RÉGULATION DE LA GLYCÉMIE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RÉGULATION DE LA GLYCÉMIE"

Transcription

1 Biologie RÉGULATION DE LA GLYCÉMIE SERVICE FORMATION CONTINUE, UNIVERSITÉ DE LILLE - SCIENCES ET TECHNOLOGIES DÉPARTEMENT SCIENCES JACQUES COGET Juillet 2013

2

3 Table des matières Table des matières 3 I - Introduction 5 II - Une constante homéostasique 7 III - Le système hypoglycémiant 11 IV - Le système hyperglycémiant 15 V - Le diabète 17 VI - Exercices d'application 19 A. Exercice d'application N B. Exercice d'application N C. Exercice d'application N Solution des exercices de TD 25 3

4

5 Introduction I - I Tout organisme vivant en interaction avec son environnement, il s'ensuit de nombreux échanges de matière et d'énergie entre le milieu extérieur et le milieu intérieur ce qui a pour conséquence d'entraîner d'importantes perturbations des caractéristiques physicochimiques de ce milieu telles que la température centrale, le degré d'hydratation, le ph sanguin ou la concentration de toutes sortes de substances. De la même manière, les cellules sont le siège d'échanges permanents entre le milieu extracellulaire et le milieu intracellulaire ce qui leur permet de puiser dans leur environnement les éléments nécessaires à leur physiologie et à leur métabolisme et d'y rejeter déchets et produits de sécrétion divers avec pour conséquence de modifier également les caractéristiques physiques et chimiques du milieu intérieur. Or, le fonctionnement cellulaire s'accommode mal de ces changements et il est donc indispensable que des mécanismes régulateurs assurent le maintien d'un certain nombre de paramètres biologiques qui ne peuvent varier que dans des limites extrêmement strictes et qui, pour cette raison, sont qualifiés de constantes homéostasiques l'homéostasie (du grec homoios = semblable et stasis = état) étant définie comme «la stabilisation, chez les organismes vivants, des différentes constantes physiologiques» (Le petit Robert). La glycémie ou teneur en sucre du sang est l'une de ces constantes homéostasiques. Il s'agit essentiellement de glucose et sa concentration moyenne oscille autour de 0,80 g.l -1 avec des minima et des maxima qui, selon les individus et les moments de la journée peuvent atteindre 0,65 g.l -1 et 1,20 g.l -1, tout écart supplémentaire entraînant une hypoglycémie ou une hyperglycémie qui, si elle se prolonge, peut être mortelle. 5

6

7 Une constante II - homéostasique II Au cours d'une journée, l'apport en glucides (repas, friandises, boissons sucrées) est irrégulier et leur consommation par les tissus (effort musculaire, travail cérébral, lutte contre le froid ou le chaud) l'est tout autant. Pourtant, si on mesure la concentration sanguine de glucose au cours du temps, on constate que ces fluctuations sont rapidement suivies d'un retour à une valeur moyenne qui, elle, ne varie pas. Il faut donc concevoir un mécanisme de régulation qui permet à l'organisme de stocker le glucose à la suite de son absorption intestinale, mais également de le libérer dans la circulation générale en fonction des besoins cellulaires. C'est à Claude Bernard (physiologiste français, ) que l'on doit la découverte de ce phénomène en 1855 au cours d'une série d'expériences qui sont devenues particulièrement célèbres et qui lui ont permis de développer une approche radicalement nouvelle et particulièrement féconde des fonctions vitales, encore connue aujourd'hui sous le nom de méthode expérimentale. Auparavant, on avait remarqué que l'ablation du foie (hépatectomie) chez un chien provoquait une chute rapide de la glycémie qui s'accompagnait de troubles fonctionnels importants (tachycardie, baisse de la température, hypertension) conduisant au coma puis à la mort de l'animal au bout de quelques heures. 7

8 Une constante homéostasique C'est alors que Claude Bernard a l'idée de comparer le taux de glucose en amont et en aval du foie en mesurant la glycémie dans la veine porte hépatique (en amont), qui amène au foie le sang en provenance de l'intestin, et dans la veine sushépatique (en aval) qui permet au sang de rejoindre la circulation générale. Or, si le taux de glucose est variable dans la veine porte hépatique selon que le sujet est à jeun ou en digestion, il reste étonnamment stable dans la veine sus-hépatique. Le foie apparaît donc comme l'organe capable de stocker le glucose mais il reste à comprendre pourquoi le sang qui en ressort contient toujours le même taux de sucre. Claude Bernard réalise alors une seconde expérience dite du foie lavé dans laquelle le foie est perfusé avec de l'eau injectée dans la veine porte hépatique. «J'ai choisi un chien adulte, vigoureux et bien portant qui depuis plusieurs jours était nourri de viande ; je le sacrifiai sept heures après un repas copieux de tripes. Aussitôt le foie fut enlevé et cet organe fut soumis à un lavage continu par la veine porte (...) Je laissai ce foie soumis à ce lavage pendant quarante minutes ; j'avais constaté au début de l'expérience que l'eau colorée en rouge qui jaillissait par les veines hépatiques étaient sucrée ; je constatai en fin d'expérience que l'eau, parfaitement incolore qui sortait, ne renfermait plus aucune trace de sucre (...) J'abandonnai dans un vase ce foie à température ambiante et, revenu 24 heures après, je constatai que cet organe que j'avais laissé la veille complètement vide de sucre s'en trouvait pourvu très abondamment.» Le foie ayant été vidé de son sucre au cours du premier lavage et 24 heures s'étant écoulées avant qu'un nouveau lavage soit effectué, il faut donc imaginer que le foie renferme une substance capable de se transformer en sucre au cours du temps. C'est du reste la conclusion de Claude Bernard qui donne à cette substance le nom de matière glycogène (= qui génère du sucre). On sait aujourd'hui que le foie est capable de stocker jusqu'à 120 grammes de glucose sous forme de glycogène et que les hépatocytes remplissent (entre autres) 8

9 deux fonctions essentielles au maintien de la glycémie : Une constante homéostasique d'une part convertir en glycogène les oses absorbés au cours de la digestion et amenés au foie par la veine porte : c'est la glycogénogenèse ; d'autre part hydrolyser le glycogène pour fournir aux cellules le glucose nécessaire à leur métabolisme : c'est la glycogénolyse. On sait aussi que le foie n'est pas le seul organe à stocker du glucose. En effet, suite à l'injection de glucose tritié à un animal, on constate l'apparition de glycogène radioactif dans les muscles et celle de triglycérides radioactifs dans les tissus adipeux mais cette mise en réserve ne participe pas directement à la régulation de la glycémie. Elle peut, par contre, contribuer à la néoglucogenèse, c'est-à-dire la fabrication de glucose (et éventuellement de glycogène) par le foie à partir de substances protidiques ou lipidiques qu'il puise dans le sang. Dans le premier cas, il s'agit d'acides aminés glucoformateurs produits par le catabolisme glucidique musculaire et dans le second de certains acides gras et du glycérol libérés après hydrolyse des triglycérides par les adipocytes. 9

