Encéphalites: attitude pratique. Pr Brigitte CHABROL Service de Neurologie Pédiatrique CHU Timone, Marseille, France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Encéphalites: attitude pratique. Pr Brigitte CHABROL Service de Neurologie Pédiatrique CHU Timone, Marseille, France"

Transcription

1 Encéphalites: attitude pratique Pr Brigitte CHABROL Service de Neurologie Pédiatrique CHU Timone, Marseille, France

2 Encéphalites Problème fréquent / enfants /an HSV: 1/ 250 à enfants/ an Urgence diagnostique et thérapeutique ++++

3 Encéphalites aiguës Encéphalite : lésions cérébrales inflammatoires Encéphalite avec réplication virale : action directe du virus qui a pénétré dans le cerveau, se multiplie et provoque des destructions cellulaires Les plus sévères dans l immédiat Encéphalite post infectieuse ou encéphalite periveineuse réponse immune, générée à l occasion de l infection virale, responsable des lésions = ADEM (Acute disseminated encephalomyelitis)

4 Orientation diagnostique devant un tableau d encéphalite Age de l enfant : ADEM: 4-5 ans Encéphalite herpétique: nourrisson et adolescent Intensité de la fièvre: très élevée dans l encéphalite herpétique Mode d installation explosif dans les ADEM plus progressif dans l encéphalite herpétique, Nature et fréquence des crises convulsives

5 Signes cliniques Début : fièvre, troubles du comportement, céphalées Hyperthermie variable Troubles de la conscience : obnubilation, confusion, fluctuation de CS, coma Crises d'épilepsie partielles ou généralisées, isolées ou récidivantes Signes neurologiquesde focalisation ou neurovégétatifs inconstants En général, symptômes PEU SPECIFIQUES

6 Evaluation Clinique : Niveau de conscience? Crises épileptiques, focales, état de mal? Eruptions cutanées, morsures de tiques, signes généraux? Notion de contage? Retour de voyage, environnement? Terrain immunodeprimé

7 Ponction lombaire: LE PLUS TOT POSSIBLE CONTRE INDICATION A LA PONCTION LOMBAIRE : Troubles de la coagulation Troubles hémodynamiques Nécessité de TDM injectée (signes de focalisation+++) Si la PL n est pas réalisable immédiatement (nécessité de scanner, troubles hémodynamiques, anomalies de la coagulation) NE PAS RETARDER LA PRISE EN CHARGE INFECTIEUSE => débuter un TRT par Zovirax ou Claforan en URGENCE (les PCR sur LCR seront faites ultérieurement

8 Neuroradiologie: En urgence: Scanner si signes de focalisation Dans les 48 1eres heures: IRM

9 EEG Pas d indication sytématique Crises epileptiques Tracés lents non spécifiques la plupart du temps Signes spécifiques : encéphalite herpetique Ne pas attendre pour débuter traitement

10 Encéphalites avec réplication virale Encéphalite herpétique à début néonatal: Virus herpétique type 2 Début entre J1 et J15: somnolence, vomissements,anorexie, Hypotonie, clonies hémiface, membre supérieur Troubles ++++ de la conscience, coma Lésions du cuir chevelu, cavité buccale Diagnostic EEG: complexes lents périodiques LCR: lymphocytes, protéinorachie Scanner/IRM: lésions hétérogènes Recherche d ADN viral par PCR au niveau du LCR Évolution: sévère +++: 70 % des décès, sinon séquelles graves

11 Encéphalites avec réplication virale Encéphalite herpétique chez le nourrisson: Signes de début: Hyperthermie et troubles digestifs Phase d état: crises partielles: face et membre supérieur Déficit moteur localisé Diagnostic EEG: signes focalisés Scanner/ IRM: atteinte lobes temporaux PL : lymphocytes, protéinorachie Recherche d ADN viral par PCR Evolution: sévère

12 Encéphalites avec réplication virale Encéphalite herpétique chez l enfant de plus de 5 ans: Signes de début: Troubles confusionnels, désorientation temporospatiale, Troubles du langage Crises épileptiques localisées Évolution : sévère

13 Rechutes: Réapparition des symptômes Mouvements anormaux Mécanisme: Phénomène immunoallergique? Reprise de la replication virale? Prévention : précocité du traitement ++++

14 Traitement antiviral Débuter TRT par Acyclovir (Zovirax) 500 mg/m² x 3/jour, Intraveineuse lente sur 1 heure Dilution maximale de 5 mg/ml de sérum physiologique Sur VVP dédiée Vérification de la perfusion toutes les 5 mn (risque de nécrose cutanée en cas d extravasation) Jamais sur VVP épicrânienne ou sur pied. A continuer si PCR positive ++++, arrêt si PCR négative, ou autres virus Durée du traitement: 21 jours PL de contrôle: si PCR négative: arrêt, si positive, continuer Acyclovir jusqu à négativation

15 Encéphalites aiguës virales: Traitement Symptomatique: Anticonvulsivants si crises épileptiques, prise en charge Etat de mal Antipyrétiques Prise en charge en Réanimation

16

17 ADEM 5 à 10 fois plus fréquentes que les encéphalites avec réplication virale en France Pathogénie: infiltration lymphoplasmocytaire périveineuse, puis réaction histiocytaire et gliale, et foyers de démyélinisation plus ou moins étendus. Lésions plus importantes dans la substance blanche que dans la substance grise

18 ADEM Début clinique brutal Troubles de la conscience sévères, parfois Coma Fièvre, céphalées Crises convulsives Signes pyramidaux, extrapyramidaux Rarement déficit localisé Troubles sphinctériens et troubles du tronc cérébral dans 10 % des cas

19 Scanner/ IRM normal lésions substance blanche cortico sous corticales ADEM LCR: hyper lymphocytose modérée (10 à 150 éléments) protéinorachie normale, pas d hypoglycorachie EEG: rythme de fond lents Évolution favorable

20

21

22 Formes topographiques Cérébellites: virus de la varicelle à 5 jours après l éruption parfois troubles du comportement associés Évolution favorable Hémiplégies aiguës: virus varicelle (6 j /48 mois) En fait vascularites Encéphalites du tronc cérébral: rhombencéphalites Atteintes paires crânienne ( VI éme et VII éme ++++) Atteinte cérébelleuse et pyramidale Troubles de la déglutition et respiratoires Évolution sévère

