Lymphomes Cérébraux Primitifs: Intérêt de la Spectroscopie par. Funes; R García Mónaco Buenos Aires. ARGENTINA

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lymphomes Cérébraux Primitifs: Intérêt de la Spectroscopie par. Funes; R García Mónaco Buenos Aires. ARGENTINA"

Transcription

1 Lymphomes Cérébraux Primitifs: Intérêt de la Spectroscopie par Resonance Magnetique C H Besada; D Santa Cruz,; J A Funes; R García Mónaco Buenos Aires. ARGENTINA

2 Objectifs Montrer l apport de la Spectroscopie par Résonance Magnétique (SRM) dans le prise en charge de lymphomes cérébraux. Remarquer l importance de cette tecnique pour aider établir la posibilite du cet diagnostic, qui doit faire modifier la thérapeutique et la stratégie chirurgicale.

3 Matériels et méthodes On présent 6 cas évalués dans notre hôpital avec SRM. L'une des tumeurs était un lymphome systémique - non diagnostiquée à ce point- avec afectation encephalique, et les autres etaient des lymphomes cerebraux primitifs. On a inclue le cas sistemique parcequ il avais eté pris en charge comme une tumeur gliale.

4 Présentation clinique Les patients présentaient avec des cephalées et d'autres symptômes cliniques non spécifiques, en fonction de la topographie de la tumeur. Tous les patients inclus dans cette étude étaient immunocompétents.

5 Résultats On a trouvé les suivants signes radiologiques sur l IRM conventionelle : Des tumeurs en localization profonde unique ou multiple Des tumeurs solides sans necrose, prenant intensement le contrast de façon homogène. Trois patrons d apparition: parenchimateusse, meningée, et avec afectation des nerfs crâniens.

6 LYMPHOME EN IMMUNOCOMPETENTS: AFECTATION DU SNC 1- AFECTATION PARENCHIMATEUSSE Difusión Tumeurs profondes et infiltrants avec restriction de la diffusion

7 LYMPHOME EN IMMUNOCOMPETENTS: AFECTATION DU SNC 2- AFECTATION MENINGÉE Leptomeningée Pachimeningée Afectation leptomeningée (à gauche) et pachimeningée (plus rare à droite)

8 LYMPHOME EN IMMUNOCOMPETENTS: AFECTATION DU SNC 3- AFECTATION DE NERFS CRANIENS Lymphome avec afectation infiltrant des nerfs craniens: III. V, VII, VIII y IX

9 LYMPHOME EN IMMUNOCOMPETENTS: AFECTATION DU SNC ESPACES PERIVASCULAIRES Rehaussement de spaces perivasculaires profonds sur un patient avec lymphome cérébral primitif

10 Résultats On a trouvé les suivants signes radiologiques sur la IRM de Diffusion: Restriction de la diffusion avec une baisse de la signal sur la carte d ADC très évident : ce signe est le résultat de la hypercellularité tumorale.

11 Difusion et carte d ADC Grosse tumeur solide avec restriction de la diffusion et baisse signal sur la carte d ADC

12 Hypercellularité visible sur les coupes histologiques, à plus fort grossissement, sur la photographie à droite; responsable de l image sur l IRM de diffusion

13 Résultats On a trouvé les suivants signes radiologiques sur la SRM : 1. le pic de choline étais dominant avec une relation Cho-NAA alterée excèdant la prise de contraste (modèle d infiltration tumorale) Ce patron est utile pour différencier les tumeurs primitifs (LPSNC ou gliomes) de métastases, mais n est pas specifique du lymphome

14 Carte metabolique de Choline En rouge les secteurs de la tumeur avec la majeur concentration de choline. A noter en verte la peripherie en dehors du rehaussement en montrant aussi l alteration metabolique de la coline: modèle d infiltration tumorale

15 Résultats On a trouvé les suivants signes radiologiques sur la SRM : 2. Le pic des lipides a été identifié comme le plus important métabolite trouvé, dans nos cas, plus évident dans les séquences à TE court (30).

16 Pic de choline dominant sur cette grosse tumeur solide. Tableau de résultats en montrant la relation lipid/creatine et carte metabolique des lipides qui doit faire suspecter le diagnostic du lymphome

17 Résultats Signes radiologiques sur la SRM : 3. Aucune différence n'a été constatée entre les forme primitif et la forme systémique de cette maladie.

18 Conclusions Les lymphomes du système nerveux sont des tumeurs cérébrales avec un large éventail de manifestations radiologiques qui les rend difficiles à caractériser avec les seules données de l'irm conventionnelle.

19 Conclusions La SRM peut devenir utile en démontrant la dominance de les pics de coline et lipides. Cet dernier pic sur un autrement solide et profonde tumeur, soutient la présomption de lymphome et doit alerter le chirurgien à changer la stratégie thérapeutique: biopsie stéréotaxique, corticotherapie.

20 Bibliographie Sophie Taillibert et al. J Neurooncol (2008) 86; Inga Harting, et al. Neuroscience Let 342 (2003) Riyadh N. Al-Okaili et al. Radiology 2007; Vol 243: N 2 W. Moller- Hartmann et al. Clinical application of proton MRS in the diagnosis of intracranial mass lesions. Neuroradiology 2002; 44: Al Okaidi et al. Advanced MR Imaging Techniques in the Diagnosis of Intraaxial Brain Tumors in Adults. Radiographics 2006; SI 26; S Smith et al. MR Spectroscopy of brain tumors. Magn Reson Imaging Clin N Am 11(2003)

Évaluation multimodalitaire d une lésion cérébrale atypique. Caroline Lacroix, R3 Dr Jean Chénard

Évaluation multimodalitaire d une lésion cérébrale atypique. Caroline Lacroix, R3 Dr Jean Chénard Évaluation multimodalitaire d une lésion cérébrale atypique Caroline Lacroix, R3 Dr Jean Chénard Plan Cas clinique Évaluation IRM physiologique : - IRM de perfusion - Spectroscopie par RM Retour au cas

Plus en détail

ref : Feuillets et Journal de radiologie en partie.

