Les encéphalopathies épileptiques (EE) commençant

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les encéphalopathies épileptiques (EE) commençant"

Transcription

1 Prise en charge des encéphalopathies épileptiques de l enfance passées Late management at adulthood of early-onset in infant, child or teenager epileptic encephalopathies C. Remy* * Service de neurologie, hôpitaux Drome Nord, Romans-sur-Isère, et centre médical de la Teppe, Tainl Hermitage. Les encéphalopathies épileptiques (EE) commençant dans l enfance ou à l adolescence ont une place à part parmi les épilepsies en raison de leur rareté et de leur gravité. Elles entraînent des handicaps multiples, physiques et surtout psychiques, liés aux conséquences cérébrales et parfois systémiques de l épilepsie elle-même, habituellement pharmacorésistante et non chirurgicale, mais aussi de l affection sous-jacente à l origine de l épilepsie. À l âge adulte, l encéphalopathie initiale peut avoir disparu mais laisser des séquelles parfois elles-mêmes évolutives. Le caractère plurifonctionnel du handicap qui en résulte nécessite une prise en charge pluridisciplinaire justifiant le recours à des consultations très spécialisées qui, dans certains cas, ne peuvent se trouver que dans des structures d accueil spécifiques. Principales caractéristiques communes Les EE sont la traduction d épilepsies multifocales ou généralisées lésionnelles (symptomatiques ou cryptogéniques selon la terminologie actuelle). La distinction entre ces deux entités est théorique. La liste des encéphalopathies susceptibles de commencer ou de persister est résumée dans le tableau (1). Pour certaines d entre elles, débutant précocement et décrites depuis peu de temps, nous ne disposons pas encore d'informations sur l évolution tardive. Il n y a pas de données épidémiologiques spécifiques aux EE, mais on peut se référer à celles relatives aux épilepsies partielles réfractaires, dont le profil épileptologique semble proche. Les crises Les crises sont invalidantes de par leur type, leur intensité et leur fréquence. Il existe souvent plusieurs types de crises, convulsives ou non. Elles peuvent être intenses, responsables de chutes brutales traumatisantes. Elles sont souvent fréquentes, pluri-hebdomadaires ou pluriquotidiennes, parfois même incalculables, à tel point qu il est difficile de différencier l état intercritique de l état critique. Elles peuvent s enchaîner de manière subintrante, en série (en général 4 à 5 crises immédiatement successives), ou progresser vers un état de mal épileptique. La fréquence des états de mal épileptique est importante ; ils prennent la forme d états de mal généralisés convulsifs, mais aussi (et surtout?) d états de mal non convulsivants, d allure confusionnelle, limités à un ralentissement idéomoteur, une aggravation de la marche avec des chutes plus fréquentes ou, indirectement, une aggravation du comportement ou de l état général (hypersialorrhée et troubles de la déglutition avec encombrement bronchique, par exemple). Ils peuvent survenir de manière apparemment inopinée ou être déclenchés par des causes multiples : modification du traitement 244 La Lettre du Neurologue Vol. XII - n 8 - octobre 2008

2 Points forts»» Les encéphalopathies épileptiques commençant dans l enfance ou à l adolescence sont des affections rares qui se différencient des autres formes d épilepsie par leur gravité. Leur caractère évolutif est à l origine de handicaps multiples, physiques et surtout psychiques.»» À l âge adulte, les séquelles persistent et sont parfois évolutives.»» Le caractère plurifonctionnel du handicap qui en résulte nécessite une prise en charge pluridisciplinaire justifiant le recours à des consultations très spécialisées et qui, dans certains cas, ne peuvent se trouver que dans des structures d accueil spécifiques.»» Il faut retenir le principe que toute pathologie intercurrente, quelle qu elle soit, fonctionnelle et/ou organique, peut déstabiliser un équilibre toujours fragile chez ces patients.»» Le traitement doit toujours être modifié avec une grande prudence.»» Dans certaines situations très spécifiques seulement, un traitement intermittent par benzodiazépines est possible pour prévenir ou bloquer les crises.»» À côté de l imagerie et de la biologie, la vidéo-eeg est indispensable pour interpréter certaines modifications comportementales.»» Il ne faut pas "s endormir" sur le caractère chronique et a priori inéluctable de l affection ni relâcher la surveillance de ces patients, mais il ne faut pas non plus s alarmer de manière inappropriée, ni prévoir des examens systématiques non justifiés. Cette attitude intermédiaire est difficile à acquérir. Mots-clés Encéphalopathie épileptique Vidéo-EEG Complications psychiques Prise en charge pluridisciplinaire Tableau. Liste et caractéristiques principales des EE (1). Maladie ou syndrome Âge de début Particularités Fréquence Encéphalopathies épileptiques Ohtahara Encéphalopathie myoclonique néonatale Premières semaines Spasmes Suppression burst à l EEG Quelques centaines Crises partielles migrantes Nourrisson Crises subcontinues à foyer variable Quelques dizaines West Nourrisson Lésions cérébrales identifiables ou non, importance de la précocité du traitement Dravet : épilepsie myoclonique sévère du nourrisson Pointes-ondes continues (POCS) Landau-Kleffner 1/5 000 naissances Nourrisson États de mal, déterminisme génétique 1/ ans Activité épileptique subcontinue Aphasie progressive (Landau-Kleffner) Lennox-Gastaut 4-8 ans Crises toniques nocturnes, chutes, troubles psychiques 1/ Quelques dizaines < 1/ Épilepsie myoclono-astatique 2-5 ans Chutes 1/5 000 Chromosome 20 en anneau Angelman 6 mois à l adolescence 2 premières années de vie Crises prolongées, états confusionnels Dysmorphie Génétique Encéphalopathies progressives à expression épileptique Épilepsie myocloniques progressives Unverricht-Lundborg 2 ans 6 ans Gène de la cystatine B, hétérogénéité génétique Lafora 6 à 19 ans Fatal < 10 ans d évolution Génétique MERRF 3 à 65 ans Surdité, myopathie, mutations de l ADN mitochondrial Céroïde-lipofuscinose 3 mois Atteinte visuelle chez l enfant Démence chez l adulte X gènes identifiés ± 50 cas en France 1/ < 1/ Highlights The early-onset epileptic encephalopathies are rare deseases which differ from the other types of epilepsies due to their severity. They involve multiple physical but above all psychic disabilities. At adulthood, sequels persist and are sometimes evolutive. The multiple features of the resulting handicap need a pluridisciplinary management only possible in some centres specialized in epilepsy. It is essential to remember that all kinds of organic and/or functional intercurrent pathologies can disturb a still unstable situation in such patients. The treatment must always be changed with great caution. An intermittent treatment by benzodiazepine can be proposed to prevent or to stop seizures, but only in some very specific situations. Imaging and laboratory investigations, but first of all a video-eeg recording must be required to diagnose some behavioural changes. In spite of the chronic and apparently inescapable nature of the disease, a negligent attitude is prohibited, but useless agressive investigations are too. Such a "middle attitude" is difficult to obtain. Sialidoses Gaucher Neuroserpine Autres Rasmussen 2 à 15 ans Crises motrices continues, hémiplégie progressive, lésions inflammatoires Quelques centaines Encéphalites limbiques inflammatoires non paranéoplasiques Adulte Crises lobe temporal, troubles psychiques, anomalies immunologiques Quelques dizaines La Lettre du Neurologue Vol. XII - n 8 - octobre

