HENRIOT Solenne Virologie 10 RB CALIEZ Olivier 04/11/11 VIRUS RESPIRATOIRES. - Virus respiratoire syncytial (RSV)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "HENRIOT Solenne Virologie 10 RB CALIEZ Olivier 04/11/11 VIRUS RESPIRATOIRES. - Virus respiratoire syncytial (RSV)"

Transcription

1 HENRIOT Solenne Virologie 10 RB CALIEZ Olivier 04/11/11 VIRUS RESPIRATOIRES Introduction I. Famille des Paramyxoviridae 1) Présentation 2) Virus respiratoire syncytial (VRS) 3) Le virus para-influenza (PIV) 4) Métapneumovirus humain (hmpv) II. Rhinovirus III. Coronavirus IV. Adénovirus Introduction 80% des infections respiratoires sont dues à des virus. La gravité de ces infections se fait en fonction du virus mais aussi et principalement en fonction de la susceptibilité de l hôte. Les bactéries sont un risque de surinfection. Il faut donc mettre l antibiothérapie en fonction des signes cliniques et biologiques d infection bactérienne (fièvre, infection qui ne passe pas ). Les virus impliqués - virus para-influenza - virus respiratoire syncytial - métapneumovirus - rhinovirus - coronavirus - adénovirus : ne donne pas forcément que des infections respiratoires I. Famille des Paramyxoviridae 1) Présentation Elle est constituée de : - Virus respiratoire syncytial (RSV) - Virus para-influenza (PIV) - Métapneumovirus humain (hmpv) Au sein de cette famille, il y a 2 sous-familles : Paramyxovirinae : para-inluenza 1, 2, 3, 4 ; virus des oreillons et de la rougeole Pneumovirinae : RSV et hmpv 1

2 a) Structure commune Les virus de la famille des Paramyxoviridae ont une structure commune. Ils sont très pléiomorphes (prennent des formes différentes). Ils mesurent entre 150 et 400 nm. Leur génome est un ARN simple brin, à polarité négative, non segmenté. Ce sont des virus enveloppés, leur membrane dérive de la membrane cytoplasmique des cellules. La membrane contient des glycoprotéines d attachement, de fusion. La nucléocapside est de forme hélicoïdale. b) Caractéristiques Les paramyxoviridae n ont pas de variation antigénique, contrairement au virus de la grippe. Ils n ont pas de cassure ni de glissement. Les sérotypes sont donc stables, il n y a donc pas de pandémie. Ils créent uniquement des épidémies saisonnières tous les ans. c) Le cycle viral Le virus doit d abord se fixer au niveau de la cellule grâce aux protéines d attachement. Ensuite, il y a pénétration et fusion de la membrane du virus et de la membrane cytoplasmique. Puis il y a décapsidation. Le cycle de réplication du virus se fait au niveau du cytoplasme : l ARN négatif, une fois qu il est décapsidé, est transcrit en un ARN positif (c est l antigénome), qui va servir d intermédiaire pour la réplication, et donner de nouveau des ARN génomiques négatifs. L ARN négatif du virus doit passer sous forme d ARN messager (positif). L ARN positif donnera des protéines qui vont ensuite maturer au niveau de la membrane cytoplasmique. Une fois que le nouveau génome et les protéines sont produits, les protéines membranaires se fixent sur la membrane et il y aura un bourgeonnement. d) Transmission C est une transmission respiratoire, qui est interhumaine directe et favorisée par les temps froids et humides. 2

3 Le virus est enveloppé, donc fragile. Il ne résiste pas de l environnement. Il n y a pas de transmission hydrique ou oro-fécale. e) Pouvoir pathogène Ces virus entraînent une atteinte des voies aériennes supérieures, puis excrétion virale par voie rhino-pharyngée, il y a une forte charge virale. Il y a diffusion aux voies aériennes inférieures par contiguité. La multiplication du virus se fait uniquement au niveau de l épithélium respiratoire, il n y a pas de phase de virémie, contrairement aux virus de la rougeole et des oreillons. La période d incubation est courte (2 à 3 jours) et la pathologie reste localisée. f) Diagnostic virologique Comme pour la plupart des virus, la méthode de diagnostic de référence est la culture cellulaire, mais elle est difficile. Mais cette méthode n est pas utilisée dans les laboratoires. Les laboratoires utilisent l immunofluorescence. Elle permet de détecter les Ag viraux présents au niveau des cellules, que l on récupère par aspiration naso-pharyngée ou écouvillonnage. Les cellules sont fixées sur des lames, on dépose dessus des Ac monoclonaux fluorescents. Si le virus est présent dans une cellule, cela donne une fluorescence. Théoriquement, l aspect de la fluorescence permet de reconnaître le virus responsable ; en pratique, c est difficile car toutes les fluorescences se ressemblent. En réalité, ce sont les Acs spécifiques de virus qui permettent de reconnaître le virus responsable : on remplit des puits avec dans chacun des puits un Ac spécifique de virus, et on regarde quel puits produit de la fluorescence, ce qui permet d identifier le virus responsable. Théoriquement, si il y a une infection respiratoire, un seul puits produira de la fluorescence. Mais il peut aussi y avoir des co-infections. Cette technique est rapide (2h), moins sensible que la culture, non automatisable. L autre technique utilisée dans les laboratoires pour le diagnostic est la PCR en temps réel. Elle est plus sensible, spécifique et standardisée, mais elle coûte cher. Les techniques de détection par sérologie sont non commerciales. Elles sont peu utilisées en routine car il faudrait mettre en évidence une séroconversion, alors que pour la plupart des patients ce sont des réinfections ; donc vu la forte prévalence dans la population, cette technique est peu utile. g) Caractéristiques d un bon prélèvement Il faut un bon prélèvement pour pouvoir faire le diagnostic virologique. Pour les infections hautes, le prélèvement se fait par aspiration ou écouvillonnage. Pour les infections basses, il se fait par LBA (Lavage broncho-alvéolaire). La meilleure période pour faire le prélèvement est le début de la phase aigue. Il faut recueillir une grande quantité de cellules. Le prélèvement doit être conservé à +4 C et être amené rapidement au laboratoire. 3

