CENTRE DE RECHERCHE INTERDISCIPLINAIRE «DROIT, ENTREPRISE & SOCIETE» JEAN RENAULD (CRIDES)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CENTRE DE RECHERCHE INTERDISCIPLINAIRE «DROIT, ENTREPRISE & SOCIETE» JEAN RENAULD (CRIDES)"

Transcription

1 CENTRE DE RECHERCHE INTERDISCIPLINAIRE «DROIT, ENTREPRISE & SOCIETE» JEAN RENAULD (CRIDES) 1. Intitulé Centre de recherche interdisciplinaire «Droit, Entreprise et Société» Jean Renauld (CRIDES) 2. - Promoteurs et porte-parole Professeurs B. Remiche, Y. De Cordt, E. Traversa et P.-P. Van Gehuchten DRT/DESO Faculté de droit Collège Thomas More Place Montesquieu, 2 B Louvain-la-Neuve Tel : Fax : Objectifs et missions - Le CRIDES a pour objet d analyser, d une part, le rôle du droit dans l entreprise et son environnement et, d autre part, la fonction de l entreprise dans la société. Il rassemble quatre groupes de recherche : le groupe de recherche interdisciplinaire en droit économique (GRIDE), le groupe de recherche interdisciplinaire en droit et économie de la création (GRIDEC), le groupe de recherche interdisciplinaire en droit social (Atelier SociAL) et groupe de recherche interdisciplinaire en droit fiscal (Atelier FiscAL). - Les recherches menées au sein du CRIDES se déploient à partir de l intrigue initiée par l invention concomitante du droit économique (Sherman Act, 1890), du droit du travail (fin du XIXème) et du droit fiscal (institution de l impôt sur le revenu, fin XIXème-début XXème s.) sur les activités économiques. Est en jeu, dès ce moment, la question de savoir comment il convient d encadrer et de garantir, par la régulation, la protection et le soutien, l exercice «soutenable» des libertés de travailler et d entreprendre : pas de concurrence sans droit de la concurrence, pas de liberté du travail sans droit du travail, pas de coexistence entre émancipation sociale et compétitivité sans politique de marché et politique sociale, pas de politique fiscale d incitation et de redistribution des richesses générées par l activité économique sans droit fiscal.

2 2 Depuis lors, littéralement, le droit positif a construit le terrain de jeu du lien social au sens le plus large (c'est-à-dire sous les modalités, aussi bien, de la concurrence et de la compétitivité que de la solidarité ou de la redistribution), tant entre les différents acteurs économiques qu entre ces acteurs et l Etat. Parmi les différents facteurs qui régissent cet environnement, quatre dimensions juridiques se distinguent tout en étant appelées à s ajuster. - Au regard du développement économique, de la croissance, de la création et de la distribution des richesses, le droit peut être perçu comme un instrument au service des entreprises ou comme une contrainte pesant sur les entreprises. L activité économique se confond, dans le monde moderne, avec celle de l «entreprise», institution sociale et agent économique, qui a remplacé l acte de commerce au cœur du droit des activités économiques. Elle constitue l'unité économique dans laquelle sont groupés et coordonnés des facteurs humains, matériels et immatériels et dont l'objet est de pourvoir à la production, à l'échange ou à la circulation des biens ou des services. Cette organisation poursuit, d une façon durable, un but économique déterminé, au sens large du terme. Elle peut adopter différentes structures juridiques (société commerciale, association, groupement, administration décentralisée, ). De nombreuses dispositions légales considèrent l'entreprise comme une sorte d'organisme vivant, sans que l'on puisse en déduire qu'elle constitue un sujet de droit (inexistence juridique / omniprésence socio-économique / appréhension par le droit). Quoi qu il en soit, en tant qu'organisation permanente, elle peut être rangée parmi les institutions qui se forment et évoluent spontanément dans la vie sociale. Il est également souhaitable de mener une réflexion sur l'exercice du pouvoir au sein de l'entreprise (équilibre des intérêts) et sur la place de l'entreprise dans le système de pouvoirs (production de normes et responsabilité sociétale). Au-delà du respect des normes légales, les entreprises sont invitées à assumer une responsabilité sociétale, ce qui implique qu elles intègrent, sur une base volontaire, des préoccupations sociales et environnementales dans leurs stratégies et leurs interactions avec leurs parties prenantes internes et externes (employés, clients, voisins, ONG, autorités publiques, etc.). Le concept de «droit économique» - à dimension variable selon les «écoles» - traduit notamment un développement extraordinaire et une transformation profonde de l économie. De longue date, il ne se limite plus à gouverner des relations contractuelles entre sujets de droit mais il s efforce d influencer les actes des agents économiques en tenant compte de leurs besoins et des conséquences de leurs actions et en s adaptant à l évolution de la vie économique. Il en va de même des transformations des rapports sociaux dont le droit social prend acte et qu'il accompagne, ou encore de la valorisation patrimoniale des créations humaines, s'agissant des droits intellectuels. Le droit social se caractérise, avec d'autres disciplines juridiques telle que le droit de la concurrence, comme l invention d un droit substantiel, et ceci dès avant l'émergence de disciplines plus contemporaines (droit de la consommation, droit de l'environnement). Le rapport salarial, c'est-à-dire la mise à disposition d une force de travail contre rémunération y est saisi comme un échange complexe, à la fois individuel et collectif, économique et humain, institutionnel et d autorité, excédant donc largement l échange marchand instantané. Prévaut dès lors au sein du droit social, sous un ensemble de techniques originales (analyse sociologique des comportements et règles de protection minimale, impératives mais

