L apprenant adulte face à la langue étrangère : quels défis à surmonter?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L apprenant adulte face à la langue étrangère : quels défis à surmonter?"

Transcription

1 L apprenant adulte face à la langue étrangère : quels défis à surmonter? Estela Klett Université de Buenos Aires, Argentine GERFLINT Reçu le / Evalué le /Accepté le Résumé Cet article est une réflexion sur la complexité de l enseignement des langues étrangères et le besoin de bien connaître le sujet apprenant. Nous parlerons, d abord, de la variabilité de degrés et de rythmes dans l apprentissage des langues chez les apprenants adultes. Ensuite, nous nous arrêterons sur un certain nombre de défis que l apprenant doit surmonter lorsqu il parcourt le long chemin de l apprentissage d une langue différente de la sienne. On observera, en particulier, le déséquilibre interactionnel de la salle de classe ainsi que les représentations sociales. Puis, on abordera les facteurs qui jouent dans la maîtrise d une langue étrangère. Deux récits autobiographiques d auteurs plurilingues permettront d illustrer les considérations présentées. Mots-clés : défis, déséquilibre interactionnel, représentations, affectivité El aprendiente adulto ante la lengua extranjera: qué desafíos debe superar? Resumen Este artículo es una reflexión sobre la complejidad de la enseñanza de lenguas extranjeras y la necesidad de conocer bien al aprendiente. Se discute, en primer lugar, la variabilidad de los grados y ritmos en el aprendizaje de idiomas en estudiantes adultos. Luego, se tratan algunos desafíos que el alumno debe superar al recorrer el largo camino de aprendizaje de una lengua diferente a la suya. Se observan, específicamente, el desequilibrio interaccional en el aula y las representaciones sociales. Finalmente, la autora encara los factores involucrados en el dominio de un idioma extranjero. Dos relatos autobiográficos de autores plurilingües ilustran las consideraciones presentadas. Palabras clave: desafíos, desequilibrio interaccional, representaciones, afectividad The adult foreign language learner: challenges to overcome? Abstract This article reflects on the complexity of the teaching of foreign languages and the need to get to know the learner in depth. It starts by discussing the variability of degrees and rhythms in language learning by adults and goes on to deal with some of the challenges that adult learners need to overcome when facing the road to learning 95

2 a language different from their own. Specifically, it focuses on the lack of balance in classroom interactions and on social representations. Finally, the author addresses the factors involved in mastering a foreign language. Two autobiographical narratives of plurilingual authors are presented to illustrate the points made in the reflection. Keywords: challenges, unbalanced participation in interactions, representations, affectivity 1. Introduction Depuis longtemps, l acte d enseigner est représenté, de manière simplifiée, par un triangle qui affiche un objet à appréhender, un sujet prêt à observer, comparer et incorporer et, enfin, un enseignant qui médiatise la relation entre le sujet el l objet (Houssaye, 1988). Il existe des schémas plus élaborés comme celui de Dabène (1993) qui enrichit le modèle précédent en ajoutant d autres éléments à considérer. Il énumère des paires qui conditionnent l acquisition-apprentissage des langues : les représentations sociales et les disciplines de recherche, le contexte social et le contexte éducatif et, enfin, les pratiques langagières et le matériel didactique. Jusqu aux années 70, les propositions didactiques provenant de la méthode directe ou audiovisuelle n envisageaient que l objet à enseigner. Avec l approche communicative, une place centrale est accordée à l apprenant. Nous tenons à souligner l importance de bien connaître le sujet dans le domaine de l enseignement des langues. D abord, parce que même si on parle toujours du contact des langues, en réalité «ce ne sont jamais les langues qui se rencontrent mais les sujets qu elles habitent et qui s y reconnaissent tant bien que mal» (Dahlet, 2011 : 136). Ensuite, nous souscrivons aux propos de Stuart Mill: «Pour enseigner les mathématiques à John, il faut certes connaître les mathématiques, mais il est indispensable de connaître John» (cité par Porcher, 1995 : 40). Comment ne pas prendre en compte ces sages paroles quand il s agit des langues étrangères (LE) pour lesquelles les facteurs émotionnels et sociaux impliqués interviennent très fortement. Dans ce travail, dans le but de mieux comprendre le sujet adulte qui entre en contact avec une langue autre que la sienne, nos réflexions porteront sur les différents défis qu il doit surmonter. Nous analyserons donc les facteurs qui ont une incidence sur l apprentissage et deux extraits littéraires illustreront les considérations présentées. 2. Les adultes et l apprentissage des langues On a souvent signalé la variabilité de degrés et de rythmes dans l apprentissage des LE chez les sujets adultes (Lambert, 1994 ; Véronique, 1994). Les apprenants d une nouvelle langue ne parviennent pas tous à une égale maîtrise de celle-ci. Ainsi, pour les 96

3 L apprenant adulte face à la langue étrangère : quels défis à surmonter? uns, l acquisition se limite à certains usages fonctionnels de la langue et un répertoire de phrases toutes faites leur permet d interagir à la poste ou dans un magasin ou encore, de comprendre les annonces d un haut parleur à l aéroport, par exemple. Un nombre vraiment réduit, 5 % des apprenants adultes (Véronique, 1994 : 110) «parviennent à acquérir une maîtrise linguistique proche de celle des locuteurs natifs de la langue cible». Enfin, une grande majorité d apprenants se stabilise à divers degrés de compétence. En ce sens, Lambert (1994 : 82) souligne un fait troublant : [ ] dans des conditions prolongées d exposition à la LE, l apprentissage de certains aspects cesse d évoluer. Les apprenants avancés s arrêtent en route, de manière variable selon les individus, sans parvenir à systématiser leur répertoire ni à développer une gamme d usages variée [ ] Il y a fossilisation sélective des apprentissages [ ]. Ces évidences qui parlent de performances diverses dans l utilisation d une LE en fonction des caractéristiques des individus, se traduisent dans le langage courant par des phrases stéréotypées. Par exemple : «untel a un don spécial pour les langues», «les Danois/ Suédois sont doués pour les langues», «je suis vraiment nul en anglais!». À partir de ce que le sens commun exprime en énoncés simples et de l hypothèse formulée par Véronique (1994 : 114), on peut dire que «la capacité à s approprier et à maîtriser des langues semble inégalement partagée». Autrement dit, entre la glossolalie de certains -don qui permettrait de parler spontanément une langue sans apprentissage préalable (Calvet, 2011 : 10) et la schizoglossie d autres -comprise comme l insécurité et le désordre dans l apprentissage d une langue-, on peut observer un large éventail de niveaux d apprentissage. 3. Les défis de l apprentissage d une LE Apprendre une LE suppose un long chemin à parcourir car le processus d enseignement-apprentissage d une nouvelle langue va bien au-delà de l utilisation d une bonne méthode gérée avec compétence par un maître sérieux. L entreprise mobilise, chez l apprenant et chez l enseignant, des sentiments controversés, des idées reçues, des conflits, des attitudes d attirance ou de rejet, des considérations sur les valeurs et l appartenance, etc. C est donc un processus complexe qui va réussir ou échouer en fonction des dimensions psychologiques, identitaires, socioculturelles. Dans cette section, nous proposons de faire une présentation non exhaustive des aspects qui constituent de vrais défis pour le sujet apprenant Le déséquilibre interactionnel Dans des situations d interaction spontanée ou didactique, les interlocuteurs sont à la fois des sujets sociaux, affectifs et épistémiques (Dabène, 1994). Dans la classe de 97