23 ADEM: etiologie Rougeole cas sur 1000 rougeoles Sinon virus de la varicelle, virus Epstein Barr, parainfluenzae,.. Autres agents infectieux: Mycoplasma pneumoniae

24 ADEM: Traitement Symptomatique: Anticonvulsivants si crises épileptiques, prise en charge Etat de mal Antipyrétiques Prise en charge en Réanimation Corticothérapie

25 ADEM versus SEP

26 ADEM versus SEP 1 er épisode = aigu, clinique sévère 8,5 % = SEP 1 er épisode = syndrome clinique isolé 40 % = SEP

27

Les «encéphalites» sont des affections inflammatoires du tissu cérébral, de causes infectieuses ou non, et qui évoluent de manière variable sur un

Les «encéphalites» sont des affections inflammatoires du tissu cérébral, de causes infectieuses ou non, et qui évoluent de manière variable sur un Encéphalites Les «encéphalites» sont des affections inflammatoires du tissu cérébral, de causes infectieuses ou non, et qui évoluent de manière variable sur un mode aiguë, subaiguë ou chronique Le plus

Plus en détail

Méningites. ISSA Nahéma Réanimation médicale Hôpital Saint André

Méningites. ISSA Nahéma Réanimation médicale Hôpital Saint André Méningites ISSA Nahéma Réanimation médicale Hôpital Saint André Définitions Inflammation des méninges Habituellement infectieuses ( rarement néoplasiques, inflammatoires, médicamenteuses) Le plus souvent

Plus en détail

Les encéphalites. Dr A.Bahmani Service de neurologie CHU Oran

Les encéphalites. Dr A.Bahmani Service de neurologie CHU Oran Les encéphalites Dr A.Bahmani Service de neurologie CHU Oran Syndrome méningé Signes fonctionnels ( trépied méningitique) 1- Céphalées : signe le + évocateur; précoces 2- Vomissements : inconstants; faciles

Plus en détail

Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé. Besançon, le 25 mars 2004

Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé. Besançon, le 25 mars 2004 Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé Besançon, le 25 mars 2004 Paradoxe Difficulté diagnostique «Facilité de traitement» Rappels Tissu nerveux «fonction neurologique» «support» Neurones Tissu

Plus en détail

Item 84 Infection par l herpès virus

Item 84 Infection par l herpès virus o Item 84 Infection par l herpès virus Objectifs pédagogiques Nationaux Préciser les complications de la maladie herpétique chez la femme enceinte, le nouveau-né et l atopique. CEN Connaissances requises

Plus en détail

Q.341 CONVULSIONS CHEZ LE NOURRISSON ET L ENFANT. Dr Raphaèle BADIOLA

Q.341 CONVULSIONS CHEZ LE NOURRISSON ET L ENFANT. Dr Raphaèle BADIOLA Q.341 CONVULSIONS CHEZ LE NOURRISSON ET L ENFANT Dr Raphaèle BADIOLA Les crises épileptiques Décharge hypersynchrone d une population de neurones Crise partielle Tout est possible: malaise, hémicorporel,

Plus en détail

MENINGITE A LIQUIDE CLAIR. Pr N. BOULAKEHAL SERVICE DES MALADIES INFECTIEUSES CHU de Constantine

MENINGITE A LIQUIDE CLAIR. Pr N. BOULAKEHAL SERVICE DES MALADIES INFECTIEUSES CHU de Constantine MENINGITE A LIQUIDE CLAIR Pr N. BOULAKEHAL SERVICE DES MALADIES INFECTIEUSES CHU de Constantine OBJETIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une méningite à liquide clair Enumérer les principales étiologies Identifier

Plus en détail

Approche diagnostique et thérapeutique de l encéphalite herpétique

Approche diagnostique et thérapeutique de l encéphalite herpétique Approche diagnostique et thérapeutique de l encéphalite herpétique Y.Yazdanpanah, MD, PhD INSERM, Atip/avenir U738, Univ Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité, France Service des maladies infectieuses et

Plus en détail

Infection maternofoetales et néonatales à Herpes simplex (HSV)

Infection maternofoetales et néonatales à Herpes simplex (HSV) Surveillance des cas d herpès néonatal enquête 2011-2015 auprès des services de Pédiatrie et Laboratoires Epidémiologie : Les virus herpès simplex de type 1 et 2 (HSV1 et HSV2) sont surtout responsables

Plus en détail

LA MENINGITE ( MENINGO-ENCEPHALITE) AIGUE DE L ADULTE

LA MENINGITE ( MENINGO-ENCEPHALITE) AIGUE DE L ADULTE LA MENINGITE ( MENINGO-ENCEPHALITE) AIGUE DE L ADULTE Un processus inflammatoire et infectieux atteignant les méninges: l ensemble des formations recouvrant l encéphale et la moelle épinière Dure mère

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux

Accidents vasculaires cérébraux Accidents vasculaires cérébraux Introduction Problème de santé publique Entre 120 et 140 000 français par an Source de handicap Mortalité à 5 ans élevée Définition Atteinte du système nerveux central dont

Plus en détail

Méningites et Méningo-encéphalites virales physiopathologie et pathogénie

Méningites et Méningo-encéphalites virales physiopathologie et pathogénie Méningites et Méningo-encéphalites virales physiopathologie et pathogénie H. Karray-Hakim Laboratoire Microbiologie - Sfax Congrès de la STPI. Tunis le 22-24 avril 2010 Méningo-encéphalite Encéphalite

Plus en détail

Cas clinique. Esteban L.., 6 ans et demi. ATTARD Marie

Cas clinique. Esteban L.., 6 ans et demi. ATTARD Marie Cas clinique Esteban L.., 6 ans et demi ATTARD Marie Antécédents - Personnels: aucun, enfant unique - Familiaux: retard mental chez un cousin germain de la mère Histoire de la maladie -Juin 2011: apparition

Plus en détail

ANALYSE SEMIOLOGIQUE (1)

