Table des matières. Imagerie radioscopique de sûreté Avertissement...3 Les auteurs...5 Préambule...9

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Table des matières. Imagerie radioscopique de sûreté... 21. Avertissement...3 Les auteurs...5 Préambule...9"

Transcription

1 Avertissement...3 Les auteurs...5 Préambule...9 Imagerie radioscopique de sûreté Rémi Arbonville et Christophe Naudin Introduction...22 Principes généraux en imagerie radioscopique...23 Le principe de base en radioscopie...23 Les différentes techniques radioscopiques...24 Naissance de l imagerie radioscopique de sûreté...37 Formation des opérateurs en radioscopie de sûreté...42 Dissocier la «formation des opérateurs» de «l achat de matériel»...43 La formation en imagerie radioscopique...44 Le grand danger d une apparente simplicité...55 Sélection et aptitudes des opérateurs en radioscopie de sûreté...58 Aptitudes générales...58 Aptitude médicale Pré-requis généraux...68 La formation des agents de sûreté en imagerie...78 La formation des formateurs en imagerie...83 Etat et structure de la matière...85 Atomes et molécules

2 Tableau périodique des éléments La discrimination des matières Composition de quelques matières caractéristiques Le rayonnement X Généralités sur le rayonnement Interaction du rayonnement avec la matière Les rayonnements X L appareil de radioscopie X Les tunnels radioscopiques Les générateurs mobiles portables Les générateurs mobiles embarqués Les rayonnements ionisants Les rayonnements ionisants sont-ils dangereux? Radioactivité et imagerie radioscopique Rayons X et rayons γ Epidémiologie Surveillance médicale Doses naturelles de rayonnement ionisants Les unités de mesures indispensables à l'étude des effets des rayonnements ionisants (Becquerel, Gray, Sievert) Les effets des rayonnements ionisants sur l organisme Radioprotection et imagerie Techniques utilisées en imagerie radioscopique de sûreté Le positionnement en cabine blindée Le positionnement avec un générateur portable Le positionnement avec un système mobile Distance entre les objets sur le convoyeur Limitations en fonction de la taille du tunnel Vérification de la calibration Analyse radioscopique Méthode et processus analytique

3 Mode d'emploi sûreté Tome 1 Etude du contenant Etude des masses métalliques denses Etude des masses organiques denses Recherches d engins improvisés Recherche d objets interdits Fonctions complémentaires Détection automatique des matières à haute énergie Le diagnostic de sûreté Conclusion Connaissance de l armement et des munitions associées Philippe Peseux Introduction Objectif de l'ouvrage Les processus de réaction en cas de découverte positive au contrôle radioscopique, au contrôle manuel ou en détection au portique Définitions et généralités en armement Les armes par nature Les armes par destination Les armes par assimilation Définitions et généralités sur les munitions Les unités du Système International Pression et énergie cinétique Notions de balistique appliquée Les munitions létales Quelques législations La législation française La législation britannique La législation luxembourgeoise La carte européenne La Suisse La législation américaine

4 Le Brésil Les effets du contrôle Notions sur l'armement Les armes sont-elles dangereuses? L arme, objet ludique, outil de défense, de dissuasion, ou outil criminel? Vision et perception des armes selon les cultures Les armes et la mission de sûreté Savoir évaluer les limites de sa mission de sûreté Les munitions Désignations des calibres pour armes à canon rayé Les cartouches pour canons rayés Le transport par voie aérienne de munitions en bagage de soute Le transport par voie maritime de munitions en bagage de cabine Le transport par train de munitions en bagage de cabine ou bagages accompagnés Les armes à feu légères Les armes d'épaule Les armes de poing Les armes non létales et leurs projectiles Les armes à feu anciennes, de collection et leurs reproductions Les armes à air comprimé et à gaz carbonique Les armes blanches Les couteaux Les sabres et les épées Les tomahawks Les armes de jet Les arcs Les arbalètes Les pistolets arbalètes Les fusils de chasse sous-marine Les lance-pierres

5 Mode d'emploi sûreté Tome 1 Les sarbacanes Les couteaux de lancer Les étoiles de jet Les armes de frappe Les matraques Les poings américains Les répliques Les armes de poing d'alarme et de starter Les armes neutralisées Les répliques inertes d'armes à feu Les éclatés Les œuvres d'art et les objets décoratifs Les armes par assimilation Les jouets simulant une arme à feu Les jouets simulant une arme blanche Les Softair guns Les paintball guns Les armes par destination Les cutters à lame et les bistouris Les ciseaux Les ustensiles de cuisine Les objets perforants Les outils de frappe Les outils tranchants Les objets massifs Les pistolets de détresse Les pseudos armes par destination La dissimulation des armes Les armes dissimulées Les leurres Signature radioscopique de leurres et armes dissimulées

6 La plus dangereuse des armes individuelles Annexes Connaissance des explosifs et des munitions de guerre Thierry Vareilles Introduction Les explosifs Les grenades Les roquettes Programme de «formation sur les explosifs et les munitions de guerre» Les explosifs Les explosifs conventionnels Qu'est-ce qu'une substance explosive? La décomposition des matières à haute énergie Qu'est-ce qu'un explosif? Classification des explosifs selon leur composition chimique Les bouillis et gels explosifs Les mélanges explosifs plastiques ou explosifs à usage militaire Classification selon leur mode d'action Classification selon leur mode d'initiation Quelques substances explosibles les plus courantes Les substances non utilisées pour leurs propriétés explosives Evaluation des propriétés explosives Sensibilité de l'explosif Stabilité Effets explosifs Les effets de l'inflammation Effet d'entraînement Effets pendant l'emploi Les explosifs modernes et spéciaux Les explosifs non conventionnels

7 Mode d'emploi sûreté Tome 1 Les charges perforantes formées Les charges coupantes formées Les explosifs artisanaux ou de circonstances Les explosifs liquides Généralités sur les munitions de guerre Les munitions artisanales ou de circonstances Les grenades L'effet recherché Les grenades à effets spéciaux Les grenades à main Les grenades lancées par une arme Les grenades encartouchées Quelques exemples Les roquettes Qu est-ce qu une roquette Les lance-roquettes Quelques exemples intéressant l aéronautique La lutte contre le terrorisme Les dispositions juridiques Le droit international Particularités par pays Les unités d'intervention La phase passive La phase active L'antiterrorisme en France Conclusion Glossaire et acronymes EEI ECI ET autres menaces actuelles Stéphane Cottin Introduction Principes de fonctionnement d un EI

8 Composition Organisation Caractéristique Les risques Risque nucléaire Risque biologique Risque chimique La communauté scientifique Engin Explosif Improvisé Les effets Des éléments radioactifs Des agents biologiques Des agents chimiques D un engin explosif Les prochains attentats Des changements touchant la nature du terrorisme Les tendances plus générales observées à l'échelle mondiale Sites sensibles Chimique Les modes opératoires Engins improvisés Radiologique Biologique Scénarii possibles Chimique Limiter le risque Les indices d une attaque chimique Les indices d une attaque biologique Les indices d une attaque radiologique Premières mesures à prendre Mesures de décontaminations

9 Mode d'emploi sûreté Tome 1 Les axes de progrès Actions à mener pour lutter contre la menace Et si nous regardions dans la mauvaise direction? Le neurologique L agro terrorisme Formation des agents de sûreté aux nouvelles menaces : les pré-requis Conclusion Acronymes et définitions Annexe Facteurs humains en sûreté Hubert Roux Introduction Quelques notions essentielles Première approche des facteurs humains Pour vous que sont les facteurs humains? Les avantages d une formation sur les facteurs humains Les bases psychologiques et médicales Les êtres humains vivent dans un environnement physique La vision L audition Capacités et limites intellectuelles - Le cognitif Nos mémoires et les connaissances Nos ressources mentales Représentation de la charge de travail Que peut-on faire pour améliorer ses performances? Caractères dominants Erreur et fiabilité humaines L erreur La faute Les sanctions

10 Personnalité, motivation, stress et adaptation Les besoins et motivations : la pyramide de Maslow L individu : personnalité et attitudes L échelle d ajustement social de Rahe et Holmes La réaction de stress (d après Selye, 1936) Fatigue, sommeil et vigilance La fatigue Le sommeil L insomnie Communication - contact avec les personnes contrôlées Comment améliorer les communications? Automatisation Doit-on garder l Homme dans la boucle ou l exclure? La programmation des automatismes est-elle dangereuse? Prise de décision Comment peut-on améliorer la prise de décision? Gestion des ressources dans une équipe La synergie Le Leadership La gestion des conflits Le personnel est un acteur d un système complexe La culture d entreprise La nécessité des procédures Attitudes dangereuses Les attitudes dangereuses Les antidotes L'agent de sûreté La tenue sur le poste L agent de sûreté aéroportuaire L agent de sûreté portuaire ou maritime L agent de sûreté ferroviaire

11 Mode d'emploi sûreté Tome 1 L agent de sûreté dans une centrale nucléaire L agent de sûreté portier d un établissement pénitentiaire L agent de sûreté d un palais d état L agent de sûreté d une entreprise L agent de sûreté d un musée ou d une exposition L agent de sûreté d un site classé Défense Nationale Le Système de Gestion de la Sécurité Conclusion Glossaire Bibliographie Références administratives La détection des traces Christophe Naudin Introduction Principes généraux de la détection des traces Comparaison entre deux modes de détection Les techniques de décomposition de la matière Formation des opérateurs à la détection des traces Formation initiale d opérateur en détection de traces Formation à la détection de traces pour des opérateurs déjà formés en imagerie Dissocier la «formation des opérateurs» de «l achat de matériel» La formation à la détection des traces Les détecteurs de traces IONSCAN 400B EGIS II EGIS III EGIS DEFENDER ITEMISER SABRE 4000FR Le GSS

12 MOBILE TRACE E IONSCAN 500DT SENTINEL II ENTRYSCAN Contraintes d utilisation d un détecteur de traces Domaine d utilisation du détecteur de traces Etat et structure de la matière Rappels de physique La couche limite Herméticité de la matière Le rayonnement γ Rappels de physique Rayons γ et isotopes utilisés en détection de traces Principes de fonctionnement La chromatographie La spectrométrie La chimiluminescence Les plasmas Utilisation du détecteur de traces Principe de base Mise en route d un détecteur de traces Prélèvement et analyse d échantillon Fonction de supervision Procédure de prélèvement Utilisation principale ou secondaire du DDT Les procédures Conclusion Remerciements

Les catégories d armes. Les catégories du code de la défense (article L. 2331-1)

Les catégories d armes. Les catégories du code de la défense (article L. 2331-1) Les catégories d armes Les catégories du code de la défense (article L. 2331-1) Matériels de guerre : 1 ère Armes à feu et leurs munitions conçues pour ou destinées à la guerre terrestre, catégorie navale

Plus en détail

2. L utilisation des véhicules affectés aux activités de sécurité privée

2. L utilisation des véhicules affectés aux activités de sécurité privée APS03 2editV2 CORR 11-2013_Mise en page 1 21/11/13 09:55 Page15 2. L utilisation des véhicules affectés aux activités de sécurité privée Les véhicules doivent être équipés d émetteur récepteur radio-électrique