ref : Feuillets et Journal de radiologie en partie. Molécules Observables 1. Créatine : reflet de l'homéostasie, valeur constante, sert dans les ratios 2. NAA : Viabilité neuronale 3. Choline : Marqueur membranaire 4. Lipides : débris membranaires 5. Lactates

Plus en détail

NEUROSARCOIDOSE A LOCALISATION THALAMIQUE. A PROPOS D UN CAS

NEUROSARCOIDOSE A LOCALISATION THALAMIQUE. A PROPOS D UN CAS NEUROSARCOIDOSE A LOCALISATION THALAMIQUE. A PROPOS D UN CAS N. Cherif Idrissi El Ganouni 1, M. Ouali Idrissi 1, A.Benhaddou 1, T. Abou El Hassan 2, O. Essadki 1, A. Ousehal 1 1 : Service de Radiologie,

Plus en détail

IRM multi-modale dans l exploration des tumeurs cérébrales. Y Berthezène Hôpital Neurologique Lyon UMR CNRS INSERM U1044

IRM multi-modale dans l exploration des tumeurs cérébrales. Y Berthezène Hôpital Neurologique Lyon UMR CNRS INSERM U1044 IRM multi-modale dans l exploration des tumeurs cérébrales Y Berthezène Hôpital Neurologique Lyon UMR CNRS 5220 - INSERM U1044 Pathologie fréquente Clinique: Introduction Déficit neurologique PROGRESSIF

Plus en détail

N Hammami, M Kasbi, ML Rabbany, C Drissi, R Sebai, L Belghith, S Nagi, M Ben Hamouda Service d Imagerie Médicale, Institut national de Neurologie.

N Hammami, M Kasbi, ML Rabbany, C Drissi, R Sebai, L Belghith, S Nagi, M Ben Hamouda Service d Imagerie Médicale, Institut national de Neurologie. N Hammami, M Kasbi, ML Rabbany, C Drissi, R Sebai, L Belghith, S Nagi, M Ben Hamouda Service d Imagerie Médicale, Institut national de Neurologie. Tunis, Tunisie Une prise de contraste annulaire sur les

Plus en détail

A PROPOS DE 100 CAS S.LAMSAK, S.SALAM, K. EL KHOU, M.CHADAD, L.OUZIDANE

A PROPOS DE 100 CAS S.LAMSAK, S.SALAM, K. EL KHOU, M.CHADAD, L.OUZIDANE A PROPOS DE 100 CAS S.LAMSAK, S.SALAM, K. EL KHOU, M.CHADAD, L.OUZIDANE Service de Radiologie Pédiatrique CHU Ibn Rochd Casablanca Tumeurs cérébrales chez l enfant : 2nde place après les tumeurs hématologiques.

Plus en détail

CHIRURGIE STEREOTAXIQUE

CHIRURGIE STEREOTAXIQUE CHIRURGIE STEREOTAXIQUE Indications,Apport diagnostic,complications,limites DIU de neuro-oncologie 2006-2008 Seminaire caen 8 9 fevrier 2007 CHIRURGIE STEREOTAXIQUE CHIRURGIE FONCTIONNELLE: Parkinson et

Plus en détail

Hématome sous dural chronique révélant une métastase durmérienne d'un néo du sein

Hématome sous dural chronique révélant une métastase durmérienne d'un néo du sein Hématome sous dural chronique révélant une métastase durmérienne d'un néo du sein H Jalal 1, M Ouali Idrissi 1, A Benhaddou 1, K Aniba 2, S Ait Benali 2, O Essadki 1, A Ousehal 1 1- Service de Radiologie

Plus en détail

I M R M D E D D I D F I FUS U IO I N O N C OR O P R S P E NT N I T E I R: R L E P E P T T S ANS N L ES R A R YO Y N O S N?

I M R M D E D D I D F I FUS U IO I N O N C OR O P R S P E NT N I T E I R: R L E P E P T T S ANS N L ES R A R YO Y N O S N? FACULTÉ DE MÉDECINE ET DE PHARMACIE DE BESANCON Société de Médecine de Franche-Comté IRM DE DIFFUSION CORPS ENTIER: LE PET SANS LES RAYONS? E Dietsch, Z Boulahdour, E Delabrousse Besançon, le 26 mai 2011

Plus en détail

CLINIQUE EL MANAR-TUNIS

CLINIQUE EL MANAR-TUNIS CLINIQUE EL MANAR-TUNIS DIABETE INSIPIDE ET CANCER DU SEIN H. SAADAOUI UNITE D IMAGERIE MEDICALE CLINIQUE EL MANAR-TUNIS S. KAMDOURIDIS SERVICE DE RADIOLOGIE HOPITAL SAINT PIERRE-BRUXELLES OBJECTIF Attirer

Plus en détail

Démarche diagnostique en IRM devant une lésion. composante kystique de l adulte. MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder

Démarche diagnostique en IRM devant une lésion. composante kystique de l adulte. MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder Démarche diagnostique en IRM devant une lésion parenchymateuse cérébrale à composante kystique de l adulte E Meary, C Mellerio,O Naggara, M Petkova, MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder INTRODUCTION

Plus en détail

IMAGERIE DE LA SCLÉROSE EN PLAQUE PSEUDO TUMORALE A PROPOS DE 7 CAS.

IMAGERIE DE LA SCLÉROSE EN PLAQUE PSEUDO TUMORALE A PROPOS DE 7 CAS. IMAGERIE DE LA SCLÉROSE EN PLAQUE PSEUDO TUMORALE A PROPOS DE 7 CAS. 1 Laf hel S,1 Fikri M, 1 Echerrif El Kettani N, 2 H AitBenheddou, 1 EL Hassani MR,2 M. Yahyaoui,1 Jiddane M 1 Service de radiologie

Plus en détail

Gliomes de bas grade de l adulte : un diagnostic pas si facile! JM.Kamsu ;A.Benouach-Amiel; H.Dumas; I.Catalaa; C.Cognard; F.