3 Prise en charge des encéphalopathies épileptiques de l enfance passées ou causes d ordre général (affection intercurrente, complication traumatique intracérébrale, trouble métabolique, etc.). Ils peuvent être précédés par un syndrome de menace d état de mal, avec des crises en série plus fréquentes et qui réagissent moins bien au traitement habituel (2). Électroencéphalogramme (EEG) Les crises enregistrées par EEG sont souvent difficiles à identifier : elles se limitent à une désynchronisation brutale du tracé, avec ou sans activité rapide tonique de bas voltage, apparemment diffuse sur le scalp et très souvent masquée par des artéfacts musculaires. En l absence de vidéo-eeg, ce type de crise peut passer totalement inaperçu. C est particulièrement vrai au cours du sommeil. L EEG intercritique peut paraître normal, même dans certaines formes sévères d EE. La réalisation d EEG du sommeil est indispensable, même : les anomalies peuvent n apparaître qu au cours du sommeil, évoquant parfois de véritables états de mal électriques durant toute la nuit, perturbant le rythme nycthéméral et très probablement l état cognitif. Difficultés thérapeutiques La gravité des crises et leur pharmacorésistance habituelles expliquent l importante polythérapie (jusqu à 4 ou 5 médicaments au moins) dont les patients sont souvent les victimes. Les conduites peuvent parfois se révéler contradictoires : essai systématique des nouvelles molécules (des difficultés méthodologiques étant constatées dans certains protocoles d essais thérapeutiques) avec une accumulation des premiers médicaments, ou, à l inverse, abandon des essais thérapeutiques sans remettre en cause le maintien de traitements antérieurs, diversement associés à des posologies variables (tout peut se voir, des doses chroniquement toxiques aux doses a priori infrathérapeutiques, avec maintien de traitements qui théoriquement semblent pourtant inactifs et potentiellement délétères sur l état général et même sur l épilepsie ). Paradoxalement, il est souvent très difficile de changer le traitement : toute modification, même mineure et théoriquement justifiée, peut altérer un équilibre fragile, ce qui n est généralement pas compris et est mal accepté par l entourage du patient. Il apparaît néanmoins légitime de tenter de réduire prudemment le nombre de molécules ou de limiter la posologie des traitements à la dose minimale afin de permettre un équilibre satisfaisant, surtout quand l augmentation n a pas apporté d amélioration clinique à terme. Avant toute modification thérapeutique, il est cependant indispensable d obtenir la participation de l entourage (famille et milieu psycho-éducatif), parfois à l issue de longues discussions Après avoir obtenu un équilibre relativement satisfaisant entre l épilepsie et le comportement, avec une qualité de vie définie par l entourage comme plutôt bonne, il faut savoir ne rien changer malgré la persistance des crises. Certains médicaments antiépileptiques (AE) peuvent aggraver l EE (3, 4) ; il s agit généralement des mêmes que pour l épilepsie idiopathique. Les AE réservés a priori uniquement à l épilepsie focale lésionnelle doivent être prescrits avec prudence. Néanmoins, en pratique, tous les AE, mais également les surdosages thérapeutiques, sont susceptibles d aggraver l épilepsie et surtout l état général du patient. La prescription de benzodiazépines au long cours est souvent utilisée parfois même en associant plusieurs molécules de cette famille compte tenu de leur efficacité initiale. Malgré le risque de tolérance, les doses sont parfois très importantes, finalement inefficaces, et elles induisent de réelles difficultés pour le sevrage. En revanche, le traitement intermittent par benzodiazépines (dans notre expérience : clobazam 20 mg, 1 à 2 fois par jour pendant 1 à 3 jours, 1 à 2 fois par mois chez l adulte de poids moyen) est utile pour passer les périodes difficiles de recrudescence des crises, ou même à titre préventif, pour éviter les crises avant un événement important comme une fête ou un voyage, par exemple (5). Les crises en série, lorsqu elles sont intenses ou prolongées (en théorie dès la deuxième crise généralisée lorsqu elles sont immédiatement successives ou très rapprochées, ou dès 20 minutes de crises partielles subintrantes, c est-à-dire environ dès la quatrième ou la cinquième crise), justifient plutôt l administration de diazépam intrarectal (2 à 3 ampoules de 10 mg pour un adulte de poids moyen), dont l action est plus rapide que celle de l administration per os ou en suppositoire (15 minutes environ au lieu d une heure au moins) [6]. En milieu institutionnel, le personnel apprend à connaître les patients pour lesquels l injection peut attendre (crises en série peu intenses et habituellement spontanément résolutives en moins de 30 minutes) et ceux pour lesquels la prescription doit être systématique, parfois dès la première crise, en raison du risque d état de mal. La voie intramusculaire est à éviter (toxicité locale et 246 La Lettre du Neurologue Vol. XII - n 8 - octobre 2008