4 2) Virus respiratoire syncytial (VRS) Il donne des épidémies chaque hiver, qui durent 6 semaines à 2 mois (d octobre à mars). Il y a cas par hiver de bronchiolites du nourrisson. Cliniquement, tous les virus respiratoires peuvent donner tous les types d infection respiratoire (bronchite, rhinopharyngite ). Sauf la bronchiolite du nourrisson qui est à 90% due au VRS. La primo-infection par le VRS se fait chez le nourrisson. A 1 an, 1 nourrisson sur 2 a été infecté par le VRS. A 3 ans, tous les enfants ont rencontré au moins une fois le VRS. Il peut y avoir des réinfections chez l adulte ou chez l enfant en période scolaire, ce qui provoque la diffusion du virus. Le titre infectieux est très fort dans les sécrétions nasales. La transmission est directe (toux, éternuements) mais aussi indirecte : le virus peut rester présent sur les vêtements et les mains (30 min) et 6h sur le linge infections nosocomiales dans les services de pédiatrie. La bronchiolite du nourrisson Chaque hiver, 50% des nourrissons sont infectés par le VRS. 50 à 90% des bronchiolites sont dues au VRS. L incubation est courte (2 à 4 jours). Ca commence par une rhinopharyngite puis en 24 à 72h, ça évolue en une bronchiolite avec un tableau de détresse respiratoire. L évolution de la bronchiolite est généralement favorable. Les signes d obstruction disparaissent au bout d une semaine, et la toux au bout de 15 jours. Il y a moins de surinfections bactériennes avec le VRS qu avec les autres virus respiratoires. Les formes graves représentent environ 1% des bronchiolites du nourrisson, avec une mortalité de 1 à 3% des cas hospitalisés. Les facteurs de risque des formes graves de la bronchiolite du nourisson sont : les prématurés, les moins de 3 moins, les malformations et les maladies respiratoires. Le VRS peut être grave chez les personnes âgées et les immunodéprimés. Le VRS ne fait pas grand chose chez les adultes et les immunocompétents. Le traitement de la bronchiolite du nourrisson est principalement la kiné respiratoire et l hydratation des enfants, avec oxygénothérapie si nécessaire. L utilisation de corticoïdes et de bronchodilatateurs n a pas montré d intérêt flagrant. Pour le traitement du VRS, une antibiothérapie est donnée si fièvre, aggravation de l état respiratoire ou hyperleucocytose à PNN. La ribavirine donnée en aérosol a prouvé son efficacité in vitro, elle permet de diminuer la durée de l oxygénothérapie. Elle n a pas d influence sur la mortalité des enfants. Prévention Se laver les mains, porter des masques, retirer les enfants de la crèche, éviter le contact. Il existe des Ig anti-vrs qui peuvent être données aux nourrissons à risque. Il n existe pas de vaccin. 3) Le virus para-influenza (PIV) Il en existe 4 types (1,2,3 et 4). Le PIV 1 et PIV 2 donnent des petites épidémies tous les 2 ou 3 ans. Le PIV 3 est celui qui diffuse le plus chaque hiver. 100% des infections PIV du nourrisson dues au type 3. Le PIV 1 et 2 donnent des formes respiratoires non spécifiques. Le PIV 4 est peu documenté. 4

5 Traitement Uniquement symptomatique : antipyrétique, sédatif, humidification de l atmosphère. Les corticoïdes sont controversés. L utilisation de la Ribavirine contre le PIV n est pas validée. 4) Métapneumovirus humain (hmpv) Il a été découvert récemment en 2001, aux Pays-Bas. Il circule depuis très longtemps mais n avait jamais été identifié. 90% de la population est infectée par hmpv à l âge de 10 ans. Le hmpv circule en même temps que le VRS pendant l hiver. Clinique Chez l enfant, il n y a pas de tableau clinique particulier. Le hmpv entraîne des bronchites, bronchiolites, pharyngites, pneumonies Le hmpv peut être grave en cas de co-infection avec le VRS ou le coronavirus. Chez l adulte, il entraîne des rhinites et des syndromes grippaux. Il peut y avoir des formes plus sévères chez le sujet âgé ou les immunodéprimés. Ces formes peuvent être mortelles chez le greffé hématopoïétique. Traitement Il n y a pas de traitement anti-viral mais uniquement du traitement symptomatique. Il n y a pas de vaccin. II. Rhinovirus Ils appartiennent à la famille des picornaviridae (entérovirus, virus hépatite A). Ce sont des petits virus nus à ARN positif. Il se multiplie à 32 C (à la différence des entérovirus et de l hépatite A), au niveau de l épithélium nasal. Il est détruit à ph acide, donc il reste limité à l arbre respiratoire supérieur. Le rhinovirus est le responsable principal des rhumes banals avec sinusite, otite, bronchite Chaque hiver, il y a une probabilité de 75% qu un adulte fasse au moins une infection à rhinovirus. Il y a plus de 100 sérotypes différents de rhinovirus et il n y a pas d immunité croisée entre chaque sérotype. Il n y a donc pas de vaccin car il faudrait plus de 100 souches différentes. III. Coronavirus Ce sont des virus à ARN monocaténaire, non segmenté, à polarité positive. Le coronavirus est un virus enveloppé, mais il est quand même résistant dans l environnement. Il peut être présent dans les selles. Il est l agent du rhume et des rhinites, derrière le rhinovirus. Quasiment tout le monde rentre en contact avec le coronavirus avant l âge adulte. SRAS-CoV 5

6 Épidémie en 2002 en Chine, due à un coronavirus d origine animale personnes ont été infectées et 300 morts. Le diagnostic se fait par biologie moléculaire (PCR en temps réel). On ne peut pas cultiver le virus ni faire d immunofluorescence, car il n y a pas d Acs spécifiques anti-coronavirus. Il n y a pas de traitement. L isolement est la seule mesure efficace. La mortalité était assez importante (>10%). L incubation est de 6 jours. IV. Adénovirus Les adénovirus ne donnent pas que des infections respiratoires. Il y a 51 sérotypes différents classés en 6 sous-groupes (A, B, C, D, E, F). Structure Les adénovirus sont des virus non enveloppés. Ils sont résistants aux solvants, aux variations de ph et à la température. Ce sont des virus à ADN avec une capside icosaédrique. Epidémiologie 50% des infections à adénovirus sont asymptomatiques. Les sérotypes endémiques sont les adénovirus 1, 2, 5 et 6. Les autres sérotypes ne donnent que des petites épidémies. Il n y a pas d immunité croisée entre les différents sérotypes. La transmission peut se faire par les gouttelettes respiratoires, par transmission oro-fécale mais aussi dans les piscines ou les matériels ophtalmiques (donne des conjonctivites). Infections respiratoires Les sérotypes responsables des infections respiratoires sont en ordre décroissant : 2>1>7>3>5 (ne pas retenir). 5 à 10% des infections respiratoires de l enfant sont dues à l adénovirus mais tout dépend du moment où on fait l étude : si on la fait pendant l épidémie de grippe, le adénovirus va être bas statistiquement mais si on la fait hors période d épidémie de la grippe et du VRS, il y aura plus d adénovirus. Infections oculaires En dehors des infections respiratoires, l adénovirus donne des infections oculaires : syndrome adéno-pharyngo-conjonctival. Au niveau clinique, on trouve des conjonctivites avec un peu de fièvre. Le sérotype responsable de ces infections oculaires est le type 3. Manifestations rares Cystites hémorragiques chez l enfant. L adénovirus peut aussi donner des gastro-entérites (sérotypes 40 et 41). On recherche l Ag dans les selles. L adénovirus peut se réactiver chez les patients greffés de cellules souches hématopoïétiques (patients immunodéprimés). Le virus est présent au niveau du tissu lymphoïde. Il y a donc des infections disséminées qui peuvent aussi bien donner des pneumonies que des hépatites, des 6

