Streptocoques bêta hémolytiques du groupe A : organisation de l alerte

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Streptocoques bêta hémolytiques du groupe A : organisation de l alerte"

Transcription

1 Streptocoques bêta hémolytiques du groupe A : organisation de l alerte et CAT en maternité Journée Mater du 8 octobre 2015 MA Confesson CH Mâcon ML Valdeyron HFME Bron HCL Introduction Streptocoque A (S. pyogenes) : responsable d infections nosocomiales invasives potentiellement gravissimes (septicémies, endométrites ) en Maternité et Gynécologie Site principal de portage : rhino pharynx 5 % des adultes et plus de 20 % des enfants Importance du port du masque dès la rupture des membranes pour tout geste obstétrical : toucher vaginal, prélèvement vaginal Avis SF2H 20/04/2005 Si un soignant présente une angine avec TDR positif : exclusion des soins, à maintenir 24 h minimum après la mise en place d un traitement antibiotique 1

2 Définition de l infection du post partum à Strepto A Isolement de S. pyogenes pendant le post partum ou dans les 7 jours suivant la sortie, associé à une infection clinique du post partum (ex : endométrite, septicémie), ou isolement d un site stérile ou d une plaie opératoire. Réf. : Guide pour la prévention et l investigation des infections hospitalières à S. pyogenes. DGS DHOS CTINILS CSHPF. Nov Définition des cas possible, probable et certain pour les infections invasives. Place des infections du post partum Rapport d activité 2013 CNR Strep Sur 95i infections invasives i gynéco obstétricales à Streptot A en 2013 : 53 % (n=50) d infections du post partum reconnues dans les heures ou jours suivant l accouchement Le plus souvent endométrites avec ou sans hémocultures + strep strep.fr/images/cnr STREP/rapport/rapport_CNR Strep_2013.pdf pdf 2

3 Organisation de l alerte Objectif : éviter les transmissions croisées En cas de prélèvement positif à Strepto A (voir définition), le biologiste du laboratoire de bactériologie alerte immédiatement : L unité de soins Le médecin responsable des suites de couches et les cadres de maternité Un praticien et un cadre de l EOH (Equipe Opérationnelle d Hygiène) Information du chef de service de la maternité et du cadre supérieur du PAM. Détermination de l origine nosocomiale de l infection Après rencontre ou entretien téléphonique, le clinicien et/ou l EOH : vérifie qu il s agit d une infection du post partum à Strepto A prend en charge l enquête. Objectif = identifier l origine de l infection pour prévenir la transmission 1 CHEZ LA PATIENTE Sans délai, car antibiothérapie urgente si infection invasive : prélèvements de gorge =TDR + écouvillonnage pour culture Risque de faux négatif au TDR si absence de signes cliniques Etude du dossier pour déterminer l origine de l infection : hyperthermie, dysphagie, lésions cutanées résultats bactériologiques antérieurs (prélèvements vaginaux) 3

4 Détermination de l origine nosocomiale de l infection 2 DANS L ENTOURAGE PROCHE (conjoint, enfants ) Recherche d infection à Strepto A : dysphagie ouangine angine, scarlatine, varicelle surinfectée, impétigo Dans l affirmative, des prélèvements à visée diagnostique sont effectués : TDR, prélèvement ORL (écouvillon), prélèvement cutané Selon le guide CTIN, 2006, p.23/41, «le dépistage systématique par TDRparmi les proches sans aucun signe d infection infection, à larecherche de porteur, n est pas recommandé». => Origine nosocomiale suspectée : Oui ou Non Enquête épidémiologique CHEZ LES PROFESSIONNELS Ayant réalisé des soins rapprochés pendant l'accouchement en salles d accouchement et / ou salle de césarienne (obstétriciens, sages femmes, anesthésistes, stagiaires ) ou ayant réalisé un examen gynécologique chez la future hé d i d i i t d l 7 j ééd t accouchée, depuis son admission et dans les 7 jours précédents l accouchement et la survenue des premiers signes 4

5 Enquête épidémiologique CHEZ LES PROFESSIONNELS Réaliserles les prélèvements chez chaque participant, dès que possible : Prélèvement de gorge par écouvillonnage autour des amygdales pour identifier la souche Ecouvillonnage des lésions cutanées Prélèvements anonymisés Résultats rendus sous enveloppe à chacun des participants, par la médecine du personnel ou par l Unité d Hygiène Enquête épidémiologique CHEZ LES PROFESSIONNELS Si angine à Strepto A : antibiothérapie + exclusion des soins pendant 24 h minimum après début du traitement Traitement d éradication du portage pharyngé de Strepto A chez tout professionnel identifié comme personne source de l'infection DETERMINATIONDU GENOTYPE DES SOUCHES ISOLÉES DETERMINATION DU GENOTYPE DES SOUCHES ISOLÉES Envoi des souches isolées au cours de l enquête au CNR des Streptocoques :génotype emm, clonalité 5

6 Vigilance /autres cas éventuels Surveillance particulière des patientes ayant accouché le même jour et / ou hospitalisées en même temps que le cas ou p p q En cas de fièvre et / ou d autres signes infectieux ou biologiques, faire un bilan : Prélèvement vaginal Hémoculture Prélèvement de gorge ECBU Pour l accouchée infectée par Strepto A Que l'infection soit d'origine nosocomiale ou non : Traitement antibiotique sans délai, mais après prélèvement Placer la patiente en chambre seule Précautions complémentaires en fonction de la localisation de l infection 6

7 Pour l accouchée infectée par Strepto A Que l'infection soit d'origine nosocomiale ou non : Pé Prévenir le pédiatre de l'infection i maternelle pour surveillance du nouveau né Allaitement possible : Si la patiente présente une angine : oui, avec un masque chirurgical et friction des mains Si autre localisation : oui, sans masque, mais friction des mains Tracer dans le dossier informatique de la patiente Si la streptococcie est d origine nosocomiale : signalement externe. Pas de Déclaration Obligatoire. Pour les autres accouchées En cas de dépistage positif chez un professionnel, faisant suspecter celui ci comme personne source de l infection : Une antibiothérapie d éradication est à discuter au cas par cas pour les patientes auprès desquelles ce personnel a effectué un geste médical invasif ou pour les patientes ayant d autres facteurs de risque. Guide CTINILS Nov Surveillance habituelle renforcée 7