4 absorption trop lente). La voie intraveineuse n est possible qu en milieu hospitalier. Faute de produit Lyoc, il semble que l administration sublinguale de clonazépam en solution injectable (une ampoule) soit efficace, mais cela n est pas validé. Le syndrome de menace nécessite le même protocole thérapeutique que celui observé pour un état de mal. Crises psychogènes Elles ne sont pas rares (20 % des patients en institution) au cours de la maladie (parfois alors que l évolution semblait plutôt meilleure, mais parfois aussi concomitamment à des crises épileptiques inchangées). Seule l observation vidéo-eeg permet d affirmer ce diagnostic. Leur prise en charge reste décevante, sans protocole déterminé. Les patients doivent bénéficier d un soutien psychologique, dont l efficacité dépend du niveau psychique. La visualisation par les patients des crises enregistrées en vidéo peut se faire dans des conditions précises. Dans notre expérience cependant, elle n entraîne pas de bons résultats, contrairement à ce qui a été publié dans certains pays anglo-saxons. Surveillance des crises nocturnes Plusieurs moyens existent, en particulier chez les patients à risque présentant des crises nocturnes intenses : détecteurs mécaniques (détecteurs de type Epicare, fondés sur la détection des vibrations du matelas pendant les crises), détecteurs sonores (de type baby phone), ou exceptionnellement détecteurs vidéo dans certaines chambres dédiées. Dans tous les cas, il est recommandé de dormir sans oreiller ou bien avec un oreiller alvéolé et de ne pas dormir sur le ventre. Cependant, jusqu à présent, aucune de ces méthodes n a prouvé son efficacité. Conséquences physiques Elles sont constantes, dues à des mécanismes multiples et liées en particulier aux crises et au traitement. Les crises peuvent entraîner de multiples fractures favorisées par l ostéoporose que les AE et la sédentarité accentuent (8). Des lésions intracérébrales sont également observées, qui aggravent le pronostic fonctionnel et vital, et qui peuvent modifier l épilepsie. Les chocs répétés entraînent des cals osseux et cutanés qui, au niveau du visage et du crâne, constituent un véritable casque protecteur, mais au prix de déformations esthétiques progressives, avec un aspect léonin caractéristique. Les complications esthétiques sont accentuées par certains AE (phénobarbital et phénytoïne surtout). En pratique, il est parfois nécessaire d envisager le port préventif d un casque, qui présente cependant une efficacité très relative. L espérance de vie est raccourcie, avec une évolution progressivement péjorative vers un état grabataire. À un stade évolué de la maladie, la prise en charge s apparente à des soins palliatifs. L intervention de rééducateurs ayant des compétences différentes mais complémentaires (kinésithérapeute, orthophoniste, psychomotricien et ergothérapeute) est indispensable au long cours pour ralentir la progression des différents handicaps. Le taux de mortalité est élevé (bien supérieur à la mortalité observée chez les patients épileptiques en général, qui est déjà le double de celle relevée dans la population générale). Les raisons multiples sont représentées en particulier par le traumatisme, l état de mal ou la mort subite (SUDEP [sudden unexpected death in epilepsy]). Les EE conjuguent tous les risques connus de SUDEP : début précoce de l épilepsie, persistance des crises avec pharmacorésistance, sévérité des crises, handicap associé, etc. Le risque de SUDEP est particulièrement élevé en institution (8). Conséquences psychiques Elles sont constantes, se manifestant à des degrés variables suivant le type d EE, en particulier suivant l étiologie et l âge de début de la maladie. Les troubles du comportement ne demandent pas de traitement spécifique, mais il est préférable de privilégier les mesures d encadrement psycho-social plutôt que les médicaments sédatifs, qui risquent d aggraver la situation en réduisant la vigilance. Néanmoins, il n y a pas de contre-indications à la prescription, si nécessaire, de médicaments psychotropes, neuroleptiques et antidépresseurs notamment. Les troubles anxio-dépressifs sont mal connus et la présence d un trouble thymique est très probablement sous-estimée. Les troubles anxieux (se manifestant par l anxiété, mais aussi indirectement par la peur, l euphorie, l irritabilité) sont particulièrement marqués dans l EE. L adjonction d un traitement antidépresseur est possible, généralement sans La Lettre du Neurologue Vol. XII - n 8 - octobre

5 Prise en charge des encéphalopathies épileptiques de l enfance passées aggravation de l épilepsie (parfois même avec une amélioration des crises ; des études sont en cours pour étayer cette hypothèse). La survenue d une psychose n est pas spécifique aux EE, mais elle est fréquente. Elle concerne 19 % des patients en institution, ces établissements comptant un nombre important d encéphalopathes. La séméiologie n est pas différente de celle des autres types de psychoses dans l épilepsie. Les psychoses ictales et perictales semblent les plus fréquentes dans l EE. Elles peuvent être l expression clinique d états de mal non convulsivants, d absences atypiques ou toniques. Ces états de mal (états de mal toniques surtout) peuvent durer plusieurs jours ou plusieurs semaines. Seul l enregistrement vidéo-eeg permet leur diagnostic. Leur traitement est difficile, avec une aggravation possible par les benzodiazépines. En l absence de facteur favorisant (affection intercurrente) ou de conséquences systémiques (crises généralisées tonico-cloniques), l abstention thérapeutique est souvent justifiée, malgré le risque cognitif potentiel, et à condition d instaurer une surveillance attentive à la fois de l EEG clinique et des constantes biologiques (pendant cette période, des troubles alimentaires peuvent survenir, avec un risque de déshydratation et de complications infectieuses). Des complications psychiatriques dues aux AE sont fréquentes : il faut constamment garder à l esprit le rôle possible du traitement, qui doit être suspecté devant tout trouble psychiatrique survenant chez un épileptique, quels que soient les symptômes (9). En contrepartie, il est indispensable de tenir compte d éventuels troubles psychiques dans le choix des AE. Conséquences sociales La gravité de la maladie et la nécessité d une prise en charge pluridisciplinaire justifient des aides à domicile ou le placement du patient en institution. Les mesures de soutien social, inscrites dans la loi du 11 février 2005, sont accessibles en détails sur le site Internet On peut trouver sur le site de la Ligue française contre l épilepsie (www.lfce-epilepsies.fr/) des renseignements concernant les établissements spécialisés qui accueillent ces patients. Conclusion En pratique, les patients atteints d EE, même à l âge adulte, restent fragiles. Un rien peut les déstabiliser Il ne faut pas relâcher la surveillance, mais il ne faut pas non plus s alarmer de manière inappropriée, ni prévoir des examens systématiques non justifiés. Chaque chute et chaque recrudescence des crises ne peut justifier un contrôle radiographique ou un EEG, de même que le traitement ne peut pas être modifié à chaque nouvelle période de crises. Mais il est difficile d atteindre le juste milieu : cette attitude peut s acquérir avec l expérience, les différents intervenants dans la prise en charge de la maladie apprenant à bien connaître le patient pour mieux reconnaître les symptômes qui chez lui doivent inquiéter C est probablement au sein de structures très spécialisées qu une telle attitude peut le mieux s exprimer. Références bibliographiques 1. Dulac O. Epileptic encephalopathy. Epilepsia 2001;42(Suppl. 3): Remy C, Favel P. Essai d identification d un syndrome de menace des états de mal épileptiques chez les épileptiques chroniques en institution. Rev EEG Neurophysiol 1984;14: Genton P, McMenamin J. Aggravation of seizures by antiepileptic drugs: what to do in clinical practice? Epilepsia 1998;39(Suppl. 3):S26-S Genton P. When antiepileptic drugs aggravate epilepsy. Brain Dev 2000;22(2): Remy C. Clobazam in the treatment of epilepsy: a review of the literature. Epilepsia 1994;35(Suppl. 5):S88-S Remy C, Jourdil N, Villemain D et al. Intra-rectal diazepam in epileptic adults. Epilepsia 1992;33(2): Tourniaire D, Hélias M. Traumatologie en centre spécialisé pour l épilepsie. Epilepsies 2003;15(2): Tourniaire D, Remy C, Favel P. Épilepsie et décès en milieu institutionnel. Epilepsies 1996;8: De Toffol B. Syndromes épileptiques et troubles psychotiques. Paris: John Libbey, 2001: 201 pages. 248 La Lettre du Neurologue Vol. XII - n 8 - octobre 2008

Cas clinique. Esteban L.., 6 ans et demi. ATTARD Marie

Cas clinique. Esteban L.., 6 ans et demi. ATTARD Marie Cas clinique Esteban L.., 6 ans et demi ATTARD Marie Antécédents - Personnels: aucun, enfant unique - Familiaux: retard mental chez un cousin germain de la mère Histoire de la maladie -Juin 2011: apparition

Plus en détail

Modalités d arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés chez le patient âgés

Modalités d arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés chez le patient âgés Modalités d arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés chez le patient âgés Recommandations professionnelles HAS Octobre 2007. Cycle recommandations AMMPPU - Les patients concernés patients âgés

Plus en détail

Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro

Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro Unité d épilepsie et ICM Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris, France Contexte Patient admis dans un département

Plus en détail

Le traitement anti-épileptique. Dr Luc Valton, Unité chirurgie de l épilepsie, service de neurologie, hôpital Rangueil, CHU Toulouse.