4 LE, ils construisent et reconfigurent leur identité quand ils assument des rôles variés reposant sur des implicites marqués par la culture éducative du milieu où l apprentissage a lieu. Toutefois, dans cet espace social qu est le cours de LE, la relation entre les participants est naturellement déséquilibrée. Si l énonciation spontanée des sujets repose souvent sur un mode interactionnel consensuel cherchant l équilibre, le cadre du cours de LE offre un exemple clair d interactions inégalitaires surtout dans les phases initiales de l apprentissage. En effet, l enseignant possède le pouvoir, le savoir et surtout, la supériorité langagière. La disparité de connaissances au niveau linguistique, discursif et culturel détermine alors l interaction quant aux positions énonciatives : l apprenant débutant a presque toujours un rôle subordonné et occupe la position basse. En contrepartie, l enseignant se trouve en position haute du point de vue linguistique, cognitif et social. Il prend également la position d archi-énonciateur considéré, selon Rabatel, (2004 : 37-38). comme : [ ] une sorte d instance énonciative, ou une posture correspondant à la saisie globale, réflexive, d une interaction didactique globale, à même de hiérarchiser les savoirs, et de résumer les dimensions essentielles du savoir». [ ] L archi-énonciateur correspond à un positionnement d analyste, prenant certaines distances avec les étapes de l interaction en vue du produit fini, ou à partir du but fixé au préalable. L apprenant, à son tour, doit suivre les orientations fixées et s approprier des savoirs selon les techniques adoptées par le professeur. Or, les procédés et les outils en question ne sont pas toujours adaptés au style d apprentissage qui lui convient. Pour les participants, c est un défi important. L enseignant doit corriger subtilement les productions erronées, compléter les énoncés tronqués, considérer les essais de traduction ou donner le mot juste. En fait, il fournit un étayage diversifié afin d assurer la continuité discursive et de naviguer au sein des relations complexes allant de l empathie à «la dyspathie» (Nuchèze, 1998 : 55). Dans la plupart des cas, le discours de l enseignant s associe à des comportements verbaux de facilitation. Il est ainsi imprégné de phrases utilisées pour encourager l apprenant fragilisé. Tel que Véronique (2005 : 15) le signale, il existe une «multiplication de séquences latérales et le sentiment d avancer en reculant». Les séquences latérales apparaissent lorsque des ajustements linguistiques et discursifs sont nécessaires pour le développement de l interaction. On observe alors un déplacement de l attention vers la forme des énoncés et un abandon temporaire de l objectif de communication. La dissymétrie des rôles et des relations entre les participants situe souvent l apprenant sur un terrain glissant car le danger de perdre la face le guette. Comme nous venons de le voir, l inégalité de maîtrise du code entraîne des positions non symétriques dans l interaction. Les apprenants ne sont pas en mesure de dialoguer sur un pied d égalité et doivent se contenter de l emploi de phrases toutes faites 98

5 L apprenant adulte face à la langue étrangère : quels défis à surmonter? apprises au hasard des dialogues exploités par l enseignant. La possibilité de négociation conversationnelle est presque toujours éloignée. Dans des situations de ce genre, on assiste souvent à un emploi furtif de la langue maternelle. Vécue souvent comme une interdiction, cette fuite vers un système connu et enraciné est pourtant une quête désespérée d authenticité, de communication et de défense de l image de soi Le poids des représentations sociales Par ailleurs, il faut envisager un autre aspect qui constitue un défi dans le cours de LE. Nous pensons spécifiquement aux représentations sociales qui tissent un réseau plus ou moins serré autour des participants et de l enseignement-apprentissage. Selon Porcher (1995) l échange pédagogique implique toujours un échange de représentions. Jodelet (1989 : 36) lui, affirme : «La représentation sociale est une forme de connaissance, socialement élaborée et partagée, ayant une visée pratique et concourant à la construction d une réalité commune à un ensemble social». On peut dire que les représentations tiennent du concept et de la perception. Elles se manifestent sous la forme d attitudes, d images ou d informations, éléments qui contribuent tous au modelage des conduites des sujets et à l orientation de la communication sociale. En effet, les représentations constituent des systèmes de codes, de valeurs et de principes qui orientent de façon positive ou négative l interprétation des pratiques d une communauté donnée. Ainsi, les représentations que les participants possèdent de la langue-culture cible, de ses locuteurs, de même que leur attitude par rapport à la langue de départ et à celle d arrivée marquent l apprentissage. L éventail de ces attitudes est large. Il y a ceux qui font preuve d une grande hostilité à l égard de l étranger avec lequel on partage la langue. Ils touchent souvent la xénophobie. Pour d autres, la xénophilie, forme d adhésion et de bienveillance envers l altérité, est telle qu on serait à la frontière d une forme maladive de fusion. Mais le monde représentationnel ne se limite pas uniquement à la vision des langues ou des locuteurs. Les conceptions que les apprenants se font de ce qui doit ou peut être enseigné, des chemins à parcourir pour atteindre les objectifs didactiques et même des ressources à utiliser dans un cours possèdent une incidence, plus ou moins grande selon les individus et les milieux, sur le processus d enseignement-apprentissage. L acquisition d une LE engage profondément le sujet qui s y livre. Son être émotionnel et social est ébranlé par des manières de percevoir la réalité différentes de celles qui lui sont familières et le regard qu il porte sur le monde est affecté par ses propres représentations. Démonter les images cristallisées n est pas tâche aisée car on doit associer désir et endurance pour réussir. 99

