Table des matières. Imagerie radioscopique de sûreté Avertissement...3 Les auteurs...5 Préambule...9

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Table des matières. Imagerie radioscopique de sûreté... 21. Avertissement...3 Les auteurs...5 Préambule...9"

Transcription

1 Avertissement...3 Les auteurs...5 Préambule...9 Imagerie radioscopique de sûreté Rémi Arbonville et Christophe Naudin Introduction...22 Principes généraux en imagerie radioscopique...23 Le principe de base en radioscopie...23 Les différentes techniques radioscopiques...24 Naissance de l imagerie radioscopique de sûreté...37 Formation des opérateurs en radioscopie de sûreté...42 Dissocier la «formation des opérateurs» de «l achat de matériel»...43 La formation en imagerie radioscopique...44 Le grand danger d une apparente simplicité...55 Sélection et aptitudes des opérateurs en radioscopie de sûreté...58 Aptitudes générales...58 Aptitude médicale Pré-requis généraux...68 La formation des agents de sûreté en imagerie...78 La formation des formateurs en imagerie...83 Etat et structure de la matière...85 Atomes et molécules

2 Tableau périodique des éléments La discrimination des matières Composition de quelques matières caractéristiques Le rayonnement X Généralités sur le rayonnement Interaction du rayonnement avec la matière Les rayonnements X L appareil de radioscopie X Les tunnels radioscopiques Les générateurs mobiles portables Les générateurs mobiles embarqués Les rayonnements ionisants Les rayonnements ionisants sont-ils dangereux? Radioactivité et imagerie radioscopique Rayons X et rayons γ Epidémiologie Surveillance médicale Doses naturelles de rayonnement ionisants Les unités de mesures indispensables à l'étude des effets des rayonnements ionisants (Becquerel, Gray, Sievert) Les effets des rayonnements ionisants sur l organisme Radioprotection et imagerie Techniques utilisées en imagerie radioscopique de sûreté Le positionnement en cabine blindée Le positionnement avec un générateur portable Le positionnement avec un système mobile Distance entre les objets sur le convoyeur Limitations en fonction de la taille du tunnel Vérification de la calibration Analyse radioscopique Méthode et processus analytique

3 Mode d'emploi sûreté Tome 1 Etude du contenant Etude des masses métalliques denses Etude des masses organiques denses Recherches d engins improvisés Recherche d objets interdits Fonctions complémentaires Détection automatique des matières à haute énergie Le diagnostic de sûreté Conclusion Connaissance de l armement et des munitions associées Philippe Peseux Introduction Objectif de l'ouvrage Les processus de réaction en cas de découverte positive au contrôle radioscopique, au contrôle manuel ou en détection au portique Définitions et généralités en armement Les armes par nature Les armes par destination Les armes par assimilation Définitions et généralités sur les munitions Les unités du Système International Pression et énergie cinétique Notions de balistique appliquée Les munitions létales Quelques législations La législation française La législation britannique La législation luxembourgeoise La carte européenne La Suisse La législation américaine

4 Le Brésil Les effets du contrôle Notions sur l'armement Les armes sont-elles dangereuses? L arme, objet ludique, outil de défense, de dissuasion, ou outil criminel? Vision et perception des armes selon les cultures Les armes et la mission de sûreté Savoir évaluer les limites de sa mission de sûreté Les munitions Désignations des calibres pour armes à canon rayé Les cartouches pour canons rayés Le transport par voie aérienne de munitions en bagage de soute Le transport par voie maritime de munitions en bagage de cabine Le transport par train de munitions en bagage de cabine ou bagages accompagnés Les armes à feu légères Les armes d'épaule Les armes de poing Les armes non létales et leurs projectiles Les armes à feu anciennes, de collection et leurs reproductions Les armes à air comprimé et à gaz carbonique Les armes blanches Les couteaux Les sabres et les épées Les tomahawks Les armes de jet Les arcs Les arbalètes Les pistolets arbalètes Les fusils de chasse sous-marine Les lance-pierres

5 Mode d'emploi sûreté Tome 1 Les sarbacanes Les couteaux de lancer Les étoiles de jet Les armes de frappe Les matraques Les poings américains Les répliques Les armes de poing d'alarme et de starter Les armes neutralisées Les répliques inertes d'armes à feu Les éclatés Les œuvres d'art et les objets décoratifs Les armes par assimilation Les jouets simulant une arme à feu Les jouets simulant une arme blanche Les Softair guns Les paintball guns Les armes par destination Les cutters à lame et les bistouris Les ciseaux Les ustensiles de cuisine Les objets perforants Les outils de frappe Les outils tranchants Les objets massifs Les pistolets de détresse Les pseudos armes par destination La dissimulation des armes Les armes dissimulées Les leurres Signature radioscopique de leurres et armes dissimulées

