TRAITEMENT ANAEROBIE DES EFFLUENTS EN CHIMIE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TRAITEMENT ANAEROBIE DES EFFLUENTS EN CHIMIE"

Transcription

1 TRAITEMENT ANAEROBIE DES EFFLUENTS EN CHIMIE François MORIER Directeur Général JOURNEE INDUSTRIELLE METHANISATION Exemple d applications industrielles par de petites unités de méthanisation Le 5 Octobre 2011 Chambéry, salle des congrès «Le Manège»

2 PARTICULARITE DES EFFLUENTS Dans un process chimique industriel utilisant de l eau, depuis les étapes de synthèses jusqu aux divers conditionnements, on décèlera dans les effluents liquides la présence de solvants de synthèse, de sous produits organiques ou de minéraux concentrés (eaux mères) et dilués (eaux de lavage des produits ou des gaz), la présence de corps gras (acide gras) ou encore de solvants très biodégradables (alcools, AGV).

3 PARTICULARITE DES EFFLUENTS (suite) Les effluents issus des usines chimiques se caractérisent donc par leur grande variabilité dans leur composition et dans leur évolution : ph très acides ou basiques des purges de laveurs de gaz ou de CIP salinité très variable avec présence possible de sulfate ou de molécules soufrées compositions variables pour les ateliers travaillant à façon variabilité saisonnière en production phytosanitaire par exemple présence potentielle d inhibiteurs ou de bactéricides une DCO résiduelle dite dure.

4 PARTICULARITE DES EFFLUENTS (suite) Dans ce type d environnement, les effluents devront donc être très bien caractérisés et certaines précautions devront être prises : un grand volume de stockage pour lisser leur hétérogénéité un bassin de sécurité en cas de besoin (accidents de production, toxiques, ) deux niveaux de régulation de ph en amont et sur le digesteur un appoint éventuel en minéraux et oligoéléments un appoint en micronutriments un dimensionnement des ouvrages et une exploitation prudente

5 Société INDENA La société INDENA, implantée en Touraine, produit des extraits végétaux par extraction en phase aqueuse ou solvant avec des étapes de concentration et de distillation. Avant la construction de l installation les effluents concentrés, contenant ou non des solvants chlorés, étaient détruits en Centre agréé, tandis que les effluents dilués neutralisés étaient rejetés, après contrôle, dans le réseau d égout urbain relié à une station biologique urbaine de grande capacité. Un durcissement des normes de rejet et le souhait de traiter sur place certains effluents organiques biodégradables, qui devaient jusqu alors être concentrés sur évaporateurs avant destruction hors site, ont conduit l industriel à rechercher le procédé le mieux adapté.

6 CHOIX DU PROCEDE Les effluents à traiter, assez facilement biodégradables, présentaient les caractéristiques présentées dans le tableau cidessous. La norme de rejet de rejet la plus contraignante était la DCO limitée à 1000 mg/l O 2. Tableau 1 : Caractérisation des effluents entrants Paramètres Unités Valeurs Débit journalier m à 600 Flux DCO journalier kg O à 3000 Rapport DCO/DBO5-1,7 à 2,7 ph - 7 à 12

7 CHOIX DU PROCEDE (suite) En collaboration avec Proserpol et d autres sociétés spécialisées, plusieurs voies ont été explorées : la séparation en ligne des effluents concentrés et dilués à l aide d un analyseur en continu les procédés biologiques aérobies de type classique, SBR ou MBR un traitement anaérobie La séparation efficace des effluents dilués/concentrés est apparue difficile à réaliser industriellement et les procédés aérobie ont été écartés du fait de leur consommation énergétique, de leur production de boue importante et de l impossibilité de rejeter dans le milieu naturel (MBR donc exclu).

8 CHOIX DU PROCEDE (suite) Parmi les procédés anaérobies, le choix s est porté vers la technologie du film fixé pour sa plus grande robustesse aux chocs et aux variations de qualité des effluents. Le lit est du type vrac avec possibilité de mise en mouvement en fonction des demandes d exploitation. La circulation est down-flow pour favoriser le contact et limiter la production de mousse pendant les phases de transition. Une finition par un procédé physicochimique avec coagulation et aéroflottation permet le respect des normes de rejet. S agissant d un traitement de finition les boues sont produites en faibles quantités. Elles sont centrifugées avant compostage.

9 PRESENTATION DU PROJET La filière est résumée sur le tableau suivant : Tableau 2 : Filière de traitement Fonctions équipements Caractéristiques Stockage et alimentation Traitement anaérobie Traitement physicochimique Circuit chaleur Bassin de sécurité Pré-neutralisation Tamisage Bassin de stockage Méthaniseur Régulation ph Coagulant Flottateur Centrifugeuse Echangeur récupération Echangeur réchauffage Chaudière biogaz Torchère 3000 m 3 CO m 1200 m m 3 Soude Organique 3,5 m kg/h MS Freeflow Tubulaire 200 kw 30 Nm 3 /h