ANALYSE SEMIOLOGIQUE (1) Fièvres éruptives Éruption fébrile ANALYSE SEMIOLOGIQUE (1) éléments éruptifs association topographie caractère prurigineux ou non caractères évolutifs Éruption fébrile ANALYSE SEMIOLOGIQUE (2) Contexte

Plus en détail

LES MÉNINGITES ET MÉNINGO-ENCÉPHALITES VIRALES. Dr ALLERS Mona Séminaire de Médecine d urgence le 9 Mars 2017

LES MÉNINGITES ET MÉNINGO-ENCÉPHALITES VIRALES. Dr ALLERS Mona Séminaire de Médecine d urgence le 9 Mars 2017 LES MÉNINGITES ET MÉNINGO-ENCÉPHALITES VIRALES Dr ALLERS Mona Séminaire de Médecine d urgence le 9 Mars 2017 OBJECTIFS Rappel clinique La ponction lombaire Germes fréquents Diagnostic différentiels Que

Plus en détail

Élaboration d'un score d'aide au diagnostic de la méningo-encéphalite herpétique

Élaboration d'un score d'aide au diagnostic de la méningo-encéphalite herpétique Élaboration d'un score d'aide au diagnostic de la méningo-encéphalite herpétique Diane KEIL 1, Amandine RALLO 1, Stéphane GENNAI 1, Raphaelle GERMI 2,4, Patrice MORAND 2, 4, Olivier Epaulard 3,4 1 - Service

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES MENINGITES DE L ADULTE AU SERVICE DES URGENCES

PRISE EN CHARGE DES MENINGITES DE L ADULTE AU SERVICE DES URGENCES N de version: 01 Date d'application: Mars 2010 Réf.: CMUB-004 Pagination : 1 de 5 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 004 Rédacteurs Dr Minerva FADDOUL, Dr Emmanuel VIGREUX Date Mars

Plus en détail

Encéphalopathie ischémique. Dodley Severe Juin 2007

Encéphalopathie ischémique. Dodley Severe Juin 2007 Encéphalopathie ischémique anoxique Dodley Severe Juin 2007 Etiologie Quelque soit son étiologie, toute SFA résulte d une anoxie Celle-ci a plusieurs conséquences 1- fonctionnelles: vasoconstriction fœtale

Plus en détail

Les convulsions chez l enfant

Les convulsions chez l enfant Les convulsions chez l enfant aurore DARON - Service de Pédiatrie - CHPLT Verviers - Décembre 2005 Définitions Crise convulsive ou crise épileptique : phénomène paroxystique aigu secondaire à un dysfonctionnement

Plus en détail

Pronostic des méningites bactériennes

Pronostic des méningites bactériennes Pronostic des méningites bactériennes = Morbidité et mortalité élevées - Complications et séquelles neuro-sensorielles - 5 à 15 % décès / Formes méningées classiques - 25 à 40 % décès / Formes fulminantes

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES HEMATOMES INTRACRÂNIENS POST-TRAUMATIQUES

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES HEMATOMES INTRACRÂNIENS POST-TRAUMATIQUES Q.22 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES HEMATOMES INTRACRÂNIENS POST-TRAUMATIQUES PLAN : Dr Omar DAHMANI, Dr Amal BELCAID, Dr Ouafa EL AZZOUZI, Dr Hayat EL HAMI INTRODUCTION HEMATOME EXTRA-DURAL II- Evolution

Plus en détail

Polyradiculonévrite aiguë

Polyradiculonévrite aiguë Polyradiculonévrite aiguë Intérêt affection fréquente Urgence médicale trouble de la déglutition trouble respiratoire trouble cardiaque Bonne PEC évolution favorable reconnaître la PRNA Affection du système

Plus en détail

Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro

Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro Unité d épilepsie et ICM Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris, France Contexte Patient admis dans un département

Plus en détail

Méningites bactériennes. Dr Grimaldi PH Réanimation Centre Hospitalier Versaille DU Prise en charge des urgences médico-chirurgicales Décembre 2014

Méningites bactériennes. Dr Grimaldi PH Réanimation Centre Hospitalier Versaille DU Prise en charge des urgences médico-chirurgicales Décembre 2014 Méningites bactériennes Dr Grimaldi PH Réanimation Centre Hospitalier Versaille DU Prise en charge des urgences médico-chirurgicales Décembre 2014 Introduction Pathologie grave mais rare But : ne pas manquer

Plus en détail

Apport de l IRM dans l encéphalopathie postérieure réversible de l éclampsie A propos de six cas. Service Central de Radiologie, Casablanca, Maroc

Apport de l IRM dans l encéphalopathie postérieure réversible de l éclampsie A propos de six cas. Service Central de Radiologie, Casablanca, Maroc Apport de l IRM dans l encéphalopathie postérieure réversible de l éclampsie A propos de six cas I. Mimouni, S. Lezar, F. Essodegui, W. Zamiati, at A. Adil Service Central de Radiologie, Casablanca, Maroc

Plus en détail

CAS CLINIQUE

CAS CLINIQUE CAS CLINIQUE Un chauffard âgé de 21ans victime d un AVP a consulte aux urgences. L examen :victime en bon état de conscience. Pas d ATCD pathologique notable. Pas de prise médicamenteuse. Tension artérielle

Plus en détail

Les points clés de la RPC pour les encéphalites infectieuses

Les points clés de la RPC pour les encéphalites infectieuses Les points clés de la RPC pour les encéphalites infectieuses Le comité scientifique multidisciplinaire: Ph. Azouvi, T. De Broucker, F. Bruneel, X. Duval, B. Fantin, N. Girard, J.L. Hermann, J. Honnorat,

Plus en détail

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY A quoi sert l imagerie conventionnelle dans le diagnostic

Plus en détail

Prise en charge des encéphalites en France métropolitaine

Prise en charge des encéphalites en France métropolitaine Prise en charge des encéphalites en France métropolitaine Une RPC de la SPILF et de ses partenaires Déclaration de liens d intérêt avec les industries de santé en rapport avec le thème de la présentation

Plus en détail

Post Malaria Neurological Syndrome : quatre nouveaux cas et une clarification nosologique