Le traitement anti-épileptique. Dr Luc Valton, Unité chirurgie de l épilepsie, service de neurologie, hôpital Rangueil, CHU Toulouse. Le traitement anti-épileptique. Dr Luc Valton, Unité chirurgie de l épilepsie, service de neurologie, hôpital Rangueil, CHU Toulouse. Une crise d épilepsie correspond aux symptômes cliniques provoqués

Plus en détail

18/02/10 EPILEPSIE PLAN. 1 Rappel anatomique. 2 Différents types de crises d épilepsies. 3 Causes et évolution. 4 Etat de mal épileptique

18/02/10 EPILEPSIE PLAN. 1 Rappel anatomique. 2 Différents types de crises d épilepsies. 3 Causes et évolution. 4 Etat de mal épileptique PLAN EPILEPSIE Dr P. KERSCHEN Service de Neurologie - Hôpital Henri Mondor 1 Rappel anatomique 2 Différents types de crises d épilepsies 3 Causes et évolution 4 Etat de mal épileptique 1 Rappel anatomique

Plus en détail

Epilepsie de l enfant : généralités

Epilepsie de l enfant : généralités Epilepsie de l enfant : généralités Neuropédiatrie, CHU Gui de Chauliac, Montpellier L épilepsie est beaucoup plus fréquente chez l enfant 3 fois plus élevée dans la 1ère année de vie que par la suite

Plus en détail

État de mal épileptique

État de mal épileptique Pr. V. Castelain Service de Réanimation Médicale Hôpital Hautepierre Les Hôpitaux Universitaires de de STRASBOURG Réan. Réan. Urg. Urg. 1995: 1995: 4; 4; 387-396 Définitions (1) : OMS Conférence de consensus

Plus en détail

Epilepsies. Cas particulier chez le sujet âgé

Epilepsies. Cas particulier chez le sujet âgé Epilepsies Cas particulier chez le sujet âgé Epilepsies : Généralités Epilepsie Gériatrie Epilepsies : Définitions Crise d épilepsie : manifestations cliniques dues à décharge anormale hypersynchrone de

Plus en détail

LE RÔLE EDUCATIF/PREVENTIF/C URATIF DE L INFIRMIER(E) DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT EPILEPTIQUE

LE RÔLE EDUCATIF/PREVENTIF/C URATIF DE L INFIRMIER(E) DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT EPILEPTIQUE LE RÔLE EDUCATIF/PREVENTIF/C URATIF DE L INFIRMIER(E) DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT EPILEPTIQUE PLAN 1-DEFINITIONS 1.1 La crise tonico-clonique (grand mal) 1.2 Etat d absence 1.3 Etat de mal partiel

Plus en détail

Prise en charge des formes sévères de sclérose en plaques

Prise en charge des formes sévères de sclérose en plaques brochure destinée au patient atteint de sclérose en plaques ou à son entourage Pr Bruno Brochet Service de Neurologie, CHU Pellegrin, Bordeaux Actualisation du texte du Pr Jean Pelletier Prise en charge

Plus en détail

Céphalées chroniques Quotidiennes par abus médicamenteux

Céphalées chroniques Quotidiennes par abus médicamenteux Céphalées chroniques Quotidiennes par abus médicamenteux Un problème de santé publique méconnu Dr. Christian Lucas Dr Francine Hirszowski Framig III. - 2010/2015 Lanteri-Minet Valade Géraud Chauttard Radat

Plus en détail

23/04/2014. Conséquences du syndrome démentiel. Circonstances de découverte. Sylvie PARIEL Service de gériatrie ambulatoire Hôpital Charles Foix

23/04/2014. Conséquences du syndrome démentiel. Circonstances de découverte. Sylvie PARIEL Service de gériatrie ambulatoire Hôpital Charles Foix Sylvie PARIEL Service de gériatrie ambulatoire Hôpital Charles Foix Conséquences du syndrome démentiel Problème de mémoire Sf. Cognitifs autres que la mémoire Sf. Non cognitifs Sf. Pychiatriques Circonstances

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

ETAT DE MAL EPILEPTIQUE en Pédiatrie (nouveau né exclu) C Rousseau, SMUR A de Saint-Martin, CRéER Pôle de Pédiatrie

ETAT DE MAL EPILEPTIQUE en Pédiatrie (nouveau né exclu) C Rousseau, SMUR A de Saint-Martin, CRéER Pôle de Pédiatrie ETAT DE MAL EPILEPTIQUE en Pédiatrie (nouveau né exclu) C Rousseau, SMUR A de Saint-Martin, CRéER Pôle de Pédiatrie Quelques rappels (1) Une urgence vitale, 1 ère cause d urgence neurologique chez l enfant.

Plus en détail

Prise en charge initiale de l Etat de Mal Epileptique de l adulte

Prise en charge initiale de l Etat de Mal Epileptique de l adulte Prise en charge initiale de l Etat de Mal Epileptique de l adulte CAMU 5 Février 2003 Pierre LIOT DES de Neurologie CCA, Réanimation Médicale, H. Mondor Prise en charge initiale de l Etat de Mal Epileptique

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 9 mai 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait! INFORMER

L arthrose, ses maux si on en parlait! INFORMER INFORMER Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une maladie du cartilage : il s agit de la «destruction» du cartilage

Plus en détail

:: Syndrome de Lennox-Gastaut

:: Syndrome de Lennox-Gastaut :: Syndrome de Lennox-Gastaut Synonymes : SLG, Syndrome de Lennox Définition : Le syndrome de Lennox-Gastaut (SLG) est une encéphalopathie épileptique sévère qui débute chez l enfant entre 3 et 10 ans,

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 16 mars 2005 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 2 février 2000 par arrêté du 18 janvier 2000 (JO

Plus en détail

GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER Comité de relecture. Groupe de travail

GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER Comité de relecture. Groupe de travail GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER 2009 Groupe de travail René LE JEUNE Jean BATTINI Arnaud GANNE Jean-Yves HASCOET Comité de relecture Didier MYHIE Hervé LE

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 5 septembre 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 28 décembre 1998 (J.O. du 3 janvier 1999) MODOPAR

Plus en détail

Traitement chirurgical de l épilepsie pharmacorésistante aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Traitement chirurgical de l épilepsie pharmacorésistante aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Traitement chirurgical de l épilepsie pharmacorésistante aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg A.Bennani 1, S.Chassagnon 2, S.Wisniewski 1, L.Beretz 1 Hôpitaux Universitaires Strasbourg 1 Service pharmacie

Plus en détail

Introduction au polyhandicap: Définition et place des aspects médicaux dans le quotidien de la personne polyhandicapée