10 RESULTAT APRES DIGESTION Le bon fonctionnement de l installation est lié à la régularité de l alimentation et au contrôle des paramètres du procédé : ph, température, TAC, AGV et DCO résiduels. Ceci nécessite une très bonne compréhension du procédé de la part de l opérateur. La production de biogaz couvre, en théorie, les besoins thermiques de l installation, mais ne permet pas de valorisation externe. Tableau 3 : Caractérisation des effluents sortie méthaniseur Paramètres Unités Valeurs ph - 6,9 à 7,3 Concentration en DCO mg/l O à 1800 Rapport AGV/TAC - 0,05 à 0,1 Température C 36,5 à 37,5

11 RESULTAT APRES DIGESTION (suite) Bassin de sécurité Torchère Chaudière Rejet eaux usées Compostage Récupération Méthanisation Dégrillage Stockage Aéroflottation Centrifugation énergie réchauffage

12 CONCLUSION Le couplage de prétraitements, comme la digestion anaérobie suivie d un traitement physicochimique, permet dans certains cas de bien répondre aux exigences d un rejet dans un réseau urbain adapté. Il faut retenir, qu en France, l étape anaérobie permet rarement d assurer seule un niveau d épuration répondant aux exigences de concentration mais peut, par contre, répondre plus facilement aux exigences de flux abattu. Dans le milieu de la chimie ou de la synthèse pharmaceutique, un prétraitement anaérobie se révèle bien adapté si les étapes d essais pilote en laboratoire, ou sur site, prennent en compte toutes les contraintes spécifiques de cette activité. La taille des projets industriels va de 0,6 à 600 tonnes par jour de DCO entrante avec des installations d essai de 10 litres à 100 m3 d effluent traité par jour.

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E Solutions pour l analyse de l eau en ligne AnaSense Analyseur en ligne d AGV, des bicarbonates

Plus en détail

LES AUTRES THÈMES BIOMÉTHANISATION

LES AUTRES THÈMES BIOMÉTHANISATION LES AUTRES THÈMES BIOMÉTHANISATION Technologies émergeantes de biométhanisation de la biomasse végétale en Inde H.N. Chanakya, Centre for Sustainable Technologies (formerly ASTRA Centre), Indian Institute

Plus en détail

solutions globales de traitement des eaux usées Quelques références

solutions globales de traitement des eaux usées Quelques références solutions globales de traitement des eaux usées Quelques références Société des EAUX DE VOLVIC (63) job N 5-01-16 job N 5-08-11 Procédé biologique BOMS Biomass On Mobile Support* Type d ef nt : les eaux

Plus en détail

La valorisation du biogaz par stations de cogénération

La valorisation du biogaz par stations de cogénération La valorisation du biogaz par stations de cogénération Frank Steenhaut Séminaire sur la BIOMETHANISATION 26 janvier 2006 - TOURNAI Les secteurs d activités Secteurs d'activités Fabrication Ingénierie Stations

Plus en détail

SOMMAIRE 7- COIFFEUR I - PRESENTATION DE L'ACTIVITE...3 II - REPRESENTATIVITE...5 III - REJETS, DECHETS ET PRODUITS DANGEREUX DE L'ACTIVITE...

SOMMAIRE 7- COIFFEUR I - PRESENTATION DE L'ACTIVITE...3 II - REPRESENTATIVITE...5 III - REJETS, DECHETS ET PRODUITS DANGEREUX DE L'ACTIVITE... 7. COIFFEUR SOMMAIRE I - PRESENTATION DE L'ACTIVITE...3 I.1 - PRINCIPALES OPERATIONS...3 I.2 - PRODUITS UTILISES...3 I.3 - GRANDEUR CARACTERISTIQUE DE L ACTIVITE...3 I.4 - RUBRIQUE ICPE ET ARRETE SPECIFIQUE

Plus en détail

SOMMAIRE 8- ELEVAGE D ANIMAUX DOMESTIQUES, TOILETTEUR I - PRESENTATION DE L'ACTIVITE...3 II - REPRESENTATIVITE...6

SOMMAIRE 8- ELEVAGE D ANIMAUX DOMESTIQUES, TOILETTEUR I - PRESENTATION DE L'ACTIVITE...3 II - REPRESENTATIVITE...6 8. ELEVAGE D ANIMAUX DOMESTIQUES, TOILETTEUR SOMMAIRE I - PRESENTATION DE L'ACTIVITE...3 I.1 - PRINCIPALES OPERATIONS...3 I.2 - PRODUITS UTILISES...3 I.3 - GRANDEUR CARACTERISTIQUE DE L ACTIVITE...3 I.4

Plus en détail

Un projet novateur en biométhanisation et récupération d énergie La Laiterie Charlevoix, l exemple d une entreprise qui sait gérer son énergie

Un projet novateur en biométhanisation et récupération d énergie La Laiterie Charlevoix, l exemple d une entreprise qui sait gérer son énergie Un projet novateur en biométhanisation et récupération d énergie La Laiterie Charlevoix, l exemple d une entreprise qui sait gérer son énergie Bruno Labbé, Co-Propriétaire et Gestionnaire de projet Robert

Plus en détail

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES FROMAGERIES

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES FROMAGERIES DEPARTEMENT DE LA SECURITE ET DE L ENVIRONNEMENT DCPE 520 SERVICE DES EAUX, SOLS ET ASSAINISSEMENT OCTOBRE 2012 DIRECTIVE CANTONALE GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES FROMAGERIES Section assainissement