8 Revue de pratiques? Faite avant résultats de l enquête? Si infection nosocomiale? 8

Les précautions sont toujours d actualité. Autour d un cas d endométrite sur AVB

Les précautions sont toujours d actualité. Autour d un cas d endométrite sur AVB Le Strepto A n a napas disparu! Les précautions sont toujours d actualité Autour d un cas d endométrite sur AVB Journée Mater du 29 septembre 2016 M.A. Confesson CH Mâcon Introduction Streptocoque A ou

Plus en détail

QUESTIONNAIRES SUR LES INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOCCUS PYOGENES (STREPTOCOQUE DU GROUPE A BÉTA HÉMOLYTIQUE) DANS L INTER-RÉGION OUEST

QUESTIONNAIRES SUR LES INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOCCUS PYOGENES (STREPTOCOQUE DU GROUPE A BÉTA HÉMOLYTIQUE) DANS L INTER-RÉGION OUEST Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire St Pierre et Miquelon QUESTIONNAIRES SUR LES INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOCCUS PYOGENES (STREPTOCOQUE DU GROUPE A BÉTA HÉMOLYTIQUE) DANS L INTER-RÉGION

Plus en détail

État des lieux dans l interrégion Ouest des infections à Streptococcus pyogenes après accouchement par voie basse

État des lieux dans l interrégion Ouest des infections à Streptococcus pyogenes après accouchement par voie basse État des lieux dans l interrégion Ouest des infections à Streptococcus pyogenes après accouchement par voie basse -Eugénie BULTEY- Interne CCLIN Ouest 1 INTRODUCTION Bretagne Basse Normandie Centre National

Plus en détail

RETOUR D EXPERIENCE INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOQUE A

RETOUR D EXPERIENCE INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOQUE A RETOUR D EXPERIENCE INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOQUE A Dr Sophie Jobard Pôle de santé de Guingamp 22/04/2016 INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOQUE A Appelée fièvre puerpérale au 17 ème siècle

Plus en détail

BONNES PRATIQUES D HYGIENE EN SALLE DE NAISSANCE Retour d expérience autour d infections à Streptococcus pyogenes en maternité

BONNES PRATIQUES D HYGIENE EN SALLE DE NAISSANCE Retour d expérience autour d infections à Streptococcus pyogenes en maternité BONNES PRATIQUES D HYGIENE EN SALLE DE NAISSANCE Retour d expérience autour d infections à Streptococcus pyogenes en maternité JRHH Nancy 16 mai 2013 1 C.MOREL Sage-femme J.SELLIES PH Hygiène Bonnes pratiques

Plus en détail

Epidémie de Streptocoque A dans un EHPAD, retour d expérience

Epidémie de Streptocoque A dans un EHPAD, retour d expérience Epidémie de Streptocoque A dans un EHPAD, retour d expérience 3 ème Journée régionale de Martinique Prévention du risque infectieux en établissement médico-social Rachel Dutrech Cadre de santé Antenne

Plus en détail

Douze ans de signalements externes d infections puerpérales à Streptococcus pyogenes. A.Kervella, H. Sénéchal, M. Aupée

Douze ans de signalements externes d infections puerpérales à Streptococcus pyogenes. A.Kervella, H. Sénéchal, M. Aupée Douze ans de signalements externes d infections puerpérales à Streptococcus pyogenes A.Kervella, H. Sénéchal, M. Aupée 15/05/2014 Journée «Maternité» Infections puerpérales XVIIème siècle : introduction

Plus en détail

Journée d échange avec les Equipes Mobiles Hygiène en EHPAD 2 décembre 2015

Journée d échange avec les Equipes Mobiles Hygiène en EHPAD 2 décembre 2015 Journée d échange avec les Equipes Mobiles Hygiène en EHPAD 2 décembre 2015 Epidémie d infections invasives à Streptococcus pyogenes dans un EHPAD (septembre 2014 mai 2015) M Brun- M Philippo Equipe mobile

Plus en détail

Infections à streptocoque A en chirurgie plastique

Infections à streptocoque A en chirurgie plastique 2 e Journée régionale de veille sanitaire (JRVS) Artigues-près-Bordeaux, 8/12/11 Infections à streptocoque A en chirurgie plastique C. Gautier 1, R.Dutrech 1, A-G. Venier 2, C. Dumartin 2 1 Antenne Régionale

Plus en détail

Prévention des infections invasives à streptocoque A en maternité

Prévention des infections invasives à streptocoque A en maternité Prévention des infections invasives à streptocoque A en maternité Peut-on améliorer les pratiques suite à la survenue d un cas? Date: 02 juin 2016 Auteurs : S Dacquay, V Oberting, M Llorens, J Sellies

Plus en détail

Signalement des infections invasives à streptocoque du groupe A en post-partum ou post-opératoire

Signalement des infections invasives à streptocoque du groupe A en post-partum ou post-opératoire Signalement des infections invasives à streptocoque du groupe A en post-partum ou post-opératoire CCLIN Paris Nord, 25 mars 2004, Journées des CLIN A. Lepoutre, L. Denoeud, B. Coignard InVS/DMI/NOA Infections

Plus en détail

Infection du Site Opératoire à Streptococcus pyogenes

Infection du Site Opératoire à Streptococcus pyogenes REPH RA Lyon, 17 novembre 2015 Infection du Site Opératoire à Streptococcus pyogenes S.DUCKI RIPIN Appel du RIPIN le mardi 10 février en fin d après midi Résultat microbiologique d une ISO avec bactériémie

