Centre d Enfouissement Technique Le Beaumont

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Centre d Enfouissement Technique Le Beaumont"

Transcription

1 Centre d Enfouissement Technique Le Beaumont Société des groupes : 520 rue de Trazegnies B-6031 Monceau Sur Sambre N vert :

2 Sommaire INTRODUCTION... 3 I. DESCRIPTION DE NOS ACTIVITES... 4 QUI EST LA S.A. CETB.?... 4 QUELLE EST NOTRE MISSION?... 4 CONTROLE ET ACCEPTATION DES DECHETS, SENSIBILISATION DES CLIENTS... 5 QUELS SONT LES VOLUMES ET TYPES DE DECHETS TRAITES?... 6 QUELS SONT LES AMENAGEMENTS DU CET DE MONCEAU SUR SAMBRE?... 8 II. NOTRE SYSTEME DE MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT (S.M.E.) LES PRINCIPES DU S.M.E NOTRE POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE III. LES IMPACTS SIGNIFICATIFS DE NOS ACTIVITES SUR L ENVIRONNEMENT EMISSIONS DE BIOGAZ : EFFET DE SERRE ET POLLUTION ATMOSPHERIQUE PRODUCTIONS DE LIXIVIAT EMISSIONS D ODEURS AUTRES IMPACTS SIGNIFICATIFS : IMPACTS INDIRECTS : IV. NOS OBJECTIFS ET NOTRE PROGRAMME ENVIRONNEMENTAL ( ) OBJECTIF 1 : REDUIRE L EMISSION DE GAZ A EFFET DE SERRE OBJECTIF 2 : REDUIRE LES SOURCES D EMISSIONS ODORANTES OBJECTIF 3 : OPTIMISER LE TRAITEMENT DES EAUX USEES INDUSTRIELLES OBJECTIF 4 : DIMINUER LES RISQUES DE CONTAMINATION DU SOL V. AUTRES SUIVIS DE PARAMETRES ENVIRONNEMENTAUX EMISSIONS ATMOSPHERIQUES QUALITE DES EAUX DE SURFACE ET DES EAUX SOUTERRAINES QUALITE DES EAUX DE REJET AUTRES QUE LES REJETS DE LA STATION D EPURATION LES ÉMISSIONS EN BRUIT DIALOGUE AVEC LES PARTIES INTERESSEES VI. COMMENT NOUS CONTACTER? VII. ENREGISTREMENT EMAS Photos de couverture : Le film de la réalisation de la STEP en 2004

3 Introduction La présente déclaration et sa vérification par la Lloyd s Register, organisme agréé, traduit l engagement de la S.A. CETB, soucieuse de l impact de ses activités sur l environnement, de gérer le site du Centre d Enfouissement Technique de Monceau-sur-Sambre selon les exigences du Système communautaire de Management Environnemental et d Audit (règlement européen EMAS II (CE) N 761/2001). Cette troisième édition de la déclaration environnementale concrétise notre souhait de communication et de transparence vis-à-vis de notre personnel, des riverains, des autorités et de toute autre personne ou instance s intéressant à nos activités. CETB est à l écoute de ces partenaires. L actualisation annuelle de la déclaration environnementale permet de prendre en compte vos commentaires et remarques. Elle permet aussi de suivre l évolution de notre activité mais surtout de présenter une actualisation des principaux paramètres environnementaux de suivi du site et de notre exploitation. L année 2004 a permis à CETB de concrétiser le projet de construction d une unité d épuration des lixiviats performante et autonome. La mise en service industrielle fin 2004 de cette station d épuration a permis à CETB d arrêter le transfert par camions des lixiviats vers un centre de traitement externe. Coté exploitation du CET, l année 2004 a été marquée par un recul des apports et une répartition des quantités de déchets modifiée. Nous observons une augmentation importante des déchets stabilisés, des déchets non valorisables issus du traitement des déchets ménagers et déchets sidérurgiques. Par contre les apports de déchets industriels banals contenant une fraction fermentescible ont marqué un net recul verra également l installation d un portique de détection de matières radioactives qui apportera une sécurisation complémentaire en terme d acceptation des déchets. Gestion du bioréacteur par réinjection dans les cellules des déchets, mise en service industrielle des installations de dégazage et anticipation dans le domaine de la valorisation énergétique du biogaz seront enfin nos domaines d études pour les deux prochaines années. Nous espérons que la lecture de ce document de synthèse vous apportera les éléments souhaités. L Equipe de CETB reste à votre disposition pour tout complément d information que vous souhaiteriez. S.A. CETB Direction Laurent PICRON 3

4 I. Description de nos activités. Qui est la S.A. CETB.? Depuis 2001, les actionnaires majoritaires de CETB sont SITA Belgium et Ecotech Finance (filiale de la SRIW : Société Régionale d Investissement Wallon). Le groupe SITA, pôle propreté du groupe SUEZ, est spécialisé dans la collecte, le tri et les traitements ultimes des déchets. Ecotech Finance a pour mission de promouvoir des projets touchant aux technologies de l environnement. La société Bricoult Entreprise S.A. est sous-traitant de la S.A.CETB pour les activités d encodage des entrées sur site et d enfouissement des déchets. Quelle est notre mission? La S.A.CETB a pour mission la gestion de l ensemble des activités d un centre d enfouissement technique de classe 2 pour déchets industriels banals ou assimilés. Dans ce cadre, nous devons nous assurer de ne recevoir que des déchets pour lesquels le CET est autorisé et de les traiter dans le respect des conditions de notre permis d exploiter et des législations en vigueur nous concernant tout en maîtrisant au mieux les impacts que peuvent avoir nos activités sur l environnement. Deux zones distinctes d enfouissement existent sur le site: La zone A pour les déchets (type A) comprenant une partie organique fermentescible ; La zone B, composée de toutes les cellules adossées au terril, pour des déchets (type B) difficilement combustibles et non fermentescibles. Une fois déversés, les déchets sont compactés à l aide de compacteurs de 50 tonnes. Cette opération a pour but de réduire au minimum leur volume, de favoriser leur méthanisation, d éviter des problèmes de stabilité de la masse des déchets et de réduire les nuisances telles les envols de déchets, la prolifération d animaux détritivores ou des problèmes d odeurs. En fin de journée, afin de minimiser au mieux les éventuelles nuisances olfactives, les déchets enfouis et compactés durant la journée sont recouverts de compost maturé ou d une couche de scraps (résidus de broyage d automobiles). Les missions de CETB comprennent également l ensemble des tâches connexes à l exploitation à proprement parler : exploitation des unités d épuration des lixiviats et de destruction du biogaz, exploitation des différents réseaux de contrôle des paramètres environnementaux, Au terme de la phase d exploitation, un suivi de post-gestion pour une période minimale de 30 ans sera assuré par CETB. 4

5 Contrôle et acceptation des déchets, sensibilisation des clients L acceptabilité des déchets d une entreprise est évaluée par le service technique du centre. Cette acceptabilité dépend de différents critères : les exigences du permis d exploiter, les caractéristiques du déchet, son origine, ses propriétés physico-chimiques, les résultats d analyses éventuelles Une procédure définit comment doit être évalué l acceptabilité d un déchet et les conditions de réalisation d une offre. Dans certains cas nous exigeons des analyses chimiques complémentaires pour mieux connaître la nature du déchet. Nous évaluons également si le déchet présente des caractéristiques olfactives gênantes. Nos clients sont informés de nos conditions d acceptation de déchets par différentes voies : Contact personnalisé ; Conditions générales d acceptation des déchets, document écrit accompagnant toute offre contresignée par le client et le responsabilisant quant à ses apports ; Visite chez le client selon besoins : toute visite chez un client fait l objet d un rapport écrit ; Les transporteurs sont également sensibilisés au respect de la sécurité et de la tranquillité des riverains via les conditions d acceptation et via une information orale sur site. En cas de non respect de ces consignes, des sanctions sont prévues. 5