Introduction au polyhandicap: Définition et place des aspects médicaux dans le quotidien de la personne polyhandicapée Introduction au polyhandicap: Définition et place des aspects médicaux dans le quotidien de la personne polyhandicapée LLN le 7 mars 2015 Dr D Fagnart Polyhandicap: définition Le polyhandicap est une situation

Plus en détail

Prise en charge rééducative après traumatisme crânien grave de l enfant

Prise en charge rééducative après traumatisme crânien grave de l enfant Prise en charge rééducative après traumatisme crânien grave de l enfant HÔPITAL NATIONAL DE SAINT MAURICE INSERM U472 Quelques notions préalables I -Toute l enfance et l adolescence sont nécessaires au

Plus en détail

La crise tonico-clonique généralisée ou «grand mal»

La crise tonico-clonique généralisée ou «grand mal» L EPILEPSIE DEFINITION : Affection neurologique se manifestant par des crises. Elle est l expression d un fonctionnement anormal, aigu et transitoire de l activité électrique du cerveau. Ces crises sont

Plus en détail

:: Épilepsie avec pointes-ondes continues du sommeil (EPOCS)

:: Épilepsie avec pointes-ondes continues du sommeil (EPOCS) :: Épilepsie avec pointes-ondes continues du sommeil (EPOCS) Synonymes : syndrome POCS, CSWSS (Continuous spike-waves during slow sleep) Maladie associée : syndrome de Landau-Kleffner Définition : L épilepsie

Plus en détail

Un diagnostic complexe

Un diagnostic complexe ÉTAT DÉPRESSIF & MALADIE d ALZHEIMER Un diagnostic complexe Docteur Alfred Saillon Almage Arpajon le 18 mai 2005 Questions État dépressif ou modifications liées à l âge? État dépressif ou Alzheimer? Modifications

Plus en détail

Le syndrome de fatigue chronique chez l enfant ou Chronic Fatigue Immun Dysfonction Syndrome (CFIDS) ou Myalgic Encephalomyelitis (ME)

Le syndrome de fatigue chronique chez l enfant ou Chronic Fatigue Immun Dysfonction Syndrome (CFIDS) ou Myalgic Encephalomyelitis (ME) Le syndrome de fatigue chronique chez l enfant ou Chronic Fatigue Immun Dysfonction Syndrome (CFIDS) ou Myalgic Encephalomyelitis (ME) «Docteur, cela fait au moins six mois que je suis extrêmement fatigué(e)...»

Plus en détail

Maladie de Parkinson du sujet âgé

Maladie de Parkinson du sujet âgé Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille Maladie de Parkinson du sujet âgé PrLucDefebvre Service de Neurologie et Pathologie du Mouvement DU de médecine des personnes âgées, Mai 2005 Epidémiologie

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux AVC Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution, complications Thérapeutique

Plus en détail

Encéphalopathie ischémique. Dodley Severe Juin 2007

Encéphalopathie ischémique. Dodley Severe Juin 2007 Encéphalopathie ischémique anoxique Dodley Severe Juin 2007 Etiologie Quelque soit son étiologie, toute SFA résulte d une anoxie Celle-ci a plusieurs conséquences 1- fonctionnelles: vasoconstriction fœtale

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux : définitions L accident vasculaire cérébral () est un déficit neurologique de survenue soudaine

Plus en détail

MALADIE D ALZHEIMER. Mme le Dr Claude TOUZARD Service de Médecine Interne-Gériatrie CENTRE HOSPITALIER DE LAVAL

MALADIE D ALZHEIMER. Mme le Dr Claude TOUZARD Service de Médecine Interne-Gériatrie CENTRE HOSPITALIER DE LAVAL MALADIE D ALZHEIMER Mme le Dr Claude TOUZARD Service de Médecine Interne-Gériatrie CENTRE HOSPITALIER DE LAVAL BONCHAMP le 17 novembre 2010 ESPERANCE DE VIE EN 2009 FEMMES : 84,5 ans HOMMES : 77,8 ans

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 5 mars 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 5 mars 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 5 mars 2008 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée limitée conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l'arrêté du 8 décembre

Plus en détail

Syndrome du bébé secoué: Suivi à long terme

Syndrome du bébé secoué: Suivi à long terme Syndrome du bébé secoué: Suivi à long terme Docteur Hanna TOURE Vendredi 11 octobre 2013 Syndrome du bébé secoué: Quelles préventions possibles? INTRODUCTION Syndrome du bébé secoué ( SBS) : Traumatisme

Plus en détail

Handicap & Maladies Rares Dr Cancès Claude Unité de Neurologie Pédiatrique Hôpital des Enfants - Toulouse

Handicap & Maladies Rares Dr Cancès Claude Unité de Neurologie Pédiatrique Hôpital des Enfants - Toulouse Handicap & Maladies Rares Dr Cancès Claude Unité de Neurologie Pédiatrique Hôpital des Enfants - Toulouse Handicaps : évolution des définitions Multiples formes de Handicaps, sans définition univoque A

Plus en détail

Fiche Mémo Arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés : démarche du médecin traitant en ambulatoire

Fiche Mémo Arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés : démarche du médecin traitant en ambulatoire Fiche Mémo Arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés : démarche du médecin traitant en ambulatoire Juin 2015 Préambule L objectif est de réduire les prescriptions au long cours de benzodiazépines

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 novembre 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 novembre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 novembre 2011 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 31 décembre 2005 (JO du 28 avril 2006) CHRONO-INDOCID 75 mg, gélule

Plus en détail

Glaucome : ce que je dois savoir

Glaucome : ce que je dois savoir Glaucome : ce que je dois savoir Le site du Docteur J. DA SILVA TAVARES Adresse du site : www.docvadis.fr/docteur.da.silva.tavares Validé par le Comité Scientifique Ophtalmologie Le glaucome est une maladie

Plus en détail

Les Insomnies de l adulte. Dr MF Mateo Champion CHITS Toulon 12/12/06

Les Insomnies de l adulte. Dr MF Mateo Champion CHITS Toulon 12/12/06 Les Insomnies de l adulte Dr MF Mateo Champion CHITS Toulon 12/12/06 Epidémiologie 20 à 40 % de la population adulte souffre d insomnie au moins une fois dans sa vie 10 à 15% souffrent d insomnie chronique

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 7 février 2001 KEPPRA 250, 500 et 1000mg comprimé pelliculé Boîte de 60 Lévétiracétam

Plus en détail

Enfance, adolescence... Par le Pr Stefan Eliez et M. Martin Debbané

Enfance, adolescence... Par le Pr Stefan Eliez et M. Martin Debbané Enfance, adolescence... Par le Pr Stefan Eliez et M. Martin Debbané 22 mars 2007 Le Pr Eliez dirige le Service Médicopédagogique de Genève et travaille également dans le Laboratoire de neurosciences et

Plus en détail

Avis de la Commission 28 novembre 2001

Avis de la Commission 28 novembre 2001 COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS Avis de la Commission 28 novembre 2001 Dispositif : HIPS, protecteur de hanches. Conditionnement : (3 présentations) 1. Le système complet comprenant