3 3 dérogeables ad melius ; législation déléguée aux interlocuteurs sociaux, droits sociaux fondamentaux, mutualisation des risques et universalisation de l assurance de ceux-ci), la volonté d insérer le rapport salarial soit la matière même du droit du travail - dans un cadre juridique de reconnaissance, de redistribution et de protection, présent (tout au long du rapport salarial) et continué (pour parer aux risques personnels et sociaux) soit la matière même du droit de la sécurité sociale. Le plus souvent, aujourd hui, le rapport salarial, individuel et collectif, se déploie au sein d entreprises (marchandes ou non, privées ou publiques). On parle du «facteur» travail comme d un facteur de production, et le même vocabulaire donne à entendre qu il s agit de mobiliser des «ressources» humaines. Le travail humain n est cependant pas séparable de celui qui l accomplit : il est indissociablement une ressource, et l incarnation de qui l accomplit, de sorte qu il est, pour reprendre l expression de K. Polanyi, une «marchandise fictive» (tout comme la terre et le monnaie). Marchandise ou marchandise fictive, échange marchand ou prise en compte de l épaisseur des dimensions du rapport salarial, instantanéité ou longue durée des liens de solidarité sont autant de dimensions pertinentes de la discipline. Le droit fiscal s intègre à cette dynamique à un double titre. D une part, il conditionne de manière contraignante, et parfois déterminante, les choix juridiques des acteurs économiques cette influence porte tant sur les formes et les structures de l activité économique que sur les opérations qui la constituent. D autre part, lorsque le droit fiscal est envisagé du point de vue de l autorité publique, il se révèle un outil puissant et utile dans la mise en œuvre des objectifs assignés traditionnellement à d autres branches du droit, en particulier le droit économique et le droit social sensu lato. Le droit fiscal et la fiscalité déterminent également la part contributive respective des différents acteurs économiques, et peut altérer sensiblement les équilibres entre capital et travail. Ils influencent également fortement les ressources dont dispose l Etat afin d assurer ses missions régulatrices. La problématique des créations humaines, à savoir les créations nouvelles et les signes distinctifs créés par l homme pour «personnaliser» les produits et les services, aura également une place de choix au sein du Centre. Création, évolution et transformation de la structure et de l environnement juridiques des firmes et du travail humain, étude critique de cet environnement multifactoriel et du rôle des entreprises dans celui-ci, tels sont les axes principaux qui fédèrent les recherches du Centre. - Parmi les problématiques spécifiques examinées par le Centre, on peut déjà relever : - nature et portée des normes applicables à l entreprise (soft law versus hard law); - attractivité économique du droit (civil law versus common law); - structures juridiques de l entreprise (organisation & fonctionnement interne; développement externe); - éléments constitutifs et règles d évaluation du patrimoine de l entreprise; - statut des ressources humaines de l entreprise et organisation du travail en son sein (flexibilité, subordination et para-subordination ); - rôle et influence de l entreprise dans le bien-être, le développement et la prospérité de la société; responsabilité de l entreprise vis-à-vis de ses stakeholders, de ses travailleurs et de l Etat (y compris dans sa dimension fiscale) ; - environnement de l entreprise, régulation du marché, droit de la concurrence, protection des consommateurs ;

4 4 - influences des règles fiscales sur les comportements des agents économiques ; - étude comparative des dispositifs régissant la durée du travail ; - recherche mettant en évidence l articulation des compétences des réviseurs d entreprise et les missions confiées aux conseils d entreprise ; - portage salarial ; - actualités européennes de la flexicurité et des droits d action collective. 4. Les axes de recherche des groupes Les recherches menées au sein du groupe de recherche interdisciplinaire en droit économique (GRIDE) tentent de répondre aux questions suivantes. Comment fonctionne l entreprise? Comment s adapte-t-elle à son environnement et réagit-elle aux exigences des marchés? Comment fait-elle preuve de transparence? Comment modifie-t-elle sa taille et ses structures? Comment fait-elle preuve de mobilité? - La notion d'entreprise (privées-publiques, secteur marchand/non marchand, partenariat public-privé, société commerciale, groupement ou association). - Les structures juridiques de l'entreprise. - La gouvernance de la société commerciale. - La démocratie actionnariale. - Les droits de certains stakeholders au sein de la société commerciale. - La portée et la mise en œuvre du concept de transparence au sein des sociétés cotées et à l extérieur des sociétés cotées. - Le statut et la responsabilité des dirigeants d entreprise. - Les restructurations et les réorganisations de l'entreprise. - La mobilité des entreprises. - La guidance et la sauvegarde de l'entreprise en difficulté. - La responsabilité sociétale de l'entreprise. - L entreprise face à la mondialisation (OMC). - Les activités du groupe de recherche interdisciplinaire en droit social (Atelier de droit social) s articuleront autour des dimensions suivantes : - Contrats de recherche : ETOS.be, réseau européen RECWOWE, recherches diverses soit d aide à la décision, soit d élucidation juridique et/ou socio-économique (collaborations avec le Centre CIRTES) - Recherches et formation continue : à partir de veille juridique et de suivi de questions d actualités : Charte de l assuré social, l assujettissement, la rupture du contrat de travail, les droits sociaux des étrangers, les clauses du contrat, le statut social des dirigeants d entreprise, la négociation collective et l implication des travailleurs dans les relations collectives transfrontalières, motivation du droit de rupture. - Recherches doctorales : détachement des travailleurs dans l Union européenne, de la flexicurité, de la responsabilité sociétale des entreprises, du travail décent, des fins de carrière.

5 5 - Travail de séminaire : sur base mensuelle, suivi de questions d actualités ou de débats d importance, mais aussi suivi des recherches propres, discussions d état d avancement de travaux en cours. Les membres de l Atelier organisent ou participent régulièrement à des colloques, journées d études, séminaires ouverts au publics ou organisés en interne. - Les recherches menées dans Groupe de recherche interdisciplinaire en droit fiscal (Atelier FiscAL) explorent les thématiques générales du Centre sous l angle de la fiscalité. Elles se concentrent sur les mutations de l environnement fiscal pour les entreprises liées aux processus institutionnels d européanisation et d internationalisation, d une part, et de régionalisation, d autre part. Sont notamment étudiées les questions de concurrence fiscale interne et internationale, le rôle des incitants fiscaux dans un contexte de libre circulation et de libre échange ainsi que le rôle sociétal de l entreprise en matière fiscale. - Le Groupe de recherche interdisciplinaire en droits intellectuels (Groupe de recherche interdisciplinaire droit-économie des créations (GRIDEC) succédera à la Chaire Arcelor dans la mesure où celle-ci a été créée par une convention conclue entre l UCL et le Groupe Arcelor-Mittal (Usinor à l époque) en 2000 et qu elle est venue à échéance. Le GRIDEC reprendra l ensemble des activités de la Chaire. Le GRIDEC étudiera la problématique des créations humaines au sens le plus large du terme, englobant aussi bien les créations nouvelles au sens des droits intellectuels que les signes distinctifs créés par l homme pour contribuer à distinguer les produits et services en augmentant leur «personnalisation». La révolution technologique, notamment dans le domaine des technologies de l information, de la communication ou des biotechnologies, la mondialisation, le développement de l économie de marché (tout au marché), la marchandisation croissante de la vie sociale, sont quelques-uns des phénomènes qui provoquent le développement spectaculaire des droits de propriété intellectuelle. Leur organisation au plan mondial (notamment à travers l Accord ADPIC, un des fondements de l organisation mondiale du commerce) a modifié leur rôle dans l économie mondiale, notamment en les transformant d obstacle en moteur de concurrence. Leur importance comme actifs immatériels de l entreprise n a fait que croître. Sait-on, par exemple, qu elle est passée de 16,8 % de la valorisation des 500 plus grandes entreprises américaines en 1975 à près de 80 % en 2005? L approche des questions étudiées sera interdisciplinaire, principalement droit-économie, même si l autre discipline (histoire, sociologie, sciences «dures», etc.) seront associées à certains travaux. Actuellement, plusieurs projets, hérités de la Chaire Arcelor, sont en cours. - Recherche sur le droit applicable aux inventions d employés dans une quinzaine de pays (étude réalisée pour le compte du Groupe Arcelor-Mittal). - Prix Suez-Tractebel de l environnement sur la problématique des transferts internationaux de technologies de l environnement. Ce projet devrait pouvoir être élargi grâce à un financement européen de grandes entreprises internationales. Cet élargissement est actuellement en discussion.