Gliomes de bas grade de l adulte : un diagnostic pas si facile! JM.Kamsu ;A.Benouach-Amiel; H.Dumas; I.Catalaa; C.Cognard; F. Gliomes de bas grade de l adulte : un diagnostic pas si facile! JM.Kamsu ;A.Benouach-Amiel; H.Dumas; I.Catalaa; C.Cognard; F.Bonneville Introduction En France, les gliomes sont les tumeurs primitives du

Plus en détail

Angéite cérébrale primitive du système nerveux central: description en imagerie des 52 premiers patients de la cohorte francaise COVAC

Angéite cérébrale primitive du système nerveux central: description en imagerie des 52 premiers patients de la cohorte francaise COVAC Angéite cérébrale primitive du système nerveux central: description en imagerie des 52 premiers patients de la cohorte francaise COVAC O Naggara 1, H de Boysson 2, M Zuber 3, V Costalat 4, C Oppenheim

Plus en détail

Pourquoi des IRM toujours plus longs?

Pourquoi des IRM toujours plus longs? brochure destinée au patient atteint de sclérose en plaques ou à son entourage Pr. Jean-Philippe Ranjeva Centre de Résonance Magnétique Biologique et Médicale UMR CNRS 6612, Marseille 2010 Pourquoi des

Plus en détail

IRM de diffusion corps entier

IRM de diffusion corps entier IRM de diffusion corps entier Loïc Boussel Radiologie, Hôpital de la Croix Rousse, Hospices Civils de Lyon SFR-RA 2012 1 Introduction Développement de l'irm de diffusion : Localisée à l'encéphale puis

Plus en détail

Cas de la semaine # 47

Cas de la semaine # 47 Cas de la semaine # 47 25 Septembre 2017 Préparé par Dre Fatima Ameur fellow Dre Manon Bélair MD Hôpital Notre Dame, CHUM Département de radiologie Faculté de médecine Histoire Clinique Pas d antécédents

Plus en détail

IRM de diffusion et de perfusion des lymphomes cérébraux à 3T : quelles particularités?

IRM de diffusion et de perfusion des lymphomes cérébraux à 3T : quelles particularités? IRM de diffusion et de perfusion des lymphomes cérébraux à 3T : quelles particularités? B Carsin-Nicol, i JC Ferré, T Gauthier, JY Gauvrit Unité de Neuroradiologie Département de Radiologie et d Imagerie

Plus en détail

TEP et tumeurs cérébralesc

TEP et tumeurs cérébralesc TEP et tumeurs cérébralesc N. Gault, A.Chirila, F.Gutman, K.Kerrou, D.Grahek, F.Montravers, V. DeBeco, JN Talbot Service de Médecine Nucléaire - Hôpital Tenon QCM 1) biodistribution: de quel traceur s

Plus en détail

Le médiastin en images. F. MELLOT Service de Radiologie

Le médiastin en images. F. MELLOT Service de Radiologie Le médiastin en images F. MELLOT Service de Radiologie Le médiastin en images Diagnostic par la localisation Les localisations atypiques Le thymus Les biopsies IRM Le pet scanner Médiastin : localisation

Plus en détail

Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas

Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas B RADOUANE, M JIDAL, J EL FENNI, B ZAINOUN, S CHAOUIR, T AMIL, A HANINE, M BEN AMEUR Service d Imagerie Médicale Hôpital militaire d instruction

Plus en détail

IMAGERIE DE PERFUSION ET DE DIFFUSION DANS LE DIAGNOSTIC ET L EVALUATION POST THERAPEUTIQUE DES TUMEURS CEREBRALES: L EXPERIENCE EBROICIENNE

IMAGERIE DE PERFUSION ET DE DIFFUSION DANS LE DIAGNOSTIC ET L EVALUATION POST THERAPEUTIQUE DES TUMEURS CEREBRALES: L EXPERIENCE EBROICIENNE IMAGERIE DE PERFUSION ET DE DIFFUSION DANS LE DIAGNOSTIC ET L EVALUATION POST THERAPEUTIQUE DES TUMEURS CEREBRALES: L EXPERIENCE EBROICIENNE O.SUAUD(1), S.JOUINI(1), N.MIRET(2), L.KORT(2), A.LABIB(1),

Plus en détail

Cas de la semaine # 21

Cas de la semaine # 21 Cas de la semaine # 21 6 février 2017 Préparé par Dr Jaramie Thomas-Gittens R3 Dre Marie-Claude Chevrier MD FRCPC Hôpital Sacré-Coeur Département de radiologie Faculté de médecine Histoire Clinique Se

Plus en détail

L Anatomie Pathologique dans l évaluation des tumeurs osseuses

L Anatomie Pathologique dans l évaluation des tumeurs osseuses L Anatomie Pathologique dans l évaluation des tumeurs osseuses Bilan pré-opératoire: la biopsie 1. Définition 2. Indications 3. Techniques 4. Le prélèvement 5. Le diagnostic Bilan post-opératoire: les

Plus en détail

Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006)

Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006) Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006) 1. Epidémiologie Les ostéosarcomes ou sarcomes ostéogèniques sont des tumeurs rares,

Plus en détail

Syndromes Cérébelleux

Syndromes Cérébelleux Syndromes Cérébelleux UE Neurosensoriel 2011 Pr H Loiseau Séméiologie Recherche et analyse des signes Cliniques, radiologiques, biologiques, etc. Première étape indispensable de la démarche médicale Regroupements

Plus en détail

Aspects radiologiques des Prolactinomes géants

Aspects radiologiques des Prolactinomes géants Aspects radiologiques des Prolactinomes géants Belazzouz A.Y, Kesri.N,Bouaouina.S,Boudissa.M, Foudil.D, Mimouni.S Service d Endocrinologie et maladies métaboliques. EHS CPMC Alger. Introduction L imagerie

Plus en détail

La spectroscopie protonique dans les leucopathies du patient VIH: une aide au diagnostic de LEMP?