Plus en détail

TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques

TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques DCEM3 2005-2006 - Module de Pharmacologie clinique E04 TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques TD du 21.03.06 M. Grima /Pr E Hirsch

Plus en détail

ACTUALISATION SUR L EVALUATION DE LA DOULEUR EN PEDIATRIE

ACTUALISATION SUR L EVALUATION DE LA DOULEUR EN PEDIATRIE ACTUALISATION SUR L EVALUATION DE LA DOULEUR EN PEDIATRIE Principes de la prise en charge L enfant ressent toujours la douleur Obligations légales renforcées Conséquences néfastes Douleur non profitable

Plus en détail

CRISE CONVULSIVE HYPERTHERMIQUE

CRISE CONVULSIVE HYPERTHERMIQUE CRISE CONVULSIVE HYPERTHERMIQUE Dr Céline FARGES Définition de la crise convulsive hyperthermique : La convulsion fébrile est définie «comme une affection du nourrisson ou de l enfant qui survient entre

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2005 NIMOTOP 30 mg, comprimé pelliculé B/90 Laboratoires BAYER PHARMA nimodipine Liste I Médicament soumis à prescription hospitalière

Plus en détail

Avis 7 novembre 2012

Avis 7 novembre 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 7 novembre 2012 TERCIAN 25 mg, comprimé pelliculé sécable B/30 (CIP : 34009 329 638-9 8) TERCIAN 100 mg, comprimé pelliculé sécable B/25 (CIP : 34009 319 199-2 6) TERCIAN

Plus en détail

Les convulsions chez l enfant

Les convulsions chez l enfant Les convulsions chez l enfant aurore DARON - Service de Pédiatrie - CHPLT Verviers - Décembre 2005 Définitions Crise convulsive ou crise épileptique : phénomène paroxystique aigu secondaire à un dysfonctionnement

Plus en détail

Q.341 CONVULSIONS CHEZ LE NOURRISSON ET L ENFANT. Dr Raphaèle BADIOLA

Q.341 CONVULSIONS CHEZ LE NOURRISSON ET L ENFANT. Dr Raphaèle BADIOLA Q.341 CONVULSIONS CHEZ LE NOURRISSON ET L ENFANT Dr Raphaèle BADIOLA Les crises épileptiques Décharge hypersynchrone d une population de neurones Crise partielle Tout est possible: malaise, hémicorporel,

Plus en détail

Maladie de Parkinson, démence, maladie à corps de Lewy,, maladie d Alzheimer. lucette lacomblez

Maladie de Parkinson, démence, maladie à corps de Lewy,, maladie d Alzheimer. lucette lacomblez Maladie de Parkinson, démence, maladie à corps de Lewy,, maladie d Alzheimer lucette lacomblez Démence à corps de Lewy Nouvelle entité nosologique Différence d emblée avec MPI Signes moteurs et cognitifs

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 02 novembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 02 novembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 02 novembre 2005 WILZIN, 25 mg, gélule B/250 WILZIN, 50 mg, gélule B/250 Laboratoires Orphan Europe acétate de zinc dihydraté Liste I Médicament soumis à prescription

Plus en détail

Sommaire PARTIE 1 : GÉNÉRALITÉS... 15

Sommaire PARTIE 1 : GÉNÉRALITÉS... 15 Sommaire PARTIE 1 : GÉNÉRALITÉS... 15 N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée...17 Rappel sémiologique...18 Les troubles mentaux...20 La gravité

Plus en détail

THERAPEUTIQUES MEDICAMENTEUSES ACTUELLES

THERAPEUTIQUES MEDICAMENTEUSES ACTUELLES THERAPEUTIQUES MEDICAMENTEUSES ACTUELLES 1 TRAITEMENTS PHARMACOLOGIQUES SPÉCIFIQUES (06/2009) Indications: Diagnostic de MA, quel que soit l âge et le stade (sauf MMSE

Plus en détail

DENUTRITION ET CANCER

DENUTRITION ET CANCER DENUTRITION ET CANCER Pr Julien Mazières Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de pneumologie Hôpital Larrey, CHU Toulouse Introduction La malnutrition atteint la majorité des patients porteurs

Plus en détail

ENTRE EDUCATION THERAPEUTIQUE ET IATROGENIE CHEZ LA PERSONNE AGEE: CONDUITES A TENIR

ENTRE EDUCATION THERAPEUTIQUE ET IATROGENIE CHEZ LA PERSONNE AGEE: CONDUITES A TENIR ENTRE EDUCATION THERAPEUTIQUE ET IATROGENIE CHEZ LA PERSONNE AGEE: CONDUITES A TENIR A partir d un travail réalisé en pluridisciplinarité et présenté en formation par un gériatre hospitalier et un pharmacien

Plus en détail

Définition Epidémiologie Physiopathologie Classification Traitements. Médicaux Chirurgicaux. Epilepsie (S)

Définition Epidémiologie Physiopathologie Classification Traitements. Médicaux Chirurgicaux. Epilepsie (S) Séquence 2 Définition Epidémiologie Physiopathologie Classification Traitements Médicaux Chirurgicaux Epilepsie (S) Définitions seizure = crise comitiale manifestation clinique résultant d une décharge

Plus en détail

L épilepsie, la grossesse et l allaitement

L épilepsie, la grossesse et l allaitement L épilepsie, la grossesse et l allaitement Qu est-ce que l épilepsie? L épilepsie est une maladie qui touche environ 1 personne sur 150 à 200, soit plus de 60.000 personnes en Belgique. Il existe de nombreux

Plus en détail

Convulsions hyperthermiques du nourrisson : conduite à tenir et recommandations en 2010

Convulsions hyperthermiques du nourrisson : conduite à tenir et recommandations en 2010 Convulsions hyperthermiques du nourrisson : conduite à tenir et recommandations en 2010 Laurence Joly-Pedespan Urgences Pédiatriques CHU Bordeaux 11émes JUPSO 1 Introduction Sujet «classique», sinon «bateau»,

Plus en détail

Troubles somatiques et troubles du comportement. Paris 30 novembre 2010

Troubles somatiques et troubles du comportement. Paris 30 novembre 2010 Troubles somatiques et troubles du comportement Paris 30 novembre 2010 Troubles graves du comportement à l adolescence : Étude d une population d adolescents autistes hospitalisés à la Pitié-Salpêtrière.

Plus en détail

Item 84 Infection par l herpès virus

Item 84 Infection par l herpès virus o Item 84 Infection par l herpès virus Objectifs pédagogiques Nationaux Préciser les complications de la maladie herpétique chez la femme enceinte, le nouveau-né et l atopique. CEN Connaissances requises

Plus en détail

Borréliose de Lyme tardive quand y penser? Conduite à tenir?