6 La plus dangereuse des armes individuelles Annexes Connaissance des explosifs et des munitions de guerre Thierry Vareilles Introduction Les explosifs Les grenades Les roquettes Programme de «formation sur les explosifs et les munitions de guerre» Les explosifs Les explosifs conventionnels Qu'est-ce qu'une substance explosive? La décomposition des matières à haute énergie Qu'est-ce qu'un explosif? Classification des explosifs selon leur composition chimique Les bouillis et gels explosifs Les mélanges explosifs plastiques ou explosifs à usage militaire Classification selon leur mode d'action Classification selon leur mode d'initiation Quelques substances explosibles les plus courantes Les substances non utilisées pour leurs propriétés explosives Evaluation des propriétés explosives Sensibilité de l'explosif Stabilité Effets explosifs Les effets de l'inflammation Effet d'entraînement Effets pendant l'emploi Les explosifs modernes et spéciaux Les explosifs non conventionnels

7 Mode d'emploi sûreté Tome 1 Les charges perforantes formées Les charges coupantes formées Les explosifs artisanaux ou de circonstances Les explosifs liquides Généralités sur les munitions de guerre Les munitions artisanales ou de circonstances Les grenades L'effet recherché Les grenades à effets spéciaux Les grenades à main Les grenades lancées par une arme Les grenades encartouchées Quelques exemples Les roquettes Qu est-ce qu une roquette Les lance-roquettes Quelques exemples intéressant l aéronautique La lutte contre le terrorisme Les dispositions juridiques Le droit international Particularités par pays Les unités d'intervention La phase passive La phase active L'antiterrorisme en France Conclusion Glossaire et acronymes EEI ECI ET autres menaces actuelles Stéphane Cottin Introduction Principes de fonctionnement d un EI

8 Composition Organisation Caractéristique Les risques Risque nucléaire Risque biologique Risque chimique La communauté scientifique Engin Explosif Improvisé Les effets Des éléments radioactifs Des agents biologiques Des agents chimiques D un engin explosif Les prochains attentats Des changements touchant la nature du terrorisme Les tendances plus générales observées à l'échelle mondiale Sites sensibles Chimique Les modes opératoires Engins improvisés Radiologique Biologique Scénarii possibles Chimique Limiter le risque Les indices d une attaque chimique Les indices d une attaque biologique Les indices d une attaque radiologique Premières mesures à prendre Mesures de décontaminations

9 Mode d'emploi sûreté Tome 1 Les axes de progrès Actions à mener pour lutter contre la menace Et si nous regardions dans la mauvaise direction? Le neurologique L agro terrorisme Formation des agents de sûreté aux nouvelles menaces : les pré-requis Conclusion Acronymes et définitions Annexe Facteurs humains en sûreté Hubert Roux Introduction Quelques notions essentielles Première approche des facteurs humains Pour vous que sont les facteurs humains? Les avantages d une formation sur les facteurs humains Les bases psychologiques et médicales Les êtres humains vivent dans un environnement physique La vision L audition Capacités et limites intellectuelles - Le cognitif Nos mémoires et les connaissances Nos ressources mentales Représentation de la charge de travail Que peut-on faire pour améliorer ses performances? Caractères dominants Erreur et fiabilité humaines L erreur La faute Les sanctions

10 Personnalité, motivation, stress et adaptation Les besoins et motivations : la pyramide de Maslow L individu : personnalité et attitudes L échelle d ajustement social de Rahe et Holmes La réaction de stress (d après Selye, 1936) Fatigue, sommeil et vigilance La fatigue Le sommeil L insomnie Communication - contact avec les personnes contrôlées Comment améliorer les communications? Automatisation Doit-on garder l Homme dans la boucle ou l exclure? La programmation des automatismes est-elle dangereuse? Prise de décision Comment peut-on améliorer la prise de décision? Gestion des ressources dans une équipe La synergie Le Leadership La gestion des conflits Le personnel est un acteur d un système complexe La culture d entreprise La nécessité des procédures Attitudes dangereuses Les attitudes dangereuses Les antidotes L'agent de sûreté La tenue sur le poste L agent de sûreté aéroportuaire L agent de sûreté portuaire ou maritime L agent de sûreté ferroviaire

11 Mode d'emploi sûreté Tome 1 L agent de sûreté dans une centrale nucléaire L agent de sûreté portier d un établissement pénitentiaire L agent de sûreté d un palais d état L agent de sûreté d une entreprise L agent de sûreté d un musée ou d une exposition L agent de sûreté d un site classé Défense Nationale Le Système de Gestion de la Sécurité Conclusion Glossaire Bibliographie Références administratives La détection des traces Christophe Naudin Introduction Principes généraux de la détection des traces Comparaison entre deux modes de détection Les techniques de décomposition de la matière Formation des opérateurs à la détection des traces Formation initiale d opérateur en détection de traces Formation à la détection de traces pour des opérateurs déjà formés en imagerie Dissocier la «formation des opérateurs» de «l achat de matériel» La formation à la détection des traces Les détecteurs de traces IONSCAN 400B EGIS II EGIS III EGIS DEFENDER ITEMISER SABRE 4000FR Le GSS