Plus en détail

ENTRAÎNEMENT EN CONDITIONS RÉELLES DE GESTION DES INCIDENTS NRBC ET MATIÈRES DANGEREUSES

ENTRAÎNEMENT EN CONDITIONS RÉELLES DE GESTION DES INCIDENTS NRBC ET MATIÈRES DANGEREUSES ENTRAÎNEMENT EN CONDITIONS RÉELLES DE GESTION DES INCIDENTS NRBC ET MATIÈRES DANGEREUSES INTRODUCTION: UN DÉFI MONDIAL L éventualité d attaques NRBC ou de déversements délibérés ou involontaires de substances

Plus en détail

SURVEILLANCE PRÉVENTION SÛRETÉ PRÉVENTION SURETÉ Sommaire Sommaire Surveillance Prévention Sureté...48

SURVEILLANCE PRÉVENTION SÛRETÉ PRÉVENTION SURETÉ Sommaire Sommaire Surveillance Prévention Sureté...48 Le Guide ÉCOLE DE SÉCURITÉ SURVEILLANCE PRÉVENTION SÛRETÉ PRÉVENTION SURETÉ Sommaire Sommaire Surveillance Prévention Sureté....48 Les obligations légales....49 Surveillance, prévention :...50 - CQP Agent

Plus en détail

Les armes ou objets dangereux

Les armes ou objets dangereux Les armes ou objets dangereux Soucieux du potentiel de l adversaire, celui-ci peux être amené à utiliser une arme, quelle soit: -Létale -Non létale - ou par destination -Ci-joint une liste des armes pouvant

Plus en détail

PROGRAMME INTERNATIONAL DE FORMATION AUX INCIDENTS CBRN

PROGRAMME INTERNATIONAL DE FORMATION AUX INCIDENTS CBRN Civil Emergency Planning Plans civils d urgence Projet sur les normes minimales et directives non contraignantes pour les premiers intervenants en ce qui concerne la planification, la formation, les procédures

Plus en détail

Type d événement : Mise à feu de deux bombes artisanales lors du marathon de Boston

Type d événement : Mise à feu de deux bombes artisanales lors du marathon de Boston Type d événement : Mise à feu de deux bombes artisanales lors du marathon de Boston Date de l événement : 15 avril 2013 Lieu de l événement : Près de la ligne d arrivée du marathon de Boston Pays : États-Unis

Plus en détail

Login : Mot de passe : Mot de Passe oublié. Recherche Avancée

Login : Mot de passe : Mot de Passe oublié. Recherche Avancée Documentation et Mise en relation pour l'achat et la vente d'armes, de pièces détachées et d'accessoires Login : saisissez votre login Mot de passe : Mot de Passe oublié Bien comprendre le réseau Réseau

Plus en détail

L'outil militaire. A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi?

L'outil militaire. A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi? L'outil militaire A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi? Un manuel de l outil militaire? La mésange qui explique à l oursin comment le lézard doit se servir de sa clé USB. Les conflits après

Plus en détail

POLITIQUE SECTORIELLE DÉFENSE

POLITIQUE SECTORIELLE DÉFENSE POLITIQUE SECTORIELLE DÉFENSE 1. INTRODUCTION... 2 2. ENGAGEMENT... 2 3. GESTION DU RISQUE... 2 4. STANDARDS ET CRITÈRES SPÉCIFIQUES AU SECTEUR... 3 5. CHAMP D'APPLICATION... 4 6. PROCÉDURES D'APPLICATION...

Plus en détail

Air intérieur Réglementation Etablissements recevant du public

Air intérieur Réglementation Etablissements recevant du public Air intérieur Réglementation Etablissements recevant du public Version «organismes accrédités» SOMMAIRE Etablissements recevant du public concernés par la surveillance de la qualité de l air intérieur

Plus en détail

FLUX 4 Introduction d'armes et de munitions en provenance d'un Etat membre de l'union européenne

FLUX 4 Introduction d'armes et de munitions en provenance d'un Etat membre de l'union européenne FLUX 4 Introduction d'armes et de munitions en provenance d'un Etat membre de l'union Réglementation (par catégorie d'armes) Information mise à jour DGDDI/Bureau E2 le 9/11/2007 Armes et munitions de 1ère

Plus en détail

POLICIERS MUNICIPAUX : ASSERMENTATION, AGREMENT ET CONDITIONS D ARMEMENT.

POLICIERS MUNICIPAUX : ASSERMENTATION, AGREMENT ET CONDITIONS D ARMEMENT. POLICIERS MUNICIPAUX : ASSERMENTATION, AGREMENT ET CONDITIONS D ARMEMENT. Mise à jour 2014 Cadre juridique : - Décret n 2006-1391 du 17 novembre 2006 portant st atut particulier du cadre d emplois des

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ Arrêté du 21 décembre 2007 définissant les modalités de formation et de délivrance du certificat

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Armes - Systèmes d'armes - Mobilité

SOMMAIRE Thématique : Armes - Systèmes d'armes - Mobilité SOMMAIRE... 2 Rubrique : Mobilité... 9 Rubrique : Systèmes d'armes...12 1 SOMMAIRE Armes à létalité réduite (A.L.R.)... 3 Connaissance des armes de petit calibre... 4 Connaissance des armes de moyen calibre...

Plus en détail

Métier d'agent de Sûreté Aéroportuaire ASA

Métier d'agent de Sûreté Aéroportuaire ASA Métier d'agent de Sûreté Aéroportuaire ASA Description courte Constructeurs d avion, compagnies aériennes, exploitants d aéroports, autorités de l'état, placent la Sûreté de l'aviation civile dans leur

Plus en détail

ASSISTANCE ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS OFFERTS DANS D AUTRES INSTANCES INTERNATIONALES. Document soumis par l Unité d appui à l application *

ASSISTANCE ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS OFFERTS DANS D AUTRES INSTANCES INTERNATIONALES. Document soumis par l Unité d appui à l application * RÉUNION DES ÉTATS PARTIES À LA CONVENTION SUR L INTERDICTION DE LA MISE AU POINT, DE LA FABRICATION ET DU STOCKAGE DES ARMES BACTÉRIOLOGIQUES (BIOLOGIQUES) OU À TOXINES ET SUR LEUR DESTRUCTION BWC/MSP/2009/MX/INF.4

Plus en détail

Fonctionnement Nombre de salariés : de la société assurée Dernier exercice Exercice en cours Exercice à venir

Fonctionnement Nombre de salariés : de la société assurée Dernier exercice Exercice en cours Exercice à venir 1 Métiers de la sécurité by Hiscox Identification du proposant Raison sociale Adresse de la société Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer Date de création

Plus en détail

Le programme d armement 2015 ogramme 15 Pr

Le programme d armement 2015 ogramme 15 Pr Programme 15 Le programme d armement 2015 1 Vue d ensemble 4 Le programme d armement 2015 Conduite 6 Système de drones de reconnaissance 15 250 mio. fr. (ADS 15) Efficacité à l engagement 8 Simulateur

Plus en détail

Formation obligatoire depuis juin 2009. But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients

Formation obligatoire depuis juin 2009. But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients Formation obligatoire depuis juin 2009 (L.1333-11, R.1333-74 du Code de la Santé) But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients Programme de la formation

Plus en détail

Ordonnance sur les formations et les activités autorisées en matière de radioprotection

Ordonnance sur les formations et les activités autorisées en matière de radioprotection Ordonnance sur les formations et les activités autorisées en matière de radioprotection (Ordonnance sur la formation en radioprotection) du 15 septembre 1998 (Etat le 1 er janvier 2008) Le Département

Plus en détail

RAPPORT NATIONAL DE LA FRANCE AU TITRE DU PROGRAMME D ACTION DES NATIONS UNIES EN VUE DE

RAPPORT NATIONAL DE LA FRANCE AU TITRE DU PROGRAMME D ACTION DES NATIONS UNIES EN VUE DE RAPPORT NATIONAL DE LA FRANCE AU TITRE DU PROGRAMME D ACTION DES NATIONS UNIES EN VUE DE PREVENIR, COMBATTRE ET ELIMINER LE COMMERCE ILLICITE DES ARMES LEGERES SOUS TOUS SES ASPECTS (Y COMPRIS L INSTRUMENT

Plus en détail

Au sens des présentes Conditions Générales, les termes suivants sont définis comme suit :

Au sens des présentes Conditions Générales, les termes suivants sont définis comme suit : Article 1 - Objet / Definitions Les présentes Conditions Générales ont pour objet de définir les conditions auxquelles est fourni le Service LibertyBag (ci-après "le Service"), utilisable par les passagers

Plus en détail

Sensibilisation à la Radioprotection

Sensibilisation à la Radioprotection Sensibilisation à la Radioprotection Version du 11/2011 Xavier Fléchard/Jean-Louis Gabriel Service de Radioprotection LPC CAEN Sensibilisation à la Radioprotection 11/2011 LPC 1 Pourquoi cette sensibilisation

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SÛRETÉ LA SALLE DE SPECTACLE

FICHE TECHNIQUE SÛRETÉ LA SALLE DE SPECTACLE Page 1/6 FICHE TECHNIQUE SÛRETÉ LA SALLE DE SPECTACLE Page 2/6 AVERTISSEMENT Le service d information du gouvernement travaille actuellement sur l élaboration d une stratégie de sensibilisation de la population

Plus en détail

DES SOLUTIONS DE SÉCURITÉ INNOVANTES

DES SOLUTIONS DE SÉCURITÉ INNOVANTES MORPHO DETECTION DES SOLUTIONS DE SÉCURITÉ INNOVANTES L EXCELLENCE EN MATIÈRE DE DÉTECTION D EXPLOSIFS ET DE NARCOTIQUES ET D IDENTIFICATION DES SUBSTANCES POINTS CLÉS > Le partenariat de Morpho Detection

Plus en détail

Lignes Directrices pour les services financiers* à destination de l industrie de l Armement

Lignes Directrices pour les services financiers* à destination de l industrie de l Armement 25 novembre 2010 Lignes Directrices pour les services financiers* à destination de l industrie de l Armement 1. Objectif Les membres du Club Finance de l ORSE sont des acteurs majeurs du financement de

Plus en détail

Initiative populaire «Pour la protection face à la violence des armes» Votation populaire du 13 février 2011

Initiative populaire «Pour la protection face à la violence des armes» Votation populaire du 13 février 2011 Initiative populaire «Pour la protection face à la violence des armes» Votation populaire du 13 février 2011 Législation sur les armes constamment renforcée La prévention de l usage abusif des armes figure

Plus en détail

nos clients dans l exploitation de nos solutions technologiques sont nos deux engagements les plus forts. Raphaël Gorgé Président du Groupe ECA

nos clients dans l exploitation de nos solutions technologiques sont nos deux engagements les plus forts. Raphaël Gorgé Président du Groupe ECA Depuis 1936, le Groupe ECA produit des solutions technologiques pour la sécurité des hommes et des biens. Diffusées dans le monde entier, ces solutions sont destinées aux secteurs de la défense, de l industrie,

Plus en détail

SYSTÈMES DE ROQUETTES À INDUCTION Lance-roquettes Roquettes. www.tda-armements.com

SYSTÈMES DE ROQUETTES À INDUCTION Lance-roquettes Roquettes. www.tda-armements.com SYSTÈMES DE ROQUETTES À INDUCTION Lance-roquettes Roquettes www.tda-armements.com Intégration : un précieux savoir-faire Dialogue avec les roquettes Conforme à toutes les normes OTAN Intégré sur LH10 ELLIPSE

Plus en détail

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R.

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R. 60 ÉCOLE EUROPÉENNE DES SCIENCES ANALYTIQUES Connaissances de base en chimie sur l atome et la lumière 4 jours Être capable de choisir la technique appropriée Fiabiliser les résultats Définitions en absorption

Plus en détail

Sommaire Introduction... XI

Sommaire Introduction... XI Sommaire Introduction... XI 1. Qu'est-ce que la radioprotection?... 2. Quels sont les objectifs de la radioprotection? 3. Qui est concerné par la radioprotection dans le domaine médical? 4. Quelles sont

Plus en détail

Inventaire des dangers : Gants de pompiers

Inventaire des dangers : Gants de pompiers Inventaire des dangers : Gants de pompiers 1. Réflexions - caractéristiques: Norme de référence : EN 659 Gants de protection pour sapeurs-pompiers Possibilités d avoir des gants avec longues ou courtes

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Arrêté du 18 mai 2004 relatif aux programmes de formation portant sur la radioprotection des patients exposés

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

RISQUES RADIOLOGIQUES

RISQUES RADIOLOGIQUES Introduction Nous verrons ici les signes permettant de définir la gravité de l accident et d en déduire la protection adaptée pour les intervenants. Comme pour toute autre intervention, la protection du

Plus en détail

REGLEMENTATION DES ARMES ET MUNITIONS EN COTE D IVOIRE

REGLEMENTATION DES ARMES ET MUNITIONS EN COTE D IVOIRE REGLEMENTATION DES ARMES ET MUNITIONS EN COTE D IVOIRE Décret n 99-183 du 24 février 1999 portant réglementation des armes et munitions CHAPITRE PREMIER DISPOSITIONS GENERALES Art.1- les armes visées par

Plus en détail

Manuel du phobique et de l anxieux

Manuel du phobique et de l anxieux Edmund J. Bourne Manuel du phobique et de l anxieux Traduit de l anglais par Brigitte Vadé, 2011 ISBN : 978-2-212-54862-4 Table des matières Remerciements... 4 Préface à la cinquième édition... 11 Introduction...

Plus en détail

Code Apporteur : Raison sociale :... Adresse :. Noms et adresses des filiales à assurer :..

Code Apporteur : Raison sociale :... Adresse :. Noms et adresses des filiales à assurer :.. Code Apporteur : Note de présentation- Gardiennage - Alarme - Protection Surveillance 20080703 : Nous fournir obligatoirement l extrait K bis et l autorisation préfectorale pour toute étude Identification

Plus en détail

Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques... 12 2 Etendue de la physique nucléaire... 13 3 Découverte de la radioactivité...

Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques... 12 2 Etendue de la physique nucléaire... 13 3 Découverte de la radioactivité... Table des matières Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques................... 12 2 Etendue de la physique nucléaire..................... 13 3 Découverte de la radioactivité.......................

Plus en détail

La Radioprotection. UE Santé Société Humanité Module Santé Publique

La Radioprotection. UE Santé Société Humanité Module Santé Publique La Radioprotection UE Santé Société Humanité Module Santé Publique La Radioprotection La radioprotection est la discipline qui coordonne les recherches, les travaux et les techniques concernant les moyens

Plus en détail

Formation sur la gestion des DASRI : besoins et thèmes principaux

Formation sur la gestion des DASRI : besoins et thèmes principaux REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE DIRECTION DE L HYGIENE DU MILIEU ET DE LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT Formation sur la gestion des DASRI : besoins et thèmes principaux Présenté par

Plus en détail

En effet, sous ce terme d innovation se cachent des enjeux cruciaux pour la sûreté de demain.

En effet, sous ce terme d innovation se cachent des enjeux cruciaux pour la sûreté de demain. 1 Monsieur le Président du Conseil, Monsieur le Secrétaire général, Mesdames et messieurs les directeurs généraux, Mesdames et messieurs les directeurs, Mesdames et messieurs les Représentants permanents,

Plus en détail

L-CAT. Le navire de débarquement rapide pour opérations amphibies. Un navire de débarquement polyvalent

L-CAT. Le navire de débarquement rapide pour opérations amphibies. Un navire de débarquement polyvalent Défense & Sécurité PROJECTION MARITIME Depuis 2011, le L-CAT est le navire de débarquement rapide choisi par la Marine Nationale pour la réalisation d opérations amphibies. Depuis sa mise en service, il

Plus en détail

Les rayonnements ionisants De quoi s agit-il?

Les rayonnements ionisants De quoi s agit-il? Les rayonnements ionisants De quoi s agit-il? Service Interprofessionnel de Santé au Travail de la Manche www.sistm50.com SOMMAIRE Principales utilisations...p.2 Modes d exposition...p.2-3 Effets biologiques...p.3

Plus en détail

Préambule. aspects, New York, 9-20 juillet 2001 (A/CONF.192/15), par. 24. 2 A/58/138. 3 Résolution 55/255 de l Assemblée générale, annexe.

Préambule. aspects, New York, 9-20 juillet 2001 (A/CONF.192/15), par. 24. 2 A/58/138. 3 Résolution 55/255 de l Assemblée générale, annexe. Instrument international visant à permettre aux États de procéder à l identification et au traçage rapides et fiables des armes légères et de petit calibre illicites Préambule Les États, Notant que, dans

Plus en détail

Evaluation de la conformité. Dans l intérêt des entreprises et des Hommes

Evaluation de la conformité. Dans l intérêt des entreprises et des Hommes Dans l intérêt des entreprises et des Hommes Evaluation de la conformité Vous recherchez des solutions à la hauteur de vos exigences Au cœur d un marché mondial, concurrentiel, en évolution de plus en

Plus en détail

Expédition de matières dangereuses par le canal postal Factsheet

Expédition de matières dangereuses par le canal postal Factsheet Expédition de matières dangereuses par le canal postal Factsheet Dernière adaptation: 01.01.2008 Principe : Sans autorisation spéciale, l expédition de marchandises dangereuses à l étranger n est pas autorisée.

Plus en détail

Analyse des risques d un poste de travail dans une entreprise ou un établissement

Analyse des risques d un poste de travail dans une entreprise ou un établissement Analyse des risques d un poste de travail dans une entreprise ou un établissement Pour les stagiaires de l enseignement secondaire, du supérieur et de l enseignement pour adultes Modèle A (secteur lourd)

Plus en détail

CONTRÔLE DES INSTRUMENTS DE MESURE MENTIONNÉS À L'ARTICLE R. 1333-7 DU CODE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET À L'ARTICLE R. 231-84 DU CODE DU TRAVAIL

CONTRÔLE DES INSTRUMENTS DE MESURE MENTIONNÉS À L'ARTICLE R. 1333-7 DU CODE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET À L'ARTICLE R. 231-84 DU CODE DU TRAVAIL Article ANNEXE 2 En savoir plus sur cet article... CONTRÔLE DES INSTRUMENTS DE MESURE MENTIONNÉS À L'ARTICLE R. 1333-7 DU CODE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET À L'ARTICLE R. 231-84 DU CODE DU TRAVAIL 1 Cadre du

Plus en détail

A lire attentivement et à conserver. Que faire en cas d accident sur le site FBFC de Romans?

A lire attentivement et à conserver. Que faire en cas d accident sur le site FBFC de Romans? A lire attentivement et à conserver Que faire en cas d accident sur le site FBFC de Romans? FBFC Romans fabrique des combustibles nucléaires. La Franco-Belge de Fabrication de Combustible (FBFC) est intégrée

Plus en détail

LA PERSONNE COMPETENTE EN RADIOPRETECTION

LA PERSONNE COMPETENTE EN RADIOPRETECTION LA PERSONNE COMPETENTE EN RADIOPRETECTION CONGRES ATSR Cherbourg 2006 Benoit MARC D.RI.M Avant propos La base d un constat : 20 ans d expérience en RP sur plusieurs sites nucléaires Certifié formateur

Plus en détail

Guide sur la radioprotection

Guide sur la radioprotection www.thalesgroup.com Guide sur la radioprotection Table des matières La radioprotection...5 Qu est-ce qu une source radioactive ou source de rayonnements ionisants?... 5 Dans quelles applications, chez

Plus en détail

insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques

insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques Dominique Robin Ricardo Stouvenel Frédéric Jaquenod Gilles Triscone Martina Zsely-Schaffter Des

Plus en détail

Inspection rayons X : bagages et colis

Inspection rayons X : bagages et colis sûreté Inspection rayons X, Détection de métaux, Imagerie des personnes, Détection / Identification des substances chimiques, explosifs et narcotiques, Détection d éléments radioactifs. Le réflexe sûreté

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Systèmes et sécurité pyrotechniques

SOMMAIRE Thématique : Systèmes et sécurité pyrotechniques SOMMAIRE Thématique : Systèmes et sécurité pyrotechniques Rubrique : Évaluation... 2 Rubrique : Initiation... 8 Rubrique : Recyclage...13 Rubrique : Sécurité...17 1 SOMMAIRE Rubrique : Évaluation Responsables

Plus en détail

LE TRANSPORT DES MATIÈRES DANGEREUSES

LE TRANSPORT DES MATIÈRES DANGEREUSES FICHE TECHNIQUE #51 PRODUITS ET MATIÈRES DANGEREUSES LE TRANSPORT DES MATIÈRES DANGEREUSES Le Règlement sur le transport des matières dangereuses encadre la manutention et le transport des matières dangereuses

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement

SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement Rubrique : Fonctionnels de la prévention du ministère... 2... 4 Rubrique : Risques psychosociaux...12 1 SOMMAIRE Rubrique : Fonctionnels

Plus en détail

Réf. Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Réf. Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES Nantes, le 26 mars 2013 N/Réf. : CODEP-NAN-2013-016559 Bretagne Assèchement Ty Er Douar 56150 BAUD Objet Inspection de la radioprotection du 21 mars 2013 Détention

Plus en détail

HYGIÈNE SÉCURITÉ E N V I R O N N E M E N T

HYGIÈNE SÉCURITÉ E N V I R O N N E M E N T Le B.O. 2 8 1 HYGIÈNE SÉCURITÉ S O M M A I R E P R É S E N T A T I O N ORGANISATION DES ENSEIGNEMENTS 1 - Unités d enseignement (UE) 2 - Tableaux des horaires et coefficients 3 - Adaptations locales 4

Plus en détail

LE RISQUE NUCLEAIRE et RADIOLOGIQUE. Dr F.VALLI - SAMU 06 - CHU de Nice Mars 2009 1

LE RISQUE NUCLEAIRE et RADIOLOGIQUE. Dr F.VALLI - SAMU 06 - CHU de Nice Mars 2009 1 LE RISQUE NUCLEAIRE et RADIOLOGIQUE Mars 2009 1 Le Risque NR Probabilité d être exposé aux effets d un radioélément qui va : - Irradier et/ou - Contaminer N : Nucléaire (INB) R : Radiologique Mars 2009

Plus en détail

Examen Méthodes spectroscopiques 2

Examen Méthodes spectroscopiques 2 16 décembre 2010 Examen Méthodes spectroscopiques 2 Durée 2 h Calculatrice et tables spectroscopiques (fournies en début d année) autorisées Exercice 1 (3 pts 10min) Il est possible de doser simultanément

Plus en détail

A - Méthode Laser Induced Breakdown Spectroscopy (LIBS) τ = 230 ms. Transition laser : λ = 1064 nm

A - Méthode Laser Induced Breakdown Spectroscopy (LIBS) τ = 230 ms. Transition laser : λ = 1064 nm Etude d une peinture flamande de Jan Van Eyck : XV e siècle Les époux Arnolfini 1 434 «Fake or not fake»? Données numériques h = 6,62 10-34 J.s c = 3 10 8 m.s -1 e = 1,60 10-19 C 1 ev= 1,60 10-19 J A -

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

LABORATOIRE DE POLICE SCIENTIFIQUE DE MARSEILLE

LABORATOIRE DE POLICE SCIENTIFIQUE DE MARSEILLE LABORATOIRE DE POLICE SCIENTIFIQUE DE MARSEILLE 97, Boulevard Camille Flammarion 13 245 MARSEILLE Cedex 04 Tél : 04 91 62 85 00 Fax : 04 91 62 97 70 SON STATUT : Créé en 1943, puis modernisé en 1985, le

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE Edition révisée n : 2-10 SECURITE Date de révision : 8 / 6 / 2010. 2.2 : Gaz non inflammable et non toxique.

FICHE DE DONNEES DE Edition révisée n : 2-10 SECURITE Date de révision : 8 / 6 / 2010. 2.2 : Gaz non inflammable et non toxique. Page : 1 2.2 : Gaz non inflammable et non toxique. Attention 1 Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise Identificateur de produit Nom commercial : N FDS : Description chimique

Plus en détail

LA REPONSE AUX RISQUES ET MENACES NRBCe

LA REPONSE AUX RISQUES ET MENACES NRBCe SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS D ILLE-ET-VILAINE LA REPONSE AUX RISQUES ET MENACES NRBCe Cdt Y. Durocher CMIC 35 sept 2014 2 UNITES : SOCLE de la réponse NRBCe CMIC : cellule mobile d intervention

Plus en détail

Systèmes de filtration NRBC

Systèmes de filtration NRBC SP Défense Fournisseur des armées depuis 50 ans Honeywell Safety Products SP Défense Immeuble Edison - ZI Paris-Nord 2 33, rue des Vanesses - BP 55288 Villepinte 95958 Roissy CDG Cedex - France Tél. :

Plus en détail

SURVEILLANCE. SÛRETé AéROPORTUAIRE

SURVEILLANCE. SÛRETé AéROPORTUAIRE SURVEILLANCE SÛRETé AéROPORTUAIRE Ingénierie sûreté TechnologieS télésurveillance sécurité mobile formations services 1 er groupe français indépendant de sécurité privée Une grande entreprise familiale

Plus en détail

HATSAN BREAK BARREL AIR RIFLES

HATSAN BREAK BARREL AIR RIFLES HATSAN ARMS COMPANY HATSAN BREAK BARREL AIR RIFLES Instruction Manual GB Bedienungsanleitung Manuel d instruction DE FR Manual de Instrucciones ESP PLEASE READ THIS MANUAL BEFORE USING YOUR AIR GUN Merci

Plus en détail

K1705 - Sécurité civile et secours

K1705 - Sécurité civile et secours Appellations Artificier démineur / Artificière démineuse Chef d'agrées Chef d'équipe de secours Chef de garde Conducteur / Conductrice d'engin spécial d'incendie Conducteur / Conductrice d'engins d'extinction

Plus en détail

Formation aux risques NRBC Zone de Défense de Paris. Mise à jour des connaissances avant formation spécifique SAMU-SMUR SMUR-URGURG

Formation aux risques NRBC Zone de Défense de Paris. Mise à jour des connaissances avant formation spécifique SAMU-SMUR SMUR-URGURG Formation aux risques NRBC Zone de Défense de Paris Mise à jour des connaissances avant formation spécifique SAMU-SMUR SMUR-URGURG 1 Objectifs de ce diaporama Ce document est destiné, à mettre vos connaissances

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2014-019864 Le Directeur général de l ASN

N/Réf. : CODEP-PRS-2014-019864 Le Directeur général de l ASN RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 13 mai 2014 N/Réf. : CODEP-PRS-2014-019864 Le Directeur général de l ASN à Madame la Préfète de Seine-et-Marne 12 Rue des Saints-Pères 77000 MELUN Monsieur

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

ECA Group présente ses dernières solutions innovantes en Robotique et Simulation sur le salon MILIPOL

ECA Group présente ses dernières solutions innovantes en Robotique et Simulation sur le salon MILIPOL Paris, le 12 novembre 2015, 07h00 Systèmes Intelligents de Sûreté Protection en Milieux Nucléaires Projets et Services Industriels Impression 3D - À propos de Groupe Gorgé Créé en 1990, Groupe Gorgé est

Plus en détail

K2503 - Sécurité et surveillance privées

K2503 - Sécurité et surveillance privées Appellations Agent / Agente cynophile de sécurité Agent / Agente d'exploitation et de sûreté aéroportuaire Agent / Agente de démarque Agent / Agente de prévention et de sécurité Agent conducteur / Agente

Plus en détail

Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C

Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C Cyril BARSU Laboratoire de Chimie Département des sciences de la matière Spectrométrie de masse - Actuellement, le secteur le plus dynamique

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF

N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF Paris, le 06 juillet 2010 Objet : Inspection

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

SECURITE A LA CHASSE CAHIER D APPRENTISSAGE EXAMEN DU PERMIS DE CHASSER

SECURITE A LA CHASSE CAHIER D APPRENTISSAGE EXAMEN DU PERMIS DE CHASSER SECURITE A LA CHASSE CAHIER D APPRENTISSAGE EXAMEN DU PERMIS DE CHASSER 1 La journée de préparation à l examen du permis de chasser a pour objectif de sensibiliser les candidats, afin que ces derniers

Plus en détail

PROPOSITIONS SUR LES ASPECTS TECHNIQUES DES ARMES A SOUS-MUNITIONS

PROPOSITIONS SUR LES ASPECTS TECHNIQUES DES ARMES A SOUS-MUNITIONS GROUPE D EXPERTS GOUVERNEMENTAUX DES HAUTES PARTIES CONTRACTANTES À LA CONVENTION SUR L INTERDICTION OU LA LIMITATION DE L EMPLOI DE CERTAINES ARMES CLASSIQUES QUI PEUVENT ÊTRE CONSIDÉRÉES COMME PRODUISANT

Plus en détail

Atelier A 20. Transport: questions autour de la sûreté de la chaîne logistique

Atelier A 20. Transport: questions autour de la sûreté de la chaîne logistique Atelier A 20 Transport: questions autour de la sûreté de la chaîne logistique Intervenants Philippe GODIN Avocat, BOULOY GRELLET & GODIN Jean Patrick MARCQ Marine Underwriting manager, AIG Modérateur Guy

Plus en détail

SAPHYMO SAPHYMO C.R.C.V. C.R.C.C.

SAPHYMO SAPHYMO C.R.C.V. C.R.C.C. SAPHYMO SAPHYMO C.R.C.V. C.R.C.C. (Contrôle radiologique de chargement de véhicules / de conteneurs) La Radioactivité sous contrôle. Nos portiques ont été conçus pour la détection de sources radioactives

Plus en détail

Méthodes géophysiques et géochimiques

Méthodes géophysiques et géochimiques Méthodes géophysiques et géochimiques 1.3. TD Introduction Il y a 4.567 milliards d années (Ga), au moment où le nuage de gaz et de poussière qui va constituer le système solaire s effondre sur lui même,

Plus en détail

Les ALPC en Afrique Initiatives.

Les ALPC en Afrique Initiatives. Séminaire des acteurs africains francophones de la lutte antimines Dakar du 2 au 4 Nov. 2009 -------------------- Les ALPC en Afrique Initiatives. r Christiane AGBOTON JOHNSON MERCI LES ALPC en Afrique

Plus en détail

Facteurs Humains et gestion des risques

Facteurs Humains et gestion des risques Facteurs Humains et gestion des risques La prise en compte des Facteurs Humains et le retour d expérience en chirurgie Clermont Ferrand le 16 décembre 2014 1 2 3 Les Facteurs Humains clef de la sécurité

Plus en détail

DIRECTION DU TRAVAIL AMT-CGPME

DIRECTION DU TRAVAIL AMT-CGPME Bonjour et Bienvenue DIRECTION DU TRAVAIL AMT-CGPME 1 LES PRODUITS CHIMIQUES Apprenons à les connaître pour bien se protéger! 2 2 Le règlement CLP (Classification, Labelling and Packaging of substances

Plus en détail

Exposition médicale aux rayonnements ionisants en radiodiagnostic

Exposition médicale aux rayonnements ionisants en radiodiagnostic Exposition médicale aux rayonnements ionisants en radiodiagnostic Les rayonnements ionisants, c est quoi? Dans le domaine du radiodiagnostic, les rayonnements ionisants sont des rayons X produits à partir

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Rayonnements ionisants et non ionisants

SOMMAIRE Thématique : Rayonnements ionisants et non ionisants SOMMAIRE Thématique : Rayonnements ionisants et non ionisants Rubrique : Risques - Sécurité... 2 1 Rubrique : Risques - Sécurité SOMMAIRE Formation qualifiante contrôleur en radioprotection... 3 Bases

Plus en détail

Terrorisme nucléaire. Michel WAUTELET Université de Mons 6 août 2011

Terrorisme nucléaire. Michel WAUTELET Université de Mons 6 août 2011 Terrorisme nucléaire Michel WAUTELET Université de Mons 6 août 2011 Terrorisme nucléaire Menace ou risque? - Avril 2010, Washington: Barack Obama réunit un sommet de 47 pays sur le sujet - Terrorisme?

Plus en détail

NILAM 09.30. Deuxième édition - 01/10/2008 Inclus l amendement 4, juin 2013

NILAM 09.30. Deuxième édition - 01/10/2008 Inclus l amendement 4, juin 2013 NILAM 09.30-01/10/2008 Inclus l amendement 4, juin 2013 Neutralisation et destruction des explosifs Traduction assurée par le CNDH (Centre national de déminage humanitaire, Ecole supérieure et d application

Plus en détail

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES (1) Chapitre 4 : Radioactivité, décroissance radioactive Pré requis : La structure de l atome et de son noyau vue en nde et en 1 ère S (composition, ordre de grandeur

Plus en détail

KArgus sea INTERCONNECTION

KArgus sea INTERCONNECTION KArgus sea INTERCONNECTION KSI, filiale de GROUPE PRORISK, est un Centre de Formation Agréé en 2005 pour répondre au besoin de formation maritime lié à l avènement du code ISPS. Face à l émergence des

Plus en détail

1. Les produits chimiques et leurs stockages

1. Les produits chimiques et leurs stockages 1. Les produits chimiques et leurs stockages BUT : Répondre à des questions telles que : Où trouve-t-on les produits chimiques? Quelles informations trouve-t-on sur les étiquettes? Comment les stocker?

Plus en détail

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer Complétez le schéma de gestion des déchets nucléaires en vous aidant du panneau, les surfaces des cercles sont proportionnelles à leur importance Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ

Plus en détail

PRESENTATION DU STANDARD TIA (Télécommunications Industry Association) 942

PRESENTATION DU STANDARD TIA (Télécommunications Industry Association) 942 PRESENTATION DU STANDARD TIA (Télécommunications Industry Association) 942 YCHE SOMMAIRE Présentation générale Présentation détaillée Périmètre de risques type Criticité d une salle serveurs Points complémentaires

Plus en détail