Borréliose de Lyme tardive quand y penser? Conduite à tenir? Borréliose de Lyme tardive quand y penser? Conduite à tenir? Professeur Yves Hansmann Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Borréliose de Lyme tardive :

Plus en détail

c est pas du jeu! Kemil et ses amis

c est pas du jeu! Kemil et ses amis c est pas du jeu! Kemil et ses amis & Bast Quentin, 6 ans Mutation du gène COL4A1 Epilepsie non stabilisée Chaïma, 7 ans Autiste Gaëtan, 9 ans Syndrome de West Epilepsie stabilisée Ania, 8 ans Mutation

Plus en détail

Troubles de la marche & chutes chez la personne âgée

Troubles de la marche & chutes chez la personne âgée Formation extra-muros Troubles de la marche & chutes chez la personne âgée Programme DPC N 47341500034 Hôtel Ibis Montpellier Centre 95 place Vauban, bd d Antigone - 34000 Montpellier constat Avec l avancée

Plus en détail

Rééducation et démence DR FLORENCE BEAUCAMP, MPR SERVICE DE SSR GÉRIATRIQUES LES BATELIERS

Rééducation et démence DR FLORENCE BEAUCAMP, MPR SERVICE DE SSR GÉRIATRIQUES LES BATELIERS Rééducation et démence DR FLORENCE BEAUCAMP, MPR SERVICE DE SSR GÉRIATRIQUES LES BATELIERS La démence Démence vieillissement Vieillissement cognitif : Apprentissage plus lent Le double tâche est altéré

Plus en détail

Plan. I Définition II Cognition et douleur III Facteurs associés. Douleur et Cognition. Christine Moroni

Plan. I Définition II Cognition et douleur III Facteurs associés. Douleur et Cognition. Christine Moroni Plan Douleur et Cognition Christine Moroni http://nca.recherche.univ-lille3.fr/ Douleur : expérience émotionnelle et sensorielle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle ou décrite

Plus en détail

RGO et traitements par IPP chez les sujets âgés

RGO et traitements par IPP chez les sujets âgés RGO et traitements par IPP chez les sujets âgés Les questions autour du RGO Histoire naturelle? Physiopathologie? Symptômes? Diagnostic? Test thérapeutique aux IPP? Traitement symptomatique? Traitement

Plus en détail

Pourquoi et comment arrêter?

Pourquoi et comment arrêter? Mise au point Clonazépam (RIVOTRIL ) per os utilisé hors AMM (notamment dans la douleur, les troubles anxieux et du sommeil) Pourquoi et comment arrêter? M E S S A G E S- C L E S Indication de l autorisation

Plus en détail

PROTOCOLE D UTILISATION du MIDAZOLAM

PROTOCOLE D UTILISATION du MIDAZOLAM PROTOCOLE D UTILISATION du MIDAZOLAM (HYPNOVEL*) En SEDATION pour DETRESSE en PHASE TERMINALE 1 ) Objet Ce Protocole s applique pour tout patient Adulte devant une situation de détresse en phase terminale.

Plus en détail

Formes bénignes. de sclérose en plaques. Fondation pour la recherche sur la sclérose en plaques

Formes bénignes. de sclérose en plaques. Fondation pour la recherche sur la sclérose en plaques Brochure destinée aux personnes atteintes de sclérose en plaques et à leur entourage Fondation pour la recherche sur la sclérose en plaques Formes bénignes de sclérose en plaques Emmanuelle Leray Ecole

Plus en détail

Psychiatrie et santé mentale Actualités de la HAS Journées de la Bussière. 22 septembre 2016

Psychiatrie et santé mentale Actualités de la HAS Journées de la Bussière. 22 septembre 2016 Psychiatrie et santé mentale Actualités de la HAS Journées de la Bussière 22 septembre 2016 1 La démarche HAS depuis 2013 Souhait d organiser une démarche prenant en compte les enjeux de la qualité et

Plus en détail

Bonnes pratiques pour le diagnostic. Marie-Hélène Prud homme, psychologue Coordonnatrice clinique, CRA/CEA Limousin

Bonnes pratiques pour le diagnostic. Marie-Hélène Prud homme, psychologue Coordonnatrice clinique, CRA/CEA Limousin Bonnes pratiques pour le diagnostic Marie-Hélène Prud homme, psychologue Coordonnatrice clinique, CRA/CEA Limousin Les bonnes pratiques pour le diagnostic En 2012, la HAS publie une revue des bonnes pratiques

Plus en détail

Améliorer la qualité de la prise en charge des personnes âgées en EHPAD. Maîtrise de la iatrogénie des neuroleptiques dans la maladie d Alzheimer

Améliorer la qualité de la prise en charge des personnes âgées en EHPAD. Maîtrise de la iatrogénie des neuroleptiques dans la maladie d Alzheimer Améliorer la qualité de la prise en charge des personnes âgées en EHPAD Maîtrise de la iatrogénie des neuroleptiques dans la maladie d Alzheimer La mise en œuvre du plan Alzheimer dans la région Le diagnostic

Plus en détail

Bilan neuropsychologique: aspects pratiques pour les patients en oncologie. Xavier DELBEUCK Centre Mémoire de Ressources et de Recherche de Lille

Bilan neuropsychologique: aspects pratiques pour les patients en oncologie. Xavier DELBEUCK Centre Mémoire de Ressources et de Recherche de Lille Bilan neuropsychologique: aspects pratiques pour les patients en oncologie Xavier DELBEUCK Centre Mémoire de Ressources et de Recherche de Lille Principe de l évaluation en neuropsychologie clinique! Objectif

Plus en détail

International EpilepsyDay

International EpilepsyDay International EpilepsyDay EF17 2015 La Rochelle Bernadette Larquier «Osons parler des risques» OSONS LA VIE! Réseau Sentinelle Mortalité Épilepsie (RSME) Poussée par les témoignages de familles endeuillées

Plus en détail

Procédure de reprise de la scolarité après traumatisme crânien léger chez l enfant. H. Toure Pellen, M. Chevignard

Procédure de reprise de la scolarité après traumatisme crânien léger chez l enfant. H. Toure Pellen, M. Chevignard Procédure de reprise de la scolarité après traumatisme crânien léger chez l enfant H. Toure Pellen, M. Chevignard Service de rééducation des pathologies neurologiques acquises de l enfant et l adolescent

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 4 septembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 4 septembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 4 septembre 2002 ROCEPHINE 500 mg/2 ml, poudre et solvant pour solution injectable (IM) ROCEPHINE 500 mg/5 ml, poudre et solution

Plus en détail

Gestion des anti-épileptiques. Thomas GEERAERTS Pôle Anesthésie Réanimation CHU de Toulouse

Gestion des anti-épileptiques. Thomas GEERAERTS Pôle Anesthésie Réanimation CHU de Toulouse Gestion des anti-épileptiques Thomas GEERAERTS Pôle Anesthésie Réanimation CHU de Toulouse Voltaire (1694-1778) «Les médecins administrent des médicaments dont il savent très peu à des malades dont ils

Plus en détail

AUTISMES ET TROUBLES ENVAHISSANT DU DEVELOPPEMENT

AUTISMES ET TROUBLES ENVAHISSANT DU DEVELOPPEMENT AUTISMES ET TROUBLES ENVAHISSANT DU DEVELOPPEMENT Service de Psychiatrie de l enfant et de l adolescent Pr. D. COHEN CHU PITIE-SALPETRIERE IFSI Septembre 2011 Marie Raffin code: S51PPSYCHOPATH10MR INTRODUCTION

Plus en détail

Epilepsie pyridoxino-sensible par déficit en antiquitine : étude de 21 cas français

Epilepsie pyridoxino-sensible par déficit en antiquitine : étude de 21 cas français Epilepsie pyridoxino-sensible par déficit en antiquitine : étude de 21 cas français Dr Marc GIBAUD, Dr Magalie BARTH, Pr Sylvie NGUYEN CONGRÈS SFEIM 16 JUIN 2015 1 Introduction Convulsions néonatales :

Plus en détail

TRAUMATISMES CRÂNIENS

TRAUMATISMES CRÂNIENS TRAUMATISMES CRÂNIENS La prise en charge des traumatismes crâniens a été transformée par la généralisation de la tomodensitométrie (scanner) qui a permis une exploration non invasive des parties molles.