6 6 - Mise en place d un réseau européen (Cambridge, Max-Planck-Institut de Münich), Sciences-Po de Paris, Louvain-la-Neuve et un ou deux autres partenaires) de réflexion sur l avenir de la propriété intellectuelle en Europe. Le Groupe poursuivra et développera des partenariats déjà existants dans le cadre de la Chaire Arcelor et plus particulièrement avec les Facultés Universitaires Saint-Louis et les Facultés Notre-Dame de la Paix, ainsi qu avec la KUL et la KUB. A terme, le Groupe développera, au niveau international, des réseaux existants, notamment avec l Institut Max-Planck de Münich, l Institut Universitaire Européen de Florence, l Université de Nice, l Université de Montpellier, l Université de Rennes, l Université Luis de Rome, l Ecole des Hautes Etudes de Sciences Sociales, l Université de Paris 1, etc. Enfin, le Groupe poursuivra et développera des relations avec un certain nombre d institutions publiques, telle que la Commission européenne, l Office Européen des Brevets, l Organisation Mondiale du Commerce, l Organisation Mondiale de la Santé, l OCDE, ainsi que des administrations belges au niveau fédéral, communautaire et régional. 5. La structure de gouvernance et le système de financement La structure de gouvernance du CRIDES comporte trois organes : - Le Conseil est composé de tous les membres du CRIDES, en ce compris les académiques invités.. - Le Bureau comporte six personnes : le président/directeur du centre, les responsables des groupes de recherche et un assistant. - Le Président/directeur est élu par le Conseil pour trois ans. Son mandat est renouvelable une fois pour deux ans. Les ressources actuelles du DESO (comptes existants) ainsi que les ressources générées, dans le futur, par les activités communes de recherche menées par deux ou plusieurs groupes feront l objet d une gestion collective (comptes joints; signatures communes, «clause de double signature» ). Chaque groupe exerce, de manière autonome et en toute transparence, la gestion de ses ressources financières propres (comptes existants et futures activités de recherche individuelles, en ce compris les colloques, séminaires ). Chaque groupe contribue au financement du Centre par le versement d une participation aux frais généraux dont le pourcentage varie en fonction des activités (projets de recherche, colloques, activités de formation scientifique }. Les modalités de gestion du CRIDES seront plus amplement réglées dans un règlement d ordre intérieur.

7 7 6. Les membres du CRIDES GRIDE Professeurs : A.-P. ANDRE-DUMONT, A. AUTENNE, Ch. BRULS, G.-A. DAL, Y. DE CORDT, W. DERIJCKE, M. DE WOLF, P. DE WOLF, L. DU JARDIN, M. DUPLAT,, F. JANSSENS (IAG/LSM) Ph. LAMBRECHT, P. NICAISE, D. PHILIPPE, B. REMICHE (Président), M. SCHMIEGELOW (SPOL) et J.-F. TOSSENS. Assistants et doctorants : P. COLARD, H. CULOT, G. DE PIERPONT, Z. GALLEZ, Fr. GUEBS, A. JACQUEMIN (IAG/LSM), N. KONINGS, Ch. PLAS, G. SCHAEKEN WILLEMAERS et G. SENY. Collaborateurs extérieurs : A. BERTRAND, Th. BOSLY, S. CAILLEAU, A. COIBION, I. CORBISIER (Université du Luxembourg), C. DELFORGE (FUSL), M.-A. DELVAUX (FUNDP), C. DE POTTER, A. DIRKX, B. FERON, M. FYON, J.-M. GOLLIER, G. KEUTGEN, Ch. KRZEWINSKI, Th. LEONARD (FUSL), E. LOUIS, S. MAQUET, Y. POULLET (FUNDP), P. SAERENS, G. STEVENS et Fr. T'KINT. Atelier SociAL Professeurs : Pierre-Paul VAN GEHUCHTEN, Pascale VIELLE, Steve GILSON, Jean- François NEVEN, Filip DORSSEMONT. J. VAN DROOGHENBROECK, G. DEMEZ, M. BOURLARD, S. DU BLED, Fr. VANDAMME Assistants et doctorants : C. CANAZZA, E. DERMINE, A. FRANKART, M. GLORIEUX, B. INGHELS, L.H. PACCO, Ph. REYNIERS Collaborateurs extérieurs : les membres du Séminaire de droit social organisé par l atelier. Atelier FiscAL Professeurs : O. BERTIN, M. GERARD, O. HERMAND, Y. HOUGARDY, M. DE WOLF, Ph. MALHERBE, E. TRAVERSA. Assistants et doctorants : V. DECKERS, Ch. A. HELLEPUTTE, A. LECOCQ, E.-J. NAVEZ, G. PARISIS, S. PRINCEN. Collaborateurs extérieurs : J. AUTENNE, J. MALHERBE, GRIDEC Professeurs : P. BELLEFLAMME (CORE/IAG), N. BRAHY Nicolas, Ph. Coppens, F. de VISSCHER, S. DUSOLLIER (FUNDP), F. GOTZEN (KUL-KUB), A. KABINDA NGOY (UNIKIN INEADEC), Y. MENIERE (CERNA - Ecole des Mines de Paris), P. NIHOUL, B. REMICHE, G. SCHAMPS, A. STROWEL (FUSL) et G. VAN OVERWALLE (KUL-KUB). Chercheurs : V. CASSIERS Vincent, V. DUPLAT (IAG), B. MOUFFE, A. PEETERS (FLTR), J. LIGOT et N. RENTERIA.

8 8 Le groupe souhaite également associer des personnes extérieures, notamment qui collaborent régulièrement à la Chaire Arcelor, telles que Fr. GEVERS (Conseil en Brevets), B. MICHAUX (Avocat), C. UCROS (Avocat) et G. VELASQUEZ (OMS), 9. Publications significatives des différents groupes GRIDE Y. DE CORDT, L intérêt social comme vecteur de la responsabilité sociétale des entreprises, Louvain-la-Neuve, Académia-Bruylant, Y. DE CORDT et G. SCHAEKEN WILLEMAERS, La transparence en droit des sociétés, Bruxelles, Larcier, Y. DE CORDT, Ph. LAMBRECHT et Ph. HAMER, La réforme de la réglementation sur les offres publiques d'acquisition, Bruxelles, Kluwer, M. DE WOLF (coord.), Le nouveau visage du contrôle des comptes et du révisorat d'entreprises, Bruxelles, Bruylant, Y. DE CORDT et D. PHILIPPE (coord.), La responsabilité des dirigeants de personnes morales, Bruges, La Charte, Y. DE CORDT (coord.), Evolution et perspectives du droit des sociétés Anno 2006, Bruxelles, Bruylant, J. MALHERBE, Y. DE CORDT, Ph. LAMBRECHT & Ph. MALHERBE, Précis de droit des sociétés, Bruxelles, Bruylant, 2004 et J. MALHERBE (coord.), La société européenne, Bruxelles, Bruylant, P. NIHOUL (coord.), La décentralisation dans l'application du droit de la concurrence - un rôle accru pour le praticien?, Bruxelles, Bruylant, Y. DE CORDT, L égalité entre actionnaires, Bruxelles, Bruylant, X., Le nouveau droit des ASBL et des fondations, Bruxelles, Bruylant, X., Faillite et concordat judiciaire: un droit aux contours incertains et aux interférences multiples, Bruxelles, Bruylant, X., La participation des travailleurs au capital et aux bénéfices des sociétés - Commentaires de la loi du 22 mai 2001, Bruxelles, Bruylant, X., Le nouveau code des sociétés, Bruxelles, Bruylant, X., La participation financière des travailleurs, Bruxelles, Bruylant. X., Le nouveau droit du concordat judiciaire et de la faillite: les lois des 17 juillet et 8 août 1997, Bruxelles, Bruylant, X., Droit des sociétés: les lois des 7 et 13 avril 1995, Bruxelles, Bruylant, X., Le nouveau droit des fusions et des scissions de sociétés, Bruxelles, Bruylant, G. HORSMANS (coord.), Le nouveau droit des marchés financiers, Bruxelles, Larcier, G. HORSMANS (coord.), Les groupements d'intérêt économique, Bruxelles, Bruylant, Atelier SociAL P. VIELLE et P. WALTHERY, Flexibility and social protection: Reconciling flexible employment patterns over the active life cycle with security for individuals, European Foundation for the Improvement of Living and Working Conditions, Luxembourg: Office for Official Publications of the European Communities, 2003, 124 p. P. VIELLE, Ph. POCHET et I. CASSIERS, (dir.) L Etat social actif, vers un changement de paradigme?, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 2005.