6 Quels sont les volumes et types de déchets traités? La capacité de réception de déchets du site est de l ordre de m³, l autorisation d exploiter couvre un volume maximal de m³ de déchets 1. La réception des déchets au CET a débuté en décembre Le total de déchets enfouis au 31 décembre 2004 est de tonnes. Tonnage de déchets enfouis (t) : Année : TOTAL Tonnage : Le contexte économique et concurrentiel très difficile se poursuit et a induit en 2004 une diminution sensible des apports sur CETB. Les objectifs de fonctionnement en régime des installations sont de à tonnes/an. Quatre bornes, positionnées par un géomètre-expert assermenté, sont disposées sur le site de façon à permettre un relevé topographique par photogrammétrie aérienne et suivre ainsi l évolution de la formation du dôme et du tassement des déchets. Tous les six mois un rapport faisant état du volume résiduel disponible dans le CET est transmis à l O.W.D. Le type de déchets enfouis dans le CET peut être caractérisé comme suit : 25,67% Répartition des tonnages en ,32% Déchets industriels stabilisés par un centre de traitement agréé (déchets de type B) Déchets issus de la sidérurgie (déchets de type B) Déchets issus de centres de tri et de collecteurs de DIB (déchets de type A) 42,02% Déchets industriels banals (issus d'entreprises privées - déchets de type A) 6,84% 6,70% 9,45% Déchets issus de la valorisation de déchets ménagers (issus d'intercommunales - déchets de type A) Déchets issus du secteur automobile (déchets de type A ou B) Outre la diminution globale des tonnages observée entre 2003 et 2004, les proportions de déchets ont subis des modifications importantes : apparition d un nouveau type de déchets (fraction non valorisable issue d un centre de traitement de déchets ménagers) et augmentation sensible des déchets stabilisés. Cette dernière augmentation n est pas due à une 1 Arrêté Ministériel du 28 octobre 2004 confirmant l arrêté du collège des Bourgmestre et Echevins de Charleroi du 15 juin

7 augmentation de production de ce type de déchets mais plutôt à un contexte commercial favorable à CETB pour ce flux particulier. 7

8 Quels sont les aménagements du CET de Monceau sur Sambre? Plan général du site 8

9 Aménagement du fond de forme L aménagement du fond de forme est constitué de différentes couches qui sont de bas en haut : Une couche drainante sous-étanchéité constituée de granulat mm surmontée d un géotextile anticontaminant ; Une étanchéité minérale d argile compactée constituée de 4 couches de 25 cm d épaisseur +/- 5 cm plus 5 mm minimum de bentonite ; Une géomembrane de 2 mm d épaisseur ; Un géotextile antiperforation pour protéger la géomembrane ; Une couche drainante de 50 cm de granulats de grès parcourus par des collecteurs à lixiviat pour les cellules exploitées ou eaux pluviales pour les cellules non exploitées ; Une couche anticontaminante (géotextile ou géogrille) pour éviter que les déchets ne colmatent la couche drainante. Mise en œuvre de l étanchéité minérale constituée d argile compactée et de bentonite : argile grise provenant d un gisement Yprésien : 9

10 Schéma de principe de l aménagement du fond de forme : 10

11 Aménagement des abords Le CET n est accessible qu aux seules personnes autorisées. A défaut d obstacle naturel tel le terril, le site est entouré d une clôture de 2 m de hauteur surmontée d un fil barbelé. Les entrées du site sont équipées de portes interdisant l accès au site pendant les heures de fermeture. Une station de nettoyage des camions permet un lavage, selon besoins, des camions avant de quitter le site. A proximité de l entrée du CET, un pont bascule enregistre automatiquement le poids des camions entrants et sortants. Un détecteur de charroi permet un comptage des véhicules rentrant tandis qu un système de contrôle caméra enregistre également les allées et venues sur le site. La mise en place d un portique de détection des matières radioactives est planifiée en Dispositifs de contrôles périphériques Le CET dispose également de deux stations d analyse de l air ambiant, d une station météo et de 6 piézomètres destinés aux prélèvements d eaux souterraines. Les résultats enregistrés au moyen de ces dispositifs de contrôles figurent au chapitre IV) Traitement des lixiviats Un bassin étanche d une capacité de m³ permet le stockage du lixiviat récolté gravitairement de la zone d enfouissement des déchets. Un bassin d une capacité de 100 m³ récolte des eaux non contaminées des cellules actuellement inexploitées (ne contenant aucun déchet), des eaux de drainage sous-étanchéité et des drains extérieurs à la zone d enfouissement. Les lixiviats proviennent soit de la percolation des eaux pluviales au travers des déchets enfouis, eaux qui se chargent de divers polluants, soit de la masse de déchets en elle-même (tassement, réactions chimiques). Ces lixiviats sont collectés gravitairement afin d être traités dans la nouvelle unité d épuration. La station d épuration est de type bioréacteur à membranes avec finition physico-chimique au moyen de filtres à charbon actif. Le traitement biologique est caractérisé par un traitement de l azote par nitrification aérobie et dénitrification anaérobie. La boucle de filtration permet l extraction d un perméat exempt de matière en suspension et dont la charge biologique est abattue. La finition sur filtre à charbon actif assure un traitement complet et conforme des effluents avant rejet dans les eaux de surface. Le schéma ci-après reprend les différentes étapes de l épuration. 11

12 Réseau de dégazage Au fur et à mesure de l avancement de la zone mise en exploitation, des puits de dégazage sont installés dans la masse des déchets (voir schéma ci-dessous). Ces puits équidistants de 40 m à 60 m permettront, une fois raccordés à des surpresseurs, de mettre en dépression la masse de déchets et d ainsi pomper le biogaz formé en vue d une valorisation électrique ou d une destruction en torchère. 12

13 Remise en état du site Dès que les déversements de déchets auront pris fin sur un secteur déterminé, une couche provisoire d étanchéité et de drainage sera placée sur toute la zone : une couche intermédiaire de 15 cm surmontée d un géosynthétique drainant puis d une couche supérieure de terre de minimum 70 cm d épaisseur. Un ensemencement en graminées sera alors réalisé dans les meilleurs délais. Le tassement des déchets sera alors suivi trimestriellement. Lorsque le tassement des déchets révèlera un taux annuel de tassement relatif inférieur à 1,5 % sur l ensemble du CET, la couche d étanchéité provisoire sera retirée et une couche définitive sera mise en place. Cette couche définitive sera constituée de bas en haut par : Une couche de couverture intermédiaire de minimum 15 cm d épaisseur ; Un géosynthétique drainant de type «ENKADRAIN» pour les gaz du CET ; Une épaisseur de 75 cm +/- 15 cm d argile ; Une couche de 5 mm de bentonite calcique saupoudrée ; Une géomembrane PEHD de 1,5 mm d épaisseur ; Un géosynthétique de type «ENKADRAIN» pour les eaux de pluies ; Une couche finale de minimum 70 cm de terre plantée en arbustes d essences locales. 13

14 II. Notre Système de Management de l Environnement (S.M.E.) Les principes du S.M.E. Notre système de management de l environnement est basé sur un cycle continu de différentes phases qui peuvent être schématisées comme suit: Définition des objectifs sur base d'une analyse environnementale du site permettant d'identifier les aspects environnementaux significatifs Elaboration d'un programme environnemental; définition des: - responsables - délais - moyens - Réalisations d' audits internes et externes - Mesures de nos performances environnementales - Analyse et correction des problèmes identifiés 1. Engagement de la direction au travers d'une politique environnementale. 2. Définition des objectifs environnementaux associés à cette politique et élaboration d'un programme environnemental 3. Mise en oeuvre des actions prévues dans le programme environnemental 4. Vérification et évaluation des résultats et progrès obtenus. Implication de la direction dans l'évaluation du S.M.E. et les décisions à prendre 5. Revue ou évaluation afin de constamment améliorer le système: mener des actions correctives, fixer de nouveaux objectifs environnementaux, amélioration de nos résultats environnementaux,... Notre politique environnementale Conscients de nos responsabilités à l égard de l environnement, nous nous engageons dans une politique de respect de la réglementation, d amélioration de nos performances environnementales, de prévention des accidents environnementaux, de transparence dans un dialogue ouvert tant en interne qu en externe. Cette politique est traduite dans le texte suivant. 14