10 Une constante homéostasique Ainsi, la constance de la glycémie résulte d'une autorégulation de la fonction hépatique. Toutefois, l'ensemble de ces mécanismes présente une certaine inertie et ne permet pas d'ajuster en permanence les variations en plus ou en moins qui résultent de l'activité métabolique. D'où l'existence de deux systèmes régulateurs neuroendocriniens assurant à l'organisme un maintien plus rapide et plus précis de la glycémie : le système hypoglycémiant vagohormonal, le système hyperglycémiant sympathicohormonal. 10

11 Le système III - hypoglycémiant III Il est essentiellement lié à la production d'insuline par le pancréas comme l'ont montré plusieurs expériences déjà anciennes. En 1889, Oskar Minkowski et Josef von Mering sont les premiers à pratiquer l'ablation du pancréas (pancréatectomie) chez le Chien. Immédiatement, ils constatent une augmentation de la glycémie qui conduit à la mort de l'animal au bout de plusieurs jours. Quelques années plus tard, des expériences de greffe externe confirment ces résultats. Dans un premier temps, on réalise une pancréatectomie chez un chien de manière à provoquer une hyperglycémie. On raccorde ensuite un pancréas frais à l'animal par circulation croisée de telle sorte que l'organe soit irrigué en suturant une carotide à l'artère pancréatique et que le retour sanguin soit assuré en suturant la veine pancréatique à une jugulaire. Ainsi le pancréas externe se trouve «branché» sur la circulation générale de l'animal pancréatectomisé. On constate alors une baisse rapide de la glycémie qui ne dure que le temps du branchement. 11

12 Le système hypoglycémiant Enfin, en 1921 Frederick Banting et Charles Best isolent la substance pancréatique hypoglycémiante et lui donne le nom d'insuline, du latin insula (= île) en raison de son lieu de production. Il s'agit d'une hormone peptidique de 51 acides aminés fabriquée par les cellules β des îlots de Langerhans, petits amas cellulaires disséminés au milieu des acini pancréatiques. Il faut en effet savoir que le pancréas est une glande mixte, endocrine par ses îlots de Langerhans (qui sécrètent plusieurs hormones) et exocrine par ses acini (qui sécrètent les sucs pancréatiques renfermant de nombreuses hydrolases). L'insuline est libérée de deux manière : d'une part, l'hyperglycémie provoque une augmentation de la pénétration de glucose dans les cellules β des îlots de Langerhans ce qui favorise son catabolisme et conduit par une série de réactions métaboliques complexes, faisant intervenir l'atp, le NADP et les ions calcium, à l'exocytose des vésicules renfermant l'insuline ; d'autre part, certaines cellules du bulbe rachidien (zone insulino-sécrétrice) sont sensibles au taux de glucose sanguin et réagissent à l'hyperglycémie en envoyant un influx insulino-sécréteur en direction des cellules β, par l'intermédiaire du nerf vague (dixième paire de nerfs crâniens), ce qui conduit également à l'exocytose d'insuline. 12

13 Le système hypoglycémiant Une fois libérée dans le sang, l'insuline agit sur la plupart des cellules de l'organisme en favorisant la pénétration intracellulaire de glucose et en augmentant son utilisation par les tissus. Toutefois, son action est particulièrement importante : sur le foie où elle favorise la glycogénogenèse et bloque la glycogénolyse ; sur les muscles où elle favorise également la glycogénogenèse, augmente le catabolisme du glucose et stimule indirectement la synthèse des protéines ; sur les tissus adipeux où elle favorise la lipogenèse en stimulant le métabolisme des pentoses, ce qui contribue à faire baisser la glycémie. Dans chaque cas, le mécanisme d'action est identique et fait intervenir l'adénylcyclase membranaire qui permet aux hormones de nature protéique (qui ne pénètrent pas à l'intérieur des cellules) d'exercer leurs effets biologiques. L'hormone se fixe sur un récepteur membranaire spécifique ce qui a pour conséquence d'activer un système transducteur (protéine G) qui, à son tour, active l'adénylcyclase, une enzyme membranaire spécialisée dans la production d'amp cyclique à partir d'atp. L'AMP cyclique prend alors le relais de l'hormone à l'intérieur de la cellule (d'où son appellation de second messager hormonal) et conduit à la réponse métabolique souhaitée par phosphorylation de certaines enzymes qui deviennent ainsi actives. Il faut toutefois noter que dans le cas de l'insuline l'ensemble du mécanisme, particulièrement complexe, est encore mal connu. 13

14

15 Le système IV - hyperglycémiant IV Il fut plus difficile à mettre en évidence et mobilise plusieurs hormones qui sont toutes (à l'exception du cortisol) de nature protéique. L'hormone hyperglycémiante la plus importante est le glucagon. Il s'agit d'un petit polypeptide de 29 acides aminés fabriqué par les cellules α des îlots de Langerhans, beaucoup moins nombreuses que les cellules β et situées en périphérie des îlots. Sa sécrétion est déclenchée par une hypoglycémie et provoque une augmentation de la glycogénolyse hépatique ce qui permet au foie de libérer du glucose dans la circulation sanguine. Dans une moindre mesure, le glucagon agit également sur les tissus adipeux en favorisant la lipolyse de manière à intensifier la néoglucogenèse. Les mêmes effets sont produits par l'adrénaline, une hormone dérivée de la tyrosine et produite par les cellules chromaffines des médullosurrénales. Sa libération est également déclenchée à la suite d'une hypoglycémie mais elle met en jeu un circuit nerveux à point de départ hypothalamique. En effet, certaines cellules de l'hypothalamus sont sensibles au taux de glucose circulant et réagissent en envoyant des messages excitateurs vers la zone adrénalino-sécrétrice située dans le bulbe rachidien et connectée aux médullosurrénales par l'intermédiaire des nerfs splanchniques du système orthosympathique. 15

16 Le système hyperglycémiant Dans les deux cas, le mode d'action est identique. L'hormone se fixe sur des récepteurs membranaires spécifiques et active le système adénylcyclase de manière à induire les réponses métaboliques souhaitées. Enfin, signalons que d'autres hormones possèdent également un effet hyperglycémiant en favorisant la néoglucogenèse de différentes manières. C'est principalement le cas : des hormones thyroïdiennes T 3 et T 4, de l'hormone somatotrope élaborée par l'antéhypophyse, du cortisol, une hormone stéroïdienne fabriquée par les corticosurrénales. 16