9 9 X, Le portage salarial, Actes de l après-midi d étude organisée par le groupe droit social, Bruxelles, Kluwer X, Motivation et motifs du congé, Actes de l après-midi d étude organisée par le groupe droit social, Etudes pratiques de droit social, Bruxelles, Kluwer S. GILSON (dir.),quelques propos sur la rupture du contrat de travail, Hommage à Pierre Blondiau, Louvain-la-Neuve, Anthémis, J.-F. NEVEN et S. GILSON (dir.), Dix ans d application de la Charte de l assuré social, Actes de l après-midi d étude organisée par le groupe droit social, Etudes pratiques de droit social, Bruxelles, Kluwer S.GILSON, N. HAUTENNE et K. ROSIER, «Les informations médicales dans le cadre de la relation de travail», Actes du colloque du 10 mars 2005, Orientations, N Spécial 35 ans, 2005, pp S.GILSON et P.BLONDIAU, contribution aux travaux de l association belge du droit du travail et de la sécurité sociale (Colloque du 9 septembre 2005, Droit social équitable Travail convenable Licenciement équitable, Bruxelles, Actes à paraître La Charte 2006) S. GILSON et M. GLORIEUX, «Aperçu du droit à l aide sociale des étrangers», in J.-Y. CARLIER et S. SAROLEA (sous la coord.), Droit des étrangers et nationalité, CUP, vol. 77, Bruxelles, Larcier, 2005, pp. 229 à 332. S. GILSON, «Les renonciations ne se présument pas : examen en droit social de l application d un principe général du droit» in S.GILSON (dir.), Au-delà de la loi? Actualités et évolutions des principes généraux du droit, Louvain-la-Neuve, Anthémis, 2006 P.-P. VAN GEHUCHTEN et S.GILSON, Les sanctions administratives en droit social : essai d une typologie in R.ANDERSEN, D.DEOM et D.RENDERS (dir.), Les sanctions administratives, Bruxelles, Bruylant, 2007 P.-P. VAN GEHUCHTEN «La motivation du congé : éléments formels, dans une perspective de réforme», in Travail convenable & licenciement équitable La Charte, 2007, pp P.-P. VAN GEHUCHTEN et PH. REYNIERS «Information et consultation des travailleurs - De quelques paradoxes de droit du travail à la lumière de la directive 2002/14/CE», Revue du droit de l Union européenne, 2007/1, pp et Revue de droit social, 2007/1, pp P.-P. VAN GEHUCHTEN, «Le législateur et la nature de la relation de travail: quels enjeux» in La nouvelle loi sur les relations de travail - premier état et perspectives, Ph. VERDONCK (dir.), Louvain-la-Neuve, Anthémis, P.-P. VAN GEHUCHTEN, «Multiples facettes de l effectivité du droit pénal social», in Droit pénal social - actualités et prospectives, in Ch.-E. CLESSE (dir.), Louvain-la-Neuve, Anthémis, Atelier FiscAL E. TRAVERSA, L autonomie fiscale des Régions et des collectivités locales des Etats membres face au droit communautaire. Analyse et réflexion à la lumière des expériences belge et italienne (titre provisoire), à paraître chez Larcier, J. MALHERBE, PH. MALHERBE, I. RICHELLE, I. (Ulg) et E. TRAVERSA, Direct taxation in the case-law of the European Cour of Justice, Larcier, M. DE WOLF, Souveraineté fiscale et principe de non discrimination dans la jurisprudence de la Cour de Justice des Communautés Européennes et de la Cour Suprême des Etats-Unis, Bruylant - L.G.D.J., V. DECKERS, Les frais professionnels, Bruxelles, Larcier, (avec Pierre-François COPPENS )

10 10 A. LECOCQ, Blanchiment et fraude fiscale : précis à l usage des praticiens et des étudiants, Kluwer, Brussels, 2008 (avec J.-F. Godbille) E. TRAVERSA et E.J. NAVEZ, «Droits de mutation par décès : le droit communautaire autorise la déduction des charges grevant un immeuble. Commentaire de l arrêt Eckelkamp du 11 septembre 2008 rendu par la Cour de justice des Communautés européennes.», Rev. not. b., décembre S. PRINCEN and M. GERARD, International Tax Consolidation in the European Union: Evidence of Heterogeneity, European Taxation, 2008, 48(4), pp Ch.-A. HELLEPUTTE, «Case law - European Court of Justice, EC Tax Review, 2007/1 (avec C. Docclo) J. AUTENNE, E. TRAVERSA et G. PARISIS, «L'Europe face à la régionalisation fiscale: compétence, concurrence, compétitivité et efficacité Rapport Général», Actes du colloque international des 19 et 20 avril 2007 organisé par l'ucl en collaboration avec l'université de Bologne, 2007 (en cours de publication) M. DE WOLF, «Du législateur belge à la Cour de justice des Communautés européennes: dialogue et pluralité en droit fiscal», Liber amicorum Jacques Malherbe, 2006, Bruylant, pp. 365 à 374 E. TRAVERSA, ( ), J. MALHERBE, M. DE WOLF, O. BERTIN. et alii ( ), Chronique de droit fiscal européen, J.T.D.E puis J.D.E., annuel (depuis 1994). GRIDEC B. REMICHE, Liberté et droit économique, (codir), De Boeck Université, Bruxelles, B. REMICHE, Options for Implementing the TRIPs Agreement in Developing Countries, co auteur, Geneva, Third World Network, B. REMICHE, "Propriété intellectuelle: intérêts d'entreprises et intérêt général" in Le droit de l'entreprise dans ses relations externes à la fin du XX siècle, Mélanges Claude Champaud, Paris, Dalloz 1997, p. 525 à 538. B. REMICHE, "Rôle régulateur des contrats internationaux de transfert de technologie: du contrat contrôlé au contrat libéré" in Les transformations de la régulation juridique, Paris, L.G.D.J. 1998, p. 313 à 320. B. REMICHE, "Droit économique, marché et intérêt général" in Philosophie du droit et droit économique - quel dialogue?, Mélanges Gérard Farjat, Paris, Frison-Roche, 1999, p. 253 à 260. B. REMICHE, "Le brevet pharmaceutique entre intérêts privés et public": un équilibre impossible" in Revue Internationale de Droit Economique, 2000/1, p. 197 à 209. B. REMICHE, «Révolution technologique, mondialisation et droits des brevets» in Revue Internationale de Droit Economique 2002/1, p.83 à 124. B. REMICHE, «Brevet communautaire et modifications à la convention sur le brevet européen» in Droits intellectuels : à la rencontre d une stratégie pour l entreprise, «Commission et droit et vie des affaires» (en collaboration) Bruylant, Bxl 2002, pp 173 à 225. V. CASSIERS et B. REMICHE, «Brevet communautaire et modifications à la Convention sur le brevet européen», in Droits intellectuels : à la rencontre d une stratégie pour l entreprise, Rapports du 52ème séminaire de la Commission Droit et Vie des Affaires des 11 et 12 octobre 2001, Bruxelles, Bruylant, 2002, p B. REMICHE, «Brevetabilité et innovation contemporaine : quelques réflexions sur les tendances actuelles du Droit des Brevets» in VIVANT, Michel, Protéger les inventions de demain, Biotechnologies, logiciels et méthodes d affaires, INPI, la Documentation française, Paris, 2003, p. 169 à 214. B. REMICHE, «L Ordre concurrentiel et l Accord ADPIC» in Mélanges A. Pirovano, Editions Frison-Roche, Paris, 2003.