6 3. 3. L agencement des pôles cognitif, social et affectif Dans les recherches portant sur l explication des variations dans les rythmes et les formes du développement de l apprentissage, on cite traditionnellement des aspects correspondant à trois domaines différents: «le pôle cognitif, le pôle social et le pôle affectif» (Lambert, 1994 : 82). L agencement de ces trois pôles constitue un grand défi pour le sujet apprenant. Les facteurs cognitifs relèvent des aptitudes individuelles rattachées à la perception et à la discrimination auditive, à la mémorisation et enfin, à la capacité d induction. Quand on parle du pôle social, on fait allusion à l aspect relationnel des individus et à la sensibilité ou la tolérance au regard critique des autres. Ainsi, certains sujets s avèrent extrêmement sensibles à ce regard vécu comme une surveillance ou une critique et ils se replient dans le silence et l ostracisme. Cette attitude se reflète, en général, dans un répertoire discursif limité à ce qu ils connaissent très bien ou à un contrôle exacerbé de leurs productions langagières. Pour d autres, par contre, l altérité agit comme un moteur qui les pousse à prendre des risques dans leurs hypothèses, même si les moyens linguistiques qu ils possèdent sont très limités. La troisième zone d influence est le domaine affectif lié au désir et au besoin d apprendre pour des raisons scolaires, professionnelles ou bien d intégration dans un groupe. Les facteurs énumérés interagissent différemment selon les apprenants. Parfois c est l un qui prend le dessus alors que les autres agissent en sourdine, parfois la situation est inversée La gestion du système, de la norme et de la tâche Le dernier défi évoqué concerne les progrès dans l appropriation et dépend de la gestion que l apprenant effectue autour de trois notions : le système, la norme et la tâche (Py, 1993: 10). Par système, nous désignons l interlangue de l apprenant, c està-dire, un ensemble plus ou moins organisé et stable de connaissances linguistiques et discursives. Cela fait donc allusion à la capacité de l apprenant d arriver à une cohésion relative des éléments utilisés, à sa puissance référentielle, à son esprit d initiative pour introduire de nouveaux sujets ou pour en rejeter d autres, par exemple, comme l affirme Py (1993 : 11). C est aussi le système qui permet à l apprenant de créer des formes inédites [ ] ou d interpréter des énoncés qu il n avait encore jamais rencontrés (même si ces interprétations ne sont que des hypothèses approximatives et provisoires sur le sens). La norme, quant à elle, oriente le système de l interlangue par rapport à la langue cible (éventuellement vers la langue cible, mais pas nécessairement). Cette orientation est guidée par les formes officiellement prescrites et les usages qu en font les 100

7 L apprenant adulte face à la langue étrangère : quels défis à surmonter? interlocuteurs. Il s agit des pressions externes qui s exercent sur le système. On peut en citer deux types. D un côté, il y a la pression explicite des prescriptions métalinguistiques adressées à l alloglotte par l institution éducative à travers les enseignants ou encore par des locuteurs natifs qui assument le rôle d experts au sein d un contrat didactique implicite. À ce sujet, il est pertinent de rappeler la notion de «zone de tolérance» introduite par Py (1992). Il fait allusion à l espace variable compris entre la norme de l interlocuteur natif et le seuil à partir duquel l apprenant voit ses productions acceptées sans discussion (il n y a pas de reformulations, ni de thématisation). De l autre côté, il existe une pression implicite observable lorsque l apprenant sent que ses productions s écartent de celles des locuteurs natifs. Comment s en rend-il compte? Parce que l interlocuteur introduit une hétéro-reformulation ou bien parce qu il y a un malentendu. L alloglotte peut aussi percevoir des indications plus subtiles de l autre : une pointe d ironie, un commentaire moqueur, un cil qui se relève. Autant d indices presque imperceptibles mais qui dénoncent sans ambages une déviation normative qui déstabilise et angoisse le sujet. Enfin, nous devons considérer la notion de tâche. Il est d observation courante que les connaissances linguistiques et discursives du sujet se mobilisent dans le but d accomplir une tâche «dont la nature exacte n est pas indifférente au mode de cette mobilisation» (Py, 1993 : 13). Le concept de tâche est lié à «l efficacité communicative». Le message est-il bien passé? L objectif pragmatique est-il atteint? Les études des chercheurs montrent que certains sujets parviennent à réaliser leur but communicatif de façon adéquate même avec une très pauvre systématicité et des formes éloignées du système normatif. Le progrès est lié à l incorporation de moyens linguistiques pour effectuer de nouvelles tâches ou au perfectionnement des ressources linguistiques que le sujet réalise après avoir subi des expériences marquées par la frustration. 4. Quelques exemples Nous analyserons maintenant quelques exemples qui montrent les facteurs étudiés fonctionnant en réseau. Il est à noter que nous nous appuyons sur ce que les sujets disent. Il va de soi que dans le cas d une recherche, ce que les sujets décrivent doit être contrasté avec les actions de ces mêmes sujets. Il est possible d observer des distorsions entre le dire et le faire. Ainsi, quand on interroge les sujets sur les processus suivis pour faire une tâche didactique, ils déclarent qu ils font certaines activités. Pourtant, le professeur ou le chercheur constate qu il en est autrement. 101