17 Le diabète V - V Connu depuis l'antiquité, le diabète est une maladie qui se caractérise par une hyperglycémie chronique. On considère aujourd'hui qu'un sujet est atteint de diabète si sa glycémie à jeun est supérieure à 1,26 g.l -1 ou si elle excède 2 g.l -1 quel que soit le moment de la journée. Il convient toutefois de distinguer deux types de diabète qui n'ont ni les mêmes causes, ni les mêmes effets : le diabète de type 1 encore appelé diabète insulinodépendant (DID) ou diabète juvénile qui représente environ 20 % des cas, le diabète de type 2 encore appelé diabète non insulinodépendant (DNID) ou diabète gras qui représente environ 80 % des cas. Le diabète de type 1 se manifeste généralement avant l'âge de vingt ans (d'où son nom de juvénile) et affecte des sujets minces. L'hyperglycémie est permanente et entraîne une glycosurie (présence de sucre dans les urines), le rein se trouvant dans l'impossibilité de réabsorber tout le glucose circulant. Il s'ensuit une augmentation de la pression osmotique de l'urine qui, pour compenser, attire l'eau du plasma avec pour conséquence une intense sensation de soif liée à des mictions excessives. Par ailleurs, les cellules consommant abondamment le glucose issu de la transformation des lipides de réserve contenus dans les tissus adipeux, le sujet s'amaigrit et éprouve une sensation de faim qui s'accompagne d'une grande fatigue. Il s'agit d'une maladie auto-immune dans laquelle certains lymphocytes qualifiés de «tueurs» s'attaquent par erreur aux cellules β des îlots de Langerhans qui finissent par disparaître, entraînant de ce fait un arrêt de la production d'insuline. Le malade doit donc surveiller son régime alimentaire, contrôler fréquemment sa glycémie et compenser le dysfonctionnement hormonal par des injections répétées d'insuline adaptées aux besoins de l'organisme de manière à éviter une surdose et une chute trop brutale de la glycémie pouvant conduire à une perte de connaissance (coma insulinique). Neuf fois sur dix, on ne connaît pas d'antécédents familiaux. Le diabète de type 2 survient, par contre, chez des sujets ayant généralement dépassé la quarantaine et présentant un surpoids du à une alimentation trop riche en sucres et en graisses (d'où son nom de diabète gras). Sa découverte est souvent fortuite et généralement diagnostiquée à la suite d'examens médicaux ayant révélé une hypertension artérielle accompagnée d'un taux excessif de triglycérides circulants. Cette fois, la maladie n'est pas liée à un déficit d'insuline mais à une perte de sensibilité des cellules cibles à cette hormone qui s'expliquerait par une diminution du nombre des récepteurs membranaires et une altération des mécanismes 17

18 Le diabète cellulaires activés à la suite de la combinaison insuline-récepteur. L'insuline libérée par le pancréas ne suffit donc plus à faire baisser la glycémie d'autant que le phénomène s'accompagne généralement d'une sécrétion accrue de glucagon. À un stade plus avancé de la maladie, la production d'insuline diminue et l'hyperglycémie devient permanente. Le malade doit donc également surveiller son régime alimentaire et notamment diminuer sa consommation de glucides (en privilégiant les sucres lents) et de lipides. En général, il existe des antécédents familiaux. Les causes du diabète sont encore aujourd'hui mal connues et d'autant plus difficiles à appréhender que plusieurs facteurs (terrain de prédisposition génétique, comportement alimentaire, dysfonctionnements métaboliques, agressions virales, molécules cytotoxiques, stress) semblent jouer un rôle dans le déclenchement de la maladie qui, pour cette raison, est qualifiée de multifactorielle. Néanmoins, deux séries de facteurs semblent émerger : des facteurs génétiques, des facteurs hygiéniques D'une part, des études épidémiologiques effectuées à partir de données recueillies chez les jumeaux monozygotes ont montré que lorsqu'un jumeau était atteint de diabète, le risque pour le deuxième jumeau de développer la maladie était de 30 à 50 % dans le cas du DID et de 80 à 100 % dans le cas du DNID. Il existe donc indéniablement un terrain génétique favorable au développement du diabète mais le nombre de gènes impliqués s'allongeant chaque année, il est actuellement très difficile d'établir un diagnostic précis de cause à effet entre la présence de tel ou tel allèle et le déclenchement de la maladie. D'autre part, des études menées sur des populations génétiquement homogènes présentant un fort taux de diabète de type 2 ont clairement établi le lien entre sédentarité, obésité et apparition de la maladie. C'est par exemple le cas des Indiens Pima (une population amérindienne vivant en Arizona et au nord du Mexique) chez qui le pourcentage de diabétiques n'excède pas 10 % chez les agriculteurs alors qu'il dépasse 40 % chez les sédentaires, une même différence s'observant entre les Pimas obèses et ceux qui ne le sont pas. La survenue d'un diabète de type 2 est donc directement corrélée avec l'activité physique et le comportement alimentaire mais, ici encore, rien n'est simple dans la mesure où d'autres facteurs pourraient interférer et masquer la cause réelle du déclenchement de la maladie. À titre d'exemple, citons la découverte récente (août 2007), faite par des chercheurs américains, d'un dysfonctionnement de certains neurones du complexe hypothalamo-hypophysaire qui pourrait participer au déclenchement du diabète de type 2. 18

19 VI - Exercices d'application VI Exercice d'application N 1 19 Exercice d'application N 2 21 Exercice d'application N 3 21 A. Exercice d'application N 1 On fait ingérer à deux sujets à jeun, l'un sain, l'autre diabétique, la même quantité de sirop de glucose. La glycémie et la glycosurie sont mesurées avant et après ingestion. 19

20 Exercices d'application Question Commentez ces résultats. [Solution n 1 p 25] 20

21 Exercices d'application B. Exercice d'application N 2 De manière à appréhender le rôle du pancréas dans la régulation de la glycémie, on réalise les expérimentations et les observations suivantes chez le Chien. a) L'ablation du pancréas chez un chien provoque une forte hyperglycémie qui finit par provoquer la mort de l'animal au bout de plusieurs jours. b) La ligature des canaux pancréatiques, qui permettent aux sucs pancréatiques de se déverser dans le duodénum, se traduit par des troubles digestifs mais est sans effet sur le taux de glucose sanguin. c) L'ablation du pancréas chez une chienne gestante n'entraîne pas de diabète. Celui-ci n'apparaît qu'à la naissance des chiots. d) Des injections répétées d'alloxane, un agent bêta cytotoxique, conduisent à un état de diabète chronique. L'autopsie révèle que la majorité des cellules des îlots de Langerhans ont été détruites. Question Interprétez ces observations. [Solution n 2 p 25] C. Exercice d'application N 3 Plusieurs études épidémiologiques sont menées chez les Indiens Pima, une communauté restée génétiquement isolée des populations voisines pendant des siècles et présentant naturellement une forte prévalence (pourcentage d'individus atteints, tous cas confondus) du diabète de type 2. a) Dans un premier temps, la population adulte est répartie selon son indice de masse corporelle (IMC) calculé en divisant la masse de l'individu (en kg) par sa taille (en m) élevée au carré. Sont considérés comme obèses les hommes dont l'imc est supérieur à

22 Exercices d'application b) Dans un deuxième temps, on isole une partie de la population présentant la même fourchette d'imc et on compare la prévalence du diabète de type 2 selon le degré d'activité physique. La population est classée en trois sous-groupes. c) Dans un troisième temps, on isole également une partie de la population présentant la même fourchette d'imc et on étudie la prévalence du diabète de type 2 chez les Indiens Pima de souche pure et chez les métis de première génération en la comparant à celle de la population nord-américaine voisine. 22