Plus en détail

LA MALADIE DE PARKINSON

LA MALADIE DE PARKINSON LA MALADE DE PARKNSON L expérience de l ETP de la maladie de Parkinson Clinique de Provence Bourbonne Aubagne Loïc BANCLHON, Directeur Expérience ETP malafdie de Parkinson 11.03.12 Qu est ce que la maladie

Plus en détail

Atelier Douleurs de la personne amputée. Trame éducation thérapeutique

Atelier Douleurs de la personne amputée. Trame éducation thérapeutique Atelier Douleurs de la personne amputée Trame éducation thérapeutique La douleur après amputation est un symptôme très fréquent peut être de plusieurs origines peut se manifester dans plusieurs localisations

Plus en détail

L HEMOPHILIE A L ECOLE. Prise en charge de l hémophilie en milieu scolaire

L HEMOPHILIE A L ECOLE. Prise en charge de l hémophilie en milieu scolaire L HEMOPHILIE A L ECOLE Prise en charge de l hémophilie en milieu scolaire Pour bien accueillir un enfant hémophile en milieu scolaire, et savoir réagir d une manière appropriée en cas d hémorragie, il

Plus en détail

Motivation au changement du patient pour avoir une communication et des objectifs adaptés au patient

Motivation au changement du patient pour avoir une communication et des objectifs adaptés au patient CONTENU DES GROUPES D ENSEIGNEMENT FACULTAIRE (Document élaboré à partir de l article : Attali C, Huez J-F, Valette T & Lehr-Drylewicz. Les grandes familles de situations cliniques. Exercer 2013 24, 165

Plus en détail

ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE. MODULE I : DF1 (35 h)

ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE. MODULE I : DF1 (35 h) INFOR SANTE ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE CENTRE MODULE I : DF1 (35 h) Concourir à l élaboration et à la mise en œuvre du projet individualisé dans le respect de la personne - Repérer les besoins

Plus en détail

Les neuropathies. Ph Petiot Hôpital de la Croix-Rousse pathologies neuromusculaires

Les neuropathies. Ph Petiot Hôpital de la Croix-Rousse pathologies neuromusculaires Les neuropathies périphériquesriques Ph Petiot Hôpital de la Croix-Rousse Centre de référence r rence régional r de pathologies neuromusculaires Noyau commun Syndrome neurogène atteinte motrice troubles

Plus en détail

Réflexions sur la sédation en phase terminale en gériatrie

Réflexions sur la sédation en phase terminale en gériatrie LES SOINS PALLIATIFS EN ÉTABLISSEMENTS DE SOINS ET D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES OU HANDICAPÉES, ET À DOMICILE Organisation B5 Réflexions sur la sédation en phase terminale en gériatrie 1 Définition

Plus en détail

Identification des troubles du comportement. La maladie d alzheimer ou apparentée

Identification des troubles du comportement. La maladie d alzheimer ou apparentée Identification des troubles du comportement. La maladie d alzheimer ou apparentée Journée CNSA du 11 juin 2012 MOBIQUAL Dr TROADEC - CH de saint Brieuc Les troubles du comportement font partie de la maladie

Plus en détail

Lésions cérébrales précoces. Dr Florence Marchal, Dr Véronique Quentin Médecine Physique et Réadaptation Pathologies neurologiques congénitales

Lésions cérébrales précoces. Dr Florence Marchal, Dr Véronique Quentin Médecine Physique et Réadaptation Pathologies neurologiques congénitales Lésions cérébrales précoces et troubles cognitifs Dr Florence Marchal, Dr Véronique Quentin Médecine Physique et Réadaptation Pathologies neurologiques congénitales Hôpital National de Saint-Maurice D.U.

Plus en détail

Lorsque les médicaments contre l épilepsie ne fonctionnent pas... d autres possibilités existent et vous permettent ainsi d avoir des projets!

Lorsque les médicaments contre l épilepsie ne fonctionnent pas... d autres possibilités existent et vous permettent ainsi d avoir des projets! Lorsque les médicaments contre l épilepsie ne fonctionnent pas... d autres possibilités existent et vous permettent ainsi d avoir des projets! Parlez des autres choix thérapeutiques avec votre médecin

Plus en détail

Troubles cognitifs post-avc. Dr Bennani Omar

Troubles cognitifs post-avc. Dr Bennani Omar Troubles cognitifs post-avc Dr Bennani Omar Quoi de neuf en neurologie 22/9/2016 Introduction AVC: 130 000 cas par an en France : 1ere cause de handicap acquis de l adulte Age moyen 66 ans N est pas exceptionnel

Plus en détail

Prise en charge individuelle et institutionnelle

Prise en charge individuelle et institutionnelle La douleur et sa prise en charge Prise en charge individuelle et institutionnelle Bernard Pradines Soins de Longue Durée Albi Plan de l'exposé Introduction I - Etiologies les plus fréquentes II - Principaux

Plus en détail

Les APR-DRG (version 15.0).

Les APR-DRG (version 15.0). Les APR-DRG (version 15.0). Le fait que les AP-DRG (All Patient Diagnosis Related Groups) ne permettent pas d appréhender la sévérité de la pathologie, telle que définie par les médecins (la difficulté

Plus en détail

La prescription de benzodiazépines chez le sujet âgé : comment améliorer nos pratiques de soins?

La prescription de benzodiazépines chez le sujet âgé : comment améliorer nos pratiques de soins? La prescription de benzodiazépines chez le sujet âgé : comment améliorer nos pratiques de soins? PRESCRIPTION de BZD chez le SUJET AGE : COMMENT AMELIORER NOS PRATIQUES DE SOINS? Prototypes EPP et DPC

Plus en détail

Comprendre et surmonter l anxiété et les inquiétudes. Introduction sur l anxiété

Comprendre et surmonter l anxiété et les inquiétudes. Introduction sur l anxiété Comprendre et surmonter l anxiété et les inquiétudes Plan de la conférence Anxiété normale ou excessive Facteur de maintien Départager les troubles d anxiété Ex: Trouble d anxiété généralisée Des outils

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Les Journées annuelles de Santé publique, 2003 Journée thématique sur la prévention des chutes Les facteurs de risque de chute et les interventions reconnues efficaces Denise Gagné Gagné 1, 2 Manon Parisien

Plus en détail