15 15

16 III. Les impacts significatifs de nos activités sur l environnement Une analyse environnementale de notre site, nous a permis de répertorier toutes les activités réalisées sur le site et de caractériser les impacts de ces activités sur l environnement en fonctionnement normal, irrégulier et accidentel; les impacts indirects ont également été évalués. Nous avons défini une grille de cotation incluant les critères suivants : Importance de l impact : portée géographique, importance et persistance des dégâts causés Niveau de consommation de matière, de production de déchets, de volume de rejet d eaux usées. Occurrence : fréquence ou probabilité d apparition de l impact Niveau de détection : efficacité des moyens techniques de détection et/ou maîtrise de l impact Médiatisation : portée médiatique de l impact Cette grille nous a permis d identifier les impacts significatifs de nos activités sur l environnement; les impacts liés à une réglementation sont d office jugés significatifs. Une veille réglementaire active est également réalisée afin d assurer en tout temps la conformité réglementaire de notre site. Nos objectifs environnementaux découlent de cette analyse de nos impacts sur l environnement. Dans le cadre de choix technologiques, l application des meilleures technologies disponibles est envisagée. Emissions de biogaz : effet de serre et pollution atmosphérique. Formation et caractérisation du biogaz : La dégradation des déchets, à l'origine de la production du biogaz, résulte en grande partie d'activités microbiologiques; elle se traduit par un processus en deux étapes successives : une première étape en condition aérobie et une seconde en condition anaérobie. L étape aérobie se situe dans les couches superficielles des déchets organiques (en contact avec l'air ambiant) où se développe toute une microflore spécifique. Elle aboutit à la transformation de cette matière organique en produits finaux tels le dioxyde de carbone (CO 2 ) et la vapeur d'eau. Ce processus de décomposition débute dès le stockage du déchet et a une durée variable selon le type de déchet et les conditions de gestion du CET. L étape anaérobie se caractérise par la production de méthane (CH 4 ). En phase de méthanisation stable, la concentration en méthane dans le gaz du CET peut atteindre 50 à 60 %. Cette phase peut durer 10 à 20 ans avec progressivement une baisse du taux de production de biogaz. Les éléments majeurs (gaz secs) du biogaz sont les suivants: Méthane (CH 4 ) : 55 ± 5 % (optimum de la production); Dioxyde de carbone (CO 2 ) : 45 ± 5 % (optimum de la production); Hydrogène (H 2 ) : 1 à 3 % (début de méthanogenèse); Azote (N 2 ) : quelques %, suivant les conditions de milieu; Oxygène (O 2 ) : quelques %, suivant les conditions de milieu. 16

17 Contribution à l effet de serre : La théorie de l'effet serre est bien connue et en général acceptée. C'est grâce à cet effet de serre que la vie sur terre est possible. En l'absence des gaz dits «de serre», la température des couches inférieures de l'atmosphère serait d'environ 30 C inférieure à celle existant actuellement. L'atmosphère de la terre joue un rôle de filtre, régulant le rayonnement du soleil qui atteint la surface terrestre et qui est réémis en partie par celle-ci. Certains gaz dans l'atmosphère retiennent sélectivement une partie du rayonnement infrarouge réémis par la surface de la terre et en réfléchissent une partie vers la surface du sol. Ce phénomène augmente donc la température moyenne au sol en réduisant la quantité de chaleur perdue par rayonnement. Une augmentation de la concentration des gaz à effet de serre perturbe l'équilibre du rayonnement qui détermine la température environnante. Une augmentation du rayonnement retenu dans l'atmosphère a pour conséquence un réchauffement de l'atmosphère et des modifications du climat. Le biogaz, par le méthane qu il contient, contribue à cet effet de serre. En effet le méthane a un potentiel d effet de serre de 21 pour un potentiel à effet de serre de 1 pour le CO 2. L apport de CO 2 par le biogaz n est pas pris en compte dans la comptabilisation des gaz contribuant à l effet de serre car il fait partie du cycle normal du carbone organique via la photosynthèse qui capte du CO 2 de l atmosphère. Seul le CO 2 libéré par la combustion de combustible fossile, CO 2 piégé par une photosynthèse vieille de plusieurs millions d années, est pris en compte dans la contribution anthropique à la production de gaz à effet de serre. Le biogaz, par le méthane qu il contient, présente également des risques d incendie ou d explosion. Ainsi, toutes les situations favorisant la libération de biogaz dans l atmosphère et/ou risquant de compromettre le bon fonctionnement du futur réseau de dégazage ont un impact significatif. Ces activités sont les suivantes : Retard ou malfaçon dans la mise en place et mise en service du réseau de dégazage. Mauvaise gestion et/ou mauvais entretien du réseau de dégazage. Productions de lixiviat Les lixiviats proviennent soit de la percolation des eaux pluviales au travers des déchets enfouis, eaux qui se chargent de divers polluants, soit de la masse de déchets en elle-même (tassement, réactions chimiques). Ces lixiviats sont collectés gravitairement et stockés dans un bassin étanche. L évacuation des lixiviats par une société spécialisée et les risques qui en découlaient sont aujourd hui remplacés par un traitement interne des effluents dans la nouvelle unité d épuration. Les impacts significatifs suivants ont été identifiés : Disfonctionnement de la station d épuration dans sa période de mise en service et engendrant un rejet accidentel non conforme 17

18 Emissions d odeurs Les situations engendrant ou risquant d engendrer des nuisances olfactives ont été identifiées de manière non exhaustive et sont : Le transport de déchets odorants, le débâchage de camions transportant des déchets odorants et l envol éventuel de ce type de déchets ; Un compactage et une couverture journalière des déchets insuffisants ; Le bassin à lixiviat ; Manipulation de compost non mature pour la couverture journalière. Modification du réseau de dégazage Réalisation de fouille dans les déchets Ces situations font l objet de procédures de suivi ou d objectifs d amélioration afin de remédier ou du moins réduire l importance de ces impacts sur l environnement. Autres impacts significatifs : Sont également décrites ici les situations engendrant, ou risquant d engendrer, des impacts significatifs sur l environnement mais ne faisant pas l objet d objectifs d amélioration car des mesures de maîtrise de ces impacts existent déjà : Aspect environnemental Incendie. Présence d animaux détritivores : mouettes, rats, mouches. Activité engendrant du bruit : charroi et engins travaillant sur le site. Impact visuel de l ensemble du site. Dépôts de déchets clandestins, vandalisme ou vol sur le site, entrée de déchets non admis sur le site. Dépassement accidentel des normes de rejet des eaux usées industrielles ou pluviales. Dysfonctionnement de la station d analyse de l air ambiant. Pollution accidentelle de la nappe phréatique. Acceptation de déchets non conformes. Production de déchets sur le site. Incendie, explosion dus à une fuite accidentelle de biogaz au niveau de la torchère. Température accidentellement non conforme au niveau de la combustion à la torchère. Modalité de maîtrise Consignes de sécurité : interdiction de fumer en certains endroits, permis de feu pour travaux à feu nu, formation du personnel à l intervention incendie. Contrat de dératisation. Les mesures de bruits réalisées démontrent le respect des exigences du permis. Un plan de réhabilitation du site est prévu en fin d exploitation. Procédures d acceptation et de contrôle des déchets, procédures d entrée sur le site, clôture entourant le site. Programme de suivi par analyse de la qualité de ces eaux. Programme de maintenance de la STEP. Programme d entretien préventif. Suivi de la qualité de la nappe par des analyses au niveau des piézomètres, fermeture cadenassée des têtes de piézos. Procédure de contrôle des déchets à différents endroits : à l entrée, sur la dalle de contrôle, au déversement. Evacuation vers des filières adaptées. Entretien préventif et consigne de sécurité. Sécurité sur température basse entraînant l arrêt de la torchère. 18