12 MOBILE TRACE E IONSCAN 500DT SENTINEL II ENTRYSCAN Contraintes d utilisation d un détecteur de traces Domaine d utilisation du détecteur de traces Etat et structure de la matière Rappels de physique La couche limite Herméticité de la matière Le rayonnement γ Rappels de physique Rayons γ et isotopes utilisés en détection de traces Principes de fonctionnement La chromatographie La spectrométrie La chimiluminescence Les plasmas Utilisation du détecteur de traces Principe de base Mise en route d un détecteur de traces Prélèvement et analyse d échantillon Fonction de supervision Procédure de prélèvement Utilisation principale ou secondaire du DDT Les procédures Conclusion Remerciements

SURVEILLANCE PRÉVENTION SÛRETÉ PRÉVENTION SURETÉ Sommaire Sommaire Surveillance Prévention Sureté...48

SURVEILLANCE PRÉVENTION SÛRETÉ PRÉVENTION SURETÉ Sommaire Sommaire Surveillance Prévention Sureté...48 Le Guide ÉCOLE DE SÉCURITÉ SURVEILLANCE PRÉVENTION SÛRETÉ PRÉVENTION SURETÉ Sommaire Sommaire Surveillance Prévention Sureté....48 Les obligations légales....49 Surveillance, prévention :...50 - CQP Agent

Plus en détail

L'outil militaire. A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi?

L'outil militaire. A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi? L'outil militaire A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi? Un manuel de l outil militaire? La mésange qui explique à l oursin comment le lézard doit se servir de sa clé USB. Les conflits après

Plus en détail

Type d événement : Mise à feu de deux bombes artisanales lors du marathon de Boston

Type d événement : Mise à feu de deux bombes artisanales lors du marathon de Boston Type d événement : Mise à feu de deux bombes artisanales lors du marathon de Boston Date de l événement : 15 avril 2013 Lieu de l événement : Près de la ligne d arrivée du marathon de Boston Pays : États-Unis

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ Arrêté du 21 décembre 2007 définissant les modalités de formation et de délivrance du certificat

Plus en détail

Au sens des présentes Conditions Générales, les termes suivants sont définis comme suit :

Au sens des présentes Conditions Générales, les termes suivants sont définis comme suit : Article 1 - Objet / Definitions Les présentes Conditions Générales ont pour objet de définir les conditions auxquelles est fourni le Service LibertyBag (ci-après "le Service"), utilisable par les passagers

Plus en détail

SYSTÈMES DE ROQUETTES À INDUCTION Lance-roquettes Roquettes. www.tda-armements.com

SYSTÈMES DE ROQUETTES À INDUCTION Lance-roquettes Roquettes. www.tda-armements.com SYSTÈMES DE ROQUETTES À INDUCTION Lance-roquettes Roquettes www.tda-armements.com Intégration : un précieux savoir-faire Dialogue avec les roquettes Conforme à toutes les normes OTAN Intégré sur LH10 ELLIPSE

Plus en détail

ASSISTANCE ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS OFFERTS DANS D AUTRES INSTANCES INTERNATIONALES. Document soumis par l Unité d appui à l application *

ASSISTANCE ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS OFFERTS DANS D AUTRES INSTANCES INTERNATIONALES. Document soumis par l Unité d appui à l application * RÉUNION DES ÉTATS PARTIES À LA CONVENTION SUR L INTERDICTION DE LA MISE AU POINT, DE LA FABRICATION ET DU STOCKAGE DES ARMES BACTÉRIOLOGIQUES (BIOLOGIQUES) OU À TOXINES ET SUR LEUR DESTRUCTION BWC/MSP/2009/MX/INF.4

Plus en détail

DES SOLUTIONS DE SÉCURITÉ INNOVANTES

DES SOLUTIONS DE SÉCURITÉ INNOVANTES MORPHO DETECTION DES SOLUTIONS DE SÉCURITÉ INNOVANTES L EXCELLENCE EN MATIÈRE DE DÉTECTION D EXPLOSIFS ET DE NARCOTIQUES ET D IDENTIFICATION DES SUBSTANCES POINTS CLÉS > Le partenariat de Morpho Detection

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

Code Apporteur : Raison sociale :... Adresse :. Noms et adresses des filiales à assurer :..

Code Apporteur : Raison sociale :... Adresse :. Noms et adresses des filiales à assurer :.. Code Apporteur : Note de présentation- Gardiennage - Alarme - Protection Surveillance 20080703 : Nous fournir obligatoirement l extrait K bis et l autorisation préfectorale pour toute étude Identification

Plus en détail

Systèmes de filtration NRBC

Systèmes de filtration NRBC SP Défense Fournisseur des armées depuis 50 ans Honeywell Safety Products SP Défense Immeuble Edison - ZI Paris-Nord 2 33, rue des Vanesses - BP 55288 Villepinte 95958 Roissy CDG Cedex - France Tél. :

Plus en détail

NOUVELLE REGLEMENTATION des ARMES

NOUVELLE REGLEMENTATION des ARMES Source : Union Française des amateurs d Armes NOUVELLE REGLEMENTATION des ARMES La liste des armes relevant de la catégorie A, Rubrique 1 est donnée par l art 2 du décret du 30 juillet 2013.. Texte officiel

Plus en détail

Terrorisme nucléaire. Michel WAUTELET Université de Mons 6 août 2011

Terrorisme nucléaire. Michel WAUTELET Université de Mons 6 août 2011 Terrorisme nucléaire Michel WAUTELET Université de Mons 6 août 2011 Terrorisme nucléaire Menace ou risque? - Avril 2010, Washington: Barack Obama réunit un sommet de 47 pays sur le sujet - Terrorisme?