7 encéphalites. Cela est grave et souvent mortel. Le traitement est le cifofovir, mais il ne marche pas très bien. Maladie disséminée Elle survient chez les patients immunodéprimés mais aussi chez les enfants indépendamment de leur statut immunitaire. On retrouve une atteinte de différents organes (poumon, foie, cerveau) avec une mortalité importante. La virémie est constante. Diagnostic virologique La méthode de référence est la culture cellulaire. Elle n est plus utilisée en routine dans les laboratoires. On utilise plutôt la recherche d Ag viraux par immunofluorescence dans les sécrétions naso-pharyngées ou dans les LBA (pour les infections respiratoires). Pour les infections disséminées, on utilise la détection par biologie moléculaire avec la PCR en temps réel. Traitement Le traitement anti-viral de l adénovirus est le cifofovir, il ne marche pas très bien. Pour ce qui est de la prévention : lavage des mains, eau de javel (pour qui est de l environnement, les piscines ) ou la solution de Dakin. Il existe un vaccin contre le type 7 et le type 4 par voie orale, qui a été donné aux militaires américains, qui est efficace. 7

8 Famille Caractérisques IV PIV RSV Orthomyxoviridae Paramyxoviridae Paramyxoviridae Enveloppé, ARN Enveloppé, Enveloppé, simple brin, ARN simple ARN simple génome segmenté brin brin Bronchiolite, 3 : bronchiolite rhume Epidémies en variable Très répandu en Pathogénicité Sd grippal 1-2 : laryngite Epidémio hiver (pandémies Direct ou indirect hiver Direct ou indirect Mode de transmission Direct ou indirect Incubation 1-4 jrs 4-5 jrs 4-5 jrs Transmissibilité 3-5 jrs Plusieurs semaines Culture MDCK (2-3 jrs) LLCMK2 (3-12 jrs) Recherche Ag IF, ELISA, EIA IC, IF sur mb MRC5-HEP2 (6-10 jrs) IF, IC, ELISA, EIA sur mb Métapneumovirus Adénovirus Coronavirus Famille Paramyxoviridae Adenoviridae Coronaviridae Caractéristiques Enveloppé, ARN simple brin Non enveloppé, ADN Enveloppé, ARN simple brin Pathogénicité Divers Pharyngites, rhume bronchopneumonies Epidémio Répandu en hiver et au printemps Répandu toute l année Répandu en fin d automne Mode de transmission Direct ou indirect Direct ou indirect Direct ou indirect Incubation 3-4 jrs 3-10 jrs 2-5 jrs Transmissibilité 4-10 jrs après début symptômes Pendant phase aigue Jusqu à convalescence Culture LLC-MK2 (14-17 Hep2, MRC5 (1-2 Non jrs) jrs) Recherche Ag IF IF, IC, ELISA, peroxydase Non 8

Virus Respiratoires. M. Segondy

Virus Respiratoires. M. Segondy Virus Respiratoires M. Segondy Infections respiratoires virales Très fréquentes (jeune enfant +++) Diffusion souvent épidémique et saisonnière (hiver) Le plus souvent bénignes (mais possibilité de formes

Plus en détail

Diagnostic des infections respiratoires d origine virale

Diagnostic des infections respiratoires d origine virale ENSEIGNEMENT POST UNIVERSITAIRE MICROBIOLOGIE Diagnostic des infections respiratoires d origine virale Dr Salma MHALLA Laboratoire de Microbiologie CHU F. Bourguiba Monastir Monastir le 16/02/2012 Pourquoi

Plus en détail

Ce domaine est en pleine évolution : au moins 11 nouveaux virus à tropisme respiratoire ont été décrits depuis 2001!

Ce domaine est en pleine évolution : au moins 11 nouveaux virus à tropisme respiratoire ont été décrits depuis 2001! 06/10/2014 Grippe, Paramyxoviridae et autres viroses respiratoires marie-edith.lafon@u-bordeaux.fr Je recommande d enregistrer et lire deux articles d accès gratuit par le site de l Université de Bordeaux

Plus en détail

Virus respiratoires communautaires émergents Patient immunodéprimé non VIH. Anne Bergeron Pneumologie Hôpital Saint Louis

Virus respiratoires communautaires émergents Patient immunodéprimé non VIH. Anne Bergeron Pneumologie Hôpital Saint Louis Virus respiratoires communautaires émergents Patient immunodéprimé non VIH Anne Bergeron Pneumologie Hôpital Saint Louis Evolution des techniques de détection des virus Culture virale Immunofluorescence

Plus en détail

Adenovirus. Salmonelloses(non typhiques) Escherichia coli entéropathogènes (EPEC) Escherichia colientéro-hémorragiques (EHEC)

Adenovirus. Salmonelloses(non typhiques) Escherichia coli entéropathogènes (EPEC) Escherichia colientéro-hémorragiques (EHEC) GASTRO-ENTERITES VIRALES Affections fréquentes, de courte durée Troubles digestifs aigus Multiplication virale au niveau des entérocytesde l intestin grêle Baisse de l activité enzymatique des cellules

Plus en détail

Ce domaine est en pleine évolution : au moins 11 nouveaux virus à tropisme respiratoire ont été décrits depuis 2001!

Ce domaine est en pleine évolution : au moins 11 nouveaux virus à tropisme respiratoire ont été décrits depuis 2001! 1 2016-2017 Grippe, Paramyxoviridae et autres viroses respiratoires marie-edith.lafon@u-bordeaux.fr Objectifs : pour les infections virales respiratoires, connaître et savoir expliquer - La diversité des

Plus en détail

Virologie. Dr. Florence ABRAVANEL, MCU-PH Laboratoire de Virologie, CHU de Toulouse

Virologie. Dr. Florence ABRAVANEL, MCU-PH Laboratoire de Virologie, CHU de Toulouse Virologie Dr. Florence ABRAVANEL, MCU-PH Laboratoire de Virologie, CHU de Toulouse 06/09/2006 Qu est-ce qu un virus? Aspect fonctionnel : entité qui se caractérise par : un seul type d acide nucléique

Plus en détail

Viroses respiratoires saisonnières: clinique et prévention. R. Abdelmalek Le 10/10/2013

Viroses respiratoires saisonnières: clinique et prévention. R. Abdelmalek Le 10/10/2013 Viroses respiratoires saisonnières: clinique et prévention R. Abdelmalek Le 10/10/2013 Introduction Infections fréquentes Evoluent par bouffées épidémiques Virus multiples dominés par la grippe Transmission

Plus en détail

Virus. Virus HIV. IFMT-MS-Nov

Virus. Virus HIV. IFMT-MS-Nov Virus Virus HIV IFMT-MS-Nov.2005 1 Qu est ce qu un virus? les micro-organismes agents des maladies sont classés en 4 types de / taille décroissante : parasites certains visibles à l œil nu champignons

Plus en détail

Anciens et Nouveaux Virus Respiratoires

Anciens et Nouveaux Virus Respiratoires Anciens et Nouveaux Virus Respiratoires Laurent Andréoletti (PU-PH) Laboratoire de Virologie Médicale et Moléculaire, EA/IFR53 CHU et Faculté de Médecine de Reims Virus et Infections Respiratoires Infections

Plus en détail

Gestion des épidémies à virus respiratoire syncytial Bruno Pozzetto

Gestion des épidémies à virus respiratoire syncytial Bruno Pozzetto Gestion des épidémies à virus respiratoire syncytial Bruno Pozzetto EA 3064 Département de Microbiologie Université et CHU de Saint-Etienne PLAN Rappels sur RSV et ses modalités de transmission Importance

Plus en détail

Gestion d une saison de grippe à l hôpital. Dr C. Landelle Unité d Hygiène Hospitalière Pole de Santé Publique CHU Grenoble Alpes

Gestion d une saison de grippe à l hôpital. Dr C. Landelle Unité d Hygiène Hospitalière Pole de Santé Publique CHU Grenoble Alpes Gestion d une saison de grippe à l hôpital Dr C. Landelle Unité d Hygiène Hospitalière Pole de Santé Publique CHU Grenoble Alpes Plan Généralités Historique Symptomatologie Conséquences Incubation et contagiosité

Plus en détail

Diagnostic et suivi des infections virales DUACAI 16/03/2017

Diagnostic et suivi des infections virales DUACAI 16/03/2017 Diagnostic et suivi des infections virales DUACAI 16/03/2017 1 Diagnostic & suivi des infections virales - Définitions Identifier la nature et la cause d une infection Est-ce une infection virale? Quel

Plus en détail

1.5 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE DIRECTE ET INDIRECTE

1.5 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE DIRECTE ET INDIRECTE ADENOVIRUS 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE... 2 1.2 RESERVOIRE, SOURCE... 2 1.3 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.4 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE... 2 1.5 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE

Plus en détail

Infections virales respiratoires

Infections virales respiratoires 12/03/14 Pr Antoine Nougairède (antoine.nougairede@univamu.fr) Agents infectieux et hygiène Hespert Emilie L2 Relecteur 6 30 pages Infections virales respiratoires Plan A. Généralités sur les virus respiratoires

Plus en détail

"Nouveaux" Virus Respiratoires. Michel Segondy CHU de Montpellier

Nouveaux Virus Respiratoires. Michel Segondy CHU de Montpellier "Nouveaux" Virus Respiratoires Michel Segondy CHU de Montpellier Déclaration de conflits d'intérêts Michel Segondy: Absence de conflits d'intérêts Virus respiratoires "classiques " Influenzavirus A, B,

Plus en détail

Grippe, Paramyxoviridae et autres viroses respiratoires

Grippe, Paramyxoviridae et autres viroses respiratoires Grippe, Paramyxoviridae et autres viroses respiratoires ECN :Q82 Deux articles accessibles en ligne - Epidémiologie des infections virales aiguës des voies respiratoires hautes et basses de l enfant. Brouard

Plus en détail

Pré-Rapport d évaluation du système de décontamination de la société Beewair : virus Influenza H1N1 et Adénovirus type 5.

Pré-Rapport d évaluation du système de décontamination de la société Beewair : virus Influenza H1N1 et Adénovirus type 5. Pré-Rapport d évaluation du système de décontamination de la société Beewair : virus Influenza H1N1 et Adénovirus type 5. Rapport d essai : BW20140626E2 Lyon, le 26/06/14 Page 1 sur 6 Confidentiel 1. Avant-propos

Plus en détail

Virus respiratoires Comment distinguer infection et colonisation. GrrrOH 11 avril 2013

Virus respiratoires Comment distinguer infection et colonisation. GrrrOH 11 avril 2013 Virus respiratoires Comment distinguer infection et colonisation GrrrOH 11 avril 2013 Colonisation à virus respiratoires?? Arbre respiratoire = Exposition aux particules aériennes, alimentation, eau Inorganiques,

Plus en détail

Bulletin épidémiologique

Bulletin épidémiologique Bulletin épidémiologique CHRU de Clermont-Ferrand - Laboratoire de Virologie CNR des Entérovirus et des Parechovirus (Laboratoire associé) Ce bulletin présente une synthèse des principales infections épidémiques

Plus en détail

Infection. transformante. Infection aiguë lytique. Infection persistante. Infection. Cellule infectée par le virus. latente.

Infection. transformante. Infection aiguë lytique. Infection persistante. Infection. Cellule infectée par le virus. latente. DIVERSITE DES INFECTIONS VIRALES Dr Rafik HARRATH Laboratoire de Virologie, Faculté de Pharmacie de Monastir Les infections virales Infection transformante Infection aiguë lytique Infection latente Cellule

Plus en détail

Méthodes et stratégies de diagnostic virologique.

Méthodes et stratégies de diagnostic virologique. Méthodes et stratégies de diagnostic virologique marie-edith.lafon@u-bordeaux.fr 2016-2017 - Principales méthodes de diagnostic virologique prélèvements, sérologies, biologie moléculaire, - Exemples par

Plus en détail

Épidémiologie actuelle des infections respiratoires virales chez l enfantl

Épidémiologie actuelle des infections respiratoires virales chez l enfantl Épidémiologie actuelle des infections respiratoires virales chez l enfantl Jacques Brouard Astrid Vabret François Freymuth Service de Pédiatrie Laboratoire de Virologie Humaine et Moléculaire Pour le clinicien

Plus en détail

Méthodes et stratégies de diagnostic virologique.

Méthodes et stratégies de diagnostic virologique. Méthodes et stratégies de diagnostic virologique marie-edith.lafon@u-bordeaux.fr 2014-2015 Méthodes virologiques courantes Méthodes directes : détecter l agent infectieux ou l un de ses composants - infectiosité

Plus en détail

Grippe A (H1N1) Ex grippe «Porcine» ou «mexicaine» Le point au 17 Juin Robert Cohen

Grippe A (H1N1) Ex grippe «Porcine» ou «mexicaine» Le point au 17 Juin Robert Cohen Grippe A (H1N1) Ex grippe «Porcine» ou «mexicaine» Le point au 17 Juin 2009 Robert Cohen Les virus grippaux C : uniquement humain, cas sporadiques B : uniquement humain, cas sporadiques + épidémiques,

Plus en détail

Diagnostic Biologique des Infections Virales. A. Allardet-Servent A. Dubois

Diagnostic Biologique des Infections Virales. A. Allardet-Servent A. Dubois Diagnostic Biologique des Infections Virales A. Allardet-Servent A. Dubois Constitution d un virus 2 ou 3 éléments 1) génome = ARN ou ADN 2) capside Virus nus 3) + ou - enveloppe Virus enveloppés 2 Diagnostic

Plus en détail

ADENOVIRUS. Réseau inter-chu CNRACL

ADENOVIRUS. Réseau inter-chu CNRACL ADENOVIRUS Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des médecins du travail des services

Plus en détail

Epidémies et Pandémies: pourquoi sont-elles possibles? Werner Wunderli Laboratoire Central de Virologie HUG

Epidémies et Pandémies: pourquoi sont-elles possibles? Werner Wunderli Laboratoire Central de Virologie HUG Epidémies et Pandémies: pourquoi sont-elles possibles? Werner Wunderli Laboratoire Central de Virologie HUG Sujets Structure générale d un virus Comment les virus se multiplient-ils? Comment un virus peut-il

Plus en détail

LA REPLICATION VIRALE

LA REPLICATION VIRALE LA REPLICATION VIRALE I Généralités! Virus = parasite intracellulaire obligatoire!virus détourne le métabolisme et la machinerie de la cellule pour se multiplier 1 Virus «n» Virions Infection = rencontre

Plus en détail

Cours de Virologie. Qu est-ce qu un virus? Rafik HARRATH. Laboratoire de Virologie, LR99-ES27; Faculté de Pharmacie de Monastir

Cours de Virologie. Qu est-ce qu un virus? Rafik HARRATH. Laboratoire de Virologie, LR99-ES27; Faculté de Pharmacie de Monastir Cours de Virologie Qu est-ce qu un virus? Propriétés générales des virus Rafik HARRATH Laboratoire de Virologie, LR99-ES27; Faculté de Pharmacie de Monastir Virus? Particule infectieuse: Structure acellulaire:

Plus en détail

Les caliciviroses félines

Les caliciviroses félines Fiche technique n 2 2 ème édition Les caliciviroses félines Les calicivirus félins sont l une des causes du syndrome coryza* du chat, mais peuvent aussi être à l origine de symptômes trés variés. Etiologie*

Plus en détail

Mesures préventions. Avant. Pendant. Après

Mesures préventions. Avant. Pendant. Après Module 3 Mesures préventions Avant Pendant Après AVANT: Vaccination Immunité acquise soit soit Active Passive est De longue durée S effectue Par intervention du système immunitaire C est à dire que Lymphocyte

Plus en détail

Epidémie à Parainfluenza dans un Ehpad

Epidémie à Parainfluenza dans un Ehpad Epidémie à Parainfluenza dans un Ehpad 1 EPIDÉMIOLOGIE, MORBI-MORTALITÉ, IMPORTANCE DU DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE S. Sunder 1, P. Beaufils 2, A. Goudeau 3, A. Chaillon 3, L. Bernard 1 1 Service de Médecine

Plus en détail

Fiche n 13 : Démarches diagnostics des infections virales

Fiche n 13 : Démarches diagnostics des infections virales Fiche n 13 : Démarches diagnostics des infections virales Prélèvement : qualité du prélèvement qualité des résultats et d interprétation prélèvement précieux : respiratoire (48h max à 4 ) et LCR (24h max

Plus en détail

Vaccinations et avenir de ces pathologies infectieuses émergentes. D. Christmann

Vaccinations et avenir de ces pathologies infectieuses émergentes. D. Christmann Vaccinations et avenir de ces pathologies infectieuses émergentes D. Christmann Vaccinations Vaccin «grippe saisonnière» Vaccin 2009 Cultivé sur œufs embryonnés Fragmenté, inactivé Composition 2009 A/Brisbane/59/2007(H1N1)

Plus en détail

Le virus de la grippe. Présenté par GRATOL Rémy

Le virus de la grippe. Présenté par GRATOL Rémy Le virus de la grippe Présenté par GRATOL Rémy Introduction La Grippe décrite par Hippocrate en 412 av. J-C. 1580 Première pandémie grippale Depuis, 31 pandémies recensées, dont 3 au XXème 1918, 1957 et

Plus en détail

M. SEGONDY CHU Montpellier

M. SEGONDY CHU Montpellier Virusdelagrippe CHU Montpellier Virus de la grippe: 3D Structure des virus grippaux Virus de la grippe Génome segmenté (8 segments) 1 PB2 2 PB1 Réplicase, transcriptase 3 PA 4 HA Hémagglutinine 5 NP Nucléoprotéine

Plus en détail

LA GRIPPE. Épidémiologie Clinique Complications Traitement prophylaxie

LA GRIPPE. Épidémiologie Clinique Complications Traitement prophylaxie LA GRIPPE Épidémiologie Clinique Complications Traitement prophylaxie La grippe : une maladie contagieuse Réplication virale Voies aériennes supérieures ET Voies respiratoires inférieures Incubation :

Plus en détail

Bronchiolite et problèmes respiratoires du nourrisson. Objectifs. Points importants. Métabolisme. Mécanique respiratoire

Bronchiolite et problèmes respiratoires du nourrisson. Objectifs. Points importants. Métabolisme. Mécanique respiratoire Bronchiolite et problèmes respiratoires du nourrisson Aurore Côté Médecine respiratoire Hôpital de Montréal pour enfants Objectifs Passer en revue les particularités du système respiratoire du nourrisson

Plus en détail

VIRUS DE L HEPATITE A (VHA)

VIRUS DE L HEPATITE A (VHA) VIRUS DE L HEPATITE A (VHA) 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE... 2 1.2 RESERVOIRE, SOURCE... 2 1.3 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.4 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE... 2 1.5 MODE DE TRANSMISSION

Plus en détail

LA GRIPPE EN MEDECINE GENERALE : La prescription d antibiotiques COMMENT PRESCRIRE JUSTE? Dr BARANGER Jacques CLERMONT-FERRAND

LA GRIPPE EN MEDECINE GENERALE : La prescription d antibiotiques COMMENT PRESCRIRE JUSTE? Dr BARANGER Jacques CLERMONT-FERRAND LA GRIPPE EN MEDECINE GENERALE : La prescription d antibiotiques COMMENT PRESCRIRE JUSTE? Dr BARANGER Jacques 63000 CLERMONT-FERRAND LA GRIPPE Maladie virale saisonnière très contagieuse Epidémie de 10

Plus en détail

Rhino trachéite infectieuse bovine (IBR)

Rhino trachéite infectieuse bovine (IBR) -définition : Rhino trachéite infectieuse bovine (IBR) Maladie infectieuse, touche les bv. Maladie virale causée par un Herpes virus bovin de type 1 (bo HV 1) -manifestation : atteinte des voies respiratoires

Plus en détail

Nouveaux virus respiratoires: Métapneumovirus (HMPV)

Nouveaux virus respiratoires: Métapneumovirus (HMPV) Congrès des biologistes des hôpitaux généraux 30 septembre 2009 Nouveaux virus respiratoires: Métapneumovirus (HMPV) Bocavirus (HBoV) Marianne Leruez-Ville Hôpital Necker Enfants-Malades Université Paris-Descartes

Plus en détail

Infections virales respiratoires

Infections virales respiratoires Introduction Infections virales respiratoires très fqtes: 80% des IR sont virales, essentiellement l enfant En règle générale bégnines, ms en fct virus ou terrain (immunodeprimés++) peuvent avoir des critères

Plus en détail

Je m informe sur la grippe

Je m informe sur la grippe Je m informe sur la grippe Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Adresse du site : www.docvadis.fr/malinf.sat.paris Validé par le Comité Scientifique Infectiologie La grippe est une maladie infectieuse

Plus en détail

Encéphalites à tiques et nouveaux vaccins

Encéphalites à tiques et nouveaux vaccins Encéphalites à tiques et nouveaux vaccins D. Christmann Hôpitaux Universitaires Strasbourg CEMI 17 : ACTUALITES SUR LES ARBOVIROSES. 15 et 16 mars 2012 Institut Pasteur Virus TBE (1) Famille Togaviridae

Plus en détail

AIH Virus responsables d infections respiratoires

AIH Virus responsables d infections respiratoires 04/04/2016 SAUTY Paul L2 CR : NICOLAS Margot AIH Pr L. NINOVE 22 pages Plan : A. Introduction et généralités B. Orthomyxoviridae : Influenza virus I. Présentation II. Tropisme des virus grippaux III. Evolution

Plus en détail

Rencontre annuelle AQIA 8 septembre 2011

Rencontre annuelle AQIA 8 septembre 2011 Rencontre annuelle AQIA 8 septembre 2011 Les pathogènes dans les aliments: une préoccupation réelle! 9,4 millions de maladies d origine alimentaire 56 000 hospitalisations 1350 morts Scallan et al., 2011

Plus en détail

DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE

DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE La mission d un laboratoire de virologie - Le diagnostic par isolement des virus et leur identification (grippe, entérovirus) - Suivre l évolution biologique de l infection - Prévenir

Plus en détail

Comment faire la guerre au VRS Pour vous, pour la vie

Comment faire la guerre au VRS Pour vous, pour la vie LE VIRUS RESPIRATOIRE SYNCYTIAL Comment faire la guerre au VRS Pour vous, pour la vie Qu est-ce que le virus respiratoire syncytial ou VRS? Le virus respiratoire syncytial est un virus saisonnier. Il fait

Plus en détail

UF VIROLOGIE. Responsable de Pôle Dr B. RIGOU poste Chef de service Pr R. Césaire poste 24 24

UF VIROLOGIE. Responsable de Pôle Dr B. RIGOU poste Chef de service Pr R. Césaire poste 24 24 Responsable de Pôle Dr B. RIGOU poste 97 75 Chef de service Pr R. Césaire poste 24 24 Praticiens hospitaliers Dr F. Najioullah poste 3614 Dr L. Fagour poste 1031 Cadre de santé M J. Neret poste : 35-73

Plus en détail

A(H1N1)2009 : Irlande, Belgique Point épidémiologique 06 Décembre 2009

A(H1N1)2009 : Irlande, Belgique Point épidémiologique 06 Décembre 2009 Grippe A(H1N1) Irlande et Belgique 06 décembre 2009 A(H1N1)2009 : Irlande, Belgique Point épidémiologique 06 Décembre 2009 Département International & Tropical Cette note décrit la situation épidémiologique

Plus en détail

30/10/2012 ARLIN PACA /

30/10/2012 ARLIN PACA / ARLIN PACA / 2012 1 1 Diagnostic biologique et clinique difficile à faire. A l origine d un tiers de toutes les affections respiratoires des voies aériennes supérieures ARLIN PACA / 2012 2 2 Par culture

Plus en détail

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Bertrand Alexandre Président du Comité Vaccins Leem 29 janvier 2007 1 Les vaccins : une contribution majeure à l éradication ou l atténuation

Plus en détail

SURVEILLANCE DES INFECTIONS LIEES AU NOUVEAU CORONAVIRUS (NCoV) Définition de cas, signalement et confirmation biologique Mise à jour : 8 mai 2013

SURVEILLANCE DES INFECTIONS LIEES AU NOUVEAU CORONAVIRUS (NCoV) Définition de cas, signalement et confirmation biologique Mise à jour : 8 mai 2013 SURVEILLANCE DES INFECTIONS LIEES AU NOUVEAU CORONAVIRUS (NCoV) Définition de cas, signalement et confirmation biologique Mise à jour : 8 mai 2013 Contexte Le 7 mai 2013, un cas d infection respiratoire

Plus en détail

Gastroentérites virales Infections à Norovirus. Pr BM Imbert-Marcille Service de Virologie, CHU de Nantes Journée Hygiène 29/11/2016

Gastroentérites virales Infections à Norovirus. Pr BM Imbert-Marcille Service de Virologie, CHU de Nantes Journée Hygiène 29/11/2016 Gastroentérites virales Infections à Norovirus Pr BM Imbert-Marcille Service de Virologie, CHU de Nantes Journée Hygiène 29/11/2016 1 Gastro-entérites Les agents responsables des gastro-entérites peuvent

Plus en détail

Grippe. Cours du IFSI Hélène GUILLOT- CCA maladies infectieuses et tropicales GHPS

Grippe. Cours du IFSI Hélène GUILLOT- CCA maladies infectieuses et tropicales GHPS Grippe Cours du IFSI Hélène GUILLOT- CCA maladies infectieuses et tropicales GHPS Généralités Maladie hautement transmissible Liée à un VIRUS (Myxovirus influenzae) 3 types : A, B, C A: sous-type HxNy

Plus en détail

Virologie cours n 1 Structure des Virus Animaux

Virologie cours n 1 Structure des Virus Animaux Virologie cours n 1 Structure des Virus Animaux Ouvrage de référence: Traité de Virologie Médicale, Ester 2003 Introduction: Virus: taille entre 20 et 100 nm. Les virus peuvent donc infecter des cellules

Plus en détail

Bronchiolites. Dr Lucie JAFALIAN PAGÈS Pédiatre allergologue. Service de Pédiatrie CH Roanne. EPU - 17 janvier 2008

Bronchiolites. Dr Lucie JAFALIAN PAGÈS Pédiatre allergologue. Service de Pédiatrie CH Roanne. EPU - 17 janvier 2008 Bronchiolites Dr Lucie JAFALIAN PAGÈS Pédiatre allergologue Service de Pédiatrie CH Roanne EPU - 17 janvier 2008 Introduction Infection virale respiratoire épidémique saisonnière de l'enfant de moins de

Plus en détail

Incidence des maladies

Incidence des maladies Incidence des maladies Les vaccins ont contribué à la réduction spectaculaire du nombre de personnes malades et de décès provoqués par ces microbes ou virus. L effort vaccinal doit être maintenu afin d

Plus en détail

La grippe. Un fléau familier.!!! Le pire n est pas certain mais il faut s y préparer

La grippe. Un fléau familier.!!! Le pire n est pas certain mais il faut s y préparer La grippe Un fléau familier.!!! Le pire n est pas certain mais il faut s y préparer La grippe: Histoire Décrite depuis Hippocrate 500 avt JC Grande vague épidémique au moyen âge Grippe terme germanique

Plus en détail

MALADIES VIRALES PORCINES

MALADIES VIRALES PORCINES MALADIES VIRALES PORCINES Pathologie des maladies virales Chapitre 9 MALADIES VIRALES RESPIRATOIRES Pathologie des maladies virales, Chapitre 9.2. Page 1 1 GRIPPE PORCINE Etiologie Orthomyxovirus, virus

Plus en détail

Erythrovirus B19 et Transplantation Dominique Challine Laboratoire de Virologie d Urgences et de Qualification Virologiques Hôpital Henri Mondor

Erythrovirus B19 et Transplantation Dominique Challine Laboratoire de Virologie d Urgences et de Qualification Virologiques Hôpital Henri Mondor Erythrovirus B19 et Transplantation Dominique Challine Laboratoire de Virologie d Urgences et de Qualification Virologiques Hôpital Henri Mondor Le virus B19, principal représentant des Erythrovirus, est

Plus en détail

Pathologies virales. Généralités. Pathogénicité virale

Pathologies virales. Généralités. Pathogénicité virale Pathogénicité virale APTITUTE A PRODUIRE UNE MALADIE Procaryotes: lyse, transformation (lysogénie) ou parasitisme permanent de la cellule (phages Ff) Plantes: Apparition de symptômes plus ou moins prononcés

Plus en détail

Bronchiolite aiguë du nourrisson

Bronchiolite aiguë du nourrisson Bronchiolite aiguë du nourrisson Maladies inflammatoires aiguës des bronchioles Chez le nourrisson => étiologie virale +++ VRS, adénovirus, rhinovirus, para-influenza, métapneumovirus... Toxiques ou caustiques

Plus en détail

Extrait de la base de données EFICATT déc Bronchiolite à VRS

Extrait de la base de données EFICATT déc Bronchiolite à VRS Bronchiolite à VRS Mise à jour de la fiche : Décembre 2015 Titre : VIRUS RESPIRATOIRE SYNCYTIAL (VRS) - Agent de la bronchiolite à VRS Agent pathogène et pathologie Descriptif de l'agent pathogène Nom

Plus en détail

Grippe A (H1N1) Ex grippe «Porcine» ou «mexicaine» M Bouskraoui

Grippe A (H1N1) Ex grippe «Porcine» ou «mexicaine» M Bouskraoui Grippe A (H1N1) Ex grippe «Porcine» ou «mexicaine» M Bouskraoui Le pire n est pas certain mais il faut s y préparer Épidémie de grippe H1N1 de 2009 Les virus grippaux C : uniquement humain, cas sporadiques

Plus en détail

BRONCHIOLITE. Dr Claudia HOSPICE Septembre 2013

BRONCHIOLITE. Dr Claudia HOSPICE Septembre 2013 BRONCHIOLITE Dr Claudia HOSPICE Septembre 2013 DEFINTION Inflammation des bronchioles obstruction par des sécrétions, risque de détresse respiratoire Maladie virale - VRS (virus respiratoire syncitial)++:

Plus en détail

Diagnostic virologique des infections respiratoires virales aiguës

Diagnostic virologique des infections respiratoires virales aiguës Séminaire-Atelier LES INFECTIONS RESPIRATOIRES VIRALES AIGUES 18 20 avril 2005, Tunis Diagnostic virologique des infections respiratoires virales aiguës Myriam Ben Mamou Laboratoire de Microbiologie Hôpital

Plus en détail

Contre quelles maladies nos

Contre quelles maladies nos Fiche technique n 7 Contre quelles maladies nos chiens sont-ils vaccinés? La vaccination est une des armes les plus efficaces dans la lutte contre certaines maladies infectieuses. En matière de médecine

Plus en détail

Antibiothérapie Des infections respiratoires aigues de l enfant

Antibiothérapie Des infections respiratoires aigues de l enfant Antibiothérapie Des infections respiratoires aigues de l enfant Mohammed BOUSKRAOUI CHU Mohammed VI Marrakech bouskraoui@yahoo.fr A. 6 mois Fièvre à 38.5 C, tousse Pas de détresse respiratoire, bruits

Plus en détail

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES HÉPATITES VIRALES A, B ET C

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES HÉPATITES VIRALES A, B ET C Concentration relative NUMERO - info 7 2016 DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES HÉPATITES VIRALES A, B ET C 1- DIAGNOSTIC SÉROLOGIQUE DE L HÉPATITE A Le diagnostic d une infection récente par le virus de l hépatite

Plus en détail

«GRIPPE AVIAIRE» REUNION D INFORMATION. Informations à jour au 13 avril 2006

«GRIPPE AVIAIRE» REUNION D INFORMATION. Informations à jour au 13 avril 2006 «GRIPPE AVIAIRE» REUNION D INFORMATION Informations à jour au 13 avril 2006 «de l épizootie» «à la pandémie» le plan gouvernemental de prévention et de lutte les questions diverses «DE L ÉPIZOOTIE... À

Plus en détail

MALADIES VIRALES DES BOVINS MALADIES VIRALES DIGESTIVES DES BOVINS. Pathologie des maladies virales, Chapitre 4 (suite)

MALADIES VIRALES DES BOVINS MALADIES VIRALES DIGESTIVES DES BOVINS. Pathologie des maladies virales, Chapitre 4 (suite) MALADIES VIRALES DES BOVINS Chapitre 4 (suite) 1 MALADIES VIRALES DIGESTIVES DES BOVINS Chapitre 4.2. 2 1 DIARRHEE NEONATALE A ROTAVIRUS BOVIN Chapitre 4.2.1. 5 Etiologie Rotavirus : RNA bicaténaire (11

Plus en détail

Le virus. Les virus(acaryotes)

Le virus. Les virus(acaryotes) . Les virus(acaryotes) Le virus I-Généralités : Le virus (cellule acaryote) est une entité biologique incapable de se reproduire de façon autonome, nécessitant une cellule hôte, dont il utilise les constituants

Plus en détail

Nouveaux virus grippaux

Nouveaux virus grippaux Nouveaux virus grippaux Dr Anne Goffard Faculté de Pharmacie, Université de Lille Virologie moléculaire et Cellulaire, CNRS, Inserm, Institut Pasteur Lille Service de Virologie, CHRU de Lille De quoi allons-nous

Plus en détail

Les virus : morphologie, taxonomie, physiopathologie

Les virus : morphologie, taxonomie, physiopathologie 05/02/2014 DE WAARD Aurianne L2 Agents infectieux, hygiène Pr. X. de Lamballerie Relecteur 6 6 pages Plan : A. Définition, structure I. Le génome II. La capside III. L'enveloppe IV. La classification Agents

Plus en détail

Gastro-entérites virales

Gastro-entérites virales U.F.R Médecine L3 Année 2014 / 2015 U.E. Agents Infectieux Gastro-entérites virales Pr. Astrid Vabret Laboratoire de Virologie, CHU Caen EA4655 U2RM Université Basse-Normandie Centre National de référence

Plus en détail

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2016

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2016 BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2016 Durée : 3 heures Coefficient : 7 Avant de composer, le candidat s assurera

Plus en détail

Infection maternofoetales et néonatales à Herpes simplex (HSV)

Infection maternofoetales et néonatales à Herpes simplex (HSV) Surveillance des cas d herpès néonatal enquête 2011-2015 auprès des services de Pédiatrie et Laboratoires Epidémiologie : Les virus herpès simplex de type 1 et 2 (HSV1 et HSV2) sont surtout responsables

Plus en détail

Eléments de virologie

Eléments de virologie Université Mohammed V Agdal Faculté des Sciences Rabat Eléments de virologie Préparéé par Pr El Bekkay BERRAHO Laboratoire de Microbiologie et Biologie Moléculaire, B.P. 1014, Rabat Maroc. Tél. (212) 37

Plus en détail

Recommandations sur l utilisation l nouveaux outils diagnostiques étiologiques dans les infections respiratoires basses de plus de trois mois

Recommandations sur l utilisation l nouveaux outils diagnostiques étiologiques dans les infections respiratoires basses de plus de trois mois Recommandations sur l utilisation l des nouveaux outils diagnostiques étiologiques dans les infections respiratoires basses de l enfant l de plus de trois mois Groupe de travail SP2A-GRAPP 2012 Dr Plouessel,

Plus en détail

Surveillance de l infection à Middle East Respiratory Syndrome (MERS) Coronavirus Bilan du dispositif de détection en Ile-de-France

Surveillance de l infection à Middle East Respiratory Syndrome (MERS) Coronavirus Bilan du dispositif de détection en Ile-de-France Surveillance de l infection à Middle East Respiratory Syndrome (MERS) Coronavirus Bilan du dispositif de détection en Ile-de-France Annie-Claude Paty CIRE Ile de France, Champagne Ardenne JRVS, 21 novembre

Plus en détail

Multiplication des virus

Multiplication des virus Dr Bousselham.A ép. Aîssani Maître assistante en Microbiologie Faculté de médecine de Tlemcen Module : Bactériologie médicale Introduction : Multiplication des virus Les Virus sont des parasites intracellulaires

Plus en détail

SRAS vs grippe aviaire

SRAS vs grippe aviaire Le diagnostic de laboratoire du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et de l influenza aviaire. Hugues Charest, Ph. D. Laboratoire de santé publique du Québec Journées annuelles de santé publique 24

Plus en détail

Les virus sont-ils prévisibles?

Les virus sont-ils prévisibles? Les virus sont-ils prévisibles? Pr Didier HOBER Laboratoire de Virologie CHRU Lille dhober@chru-lille.fr Pôle de Microbiologie Laboratoire de Virologie Pr Didier HOBER A Baras A Goffard L Bocket A Dewilde

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN CAS DE ROUGEOLE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN CAS DE ROUGEOLE SAINT- ANTOINE CONDUITE A TENIR DEVANT UN CAS DE ROUGEOLE Référence : CAT/SOINS/RISQUES/01-2011 Page 1/9 Version : 1 REDACTION TABLEAU DE VALIDATION NOM DATE VISA Dr F. Barbut, Dr Bignebat, Dr Ch. Caron,

Plus en détail

Bronchiolite : nouvelles recommandations. Marion BAZIARD / DES de Médecine Générale

Bronchiolite : nouvelles recommandations. Marion BAZIARD / DES de Médecine Générale Bronchiolite : nouvelles recommandations Marion BAZIARD / DES de Médecine Générale 7 Avril 2015 2 nouvelles références en 2014 «Saisissez une citation ici.» Arch Pediatr. 2014 Jan;21(1):53-62 «Saisissez

Plus en détail

Bilan de la saison

Bilan de la saison 6 ème Session : Polémique sur la vaccination antigrippale Les virus en cause, épidémiologie 2014-2015, prévisions pour 2015-2016 Septembre 2015 Pr Hervé Fleury Dr Alice Vilain-Parcé Laboratoire de Virologie

Plus en détail

«la rhinotrachéite infectieuse»

«la rhinotrachéite infectieuse» Fiche technique n 4 2 ème édition L herpèsvirose féline, «la rhinotrachéite infectieuse» L herpèsvirus félin (agent de la rhinotrachéite infectieuse féline) fait partie des agents impliqués dans le syndrome

Plus en détail

Évaluation d un dispositif de diagnostic rapide de la grippe en Ehpad, Région Paca, hiver

Évaluation d un dispositif de diagnostic rapide de la grippe en Ehpad, Région Paca, hiver Évaluation d un dispositif de diagnostic rapide de la grippe en Ehpad, Région Paca, hiver 2012-2013 Journée régionale de veille sanitaire Corse Ajaccio 15/10/2013 Tiphanie Succo Cire Sud Contexte Infections

Plus en détail

Aspects cliniques et épidémiologiques des infections à adénovirus chez les personnes infectées par le VIH

Aspects cliniques et épidémiologiques des infections à adénovirus chez les personnes infectées par le VIH Revue critique de l'actualité scientifique internationale sur le VIH et les virus des hépatites n 41 - décembre 96 ADENOVIRUS Aspects cliniques et épidémiologiques des infections à adénovirus chez les

Plus en détail

Epidémiologie. Terrain du patient = élément majeur de pronostic et de prise en charge

Epidémiologie. Terrain du patient = élément majeur de pronostic et de prise en charge PNEUMOPATHIES 1 Epidémiologie Les pneumopathies communautaires sont des infections potentiellement grave (5 ème ou 6 ème cause de décès dans les pays industrialisés) 1 ère cause de décès d origine infectieuse

Plus en détail