8 4.1. La langue étrangère source de plaisir Sibony, psychanalyste contemporain, docteur en mathématiques et en philosophie est né au Maroc au sein d une famille juive. Il émigre à Paris à l âge de13 ans. Lorsqu il parle de ses origines, il signale : «Ayant un double ancrage originel (entre hébreu et arabe) le français fut ma langue tierce, de quoi franchir un peu l abîme ; il fut l esquif, le refuge et l esquive entre deux» (Sibony, 1991 : 44). Dans le même texte, il évoque son enfance : «Jouissances? Dans mon enfance j habitais près d un djamaa, avec une jolie mosquée ; j entendais les prières coraniques, j aimais leurs mélodies... j avais plaisir à entendre ces prières arabes comme si c était de l hébreu bizarrement prononcé». Plus loin, il raconte une visite faite à l Institut des Langues Orientales à Paris, où un érudit lisait la sourate d Abraham. Et soudain je sentis la même jouissance infantile qu autrefois : j entendais chacun de ces mots à partir de sa racine biblique, et les modulations que subissait cette racine avaient pour moi le charme neuf des modulations de voix pour jouer sur un mot connu, quelle que soit la langue Je tentai de faire partager cette sensation, plutôt joyeuse, d entre-deux langues, cette origine partagée mais l érudit ne l entendait pas de cette oreille. Il semblait horrifié comme par une profanation : ces mots pour lui étaient «premiers», «radicaux» par eux-mêmes, il n aimait pas les découvrir contaminés par d autres racines par un ailleurs qu il s employait à refouler (Sibony, op. cit. : 46). Dans les paroles de Sibony, le français étaye son bonheur. Le discours est tissé autour de termes tels que «jouissance(s)», répété deux fois, «plaisir», «charme», «sensation joyeuse» et «aimer». Si on s attarde sur le monde représentationnel, on peut observer que la langue française lui permet de surmonter la déchirure de vivre entre-deux langues. Il y a ainsi des images qui évoquent le départ et le voyage dans les mots «esquif» et «esquive». En outre, la notion de protection apparaît lorsque l on dit «refuge». On observe ainsi que pour Sibony, se situer de plein pied dans l entre-deux culturel et identitaire le gratifie profondément. Ce n est pas fréquent car pour certains, l initiation à la langue nouvelle est vécue comme le début de l abandon de la terre d origine, inaugurant un relâchement des liens de solidarité avec la culture mère. Notre apprenant, lui, ne redoute point la perte des anciennes attaches linguistiques et culturelles entrelacées maintenant aux nouvelles qu il est en train d incorporer. Il est également intéressant de noter qu en tant que sujet qui construit son répertoire linguistique et discursif, Sibony fait des observations métalinguistiques intéressantes lorsqu il compare les langues en contact. Il signale : «j avais plaisir à entendre ces prières arabes comme si c était de l hébreu bizarrement prononcé» ou «j entendais chacun de ces mots à partir de sa racine biblique» (Sibony, 1991 : 44-45). Ces considérations se rattachent aux facteurs du domaine cognitif évoqués par Lambert (1994) 102

9 L apprenant adulte face à la langue étrangère : quels défis à surmonter? quand elle se réfère aux aptitudes individuelles de perception auditive, de mémorisation et d induction. On pourrait dire que nous nous trouvons face à un apprenant à vocation plurilingue. En effet, il se plaît à comparer les langues pour chercher des aspects communs. En revanche, l érudit n a pas cette prédisposition. L étudiant prend la position discursive haute, position qu il a rarement en situation d apprentissage scolaire, et il juge son maître avec fermeté : «Je tentai de faire partager cette sensation, plutôt joyeuse, d entre-deux langues, cette origine partagée mais l érudit ne l entendait pas de cette oreille». Le savant est horrifié par les exercices comparatifs entre l hébreu et l arabe qu il perçoit comme un sacrilège. Dans le texte, les guillemets autour de «premiers» (les mots) et «radicaux» montrent la fine ironie de l auteur qui situe l apprenant et l expert dans des champs opposés. Pour le premier, les mots de langues différentes s imprègnent les uns des autres, possèdent des mélodies, nous donnent du plaisir. Pour le second, les mots d une langue sont des matrices rigides, imperméables aux influences. La fine plume de Sibony démontre que la pureté, dans le cas des langues, est une illusion. L idée de partage et d échange, bien que refoulée, est toujours là La langue étrangère source d angoisse Nous analyserons maintenant un texte dans lequel l auteur partage ses sentiments douloureux face à la langue étrangère. Il s agit de Nancy Huston, canadienne anglophone, habitant à Paris depuis L extrait choisi provient de Nord perdu (1999 : 31-33). Ce titre fait allusion au pays du nord abandonné, le Canada. Cependant, derrière cette première lecture, se cache un autre sens. En français, «perdre le nord» signifie être désorienté, troublé, affolé. D une certaine manière, le titre annonce déjà le chagrin de celle qui erre dans la grande ville parisienne, à la recherche de repères dans le domaine linguistique et culturel. ( ) quitter son pays et conduire le reste de son existence dans une culture et une langue jusque-là étrangères, c est accepter de s installer à tout jamais dans l imitation, le faire semblant, le théâtre. Dans le théâtre de l exil, on peut se «dénoncer» comme étranger par son apparence physique, sa façon de bouger, de manger, de s habiller, de réfléchir et de rire ( ). L étranger, donc, imite. Il s applique, s améliore, apprend à maîtriser de mieux en mieux la langue d adoption Subsiste quand même, presque toujours, en dépit de ses efforts acharnés, un rien. Une petite trace d accent. Un soupçon, c est le cas de le dire. Ou alors une mélodie, un phrasé atypiques une erreur de genre, une imperceptible maladresse dans l accord des verbes Et cela suffit. Les Français guettent ils sont tatillons, chatouilleux, terriblement sensibles à l endroit de leur langue c est comme si le masque glissait et vous voilà dénoncé! 103