23 Exercices d'application d) Enfin, dans un dernier temps, la prévalence du diabète de type 2 est étudiée par tranche d'âge en comparant les individus qui possèdent ou non des antécédents génétiques à la génération précédente. Question Analysez ces données. Que pouvez-vous en conclure? [Solution n 3 p 26] 23

24

25 Solution des exercices de TD > Solution n 1 (exercice p. 20) Chez le sujet sain, la glycémie est stable et légèrement inférieure à 1 g.l -1. Elle augmente suite à l'ingestion de sirop mais cette augmentation est de faible amplitude et de courte durée, le taux de glucose retrouvant sa valeur normale en moins de trois heures. On peut donc en déduire que le système hypoglycémiant (sécrétion d'insuline) s'est déclenché et que le glucose absorbé par voie intestinale a été converti par le foie en glycogène. Quant à la glycosurie, elle est restée nulle tout au long de l'expérience, le glucose étant naturellement réabsorbé par le rein. Chez le sujet diabétique, on note par contre une hyperglycémie chronique puisque son taux de glucose sanguin (1,5 g.l -1 ) est supérieur à la valeur normale. Suite à l'ingestion de sirop, l'augmentation de la glycémie est cette fois plus importante et plus durable que chez le sujet sain, ce qui prouve que le système hypoglycémiant ne fonctionne pas, le taux de glucose sanguin ne retrouvant sa valeur initiale qu'une fois le glucose éliminé par les urines. > Solution n 2 (exercice p. 21) a) Le pancréas est le seul organe à fabriquer l'insuline. Il est donc normal que son ablation entraîne une hyperglycémie puisque seule l'insuline est capable de faire baisser le taux de glucose sanguin en favorisant sa pénétration intracellulaire et en augmentant son utilisation par les tissus. b) Seul le pancréas endocrine est concerné par la production d'insuline. La ligature des canaux pancréatiques n'empêchant pas l'hormone de se déverser dans le sang, elle est donc sans effet sur le maintien de la glycémie. c) Le diabète n'apparaissant qu'après la naissance des petits, on peut supposer que l'insuline fœtale fabriquée par le pancréas des chiots traverse la barrière placentaire et suffit pour réguler le taux sanguin de glucose maternel. d) L'alloxane détruisant peu à peu les cellules β des îlots de Langerhans, la production d'insuline va donc diminuer puis cesser ce qui se traduira par une hyperglycémie permanente et donc un état de diabète chronique. 25

26 Annexes > Solution n 3 (exercice p. 23) a) L'obésité apparaît comme un premier facteur de risque. En effet, plus l'indice de masse corporelle est élevé, plus le risque de développer un diabète de type 2 est important, le taux d'individus atteints dépassant même 40 % chez ceux qui présentent un IMC supérieur à 35, soit approximativement un poids de 110 kg pour une taille de 1,75 m. b) L'activité physique apparaît par contre comme un moyen de diminuer les risques de survenue d'un diabète de type 2. En effet, plus celle-ci est importante et plus le taux de survenue de la maladie est faible puisqu'il reste inférieur à 10 % (les Pimas, rappelons-le, présentant naturellement une tendance au diabète de type 2). c) Le patrimoine génétique apparaît également comme un élément déterminant dans la survenue de la maladie. En effet, pour un même IMC, les Pimas présentent un taux de prévalence approchant les 40 % alors qu'il n'est que de 15 % chez les populations voisines, les gènes responsables semblant se «diluer» chez les hybrides de première génération. d) L'étude des antécédents familiaux permet d'affiner cette analyse. En effet, alors que les Pimas diabétiques ne possédant aucun antécédent représentent moins de 10 % de la population adulte, ce taux avoisine 60 % chez ceux dont les deux parents sont atteints. En revanche, et même si l'étude épidémiologique montre que la prévalence est plus importante chez ceux qui ont une mère atteinte et un père sain par rapport à ceux qui ont une mère saine et un père atteint, on ne peut aller plus avant dans l'analyse génétique et par exemple invoquer une quelconque responsabilité des gènes liés aux chromosomes sexuels. D'autres facteurs (vie fœtale, allaitement, habitudes alimentaires) peuvent entrer en ligne de compte et prendre le pas sur les seules causes génétiques. Enfin, il est clair que la survenue de la maladie augmente régulièrement avec l'age, ce qui est une des caractéristiques bien établie du diabète de type 2. En conclusion, le diabète de type 2 apparaît comme une maladie multifactorielle dépendant à la fois de facteurs génétiques et de facteurs hygiéniques. 26

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

REGULATION DE LA GLYCÉMIE

REGULATION DE LA GLYCÉMIE 3 REGULATION DE LA GLYCÉMIE Objectifs : en s'appuyant sur des résultats expérimentaux, construire un schéma mettant en place : le stimulus, la glande endocrine, l'hormone sécrétée, les organes effecteurs,

Plus en détail

Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme

Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme Chapitre I : Mécanismes de l'homéostasie Introduction : exemple de la régulation de la glycémie Chez un sujet en bonne santé, la glycémie est d environ

Plus en détail

La régulation de la glycémie

La régulation de la glycémie La régulation de la glycémie INTRODUCTION GENERALE La glycémie est le taux de glucose plasmatique. Chez un sujet normal, la glycémie oscille autour d une valeur moyenne comprise entre 0.8 g.l -1 et 1.2

Plus en détail

CH 5 RÉGULATION DE LA GLYCEMIE

CH 5 RÉGULATION DE LA GLYCEMIE CH 5 RÉGULATION DE LA GLYCEMIE I. les hormones : généralités 1. définition d'une hormone Substance sécrétée par une glande endocrine. Elle est libérée dans le sang et se retrouve dans toute la circulation

Plus en détail

Oui à la diète! Non au diabète!

Oui à la diète! Non au diabète! Oui à la diète! Non au diabète! Introduction Le diabète sucré est une maladie définie par la tendance à avoir trop de sucre dans le sang. La mesure de ce taux de sucre s'appelle la glycémie. Le diabète

Plus en détail

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée DURISGuillaume@Fotolia.com 1 P A R T I E 1 Biologie appliquée Glycémie TD 1 OBJECTIFS 1 Définitions Définir la glycémie et la glycosurie. Indiquer les variations de la glycémie au cours de la journée

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation Fiche de présentation Classe : 1 ère ou Terminale Enseignement : Chimie-biochimie-sciences du vivant THEME du programme : 3 Sous-thème : 3.2 Les systèmes vivants utilisent deux grandes voies de communication

Plus en détail

LA REGULATION DE LA GLYCEMIE

LA REGULATION DE LA GLYCEMIE Le début vous l avez fait avant les vacances cours de ce jours à partir du II Chap8 TS spécialité Thème 3 Restitution des acquis LA REGULATION DE LA GLYCEMIE http://img10.beijing2008.cn/20080824/img214581293.jpg

Plus en détail

CHAPITRE II /Glycémie-Diabète/ La régulation de la glycémie.