Post Malaria Neurological Syndrome : quatre nouveaux cas et une clarification nosologique Post Malaria Neurological Syndrome : quatre nouveaux cas et une clarification nosologique Y. Tamzali 1, E. Haddad 1, H. Guillot 1, E. Caumes 1, S.Jauréguiberry 1 1 Service des Maladies Infectieuses et

Plus en détail

0 1,1*,7(6 (7 0 1,1*2Ǖ(1& 3+$/,7(6 QRM

0 1,1*,7(6 (7 0 1,1*2Ǖ(1& 3+$/,7(6 QRM Énoncés UE6/N 148 1. QRM Quelles sont les 3 bactéries les plus fréquemment rencontrées au cours des méningites bactériennes aiguës de l adulte? a. Staphylococcus aureus b. Streptococcus pneumoniae c. Neisseria

Plus en détail

Fiche ED5 : Méningites et méningoencéphalites

Fiche ED5 : Méningites et méningoencéphalites Fiche ED5 : Méningites et méningoencéphalites I) Pré- requis 1) Définition Méningite (infectieuse) : infection par un micro- organisme du LCR. Caractérisée par un syndrome méningé (=raideur de la nuque,

Plus en détail

Cherchez la petite bête. Cas Clinique ARCO Juin 2012

Cherchez la petite bête. Cas Clinique ARCO Juin 2012 Cherchez la petite bête Cas Clinique ARCO Juin 2012 Monsieur X. 56 ans Motif d admission : troubles de la vigilance Antécédents Herpès labial récurrent Arthroscopie / ligaments croisés genou droit (A-12)

Plus en détail

«J ai mal à la tête, Docteur» Priam 01/12/05 L. PICHAT AJ. BARAZA

«J ai mal à la tête, Docteur» Priam 01/12/05 L. PICHAT AJ. BARAZA «J ai mal à la tête, Docteur» Priam 01/12/05 L. PICHAT AJ. BARAZA CEPHALEES Prévalence estimée à + de 90% dans la population occidentale Motif de 4% des passages dans les services d urgence International

Plus en détail

Question 1 Quels éléments cliniques complémentaires recherchez vous?

Question 1 Quels éléments cliniques complémentaires recherchez vous? Mme P, 30 ans, vous consulte, via les urgences, pour des difficultés à la marche évoluant depuis 10 jours et apparues sur 3 jours. Cette patiente a comme principal antécédent une cardiopathie emboligène

Plus en détail

Approche diagnostique et thérapeutique de l encéphalite herpétique

Approche diagnostique et thérapeutique de l encéphalite herpétique Approche diagnostique et thérapeutique de l encéphalite herpétique Y.Yazdanpanah, MD, PhD INSERM, Atip/avenir U738, Univ Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité, France Service des maladies infectieuses et

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de méningo-encéphalite infectieuse

Conduite à tenir en cas de méningo-encéphalite infectieuse Conduite à tenir en cas de méningo-encéphalite infectieuse Hervé Dutronc Service de Maladies infectieuses et tropicales Hôpital Pellegrin Bordeaux 4 Février 2016 Définition Affection inflammatoire du tissu

Plus en détail

INTERET DE LA VACCINATION ANTI ROUGEOLEUSE A PROPOS D UNE OBSERVATION

INTERET DE LA VACCINATION ANTI ROUGEOLEUSE A PROPOS D UNE OBSERVATION INTERET DE LA VACCINATION ANTI ROUGEOLEUSE A PROPOS D UNE OBSERVATION Mémoire d AFS de Médecine Interne Présentée par : M r RAVELOSON Freddie H.R. Président : Professeur Olivier AUMAITRE Juges : Professeur

Plus en détail

M. CHAABOUNI, S. HADDAR, S. CHAABOUNI, H. ABID, C. DABBECH, H. NEJI, K. BEN MAHFOUUDH, J. MNIF Service d imagerie médicale-chu Habib

M. CHAABOUNI, S. HADDAR, S. CHAABOUNI, H. ABID, C. DABBECH, H. NEJI, K. BEN MAHFOUUDH, J. MNIF Service d imagerie médicale-chu Habib M. CHAABOUNI, S. HADDAR, S. CHAABOUNI, H. ABID, C. DABBECH, H. NEJI, K. BEN MAHFOUUDH, J. MNIF Service d imagerie médicale-chu Habib Bourguiba-Sfax-Tunisie Introduction L encéphalomyélite aiguë disséminée

Plus en détail

État de mal épileptique

État de mal épileptique Pr. V. Castelain Service de Réanimation Médicale Hôpital Hautepierre Les Hôpitaux Universitaires de de STRASBOURG Réan. Réan. Urg. Urg. 1995: 1995: 4; 4; 387-396 Définitions (1) : OMS Conférence de consensus

Plus en détail

Les HERPES VIRIDAE. Elina TEICHER Médecine Interne Hôpital Kremlin Bicêtre

Les HERPES VIRIDAE. Elina TEICHER Médecine Interne Hôpital Kremlin Bicêtre Les HERPES VIRIDAE Elina TEICHER Médecine Interne Hôpital Kremlin Bicêtre CLASSIFICATION Virus à ADN, bicaténaire Alpha herpes virus, réplication rapide et affinité pour le système nerveux : HSV1 & HSV2

Plus en détail

MILIAIRE TUBERCULEUSE «MT» ADILA.F Service de pneumologie (Pr HAOUICHAT.H) Hôpital central de l armée Destiné aux étudiants de 4éme année de médecine

MILIAIRE TUBERCULEUSE «MT» ADILA.F Service de pneumologie (Pr HAOUICHAT.H) Hôpital central de l armée Destiné aux étudiants de 4éme année de médecine MILIAIRE TUBERCULEUSE «MT» ADILA.F Service de pneumologie (Pr HAOUICHAT.H) Hôpital central de l armée Destiné aux étudiants de 4éme année de médecine Objectifs : 1)Savoir poser le diagnostic de miliaire

Plus en détail

Les méningites purulentes

Les méningites purulentes Les méningites purulentes Définition : - inflammation des méninges d origine infectieuse - syndrome infectieux et méningé - LCR trouble ou purulent peut être clair au début - Céllularité 10 éléments riche

Plus en détail

Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé. Besançon, le 28 mars 2008

Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé. Besançon, le 28 mars 2008 Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé Besançon, le 28 mars 2008 Paradoxe Difficulté diagnostique «Facilité de traitement» Rappel : cellules cérébrales Organisation globale Tissu nerveux «fonction

Plus en détail

Conduite à tenir devant une crise convulsive de l enfant

Conduite à tenir devant une crise convulsive de l enfant Conduite à tenir devant une crise convulsive de l enfant Dr Vanina Bellavoine Neurologie Pédiatrique Hopital Robert Debré, APHP, Paris 12 Décembre 2013 Crises convulsives Le médecin Reconnaître la crise?