La spectroscopie protonique dans les leucopathies du patient VIH: une aide au diagnostic de LEMP? La spectroscopie protonique dans les leucopathies du patient VIH: une aide au diagnostic de LEMP? M. Lempicki (1) P. Brugières (1) C. Belzunce (2) V. Dangouloff-Ross (1) A. Gaston (1) (1) Service de neuroradiologie

Plus en détail

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Jeune femme de 25 ans, enceinte de 3 mois d une première grossesse Se présente

Plus en détail

Chirurgie mammaire à visée diagnostique

Chirurgie mammaire à visée diagnostique Chirurgie mammaire à visée diagnostique Dr L.Cahen-Doidy Hôpital Saint-Louis Circonstances de découverte des tumeurs mammaires - Autopalpation des seins - Examen clinique - Bilan radiologique!! Mammographie!!

Plus en détail

G. Fargeix, C. Billon-Grand, C. Prud homme, E. Pomero, E. Plouvier, A. Biondi

G. Fargeix, C. Billon-Grand, C. Prud homme, E. Pomero, E. Plouvier, A. Biondi Société de Médecine de Franche-Comté Réunion de la Société de Médecine de Franche-Comté Séance d imagerie pédiatrique et prénatale G. Fargeix, C. Billon-Grand, C. Prud homme, E. Pomero, E. Plouvier, A.

Plus en détail

TUBERCULOSE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL

TUBERCULOSE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL TUBERCULOSE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL (A PROPOS DE 8 CAS) O Kallel, I Hamdi, I Bellara, I Ridène, L Harzallah, L Ben Chérifa, H Amara, D Bakir, F Bahri*, A Letaif Omezzine*, CH Kraiem Service d Imagerie

Plus en détail

Intérêt de diffusion, perfusion et spectroscopie dans le diagnostic des lésions cérébrales à rehaussement annulaire

Intérêt de diffusion, perfusion et spectroscopie dans le diagnostic des lésions cérébrales à rehaussement annulaire Intérêt de diffusion, perfusion et spectroscopie dans le diagnostic des lésions cérébrales à rehaussement annulaire H. Redjem (1), M. El Khiry (1), JY. Tanguy (1), S. El Rai (1), C. Aubé (1), C. Cognard

Plus en détail

DR SAOUAB, PR DAFIRI Service d Imagerie, Hôpital d Enfants CHU-Rabat-Maroc

DR SAOUAB, PR DAFIRI Service d Imagerie, Hôpital d Enfants CHU-Rabat-Maroc DR SAOUAB, PR DAFIRI Service d Imagerie, Hôpital d Enfants CHU-Rabat-Maroc Les tumeurs malignes intra scrotales sont rares chez l enfant. Elles sont souvent extra testiculaires et dominées par les rhabdomyosarcomes

Plus en détail

Quels examens prescrire quand on suspecte une tumeur osseuse ou des parties molles?

Quels examens prescrire quand on suspecte une tumeur osseuse ou des parties molles? Quels examens prescrire quand on suspecte une tumeur osseuse ou des parties molles? Dr Zoé Cambon Assistante Service de Radiologie Hopital Pierre Paul Riquet Plan I ) Tumeurs des tissus mous II) Tumeurs

Plus en détail

Tumeurs intracrâniennes

Tumeurs intracrâniennes Tumeurs intracrâniennes Diagnostic Type histologique Traitement Pr E. Jouanneau, Module 10, U.F.R. Lyon SUD Objectifs : Savoir évoquer le diagnostic Savoir prescrire les examens amenant au diagnostic Avoir

Plus en détail

Patient de 27 ans, boxeur. Antécédent de chirurgie du canal carpien droit à la suite d'un traumatisme

Patient de 27 ans, boxeur. Antécédent de chirurgie du canal carpien droit à la suite d'un traumatisme Patient de 27 ans, boxeur Antécédent de chirurgie du canal carpien droit à la suite d'un traumatisme Tuméfaction douloureuse d apparition progressive sur la face palmaire du poignet droit Paresthésies

Plus en détail

PLACE DE L'IRM DANS LA STRATÉGIE DE CARACTÉRISATION DES INCIDENTALOMES SURRÉNALIENS

PLACE DE L'IRM DANS LA STRATÉGIE DE CARACTÉRISATION DES INCIDENTALOMES SURRÉNALIENS PLACE DE L'IRM DANS LA STRATÉGIE DE CARACTÉRISATION DES INCIDENTALOMES SURRÉNALIENS R. Salem (1), O. Essid (2), N. Bhouri (1), I. Khochtali (1), A. Zrig (1), W. Mnari (1), M. Golli (1) (1) Monastir - Tunisie,

Plus en détail

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique S A l (1) G H (2) S S Aptel (1), G Hossu (2), S Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique innovation

Plus en détail

ANGIOMYOLIPOME CALCIFIE ANGIOMYOLIPOME QUAND MEME! A.KULSKI, P.DURETZ, A. LIESSE Service de Radiologie, Hôpital V. Provo, Roubaix.

ANGIOMYOLIPOME CALCIFIE ANGIOMYOLIPOME QUAND MEME! A.KULSKI, P.DURETZ, A. LIESSE Service de Radiologie, Hôpital V. Provo, Roubaix. ANGIOMYOLIPOME CALCIFIE ANGIOMYOLIPOME QUAND MEME! A.KULSKI, P.DURETZ, A. LIESSE Service de Radiologie, Hôpital V. Provo, Roubaix. HISTOIRE DE LA MALADIE Mr G. 53 ans Sclérose Tubéreuse de Bourneville.