11 B. REMICHE, «Marchandisation et brevet» in VIVANT Michel ed., in Propriété intellectuelle et mondialisation la propriété intellectuelle est-elle une marchandise?, Dalloz, Paris, 2004, pp 119 à 137. V. CASSIERS et I. FERRANT, «La publicité en droit belge», in La publicité et la loi, Paris, Litec, 2004, p B. REMICHE, Propriedad Intelectual y Tecnologia El acuerdo ADPIC diez anos despues : visiones europea y latinoamericana (Co-direction avec Jorge Kors), La Ley, Buenos Aires, 2006, 371 p. B. REMICHE, Brevet, innovation et intérêt général Le brevet : pourquoi et faire quoi? (Direction), Larcier, Bruxelles, 2007, 608 p. B. REMICHE, L Accord ADPIC, 10 après : Regards croisés Europe Amérique latine, (codirection) Larcier, V. CASSIERS, «La protection juridique des logiciels et des créations commerciales», in Remiche B. (dir.), Brevet, innovation et intérêt général, Bruxelles, Larcier, 2007, p

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

francophones et germanophones pour 3 points. Une réponse est souhaitée pour le 21 avril 2009 au plus tard.

francophones et germanophones pour 3 points. Une réponse est souhaitée pour le 21 avril 2009 au plus tard. Faculté de droit UCL A l attention de Mme Vivien BEDNARSKI Secrétaire Chaire Arcelor Collège Thomas More, Place Montesquieu 2 B - 1348 - Louvain-la-Neuve Affranchir S.V.P. Renseignements pratiques Date

Plus en détail

Les négociations internationales du post 2012 Une lecture juridique des enjeux fondamentaux

Les négociations internationales du post 2012 Une lecture juridique des enjeux fondamentaux Les négociations internationales du post 2012 Une lecture juridique des enjeux fondamentaux Sandrine Maljean-Dubois, Directrice de recherche au CNRS, Directrice du Centre d études et de recherches internationales

Plus en détail

Pierre-Olivier DE BROUX

Pierre-Olivier DE BROUX Pierre-Olivier DE BROUX Professeur aux Facultés universitaires Saint-Louis Belge, né à Uccle le 19 juin 1978 Marié 3 enfants Boulevard du Jardin Botanique 43 B-1000 Bruxelles - Belgique Tél : +32 2 792

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL BTS TRANSPORT ET PRESTATIONS LOGISTIQUES

RÉFÉRENTIEL BTS TRANSPORT ET PRESTATIONS LOGISTIQUES RÉFÉRENTIEL BTS TRANSPORT ET PRESTATIONS LOGISTIQUES INSTITUT NEMO 36/38 avenue Pierre Brossolette 92240 MALAKOFF Tel : 01 79 41 13 40 Fax : 01 49 85 00 04 n VERT : 0800 80 40 22 Nouveau référentiel applicable

Plus en détail

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales 1 Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires es Universite Nationale du Vietnam-Hanoi Faculté de Droit Matières Objectifs du cours Compétences acquises UE UE-1

Plus en détail

Les dialogues de la fiscalité

Les dialogues de la fiscalité Les dialogues de la fiscalité Cycle de séminaires Janvier Mars 2013 C R I Droit Entreprise Société INVITATION 1 La Chaire PwC de droit fiscal naît de la volonté de développer un pôle d excellence en droit

Plus en détail

Proposition conjointe de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition conjointe de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE LA HAUTE REPRÉSENTANTE DE L'UNION POUR LES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ Bruxelles, le 21.5.2015 JOIN(2015) 24 final 2015/0110 (NLE) Proposition conjointe de DÉCISION

Plus en détail

Référentiel BTS COMMERCE INTERNATIONAL

Référentiel BTS COMMERCE INTERNATIONAL Référentiel BTS COMMERCE INTERNATIONAL INSTITUT NEMO 36/38 avenue Pierre Brossolette 92240 MALAKOFF Tel : 01 79 41 13 40 Fax : 01 49 85 00 04 n VERT : 0800 80 40 22 Référentiel commun européen E4 ETUDE

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Programme de formations. (année 2014)

Programme de formations. (année 2014) Programme de formations (année 2014) LBBa, prestataire de formation professionnelle Prestataire de formation professionnelle, enregistré comme tel auprès de l administration, le cabinet LBBa, composé d

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION DROIT

Plus en détail

FACULTÉ DE DROIT ET DES SCIENCES POLITIQUES DE NANTES COURS DE DROIT DE LA PROPRIÉTÉ INDUSTRIELLE

FACULTÉ DE DROIT ET DES SCIENCES POLITIQUES DE NANTES COURS DE DROIT DE LA PROPRIÉTÉ INDUSTRIELLE FACULTÉ DE DROIT ET DES SCIENCES POLITIQUES DE NANTES COURS DE DROIT DE LA PROPRIÉTÉ INDUSTRIELLE MASTER 1 2012 / 2013 SEMESTRE 2 JEAN-PIERRE CLAVIER PROFESSEUR À L UNIVERSITÉ DE NANTES DIRECTEUR DU MASTER

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

2010 Certificat interuniversitaire en médiation civile, commerciale et sociale, Académie Louvain

2010 Certificat interuniversitaire en médiation civile, commerciale et sociale, Académie Louvain Yannick NINANE Né le 8 juin 1979 Assistant chargé d enseignement (45%) Coordonnées à l Université Saint-Louis Boulevard du Jardin Botanique, 43 1000 Bruxelles Tél. +32 (0)2 211 79 71 Courriel : yannick.ninane@usaintlouis.be