CHAPITRE II /Glycémie-Diabète/ La régulation de la glycémie. CHAPITRE II /Glycémie-Diabète/ La régulation de la glycémie. Problématiques : Quelle est la valeur normale de la glycémie? Quels sont les organes capables d agir sur la glycémie? Quels sont les mécanismes

Plus en détail

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N. Université Hadj Lakhdar Batna Faculté de médecine de Batna Laboratoire de physiologie La régulation de la glycémie Aspects pratiques TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.CHIBOUT Tache N 1 Quel est

Plus en détail

LABORATOIRE D ANALYSES DE BIOLOGIE MEDICALE. Glycémie.0.75 g/l N: 0.70 1.10 4.16 mmol/l

LABORATOIRE D ANALYSES DE BIOLOGIE MEDICALE. Glycémie.0.75 g/l N: 0.70 1.10 4.16 mmol/l La régulation de la glycémie Introduction : Qu est ce que la glycémie? Quelles sont les valeurs normales de la glycémie? Document 1: bilan sanguin d une personne non diabétique (à jeun) Docteur P Pharmacien

Plus en détail

1. Système nerveux et système endocrinien. Sécrétion d hormones dans le sang Action lente, mais soutenue

1. Système nerveux et système endocrinien. Sécrétion d hormones dans le sang Action lente, mais soutenue HOMÉOSTASIE 1. Système nerveux et système endocrinien 589 Maintien de l homéostasie par : Système endocrinien (hormonal) : Sécrétion d hormones dans le sang Action lente, mais soutenue Système nerveux

Plus en détail

Comment la glycémie est elle régulée?

Comment la glycémie est elle régulée? Comment la glycémie est elle régulée? La glycémie, quantité de glucose dans le sang, est un facteur primordial pour un bon état de santé. Bien que les apports de glucose soient très variables dans le temps,

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation Fiche de présentation Classe : 1 ère Enseignement : Chimie-biochimie-sciences du vivant THEME du programme : 3 Les systèmes vivants maintiennent leur intégrité et leur identité en échangeant de l'information.

Plus en détail

Chapitre 3 : La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques

Chapitre 3 : La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques Chapitre 3 : La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques Introduction Les neurones et les hématies sont des cellules ultra spécialisées qui ne consomment que du glucose. L approvisionnement

Plus en détail

Physiologie du Pancréas endocrine

Physiologie du Pancréas endocrine Physiologie du Pancréas endocrine 1 I. Introduction II. Insuline Plan 1. Sécrétion 2. Régulation 3. Actions physiologiques 4. Mode d action III. Glucagon 2 2eme Année de médecine 1 Cellules β I. Introduction

Plus en détail

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie -I -Unité et diversité des diabètes Mesures de la glycémie en continu chez un patient diabétique 1 Les critères de diagnostic du diabète 2 3 Conclusion

Plus en détail

CHAPITRE 1: ROLE DES ENZYMES DANS L'APPORT DU GLUCOSE SANGUIN

CHAPITRE 1: ROLE DES ENZYMES DANS L'APPORT DU GLUCOSE SANGUIN CHAPITRE 1: ROLE DES ENZYMES DANS L'APPORT DU GLUCOSE SANGUIN Les enzymes sont une catégorie particulière de protéines qui interviennent dans la plupart des réaction chimique qui se déroulent à l'intérieur

Plus en détail

D après SVT 1 ère S, Nathan, 2001, modifié Remérand 2001.

D après SVT 1 ère S, Nathan, 2001, modifié Remérand 2001. Enseignement Obligatoire de 1 ère S - Dossier 2 : la régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques- 1 Ac. Poitiers 1 ère S Enseignement général Le diabète, une maladie en constante augmentation,

Plus en détail

Effets des hormones sur la glycémie du rat

Effets des hormones sur la glycémie du rat UNIVERSITE MONTPELLIER II Sciences & Techniques du Languedoc Licence Biologie des Organismes Travaux Pratiques de Physiologie Animale : Effets des hormones sur la glycémie du rat . La glycémie est une

Plus en détail

Cours-premièreS - Homéostat glycémique Année 2010 / 2011

Cours-premièreS - Homéostat glycémique Année 2010 / 2011 LA GLYCÉMIE ET LES DIABÈTES... 2 CHAPITRE I LA GLYCÉMIE... 2 1/ découverte de l homéostat glycémique... 2 A/ L homéostat glycémique... 2 B / Modèle hypothétique de l homéostat glycémique... 2 2/ Les organes

Plus en détail

Ressources pour le lycée technologique

Ressources pour le lycée technologique éduscol Chimie biochimie sciences du vivant Classe de première Ressources pour le lycée technologique Présentation Thème 3 du programme Les systèmes vivants maintiennent leur intégrité et leur identité

Plus en détail

Qu'est-ce que le diabète?

Qu'est-ce que le diabète? Qu'est-ce que le diabète? Le diabète est une maladie qui touche de plus en plus de citoyens gaspésiens, québécois et canadiens. La prévalence de cette maladie sur la population mondiale atteint actuellement

Plus en détail

PETIT LEXIQUE DU DIABETIQUE

PETIT LEXIQUE DU DIABETIQUE SERVICE D'ENDOCRINOLOGIE-NUTRITION DIABETOLOGIE ET MEDECINE INTERNE Unité d'education du Diabète Unité de soins : 03.82.55.89.35 Secrétariat : 03.82.55.89.22 FAX : 03.82.55.89.18 PETIT LEXIQUE DU DIABETIQUE

Plus en détail

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Le diabète est une pathologie chronique, c'est-à-dire dont on ne guéri pas, qui se définit comme une hyperglycémie constante. Cela veut dire que le taux de sucre

Plus en détail

Biologie 12 Examen de référence D Guide de notation

Biologie 12 Examen de référence D Guide de notation Biologie 12 Examen de référence D Guide de notation Utilise le schéma ci-dessous pour répondre à la question 1. Organite 1 Organite 2 1. Identifie les organites 1 et 2 et compare leurs fonctions d au moins

Plus en détail

Lames préparées (pancréas) Indicateur de glycémie et bandelette d analyse Dispositif de prélèvement sanguin

Lames préparées (pancréas) Indicateur de glycémie et bandelette d analyse Dispositif de prélèvement sanguin LA GLYCÉMIE But Comprendre l histologie du pancréas. Établir des liens entre l histologie et la physiologie glandulaire. Observer les effets de l insuline sur le contrôle du sucre sanguin. Expliquer les

Plus en détail

CHAPITRE III : COMMUNICATION HORMONALE ; EXEMPLE : RÉGULATION DE LA GLYCÉMIE

CHAPITRE III : COMMUNICATION HORMONALE ; EXEMPLE : RÉGULATION DE LA GLYCÉMIE CHAPITRE III : COMMUNICATION HORMONALE ; EXEMPLE : RÉGULATION DE LA GLYCÉMIE Les repas répondent aux besoins de l organisme en substances nutritives ; notamment les glucides. L activité sportive necessite

Plus en détail

Le diabète : une véritable épidémie

Le diabète : une véritable épidémie Le diabète : une véritable épidémie Le diabète frappe 150 millions de gens dans le monde. Deux millions sont canadiens. Ils seront deux fois plus nombreux dans 20 ans. Ceux qui en souffrent voient leur