Plus en détail

Paragangliome Géant de la Queue de Cheval A propos d un d

Paragangliome Géant de la Queue de Cheval A propos d un d Paragangliome Géant de la Queue de Cheval A propos d un d cas Monique Boukobza,, Marc Polivka*, Guillaume Lot** Services de Neuroradiologie, d Anatomie d Pahologique* et de Neurochirurgie** Hôpital Lariboisière

Plus en détail

SARCOMES UTERINS. Dr Cécile SALUT Imagerie médicale, Hôpital Saint André, service du Pr Trillaud CNGOF FIBROME 20 juin 2014

SARCOMES UTERINS. Dr Cécile SALUT Imagerie médicale, Hôpital Saint André, service du Pr Trillaud CNGOF FIBROME 20 juin 2014 SARCOMES UTERINS Dr Cécile SALUT Imagerie médicale, Hôpital Saint André, service du Pr Trillaud CNGOF FIBROME 20 juin 2014 QCM A. Il existe des signes sensibles de sarcomes en échographie. B. Il existe

Plus en détail

G. Fargeix, E. Pomero, C. Billon-Grand, F. Cattin, A. Biondi. Service de Neuroradiologie et Thérapie Endovasculaire, CHRU de Besançon

G. Fargeix, E. Pomero, C. Billon-Grand, F. Cattin, A. Biondi. Service de Neuroradiologie et Thérapie Endovasculaire, CHRU de Besançon G. Fargeix, E. Pomero, C. Billon-Grand, F. Cattin, A. Biondi. Service de Neuroradiologie et Thérapie Endovasculaire, CHRU de Besançon Introduction Complication rare de l injection de produit de contraste

Plus en détail

Christian Beaulieu R5 en radiologie Dr C Blais, Dre J Bédard, Dre N Voyer

Christian Beaulieu R5 en radiologie Dr C Blais, Dre J Bédard, Dre N Voyer Pot-Pourri IRM d IRM abdominale: et Développements développements futurs Christian Beaulieu R5 en radiologie Dr C Blais, Dre J Bédard, Dre N Voyer Développements futurs Spectroscopie par résonance magnétique

Plus en détail

LES PIEGES ET LES DIFFICULTES EN IMAGERIE MUSCULO SQUELETTIQUES KYSTE, BOURSE OU TUMEUR?

LES PIEGES ET LES DIFFICULTES EN IMAGERIE MUSCULO SQUELETTIQUES KYSTE, BOURSE OU TUMEUR? LES PIEGES ET LES DIFFICULTES EN IMAGERIE MUSCULO SQUELETTIQUES KYSTE, BOURSE OU TUMEUR? L. MOUTOUNET Université Paris 5 Hôpital cochin Radiologie B CAS N 1 Mr R. 60 ans Masse de la face dorsale de la

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES TUMEURS CÉRÉBRALES

PRISE EN CHARGE DES TUMEURS CÉRÉBRALES PRISE EN CHARGE DES TUMEURS CÉRÉBRALES Dr Clotilde VERLUT ÉPIDÉMIOLOGIE Tumeurs rares Incidence augmente avec l âge Incidence augmente depuis une trentaine d année Facteurs favorisants Prédisposition familiale

Plus en détail

Indications rares du traitement radiochirurgical par Gamma

Indications rares du traitement radiochirurgical par Gamma Gamma Knife article 8, page 1 Indications rares du traitement radiochirurgical par Gamma Knife N. Massager, D. Devriendt Centre de Radiochirurgie par Gamma Knife, U.L.B. - Hôpital Erasme Résumé A côté

Plus en détail

Tuberculomes cérébraux IFMT-MS

Tuberculomes cérébraux IFMT-MS Tuberculomes cérébraux IFMT-MS.2006 1 Tuberculome (TBM) : généralités 2ème localisation de TB au SNC (après la méningite), de haute gravité Les TBM peuvent survenir sans autre localisation TB évidente

Plus en détail

La TEP et L IRM dans le suivi de la chimiothérapie néoadjuvante du cancer du sein et l indication opératoire

La TEP et L IRM dans le suivi de la chimiothérapie néoadjuvante du cancer du sein et l indication opératoire La TEP et L IRM dans le suivi de la chimiothérapie néoadjuvante du cancer du sein et l indication opératoire Protocole AOR 02072 P020907 Investigateur principal : Pr Jean-Noël TALBOT, Hôpital Tenon Etude

Plus en détail

AMELOBLASTOME MALIN : A PROPOS D UN CAS. M.Zerhouni, N.Elbenna, S.Bennis, A.Abdelouafi Service de Radiologie du 20 Août 1953 CHU Ibn Rochd Casablanca

AMELOBLASTOME MALIN : A PROPOS D UN CAS. M.Zerhouni, N.Elbenna, S.Bennis, A.Abdelouafi Service de Radiologie du 20 Août 1953 CHU Ibn Rochd Casablanca AMELOBLASTOME MALIN : A PROPOS D UN CAS M.Zerhouni, N.Elbenna, S.Bennis, A.Abdelouafi Service de Radiologie du 20 Août 1953 CHU Ibn Rochd Casablanca Introduction L améloblastome malin est une tumeur odontogène

Plus en détail

Imagerie de la réponse r thérapeutique en cancérologie. M Seridi, SE Bendib Service d imagerie d CPMC

Imagerie de la réponse r thérapeutique en cancérologie. M Seridi, SE Bendib Service d imagerie d CPMC Imagerie de la réponse r thérapeutique en cancérologie M Seridi, SE Bendib Service d imagerie d médicale m CPMC Introduction L imagerie a un rôle primordial en oncologie pour guider le thérapeute dans

Plus en détail

Apport de l IRM dans l encéphalopathie postérieure réversible de l éclampsie A propos de six cas. Service Central de Radiologie, Casablanca, Maroc

Apport de l IRM dans l encéphalopathie postérieure réversible de l éclampsie A propos de six cas. Service Central de Radiologie, Casablanca, Maroc Apport de l IRM dans l encéphalopathie postérieure réversible de l éclampsie A propos de six cas I. Mimouni, S. Lezar, F. Essodegui, W. Zamiati, at A. Adil Service Central de Radiologie, Casablanca, Maroc

Plus en détail

IMAGERIE DES HEMORRAGIES MENINGEES (3)

IMAGERIE DES HEMORRAGIES MENINGEES (3) IMAGERIE DES HEMORRAGIES MENINGEES (3) DEFINITION Hémorragie localisée aux espaces sous-arachnoïdiens du cerveau, et plus rarement aux espaces péri-médullaires. ETIOLOGIE fréquence : 5 habitants âge maximum

Plus en détail

Tuberculose ovarienne fistulisée dans le rectum

Tuberculose ovarienne fistulisée dans le rectum Tuberculose ovarienne fistulisée dans le rectum H Jalal 1, K Dami 1, L Lammat 2, A Elidrissi Dafali 2, O Essadki 1, A Ousehal 1 1- Service de Radiologie 2- Service de Chirurgie Viscérale Hôpital Ibn Tofaïl