Plus en détail

TRAITEMENT BIOLOGIQUE

TRAITEMENT BIOLOGIQUE Référent : Service SEET Direction DPED ADEME (Angers) TRAITEMENT BIOLOGIQUE Juillet 2014 Les polluants concernés par la technique de traitement biologique sont les composés odorants et les Composés Organiques

Plus en détail

La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues

La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues Sommaire 1. Etat des lieux 2. Un contexte favorable à une optimisation énergétique 3. Maximiser la production de biogaz 4. Quelques

Plus en détail

Présentation Commerciale

Présentation Commerciale Présentation Commerciale Biogaskontor Plan de la présentation 1 Les technologies Naskeo 2 L offre commerciale 2 La société Naskeo Environnement en chiffres Société anonyme Capital de 63 000 Fonds propres

Plus en détail

Séminaire des Doctorants «Ecotechnologies» de l ARC ENVIRONNEMENT RHONE-ALPES. STIMULATION et MAÎTRISE ÉLECTROCHIMIQUE DE LA BIOREMÉDIATION DES EAUX

Séminaire des Doctorants «Ecotechnologies» de l ARC ENVIRONNEMENT RHONE-ALPES. STIMULATION et MAÎTRISE ÉLECTROCHIMIQUE DE LA BIOREMÉDIATION DES EAUX Séminaire des Doctorants «Ecotechnologies» de l ARC ENVIRONNEMENT RHONE-ALPES STIMULATION et MAÎTRISE ÉLECTROCHIMIQUE DE LA BIOREMÉDIATION DES EAUX Doctorant Lucas JOBIN Thèse financée par Région Rhône-Alpes

Plus en détail

La consommation énergétique des usines de dépollution est un poste de dépense important et l un des plus émetteurs de gaz à effet de serre.

La consommation énergétique des usines de dépollution est un poste de dépense important et l un des plus émetteurs de gaz à effet de serre. Contexte / Objectifs La consommation énergétique des usines de dépollution est un poste de dépense important et l un des plus émetteurs de gaz à effet de serre. A titre d exemple, pour compenser les émissions

Plus en détail

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques I R. A L I S O N B R O G N A U X U N I T É D E B I O - I N D U S T R I E S G E M B L O U X A G R O B I

Plus en détail

Menu Méthanisation. L innovation au service de l énergie verte

Menu Méthanisation. L innovation au service de l énergie verte Menu Méthanisation L innovation au service de l énergie verte Avec la méthanisation, véritable voie d avenir, l innovation est au cœur de la production d énergie verte. LA MÉTHANISATION, C EST QUOI? La

Plus en détail

COMMENTAiRES/ DECISIONS

COMMENTAiRES/ DECISIONS Plate-forme d'échanges affichage environnemental des PGC Date : 2009-12-21 Assistante: Lydia GIPTEAU Ligne directe : + 33 (0)1 41 62 84 20 Lydia.gipteau@afnor.org GT Méthodologie Numéro du document: N

Plus en détail

Action de Formation à la Carte Année 2011

Action de Formation à la Carte Année 2011 CENTRE INTERNATIONAL DES TECHNOLOGIES DE L ENVIRONNEMENT DE TUNIS Direction de la Formation et du Renforcement des Capacités Action de Formation à la Carte Année 2011 CITET,Boulevard de Leader Yasser Arafat,

Plus en détail

STATION D EPURATION EAUCLIN A LIT IMMERGE : TYPE 40 EH

STATION D EPURATION EAUCLIN A LIT IMMERGE : TYPE 40 EH - Traitement eaux et effluents - Maillol Grand - 81990 CAMBON D ALBI Tél. 05.63.78.92.96 - Fax. 05.63.53.06.25 E-mail. eauclin@hotmail.fr - Spécialisée dans les stations d épuration biologique à culture

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

Analyse du Cycle de Vie des modes de valorisation de biogaz issu de méthanisation de Fractions Fermentescibles des OM collectées sélectivement

Analyse du Cycle de Vie des modes de valorisation de biogaz issu de méthanisation de Fractions Fermentescibles des OM collectées sélectivement Analyse du Cycle de Vie des modes de valorisation de biogaz issu de méthanisation de Fractions Fermentescibles des OM collectées sélectivement Septembre 2007-6 ème Journée «Bus Propre» à Lille - Sandrine

Plus en détail

Développement d un procédé de précipitation des phosphates sous forme de STRUVITE

Développement d un procédé de précipitation des phosphates sous forme de STRUVITE Développement d un procédé de précipitation des phosphates sous forme de STRUVITE Naskeo Environnement Créé en 2005 25 employés 3 sites 2 Naskeo: une entreprise innovante Le Laboratoire de Biotechnologie

Plus en détail

Les chaudières à condensation

Les chaudières à condensation Les chaudières à condensation Combustion du gaz naturel : CH 4 + 2 O 2 CO 2 + 2 H 2 O + chaleur CH4 : Le méthane qui est le combustible O2 : L oxygènede l air qui est le comburant comburant CO2 : Le dioxyde