19 Impacts indirects : Aspect environnemental relatif aux produits Déchets acceptés mal identifiés et présentant des risques dans un CET de classe 2. Transport des déchets : pollution atmosphérique, encombrement des voiries, bruit, odeurs. Modalité de maîtrise Procédure d acceptation des déchets et procédure de contrôle des déchets à l entrée. Ces différents aspects sont difficilement maîtrisable, toutefois : concertation avec la commune pour le choix d un trajet le moins incommodant, aire de stationnement à l entrée du CET, exigence de bâchage des camions. Enfouissement de déchets insuffisamment recyclés. 70 % des déchets rentrants sont issus de centres de tri, 6 % sont du déchet industriel stabilisé non recyclable au niveau des technologies actuelles, le reste est du déchet industriel non ou difficilement recyclable. Dans la mesure du possible, si un client amène des déchets recyclables au CET il est réorienté vers des filières plus adaptées. Emploi de compost pour matériau de couverture : ce compost n est pas employé en fertilisation organique. Emploi de nouveaux produits dangereux et ou toxiques sur site. Emploi de réactifs ou produits d entretien de la station d épuration et gestion des emballages Consommation d énergie sur site : effet de serre, épuisement des ressources fossiles. Aspect environnemental relatif aux Investissements. Choix technologique et/ou modification de process engendrant des impacts sur l environnement non maîtrisé. Aspect environnemental relatif aux nouveaux marchés. Prospections de clients potentiels : compatibilité des déchets acceptés avec les exigence d une classe 2. Aspect environnemental relatif aux activités des fournisseurs et sous traitant. Fournisseurs et sous-traitant ne respectant pas les consignes environnementales sur site. Le compost utilisé est généralement du rebus ou de l invendu. Procédure d acceptation de l emploi de nouveaux produits dangereux ou toxiques par le conseiller en prévention et le conseiller en environnement. Instructions d emploi, réutilisation des vidanges par le fournisseur ou élimination en centre agréé. Non significatif. Modalité de maîtrise. Tout investissement ou choix technologique demande une évaluation environnementale préalable. Modalité de maîtrise. Procédure d acceptation des déchet. Modalité de maîtrise. Remise de consignes en matière de sécurité et d environnement aux fournisseurs et sous-traitants entrant sur site. Evaluation annuelle des fournisseurs et sous-traitants. 19

20 IV. Nos objectifs et notre programme environnemental ( ) Objectif 1 : Réduire l émission de gaz à effet de serre. Bilan des réalisations : Action 1 : Réalisation d une station de pompage et traitement du biogaz (torchère de mesures): Une station de pompage via des puits réalisés à l avancement (voir schéma de principe page 22) et de traitement du biogaz doit être opérationnelle dès que la production de biogaz le justifie et le permet. Délais : juin 2003 Réalisation : Mise en service en juin La mise en service de cette torchère de mesures a mis en évidence un pompage d une quantité très faible de gaz; la torchère ne fonctionne qu une partie du temps car la qualité de la combustion ne peut être maintenue 24 heures sur 24. Cette faible méthanogenèse s explique principalement par : Une humidité des déchets insuffisante (temps sec) ; Des entrées d air importantes, surtout au niveau des puits ; Une masse de déchet d une hauteur insuffisante. Action 2 : Captage dès que possible du biogaz : La dégradation des déchets par les micro-organismes débute dès que la masse des déchets atteint quelques mètres de hauteur et que des conditions anaérobies permettent la production de biogaz. Ce biogaz est alors produit avec une teneur en méthane d abord faible puis évoluant vers 60 %. En outre, l exploitation d un réseau de dégazage nécessite une hauteur minimale de 10 m afin d éviter des entrées d air dans la masse des déchets. L action 2 est définie comme suit: Atteindre une hauteur de déchet de +/- 20 m de hauteur, délais : Cellule 1 le 30 juin 04 (réalisé pour la partie Sud) et cellule 2 le 31 octobre 2004 (délai reporté au 30 juin 2005 vu les apports insuffisants en déchets de type A); Etanchéifier les têtes de puits hors zone d enfouissement, délais : 30 juin 04 (réalisé). 20

21 Action 3 : Optimisation du réglage du réseau de dégazage et valorisation énergétique du biogaz: Une fois la station de pompage et traitement de biogaz en service, il faut en optimiser son fonctionnement. La surface d émission de gaz à effet de serre est répartie sur l ensemble de la zone d enfouissement, il est donc important d optimiser l utilisation de chacun des puits de dégazage. Le biogaz pompé est à terme destiné à être valorisé par la production d électricité. Optimisation du réglage du réseau de dégazage (délais :fonction de la mise en service de la station de dégazage). Demande de permis d installation de valorisation du gaz (délais: décembre 2004, obtenu le 29 août 2004) Mise en service de l installation de valorisation du biogaz (délais: courant 2005, reporté fin 2006 pour cause de qualité et quantité insuffisante de biogaz). Nouvelles actions programmées : Augmentation du nombre de puits raccordés (30 puits fin 2006) Etude de la gestion du bioréacteur des déchets par réinjection dans les cellules (mi 2006) Suivi des indicateurs : Indicateur A : Valeur cible : Concentration du méthane mesuré en surface (F.I.D.). Valeur maximum : 600 ppm en zone sans capping, 300 ppm en zone avec capping 2. Mesures de concentration en méthane en surface : Ces mesures sont réalisées en interne 2x/an selon un quadrillage de la surface des déchets avec un appareil F.I.D. (Flame Ionisation Detector). L appareil est calibré avant chaque utilisation. Les résultats de cette campagne de mesures sont exprimés en ppm de CH 4 sur la carte page suivante en regard de la campagne de décembre Ces mesures ont été réalisées sur un capping provisoire constitué de compost, matériau perméable. Le flanc Sud de la cellule 1 est cependant couverte d un capping constitué de 70 cm de terre minimum et d une nappe drainante. Les valeurs sont bien inférieures à 200 ppm dans les zones Sud et dans les zones d enfouissement des déchets de type B (cellule 10). Des pics plus importants qu en 2003 sont observés aux endroits des puits. Ceux-ci présentent un effet de cheminée qui explique des valeurs pouvant dépasser 600 ppm. Un programme d intervention sera donc entrepris dès janvier 2005 afin d améliorer la situation. 2 Ces valeurs maximum de 600 et 300 ppm sont des valeurs définies en interne sur base de l expérience du groupe SITA dans le domaine. Des mesures de concentrations en méthane en surface seront réalisées en interne deux fois par an à l aide d un appareil F.I.D. Ces mesures nous permettront d évaluer si nous avons atteint notre objectif. 21

L enfouissement des déchets ultimes

L enfouissement des déchets ultimes L E C E N T R E D E N F O U I S S E M E N T T E C H N I Q U E L enfouissement des déchets ultimes L E C E N T R E D E N F O U I S S E M E N T T E C H N I Q U E LE CENTRE D ENFOUISSEMENT TECHNIQUE (C.E.T.)