Plus en détail

Bronchiolite : nouvelles recommandations. Marion BAZIARD / DES de Médecine Générale

Bronchiolite : nouvelles recommandations. Marion BAZIARD / DES de Médecine Générale Bronchiolite : nouvelles recommandations Marion BAZIARD / DES de Médecine Générale 7 Avril 2015 2 nouvelles références en 2014 «Saisissez une citation ici.» Arch Pediatr. 2014 Jan;21(1):53-62 «Saisissez

Plus en détail

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Jeune femme de 25 ans, enceinte de 3 mois d une première grossesse Se présente

Plus en détail

18/02/10 EPILEPSIE PLAN. 1 Rappel anatomique. 2 Différents types de crises d épilepsies. 3 Causes et évolution. 4 Etat de mal épileptique

18/02/10 EPILEPSIE PLAN. 1 Rappel anatomique. 2 Différents types de crises d épilepsies. 3 Causes et évolution. 4 Etat de mal épileptique PLAN EPILEPSIE Dr P. KERSCHEN Service de Neurologie - Hôpital Henri Mondor 1 Rappel anatomique 2 Différents types de crises d épilepsies 3 Causes et évolution 4 Etat de mal épileptique 1 Rappel anatomique

Plus en détail

Maladie de Creutzfeldt-Jakob chez une patiente séropositive pour le VIH

Maladie de Creutzfeldt-Jakob chez une patiente séropositive pour le VIH M-36 Maladie de Creutzfeldt-Jakob chez une patiente séropositive pour le VIH C. Wemmert 1, A. Therby 1, B. Crépon 2, R. Meckenstock 1, F. Gray 3, P. Pencalet 4, A. Greder-Belan 1 1 Médecine interne et

Plus en détail

UE 4. Perception, système nerveux, revêtement cutané

UE 4. Perception, système nerveux, revêtement cutané UE 4 Perception, système nerveux, revêtement cutané Item n 95 Polyradiculonévrite aiguë inflammatoire (syndrome de guillain barré) diagnostiquer un syndrome de Guillain Barré identifier les situations

Plus en détail

Epilepsies. Cas particulier chez le sujet âgé

Epilepsies. Cas particulier chez le sujet âgé Epilepsies Cas particulier chez le sujet âgé Epilepsies : Généralités Epilepsie Gériatrie Epilepsies : Définitions Crise d épilepsie : manifestations cliniques dues à décharge anormale hypersynchrone de

Plus en détail

Je pourrais m appeler Julie

Je pourrais m appeler Julie Je pourrais m appeler Julie Thierry LHERM, Amandine LEBRUN, Olivier GONTIER, Juliette AUDIBERT, Kader OUCHENIR, Alexandre CONIA, Mouldi HAMROUNI, Pierre KALFON Réanimation, CHARTRES (28) Conflits d intérêts

Plus en détail

Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé. Paradoxe. Rappel : cellules cérébrales. Besançon. Difficulté diagnostique. «Facilité de traitement»

Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé. Paradoxe. Rappel : cellules cérébrales. Besançon. Difficulté diagnostique. «Facilité de traitement» Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé Besançon Paradoxe Difficulté diagnostique «Facilité de traitement» Rappel : cellules cérébrales Organisation globale Tissu nerveux «f onction neurologique»

Plus en détail

MENINGITES INFECTIEUSES

MENINGITES INFECTIEUSES MENINGITES INFECTIEUSES 23/09/09 Mlle Daumas Infectieux I. Méningite infection, définition : II. Clinique A. Les signes de gravité B. Rechercher C. Analyse du LCR : ponction lombaire D. Après la PL E.

Plus en détail

Accident ischémique transitoire : un syndrome de menace pour le cerveau. V LAUER, Unité Neuro-Vasculaire 25 Septembre 2008

Accident ischémique transitoire : un syndrome de menace pour le cerveau. V LAUER, Unité Neuro-Vasculaire 25 Septembre 2008 Accident ischémique transitoire : un syndrome de menace pour le cerveau V LAUER, Unité Neuro-Vasculaire 25 Septembre 2008 Cas Clinique 1 Patiente de 42 ans Facteurs de risque : tabac, contraception orale,

Plus en détail

Conduite àtenir devant une. convulsion chez l enfant. Dr S. NAFA

Conduite àtenir devant une. convulsion chez l enfant. Dr S. NAFA Conduite àtenir devant une convulsion chez l enfant Dr S. NAFA Définitions Convulsion contractures musculaires involontaires toniques ou cloniques et de durée variable Crise épileptique phénomène paroxystique

Plus en détail

MENINGITES INFECTIEUSES. DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN Cours IFSI

MENINGITES INFECTIEUSES. DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN Cours IFSI MENINGITES INFECTIEUSES DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN Cours IFSI MENINGITE INFECTIEUSE DEFINITION Inflammation des méninges d origine infectieuse Les méninges sont les membranes protectrices qui enveloppent

Plus en détail

Cas clinique. SAU Thionville

Cas clinique. SAU Thionville Cas clinique SAU Thionville Mme O, 64 ans, pas d ATCD particulier Adressée par MT pour céphalées, cervicalgies et déficit moteur du membre supérieur gauche En fait : céphalée datant d il y a 6 jours A