Plus en détail

Diagnostic des tumeurs cérébrales en TEP. Marc Bertaux (AHU) APRAMEN-SOFRA 2016

Diagnostic des tumeurs cérébrales en TEP. Marc Bertaux (AHU) APRAMEN-SOFRA 2016 Diagnostic des tumeurs cérébrales en TEP Marc Bertaux (AHU) APRAMEN-SOFRA 2016 La Neuro-onco en TEP c est dur parce que.. Le FDG marche moins bien en raison de signal de fond cérébral élevé. Le radiotraceur

Plus en détail

RADIOTHERAPIE CEREBRALE ET TROUBLES COGNITIFS

RADIOTHERAPIE CEREBRALE ET TROUBLES COGNITIFS RADIOTHERAPIE CEREBRALE ET TROUBLES COGNITIFS Dr François DUBOIS (CHU de Lille) NEUROTOXICITE DE LA RADIOTHERAPIE CEREBRALE Initialement décrite chez l enfant traité pour leucémie aigue ou tumeurs cérébrales

Plus en détail

Cas 1. Matthieu LAPEYRE, Olivier ROUQUET, Clinique PASTEUR, Toulouse

Cas 1. Matthieu LAPEYRE, Olivier ROUQUET, Clinique PASTEUR, Toulouse Cas 1 Matthieu LAPEYRE, Olivier ROUQUET, Clinique PASTEUR, Toulouse Cas 1 Patient de 72 ans. Pas d antécédent particulier. Bilan pré-thérapeutique d un adénocarcinome prostatique Gleason 7(4+3) base droite

Plus en détail

Limitations. N est pas conçu pour

Limitations. N est pas conçu pour PI RADS V2 Objectifs 2012 PI RADS V1 2015 PI RADS V2 Établir les paramètres minimum acceptables pour mpmri Simplifier et standardiser la terminologie et le compte-rendu radiologique Faciliter l utilisation

Plus en détail

Spectroscopie par résonance magnétique. Aspects théoriques et pratiques. Damien Galanaud Service de Neuroradiologie Hôpital La Pitié Salpêtrière

Spectroscopie par résonance magnétique. Aspects théoriques et pratiques. Damien Galanaud Service de Neuroradiologie Hôpital La Pitié Salpêtrière Spectroscopie par résonance magnétique Aspects théoriques et pratiques Damien Galanaud Service de Neuroradiologie Hôpital La Pitié Salpêtrière Objectifs - Comprendre les bases de la spectroscopie - Maitriser

Plus en détail

TUMEURS PAROTIDIENNES INTERET DE l IRM. Service d ORL/CCF Hôpital Central de l Armée : M. HAMIDA K. SALHI

TUMEURS PAROTIDIENNES INTERET DE l IRM. Service d ORL/CCF Hôpital Central de l Armée : M. HAMIDA K. SALHI TUMEURS PAROTIDIENNES INTERET DE l IRM Service d ORL/CCF Hôpital Central de l Armée : M. HAMIDA K. SALHI INTRODUCTION Les tumeurs parotidiennes représentent 3% des tumeurs cervicales et 80% des tumeurs

Plus en détail

Evaluation en imagerie de la réponse tumorale : quelle technique en 2009?

Evaluation en imagerie de la réponse tumorale : quelle technique en 2009? Evaluation en imagerie de la réponse tumorale : quelle technique en 2009? Olivier Vignaux Université Paris Descartes Service de Radiologie Hôpital Cochin Problématique réponse tumorale : diminution taille

Plus en détail

LES COMPLICATIONS NEUROLOGIQUES DE LA RADIOTHERAPIE: Apport de l imageriel

LES COMPLICATIONS NEUROLOGIQUES DE LA RADIOTHERAPIE: Apport de l imageriel LES COMPLICATIONS NEUROLOGIQUES DE LA RADIOTHERAPIE: Apport de l imageriel HSAINI Y., MOUNACH J., ELMARJANY M*., ZERHOUNI A., SATTE A., KAROUACHE A., SEMLALI A, BOULAHRI T, BOURAZZA A., MOSSEDDAQ R. Service

Plus en détail

Christophe Aubé, Valérie Vilgrain. Angers, Beaujon

Christophe Aubé, Valérie Vilgrain. Angers, Beaujon Imagerie du Carcinome hépatocellulaire Christophe Aubé, Valérie Vilgrain Angers, Beaujon Prélude Diagnostic du CHC Diagnostic repose sur le dépistage des patients à risque - cirrhose Dépistage semestrielle

Plus en détail

S Sedrati, N Allali, M Chellaoui, L Chat, R Dafiri

S Sedrati, N Allali, M Chellaoui, L Chat, R Dafiri Le Rétinoblastome Quel est l apport de l imagerie dans la prise en charge? S Sedrati, N Allali, M Chellaoui, L Chat, R Dafiri Service De Radio Pédiatrie, Hôpital D enfants Maternité CHU de Rabat Introduction

Plus en détail

Bosniak or not Bosniak?

Bosniak or not Bosniak? Bosniak or not Bosniak? Séance d'interprétation interactive O. Rouvière, Service d'imagerie urinaire et vasculaire, HEH SFR - Rhône Alpes, 9 octobre 2008 Principe Dossiers de masses rénales solides et/ou

Plus en détail

Cas de la semaine # 48

Cas de la semaine # 48 Cas de la semaine # 48 2 OCTOBRE 2017 Préparé par Dre Florence Thibault R3 Dre Julie David MD FRCPC Dre Véronique Freire MD FRCPC CHUM Hôtel-Dieu Département de radiologie Faculté de médecine Histoire

Plus en détail

Imagerie multimodale des tumeurs cérébrales-sfrra

Imagerie multimodale des tumeurs cérébrales-sfrra Imagerie multimodale des tumeurs cérébrales-sfrra S I Time (s) Samedi 24 mars 2012 Pr. François Cotton Dr Jean Amédée Roch Service d imagerie, CHLS Laboratoire d Anatomie, UFR Laennec CREATIS OBJECTIFS