Plus en détail

SURVEILLANCE. SÛRETé AéROPORTUAIRE

SURVEILLANCE. SÛRETé AéROPORTUAIRE SURVEILLANCE SÛRETé AéROPORTUAIRE Ingénierie sûreté TechnologieS télésurveillance sécurité mobile formations services 1 er groupe français indépendant de sécurité privée Une grande entreprise familiale

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF

N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF Paris, le 06 juillet 2010 Objet : Inspection

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

Foire aux Questions (F A Q)

Foire aux Questions (F A Q) PLAN VIGIPIRATE 2014 Foire aux Questions (F A Q) Sommaire 1. Comment fonctionne le plan Vigipirate? 1.1. Comment et par qui sont appliquées les mesures dans les lieux ouverts au public?..........3 1.2.

Plus en détail

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer Complétez le schéma de gestion des déchets nucléaires en vous aidant du panneau, les surfaces des cercles sont proportionnelles à leur importance Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ

Plus en détail

«AGENT(E) SPECIALISE(E) EN SECURITE PRIVE»

«AGENT(E) SPECIALISE(E) EN SECURITE PRIVE» «AGENT(E) SPECIALISE(E) EN SECURITE PRIVE» Titre RNCP de niveau V (Arrêté du 19 novembre 2014 portant enregistrement au RNCP - JO du 29 novembre 2014) Les titulaires de ce titre RNCP niveau V pourront

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 26 octobre 2005 relatif aux modalités de formation de la personne compétente en radioprotection

Plus en détail

PRESENTATION DU STANDARD TIA (Télécommunications Industry Association) 942

PRESENTATION DU STANDARD TIA (Télécommunications Industry Association) 942 PRESENTATION DU STANDARD TIA (Télécommunications Industry Association) 942 YCHE SOMMAIRE Présentation générale Présentation détaillée Périmètre de risques type Criticité d une salle serveurs Points complémentaires

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Mesurer et prévenir les risques professionnels Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de

Plus en détail

L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES

L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES SAMEDI 15 SEPTEMBRE 2012 ENTRÉE LIBRE DE 10H30 À 17H SUR PRÉSENTATION D UNE CARTE D IDENTITÉ 31, AVENUE DE LA DIVISION

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement

SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement Rubrique : Fonctionnels de la prévention du ministère... 2... 4 Rubrique : Risques psychosociaux...12 1 SOMMAIRE Rubrique : Fonctionnels

Plus en détail

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES Questionnaire EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES SCP 4010-2 LE NUCLÉAIRE, DE L'ÉNERGIE DANS LA MATIÈRE /263 FORME C Version corrigée: Équipe sciences LeMoyne d'iberville, septembre 2006. QUESTION 1 (5 pts) 1. La

Plus en détail

Aménagement de véhicules. Formations, produits et services policiers

Aménagement de véhicules. Formations, produits et services policiers Formations, produits et services policiers Aménagement de véhicules 3 Approvisionnement 4 Bâton PR-24 5 Bâton télescopique 6 Commandement d opérations policières 7 Communication en situation de conflit

Plus en détail

PROGRAMME DE MÉTHODES ET PRATIQUES SCIENTIFIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE

PROGRAMME DE MÉTHODES ET PRATIQUES SCIENTIFIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE PROGRAMME DE MÉTHODES ET PRATIQUES SCIENTIFIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule L enseignement d exploration «méthodes et pratiques scientifiques» permet

Plus en détail

Monsieur RIBETTE Christophe SCREG Est Agence Bourgogne Franche Comté 9, rue des Serruriers 21800 CHEVIGNY SAINT SAUVEUR

Monsieur RIBETTE Christophe SCREG Est Agence Bourgogne Franche Comté 9, rue des Serruriers 21800 CHEVIGNY SAINT SAUVEUR DIRECTION RÉGIONALE DE L INDUSTRIE, DE LA RECHERCHE ET DE L ENVIRONNEMENT DE BOURGOGNE www.bourgogne.drire.gouv.fr Division de Dijon Monsieur RIBETTE Christophe SCREG Est Agence Bourgogne Franche Comté