Plus en détail

FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX

FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX FTE FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX FICHE 1 DOMAINE D'APPLICATION Conseillé 0-200 EH 50 Observé 0-200 EH 50 VOLET TECHNIQUE 1 PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT 1.1 PRINCIPE La fosse septique toutes eaux permet un

Plus en détail

Directive relative au règlement pour l examen professionnel d exploitant/d exploitante de station d épuration avec brevet fédéral

Directive relative au règlement pour l examen professionnel d exploitant/d exploitante de station d épuration avec brevet fédéral Directive relative au règlement pour l examen professionnel d exploitant/d exploitante de station d épuration avec brevet fédéral Bases mathématiques Les candidats doivent posséder les bases arithmétiques

Plus en détail

Accueil : Guillaume LACROIX Président du Syndicat Mixte du Technopôle Alimentec

Accueil : Guillaume LACROIX Président du Syndicat Mixte du Technopôle Alimentec Accueil : Guillaume LACROIX Président du Syndicat Mixte du Technopôle Alimentec - La méthanisation et IAA Valérie BORRONI chargée de mission à Rhônalpénergie-Environnement et Nicolas ROUSSELON directeur

Plus en détail

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu Dans tous les cas, une étude préalable s impose afin d adapter le système retenu à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. FICHE N 1 Pour les effluents avec une réelle

Plus en détail

1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE

1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE 1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE La station d épuration du SIARE (Syndicat Intercommunal d Assainissement de la Région d Etampes), inaugurée en 003, s intègre parfaitement dans le paysage de la vallée

Plus en détail

PARTIE A GENIE CHIMIQUE. Du gaz de Lacq au soufre

PARTIE A GENIE CHIMIQUE. Du gaz de Lacq au soufre PARTIE A GENIE CHIMIQUE Du gaz de Lacq au soufre Plus de la moitié du soufre produit dans le monde provient du traitement des gaz naturels et des pétroles. En France, il est produit principalement à partir

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Journées thématiques du Réseau National Biofilms, 14-15 Juin 2006, Orléans Etude de la formation du biofilm lors du démarrage de procédés intensifs de méthanisation R. Cresson, R. Escudié, H. Carrère,

Plus en détail

La gestion des effluents viti-vinicoles : approche globale

La gestion des effluents viti-vinicoles : approche globale Station Régionale ITV Midi-Pyrénées La gestion des effluents viti-vinicoles : approche globale Station Régionale ITV Midi-Pyrénées Viticulture durable et environnement - Décembre 2007-10 La gestion des

Plus en détail

Préavis N 18-2014 au Conseil communal

Préavis N 18-2014 au Conseil communal Municipalité Préavis N 18-2014 au Conseil communal STEP station d'épuration intercommunale de Pully Vidange et réhabilitation des digesteurs Crédit demandé CHF 405'000.00 Responsabilité(s) du dossier :

Plus en détail

Microstation AQUAMÉRIS

Microstation AQUAMÉRIS Microstation AQUAMÉRIS à culture fixée gamme de 5 à 21 Équivalents Habitants AGRÉMENT MINISTÉRIEL 2012-030 Modèles 5, 8 et 10 Équivalents Habitants Les microstations sont conformes à la norme CE 12566-3

Plus en détail

La cogénération et PAC

La cogénération et PAC Bruxelles Environnement Service du Facilitateur Bâtiment Durable «Remplacement des chaudières dans les immeubles à appartements» La cogénération et PAC Yves LEBBE Spécialiste Cogénération 7 octobre 201

Plus en détail

ATELIER MEDITERRANEEN SUR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE RECYCLAGE DES EAUX NON CONVENTIONNELLES DANS LES CULTURES PROTEGEES

ATELIER MEDITERRANEEN SUR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE RECYCLAGE DES EAUX NON CONVENTIONNELLES DANS LES CULTURES PROTEGEES ATELIER MEDITERRANEEN SUR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE RECYCLAGE DES EAUX NON CONVENTIONNELLES DANS LES CULTURES PROTEGEES AGADIR DU 28 AVRIL AU 01 MAI 2008 TRAITEMENT DES EAUX USEES ET POSSIBILITES DE

Plus en détail

Résumé. A. Qu est-ce que la méthanisation?

Résumé. A. Qu est-ce que la méthanisation? Résumé Afin de compléter les travaux réalisés par l'arene, l'ademe, Gaz de France et l'agence de l'eau Seine-Normandie depuis 1999 sur le sujet de la méthanisation, filière de traitement des biodéchets

Plus en détail

technologie de séchage

technologie de séchage technologie de séchage we process the future Technologie de traitement LA TÂCHE Dans tous les domaines de l industrie, le séchage constitue une étape nécessaire du processus de traitement. Tous les produits

Plus en détail

L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES. Water Treatment Chemicals

L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES. Water Treatment Chemicals L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES Water Treatment Chemicals L eau pure nécessite des solutions extrêmement pures Même les eaux d égout doivent répondre à des normes strictes. Les habitants

Plus en détail

L assainissement des petites collectivités rurales. Enjeux et perspectives

L assainissement des petites collectivités rurales. Enjeux et perspectives l'eau L assainissement des petites collectivités rurales Enjeux et perspectives Plan Diagnostic du parc de STEP en Isère STEP de moins de 2 000 Eh : état des lieux Besoins et spécificités de l assainissement