Plus en détail

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION OBESITE DIABETE I et II 1 OBESITE 2 OBESITES DE GRADE III ou MORBIDE, espérance de vie limitée 3 INTRODUCTION 4 1. ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE L adipocyte

Plus en détail

Régulation de la glycémie et diabètes. Maestris /2016

Régulation de la glycémie et diabètes. Maestris /2016 Régulation de la glycémie et diabètes Maestris - 2015/2016 La glycémie Glycémie : taux sanguin de glucose A jeûn : 0,8 à 1g /L de sang (glycémie normale 1g/L) Après un repas : hyperglycémie 1,2 g/l En

Plus en détail

Diabète et obésité. Un état qui progresse constamment

Diabète et obésité. Un état qui progresse constamment Diabète et obésité Un état qui progresse constamment Dans nos sociétés industrielles, l obésité, naguère exceptionnelle, puis plus courante, suit une telle progression qu elle pourrait bien, à terme, constituer

Plus en détail

Partie 2, Chapitre 2, TP 3 : LES PHENOTYPES DIABETIQUES

Partie 2, Chapitre 2, TP 3 : LES PHENOTYPES DIABETIQUES Partie 2, Chapitre 2, TP 3 : LES PHENOTYPES DIABETIQUES CONSIGNE GENERALE : A partir, des documents suivants, construire un tableau présentant les deux types de diabète, en précisant les phénotypes (moléculaire

Plus en détail

Chapitre 2 Les rôles des testicules et la régulation de l hormone sexuelle mâle.

Chapitre 2 Les rôles des testicules et la régulation de l hormone sexuelle mâle. Chapitre 2 Les rôles des testicules et la régulation de l hormone sexuelle mâle. I. Les deux rôles des testicules. 1) Le rôle exocrine. A la puberté, la paroi des tubes séminifères s épaissie car les spermatogonies

Plus en détail

Plan. I- Physiopathologie II- Risques et complications III- Conseils & Education pour la prévention des risques

Plan. I- Physiopathologie II- Risques et complications III- Conseils & Education pour la prévention des risques DIABETE ET SPORT Plan I- Physiopathologie II- Risques et complications III- Conseils & Education pour la prévention des risques I- Physiopathologie Principes généraux de l exercice physique Pour améliorer

Plus en détail

LA DIGESTION I. L APPAREIL DIGESTIF.

LA DIGESTION I. L APPAREIL DIGESTIF. LA DIGESTION Les aliments ingérés ne peuvent être utilisés tels quels par l organisme. Ils doivent être simplifiés par l appareil digestif en nutriments assimilables, et ce au cours de la digestion. Digestion

Plus en détail

E. Grelier Lycée J. Moulin. La régulation de la glycémie

E. Grelier Lycée J. Moulin. La régulation de la glycémie La régulation de la glycémie Introduction Rappeler ce qu est la glycémie et l homéostasie. On mesure la glycémie à jeun chez un individu en bonne santé durant une semaine Question : Analyser le tableau

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

Terminale Spé. 3 {3.8} Diabètes

Terminale Spé. 3 {3.8} Diabètes Vous êtes étudiant en médecine, et devez réaliser un dossier sur les différents diabètes, en intégrant et commentant les documents fournis, et en suivant le plan : Introduction/définition, clinique (les

Plus en détail

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ C A H I E R S A N T É N 3 UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ Préface Le diabète est en augmentation

Plus en détail

Physiologie des régulations BI 632 L3

Physiologie des régulations BI 632 L3 Physiologie des régulations BI 632 L3 Cours 3 Christophe Porcher Christophe.porcher@univ-amu.fr Institut de Neurobiologie de la Méditerranée - INSERM U901 http://www.inmed.univ-mrs.fr/ La régulation de

Plus en détail

G2. Régulation de la glycémie

G2. Régulation de la glycémie G2. Régulation de la glycémie Hypoglycémie et hyperglycémie ont des conséquences graves pour le corps. C est la raison pour laquelle ce facteur doit être régulé. G2.a MESURE DE LA GLYCEMIE ET VARIATIONS

Plus en détail

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain A) Les composants d une boisson énergisante populaire : Composition (par canette) : taurine (1000 mg), caféine (80 mg) sucre

Plus en détail

Boughanmi Hajer. JAOUA Noureddine. Membre du bureau exécutif de l OTEF

Boughanmi Hajer. JAOUA Noureddine. Membre du bureau exécutif de l OTEF Organisation Tunisienne pour L Éducation et de la Famille Elaboré par Diabète infantile Boughanmi Hajer Encadré par : Licence appliquée en Biotechnologie JAOUA Noureddine Membre du bureau exécutif de l

Plus en détail

Glycémie et homéostasie

Glycémie et homéostasie Glycémie et homéostasie L homéostasie (de homeo semblable et stase rester) est l ensemble des mécanismes permettant de réguler la constance du milieu intérieur. La glycémie est la mesure du taux de glucose

Plus en détail

TD. Régulation de la glycémie

TD. Régulation de la glycémie TD. Régulation de la glycémie 1. Mise en évidence de la régulation de la glycémie A - Evolution de la glycémie A.1 A jeune, quelle est la valeur de la glycémie? Qu observe-t-on lors de l ingestion de glucose

Plus en détail

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique.

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Au cours de l activité physique, les muscles ont des besoins accrus. La couverture de ces besoins

Plus en détail

La digestion chimique

La digestion chimique SBI3U La digestion chimique Les aliments sont réduits mécaniquement en particules plus petites ils sont soumise à l action de substances chimiques et des enzymes les molécules complexes deviennent des

Plus en détail

THEME : COMPRENDRE SON DIABETE, SON TRAITEMENT, SON SUIVI

THEME : COMPRENDRE SON DIABETE, SON TRAITEMENT, SON SUIVI THEME : COMPRENDRE SON DIABETE, SON TRAITEMENT, SON SUIVI Séquence éducation de groupe Groupe de 10 patients maximum Durée : 45 min Animateur : Médecins Objectif général : Exprimer la perception que l

Plus en détail

BTS Blanc n 3-Juin 2017 TSOD1/2 BIOLOGIE-PHYSIOLOGIE CORRIGÉ

BTS Blanc n 3-Juin 2017 TSOD1/2 BIOLOGIE-PHYSIOLOGIE CORRIGÉ BTS Blanc n 3-Juin 2017 TSOD1/2 BIOLOGIE-PHYSIOLOGIE CORRIGÉ Partie 1 : immunologie Exercice 1 : schéma de la phagocytose (3 points) Etapes : Mots-clés : 1) Adhésion (ou reconnaissance) cellule phagocytaire,

Plus en détail

THEME 1 GLYCEMIE ET DIABETES

THEME 1 GLYCEMIE ET DIABETES THEME 1 GLYCEMIE ET DIABETES INTRO : Le glucose est une molécule fondamentale pour notre organisme. En effet il constitue à la fois une source d énergie et de matière (il sert à la synthèse de biomolécules).

Plus en détail

TD LA REGULATION HORMONALE

TD LA REGULATION HORMONALE TD LA REGULATION HORMONALE IDENTIFIER LES CARACTERISTIQUES DE LA REGULATION HORMONALE DE L EQUILIBRE HYDROMINERAL DU MILIEU INTERIEUR DOCUMENT 1 LES CONSEQUENCES DES VARIATIONS DE LA PRESSION OSMOTIQUE

Plus en détail

Utilisation des substrats énergétiques

Utilisation des substrats énergétiques Utilisation des substrats énergétiques Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Les organes et les substrats... 3 I.1 Les substrats énergétiques...

Plus en détail

TD. Régulation de la glycémie

TD. Régulation de la glycémie TD. Régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un certain

Plus en détail

RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C

RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DU DIABETE Dr Arame Ndiaye OBJECTIFS 1- Enumérer trois conditions à respecter lors d un prélèvement sanguin

Plus en détail

Diabète de type 2 Généralités

Diabète de type 2 Généralités Diabète de type 2 Généralités D2 s accroit de façon épidémique dans tout le monde Deux facteurs en cause: diminution de l activité physique augmentation de l obésité 2 500 000 de D2 traités par médicaments

Plus en détail

Le diabète MODY 5 chez l enfant

Le diabète MODY 5 chez l enfant Le diabète MODY 5 chez l enfant Jacques Beltrand Endocrinologie et diabétologie pédiatrique, Hôpital Necker Enfants Malades, Paris Le diabète Symptômes + glycémie 2 g/l (moment au hasard) ou Glycémie à

Plus en détail

La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques. Séquence 5 SN12 105. Cned Académie en ligne

La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques. Séquence 5 SN12 105. Cned Académie en ligne > La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques Séquence 5 SN12 105 Chapitre 1 > L'homéostasie glycémique....................................................................... 109 A Le constat

Plus en détail

Régulation de la glycémie et diabètes BNEI ELAZAR /2016

Régulation de la glycémie et diabètes BNEI ELAZAR /2016 Régulation de la glycémie et diabètes BNEI ELAZAR - 2015/2016 Rappels sur la digestion Rappels sur la digestion Rappels sur la digestion Dégradation d aliments en nutriments Par voie mécanique Par voie

Plus en détail

Une alimentation adaptée pour un entraînement optimal 1

Une alimentation adaptée pour un entraînement optimal 1 Une alimentation adaptée pour un entraînement optimal 1 Les (sucres lents) sont essentiels à la résistance de l organisme pour un effort d endurance. Si vous manquez de réserves, vous vivrez le «mur du

Plus en détail

Régulation de la glycémie introduction. cerveau utilisation du glucose source : sang seule source d énergie taux très élevé. injection de glucose*

Régulation de la glycémie introduction. cerveau utilisation du glucose source : sang seule source d énergie taux très élevé. injection de glucose* Régulation de la glycémie introduction injection de glucose* cerveau utilisation du glucose source : sang seule source d énergie taux très élevé cerveau très sensible à une diminution de la glycémie Régulation

Plus en détail

ANATOMIE (30 points) Toute légende est à reporter dans l ordre numérique.

ANATOMIE (30 points) Toute légende est à reporter dans l ordre numérique. SESSION 2002 ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE HUMAINES Durée : 4 heures Coefficient : 3 (Anatomie : 1.5 et physiologie : 1.5) 1- La région abdominale (15 points) L usage de la calculatrice est interdite ANATOMIE

Plus en détail

Glycémie et diabète. aliment = source d'énergie et de carbone pour les organismes hétérotrophes

Glycémie et diabète. aliment = source d'énergie et de carbone pour les organismes hétérotrophes Glycémie et diabète! PLAN 1 La digestion et les enzymes A) Le rôle de la digestion aliment = source d'énergie et de carbone pour les organismes hétérotrophes digestion : permet la transformation de glucides

Plus en détail

CORRIGE DE LA REVISION SUR LA REGULATION DE LA GLYCEMIE

CORRIGE DE LA REVISION SUR LA REGULATION DE LA GLYCEMIE CORRIGE DE LA REVISION SUR LA REGULATION DE LA GLYCEMIE Explication des mécanismes ponctuels : réponses rapides en référence au cours Stockage et libération glucose : Référence au cours : I Glycémie constante

Plus en détail

1 But de la manipulation

1 But de la manipulation LA DIGESTION ENZYMATIQUE La digestion consiste essentiellement en une transformation chimique que subissent les aliments ingérés sous l'action d'enzymes sécrétés par les glandes digestives. Ces phénomènes

Plus en détail

PANCREAS. (Support de cours)

PANCREAS. (Support de cours) PANCREAS (Support de cours) 1- RAPPEL ANATOMO-HISTOLOGIQUE: Glande mixte: ENDOCRINE 1 à 2 % - EXOCRINE 80% 4 types de cellules: 70 % de cellules B ou β à insuline 20 % de cellules A ou α à glucagon 5 à

Plus en détail

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

GLYCEMIE ET DIABETE 1 1

GLYCEMIE ET DIABETE 1 1 GLYCEMIE ET DIABETE 1 1 Mesure de la la glycémie 2 1- Définition et mesure de la glycémie La glycémie est le taux de glucose dans le sang. La glycémie peut être exprimée en grammes par litre (g.l-1) ou

Plus en détail

CAHIER DE LABORATOIRE

CAHIER DE LABORATOIRE Cégep de Rivière-du-Loup Programme Soins Préhospitaliers d Urgence 181.AO CAHIER DE LABORATOIRE ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE 2 101 013 RL (2-1 -2) PRÉALABLES: AUCUN Hiver 2009 Nadine Coulombe Local: C-132 Tél.:

Plus en détail

Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement.

Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement. Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement. Les gènes gouvernent la synthèse des protéines qui participent à la réalisation du phénotype mais d'autres éléments, comme

Plus en détail

Hydratation - eau. Alimentation du sportif: apports en eau

Hydratation - eau. Alimentation du sportif: apports en eau Alimentation du sportif: apports en eau 1 L eau représente 40 à 70% de la masse corporelle (selon son âge, son sexes et sa composition corporelle). Elle représente 65 à 75 % de sa masse musculaire et environ

Plus en détail

L'insuline DR.AHMED HAKIM - PR.AG.ZOUHEIR SAHNOUN LABORATOIRE DE PHARMACOLOGIE FACULTÉ DE MÉDECINE DE SFAX PUBLIC CIBLE : DCEM2

L'insuline DR.AHMED HAKIM - PR.AG.ZOUHEIR SAHNOUN LABORATOIRE DE PHARMACOLOGIE FACULTÉ DE MÉDECINE DE SFAX PUBLIC CIBLE : DCEM2 L'insuline DR.AHMED HAKIM - PR.AG.ZOUHEIR SAHNOUN LABORATOIRE DE PHARMACOLOGIE FACULTÉ DE MÉDECINE DE SFAX PUBLIC CIBLE : DCEM2 Table des matières Table des matières 3 I - Historique 9 II - Structure

Plus en détail

Le diabète : définition

Le diabète : définition Le diabète : définition Glycémie à jeûn > 7mmol/l ou 1,26g/l (après au moins 8 heures de jeûne) dosage effectué sur 2 prélèvements différents Ou Glycémie prise à n importe quel moment de la journée 2g/l

Plus en détail

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique»

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Tests de comparaison de moyennes Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Test de Z ou de l écart réduit Le test de Z : comparer des paramètres en testant leurs différences

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

Epreuves d'hyperglycémie combinées aux drogues hypo. Epreuves d'hypoglycémie

Epreuves d'hyperglycémie combinées aux drogues hypo. Epreuves d'hypoglycémie Chapitre premier Introduction Historique des hypoglycémiants oraux Cycle du glucose : courants métaboliques, contrôle hormonal, causes d'hypoglycémie Conceptions actuelles des mécanismes d'action des drogues

Plus en détail

Alimentation Les groupes d aliments

Alimentation Les groupes d aliments Alimentation Les groupes d aliments Au nombre de sept, les groupes d aliments permettent une classification simplifiée des aliments. Ce classement se fait par leurs teneurs en nutriments (protéines, lipides,

Plus en détail

sites d action des amylases

sites d action des amylases Glycémie et diabète I Les enzymes. Les glucides à grosses molécules des aliments sont transformés en glucose grâce à l'action d'enzymes digestives. Ils pourront ainsi franchir la paroi de l intestin pour

Plus en détail

MÉTABOLISME, DIABÈTE ET

MÉTABOLISME, DIABÈTE ET MÉTABOLISME, DIABÈTE ET VIEILLISSEMENT Anne Lajoix Centre de Pharmacologie et Innovation dans le Diabète EA 7288 anne-dominique.lajoix@univ-montp1.fr LE DIABÈTE Maladie métabolique caractérisée par un

Plus en détail

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE Sommaire. INTRODUCTION Page 3-7 FILIERE ANAEROBIE ALACTIQUE FILIERE ANAEROBIE LACTIQUE Page 8-15

Plus en détail

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France 3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France Etude conduite chez des étudiants dans 3 villes (Montpellier, Bordeaux, Grenoble) Age : 19 à 26 ans Année

Plus en détail

LES BIOMOLÉCULES DE NOS ALIMENTS

LES BIOMOLÉCULES DE NOS ALIMENTS 3 Objectifs : LES BIOMOLÉCULES DE NOS ALIMENTS la structure des polymères sera présentée schématiquement à partir d'exemples de glucides et de protéines définir le terme dimère à partir d'exemples glucidiques

Plus en détail

L'énergie et le sport

L'énergie et le sport L'énergie et le sport Par Alain Carpentier Laboratoire de Biologie Appliquée et Unité de Recherche en Neurophysiologie Institut Supérieur d'education Physique et de Kinésithérapie (ISEPK) La pratique sportive

Plus en détail

1- Interpréter les résultats du document 1. 2- L adjudine est considérée comme pilule

1- Interpréter les résultats du document 1. 2- L adjudine est considérée comme pilule Matière : Biologie Classe : SV Traiter les exercices suivants: Exercice 1: Fonctions des cellules de Sertoli Le testicule a deux fonctions : produire de la testostérone (hormone mâle) et produire des spermatozoïdes.

Plus en détail

Bases anatomique et physiologique de la rate et du pancréas.

Bases anatomique et physiologique de la rate et du pancréas. Bases anatomique et physiologique de la rate et du pancréas. La rate. La Rate en MTC : La Rate en MTC est un emblème représentant les fonctions organiques d une grande partie du système digestif (l estomac,

Plus en détail

Solutions - Concentrations

Solutions - Concentrations Solutions - Concentrations Table des matières I - Solutions et concentrations 3 1. Exercice : Dilution... 3 2. Exercice : Dilution... 3 3. Exercice : Dilutions multiples... 3 4. Exercice : Dose journalière

Plus en détail

Manger bien et bouger mieux

Manger bien et bouger mieux Être actif, Manger bien et bouger mieux Être actif, c est la santé! MANGER BIEN ET BOUGER MIEUX Les données et statistiques qui suivent sont tirées du document de l Assembléedes Premières Nations, Les

Plus en détail

CORRECTION EXERCICES GLYCEMIE HOMEOSTAT GLYCEMIQUE : P

CORRECTION EXERCICES GLYCEMIE HOMEOSTAT GLYCEMIQUE : P CORRECTION EXERCICES GLYCEMIE HOMEOSTAT GLYCEMIQUE : P 274-275 Exercice 1 p 274 : Définir en une phrase les mots suivants Glycémie = concentration de glucose dans le plasma sanguin en g.l -1. Plasma sanguin

Plus en détail

Avant- propos. La physiologie en BTS diététique : les exigences du programme

Avant- propos. La physiologie en BTS diététique : les exigences du programme Avant- propos Le présent ouvrage a pour but de faciliter l enseignement de la physiologie dans le cadre du BTS diététique. Pour ce faire, nous avons respecté scrupuleusement le cadre du programme d enseignement

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE. Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois :

CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE. Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois : CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois : De recueillir des informations en provenance de l environnement et des structures

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DE L'ABSORPTION

PHYSIOLOGIE DE L'ABSORPTION 12 PHYSIOLOGIE DE L'ABSORPTION Objectifs : définir l'absorption relier l'histologie de la muqueuse intestinale à sa fonction d'absorption expliquer l'absorption de l'eau par osmose présenter les voies

Plus en détail

Thème 3 : GLYCEMIE ET DIABETE

Thème 3 : GLYCEMIE ET DIABETE Thème 3 : GLYCEMIE ET DIABETE Notions Activités, supports La glycémie, concentration en glucose du sang, est un paramètre du milieu intérieur. Son maintien par l'organisme dans une gamme de valeurs étroite

Plus en détail

L approche bioénergétique

L approche bioénergétique L approche bioénergétique Appréhender l homme par la bioénergétique est une manière de comprendre et d analyser ses performances motrices. Ce champs d étude resté l apanage des scientifiques entre les

Plus en détail

TD1: homéostasie du glucose

TD1: homéostasie du glucose TD1: homéostasie du glucose 1. Mécanismes neuroendocrine de régulation de la glycémie 2. Fonctionnement des neurones GE 3. Régulation de l activité des neurones GE par les acides gras 4. Régulation de

Plus en détail

Modèle à deux. B. Compartiments. 2) Masse maigre. 1) Masse grasse

Modèle à deux. B. Compartiments. 2) Masse maigre. 1) Masse grasse I_ Introduction Compartimentation du corps A. Modèles Le corps peut être décrit selon des compartiments ( ou des masses ) qui sont des éléments du corps ayant des valeurs physiologiques voisines, mais

Plus en détail

Diabete Gestazionale (Lingua Francese) DIABÈTE

Diabete Gestazionale (Lingua Francese) DIABÈTE Diabete Gestazionale (Lingua Francese) DIABÈTE GESTATIONNEL RÉSUMÉ DÉFINITION 03 POURQUOI LE DIABÈTE GESTATIONNEL SE PRODUIT-IL ET COMMENT LE GÉRER? 04 COMMENT CONTRÔLER LE DIABÈTE? 06 UN MODE DE VIE SAIN

Plus en détail