Plus en détail

Tumeurs Intracrâniennes

Tumeurs Intracrâniennes Tumeurs Intracrâniennes Certificat Neurologie-Neurochirurgie Prof. Assoc.Gérard ABADJIAN Classification des Tumeurs du SNC (OMS mod.) Tumeurs Gliales Tumeurs Glio-neuronal Tumeurs Embryonnaires Tumeurs

Plus en détail

Radiothérapie des tumeurs cérébrales après 75 ans. Jean-Jacques MAZERON

Radiothérapie des tumeurs cérébrales après 75 ans. Jean-Jacques MAZERON Radiothérapie des tumeurs cérébrales après 75 ans Jean-Jacques MAZERON Service de radiothérapie oncologique Groupe Hospitalier Pitie-Salpêtrière, Paris Les irradiations les plus fréquentes 1. Les irradiations

Plus en détail

Apport du couple IRM - échographie de contraste avant biopsie de prostate

Apport du couple IRM - échographie de contraste avant biopsie de prostate Apport du couple IRM - échographie de contraste avant biopsie de prostate X. Coutouly, V. Perot, G. Rigou, G. Robert, C. Calvet, N Grenier - hôpital Pellegrin CHU Bordeaux -FRANCE- BUT DE L ETUDE Déterminer

Plus en détail

S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de radiologie pédiatrique Hôpital d enfants-maternité CHU IBN SINA, Rabat, Maroc

S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de radiologie pédiatrique Hôpital d enfants-maternité CHU IBN SINA, Rabat, Maroc S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de radiologie pédiatrique Hôpital d enfants-maternité CHU IBN SINA, Rabat, Maroc L hémangiome ou hémangioendothéliome est la tumeur vasculaire bénigne néonatale la plus

Plus en détail

Pour la prise en charge des tumeurs oligodendrogliales de haut-grade. guide d information à l usage des patients et de leur entourage

Pour la prise en charge des tumeurs oligodendrogliales de haut-grade. guide d information à l usage des patients et de leur entourage Pour la prise en charge des tumeurs oligodendrogliales de haut-grade guide d information à l usage des patients et de leur entourage Les tumeurs cérébrales Le cerveau Le cerveau est un organe majeur situé

Plus en détail

Les tumeurs pulmonaires malignes primitives : à propos de 1 3 cas pédiatriques

Les tumeurs pulmonaires malignes primitives : à propos de 1 3 cas pédiatriques Les tumeurs pulmonaires malignes primitives : à propos de 1 3 cas pédiatriques S.RAJI, N. Allali, F. Ounani, R. Dafiri Service de Radiologie Pédiatrique, Hôpital d Enfants - Maternité CHU Rabat La pathologie

Plus en détail

L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique. http://www.e-mri.

L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique. http://www.e-mri. L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique http://www.e-mri.org D HOA, A MICHEAU, G GAHIDE, E LE BARS, C CYTEVAL, M ZANCA, P DUJOLS,

Plus en détail

Bruot olivier CHU Brabois Nancy

Bruot olivier CHU Brabois Nancy Bruot olivier CHU Brabois Nancy 1. Les principes l imagerie de diffusion 1. Principes physiques 2. Principes d interprétations 2. Protocole d acquisition 3. Réalisation et intérêts de la virtuel Pet MRI

Plus en détail

Les nouvelles procédures de repérage préopératoire : ROLL et SNOLL

Les nouvelles procédures de repérage préopératoire : ROLL et SNOLL Les nouvelles procédures de repérage préopératoire : ROLL et SNOLL Dr Aurélie Bourdon, Service de Médecine Nucléaire, Dr Gauthier Rathat, Service de chirurgie gynécologique Dr Emmanuelle Pages, Service

Plus en détail

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE : Détection caractérisation Bilan d extension

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE : Détection caractérisation Bilan d extension IMAGERIE EN CANCEROLOGIE : Détection caractérisation Bilan d extension N. Grenier Imagerie et Cancer L imagerie intervient à tous les stades : - Infra-clinique : dépistage - détection - Clinique : caractérisation

Plus en détail

Quelle stratégie thérapeutique? à propos d un cas

Quelle stratégie thérapeutique? à propos d un cas Syndrome de masse rénale bilatérale: Quelle stratégie thérapeutique? à propos d un cas Alger, 12 décembre 2014 Kadi A., Brihi M.L., Atoui K., Chouakria A., Chettibi K. Service de Chirurgie Urologique -

Plus en détail

INTERET DE LA SEQUENCE DE SUSCEPTIBILITE MAGNETIQUE EN IRM DANS L EXPLORATION DES TRAUMATISMES CRANIENS LEGERS

INTERET DE LA SEQUENCE DE SUSCEPTIBILITE MAGNETIQUE EN IRM DANS L EXPLORATION DES TRAUMATISMES CRANIENS LEGERS INTERET DE LA SEQUENCE DE SUSCEPTIBILITE MAGNETIQUE EN IRM DANS L EXPLORATION DES TRAUMATISMES CRANIENS LEGERS Auteurs : Aurélie Delouche 1,2, Arnaud Attyé 1,2, Sylvie Grand 1,2, Irène Troprés 2, Adrian

Plus en détail

DIAGNOSTIC DU CANCER DE L'OVAIRE

DIAGNOSTIC DU CANCER DE L'OVAIRE DIAGNOSTIC DU CANCER DE L'OVAIRE Les signes cliniques ou la consultation médicale Le cancer de l ovaire est le plus souvent diagnostiqué à un stade évolué de la maladie car il peut évoluer longtemps sans

Plus en détail

Contexte épidémiologique. 14,5 / chiens et 3,5 / chats. 2,8 % des chiens et 2,2% des chats

Contexte épidémiologique. 14,5 / chiens et 3,5 / chats. 2,8 % des chiens et 2,2% des chats Académie Vétérinaire, Jeudi 21 avril 2011 Pauline de Fornel-Thibaud Contexte épidémiologique Incidence : 14,5 /100 000 chiens et 3,5 /100 000 chats 2,8 % des chiens et 2,2% des chats jlthibaud@vet-alfort.fr

