Table des matières. Imagerie radioscopique de sûreté Avertissement...3 Les auteurs...5 Préambule...9

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Table des matières. Imagerie radioscopique de sûreté... 21. Avertissement...3 Les auteurs...5 Préambule...9"

Transcription

1 Avertissement...3 Les auteurs...5 Préambule...9 Imagerie radioscopique de sûreté Rémi Arbonville et Christophe Naudin Introduction...22 Principes généraux en imagerie radioscopique...23 Le principe de base en radioscopie...23 Les différentes techniques radioscopiques...24 Naissance de l imagerie radioscopique de sûreté...37 Formation des opérateurs en radioscopie de sûreté...42 Dissocier la «formation des opérateurs» de «l achat de matériel»...43 La formation en imagerie radioscopique...44 Le grand danger d une apparente simplicité...55 Sélection et aptitudes des opérateurs en radioscopie de sûreté...58 Aptitudes générales...58 Aptitude médicale Pré-requis généraux...68 La formation des agents de sûreté en imagerie...78 La formation des formateurs en imagerie...83 Etat et structure de la matière...85 Atomes et molécules

2 Tableau périodique des éléments La discrimination des matières Composition de quelques matières caractéristiques Le rayonnement X Généralités sur le rayonnement Interaction du rayonnement avec la matière Les rayonnements X L appareil de radioscopie X Les tunnels radioscopiques Les générateurs mobiles portables Les générateurs mobiles embarqués Les rayonnements ionisants Les rayonnements ionisants sont-ils dangereux? Radioactivité et imagerie radioscopique Rayons X et rayons γ Epidémiologie Surveillance médicale Doses naturelles de rayonnement ionisants Les unités de mesures indispensables à l'étude des effets des rayonnements ionisants (Becquerel, Gray, Sievert) Les effets des rayonnements ionisants sur l organisme Radioprotection et imagerie Techniques utilisées en imagerie radioscopique de sûreté Le positionnement en cabine blindée Le positionnement avec un générateur portable Le positionnement avec un système mobile Distance entre les objets sur le convoyeur Limitations en fonction de la taille du tunnel Vérification de la calibration Analyse radioscopique Méthode et processus analytique

3 Mode d'emploi sûreté Tome 1 Etude du contenant Etude des masses métalliques denses Etude des masses organiques denses Recherches d engins improvisés Recherche d objets interdits Fonctions complémentaires Détection automatique des matières à haute énergie Le diagnostic de sûreté Conclusion Connaissance de l armement et des munitions associées Philippe Peseux Introduction Objectif de l'ouvrage Les processus de réaction en cas de découverte positive au contrôle radioscopique, au contrôle manuel ou en détection au portique Définitions et généralités en armement Les armes par nature Les armes par destination Les armes par assimilation Définitions et généralités sur les munitions Les unités du Système International Pression et énergie cinétique Notions de balistique appliquée Les munitions létales Quelques législations La législation française La législation britannique La législation luxembourgeoise La carte européenne La Suisse La législation américaine

4 Le Brésil Les effets du contrôle Notions sur l'armement Les armes sont-elles dangereuses? L arme, objet ludique, outil de défense, de dissuasion, ou outil criminel? Vision et perception des armes selon les cultures Les armes et la mission de sûreté Savoir évaluer les limites de sa mission de sûreté Les munitions Désignations des calibres pour armes à canon rayé Les cartouches pour canons rayés Le transport par voie aérienne de munitions en bagage de soute Le transport par voie maritime de munitions en bagage de cabine Le transport par train de munitions en bagage de cabine ou bagages accompagnés Les armes à feu légères Les armes d'épaule Les armes de poing Les armes non létales et leurs projectiles Les armes à feu anciennes, de collection et leurs reproductions Les armes à air comprimé et à gaz carbonique Les armes blanches Les couteaux Les sabres et les épées Les tomahawks Les armes de jet Les arcs Les arbalètes Les pistolets arbalètes Les fusils de chasse sous-marine Les lance-pierres

5 Mode d'emploi sûreté Tome 1 Les sarbacanes Les couteaux de lancer Les étoiles de jet Les armes de frappe Les matraques Les poings américains Les répliques Les armes de poing d'alarme et de starter Les armes neutralisées Les répliques inertes d'armes à feu Les éclatés Les œuvres d'art et les objets décoratifs Les armes par assimilation Les jouets simulant une arme à feu Les jouets simulant une arme blanche Les Softair guns Les paintball guns Les armes par destination Les cutters à lame et les bistouris Les ciseaux Les ustensiles de cuisine Les objets perforants Les outils de frappe Les outils tranchants Les objets massifs Les pistolets de détresse Les pseudos armes par destination La dissimulation des armes Les armes dissimulées Les leurres Signature radioscopique de leurres et armes dissimulées

6 La plus dangereuse des armes individuelles Annexes Connaissance des explosifs et des munitions de guerre Thierry Vareilles Introduction Les explosifs Les grenades Les roquettes Programme de «formation sur les explosifs et les munitions de guerre» Les explosifs Les explosifs conventionnels Qu'est-ce qu'une substance explosive? La décomposition des matières à haute énergie Qu'est-ce qu'un explosif? Classification des explosifs selon leur composition chimique Les bouillis et gels explosifs Les mélanges explosifs plastiques ou explosifs à usage militaire Classification selon leur mode d'action Classification selon leur mode d'initiation Quelques substances explosibles les plus courantes Les substances non utilisées pour leurs propriétés explosives Evaluation des propriétés explosives Sensibilité de l'explosif Stabilité Effets explosifs Les effets de l'inflammation Effet d'entraînement Effets pendant l'emploi Les explosifs modernes et spéciaux Les explosifs non conventionnels

7 Mode d'emploi sûreté Tome 1 Les charges perforantes formées Les charges coupantes formées Les explosifs artisanaux ou de circonstances Les explosifs liquides Généralités sur les munitions de guerre Les munitions artisanales ou de circonstances Les grenades L'effet recherché Les grenades à effets spéciaux Les grenades à main Les grenades lancées par une arme Les grenades encartouchées Quelques exemples Les roquettes Qu est-ce qu une roquette Les lance-roquettes Quelques exemples intéressant l aéronautique La lutte contre le terrorisme Les dispositions juridiques Le droit international Particularités par pays Les unités d'intervention La phase passive La phase active L'antiterrorisme en France Conclusion Glossaire et acronymes EEI ECI ET autres menaces actuelles Stéphane Cottin Introduction Principes de fonctionnement d un EI

8 Composition Organisation Caractéristique Les risques Risque nucléaire Risque biologique Risque chimique La communauté scientifique Engin Explosif Improvisé Les effets Des éléments radioactifs Des agents biologiques Des agents chimiques D un engin explosif Les prochains attentats Des changements touchant la nature du terrorisme Les tendances plus générales observées à l'échelle mondiale Sites sensibles Chimique Les modes opératoires Engins improvisés Radiologique Biologique Scénarii possibles Chimique Limiter le risque Les indices d une attaque chimique Les indices d une attaque biologique Les indices d une attaque radiologique Premières mesures à prendre Mesures de décontaminations

9 Mode d'emploi sûreté Tome 1 Les axes de progrès Actions à mener pour lutter contre la menace Et si nous regardions dans la mauvaise direction? Le neurologique L agro terrorisme Formation des agents de sûreté aux nouvelles menaces : les pré-requis Conclusion Acronymes et définitions Annexe Facteurs humains en sûreté Hubert Roux Introduction Quelques notions essentielles Première approche des facteurs humains Pour vous que sont les facteurs humains? Les avantages d une formation sur les facteurs humains Les bases psychologiques et médicales Les êtres humains vivent dans un environnement physique La vision L audition Capacités et limites intellectuelles - Le cognitif Nos mémoires et les connaissances Nos ressources mentales Représentation de la charge de travail Que peut-on faire pour améliorer ses performances? Caractères dominants Erreur et fiabilité humaines L erreur La faute Les sanctions

10 Personnalité, motivation, stress et adaptation Les besoins et motivations : la pyramide de Maslow L individu : personnalité et attitudes L échelle d ajustement social de Rahe et Holmes La réaction de stress (d après Selye, 1936) Fatigue, sommeil et vigilance La fatigue Le sommeil L insomnie Communication - contact avec les personnes contrôlées Comment améliorer les communications? Automatisation Doit-on garder l Homme dans la boucle ou l exclure? La programmation des automatismes est-elle dangereuse? Prise de décision Comment peut-on améliorer la prise de décision? Gestion des ressources dans une équipe La synergie Le Leadership La gestion des conflits Le personnel est un acteur d un système complexe La culture d entreprise La nécessité des procédures Attitudes dangereuses Les attitudes dangereuses Les antidotes L'agent de sûreté La tenue sur le poste L agent de sûreté aéroportuaire L agent de sûreté portuaire ou maritime L agent de sûreté ferroviaire

11 Mode d'emploi sûreté Tome 1 L agent de sûreté dans une centrale nucléaire L agent de sûreté portier d un établissement pénitentiaire L agent de sûreté d un palais d état L agent de sûreté d une entreprise L agent de sûreté d un musée ou d une exposition L agent de sûreté d un site classé Défense Nationale Le Système de Gestion de la Sécurité Conclusion Glossaire Bibliographie Références administratives La détection des traces Christophe Naudin Introduction Principes généraux de la détection des traces Comparaison entre deux modes de détection Les techniques de décomposition de la matière Formation des opérateurs à la détection des traces Formation initiale d opérateur en détection de traces Formation à la détection de traces pour des opérateurs déjà formés en imagerie Dissocier la «formation des opérateurs» de «l achat de matériel» La formation à la détection des traces Les détecteurs de traces IONSCAN 400B EGIS II EGIS III EGIS DEFENDER ITEMISER SABRE 4000FR Le GSS

12 MOBILE TRACE E IONSCAN 500DT SENTINEL II ENTRYSCAN Contraintes d utilisation d un détecteur de traces Domaine d utilisation du détecteur de traces Etat et structure de la matière Rappels de physique La couche limite Herméticité de la matière Le rayonnement γ Rappels de physique Rayons γ et isotopes utilisés en détection de traces Principes de fonctionnement La chromatographie La spectrométrie La chimiluminescence Les plasmas Utilisation du détecteur de traces Principe de base Mise en route d un détecteur de traces Prélèvement et analyse d échantillon Fonction de supervision Procédure de prélèvement Utilisation principale ou secondaire du DDT Les procédures Conclusion Remerciements

ENTRAÎNEMENT EN CONDITIONS RÉELLES DE GESTION DES INCIDENTS NRBC ET MATIÈRES DANGEREUSES

ENTRAÎNEMENT EN CONDITIONS RÉELLES DE GESTION DES INCIDENTS NRBC ET MATIÈRES DANGEREUSES ENTRAÎNEMENT EN CONDITIONS RÉELLES DE GESTION DES INCIDENTS NRBC ET MATIÈRES DANGEREUSES INTRODUCTION: UN DÉFI MONDIAL L éventualité d attaques NRBC ou de déversements délibérés ou involontaires de substances

Plus en détail

La gestion du stress. Au sein de l organisation

La gestion du stress. Au sein de l organisation La gestion du stress Au sein de l organisation Plan Introduction Qu est-ce que le stress? Les agents stressants Le stress dans l organisation Les causes du stress au travail Comment se manifeste-t-il?

Plus en détail

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.).

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.). Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) LES RADIATIONS IONISANTES Introduction La radioactivité La radioactivité est un phénomène naturel lié à la structure

Plus en détail

UTILISATION D ARMES SUR LES TOURNAGES : CE QU IL FAUT SAVOIR

UTILISATION D ARMES SUR LES TOURNAGES : CE QU IL FAUT SAVOIR Paris, le 25/08/2014 UTILISATION D ARMES SUR LES TOURNAGES : CE QU IL FAUT SAVOIR Pour les besoins d un scénario, une production peut être amenée à utiliser des armes de tous types (blanches, à feu ).

Plus en détail

Bulletin d inscription - Formation Agent de Sûreté Aéroportuaire Calendrier 2010

Bulletin d inscription - Formation Agent de Sûreté Aéroportuaire Calendrier 2010 Bulletin d inscription - Formation Agent de Sûreté Aéroportuaire Calendrier 2010 CQP Agent de Sûreté Aéroportuaire Certificat de Qualification Professionnelle DEVENEZ AGENT DE SURETE AEROPORTUAIRE CONDITIONS

Plus en détail

Manuel du phobique et de l anxieux

Manuel du phobique et de l anxieux Edmund J. Bourne Manuel du phobique et de l anxieux Traduit de l anglais par Brigitte Vadé, 2011 ISBN : 978-2-212-54862-4 Table des matières Remerciements... 4 Préface à la cinquième édition... 11 Introduction...

Plus en détail

LA PERSONNE COMPETENTE EN RADIOPRETECTION

LA PERSONNE COMPETENTE EN RADIOPRETECTION LA PERSONNE COMPETENTE EN RADIOPRETECTION CONGRES ATSR Cherbourg 2006 Benoit MARC D.RI.M Avant propos La base d un constat : 20 ans d expérience en RP sur plusieurs sites nucléaires Certifié formateur

Plus en détail

L'outil militaire. A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi?

L'outil militaire. A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi? L'outil militaire A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi? Un manuel de l outil militaire? La mésange qui explique à l oursin comment le lézard doit se servir de sa clé USB. Les conflits après

Plus en détail

Les catégories d armes. Les catégories du code de la défense (article L. 2331-1)

Les catégories d armes. Les catégories du code de la défense (article L. 2331-1) Les catégories d armes Les catégories du code de la défense (article L. 2331-1) Matériels de guerre : 1 ère Armes à feu et leurs munitions conçues pour ou destinées à la guerre terrestre, catégorie navale

Plus en détail

ENTRAÎNEMENT EN CONDITIONS RÉELLES DE GESTION DES INCIDENTS NRBC ET MATIÈRES DANGEREUSES FORMER PRÉPARER AGIR

ENTRAÎNEMENT EN CONDITIONS RÉELLES DE GESTION DES INCIDENTS NRBC ET MATIÈRES DANGEREUSES FORMER PRÉPARER AGIR Leaders mondiaux dans les systèmes de formation aux incidents NRBC/Matières Dangereuses ENTRAÎNEMENT EN CONDITIONS RÉELLES DE GESTION DES INCIDENTS NRBC ET MATIÈRES DANGEREUSES FORMER PRÉPARER AGIR INTRODUCTION

Plus en détail

Facteurs Humains et gestion des risques

Facteurs Humains et gestion des risques Facteurs Humains et gestion des risques La prise en compte des Facteurs Humains et le retour d expérience en chirurgie Clermont Ferrand le 16 décembre 2014 1 2 3 Les Facteurs Humains clef de la sécurité

Plus en détail

Sommaire Introduction... XI

Sommaire Introduction... XI Sommaire Introduction... XI 1. Qu'est-ce que la radioprotection?... 2. Quels sont les objectifs de la radioprotection? 3. Qui est concerné par la radioprotection dans le domaine médical? 4. Quelles sont

Plus en détail

Formation sur la gestion des DASRI : besoins et thèmes principaux

Formation sur la gestion des DASRI : besoins et thèmes principaux REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE DIRECTION DE L HYGIENE DU MILIEU ET DE LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT Formation sur la gestion des DASRI : besoins et thèmes principaux Présenté par

Plus en détail

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers 3 principes fondamentaux pour un management efficace : A chaque objectif opérationnel un objectif managérial La motivation des collaborateurs : préoccupation centrale La relation Manager / collaborateur

Plus en détail

1 en ce qui concerne l ergonomie, la formation multidisciplinaire de base complétée par le module de spécialisation en ergonomie;

1 en ce qui concerne l ergonomie, la formation multidisciplinaire de base complétée par le module de spécialisation en ergonomie; Arrêté royal du 5 décembre 2003 relatif aux spécialisations des conseillers en prévention des services externes pour la prévention et la protection au travail (M.B. 22.12.2003) Modifié par: (1) arrêté

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace!

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! 5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! Edition 2010 Des formations -s & -s Nouveauté rentrée 2010 : Réduction de l offre : Le socle + 4 déclinaisons spécifiques www.management-progression.fr

Plus en détail

Première partie CADRE POUR L IMPLÉMENTATION

Première partie CADRE POUR L IMPLÉMENTATION TABLE DES MATIÈRES Préface... 5 Remerciements... 7 Introduction... 9 Première partie CADRE POUR L IMPLÉMENTATION D UN INSTRUMENT DE PILOTAGE... 11 Chapitre 1 Un système nommé «entreprise»... 13 1. L approche

Plus en détail

Atelier des chefs d'entreprise : RH et première embauche

Atelier des chefs d'entreprise : RH et première embauche Atelier des chefs d'entreprise : RH et première embauche CONSEIL RH COACHING RECRUTEMENT BILAN PROFESSIONNEL SUPERVISION MANAGÉRIALE FORMATION Consultante : Véronique Thévenin Ses domaines d intervention

Plus en détail

FORMATION INITIALE DES MEMBRES DU CHSCT (Établissements de moins de 300 salariés)

FORMATION INITIALE DES MEMBRES DU CHSCT (Établissements de moins de 300 salariés) FORMATION INITIALE DES MEMBRES DU CHSCT (Établissements de moins de 300 salariés) Préambule Le Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) s'impose de plus en plus comme un acteur

Plus en détail

C- Évaluation des performances RH I/ Raison d être et nature de l évaluation

C- Évaluation des performances RH I/ Raison d être et nature de l évaluation C- Évaluation des performances RH I/ Raison d être et nature de l évaluation A- Raison d être Connaître et préparer une relève adéquate ; Mesurer la contribution de chaque employé à l organisation Pouvoir

Plus en détail

LA DYNAMIQUE DU GOUVERNEMENT D ENTREPRISE

LA DYNAMIQUE DU GOUVERNEMENT D ENTREPRISE Bertrand RICHARD Dominique MIELLET LA DYNAMIQUE DU GOUVERNEMENT D ENTREPRISE Préface par Michel BON, 2003 ISBN: 2-7081-2850-7 Sommaire Sommaire PRÉFACE par Michel Bon... XI INTRODUCTION...XV Chapitre 1.

Plus en détail

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général.

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général. C est une section technologique dans un lycée général. En STG, les élèves découvrent l entreprise, son environnement économique et juridique, s initient au management des organisations, à l information

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES RESSOURCES HUMAINES. L humain est le capital le plus précieux de votre entreprise FORMATION

RESSOURCES HUMAINES RESSOURCES HUMAINES. L humain est le capital le plus précieux de votre entreprise FORMATION L humain est le capital le plus précieux de votre entreprise FORMATION LA GESTION DES CONFLITS DU STRESS ET DES TENSIONS INDIVIDUELLES Anticiper les risques de conflit. Repérer les facteurs de tensions,

Plus en détail

EVALUATION ET PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS LIES AUX AGENTS CHIMIQUES

EVALUATION ET PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS LIES AUX AGENTS CHIMIQUES D E P A R T E M E N T DT XX T E C H N I Q U E Titre du DT EVALUATION ET PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS LIES AUX AGENTS CHIMIQUES DT 80 révision 1 Décembre 2008 Responsi ble Care UIC Département

Plus en détail

Sortir du despotisme de l'ignorance économique

Sortir du despotisme de l'ignorance économique Gilles Le Bohec Sortir du despotisme de l'ignorance économique Essai sur la solidarité inhérente à toute croissante économique Connaissances et Savoirs 516 Sortir du despotisme de l'ignorance économique

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Rayonnements ionisants et non ionisants

SOMMAIRE Thématique : Rayonnements ionisants et non ionisants SOMMAIRE Thématique : Rayonnements ionisants et non ionisants Rubrique : Risques - Sécurité... 2 1 Rubrique : Risques - Sécurité SOMMAIRE Formation qualifiante contrôleur en radioprotection... 3 Bases

Plus en détail

>> Formation. Sûreté du transport aérien. Contributeur à la sûreté. www.astreo-consulting.com

>> Formation. Sûreté du transport aérien. Contributeur à la sûreté. www.astreo-consulting.com >> Formation Sûreté du transport aérien Contributeur à la sûreté >> La réglementation >> Formation 11.2.2 Base de la sûreté >> Formation 11.2.3.6 Fouille de sûreté des aéronefs >> Formation 11.2.3.7 Protection

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement

SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement Rubrique : Fonctionnels de la prévention du ministère... 2... 4 Rubrique : Risques psychosociaux...12 1 SOMMAIRE Rubrique : Fonctionnels

Plus en détail

FICHE 4 METIER, FONCTIONS ET ACTIVITES VISE(ES)

FICHE 4 METIER, FONCTIONS ET ACTIVITES VISE(ES) FICHE 4 METIER, FONCTIONS ET ACTIVITES VISE(ES) 1) Désignation du métier et des fonctions Chef de groupe de réparation des matériels mobilités terrestres Chef d atelier de réparation des matériels mobilités

Plus en détail

Sensibilisation à la Radioprotection

Sensibilisation à la Radioprotection Sensibilisation à la Radioprotection Version du 11/2011 Xavier Fléchard/Jean-Louis Gabriel Service de Radioprotection LPC CAEN Sensibilisation à la Radioprotection 11/2011 LPC 1 Pourquoi cette sensibilisation

Plus en détail

Innover sans disparaître Mieux gérer la créativité au sein de l entreprise

Innover sans disparaître Mieux gérer la créativité au sein de l entreprise Innover sans disparaître Mieux gérer la créativité au sein de l entreprise Par Nicole Cournoyer Consultante et formatrice en créativité 2573 rue de Port-Royal, Sainte-Foy (Québec), G1V 1A5 Tél.: (418)

Plus en détail

POLITIQUE SECTORIELLE DÉFENSE

POLITIQUE SECTORIELLE DÉFENSE POLITIQUE SECTORIELLE DÉFENSE 1. INTRODUCTION... 2 2. ENGAGEMENT... 2 3. GESTION DU RISQUE... 2 4. STANDARDS ET CRITÈRES SPÉCIFIQUES AU SECTEUR... 3 5. CHAMP D'APPLICATION... 4 6. PROCÉDURES D'APPLICATION...

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Arrêté du 18 mai 2004 relatif aux programmes de formation portant sur la radioprotection des patients exposés

Plus en détail

Journée technique 2011

Journée technique 2011 Journée technique 2011 Inspection des passagers par imagerie millimétrique - Scanner corporel à ondes millimétriques Daniel MUSSET STAC Johanna FITE ANSES Service technique de l aviation civile Le scanner

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

RENCONTRES - RISQUES ROUTIERS

RENCONTRES - RISQUES ROUTIERS RENCONTRES - RISQUES ROUTIERS En partenariat avec l Automobile Club et l Automobile Club Prévention Mardi 28 septembre et jeudi 30 septembre Mardi 5 octobre et jeudi 7 octobre LES RISQUES ROUTIERS Santé

Plus en détail

Rapport de formation (cours interentreprises) Evaluation du niveau de formation de:

Rapport de formation (cours interentreprises) Evaluation du niveau de formation de: Rapport de formation (cours interentreprises) Evaluation du niveau de formation de: Domaine Aide à la consultation 1.1. Relation avec le propriétaire de l animal et administration/connaissances informatiques

Plus en détail

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe.

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe. Face à face pédagogique en français et en langue étrangère : 7 heures 1. Tour de table Introduction 2. Contexte et enjeux de la sécurité 3. Les risques et moyens de prévention/protection 4. Organisation

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Armes - Systèmes d'armes - Mobilité

SOMMAIRE Thématique : Armes - Systèmes d'armes - Mobilité SOMMAIRE... 2 Rubrique : Mobilité... 9 Rubrique : Systèmes d'armes...12 1 SOMMAIRE Armes à létalité réduite (A.L.R.)... 3 Connaissance des armes de petit calibre... 4 Connaissance des armes de moyen calibre...

Plus en détail

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN»

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» ATELIER 1 FORMATION-ACTION «ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» 20-10 -2014 Formatrice : Myriam GAYOT myriam.gayot@mg-rh.fr MGRH - «être Manager au quotidien» 1 20/10/2014 Objectifs de l atelier 1 Visualiser le

Plus en détail

Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques... 12 2 Etendue de la physique nucléaire... 13 3 Découverte de la radioactivité...

Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques... 12 2 Etendue de la physique nucléaire... 13 3 Découverte de la radioactivité... Table des matières Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques................... 12 2 Etendue de la physique nucléaire..................... 13 3 Découverte de la radioactivité.......................

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

SURVEILLANCE. SÛRETé AéROPORTUAIRE

SURVEILLANCE. SÛRETé AéROPORTUAIRE SURVEILLANCE SÛRETé AéROPORTUAIRE Ingénierie sûreté TechnologieS télésurveillance sécurité mobile formations services 1 er groupe français indépendant de sécurité privée Une grande entreprise familiale

Plus en détail

Période du 1 er juillet 2013 au 31 décembre 2013 inclus

Période du 1 er juillet 2013 au 31 décembre 2013 inclus Rapport semestriel du Gouvernement de la Région de Bruxelles- Capitale au Parlement de la Région de Bruxelles-Capitaleconcernant l'application de l Ordonnance du 20 juin 2013 relative à l importation,

Plus en détail

Entreprises touristiques (12/10/11)

Entreprises touristiques (12/10/11) Entreprises touristiques (12/10/11) 7 et 14 décembres 18, 19, 24 janvier 09, 15 février 14 mars 3h, 27 mars 3h, 28 mars soutenance 4h Les acteurs clés Identifications et mécanismes OFFRE DEMANDE Fournisseurs

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

L IHS, UN RISQUE OU UNE SECURITE POUR L EMPLOYEUR?

L IHS, UN RISQUE OU UNE SECURITE POUR L EMPLOYEUR? 1 FORMATION DES INSPECTEURS HYGIENE SECURITE OCTOBRE 2008 L IHS, UN RISQUE OU UNE SECURITE POUR L EMPLOYEUR? Dominique VACHER 2 Enjeux du domaine Santé Sécurité Social et Environnemental : pas de Développement

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ Arrêté du 21 décembre 2007 définissant les modalités de formation et de délivrance du certificat

Plus en détail

Pratiques psychologiques Le psychologue du travail. Licence 1. Psychologie

Pratiques psychologiques Le psychologue du travail. Licence 1. Psychologie Pratiques psychologiques Le psychologue du travail Licence 1. Psychologie Nadra Achour-2014 ISSHT-Université Tunis-El Manar Introduction Qu est ce qu un psychologue du travail? Ses champs d intervention?

Plus en détail

par Bernard Estivals

par Bernard Estivals Fiches de médecine nucléaire n 9-1- Médecine nucléaire par Bernard Estivals Fiche n 9 : L évaluation des risques professionnels en médecine nucléaire Le document unique. L évaluation des risques professionnels

Plus en détail

Pour le 21/09/2010 Ex 1,2,4,6 p 159. CORRECTION Ex 1,2,4,6 p 159 Pour le 23/09/2010 Ex 7 et 8 p 159. Correction Ex 7, 8 p 159

Pour le 21/09/2010 Ex 1,2,4,6 p 159. CORRECTION Ex 1,2,4,6 p 159 Pour le 23/09/2010 Ex 7 et 8 p 159. Correction Ex 7, 8 p 159 07/09/10 : Accueil de la classe Fiche d'information, présentation du fonctionnement du cours de physique-chimie, lecture du règlement intérieur. 09/09/10 : suite du cours Chapitre 1 : Les lumières colorées

Plus en détail

Propositions de séquences d éducation aux risques majeurs pour le thème Risque Nucléaire (collège)

Propositions de séquences d éducation aux risques majeurs pour le thème Risque Nucléaire (collège) Propositions de séquences d éducation aux risques pour le thème Risque Nucléaire (collège) Intitulé PREVENIR UN ACCIDENT NUCLEAIRE ET S ORGANISER FACE A LUI LE NUCLEAIRE RESSOURCE ENERGETIQUE ET RISQUE

Plus en détail

SURVEILLANCE PRÉVENTION SÛRETÉ PRÉVENTION SURETÉ Sommaire Sommaire Surveillance Prévention Sureté...48

SURVEILLANCE PRÉVENTION SÛRETÉ PRÉVENTION SURETÉ Sommaire Sommaire Surveillance Prévention Sureté...48 Le Guide ÉCOLE DE SÉCURITÉ SURVEILLANCE PRÉVENTION SÛRETÉ PRÉVENTION SURETÉ Sommaire Sommaire Surveillance Prévention Sureté....48 Les obligations légales....49 Surveillance, prévention :...50 - CQP Agent

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1 Vers une définition de l apprentissage collaboratif... 9. Introduction... 1

Table des matières. Chapitre 1 Vers une définition de l apprentissage collaboratif... 9. Introduction... 1 Table des matières Avant-propos.................................................... Remerciements................................................... Liste des tableaux................................................

Plus en détail

ECOLE D ARZEW (EAZ) SECURITE INDUSTRIELLE

ECOLE D ARZEW (EAZ) SECURITE INDUSTRIELLE ECOLE D ARZEW (EAZ) INDEX THEMES DUREE PERIODE ZSEC 01 ZSEC 02 EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS EN ENTREPRISE ANALYSE DES ACCIDENTS DE TRAVAIL PAR METHODE DE L ARBRE DES CAUSES 05 Jours 05 Jours ZSEC

Plus en détail

FORMATION EN QUALITE-MÉTHODES NORMES ET SYSTEMES DE MANAGEMENT DE LA QUALITE

FORMATION EN QUALITE-MÉTHODES NORMES ET SYSTEMES DE MANAGEMENT DE LA QUALITE FORMATION EN QUALITE-MÉTHODES NORMES ET SYSTEMES DE MANAGEMENT DE LA QUALITE STRATEGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE Page 2 FORMATION PERSONNALISEE Evaluation du besoin Ecoute de votre besoin

Plus en détail

Fonctionnement Nombre de salariés : de la société assurée Dernier exercice Exercice en cours Exercice à venir

Fonctionnement Nombre de salariés : de la société assurée Dernier exercice Exercice en cours Exercice à venir 1 Métiers de la sécurité by Hiscox Identification du proposant Raison sociale Adresse de la société Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer Date de création

Plus en détail

OVE - Identification des Situations de Travail au SESSAD Charléty (La Ravoire)

OVE - Identification des Situations de Travail au SESSAD Charléty (La Ravoire) Arrivée des jeunes Arrivée des jeunes avant celle du salarié 5 Inquiétude, stress, charge de responsabilité Activité physique et/ou éducative extérieure Accompagnement d'un jeune ou d un groupe de jeunes

Plus en détail

Mohamed Houcine Elhdhili & Khaled Sammoud. khaled.sammoud@gmail.com. Remarque: ce document doit être complété par les notes de cours

Mohamed Houcine Elhdhili & Khaled Sammoud. khaled.sammoud@gmail.com. Remarque: ce document doit être complété par les notes de cours Cours Sécurité et cryptographie Mohamed Houcine Elhdhili & Khaled Sammoud Med_elhdhili@yahoo.eselhdhili@yahoo es khaled.sammoud@gmail.com Remarque: ce document doit être complété par les notes de cours

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE I. CADRE LÉGAL Développer des compétences, telle est désormais la mission de l école. Le

Plus en détail

Les armes ou objets dangereux

Les armes ou objets dangereux Les armes ou objets dangereux Soucieux du potentiel de l adversaire, celui-ci peux être amené à utiliser une arme, quelle soit: -Létale -Non létale - ou par destination -Ci-joint une liste des armes pouvant

Plus en détail

Conseil en Ressources Humaines et Communication. Nos interventions en formation. - Thèmes - Objectifs - Durées

Conseil en Ressources Humaines et Communication. Nos interventions en formation. - Thèmes - Objectifs - Durées Conseil en Ressources Humaines et Communication Nos interventions en formation - Thèmes - Objectifs - Durées Depuis 2003, Vertical RH, organisme de formation, délivre aux entreprises des programmes qui

Plus en détail

L observation des aspects non techniques d une simulation

L observation des aspects non techniques d une simulation L observation des aspects non techniques d une simulation Dr François LECOMTE Praticien Hospitalier Urgences SMUR UMJ CHU Cochin Hôtel Dieu Université Paris Descartes francois.lecomte@cch.aphp.fr Mettre

Plus en détail

DEROULE PEDAGOGIQUE CQP APS

DEROULE PEDAGOGIQUE CQP APS DEROULE PEDAGOGIQUE CQP APS OBJECTIFS Formation destinée à acquérir l aptitude professionnelle obligatoire répondant à la nouvelle obligation légale. Le Certificat de Qualification Professionnelle (C.Q.P)

Plus en détail

Action 1 : Travailler en équipe. Action 2 : Les codes de l entreprise. Action 3 : La fonction tutoriale. Action 4 : Encadrer une petite équipe.

Action 1 : Travailler en équipe. Action 2 : Les codes de l entreprise. Action 3 : La fonction tutoriale. Action 4 : Encadrer une petite équipe. Action 1 : Travailler en équipe. Action 2 : Les codes de l entreprise. Action 3 : La fonction tutoriale. Action 4 : Encadrer une petite équipe. Action 5 : Gestion du stress ; des émotions et confiance

Plus en détail

L intégration des Facteurs Humains dans la conception des systèmes à risques

L intégration des Facteurs Humains dans la conception des systèmes à risques L intégration des Facteurs Humains dans la conception des systèmes à risques H. GUILLERMAIN Sûreté de fonctionnement des systèmes informatiques complexes ouverts CNRS - Réseau Thématique Pluridisciplinaire

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PLAN DE FORMATION PDG

PRÉSENTATION DU PLAN DE FORMATION PDG PRÉSENTATION DU PLAN DE FORMATION PDG PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DES GESTIONNAIRES PROFIL DE DÉVELOPPEMENT DU GESTIONNAIRE ET Par Gilles Vachon, M.Ed., M.A.Ps. psychologue et consultant en ressources humaines

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R.

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R. 60 ÉCOLE EUROPÉENNE DES SCIENCES ANALYTIQUES Connaissances de base en chimie sur l atome et la lumière 4 jours Être capable de choisir la technique appropriée Fiabiliser les résultats Définitions en absorption

Plus en détail

La communication en 1 ère STG : des connaissances de base pour la mercatique en Tle mercatique

La communication en 1 ère STG : des connaissances de base pour la mercatique en Tle mercatique La communication en 1 ère STG : des connaissances de base pour la mercatique en Tle mercatique INFORMATION ET COMMUNICATION THEMES A. LE COMPORTEMENT DES INDIVIDUS Introduction : interaction individu/groupe

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION ANNEE 2013/2014

CATALOGUE DE FORMATION ANNEE 2013/2014 Eaux, Environnement, Hygiène Alimentaire, Recherche & Développement Agréé par le Ministère de la Santé Membre des réseaux d intercomparaisons AGLAE et RAEMA CATALOGUE DE FORMATION ANNEE 2013/2014 Microbiologie

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail

Enfants, adolescents et techniques hypnotiques

Enfants, adolescents et techniques hypnotiques Table des matières Sommaire 1 1 Objectifs et préliminaires 2 1.1 Répétitions 1.2 Émotions 1.3 Relaxation 1.4 Concentration 1.5 Croyance 1.6 Conclusion 2 Mécanismes 4 2.1 Conscient et inconscient 2.2 Motivations

Plus en détail

La gestion environnementale : levier de performance pour l'entreprise. Table des matières

La gestion environnementale : levier de performance pour l'entreprise. Table des matières La gestion environnementale : levier de performance pour l'entreprise Table des matières Préface Avant-propos PREMIERE PARTIE Le diagnostic des risques environnementaux Introduction _ Les risques industriels,

Plus en détail

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * *

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * République du Sénégal Ministère de la Santé et de l Action Sociale Direction Générale de la Santé Direction des Laboratoires Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * PLAN DE MISE EN ŒUVRE DE

Plus en détail

Formations FH des opérateurs de systèmes de transport à risques

Formations FH des opérateurs de systèmes de transport à risques Formations FH des opérateurs de systèmes de transport à risques Jean-Yves Jollans jy.jollans@yahoo.fr IRBA/ACSO/Sécurité des systèmes complexes 1 Pourquoi s'intéresser au FH? Des événements incompréhensibles

Plus en détail

OBLIGATION DE SECURITE DE RESULTAT RISQUES PROFESSIONNELS RISQUES PSYCHOSOCIAUX ASSISTANCE IPRP FORMATION

OBLIGATION DE SECURITE DE RESULTAT RISQUES PROFESSIONNELS RISQUES PSYCHOSOCIAUX ASSISTANCE IPRP FORMATION OBLIGATION DE SECURITE DE RESULTAT PSYCHOSOCIAUX PROFESSIONNELS ASSISTANCE IPRP FORMATION Contact : (33) 6.18.70.97.50 iprp@praxidos.com www.praxidos.com OBLIGATION DE SECURITE DE RESULTAT DE L EMPLOYEUR

Plus en détail

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle par B. Ahier* La radioexposition professionnelle dans le parc mondial de centrales nucléaires n a cessé de diminuer depuis le début

Plus en détail

RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions

RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions C. Benoist, Chef du personnel FAI D. Pouchard, Chargé de Mission Afpa Transitions Les étapes de la mise en œuvre de la

Plus en détail

Qualité, Sécurité, Environnement

Qualité, Sécurité, Environnement Qualité, Sécurité, Environnement Santé, Sécurité, Hygiène au travail Déployer un Système de Management SST efficient (OHSAS 18001) Mettre un place une démarche «M.A.S.E.» Mettre en œuvre et optimiser l

Plus en détail

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France Education-Civique Chapitre n. La Défense et l action internationale en France I) La Défense globale du territoire national Problématique : Comment le territoire national et la population sont-ils protégés?

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1. Gestion des ressources humaines et stratégie d entreprise

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1. Gestion des ressources humaines et stratégie d entreprise Présentation 3 PARTIE 1 Gestion des ressources humaines et stratégie d entreprise Chapitre 1 Qu est-ce que la GRH? 17 1 Qu est-ce que la GRH 17 2 Les activités rattachées à la GRH 18 3 Les modèles de GRH

Plus en détail

Établir un diagnostic du climat social de l entreprise Questionnaire de Climat d entreprise

Établir un diagnostic du climat social de l entreprise Questionnaire de Climat d entreprise B I E N - Ê T R E S T R E S S R I S Q U E S P S Y C H O S O C I A U X Établir un diagnostic du climat social de l entreprise Questionnaire de Climat d entreprise 14 échelles fondamentales pour rendre compte

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE Vieillissement progressif et vieillesse harmonieuse Introduction... 25

PREMIÈRE PARTIE Vieillissement progressif et vieillesse harmonieuse Introduction... 25 SOMMAIRE Avant-propos... 15 Introduction générale. Présentation de la méthode de «causalité»... 19 PREMIÈRE PARTIE Vieillissement progressif et vieillesse harmonieuse Introduction... 25 CHAPITRE I Nous

Plus en détail

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 novembre 2012 Cadre de mieux-être en Le cadre de notre

Plus en détail

1. Les produits chimiques et leurs stockages

1. Les produits chimiques et leurs stockages 1. Les produits chimiques et leurs stockages BUT : Répondre à des questions telles que : Où trouve-t-on les produits chimiques? Quelles informations trouve-t-on sur les étiquettes? Comment les stocker?

Plus en détail

Formation Conseil - Recrutement

Formation Conseil - Recrutement Gobbelsrode 42, 3220 HOLSBEEK. Tél: 016/62.35.22 info@amvr.be www.amvr.be Formation Conseil - Recrutement Formation Points de départ : Notre objectif principal est de contribuer au succès de votre entreprise.

Plus en détail

NOVA RADIOPROTECTION. Solutions de consultance en radioprotection médicale

NOVA RADIOPROTECTION. Solutions de consultance en radioprotection médicale Solutions de consultance en radioprotection médicale 1021, Avenue de Toulouse - Espace ARC-EN-CIEL (Hall 3) 34070 MONTPELLIER - www.nova-radioprotection.com courriel : contact@nova-radioprotection.com

Plus en détail

L approche processus c est quoi?

L approche processus c est quoi? L approche processus c est quoi? D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Introduction Termes et définitions

Plus en détail

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 2 1- OBJECTIFS -INSPECTEUR HSE L inspecteur HSE est avant tout un technicien HSE mais il est formé aux multiples tâches d inspections : Vérifier la conformité dans l exécution

Plus en détail

ASSISTANCE ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS OFFERTS DANS D AUTRES INSTANCES INTERNATIONALES. Document soumis par l Unité d appui à l application *

ASSISTANCE ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS OFFERTS DANS D AUTRES INSTANCES INTERNATIONALES. Document soumis par l Unité d appui à l application * RÉUNION DES ÉTATS PARTIES À LA CONVENTION SUR L INTERDICTION DE LA MISE AU POINT, DE LA FABRICATION ET DU STOCKAGE DES ARMES BACTÉRIOLOGIQUES (BIOLOGIQUES) OU À TOXINES ET SUR LEUR DESTRUCTION BWC/MSP/2009/MX/INF.4

Plus en détail

Prévention Risques Professionnels

Prévention Risques Professionnels Prévention Risques Professionnels Évaluation des risques professionnels Aide à la réalisation du Document Unique Aide à la réalisation du Document Unique 2 Objectifs Vous présenter le contexte de l évaluation

Plus en détail

Processus : les outils d optimisation de la performance

Processus : les outils d optimisation de la performance Yvon Mougin Processus : les outils d optimisation de la performance Préface de Pierre MAILLARD Directeur Général de L Institut de Recherche et de Développement de la Qualité, 2004 ISBN : 2-7081-3022-6

Plus en détail

L'assurance qualité dans les laboratoires agroalimentaires et pharmaceutiques

L'assurance qualité dans les laboratoires agroalimentaires et pharmaceutiques L'assurance qualité dans les laboratoires agroalimentaires et pharmaceutiques 2 e édition revue et augmentée Max Feinberg Coordonnateur Editions TEC &DOC inter ditions édicales nationales 11, rue Lavoisier

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION PROGRAMME DE FORMATION FORMATION EN MANAGEMENT DÉVELOPPEMENT DES CAPACITÉS MANAGÉRIALES STRUCTURE DE LA FORMATION Programme de formation : 7 jours Siège social : 3B, Rue Taylor, CS 20004 75481 PARIS Cedex

Plus en détail

L avantage de la réplique comparativement à une arme neutralisée, est la détention libre sans obligation de fournir un certificat de neutralisation.

L avantage de la réplique comparativement à une arme neutralisée, est la détention libre sans obligation de fournir un certificat de neutralisation. PRESENTE SIMUL-X SIMUL-X est un kit pédagogique sous forme d une valise contenant des éléments de démonstration à usage des formations sûreté de l aviation civile, en conformité avec la réglementation

Plus en détail

LA REPONSE AUX RISQUES ET MENACES NRBCe

LA REPONSE AUX RISQUES ET MENACES NRBCe SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS D ILLE-ET-VILAINE LA REPONSE AUX RISQUES ET MENACES NRBCe Cdt Y. Durocher CMIC 35 sept 2014 2 UNITES : SOCLE de la réponse NRBCe CMIC : cellule mobile d intervention

Plus en détail

Exposé 1 : Habitudes alimentaires et santé

Exposé 1 : Habitudes alimentaires et santé Exposé 1 : Habitudes alimentaires et santé Certains comportements (manque d activité physique, excès de graisses, de sucre et de sel dans l alimentation) peuvent favoriser l obésité et l apparition de

Plus en détail

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES (1) Chapitre 4 : Radioactivité, décroissance radioactive Pré requis : La structure de l atome et de son noyau vue en nde et en 1 ère S (composition, ordre de grandeur

Plus en détail