10 Et l on saute dessus : non, mais vous avez dit «un baignoire», «la diapason»? «le guérison»? J ai bien entendu. Vous vous êtes trompé. Ah, c est que vous êtres un ALIEN! Vous venez d un autre pays et vous cherchez à nous le cacher. Huston (1999) : «Le masque» in Nord perdu. Le texte de Huston met en évidence, à la fois, deux genres de phénomènes. D une part, l importance accordée aux aspects sociaux et émotionnels de la communication, aspects que nous avons décrits à partir des études de Lambert (1994). D autre part, on observe le poids du pôle normatif cité par Py (1993). Les représentations négatives de l auteur sur les Français sont très fortes et quelque peu xénophobes. Il y a de la souffrance car «les efforts acharnés» du sujet étranger qui communique ne sont pas considérés. Un regard puissant et pénétrant scrute ses paroles pour relever les imperfections et les défaillances, au moins selon les représentations de la canadienne. Il est à noter que les termes et les adjectifs qui décrivent les erreurs linguistiques commises s inscrivent dans le paradigme du minimalisme. On dit ainsi : «un rien», «une petite trace d accent», «un soupçon», «une imperceptible maladresse». Au pôle opposé, les Français, munis d une loupe, grandissent à l infini ces vétilles. Ils bondissent sur la proie impuissante pour appliquer la pression normative sans ménagement. Le déséquilibre interactionnel est total. Les hétéro-reformulations qu ils introduisent dans les corrections de genre prouvent clairement que ces interlocuteurs exhibent leur pouvoir, leur savoir et, surtout, leur supériorité langagière. Le récit permet d observer qu aux yeux de l alloglotte, si nous rappelons la notion de «zone de tolérance» que nous avons commentée, la tolérance de ses interlocuteurs est nulle. La frustration du sujet apprenant est grande car l effort de communication est toujours ressenti comme déficitaire. N oublions pas, par ailleurs, que l apprentissage d une LE met en évidence le fossé qui existe entre les compétences linguistiques et culturelles en langue maternelle et celles de la nouvelle langue : le déséquilibre s avère considérable. De toute évidence, certains apprenants, tel le cas de Huston, réagissent mal face à cette régression temporaire de l enfant qui balbutie. «Il n y a rien de plus déstabilisant en soi et d embarrassant devant les autres, que de ne pouvoir s exprimer» (Defays et Deltour, 2006 : 20). C est exactement ce que la canadienne ajoute, un peu plus loin dans son texte : «on se sent bâillonné, réduit au silence. Tout à fait bête et impuissant!» Être privé de parole, c est perdre la face. En ce sens, Perrefort (2004 : 169) confirme que l insécurité linguistique conduit souvent la personne au repli et au silence. Pour certains sujets, un contrôle normatif exagéré les submerge dans une vague déferlante de nostalgie les rattachant au syndrome d Ulysse, c est-à-dire celui du voyageur hanté par le souvenir du pays natal. 104

11 L apprenant adulte face à la langue étrangère : quels défis à surmonter? 5. Conclusion Nous avons observé la complexité du processus d apprentissage qui, au-delà de la méthode et du professeur, exige de l apprenant des capacités imitatives, mémorielles, relationnelles ainsi que beaucoup de travail personnel. Nos réflexions ont porté, d un côté, sur certaines caractéristiques de l apprenant adulte, et de l autre, sur les facteurs qui ont une incidence dans l apprentissage. Nos relations avec les langues sont souvent complexes : désirées par certains, honnies par d autres. Cependant, dans la vie, une langue étrangère a une valeur per se mais surtout pour autre chose, les aspects culturels étant omniprésents. En effet, tout apprentissage s enracine dans les fonds culturels préexistants qui à leur tour sont reconfigurés par les nouvelles connaissances. Il s avère donc indispensable de bien connaître la configuration des capitaux culturels dont les représentations sociales font partie. Par ailleurs, l analyse des récits autobiographiques nous a montré que les comportements et les attitudes des sujets face aux langues sont variés. Ainsi, certains se plaisent à glisser dans les sons et les mots, même s ils les reproduisent mal et s ils comprennent peu de choses. À la lumière du texte de Sibony, on découvre sa grande jouissance lorsqu il construit son répertoire verbal en réunissant l arabe, l hébreu et le français qui s entrecroisent. Le cas d autres apprenants est diamétralement opposé. Pour des raisons souvent peu conscientes, d ordre psychologique ou socioculturel, ils ne désirent pas se rendre au plaisir de l altérité et du changement identitaire entraîné par l apprentissage d une LE. Ce serait le cas typifié par le récit de Huston. Le malaise ressenti à cause des dysfonctionnements linguistiques, de l incompréhension et de la sévérité des jugements normatifs froissent l alloglotte. L équilibre des relations interactives étant menacé, le sujet lésé se refugie dans le mutisme. Ainsi, les défis que l apprenant de langues doit surmonter en parcourant son chemin sont nombreux. Comme il a été signalé, ils relèvent du domaine cognitif, émotionnel et social. Chaque sujet pourra les maîtriser à des degrés divers, en fonction du poids de son histoire personnelle, du contexte et, enfin, de la tâche à accomplir. Peu d apprenants atteindront le sommet de la montagne si l image de la réussite en est la cime. Sans désespérer, l enseignant, fidèle à son rôle, sera attentif aux méandres symbolisant la complexité de l apprentissage ainsi qu aux activités didactiques proposées pour que chacun trouve chaussure à son pied. Bibliographie Calvet, L.-J Il était une fois 7000 langues. Paris : Fayard. Dabène, M La didactique du français : autonomie et interactivité. In : L hétérogénéité des apprenants, un défi pour la classe de français. Neuchâtel : Delachaux et Niestlé. 105

12 Dabène, L Repères sociolinguistiques pour l enseignement des langues. Paris : Hachette. Dahlet, P Investissements identitaires et éducation mixlingue. In : Ciências da linguagem e didática das línguas. San Pablo : Humanitas, FAPESP. Defays, J.-M. et Deltour, S Spécificités et paradoxe de l enseignement des langues étrangères dans le contexte scolaire : observation et formation. In : La classe de langue. Théories, méthodes et pratiques. Aix-en-Provence: Publication Université Provence. Houssaye, J Le triangle pédagogique. Berne: Peter Lang. Huston, N Nord perdu. Paris : Actes du Sud. Jodelet, D La representación social: fenómenos, concepto y teoría. In : El psicoanálisis, su imagen y su público. Buenos Aires : Huemul S. A. Lambert, M «Les profils d apprenants comme mode de description et d explication à la variabilité des apprentissages en langue étrangère». Aile 4, p Nuchèze, V Sous les discours, l interaction. Paris : L Harmattan. Perrefort, M La dynamique des pratiques linguistiques en situation de contact : le choix des langues. In : Voies vers le plurilinguisme. Besançon : Presses Universitaires de Franche-Comté. Porcher, L Le français langue étrangère. Paris : Hachette. Py, B «L apprenant et son territoire : système, norme et tâche». Aile, n 2, p Rabatel, A Déséquilibres interactionnels et cognitifs, postures énonciatives et co-construction des savoirs : co-énonciateurs, sur-énonciateurs et archi-énonciateurs». In : Interactions orales en contexte didactique. Lyon : Presses Universitaires de Lyon. Sibony, D Entre-deux : l origine en partage. Paris: Seuil. Véronique D «Quel profil d apprenant? Réflexions méthodologiques». Aile, n 4, p Véronique, D «Contact de langues, de cultures et didactique des langues étrangères». Actes du colloque international : Contact des langues et des discours. Le Caire : Centre français de culture et coopération. Revue du Gerflint. Éléments sous droits d'auteur. 106

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1 glossaire Les définitions succinctes, présentées dans ce glossaire, sont, en grande partie, tirées des chapitres du Manuel. Elles sont en harmonie avec les références relatives au Processus de Bologne.