Plus en détail

Le Centre de Stockage du Jura Courlaoux - Les Repôts

Le Centre de Stockage du Jura Courlaoux - Les Repôts Le Centre de Stockage du Jura Courlaoux - Les Repôts VISITE GUIDÉE Embarquez... Le Centre de Stockage du Jura : CSJ, installation de stockage des déchets non dangereux, a été mis en service en 1998. D

Plus en détail

Etude lixiviats AEAG (enquête pour l'étude des rejets) Questionnaire ISDND (installation de stockage de déchets non dangereux)

Etude lixiviats AEAG (enquête pour l'étude des rejets) Questionnaire ISDND (installation de stockage de déchets non dangereux) Etude lixiviats AEAG (enquête pour l'étude des rejets) Questionnaire ISDND (installation de stockage de déchets non dangereux) Ce document a été établi à l attention des exploitants faisant l objet de

Plus en détail

ISDND de FOUJU. Commission de Suivi de Site 3 juin 2015. Stockage

ISDND de FOUJU. Commission de Suivi de Site 3 juin 2015. Stockage ISDND de FOUJU Commission de Suivi de Site 3 juin 2015 Stockage Sommaire Chapitre A: Présentation des installations» A1- Situation administrative» A2- Localisation» A3- Activités» A4- Type de déchets»

Plus en détail

LA MAÎTRISE DE NOS ENVIRONNEMENTS

LA MAÎTRISE DE NOS ENVIRONNEMENTS LA MAÎTRISE DE NOS ENVIRONNEMENTS Valorisation énergétique du biogaz produit sur le centre de stockage de déchets ménagers de La Vautubière à La Fare-les-Oliviers (Bouches-du-Rhône) www.sma-environnement.com

Plus en détail

Le Centre de traitement des Battées, à Sauvigny-le-Bois

Le Centre de traitement des Battées, à Sauvigny-le-Bois CARTE DE VISITE Le Centre de traitement des Battées, à Sauvigny-le-Bois Contacts SITA Centre Est : Florent MAILLY Directeur de l agence traitement Tél : 06 87 76 29 74 / florent.mailly@sita.fr Nicolas

Plus en détail

Performances environnementales et économiques économiques. Description

Performances environnementales et économiques économiques. Description BREF Industries de traitement des déchets - Doc. de synthèse V 1.0-01/12/08 MTD pour des types spécifiques de traitements de déchets TRAITEMENTS BIOLOGIQUES DES DECHETS - METHANISATION Description 65 -

Plus en détail

Installation de La Glacière Villeneuve-Loubet (06)

Installation de La Glacière Villeneuve-Loubet (06) Installation de La Glacière Villeneuve-Loubet (06) Bilan d activité 2013 SUD-EST ASSAINISSEMENT 1 Suivi environnemental Suivi des effluents et de la stabilité SUD-EST ASSAINISSEMENT I Suivi environnemental

Plus en détail

EXCAVATION PUIS TRAITEMENT PAR VENTING ET OXYDATION CHIMIQUE IN-SITU

EXCAVATION PUIS TRAITEMENT PAR VENTING ET OXYDATION CHIMIQUE IN-SITU USINE DE FABRICATION D EMULSION A SAULGE (86) CONTEXTE Origine des travaux : Enjeux Le site a accueilli une société de fabrication d émulsion bitume. Une pollution des sols et des eaux souterraines au

Plus en détail

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc»

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» un projet du Programme de Gestion et de Protection de l Environnement en Maroc (PGPE) en coopération

Plus en détail

Bilan d exploitation 2012 ISDND de Bénac. 02 octobre 2013

Bilan d exploitation 2012 ISDND de Bénac. 02 octobre 2013 Bilan d exploitation 2012 ISDND de Bénac 02 octobre 2013 ) Sommaire 1. Travaux réalisés 2. Bilan des apports 3. Gestion de la qualitédes eaux 4. Gestion du biogaz 5. Traitement des lixiviats 6. Bilan des

Plus en détail

Déchetterie de Treffieux

Déchetterie de Treffieux Déchetterie de Treffieux Activité La déchetterie assure la collecte des déchets apportés et triés par les ménages. Les déchets sont regroupés par catégories de matériaux : déchets vert, gravats, tout venant,

Plus en détail

Amman, 13-15 mai 2014

Amman, 13-15 mai 2014 Quatrième Forum SWEEP-Net Cout de dégradation de l Environnement et la Gouvernance Locale Amman, 13-15 mai 2014 Exposé présenté Par : Mustapha Benbouya Chef de la Division de l Environnement et de l Amélioration

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l Energie Emissions Fugitives

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l Energie Emissions Fugitives Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l Energie Emissions Fugitives 1. Quel est le facteur le plus important pour déterminer la quantité d émissions de méthane provenant

Plus en détail

RESEAU DE CONTROLE DES C.E.T. EN REGION WALLONNE

RESEAU DE CONTROLE DES C.E.T. EN REGION WALLONNE ISSeP, rapport n 390/2003, page 1 sur 18 Rapport n 390/2003, page 1 sur 18 RESEAU DE CONTROLE DES C.E.T. EN REGION WALLONNE C.E.T. DE CRONFESTU Rapport de contrôle Phase de réhabilitation : état des lieux

Plus en détail

Les déchets de Ste-Sévère produisent de l énergie. Dossier de presse

Les déchets de Ste-Sévère produisent de l énergie. Dossier de presse Dossier de presse Contact : Alexa BADIN - Responsable communication - Tél : 05 45 05 22 52 - abadin@calitom.com ZE La Braconne - 16600 MORNAC / Tel 05 45 65 82 50 / Fax 05 45 65 82 55 / Numéro vert : 0

Plus en détail

Installation de La Glacière

Installation de La Glacière Installation de La Glacière Villeneuve-Loubet (06) Bilan d activité 2012 SUD-EST ASSAINISSEMENT 1 Suivi environnemental Suivi des effluents et de la stabilité SUD-EST ASSAINISSEMENT I Suivi environnemental

Plus en détail

Dossier thématique n 2

Dossier thématique n 2 Dossier thématique n 2 Quand le gaz devient électricité Auteur : Jean-François RÉCOCHÉ Dossier thématique n 2 Quand le gaz devient électricité Page 1 Dossier thématique Sommaire n 2 Une innovation au service

Plus en détail

SYNDICAT DÉPARTEMENTAL POUR L'ÉLIMINATION DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS DE LA HAUTE-VIENNE

SYNDICAT DÉPARTEMENTAL POUR L'ÉLIMINATION DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS DE LA HAUTE-VIENNE SYNDICAT DÉPARTEMENTAL POUR L'ÉLIMINATION DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS DE LA HAUTE-VIENNE 2 La CLIS (Commission Locale d Information et de Suivi) Créée par arrêté préfectoral du 18/10/2005, la CLIS

Plus en détail

NOTE. Indicateurs de suivi d'une installation de méthanisation de déchets ménagers. Série Technique DT 59. Octobre 2013

NOTE. Indicateurs de suivi d'une installation de méthanisation de déchets ménagers. Série Technique DT 59. Octobre 2013 NOTE Indicateurs de suivi d'une installation de méthanisation de déchets ménagers Série Technique Réalisé avec le soutien technique et financier de DT 59 Octobre 2013 AMORCE / ADEME DT 59 - Indicateurs

Plus en détail

Arrêté du [ ] relatif aux installations de stockage de déchets de sédiments NOR : DEVP1519170A

Arrêté du [ ] relatif aux installations de stockage de déchets de sédiments NOR : DEVP1519170A RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable et de l énergie Arrêté du [ ] relatif aux installations de stockage de déchets de sédiments NOR : DEVP1519170A Publics concernés :

Plus en détail

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte BIOROCK Documentation technique FOURNISSEUR DE SOLUTIONS POUR A.N.C. DESCRIPTION DE LA FILIERE COMPACTE Une filière compacte est conçue pour traiter les effluents domestiques (les eaux ménagères et les

Plus en détail

COMMENT CHOISIR UNE FILIERE?