Plus en détail

Correspondance en CIM-O-2

Correspondance en CIM-O-2 Auteurs : P. Delafosse, A. Cowppli-Bony Description de la localisation étudiée Système nerveux central CIM-O-3 Correspondance en CIM-O-2 Correspondance en CIM-O-1 Correspondance en CIM-10 Topographie C70.0

Plus en détail

Lymphome Primitif du Sein

Lymphome Primitif du Sein Lymphome Primitif du Sein Raposo, Joana*; Orvalho, Lurdes ***; Bahia, Carla**; Alves, Pedro* * Centro Hospitalar de Lisboa Central - H.S.José ** Hospital do Barlavento Algarvio *** Instituto Português

Plus en détail

APPORTS RESPECTIFS DES DIFFERENTS

APPORTS RESPECTIFS DES DIFFERENTS BONE CLUB ET POT POURRI OSTEO-ARTICULAIRE APRAMEN 20 JUIN 2007 APPORTS RESPECTIFS DES DIFFERENTS EXAMENS D IMAGERIE D MORPHOLOGIQUE ET FONCTIONNELLE DANS L EXPLORATION L D UNE D VERTEBRE IVOIRE Khiar A

Plus en détail

TEP A LA FLUOROMETHYLCHOLINE -(18F) ET CANCER DE LA PROSTATE. Médecine Nucléaire Hôpital Tenon

TEP A LA FLUOROMETHYLCHOLINE -(18F) ET CANCER DE LA PROSTATE. Médecine Nucléaire Hôpital Tenon TEP A LA FLUOROMETHYLCHOLINE -(18F) ET CANCER DE LA PROSTATE Médecine Nucléaire Hôpital Tenon FDG ET CANCER DE LA PROSTATE Utilisation non recommandée: Faible activité glycolytique de ce cancer Forte excrétion

Plus en détail

Compléments de Radiologie RDGN Topic 3: substance blanche cérébrale

Compléments de Radiologie RDGN Topic 3: substance blanche cérébrale Compléments de Radiologie RDGN 2130 Secteur de NEURORADIOLOGIE Topic 3: substance blanche cérébrale Dr. Thierry Duprez Professeur Clinique UCL-St-Luc Thierry.Duprez@uclouvain.be http://www.saintluc.be

Plus en détail

Journée de Sénologie Interactive. Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid

Journée de Sénologie Interactive. Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid Journée de Sénologie Interactive Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid Mme S 51 ans XVII journées de sénologie le 18/09/14 Cas clinique interactif Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid Mme S., 51ans, consulte

Plus en détail

Comparaison radiographie standard et tomodensitométrie thoracique dans les métastases pulmonaires de l ostéosarcome

Comparaison radiographie standard et tomodensitométrie thoracique dans les métastases pulmonaires de l ostéosarcome Comparaison radiographie standard et tomodensitométrie thoracique dans les métastases pulmonaires de l ostéosarcome (A propos de 30 cas) I.En-nafaa, N.Allali, F.El Ounani, R.Dafiri Service de Radiologie

Plus en détail

Tumeurs osseuses malignes primitives de l enfant Prise en charge chirurgicale

Tumeurs osseuses malignes primitives de l enfant Prise en charge chirurgicale Tumeurs osseuses malignes primitives de l enfant Prise en charge chirurgicale Joël Lechevallier Saad Abu Amara Clinique Chirurgicale Infantile Chantal Michot Service d Anatomopathologie Cécile Cellier

Plus en détail

UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE. Année 2009 N 145 THESE. Pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE

UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE. Année 2009 N 145 THESE. Pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE Année 2009 N 145 THESE Pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE DES de Radiodiagnostic et Imagerie médicale Par Claire DEFRANCE Née le 15 juin 1979 à Amiens

Plus en détail

Imagerie Cérébrale chez l homme en 2012 Quand? Comment?

Imagerie Cérébrale chez l homme en 2012 Quand? Comment? Imagerie Cérébrale chez l homme en 2012 Quand? Comment? P. HUGONET Médecin Radiologiste Académie Vétérinaire Paris - 3 Mai 2012 C est précisément la fonction de la science de fournir une représentation

Plus en détail

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/6 : Quel(s) est (sont) le(s) facteur(s) de risque du cancer du rein? A - HTA B - Anémie C - Tabagisme D - Obésité E - HTAP (Réponse : ACD

Plus en détail

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier)

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Pourquoi? Prise en charge personnalisée du cancer du sein Morbidité et coût d une chimiothérapie

Plus en détail

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant Sites métastatiques m inhabituels chez l'enfant S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de redio-pédiatrie, diatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, RABAT, MAROC Introduction Les cancers de l enfant l sont des

Plus en détail

TEP et Cancer Broncho Pulmonaire Cas Cliniques

TEP et Cancer Broncho Pulmonaire Cas Cliniques TEP et Cancer Broncho Pulmonaire Cas Cliniques E. OUHAYOUN* - J. GIRON** - J. BERJAUD*** *Service de Médecine Nucléaire - P r J.P. Esquerré **Service de radiologie - Pr J.J. Railhac ***Service de Chirurgie

Plus en détail

PNET DES FOSSES NASALES : UNE LOCALISATION EXCEPTIONNELLE A PROPOS DE DEUX CAS

PNET DES FOSSES NASALES : UNE LOCALISATION EXCEPTIONNELLE A PROPOS DE DEUX CAS PNET DES FOSSES NASALES : UNE LOCALISATION EXCEPTIONNELLE A PROPOS DE DEUX CAS M. FIKRI, A. EL QUESSAR, MR EL HASSANI, N. CHAKIR, N. BOUKHRISSI, M. JIDDANE Service de NeuroRadiologie Hôpital des spécialités.

Plus en détail

ED Anatomie Pathologique UE Cancérologie. Cas 1

ED Anatomie Pathologique UE Cancérologie. Cas 1 ED Anatomie Pathologique UE Cancérologie Cas 1 L3 2016-2017 Cas clinique Mr H, 60 ans, éthylique et grand tabagique (50 paquets-années), Consulte en raison d une difficulté à avaler les aliments. Ce qui

Plus en détail