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Divers bonus et malus

Divers bonus et malus EXcidium 2.0 Valeurs des Marges de Réussites (MDR) : Réussite mitigée : MDR 0-5 Réussite normale : MDR 6-10 Réussite brillante : MDR 11-15 Réussite écrasante : MDR 16 et plus 1 au dé est toujours un succès,

Plus en détail

Outil d inspection Stockage de substances explosives

Outil d inspection Stockage de substances explosives Outil d inspection Stockage de substances explosives Août 2011 Services belges d inspection Seveso Cette brochure est disponible gratuitement auprès de la: Division du contrôle des risques chimiques SPF

Plus en détail

Ordonnance sur la protection contre le bruit

Ordonnance sur la protection contre le bruit Ordonnance sur la protection contre le bruit (OPB) Modification du 23 août 2006 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 15 décembre 1986 sur la protection contre le bruit 1 est modifiée comme

Plus en détail

LA MESURE DE MASSE POUR LA DÉTERMINATION DE PÉRIODES RADIOACTIVES

LA MESURE DE MASSE POUR LA DÉTERMINATION DE PÉRIODES RADIOACTIVES LA EURE DE AE POUR LA DÉTERINATION DE PÉRIODE RADIOACTIVE CEA ACLAY, DEN/DAN/DPC ervice d Études Analytiques et de Réactivité des urfaces Laboratoire de développement Analytique Nucléaire Isotopique et

Plus en détail

Exercice Green Cloud. Résumé

Exercice Green Cloud. Résumé Exercice Green Cloud Résumé Avril 2014 http://simtec.jibc.ca 1 P age Introduction L exercise Green Cloud est le deuxième d une série de cinq prévus sur une période de quatre ans qui auront pour but d étudier

Plus en détail

K2503 - Sécurité et surveillance privées

K2503 - Sécurité et surveillance privées Appellations (Métiers courants) Agent / Agente de sécurité Agent / Agente de sécurité incendie Agent / Agente de sûreté aéroportuaire Agent / Agente de télésurveillance Garde du corps privé / privée Maître-chien

Plus en détail

Principe et fonctionnement des bombes atomiques

Principe et fonctionnement des bombes atomiques Principe et fonctionnement des bombes atomiques Ouvrage collectif Aurélien Croc Fabien Salicis Loïc Bleibel http ://www.groupe-apc.fr.fm/sciences/bombe_atomique/ Avril 2001 Table des matières Introduction

Plus en détail

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress Dr N. Lafay Introduction Stress = événements de vie Stress, bases physiologiques Événements de vie, bases épidémiologiques Adaptation du sujet à une

Plus en détail

Produits dangereux. Définition

Produits dangereux. Définition Produits dangereux Définition Les produits dangereux sont capables de provoquer des effets indésirables en cas de contact ou d ingestion. Ces effets peuvent se manifester sous forme de : intoxication ;

Plus en détail

ANF Becquerel Assurance qualité Normalisation. http://reseau-becquerel.in2p3.fr

ANF Becquerel Assurance qualité Normalisation. http://reseau-becquerel.in2p3.fr ANF Becquerel Assurance qualité Normalisation http://reseau-becquerel.in2p3.fr P. 2 Un peu d histoire Le code Hammourabi (-2150) «Si un maçon construit une maison et que celle-ci s écrase et tue ses habitants,

Plus en détail

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE. (représentée par le président) LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE. (représentée par le président) LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE MDN : 2011010001 CCSN : 3639875 PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (représentée par le président) ET LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE (représenté par le sous-ministre

Plus en détail

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

Chap 2 : Noyaux, masse, énergie.

Chap 2 : Noyaux, masse, énergie. Physique. Partie 2 : Transformations nucléaires. Dans le chapitre précédent, nous avons étudié les réactions nucléaires spontanées (radioactivité). Dans ce nouveau chapitre, après avoir abordé le problème

Plus en détail

Surveillance dosimétrique Note législative

Surveillance dosimétrique Note législative VL/NB Bruxelles, le 17 mars 2014 Surveillance dosimétrique Note législative 1 Un nouveau texte de loi vient de paraître. Il s agit de : Loi du 26 janvier modifiant la loi du 15 avril 1994 relative à la

Plus en détail

H1302 - Management et ingénierie Hygiène Sécurité Environnement -HSE- industriels

H1302 - Management et ingénierie Hygiène Sécurité Environnement -HSE- industriels Appellations Adjoint / Adjointe au responsable environnement-hygiène-sécurité en industrie Ingénieur / Ingénieure en traitement des déchets industriels Chargé / Chargée de l'hygiène et de la sécurité du

Plus en détail

I1102 - Management et ingénierie de maintenance industrielle

I1102 - Management et ingénierie de maintenance industrielle Appellations Chargé / Chargée de la sous-traitance en maintenance industrielle Ingénieur / Ingénieure de support technique maintenance industrielle Chef de service d'entretien et de maintenance industrielle

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE L ASSURANCE MACHINE

CONDITIONS GENERALES DE L ASSURANCE MACHINE CONDITIONS GENERALES DE L ASSURANCE MACHINE Pagina 1 SOMMAIRE I. Conditions de garantie A. Objets assurés B. Garanties de base C. Garanties supplémentaires D. Exclusions II. Conditions communes et administratives