Plus en détail

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE INSTITUT CATHOLIQUE DE RENNES France LE CHAMP A EXPLORER Longtemps monopole de l univers public et associatif,

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

-2005-aujourd hui : Professeur agrégé de droit privé, Université de Nice-Sophia Antipolis

-2005-aujourd hui : Professeur agrégé de droit privé, Université de Nice-Sophia Antipolis Fabrice SIIRIAINEN Professeur agrégé des Facultés de droit Avocat siiriain@ gredeg.cnrs.fr/fabrice.siiriainen@ unice.fr Né le 27 juin 1969 à Neuilly/Seine (92) Professeur de droit privé Université de Nice-Sophia

Plus en détail

La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) en Suisse

La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) en Suisse La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) en Suisse Laetitia Gill, Directerice du Réseau et Développement Philias Forum 20 ans Mode d Emploi 16 novembre UNIL Lausanne www.philias.org www.philias.org

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

Charles-Eric CLESSE. Rapport d activités. Année académique 2008-2009. Faculté de Droit

Charles-Eric CLESSE. Rapport d activités. Année académique 2008-2009. Faculté de Droit Université Libre de Bruxelles Av. F. D. Roosevelt, 50 CP 137 1050 Bruxelles Charles-Eric CLESSE Rapport d activités Année académique 2008-2009 Faculté de Droit I. ACTIVITE SCIENTIFIQUE a. Liste des publications

Plus en détail

Service de la scolarité D.E.G Albi

Service de la scolarité D.E.G Albi Service de la scolarité D.E.G Albi Diplôme d Etablissement DROIT SOCIAL INTERNATIONAL Responsable pédagogique : Philippe DELVIT, Professeur des Universités, Chargé de mission Afrique philippe.delvit@univ-jfc.fr

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010)

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) 1 ère année UE 1 GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE niveau M : 180 heures 20 ECTS coefficient

Plus en détail

3. Libre circulation des marchandises (y compris l Union douanière)

3. Libre circulation des marchandises (y compris l Union douanière) X. DROIT EUROPEEN 0. Revues 1. Ouvrages généraux : traités, manuels encyclopédies, dictionnaires sur l Union européenne a. Recueils de textes de droit européen (primaire et dérivé) 2. Libertés de circulation

Plus en détail

Professeur : Vincent GAUTRAIS SYLLABUS

Professeur : Vincent GAUTRAIS SYLLABUS UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL FACULTÉ DE DROIT Automne 2008 DRT 2401 Droit des affaires I Deuxième année Section B Professeur : Vincent GAUTRAIS SYLLABUS I. OBJECTIFS Le cours droit des affaires 1 (DRT 2401)

Plus en détail

Financement et régulation des pensions

Financement et régulation des pensions Faculté de droit et de criminologie Faculté des Sciences (Institut de Statistique, Biostatistique et Sciences Actuarielles -ISBA) CERTIFICAT D UNIVERSITÉ (12 CRÉDITS ECTS) Financement et régulation des

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE TABLE DES MATIÈRES Liste des auteurs................................................... Sommaire........................................................... Liste des principales abréviations...................................

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION DROIT

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

Avant-propos... 5. Titre préliminaire De la publication, des effets et de l application des lois en général... 15

Avant-propos... 5. Titre préliminaire De la publication, des effets et de l application des lois en général... 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos...................................................................................... 5 I. CODES Code civil (extraits)...............................................................................

Plus en détail

Carnet de validation pour les étudiants de l UCL

Carnet de validation pour les étudiants de l UCL Ecole doctorale en Information et Communication Carnet de validation pour les étudiants de l UCL A. INFORMATIONS PERSONNELLES Nom et prénom du/de la doctorant(e) :. Facultés universitaires / Université

Plus en détail

Ecoles doctorales. Histoire et situation actuelle. Ecoles doctorales 1

Ecoles doctorales. Histoire et situation actuelle. Ecoles doctorales 1 Ecoles doctorales Histoire et situation actuelle Ecoles doctorales 1 Historique de la formation doctorale en France 1997 : Ecoles doctorales généralisées, en charge des DEA, ~320 Ecoles Doctorales. 2002

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA LIBERALISATION

SEMINAIRE SUR LA LIBERALISATION SEMINAIRE SUR LA LIBERALISATION DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DAKAR, 11, 12 ET 13 AOUT RESOLUTION FINALE Séminaire de Dakar 11, 12 et 13 Août 2009 Page 1 Edito : La libéralisation de l enseignement supérieur,

Plus en détail

Centre de Recherche sur les Relations entre le Risque et le Droit -C3RD-

Centre de Recherche sur les Relations entre le Risque et le Droit -C3RD- Centre de Recherche sur les Relations entre le Risque et le Droit Centre de Recherche sur les Relations entre le Risque et le Droit -C3RD- Université Catholique de Lille Qui sommes-nous? Le Centre de Recherche

Plus en détail

Contrat de Management

Contrat de Management http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net Contrat de Management Auteur: Me François Collon, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat. Il a pour seul objectif de vous

Plus en détail

A J C AVOCATS JURISCONSEIL SOCIÉTÉ D AVOCATS INTER BARREAUX CONSEIL FISCAL, JURIDIQUE ET SOCIAL

A J C AVOCATS JURISCONSEIL SOCIÉTÉ D AVOCATS INTER BARREAUX CONSEIL FISCAL, JURIDIQUE ET SOCIAL A J C AVOCATS JURISCONSEIL SOCIÉTÉ D AVOCATS INTER BARREAUX CONSEIL FISCAL, JURIDIQUE ET SOCIAL LE PARTENAIRE QUOTIDIEN ET PRIVILÉGIÉ DE LA PERFORMANCE DE VOTRE ENTREPRISE NOTRE CABINET Fruit de l évolution

Plus en détail

Partie 1 : Les régimes propres à chaque type de société

Partie 1 : Les régimes propres à chaque type de société Introduction 13 Partie 1 : Les régimes propres à chaque type de société Titre 1 : Les sociétés à risque illimité Chapitre 1 : Les sociétés sans personnalité morale 21 Section 1 : La société en participation...