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

À propos des services d eau et d assainissement

À propos des services d eau et d assainissement À propos des services d eau et d assainissement D où provient l eau que l on boit? Comment est-elle rendue potable? Comment sont traitées les eaux usées? Du prélèvement de l eau à son retour dans la rivière

Plus en détail

MASTER 2 MENTION «INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT DURABLE» SPECIALITE «INGENIERIE DURABLE DE L ENVIRONNEMENT»

MASTER 2 MENTION «INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT DURABLE» SPECIALITE «INGENIERIE DURABLE DE L ENVIRONNEMENT» MASTER 2 MENTION «INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT DURABLE» SPECIALITE «INGENIERIE DURABLE DE L ENVIRONNEMENT» Le Master Mention «Ingénierie du Développement Durable» (I.D.D.) est destiné à former des spécialistes

Plus en détail

Page : 1 de 6 MAJ: 01.03.2010. 2-10_Chaudieresbuches_serie VX_FR_010310.odt. Gamme de chaudières VX avec régulation GEFIcontrol :

Page : 1 de 6 MAJ: 01.03.2010. 2-10_Chaudieresbuches_serie VX_FR_010310.odt. Gamme de chaudières VX avec régulation GEFIcontrol : Page : 1 de 6 Gamme de chaudières VX avec régulation GEFIcontrol : Référence article 058.01.250: VX18 Référence article 058.01.251: VX20 Référence article 058.01.252: VX30 Chaudière spéciale à gazéification

Plus en détail

DosaSkid Dispositif de dosage clé en main

DosaSkid Dispositif de dosage clé en main 2 versions : Pompes skidées (montées sur châssis) Skid d injection avec cuve de stockage Solutions compactes, modulaires et complètes, idéales pour stocker, doser et injecter les solutions de réactifs

Plus en détail

PREVENTION DU RISQUE CHIMIQUE

PREVENTION DU RISQUE CHIMIQUE PREVENTION DU RISQUE CHIMIQUE PLAN I- Réglementation II- Les voies de pénétration des produits III- Les risques pour la santé selon l activité IV- Les principes généraux de prévention V- La classification

Plus en détail

22- SERVICE DE SANTE V - BIBLIOGRAPHIE...30

22- SERVICE DE SANTE V - BIBLIOGRAPHIE...30 22. SERVICE DE SANTE SOMMAIRE I - PRESENTATION DE L'ACTIVITE...4 I.1 - PRINCIPALES OPERATIONS...4 I.2 - PRODUITS UTILISES...4 I.3 - GRANDEUR CARACTERISTIQUE DE L ACTIVITE...5 I.4 - RUBRIQUE ICPE ET ARRETE

Plus en détail

CUVES DE STOCKAGE D EAU EAUCLIN MONOCUVE de 3m3/ 5m3 / 7,5m3 / 10m3 / 20m3 / 30m3/40m3 / 50m3 /60m3 / 80m3 / 100m3 / 120m3 et plus

CUVES DE STOCKAGE D EAU EAUCLIN MONOCUVE de 3m3/ 5m3 / 7,5m3 / 10m3 / 20m3 / 30m3/40m3 / 50m3 /60m3 / 80m3 / 100m3 / 120m3 et plus - Traitement eaux et effluents - Maillol Grand - 81990 CAMBON D ALBI Tél. 05.63.78.92.96 - Fax. 05.63.53.06.25 E-mail. eauclin@hotmail.fr www.eauclin.com SARL au capital de 24 000 EUR. SIRET 483 596 607

Plus en détail

Contrôle des gaz à effet de serre dans les Mines. Abdoulaye HAMIDOU Chef de Groupe Qualité Sécurité Environnement COMINAK/AREVA

Contrôle des gaz à effet de serre dans les Mines. Abdoulaye HAMIDOU Chef de Groupe Qualité Sécurité Environnement COMINAK/AREVA Contrôle des gaz à effet de serre dans les Mines Abdoulaye HAMIDOU Chef de Groupe Qualité Sécurité Environnement COMINAK/AREVA Principe de fonctionnement des Mines Rejets Atmosphériques Explosifs Ciment

Plus en détail

UE6 cours 6 Production du médicament

UE6 cours 6 Production du médicament UE6 cours 6 Production du médicament 6.4 Production du MédicamentM Production industrielle et changement d éd échelle Assurance qualité Bonnes Pratiques Etude de procédés s et matériels adaptés à la production

Plus en détail

Préparation du plan de gestion des matières résiduelles

Préparation du plan de gestion des matières résiduelles Ville de Laval Préparation du plan de gestion des matières résiduelles Rapport d étape 5 Évaluation de la pertinence de traiter les boues d épuration et de fosses septiques Version finale Date : Mai 2010

Plus en détail

Éthanol cellulosique: Développements au Québec. Conférence CanBio

Éthanol cellulosique: Développements au Québec. Conférence CanBio Éthanol cellulosique: Développements au Québec Conférence CanBio Mai 2011 Confidentiel Enerkem 2011. Tous droits réservés. Répond aux enjeux économiques, énergétiques et environnementaux du Québec Confidentiel

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Actualisé 22/02/2008 - FL GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Un bon entretien de votre spa comporte 2 étapes indissociables : le traitement mécanique et le traitement chimique. TRAITEMENT

Plus en détail

Projet ANR BioEnergies 2010 DIVA Programme de recherche industrielle de 48 mois Débuté en décembre 2010

Projet ANR BioEnergies 2010 DIVA Programme de recherche industrielle de 48 mois Débuté en décembre 2010 Projet ANR BioEnergies 2010 DIVA Programme de recherche industrielle de 48 mois Débuté en décembre 2010 Pour mieux affirmer ses missions, le Cemagref devient Irstea www.irstea.fr 1 Présentation Diva AILE

Plus en détail

Qu'est-ce que la biométhanisation?