Plus en détail

Définition des cas d infection invasive à. Streptococcus pyogenes 2/2. Participants au groupe de travail

Définition des cas d infection invasive à. Streptococcus pyogenes 2/2. Participants au groupe de travail Recommandations pour la prise en charge des infections invasives à Streptococcus pyogenes Anne BOUVET Groupe de travail chargé par le Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France de proposer des recommandations

Plus en détail

INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE. C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06

INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE. C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06 INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE PARTICULARITE PRISE EN CHARGE C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06 1 I) PARTICULARITE EN

Plus en détail

La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée

La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée Sandra Perreau-Coudre 8 octobre 2013 BESANCON S A N T E S E R V I C E CLIN

Plus en détail

Plaies et risque infectieux: cas groupés d infections à SGA. Hygiène et PRI en EHPAD Jeudi 17 novembre 2011 CHU ROUEN

Plaies et risque infectieux: cas groupés d infections à SGA. Hygiène et PRI en EHPAD Jeudi 17 novembre 2011 CHU ROUEN Plaies et risque infectieux: cas groupés d infections à SGA Hygiène et PRI en EHPAD Jeudi 17 novembre 2011 CHU ROUEN 1 Introduction Augmentation des soins sur des plaies en EHPAD Vieillissement des résidents

Plus en détail

Le Streptocoque A en maternité

Le Streptocoque A en maternité Réseau «Sécurité Naissance Naître ensemble» des Pays de la Loire Association des Pays de Loire pour l Eviction des Infections Nosocomiales Le Streptocoque A en maternité Le Streptocoque A (Streptococcus

Plus en détail

L analyse des causes Retour d expérience en néonatologie

L analyse des causes Retour d expérience en néonatologie La 1 ère Université Maghrébine d hygiène et de sécurité des soins Sousse, 2-5 septembre 2012 L analyse des causes Retour d expérience en néonatologie Nouara Baghdadi Présentation Martine Erb Revue de mortalité-morbidité

Plus en détail

Gestion d une épidémie dans un secteur d hospitalisation

Gestion d une épidémie dans un secteur d hospitalisation Gestion d une épidémie dans un secteur d hospitalisation Isabelle Tronchon SGRIVI Qu est-ce qu une épidémie? On parle d épidémie lorsque l on est en présence de plus de 2 patients porteurs ou infectés

Plus en détail

CONTAGIOSITÉ, MESURES D ISOLEMENT

CONTAGIOSITÉ, MESURES D ISOLEMENT 4ème Journée Régionale des Référents en Antibiothérapie OMéDIT Centre Val de Loire MÉNINGITE À MÉNINGOCOQUE, TUBERCULOSE, GALE CONTAGIOSITÉ, MESURES D ISOLEMENT Dr Nathalie van der Mee-Marquet Praticien

Plus en détail

Examens microbiologiques (autres que ECBU et hémocultures) : les bonnes pratiques

Examens microbiologiques (autres que ECBU et hémocultures) : les bonnes pratiques Biologie médicale Examens microbiologiques (autres que ECBU et hémocultures) : Objet Domaine d application Ce mode opératoire explique les bonnes pratiques de réalisation des prélèvements pour examens

Plus en détail

Epidémie d angines streptococciques dans un camping : Penser à une toxi-infection alimentaire! ARS Corse - Cire Sud. Roselyne Mariani 19 avril 2013

Epidémie d angines streptococciques dans un camping : Penser à une toxi-infection alimentaire! ARS Corse - Cire Sud. Roselyne Mariani 19 avril 2013 Epidémie d angines streptococciques dans un camping : Penser à une toxi-infection alimentaire! ARS Corse - Cire Sud Roselyne Mariani 19 avril 2013 Alerte Alerte de l ARS Corse et de la cire sud le 22 juillet

Plus en détail

MAITRISE D UNE ÉPIDÉMIE D INFECTION NOSOCOMIALE : PLACE DU SERVICE D HYGIÈNE HOSPITALIÈRE

MAITRISE D UNE ÉPIDÉMIE D INFECTION NOSOCOMIALE : PLACE DU SERVICE D HYGIÈNE HOSPITALIÈRE MAITRISE D UNE ÉPIDÉMIE D INFECTION NOSOCOMIALE : PLACE DU SERVICE D HYGIÈNE HOSPITALIÈRE 1 Dr Houyem SAID LATIRI Service de Prévention et de Sécurité des Soins CHU Sahoul CAS CLINIQUE Investigation d

Plus en détail

Evaluation des Pratiques Professionnelles dans les établissements de santé

Evaluation des Pratiques Professionnelles dans les établissements de santé Evaluation des Pratiques Professionnelles dans les établissements de santé Prévention des infections du post partum à Streptocoque A (Streptococcus pyogenes) Analyse d un scénario clinique 2016 1/17 Composition

Plus en détail

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Cours PCEM 2 Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Anne-Laure Michon, AHU Laboratoire de Bactériologie, CHU de Montpellier, Université Montpellier I Objectifs

Plus en détail

Recommandations pour le personnel de la DDI 2014

Recommandations pour le personnel de la DDI 2014 Hygiène Hospitalière Recommandations pour le personnel de la DDI 2014 S. BROWET INFIRMIERE HYGIENISTE Avril 2014 1.Rôle de l Hygiène Hospitalière Prévention des infections nosocomiales 5 à 7 % des hospitalisations

Plus en détail

MATERNITE PRISE EN CHARGE DE LA RUPTURE PREMATUREE DES MEMBRANES <37SA

MATERNITE PRISE EN CHARGE DE LA RUPTURE PREMATUREE DES MEMBRANES <37SA Responsables : Dr RAYNAL Dr JACQUEMOT Dr HENTGEN MATERNITE Approbateur : Dr P. PANEL Fonction : Chef de Service 4 Mise à jour :09/06/2012 Date de création : 09/01/2006 Modification : 19/02/2011 Fonction

Plus en détail

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE 1.2 RESERVOIRE, SOURCE

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE 1.2 RESERVOIRE, SOURCE STREPTOCOQUE 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE... 2 1.2 RESERVOIRE, SOURCE... 2 1.3 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 3 1.4 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE... 3 1.5 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE

Plus en détail

PRÉVENTION DES INFECTIONS MATERNO-FŒTALES À STREPTOCOQUES B ANTIBIOPROPHYLAXIE

PRÉVENTION DES INFECTIONS MATERNO-FŒTALES À STREPTOCOQUES B ANTIBIOPROPHYLAXIE RÉFÉRENTIEL : Prévention des infections materno-fœtales à streptocoques B antibioprophylaxie Page 1/5 RÉFÉRENTIELS D OBSTÉTRIQUE PRÉVENTION DES INFECTIONS MATERNO-FŒTALES À STREPTOCOQUES B ANTIBIOPROPHYLAXIE

Plus en détail

Gestion des alertes BMR en ESSR. Marie claire Nonet Cadre supérieur de santé hygiéniste Géraldine Toursel IDE Hygiéniste _

Gestion des alertes BMR en ESSR. Marie claire Nonet Cadre supérieur de santé hygiéniste Géraldine Toursel IDE Hygiéniste _ Gestion des alertes BMR en ESSR Marie claire Nonet Cadre supérieur de santé hygiéniste Géraldine Toursel IDE Hygiéniste _ Le Centre de réadaptation de COUBERT Réadaptation Gérontologique Réadaptation Professionnelle

Plus en détail

cas groupés d'infections à Streptococcus pyogenes en EHPAD

cas groupés d'infections à Streptococcus pyogenes en EHPAD cas groupés d'infections à Streptococcus pyogenes en EHPAD Emmanuelle MARTIN journée des CLIN Haute Normandie 1er avril 2008 Streptocoque du groupe A Streptococcus pyogenes CONTAMINATION Réservoir strictement

Plus en détail

N 2 Mai 2001 LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES EN MATERNITE

N 2 Mai 2001 LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES EN MATERNITE 1 LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES EN MATERNITE N 2 Mai 2001 La réunion annuelle du réseau Mater Sud-Est s est déroulée le 23 novembre dernier en présence de nombreux représentants des services

Plus en détail

Fiche 1. Dépistage des patients porteurs de Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM)

Fiche 1. Dépistage des patients porteurs de Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM) Fiche 1 EN DEHORS D UN CONTEXTE ÉPIDÉMIQUE 1 Dépistage des patients porteurs de Le dépistage doit être réalisé dans un cadre défini par le CLIN de l établissement. Les mesures appliquées aux patients porteurs

Plus en détail

Angine. Pr Christian Chidiac

Angine. Pr Christian Chidiac Angine Pr Christian Chidiac Université Claude Bernard Lyon 1 UFR Lyon Sud Charles Mérieux Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Hôpital de la Croix Rousse christian.chidiac@univ-lyon1.fr Définition

Plus en détail

Recrudescence d infections invasives à Streptocoque A à proximité de Tourcoing Mars à avril 2012

Recrudescence d infections invasives à Streptocoque A à proximité de Tourcoing Mars à avril 2012 Recrudescence d infections invasives à Streptocoque A à proximité de Tourcoing Mars à avril 2012 Cellule de l Institut de Veille Sanitaire en Region (Cire) Nord Pas-de-Calais Picardie Dr Karine Wyndels

Plus en détail

XXVI e Congrès National de la Société Française d Hygiène Hospitalière Tours, les 3, 4 et 5 Juin 2015.

XXVI e Congrès National de la Société Française d Hygiène Hospitalière Tours, les 3, 4 et 5 Juin 2015. Dr PERRON Stéphanie Praticien en Hygiène Hospitalière CH SAUMUR (49) & Mme ABLAIN, Cadre de santé, service Gynécologie-Obstétrique Mme AMBLARD, Cadre Supérieur de Santé, service Gynécologie-Obstétrique

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DU RPFC. Prise en charge de l Infection Materno-Foetale. PC 004 Nb de pages : 1/6

RECOMMANDATIONS DU RPFC. Prise en charge de l Infection Materno-Foetale. PC 004 Nb de pages : 1/6 PC 004 Nb de pages : 1/6 1. DOCUMENTS DE REFERENCE - Agence Nationale d Accréditation et d Evaluation en Santé (ANAES). Diagnostic et traitement curatif de l infection bactérienne précoce du nveau-né.

Plus en détail

I. Contexte épidémiologique

I. Contexte épidémiologique C.CLIN Sud-Est mars 2010 Conduite à tenir en cas de suspicion d infection invasive à Streptococcus pyogenes (streptocoque bêta-hémolytique du groupe A) en service de gynécologie obstétrique et maternité

Plus en détail

TAUX DE STAPHYLOCOCCUS AUREUS RESISTANT A LA METICILLINE ( Taux de SARM)_-à_-

TAUX DE STAPHYLOCOCCUS AUREUS RESISTANT A LA METICILLINE ( Taux de SARM)_-à_- TAUX DE STAPHYLOCOCCUS AUREUS RESISTANT A LA METICILLINE ( Taux de SARM)_-à_- Réflexion sur les indicateurs du projet de tableau de bord: intérêts et difficultés E Martin, CHI Elbeuf-Louviers/Val de Reuil

Plus en détail

Titre Utilisation du test de diagnostic rapide de l angine streptococcique en médecine générale : une étude transversale en région Rhône-Alpes Résumé Introduction- Devant les difficultés à déterminer l

Plus en détail

Le streptocoque B : Pourquoi et comment faut-il le rechercher?

