015. Dr M.L.BELAHMAR EPH. BENI-SAF SOCIETE DE PEDIATRIE DE L OUEST Journée de pédiatrie d ain témouchent 08/05/2015 Dr M.L.BELAHMAR EPH. BENI-SAF INTRODUCTION Les convulsions fébriles(cf) sont les convulsions occasionnelles les plus fréquentes

Plus en détail

Les encéphalites. Dr A.Bahmani Service de neurologie CHU Oran

Les encéphalites. Dr A.Bahmani Service de neurologie CHU Oran Les encéphalites Dr A.Bahmani Service de neurologie CHU Oran Syndrome méningé Signes fonctionnels ( trépied méningitique) 1- Céphalées : signe le + évocateur; précoces 2- Vomissements : inconstants; faciles

Plus en détail

Conduite à tenir devant une crise convulsive de l enfant

Conduite à tenir devant une crise convulsive de l enfant Conduite à tenir devant une crise convulsive de l enfant Dr Vanina Bellavoine Neurologie Pédiatrique Hopital Robert Debré, APHP, Paris 12 Décembre 2013 Crises convulsives Le médecin Reconnaître la crise?

Plus en détail

Un vertige est une illusion de déplacement qui donne la sensation que l environnement tourne autour de vous ou que vous tourner dans l espace.

Un vertige est une illusion de déplacement qui donne la sensation que l environnement tourne autour de vous ou que vous tourner dans l espace. J ai des vertiges Tout tourne autour de vous? Il s agit de vertiges. Ils sont probablement bénins. Quelques repères sont utiles pour comprendre leur origine, leur prise en charge et la démarche à avoir

Plus en détail

Anesthésie des enfants épileptiques et/ou atteints d un handicap neurologique sévère. François Semjén SAR 3 Hôpital des Enfants CHU de Bordeaux

Anesthésie des enfants épileptiques et/ou atteints d un handicap neurologique sévère. François Semjén SAR 3 Hôpital des Enfants CHU de Bordeaux Anesthésie des enfants épileptiques et/ou atteints d un handicap neurologique sévère François Semjén SAR 3 Hôpital des Enfants CHU de Bordeaux Épidémiologie Pathologies fréquentes! Infirmité Motrice Cérébrale

Plus en détail

Prise en charge initiale de l Etat de Mal Epileptique de l adulte

Prise en charge initiale de l Etat de Mal Epileptique de l adulte Prise en charge initiale de l Etat de Mal Epileptique de l adulte CAMU 5 Février 2003 Pierre LIOT DES de Neurologie CCA, Réanimation Médicale, H. Mondor Prise en charge initiale de l Etat de Mal Epileptique

Plus en détail

Comprimé pelliculé de couleur blanc à blanc cassé, de forme ovale, d environ 12,5 mm x 6,0 mm gravé «VH 1» sur une face et égale de l autre côté.

Comprimé pelliculé de couleur blanc à blanc cassé, de forme ovale, d environ 12,5 mm x 6,0 mm gravé «VH 1» sur une face et égale de l autre côté. DENOMINATION DU MEDICAMENT Co-Valsartan Apotex 80 mg/12,5 mg comprimés pelliculés Co-Valsartan Apotex 160 mg/12,5 mg comprimés pelliculés Co-Valsartan Apotex 160 mg/25 mg comprimés pelliculés COMPOSITION

Plus en détail

MALADIE DE PARKINSON TREMBLEMENTS ESSENTIELS. Dr B. Quivron CH Jolimont

MALADIE DE PARKINSON TREMBLEMENTS ESSENTIELS. Dr B. Quivron CH Jolimont MALADIE DE PARKINSON TREMBLEMENTS ESSENTIELS Dr B. Quivron CH Jolimont DEFINITION «Les tremblements sont caractérisés par des oscillations rythmiques involontaires que décrit tout ou partie du corps autour

Plus en détail

L épilepsie de l enfant

L épilepsie de l enfant Université de Mascara. Société Pédiatrique de l Ouest 8 ème Journée pédiatrique de Mascara vendredi 20-02-2015 Épilepsies de l enfant L épilepsie de l enfant Docteur Mohamed REFSI. Neurologue libéral MASCARA

Plus en détail

Plan. Tremblement et mouvements anormaux. Epidémiologie. Conséquences. Clinique. Classification des tremblements. De Repos D attitude Intentionnel

Plan. Tremblement et mouvements anormaux. Epidémiologie. Conséquences. Clinique. Classification des tremblements. De Repos D attitude Intentionnel Plan Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille Tremblement essentiel Tremblement et mouvements anormaux Pr Luc Defebvre Service de Neurologie et Pathologie du Mouvement Dyskinésies aux neuroleptiques

Plus en détail

LES TROUBLES FONCTIONELS ET PSYCHIATRIQUES

LES TROUBLES FONCTIONELS ET PSYCHIATRIQUES EOM N.I LES TROUBLES FONCTIONELS ET PSYCHIATRIQUES I. TROUBLES FONCTIONNELS : - Symptômes physiques sans organicité. - Sensation réelle Demande de soins. - Composante psychologique importante. - Impact

Plus en détail

LA DEPRESSION DU SUJET AGE

LA DEPRESSION DU SUJET AGE LA DEPRESSION DU SUJET AGE Professeur Anne-Sophie Rigaud CHU Cochin Port-Royal Groupe hospitalier Broca-La Rochefoucauld Epidémiologie Prévalence de la dépression En population générale PAQUID : 13% CREDES

Plus en détail

Recommandations françaises (LFCE, SNCLF) sur l EEG

Recommandations françaises (LFCE, SNCLF) sur l EEG Recommandations françaises (LFCE, SNCLF) sur l EEG RECOMMANDATIONS : POURQUOI? Répond à un besoin médical Peut être opposable (HAS) Basée sur les preuves recommandation d experts (si insuffisance de preuves)

Plus en détail

PHARMACOLOGIE DES SYSTEMES (2) SYSTÈME NERVEUX CENTRAL

PHARMACOLOGIE DES SYSTEMES (2) SYSTÈME NERVEUX CENTRAL P2 UE3 2 PHARMACOLOGIE DES SYSTEMES (2) SYSTÈME NERVEUX CENTRAL 1 EPILEPSIE ac. Ɣaminobutyrique (aa inhibiteur) Glutamate (aa excitateur) 2 Définition: Epilepsie Décharge hyper synchrone des neurones de

Plus en détail

Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé. Besançon, le 25 mars 2004

Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé. Besançon, le 25 mars 2004 Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé Besançon, le 25 mars 2004 Paradoxe Difficulté diagnostique «Facilité de traitement» Rappels Tissu nerveux «fonction neurologique» «support» Neurones Tissu

Plus en détail

Sclérose en plaques Défaillances organiques et processus dégénératifs 2.7 S4. Mr le Docteur JOUVENT

Sclérose en plaques Défaillances organiques et processus dégénératifs 2.7 S4. Mr le Docteur JOUVENT Sclérose en plaques Défaillances organiques et processus dégénératifs 2.7 S4 Mr le Docteur JOUVENT Définition La sclérose en plaques (SEP) est une maladie inflammatoire du système nerveux central (SNC),

Plus en détail