COMMENT CHOISIR UNE FILIERE? Plusieurs paramètres sont à considérer avant de choisir et dimensionner le dispositif d assainissement : L aptitude du sol : perméabilité, hauteur et nature de la couche rocheuse, niveau de remontée de

Plus en détail

1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP :

1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP : Réhabilitation du Site Grande Paroisse Toulouse Traitements mis en œuvre par Lot 1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP : Par désorption thermique : 50 000 tonnes environ Par traitement

Plus en détail

Incendie dans un entrepôt de stockage de pneumatiques équipé d une installation sprinkler

Incendie dans un entrepôt de stockage de pneumatiques équipé d une installation sprinkler Protection, prévention et impact environnemental des incendies de stockages de pneumatiques Dossier de retour d expérience du SNCP Incendie dans un entrepôt de stockage de pneumatiques équipé d une installation

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/04/AV.1380. Liège, le 11 octobre 2004

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/04/AV.1380. Liège, le 11 octobre 2004 AVIS Réf. : CWEDD/04/AV.1380 Liège, le 11 octobre 2004 Objet : Etude d'incidences sur l'environnement relative à la demande de permis unique pour une plate-forme de tri-concassage de déchets inertes de

Plus en détail

206 DM14. Haiut-Saint-Maurice 6211-03-038

206 DM14. Haiut-Saint-Maurice 6211-03-038 206 DM14 Projet d aménagements hydroélectriques de la Chute-Allard et des Rapides-des-Cœurs Haiut-Saint-Maurice 6211-03-038 Impact potentiel du projet d aménagements hydroélectriques de la Chute-Allard

Plus en détail

Modernisation de la gestion des déchets urbains

Modernisation de la gestion des déchets urbains Etude de cas Modernisation de la gestion des déchets urbains Manoukra est une ville importante d un pays en transition de la zone méditerranéenne. Peuplée d un million et demi d habitants, cette agglomération

Plus en détail

CRITERES DE CHOIX DE LA TECHNIQUE N 1

CRITERES DE CHOIX DE LA TECHNIQUE N 1 CHANTIER DE REFERENCE Traitement des sols par bioventing associé à une biostimulation et traitement des eaux de la nappe après pompage et écrémage avec réinjection sur site Site de : Balaruc-les-Bains

Plus en détail

AVIS. Demande de permis d environnement pour une société de nettoyage industriel REMI TACK & Fils s.a. à ESTAIMPUIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.

AVIS. Demande de permis d environnement pour une société de nettoyage industriel REMI TACK & Fils s.a. à ESTAIMPUIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV. AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.320 Liège, le 27 février 2006 Objet : Demande de permis d environnement pour une société de nettoyage industriel REMI TACK & Fils s.a. à ESTAIMPUIS Avis du CWEDD portant sur la

Plus en détail

ATELIER MEDITERRANEEN SUR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE RECYCLAGE DES EAUX NON CONVENTIONNELLES DANS LES CULTURES PROTEGEES

ATELIER MEDITERRANEEN SUR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE RECYCLAGE DES EAUX NON CONVENTIONNELLES DANS LES CULTURES PROTEGEES ATELIER MEDITERRANEEN SUR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE RECYCLAGE DES EAUX NON CONVENTIONNELLES DANS LES CULTURES PROTEGEES AGADIR DU 28 AVRIL AU 01 MAI 2008 TRAITEMENT DES EAUX USEES ET POSSIBILITES DE

Plus en détail

Management environnemental : ISO 14001

Management environnemental : ISO 14001 GEME Management environnemental : ISO 14001 Arnaud Hélias arnaud.helias@supagro.inra.fr PUB... Plan Introduction Généralités & grandes lignes de la normes Démarche Quelques chiffres les coûts, les entreprises

Plus en détail

IDÉES REÇUES. Le projet d'ecopole n'aurait pas encore de réalité officielle.

IDÉES REÇUES. Le projet d'ecopole n'aurait pas encore de réalité officielle. IDÉES REÇUES Le projet d'ecopole n'aurait pas encore de réalité officielle. Réponse : la prescription du PLU de Peroy a pour objet, clairement, «d'autoriser la création d une carrière préalablement à l

Plus en détail

PLAN DE LA PRESENTATION

PLAN DE LA PRESENTATION Société de Participation CarnaudMetalbox Ancien Etablissement Chouvel à Toulouse GRS Valtech PLAN DE LA PRESENTATION Introduction Contexte du site Objectif des travaux de réhabilitation Approche retenue

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

Zone PIC + Base de Vie + Décharge temporaire du PIC : > Procédures opérationnelles

Zone PIC + Base de Vie + Décharge temporaire du PIC : > Procédures opérationnelles Zone PIC + Base de Vie + Décharge temporaire du PIC : > Procédures opérationnelles Responsabilité : L entreprise ESTRELLA est responsable : des opérations de collecte sur site PIC et base de vie ; du transport

Plus en détail

AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales D.O.E

AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales D.O.E AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales Version du 22/04/2009 SOMMAIRE I OBJET ET DONNEES DE BASE... 3 A. OBJET... 3 B. DONNEES DE BASES... 3 II DESCRIPTIF... 6 Saint Dizier

Plus en détail

Mise à jour 2012 [Données 2011]

Mise à jour 2012 [Données 2011] Mise à jour 2012 [Données 2011] Centres d Enfouissement Technique de Chapois et Malvoisin (EMAS) Centre de Compostage de déchets verts de Naninne (ISO 14001) SOMMAIRE Préface 5 Présentation du BEP 6 Notre

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

ISDND Les Parrines. Bilan hydrique du site (modèle MOBYDEC)

ISDND Les Parrines. Bilan hydrique du site (modèle MOBYDEC) ISDND Les Parrines Bilan hydrique du site (modèle MOBYDEC) 1 Méthodologie Le modèle utilisé pour réaliser le bilan hydrique du site est MOBYDEC (Modèle Global de Bilan Hydrique de Décharge), développé

Plus en détail

Seul l arrêté fait foi pour fixer le contenu des prescriptions à justifier. Justifications à apporter dans le dossier de demande d enregistrement.

Seul l arrêté fait foi pour fixer le contenu des prescriptions à justifier. Justifications à apporter dans le dossier de demande d enregistrement. Guide de justification rubrique 2515 (broyage, concassage, criblage ) Arrêté ministériel de prescriptions générales pour les installations soumises à enregistrement Comme indiqué à l article 3 de l arrêté

Plus en détail

ARRETE PREFECTORAL COMPLEMENTAIRE n 2013358-0004

ARRETE PREFECTORAL COMPLEMENTAIRE n 2013358-0004 PREFET DE VAUCLUSE Direction départementale de la protection des populations Service Prévention des Risques et Production Affaire suivie par : Sylvie HACHE Téléphone : 04-88-17-88-86 Télécopie : 04-88-17-88-99

Plus en détail

ISDND DE ST SORLIN EN VALLOIRE - CONCEPTION DE L INSTALLATION DE DRAINAGE, DE COLLECTE ET DE TRAITEMENT DES LIXIVIATS

ISDND DE ST SORLIN EN VALLOIRE - CONCEPTION DE L INSTALLATION DE DRAINAGE, DE COLLECTE ET DE TRAITEMENT DES LIXIVIATS Page 1 / 6 La présente étude s inscrit dans le cadre de l article 18 de l arrêté du 9 septembre 1997 relatif aux installations de «déchets non dangereux» modifié. La création du casier 4 ayant lieu sur

Plus en détail

Déclaration environnementale Mise à jour 2014 - Données 2013

Déclaration environnementale Mise à jour 2014 - Données 2013 Déclaration environnementale Mise à jour 2014 - Données 2013 Centres d enfouissement technique de Chapois et Malvoisin Centre de compostage de déchets verts de Naninne Sommaire Préface... 3 Présentation

Plus en détail

QUALITE, ENVIRONNEMENT, SECURITE Vers un système de management global

QUALITE, ENVIRONNEMENT, SECURITE Vers un système de management global QUALITE, ENVIRONNEMENT, SECURITE Vers un système de management global SISQUAL, le 20 novembre 2003 Christophe GASQUET Responsable d Audit Directeur Formation PRESENTATION/QSE/SISQUAL-2003 28/10/2003 page

Plus en détail

Guide Pratique Assainissement Non Collectif

Guide Pratique Assainissement Non Collectif Guide Pratique Assainissement Non Collectif 1 L assainissement non collectif Les immeubles, habitations ne pouvant être raccordés au réseau collectif d assainissement existant (tout à l égout) doivent

Plus en détail

Présentation technique de la microstation S 21 EH

Présentation technique de la microstation S 21 EH Microstations de traitement des eaux usées domestiques De 4 à 1350 EH Présentation technique de la microstation S 21 EH «Quand l eau a besoin d une nouvelle vie» 1 Principe de fonctionnement épuratoire

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2013-07-15-R-0287 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc»