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Le Cadre européen commun de référence pour les langues

Le Cadre européen commun de référence pour les langues Le Cadre européen commun de référence pour les langues Bibliographie Beacco J.-C. (2005) : Niveau A1 pour le français : un référentiel, Paris, Didier Beacco J.-C., Bouquet S., Porquier R. (2004) : Le niveau

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Enseigner par tâches complexes

Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique. 1. Pourquoi enseigner par

Plus en détail

Stages : Ateliers pratiques

Stages : Ateliers pratiques Stages : Ateliers pratiques ***** Pour nous contacter ou pour vous inscrire : Tel : 06 68 65 20 20 ou mail : dforcari@gmail.com Stages Automne/Hiver 2015/2016 1 - Savoir se relaxer, s entraîner au lâcher-prise

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Éveil au Langage et. Ouverture à la Diversité Linguistique. La fleur des langues

Éveil au Langage et. Ouverture à la Diversité Linguistique. La fleur des langues Éveil au Langage et Ouverture à la Diversité Linguistique La fleur des langues MODULE La fleur des langues, 11 pages ÉLODiL Mai 2006 Résumé de la situation d apprentissage et d évaluation : Au cours de

Plus en détail

BILAN ET POURSUITE DE LA FORMATION A L ECOUTE MAI 2012. Sommaire

BILAN ET POURSUITE DE LA FORMATION A L ECOUTE MAI 2012. Sommaire Sommaire Introduction :... 2 I- Déroulement... 2 II- Qu est-ce qui détermine la qualité d écoute?... 3 III- La reformulation... 3 Conclusion... 4 Bibliographie... 5 1 RECit considère «l écoute» comme une

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Développement langagier chez l enfant d âge préscolaire évoluant dans un milieu bilingue ou multilingue

Développement langagier chez l enfant d âge préscolaire évoluant dans un milieu bilingue ou multilingue Développement langagier chez l enfant d âge préscolaire évoluant dans un milieu bilingue ou multilingue Laurie-Ann Staniforth, M.P.O, membre OOAO Orthophoniste Programme Premiers Mots (Ottawa) Plan de

Plus en détail

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant. La dictée à l adulte Dessin d une expérimentation «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.» La dictée à l adulte Déjà préconisée dans les IO de 1995,

Plus en détail

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale Kigali 3rd EuroAfriCa-ICT Awareness Workshop Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale «cas de la RD CONGO» Par Benjamin MURHESA CIBALONZA IT Manager / Radio Maendemeo Bukavu DR Congo 1 Introduction

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011

Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011 Juliette Olivier, 1AI (Binôme : Tracy GESINI) Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011 I) Evolution de l auto-apprentissage sur l année Au début de l année, j ai eu du mal à quitter

Plus en détail

BORS EDIT TRADUCTION EN CLASSE DE LANGUE

BORS EDIT TRADUCTION EN CLASSE DE LANGUE BORS EDIT TRADUCTION EN CLASSE DE LANGUE Bien qu elle ait été bannie pendant longtemps de la pédagogie des langues, la traduction est cependant une activité que nous pratiquons tous naturellement. On traduit

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010

Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010 Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010 Rapporteur : A Santucci qui représentait FINE Belgique de par son mandat au sein de FINE Belgique «Relations Internationales» a eu un rôle

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION 2015

CATALOGUE FORMATION 2015 CATALOGUE FORMATION 2015 11/02/2015 Cabinet N. M. P. CONSEILS. Fondatrice & Dirigeante : Nathalie MONCLA 10 Avenue Georges POMPIDOU SIRET : 518 654 819 00011 31500 TOULOUSE APE : 7022z Tél : 06 78 98 78

Plus en détail

Laurent Puren est Maître de conférences en didactique du FLE/S à l Université de La

Laurent Puren est Maître de conférences en didactique du FLE/S à l Université de La Christian Ollivier est Maître de conférences en didactique du FLE/S à l Université de La Réunion et membre du laboratoire Langues, textes et Communication dans les espaces créolophones et francophones

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE?

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? PROGRAMMER LES APPRENTISSAGES Programmation # Progression Progression: division du savoir en petites unités réparties dans le temps: aller du simple au complexe.

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?»

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» UVA FOREZ Nathalie Monge Rodriguez 1 PLAN DE L INTERVENTION I. Communiquer :quelques rappels théoriques. II. De la communication à la relation.

Plus en détail

Stage RésoLP 2012. Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon

Stage RésoLP 2012. Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon Stage RésoLP 2012 Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon Celui qui acquiert les compétences définies par le programme à chaque niveau du cursus et dans chaque APSA :la «C.A.» avec son versant «moteur» et son

Plus en détail

Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public?

Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public? Master 1 FLE Evolution des courants méthodologiques 2007-2008 Session 2 Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public? Sarah Descombes N étudiant : 20731087

Plus en détail

La confiance joue un rôle prépondérant en économie ; c est un fait avéré et il n est point nécessaire de produire un recensement exhaustif pour s en convaincre. Une seule référence peut suffire : celle

Plus en détail

UE11 Phonétique appliquée

UE11 Phonétique appliquée UE11 Phonétique appliquée Christelle DODANE Permanence : mercredi de 11h15 à 12h15, H211 Tel. : 04-67-14-26-37 Courriel : christelle.dodane@univ-montp3.fr Bibliographie succinte 1. GUIMBRETIERE E., Phonétique

Plus en détail

BASI Programme d études (50 crédits ECTS) Langue et littérature anglaises. Plan d études / Février 2015

BASI Programme d études (50 crédits ECTS) Langue et littérature anglaises. Plan d études / Février 2015 Université de Fribourg Faculté des Lettres Département des langues et littératures Domaine Anglais en collaboration avec le Domaine du Plurilinguisme et didactique des langues étrangères BASI Programme

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

Acquisition et développement du langage

Acquisition et développement du langage Acquisition et développement du langage I- Introduction In utero le bébé grandit dans un bain sonore. Dès 5 mois de grossesse les bruits extérieurs lui parviennent. Le fœtus peut mémoriser des sons. La

Plus en détail

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition PRINCIPE II : COMPÉTENCE ET INTÉGRITÉ Les membres de l Ordre maintiennent leur compétence et intégrité dans l exercice de leur profession et se conforment aux normes de l Ordre énoncées dans le «Code de

Plus en détail

Mener des entretiens professionnels

Mener des entretiens professionnels Formations Mener des entretiens professionnels Durée :... 2,5 jours - 18 heures Personnel concerné :... tout responsable hiérarchique ayant à mener des entretiens d évaluation Méthode pédagogique :...