Le streptocoque B : Pourquoi et comment faut-il le rechercher? Le streptocoque B : Pourquoi et comment faut-il le rechercher? Pr Florence Doucet-Populaire Service de Bactériologie-Hygiène Hôpital Antoine Béclère AP-HP Streptocoque du groupe B (SGB) Streptococcus agalactiae

Plus en détail

Protocole de surveillance des cas groupés de grippe à nouveau virus grippal A(H1N1)

Protocole de surveillance des cas groupés de grippe à nouveau virus grippal A(H1N1) Protocole de surveillance des cas groupés de grippe à nouveau virus grippal A(H1N1) 19 mai 2009 En parallèle de l identification des cas importés de grippe à nouveau virus, une recherche de cas groupés

Plus en détail

Quelles mesures à mettre en œuvre pour gérer des cas groupés en EHPAD? Expérience du CH Dieppe : Gestion d une épidémie de grippe

Quelles mesures à mettre en œuvre pour gérer des cas groupés en EHPAD? Expérience du CH Dieppe : Gestion d une épidémie de grippe Quelles mesures à mettre en œuvre pour gérer des cas groupés en EHPAD? Expérience du CH Dieppe : Gestion d une épidémie de grippe Dr Claire AUDINET-BYHET Gériatre Dr Stéphanie ROCHON-EDOUARD Praticien

Plus en détail

CAS GROUPÉS DE COQUELUCHE A LA MATERNITE

CAS GROUPÉS DE COQUELUCHE A LA MATERNITE CAS GROUPÉS DE COQUELUCHE A LA MATERNITE Solweig Gerbier Colomban Unité d Hygiène et Epidémiologie Groupement hospitalier Nord Journée MATER 29/09/2016 Le 17 mai 2013 La cadre du secteur salle d accouchements

Plus en détail

Epidémiologie et prévention des infections nosocomiales en maternité

Epidémiologie et prévention des infections nosocomiales en maternité Epidémiologie et prévention des infections nosocomiales en maternité 05 avril 2016 GHER Saint-Benoit Dr Françoise TISSOT GUERRAZ, Médecin hygiéniste spécialiste en Gynécologie médicale, Biologie Humaine

Plus en détail

Centre Hospitalier de Cornouaille Quimper-Concarneau. RRESO S t Brieuc 13 Septembre 2007

Centre Hospitalier de Cornouaille Quimper-Concarneau. RRESO S t Brieuc 13 Septembre 2007 Signalement des IN Centre Hospitalier de Cornouaille Quimper-Concarneau RRESO S t Brieuc 13 Septembre 2007 1 Decret 671 du 26/07/2001 2 «Tout médecin, pharmacien, chirurgien-dentiste, sage-femme ou membre

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU STREPTOCOQUE BÊTA-HÉMOLYTIQUE DU GROUPE B

PRISE EN CHARGE DU STREPTOCOQUE BÊTA-HÉMOLYTIQUE DU GROUPE B Protocole élaboré par le groupe Périnat du GGOLFB - 2017 PRISE EN CHARGE DU STREPTOCOQUE BÊTA-HÉMOLYTIQUE DU GROUPE B A) Dépistage du portage maternel de GBS : culture sur frottis vagino-périanal Qui?

Plus en détail

Retour d expérience : EPIDEMIE A ROTAVIRUS EN NEONATALOGIE

Retour d expérience : EPIDEMIE A ROTAVIRUS EN NEONATALOGIE Retour d expérience : EPIDEMIE A ROTAVIRUS EN NEONATALOGIE Pôle Femme Mère Enfant Hôpital Privé de la Loire Aurélie DELMAS, Cadre de santé Clémence CHAPUT, Infirmière DE et CHH 1 Journée Régionale de Prévention

Plus en détail

Point sur l épidémie 2014 à E. Cloacae Hôpital Femme Mère Enfant Bron (69) Service de néonatalogie 07/09/2015

Point sur l épidémie 2014 à E. Cloacae Hôpital Femme Mère Enfant Bron (69) Service de néonatalogie 07/09/2015 Point sur l épidémie 2014 à E. Cloacae Hôpital Femme Mère Enfant Bron (69) Service de néonatalogie 07/09/2015 25 juin 2015 Point sur la situation épidémique L alerte Alerte (Juillet 2014) par le labo de

Plus en détail

L infection bactérienne précoce du nouveau-né

L infection bactérienne précoce du nouveau-né L infection bactérienne précoce du nouveau-né Definition L infection bactérienne précoce du nouveau-né = - infection par une bactérie pathogène - transmission materno-fœtale - révélation au cours des 1

Plus en détail

Accouchement d une patiente VIH Le point de vue de l obstétricien.

Accouchement d une patiente VIH Le point de vue de l obstétricien. Accouchement d une patiente VIH Le point de vue de l obstétricien. J. Massardier, A. Bordes, C. Battie, M. Doret, M. Massoud, M Kaemmerlen, P. Gaucherand Service d Obstétrique, Diagnostic Anténatal et

Plus en détail

Cette fiche ou les modalités de sa mise en œuvre pourront évoluer en fonction des connaissances sur la situation épidémiologique.

Cette fiche ou les modalités de sa mise en œuvre pourront évoluer en fonction des connaissances sur la situation épidémiologique. Fiche D.1 B. Grippe au virus A/H5N1. Conduite à tenir en présence d un malade ou d une personne suspectée d être contaminée en période d alerte pandémique Cette fiche ou les modalités de sa mise en œuvre

Plus en détail

Mise à jour : 28 Avril 2009

Mise à jour : 28 Avril 2009 Fiche D.1 A. - Grippe au virus émergent A/H1N1 - Conduite à tenir en présence d un malade ou d une personne suspectée d être contaminée en période d alerte pandémique Mise à jour : 28 Avril 2009 Cette

Plus en détail

Plan d actions pour le contrôle des infections à Clostridium difficile

Plan d actions pour le contrôle des infections à Clostridium difficile Plan d actions pour le contrôle des infections à Clostridium difficile Décembre 2006 Clostridium difficile est une bactérie responsable de diarrhées survenant après traitements antibiotiques. Elle est

Plus en détail

Exemple de compte-rendu des résultats :

Exemple de compte-rendu des résultats : Evaluation de la maîtrise de la diffusion des bactéries multi-résistantes* dans les établissements de santé. * Staphylococcus aureus résistants à la méticilline, Enterobacteries productrice de béta-lactamase