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» un projet du Programme de Gestion et de Protection de l Environnement en Maroc (PGPE) en coopération

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

Modalités s de gestion et de réhabilitation des sites pollués

Modalités s de gestion et de réhabilitation des sites pollués Modalités s de gestion et de réhabilitation r des sites pollués SOURCE VECTEUR CIBLE Décharge Stockage de produits dangereux Fuite Sol / Eau contaminée Météo : pluie / vent Eaux superficielles Eaux souterraines

Plus en détail

Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000

Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000 Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000 16 N SIREN 200 000 990 Code APE 751 Administration publique

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité 4 pages dont cet en tête FICHE DE DONNEES DE SECURITE DE L'ANTI-MOISISSURES 1 L D ate d impression : 11:52 revue le 26/09/03 1. Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Identification

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

Microstation AQUAMÉRIS

Microstation AQUAMÉRIS Microstation AQUAMÉRIS à culture fixée gamme de 5 à 21 Équivalents Habitants AGRÉMENT MINISTÉRIEL 2012-030 Modèles 5, 8 et 10 Équivalents Habitants Les microstations sont conformes à la norme CE 12566-3

Plus en détail

Commission d information et de suivi Pfetterhouse, 4 juin 2014

Commission d information et de suivi Pfetterhouse, 4 juin 2014 Commission d information et de suivi 3. Etat d avancement du projet 4. Objectifs d assainissement et remblai partie sud 5. Suivi environnemental et social Commission d information et de suivi Pfetterhouse,

Plus en détail

Club Environnement CCI Jura. La gestion des eaux usées issues de l industrie

Club Environnement CCI Jura. La gestion des eaux usées issues de l industrie Club Environnement CCI Jura La gestion des eaux usées issues de l industrie Bertrand DEVILLERS Le 1 er juin 2015 Les catégories d eaux usées Trois catégories d eaux usées : Les eaux usées domestiques (eaux

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE Choix de la future filière de traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais

NOTE TECHNIQUE Choix de la future filière de traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais Saint-Étienne, le 17 juillet 2012 NOTE TECHNIQUE Choix de la future filière de traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais Préambule Le SYDEMER, SYndicat mixte

Plus en détail

CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE

CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE 1. OBJECTIF L évaluation finale a pour objectif d évaluer : les mesures de gestion du risque ; les travaux d assainissement ; ou les travaux d assainissement limité,

Plus en détail

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement Conjuguer croissance et environnement www.sicoval.fr Sicoval Assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation

Plus en détail

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques Visite de la Cité de l Eau et de l Assainissement Avenue Kléber 92700 Colombes SIAAP Syndicat interdépartemental pour l assainissement de l agglomération parisienne L assainissement en région parisienne

Plus en détail

Organisation des travaux. LE DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE /// Enjeux et objectifs du projet

Organisation des travaux. LE DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE /// Enjeux et objectifs du projet Organisation des travaux 4 170 LE DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE /// Enjeux et objectifs du projet Quelles seront les différentes étapes du chantier du réseau du Grand Paris? Plusieurs méthodes pourront être

Plus en détail

CONTRIBUTION AUX TRAVAUX RECTIFICATIFS DE L UNITE DE TRAITEMENT DES EAUX USEES S DE LA SOCIETE PEINTMAD

CONTRIBUTION AUX TRAVAUX RECTIFICATIFS DE L UNITE DE TRAITEMENT DES EAUX USEES S DE LA SOCIETE PEINTMAD CONTRIBUTION AUX TRAVAUX RECTIFICATIFS DE L UNITE DE TRAITEMENT DES EAUX USEES S DE LA SOCIETE PEINTMAD Présenté par : RASOLONJATOVO Nomenjanahary Berthin INTRODUCTION PLAN : Chap.1 : Chap.2: Chap.3 :

Plus en détail

Science et technologie ST. Univers Terre et espace. Nom: groupe:

Science et technologie ST. Univers Terre et espace. Nom: groupe: Science et technologie ST Univers Terre et espace Nom: groupe: Tiré d'observatoire, Julie Trottier, Avril 2012 1. Les minéraux Les minéraux (un minéral) sont des éléments ou des composés chimiques qui

Plus en détail

Déchets ménagers et traitement de lixiviat. (Extrait d un mastère soutenu en décembre 2008)

Déchets ménagers et traitement de lixiviat. (Extrait d un mastère soutenu en décembre 2008) Déchets ménagers et traitement de lixiviat (Extrait d un mastère soutenu en décembre 2008) I- Introduction La Tunisie produit près de 2,5 millions de tonnes de déchets ménagers par an, dont 700 000 tonnes

Plus en détail

TRAITEMENT DES BIOGAZ ET DES LIXIVIATS

TRAITEMENT DES BIOGAZ ET DES LIXIVIATS Protéger l environnement et valoriser le biogaz TRAITEMENT DES BIOGAZ ET DES LIXIVIATS 1 2 Édito Organisation La puissance et l appui d un grand groupe, la proximité d une PME Être pionnier et rester à

Plus en détail

Réunion Information- Formation. À l attention des professionnels

Réunion Information- Formation. À l attention des professionnels Réunion Information- Formation À l attention des professionnels A.N.C. Assainissement Non Collectif Par >, on désigne: tout système d'assainissement effectuant la collecte,

Plus en détail

INSTALLATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

INSTALLATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF INSTALLATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Toutes les eaux usées de votre habitation doivent être dirigées vers une fosse qui assure un prétraitement, avant d'être traitées dans un système

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Carrosserie automobile L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus des activités de carrosserie automobile peuvent être classés en deux catégories : Les déchets banals (DIB) non dangereux,

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/03/AV.1116. Liège, le 8 septembre 2003

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/03/AV.1116. Liège, le 8 septembre 2003 AVIS Réf. : CWEDD/03/AV.1116 Liège, le 8 septembre 2003 Objet : Etude d'incidences sur l'environnement relative à la demande de permis d urbanisme relatif à une modification sensible du relief du sol du

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN. de votre dispositif d Assainissement Non Collectif SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif

GUIDE D ENTRETIEN. de votre dispositif d Assainissement Non Collectif SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif Décider, construire et vivre le Saulnois SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif GUIDE D ENTRETIEN de votre dispositif d Assainissement Non Collectif Sommaire Introduction p 3 Les ouvrages

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

MSDS CUPREX 50%WG 2/5 Date d imprimer: 31/08/06

MSDS CUPREX 50%WG 2/5 Date d imprimer: 31/08/06 MSDS CUPREX 50%WG 1/5 FICHE DE SECURITE CUPREX 50% WG 1. Identification de la substance / préparation t de la société / entreprise 1.1. Identification de la substance / préparation Nom commercial: CUPREX

Plus en détail

Dépollution des eaux pluviales des routes et parkings : Problématique et solution

Dépollution des eaux pluviales des routes et parkings : Problématique et solution Dépollution des eaux pluviales des routes et parkings : Problématique et solution POLLUTEC Lyon, le 1 er décembre 2010 Plan de la présentation Présentation du syndicat ISGH Pollution des eaux pluviales

Plus en détail

Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation

Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation SOMMAIRE 1 Introduction et présentation generale... 3 2 Presentation technique... 4 2.1

Plus en détail

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT Une entreprise de Bayer et LANXESS UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

La valorisation du digestat

La valorisation du digestat La valorisation du digestat EREP SA Chemin du Coteau 28 CH - 1123 Aclens Tél. : +41 21 869 98 87 Fax : +41 21 869 01 70 Courriel : info@erep.ch www.erep.ch Le traitement et la gestion du digestat 1. Propriétés

Plus en détail

Le rejet des eaux usées

Le rejet des eaux usées 13 Eaux usées, contexte légal et réglementaire Les eaux usées, si elles étaient rejetées dans le milieu sans traitement, pollueraient gravement l environnement et la ressource en eau. En effet, certaines

Plus en détail

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de L eau Origine de l eau : La terre à environ quatre milliard et demi d années. Lors de sa formation, la terre était entourée de divers gaz brûlants. En se refroidissant au cours du temps, deux de ces gaz,