Plus en détail

Les choses ne sont jamais ce qu elles paraissent... Christian Dimitriu

Les choses ne sont jamais ce qu elles paraissent... Christian Dimitriu Les choses ne sont jamais ce qu elles paraissent... Christian Dimitriu cas 1 patiente de 39 ans, femme au foyer origine africaine depuis 3 semaines une hémiparésie droite d aggravation progressive au moment

Plus en détail

L INFECTION MATERNO-FOETALE A CHIKUNGUNYA EN POLYNESIE FRANÇAISE,

L INFECTION MATERNO-FOETALE A CHIKUNGUNYA EN POLYNESIE FRANÇAISE, L INFECTION MATERNO-FOETALE A CHIKUNGUNYA EN POLYNESIE FRANÇAISE, 2014-15 Besnard M 1, Lastère S 2, Kuo P 1, Pawlotsky F 1, Darteyre S 1, Guyot D 1, Elie V 3, Jacqz-Aigrain E 3, Lévy M 2, Mallet HP 3,

Plus en détail

Céphalées de l enfant aux urgences pédiatriques

Céphalées de l enfant aux urgences pédiatriques Céphalées de l enfant aux urgences pédiatriques Dr Dahmane Nabila Service de pédiatrie, CHU Bab El Oued 10 ème congrès de lutte contre la douleur 8-9 Octobre 2015, Hôtel El Aurassi Introduction Quelle

Plus en détail

CRISE CONVULSIVE HYPERTHERMIQUE

CRISE CONVULSIVE HYPERTHERMIQUE CRISE CONVULSIVE HYPERTHERMIQUE Dr Céline FARGES Définition de la crise convulsive hyperthermique : La convulsion fébrile est définie «comme une affection du nourrisson ou de l enfant qui survient entre

Plus en détail

Quelles sont les maladies apparentées à la maladie d Alzheimer et comment les reconnaitre? MOOC Alzheimer FUN Session 1 Support.

Quelles sont les maladies apparentées à la maladie d Alzheimer et comment les reconnaitre? MOOC Alzheimer FUN Session 1 Support. ALZHEIMER : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir. Joël Belmin UPMC Programme TIL Joël Belmin Les maladies apparentées «Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l Alzheimer sans avoir pu le

Plus en détail

céphalées définition interrogatoire Examen clinique Etiologies des céphalées aigues/subaiguës Douleur de l extrémité céphalique et faciale

céphalées définition interrogatoire Examen clinique Etiologies des céphalées aigues/subaiguës Douleur de l extrémité céphalique et faciale définition céphalées Douleur de l extrémité céphalique et faciale Toute céphalée n est pas une migraine+++ interrogatoire Début : brutal? À l effort? Signes d accompagnements : nausées, signes neurologiques+++,oculaires,

Plus en détail

Meningite à liquide clair de l adulte

Meningite à liquide clair de l adulte Meningite à liquide clair de l adulte (contexte: Asie du Sud Est) Dr Valy Keoluangkhot 1 Définition Tableau clinique de méningite aigue : Triade classique (présente dans 50-60%) fièvre, céphalée : début

Plus en détail

Cas clinique Dr Ben Brahim Hajer Service des Maladies Infectieuses EPS Fattouma-Bourguiba Sousse-23/09/11.

Cas clinique Dr Ben Brahim Hajer Service des Maladies Infectieuses EPS Fattouma-Bourguiba Sousse-23/09/11. Cas clinique Dr Ben Brahim Hajer Service des Maladies Infectieuses EPS Fattouma-Bourguiba Sousse-23/09/11 Un homme, âge de 74 ans, a été adressé au neurochirurgien pour canal lombaire étroit occasionnant

Plus en détail

INTÉRÊT DE L IMAGERIE DE DIFFUSION DANS L ENCÉPHALOMYÉLITE AIGUE DISSÉMINÉE (ADEM) DE L ENFANT

INTÉRÊT DE L IMAGERIE DE DIFFUSION DANS L ENCÉPHALOMYÉLITE AIGUE DISSÉMINÉE (ADEM) DE L ENFANT INTÉRÊT DE L IMAGERIE DE DIFFUSION DANS L ENCÉPHALOMYÉLITE AIGUE DISSÉMINÉE (ADEM) DE L ENFANT S BEN AICHA,F EL OUNI,H MOULAHI,N ARIFA, S HADDAD, H JEMNI,K TLILI CHU SAHLOUL,SOUSSE,TUNISIE DEFINITION L

Plus en détail

Formes évolutives [3], [23], [24], [25], [26], [27]

Formes évolutives [3], [23], [24], [25], [26], [27] Formes évolutives [3], [23], [24], [25], [26], [27] L'âge de début habituel de la SEP est entre 20 et 40 ans et il y a 1,7 femme atteintes pour 1 homme. Mais il a été décrit des formes à début très précoce

Plus en détail

L AVC : une urgence pédiatrique aussi. Stéphane Chabrier & Manoëlle Kossorotoff

L AVC : une urgence pédiatrique aussi. Stéphane Chabrier & Manoëlle Kossorotoff L AVC : une urgence pédiatrique aussi Stéphane Chabrier & Manoëlle Kossorotoff L AVC de l enfant : une triple spécificité Spécificité épidémiologique Spécificité étiologique artériopathie ++ cardioembolie

Plus en détail

Dossier de neuroradiologie SFR Rhône Alpes Juin 2017

Dossier de neuroradiologie SFR Rhône Alpes Juin 2017 Dossier de neuroradiologie SFR Rhône Alpes Juin 2017 Dr Porta Basile IMADIS TELERADIOLOGIE 24/06/2017 Un détenu en détresse Patient de 71 ans adressé pour suspicion d AVC thrombolysable Hémiparésie gauche

Plus en détail

MPR et Sclérose En Plaques

MPR et Sclérose En Plaques COLLEGE FRANÇAIS DES ENSEIGNANTS UNIVERSITAIRES DE MEDECINE PHYSIQUE ET DE READAPTATION ENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE DE MEDECINE PHYSIQUE ET DE READAPTATION MPR et Sclérose En Plaques Pr Sophie JACQUIN-COURTOIS

Plus en détail

Cas cliniques. Journées Françaises de Neuroradiologie /04/2015

Cas cliniques. Journées Françaises de Neuroradiologie /04/2015 Cas cliniques Journées Françaises de Neuroradiologie 08-09-10/04/2015 Présentés par Frédéric SEITA Interne DES Radiodiagnostic et interventionnel au CHU de Caen Sous la responsabilité du Docteur Apolline

Plus en détail

Un Hollandais mordu d Alsace. Joy Mootien & Victor Balvay Réanimation médicale de Mulhouse

Un Hollandais mordu d Alsace. Joy Mootien & Victor Balvay Réanimation médicale de Mulhouse Un Hollandais mordu d Alsace Joy Mootien & Victor Balvay Réanimation médicale de Mulhouse S.H 64 ans Marié, 3 enfants Ancien chef d entreprise Splénectomie, vagotomie Pas de traitement Pas d autres voyages

Plus en détail

Prévention des infections associées aux soins : La Varicelle. RRH 2012 Dr DELHOMME

Prévention des infections associées aux soins : La Varicelle. RRH 2012 Dr DELHOMME Prévention des infections associées aux soins : La Varicelle RRH 2012 Dr DELHOMME Agent responsable : Virus Varicelle Zona (ou Varicelle Zoster Virus) Virus à ADN de la Famille Herpesviridae Réservoir

Plus en détail

SCLEROSE EN PLAQUES ETIOLOGIE S PHYSIOPATHOLOGIE. PHYSIOPATHOLOGIE Touche la substance blanche 19/05/2010

SCLEROSE EN PLAQUES ETIOLOGIE S PHYSIOPATHOLOGIE. PHYSIOPATHOLOGIE Touche la substance blanche 19/05/2010 SCLEROSE EN PLAQUES EPIDEMIOLOGIE Prévalence: 25 à 60/100000 en France 2000 nouveaux cas/an en France F/H = 3/1 Début entre 20 et 40 ans= 70% des cas Gradient Nord-Sud Dr Marie Théaudin-Saliou PH neurologie

Plus en détail

Atteinte inflammatoire et critères diagnostiques de SEP

Atteinte inflammatoire et critères diagnostiques de SEP «La substance blanche à travers les âges» Samedi 12 Mai 2012 Atteinte inflammatoire et critères diagnostiques de SEP Thomas Tourdias 1, 2 (1) Service de NeuroImagerie Diagnostique et Thérapeutique, CHU

Plus en détail

Infections à Virus Herpès (herpès, varicelle, zona) Dr Patrick Miailhes

Infections à Virus Herpès (herpès, varicelle, zona) Dr Patrick Miailhes Infections à Virus Herpès (herpès, varicelle, zona) Dr Patrick Miailhes Service de Maladies Infectieuses et tropicales, Hôpital de la Croix-Rousse, Lyon Généralités Caractères res communs à tous les virus

Plus en détail

La crise tonico-clonique généralisée ou «grand mal»

La crise tonico-clonique généralisée ou «grand mal» L EPILEPSIE DEFINITION : Affection neurologique se manifestant par des crises. Elle est l expression d un fonctionnement anormal, aigu et transitoire de l activité électrique du cerveau. Ces crises sont

Plus en détail

Hypertension intra-crânienne

Hypertension intra-crânienne Hypertension intra-crânienne Introduction Les hémisphères cérébraux et cérébelleux: contenus par des structures méningées dure-mériennes (faux du cerveau, tente du cervelet) au sein d une boite crânienne

Plus en détail

IMAGERIE DES HEMORRAGIES MENINGEES (3)

IMAGERIE DES HEMORRAGIES MENINGEES (3) IMAGERIE DES HEMORRAGIES MENINGEES (3) DEFINITION Hémorragie localisée aux espaces sous-arachnoïdiens du cerveau, et plus rarement aux espaces péri-médullaires. ETIOLOGIE fréquence : 5 habitants âge maximum

Plus en détail

TRAITEMENT DES MENINGITES BACTERIENNES. (Hors Antibiothérapie)

TRAITEMENT DES MENINGITES BACTERIENNES. (Hors Antibiothérapie) TRAITEMENT DES MENINGITES BACTERIENNES (Hors Antibiothérapie) Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Limoges Septembre 2009 CORTICOTHERAPIE Rationnel Avantages: Réduction de l inflammation des espaces

Plus en détail

Méningites & méningoencéphalites. chez le nourrisson et l enfant. Dr Yoann Huguenin Pédiatrie CHU Bordeaux

Méningites & méningoencéphalites. chez le nourrisson et l enfant. Dr Yoann Huguenin Pédiatrie CHU Bordeaux Méningites & méningoencéphalites infectieuses chez le nourrisson et l enfant Dr Yoann Huguenin Pédiatrie CHU Bordeaux N 148. Méningites, méningoencéphalites chez l'adulte et l'enfant - Connaître l'épidémiologie

Plus en détail

Aucune maladie n'est trop rare pour ne pas mériter attention

Aucune maladie n'est trop rare pour ne pas mériter attention 1 sur 9 12/02/2013 12:21 Orphanet version 4.9.17 - Dernière mise à jour : 2013-02-11 Aucune maladie n'est trop rare pour ne pas mériter attention Synonymes : Migraine avec aura motrice Définition : - La

Plus en détail

Déficit neurologique récent

Déficit neurologique récent 33 Item 192 Déficit neurologique récent I. LIMITES DU CHAPITRE II. CLÉS DU DIAGNOSTIC NEUROLOGIQUE III. DÉFICIT FOCAL CENTRAL TRANSITOIRE IV. DÉFICIT NEUROLOGIQUE CENTRAL CONSTITUÉ V. PARAPLÉGIE ET TÉTRAPLÉGIE

Plus en détail

Interpréter les biomarqueurs du sepsis en SAU D R P O M M I E R P H I L I P P E P Ô L E U R G E N C E S S A M U S M U R C H U D E G R E N O B L E

Interpréter les biomarqueurs du sepsis en SAU D R P O M M I E R P H I L I P P E P Ô L E U R G E N C E S S A M U S M U R C H U D E G R E N O B L E Interpréter les biomarqueurs du sepsis en SAU D R P O M M I E R P H I L I P P E P Ô L E U R G E N C E S S A M U S M U R C H U D E G R E N O B L E Problématique Etat septique sévère (SS et CS) : 30 à 60

Plus en détail

Les Accidents Vasculaires Cérébraux

Les Accidents Vasculaires Cérébraux Semestre des urgences médico-chirurgicales Semestre des Cours urgences de 6 ème médico-chirurgicales année médecine Cours de Promotion 6 ème année 2016 médecine 2017 Promotion 2016 2017 Les Accidents Vasculaires

Plus en détail

Juste un virus. N.PANIGOT Service de Réanimation Médicale C.H.U. Hautepierre Strasbourg

Juste un virus. N.PANIGOT Service de Réanimation Médicale C.H.U. Hautepierre Strasbourg Juste un virus N.PANIGOT Service de Réanimation Médicale C.H.U. Hautepierre Strasbourg Histoire de la maladie Mlle A, 25 ans Antécédents: - TC lors d un AVP en 2010 - Herpès labial et nasal - Tabagisme

Plus en détail

Les particularites des affections respiratoires aigues des enfents immunodeprimes,la. herpetiques

Les particularites des affections respiratoires aigues des enfents immunodeprimes,la. herpetiques Les particularites des affections respiratoires aigues des enfents immunodeprimes,la base des infections herpetiques Tamara Turcanu, chef de la Section Maladies Respiratoires Aiguës, l Hôpital Clinique

Plus en détail

Caractéristiques IRM de la Leuco-Encéphalopathie Multifocale Progressive :

Caractéristiques IRM de la Leuco-Encéphalopathie Multifocale Progressive : Caractéristiques IRM de la Leuco-Encéphalopathie Multifocale Progressive : Revue de 11 cas Havez M, Bocquet J, Mouries A, Tourdias T, Molinier S, Eimer S, Dousset V Service de neuro imagerie diagnostique

Plus en détail

LES TRAUMATISMES CRANIO ENCEPHALIQUES

LES TRAUMATISMES CRANIO ENCEPHALIQUES LES TRAUMATISMES CRANIO ENCEPHALIQUES Stéphane LITRICO nathalie Service de Neurochirurgie Hôpital Pasteur Épidémiologie Première cause d admission aux urgences 57 000 hospitalisations / an Accident de

Plus en détail

Dr Maitre Olivier Méningite Promotion DU Date d intervention : mars 2012

Dr Maitre Olivier Méningite Promotion DU Date d intervention : mars 2012 Dr Maitre Olivier Méningite Promotion DU 2011-2012 Date d intervention : mars 2012 «Ce document est la propriété de son (ses) auteur(s) respectif(s). Toute reproduction, représentation, diffusion, vente

Plus en détail

Les comas non traumatiques

Les comas non traumatiques Les comas non traumatiques Insuffisance Cérébrale Défaillance cérébrale globale Trouble de la conscience F. Damas Unité de Soins Intensifs CHR de la Citadelle Définitions Coma Obnubilation Stupeur Coma:

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE DES MENINGITES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE - Cas clinique. Dr Pierre-Julien ROGEZ SAU CHR G.

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE DES MENINGITES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE - Cas clinique. Dr Pierre-Julien ROGEZ SAU CHR G. ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE DES MENINGITES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE - Cas clinique Dr Pierre-Julien ROGEZ SAU CHR G. DRON TOURCOING Histoire de la maladie Priscilla, 20 ans, consultant

Plus en détail

MALADIES VIRALES DU CHIEN

MALADIES VIRALES DU CHIEN MALADIES VIRALES DU CHIEN Pathologie des maladies virales Chapitre 7 1 MALADIES VIRALES GÉNÉRALISÉES CHEZ LE CHIEN Pathologie des maladies virales, Chapitre 7.7. 2 La maladie de Carré Morbillivirus Virus

Plus en détail

Encéphalites infectieuses en France

Encéphalites infectieuses en France Encéphalites infectieuses en France J.P. Stahl UJF et CHU Grenoble A. Mailles Institut de Veille Sanitaire, Paris Contexte Séquelles à court et long terme très peu étudiées sauf pour herpès simplex En

Plus en détail

NEUROSARCOIDOSE A LOCALISATION THALAMIQUE. A PROPOS D UN CAS

NEUROSARCOIDOSE A LOCALISATION THALAMIQUE. A PROPOS D UN CAS NEUROSARCOIDOSE A LOCALISATION THALAMIQUE. A PROPOS D UN CAS N. Cherif Idrissi El Ganouni 1, M. Ouali Idrissi 1, A.Benhaddou 1, T. Abou El Hassan 2, O. Essadki 1, A. Ousehal 1 1 : Service de Radiologie,

Plus en détail

Observation de l enfant

Observation de l enfant SI en pédiatrie Cours de Mme Mariani Le 12.12.2008 Observation de l enfant Importance de l IAO pour prioriser les soins Aspect Conscience Tonicité coloration Mobilité, attitude humeur corpulence État d

Plus en détail

Virus et grossesse VZV et HSV

Virus et grossesse VZV et HSV Virus et grossesse VZV et HSV DES Île de France Cas Clinique n 6 En début de grossesse (2 sem. d aménorrhée) une femme a rencontré il y a deux jours un enfant suspect de varicelle. Son médecin traitant

Plus en détail

MÉNINGITE - ENCEPHALITE

MÉNINGITE - ENCEPHALITE MÉNINGITE - ENCEPHALITE SOMMAIRE DÉFINITION... 2 PHYSIOPATHOLOGIE... 2 Primitive...2 Secondaire...2 CLINIQUE... 2 Signes fonctionnels...2 Syndrome méningé...2 Syndrome infectieux...2 Signes physiques...2

Plus en détail

«Ce n est pas les médecins qui nous manquent, c est la médecine»"

«Ce n est pas les médecins qui nous manquent, c est la médecine» «Ce n est pas les médecins qui nous manquent, c est la médecine»" MONTESQUIEU! Jeudi 4 mars 2016" Jacquier Sophie" " " MADAME H. 23 ANS Antécédents personnels :" Appendicectomie" Avulsion des dents de

Plus en détail