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

Extinction. Choisissez votre système d extinction. Qu'est-ce qu'un système d extinction? Les principes du feu

Extinction. Choisissez votre système d extinction. Qu'est-ce qu'un système d extinction? Les principes du feu Extinction Choisissez votre système d extinction Qu'est-ce qu'un système d extinction? Dans un système de protection incendie, il ne suffit pas de détecter et de mettre en sécurité. Il est souvent nécessaire

Plus en détail

Maîtrise des Fournisseurs. La CAEAR. Commission d Acceptation des Entreprises en Assainissement Radioactif

Maîtrise des Fournisseurs. La CAEAR. Commission d Acceptation des Entreprises en Assainissement Radioactif Maîtrise des Fournisseurs La CAEAR Commission d Acceptation des Entreprises en Assainissement Radioactif 1 La CAEAR : Définition Commission interne au CEA, Elle a pour mission la présélection des entreprises

Plus en détail

Comment se préparer en vue d un voyage à l extérieur du pays?

Comment se préparer en vue d un voyage à l extérieur du pays? 1 Comment se préparer en vue d un voyage à l extérieur du pays? Remerciements L AJEFO remercie le Ministère des affaires étrangères et Commerce International pour nous avoir fourni l information pour cette

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Arrêté du 6 décembre 2013 relatif aux modalités de formation de la

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

Electrification statique - Problèmes et solutions L application des sources ionisantes. Auteur: Dr Mark G Shilton, CChem, MRSC. (Copie du document

Electrification statique - Problèmes et solutions L application des sources ionisantes. Auteur: Dr Mark G Shilton, CChem, MRSC. (Copie du document Electrification statique - Problèmes et solutions L application des sources ionisantes. Auteur: Dr Mark G Shilton, CChem, MRSC. (Copie du document présenté à la Conférence sur la sécurité et la fiabilité

Plus en détail

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire Énergie Table des A. Énergie 1. 2. 3. La centrale Énergie Table des Pour ce chapitre du cours il vous faut à peu près 90 minutes. A la fin de ce chapitre, vous pouvez : -distinguer entre fission et fusion.

Plus en détail

Avertisseur de monoxyde de carbone

Avertisseur de monoxyde de carbone Page 1 sur 5 http://www.msss.gouv.qc.ca/sujets/santepub/environnement/index.php?avertisseur Santé environnementale > Environnement intérieur > Monoxyde de carbone > Avertisseur Avertisseur de monoxyde

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

École primaire publique 32, rue de Bérentzwiller 68130 JETTINGEN Tél. : 03 89 68 07 60 RÈGLEMENT INTÉRIEUR

École primaire publique 32, rue de Bérentzwiller 68130 JETTINGEN Tél. : 03 89 68 07 60 RÈGLEMENT INTÉRIEUR École primaire publique 32, rue de Bérentzwiller 68130 JETTINGEN Tél. : 03 89 68 07 60 RÈGLEMENT INTÉRIEUR l. HORAIRES De 8h à 11h30 et de 13h30 à 16h00 les lundi, mardi, jeudi et vendredi Classe maternelle

Plus en détail

SFRP Angers Juin 2009

SFRP Angers Juin 2009 SFRP Angers Juin 2009 Gestion post-accidentelle d un d accident nucléaire : : Avancement des travaux du du CODIRPA Jean-Luc GODET Directeur des des rayonnements ionisants et et de de la la santé Introduction

Plus en détail

«Cofely Endel apporte la force d un groupe, leader sur le marché de la maintenance. Ses

«Cofely Endel apporte la force d un groupe, leader sur le marché de la maintenance. Ses CHIMIE Maintenance d un centre de stockage NUCLÉAIRE DÉFENSE NUCLÉAIRE PO Augmenter la disponibilité de ses équipements de stockage Avoir un interlocuteur unique sur les prestations de maintenance et capable

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail

20 ans après l accident nucléaire de Tchernobyl: Les conséquences en Suisse

20 ans après l accident nucléaire de Tchernobyl: Les conséquences en Suisse 20 ans après l accident nucléaire de Tchernobyl: Les conséquences en 1. L accident Il y a 20 ans, le 26 avril 1986 à 01h24 heure locale, se produisait l accident le plus grave jamais survenu dans une installation

Plus en détail

FORMATIONS HYGIENE ET SECURITE PRINTEMPS 2015

FORMATIONS HYGIENE ET SECURITE PRINTEMPS 2015 FORMATIONS HYGIENE ET SECURITE PRINTEMPS 2015 CES STAGES D INITIATION À L HYGIÈNE ET À LA SÉCURITÉ vous sont proposés par les Services Hygiène et Sécurité de l Université Pierre et Marie Curie et du CNRS

Plus en détail

Classification et étiquetage des produits chimiques

Classification et étiquetage des produits chimiques Classification et étiquetage des produits chimiques 2013 PREAMBULE Le danger inhérent à un produit chimique doit être identifié et porté à la connaissance de toute personne susceptible d être en contact

Plus en détail

Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA)

Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA) Université Cheikh Anta Diop de Dakar Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA) Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar 8 Décembre 2009, Dakar Rapport d Activité: année 2008-2009 Pr

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 6 mars 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS Objet : Réf : Inspection

Plus en détail

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France Education-Civique Chapitre n. La Défense et l action internationale en France I) La Défense globale du territoire national Problématique : Comment le territoire national et la population sont-ils protégés?

Plus en détail

FACULTE DE DROIT. 1. Premier Graduat I. CYCLE DE GRADUAT. 2. Deuxième Graduat

FACULTE DE DROIT. 1. Premier Graduat I. CYCLE DE GRADUAT. 2. Deuxième Graduat FACULTE DE DROIT I. CYCLE DE GRADUAT 1. Premier Graduat 1. l éducation à la citoyenneté 30 30 2. l anglais 30 15 45 3. l introduction générale à l étude du droit (droit privé 60 30 90 et droit public 4.

Plus en détail

Tests de résistance belges. Rapport national pour les centrales nucléaires. Evénements liés à l activité humaine. («man-made events»)

Tests de résistance belges. Rapport national pour les centrales nucléaires. Evénements liés à l activité humaine. («man-made events») Tests de résistance belges Rapport national pour les centrales nucléaires Evénements liés à l activité humaine («man-made events») Ce rapport national est fourni par l autorité de sûreté belge dans le

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

Master. Ingénierie du Développement Durable Spécialité Sûreté des Procédés Industriels, Environnement et Qualité. Page

Master. Ingénierie du Développement Durable Spécialité Sûreté des Procédés Industriels, Environnement et Qualité. Page Master Ingénierie du Développement Durable Spécialité Sûreté des Procédés Industriels, Environnement et Qualité Page Unités d enseignement Master 1 Semestre 1 Page 2 7AA1 Anglais Remise à niveau et perfectionnement

Plus en détail

Étude et modélisation des étoiles

Étude et modélisation des étoiles Étude et modélisation des étoiles Étoile Pistol Betelgeuse Sirius A & B Pourquoi s intéresser aux étoiles? Conditions physiques très exotiques! très différentes de celles rencontrées naturellement sur

Plus en détail

La cyberdéfense : un point de vue suisse

La cyberdéfense : un point de vue suisse La cyberdéfense : un point de vue suisse UNIDIR - Séminaire Cybersécurité et conflits 19.11.12, Palais des Nations Gérald Vernez Del CdA CYD NON CLASSIFIE Un gros potentiel de dommages Financiers Pertes

Plus en détail

RADIOPROTECTION ENSEIGNEMENTS ET FORMATIONS ELÉMENTS DE CONTEXTE. NSTN Paul LIVOLSI

RADIOPROTECTION ENSEIGNEMENTS ET FORMATIONS ELÉMENTS DE CONTEXTE. NSTN Paul LIVOLSI RADIOPROTECTION ENSEIGNEMENTS ET FORMATIONS ELÉMENTS DE CONTEXTE NSTN Paul LIVOLSI 27 MARS 2013 QU'EST-CE QUE LA RADIOPROTECTION? Définition : La radioprotection est l'ensemble des mesures prises pour

Plus en détail

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Vous êtes visé Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Prévenir les vols ou les effets d un vol sur les employés Rôle de la direction de la succursale Désigner un

Plus en détail

L humain au cœur de l entreprise. De l identification à la gestion des Risques Professionnels

L humain au cœur de l entreprise. De l identification à la gestion des Risques Professionnels L humain au cœur de l entreprise De l identification à la gestion des Risques Professionnels Petit déjeuner Conférence du 17 Mars 2009 Sommaire 1. IDER : Identification des Dangers et Évaluation des Risques

Plus en détail

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité Séminaire Sciences Cognitives et Education 20 Novembre 2012 Collège de France L importance de la Métacognition: Joëlle Proust Institut Jean-Nicod, Paris jproust@ehess.fr http://joelleproust.org.fr Plan

Plus en détail

Comment se déroule un tour de jeu?

Comment se déroule un tour de jeu? Mise à jour : novembre 2013 Le jeu de figurines : comment ça marche? Voici quelques explications de la règle de jeu «Argad!» (d autres règles de jeu sont différentes, mais les grands principes sont souvent

Plus en détail

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER

RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER Adoptée par le Comité Technique National des industries de la Métallurgie (CTN A) le 09 octobre 2012,

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX

ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX prevolivier www.ssiap.com Notice descriptive de sécurité ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX Remarques Cette notice descriptive de sécurité, élaborée à l attention des maîtres d ouvrage et maîtres

Plus en détail

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15 Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-03) Version CT-Q 0--5 Groupe cible Collaborateurs qui doivent effectuer des mesures EX-OX-TOX sur un terrain d exploitation, les interpréter