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

Les effluents des établissements hospitaliers. Direction des Affaires Techniques

Les effluents des établissements hospitaliers. Direction des Affaires Techniques Les effluents des établissements hospitaliers J. DROGUET - Présentation Hopitech 2007 Contexte Les établissements hospitaliers sont de gros consommateurs d eau (env 800-1000 L/lit). Les différents types

Plus en détail

N 267.3.a.: Peinture (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres produits de protection)

N 267.3.a.: Peinture (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres produits de protection) LOI DU 10 JUIN 1999 RELATIVE AUX ETABLISSEMENTS CLASSES FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION CLASSE 2 (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres

Plus en détail

Annexe C PRODUCTION NON INTENTIONNELLE

Annexe C PRODUCTION NON INTENTIONNELLE Annexe C PRODUCTION NON INTENTIONNELLE Partie I Polluants organiques persistants soumis aux obligations énoncées à l article 5 La présente annexe s applique aux polluants organiques persistants suivants,

Plus en détail

L ELIMINATION DES DECHETS: UNE QUESTION DE CONFIANCE

L ELIMINATION DES DECHETS: UNE QUESTION DE CONFIANCE L ELIMINATION DES DECHETS: UNE QUESTION DE CONFIANCE L élimination des déchets en toute tranquillité. NOTRE PHILOSOPHIE PRENDRE SES RESPONSABILITES. PROTEGER NOTRE AVENIR. Nous procédons à une élimination

Plus en détail

Installation Classée pour la Protection de l Environnement I - RESUME NON TECHNIQUE AVANT PROPOS

Installation Classée pour la Protection de l Environnement I - RESUME NON TECHNIQUE AVANT PROPOS AVANT PROPOS La société FUCHS exploite une usine de fabrication et de conditionnement de vinaigre sur la commune de LA TREMBLADE (17). L entreprise dispose d un arrêté préfectoral d autorisation d exploiter

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DE L ENVIRONNEMENT DIRECTIVE CANTONALE AS S AI N I S S E M E N T I N D I V I D U E L D E S E AU X U S E E S M E N AG E R E S

DIRECTION GENERALE DE L ENVIRONNEMENT DIRECTIVE CANTONALE AS S AI N I S S E M E N T I N D I V I D U E L D E S E AU X U S E E S M E N AG E R E S DEPARTEMENT DU TERRITOIRE ET DE L ENVIRONNEMENT DIRECTION GENERALE DE L ENVIRONNEMENT DGE-ASS DCPE 600 JUIN 2015 DIRECTIVE CANTONALE AS S AI N I S S E M E N T I N D I V I D U E L D E S E AU X U S E E S

Plus en détail

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Pour une éco-construction dans les règles de l art Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Mars 2011 www.eti-construction.fr - 1 - RENFORCER L ENVELOPPE chap.

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/03/AV.1637. Liège, le 22 décembre 2003

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/03/AV.1637. Liège, le 22 décembre 2003 AVIS Réf. : CWEDD/03/AV.1637 Liège, le 22 décembre 2003 Objet : Etude d'incidences sur l'environnement relative à la demande de permis unique pour l extension et l exploitation d un Centre d Environnement

Plus en détail

Une épuration choisie

Une épuration choisie ETAT DES LIEUX EN LOIR ET CHER Dans l état actuel des choses, le département dispose de 216 unités d épuration qui assurent le traitement total ou partiel de 212 communes sur les 290 que comporte le département.

Plus en détail

STATION D EPURATION EAUCLIN A LIT IMMERGE : TYPE 40 EH

STATION D EPURATION EAUCLIN A LIT IMMERGE : TYPE 40 EH - Traitement eaux et effluents - Maillol Grand - 81990 CAMBON D ALBI Tél. 05.63.78.92.96 - Fax. 05.63.53.06.25 E-mail. eauclin@hotmail.fr - Spécialisée dans les stations d épuration biologique à culture

Plus en détail

AGIRE Atelier sur l Assainissement, l Epuration et la Réutilisation des Eaux Usées. Gestion des Eaux Industrielles au Maroc

AGIRE Atelier sur l Assainissement, l Epuration et la Réutilisation des Eaux Usées. Gestion des Eaux Industrielles au Maroc AGIRE Atelier sur l Assainissement, l Epuration et la Réutilisation des Eaux Usées Gestion des Eaux Industrielles au Maroc Mme Touria JAOUHER Département de l Eau Agadir, du 7 au 11 Décembre 2009 8000

Plus en détail

INTÉRÊT DES MATÉRIAUX GEOSYNTHÉTIQUES DANS LA CONCEPTION DES CENTRES D ENFOUISSEMENT TECHNIQUE (CET) EN ALGÉRIE

INTÉRÊT DES MATÉRIAUX GEOSYNTHÉTIQUES DANS LA CONCEPTION DES CENTRES D ENFOUISSEMENT TECHNIQUE (CET) EN ALGÉRIE Studia Geotechnica et Mechanica, Vol. XXXIII, No. 3, 2011 INTÉRÊT DES MATÉRIAUX GEOSYNTHÉTIQUES DANS LA CONCEPTION DES CENTRES D ENFOUISSEMENT TECHNIQUE (CET) EN ALGÉRIE YOUCEF KEHILA, FADILA MEZOUARI

Plus en détail

Conseils de prudence : Prévention : P210, P202 Intervention : P377, P381 Stockage : P403

Conseils de prudence : Prévention : P210, P202 Intervention : P377, P381 Stockage : P403 ANNEXE : RISQUES ASSOCIES AUX GAZ COMPRIMES GAZ COMBUSTIBLES DIHYDROGÈNE : H 2 H220 - extrêmement inflammable. SGH02 Prévention : P210, P202 Intervention : P377, P381 Aucune Masse molaire 2 g.mol -1 Masse

Plus en détail

Commission de suivi de site

Commission de suivi de site Communauté d'agglomération de Montpellier Installation de stockage de déchets Castries Commission de suivi de site Présentation de l'inspection des installations classées 16 octobre 2014 1 Instruction

Plus en détail

Conception et dimensionnement des dispositifs d étanchéité drainage par géosynthétiques dans les ISD

Conception et dimensionnement des dispositifs d étanchéité drainage par géosynthétiques dans les ISD Conception et dimensionnement des dispositifs d étanchéité drainage par géosynthétiques dans les ISD Journée CFMS Géotechnique et Protection de l'environnement - 23 Janvier 2008 Thierry GISBERT, vice président

Plus en détail

comme gaz de ville. En effet, un décret de 2004 1 précise que le ministre en charge de l environnement

comme gaz de ville. En effet, un décret de 2004 1 précise que le ministre en charge de l environnement Biogaz : un avenir pour les déchets ménagers? Carole Leroux Biogaz : un avenir pour les déchets ménagers? Carole Leroux est chargée de projet scientifique à la direction de l Évaluation des risques de

Plus en détail

SOMMAIRE GENERAL RESUME NON TECHNIQUE

SOMMAIRE GENERAL RESUME NON TECHNIQUE SOMMAIRE GENERAL RESUME NON TECHNIQUE Le sommaire général de ce dossier est le suivant : PARTIE I : RESUME NON TECHNIQUE PARTIE II : PRESENTATION SITUATION ADMINISTRATIVE DOSSIER GRAPHIQUE PARTIE III :

Plus en détail

Carrosserie automobile

Carrosserie automobile 1 Les déchets Les déchets issus des activités de carrosserie automobile peuvent être classés en deux catégories : Les déchets banals (DIB) non dangereux, mais qui peuvent dégrader l environnement s ils

Plus en détail

Fiche outils n 9 Management environnemental

Fiche outils n 9 Management environnemental Fiche outils n 9 Management environnemental Organisation du tableau de bord Évaluation Tableau de bord Le Tableau de Bord comporte : l Un volet relatif à la zone industrielle, l Un volet relatif aux entreprises

Plus en détail