Plus en détail

Strepto test : Révolution ou illusion? Raphaële HONORAT 19 mars 2010

Strepto test : Révolution ou illusion? Raphaële HONORAT 19 mars 2010 Strepto test : Révolution ou illusion? Raphaële HONORAT raphonorat@hotmail.com 19 mars 2010 Plan 1. L infection néonatale à streptocoque B 2. Prophylaxie actuelle 3. Epidémiologie des infections materno-fœtales

Plus en détail

CONDUITE À TENIR AUTOUR D UN CAS DE COQUELUCHE

CONDUITE À TENIR AUTOUR D UN CAS DE COQUELUCHE CONDUITE À TENIR AUTOUR D UN CAS DE COQUELUCHE Dominique Abiteboul, Marie-Cécile Bayeux-Dunglas Atelier GERES-INRS, SF2H Un cas suspect Le 15/12/16, une interne en Maternité signale une toux isolée et

Plus en détail

ENTÉROCOQUES RÉSISTANTS AUX GLYCOPEPTIDES (E.R.G.)

ENTÉROCOQUES RÉSISTANTS AUX GLYCOPEPTIDES (E.R.G.) ENTÉROCOQUES RÉSISTANTS AUX GLYCOPEPTIDES (E.R.G.) CCLIN Est CONTEXTE 1986 : Première souche de Enteroccocus faecium ayant acquis une résistance plasmadique à la vancomycine (USA) Dans les années suivantes

Plus en détail

Evaluation de pratiques professionnelles suite à deux signalements en chirurgie cardiaque

Evaluation de pratiques professionnelles suite à deux signalements en chirurgie cardiaque Evaluation de pratiques professionnelles suite à deux signalements en chirurgie cardiaque Ch. BAUDIN, CHR Metz 18 ème Journée Régionale d Hygiène et de Lutte contre les Infections Nosocomiales NANCY 24

Plus en détail

Une EPC* peut en cacher une autre.. retour d expérience

Une EPC* peut en cacher une autre.. retour d expérience Une EPC* peut en cacher une autre.. retour d expérience 10 ème rencontre de prévention du risque infectieux de l Océan Indien 26 avril 2013 Dr Nathalie LUGAGNE, Praticien en hygiène, CHU Nord Dr Anne-céline

Plus en détail

Exercices de codage pour le réseau Maternité. Journée de novembre 2009

Exercices de codage pour le réseau Maternité. Journée de novembre 2009 Exercices de codage pour le réseau Maternité Journée de novembre 2009 Exemple 1 (R. Girard) Madame MA., née en 1983. DR 20/07/2008 Consultations grossesse : 17/11/2008 : primipare, pas d ATCD StreptoB,

Plus en détail

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène 1- OBJET : Décrire l ensemble des recommandations et pratiques d hygiène à respecter pour : - assurer la qualité des soins dispensés - améliorer la sécurité des patients et des soignants - diminuer le

Plus en détail

Résultats de la surveillance des infections nosocomiales en maternité

Résultats de la surveillance des infections nosocomiales en maternité Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire St Pierre et Miquelon Résultats de la surveillance des infections nosocomiales en maternité Année 2006 Marion OLIVIER, Nadine GARREAU, Pascal JARNO, Benoît

Plus en détail

54 maternités ont surveillé au moins un quadrimestre au sein du réseau Mater Sud-Est entre le 01/01/2001 et le 31/12/2001.

54 maternités ont surveillé au moins un quadrimestre au sein du réseau Mater Sud-Est entre le 01/01/2001 et le 31/12/2001. N 5 Novembre 2002 Résumé des résultats de 2001 54 maternités ont surveillé au moins un quadrimestre au sein du réseau Mater Sud-Est entre le 01/01/2001 et le 31/12/2001. 31460 accouchements ont été pris

Plus en détail

Un peu de méthode. Un outil d EPP : l analyse de scénario. «Histoires» le plus souvent issues de cas cliniques réels 09/12/2013

Un peu de méthode. Un outil d EPP : l analyse de scénario. «Histoires» le plus souvent issues de cas cliniques réels 09/12/2013 JOURNEE de PREVENTION des RISQUES INFECTIEUX en RHONE-ALPES Mardi 19 novembre 2013, Novotel Bron (69) Un outil d EPP : l analyse de scénario Dr P. Michel Directeur Organisation, Qualité, Risques et Usagers

Plus en détail

équipe mobile dédid à la prise en charge des cas

équipe mobile dédid à la prise en charge des cas Maîtrise d une d épidémie d EPC: d intérêt d une d équipe mobile dédid diée à la prise en charge des cas A.Lotthé, A.Blasco, M.Simon, M.Geoffroy, P.Chaize, V.Alarcon, MP.Paquis, L.Burgel, L.Mouti, S.Parer

Plus en détail

PROBLEMATIQUES LOCALES DES TRANSMISSIONS INFECTIEUSES

PROBLEMATIQUES LOCALES DES TRANSMISSIONS INFECTIEUSES PROBLEMATIQUES LOCALES DES TRANSMISSIONS INFECTIEUSES 3 E M E S J O U R N É E S D E P É R I N ATA L I T É D E M AY O T T E 1 3es JPM A.Milllot Praticien Hygiéniste CHM LA MATERNITÉ DU CHM Un service maternité

Plus en détail

Utilisation des données du système d information hospitalier dans la surveillance des infections du site opératoire

Utilisation des données du système d information hospitalier dans la surveillance des infections du site opératoire Utilisation des données du système d information hospitalier dans la surveillance des infections du site opératoire Patrick PINA Equipe Opérationnelle d Hygiène Centre Hospitalier de Bigorre, Tarbes Déclaration

Plus en détail

Prise en charge d un patient porteur de BHRe Isabelle Robin : IDE David Boutoille : PU-PH

Prise en charge d un patient porteur de BHRe Isabelle Robin : IDE David Boutoille : PU-PH Prise en charge d un patient porteur de BHRe Isabelle Robin : IDE David Boutoille : PU-PH Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes 1 Déclaration d intérêts de 2013 à 2016 Comités scientifiques

Plus en détail

INCIDENCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES AU SERVICE DE RÉANIMATION MÉDICALE

INCIDENCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES AU SERVICE DE RÉANIMATION MÉDICALE CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE DE BAB EL OUED SERVICE D ÉPIDÉMIOLOGIE ET MÉDECINE PRÉVENTIVE Deuxième forum paramédical international de Sétif 08 et 09 décembre 2010 INCIDENCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES

Plus en détail

Signalements de cas groupés de coqueluche dans les établissements de santé

Signalements de cas groupés de coqueluche dans les établissements de santé Signalements de cas groupés de coqueluche dans les établissements de santé JNI Dijon 13 au 15 juin 2007 I. Bonmarin, I. Poujol (Département des maladies infectieuses) Quelques clés sur le nosocomial Procédure

Plus en détail

SURVEILLANCE Infections à Clostridium difficile. S. Glorion, MY. Dixon, H. Sénéchal

SURVEILLANCE Infections à Clostridium difficile. S. Glorion, MY. Dixon, H. Sénéchal SURVEILLANCE Infections à Clostridium difficile S. Glorion, MY. Dixon, H. Sénéchal Journée Infections à Clostridium difficile- Actualités Rennes 02/04/2015 Rappel de l historique des recommandations françaises

Plus en détail

Dépistage préopératoire indications, méthode, décontamination. Docteur Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie

Dépistage préopératoire indications, méthode, décontamination. Docteur Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Dépistage préopératoire indications, méthode, décontamination Docteur Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Question 1 En préopératoire, quels dépistages systématiques et quelles stratégies

Plus en détail

Hygiène Stérilisation

Hygiène Stérilisation Formation des correspondants en hygiène hospitalière Répondre aux exigences de la circulaire DGS/DH n 6454 du 29 décembre 2000 relative à la prévention des infections nosocomiales dans les établissements

Plus en détail

INFECTION MATERNO-FŒTALE BACTERIENNE EXTRAIT DES TEXTES HA (2002)

INFECTION MATERNO-FŒTALE BACTERIENNE EXTRAIT DES TEXTES HA (2002) INFECTION MATERNO-FŒTALE BACTERIENNE EXTRAIT DES TEXTES HA (2002) INTRODUCTION Incidence des sepsis 1 à 4 / naissances vivantes Incidence des infections probables 3 à 8 / naissances Mortalité 10% Séquelles

Plus en détail

N 8 mai Dr A. Vincent Médecin coordonateur C.CLIN Sud-Est. Réseau Mater Sud-Est / C.CLIN Sud-Est Réseau Mater Sud-Est / C.

N 8 mai Dr A. Vincent Médecin coordonateur C.CLIN Sud-Est. Réseau Mater Sud-Est / C.CLIN Sud-Est Réseau Mater Sud-Est / C. N 8 mai 2004 Comme depuis maintenant trois ans, ce numéro de mai résume quelques unes des interventions de la journée du réseau Mater Sud-Est, réseau de surveillance des infections nosocomiales en maternité.

Plus en détail

Présence en salle d opération du dossier médical et de la feuille d anesthésie sur lesquels sont mentionnnés la prescription de l antibioprophylaxie

Présence en salle d opération du dossier médical et de la feuille d anesthésie sur lesquels sont mentionnnés la prescription de l antibioprophylaxie THEME : ANTIBOPROPHYLAXIE EN CHIRURGIE ORL ET CHIRURGIE CERVICO-FACIALE PROGRAMMÉE BUT DE LA DEMARCHE : diminuer le risque infectieux du site opératoire, réduire la pression de l antibiothérapie Introduction

Plus en détail

Rôle de l Infirmière Hygiéniste dans la surveillance épidémiologique des Infections Associées aux Soins

Rôle de l Infirmière Hygiéniste dans la surveillance épidémiologique des Infections Associées aux Soins La 1 ère Université Maghrébine d hygiène et de sécurité des soins Sousse, 2-5 septembre 2012 Rôle de l Infirmière Hygiéniste dans la surveillance épidémiologique des Infections Associées aux Soins M.ERB

Plus en détail

devient un cas possible si dans les 7 jours avant le début de ses signes :

devient un cas possible si dans les 7 jours avant le début de ses signes : CONDUITE A TENIR DEVANT UN CAS POSSIBLE DE GRIPPE A (H1N1) dite «Mexicaine» ou «Porcine» à bord d un navire Centre de Consultation Médicale Maritime - Rédaction : Dr. J.L. Ducassé M. Pujos CCMM / SAMU

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues : Coordonnées des professionnels en charge des maladies à déclaration obligatoire (5.2.5)

Résumé des modifications intervenues : Coordonnées des professionnels en charge des maladies à déclaration obligatoire (5.2.5) Référence : PR/HYG/004-B Page :Page 1 sur 7 Objet : Définir les règles de signalement et de gestion des infections nosocomiales et des maladies à déclaration obligatoire. Alerter sur les phénomènes épidémiologiques.

Plus en détail

C.CLIN-Ouest Bretagne

C.CLIN-Ouest Bretagne C.CLIN-Ouest Bretagne Basse-Normandie Centre Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales (Inter région Ouest) Pays de la Loire St Pierre et Miquelon Surveillance des infections

Plus en détail

Démarche pluri-disciplinaire pour la maîtrise de la diffusion des agents infectieux transmissibles Exemple de la Tuberculose (TB)

Démarche pluri-disciplinaire pour la maîtrise de la diffusion des agents infectieux transmissibles Exemple de la Tuberculose (TB) Démarche pluri-disciplinaire pour la maîtrise de la diffusion des agents infectieux transmissibles Exemple de la Tuberculose (TB) C. BOURIGAULT, D LEPELLETIER Unité de Gestion du Risque Infectieux, Service

Plus en détail

Épidémie à Pseudomonas aeruginosa béta-lactamase à spectre étendu dans un service d Onco-hématologie pédiatrique

Épidémie à Pseudomonas aeruginosa béta-lactamase à spectre étendu dans un service d Onco-hématologie pédiatrique Équipe Opérationnelle d Hygiène Épidémie à Pseudomonas aeruginosa béta-lactamase à spectre étendu dans un service d Onco-hématologie pédiatrique Dr Salauze, Mme Chauvin, Mme Rossi (EOH Hôpital Trousseau)

Plus en détail

GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES

GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES 1 1. Rappel Définitions de l infection 2 Infection (1) Maladie d origine infectieuse Signes cliniques douleur au niveau du site d infection rougeur chaleur présence

Plus en détail

Actualités du Haut Conseil de la santé publique (HCSP)

Actualités du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) XXV ème congrès de la Société Française d Hygiène Hospitalière (SF2H) Marseille 2014 Actualités du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) pour la Commission spécialisée «sécurité des patients» (CsSP),

Plus en détail

Guide pour la prévention et l investigation des infections hospitalières à Streptococcus pyogenes

Guide pour la prévention et l investigation des infections hospitalières à Streptococcus pyogenes DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS COMITE TECHNIQUE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET DES INFECTIONS LIEES AUX SOINS CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE PUBLIQUE

Plus en détail

Evaluation des Pratiques Professionnelles dans les établissements de santé

Evaluation des Pratiques Professionnelles dans les établissements de santé Evaluation des Pratiques Professionnelles dans les établissements de santé Avril 2015 Composition du groupe de travail : Dr Nicolas ROUZIC Praticien hygiéniste Arlin Bretagne, Brest Mme Sylvie JOURDAIN

Plus en détail

INDICATEURS DE QUALITE ET DE SECURITE DES SOINS MEDECINE CHIRURGIE OBSTETRIQUE (MCO)

INDICATEURS DE QUALITE ET DE SECURITE DES SOINS MEDECINE CHIRURGIE OBSTETRIQUE (MCO) INDICATEURS POUR L AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA SECURITE DES SOINS (IPAQSS) ANNEE DE REFERENCE 2013 Thèmes Tenue du dossier patient : Cet indicateur évalue la qualité du dossier du Tenue du dossier

Plus en détail

Plan local de gestion d une situation épidémique

Plan local de gestion d une situation épidémique Plan local de gestion d une situation épidémique CONTEXTE Le plan stratégique national de prévention des infections associées aux soins 2009-2013 prévoit que les établissements de santé intègrent aux plans

Plus en détail

Protocole de l évaluation de la diffusion d une souche Enterobacter cloacae LSE dans les établissements de l inter région Ouest

Protocole de l évaluation de la diffusion d une souche Enterobacter cloacae LSE dans les établissements de l inter région Ouest Protocole de l évaluation de la diffusion d une souche Enterobacter cloacae LSE dans les établissements de l inter région Ouest Rapporteur : H. Sénéchal, CCLIN-Ouest, Rennes Mars 2012 Sommaire 1. Contexte

Plus en détail

Infections Associées aux Soins (IAS): données récentes, pathologies émergentes et liens avec la santé au travail

Infections Associées aux Soins (IAS): données récentes, pathologies émergentes et liens avec la santé au travail Infections Associées aux Soins (IAS): données récentes, pathologies émergentes et liens avec la santé au travail Dr Virginie NAEL et Dr Céline BOURIGAULT Service de Santé au Travail, Équipe Opérationnelle

Plus en détail

Cas groupés de bactériémies à Streptococcus dysgalactiae equisimillis

Cas groupés de bactériémies à Streptococcus dysgalactiae equisimillis Cas groupés de bactériémies à Streptococcus dysgalactiae equisimillis Dans un service de soins de suite et de réadaptation Septembre 2010 CHI-Elbeuf-Louviers-Val de Reuil E MARTIN Praticien en hygiène

Plus en détail

Analyse de scénario. Analyse de scénario clinique et prévention du risque infectieux

Analyse de scénario. Analyse de scénario clinique et prévention du risque infectieux Analyse de scénario Outil innovant pour la gestion du risque infectieux 2014 E Laprugne-Garcia CClin Sud-Est et prévention du risque infectieux Analyse d évènements indésirables liés aux soins : expérience

Plus en détail

INDICATEURS DE QUALITE ET DE SECURITE DES SOINS MCO

INDICATEURS DE QUALITE ET DE SECURITE DES SOINS MCO INDICATEURS POUR L AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA SECURITE DES SOINS (IPAQSS) - SEJOURS 2013 Qualité du dossier patient Tenue du Dossier Patient 77/100 B Tenue du Dossier Patient : Cet indicateur

Plus en détail

Signalement des infections nosocomiales

Signalement des infections nosocomiales Signalement des infections nosocomiales Bilan novembre 2004 Anne Carbonne, François L Hériteau, Pascal Astagneau C-CLIN Paris Nord Le signalement des IN Objectifs Détection d événements «sentinelles» objectif

Plus en détail

Le signalement n est pas une surveillance mais...

Le signalement n est pas une surveillance mais... 5 èmes Journées d hygiène hospitalière et de qualité des soins Pointe à Pitre - 19 et 20 décembre 2002 Le signalement n est pas une surveillance mais... P. PARNEIX, * C.CLIN Sud-Ouest - CHU Bordeaux Réglementation

Plus en détail

A propos des deux alertes liées aux entérocoques résistant aux glycopeptides à Lyon

A propos des deux alertes liées aux entérocoques résistant aux glycopeptides à Lyon A propos des deux alertes liées aux entérocoques résistant aux glycopeptides à Lyon Pr Philippe Vanhems Pôle d activité médicale Santé, Recherche, Risques et Vigilances (S2RV) Hospices Civils de Lyon Bactéries

Plus en détail