Plus en détail

Présentation par : Mario St-Onge 14 novembre 2013

Présentation par : Mario St-Onge 14 novembre 2013 Présentation par : Mario St-Onge 14 novembre 2013 Qu'est-ce que le monoxyde de carbone? C est le produit de la combustion incomplète des combustibles. Combustibles fossiles -Gaz naturel ou en bouteille

Plus en détail

LA PREVENTION TECHNIQUE DE LA MALVEILLANCE LES COMMERCES

LA PREVENTION TECHNIQUE DE LA MALVEILLANCE LES COMMERCES LA PREVENTION TECHNIQUE DE LA MALVEILLANCE LES COMMERCES DEFINITION «La prévention technique de la malveillance recouvre l'ensemble des mesures d'urbanisme, d'architecture ou techniques visant à prévenir

Plus en détail

maîtriser la qualité et les risques industriels avec sgs

maîtriser la qualité et les risques industriels avec sgs maîtriser la qualité et les risques industriels avec sgs l offre SGS dédiée à vos projets industriels SGS apporte un support à vos projets industriels tout le long de leur vie, de la conception à la mise

Plus en détail

Intégration de la cybersécurité aux systèmes de conduite industriels. Méthodes et pratiques

Intégration de la cybersécurité aux systèmes de conduite industriels. Méthodes et pratiques Intégration de la cybersécurité aux systèmes de conduite industriels Méthodes et pratiques Les Infrastructures critiques utilisant des Systèmes de Contrôle Industriels Industrie nucléaire Industrie pétrolière,

Plus en détail

Les oiseaux migrateurs en recherche

Les oiseaux migrateurs en recherche Les oiseaux migrateurs en recherche Formation des utilisateurs d animaux Dernière mise à jour : Avril 2008 Objectifs du module Fournir une introduction aux considérations juridiques, éthiques et de sécurité

Plus en détail

Votre droit à la vie privée dans les aéroports et aux postes frontaliers

Votre droit à la vie privée dans les aéroports et aux postes frontaliers À l enregistrement Votre droit à la vie privée dans les aéroports et aux postes frontaliers Si vous êtes passé par un aéroport canadien ou un poste frontalier américain au cours des dernières années, vous

Plus en détail

FORMATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE ETOILE

FORMATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE ETOILE Comment une étoile évolue-t-elle? Comment observe-t-on l'évolution des étoiles? Quelques chiffres (âges approximatifs) : Soleil : 5 milliards d'années Les Pléiades : environ 100 millions d'années FORMATION

Plus en détail

Audit des rémunérations Des concepts à la pratique. www.rhinfo.com

Audit des rémunérations Des concepts à la pratique. www.rhinfo.com Audit des rémunérations Des concepts à la pratique Toutes les inégalités ne sont pas des injustices! L essentiel n est pas d identifier les différences mais de les expliquer pour savoir si ce sont des

Plus en détail

AF 2014-2015. Secteur. Titre. Comité. multimédia et récepteurs. Luminaires. nucléaires. Aspects systèmes Réseaux industriels

AF 2014-2015. Secteur. Titre. Comité. multimédia et récepteurs. Luminaires. nucléaires. Aspects systèmes Réseaux industriels Demandes approuvées au regard du CAN-P-2018 AF 2014-2015 Comité CEI/CISPR/A CEI/CISPR/I CEI/SC17A CEI/SC31G CEI/SC31J CEI/SC34D CEI/SC45A CEI/SC45B CEI/SC62A Titre Mesures des perturbations radioélectriques

Plus en détail

Assurance risques de transport Assurance des responsabilités liées aux transports de marchandises

Assurance risques de transport Assurance des responsabilités liées aux transports de marchandises Assurance risques de transport Assurance des responsabilités liées aux transports de marchandises Conditions générales pour l'assurance de la responsabilité du commissionnaire-expéditeur Transitaire (CGAR

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 21 septembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-035472 Hôpital Robert Debré 48 boulevard Sérurier 75019 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

OMUSUBI - RÈGLEMENT ET INFORMATIONS DU CONCOURS COSPLAY DE JAPAN IMPACT

OMUSUBI - RÈGLEMENT ET INFORMATIONS DU CONCOURS COSPLAY DE JAPAN IMPACT OMUSUBI - RÈGLEMENT ET INFORMATIONS DU CONCOURS COSPLAY DE JAPAN IMPACT DATE LIMITE DES INSCRIPTIONS L ouverture des inscriptions au concours cosplay de Japan Impact 2015 ainsi qu au sélections suisses

Plus en détail

guide de la sécurité chez l assistant(e) maternel(le) et l assistant(e) familial(e)

guide de la sécurité chez l assistant(e) maternel(le) et l assistant(e) familial(e) guide de la sécurité chez l assistant(e) maternel(le) et l assistant(e) familial(e) Préambule Ce document est un outil pour vous permettre de réfléchir aux dangers éventuels de votre environnement professionnel.

Plus en détail