Qu'est-ce que la biométhanisation? Qu'est-ce que la biométhanisation? La biométhanisation consiste en une série d'opérations de dégradations biologiques de matières organiques qui se produisent en l'absence d'oxygène. Les produits résultants

Plus en détail

ACTION 2 : Optimisation des processus d extraction et valorisation énergétique

ACTION 2 : Optimisation des processus d extraction et valorisation énergétique ACTION 2 : Optimisation des processus d extraction et valorisation énergétique Action 2.6. : Analyse environnementale de la filière microalgues-biodiesel Séminaire Final, Vitoria, 27 Mars 2014 Objectifs

Plus en détail

SOMMAIRE 1- ACTIVITE VINICOLE I - PRESENTATION DE L'ACTIVITE...4

SOMMAIRE 1- ACTIVITE VINICOLE I - PRESENTATION DE L'ACTIVITE...4 1. ACTIVITE VINICOLE SOMMAIRE I - PRESENTATION DE L'ACTIVITE...4 I.1 - PRINCIPALES OPERATIONS...4 I.2 - MATIERES PREMIERES...4 I.3 - PRODUITS UTILISES...4 I.4 - GRANDEUR CARACTERISTIQUE DE L ACTIVITE...4

Plus en détail

Etude lixiviats AEAG (enquête pour l'étude des rejets) Questionnaire ISDND (installation de stockage de déchets non dangereux)

Etude lixiviats AEAG (enquête pour l'étude des rejets) Questionnaire ISDND (installation de stockage de déchets non dangereux) Etude lixiviats AEAG (enquête pour l'étude des rejets) Questionnaire ISDND (installation de stockage de déchets non dangereux) Ce document a été établi à l attention des exploitants faisant l objet de

Plus en détail

Notice de montage et de maintenance VITOTRONIC 100 VITOTRONIC 333. Vitotronic 100, type GC1. Régulation numérique de chaudière

Notice de montage et de maintenance VITOTRONIC 100 VITOTRONIC 333. Vitotronic 100, type GC1. Régulation numérique de chaudière Notice de montage et de maintenance Vitotronic 100, type GC1 Régulation numérique de chaudière Vitotronic 333, type MW1 Régulation numérique de cascade en fonction de la température extérieure Remarques

Plus en détail

PRESENTATION. L Association Burkinabé pour la Promotion de la Jeune Fille ABPJF

PRESENTATION. L Association Burkinabé pour la Promotion de la Jeune Fille ABPJF PRESENTATION L Association Burkinabé pour la Promotion de la Jeune Fille ABPJF L ABPJF EST UNE ORGANISATION COMMUNAUTAIRE DE BASE, LAÏQUE CRÉÉE LE 08 SEPTEMBRE 1988 ET ENREGISTRÉE AUPRÈS DU GOUVERNEMENT

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Arrêté du 29 octobre 2012 relatif à l agrément de la demande de titre V relative à la prise en compte

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement La Cogénération dans le bâtiment durable Yves LEBBE Spécialiste Cogénération Service du Facilitateur Bâtiment Durable Objectif(s) de la présentation

Plus en détail

Commission de Suivi de Site 21 novembre 2013 POINT SUR L INCENDIE DU 2 NOVEMBRE 2013

Commission de Suivi de Site 21 novembre 2013 POINT SUR L INCENDIE DU 2 NOVEMBRE 2013 Commission de Suivi de Site 21 novembre 2013 POINT SUR L INCENDIE DU 2 NOVEMBRE 2013 Déroulé de l incendie du 2 novembre Entre 2H et 2H30 : départ de feu dans le bâtiment de tri secondaire 2H38 : déclenchement

Plus en détail

L enfouissement des déchets ultimes

L enfouissement des déchets ultimes L E C E N T R E D E N F O U I S S E M E N T T E C H N I Q U E L enfouissement des déchets ultimes L E C E N T R E D E N F O U I S S E M E N T T E C H N I Q U E LE CENTRE D ENFOUISSEMENT TECHNIQUE (C.E.T.)

Plus en détail

Optimisations énergétiques sur un réseau vapeur

Optimisations énergétiques sur un réseau vapeur Optimisations énergétiques sur un réseau vapeur Table des Matières A. Utilisations de la vapeur et terminologie Chaleur latente,chaleur sensible La boucle vapeur Le prix de la vapeur B. Optimisation de

Plus en détail

Générateurs d ozone Séries CMG, CMGL et CMGK-F

Générateurs d ozone Séries CMG, CMGL et CMGK-F Générateurs d ozone Séries CMG, CMGL et CMGK-F Informations produit et caractéristiques techniques 03/2012 Sous réserve de modifications! INNOVATEC // Gerätetechnik GmbH von-liebig-str. 6 D-53 359 Rheinbach

Plus en détail

Projet AUTOMATIQUE Analyse et commande d un incinérateur de boues en vue de la maîtrise des émissions de NOx

Projet AUTOMATIQUE Analyse et commande d un incinérateur de boues en vue de la maîtrise des émissions de NOx Projet AUTOMATIQUE Analyse et commande d un incinérateur de boues en vue de la maîtrise des émissions de NOx Extrait de la thèse de Shi LI - GIPSA-lab - Département Automatique sous la direction de Catherine

Plus en détail

ENVIRONMENTAL TECHNOLOGY MEDICAL WASTE MANAGEMENT ENVIRONMENTAL TECHNOLOGY MEDICAL WASTE MANAGEMENT

ENVIRONMENTAL TECHNOLOGY MEDICAL WASTE MANAGEMENT ENVIRONMENTAL TECHNOLOGY MEDICAL WASTE MANAGEMENT GEMA Environnement DÉSINFECTION DES DASRI LIQUIDES Neutralisation des effluents avant rejet dans le réseau urbain - EFFLUENTS HOSPITALIERS - EFFLUENTS, CHAMBRE MORTUAIRE-MORGUE, IML. - EFFLUENTS DE LABORATOIRES,

Plus en détail

Cofely Services et la condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014

Cofely Services et la condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014 Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014 Condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Cofely Services Le choix de la condensation biomasse Fonctionnement

Plus en détail

Cuves pour des procédés chimique Cuves rond et carrés pour les procédés dans l industrie

Cuves pour des procédés chimique Cuves rond et carrés pour les procédés dans l industrie CUVES Cuves pour des procédés chimique Cuves rond et carrés pour les procédés dans l industrie Cuves de stockage Cuves rond et carrés pour le stockage des liquides pouvant polluer l eau Cuves sur mesure

Plus en détail

Le séchage des ateliers :

Le séchage des ateliers : Le séchage des ateliers : Quelles technologies et quels coûts énergétiques? Jacques GUILPART- MF Conseil j. guilpart@mfconseil.fr 06 43 44 66 28 www.mfconseil.fr Adam TCHAÏKOWSKI, Dessica a.tchaikowski@dessica.fr

Plus en détail

Guide Pratique Assainissement Non Collectif

Guide Pratique Assainissement Non Collectif Guide Pratique Assainissement Non Collectif 1 L assainissement non collectif Les immeubles, habitations ne pouvant être raccordés au réseau collectif d assainissement existant (tout à l égout) doivent

Plus en détail

Réussir un projet biogaz :

Réussir un projet biogaz : Réussir un : Les points clés à prendre en compte Fabien Dauriac Siège Social 20, Place du Foirail 65917 TARBES Cedex 9 Tél : 05 62 34 66 74 Fax : 05 62 93 59 95 Email : accueil@hautes-pyrenees pyrenees.chambagri.fr

Plus en détail

AGIRE Atelier sur l Assainissement, l Epuration et la Réutilisation des Eaux Usées. Gestion des Eaux Industrielles au Maroc

AGIRE Atelier sur l Assainissement, l Epuration et la Réutilisation des Eaux Usées. Gestion des Eaux Industrielles au Maroc AGIRE Atelier sur l Assainissement, l Epuration et la Réutilisation des Eaux Usées Gestion des Eaux Industrielles au Maroc Mme Touria JAOUHER Département de l Eau Agadir, du 7 au 11 Décembre 2009 8000

Plus en détail

Œrtli PU-CU 150 (F) Condens de 16 à 34 kw. Chaudières fi oul au sol à condensation

Œrtli PU-CU 150 (F) Condens de 16 à 34 kw. Chaudières fi oul au sol à condensation Œrtli PU-CU 150 (F) Condens de 16 à 34 kw Chaudières fi oul au sol à condensation Chaudières fi oul au sol à condensation Œrtli chaudières fiou L utilisation de la condensation en rénovation et dans le

Plus en détail

Montpellier SupAgro - 6 Juin 2013. En partenariat avec

Montpellier SupAgro - 6 Juin 2013. En partenariat avec Montpellier SupAgro - 6 Juin 2013 En partenariat avec ICV Juin 2013 Objectifs des tests sur l emballage Etude 1 Déterminer les effets du transport et du stockage. Différents matériaux peuvent avoir un

Plus en détail

Liquéfaction par fermentation anaérobie

Liquéfaction par fermentation anaérobie fosse septique ovoïde en polyéthylène Fabrication en polyéthylène haute densité traité anti U.V. Entrée et sortie munies d un joint souple à lèvre Ø 100 mm qui assure l emboîtement et l étanchéité du raccordement

Plus en détail

Le ph, c est c compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc.