Plus en détail

Communiquer avec efficacité

Communiquer avec efficacité Communiquer avec efficacité Intégrer les processus d influence Les réactions de chacun, la capacité à intégrer, à analyser une situation, sont directement déterminées par le mode de raisonnement appris.

Plus en détail

LISTE DES CITATIONS SUR LA COMMUNICATION ORALE

LISTE DES CITATIONS SUR LA COMMUNICATION ORALE LISTE DES CITATIONS SUR LA COMMUNICATION ORALE 1. Choisir un point de vue sur le langage ne suffit pas pour tenir un discours didactique sur l oral; pour passer de l analyse de l oral à son enseignement,

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

Qu est-ce que le TCF?

Qu est-ce que le TCF? Qu est-ce que le TCF? Le Test de Connaissance du Français (TCF ) est un test de niveau linguistique en français, conçu à la demande du ministère de l Éducation nationale, de l Enseignement supérieur et

Plus en détail

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue en recherche qualitative Méthodologie de la recherche qualitative dans le domaine de la santé Séminaire 28 & 30 septembre 2015 (Besançon et Dijon)

Plus en détail

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE GÉNÉRALE MONOLOGUE SUIVI : décrire l'expérience MONOLOGUE SUIVI : argumenter

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Master domaine Sciences humaines et sociales, mention Sciences Du Langage, spécialité Didactique des langues et des cultures

Plus en détail

Evaluer la compétence en langue: C'estC'est quoi? C'est pourquoi? C'est comment? t quoi? C'est pourquoi? C'est?

Evaluer la compétence en langue: C'estC'est quoi? C'est pourquoi? C'est comment? t quoi? C'est pourquoi? C'est? Formation d enseignants Grenoble janvier 2011 Evaluer la compétence en langue: C'estC'est quoi? C'est pourquoi? C'est comment? t quoi? C'est pourquoi? C'est? Claire Bourguignon Maître de conférences HDR

Plus en détail

Fiche de conseils sur la communication orale

Fiche de conseils sur la communication orale Les gens Les partenariats Le savoir Compétences et emploi Bureau de l alphabétisation et des compétences essentielles Fiche de conseils sur la communication orale Le présent outil renferme des conseils

Plus en détail

Stage New Delhi octobre 2012

Stage New Delhi octobre 2012 Stage New Delhi octobre 2012 «L école du socle : donner du sens et des contenus à la continuité pédagogique» Enseignement de la langue française École : BO n 3-19 juin 2008 / BO n 1 du 5 janvier 2012 programmes

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

Développer la maîtrise du langage à l école maternelle

Développer la maîtrise du langage à l école maternelle Développer la maîtrise du langage à l école maternelle Agnès FLORIN Université de Nantes, Centre de Recherche en Education de Nantes (CREN EA2661) DDEC 56, 3 octobre 2012 Introduction Le langage ne commence

Plus en détail

Projet de recherche. Amener l apprenant à s exprimer naturellement afin de le rendre autonome dans sa vie en français.

Projet de recherche. Amener l apprenant à s exprimer naturellement afin de le rendre autonome dans sa vie en français. Projet de recherche Amener l apprenant à s exprimer naturellement afin de le rendre autonome dans sa vie en français. Réalisé lors du stage de formation au CIEP, Sèvres du 22 avril au 2 mai 2014 Par Roopa

Plus en détail

Rencontres Pédagogiques du Kansaï 2010 Hors-thèmes ENSEIGNER AVEC TV5

Rencontres Pédagogiques du Kansaï 2010 Hors-thèmes ENSEIGNER AVEC TV5 Hors-thèmes ENSEIGNER AVEC TV5 PELISSERO Christian Institut franco-japonais de Tokyo, formateur labellisé TV5 cpelissero@institut.jp D'abord, je voudrais remercier tous les participants à cet atelier.

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18)

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18) La Fête jusqu où? Niveau B1 Remarque : attention, les supports 1 et 2 ne sont pas dissociables et son à travailler de manière enchaînée. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années

Plus en détail

604-101-MQ Langue anglaise et communication. Pondération: 2-1-3 Préalable au cours : 604-TE2-SH 2,00 unités. Note préliminaire Objet de la discipline

604-101-MQ Langue anglaise et communication. Pondération: 2-1-3 Préalable au cours : 604-TE2-SH 2,00 unités. Note préliminaire Objet de la discipline Langue anglaise et communication Compétence 4SA1 Communiquer en anglais avec une certaine aisance. Pondération: 2-1-3 Préalable au cours : 604-TE2-SH 2,00 unités Objectif Énoncé de la compétence Standard

Plus en détail

Préparation Mentale appliquée à la performance sportive

Préparation Mentale appliquée à la performance sportive Préparation Mentale appliquée à la performance sportive Lamugnière Julien 38 avenue du Limousin 63100 Clermont-Ferrand 06-59-79-14-67 http://mentalup.free.fr La Préparation Mentale «Faire ce que l on sait

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Didactique des Langues: évolutions et modèles

Didactique des Langues: évolutions et modèles Didactique des Langues: évolutions et modèles Mohammed Melouk Faculté des Sciences de l Education Université Mohammed V-Souissi m.melouk@um5s.ac.ma Plan Introduction L univers de la didactique des langues

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom :

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom : 1. Projet de lecture Médias : La pub Français 20-2 Cahier de l élève Nom : La pub DESCRIPTION DU PROJET Tu vas lire des annonces publicitaires pour être en mesure de discuter des moyens utilisés par les

Plus en détail

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature au cycle 3 Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature et programme 2008 SOCLE COMMUN Compétence 1 : Maîtrise de la langue française lire seul des textes du patrimoine

Plus en détail

Études sociales M-3. Guide de mise en œuvre. Francophone

Études sociales M-3. Guide de mise en œuvre. Francophone Études sociales M-3 Guide de mise en œuvre Francophone Version provisoire 2005 Remarque. Dans cette publication, les termes de genre masculin utilisés pour désigner des personnes englobent à la fois les