Plus en détail

Les dialogues de la fiscalité

Les dialogues de la fiscalité Les dialogues de la fiscalité Cycle de séminaires Janvier - Avril 2011 C R I Droit Entreprise Société INVITATION 1 La Chaire PricewaterhouseCoopers de droit fiscal nait de la volonté de développer un pôle

Plus en détail

effigest UN OEIL EXPERT SUR VOTRE ENTREPRISE Cabinet d expertise comptable Fiscalité et Gestion de Patrimoine Paie Social Expertise Comptable

effigest UN OEIL EXPERT SUR VOTRE ENTREPRISE Cabinet d expertise comptable Fiscalité et Gestion de Patrimoine Paie Social Expertise Comptable Fiscalité et Gestion de Patrimoine Paie Social Expertise Comptable Commissariat aux Comptes UN OEIL EXPERT SUR VOTRE ENTREPRISE Dans un environnement économique et législatif en constante évolution, votre

Plus en détail

LOIS HAMON ET MACRON, ALLIANCES À L ACHAT, ATTENTES RSE

LOIS HAMON ET MACRON, ALLIANCES À L ACHAT, ATTENTES RSE SÉMINAIRES THÉMATIQUES // LOIS HAMON ET MACRON, ALLIANCES À L ACHAT, ATTENTES RSE Nouvelle donne pour les coopératives agricoles et agroalimentaires? 2 juin 2015 24 septembre 2015 paris 2 E OBJECTIFS >

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE MÉTIERS)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE MÉTIERS) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE MÉTIERS) Intitulé (cadre 1) Licence droit, économie, gestion, mention Licence d Administration Publique Autorité responsable de la certification

Plus en détail

Master of Science (MSc) Management des Politiques Publiques

Master of Science (MSc) Management des Politiques Publiques Master of Science (MSc) Management des Politiques Publiques Sciences Po Lille et Audencia Nantes École de Management Année universitaire 2015-2017 Responsables de la formation : Sciences Po Lille : Nicolas

Plus en détail

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LES ACTIVITÉS DE L UNION EUROPÉENNE EN APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES Ce projet est

Plus en détail

Membre du comité des conseillers pour la coopération transfrontalière en Europe

Membre du comité des conseillers pour la coopération transfrontalière en Europe LUCHAIRE YVES Maître de conférences/professeur(e) en Droit Public Institut d Études Politiques d Aix-en-Provence (CHERPA) Adresse professionnelle : I.E.P. 25, rue Gaston de Saporta 13625 Aix-en-Provence

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

Enseignement supérieur - Recherche

Enseignement supérieur - Recherche 254 Enseignement supérieur - Recherche Le domaine fonctionnel Enseignement supérieur Recherche regroupe les emplois qui concourent à l enseignement supérieur et à la recherche. 255 CADRE DE DIRECTION EN

Plus en détail

LABOUR NEWS - TRAVAIL

LABOUR NEWS - TRAVAIL LABOUR NEWS - TRAVAIL Qu est-ce qu un faux indépendant : quelle est la limite entre le statut de salarié et le statut d indépendant? Une personne physique peut très bien se trouver, d un point de vue administratif,

Plus en détail

Questionnaire LLL Transfer

Questionnaire LLL Transfer Questionnaire LLL Transfer Ce questionnaire est destiné à recueillir des données et des informations utiles à la mise en œuvre d une politique d apprentissage tout au long de la vie (LLL) dans les Hautes

Plus en détail

BAC 2. Syll. 2013-2014 2 e Quadri BAC 1 COURS CODE PROFESSEUR/EDITEUR PRIX SOURCES, PRINCIPES ET SPMD 2 BOXSTAEL

BAC 2. Syll. 2013-2014 2 e Quadri BAC 1 COURS CODE PROFESSEUR/EDITEUR PRIX SOURCES, PRINCIPES ET SPMD 2 BOXSTAEL BAC 1 SOURCES, PRINCIPES ET SPMD 2 1112 N. DANDOY, J-L VAN 10,00 METHODES DU DROIT 1 BOXSTAEL FONDEMENTS ROMAINS DU DROIT CODE BAC 1 1110 BRUYLANT 65,00 TRAVAUX DIRIGES T 2 1114 NYS ET FONDEMENTS ROMAINS

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Tunisia / Tunisie (260) Programme UNITWIN/Chaires UNESCO. Période d activité : 2006

Tunisia / Tunisie (260) Programme UNITWIN/Chaires UNESCO. Période d activité : 2006 Tunisia / Tunisie (260) Programme UNITWIN/Chaires UNESCO Période d activité : 2006 Chaire UNESCO d enseignement du droit d auteur et des droits voisins Rapport rédigé par : Madame Nébila Mezghani ; Responsable

Plus en détail

Université des Antilles et de la Guyane

Université des Antilles et de la Guyane Université des Antilles et de la Guyane Faculté de droit et d économie de la Martinique DROIT PUBLIC ECONOMIQUE 2008-2009 Master 1 droit public droit privé INTRODUCTION SECTION I Le droit et l économie

Plus en détail

Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe

Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe 1 Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe 1. Survol historique de la médiation dans le pays En Hongrie deux processus sont connus dans le domaines de mode alternatifs

Plus en détail

OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR

OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR (MARQUES, DESSINS ET MODÈLES) Le président DECISION N ADM-04-10 REV DU PRESIDENT DE L OFFICE du 29 mars 2012 relative au télétravail LE PRESIDENT DE L

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet Internationalisation de l entreprise Sommaire 1. L environnement des échanges 2. Les stratégies d internationalisation 3. Les étapes stratégiques de l internationalisation 4. La formulation des stratégies

Plus en détail

DROIT DU COMMERCE INTERNATIONAL

DROIT DU COMMERCE INTERNATIONAL Sous la direction de Jacques BÉGUIN Professeur émérite à l'ecole de droit de la Sorbonne (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) Ancien recteur de l'académie de Strasbourg et Michel MENJUCQ Professeur à

Plus en détail

FICHE PEDAGOGIQUE. UE n 736: Eléments de législation appliquée au domaine de la communication. ECTS : 7 Déterminante? NON

FICHE PEDAGOGIQUE. UE n 736: Eléments de législation appliquée au domaine de la communication. ECTS : 7 Déterminante? NON FICHE PEDAGOGIQUE UE n 736: Eléments de législation appliquée au domaine de la communication Code EPS : 713005U32D1 Section(s) : RP Prérequis : CESS (français) ACTIVITE : Notions de droit appliqué au domaine

Plus en détail

PROGRAMME. Accueil des participants à partir de 13h30.

PROGRAMME. Accueil des participants à partir de 13h30. PRéSENTATION Le droit à la vie privée, garanti notamment par l article 8 de la Convention européenne des droits de l homme et l article 22 de la Constitution, ne s arrête pas aux portes de l entreprise.

Plus en détail

Association des parties prenantes à l'expertise sanitaire

Association des parties prenantes à l'expertise sanitaire Inspection générale des affaires sociales RM2011-048A Association des parties prenantes à l'expertise sanitaire RAPPORT THEMATIQUE Établi par Françoise BAS-THERON Christine DANIEL Nicolas DURAND Membres

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

MASTER (M2) DROIT PUBLIC, SPÉCIALITÉ DROIT DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE

MASTER (M2) DROIT PUBLIC, SPÉCIALITÉ DROIT DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE MASTER (M2) DROIT PUBLIC, SPÉCIALITÉ DROIT DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine : Droit et Sciences politiques Présentation Spécificités

Plus en détail

Atelier thématique «Stratégies de développement durable»

Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Par Christian BRODHAG École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne (France) brodhag@emse.fr Le thème stratégie de développement durable

Plus en détail

2009 / 2011 MASTER 2 DROIT ANCIEN DIPLÔME D ETUDE APPROFONDIES (D.E.A) FACULTE DE DROIT

2009 / 2011 MASTER 2 DROIT ANCIEN DIPLÔME D ETUDE APPROFONDIES (D.E.A) FACULTE DE DROIT 2009 / 2011 MASTER 2 DROIT ANCIEN DIPLÔME D ETUDE APPROFONDIES (D.E.A) FACULTE DE DROIT MASTER 2 RECHERCHE OPTION DROIT PRIVE FONDAMENTAL ANCIEN DIPLÔME D ETUDES APPROFONDIES (D.E.A) Option DROIT PRIVE

Plus en détail

Pierre-Olivier DE BROUX

Pierre-Olivier DE BROUX Pierre-Olivier DE BROUX Professeur à l Université Saint-Louis - Bruxelles Belge, né à Uccle le 19 juin 1978 Marié 4 enfants Boulevard du Jardin Botanique 43 B-1000 Bruxelles - Belgique Tél : +32 2 792

Plus en détail

TABLEAU DE CORRESPONDANCE ENTRE LES SAVOIRS JURIDIQUES ASSOCIES DU REFERENTIEL BAC PRO GA ET LE PROGRAMME D ECONOMIE-DROIT

TABLEAU DE CORRESPONDANCE ENTRE LES SAVOIRS JURIDIQUES ASSOCIES DU REFERENTIEL BAC PRO GA ET LE PROGRAMME D ECONOMIE-DROIT TABLEAU DE CORRESPONDANCE ENTRE LES SAVOIRS JURIDIQUES ASSOCIES DU REFERENTIEL BAC PRO GA ET LE PROGRAMME D ECONOMIE-DROIT Avertissement : ce document a pour seul objet de faciliter le de repérage des

Plus en détail

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF A l initiative du Secrétaire général parlementaire, M. Pascal Terrasse et sur proposition du, au terme d une consultation ayant associé

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique TABLE DES MATIÈRES 717 PAGES Préface........................................................... 5 Introduction générale............................................... 13 1. La lente émergence d un espace

Plus en détail

Synthèse de rapport. (Version française)

Synthèse de rapport. (Version française) www.fondation-droitcontinental.org Synthèse de rapport La protection contre l appropriation illicite des secrets d affaires et des informations commerciales confidentielles (Version française) Rapport

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité Introduction «Corsetés par des règles de gouvernance surannées ( ) les ports français ont connu un déclin

Plus en détail

Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association

Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association Préambule Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association Conformément aux termes de la Charte Lausannoise de l animation, la Ville de Lausanne donne mandat

Plus en détail

Portage salarial : caractéristiques et formalités obligatoires du CDD

Portage salarial : caractéristiques et formalités obligatoires du CDD Portage salarial : caractéristiques et formalités obligatoires du CDD Article juridique publié le 20/04/2015, vu 986 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM Selon l Ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015, le

Plus en détail

CONTRAT D ENGAGEMENT EN QUALITE DE DOCTORANT CONTRACTUEL. Contrat doctoral n

CONTRAT D ENGAGEMENT EN QUALITE DE DOCTORANT CONTRACTUEL. Contrat doctoral n CONTRAT D ENGAGEMENT EN QUALITE DE DOCTORANT CONTRACTUEL Contrat doctoral n Vu le code de la recherche, et notamment son article L. 412-2 ; Vu le décret n 84-431 du 6 juin 1984 modifié fixant les dispositions

Plus en détail

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles)

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles) France Bénévolat a mis au point deux documents type qui peuvent servir de base à la clarification des règles du jeu entre bénévoles et associations et permettre ainsi le développement de bonnes pratiques.

Plus en détail

COURS D ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES

COURS D ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES MASTER OF Ouvert aux participant-e-s extérieur-e-s MPAPUBLIC ADMINISTRATION COURS D ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES Sous la direction de Katia Horber-Papazian, professeure Caroline Jacot-Descombes,

Plus en détail

Table des matières. SECTION 1 L obligation d information en dehors des contrats... 11

Table des matières. SECTION 1 L obligation d information en dehors des contrats... 11 Table des matières Sommaire...................................................................... 5 1 Introduction générale...................................................... 7 François Glansdorff professeur

Plus en détail

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général.

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général. C est une section technologique dans un lycée général. En STG, les élèves découvrent l entreprise, son environnement économique et juridique, s initient au management des organisations, à l information

Plus en détail

Marketing opérationnel

Marketing opérationnel Programme MASTER Les MAJEURES du Spring Semester 2011 Les étudiants accueillis en séjour d études à l ESC PAU choisissent un programme d études spécialisé. Chaque Majeure compte 210 heures de cours. Pôle

Plus en détail

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM Organisation générale Une association paritaire Un conseil d administration

Plus en détail

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL PRÉAMBULE En concluant le Protocole du 17 juillet 1981 relatif au temps de travail,

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Le Meilleur de la formation à distance Comptabilité-Gestion / Juridique / Ressources Humaines. ~ ~ La restructuration de l entreprise

Le Meilleur de la formation à distance Comptabilité-Gestion / Juridique / Ressources Humaines. ~ ~ La restructuration de l entreprise UE 1 - Gestion juridique, fiscale et sociale ~ ~ Éléments généraux sur les contrats Les principes fondateurs du droit des contrats La formation des contrats L effet des contrats L exécution du contrat

Plus en détail

Charte des PLATEAUX TECHNIQUES

Charte des PLATEAUX TECHNIQUES Charte des PLATEAUX TECHNIQUES L université Blaise Pascal affiche sa volonté de mutualisation de ses équipements scientifiques et sa volonté d ouverture vers son environnement institutionnel et économique.

Plus en détail

La cité du droit de la Sorbonne PARTENARIATS ENTREPRISES 2013

La cité du droit de la Sorbonne PARTENARIATS ENTREPRISES 2013 La cité du droit de la Sorbonne PARTENARIATS ENTREPRISES 2013 Chaire de la Cité du Droit de la Sorbonne La Cité du droit est une Chaire de l École de droit de la Sorbonne Université Paris 1 Panthéon -

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Le système d assurance qualité de la HES-SO

Le système d assurance qualité de la HES-SO Le système d assurance qualité de la HES-SO 1. Contexte historique Le monde de l enseignement supérieur et de la recherche a beaucoup évolué durant ces quarante dernières années. Parmi les nombreux facteurs

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

CONSTRUISONS ENSEMBLE LES SAVOIRS DE DEMAIN

CONSTRUISONS ENSEMBLE LES SAVOIRS DE DEMAIN CONSTRUISONS ENSEMBLE LES SAVOIRS DE DEMAIN «L IAE Toulouse est l École de Management de l Université Toulouse 1 Capitole, dont l objectif est de proposer des formations de haut niveau dans les différentes

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Article L. 432-1 du Code du travail

Article L. 432-1 du Code du travail Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus et syndicaux. Ce comité assume des attributions

Plus en détail

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION La valeur ajoutée de cette formation de haut niveau réside dans son caractère

Plus en détail

COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES. Paris, le 09/05/2014

COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES. Paris, le 09/05/2014 COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES Paris, le 09/05/2014 1 1 Global Compact o Lancé en 2000, le Pacte Mondial des Nations Unies est un

Plus en détail