Le ph, c est c compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc. Le ph, c est c pas compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc. Conseiller en serriculture Des réponses r aux questions C est quoi et pourquoi c est c important? Conséquences d un d débalancementd? Comment

Plus en détail

PLAN DE LA PRESENTATION

PLAN DE LA PRESENTATION Société de Participation CarnaudMetalbox Ancien Etablissement Chouvel à Toulouse GRS Valtech PLAN DE LA PRESENTATION Introduction Contexte du site Objectif des travaux de réhabilitation Approche retenue

Plus en détail

BTS Fluides Energies Environnements Option D : Maintenance et Gestion des Systèmes Fluidiques et Energétiques

BTS Fluides Energies Environnements Option D : Maintenance et Gestion des Systèmes Fluidiques et Energétiques 1 BTS Fluides Energies Environnements Option D : Maintenance et Gestion des Systèmes Fluidiques et Energétiques 1 100 heures DOMAINE GENERAL CULTURE GENERALE 410h 75h Communiquer oralement S informer se

Plus en détail

LA VALEUR DE L ESSENTIALITÉ

LA VALEUR DE L ESSENTIALITÉ FR EASY LA VALEUR DE L ESSENTIALITÉ Un équilibre de beauté, de fonctionnalité et de technologie nouveau et surprenant, conçu pour fournir des résultats de qualité même en cas d exploitation à affluence

Plus en détail

Les effluents des établissements hospitaliers. Direction des Affaires Techniques

Les effluents des établissements hospitaliers. Direction des Affaires Techniques Les effluents des établissements hospitaliers J. DROGUET - Présentation Hopitech 2007 Contexte Les établissements hospitaliers sont de gros consommateurs d eau (env 800-1000 L/lit). Les différents types

Plus en détail

Analyseurs de DCO LAR série QuickCOD ultra

Analyseurs de DCO LAR série QuickCOD ultra Analyseurs de DCO LAR série QuickCOD ultra Tableau d applications COT XY Purity UV DCO DBO / Toxicité QuickTOC QuickTONb QuickTOC effluent QuickTOC condensate QuickTOC purity QuickTOC pharma QuickTOCNPO

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

16- L EAU. Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 231

16- L EAU. Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 231 16- L EAU Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 231 16.1 LE RESEAU HYDROGRAPHIQUE La commune est située en bordure de Seine dans sa limite nord. Le risque d inondation existe sur

Plus en détail

PISCINE DE REEDUCATION ET HYGIENE CENTRE HOSPITALIER CENTRE BRETAGNE (Centre de Rééducation de Plémet) PLAN Généralités L eau circuit traitement maintenance contrôles Le baigneur Les locaux architecture

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour réseaux de chaleur Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est

Plus en détail

2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 [Nm] 400 380 360 340 320 300 280 260 240 220 200 180 160 140 120 156 PS 143 PS [kw] [PS] 120 163 110 150 100 136 90 122 80 109 70 95 60 82 50 68 40 54

Plus en détail

1 2 3 4 5 6 7 9 11 11 B A B A 12 13 [Nm] 370 350 330 310 290 270 250 230 210 190 170 150 130 110 90 140 PS 115 PS 85 PS 70 1000 1500 2000 2500 3000 3500 4000 RPM [kw] [PS] 110 150 100 136 90 122 80 109

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

1 2 3 4 5 7 9 A B 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 [Nm] 370 350 330 310 290 270 250 230 210 190 170 150 130 110 90 140 PS 100 PS 125 PS 70 1000 1500 2000 2500 3000 3500 4000 RPM [kw] [PS] 110 150 100 136

Plus en détail

2 3 4 5 A 6 7 8 9 [Nm] 370 350 330 [kw] [PS] 110 150 100 136 310 290 270 250 230 210 90 80 70 60 122 109 95 82 190 50 68 170 150 40 54 130 110 90 140 PS 100 PS 125 PS 30 20 41 27 70 1000 1500 2000 2500

Plus en détail

La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes?

La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes? La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes? Alfa Arzate, ing., Ph.D. Journées Acéricoles Hiver 2010 OBJECTIF DE LA PRÉSENTATION L objectif premier de cette présentation

Plus en détail

nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF

nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF information produit édition 04/2011 Une source de chaleur nouvelle Les nouvelles normes énergétiques BBC (Bâtiment Basse

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

Stations de traitement des effluents

Stations de traitement des effluents Stations de traitement des effluents Laboratoires - Morgues - Médecine nucléaire Blanchisserie et stérilisation - Industriel Stations de traitement des effluents 2 Le traitement d'effluents liquides en

Plus en détail

Questions à se poser lors de la signature d un contrat d exploitation de chauffage

Questions à se poser lors de la signature d un contrat d exploitation de chauffage Questions à se poser lors de la signature d un contrat d exploitation de chauffage Le contrat d exploitation de chauffage en copropriété La lecture d un contrat d exploitation de chauffage reste un exercice

Plus en détail

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES ETABLISSEMENTS DE LA BRANCHE AUTOMOBILE

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES ETABLISSEMENTS DE LA BRANCHE AUTOMOBILE DEPARTEMENT DE LA SECURITE ET DE L ENVIRONNEMENT DCPE 550 SERVICE DES EAUX, SOLS ET ASSAINISSEMENT DECEMBRE 2012 DIRECTIVE CANTONALE GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES ETABLISSEMENTS DE LA BRANCHE

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail