L INTERNET AU SERVICE DES OPERATIONS BANCAIRES ET FINANCIERES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L INTERNET AU SERVICE DES OPERATIONS BANCAIRES ET FINANCIERES"

Transcription

1 UNIVERSITE PANTHEON-ASSAS (PARIS II) Droit- Economie- Sciences sociales L INTERNET AU SERVICE DES OPERATIONS BANCAIRES ET FINANCIERES Thèse pour le Doctorat en Droit (Arrêté du 30 mars 1992 modifié par l arrêté du 25 avril 2002) Présentée et soutenue publiquement le 17 mars 2006 devant le jury de l Université Panthéon-Assas (Paris II) par Georges Daladier ABI-RIZK JURY Directeur de recherche : Membres du jury : Monsieur Thierry BONNEAU Professeur à l Université Panthéon-Assas (Paris II) Monsieur Michel CASTEL Directeur des établissements de crédit et des entreprises d investissement à la Banque de France Monsieur Jean - Jacques DAIGRE Professeur à l Université Panthéon-Sorbonne (Paris I) Monsieur Luc GRYNBAUM Professeur à l Université René Descartes (Paris V) Monsieur Jérôme HUET Professeur à l Université Panthéon-Assas (Paris II)

2 L UNIVERSITE PANTHEON-ASSAS (PARIS II) Droit Economie Sciences Sociales n entend donner aucune approbation ni improbation aux opinions émises dans les thèses, ces opinions devront être considérées comme propres à leurs auteurs. II

3 RESUME Le secteur des services bancaires et financiers se voit aujourd hui être le théâtre d une concurrence exacerbée entre les établissements de crédits, désireux d'adjoindre l Internet à leur arsenal de techniques commerciales et de partir à la conquête du client internaute. La prise en compte de la réalité et des potentialités économiques d un marché «virtuel» par le législateur européen l a conduit à chercher à en assurer le bon fonctionnement et à développer des outils pour parvenir à cette fin. Ainsi, la directive sur le «commerce électronique», favorable aux prestataires de services, est-elle venue garantir la liberté et la légalité de l offre de services financiers en ligne sur la base du principe de la loi du pays d origine. L Internet ne modifie pas, pour autant, les obligations naturelles qui pèsent sur les établissements de crédit mais autorise la possibilité de répondre aux attentes du marché tant en matière de sécurité technique et juridique des transactions que d innovations en ce qui concerne les moyens de paiement. Le bon fonctionnement du marché résulte, en outre, d une faculté à résoudre les différends qu il génère. Les litiges «électroniques bancaires», à forte consonance internationale, s accommodent mal des voies traditionnelles de résolution et l Internet devrait permettre l émergence de modes alternatifs. La protection du consommateur de services bancaires et financiers est également au centre des priorités du législateur dont l objectif est de gagner la confiance. En premier lieu, l Internet est à l origine d évolutions juridiques majeures autorisant la dématérialisation des contrats, tout en préservant dans une certaine mesure les garanties protectrices du consommateur traditionnellement dévolues à l écrit. En deuxième lieu, la directive sur la commercialisation des services financiers à distance a rééquilibré les relations entre l établissement de crédit et le consommateur au moyen d une information substantielle ainsi que d un certain nombre de droits exorbitants qui lui sont accordés. En troisième lieu, de tels droits sont pareillement consentis au consommateur quant il s agit de la collecte et du traitement de ses données personnelles à caractère financier ; le législateur cède alors le relais aux autorités de contrôle dont l action reste le meilleur gage de la bonne foi des établissements de crédit. In fine, l articulation des différents textes applicables à la prestation de services bancaires et financiers en ligne offre au consommateur une protection cohérente. III

4 PLAN SOMMAIRE PREMIERE PARTIE LA PRESTATION DE SERVICES BANCAIRES ET FINANCIERS SUR L INTERNET ET LE BON FONCTIONNEMENT DU MARCHE TITRE 1 : La clause de marché intérieur comme fondement de la libre prestation de services bancaires et financiers sur l Internet Chapitre 1 er : Portée de la clause de marché intérieur Chapitre 2 : L impact de la clause de marché intérieur Titre II La sécurité technique et juridique des opérations bancaires et financières sur l Internet Chapitre 1 er : Cryptologie et facturation par voie électronique comme réponses aux attentes sécuritaires Chapitre 2 : Moyens de paiement en ligne comme nouvelles opportunités pour les établissements bancaires et financiers Titre III - La résolution des litiges internationaux relatifs aux opérations bancaires et financières sur l Internet Chapitre 1 er : Juge compétent et loi applicable aux litiges relatifs aux opérations bancaires et financières sur l Internet Chapitre 2 : Les modes de règlement extrajudiciaire des litiges DEUXIEME PARTIE LA PRESTATION DE SERVICES BANCAIRES ET FINANCIERES SUR L INTERNET ET LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS Titre I : Le formalisme et la preuve des transactions bancaires et financières sur l Internet Chapitre 1 er : Le formalisme lié à la prestation de services bancaires et financiers sur l Internet Chapitre 2 : De quelques exemples de contraintes spécifiques Titre II La réglementation des services bancaires et financiers à distance Chapitre 1 er : La protection du consommateur confrontée à l offre de services bancaires et financiers en ligne Chapitre 2 : L articulation des directives «commerce électronique» et «services financiers à distance» Titre III La protection des données personnelles dans le cadre des opérations bancaires et financières en ligne Chapitre 1 er : La protection par les droits accordés Chapitre 2 : La protection par les obligations imposées IV

5 PRINCIPALES ABREVIATIONS UTILISEES A. et M. Revue auteurs et média BRDA Bulletin rapide de droit des affaires Bull. Bulletin Cass. Arrêt de la Cour de cassation CDE Cahiers de Droit Européen CE Arrêt du Conseil d état Civ. Arrêt de la Cour de cassation (chambre civile) CJCE Arrêt de la Cour de Justice des communautés européennes CNCC Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes CNCC Compagnie nationale des commissaires aux comptes Com. Arrêt de la Cour de cassation (chambre commerciale) Comm. com. électr. Communication, commerce électronique Contrats conc. consom. Contrats, concurrence, consommation D. Recueil Dalloz DAOR Revue Le droit des affaires Het ondernemingsrecht DIT Droit de l Informatique et des Télécoms EUREDIA La Revue Européenne de Droit Bancaire et Financier Gaz. Pal. Gazette du Palais Ibid. Ibidem, au même endroit Inf. rap. Informations Rapides J.-Cl. com. Jurisclasseur de droit commercial J.T. Journal des tribunaux JCP E La semaine juridique. Edition entreprises JCP G La semaine juridique. Edition générale JDI Journal du Droit International JIBL Journal of International Banking Law JO Journal Officiel de la République Française JOCE Journal Officiel de la Communauté européenne JTDE Journal des tribunaux- Droit européen LPA Les petites affiches M.B. Moniteur Belge Op. cit. Opere citato- dans l ouvrage cité OPOCE Office de publication du journal officiel des Communautés européennes remplacé par le Journal Officiel de l'union Européenne RCDIP Revue critique de droit international privé RDAI La Revue de Droit des Affaires Internationales RDBF Revue de Droit Bancaire et de la Bourse devenue Revue de Droit Bancaire et Financier RDC Revue de Droit Commercial belge RDPC Revue de droit pénal et de criminologie RDUE Revue du droit de l Union Européenne Rec. Recueil des arrêts de la CJCE REDC Revue européenne de droit de la consommation. Rép. min. Réponse ministérielle Rép. Répertoire Rev. prat. soc. Revue pratique des sociétés commerciales et civiles V

6 Rev. soc. RGAT RIDC RJDA RLDI RTD civ. RTD com. RTD eur. TGI Revue des sociétés Revue Générale Assurances Terrestres Revue International de Droit Comparé Revue de Jurisprudence de Droit des Affaires Revue Lamy de Doit Immatériel Revue trimestrielle de droit civil Revue trimestrielle de droit commercial Revue trimestrielle de droit européen Tribunal de Grande Instance VI

7 A la mémoire de ceux qui, du Ciel, veillent sur moi : mon père Daladier assassiné le 7 février 1980 dans des circonstances toujours non élucidées, mon grand-père Jim doyen de la famille dont dépend la réussite de toute une génération, et ma grand-mère Widad incarnant le dévouement sous sa plus belle forme, et qui rongée par l amertume, n a pas tardé à répondre à l appel de rejoindre son fils bien-aimé dans son voyage éternel. A mon oncle Elias, l avocat qui a plaidé inlassablement ma cause mais encore celle de mes deux frères, en sacrifiant sa vie, pour la réussite de la notre. A mon frère Antoine, l ami disponible et indéfectible. A ma sœur Dalida, belle par son amour et sa patience inébranlables. VII

8 INTRODUCTION «La technologie comprend trois sortes de problèmes, résultant de trois points de vue sous lesquels les techniques peuvent être envisagées: premièrement, il y a lieu de procéder à la description analytique des arts, tels qu'ils existent à un moment donné dans une société donné...secondement, il y a lieu de rechercher sous quelles conditions, en vertu de quelles lois, chaque groupe de règles entre en jeu, à quelles causes elles doivent leur efficacité pratique...troisièmement, il y a place à une étude du devenir de ces organes eux mêmes, soit qu'elle porte sur la naissance, l'apogée et le déclin de chacun d'eux dans une société donnée, soit qu'elle porte sur l'évolution de toute la série des techniques dans l'humanité...». ESPINAS A., Les Origines de la technologie, Revue philosophique, 1890, II, L innovation technique. La technologie occupe une place prépondérante dans notre quotidien. On examine ici certains aspects d un nouveau né du progrès des techniques : l Internet. Ce dernier constitue le réseau informatique mondial et permet l offre et l utilisation de très nombreux services. Tout particulièrement le commerce sous ses formes les plus variées s est forgé une place incontournable dans ce système ; il est passé à l ère électronique. 2. Le potentiel économique. Tous les organismes privés et les institutions surveillant l évolution du commerce électronique s accordent à lui attribuer une croissance fulgurante depuis les trois dernières années. On trouve, par exemple, une confirmation officielle de cette envolée dans la dernière version du tableau de bord établi par la Mission pour l économie numérique 1. La même évolution peut être déduite des chiffres publiés par l ACSEL 2 : pour le quatrième trimestre 2005, les achats en ligne ont enregistré une hausse de 49% pour un chiffre d affaires de 849,4 millions d euros 3. De même, selon l indice du commerce électronique 1 «Durant l année 2003, l achat en ligne a connu une croissance 2,5 fois plus rapide que celle de la population d internautes, selon les baromètres Multimédia de Médiamétrie. Le nombre d internautes a augmenté de 21 %, passant de 18 millions à 21,8 alors que le nombre d acheteurs en ligne grimpait de 5,4 millions à 8,3 millions d internautes (+54 %)», HEITZMANN R. et DAYAN M., Mission pour l économie numérique, Tableau de bord du commerce électronique, SESSI, 6 ème éd., décembre 2004, disponible sur : 2 L'ACSEL (Association pour le Commerce et les Services En Ligne) est l'organisation française représentative des acteurs du commerce électronique et des services en ligne. Créée en 1980, elle a conduit de nombreuses actions en faveur du développement des services en ligne, en particulier auprès des pouvoirs publics, au profit de l ensemble des catégories d acteurs concernés. Ses adhérents sont des entreprises et organismes : e-commerçants (électronique, produits culturels, voyages, alimentation, produits financiers, etc.), banques, éditeurs, offreurs de solutions. Informations disponibles sur : 3 Atelier groupe BNP Paribas, Commerce en ligne : une progression de 49% sur le marché français, 12 janvier 2006, disponible sur :

9 Introduction 2 publié par la FEVAD 4, les ventes de produits et services sur Internet ont progressé de 45% sur le premier semestre 2005 par rapport à la même période en Effectivement, le nombre des abonnés haut débit a connu une forte augmentation en France pour dépasser 9 millions fin décembre et en Europe les internautes représentent désormais 55% 7 de la population, contribuant ainsi largement au développement du trafic notion clé du commerce en ligne quand on s intéresse au taux de transformation du visiteur en client. Quelle que soit l exactitude des données chiffrées, la tendance est certaine et l on peut réellement dire aujourd hui qu un nouveau canal de distribution est né. Il convient alors d en préciser les contours. 3. Internet et commerce électronique. Selon la définition qu en donne l OCDE, le commerce électronique désigne la vente ou l'achat de biens ou de services effectués par une entreprise, un particulier, une administration ou toute autre entité publique ou privée, et réalisé au moyen d'un réseau électronique 8, fondé sur la transmission de données. Il peut couvrir des activités très diverses, telles que le transfert électronique de fonds, les activités boursières, voire la livraison en ligne d informations numériques Mais le commerce électronique ne se limite pas à l Internet puisqu il inclut également le vidéotex, le téléachat, la vente sur Cd-rom, etc. Pourtant, l Internet occupe sans aucun doute une place prépondérante parmi les éléments du commerce électronique et il présente des caractéristiques propres ; cependant il suscite aussi de nombreuses interrogations quant à la réglementation qui s y applique. On a pu à ce titre entendre parler de «vide juridique en matière d Internet». 4. Internet et vente à distance. En tant que vecteur de commerce électronique, l Internet favorise la conclusion de transactions et, plus précisément, de contrats. Au regard d une taxinomie non contestable ces derniers s inscrivent dans la catégorie des contrats entre 4 La FEVAD (Fédération des Entreprises de la Vente A Distance), rassemble les entreprises qui pratiquent la vente à distance (VAD) de produits et de services, quels que soient la taille et le secteur : vente aux particuliers, vente aux professionnels, vente entre particuliers. La Fevad accueille également, parmi ses adhérents, des sociétés dont l activité est directement liée à la fourniture de biens ou la prestation de services à des entreprises de VAD. Rapport d activité 2005, p. 4, disponible sur : 5 Rédaction ZDNet, E-commerce : croissance de 45% en France au premier semestre, 13 septembre 2005, disponible sur : 6 Atelier groupe BNP Paribas, Haut débit : le Royaume-Uni dépasse la France, 3 janvier 2006, disponible sur : 7 LEBLANC-WOHRER M., A quand une offre plus étoffée?, AGEFI, du 25 novembre au 1 er décembre 2005, p COPPEL J., Le commerce électronique : conséquences et défis pour la politique économique, Document de travail du Département des affaires économiques de l OCDE, 13 juin 2000, disponible sur :

10 Introduction 3 absents ou par correspondance, c est-à-dire dans lesquels les parties (pollicitant et acceptant) sont physiquement éloignées au moment de l acceptation. Les contrats conclus via l Internet ne sont donc pas une nouveauté juridique, la vente par correspondance ayant depuis longtemps contribué à la réglementation de tels contrats. En réalité, l Internet se distingue beaucoup plus de par une accessibilité techniquement facilitée à l offre de contrat que par la permanence de la sollicitation. Ainsi, de prime abord, il n est pas évident qu il justifie juridiquement un traitement particulier : l Internet est d abord et simplement un mode de vente à distance. 5. La banque et l Internet. Les marchés électroniques se caractérisent par une transparence élevée sur les prix. En effet, avec l Internet, la recherche d informations sur les prix est facilitée, certains sites (Shopbots) sont même spécialisés dans la comparaison des offres 9. Les coûts de recherche d information étant plus faibles que sur les marchés physiques, on constate sans grande surprise que les vendeurs en ligne se livrent une concurrence plus intense. Une conséquence de cette concurrence, que l on peut qualifier d exacerbée, mais qui est également un des enjeux fondamentaux de l Internet, est la fidélisation de la clientèle et, corollairement, sa captation. Cette concurrence touche tous les secteurs de l économie, et ceci s est particulièrement vérifié dans le secteur bancaire et financier qui est traditionnellement un des secteurs les plus fidélisants ; l Internet a ainsi permis la naissance de banques dites «100% Internet» comme, par exemple, ING Direct 10 ou Egg 11. Les établissements de crédit plus traditionnels sont donc contraints de concevoir de nouvelles stratégies (multicanal) 12 pour contrer l émergence de ces nouveaux concurrents : une véritable «bataille de l Internet» s est engagée. Le témoignage le plus flagrant en est la stratégie dite «des coûts bas» pratiquée par ces nouvelles banques, dont les infrastructures réduites leur permettent de limiter les charges fixes et donc d être plus concurrentielles. Inversement, l Internet a donné lieu à la conclusion de partenariats entre banques, et même entre banques et acteurs non bancaires. 9 Par exemple le site : 10 Pour plus d informations sur cette banque, nous renvoyons sur : 11 En juillet 2004, la banque britannique a annoncé son retrait du marché français en raison d importantes pertes financières, bien qu elle soit parfaitement rentable en Grande Bretagne : BEKY A., Les œufs sont cuits : Egg se retire du marché français, NetEconomie, Société, 15 juillet 2004, disponible sur : 12 Pour être multicanal, un établissement doit en effet offrir des canaux intégrés, c est-à-dire permettant un échange fluide d informations entre l agence, le téléphone et Internet de telle sorte que tous les chargés de clientèle puissent avoir accès aux mêmes données, et que le client soit en mesure de disposer d une information cohérente quel que soit son mode de contact avec la banque. Ces efforts ont suscité de lourds investissements qui devraient atteindre, pour les acteurs français, 2,3 milliards de dollars en LEBLANC-WOHRER M., La relation clients un défi technologique à relever, AGEFI, du 25 novembre au 1 er décembre 2005, p. 32.

11 Introduction 4 6. L influence. L Internet a bouleversé le marché bancaire et financier mais reste, pour les établissements de crédit, une formidable opportunité. En effet le coût des transactions, traditionnellement réalisées en agence, déjà réduit par la généralisation des guichets automatiques, diminue encore avec l usage de l Internet en raison de l informatisation et de l automatisation des procédés ; de plus, l investissement pour créer et maintenir un site Internet est largement inférieur à celui nécessaire à l ouverture et l entretien d une agence. L Internet a également vu l émergence de nouveaux produits bancaires «sur mesure», réellement adaptés aux besoins du client 13, qui s opposent aux approches bancaires classiques. Au regard de la nouvelle donne de l Internet, dans laquelle se sont engagés les établissements de crédit, certains services bancaires et opérations de banque se sont adaptés au contexte dématérialisé 14. Par exemple, en même temps que sont apparus des services personnalisés fournis en ligne tels que la consultation des comptes, la réalisation d opérations de virement, l édition de relevé d identité bancaire (RIB) et l envoi de relevés de comptes, ont émergé des solutions de paiement en ligne permettant aux professionnels de facturer et d obtenir le paiement des biens ou services fournis directement par le biais de leur site Internet. Par conséquent, l impact de l Internet sur le secteur bancaire et financier est double, puisqu il ne concerne pas que les établissements de crédit, mais affecte également tout le commerce électronique, en tant qu utilisateur de solutions bancaires et financières. 7. Droit bancaire. En d autres termes, l Internet affecte dans son ensemble le droit bancaire, défini selon le Professeur T. BONNEAU, comme un «droit des acteurs et des activités 15». Comme le souligne l auteur, il s agit d un droit des acteurs, car ses textes régissent les conditions d accès et d exercice des activités des établissements de crédit, mais aussi un droit des activités, car il précise celles que peuvent exercer ces mêmes établissements. Certaines activités relèvent du monopole bancaire : il s agit des opérations de banque. D autres opérations et services, qui ne sont pas concernées par ce monopole, pourront être confiées à d autres intermédiaires. Néanmoins, ces derniers sont, de la même manière, touchés par le 13 La banque BNP Paribas, par exemple, a même eu l idée d utiliser les espaces interactifs communément connus sous le nom de «blogs» afin d attirer les jeunes de 18 à 29 ans sur son site pour leur faire connaître l offre de nouveaux produits : HAQUANI S., BNP Paribas surfe sur les «blogs», AGEFI, du 25 novembre au 1 er décembre 2005, p La dématérialisation permet d offrir un service à valeur ajoutée pour les clients et trouve un équilibre économique rapide compte tenu des économies réalisées, par exemple, sur l édition et l expédition des relevés : LEBLANC-WOHRER M., Le cyberclient, un client à rentabiliser, AGEFI, du 25 novembre au 1 er décembre 2005, p BONNEAU T., Droit bancaire, Paris, Montchrestien, 6 ème éd., 2005, n 2, p.5.

12 Introduction 5 phénomène Internet. Ainsi, tout en opérant les distinctions qui s avéreront nécessaires, c est l ensemble de ces services bancaires et financiers qui retiendra notre attention. 8. Services bancaires et financiers. La directive du 23 septembre , relative à la commercialisation à distance de services financiers auprès des consommateurs, transposée par l ordonnance du 6 juin , propose une définition volontairement large de ces services bancaires et financiers ; il s agit, selon elle, de : «tout service ayant trait à la banque, au crédit, à l assurance, aux retraites individuelles, aux investissements et aux paiements 18». On peut constater d emblée une première difficulté au regard du champ d application du Code monétaire et financier. Ce dernier n inclut pas, en effet, les services liés aux assurances ni dans sa définition des opérations de banque de l article L , ni d ailleurs dans celle des services d investissement de l article L , ni enfin dans celles des opérations ou des services connexes envisagés aux articles L et L De telles opérations relèvent de dispositions spécifiques en droit français. Aussi notre étude doit- elle nécessairement se limiter à la conception française des opérations bancaires et financières. 9. L objectif communautaire. Très tôt, les institutions communautaires ont pris conscience des perspectives et du potentiel que représentait ce marché ; ainsi, l objectif avoué de l initiative européenne en matière de commerce électronique précisé dans une communication de la Commission du 18 avril , est clairement de stimuler la croissance du commerce électronique en Europe. La Commission envisage donc dès 1997 de réduire les prix et d instaurer des systèmes de tarification plus souples pour les entreprises afin d améliorer l utilisation de l Internet et, par là, de promouvoir le commerce électronique. Si l on peut affirmer que l Internet s est mis au service des opérations bancaires de telle sorte qu il constitue aujourd hui un nouveau canal de distribution de ces produits, il n en demeure pas moins que des zones d ombres ont accompagné l apparition de ce nouvel outil. Plus particulièrement, en raison de la nature transfrontalière des transactions, la question de la règlementation applicable sur l Internet se pose. Dans un tel contexte, au surplus dominé par le sacro-saint principe de libre circulation des services [de la société de l information], le rôle 16 Directive 2002/65/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 septembre 2002 concernant la commercialisation à distance de services financiers auprès des consommateurs, et modifiant les directives 90/619/CEE du Conseil, 97/7/CE et 98/27/CE. 17 Ordonnance n du 6 juin 2005 relative à la commercialisation à distance de services financiers auprès des consommateurs. 18 Article 2 b) de la directive de Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et social et au Comité des régions, Une initiative européenne dans le domaine du commerce électronique, COM/97/0157 final.

13 Introduction 6 du législateur communautaire, ayant pour but dans ce domaine, comme dans d autres, d établir un cadre réglementaire européen cohérent, est primordial. Ce souci se retrouve de façon continue dans la législation communautaire, notamment à travers la directive sur le commerce électronique du 8 juin «Créer la confiance pour gagner les milieux d affaires et les consommateurs à la cause du commerce électronique», la terminologie employée en 1997 par la Commission se retrouve quasiment inchangée dans la directive de 2000 qui fonde le bon fonctionnement du marché sur un principe de confiance Les acteurs. Deux groupes d acteurs aux intérêts divergents s installent dans la grande balance européenne : d un côté les consommateurs, de l autre les milieux d affaires que l on veut attirer vers le commerce sur l Internet pour en assurer la croissance au moyen d un principe de confiance mutuelle qui, de surcroît, ne concernerait pas seulement les Etats membres. Les premiers à souffrir d un manque de confiance dans la sécurité des services financiers sur l Internet sont les consommateurs ; cette problématique est d ailleurs évoquée dans la directive 2002/65/CE (considérant 3) : «Afin d'assurer la liberté de choix des consommateurs, qui est un droit essentiel de ceux-ci, un niveau élevé de protection des consommateurs est nécessaire pour accroître leur confiance dans la vente à distance». Il est évident que l objectif communautaire premier est de promouvoir un environnement commercial favorable. 11. Problématiques. Si l Internet ne se définit finalement que comme un nouveau support de commercialisation pour le secteur bancaire et financier, comme un cas particulier de vente à distance et un marché dématérialisé, il agit cependant comme un accélérateur des problématiques traditionnelles. En effet il ne fait qu accentuer les risques classiques liés aux services bancaires et financiers en raison de ses adaptations, de ses spécificités, de la rapidité des transactions, et de la concurrence exacerbée : sécurité des opérations, blanchiment d argent, protection du consommateur, toutes ces problématiques ne sont pas récentes certes mais trouvent un nouvel écho avec l Internet. L objectif premier de cette étude est d analyser l impact de cette technique sur la réglementation bancaire et financière, tant communautaire que nationale : la conclusion et l exécution des transactions sont-elles modifiées via l Internet? La spécificité des services bancaires et financiers en ligne nécessite- 20 Directive 2000/31/CE du Parlement européen et du Conseil du 8 juin 2000 relative à certains aspects juridiques des services de la société de l'information, et notamment du commerce électronique, dans le marché intérieur («directive sur le commerce électronique»). 21 Considérant 7 de la directive de 2000.

14 Introduction 7 t-elle une réglementation particulière? Le cas échéant, il s agit d examiner la pertinence des réponses juridiques apportées par le législateur européen et national aux problèmes éventuels liés à la fourniture de ce type de prestations en ligne. Cette étude vise également à déterminer les incertitudes juridiques ainsi que l inadéquation éventuelle de certaines règles dont l application a été envisagée dans un contexte papier au phénomène de l offre des opérations bancaires et financières électroniques. 12. Plan. L analyse de la prestation de services bancaires et financiers en ligne doit donc, pour être exhaustive, prendre en considération tant les intérêts des établissements de crédit que ceux des consommateurs. Techniquement, l Internet permet à un établissement de crédit d offrir ses opérations aux ressortissants de tous les Etats, qu ils soient membres ou tiers. Aussi, la légalité de l offre de contracter de ces établissements, la sécurité des transactions et la résolution des litiges constituent-elles les conditions sine qua non du bon fonctionnement du marché (partie I). Corrélativement, ces opérations seront conclues avec des internautes ; les droits qui leur sont accordés et les obligations imposées à leurs cocontractants, forment un corpus juridique visant à assurer la protection du consommateur (partie II). Première partie : La prestation des services bancaires et financiers sur l Internet et le bon fonctionnement du marché. Deuxième partie : La prestation des services bancaires et financiers sur l Internet et la protection des consommateurs.

15 PREMIERE PARTIE LA PRESTATION DE SERVICES BANCAIRES ET FINANCIERS SUR L INTERNET ET LE BON FONCTIONNEMENT DU MARCHE

16 1 ère Partie - La prestation de services bancaires et financiers sur l Internet et le bon fonctionnement du marché 9 OBSERVATIONS PRELIMINAIRES 13. Evolution. Le marché unique des services financiers s est construit à partir des années Ainsi, une quinzaine de directives a été adoptée entre 1973 et Plus récemment, dans une communication au Conseil du 11 mai 1999, la Commission européenne a mis en place un plan d action pour les services financiers (PASF) qui s attache à mettre au jour les freins au développement et à la fluidité d un marché financier 22 unique afin de mieux en définir les règles de bon fonctionnement. 14. Définition. Le bon fonctionnement du marché dépend en réalité davantage d intérêts économiques que juridiques. En effet, le marché n évoluera effectivement que s il répond aux attentes en terme de chiffre d affaires ou en nombre de transactions réalisées, preuve que les parties sont rassurées. En amont, seul un système juridique efficace et transparent serait capable de stimuler le marché et gagner la confiance de ses acteurs. Ainsi, dans l esprit du législateur communautaire, le marché bancaire et financier ne peut-il fonctionner correctement que s il est décloisonné (a), accessible et sûr (b), et enfin surveillé (c). a. Un marché décloisonné : implique que les investisseurs, les prestataires de services, voire les intermédiaires doivent pouvoir accéder à tous les «marchés nationaux» au travers d un seul point d'accès : le leur. Dès lors, les prestataires de services bancaires, financiers et notamment les établissements de crédit peuvent offrir leurs services sur une base transfrontalière sans se heurter à des entraves inutiles, c est-à-dire des obstacles administratifs ou juridiques. b. Un marché accessible et sûr : il s agit de donner aux cocontractants les outils (informations) et les garanties (droits clairement établis et procédures efficaces de règlement des litiges) nécessaires pour participer pleinement et activement au marché unique des services financiers. L objectif est d aboutir à l harmonisation des règles de protection des différents intervenants afin de réduire les entraves aux échanges transfrontaliers. De ce point 22 LAGARDE X., Le droit des marchés financiers présente-t-il un particularisme?, JCP G, 2 novembre 2005, n 44 45, p A travers cette analyse l auteur nous révèle que «le droit des marches financier n est pas seulement un agrégat de mesures disparates destinées à servir des besoins de financement, des appétits de spéculation, ou encore, des intentions de couverture. Il met en place des mécanismes qui partagent en commun de permettre aux investisseurs la maîtrise de risques que ceux-ci prennent volontairement; telle est sa profonde originalité».

17 1 ère Partie - La prestation de services bancaires et financiers sur l Internet et le bon fonctionnement du marché de vue, le bon fonctionnement du marché passe également par l'exploitation des nouveaux circuits de distribution et des nouvelles technologies servant la vente à distance. De même, il s agit d encourager la mise en place de systèmes de paiements économiques sûrs qui permettent aux citoyens d'effectuer des règlements transfrontaliers de faible valeur sans avoir à acquitter des frais d un montant dissuasif. c. Un marché surveillé : le bon fonctionnement du marché implique également une intensification de la concurrence. Cependant cette dernière doit s effectuer au sein d un cadre contrôlé et surveillé. Pour ce faire il paraît nécessaire d éliminer les lacunes dues aux nouveaux types d'opérations financières ou de la mondialisation qui pourraient apparaître dans la législation prudentielle de l'union européenne afin de renforcer la stabilité et la confiance du marché européen des services financiers. In fine, ce dernier montrera son efficacité s il permet à l'union européenne d'assumer un rôle clé dans la définition de critères mondiaux exigeants en matière de réglementation et de surveillance La problématique de l Internet. La réunion de ces trois conditions doit conduire au bon fonctionnement du marché des services bancaires et financiers, lequel doit intégrer les nouvelles techniques de communication dont l Internet, de par sa nature mondialisée, fait naturellement partie. Ainsi, au regard des opportunités offertes pour les secteurs concernés, la corrélation entre le bon comportement du marché et la prestation des services bancaires et financiers sur l Internet paraît évidente voire fondamentale. 16. Au regard du secteur bancaire. En réalité, les activités financières en ligne se situent à la croisée de deux plans de régulation communautaire : l un axé sur l instauration d un marché commun pour les services financiers, l autre visant l optimisation des nouveaux moyens de communication caractéristiques de la société dite de l information. L Internet, dont la forte croissance est très récente, avec les opportunités et les menaces qu il comporte, ne risque-t-il pas de remettre en cause l œuvre déjà entreprise? En effet, l Internet constitue à lui seul un catalyseur des problématiques traditionnelles liées aux prestations bancaires et financières. Et, s il n est pas maîtrisé (en termes de cadre juridique approprié), cet outil peut rapidement devenir la cause du dysfonctionnement du marché des services bancaires et financiers. 17. Les attentes des professionnels. L Internet, que certains considèrent comme étant à lui seul un véritable marché, est le vecteur d ambitions de premier ordre pour les professionnels du

18 1 ère Partie - La prestation de services bancaires et financiers sur l Internet et le bon fonctionnement du marché secteur bancaire et financier. En effet, il présente une double potentialité pour ces prestataires : réduire leurs coûts de fonctionnement, et accroître leurs clientèles, tout en limitant leurs frais de communication. Autrement dit, les prestataires de services sont les premiers intéressés par le bon fonctionnement du marché des services financiers sur l Internet. Depuis un seul point : leurs postes informatiques ou le serveur hébergeant leur site Internet, ils ont accès à l intégralité du marché communautaire et aussi à tous les Etats reliés au réseau et à leurs ressortissants. Sur la seule Communauté européenne, l Internet permet à ces professionnels de contacter virtuellement des millions d internautes qui sont également des clients potentiels. Dès lors, on comprend aisément l intérêt et les attentes que l Internet représente pour les prestataires de services bancaires et financiers. Enfin il paraît utile d ajouter que les transactions effectuées via l Internet, au moyen de cartes de paiement ou autrement, font généralement l objet d une commission payée par le professionnel utilisateur du service de paiement à l établissement de crédit ; cela explique pourquoi ce dernier est intéressé à double titre par l essor du commerce sur l Internet Les positions communautaires et nationales. Considérant que les interférences entre les régimes de régulation constituent des entraves à la réussite du marché unique des services financiers et des investissements, le Conseil de Lisbonne a décidé en mars 2000 d encourager la poursuite de la réforme en profondeur de la réglementation communautaire en la matière. Il a ainsi réaffirmé l importance des marchés financiers pour la prospérité économique et a fixé 2005 comme date butoir pour l instauration de marchés financiers efficients et intégrés. La France s est-elle aussi engagée dans un processus favorisant l économie numérique. Rompant avec la logique des «grands plans», le plan RE/SO a d'ores et déjà donné lieu à d'importantes applications, avec notamment la loi pour la confiance dans l'économie numérique (transposant la directive sur le commerce électronique) 24, la loi pour l'initiative économique 25, l'adoption de nouvelles orientations pour accélérer l'aménagement numérique du territoire lors du Comité interministériel ad hoc le 13 décembre 2002 et le plan innovation destiné entre autres à aider les jeunes entreprises innovantes à accroître leurs efforts pour la Recherche et le Développement. Notons également le rôle de l Autorité des marchés 23 Le plan RE/SO pour une REpublique numérique dans la SOciété de l'information - a été présenté par le Premier ministre le 12 novembre Loi n du 21 juin 2004 pour la confiance dans l économie numérique (LEN). JO 22 juin 2004, p V. MATHEY N., Le commerce électronique dans la Loi n du 21 juin 2004 pour la confiance dans l économie numérique, Contrats conc. consom., octobre 2004, p Loi n du 1 er août 2003 pour l'initiative économique.

19 1 ère Partie - La prestation de services bancaires et financiers sur l Internet et le bon fonctionnement du marché financiers (AMF) 26, pour ses compétences en matière de réglementation des marchés d instruments financiers, favorisant ainsi leurs bons fonctionnements Libre circulation. Face aux démarches déjà entreprises par les institutions communautaires en matière de construction d un marché unifié des services financiers et compte tenu de l évolution du cadre juridique des prestations bancaires et financières à distance, l adoption de la directive 2000/31/CE du 8 juin 2000 sur le commerce électronique peut paraître risquée. En effet, cette dernière a adapté aux services de la société de l information le principe de libre circulation des services consacré par la clause de marché intérieur (titre 1). Celui-ci est naturellement assorti d une interdiction de restriction, mais pour autant la pratique montre encore l inquiétude des prestataires. Ainsi à l intérieur de la Communauté la meilleure stratégie de lancement d opérations financières auprès des internautes reste souvent l ouverture d une filiale constituée sur le territoire de la Communauté qui, après agrément des autorités de l État membre de constitution se voit la possibilité d offrir ses services au sein de celle-ci. 20. Le besoin de sécurité. Parallèlement, le bon fonctionnement général du marché des services bancaires et financiers sur l Internet n est pas uniquement lié à un principe de reconnaissance de la libre prestation de services, mais est également sous-tendu par une adaptation correcte des techniques employées. En effet, le bon comportement du marché suppose la confiance de ses acteurs dans le support technique qu ils manient (l Internet). Ainsi les institutions communautaires semblent tenir compte de cette réalité dans leurs tractations visant à attirer tant les investisseurs que les prestataires. A cette fin, la réalisation des transactions bancaires et financières en ligne implique nécessairement un niveau de sécurité, technique et juridique, élevé (titre 2). 21. La résolution des litiges. Mais encore, gagner la confiance des acteurs du marché bancaire et financier suppose l instauration de règles de résolution des litiges (titre 3) adaptées à ce nouveau support de communication. Il s agit d une condition sine qua non du bon 26 Crée par la loi n de sécurité financière du 1er août 2003, l'autorité des marchés financiers est issue de la fusion de la Commission des opérations de bourse (COB), du Conseil des marchés financiers (CMF) et du Conseil de discipline de la gestion financière (CDGF). Pour une présentation détaillée de l AMF, nous renvoyons sur : Il a fallu attendre presqu un an pour que l AMF soit dotée d un Règlement général qui fût publié par un arrêté du 12 novembre Sur ce nouveau texte v., LEFEVRE V., Le Règlement général de l AMF : un texte en évolution, Revue Banque, février 2005, n 666, p. 48 ; DE VAUPLANE H., Publication du nouveau règlement général de l AMF, Revue Banque, février 2005, n 666, p. 86.

20 1 ère Partie - La prestation de services bancaires et financiers sur l Internet et le bon fonctionnement du marché fonctionnement du marché : l investisseur contractant avec un prestataire d un autre Etat membre que le sien doit être rassuré en termes de protection juridique. Le coût de la résolution judiciaire du litige est souvent disproportionné par rapport à la valeur absolue de ce dernier. Dans la mesure où les transactions bancaires et financières sont facilitées avec l Internet, les modes de résolution des litiges devraient également l être, d autant plus qu une solution amiable est souvent préférable à un procès coûteux en terme de temps et d image. Ici, on se heurte alors à la problématique de la communication «sur» ces modes et réseaux de résolution des litiges, lesquels restant en réalité peu connus alors même qu ils jouent un rôle de premier plan dans la sécurisation des rapports entre les différents acteurs du marché des services bancaires et financiers. 13

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES 26, boulevard Haussmann 75311 Paris Cedex 09 Téléphone : 01 42 47 90 00 - Télécopie : 01 42 47 93 11 - Internet : http://www.ffsa.fr 12 juillet 2007 Observations

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000

LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000 1 LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000 Michel Menjucq Professeur à l Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne Grâce à la communautarisation

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF»

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF» Compétence juridictionnelle à l égard des contrats d assurance souscrits par les personnes publiques : retour vers une interprétation raisonnable de la loi «MURCEF» Par Florence Caille La première chambre

Plus en détail

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME?

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? Conférence APECA : La dématérialisation, réelle opportunité pour les PME? LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? 7 avril 2009 Denise Lebeau-Marianna Avocat, Baker & McKenzie SCP denise.lebeau_marianna@bakernet.com

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION

DOCUMENT DE CONSULTATION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 10.4.2015 C(2015) 2303 final DOCUMENT DE CONSULTATION Première phase de consultation des partenaires sociaux au titre de l article 154 du TFUE concernant une consolidation

Plus en détail

La nouvelle réglementation des titres de créances négociables

La nouvelle réglementation des titres de créances négociables La nouvelle réglementation des titres de créances négociables Laure BÉAL Direction des Marchés de capitaux Service des Intermédiaires et des Instruments des marchés Le marché français des titres de créances

Plus en détail

Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014

Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014 Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014 La fin de l année approche et avec elle ses bilans et autres rétrospectives. Pour l ULC, c est l occasion de faire le point et d informer les consommateurs

Plus en détail

Intervention au Colloque de Bruxelles du jeudi 31 octobre 2013 (Mallorie Trannois)

Intervention au Colloque de Bruxelles du jeudi 31 octobre 2013 (Mallorie Trannois) Intervention au Colloque de Bruxelles du jeudi 31 octobre 2013 (Mallorie Trannois) Tout d abord, je voulais remercier Monsieur Marique de m avoir invité à donner mon point de vue lors de la table ronde

Plus en détail

Le droit au compte. Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière

Le droit au compte. Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Initialement conçu comme une mesure destinée à concilier le principe de liberté contractuelle en matière d ouverture

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain Le 24 avril 2009, le Parlement européen a adopté deux propositions de la Commission

Plus en détail

Le premier bilan de la médiation bancaire

Le premier bilan de la médiation bancaire Depuis plusieurs années, certains établissements avaient désigné, de leur propre initiative, des médiateurs pour régler les différends avec leur clientèle. La médiation bancaire, qui a été généralisée

Plus en détail

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base Novembre 2010 Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base La France partage pleinement le souci de la Commission européenne

Plus en détail

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012 Version pré-print pour citer cet article : «Les droits de celui qui décide de se défendre seul et le principe d égalité» (Cons. Const. 23 nov. 2012), Rev. Pén. Dr. Pén. 2012, p. 917, Les droits de celui

Plus en détail

Acheter sur internet: réglementation et contrôle, pièges à éviter, conseils utiles

Acheter sur internet: réglementation et contrôle, pièges à éviter, conseils utiles Acheter sur internet: réglementation et contrôle, pièges à éviter, conseils utiles Journée de formation Clés pour consommer intelligemment Fraud Prevention Month 14 mars 2014 PROGRAMME Réglementation et

Plus en détail

Lancement de l Association Professionnelle des Intermédiaires en Crédits (APIC)

Lancement de l Association Professionnelle des Intermédiaires en Crédits (APIC) Lancement de l Association Professionnelle des Intermédiaires en Crédits (APIC) Cafpi, leader historique en matière de courtage en crédit immobilier, Meilleurtaux.com dont le développement s est appuyé

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

janvier Code de conduite du groupe

janvier Code de conduite du groupe janvier 2013 Code du groupe Engagements du Groupe 1 Engagements du Groupe À travers ses réseaux de banque de détail, sa banque de financement et d investissement, et l ensemble des métiers fondés sur l

Plus en détail

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit 2. LES RACHATS PAR LES ENTREPRISES DE LEURS PROPRES ACTIONS : QUELLES LEÇONS PEUT-ON TIRER UN AN APRES LA REFORME? QUEL IMPACT POUR LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT COTES? Patrick Branthomme et Dominique Marchal

Plus en détail

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Etienne Vergès Professeur à l'université de Grenoble

Plus en détail

BTS ESTHÉTIQUE COSMÉTIQUE. Gestion et relation clientèle U41

BTS ESTHÉTIQUE COSMÉTIQUE. Gestion et relation clientèle U41 BTS ESTHÉTIQUE COSMÉTIQUE Gestion et relation clientèle U41 SESSION 2012 Durée : 3h30 Coefficient : 4 Matériel autorisé : - Toutes les calculatrices de poche y compris les calculatrices programmables,

Plus en détail

ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE

ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE Présidence : Martine Behar-Touchais, professeur à l Université Paris Descartes (Paris V) Les clauses abusives à l épreuve de la

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/18/04/2012-133-11 Proposition de Directive relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation. Proposition de Règlement relatif au règlement en ligne des litiges de consommation. Avis

Plus en détail

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Le 8 mars 2010, la Ministre de l Economie de l Industrie et de l Emploi Christine Lagarde a installé la nouvelle Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP).

Plus en détail

Le développement des ventes en ligne : la distinction entre ventes volontaires et courtage aux enchères

Le développement des ventes en ligne : la distinction entre ventes volontaires et courtage aux enchères Le développement des ventes en ligne : la distinction entre ventes volontaires et courtage aux enchères De Clarens, courtier spécialisé en assurances auprès des Commissaires-Priseurs, a le plaisir de vous

Plus en détail

1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)?

1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)? 1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)? 2. Afin de fournir un service d investissement à ses clients, Delta Lloyd Bank est tenue de catégoriser ses clients 3. L un des fondements

Plus en détail

LES MÉCANISMES DE BASE

LES MÉCANISMES DE BASE LES MÉCANISMES DE BASE Même si les nouvelles technologies nous offrent la possibilité d intervenir très facilement en Bourse et de disposer d outils de gestion modernes et intuitifs, les mécanismes de

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

OUVRIR LA VOIE À DE MEILLEURS SOINS DE SANTÉ À TRAVERS L EUROPE

OUVRIR LA VOIE À DE MEILLEURS SOINS DE SANTÉ À TRAVERS L EUROPE Commission européenne European Commission Enterprise publication OUVRIR LA VOIE À DE MEILLEURS SOINS DE SANTÉ À TRAVERS L EUROPE Proposition de directive du Parlement européen et du Conseil relative à

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Edito A l occasion de la rentrée, le pôle Assurances de Lefèvre Pelletier & Associés vous propose un panorama de l actualité juridique du deuxième trimestre 2008, enrichi de décisions parues au cours de

Plus en détail

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique?

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Les Matinales IP&T Fabienne Panneau Avocat Counsel 12 mai 2011 Introduction Constat : la recherche d informations sur un serveur informatique

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE CONCERNANT LA COOPERATION RECIPROQUE ET L ECHANGE D INFORMATIONS POUR LE CONTROLE BANCAIRE ET PRUDENTIEL 1. Considérant que certaines

Plus en détail

Décision n 12-DCC-163 du 29 novembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Natixis Financement par le groupe BPCE

Décision n 12-DCC-163 du 29 novembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Natixis Financement par le groupe BPCE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-163 du 29 novembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Natixis Financement par le groupe BPCE L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

CHAPITRE 4. APPLICATION DE LA NOTION D ETABLISSEMENT STABLE

CHAPITRE 4. APPLICATION DE LA NOTION D ETABLISSEMENT STABLE COMMERCE ELECTRONIQUE ET IMPOTS @ OCDE CLARIFICATION POUR L APPLICATION DE LA DÉFINITION D ÉTABLISSEMENT STABLE DANS LE CADRE DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE : MODIFICATIONS DES COMMENTAIRES SUR L ARTICLE 5 22

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-184

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-184 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-184 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus de vente par correspondance fondé sur l origine Domaine(s) de compétence de l Institution : Lutte

Plus en détail

SEQUENCE 09 THÈME 2 : NÉCESSITÉ ET EFFICACITÉ DU DROIT DE LA CONSOMMATION

SEQUENCE 09 THÈME 2 : NÉCESSITÉ ET EFFICACITÉ DU DROIT DE LA CONSOMMATION SEQUENCE 09 THÈME 2 : NÉCESSITÉ ET EFFICACITÉ DU DROIT DE LA CONSOMMATION Les documents présentés ci-dessous représentent un exemple de revue de presse que vous pouvez constituer sur le thème «nécessité

Plus en détail

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6 C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE Assurances vie et non vie. La Directive 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 porte coordination des dispositions législatives,

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

1. Le recours à l accord-cadre

1. Le recours à l accord-cadre LES ACCORDS-CADRES Inspirés de la technique française des marchés à bons de commande, les accords-cadres ont été consacrés en droit communautaire par les directives du 31 mars 2004 (2004/17 et 2004/18)

Plus en détail

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil (exposé fait par Jacqueline de GUILLENCHMIDT lors de la rencontre franco-arménienne du 23 janvier 2007 sur le patrimoine juridique commun)

Plus en détail

The Promotion of Employee Ownership and Participation

The Promotion of Employee Ownership and Participation The Promotion of Employee Ownership and Participation Study prepared by the Inter-University Centre for European Commission s DG MARKT (Contract MARKT/2013/0191F2/ST/OP) Final report October 2014 French

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS)

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS) RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS) 1) PRÉSENTATION La Caisse Régionale de Normandie Seine fournit de nombreux types

Plus en détail

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION Fiche 1 La notion de consommateur Les objectifs de la fiche : Identifier le consommateur afin de délimiter le champ d application du droit de

Plus en détail

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La protection sociale complémentaire des agents de la fonction publique territoriale est

Plus en détail

Décision MLD 2013-45 relative à un refus de chèque fondé sur un nom patronymique à consonance étrangère (Recommandation)

Décision MLD 2013-45 relative à un refus de chèque fondé sur un nom patronymique à consonance étrangère (Recommandation) Décision MLD 2013-45 relative à un refus de chèque fondé sur un nom patronymique à consonance étrangère (Recommandation) Domaine de compétence de l Institution : Lutte contre les discriminations Thèmes

Plus en détail

COMMERCE ELECTRONIQUE - Signature électronique et cryptographie 71. Sommaire

COMMERCE ELECTRONIQUE - Signature électronique et cryptographie 71. Sommaire COMMERCE ELECTRONIQUE - Signature électronique et cryptographie 71 SIGNATURE ELECTRONIQUE ET CRYPTOGRAPHIE Sommaire A- Signature électronique I - Textes luxembourgeois 1. Code civil (Extrait: Articles

Plus en détail

LA PUBLICITÉ ET LE DÉMARCHAGE DES PRODUITS FINANCIERS PAR INTERNET

LA PUBLICITÉ ET LE DÉMARCHAGE DES PRODUITS FINANCIERS PAR INTERNET LA PUBLICITÉ ET LE DÉMARCHAGE DES PRODUITS FINANCIERS PAR INTERNET Maître de conférences en délégation à l Université de Nouvelle-Calédonie 1- Le développement remarquable du commerce boursier sur Internet,

Plus en détail

Tribunal des Conflits N 3861. Conflit sur renvoi du tribunal administratif de Grenoble. M. A.-M. et autres

Tribunal des Conflits N 3861. Conflit sur renvoi du tribunal administratif de Grenoble. M. A.-M. et autres Tribunal des Conflits N 3861 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de Grenoble M. A.-M. et autres c/ Association communale de chasse agrée d Abondance Séance du 9 juillet 2012 Rapporteur : M. Honorat

Plus en détail

Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base

Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base Les 10 Principes de Base Introduction Tout d abord, une bonne nouvelle: vendre en Russie n exige en général pas plus de préparation ni d informations

Plus en détail

Le nouveau régime de l appel public à l épargne

Le nouveau régime de l appel public à l épargne Émilie CRÉTÉ Direction de la Coordination pour la Stabilité financière Service des Relations avec la Place La transposition de la directive européenne «Prospectus» dans le droit national (Loi Breton du

Plus en détail

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006)

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006) Bilan de l application de la recommandation de la Commission nationale de l informatique et des libertés du 29 novembre 2001 sur la diffusion de données personnelles sur Internet par les banques de données

Plus en détail

ORGANISATION DU MARCHE LIBRE

ORGANISATION DU MARCHE LIBRE ORGANISATION DU MARCHE LIBRE 1 DEFINITION ET ROLE DU MARCHE LIBRE Le Marché Libre et les valeurs radiées du marché réglementé (ci-après «VRMR») forment un système multilatéral de négociation géré par Euronext

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

RAPPORT SUR LA MOBILITÉ BANCAIRE

RAPPORT SUR LA MOBILITÉ BANCAIRE 8 septembre 2011 RAPPORT SUR LA MOBILITÉ BANCAIRE Vérification du respect des engagements pris par les établissements membres de la Fédération bancaire française dans le cadre des mesures proposées par

Plus en détail

Les Conditions Générales De Vente

Les Conditions Générales De Vente Les Conditions Générales De Vente Les CGV: visent à encadrer les relations entre cocontractants ; interviennent aussi bien dans les relations contractuelles entre professionnels (le plus souvent fournisseur-

Plus en détail

Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ) Règlement (CE) n 924/2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté (Règlement concernant l égalité des frais pour les paiements nationaux et transfrontaliers) Foire aux questions (FAQ)

Plus en détail

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS RECLAMATION & MEDIATION «BNP Paribas Personal Finance» veille à apporter à ses clients la meilleure qualité de service. Toutefois,

Plus en détail

Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1

Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1 Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1 Chiffre d affaires 1 2006 : 1 698 millions d euros, comparable à celui de l exercice précédent Chiffre d affaires du 4 ème trimestre

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

GUIDE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF (CROWDFUNDING) A DESTINATION DES PLATES-FORMES ET DES PORTEURS DE PROJET

GUIDE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF (CROWDFUNDING) A DESTINATION DES PLATES-FORMES ET DES PORTEURS DE PROJET GUIDE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF (CROWDFUNDING) A DESTINATION DES PLATESFORMES ET DES PORTEURS DE PROJET Selon les modalités de financement retenues, un opérateur de crowdfunding peut être soumis au respect

Plus en détail

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE MATIERE FISCALE

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE MATIERE FISCALE ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE RELATIF A L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIERE FISCALE Considérant que le Gouvernement de

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Les acteurs de la carte d'achat

Les acteurs de la carte d'achat CHAPITRE 3 Les acteurs de la carte d'achat Pour mettre en œuvre une exécution des marchés publics par carte d achat, l acheteur et le gestionnaire public vont devoir s adresser à un fournisseur de services

Plus en détail

Note de présentation de la circulaire du CDVM n 02/06 relative à la réception-transmission d ordres via un support électronique

Note de présentation de la circulaire du CDVM n 02/06 relative à la réception-transmission d ordres via un support électronique Note de présentation de la circulaire du CDVM n 02/06 relative à la réception-transmission d ordres via un support électronique A l instar des développements enregistrés sur les marchés internationaux,

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

21/09/2012. La vente par Internet. Pourquoi vendre par Internet?

21/09/2012. La vente par Internet. Pourquoi vendre par Internet? VENDRE GRÂCE A INTERNET - POURQUOI ET COMMENT? ALES 20 septembre 2012 La vente par Internet Pourquoi vendre par Internet? - c est un nouveau canal de commercialisation. - pour mettre son catalogue produits

Plus en détail

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE Suite à l examen des modalités de service élaborées par différentes entreprises offrant des services de téléphonie cellulaire, l Union des consommateurs a constaté que

Plus en détail

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 CHAMP D APPLICATION...

Plus en détail

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005 ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION

Plus en détail

Les consommateurs et le marché intérieur

Les consommateurs et le marché intérieur Euro-Info-Consommateurs Les consommateurs et le marché intérieur CUS 17 février 2011 Présentation de Martine Mérigeau, Directrice générale de EIC La consommation Un thème résolument européen (90% de législation

Plus en détail

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI),

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI), Le rôle du Fichier central des chèques et du Fichier national des chèques irréguliers Note d information La Banque de France a reçu du législateur la mission de «veiller au bon fonctionnement et à la sécurité

Plus en détail

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage?

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? Car c est une impression d orage à venir que laisse la première

Plus en détail

Bourse des valeurs et marché financier

Bourse des valeurs et marché financier Bourse des valeurs et marché financier Introduction : Le champ de la finance englobe des marchés aux fonctions diversifiées. Certains de ces marchés assument un rôle de financement. Ils constituent des

Plus en détail

Dillenschneider Favaro & Associés

Dillenschneider Favaro & Associés Dillenschneider Favaro & Associés cabinet d avocats paris luxembourg une histoire commune Des expériences professionnelles différentes et des expertises complémentaires ont fondé une histoire commune quand

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE La carte Flouss.com

DOSSIER DE PRESSE La carte Flouss.com DOSSIER DE PRESSE La carte Flouss.com - 1 - Lille/Paris, le 5 juin 2007 Sommaire La carte Flouss.com... p. 3 La première carte de transfert d argent depuis la France p. 5 Une carte aux couleurs de Banque

Plus en détail

Marchés publics de fournitures et services EMISSION DE CARTES D ACHATS ET PRESTATIONS ANNEXES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.

Marchés publics de fournitures et services EMISSION DE CARTES D ACHATS ET PRESTATIONS ANNEXES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P. Marchés publics de fournitures et services EMISSION DE CARTES D ACHATS ET PRESTATIONS ANNEXES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) Pouvoir adjudicateur : Ecole supérieure d art des Pyrénées

Plus en détail

Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation

Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation Dans son ensemble, la CSF accueille favorablement le projet de loi, mais reste néanmoins mobilisée contre la volonté du gouvernement de

Plus en détail

Une information plus détaillée sur ce document est disponible sur demande écrite.

Une information plus détaillée sur ce document est disponible sur demande écrite. RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS DU GROUPE CREDIT AGRICOLE APPLIQUEE A LA CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE CHARENTE- PERIGORD 1) PRESENTATION Le Groupe Crédit

Plus en détail

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Année 2005 DOCUMENT n 1 Analyses et études LE DIVORCE INTERNATIONAL EN BELGIQUE Rue de la croix, 22 1050 Bruxelles Téléphone

Plus en détail

WEALTH MANAGEMENT MARKET INSIGHT

WEALTH MANAGEMENT MARKET INSIGHT WEALTH MANAGEMENT MARKET INSIGHT AOÛT 2013 Analyse Marché ÉCLAIRAGE - AOÛT 2013 Solutions en matière d investissements alternatifs liquides Le récent développement des fonds alternatifs liquides profite

Plus en détail

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE I - LES SOURCES DU DROIT DE LA FONCTION PUBLIQUE A - La Constitution et le bloc de constitutionnalité Certains grands principes du droit de la fonction publique

Plus en détail

SOS OPPOSITION SUITE A FRAUDE A CARTE BANCAIRE

SOS OPPOSITION SUITE A FRAUDE A CARTE BANCAIRE SOS OPPOSITION SUITE A FRAUDE A CARTE BANCAIRE Article juridique publié le 07/01/2014, vu 1842 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine I- Pourquoi faire opposition? L'ordonnance N 2009-866 du 15 juillet 2009

Plus en détail

Introduction : 2) s il y a cessation des paiements. I) Tant qu il n y a pas de cessation de paiement :

Introduction : 2) s il y a cessation des paiements. I) Tant qu il n y a pas de cessation de paiement : LE DIRIGEANT DE SOCIETE FACE AUX DIFFICULTES FINANCIERES DE L ENTREPRISE REUNION CFACI DU 12/10/2007 INSTITUT GOETHE PAR SERGE WORTHALTER, MEMBRE DE LA CFACI, AVOCAT AU BARREAU DE PARIS TEL 01 43 41 22

Plus en détail

NDUKUMA AD JAYIKOD JO CYBERDROIT TELECOMS, INTERNET, CONTRATS DE E-COMMERCE. Une contribution au Droit congolais. Préface de Evariste BOSHAB

NDUKUMA AD JAYIKOD JO CYBERDROIT TELECOMS, INTERNET, CONTRATS DE E-COMMERCE. Une contribution au Droit congolais. Préface de Evariste BOSHAB NDUKUMA AD JAYIKOD JO CYBERDROIT TELECOMS, INTERNET, CONTRATS DE E-COMMERCE Une contribution au Droit congolais Préface de Evariste BOSHAB PRESSES UNIVERSITAIRES DU CONGO P.U.C. Kinshasa, 2009 359 Table

Plus en détail

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce.

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce. Cas pratique sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 17/20 Enoncé du cas pratique : Lors d une passionnante conférence sur L influence de la pensée pré-socratique sur

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

1 A noter que le Règlement 864/2007 du 11 juillet 2007 sur la loi applicable aux obligations non contractuelle

1 A noter que le Règlement 864/2007 du 11 juillet 2007 sur la loi applicable aux obligations non contractuelle Union des Entreprises Luxembourgeoises (UEL) 7, rue Alcide de Gasperi Boite Postale 3024 L-1030 Luxembourg Numéro d'identification au registre des représentants d intérêts : 82936193787-44 Livre vert de

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Paris, le 12 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

Avis n 04-A-15 du 28 juillet 2004 relatif à la convention-type «Département innovant» de France Telecom

Avis n 04-A-15 du 28 juillet 2004 relatif à la convention-type «Département innovant» de France Telecom RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 04-A-15 du 28 juillet 2004 relatif à la convention-type «Département innovant» de France Telecom Le Conseil de la concurrence (section III B), Vu la lettre du 30 avril 2004,

Plus en détail