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EDUCATEUR:

Plus en détail

L expérimentation du Tandem-Tutoré dans le cours de langue de Regio Chimica

L expérimentation du Tandem-Tutoré dans le cours de langue de Regio Chimica Apprentissage des langues par tandem-tutoré à l UHA Andreas Gröger Coordinateur du Pôle Langues T. : 03 89 33 61 32 andreas.groeger@uha.fr Sommaire 1. Origines de la pédagogie Tandem...1 2. Introduction

Plus en détail

Cours de langue vivante : objectifs linguistiques

Cours de langue vivante : objectifs linguistiques I.E.P. TOULOUSE Cours de langue vivante : objectifs linguistiques ANGLAIS 1A, 2A, 4A & 5A E. DI PAOLANTONIO 01/11/2015 Cadre européen commun de référence pour les langues - grille d'autoévaluation - «Le

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER

LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER EFFICACEMENT améliorer sa communication avec son entourage professionnel et/ou personnel Objectifs Développer son aisance relationnelle S adapter à ses s Faire preuve

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Partir un an à l étranger Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Stéphanie Bara, Isabelle

Plus en détail

OUTIL D AIDE A l ELABORATION D UNE FORMATION PEDAGOGIQUE

OUTIL D AIDE A l ELABORATION D UNE FORMATION PEDAGOGIQUE OUTIL D AIDE A l ELABORATION D UNE FORMATION PEDAGOGIQUE Construire une formation pédagogique c est : Considérer L origine. Le public ciblé La forme Les objectifs Le rôle du formateur L andragogie Choisir

Plus en détail

Institut Jean-Pierre Lallemand

Institut Jean-Pierre Lallemand Institut Jean-Pierre Lallemand Théorie de la communication Chapitre 6 PNL (2 e partie) (30 périodes) Bachelier Educateur spécialisé Niveau I Approche conceptuelle I Année académique 2011-2012 Cours de

Plus en détail

PROGRAMME DE L ECOLE MATERNELLE L école maternelle : un cycle unique fondamental pour la réussite de tous

PROGRAMME DE L ECOLE MATERNELLE L école maternelle : un cycle unique fondamental pour la réussite de tous POURQUOI? COMMENT? comparatif 2008/2015 PROGRAMME DE L ECOLE MATERNELLE L école maternelle : un cycle unique fondamental pour la réussite de tous Explorer le monde du vivant, des objets et de la matière

Plus en détail

ÊTRE ACTEUR DE LA. Développer ses compétences clés pour être acteur de la relation client. Communiquer avec les clients, les usagers.

ÊTRE ACTEUR DE LA. Développer ses compétences clés pour être acteur de la relation client. Communiquer avec les clients, les usagers. ÊTRE ACTEUR DE LA relation client Développer ses compétences clés pour être acteur de la relation client Module A 20 heures Communiquer avec les clients, les usagers Contexte et finalité de la formation

Plus en détail

10 UN ENFANT À DÉCOUVRIR

10 UN ENFANT À DÉCOUVRIR TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...13 CHAPITRE 1: MON ENFANT EST DIFFÉRENT DES AUTRES...19 Devenir parents...21 Devenir les parents d un enfant avec une déficience... 23 Réactions à cette situation...24

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

Socles de compétences

Socles de compétences Ministère de la Communauté française Administration générale de l Enseignement et de la Recherche scientifique Enseignement fondamental et premier degré de l Enseignement secondaire D/2004/9208/13 D/2010/9208/50

Plus en détail

Langue, culture et société

Langue, culture et société UNIVERSITÉ DE FRANCHE-COMTÉ Formation d été de professeurs et de formateurs de FLE Langue, culture et société Actualiser votre compétence en communication et votre connaissance de la culture et de la société

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps)

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps) PREMIÈRE SECTION Sensibilisation à la démarche d apprentissage La préparation (1 er temps) Motivation à l apprentissage Activation des connaissances antérieures Exploration de l objet d apprentissage La

Plus en détail

COMMENT ENSEIGNER LE LANGAGE ORAL À L ÉCOLE MATERNELLE? EN PARTICULIER LE VOCABULAIRE

COMMENT ENSEIGNER LE LANGAGE ORAL À L ÉCOLE MATERNELLE? EN PARTICULIER LE VOCABULAIRE COMMENT ENSEIGNER LE LANGAGE ORAL À L ÉCOLE MATERNELLE? EN PARTICULIER LE VOCABULAIRE I. RETOUR SUR LA CONFÉRENCE DE VIVIANE BOUYSSE (le 11 février à Montfort) I.I LANGUE ET LANGAGE À L ÉCOLE 1) Distinguer

Plus en détail

Enseigner en UPE2A : UPE2A. Qu en. est-il de ma pratique une année après réflexion? Saulge TATY, enseignant

Enseigner en UPE2A : UPE2A. Qu en. est-il de ma pratique une année après réflexion? Saulge TATY, enseignant Enseigner en UPE2A : Qu en est-il de ma pratique une année après réflexion? Saulge TATY, enseignant UPE2A Enseigner en UPE2A : Plan! UPE2A! Mon travail de recherche! Un an après? UPE2A : Définitions! Unité

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

Aider les enseignants en formation à établir un plan d action

Aider les enseignants en formation à établir un plan d action Aider les enseignants en formation à établir un plan d action La préparation TESSA devrait toujours permettre aux enseignants en formation de faire l expérience des activités TESSA d'une manière pratique

Plus en détail

Comment utiliser la vidéo en classe

Comment utiliser la vidéo en classe Comment utiliser la vidéo en classe Aujourd hui, les étudiants sont toujours «branchés» au web et aux médias sociaux, et c est afin de susciter leur intérêt que les enseignants ont recours à la technologie

Plus en détail

Niveau linguistique Berlitz 1 Niveau A1 du CECRL

Niveau linguistique Berlitz 1 Niveau A1 du CECRL Niveau linguistique Berlitz 1 Niveau A1 du CECRL Vous pouvez comprendre et utiliser des expressions courantes familières et des phrases simples. Vous êtes capable de vous présenter et de poser à vos interlocuteurs

Plus en détail

Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl)

Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl) Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl) Introduction Plan Introduction Définition de la PNL Que veut dire la programmation neuro

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail