édition e 3 Laval découvrir cher Mar 3e ÉDITION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "édition e 3 Laval découvrir cher Mar 3e ÉDITION"

Transcription

1 3 e ÉDITION

2 NOTE AUX LECTEURS Le contenu de cet ouvrage est le fruit d un long travail de recherche, de mise à jour, de révision et de correction. Malgré toute l attention apportée, si des erreurs s étaient glissées, le lecteur est invité à communiquer avec le Service de la culture, des loisirs et de la vie communautaire ; les futures éditions pourraient en tenir compte.

3

4 TABLE DES MATIÈRES Mot du maire de Ville de Laval, M. Gilles Vaillancourt...3 Mot de la Direction de santé publique de Laval, Dr Nicole Damestoy...3 Mot de la Direction du Service de la vie communautaire, de la culture et des communications de Ville de Laval, M. Paul Lemay...4 Les «commencements» de Ville de Laval...5 Secteur 1 : Historique des unités communautaires et parcours de marche proposés Saint-François / Duvernay-Est...7 Saint-Vincent-de-Paul...15 Duvernay / Val-des-Brises...24 Secteur 2 : Historique des unités communautaires et parcours de marche proposés Pont-Viau...29 Laval-des-Rapides Est...35 Laval-des-Rapides Ouest...41 Renaud-Coursol...45 Secteur 3 : Historique des unités communautaires et parcours de marche proposés Chomedey-Est...51 Chomedey-Sud...54 Chomedey-Ouest...61 Chomedey-Nord...64

5 Secteur 4 : Historique des unités communautaires et parcours de marche proposés Sainte-Dorothée...73 Laval / Les Îles...80 Laval-Ouest...84 Fabreville-Ouest...88 Secteur 5 : Historique des unités communautaires et parcours de marche proposés Fabreville-Est...91 Sainte-Rose...94 Secteur 6 : Historique des unités communautaires et parcours de marche proposés Auteuil Saint-Bruno Vimont «L achèvement» : la création de Ville de Laval Les parcs accessibles aux marcheurs Le Bois Papineau Le Centre de la nature L Orée-des-Bois Le Parc de la Rivière-des-Mille-Iles Le Parc des Prairies Le Parc scientifique et de haute technologie Glossaire Références Carte géographique présentant les 33 parcours de marche de «Marcher et découvrir Laval» Répertoire 2008 des clubs de marche de Laval...135

6 Ville de Laval Le guide Marcher et découvrir Laval est de retour. Cette nouvelle édition vous dévoile 33 parcours qui sillonnent tout notre territoire. Ici, prendre possession de sa ville n est plus seulement un concept mais une action tangible. Les résidants de Laval s ouvrent à la découverte de la richesse culturelle et patrimoniale qui les entoure et sauront en profiter. Vous avez déjà été nombreux à utiliser cet outil unique. J invite donc tous ces «habitués» à réitérer l expérience. À ceux qui ne l ont pas encore vécue, je lance ce défi stimulant. À vous tous, ce document est à portée de votre main. Il ne vous reste que quelques pas à franchir pour concrétiser la chose. Gilles Vaillancourt Maire Direction de santé publique de Laval C est avec grand plaisir que la Direction de santé publique de Laval s associe à Ville de Laval et à la Conférence régionale des élus de Laval pour la diffusion de ce guide de marche à Laval. Cette 3e édition jumelle à merveille les attraits de la région avec la promotion de l activité physique par le biais de la marche. Ce guide est un exemple de notre orientation quant à la promotion de saines habitudes de vie qui se réalisera dans le cadre du Programme : 0 Fumée dans l environnement 5 Fruits et légumes par jour 30 minutes d activités physiques par jour. Nous souhaitons que la population de Laval découvre comme il est simple et naturel de faire, à tous les jours, un choix santé, surtout lorsqu il est associé au plaisir. Dre Nicole Damestoy Directrice 3

7 Service de la vie communautaire, de la culture et des communications, Ville de Laval L Histoire nous entoure, la Culture nous fascine, la Nature nous ravit. Et la santé nous permet de profiter longtemps de toutes ces facettes de la vie. À titre de directeur du Service de la vie communautaire, de la culture et des communications, je ne peux qu être ravi à mon tour que le guide Marcher et découvrir Laval réunisse tous ces éléments. En effet, ce projet correspond parfaitement à notre désir d offrir des services municipaux qui rejoignent directement le citoyen et lui permettent de s épanouir. Il favorise également l accroissement du sentiment d appartenance des Lavallois envers leur milieu de vie. Une activité physique, quelle qu elle soit, représente déjà une action significative. Elle prend ainsi une plus-value puisqu elle constitue aussi une prise de conscience de son environnement. Stimulés par ces découvertes, nous n en deviendrons que de meilleurs ambassadeurs de notre Ville et chercherons à en dévoiler les richesses à plus d un. Dès sa première édition, ce document fut le fruit d une collaboration entre l ancienne Régie régionale de la santé et des services sociaux de Laval (actuelle Agence de la santé et des services sociaux de Laval) et Ville de Laval. Il en va de même pour cette nouvelle mouture. J en profite pour remercier tous ceux qui continuent de nous offrir leur soutien afin de maintenir les renseignements de Marcher et découvrir Laval à jour que ce soit, la Direction de santé publique de Laval, le service de l urbanisme et celui des communications de Ville de Laval. Enfin, nous ne pouvons passer sous silence la contribution bénévole exceptionnelle, à titre d auteure principale, de madame Élise Chartrand. Avec enthousiasme, elle a sillonné plus d une fois les rues de nos quartiers dans le but de faire bénéficier les concitoyens des trésors à y découvrir. Au fil des ans, son engouement a trouvé écho chez plusieurs marcheurs. Le mouvement est déjà lancé. Que cette nouvelle édition fasse en sorte que nous gardions la cadence afin de créer une heureuse contagion dans la population! Paul Lemay Directeur 4

8 L histoire de ce qui allait devenir la ville de Laval débute le 15 janvier 1636 lorsque, par résolution, la Compagnie de la Nouvelle- France accorde aux Jésuites, l île «qui sera appelée De Jésus». Dans sa relation de 1637, le père Paul Le Jeune, sans doute pour plaire au nouveau gouverneur Charles Huault de Montmagny, la nomme «isle de Montmagny». N ayant pu satisfaire aux exigences d une ordonnance du 26 juillet 1667, les Jésuites renonçaient, le 7 novembre 1672, à cette possession en faveur de François Berthelot, conseiller du roi, qui ne vint jamais au pays et qui transmit l île à Mgr de Laval, en 1675, en échange de l île d Orléans. Dès 1680, Mgr de Laval faisait don de ses biens au Séminaire de Québec, qui devint ainsi le quatrième et dernier seigneur de l Île Jésus. Cette histoire est marquée par une série de démembrements, de détachements, d annexions et de fusions de municipalités de paroisses, de villages, de villes et de cités ainsi que de changements de statuts et de noms. Elle peut être divisée en quatre grandes périodes : de 1636 à 1760 : début de la colonisation de l île et fondation des premières paroisses ; de 1760 à 1900 : développement de l île vers l ouest ; de 1900 à 1950 : morcellement des paroisses et formation de nouvelles municipalités ; de 1950 à 1965 : fusionnement de villes et création de la ville de Laval. C est cette histoire que nous vous proposons de découvrir en marchant. Début des parcours Repère géographique Fin des parcours 5

9 SECTEUR 1 Le secteur 1 est situé à la pointe est de l Île Jésus, au confluent de la rivière des Mille Îles et de la rivière des Prairies, et il s étend à l ouest jusqu à l autoroute 19 et le boulevard Sainte-Marie. Il comprend trois unités communautaires : Saint-François/Duvernay-Est Saint-Vincent-de-Paul Duvernay/Val-des-Brises L UNITÉ COMMUNAUTAIRE SAINT-FRANÇOIS/DUVERNAY-EST L unité communautaire Saint-François/Duvermay-Est se déploie sur toute la pointe est de l Île Jésus et ses limites ouest sont limitrophes de deux unités communautaires : Saint-Vincent-de-Paul et Auteuil. C est la plus étendue des unités communautaires. On peut y accéder par l autoroute 25 Nord, sortie 20 Est, boulevard des Mille-Îles. HISTORIQUE Saint-François-de-Sales, première paroisse de l Île Jésus, est érigée canoniquement en 1721 et civilement en 1722, marquant ainsi le début de l organisation religieuse et civile de l île. Malgré l inauguration d une chapelle en 1685 et la construction, en 1706, d une église de pierre sur la pointe est, du côté sud du domaine seigneurial, les paroissiens sont toujours desservis par le curé de Lachenaie. Ils attendront jusqu en 1721 l érection canonique de la paroisse Saint-François-de-Sales, qui bénéficie alors d une cure fixe. Entre-temps, l église est incendiée en 1709 puis en 1721 ; elle sera démolie en C est à cette date que l exercice du culte sera interrompu, compte tenu du nombre 7

10 SECTEUR 1 restreint de paroissiens ; il sera rétabli en En 1847, commence, au nord de l île, la construction d une nouvelle église sur un terrain cédé par le Séminaire de Québec sur le site de l église actuelle. En 1855, Saint-François-de-Sales devient municipalité de paroisse en même temps que trois autres paroisses de l île. Durant tout le XIX e siècle, l économie de la municipalité sera tributaire de l agriculture ; une centaine de tailleurs de pierre travaillent également dans ses carrières. Un pont en bois et à péage, construit par Joseph Masson, seigneur de Terrebonne et marchand prospère de Montréal, vient relier Saint-François-de-Sales à Terrebonne vers Actuellement connu sous le nom de pont de Terrebonne, il portait le nom de Préfontaine-Prévost au début du siècle. En 1958, Saint-François-de-Sales obtient le statut de ville. PARCOURS Deux parcours sont proposés pour la découverte de cette unité communautaire : le premier permet d explorer le patrimoine architectural que constitue la place publique et, tout en longeant la rivière, d admirer certaines maisons ancestrales. On peut atteindre la place publique par l autoroute A-25, sortie 20 Est, boulevard des Mille-Îles. Le second parcours se situe dans la partie sud de l unité communautaire, à la croisée du boulevard Lévesque et de la montée du Moulin. PARCOURS 1 : 5,8 km Début du parcours : le parvis de l église 8

11 Boulevard des Mille-Îles Église Saint-François-de-Sales Seconde église de Saint-François-de-Sales, construite en 1847 et terminée en 1851, cette église est située sur le côté sud du chemin du Roi, actuellement le boulevard des Mille- Îles. La paroisse Saint-François-de-Sales est la plus ancienne paroisse de l Île Jésus. Mgr Ignace Bourget en autorise l implantation à la suite d une requête des paroissiens, qui se plaignaient du droit de péage sur le pont de Terrebonne et des dangers de la traverse par bateau lors d orages et de grands vents. À partir de 1807, en effet, les paroissiens devaient se rendre à Terrebonne, à Lachenaie ou à Rivièredes-Prairies pour les offices religieux. SECTEUR 1 Église Saint-François-de-Sales Les murs de l église sont faits de pierre à moellons* et la façade de pierre de taille*. Les vitraux datent de 1917, l orgue Casavant de 1918 et les lanternes de la nef, de La décoration de l église actuelle date de l968. Des artistes y ont laissé leurs œuvres : Toussaint-X. Renaud, à qui l on doit l ornementation et les vitraux ; Philippe Liébert qui a sculpté en 1820 l autel, tombeau à la romaine, de style Louis XV ; le corpus du crucifix, en chêne, sculpté en 1929 par J.-Olindo 9

12 SECTEUR 1 Gratton et provenant d une église de Montréal démolie ; les colonnes en imitation de marbre, fabriquées par Louis Métivier, en Le cimetière s étend à l arrière de l église et du presbytère. 7070, boulevard des Mille-Îles Presbytère de la paroisse Saint-François-de-Sales Le presbytère, en retrait derrière l église, occupe ce site depuis 1846 ; il est construit en pierre de taille*. Le second étage a été ajouté au début du XX e siècle et la galerie en façade date de l932. À l arrière du presbytère, une salle communautaire, construite en 1917, a été rénovée en , boulevard des Mille-Îles Maison Gingras Maison de type «unifamilial». Sa façade est tournée vers la place de l église et orientée vers l est. La terre, sur laquelle elle est construite, est concédée dès 1701 à Jean-Baptiste Leclerc, vendue à Simon-Augustin Cardinal en l833, puis à Louis Gingras, procureur de la seigneurie de l Île Jésus. C est ce prêtre du Séminaire de Québec qui planifie la formation d un noyau de villageois et décide de l emplacement de l église, du presbytère, du cimetière et de quelques maisons. 7060, boulevard des Mille-Îles Maison Villeneuve Maison de type «unifamilial». Sa façade est tournée vers la place de l église. Elle est construite vers 1850 par Fabien Villeneuve, commerçant, qui la vend au cordonnier Antoine Crépeau. Le nouveau recouvrement a fait perdre à cette maison son aspect patrimonial. Depuis l995, elle est devenue une résidence d accueil pour personnes âgées. Centre communautaire Boileau Ce bâtiment était une école dirigée, à partir de l952, par les sœurs des Saints-Cœurs de Jésus et de Marie arrivées dans la paroisse en Situé à proximité de l église, il est devenu, depuis 1979, le centre communautaire Boileau ; l école primaire actuelle est située sur la rue Paré. 7010, boulevard des Mille-Îles Habitation du début du XX e siècle, qui abritait autrefois le bureau de poste. 6780, boulevard des Mille-Îles Maison de type «nord-américain», au toit à pignon* central 10

13 des années Toiture à deux versants* avec des lucarnes. Les cheminées sont intégrées aux pignons* des murs latéraux et les larmiers* de la toiture sont droits. 6637, boulevard des Mille-Îles Maison de type «première maison à plan unitaire», avec cuisine d été ou dépendance, construite aux XVII e, XVIII e siècles et début du XX e siècle ; elle possède un toit à deux versants* avec une pente de 40, 45, une seule porte et une seule fenêtre. La façade et les murs sont en pierre. SECTEUR , boulevard des Mille-Îles Maison de type «petite mansarde» à quatre versants*, datant de la fin du XIX e siècle, début du XX e siècle. 6526, boulevard des Mille-Îles Petite maison de type «habitation d inspiration française» du début du XIX e siècle. Elle possède un toit à deux versants* avec une pente de 45, dont les larmiers* sont légèrement galbés*. La cheminée simple est intégrée au pignon* du mur central. Les murs latéraux sont en pierre de même que la façade qui est sans ornementation. 6390, boulevard des Mille-Îles Maison de type «habitation vernaculaire américaine» des années Le toit, avec une pente à 30, 45, possède des larmiers* sans galbe*. La cheminée simple est intégrée au mur-pignon*. 6340, boulevard des Mille-Îles Maison de type «mansarde* monumentale» du XVIII e siècle, aux portes jumelées qui sont sur le mur-pignon*, ce qui est assez rare. Le toit à deux versants* est percé de lucarnes et les cheminées doubles sont intégrées au mur-pignon* ; la façade et les murs sont en enduit*. TRAVERSER LE BOULEVARD De là, on peut voir au loin le vieux Terrebonne et à l ouest, l île du Moulin reliée à Terrebonne par un petit pont, et l île Saint-Jean, reliée à la ville de Laval par le pont Mathieu, en Face à l île Saint-Jean se trouvait, vers 1850, le moulin Turgeon surnommé plus tard le «moulin des Juifs». Il fut démoli en

14 SECTEUR 1 REPRENDRE LA ROUTE VERS L ÉGLISE (3,3 km) DE RETOUR À L ÉGLISE, REPARTIR VERS L EST POUR PROLONGER LA PROMENADE 7190, boulevard des Mille-Îles Maison de type «québécois» des années Le toit est à deux versants* avec des larmiers* galbés* et deux petites lucarnes ; les cheminées sont intégrées aux pignons*. Les portes et les fenêtres sont disposées de façon parfaitement symétrique, ce qui est une caractéristique des maisons québécoises. 7300, boulevard des Mille-Îles Maison de type «habitation d inspiration française» du XVIII e siècle et début XIX e siècle. Le toit est à deux versants* en tôle à baguettes et percé de lucarnes. Les cheminées sont intégrées aux murs-pignons* et l entrée est hors centre. 7370, boulevard des Mille-Îles Maison de type «petite mansarde», à deux brisis*, de la fin du XIX e siècle et début du XX e siècle. La cheminée est intégrée au mur-pignon*. 7570, boulevard des Mille-Îles Maison de type «habitation d inspiration française» des XVII e, XVIII e siècles et début du XX e siècle. Cette maison a appartenu à trois générations de Forget. 7630, boulevard des Mille-Îles Maison de type «habitation d inspiration française» de la fin du XVIII e, début du XIX e siècle. Le toit est à deux versants* avec une pente de 45 et les larmiers* sont légèrement galbés*. La façade et les murs latéraux sont en pierre ; ils sont retenus par des esses* en forme de croix. L entrée est nettement décentrée. LE PARCOURS PEUT SE TERMINER PAR LE RETOUR VERS L ÉGLISE : 2,5 km OU SE POURSUIVRE JUSQU À LA MAISON THERRIEN, CLASSÉE MONUMENT HISTORIQUE (Ce parcours peut être long à marcher) 12

15 9770, boulevard des Mille-Îles Maison Therrien «Cette maison appartient au type architectural de la maison rurale du XVIII e siècle. C est sur la foi de la photographie ancienne qui montre la maison avant qu elle n ait été enduite d un crépi* avec faux joints, en 1934, et après une visite des lieux que l on constate que la maison n a été modifiée qu en apparence à cette époque. Sur la liste des monuments classés du Québec, la maison Therrien fait partie des structures qui méritent la mention «potentiel à explorer». La recherche historique qui est à faire, tout comme la restauration du bâtiment, révélerait plusieurs renseignements sur son âge, ses occupants et sa place dans une histoire de l architecture.» (Tiré des notes de Luc Noppen, historien de l architecture.) SECTEUR 1 FIN DU PARCOURS PARCOURS 2 : 3,5 km Début du parcours : le stationnement de la berge du Vieux Moulin La berge du Vieux-Moulin En face de la berge, de l autre côté de la rivière des Prairies, se situe la paroisse Saint-Joseph-de-la-Rivière-des-Prairies, l une des paroisses où devaient se rendre les paroissiens pour les offices religieux, lorsque l exercice du culte a été suspendu, et la première église de Saint-François-de-Sales démolie. En quittant l aire de repos, à l angle du boulevard Lévesque et de la montée du Moulin, on peut voir le calvaire érigé par la famille Paradis, en La croix commémorative de la 13

16 SECTEUR 1 première église est située à l extrémité de l île, au 10550, boulevard Lévesque ; elle a été érigée en 1950 par la fabrique de la paroisse Saint-François-de-Sales pour remplacer la croix de 1847, élevée sur le site de l ancienne église. L église de 1706, construite en pierre, se trouvait en effet, sur la pointe nord-est de l île, du côté sud du domaine seigneurial. Les croix de chemin, ou calvaires, encore nombreuses sur le territoire de l Île Jésus, étaient construites par le curé d une paroisse ou par les paroissiens eux-mêmes, pour favoriser la pratique religieuse ; le pasteur venait y rencontrer ses ouailles et prier avec elles. EMPRUNTER LE BOULEVARD LÉVESQUE, VERS L OUEST 8230, boulevard Lévesque Est Croix de chemin Paquette Cette croix, érigée sur la terre de la famille Gravel et déplacée à plusieurs reprises, a été restaurée en 1991 grâce à monsieur et à madame Paquette-Beaulne. REPRENDRE LE BOULEVARD LÉVESQUE VERS L EST 8555, boulevard Lévesque Est Centre communautaire Saint-Noël-Chabanel EMPRUNTER LA MONTÉE DU MOULIN 455, montée du Moulin Ancien site de la bibliothèque publique Marius-Barbeau, du réseau des bibliothèques de la ville de Laval, créée en Depuis 1998, le bâtiment loge le Centre Défi Jeunesse de Saint-François, lieu de rencontre animé pour les jeunes. La bibliothèque a été relocalisée au 1245, montée du Moulin. 8560, rue de l Église Église et presbytère de la paroisse Saint-Noël-Chabanel Cette paroisse, créée en 1956, est un détachement de la paroisse Saint-François-de-Sales et la 17 e paroisse de l Île Jésus. FIN DU PARCOURS 14

17 L UNITÉ COMMUNAUTAIRE SAINT-VINCENT- DE-PAUL L unité communautaire Saint-Vincent-de-Paul est située à l est de l autoroute 25, en bordure de la rivière des Prairies. On peut y accéder par les boulevards de la Concorde et Lévesque en direction est. SECTEUR 1 HISTORIQUE Le 16 mars 1740, pour répondre à une requête des censitaires de la côte nord, l intendant Gilles Hocquart décrète l érection civile des paroisses de Sainte-Rose-de-Lima et de Saint-Vincent-de-Paul, même si les censitaires de la côte sud ne se plaignent pas de l éloignement de l église Saint-François-de-Sales et ne font pas partie de la requête. Ils se ravisent cependant et, dès l arrivée du nouvel évêque, Mgr de Pontbriand, s adressent à lui, en janvier 1743, pour obtenir l érection de la paroisse Saint-Vincent-de-Paul. Celuici émet le décret d érection canonique de cette paroisse, qui devient la troisième paroisse religieuse de l Île Jésus, le 4 février de la même année. La construction de ponts sur les rivières des Prairies et des Mille îles durant les années 1850 facilite l accroissement de la population de la paroisse de Saint-Vincent-de-Paul. L abolition du régime seigneurial, en 1854, favorise l avènement de gouvernements locaux et l aménagement de type urbain sur tout le territoire. C est ainsi qu en juillet 1855, à la suite de l entrée en vigueur de l Acte des municipalités et des chemins du Bas-Canada, qui instaure les municipalités de paroisses suivant les limites des paroisses religieuses et civiles existantes, naissent dans l Île Jésus, plusieurs municipalités de paroisses, dont celle de Saint-Vincent-de-Paul. À trois reprises, la municipalité de paroisse de Saint-Vincentde-Paul subira des détachements, permettant ainsi la création d autres municipalités de paroisses : le premier en 1904, pour former la municipalité de Saint-Elzéar ; le second en 1926, lorsque l on procède à l incorporation de la municipalité de Pont-Viau, détachée de la paroisse Saint- Vincent-de-Paul ; le troisième, enfin, en 1952, lorsque la partie sud de la paroisse se détache pour former la ville de Saint-Vincent-de-Paul, alors que le territoire restant devient la ville de Duvernay, en

18 SECTEUR 1 PARCOURS : 6 km Trois boucles forment le circuit de marche historique de l unité communautaire, qui se situe entre les rues Desnoyers et la montée Masson : une partie du vieux village, le secteur du pénitencier et le bord de la rivière des Prairies. Début du parcours : le parvis de l église Avant d entreprendre le parcours, il faut admirer le paysage qui s offre à nos yeux : au loin, à l ouest, le Sault-au-Récollet où jadis une traverse reliait les deux rives ; à droite, en bordure du boulevard Lévesque, le village ; en face, le centre Fernand-Larocque, autrefois couvent de la Providence ; vers l arrière, le pénitencier et, à gauche, le boulevard Lévesque menant à l unité communautaire Saint-François/Duvernay-Est. Église Saint-Vincent-de-Paul L église Saint-Vincent-de-Paul, seconde de la paroisse, est construite à partir de 1854 avec l autorisation de Mgr Bourget, au nord du boulevard Lévesque ; elle est érigée sur un terrain appartenant à Amélia Merckell, docteure, au notaire Jean-Baptiste Constantin et à Marie-Christine Constantin, première maîtresse d école, tous généreux donateurs ; une partie de l ancien cimetière est aussi utilisée pour sa construction. L artisan de ce magnifique bâtiment est l architecte Victor Bourgeau. Elle est construite avec le bois et les matériaux de la première église ; la façade est en pierre de taille* et les murs latéraux en pierre à moellons*. 16

19 L intérieur est de style roman ; deux résidents de Saint- Vincent-de-Paul y ont laissé leur marque : Joseph Chartrand, à qui l on doit les ouvrages de menuiserie de la sacristie, et Louis-Amable Quevillon, sculpteur, qui a laissé le chandelier pascal. Deux bas-reliefs, vestiges de l église de 1744, sont placés au-dessus de l autel latéral, du côté droit. L orgue actuel date de L église possède trois cloches bénites en 1890 et électrifiées en L église est modernisée entre 1957 et 1965, en vue de répondre aux exigences du renouveau liturgique tandis que la réfection des clochers a été faite à la fin des années Sur le terrain de l église, une statue du Sacré-Cœur, érigée en 1931, est un don de L.-E. Lemoyne et de son épouse Hectorine Lussier. Un cénotaphe est aussi érigé sur le terrain, hommage des Vincentois aux soldats des guerres de et Sur le mur de la tour ouest de l église, une plaque commémorative souligne la présence de l ancien atelierécole du sculpteur Louis-Amable Quevillon dans la paroisse. Une seconde plaque commémorative, sur le mur ouest de la façade, souligne le 250 e anniversaire de l érection canonique de la paroisse en SECTEUR 1 Église Saint-Vincent-de-Paul 5443, boulevard Lévesque Est Presbytère de la paroisse Saint-Vincent-de-Paul Le presbytère actuel date de ; il a été construit après la démolition du deuxième presbytère, érigé en 1862 et démoli en Quant au premier presbytère, construit entre 1743 et 1747, il était situé au sud du chemin du Roi, à environ 200 mètres de la rivière des Prairies. Durant les années , il avait logé les sœurs de la Providence ; il fut démoli en 1891, après cent dix ans d occupation. TRAVERSER LE BOULEVARD LÉVESQUE ET EMPRUNTER L AVENUE BELLEVUE 17

20 SECTEUR 1 Angle sud-est Le petit terrain de stationnement est le site de la première école où a enseigné Marie-Christine Constantin en En 1854, la maisonnette en bois loge le bedeau Pierre Hogue. TOURNER À DROITE, RUE SAINT-PHILIPPE ET POURSUIVRE JUSQU À SON EXTRÉMITÉ POUR EMPRUNTER L AVENUE BELLEVUE 107, avenue Bellevue À droite, un mur de pierre, appelé aussi Écran de pierre, borde les Écores*. À côté de la maison portant le numéro civique 107, un escalier de 125 marches conduit au boulevard Lévesque. 149, avenue Bellevue Ancienne résidence de la famille Sigouin, propriétaire en 1739 du traversier qui reliait Saint-Vincent-de-Paul à Saultau-récollet ; la traverse se trouvait au bas de leur maison. Le rôle de passeur se transmit de père en fils dans cette famille, pendant les XVIII e et XIX e siècle ; ce moyen de transport, qui ouvrait une voie de communication entre les deux rives, était emprunté aussi bien par la population de Montréal et de l est de l Île Jésus, que par celle du nord-est de la rivière des Mille Îles. Un autre traversier a également été exploité par Pierre Rocan dit Bastien de 1736 à Avec l arrivée d une ligne de chemin de fer en 1878, ce mode de transport devint moins indispensable ; il a cependant été utilisé jusqu aux environs des années 1950, date où se sont effectuées les dernières traversées. 231, avenue Bellevue Ancienne résidence de Robert Jobin, peintre en bâtiment et personnage bien connu à Saint-Vincent-de-Paul. 261, avenue Bellevue Ancienne résidence familiale du cardinal Jean-Claude Turcotte. 371, avenue Bellevue Édifice qui date de 1838, connu successivement sous les noms d hospice, de terrasse, de résidence et d hôpital Auclair. Avant de quitter l avenue Bellevue, prendre le temps d admirer le paysage et d apprécier le charme de cette oasis de paix. 18

21 REMONTER LE COTEAU ET EMPRUNTER LE BOULEVARD LÉVESQUE VERS L OUEST C est vers 1819 que commence le lotissement du coteau, le long du chemin des Ecores*. Lorsque le boulevard Lévesque fut pavé, il en coûtait 0,10 $ pour y circuler, sinon il fallait faire le détour par la rue de la Fabrique. SECTEUR , boulevard Lévesque Est Maison de type «traditionnel et d influence néoclassique» : c est la seule maison du genre répertoriée sur l Île Jésus. En 1867, elle était la résidence d Amélia Merckell, docteure. 5376, boulevard Lévesque Est Ancienne résidence du docteur Coron, dont l épouse dirigea la première bibliothèque paroissiale, logée alors dans la sacristie de l église , boulevard Lévesque Est Maison de type «mansarde» avec balcon à l étage, datant des années Le toit à quatre versants* coiffe l entrée de ce balcon ; une mansarde* à deux brisis* inclut une lucarne. La disposition symétrique des ouvertures, la jolie porte d entrée et l ornementation, inspirée du style Second Empire, donne du cachet à cette demeure. Ancienne résidence d Amable Christin dit Saint-Amour, puis du notaire Césaire Germain, premier maire de Saint-Vincent-de-Paul, en , boulevard Lévesque Est Maison au toit plat, avec une tourelle hors centre couverte d une coupole. Le revêtement est en brique ; le perrongalerie est couvert d un toit en appentis* et la façade possède un fronton* en hémicycle. Cette habitation, abrite l auberge des Écores* ou l hôtel d Amable Clermont, entre 1935 et , boulevard Lévesque Est Le terrain de stationnement de ce bâtiment a été le site de la Banque d Hochelaga, ouverte en 1914, qui a été démolie en 1957, lors de la construction de la Banque Nationale qui occupe toujours cet emplacement , boulevard Lévesque Est Maison dont le toit est en tôle bosselée à motif de feuille d érable. 19

22 SECTEUR , boulevard Lévesque Est Maison québécoise qui, selon sa propriétaire, date de 140 à 150 ans. 5119, boulevard Lévesque Est Cette maison est l ancien magasin général Cousineau. À LA RUE DESNOYERS, TOURNER À DROITE ET LONGER CETTE RUE JUSQU AU COLISÉE DE LAVAL Colisée de Laval Cet aréna, construit par les frères Maristes en 1954, est le plus vaste de Laval avec ses 3609 sièges. Les joueurs de hockey Michael Bossy et Mario Lemieux y ont déjà porté les couleurs de l équipe junior du Titan de Laval. APRÈS ÊTRE PASSÉ DEVANT LE COLISÉE, TOURNER À DROITE DANS LE TERRAIN DE STATIONNEMENT La rue Norbert, appelée également rue Sainte-Zoé, qui passait à cet endroit, a maintenant disparu. 275, rue de Laval Collège Laval Cet édifice en pierre à moellons*, provenant de la carrière Auclair, a été érigé sur un terrain offert gracieusement par le notaire Césaire Germain, premier maire de Saint-Vincent-de- Paul. Fondé en , le collège est administré par les clercs de Saint-Viateur de 1866 à Les frères Maristes en font l acquisition en 1888 et l agrandissent en 1896, lui donnant le nom de Collège commercial de Laval. Il dispense actuellement l enseignement secondaire. Institution importante de Laval, il a été l alma mater de nombreuses personnalités, dont les joueurs de hockey Toe Blake et Maurice «Rocket» Richard ainsi que de son frère Henri. TOURNER À DROITE SUR L AVENUE DU COLLÈGE À l angle de la rue du Collège et de la rue de la Fabrique Le Vieux Saint-Vincent Ce théâtre, qui existe depuis plus d une dizaine d années, est consacré au jeune public à qui il présente des spectacles du mois de juillet au mois de décembre, et des ateliers de création durant les autres mois de l année. 20

23 TOURNER À GAUCHE SUR LA RUE DE LA FABRIQUE, POUR ATTEINDRE LA PLACE JEAN-EUDES-BLANCHARD 1111, place Jean-Eudes-Blanchard Ce bâtiment construit en 1922, selon les plans de l architecte Damase Favreau, possède une façade postiche avec balcon à balustrade en bois. Salle paroissiale à l origine, il est utilisé pour les réunions du Conseil municipal à partir de De 1965 à 1989, il héberge les Services de la police et des incendies. Il est actuellement occupé par un club de l âge d or. SECTEUR , place Jean-Eudes-Blanchard Site de la Caisse populaire Desjardins depuis 1956 ; à sa fondation en 1949, la Caisse populaire logeait dans la sacristie de l église paroissiale et, par la suite, fut transférée au sous-sol du presbytère. Après avoir été modifiée en 1964, rénovée en 1974, la première maison qui logeait la Caisse populaire a été démolie pour faire place à l édifice actuel. 1086, place Jean-Eudes-Blanchard Maison appartenant au Collège Laval TRAVERSER LE BOULEVARD LÉVESQUE ET PRENDRE LA DIRECTION EST 5436, boulevard Lévesque Est Couvent de la Providence. Ce bâtiment, construit en 1862 selon les plans de Victor Bourgeau et considérablement agrandi en 1893 et en 1935, constituait, avec l église et la salle municipale, une sorte de place publique. En 1892, il abrite un pensionnat pour les orphelins où l on recevait également des personnes âgées. En 1995, il devient la Résidence Fernand-Larocque, un centre d hébergement public. 5486, boulevard Lévesque Est Service correctionnel du Canada Unité régionale de formation Maison en pierre construite selon les plans de l architecte Victor Bourgeau qui a adopté un vocabulaire stylistique véhiculé à la fin du XIX e siècle et emprunté au style Second Empire. Il a servi de résidence aux préfets et aux directeurs du pénitencier. Il est actuellement occupé par le personnel administratif du collège situé au 5500, boulevard Lévesque. 21

24 SECTEUR , boulevard Lévesque Est Service correctionnel du Canada Collège du personnel Collège construit en 1966 pour la formation du personnel du pénitencier. Devant l édifice, à l emplacement du mât portedrapeau, se trouvait la maison Chenet, détruite en 1937, qui a servi de résidence à l aumônier du pénitencier. 6099, boulevard Lévesque Est Centre fédéral de formation Face au centre fédéral de formation, au cours des années 1742 à 1761, un premier hameau se forme à l embouchure du ruisseau de la Pinière. En 1750, Basile Bélanger y construit deux maisons de pierre pour ses fils qui vendront des terrains aux premiers marchands : Jean-Paul Depocas, en 1752, P.-G. Langlois, en 1763, et Joseph Mercier, en Deux autres marchands s installent sur le futur site du manoir de Bleury : C. Normand, en 1745, et Joseph-H. Lacroix, en À quelques arpents de l église, se trouvaient cinq solides maisons sur une distance d environ 150 mètres. Simon Hogue, Louis-Amable Quevillon, Joseph Pépin, Amable Charron, René Saint-James et Paul Rollin y élisent domicile. Au début du XIX e siècle, le lotisseur Simon Hogue favorise le développement du faubourg. Il achète, en 1795, la maison de Langlois et la revend, en 1805, à Louis-Amable Quevillon. Sans la transformer, celui-ci y enseigne la sculpture, la peinture, la dorure et l architecture. Plusieurs de ses élèves se distinguent par leurs réalisations, entre autres : Joseph Pépin, Paul Rollin, René Saint-James dit Beauvais, Vincent Chartrand, Pierre Salomon, Benoît dit Marquette, Jean- Baptiste Baret, Joseph Turcot, Louis-T. Berlinquet et Jean- Baptiste Brien dit Desrochers. En 1834, le seigneur Charles-Clément Sabrevois de Bleury, construit son manoir sur le site de l ancienne maison de Joseph-H. Lacroix, propriétaire de 415 arpents le long de la rivière des Prairies. L ensemble du domaine est acheté par Tancrède Bouthillier, en 1862, et dès 1865, le seigneur Hector Lussier en devient le propriétaire foncier ; le gouvernement fédéral fait l acquisition du domaine en 1930, en vue d y construire un nouveau pénitencier. Un incendie détruit le manoir en CONTINUER JUSQU À LA MONTÉE MASSON Un pont enjambe le ruisseau de la Pinière qui coule doucement pour se jeter dans la rivière des Prairies ; il est appelé pont Rouge. Construit en 1732, il facilite la communication entre les deux noyaux de développement du bas et du haut du village. 22

25 La montée Masson est le dernier chemin du Roi ouvert dans l Île Jésus ; il a été tracé en 1771 sur l ordre du Séminaire de Québec, dernier seigneur de l Île Jésus. Partant de Terrebonne, il traversait les terres de Saint-Vincent-de-Paul pour conduire à Montréal. SECTEUR , boulevard Lévesque Est, à l angle de la montée Masson Ancienne maison de pierre, bien conservée. REPRENDRE LE BOULEVARD LÉVESQUE VERS L OUEST, JUSQU À LA MONTÉE SAINT-FRANÇOIS Montée Saint-François (à une trentaine de mètres du boulevard Lévesque) Site du couvent construit par les dames du Sacré-Cœur, vers , pour les jeunes filles des familles bourgeoises de Montréal ; les jeunes filles de Saint-Vincent-de-Paul y étaient admises gratuitement. Au départ des religieuses, en 1858, les sœurs de la Providence prennent la relève. En 1861, le gouvernement fédéral achète le couvent et le transforme en «prison de réforme». Ravagé par un incendie en 1864, le bâtiment est reconstruit et poursuit sa vocation jusqu en 1872, où il est remplacé par le pénitencier situé au 250, montée Saint-François. Le vieux pénitencier ferme finalement ses portes en 1988 ; la population a pu le visiter au cours des étés 1989 et À l arrière du centre de formation, se trouvait la gare de Saint-Vincent-de-Paul opérée par le chemin de fer du Canadien Pacifique et démolie en 1974 ; sur la montée Saint- François, à droite de l hôtel Central, était situé, en 1921, le Club des 4 tours, lieu de rendez-vous des gardiens et des familles des détenus ; il a été démoli en À droite de la montée, se trouve également le cimetière des détenus ; on peut y voir une seule pierre tombale portant l inscription In Memoriam et, à titre d identification, le matricule d un certain nombre de détenus. FIN DU PARCOURS 23

26 SECTEUR 1 L UNITÉ COMMUNAUTAIRE DUVERNAY/VAL-DES -BRISES L unité communautaire Duvernay/Val-des-Brises est située dans la partie ouest du secteur 1. On y accède par l autoroute Papineau (A-19), sortie boulevard Saint-Martin Est. HISTORIQUE Pour comprendre l histoire de l unité communautaire Duvernay/Val-des-Brises, il faut se reporter à l histoire de la municipalité de la paroisse de Saint-Vincent-de-Paul. En janvier 1952, la partie centre-sud urbanisée de cette municipalité se détache pour former la ville de Saint-Vincentde-Paul, qui se trouve alors encerclée par la municipalité de paroisse, en grande partie rurale. L année 1956 marque la fondation de la paroisse Notre- Dame-des-Écores*; l église et le presbytère sont alors construits sur la rue Roland-Forget. Le territoire de cette municipalité de paroisse, alors la plus étendue de l île, ne tarde pas à s urbaniser. Après avoir choisi le nom de Duvernay en 1957, la municipalité acquiert le statut de ville en Dès lors, elle connaît une expansion rapide, en particulier à l ouest de la ville de Saint-Vincent-de-Paul. La paroisse Notre- Dame-des-Écores* sera scindée quelques années plus tard, permettant la création, en 1964, de la paroisse Saint-Yvesde-Duvernay, sur l avenue Saguenay. La population de Duvernay, à cette époque, n est pas majoritairement native de l Île Jésus ; elle est composée d une classe sociale plus aisée que la moyenne québécoise ; on évalue à 95 % ses résidents propriétaires, dont 76 % sont des professionnels ou des gens d affaires. 24

27 PARCOURS : 6,1 km Le parcours suggéré débute à la centrale hydroélectrique de la rivière des Prairies et explore, dans un premier temps, le sud de l unité communautaire, le long de la rivière des Prairies, puis se déplace vers le nord, par le boulevard d Auteuil, jusqu au centre communautaire Bois-Papineau. On accède à la centrale hydroélectrique par le boulevard Lévesque en empruntant, à la hauteur de la rue Joly, la rue du Barrage qui descend vers la rivière. Début du parcours : à l angle du boulevard Lévesque Est et de la rue du Barrage SECTEUR 1 Rue du Barrage Centrale hydroélectrique Rivière-des-Prairies Cette centrale fut mise en chantier en 1928 par la Montreal Island Power Company, absorbée en 1929 par la Montreal Light, Heat and Power Consolidated, qui est nationalisée en 1944 pour devenir Hydro-Québec. Elle se situe au 38 e rang des 78 centrales d Hydro-Québec. Sa construction réalisée entre les années 1928 et 1932 a coûté 14 millions de dollars et a nécessité l aménagement d un funiculaire et d une ligne de chemin de fer pour le transport des matériaux. La construction du barrage a entraîné la disparition, dans la rivière des Prairies, de l île Sergent, de son moulin ainsi que des deux ponts qui reliaient le village du Saut-au-Récollet à cette île et à la partie ouest du village de Saint-Vincent-de- Paul, aujourd hui Duvernay. La centrale est reliée au poste de Sainte-Rose et alimente de à foyers. Son architecture est de style «art déco», mis en vedette en 1925 par l Exposition 25

28 SECTEUR 1 internationale des arts décoratifs et industriels modernes de Paris. La centrale, de même que l évacuateur de crue peuvent être visités sur rendez-vous. Centrale hydroélectrique Rivière des-prairies Berge de l Alose La berge de l Alose s étend le long de la rue du Barrage L alose est un poisson savoureux qui vient frayer de la mi-mai à la mi-juin dans les eaux de la rivière des Prairies ; elle n emprunte pas toujours la passe à poissons construite à droite du barrage et, lorsqu elle ne peut déposer ses œufs dans la frayère, elle retourne à la mer, en passant par le fleuve ou la rivière des Mille Îles. À cause de sa grande fragilité hors de l eau, elle est impropre au transport. Dès 1798, les documents font état de la pêche à l alose au Gros-Sault, comme étant une bonne source de revenus pour les seigneurs de l Île Jésus ; on rapporte, entre autres, des prises de aloses pour la seule année Outre l alose, on pêche également, dans la rivière des Prairies, l esturgeon jaune qui donne le caviar ; l abondance du poisson à cet endroit explique la présence des pêcheurs près du barrage, particulièrement au printemps. Le pont Pie-IX De la berge de l Alose, on aperçoit, à l est, le pont Pie-IX, construit en Nommé pont Laval à son inauguration, il prit le nom de Le Caron en en l honneur du père jésuite. Son nom actuel date de

29 Pont Papineau-Leblanc De la berge de l Alose, on aperçoit également, à l ouest, le pont Papineau-Leblanc. Construit en 1969 par la firme d ingénieurs de Laval Gendron-Lefebvre et associés, ce pont enjambe la rivière des Prairies, reliant la ville de Laval à la ville de Montréal. SECTEUR 1 REMONTER LA RUE DU BARRAGE ET TOURNER À GAUCHE SUR LE BOULEVARD LÉVESQUE. EMPRUNTER LE BOULEVARD D AUTEUIL, À DROITE, JUSQU AU BOULEVARD SAINT-MARTIN, TRAVERSER LE BOULEVARD DU CÔTÉ NORD 3235, boulevard Saint-Martin Est Pavillon du Bois-Papineau - Centre communautaire PARC DU BOIS-PAPINEAU Voir la section des Parcs 3245, boulevard Saint-Martin Est Villa Val-des-Arbres Centre d hébergement et de soins de longue durée privé. FIN DU PARCOURS 27

30 Le secteur 2 est situé au centre-sud de l Île Jésus, entre l autoroute Papineau (A-19) à l est et l autoroute des Laurentides (A-15) à l ouest, la rivière des Prairies au sud, et l autoroute Laval (A-440) et la servitude d Hydro-Québec au nord. Quatre unités communautaires y sont localisées : Pont-Viau Laval-des-Rapides Est Laval-des-Rapides Ouest Renaud-Coursol SECTEUR 2 L UNITÉ COMMUNAUTAIRE PONT-VIAU L unité communautaire Pont-Viau est située au sud-est du secteur 2, en bordure de la rivière des Prairies. On peut y accéder par l une ou l autre des grandes artères qui délimitent son territoire, soit le boulevard des Laurentides, l autoroute Laval (A-440) ou l autoroute Papineau (A-19). HISTORIQUE Bien que la colonisation de cette partie de l Île Jésus ait débuté vers 1730, au XIX e siècle il n y a que quelques fermiers entre la pinière* de Saint-Vincent-de-Paul et le moulin du Crochet de Laval-des-Rapides ; ce premier noyau de développement est tributaire de l achalandage occasionné par la présence d un radeau-passeur, remplacé, en 1847, par un pont de bois payant. Ce pont atteignait l Île Jésus à l ouest de la municipalité de la paroisse de Saint- Vincent-de-Paul, dans l axe de l actuelle rue Saint-Hubert. Vers 1880 apparaissent quelques commerces aux abords du pont : une boulangerie et le premier magasin général ouvert par Jean-Baptiste A. Primeau, les entreprises de charretiers d Eugène Hamel et d autres commerces qui s y installent dans les années qui suivent ; le chemin qui prendra plus tard le nom de rue Saint-Hubert, devient alors une aire d activités commerciales. 29

31 SECTEUR 2 Dès 1896, l enseignement est dispensé aux enfants de 1 re, 2 e et 3 e année par Eulalie Côté, dans la maison de M. Legault, située à l angle de la rue Lahaie et du boulevard Lévesque. Une deuxième école, dirigée par madame Armand Dagenais, est ouverte au 23, rue Lahaie, suivie de la construction de l école Saint-Albert sur la même rue. L augmentation des familles dans ce secteur amène la création de la paroisse Saint-Christophe en En 1930, les sœurs de la Présentation de Marie arrivent dans la paroisse où elles dirigent, à partir de 1947, l école élémentaire Saint-Christophe. En 1926, Pont-Viau devient municipalité de village et sa croissance se poursuivant progressivement, elle acquiert le statut de ville en 1947, alors qu elle est élevée au rang de cité en Hector Hamel en devient alors le premier maire. Le nom donné à cette ancienne cité et au pont vient de Christophe Veau qui s installe en 1823 sur une terre du village non encore incorporé de Saint-Vincent-de-Paul : il en est donc le pionnier. Son prénom est donné à la première paroisse de Pont-Viau, la paroisse Saint-Christophe, et son patronyme au pont qui relie les îles Jésus et Montréal ; mais les actes officiels altèrent son patronyme qui devient alors et demeurera Viau. PARCOURS : 5 km Le parcours proposé se situe essentiellement à l est du pont Viau, dans ce qui fut le premier noyau villageois et s étend jusqu à la marina Commodore. On peut atteindre l unité communautaire par le boulevard des Laurentides et le boulevard Lévesque Est. Début du parcours : devant l église Saint-Christophe 30

32 38, boulevard Lévesque Est Église Saint-Christophe La paroisse Saint-Christophe, huitième paroisse de l Île Jésus, est créée en 1915 et son premier curé fut Jean-Baptiste Latour. La première église, la sacristie et le presbytère sont construits en 1916 sur un terrain offert par la compagnie Pont-Viau Limitée. Une salle paroissiale est ajoutée en 1936, et le presbytère agrandi en Le projet de construction d une nouvelle église naît au début de l année 1950 ; et, dès le printemps, les syndics sont autorisés à faire transporter l ancienne église à la limite nord de la fabrique, rue Saint- Florent ; la salle paroissiale est alors cédée à la paroisse voisine Saint-Louis-Grignon-de-Montfort. Aucune suite n est cependant accordée à ce projet : on construit plutôt une seconde église, sur le site de la première, qui fut bénite en 1952 par Mgr Paul-Emile Léger. SECTEUR 2 PRENDRE LE BOULEVARD LÉVESQUE VERS L OUEST JUSQU AU BOULEVARD DES LAURENTIDES ; TOURNER À GAUCHE 34, boulevard Lévesque Presbytère de la paroisse Saint-Christophe 53, boulevard des Laurentides Département de la prévention des incendies Caserne nº 1 55, boulevard des Laurentides Greffe de la Cour municipale Ancien hôtel de ville de la cité de Pont-Viau Le terrain sur lequel sont construits la caserne nº 1 et le greffe de la Cour municipale faisait autrefois partie du marécage formé par le ruisseau du Marigot* et la rivière des Prairies ; ce terrain a été remblayé pendant plusieurs années avant la construction de l hôtel de ville de Pont-Viau, en EMPRUNTER SUR LA GAUCHE LA RUE DE QUIMPER POUR REJOINDRE LA RUE SAINT-HUBERT 31

33 45, rue Saint-Hubert Usine de traitement de l eau Construite en 1952 et modifiée en 1992, cette usine sert à la production d eau potable. La station de pompage est présentement située sur le site même de l usine. SECTEUR 2 Parc du Marigot Le terrain marécageux d autrefois, après remblaiement, a été transformé en un parc traversé par une piste cyclable. REDESCENDRE LA RUE SAINT-HUBERT JUSQU À LA PLACE DU JUGE-DESNOYERS 1 et 3, rue Saint-Hubert Maisons anciennes d un secteur d intérêt patrimonial de la seconde moitié du XIX e siècle, qui couvre une partie des rues Saint-Hubert, Labelle, Saint-Eusèbe, de la montée Major et du boulevard des Prairies. Malheureusement, plusieurs de ces maisons n ont pas été conservées selon l architecture ou les matériaux d origine. Le pont Viau Le pont Viau a changé de nom à plusieurs reprises : nommé Viau à l origine, il prend le nom de Des Roches en 1862, redevient le pont Viau, est connu par la suite sous le nom d Ahuntsic, avant de reprendre son nom actuel. Vers 1826, Pascal Persillier dit Lachapelle, père, construit un pont de bois pour remplacer le radeau-passeur, entre le village du Sault-au-Récollet et l île Sergent, afin d y exploiter un moulin à farine. Deux ans plus tard, il y ajoute un deuxième tronçon qui se rend à Saint-Vincent-de-Paul, aujourd hui Duvernay. Ce pont était appelé petit pont des Anges. Le tout sera noyé lors de la construction du barrage hydroélectrique sur la rivière des Prairies, en En 1887, la compagnie Dominion Bridge est chargée de remplacer le pont de bois de 1847 par une structure métallique. Le pont actuel, en béton, a été ouvert à la circulation en 1930 ; la construction en avait été confiée à la compagnie de Marius Dufresne et comprenait le déplacement du pont dans l axe de la rue Lajeunesse, à Montréal et du boulevard des Laurentides, à Pont-Viau. Les fondations du pont reposent sur quatre piliers qui descendent dix mètres sous l eau, et de deux coulées fixées dans le roc. Les piliers et les coulées sont recouverts de granit blanc sur une hauteur de deux mètres, pour protéger le pont des glaces. 32

34 La presqu île du Marigot À l est du pont Viau, la rivière des Prairies forme une presqu île avec un terrain bas alimentée par le ruisseau du Marigot*, d où le nom de la presqu île. La presque totalité de ce terrain a appartenu au juge Jean-Marie Desnoyers. Selon certaines sources, les premiers missionnaires venus de France, en route vers l Ouest, campèrent près de cette presqu île ; ce serait également au pied de cette falaise, face au Sault-au-Récollet, que le père Nicolas Viel et son disciple Ahuntsic se noyèrent. 100, place du Juge-Desnoyers Couvent des sœurs Missionnaires de l Immaculée-Conception C est en 1924 que prennent racine, sur les bords de la rivière des Prairies, les sœurs missionnaires de l Immaculée- Conception, sur un terrain adjacent à celui du séminaire canadien des prêtres des Missions étrangères. Ces deux sociétés sont les premières fondations canadiennes vouées uniquement aux missions étrangères. Le terrain leur est donné par les seigneurs les évêques, fondateurs du Séminaire canadien des Missions étrangères. Noviciat au départ, le bâtiment est agrandi à plusieurs reprises : la façade est retouchée en Ensuite, un quatrième étage est ajouté aux deux premières bâtisses, en Une aile de quatre étages avec passerelle la reliant à l édifice précédent est construite en 1932, puis ce sera l infirmerie, en 1975, les pavillons Val-Marie et Délia- Tétreault respectivement en 1980 et 1985, et finalement la cafétéria des employés, en Le couvent est actuellement occupé par les religieuses retraitées ; un des bâtiments sert d infirmerie pour les sœurs de la communauté. SECTEUR 2 Couvent des sœurs Missionnaires de l Immaculée-Conception 33

35 SECTEUR 2 180, place du Juge-Desnoyers Maison mère des prêtres des Missions étrangères Ce séminaire a été construit par les évêques de la province de Québec pour la formation des missionnaires destinés à l évangélisation de la Chine, champ d apostolat qui avait été confié à cette société, par Rome. La Société des Missions étrangères de la province de Québec est érigée en institut de clercs séculiers par Mgr Gauthier, en En 1922, la Société de l Épiscopat se porte acquéreur d un terrain d une superficie de vingt arpents, propriété du juge Jean-Baptiste Desnoyers, sur lequel est construit l édifice actuel, agrandi en et 300, place du Juge-Desnoyers Oasis de Laval Résidences pour personnes âgées autonomes. La berge du Marigot À partir de la rue Saint-Hubert jusqu à l extrémité de la place du Juge-Desnoyers, s étend la partie aménagée de la berge du Marigot* ; deux belvédères donnent vue sur la rivière, des bancs permettent le repos et la rive ombragée apporte fraîcheur et chants d oiseaux : un autre lieu de détente pour les Lavallois. REVENIR À LA RUE SAINT-HUBERT JUSQU AU BOULEVARD LÉVESQUE, EN DIRECTION EST 333, boulevard Lévesque Est Marina du Commodore Entre le boulevard Léger et la rue Jean-Jacques-Joubert, se situe la marina du Commodore dont le bâtiment actuel date de plus de 70 ans ; la marina est administrée par son propriétaire actuel, monsieur Archambault, depuis Avant 1928, date du début du chantier de construction du barrage et de la centrale hydroélectrique sur la rivière des Prairies, il y avait une plage où se baignaient les vacanciers, à l emplacement de la marina actuelle. FIN DU PARCOURS 34

36 L UNITÉ COMMUNAUTAIRE LAVAL-DES-RAPIDES-EST L unité communautaire Laval-des-Rapides-Est est située à l ouest de l unité communautaire Pont-Viau, en bordure de la rivière. On y accède par le boulevard des Laurentides et le boulevard des Prairies en direction ouest. SECTEUR 2 HISTORIQUE L histoire de l unité communautaire Laval-des-Rapides-Est est intimement liée à celle du moulin du Crochet (voir Parcours suggéré, Le parc Gagné). En 1912, un détachement de la municipalité de la paroisse Saint-Martin est incorporé sous le nom de ville de Laval-des- Rapides, dont le premier maire est François Souillard. Par la suite, la ville est divisée en quartiers : Quartier-Est, Quartier- Centre et Quartier-Ouest ; le Quartier-Est correspond à l unité communautaire Laval-des-Rapides-Est. À cette époque, la ville conserve encore un caractère typiquement villageois ; son calme champêtre attire les vacanciers qui y construisent, sur les terres des agriculteurs divisées en lots, des maisons estivales, et, par la suite, s y fixent définitivement. La ville s urbanise rapidement à partir des années 1950, alors que de nombreux promoteurs se mettent à l œuvre, tels: Rosario Goineau, marchand de bois, Léon Guilbeault, agriculteur, Conrad Labelle, Lucien Corbeil et plusieurs autres qui ont laissé leur nom à de nombreuses rues. La vocation résidentielle de Laval-des-Rapides connaît son apogée durant la période En 1962, Laval-des-Rapides devient cité ; majoritairement résidentielle, elle ne dispose sur son territoire d aucun lieu d hébergement, ni de restauration et très peu de commerces, d où sa réputation de banlieue-dortoir. 35

37 SECTEUR 2 PARCOURS Deux circuits sont suggérés pour la découverte de cette unité communautaire. Le premier circuit permet de retrouver les origines de ce secteur en débutant la marche au parc Gagné, situé sur le bord de la rivière des Prairies, à l est de la ligne de chemin de fer du Canadien Pacifique. Le second parcours permet de faire connaissance avec quelques institutions importantes du secteur, à partir du parc des Prairies, situé entre le boulevard Cartier, au nord, et le boulevard des Prairies, au sud. On peut atteindre le premier parcours par le boulevard des Laurentides et le boulevard des Prairies et le second parcours par le boulevard des Laurentides et le boulevard Cartier ouest. PARCOURS 1 : 3,1 km Début du parcours : le parc Gagné Parc Gagné, Moulin du Crochet À quelques mètres du parc Gagné, se trouvait, au début de la colonisation de l Île Jésus, le moulin du Crochet construit en 1770 par le Séminaire de Québec, sur un îlot en face des rapides de la rivière des Prairies, appelés rapides du Gros-Sault. Le moulin doit son nom à la forme de crochet qu avait l anse à cet endroit. Ce moulin remplaçait celui dont fait état le Séminaire dans son recensement de Il avait front sur la rivière des Prairies sur une largeur de trois arpents et s étendait jusqu au milieu de l île. Favorisé par sa situation centrale, son rôle sera capital dans la vie rurale et les activités économiques de l île, dont il deviendra rapidement le moulin le plus important. Il sera d ailleurs agrandi, une première fois, en 1816, alors qu un moulin à carde et un moulin à scie seront ajoutés au moulin à moudre. En 1832, le Séminaire construit un nouveau manoir, adjacent au moulin, pour les administrateurs de la seigneurie; ce manoir sera le second et dernier manoir de la seigneurie. 36

38 Cette nouvelle construction augmente les activités du secteur, qui devient alors le nouveau centre de la seigneurie. Vers 1860, cependant, la situation du moulin se détériore : d une part, sa technique de fonctionnement à l eau est devenue désuète, il connaît des difficultés mécaniques et devient moins rentable ; d autre part, le pont Viau devenant un pont à péage, le coût du transport en réduit l accès et l utilisation. En 1890, le Séminaire vend le moulin à François Lavoie qui revend aux sœurs du Bon-Pasteur, le moulin, le manoir et la ferme de 200 arpents, en Les religieuses y installent une école de réforme connue sous le nom de Maison de Lorette, à partir de 1896, tandis que la chapelle du manoir accueille les paroissiens des environs. À l emplacement actuel du parc Gagné, se situait alors l école du Bord-de-l Eau, construite en bois et première école de cette partie de la paroisse, où l on dispensait l enseignement de la 1 re à la 4 e année. La construction d un barrage et d une centrale hydroélectrique sur la rivière, à l est de l actuel pont Papineau, en , transforme l aspect de la rivière et des terrains riverains de Laval-des-Rapides. Une importante élévation du niveau de la rivière entraîne la disparition des rapides du Gros-Sault et cause périodiquement des inondations. En 1930, on doit procéder à la démolition du manoir et, par conséquent, à la relocalisation de la Maison de Lorette. SECTEUR 2 Moulin commémorant le Moulin du Crochet Le parc Gagné porte le nom de Claude Gagné, maire de Laval-des-Rapides, de l959 à 1965, dont l administration s est signalée par de nombreuses réalisations, entre autres au parc Gagné, l érection d un moulin pour commémorer l ancien moulin du Crochet ; malheureusement, par méprise, ce moulin est à vent, alors que le moulin du Crochet fonctionnait à l eau. Une marina de plaisance pouvant accueillir 36 bateaux avait également été construite sur la rive du parc, dont seule la pente d accès pour les bateaux est demeurée. 37

39 À LA SORTIE DU PARC, TRAVERSER LE BOULEVARD DES PRAIRIES POUR REJOINDRE LA MONTÉE DU MOULIN SECTEUR 2 Montée du Moulin La montée du Moulin est construite dès 1774 pour faciliter l accès au moulin du Crochet. Alors qu à l origine Laval-des- Rapides est à vocation résidentielle, vers 1950, cette route constitue un petit secteur industriel, né à l initiative de Mgr Joseph-Cyprien Bonhomme, ancien évêque d Afrique. Désirant poursuivre son action missionnaire en terre québécoise, Mgr Bonhomme met sur pied la Manufacture de bois de Laval, compagnie à but non lucratif, dont l objectif est de fournir du bois de construction à une vingtaine de diocèses africains. La scierie s installe dans la montée du Moulin, adossée à la voie ferrée ; une voie de service est construite pour faciliter la réception et l expédition du bois. Les opérations débutent vers 1943 et entraînent l embauche de 36 hommes, mais le moulin ne fonctionnera que 18 mois. La manufacture est achetée par la Will and Baumer Candle Company. D autres entreprises s installeront dans la montée du Moulin : une manufacture de portes et fenêtres, le Laval Cold Storage, un entrepôt frigorifique appartenant à une famille Prudhomme, en 1955, et des clos de bois dans les années qui suivent. TOURNER À DROITE SUR LA RUE LAURIER ET EMPRUNTER LA RUE DU CROCHET JUSQU AU BOULEVARD CARTIER EN DIRECTION EST 304, boulevard Cartier Ouest Complexe Sainte-Domitille et Maison mère des sœurs du Bon-Pasteur Lorsqu en 1895, les sœurs du Bon-Pasteur achètent le moulin du Crochet et ses dépendances, elles font en même temps l acquisition de son domaine de 200 arpents. En 1915, les religieuses déménagent dans un édifice mieux approprié à leurs œuvres, le couvent du Bon-Pasteur , boulevard Cartier Ouest Centre jeunesse de Laval Sur la partie Est de leur domaine, où est construite la Maison de Lorette, les religieuses érigent en 1930, la Maison Sainte- Domitille pour recevoir les enfants démunis. En 1940, elles ouvrent, sur leur terrain, la maison Notre- Dame-de-Laval, qui héberge les jeunes filles en difficulté de comportement ; cette institution porte actuellement le nom 38

40 de Centre jeunesse de Laval, et comprend deux centres de réadaptation, l un pour les adolescentes : le Centre Notre- Dame-de-Laval, l autre pour les garçons, le Centre Cartier. Le Centre jeunesse de Laval est administré par le ministère de la Santé et des Services sociaux. REVENIR AU POINT DE DÉPART PAR LE SENTIER PÉDESTRE DU PARC DES PRAIRIES, À L ANGLE DU BOULEVARD CARTIER ET DE LA 15 e AVENUE PARC DES PRAIRIES, Voir la section des Parcs FIN DU PARCOURS SECTEUR 2 PARCOURS 2 : 3,2 km Début du parcours: le stationnement du parc des Prairies, à l angle du boulevard Cartier et de la 15 e Avenue EMPRUNTER LE BOULEVARD CARTIER VERS L EST, JUSQU À LA MONTÉE MAJOR 250, boulevard Cartier Ouest CLSC du Marigot et le Centre d hébergement Idola-Saint-Jean 133, boulevard Cartier Ouest École primaire Léon-Guilbault 39

41 Parc Émile Ce parc possède une piscine extérieure. DESCENDRE LA MONTÉE MAJOR JUSQU AU BOULEVARD DES PRAIRIES SECTEUR 2 Parc Cartier et 100, montée Major Aréna Cartier Le parc Cartier s étend le long du boulevard du même nom, de la rue Émile à la montée Major. Dans ce parc se trouvent l aréna Cartier, une piscine extérieure et une piste de course. AU BOULEVARD DES PRAIRIES, PRENDRE LA DIRECTION OUEST 123, boulevard des Prairies Église Notre-Dame-de-Pontmain Détachement des paroisses Saint-Christophe, à l est, et Bon- Pasteur, à l ouest, cette paroisse a été créée en 1954, au moment où Laval-des-Rapides connaissait son développement résidentiel le plus important. C était la quinzième paroisse de l Île Jésus. 125, boulevard des Prairies Mont-de-La Salle C est en 1914 que les frères des Écoles chrétiennes achètent la ferme Nelson, une terre limitrophe de la propriété des sœurs du Bon-Pasteur, pour y construire une institution d enseignement et de formation : le Mont-de-La Salle. Ils s y établiront en En 1932, les frères prennent également la direction de l école Saint-Jean-Eudes située sur le boulevard des Prairies, où ils offriront, à partir de 1950, la 12 e année. En 1954, après avoir subdivisé leurs terres en lots à bâtir, les frères des Écoles chrétiennes et les sœurs du Bon-Pasteur cèdent ces terrains pour des développements domiciliaires à la ville de Laval-des-Rapides. Berge du Crochet Face à l église Notre-Dame-de-Pontmain, se situe la berge du Crochet où des bancs sont installés face à la rivière des Prairies. Un monument rappelle l appartenance de la seigneurie de l Île Jésus à Mgr François de Montmorency Laval, béatifié par le pape Jean-Paul II, en Le monument, érigé en collaboration avec le ministère des Affaires culturelles, la Ville de Laval et les Chevaliers de Colomb, date de

42 REVENIR AU POINT DE DÉPART PAR LA PISTE CYCLABLE DU PARC DES PRAIRIES FIN DU PARCOURS L UNITÉ COMMUNAUTAIRE LAVAL-DES-RAPIDES-OUEST L unité communautaire Laval-des-Rapides-Ouest couvre le secteur connu sous le nom de Parc Laval. On peut atteindre cette unité communautaire par l autoroute des Laurentides (A-15), sortie 7, boulevard des Prairies Est, ou encore par le boulevard des Laurentides, jusqu au boulevard des Prairies, vers l ouest. SECTEUR 2 HISTORIQUE Lorsque la paroisse Saint-Martin est fondée en 1774, toutes les terres à l est et à l ouest du moulin du Crochet dans les limites de ce qui deviendra la ville de Laval-des-Rapides, étaient déjà concédées et exploitées. Ces terres sont établies perpendiculairement à la rivière ; les maisons construites au bout des terres se trouvent donc au bord de la rivière. Les pâturages et les nombreuses terres en friche dans le secteur ouest du moulin du Crochet, lui valent l appellation de Parc Laval; il deviendra l un des premiers secteurs résidentiels de l île. Ce secteur correspond, en partie, à l unité communautaire Laval-des-Rapides-Ouest. Tout comme le secteur situé à l est du moulin du Crochet, le Parc Laval bénéficie de l activité économique créée par le moulin ; de même, lorsqu en 1875, le Canadien Pacifique construit un pont ferroviaire enjambant la rivière des Prairies, avec une passerelle pour les piétons, c est l ensemble du noyau villageois situé tant à l est qu à l ouest du moulin du Crochet qui verra croître son développement. La situation géographique du Parc Laval et ses liaisons avec Montréal par le pont du chemin de fer et par le pont Viau, reconstruit en 1887, changent peu à peu sa vocation agricole ; les agriculteurs vendent leurs terres divisées en lots, pour la construction de résidences estivales, où les propriétaires finissent par se fixer définitivement. 41

43 SECTEUR 2 À l initiative de l un d eux, Napoléon Rochon, un projet d incorporation du Parc Laval, à partir de la municipalité de la paroisse Saint-Martin, est soumis à Québec ; malgré l opposition des premiers habitants de la municipalité, la ville de Laval-des-Rapides est créée en Dès lors, le développement de la ville s accélère. Pour des raisons politiques, elle est divisée en quartiers distincts : les quartiers Est, Centre et Ouest. C est dans le quartier Centre, le plus peuplé, que seront installés les principaux bâtiments municipaux ; ce quartier correspond à l unité communautaire Laval-des-Rapides-Ouest. Une nouvelle paroisse du Bon-Pasteur est érigée canoniquement en En 1947, Sylvio Clermont subdivise sa terre et soumet des plans pour l ouverture de rues, en vue de relier la rue Clermont et les rues transversales à la rue Sauriol. En 1950, c est la Société Immobilière de Laval limitée, qui soumet des plans pour développer le secteur entourant l église ; elle fait don d un terrain de trois acres pour un parc, avec terrain de jeux, administré par les autorités religieuses par l entremise de l Œuvre des Loisirs. En 1954, les sœurs des Saints Cœurs de Jésus et de Marie et les pères Eudistes cèdent une partie de leurs terres à la ville de Laval-des-Rapides. Ces terres qui s étendaient du boulevard des Prairies à la limite nord de la ville, entre les rues Desmarteaux et Giroux, permettent alors l ouverture de plusieurs rues : De Ségur, Mariale, Breton, Dussault et Lavoisier. Laval-des-Rapides-Ouest connaîtra l essor de son développement résidentiel entre les années 1954 et À cette époque, la construction de bungalows diminue, remplacée par celle des maisons multi-familiales. Deux autres voies de communication viendront desservir la population : en 1955, la construction de l autoroute des Laurentides (A-15) et, plus tard, le viaduc reliant le boulevard Cartier d est en ouest. PARCOURS : 1,1 km (secteur ouest) Pour atteindre le début du parcours, emprunter le boulevard des Laurentides et le boulevard des Prairies jusqu à l avenue Dussault. 42

44 Début du parcours : à l angle des rues Dussault et Laurier 400, rue Laurier Église et presbytère de la paroisse du Bon-Pasteur Pour répondre à la demande des paroissiens, et à la suite de l incorporation de 1912, la paroisse du Bon-Pasteur est fondée en La première église construite en 1918 était située sur le boulevard des Prairies ; elle servit de salle paroissiale avant d être démolie après la construction de la nouvelle église. Cette deuxième église, localisée dans l avenue Dussault fut construite en Depuis ses origines, la paroisse a toujours été et se trouve encore sous la responsabilité des Pères Eudistes. SECTEUR 2 DESCENDRE L AVENUE GIROUX 397, boulevard des Prairies Église arménienne et centre communautaire arménien En 1927, le curé de la paroisse, Emmanuel Le Bouter, fait appel aux sœurs des Saints Cœurs de Jésus et de Marie pour prendre la direction de l école Saint-Jean-Eudes. Trois ans plus tard, les religieuses ajoutent à cette charge la direction de l école Saint-François-Xavier et ouvrent un pensionnatexternat en 1932 ; ce bâtiment abritera plus tard leur maison provinciale et un centre d accueil pour personnes âgées autonomes ; c est l édifice actuellement occupé par la communauté arménienne. Quant aux religieuses, elles ont quitté Laval-des-Rapides en , boulevard des Prairies Maison Saint-Jean-Eudes Fondée en 1926, cette maison a été le site, à partir de 1927, de l académie Saint-Jean-Eudes pour les enfants des quartiers 43

45 de Laval-des-Rapides-Centre et Ouest, tandis que l école Saint-François-Xavier s ouvrait pour les jeunes du quartier Laval-des-Rapides-Est. Elle servira plus tard de maison provinciale aux Pères Eudistes et de résidence à leurs missionnaires. En 1998, la maison est transformée en centre d hébergement pour personnes autonomes ou en perte d autonomie, sous le nom de Jardin des saules. SECTEUR 2 387, boulevard des Prairies Après avoir été une école en 1930, ce bâtiment abrite aujourd hui le Centre communautaire Laval-des-Rapides, autrefois connu sous le nom de centre de loisirs Lester B. Pearson. Face au 387, boulevard des Prairies Berge des Eudistes Ce terrain appartenait autrefois aux pères Eudistes qui y avaient aménagé un quai et des bancs de bois pour la détente et le repos des pères. Croix de chemin Vanier 44

46 Croix de chemin Vanier La croix Vanier, copie exacte d une croix érigée en 1902, à Sainte-Rose, fut construite en 1923 par David Vanier, maire de Laval-des-Rapides pendant plus de dix ans et décédé en 1925, au cours de son mandat. REVENIR AU POINT DE DÉPART PAR L AVENUE BRIEN FIN DU PARCOURS L UNITÉ COMMUNAUTAIRE RENAUD-COURSOL L unité communautaire Renaud-Coursol est située au cœur de Laval. On peut l atteindre soit par l autoroute des Laurentides (A-15), sortie 8, boulevard Saint-Martin jusqu au boulevard Le Corbusier ou Industriel Nord, pour le secteur ouest de l unité communautaire ; poursuivre jusqu au boulevard des Laurentides, par le boulevard Saint-Martin, pour atteindre le secteur est de l unité communautaire. SECTEUR 2 HISTORIQUE L histoire de l unité communautaire Renaud-Coursol remonte au développement du lieu-dit Cap Saint-Martin, qui s amorce principalement au début du XX e siècle, suite à la construction du chemin de fer et de l exploitation des carrières. En 1953, une loi provinciale accorde le statut de ville à une partie de Saint-Martin, l autre partie demeurant municipalité de paroisse qui devient, en 1959, la ville de Renaud. Les années 1950 et 1960 sont caractérisées par une occupation rurale, d où pointent quelques projets de développement urbain, principalement en bordure ou à proximité du boulevard des Laurentides ; mais le développement urbain ne représente à ce moment-là qu environ 2 % du territoire et ne suit aucun plan directeur ni de zonage. La population est donc le reflet de ce développement. De faible densité, elle est vouée à une économie rurale. Très peu d usines y sont implantées. Au plan architectural, on retrouve 45

47 quelques bâtiments représentatifs, en bordure de la rue de la Station et du boulevard des Laurentides. Ces bâtiments sont le reflet d une technique de construction devenue désuète. Cette unité communautaire porte les noms de Joseph Renaud, député du comté provincial de Laval ( ), et de Clodomir Coursol, curé de la paroisse Saint-Martin ( ). SECTEUR 2 PARCOURS Compte tenu de la configuration de cette unité communautaire, dont le territoire est divisé à la fois par le chemin de fer et le boulevard Industriel, deux parcours sont proposés : l un dans le secteur est, l autre, dans le secteur ouest de l unité communautaire. PARCOURS 1 : 4,3 km (secteur est) Début du parcours : sur le boulevard des Laurentides, côté ouest, face au 1487, boulevard des Laurentides, au sud de l autoroute 440 Pavillon des Charmilles En 1833, cette résidence fait partie de la ferme très étendue de Basile Saumur et de sa femme Marie Meilleur. La propriété est cédée, vers 1850, à Mgr Jacques-Janvier Vinet qui fait construire à proximité, en 1860, une grange, une étable, une écurie et un hangar. En 1879, la maison et les terres qui l entourent sont cédées à la Corporation du collège Sainte- Marie de Montréal, avec obligation de transformer la maison en chapelle ou d y ériger une église. La Corporation utilise plutôt la résidence comme maison de campagne pour les prêtres et les élèves du collège. 46

48 Les conditions de la donation n ayant pas été respectées, l ensemble de la propriété est vendu en 1906 à Isaïe Desormeault, entrepreneur de la municipalité de la paroisse de Saint-Martin. Par la suite, la terre est divisée. Plusieurs propriétaires se succèdent dans la maison, dont la famille Eberly qui la transforme en auberge ( ). La maison est abandonnée pendant quelques années, puis, en 1953, elle est achetée par Joseph Moulin qui y fonde le Domaine du Cap, une maison pour enfants. À partir de 1962, la résidence est aménagée en centre d accueil pour personnes âgées. Monsieur Moulin dirigea le centre et à son décès, sa fille Marie-Christine prit la relève et lui donna le nom de Résidence Marie-Christine. La résidence est actuellement devenue un établissement privé pour convalescents de tous âges, sous le nom de Résidence des Charmilles. SECTEUR 2 REJOINDRE LA RUE DE LA STATION PAR LES RUES LAMER ET DANIEL Rue de la Station Secteur de manufactures PRENDRE, VERS LE SUD, LA RUE DE TRIPOLI Rue de Tripoli Cette rue longe le chemin de fer du Canadien Pacifique et devient, au sud, la rue Fleetwood où se trouve une gare de train de banlieue qui amène les passagers jusqu à la gare Jean-Talon à Montréal. Cette rue constitue un agréable secteur résidentiel. TOURNER À GAUCHE À LA RUE DE SILLERY ET EMPRUNTER LA RUE VALLIÈRES VERS LE NORD ET LA RUE RENAUD VERS L OUEST Rue Renaud Centre commercial de la Place Renaud Parc du Curé-Coursol Le parc possède une aire de jeux pour les enfants. 350, rue Richard École Coursol École primaire sur le terrain attenant au parc Curé-Coursol. 47

49 POURSUIVRE SUR LA RUE RICHARD JUSQU À LA RUE VALLIÈRES ET REVENIR AU POINT DE DÉPART FIN DU PARCOURS SECTEUR 2 PARCOURS 2 : 2 km (secteur ouest) Début du parcours : par le boulevard Saint-Martin, rejoindre le boulevard Tessier en direction nord ; emprunter la rue Wilfrid-Pelletier à droite 1610, rue Wilfrid-Pelletier Maison privée utilisée comme chapelle et presbytère de la paroisse Saint-Urbain, fondée en 1964 ; cette 29 e paroisse, de l Île Jésus est constituée d un détachement de la paroisse Saint- Martin. Parc Wilfrid-Pelletier POURSUIVRE VERS LA GAUCHE, SUR LA RUE DUMOUCHEL Centre communautaire Renaud 48

50 Parc Chopin Ce parc possède une piscine extérieure. 1755, rue Dumouchel École Simon-Vanier École primaire attenante au parc Chopin. 1855, rue Dumouchel Centre communautaire Renaud REPRENDRE LE BOULEVARD TESSIER VERS LE SUD POUR REVENIR AU POINT DE DÉPART SECTEUR 2 FIN DU PARCOURS 49

51 Le secteur 3, qui longe la rivière des Prairies, est circonscrit par trois autoroutes : l autoroute Chomedey (A-13), l autoroute Laval (440) et l autoroute des Laurentides (A-15). Il comprend les quatre unités communautaires suivantes : Chomedey-Est Chomedey-Sud Chomedey-Ouest Chomedey-Nord Ce secteur est constitué des trois anciennes municipalités de l Abord-à- Plouffe, Saint-Martin et Renaud, fusionnées en 1961, pour former la cité de Chomedey. Cette fusion devait être à l origine de la fusion des autres villes et cités de l Île Jésus. L UNITÉ COMMUNAUTAIRE CHOMEDEY-EST On peut accéder à l unité communautaire Chomedey-Est par l autoroute des Laurentides (A-15), sortie 7, boulevard Cartier pour rejoindre le boulevard Lévesque, direction ouest, par le boulevard Clermont. SECTEUR 3 HISTORIQUE (voir aussi Chomedey-Sud: Historique) Pour retracer l origine de ce secteur de l Île Jésus, il faut remonter à l histoire de l une des trois villes qui ont formé l ex-cité de Chomedey, la ville de l Abord-à-Plouffe, dont l unité communautaire Chomedey-Est occupe une partie du territoire. Avant d obtenir, en 1915, l incorporation en municipalité de village de l Abord-à-Plouffe, les citoyens de cette partie de la municipalité de paroisse Saint-Martin avaient soumis à leurs autorités locales plusieurs demandes, dont une première en 51

52 1878. Malgré une attente de 37 ans, ils durent patienter encore 13 ans avant que soit érigée la première paroisse du village, sous le nom de Saint-Maxime. Tout comme la construction du pont Viau amena le développement rapide de cette ville, de même la construction du pont Lachapelle accéléra la croissance de l Abord-à-Plouffe, favorisant les communications entre Montréal et l Île Jésus et permettant aux cultivateurs de se rendre plus facilement aux marchés de Montréal pour vendre leurs produits. Le pont a aussi favorisé les premières expansions de Montréal vers l Île Jésus. En 1947, le village devient la ville de l Abord-à-Plouffe, et connaît un essor considérable, devenant la ville la plus peuplée, la plus urbanisée et dont l administration municipale est la mieux organisée des trois villes qui constitueront la future cité de Chomedey. SECTEUR 3 PARCOURS : 1,6 KM On peut atteindre l unité communautaire Chomedey-Est par le boulevard Curé-Labelle ou par le boulevard Daniel- Johnson, pour rejoindre le boulevard Lévesque Ouest. Le parcours consiste à arpenter les différentes avenues de cette partie de l unité communautaire, en observant l architecture des résidences et en profitant de la proximité de la rivière des Prairies. Quelques maisons méritent une attention spéciale. Début du parcours : la 66 e Avenue 66 e Avenue Maison ancienne à l adresse e Avenue Maisons anciennes aux adresses 1 et 88 52

53 68 e Avenue Maisons anciennes aux adresses 41, 64 et e Avenue Maison ancienne à l adresse 48 À l extrémité de certaines de ces avenues, des bancs permettent de se reposer face à la rivière. À l angle de la 1 re Rue et de la 68 e Avenue se trouve un petit parc dans lequel a été érigé, en 1916, un monument à Jeanne d Arc. Il porte une triple inscription : un hommage de reconnaissance aux ancêtres de Wilfrid Lorrain, juge de paix, maire et préfet de l Abord-à-Plouffe, en 1917, et qui a laissé son nom à ce parc ; la célébration du 25 e anniversaire de l incorporation de l Abord-à-Plouffe, obtenue en 1947 par l intercession de Jeanne d Arc ; et enfin, un hommage aux Canadiens morts en France durant la guerre de LE PARCOURS PEUT SE POURSUIVRE PAR LA VISITE DU MUSÉE ARMAND-FRAPPIER ET PAR UNE PROMENADE DANS LE PARC SCIENTIFIQUE ET DE HAUTE TECHNOLOGIE REMONTER VERS LE BOULEVARD LÉVESQUE ET EMPRUNTER CE BOULEVARD VERS L EST JUSQU AU BOULEVARD ARMAND-FRAPPIER SECTEUR 3 Musée Armand-Frappier 531, boulevard des Prairies Musée Armand-Frappier Musée scientifique dédié à l œuvre du docteur Armand Frappier ( ), médecin, microbiologiste, bâtisseur et propagateur de la médecine préventive. 53

54 L exposition permanente témoigne de la réalisation de 50 années de lutte contre les maladies infectieuses, en particulier par les travaux du docteur Frappier sur la tuberculose et sa prévention par le vaccin BCG (bacille Calmette-Guérin). Le but du musée est «d éveiller l intérêt des jeunes aux sciences». À cette fin, il offre aux jeunes de 10 à 15 ans, un camp de jour d une semaine «d initiation au monde de l infiniment petit». Parc scientifique et de haute technologie Voir la section des Parcs FIN DU PARCOURS SECTEUR 3 L UNITÉ COMMUNAUTAIRE CHOMEDEY-SUD On peut accéder à l unité communautaire Chomedey-Sud, soit par l autoroute Chomedey (A-13), sortie 12, boulevard Notre-Dame Est ; soit par le boulevard Curé-Labelle jusqu au boulevard Lévesque en direction ouest. HISTORIQUE L unité communautaire Chomedey-Sud couvre la plus grande partie de l ancienne ville de l Abord-à-Plouffe, y compris les terres à l ouest de son territoire annexées en 1957 et qui la jouxtaient à la municipalité du village de Sainte-Dorothée. Pour expliquer le nom de cette ville, il faut remonter au début de son histoire où l on retrouve le nom d une famille de cinq frères établis en amont et en aval du pont Lachapelle, et dont l ancêtre s était fixé, vers 1740, sur les bords de la rivière, en face de Cartierville. À partir de 1806, dès le printemps et tant que les eaux de la rivière étaient assez hautes, les riverains voyaient descendre de grands radeaux flottants chargés de billots, qui allaient rejoindre le fleuve pour se rendre jusqu à Québec et, de là, en Angleterre. On appelait ces radeaux des «cages» ou «trains de bois», et ceux qui les montaient des «cageux». 54

55 Ces «voyageurs-forestiers» étaient des bûcherons qui partaient durant les longs mois d hiver dans les forêts de l Outaouais. Ils bûchaient, ramenaient le bois à la rivière et, le printemps venu, se transformant en draveurs*, ils conduisaient leur chargement jusqu aux moulins à scie. Avec ces arbres débités, on faisait des radeaux, en superposant et reliant ensemble les billots par des liens et des chevilles de bois. On attachait ensuite les radeaux les uns aux autres et on les chargeait de bois, constituant ainsi des «trains de bois». Les draveurs* s arrêtaient en amont des rapides du Gros- Sault, en face du moulin du Crochet et abordaient sur les terres appartenant à l une des familles Plouffe : cet endroit prit rapidement le nom de l Abord-à-Plouffe. Cet arrêt servait à se préparer à traverser les rapides ; les draveurs* divisaient alors les radeaux pour en faire des plus petits ; les cages détachées à l Abord-à-Plouffe, étaient remontées à Saint- Vincent-de-Paul. À l arrivée du chemin de fer, en 1892, ces cages circulèrent de moins en moins sur la rivière ; la dernière passa en 1908 pour commémorer le tricentenaire de la ville de Québec et les cent ans de la drave. C est ainsi que l histoire de l Abord-à-Plouffe a été liée à l époque prospère des cageux de Philémon Wright, un américain de Boston, qui, avec d autres marchands anglais, contrôlaient au XIX e siècle, le lucratif commerce du bois. Certains de ces «draveurs» ont été célèbres dans le monde entier à cause de leur réputation d hommes forts, tels : Louis Cyr, Hector Décarie, Anthime Charbonneau, Noël Fauteux et Joe Montferrand, qui devinrent personnages légendaires. Tandis que le secteur à l est de la 83 e Avenue est un secteur ouvrier, où les duplex et bungalows sont modestes et l activité commerciale importante, dans la partie ouest, le secteur est plus résidentiel, avec des habitations à logements multiples plus nombreux et des bungalows qui datent des années Trois personnalités se sont imposées dans l histoire de l Abord-à-Plouffe : Venance Lemay était aubergiste, charretier et commerçant ; il fut également le premier instituteur de la seule école du village. Son hôtel était situé à la croisée de deux routes, aujourd hui la 83 e Avenue et le boulevard Lévesque, ancienne montée de l Abord-à-Plouffe ; c était le rendez-vous des «cageux» et des navigateurs. Chaque année, il mettait jusqu à 22 voitures à leur disposition et pour une somme modique, assurait le transport de ceux-ci entre l Abord-à- Plouffe et Saint-Vincent-de-Paul. Venance Lemay était d une charité proverbiale. À sa mort, en 1883, il fut inhumé dans la crypte de l église de Saint-Martin. SECTEUR 3 55

56 Wilfrid Lorrain succéda à Martin Plouffe, fils, premier maire de l Abord-à-Plouffe; il possédait une conserverie de tomates fondée par son père Eusèbe Lorrain en 1891, qui employait 75 travailleurs et dont la production moyenne annuelle était de boîtes de conserve, soit environ livres de tomates. Membre de multiples sociétés, assureur et agent immobilier, nommé juge de paix en 1917, préfet du comté de Laval en , secrétaire de la Commission Scolaire, maire de Saint-Martin, il assuma bien d autres responsabilités qui lui valurent la réputation bien méritée d homme actif et débrouillard. Hugh Paton, voir le Parcours 2 : Île Paton SECTEUR 3 PARCOURS On atteint l unité communautaire Chomedey-Sud par le boulevard Curé-Labelle et le boulevard Lévesque Ouest. Deux parcours sont proposés. Le premier le long du boulevard Lévesque et le second, à l île Paton. PARCOURS 1 : 2,4 km Début du parcours : à l église Saint-Maxime, entre la 77 e et la 80 e Avenue Église Saint-Maxime La paroisse Saint-Maxime, détachement de la paroisse Saint- Martin, a été érigée en 1928, plus de dix ans après la création de la municipalité de village de l Abord-à-Plouffe. Avant la construction de l église, en 1958, les offices religieux étaient célébrés dans la première école Saint-Maxime, située au 3781 boulevard Lévesque, devenue le Centre Jean-Paul- Campeau. 56

57 Le docteur François-Xavier Plouffe fit don de l autel, des chandeliers et de la balustrade ; monsieur E.-H. Lemay, du calice d argent, madame Élodie Boucher, des fleurs, et monsieur Hugh Paton d harmonium. 3700, boulevard Lévesque Ouest Presbytère de la paroisse Saint-Maxime CONTINUER SUR LE BOULEVARD LÉVESQUE, EN DIRECTION EST 3685, boulevard Lévesque Ouest Maison ancienne, en retrait, cachée par sa haute haie. Parc St-Maxime 3680, boulevard Lévesque Ouest École secondaire Saint-Maxime Parc Saint-Maxime et Berge des Cageux SECTEUR 3 Le parc, attenant au terrain de l école secondaire, possède une piste de course et une piste cyclable. Une rampe pour la mise à l eau des bateaux est aménagée sur la berge qui possède aussi des bancs et des tables à pique-nique. On accède à la berge par le stationnement, situé à l arrière de l école Saint-Maxime. 3650, boulevard Lévesque Ouest Centre d études de l Université du Québec à Montréal Ancien Institut familial ouvert par les sœurs de Sainte-Croix, dans les années

58 3550, boulevard Lévesque Ouest Infirmerie des frères de Sainte-Croix Cette maison que l on appelle le Grand Saint-Joseph, appartient aux frères de Sainte-Croix depuis Anciennement Villa Saint-Martin, elle fut construite par les pères Jésuites en 1912 sur un terrain donné par Martin Plouffe, père, décédé en 1914 ; on baptisa la villa du nom choisi par son généreux donateur. C est une vaste maison en brique rouge, avec une véranda qui la contourne ; l intérieur comprend une salle commune, une quarantaine de chambres, des réfectoires et une chapelle. SECTEUR 3 Pont Lachapelle Le pont Lachapelle, tel qu il existe actuellement avec sa structure métallique, date de 1890 et a été doublé en 1977, après avoir subi d importantes modifications en Le premier pont qui reliait les rives de Montréal et de l Île Jésus était en bois et fut construit vers 1848 ; il remplaçait alors la traverse qui menait les voyageurs de Cartierville à l Abord-à- Plouffe. Longtemps appelé pont de Cartierville, il prit le nom de son constructeur, Persiller dit Lachapelle, fils, grâce à l intervention de la Compagnie des Chemins, propriétaire du pont. REVENIR VERS L OUEST SUR LE BOULEVARD LÉVESQUE, JUSQU À LA 77 e AVENUE. TOURNER À DROITE POUR SE RENDRE AU BOULEVARD CURÉ-LABELLE 435, boulevard Curé-Labelle Place des Aînés Fondée en 1994 à l initiative de l administration du maire Gilles Vaillancourt, la Place des Aînés est le lieu de rendezvous des 60 ans et plus de la ville de Laval, qui peuvent y pratiquer quelques sports et prendre part aux activités, cours et ateliers de créativité qui y sont offerts. REVENIR VERS LE BOULEVARD LÉVESQUE EN DIRECTION OUEST, EN DESCENDANT LA 80 e AVENUE Dans la 2 e Rue, non loin de la 80 e Avenue La Croix de chemin Clermont a été érigée en 1968 par les professeurs de l ancienne école. 3781, boulevard Lévesque Centre communautaire Jean-Campeau À partir de 1922 et jusqu à la construction de la première église paroissiale en 1928, les offices religieux du dimanche 58

59 étaient célébrés dans ce bâtiment, qui était à l époque la première école Saint-Maxime. Aujourd hui, le Centre est à la fois communautaire et sportif. 3810, boulevard Lévesque Usine de production d eau potable Cette usine construite en 1927 a subi, au cours des ans, de nombreux agrandissements et des transformations majeures pour répondre aux nouveaux besoins de la population, en particulier dans les années Actuellement usine de production d eau potable, elle est dotée de systèmes d ozonation et de bioxyde de chlore à la fine pointe de la technologie, assurant aux citoyens une eau de grande qualité. Avec sa capacité de production quotidienne de m 3 d eau et une capacité de pompage, de m 3 d eau, l usine alimente 49 % du territoire de Laval. FIN DU PARCOURS PARCOURS 2 : 2,5 km SECTEUR 3 L île Paton Cette île qui fait partie de l unité communautaire Chomedey- Sud, est située au sud du boulevard Lévesque, à l ouest du parc Berthiaume-Du-Tremblay ; on y accède par la promenade des Îles, vers le sud. En 1871, Olivier Rapidieu dit Lamer vend cette île qui avait appartenu auparavant aux Boudreau pendant plusieurs générations, à l homme d affaires montréalais d origine 59

60 SECTEUR 3 écossaise Hugh Paton. Celui-ci y fait construire une résidence d été qu il occupe à longueur d année ; après avoir acquis de nouvelles terres sur l île, son domaine représentait 300 arpents sur le territoire de l Abord-à-Plouffe. De plus, il fait construire un pont pour relier l île à la terre ferme. Le domaine Paton comprenait, outre sa résidence d allure princière, un terrain de golf, une serre, des écuries et un parc magnifique, où, pendant 20 ans, les membres du Hunt Club de Montréal venaient y faire la chasse à courre. Cet homme s intégra à la population de l Abord-à-Plouffe ; il sut se faire aimer des citoyens de l Île Jésus, envers lesquels il était d une générosité exemplaire ; il leur apportait son appui et son assistance chaque fois qu une amélioration s imposait dans la région et encourageait les élèves des écoles en leur distribuant des prix. De plus, l entretien de son domaine fournissait du travail à plusieurs résidents de l Abord-à- Plouffe. L île qui porte son nom est aujourd hui occupée par de nombreux condominiums hauts de gamme ; les îles Paton et Du Tremblay sont reliées entre elles et à la terre ferme par trois ponceaux. Début du parcours : le stationnement municipal de l île Paton On peut se promener au hasard des rues de ces îles en découvrant les développements domiciliaires et le paysage ou suivre l itinéraire suivant : Tourner à gauche dans la promenade Paton et, à droite dans la promenade des Îles, de nouveau à gauche dans le Chemin des Cageux et continuer dans la rue Du Tremblay qui rejoint la promenade des Îles ; tourner à gauche dans cette rue et à droite, dans l avenue du Havre-des-Îles; revenir sur la promenade des Îles, vers la droite, et rejoindre le stationnement par la promenade Paton, à droite. FIN DU PARCOURS 60

61 L UNITÉ COMMUNAUTAIRE CHOMEDEY-OUEST On accède facilement à l unité communautaire Chomedey- Ouest par l autoroute Chomedey (A-13) sortie 12, en direction du boulevard Saint-Martin, vers l est. HISTORIQUE L unité communautaire Chomedey-Ouest couvre la partie ouest du territoire de la municipalité de paroisse Saint- Martin. Cette municipalité a été à l origine de la création de plusieurs municipalités de paroisses. La première fut celle de Sainte-Dorothée créée en 1869, d un détachement de sa partie ouest ; au même moment était créée la paroisse religieuse de Sainte-Dorothée. Le 8 août 1901, une sixième paroisse religieuse est érigée canoniquement : la paroisse Saint-Elzéar. La création de la municipalité de paroisse du même nom suivra en 1904, constituée d un remembrement de parties de territoire soustraites aux municipalités de paroisse Sainte-Rose, Saint- Vincent-de-Paul et Saint-Martin. En 1912, le secteur du Parc- Laval (cf. secteur 2), se détache de la paroisse Saint-Martin pour devenir la ville de Laval-des-Rapides. Quelques années plus tard, en 1915, l Abord-à-Plouffe se détache de la municipalité de paroisse de Saint-Martin pour devenir village. Avant de changer de statut pour devenir la ville de Renaud, en 1959, la municipalité de paroisse Saint-Martin connaîtra un autre détachement, celui du secteur le plus urbanisé de la municipalité de paroisse qui deviendra, en 1953, la ville de Saint-Martin. En 1961, la cité de Chomedey sera créée à partir de la fusion des trois villes : l Abord-à-Plouffe, Renaud et Saint-Martin. SECTEUR 3 PARCOURS : 3.2 km On peut atteindre l unité communautaire Chomedey-Ouest par le boulevard Labelle et le boulevard du Souvenir vers l ouest, jusqu à son extrémité, à l angle de l avenue Clarendon; ou encore, par l autoroute Chomedey (A-13), sortie 12, en direction du boulevard Notre-Dame Est, qui croise l avenue Clarendon. 61

62 Début du parcours : près du parc-école Western Laval High School, au coin du Chemin du Souvenir et de l avenue Clarendon SECTEUR 3 Parc-école Western Laval Une piste cyclable traverse le parc. 5075, boulevard du Souvenir Western Laval High School École secondaire de la Commission scolaire anglophone Sir Wilfrid Laurier. 4949, chemin du Souvenir Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours 4885, chemin du Souvenir École Souvenir et son parc-école École primaire de la Commission scolaire anglophone Sir Wilfrid Laurier. Boulevard du Souvenir Église grecque orthodoxe MARCHER SUR LE BOULEVARD DU SOUVENIR, JUSQU À L AVENUE EFFINGHAM ET DESCENDRE CETTE AVENUE JUSQU AU BOULEVARD NOTRE- DAME Cette avenue, comme plusieurs autres avenues situées entre le boulevard du Souvenir et la 4 e Rue, est ombragée par des arbres de plusieurs dizaines années. 62

63 Église grecque orthodoxe TRAVERSER LE BOULEVARD NOTRE-DAME ET REJOINDRE, EN DIRECTION OUEST, LE CHEMIN DU SABLON 755, CHEMIN DU SABLON CENTRE DU SABLON Centre communautaire, culturel et sportif La Corporation du centre du Sablon est un organisme à but non lucratif, dont l immeuble a été acquis de la communauté juive par la ville de Laval en Il a pour but de combler les besoins sociaux, récréatifs et culturels de la population en offrant un éventail très varié d activités qui s adressent aux différents groupes d âge. En plus de la piscine intérieure, des gymnases de différentes dimensions, des locaux pouvant accueillir de petits groupes et de grandes assemblées, le centre offre un service d accueil, d écoute et d orientation vers les ressources appropriées du milieu. SECTEUR 3 À PARTIR DU CHEMIN DU SABLON, REJOINDRE L AVENUE DEVONSHIRE ; DESCENDRE CETTE AVENUE 750, avenue Devonshire École Crestview École primaire de la Commission scolaire anglophone Sir Wilfrid Laurier. POURSUIVRE SUR L AVENUE DEVONSHIRE JUSQU À LA RUE D ARCY-MC GEE, À DROITE, ET LA RUE DISRAÉLI JUSQU À LA RUE DUNDAS ; CONTOURNER LE PARC DU SABLON PAR LA RUE BENNETT OU PAR LA 4 e RUE 63

64 Parc du Sablon Ce parc s étend, du nord au sud, entre la rue Campbell et le chemin du Sablon et la 4 e Rue, et de l ouest à l est, entre l avenue Clarendon et la rue Bennett. Il possède des infrastructures récréatives et, du côté est, un joli bosquet. ON PEUT RETROUVER LE POINT DE DÉPART EN REMONTANT L AVENUE CLARENDON OU LA RUE BENNETT, ET LE CHEMIN DU SABLON JUSQU AU BOULEVARD NOTRE-DAME POUR ATTEINDRE, VERS L OUEST, L AVENUE CLARENDON Sur le boulevard Notre-Dame, on longe les temples de la Congrégation Sharr Shalom et celui de la Communauté Sépharade de Laval. SECTEUR 3 FIN DU PARCOURS L UNITÉ COMMUNAUTAIRE CHOMEDEY-NORD L unité communautaire Chomedey-Nord correspond en partie à l ancien village Saint-Martin. On y accède par l autoroute des Laurentides (A-15), sortie 9, direction boulevard Saint-Martin Ouest, qui conduit à l église, début du parcours. HISTORIQUE En 1774, la quatrième paroisse de l Île Jésus, Saint-Martin, est fondée à partir d un détachement de la paroisse Saint- Vincent-de-Paul. Son territoire s étend, du sud au nord, de la rivière des Prairies à la paroisse Sainte-Rose-de-Lima, et, de l est à l ouest, de la paroisse Saint-Vincent-de-Paul au lac des Deux Montagnes. Le peuplement de la nouvelle paroisse au XIX e siècle se fait en trois étapes. Tout d abord, après la construction de la première église en 1782 et jusqu au début du XIX e siècle, une agglomération se crée selon deux axes : la côte Saint-Martin et la montée de l Abord-à-Plouffe ; cette dernière, chemin de 64

65 poste traversant l Île Jésus du nord au sud vers Montréal, donne à la paroisse une position stratégique. Le centre de l agglomération se situe à la croisée de ces deux chemins, là où l on retrouve les premières institutions : église, couvent, collège. De 1802 à 1837, ce noyau villageois s étend au-delà de la côte Saint-Martin jusqu au Trait-Carré ; cinq rues apparaissent alors, qui communiquent avec la Grande Rue. De 1838 à 1861, un important noyau se développe à l est de la montée de l Abord-à-Plouffe, qui verra sa population doubler au cours de ces années et deviendra Pont-Viau. Vers le milieu du XIX e siècle, le village de Saint-Martin connaît une importante activité qui engendre le développement économique du secteur. À côté du secteur du bois qui est le plus générateur d emplois, on voit apparaître la production manufacturière avec un important marché de voitures reconnu dans tout le Bas-Canada. L entreprise des frères Pariseau sera active jusqu en 1914 ; durant cette période ils auront jusqu à 15 voituriers et leur production atteindra des records en On remarque également, à cette époque, une plus grande diversification des autres secteurs économiques. Au début du XX e siècle, le village se caractérise par la présence de boutiques de services et de quelques manufactures. L ouverture du boulevard Curé-Labelle, en 1933, amène la relocalisation de plusieurs commerces de la rue Principale dans cette nouvelle artère et contribue à accélérer le développement commercial du secteur. En 1953, l agglomération, qui n a cessé de se développer au carrefour des boulevards Saint-Martin et Curé-Labelle, se détache de la municipalité de paroisse et devient ville, puis, cité de Saint- Martin en Quant à la municipalité de paroisse, elle change de statut et de nom en 1959, pour devenir la ville de Renaud. SECTEUR 3 Deux événements ont marqué l histoire du village au XX e siècle. En premier lieu, la rébellion de En mai 1836, les Patriotes se rassemblent à Saint-Martin où ils adoptent des résolutions prônant «un projet économique distinct pour le peuple canadien» et proposent de devenir indépendants et concurrents des autres peuples dans le domaine de l agriculture et des manufactures de tous genres. Le général Colborne envahit le village avec hommes, en Deux notables de Saint-Martin se distinguent au sein du mouvement des Patriotes : le notaire André-Benjamin Papineau et le médecin Jean-Baptiste-Henri Brien. Papineau est emprisonné à la «vieille prison», de décembre 1837 à avril 1838, puis transféré à la prison de Montréal, appelée Au pied du courant, d avril à juillet Quant à Brien, il trouve refuge aux États-Unis. Le second événement fut l incendie de 1868 qui, en quelques heures, rasa 52 bâtiments du village, dont 12 maisons et 40 granges et hangars, dans le nord-est du village. 65

66 SECTEUR 3 Trois personnalités ont résidé à Saint-Martin : Charles Smallwood ( ), Pierre-Évariste Leblanc ( ) et Léon-Ernest Ouimet ( ). Charles Smallwood, jeune immigrant arrivé à Saint-Martin vers 1840, avait une passion : la météorologie. Il installa un observatoire dans la cour de sa propriété, qu il transférera à l université McGill en 1863, où il devint le premier professeur de cette discipline. Pierre-Évariste Leblanc, député conservateur du comté de Laval ( ), orateur à l Assemblée législative, chef du Parti conservateur ( ) et lieutenant-gouverneur de la province de Québec ( ). Il est inhumé dans la crypte des curés de la paroisse. Léon-Ernest Ouimet, inventeur du projecteur ouimetoscope, à l avant-garde comme cinéaste, producteur, concepteur et distributeur de films au Canada, inaugure la première salle de cinéma publique, en 1906, à laquelle il donne le nom de Ouimetoscope. PARCOURS : 3,5 km Le circuit de marche proposé couvre une partie de l ancienne paroisse Saint-Martin. On atteint l unité communautaire Chomedey-Nord par le boulevard Curé-Labelle et le boulevard Saint-Martin, en direction ouest. Début du parcours : le parvis de l église Saint-Martin Boulevard Saint-Martin Ouest Église Saint-Martin L église paroissiale Saint-Martin, construite en 1782, fut la première église de l Île Jésus située à un carrefour à l intérieur des terres. Mais huit ans s écoulèrent entre la fondation de la paroisse et la construction de l église. Durant cette période, le presbytère servit de lieu de culte pour la célébration des offices religieux. Cette première église était située à 66

67 l emplacement de l actuelle Caisse populaire Desjardins. Mais dès 1865, son exiguïté pour les paroissiens engendre la création d une nouvelle paroisse, plus à l ouest, celle de Sainte-Dorothée. La deuxième église érigée en 1874, un peu au sud-est de la première, selon les plans des architectes Bourgeau et Leprohon, est détruite par la foudre en Elle est remplacée en 1949 par l église actuelle, construite face au boulevard Saint-Martin dont elle est distante de plus de 120 mètres. Les architectes Duplessis et Labelle ont conservé à l extérieur, l esprit de l église précédente alors que l intérieur est marqué par l influence de Dom Bellot, bénédictin français, architecte à cette époque de plusieurs églises du Québec et de l abbaye Saint-Benoît-du-Lac. On a utilisé les murs de l église précédente, dont la pierre de taille* provenait de la carrière de Michel Bigras. La flèche du clocher, en cuivre, s élève à plus de 35,4 mètres du sol et est couronnée d une croix en métal forgé, surmontée d un coq girouette, élément du patrimoine paroissial. L église actuelle a perdu plusieurs des œuvres de l église incendiée en 1942, entre autres, deux crédences sculptées par Louis-Amable Quevillon, des tableaux de Louis Dulongpré et de François Malépart de Beaucourt, des pièces d orfèvrerie religieuse de Laurent Amyot et de François Ranvoyé. Certaines de ces œuvres ont été acquises par le Musée de Québec. SECTEUR 3 Église St-Martin 67

68 Le chemin de croix a été achevé en 1950 par le sculpteur Guardi ; la lampe du sanctuaire en argent date du XVIII e siècle et est faite en piastres* françaises battues ; une statue de la Vierge de l Immaculée-Conception, don de la fabrique de Saint-Jacques-de-l Achigan, est la dernière statue en papier mâché fabriquée par les sœurs Grises de Montréal ; l orgue Casavant provient de la chapelle du Mont-Saint-Antoine. SECTEUR , boulevard Saint-Martin Ouest Presbytère de la paroisse Saint-Martin Le premier presbytère de la paroisse, construit en 1774, sert au culte, en attendant la construction de l église. Démoli en 1881, il est remplacé, en 1882, par un second presbytère sur lequel on exécute des travaux de réfection en La galerie est couverte en 1900 et 1915 et, en 1959, on y annexe une cuisine. Une seconde cheminée a également été ajoutée du côté est. Le presbytère est un bâtiment de deux étages, d inspiration classique, coiffé d un toit à deux versants* avec une cheminée et un oculus* sur le mur-pignon* latéral ouest. Devant le presbytère, un parc, dont certains arbres ont été plantés grâce au curé Maxime Leblanc, cousin de Pierre- Evariste Leblanc, qui a administré la paroisse pendant 47 ans ( ), apporte un cachet à la place publique. Cimetière Le cimetière de la paroisse Saint-Martin est situé à l arrière de l église et se prolonge jusqu au boulevard du Souvenir en occupant un espace en forme de L. Ce cimetière est le second de la paroisse ; le premier situé derrière la Caisse populaire Desjardins actuelle, a été utilisé jusqu en La place publique Dans les villages d autrefois, la place publique était d abord un lieu de rassemblement et de relations publiques qui servait aussi bien aux discours politiques, qu au commerce et à l information. La fonction du crieur publique chargé de transmettre les avis, nouvelles, lois et règlements qui régissaient la bonne marche de la cité, revêtait une grande importance et la criée* regroupait, sur la place publique, la population du village. C est là, entre autres, que le premier maire de Saint-Martin, le notaire André-Benjamin Papineau, haranguait les foules à la sortie des offices religieux. L espace entourant l église de la paroisse Saint-Martin se structure au XIX e siècle, au fur et à mesure de la construction des bâtiments nécessaires aux activités des communautés religieuses. 68

69 À l origine, la place publique se limitait à l étendue comprise entre le parvis de l église et la rue. Lors de la construction de la troisième église, cet espace est agrandi et, en 1881, on nivèle le terrain. À partir de 1910, on y organise régulièrement des tombolas ; en 1914, un calvaire, portant une figure de bronze et une inscription commémorative, y est installé. 4114, boulevard Saint-Martin Ouest Caisse populaire Desjardins La caisse populaire a été construite sur l emplacement de la première église de 1785 dont la façade avait été agrandie en , boulevard Saint-Martin Ouest Face à l église, côté nord École secondaire Saint-Martin Cette école est construite sur le terrain où se situait déjà l école de fabrique en De 1847 à 1881, les sœurs de Sainte-Croix y enseignent aux jeunes filles : l institution porte alors le nom de couvent Saint-Martin, dédié à saint Michel. En 1881, les religieuses échangent ce couvent contre celui qui est occupé par les frères de Sainte-Croix, situé sur dans la rue du Collège, l actuelle rue du Couvent. Le couvent des religieuses devient alors collège pour les garçons où les frères, arrivés dans la paroisse en 1852, y enseignent jusqu en À leur départ, l enseignement est dispensé par des instituteurs laïques. En 1896, les frères de Saint-Gabriel prennent la direction du collège et se chargent de l enseignement jusqu en 1928, alors que la commission scolaire fait construire une nouvelle école pour les garçons. L ancienne école est démolie en SECTEUR , boulevard Saint-Martin Ouest Maison Papineau-Cléroux Au XIX e siècle, ce bâtiment est utilisé à des fins commerciales, entre autres, de magasin durant la décennie Plusieurs propriétaires s y succèdent et, à partir de 1869, il devient l étude du notaire André-Benjamin Papineau. En 1985, le dernier occupant, Origène Cléroux, le vend au CLSC, qui a pris récemment le nom de Ruisseau-Papineau ; le bâtiment porte actuellement le nom de Pavillon Norman-Béthune. Cette maison ancienne a été reconstruite à la fin du XIX e siècle. Aujourd hui inoccupée et placardée, elle conserve malgré tout quelques-unes de ses parures d antan : tourelle, dentelle de bois, toiture poivrière, fenêtre paladienne*, autant d ornements qui rappellent l architecture parfois hybride de l époque victorienne, et l intention d exprimer son statut social. 69

70 3987 à 3981, boulevard Saint-Martin Ouest Maisons de type «habitation au toit à pente douce», des années La façade est en pierre artificielle. 3910, boulevard Saint-Martin Ouest Ancien hôtel Saint-Martin TOURNER À DROITE SUR LA RUE ROBINSON SECTEUR 3 Rue Robinson Premier noyau villageois de la paroisse Saint-Martin, cette rue portait autrefois le nom de rue Principale, puis de montée de l Abord-à-Plouffe. L ouverture du boulevard Curé- Labelle en 1933 occasionne petit à petit le transfert des commerces de cette rue, dans la nouvelle artère commerciale. 1632, rue Robinson Maison de type «traditionnel d influence néoclassique», de Sa façade est en enduit*. La maison a été restaurée. 1631, rue Robinson Maison de type «traditionnel» du début du XIX e siècle. Une partie de sa façade est en enduit*. La maison a été restaurée. À L EXTRÉMITÉ DE LA RUE ROBINSON, EMPRUNTER À DROITE LE CHEMIN DU SOUVENIR JUSQU À LA RUE DU COUVENT, PUIS LA RUE SAINT-THOMAS À DROITE 982, rue Saint-Thomas Maison de type «habitation à pignon* sur rue», au toit à versants droits, des années Le mur-pignon* fait face à la rue. TOURNER À GAUCHE SUR LA RUE GRATTON 1637, rue Gratton Maison de type «fausse mansarde», avec un perron-galerie en L. 70

71 1640, rue Gratton École Notre-Dame-du-Cap L école, construite en 1954, a remplacé la deuxième école pour jeunes filles de la rue du Couvent, devenue trop exiguë. 1675, rue Gratton Maison de type «habitation à pignon sur rue», avec pignon* central, construite durant le premier quart du XX e siècle. TOURNER VERS L OUEST AU BOULEVARD SAINT-MARTIN, PUIS À GAUCHE SUR LA RUE DU COUVENT Rue du Couvent Grotte construite en 1944, par Georges Barbe et Origène Cléroux , du Couvent Ancien couvent des sœurs de Sainte-Croix Résidence avec mansarde à deux versants* et toiture en tôle à baguettes. La façade et les murs latéraux sont en pierre de taille* provenant de la carrière de Michel Bigras. Construite en 1816, elle sert d école de la fabrique pour les garçons et, occasionnellement, de lieu d hébergement aux agents de la police rurale. Lors des troubles de , elle fut utilisée comme prison. À partir de 1851, les frères de Sainte-Croix construisent la chapelle et y dispensent l enseignement aux garçons. À leur départ en 1862, l école est prise en charge par des laïcs. En 1881, les sœurs de Sainte-Croix échangent leur couvent du boulevard Saint-Martin pour ce bâtiment qui devient à la fois le second couvent des religieuses et un pensionnat pour les jeunes filles. En 1979, le couvent est vendu au CLSC du Ruisseau-Papineau ; les religieuses quittent alors la paroisse, après 135 ans de bons et loyaux services. Le bâtiment porte actuellement le nom de pavillon Norman-Béthune. SECTEUR , rue du Couvent Maison de type «vernaculaire américaine», des années Maison à deux étages, dont la toiture est à pignon* hors centre. Les murs latéraux et la façade sont à clin. 71

72 Rue du Couvent Croix de Jacques Cartier Sur le terrain de l école Leblanc, une croix a été érigée par l Amicale des anciens de l école, en 1941, pour commémorer le 400 e anniversaire du troisième voyage de Jacques Cartier au Canada. Elle est ornée d un écusson à trois fleurs de lys et faite de marbre concassé, coulée par Nazaire Lalonde. Les noms des souscripteurs ont été déposés dans le socle de la croix. 1595, rue du Couvent École Leblanc École primaire construite en FIN DU PARCOURS SECTEUR 3 72

73 Le secteur 4 occupe toute la pointe ouest de l Île Jésus. À l est, l autoroute Chomedey (A-13) le traverse du nord au sud et il est entouré d eau sur ses trois autres limites : au sud par la rivière des Prairies, à l ouest par le lac des Deux Montagnes et la rivière des Mille Îles et, au nord, également par la rivière des Mille Îles. Il comprend les unités communautaires suivantes : Sainte-Dorothée Laval/Les Îles Laval-Ouest Fabreville-Ouest L UNITÉ COMMUNAUTAIRE SAINTE-DOROTHÉE L unité communautaire Sainte-Dorothée, qui couvre la majeure partie du secteur 4, peut être atteinte par l autoroute Chomedey (A-13), sortie 15, boulevard Saint- Martin Ouest, pour rejoindre le boulevard de l Hôtel-de-ville qui conduit à la rue Principale. SECTEUR 4 HISTORIQUE À la suite de demandes faites par les paroissiens en 1865, 1867 et 1868, Sainte-Dorothée devient, en 1869, la cinquième paroisse de l Île Jésus, soit près de 100 ans après l érection de la municipalité de paroisse Saint-Martin. Celleci lui cède la côte du Bord-de-l eau et la partie ouest de la côte Saint-Martin, dite Haut-Saint-Martin, ainsi que la côte Saint-Antoine. Le site de l église est choisi en fonction de la montée Gravel. Cette voie de communication essentielle reliait le rang du Bord-de-l eau et le haut Saint-Martin ; le village s est alors développé autour de l église et de la place publique. 73

74 SECTEUR 4 Il existait cependant, dès 1850, un noyau villageois, à l intersection de la montée Champagne et de la rue Principale, où l on retrouvait un magasin général, deux forges, un hôtel et une quinzaine de maisons. On appelait ce secteur, «coin Flambant», sans doute à cause de la présence d une petite maison, sise au 189, rue Principale, où le major Colborne aurait logé pendant les troubles de Cette maison existe encore, mais elle a été rénovée ; le noyau de village quant à lui, a disparu. En 1876, la paroisse compte plusieurs voies de communication : le chemin Royal du bord de l eau, qui s étend sur toute la côte sud-ouest de l île, la côte Saint- Martin et le rang Saint-Antoine. De plus, on y dénombre six montées : Gravel, Graveline, Labrie, Paquet, Petit-Bois et la montée Neuve dite Lachapelle. Dès 1880, la municipalité entreprend de macadamiser les routes et, en 1890, les trottoirs de bois font leur apparition dans le village. L hiver, conjointement avec le conseil municipal de Sainte- Geneviève, les édiles municipaux font baliser un chemin de glace dans la rivière des Prairies, non loin des rapides du Cheval blanc. Si, dans les années 1850, l industrie laitière occupe une place prépondérante dans l économie de la municipalité, à la fin du XIX e siècle, on constate que la structure économique de Sainte-Dorothée est surtout caractérisée par l horticulture : au tournant du siècle, 70 % de la population active y est affectée. Les cultivateurs mettent en application les méthodes de culture sous couches chaudes, que Midas Dion est le premier à utiliser. De plus, les cultivateurs tirent profit de la croissance urbaine de Montréal en vendant leurs produits maraîchers dans les marchés publics. Quand surviennent, vers 1950, les marchés d alimentation à grande surface Steinberg fait son apparition vers la fin de la guerre , les horticulteurs feront face à la concurrence en se regroupant pour former les «jardiniers maraîchers» et deviennent, par la suite, actionnaires du Marché central métropolitain Ltée, dont ils avaient préconisé la création. La population de cette municipalité de paroisse, très homogène, atteint l apogée de sa croissance en Le village, détaché de la municipalité de paroisse en 1947, s unit de nouveau à elle en 1959 pour former la ville de Sainte-Dorothée. La partie ouest de Sainte-Dorothée est toutefois annexée à la municipalité de Laval-sur-le-Lac. PARCOURS : 4,1 km L unité communautaire Sainte-Dorothée possède un héritage patrimonial intéressant, que le circuit historique de marche permet d explorer. Ce circuit se situe essentiellement dans la rue Principale, entre les rues Noël et Malraux. 74

75 Début du parcours : le parvis de l église Sainte-Dorothée, le stationnement se trouve du côté ouest de l église Rue Principale Église de Sainte-Dorothée Lorsqu en 1869, Mgr Ignace Bourget autorise la construction d une église à Sainte-Dorothée, après l utilisation temporaire d une chapelle, les trois cultivateurs : Félix Charron, Louis Lorrin, père et Louis Lorrin (Laurin), fils, lèguent à la fabrique quatre terrains. Une église de places est érigée selon les plans de l architecte Victor Bourgeau entre 1871 et Benjamin Chartrand en construit la voûte et F.D. Meloche exécute les peintures qui la décorent, grâce à un legs de Christine Gravel. Un tableau de Sainte-Dorothée domine le maître-autel. Le premier orgue, installé en 1889, a été fabriqué par Louis Lahaise, un artisan de Saint-Martin. Cette église, incendiée en 1936, est reconstruite l année suivante, selon les plans des architectes Gascon-Parant, en utilisant les murs de l église précédente. Le bâtiment est en pierre, coiffé d un toit à pignon*, selon un plan à la récollette. La façade se présente comme un mur à pignon* percé de six ouvertures, d un oculus* et d une niche dans laquelle est enchâssée une statue de sainte Dorothée. Les dates de fondation de la première église et de l édification de la seconde (1869 et 1937) sont inscrites sur une pierre grise, au-dessus du fronton*. La pierre de la façade est différente de celle des murs. La sacristie entoure le chœur et excède les murs de l église, sur le côté ouest ; ce déambulatoire* sert d entrée pour l église et la sacristie. L église possède également une crypte*. Le sanctuaire est rénové en 1957 par Jean-Marcel Petrucci et l on y ajoute un revêtement et des structures de bois lors de la dernière cure de rafraîchissement de l église en SECTEUR 4 75

76 L orgue du jubé, un Casavant des années 1940, provient du couvent des sœurs de l Immaculée-Conception de Pont-Viau. Il a été donné à la paroisse après l incendie des deux premiers orgues. 655, rue Principale Presbytère de la paroisse Sainte-Dorothée Le presbytère est situé à l ouest de l église et son stationnement sert d entrée au cimetière paroissial. Il est le quatrième de la paroisse. Le premier presbytère, construit en 1868, fut utilisé comme chapelle en attendant la construction de l église ; le deuxième fut érigé en 1870, tandis que le troisième, qui datait de 1905, fut incendié vers Le presbytère actuel, une construction de 1952, a subi une cure de rajeunissement en C est un bâtiment en brique et en pierre artificielle, coiffé d un toit en pavillon* à quatre versants*, remarquable par le jeu des matériaux et des couleurs sur ses trois faces apparentes. Un vaste balcon de pierre, orné de colonnes en fer forgé, occupe les deux tiers de la façade et en contourne le coin. SECTEUR 4 Le cimetière Le cimetière est situé derrière l église et le presbytère. Certaines de ses sépultures sont très anciennes, dont celles qui sont adossées à la clôture de cèdres et celles qui prennent appui sur le mur arrière de la sacristie. Une plaque rappelle les noms des donateurs des terrains sur lesquels le site a été aménagé. Une grotte, dédiée à sainte Dorothée, a été construite à l entrée du cimetière. Depuis 1886, un chemin de croix, don de Jules Bergeron, est intégré aux monuments funéraires en petites pierres blanches. 639, rue Principale Maison de type «mansarde», de la fin du XIX e siècle, qui fut la demeure du bedeau de la paroisse. Ce bâtiment a accueilli plusieurs commerces depuis qu il a perdu sa vocation première. 632, rue Principale Maison de type «habitation d inspiration française», de la fin du XVIII e, début du XIX e siècle. Le toit à deux versants* en tôle canadienne présente deux lucarnes ; les portes sont jumelées. 76

77 , rue Principale Cette maison était autrefois de type «habitation québécoise», en pierre de taille* bouchardée*, avec pignons* et lucarnes*. Construite en 1933, elle a subi de nombreuses transformations et, depuis 1995, elle est devenue une résidence funéraire. TOURNER À DROITE SUR LA RUE MAURICE 943, 947, 951, rue Maurice Maisons de type «habitation à pignon* sur rue», avec porte hors centre, des années Le toit est à versants* droits. La façade et les murs autrefois à clin sont aujourd hui d aluminium. EMPRUNTER LA RUE DES ORCHIDÉES À DROITE, JUSQU À LA MONTÉE GRAVEL ; TOURNER À DROITE 925, montée Gravel Site de l ancienne résidence du premier maire de Sainte- Dorothée, Alphonse Couvrette. 960, montée Gravel Première école du village. Construction de brique rouge datant de Vers 1878, Clémentine Desroches, de la municipalité de Saint-Martin, y enseignait, puis en 1922, les sœurs de Sainte-Croix la prirent en charge. Elle est actuellement utilisée comme garderie. 970, rue Principale Ancien bureau de poste. Actuellement, centre de traitement du courrier postal. SECTEUR 4 TOURNER À DROITE SUR LA PLACE PUBLIQUE La place publique Construite en 1973, la place publique possède en son centre une magnifique fontaine avec une cascade d eau et un bassin. C est un agréable lieu de détente ombragé. Un monument souligne la mémoire de l un des citoyens de Sainte-Dorothée : Marcel Gamache, écrivain et comédien. 77

78 652, place Publique Maison de type «traditionnelle d influence néoclassique», construite en Le toit à deux versants* a des lucarnes*. Elle loge actuellement un restaurant haut de gamme de grande réputation. 652, place Publique 670, place Publique Bibliothèque Yves-Thériault Bibliothèque publique du réseau des bibliothèques de Laval, créée en SECTEUR 4 REVENIR SUR LA RUE PRINCIPALE, EN DIRECTION OUEST 673, rue Principale Ancienne résidence des maires Couvrette et Vaillancourt. 683, rue Principale Ancienne boulangerie Couvrette, devenue par la suite la boulangerie Renaud. 689, rue Principale Maison de type «québécois d influence américaine», des années Le toit est à versants* presque droits , rue Principale Autrefois, maison de type «québécois», cette maison a subi plusieurs transformations. Elle abrite actuellement un restaurant. 78

79 722, rue Principale Maison de type «vernaculaire américain» construite au début du XX e siècle. REVENIR VERS L ÉGLISE ET PRENDRE LA DIRECTION EST , rue Principale Maison de type «habitation à pignon* sur rue» au toit à deux versants* et à clin. La maison se trouve au fond du terrain, derrière un kiosque à légumes. 571, rue Principale Maison de type «première habitation» à plan unitaire. Elle a été transformée en commerce. 410, rue Principale Croix Trépanier Croix de chemin commémorative qui couronnait le clocher de la deuxième église Saint-Martin ( ). Elle a été érigée sur le terrain de Pierre Trépanier en , rue Principale Calvaire Lacroix Croix de chemin votive érigée en 1952 par Alphée Lacroix. La croix, avec ses extrémités galbées, a été exécutée par le menuisier M. Lecavalier de Sainte-Dorothée et le corpus par Carli, de Montréal. Une niche est fixée au bas de la croix abrite une statuette de la Vierge. La croix a dû être déplacée à deux reprises, en raison des travaux d élargissement de la route. SECTEUR 4 FIN DU PARCOURS 79

80 L UNITÉ COMMUNAUTAIRE LAVAL/LES ÎLES On peut accéder à l unité communautaire Laval/Les Îles par l autoroute Chomedey (A-13), sortie 12, pour rejoindre vers le sud le chemin du Bord-de-l Eau. SECTEUR 4 HISTORIQUE L unité communautaire Laval/Les Îles regroupe les territoires des anciennes municipalités de Laval-sur-le-Lac et des Îles- Laval. Lorsqu en 1792 se termine la concession des terres de la côte Saint-Elzéar, le secteur de Laval-sur-le-Lac était déjà entièrement concédé depuis deux générations. Le 1 er janvier 1915, la partie ouest de la municipalité de paroisse de Sainte- Dorothée se détache et forme, avec une partie du territoire initial de Sainte-Rose, la ville de Laval-sur-le-lac. Elle est alors considérée comme une station estivale pour personnes fortunées, fréquentée par l élite montréalaise. En 1941, près de 95 % des résidents sont propriétaires, nés au Québec et francophones dans une proportion de 93 %, les anglophones ne représentant alors qu environ 6 % des résidents. Laval-sur-le-Lac se distingue, déjà à cette époque, par une plage, un terrain de golf et trois parcs publics ; de plus, les maisons répondent à des critères stricts de construction et sont entourées de jardins. En vertu d une disposition spéciale de la charte de la ville de Laval émise lors de la création de la ville, le cachet de Laval-sur-le-Lac est protégé. La partie sud-ouest de l unité communautaire Laval/Les Îles regroupe cinq îles : les îles Bigras, Verte, Ronde, Pariseau et une cinquième île qui ne porte pas de nom. Elles sont reliées entre elles et à la terre ferme par des ponts. C est en 1941 que ce groupe d îles se détachent de la paroisse Sainte-Dorothée pour former la ville des Îles-Laval. Comme pour le secteur de Laval-sur-le-Lac, le développement de ces îles est contrôlé afin que soit préservé leur caractère essentiellement résidentiel. 80

81 PARCOURS Compte tenu de l éloignement des deux secteurs de l unité communautaire, les parcours proposés sont situés dans chacun de ces secteurs, le premier dans l île Roussin et le second dans les îles Bigras, Verte, Ronde et Pariseau. PARCOURS 1 : 4,5 km LAVAL-SUR-LE-LAC ET L ÎLE ROUSSIN Début du parcours : le stationnement du Club de curling de Laval-sur-le-Lac 10, avenue des pins Club de curling EMPRUNTER LA RUE DES ÉRABLES VERS LA GAUCHE 490, rue des Érables Église Saint-Jean-Gualbert L église est ouverte depuis 1951 et M. Armand Courtemanche en a été le premier curé de 1951 à Actuellement, le curé-résident dessert les paroisses Notre- Dame-de-l Espérance et Saint-Jean-Gualbert jumelées depuis SECTEUR 4 TOURNER À GAUCHE DANS LE CHEMIN DE L ÎLE ROUSSIN ÎLE ROUSSIN Cette petite île se trouve aux abords du lac des Deux Montagnes, aux confluents des rivières des Prairies et des Mille Îles. La sculpture que l on aperçoit à l entrée de l île est une œuvre de l artiste de Trois-Rivières, Danielle Thilbault, et date de

82 4, Île Roussin Résidence de l industriel Armand Bibeau, fondateur d Argo Construction Limitée (1952) et de la Compagnie Schokbéton Québec Inc. M. Bibeau a été maire de Laval-sur-le-Lac ( ) et président fondateur du Club de curling et du Club de golf Laval-sur-le-Lac. REVENIR À LA RUE LES ÉRABLES ; TOURNER À GAUCHE ET CONTINUER JUSQU AU CHEMIN DE FER Dans cette route, on peut observer, sur la gauche, le «barrage du Grand Moulin», construit dans les années 1980 et qui assure le contrôle des inondations printanières dans Laval-Ouest. Ce barrage permet l accès, à pied, à la ville de Deux-Montagnes. Le chemin de fer est celui du Canadien National qui fait la liaison entre Deux-Montagnes et Montréal. Barrage du Grand Moulin SECTEUR 4 EMPRUNTER, À DROITE, LA RUE DES PEUPLIERS Découvrir le secteur en sillonnant les rues des Sorbiers, des Bouleaux, des Pins jusqu à la rue des Cèdres. 82

83 Rue Les Cèdres De cette rue, on aperçoit, à gauche, une partie du terrain de golf Laval-sur-le-Lac, construit en 1917, par des citoyens francophones, mais qui était également fréquenté par les citoyens anglophones. À L EXTRÉMITÉ DE LA RUE DES CÈDRES, TOURNER À DROITE POUR REJOINDRE LE CLUB DE CURLING FIN DU PARCOURS PARCOURS 2 : 6,4 km Île Bigras : 3 km Île Verte : 2,5 km Île Pariseau : 0,9 km Pour atteindre les Îles, prendre le chemin du Bord-de-l Eau, à Sainte-Dorothée, jusqu à la rue du Pont ; traverser le pont, puis tourner à droite, puis à gauche, sur le chemin des Rocailles, pour emprunter ensuite à droite, le chemin du Bois ; l église Notre-Dame-de-l Espérance, fermée au culte en 1996, est située en face de la rue Beaudry. Début du parcours : le stationnement de l église Notre-Dame-de-l Espérance, sur l île Bigras SECTEUR 4 Île Bigras À partir du stationnement de l église, prendre le chemin de la Fourche, vers la gauche ; à l extrémité du chemin, tourner à droite sur le chemin du Bois, puis à droite sur le chemin des Rocailles et à droite, sur le chemin du Tour. Prendre encore la droite sur le chemin des Rocailles et, à droite, sur le chemin du Bois pour revenir au stationnement. 83

84 Île Verte À partir du stationnement de l île Bigras, rejoindre le chemin des Rocailles, traverser le chemin du Tour et le pont qui mène à l île Verte ; emprunter, à tour de rôle, le chemin des Trilles et la rue Comtois. Île Pariseau Traverser le passage à niveau à la gare du train de banlieue et tourner à droite au chemin du Mistral pour rejoindre la rue Pariseau ; emprunter la rue London, à partir de la rue Pariseau, pour rejoindre de nouveau le chemin du Mistral, le passage à niveau et le chemin des Rocailles qui permet d atteindre le deuxième embranchement du chemin du Bois, où se trouve le stationnement. FIN DU PARCOURS L UNITÉ COMMUNAUTAIRE LAVAL-OUEST L unité communautaire Laval-Ouest située au nord-ouest du secteur 4, peut être atteinte par l autoroute Chomedey (A- 13), sortie 17, boulevard Sainte-Rose Ouest, jusqu à la 55 e Avenue. SECTEUR 4 HISTORIQUE Avant la formation des paroisses et des villages, l ouest de l île a été le théâtre d une bataille historique, lorsqu en 1689, à la suite du massacre de Lachine, les Iroquois traversèrent l Île Jésus jusqu à Lachenaie. À leur retour, ils étaient attendus au fort Senneville par 28 coureurs des bois et les sieurs DuLuth et de Manthet. À la hauteur du territoire de Laval- Ouest, les Iroquois furent surpris par les Français. En effet, ceux-ci, profitant du soleil de quatre heures qui aveuglait les Iroquois, prirent les canots de flanc et, à la première décharge de fusil, tuèrent 18 Iroquois et ramenèrent à Ville- Marie ceux qui furent faits prisonniers. 84

85 Comme plusieurs unités communautaires de la ville de Laval, celle de Laval-Ouest est née de dissociations et d annexions de territoires. Il faut se reporter à l année 1858 pour découvrir l origine de la formation de Laval-Ouest. On assiste alors à la dissociation du village et de la municipalité de paroisse de Sainte-Rose-de-Lima, dont la partie ouest deviendra le futur territoire de Laval-Ouest et Fabreville. En 1915, cette partie de la paroisse, désignée jusqu alors haut Sainte-Rose, prend le nom de municipalité de Sainte-Rose-Ouest. En 1926, Noël Dutrisac vend une partie de sa terre située à l est de l actuel boulevard Sauvé, sur le bord de la rivière des Mille Îles, à des spéculateurs de New-York. Ces derniers divisent la majeure partie des terrains achetés en petits lots, vendus, par la suite, pour la construction de chalets d été. En 1930, cette partie ouest de la municipalité de Sainte-Rose- Ouest se dissocie pour former le village de Plage-Laval, qui devient rapidement un lieu de villégiature recherché, en raison de son emplacement privilégié sur les bords de la rivière des Mille Îles. Deux ans plus tard, en 1932, le village est érigé en ville, dont Albert Beaudoin devient le premier maire. En 1934, les citoyens de Plage-Laval, dont les enfants fréquentaient les écoles de Sainte-Rose-Ouest, décident de créer leur propre commission scolaire. La première école construite par Charles Lauzon sur un terrain acheté de Noël Dutrisac, portait le nom d école du Christ-Roi. Le bâtiment d un seul étage, divisé en deux pièces, est détruit par un incendie en juin 1935 et reconstruit. Parmi les premières institutrices, on retrouve les noms de Marguerite Sauriol, Simone et Suzanne Ouimet. À cette époque, les paroissiens de Plage-Laval étaient desservis par le curé de Saint-Eustache. En 1947, l archevêque de Montréal leur accorde une paroisse sous le vocable de Saint-Théophile, avec l abbé Roger Raymond comme curé-résident ; celui-ci administrera la paroisse jusqu en L église fut construite durant son ministère, selon les plans de l architecte Jacques Vincent, de Laval- Ouest, par Malo Construction de Joliette. Les verrières sont l œuvre de l artiste de renommée internationale Alfred Pellan. En 1950, on procède à la construction d une deuxième école, située plus à l ouest, sur le boulevard Sainte-Rose, que l on désigne du même nom que la première. Les sœurs de Sainte-Croix en ont assuré l enseignement jusqu en 1964, année de leur départ de Laval-Ouest. C est également en 1950 qu une partie de la municipalité de Sainte-Rose-Ouest est annexée à la ville de Plage-Laval, qui prend, en 1951, le nom de Laval-Ouest. J.-Hugues Laframboise devient le premier maire. SECTEUR 4 85

86 Dans ce secteur de l île, on retrouve plusieurs familles souches, telles les familles Chartrand, Charbonneau et Ouimet. De cette dernière famille, l histoire a retenu les noms de : L honorable Gédéon Ouimet, vingt-sixième enfant de Jean Ouimet et premier ministre de la province de Québec ( ) et surintendant de l Instruction publique (1876), fut gratifié de doctorats honorifiques par deux universités. André Ouimet, brillant avocat, emprisonné à Montréal, à la prison Au Pied du Courant lors de l insurrection des Patriotes en Aldéric Ouimet, député conservateur, ministre, juge de la Cour supérieure et président de la Banque d Épargne de la Cité et du District de Montréal, aujourd hui la Banque Laurentienne. SECTEUR 4 PARCOURS Deux parcours sont proposés pour découvrir l unité communautaire Laval-Ouest : le premier du côté ouest de l unité ; le second parcours, du côté est. PARCOURS 1 : 1,8 km Début du parcours : à l angle de la 55 e Avenue et de la promenade Riviera On peut atteindre la 55 e Avenue par le boulevard Sainte-Rose en direction ouest. Marcher le long de la piste cyclable sur la promenade Riviera, au bord de l eau, de la 55 e Avenue jusqu au boulevard Arthur-Sauvé. FIN DU PARCOURS 86

87 PARCOURS 2 : 4,8 km Début du parcours : à l angle de la 10 e Rue et de la promenade Riviera Promenade Riviera Pour atteindre la 10 e Rue, emprunter le boulevard Arthur- Sauvé, vers le nord, et au-delà du boulevard Sainte-Rose, emprunter la rue Prévert, sur la gauche, à l extrémité de laquelle se trouve la 10 e Rue. Marcher de la 10 e Rue, le long de la piste cyclable, sur la Promenade Riviera, au bord de l eau, jusqu à la 1 re Avenue. SECTEUR 4 FIN DU PARCOURS 87

88 L UNITÉ COMMUNAUTAIRE FABREVILLE-OUEST On peut accéder à l unité communautaire Fabreville-Ouest par l autoroute Chomedey (A-13) sortie 17, boulevard Sainte-Rose ouest. Par la 18 e Avenue, on pourra facilement atteindre le point de départ du parcours suggéré. SECTEUR 4 HISTORIQUE L histoire de Fabreville fait partie de la génération des municipalités de l Île Jésus, qui sont apparues au cours de l explosion démographique de l île, vers la fin des années En février 1957, la partie de la municipalité de paroisse Sainte-Rose-Ouest qui n a pas été annexée à la ville de Plage- Laval pour former Laval-Ouest, acquiert le statut de ville sous le nom de Fabreville ; ce changement de nom, croyait-on, éviterait de concevoir tout lien de dépendance au village de Sainte-Rose. En raison de la situation avantageuse de cette ville, dont les rives bordent presque entièrement la rivière des Mille Îles et de ses nombreuses plages plages des Îles, Lavoie, Barbe, Gravel, Saint-Jude, des Charmes, Saint-Gérard et Roger, Fabreville doublait sa population durant la saison estivale, atteignant les habitants, selon le recensement de De plus, la construction du pont Vachon traversant la rivière des Milles Îles, en vue du passage de l autoroute Chomedey (A-13) menant à l aéroport de Mirabel, favorise le développement tant de l ouest que de l est, de Fabreville. La construction de l hôtel de ville, le pavement des rues et l aménagement d un système d égouts se font dès Lorsque le premier maire de Fabreville, Lucien Dagenais, termine son second mandat en Il est remplacé par Jean Gioso, qui était favorable à la fusion des villes. PARCOURS : 2,1 km Le parcours proposé se situe entre la 18 e et la 15 e Avenue, à la hauteur du boulevard Frenette. Pour atteindre ce secteur, emprunter le boulevard Sainte-Rose en direction est, jusqu à la 18 e Avenue, puis descendre cette avenue jusqu au boulevard Frenette. 88

89 Début du parcours : le stationnement de l église Saint-Édouard-de-Fabreville, boulevard Frenette 790, 18 e Avenue Église et presbytère de la paroisse Saint-Édouard-de-Fabreville 20 e paroisse de l Île Jésus, la paroisse Saint-Édouard-de- Fabreville a été érigée canoniquement par le cardinal Paul- Emile Léger, en juin 1957, quelques mois après la fondation de la ville. Avant 1954, les paroissiens se rendaient à la paroisse Saint-Théophile, à Laval-Ouest. À partir de juin 1954, une desserte est établie dans la salle de l école Saint- Joseph, aujourd hui l école l Étincelle, pour les besoins du culte. En attendant la construction de l église, de 1957 à 1961, les services religieux se tenaient au cinéma Théâtre Garden, sur le boulevard Sainte-Rose. Les terrains de l église et du presbytère ont été achetés de messieurs René Ouimet et Armand Nadon. La construction de l église a été confiée aux syndics Gordon Ross, Germain Sureau et Edgar Lizotte. Les paroissiens célébrèrent la messe de minuit dans la nouvelle église, dès Le presbytère fut terminé en L église et le presbytère sont du même style ; le gros œuvre est en pierre des champs*. SECTEUR 4 Parc Saint-Édouard 89

90 À l extrémité de la 18 e Avenue Parc Saint-Édouard EMPRUNTER LE BOULEVARD FRENETTE VERS L EST ET LA 18 e AVENUE 4525, boulevard Frenette École La Source École primaire REMONTER LA 18 e AVENUE JUSQU AU BOULEVARD SAINTE-ROSE EN DIRECTION OUEST. À LA 15 e AVENUE TOURNER VERS LE SUD 1020, 15 e Avenue École l Étincelle École primaire Le long d une partie de la 15 e Avenue Cimetière de la paroisse Saint-Théophile Le cimetière possède un magnifique chemin de croix. SECTEUR 4 REVENIR AU STATIONNEMENT DE L ÉGLISE PAR LE BOULEVARD FRENETTE FIN DU PARCOURS 90

91 Le secteur 5 peut être atteint par l une ou l autre des grandes voies de communication suivantes : par l autoroute Chomedey (A-13), sortie 17, boulevard Dagenais direction ouest ; par l autoroute des Laurentides (A-15), sortie 16, boulevard Sainte-Rose est, pour rejoindre le Vieux Sainte-Rose. Le secteur 5 compte deux unités communautaires : Fabreville-Est Sainte-Rose L UNITÉ COMMUNAUTAIRE FABREVILLE-EST Pour rejoindre l unité communautaire Fabreville-Est, on peut emprunter le boulevard Dagenais, en direction ouest, ou le boulevard Sainte-Rose, dans la même direction, à partir de l une ou l autre des autoroutes Chomedey ou des Laurentides. HISTORIQUE L unité communautaire Fabreville-Est est constituée d un détachement de la partie ouest de la paroisse Sainte-Rosede-Lima. En 1915, la partie ouest de la paroisse devient la municipalité de Sainte-Rose-Ouest ou Haut Sainte-Rose, dont la partie ouest acquiert le statut de village, puis de ville, en 1930, sous le nom de Plage-Laval. Une partie de Sainte-Rose- Ouest étant annexée à Plage-Laval pour former la ville de Laval-Ouest en 1951, l autre partie devient, en 1957, la ville de Fabreville, située de part et d autre de l autoroute Chomedey (A-13), d où son appartenance à deux secteurs différents : Fabreville-Ouest, au secteur 4 et Fabreville-Est, au secteur 5. Quelques années après la fondation de la ville, on procéda, en 1960, à l érection de la paroisse Saint-Léopold. L église, située au 3827 boulevard Sainte-Rose, était auparavant une desserte de la paroisse Sainte-Rose-de-Lima. SECTEUR 5 91

92 En 1965, une partie de la paroisse Saint-Léopold est détachée pour créer une nouvelle paroisse : la paroisse Saint- Ferdinand. Un presbytère, comprenant une chapelle, est construit au de la rue Esther. Avant la construction de l église, en 1988, les offices religieux se tenaient dans les écoles Vaillancourt et Pépin. PARCOURS Deux circuits sont proposés dans cette unité communautaire : le premier, la ferme Sainte-Thérèse ; le second, dans le secteur de la montée Montrougeau. PARCOURS 1 : 4,5 km Début du parcours : la ferme Sainte-Thérèse SECTEUR 5 Lors du développement domiciliaire de cette ferme, un règlement obligeait les futurs propriétaires à construire leur maison en bois rond ; ce règlement a été aboli, mais plusieurs de ces constructions existent encore et contribuent à l agrément de ce lieu paisible. Rejoindre la ferme Saint-Thérèse par le boulevard Sainte- Rose, à l est de l école secondaire Poly-Jeunesse, à la hauteur du boulevard Mattawa. Emprunter le boulevard Mattawa, jusqu à la rue Yamaska et cette rue jusqu à la rue des Algonquins ; faire une bifurcation par la rue des Adirondacks en contournant le parc de la Ferme-Sainte-Thérèse, et rejoindre la rue des Manitous par la rue des Hurons ; poursuivre ensuite jusqu à l extrémité de la rue Mattawa. 92

93 Après avoir longé le golf de Sainte-Rose de part et d autre de la rue Mattawa, ce parcours permet de découvrir un coin retiré et calme de Laval, permet à quelques endroits, un accès au bord de la rivière des Mille Îles. Revenir au point de départ par la rue Mattawa. FIN DU PARCOURS PARCOURS 2 : 5 km Début du parcours : la bibliothèque Gabrielle-Roy, 3505, boulevard Dagenais Bibliothèque Gabrielle-Roy Cette bibliothèque, inaugurée en 1985, est une réalisation des architectes Bellili & Hébert. La sculpture extérieure est l œuvre de l artiste Andrew Stonyer. Emprunter le boulevard Dagenais vers l ouest, jusqu à la rue Luce. Traverser le boulevard Dagenais du côté sud et emprunter les rues Ingrid et Isabelle, vers le sud. SECTEUR 5 93

94 Tourner à gauche à la rue Hudon et emprunter la rue Hortense à droite, puis la rue Édith, encore à droite, et rejoindre la rue Josué. Tourner, à droite, à la rue Josué et, à gauche, à la rue Jeannette ; rejoindre la rue Isabelle et, par la rue Jacques, reprendre le boulevard Dagenais pour retrouver le point de départ. FIN DU PARCOURS L UNITÉ COMMUNAUTAIRE SAINTE-ROSE L unité communautaire Saint-Rose peut être atteinte par l autoroute des Laurentides (A-15) sortie 16, boulevard Sainte-Rose Est, qui nous conduit devant l église Sainte-Rosede-Lima. SECTEUR 5 HISTORIQUE Sainte-Rose fait partie de la première génération de villages à se développer sur le territoire de l Île Jésus. Deuxième paroisse de l île, elle est fondée en même temps que celle de Saint-Vincent-de-Paul, à cause de l éloignement de l église Saint-François-de-Sales pour les résidents de Sainte-Rose. C est en 1740 que Gilles Hocquart, intendant de la Nouvelle- France, décrète l érection de ces deux paroisses. Le siège épiscopal étant vacant, les services religieux sont dispensés dans le presbytère construit en 1741, en attendant la construction de la première église en Quant à l érection canonique, elle ne viendra qu un siècle plus tard. La première église construite en bois de cèdre est érigée sur la terre de Julien Malboeuf, à environ 6,7 kilomètres à l est de l église actuelle, sur le territoire de l ancienne ville d Auteuil. Une croix de chemin érigée en 1933, aujourd hui disparue, rappelait l emplacement de cette première église. Quelques années après la construction de la première église, la négligence et le mauvais entretien de la bâtisse obligent son remplacement par une nouvelle construction. Une mésentente, entre Mgr Briand et les paroissiens, sur la localisation de cette deuxième église, provoque l interruption de l exercice du culte entre 1768 et

95 Un accord étant finalement intervenu entre les opposants, la construction d une deuxième église à l emplacement choisi par l évêque est décidée en 1780 et se réalisera en 1788 sur des terrains cédés par Charles-Michel et Jacques-Joseph- François Filiatrault ; l église sera achevée 24 ans plus tard. Cette deuxième église est démolie en 1857, et l on utilise alors sa pierre à la construction de la nouvelle maison du bedeau ainsi qu à la remise à neuf du charnier et de la clôture du cimetière. Devenue trop petite avec les années, cette église sera remplacée par une troisième église construite en 1856, sur le même site que la précédente. La présence des deux ponts : Porteous ( ), à l est, et Plessis-Bélair ( ), à l ouest, explique en partie le développement caractéristique de Sainte-Rose. En effet, contrairement à bien d autres villages, ce développement ne se réalise pas autour de l église, mais selon deux secteurs d activités, l un aux environs de la rue des Patriotes et du boulevard Sainte-Rose, l autre autour du boulevard Sainte- Rose et du boulevard Curé-Labelle. En 1858, le village de Sainte-Rose se détache de la municipalité de paroisse Saint-Rose-de-Lima pour former une municipalité distincte. En 1915, c est la partie ouest de la paroisse Sainte-Rose qui se détache pour fonder la paroisse Sainte-Rose-Ouest. En 1918, le village de Sainte-Rose obtient le statut de ville. En 1930, la partie ouest de la paroisse Sainte-Rose-Ouest devient la municipalité de village de Plage-Laval. À cette époque, Sainte-Rose connaît une importante crise économique et une baisse de sa population qui ne se corrigera qu au début des années Le résidu de la municipalité de paroisse de Sainte-Rose-de- Lima prend, en 1950, le nom de Sainte-Rose-Est qui deviendra, en 1961, la ville d Auteuil. Quant à la paroisse Sainte-Rose-Ouest, elle devient la ville de Fabreville en En 1960, la ville de Sainte-Rose annexe deux parties du territoire de la ville de Fabreville et une partie du territoire de la municipalité de paroisse Sainte-Rose-Est ; et elle devient cité, en PARCOURS : 7,4 km Le parcours de l unité communautaire Sainte-Rose permet de découvrir «le vieux Sainte-Rose» et se situe principalement sur le boulevard Sainte-Rose et la rue des Patriotes entre les rues Archambault et Lortie. Pour atteindre ce secteur, on emprunte l autoroute des Laurentides (A-15) jusqu à la sortie 16, boulevard Sainte-Rose Est. SECTEUR 5 95

96 Début du parcours : le parvis de l église Sainte-Rose-de-Lima SECTEUR 5 Église Sainte-Rose-de-Lima L église Sainte-Rose-de-Lima, troisième de la paroisse, a été construite selon les plans de l architecte Victor Bourgeau, entre 1852 et Ses murs sont en pierre taillée, mais les murs du chœur et de la sacristie sont faits d un mélange de pierre à moellon*. À l extérieur, entre les deux clochers, la statue de bois de Sainte-Rose-de-Lima, recouverte de cuivre, date de

97 L église a été classée monument historique par le ministère des Affaires culturelles en 1974 ; on doit au sculpteur Philippe Liébert deux statuettes en bois et le maître-autel qui a aussi mérité la reconnaissance de bien culturel. Entre l église et le presbytère, on remarque un petit bâtiment, utilisé autrefois pour les baptêmes et la confession des sourds : c était le baptistère, maintenant transformé en bureau. Dans le parterre devant l église, la croix en fer forgé de la deuxième église a été rehaussée sur un socle qui porte l inscription : «2 e église e anniversaire » Du côté est, un monument a été érigé en reconnaissance au Sacré-Cœur, dont la statue a été bénite en , boulevard Sainte-Rose Presbytère de la paroisse Sainte-Rose-de-Lima Ce bâtiment, cinquième presbytère de la paroisse, a été réalisé selon les plans des architectes Gascon et Auger, en Son style est moderne et simple. Le premier presbytère est construit, en 1741, sur le territoire de l ancienne ville d Auteuil, près de la première église, par Jeanisse Paquette. Le deuxième, érigé sur le terrain de François et Michel Filiatrault, avant 1787, est incendié en Le troisième presbytère, une construction de type «québécois traditionnel», date de 1831 et est utilisé jusqu en Le quatrième presbytère, en pierre et de style victorien, est construit en , boulevard Sainte-Rose Ancienne maison du bedeau Maison de type «québécois», de Elle a été construite avec la pierre et le bois de la deuxième église. Le toit recouvert de tôle à baguettes est à deux versants aux larmiers* galbés* très accentués à l avant, avec une pente de 40 à 45 et il est percé de lucarnes. Les cheminées sont intégrées aux murs-pignons. Un perron-galerie borde la façade sur laquelle les fenêtres sont disposées de façon symétrique ; quant aux portes, elles ne sont pas très hautes, puisque ce n est qu au XIX e siècle que les portes connaissent la hauteur de celles d aujourd hui. De 1952 à 1956, la Caisse populaire Desjardins y loue une pièce et y installe un comptoir mobile. À partir de 1960, plusieurs commerces s y succèdent. SECTEUR 5 97

98 Ancienne maison du bedeau 216, boulevard Sainte-Rose Première école du village SECTEUR 5 Maison de type «québécois» d influence française des XVII e et XVIII e siècles, des environs de 1850 ; elle est agrandie d un second étage avec un toit mansarde, en 1870 et d une allonge du côté ouest, en Au cours des ans, ce bâtiment change plusieurs fois de vocation. De 1856 à 1881, il abrite une école modèle dirigée par les frères de Sainte-Croix et conserve sa vocation de lieu d enseignement jusqu en Au fil des ans, il loge le bureau de poste, la centrale téléphonique de Bell Canada, l hôtel de ville, le poste de police et la caserne de pompiers de Sainte-Rose. Le bâtiment est la propriété de la Ville de Laval et ses locaux sont occupés par la bibliothèque Sylvain- Garneau depuis Dans le cadre du programme Revicentre du ministère des Affaires culturelles, l édifice a été restauré en 1987 par le bureau des architectes Bisson et Hébert. La caserne de pompiers attenante à l édifice a été construite en 1930 ; sa haute tour en brique servait au séchage des boyaux d incendie. Les pompiers quittent les lieux en 1994 et leurs locaux sont utilisés, depuis 1995, par la galerie d art La vieille caserne de Rose Art. 211, boulevard Sainte-Rose Ce bâtiment construit en 1910 sur le site de l ancien cimetière et agrandi en 1935 était, à l origine, un collège pour les garçons. À la demande du notaire Adélard Léonard, il est dirigé par les frères de Saint-Gabriel, arrivés dans la paroisse en Appelée d abord académie Sainte-Rose, l institution prend le nom d école Villemaire en 1958 ; depuis l ouverture de l école polyvalente Curé-Antoine-Labelle, en 1963, elle est devenue une école primaire. 98

99 205, boulevard Sainte-Rose Cette maison était la propriété de Sévère Chartrand qui la louait à la ville pour la tenue des assemblées municipales, au prix de 10 shillings. Par la suite et pendant de nombreuses années, le terrain est utilisé par la Banque Provinciale qui ferme ses portes lors de sa fusion avec la Banque Nationale. TOURNER À GAUCHE SUR LA RUE HOTTE 36 et 38, rue Hotte Maisons de type «habitation au toit à pente douce» qui datent des années Elles étaient autrefois à clin de bois, lequel a été remplacé par l aluminium. Extrémité de la rue Hotte Usine de traitement de l eau Cette usine procède au traitement de l eau en vue de la production d eau potable, pour la population de Laval. Contrôlé par ordinateur, le procédé de traitement nécessite 16 étapes et utilise une technologie de pointe permettant d effectuer plus de 500 analyses par jour. Berge des baigneurs Devant l usine de traitement de l eau, se trouve la berge des Baigneurs, fréquentée par les amateurs de pêche. Un chemin permet de longer la berge et de se rendre à son extrémité où des bancs et des tables à pique-nique sont installés sous les arbres. Les marcheurs et les cyclistes peuvent atteindre la rue Touchette en franchissant la clôture métallique. De cet endroit, on peut voir le pont Marius-Dufresne, autrefois appelé Louis-Hyppolite-Lafontaine. Ce pont a remplacé, en 1946, le pont payant Plessis-Bélair construit en 1854 et situé un peu à l est du pont actuel. Le pont Marius- Dufresne relie les villes de Rosemère et de Laval. Vers l est, le pont du chemin de fer du Canadien Pacifique a été construit en 1876 ; la gare de Sainte-Rose, lieu d arrivée des vacanciers qui fréquentaient le Boating Club, a été démolie en Sur les bords de la rivière des Mille Îles, se trouvaient autrefois les plages Sainte-Rose, Beaulieu, Venise et Jacques- Cartier. Elles ont laissé leur nom à certaines rues, en souvenir de cette belle époque. Au début du siècle, les résidents qui bénéficiaient de ces plages, se construisaient des «baignoires» ; ces abris montés sur pilotis avaient un fond en toile ; ils étaient installés dans la rivière et reliés à la berge par de longs quais. Version ancienne des piscines modernes, elles permettaient de se baigner à l abri des regards indiscrets. SECTEUR 5 99

100 La rue Lefort était l entrée de la plage Sainte-Rose, l une des plus fréquentées. À côté du bureau de poste se trouvait le théâtre Louise. EMPRUNTER LA RUE DES PATRIOTES VERS LA GAUCHE Rue des Patriotes Cette rue, autrefois appelée avenue du Parc, est l une des plus anciennes montées de Sainte-Rose. De 1832 à 1852, elle connaît un fort achalandage, parce qu elle aboutit au pont James-Porteous qui relie Rosemère à la pointe Cyr, à Sainte- Rose, permettant le transport de la population du Nord vers l île de Montréal , rue des Patriotes Maison Desjardins. Cette maison est la plus ancienne de la rue des Patriotes et de Sainte-Rose. Ses divisions sont en pierre. 869, rue des Patriotes, à l angle de la rue Touchette Maison de type «villa avec tourelle», des années À remarquer : la hauteur de la porte donnant sur la rue des Patriotes , rue des Patriotes, à l angle de la rue Touchette Maison de type «habitation d inspiration française», de la seconde moitié du XIX e siècle. Le toit est à deux versants*, avec des larmiers* légèrement galbés. Les cheminées sont intégrées aux murs-pignons. SECTEUR 5 970, rue des Patriotes Maison de pierre dont la cheminée est intégrée à l un des murs-pignons. La toiture est à deux versants*. Vers 1940, la moitié de la maison a été démolie, y compris les lucarnes. En 1825, cette maison abritait l ancienne auberge Tassé. C est dans cette auberge qu en 1837, André Ouimet, frère de Gédéon Ouimet, futur premier ministre de la province de Québec, fonde Les Fils de la liberté et que se rassemble clandestinement le comité des Patriotes ; c est à partir de cette auberge qu ils partirent pour Saint-Eustache. La maison a également logé les soldats de Colborne, qui dirigeait alors les opérations militaires contre la rébellion et surnommé «le vieux brulôt». 100

101 À l angle du boulevard Sainte-Rose et la rue des Patriotes (côté est) À l emplacement du commerce actuel se trouvait l épicerie Le Marché Sainte-Rose. Le côté ouest de la rue des Patriotes est bordé de maisons de type «première habitation». 1160, rue des Patriotes Maison de type «mansarde», avec un toit aux larmiers* sans galbe* et des lucarnes*. Elle possède une porte centrale en façade et son ornementation est d esprit victorien ( ). 1225, rue des Patriotes Cette ancienne maison du XIX e siècle a appartenu à la famille Aldéric et Anna Goyer-Chartrand, une très ancienne famille de Laval. 1325, rue des Patriotes Maison de type «habitation d inspiration française», du XIX e siècle. Le toit est à deux versants* et la cheminée simple est intégrée au mur-pignon*. 1865, rue des Patriotes En face de cette maison en pierre se trouve le cimetière de la paroisse Sainte-Rose-de-Lima relocalisé en 1888 sur un terrain de Félix David. La croix, placée au milieu du cimetière, date de 1916 et le chemin de croix, de REVENIR AU BOULEVARD SAINTE-ROSE ET TOURNER VERS L EST 132, boulevard Sainte-Rose Maison de type «traditionnel d influence néoclassique», des années Le toit, en tôle à baguettes, est à deux versants* d une pente de 35 à 40 ; ses larmiers* sont légèrement galbés*. Les murs et la façade sont en pierre et les cheminées sont intégrées aux murs-pignons. SECTEUR , boulevard Sainte-Rose Maison de type «habitation d inspiration française», des années La toiture est à deux versants*. Les murs latéraux et la façade sont en pierre et les ouvertures sont disposées de façon asymétrique. 101

102 126, boulevard Sainte-Rose Maison de type «mansarde», avec porte centrale, des années La toiture mansarde* est à deux versants*. Autrefois, la façade et les murs étaient à clin. 111, boulevard Sainte-Rose Maison de type «petite habitation québécoise», du XIX e siècle. Le toit possède deux versants* aux larmiers* galbés* et des lucarnes*. L ornementation est d inspiration néoclassique. 105 et 109, boulevard Sainte-Rose Maisons de type «traditionnel québécois». Le toit est à deux versants*, avec une pente de 40 à 50, légèrement galbés* et des lucarnes*. Le perron-galerie est recouvert d un toit en appentis*. 99, boulevard Sainte-Rose Maison au toit plat et sans fronton*, des années , boulevard Sainte-Rose Maison unifamiliale de type «fausse mansarde», à pente douce. Le toit est percé de lucarnes. La maison est occupée par un restaurant. 84 et 88, boulevard Sainte-Rose Maisons de type «mansarde» avec une porte centrale en façade, des années Le toit est à deux versants*. SECTEUR 5 80, boulevard Sainte-Rose Maison de type «habitation nord-américaine», des années Le toit à pignons* est à deux versants*, avec une pente de 40 à 45. Autrefois, les murs et la façade étaient à clin. 60, boulevard Sainte-Rose Maison de type «québécois d influence américaine», des années , boulevard Sainte-Rose Maison de type «mansarde», à quatre versants* à pente douce, des années Les murs et la façade sont en pierre ; le brisis* de la façade est percé d une lucarne. 102

103 3, boulevard Sainte-Rose Maison de type «habitation d inspiration française», des années Le toit est à deux versants* légèrement galbés* et les murs sont en pierre. Elle abrite un restaurant. REPRENDRE LE BOULEVARD SAINTE-ROSE EN DIRECTION OUEST , boulevard Sainte-Rose Maison de type «inspiration française», des années , qui a conservé l éclat des premiers jours. Le toit est à deux versants* avec une pente de 40 à 50. La façade est à clin et les murs sont en pierre ; les portes et les fenêtres sont disposées de façon irrégulière. Cette maison est l ancienne résidence et l atelier du cordonnier-sellier Vaillancourt et du menuisier Jean-Baptiste Joly qui a exécuté les travaux de la première église. 166, boulevard Sainte-Rose Maison de type «nord-américain», de la fin du XIX e siècle. Les portes sont jumelées en façade. Un commerce occupe les lieux. 181, boulevard Sainte-Rose Maison à toit plat des années La façade et les murs sont en brique. La corniche à soffite* est recourbée. 184, boulevard Sainte-Rose Ancienne demeure, construite vers 1816 et ancien site du cercle paroissial. 192, boulevard Sainte-Rose Maison de type «mansarde» à deux étages et demi, des années , boulevard Sainte-Rose Jolie maison ancienne avec toit en bardeaux, des années SECTEUR 5 194, boulevard Sainte-Rose Maison des années , autrefois résidence du maçon François Labelle qui a travaillé à la construction de la troisième église de Sainte-Rose. 103

104 202, boulevard Sainte-Rose Maison de type «traditionnel d influence néoclassique», des années Résidence des maires Longpré et Ouimet. Premier emplacement de la Banque Provinciale, en 1913, puis celui de la Caisse populaire Desjardins, de 1952 à , boulevard Sainte-Rose Cet édifice date de 1930 ; la façade et les murs sont en brique rouge ; une horloge orne le fronton* triangulaire de la façade et la corniche est moulurée*. Jusqu en 1970, l édifice a abrité l ancien bureau de poste. Actuellement, il loge un CPE. 224, boulevard Sainte-Rose Cet édifice est le quatrième emplacement de la Caisse populaire Desjardins ; elle y est installée depuis , boulevard Sainte-Rose Édifice de la Banque Nationale établie à Sainte-Rose depuis , boulevard Sainte-Rose Ancien externat Sainte-Rose, construit par les sœurs de Sainte-Croix, en 1952, et qui est devenu, en 1958, l école Latour qui rappelle le nom du notaire Jean-Baptiste Latour, président de la Commission scolaire, pendant 20 ans. SECTEUR 5 242, boulevard Sainte-Rose Maison restaurée, «d inspiration française», des années Au XVIII e siècle, elle appartenait à Joseph Filiatrault, généreux donateur du terrain de la deuxième église. En 1858, elle loge le premier secrétariat du village de Sainte-Rose. 243, boulevard Sainte-Rose Maison de type «monumental québécois», des années Le toit est à deux versants*, le versant avant est percé de trois petites lucarnes*. Les cheminées sont intégrées aux murs-pignons* et un perron-galerie borde toute la façade. 104

105 246, boulevard Sainte-Rose Cette maison modeste au toit à pignon*, qui a été entièrement transformée, est la maison natale du curé Antoine Labelle ; une inscription rappelle l origine du lieu. 268, boulevard Sainte-Rose Maison de type «mansarde à quatre versants», des années Le brisis* du toit est percé de fenêtres. Coin sud-est des boulevards Sainte-Rose et Curé-Labelle Site de l ancien hôtel Sainte-Rose ou Robert qui devint, en 1968, Le Lido. L édifice date des environs de À l époque, ce fut un lieu de grande renommée, où l on se donnait rendez-vous en toutes saisons, mais principalement l été, attiré par le célèbre pianiste Billy Munro. Coin nord-ouest des boulevards Sainte-Rose et Curé-Labelle Site de l ancien Château Sainte-Rose, incendié vers La renommée de ce lieu, très fréquenté pour ses activités artistiques, était due, en particulier, au populaire musicien Billy Eckstein. L édifice a subi plusieurs transformations. TRAVERSER LE BOULEVARD CURÉ-LABELLE Ancienne route 17, autrefois surnommée «la montée des Vaches», elle devient par la suite la montée Bélair, avant de prendre le nom de boulevard Curé-Labelle ou route , rue Thérèse-Casgrain Manoir Thérèse-Casgrain Cette résidence pour personnes retraitées est située sur l emplacement de l ancien Boating Club fondé en 1889, et où se tenaient des régates très courues. La rue portait autrefois le nom de Marc-Aurèle-Fortin, rappelant le lieu de résidence d été de ce peintre. Un boulevard, situé dans Sainte-Rose, porte maintenant son nom. SECTEUR 5 Rue Clarence-Gagnon Cette rue porte le nom de l un des grands artistes peintres de Laval, où il a résidé. 105

106 105 et 109, rue Clarence-Gagnon Habitations du début du XX e siècle. REVENIR AU BOULEVARD SAINTE-ROSE, EN DIRECTION OUEST 321, boulevard Sainte-Rose Maison de type «habitation d inspiration française», datant de Après la construction de deux maisons en bois, une troisième maison est érigée sur ce site. La façade et les murs sont en pierre, le toit est à deux versants*. Cette très belle demeure, bien conservée, est l ancienne concession de François Auber (1732) , boulevard Sainte-Rose Maison de type «nord-américain», aux portes jumelées en façade, qui date des années La menuiserie est joliment ouvragée. Cette résidence appartenait autrefois à la famille du peintre Clarence Gagnon ; elle jouit d un décor naturel remarquable. SECTEUR 5 339, boulevard Sainte-Rose Propriété du maire Félix Labelle, cette maison a été vendue au docteur Plouffe ; la veuve de ce dernier la revend aux frères hospitaliers de Saint-Jean-de-Dieu qui la convertissent en centre de santé pour les personnes épileptiques, sous le nom d institut Saint-Éphrem. Elle a également servi de sanatorium pour les tuberculeux. En 1957, la fondation des Œuvres du Cardinal Léger achète la maison lors de la «grande corvée». Elle devient, plus tard, la propriété de la Ville de Laval. La renommée du maire Félix Labelle tient au fait qu étant propriétaire de carrières à Laval, la pierre de ses carrières servit à la construction de nombreux édifices, notamment le couvent des sœurs de Sainte-Croix, à Sainte-Rose, la gare Viger et l édifice de La Presse, à Montréal, le Château Frontenac, à Québec, le Manoir Richelieu, dans la région de Charlevoix, et le collège Saint-Laurent. 345, boulevard Sainte-Rose Centre communautaire Sainte-Rose Le centre communautaire loge un musée écologique pour les amateurs de biologie et de taxidermie. Derrière le centre, se trouve la berge du Garrot, d où partent les excursions de canot, de rabaska et de pédalo, sur la rivière des Mille Îles ; l hiver, c est le point de départ de pistes de ski de fond. 106

107 PARC DE LA RIVIÈRE-DES MILLE-ÎLES Voir la section des Parcs 363, boulevard Sainte-Rose Maison de type «habitation d inspiration française», des années Cette ancienne demeure de pierre, propriété de la famille Arnoldi achetée en 1891, est rehaussée par son cadre de verdure. REPRENDRE LE BOULEVARD SAINTE-ROSE EN DIRECTION EST La rue Lortie portait autrefois le nom de rue Albert. 257, boulevard Sainte-Rose Site de l ancien et très beau Château Normand (Vanier), datant des environs des années Ce château, qui avait une grande renommée, a été incendié vers , boulevard Sainte-Rose Cette maison datant de 1859, est l ancienne résidence de Gédéon Ouimet, premier ministre du Québec ( ), avocat et 26 e enfant d un second mariage. Elle est construite par Paul Ouimet, membre de la cinquième génération, avec les pierres de la deuxième église de la paroisse, démolie en Plusieurs membres des générations de Ouimet y ont résidé. Cette maison témoigne d un souci constant de préserver le cachet historique du bâtiment. Actuellement, elle abrite un commerce d antiquités et de fleurs séchées. 235, boulevard Sainte-Rose Maison de brique rouge, construite en Ancienne résidence du docteur Avila Desrochers. 233, boulevard Sainte-Rose Ce bâtiment est un exemple d architecture néoclassique inspirée du Second Empire européen. Il est construit en 1876, selon les plans de Victor Bourgeau. Le toit mansarde*, interdit en 1721 à cause des risques d incendie, revient à la mode en La façade est en pierre bouchardées*, avec une chaîne de pierres appareillées en harpe, c est-à-dire de largeur inégale. Les pierres proviennent des carrières Félix Labelle et Jean-Baptiste Lachapelle. SECTEUR 5 107

108 Le bâtiment est agrandi par l arrière, en 1912, selon les plans de l architecte Jos Sawer. Jusqu en 1963, les sœurs de Sainte- Croix y dirigent un pensionnat pour jeunes filles appelé pensionnat Saint-Charles, en l honneur de Mgr Édouard- Charles Fabre, évêque du diocèse de Montréal. À la fermeture du pensionnat, le bâtiment devint la maison de retraite des religieuses. REVENIR AU POINT DE DÉPART FIN DU PARCOURS SECTEUR 5 108

109 Le secteur 6 s étend du centre au nord de l Île Jésus, c est-à-dire de l autoroute Laval (A-440), au sud, jusqu à la rivière des Mille Îles, au nord ; du chemin de fer du Canadien Pacifique, à l est jusqu à l autoroute Papineau (A-19) et sa prolongation, puis au boulevard Sainte-Marie, à l ouest. Il comprend trois unités communautaires : Auteuil Saint-Bruno Vimont L UNITÉ COMMUNAUTAIRE AUTEUIL On peut atteindre l unité communautaire Auteuil, en empruntant le boulevard des Laurentides (route 335) vers le nord, ou le boulevard Sainte-Rose en direction est, l avenue des Terrasses, puis le boulevard des Mille-Îles. L unité communautaire Auteuil commence à partir du chemin de fer du Canadien Pacifique qui coupe l avenue des Terrasses. HISTORIQUE L unité communautaire Auteuil correspond approximativement à l ancien territoire de la paroisse Sainte-Rose-Est. À sa création en 1740, la paroisse Sainte-Rose-de-Lima couvrait la presque totalité du nord de l île. Sa première église était située à la limite est du territoire de la ville d Auteuil, sur le bord de la rivière des Mille Îles, aux environs des rues Descartes et Debien. L église fut détruite par les flammes, et en raison d une controverse sur son emplacement entre Mgr Briand et les paroissiens, le culte fut interrompu ; reconstruite en 1788, elle fut relocalisée à 6,7 kilomètres à l ouest de l ancien site. 109 SECTEUR 6

110 Le 1 er janvier 1858, la corporation du village de Sainte-Rose se détache et forme une municipalité distincte. En 1914, on assiste à une seconde séparation : celle de la partie est et de la partie ouest de Sainte-Rose, qui conduit à la création de la municipalité de Sainte-Rose-de-Lima partie est, connue sous les noms de Sainte-Rose-Est et Bas Sainte-Rose. Municipalité rurale, Sainte-Rose-Est connaît une croissance démographique peu importante jusqu en À cette époque, les plages de la rivière des Mille Îles, situées dans Sainte-Rose-Est, attirent les citoyens de l Île Jésus et de Montréal. Pour ces derniers, la compagnie d autobus Provincial Transport organise des circuits amenant les touristes du terminus Jean-Talon, près du marché du même nom, à la plage Idéale, de loin la plus populaire. Il existait cependant deux autres plages à proximité de celle-ci : les plages du Mont-Royal et Jacques-Cartier. La population, qui, en 1953, n atteignait pas les habitants, occupait le long de la rivière des Mille Îles. L essor démographique de Sainte-Rose-Est survient entre 1953 et 1960, date où Sainte-Rose compte familles durant la saison estivale alors que sa population normale n est que de familles. En 1961, Sainte-Rose-Est prend officiellement le nom d Auteuil et, la même année, on assiste à la fondation de la paroisse Sainte-Béatrice. PARCOURS : 1,2 km (aller et retour) Le parcours proposé s effectue sur l avenue des Perron, en direction est, du boulevard des Laurentides jusqu à la rue Prince-Rupert. On accède à l avenue des Perron par le boulevard des Laurentides en tournant à droite à cette rue. Début du parcours : l avenue des Perron, en direction est, à partir du boulevard des Laurentides SECTEUR 6 110

111 475, avenue des Perron Église et presbytère de la paroisse Sainte-Béatrice La paroisse Sainte-Béatrice a été fondée en 1961 ; elle est un détachement des paroisses Sainte-Rose et Saint-Elzéar, où les paroissiens d Auteuil devaient se rendre pour les offices religieux, avant la fondation de leur paroisse. En attendant la construction de l église et du presbytère, les services religieux avaient lieu au restaurant Pavillon Laurentien, propriété de la famille Brochu ; par la suite, les services ont eu lieu à l école Sainte-Béatrice. L église fut ouverte au culte en 1964 ; l abbé Ludger Lahaise en fut le curé fondateur. Église Sainte-Béatrice FIN DU PARCOURS 111 SECTEUR 6

112 L UNITÉ COMMUNAUTAIRE SAINT-BRUNO L unité communautaire Saint-Bruno est située au centre du secteur 6, entre l unité communautaire Auteuil, au nord, et celle de Vimont, au sud. On peut atteindre cette unité communautaire par le boulevard des Laurentides jusqu au boulevard Dagenais, direction est ; on tourne à gauche à la rue Marc. HISTORIQUE Voir l historique de l unité communautaire Vimont, la paroisse Saint-Bruno étant un détachement de la paroisse Saint-Elzéar PARCOURS : 2,5 km Le parcours proposé se situe au centre de l unité communautaire, à partir de l église Saint-Bruno. On peut atteindre le début du parcours, rue Aladin, en empruntant le boulevard des Laurentides jusqu au boulevard Bellerose en direction est, tourner à gauche à la rue Marc et poursuivre sur cette rue jusqu à la rue Aladin ; tourner à droite pour rejoindre l église. Début du parcours : l église Saint-Bruno SECTEUR 6 112

113 2287, rue Aladin Église et presbytère de la paroisse Saint-Bruno La paroisse Saint-Bruno est la 30 e paroisse de l Île Jésus. Fondée en 1964, elle est un détachement de la paroisse Saint-Elzéar. Son curé fondateur fut l abbé Gérard Lamarche. L ameublement de l église provient de la desserte située dans l école Père-Vimont construite en 1962 et qui servit de lieu de culte, en attendant la fondation de la paroisse Saint- Bruno. REPRENDRE LA RUE ALADIN ET REJOINDRE LE BOULEVARD PRUDENTIEL PAR CE BOULEVARD OU PAR LA RUE DES ALVÉOLES TOURNER À GAUCHE SUR CE BOULEVARD Rue des Alvéoles Ce secteur est un développement domiciliaire des années 1970, appelé «Les Abeilles», dont les maisons ont la forme d alvéoles. 2255, boulevard Prudentiel École Père-Vimont École primaire attenante au parc du même nom. Centre communautaire Vimont Parc Père-Vimont EMPRUNTER LA RUE MARC OU LA RUE DE PALERME JUSQU AU BOULEVARD BELLEROSE 113 SECTEUR 6

114 90, boulevard Bellerose Point de service du centre de réadaptation Normand- Laramée. SUIVRE LE BOULEVARD BELLEROSE JUSQU À LA RUE DE PALERME, POUR EMPRUNTER SUR LA DROITE LA RUE RACHEL ET REVENIR AU POINT DE DÉPART PAR LA RUE ALADIN FIN DU PARCOURS L UNITÉ COMMUNAUTAIRE VIMONT L unité communautaire Vimont forme un rectangle presque parfait au centre de l Île Jésus. On peut atteindre cette unité communautaire par le boulevard des Laurentides jusqu à l intersection du boulevard Saint-Elzéar que l on emprunte en direction est pour rejoindre le début du parcours. SECTEUR 6 HISTORIQUE Ce n est que quelques années avant la création de la ville de Laval que le nom de Vimont a été attribué à l ancienne ville de Saint-Elzéar, alors que ce dernier nom demeure toujours pour désigner la paroisse d origine. La concession des terres de la côte Saint-Elzéar, à une exception près, débute en 1736 et se termine en 1792, date de la fin de la période de colonisation de l Île Jésus ; il ne reste alors, en effet, qu à concéder quelques résidus de terre enclavés et les îles et îlots qui appartiennent à la seigneurie. Les habitants de la côte Saint-Elzéar sont établis aux confins des paroisses Saint-Vincent-de-Paul, Sainte-Rose-de-Lima et Saint-Martin, de sorte que ceux qui occupent le centre de la côte, souffrent de l éloignement des services du culte, quelle que soit leur paroisse d appartenance. Vers 1850, Mgr Jacques-Janvier Vinet, ancien curé du Saultau-Récollet, avait inauguré le service du culte à titre privé, dans la grande maison de pierre construite sur sa terre du Cap-Saint-Martin. 114

115 Cette initiative fut suspendue ; c est alors qu il légua sa maison aux pères jésuites (cf. Unité communautaire Renaud- Coursol, 2. Historique). Après un siècle d attente, les paroissiens obtiennent de l archevêque de Montréal, Mgr Bruchési, en 1899, l autorisation de construire une chapelle au Cap-Saint- Martin. Cette chapelle sera cependant érigée dans le rang Saint-Elzéar, sur un terrain de Georges Lavoie, au 35, rang Saint-Elzéar Est, avec le bois fourni par Onésime Prévost. L abbé Joseph Cloutier, prêtre desservant, loge alors chez Amédée Lavoie, au coin nord-est du rang Saint-Elzéar et de la montée Vinet. En 1901, les paroissiens demandent que le territoire desservi par la chapelle soit érigé en paroisse. Leur demande étant reçue favorablement, le décret d érection canonique de la paroisse Saint-Elzéar est émis en août de la même année, créant ainsi la sixième paroisse de l Île Jésus, avec monsieur l abbé Joseph Cloutier comme premier curé. L établissement du territoire de la nouvelle paroisse avait entraîné le détachement des secteurs extrêmes des paroisses Saint-Vincent-de-Paul, Sainte-Rose-de-Lima et Saint-Martin. C est sur ces mêmes limites que fut établie, en 1904, la municipalité de paroisse de Saint-Elzéar-de-Laval, qui fut la dernière municipalité de l Île Jésus à être créée à la suite d une érection canonique paroissiale. Cette municipalité de paroisse comprend alors trois villages et trois rangs ; les villages de Canton-Bélanger, Cap-Saint- Martin et Saint-Elzéar et les rangs Grandes-Prairies, Saint- Elzéar et de la Côte-Sainte-Rose, totalisant environ 180 familles. Entre 1909 et 1913, on construit une école en pierre à deux étages, qui sert jusqu en 1952 ; les sœurs de Sainte-Croix y ont enseigné à partir de Tandis que le village de Saint-Elzéar conserve sa vocation agricole, les villages de Cap-Saint-Martin et Canton-Bélanger ont une population ouvrière, qui travaille, en particulier, dans les carrières. La situation géograpique de Saint-Elzéar-de-Laval, au centre de l île, attire très peu d habitants : la densité de sa population reste faible jusqu au début des années Cette tendance change alors et la municipalité de paroisse connaît une urbanisation rapide ; elle obtient le statut de ville en 1956 et prend le nom de Vimont, en PARCOURS : 4,6 km (2 km à l est et 2,6 km à l ouest) Le parcours proposé permet de découvrir l ancien rang Saint- Elzéar, aujourd hui boulevard, en parcourant une partie à l est, l autre partie à l ouest du boulevard des Laurentides. 115 SECTEUR 6

116 Début du parcours : le boulevard Saint-Elzéar Est, au coin du boulevard des Laurentides À l origine, le boulevard Saint-Elzéar s appelait rang Saint- Elzéar, et le boulevard des Laurentides portait le nom de montée Vinet ; par la suite, ce dernier prit le nom de boulevard Taschereau et à la fin du XIX e siècle, celui de boulevard des Laurentides. SECTEUR 6 Halte Saint-Elzéar Angle nord-est des boulevards Saint-Elzéar des Laurentides À cet emplacement se situait autrefois le magasin général d Amédée Lavoie dans lequel se trouvait le premier bureau de poste qui fut, par la suite, transféré dans le magasin général de Camille Prévost, angle sud-ouest du boulevard des Laurentides et du boulevard Saint-Elzéar. M. Camille Prévost occupa ce magasin pendant 70 ans. 116

Colloque annuel du Conseil du patrimoine de Montréal

Colloque annuel du Conseil du patrimoine de Montréal Colloque annuel du Conseil du patrimoine de Montréal Nouveaux outils de connaissance et de protection à la Ville de Montréal Caractérisation du milieu: le cas du Sault-au-Récollet Introduction Le 17 octobre

Plus en détail

0-5-30 INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC CENTRE DE DOCUMENTATION MONTRÉAL NOTE AUX LECTEURS COMBINAISON PRÉVENTION LAVAL

0-5-30 INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC CENTRE DE DOCUMENTATION MONTRÉAL NOTE AUX LECTEURS COMBINAISON PRÉVENTION LAVAL INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC CENTRE DE DOCUMENTATION MONTRÉAL NOTE AUX LECTEURS Le contenu de cet ouvrage est le fruit d'un long travail de recherche, de mise à jour, de révision et de

Plus en détail

MRC de La Côte-de-Beaupré. Saint-Achillée Est

MRC de La Côte-de-Beaupré. Saint-Achillée Est Catégorie de bâtiment IDENTIFICATION bâtiment principal d'intérêt patrimonial NOM ou RAISON SOCIALE: Chapelle rang Saint-Achillée Est No de fiche: Château-Richer 1028 NO DE CADASTRE ACTUEL NO DE CADASTRE

Plus en détail

Fiche de lecture du milieu Fonctions institutionnelle et communautaire

Fiche de lecture du milieu Fonctions institutionnelle et communautaire Fiche de lecture du milieu 20 mars 2015 Fonctions institutionnelle et communautaire La famille a une valeur importante au sein de la municipalité. La Ville de Boucherville s assure d offrir les équipements

Plus en détail

Vue aérienne (Source : Bing Maps)

Vue aérienne (Source : Bing Maps) DÉSIGNATION PATRIMONIALE Plan d urbanisme : Loi sur les biens culturels : Désignation patrimoniale fédérale : Bâtiment d intérêt patrimonial et architectural, situé dans un secteur de valeur intéressante

Plus en détail

CHRONIQUE HISTORIQUE DU FRÈRE ARMAND MORIN. No 12, avril 2014 PRÉSENCE MARISTE À DRUMMONDVILLE

CHRONIQUE HISTORIQUE DU FRÈRE ARMAND MORIN. No 12, avril 2014 PRÉSENCE MARISTE À DRUMMONDVILLE CHRONIQUE HISTORIQUE DU FRÈRE ARMAND MORIN No 12, avril 2014 PRÉSENCE MARISTE À DRUMMONDVILLE La présente chronique retrace, en ses grandes lignes, la présence des Frères Maristes dans la ville de Drummondville

Plus en détail

Section zonage. La Présentation. Chapitre 27. Dispositions relatives au noyau villageois

Section zonage. La Présentation. Chapitre 27. Dispositions relatives au noyau villageois Chapitre 27 Dispositions relatives au noyau villageois Table des matières 27 DISPOSITIONS RELATIVES AU NOYAU VILLAGEOIS...27-3 27.1 CHAMPS D APPLICATION...27-3 27.2 USAGES ET ÉQUIPEMENTS PERMIS DANS LA

Plus en détail

LE TEMPS DE MARCHE EST D ENVIRON 45 MINUTES.

LE TEMPS DE MARCHE EST D ENVIRON 45 MINUTES. 35 visite guidée de la rue king un circuit qui vous fait parcourir cinq pâtés de maisons le long de la rue king est. d'abord nommée rue Church, la rue king, compte un si grand nombre de bâtiments historiques

Plus en détail

Autour du château Frontenac, le Vieux-Québec de la haute-ville

Autour du château Frontenac, le Vieux-Québec de la haute-ville Autour du château Frontenac, le Vieux-Québec de la haute-ville Si le quartier de la Place Royale était le lieu privilégié des commerçants, la haute-ville était quant à elle le refuge des religieux. Ursulines,

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE BEAUPRÉ RÈGLEMENT NUMÉRO 1010

PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE BEAUPRÉ RÈGLEMENT NUMÉRO 1010 PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE BEAUPRÉ RÈGLEMENT NUMÉRO 1010 Règlement modifiant le règlement relatif aux plans d'implantation et d'intégration architecturale (P.I.A.) et portant le numéro 972 pour: - assujettir

Plus en détail

Européennes DU. Journées. Patrimoine. Hôtel du Préfet PRÉFET DE LA MANCHE

Européennes DU. Journées. Patrimoine. Hôtel du Préfet PRÉFET DE LA MANCHE Journées Européennes DU Patrimoine Hôtel du Préfet PRÉFET DE LA MANCHE Chaque année, depuis maintenant 30 ans, les Journées Européennes du Patrimoine permettent à chacun d entre nous d en découvrir les

Plus en détail

OUVERTURE OFFICIELLE RÉSIDENCE ÉTUDIANTE ET SALLE DE LECTURE DU PAVILLON DES SŒURS-GRISES

OUVERTURE OFFICIELLE RÉSIDENCE ÉTUDIANTE ET SALLE DE LECTURE DU PAVILLON DES SŒURS-GRISES OUVERTURE OFFICIELLE RÉSIDENCE ÉTUDIANTE ET SALLE DE LECTURE DU PAVILLON DES SŒURS-GRISES AOÛT-SEPTEMBRE 2014 L UNIVERSITÉ CONCORDIA : FIÈRE GARDIENNE D UN TRÉSOR MONTRÉALAIS Voilà près de 150 ans, les

Plus en détail

Le palais des ducs et des États de Bourgogne

Le palais des ducs et des États de Bourgogne Le palais des ducs et des États de Bourgogne Aux origines du palais Le palais s est développé au nord-ouest du castrum (1), la muraille édifiée au III e siècle. Il semble que le centre du pouvoir politique

Plus en détail

1. Éditorial. Décembre 2011 Volume 4 no. 1

1. Éditorial. Décembre 2011 Volume 4 no. 1 Les aînés regroupés de Charlesbourg 7260, boulevard Cloutier, Québec, G1H 3E8 http://www.caabcharlesbourg.org/arc arc@caabcharlesbourg.org Décembre 2011 Volume 4 no. 1 1. Éditorial Gérald Lavoie Président

Plus en détail

«l oasis» «la vallée verte». l Artisane Confiturière «la Clef des Champs», «Viginet». «PréCatelan», Mr Alphonse Cellier Camping Cellier

«l oasis» «la vallée verte». l Artisane Confiturière «la Clef des Champs», «Viginet». «PréCatelan», Mr Alphonse Cellier Camping Cellier Notre point de départ de la traversée de St Nectaire se situe devant le camping de la vallée verte, aujourd hui tenu par carole et pascal, mais ce camping à l origine a été créé par un ancien combattant

Plus en détail

Maison, puis hôtel de voyageurs, Hôtel-

Maison, puis hôtel de voyageurs, Hôtel- Maison, puis hôtel de voyageurs, Hôtel- Restaurant Bonjour 1 boulevard de Russie 21 rue de la Cité Quartier de la gare Aix-les-Bains Dossier IA731299 réalisé en 25 Copyrights Copyrights Auteurs Région

Plus en détail

UN MOTEUR ÉCONOMIQUE DE PREMIER PLAN POUR LA COURONNE NORD

UN MOTEUR ÉCONOMIQUE DE PREMIER PLAN POUR LA COURONNE NORD GESTION BENOÎT DUMOULIN Dossier régional DEUX-MONTAGNES Benoît Dumoulin, président de GBD Construction UN MOTEUR ÉCONOMIQUE DE PREMIER PLAN POUR LA COURONNE NORD LAURÉATE DU PRIX LES GRANDS BÂTISSEURS

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode Lire une architecture. I. Présenter le bâtiment, le monument à identifier. Classe : 4ème

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode Lire une architecture. I. Présenter le bâtiment, le monument à identifier. Classe : 4ème HISTOIRE DES ARTS Classe : 4ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : Premier Empire Thématique : Mécénat Arts, Etats, pouvoir Sujet : Comment ce monument célèbre t -il la Révolution et l

Plus en détail

2009-89 ADOPTION DE L OUVERTURE DE L ASSEMBLÉE. Diane Beaulieu Désy, conseillère Paul Yvon Dumais, conseiller Rémi Bélanger, conseiller

2009-89 ADOPTION DE L OUVERTURE DE L ASSEMBLÉE. Diane Beaulieu Désy, conseillère Paul Yvon Dumais, conseiller Rémi Bélanger, conseiller Procès-verbal de l assemblée ajournée du conseil de la Municipalité de Saint-Antoine-de-Tilly, tenue le 11 mai 2009, à 20 h, au centre communautaire, 945, rue de l Église, Saint-Antoine-de-Tilly. 1. OUVERTURE

Plus en détail

Weekend à Marseille Du 14 au 16 novembre prochain

Weekend à Marseille Du 14 au 16 novembre prochain Weekend à Marseille Du 14 au 16 novembre prochain Partez à la découverte de la Cité Phocéenne avec la Société des Amis de l IMA Au cours d un weekend de 3 jours à Marseille, nous vous proposons de découvrir

Plus en détail

Circuit Porte Océane

Circuit Porte Océane Circuit Porte Océane Carte d identité Départ : Maison du Patrimoine Atelier Perret 181 rue de Paris - LE HAVRE Distance : 14,6 km Durée : 3h45 Feuille de route Prendre le quai Georges V et traverser par

Plus en détail

Sources: Société Historique Pierre-de-Saurel et recherche : Marie-Christine Tremblay

Sources: Société Historique Pierre-de-Saurel et recherche : Marie-Christine Tremblay Le 23 septembre 1884, le ministre des travaux publics, Sir Hector Langevin, déposait la première pierre de l édifice de la poste et des douanes. Pour cette occasion, le maire Alphonse Germain déclare la

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAUX

PROGRAMME DE TRAVAUX MAIRIE DE CUGES LES PINS Place Stanislas FABRE 13 780 CUGES LES PINS Tél : 04.42.73.83.57 - Fax : 04.42.73.81.10 MARCHE DE MAITRISE D ŒUVRE RENOVATION DE LA SALLE DES FETES TRAVAUX D AMENAGEMENT ET D EQUIPEMENTS

Plus en détail

Personnes ressources Ville de Longueuil Mme Hélène Léveillée, conseillère en architecture, ADT

Personnes ressources Ville de Longueuil Mme Hélène Léveillée, conseillère en architecture, ADT Procès-verbal de la réunion 12-21 du Comité consultatif pour la protection des biens culturels, tenue le 21 novembre 2012 à 18 h 30, à la salle de conférence E-345, à l Hôtel de Ville, 4250, chemin de

Plus en détail

RALLYE-PATRIMONIAL PARTICIPANTS: PARENT-ACCOMPAGNATEUR

RALLYE-PATRIMONIAL PARTICIPANTS: PARENT-ACCOMPAGNATEUR RALLYE-PATRIMONIAL PARTICIPANTS: PARENT-ACCOMPAGNATEUR A. Derrière le buffet 1. Quel a été le Marchand premier nom du village qui est devenu Le Gardeur par la suite? R. 1: CORRECTION 2. Par quel moyen

Plus en détail

Maison, puis hôtel de voyageurs, HôtelRestaurant Bonjour

Maison, puis hôtel de voyageurs, HôtelRestaurant Bonjour Maison, puis hôtel de voyageurs, HôtelRestaurant Bonjour 1 boulevard de Russie 21 rue de la Cité Quartier de la gare Aix-les-Bains Dossier IA731299 réalisé en 25 Copyrights Copyrights Région Rhône-Alpes,

Plus en détail

Relocalisation des services de proximité Rive gauche

Relocalisation des services de proximité Rive gauche Relocalisation des services de proximité Rive gauche 1- Présentation du projet - Localisation La ville d Amiens souhaite regrouper différentes activités du Secteur Rive Gauche aujourd hui «éclatées» sur

Plus en détail

Urban Prestigimmo - Malraux

Urban Prestigimmo - Malraux PIERRE PAPIER : 1 ER PRIX GESTIONNAIRE SCPI LOGEMENT 2013 Urban Prestigimmo - Malraux Portefeuille des acquisitions et opportunités d investissement Urban Premium «L investissement immobilier en centre-ville»

Plus en détail

Par les élèves de Première de la section Histoire des Arts du lycée Alain Fournier de Bourges

Par les élèves de Première de la section Histoire des Arts du lycée Alain Fournier de Bourges BOURGES ENTRE XIXE ET XXE LA RUE MOYENNE. Par les élèves de Première de la section Histoire des Arts du lycée Alain Fournier de Bourges SIECLE Bourges au fil des siècles Du 1 e au 3 e siècle Du 4 e au

Plus en détail

2118-2124, BOULEVARD GOUIN EST Arrondissement d Ahuntsic-Cartierville

2118-2124, BOULEVARD GOUIN EST Arrondissement d Ahuntsic-Cartierville 2118-2124, BOULEVARD GOUIN EST L intérêt patrimonial de la propriété située aux 2118 à 2124, boulevard Gouin Est repose d abord sur sa valeur historique par son témoignage à la fois d un moment charnière

Plus en détail

Eglise paroissiale Saint-Martin

Eglise paroissiale Saint-Martin Eglise paroissiale Saint-Martin place de la Mairie Armbouts-Cappel Dossier IA59002570 réalisé en 2005 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général Frémaux Céline Rédacteur

Plus en détail

Chapitre premier. 1. Le territoire de la MRC de L Islet. 1.1 La description du territoire

Chapitre premier. 1. Le territoire de la MRC de L Islet. 1.1 La description du territoire Chapitre premier 1. Le territoire de la MRC de L Islet 1.1 La description du territoire 1.1.1 Localisation La MRC de L Islet est située sur la rive sud du fleuve Saint Laurent à l extrémité est de la région

Plus en détail

Municipalité de Saint-Marc-sur- Richelieu

Municipalité de Saint-Marc-sur- Richelieu Plania Municipalité de Saint-Marc-sur- Richelieu Chapitre 11 Dispositions particulières applicables à certaines zones P031607 303-P031607-0932-000-UM-0023-0A Municipalité de Saint-Marc-sur-Richelieu 102

Plus en détail

15 octobre 2011 à l hôtel Atria d Arras. Quel avenir pour nos églises dans le Pas-de-Calais? Rencontres / débats

15 octobre 2011 à l hôtel Atria d Arras. Quel avenir pour nos églises dans le Pas-de-Calais? Rencontres / débats 15 octobre 2011 à l hôtel Atria d Arras Quel avenir pour nos églises dans le Pas-de-Calais? Rencontres / débats Sommaire Pourquoi un débat? Le diocèse d Arras en quelques mots Le programme et les intervenants

Plus en détail

place de l' Hôtel de ville Boën Dossier IA42000632 réalisé en 2001 Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel

place de l' Hôtel de ville Boën Dossier IA42000632 réalisé en 2001 Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel Hôtel de ville place de l' Hôtel de ville Boën Dossier IA42000632 réalisé en 2001 Copyrights Copyrights Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel Auteurs Bardisa Marie Désignation Dénominations

Plus en détail

RALLYE PÉDESTRE FAMILIAL

RALLYE PÉDESTRE FAMILIAL PARC DES CHAMPS-DE-BATAILLE RALLYE PÉDESTRE FAMILIAL Parcours approximatif: 2 km Départ: Musée des plaines d Abraham, 835 avenue Wilfrid-Laurier, Québec Carte disponible en ligne ou au centre d information

Plus en détail

Animations. Visites. Expositions. Conférences. Samedi 19 et dimanche 20 septembre 2015

Animations. Visites. Expositions. Conférences. Samedi 19 et dimanche 20 septembre 2015 Animations Visites Samedi 19 et dimanche 20 septembre 2015 Expositions Conférences Hôtel de ville En ville VISITES GUIDÉES Samedi 19 et dimanche 20 septembre à 15 h. Durée : 1 heure 30 Rendez-vous esplanade

Plus en détail

Yves Levesque. Mot du maire de Trois-Rivières

Yves Levesque. Mot du maire de Trois-Rivières Mot du maire de Trois-Rivières Yves Levesque Une réalisation dont tous les Trifluviens, Trifluviennes et tous les gens de la Mauricie peuvent être très fiers. Première grande réalisation sur le site de

Plus en détail

Direction Marketing et Communication REVUE DE PRESSE

Direction Marketing et Communication REVUE DE PRESSE Direction Marketing et Communication REVUE DE PRESSE 16-05-2013 14 Architecture Le beau geste citoyen de la Société Générale Société Générale rénove l une de ses agences historiques à Casablanca. Ce chantier

Plus en détail

Eglise Notre-Dame des Vertus, XVIème, XVIIIème, XIXème siècles

Eglise Notre-Dame des Vertus, XVIème, XVIIIème, XIXème siècles Patrimoine publié le Samedi 3 septembre 2011 http://www.lignyenbarrois.com/wp/tourisme/patrimoine/ Le Lorgnon Linéen Délicieuses gourmandises qui mêlent chocolat - au lait, blanc ou noir - et une ganache

Plus en détail

14 Bergère. Elévation de la façade rue Bergère

14 Bergère. Elévation de la façade rue Bergère Paris L immeuble du 14, rue Bergère offre un remarquable exemple d architecture bancaire. Construit pour le Comptoir national d escompte de Paris (CNEP), ancêtre direct de BNP Paribas, il en est resté

Plus en détail

PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION. Monument Historique. Place de la République 72000 LE MANS

PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION. Monument Historique. Place de la République 72000 LE MANS PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION Monument Historique Place de la République 72000 LE MANS 01 PRÉSENTATION DE LA VILLE Le Mans Paris Rennes Nantes Le Mans À seulement 50 minutes

Plus en détail

A Z A Y - L E - R I D E A U Balade découverte

A Z A Y - L E - R I D E A U Balade découverte A Z A Y - L E - R I D E A U Balade découverte Histoire, architecture et plan de ville L origine du nom AZAY-LE-RIDEAU semble ancienne, le nom pré-celtique signifie «eau abondante». L Indre coule en effet

Plus en détail

VILLE DE SHAWINIGAN Base de données patrimoniales

VILLE DE SHAWINIGAN Base de données patrimoniales 1041-37e Avenue DONNÉES ADMINISTRATIVES LOCALISATION ET OCCUPATION DE LA PROPRIÉTÉ Secteur Sous-secteur Lac-à-la-Tortue - Adresse 1041 37e Avenue Matricule 7164-10-8324 Dénomination Église de Saint-Théophile

Plus en détail

RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT DE ZONAGE NUMÉRO 101-2001 AFIN DE MODIFIER LES DISPOSITIONS RELATIVES AUX BÂTIMENTS COMPLÉMENTAIRES

RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT DE ZONAGE NUMÉRO 101-2001 AFIN DE MODIFIER LES DISPOSITIONS RELATIVES AUX BÂTIMENTS COMPLÉMENTAIRES RÈGLEMENT NUMÉRO : 2007-05 RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT DE ZONAGE NUMÉRO 101-2001 AFIN DE MODIFIER LES DISPOSITIONS RELATIVES AUX BÂTIMENTS COMPLÉMENTAIRES le conseil de la Municipalité de Chartierville

Plus en détail

L'Hôpital-sous-Rochefort Dossier IA42001157 réalisé en 2000. Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel.

L'Hôpital-sous-Rochefort Dossier IA42001157 réalisé en 2000. Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel. Village L'Hôpital-sous-Rochefort Dossier IA42001157 réalisé en 2000 Copyrights Copyrights Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel Auteurs Guibaud Caroline Monnet Thierry Désignation

Plus en détail

Québec, ville et capitale

Québec, ville et capitale Extrait de : Québec, ville et capitale Collection Atlas historique du Québec, Les Presses de l Université Laval, 2001. Troisième partie : Une ère de contrastes Premier chapitre : Les mutations du XIXe

Plus en détail

Weekend à Lille Les 06 et 07 juin prochains

Weekend à Lille Les 06 et 07 juin prochains Weekend à Lille Les 06 et 07 juin prochains Place du Général de Gaulle ou «Grand Place» Partez à la découverte de la capitale des Flandres avec la Société des Amis de l IMA Lors d un week-end de deux jours

Plus en détail

École Chalifoux Fiche technique chronologique

École Chalifoux Fiche technique chronologique École Chalifoux Fiche technique chronologique Dates extrêmes : 1951 (fondation) 1967 (fusion écoles) Commission scolaire d origine : Bureau des commissaires d écoles catholiques romains de la Cité de Sherbrooke

Plus en détail

LA MAISON RURALE, Adaptée au relief, l habitation est. Regards sur l habitat. Les espaces extérieurs

LA MAISON RURALE, Adaptée au relief, l habitation est. Regards sur l habitat. Les espaces extérieurs Regards sur l habitat 5 Regards sur l habitat LA MAISON RURALE, Situées dans les villages, les hameaux, et à la périphérie des bourgs, les maisons rurales de la Haute Vallée de Chevreuse s affilient par

Plus en détail

Sur les traces de Pierre et Noël Simard en Nouvelle-France : de Sainte-Anne-de-Beaupré à Baie-Saint-Paul Samantha ROMPILLON

Sur les traces de Pierre et Noël Simard en Nouvelle-France : de Sainte-Anne-de-Beaupré à Baie-Saint-Paul Samantha ROMPILLON Sur les traces de Pierre et Noël Simard en Nouvelle-France : de Sainte-Anne-de-Beaupré à Baie-Saint-Paul Samantha ROMPILLON La Rochelle, mai 1657. Deux hommes s embarquent à bord du navire «Le Taureau»

Plus en détail

Petit lycée, actuellement immeuble à logements et salles de classe

Petit lycée, actuellement immeuble à logements et salles de classe Petit lycée, actuellement immeuble à logements et salles de classe 8 rue Pierre-Veyrat Chambéry Dossier IA73003805 réalisé en 2014 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du

Plus en détail

Le nouveau pavillon Pierre Lassonde au Musée national des beaux-arts du Québec

Le nouveau pavillon Pierre Lassonde au Musée national des beaux-arts du Québec Le nouveau pavillon Pierre Lassonde au Musée national des beaux-arts du Québec pour l art Graph Synergie Proposition de contribution à l intention des membres de la communauté d affaires et des bâtisseurs

Plus en détail

RECULER L A7 POUR RÉAMÉNAGER LE QUARTIER SAINT-CHARLES / PORTE D AIX

RECULER L A7 POUR RÉAMÉNAGER LE QUARTIER SAINT-CHARLES / PORTE D AIX Dossier de presse - juin 2009 RECULER L A7 POUR RÉAMÉNAGER LE QUARTIER SAINT-CHARLES / PORTE D AIX Les phases de travaux 2009/2013 Contact : Anthony Abihssira anthony.abihssira@euromediterranee.fr Tél.

Plus en détail

ROUTE 1 // D ICI OU D AILLEURS... LE VOYAGE DES HOMMES, DES IDÉES ET DES TECHNIQUES // RÉGION DE LENS

ROUTE 1 // D ICI OU D AILLEURS... LE VOYAGE DES HOMMES, DES IDÉES ET DES TECHNIQUES // RÉGION DE LENS ROUTE 1 // D ICI OU D AILLEURS... LE VOYAGE DES HOMMES, DES IDÉES ET DES TECHNIQUES // RÉGION DE LENS 35 min 50.472549,2.723514 sportif moyen détente facile familial INTRODUCTION Jules Verne, Vincent Van

Plus en détail

CATHEDRALE SAINTE-MARIE DE BAYONNE

CATHEDRALE SAINTE-MARIE DE BAYONNE Direction de la communication Tél. : 05 59 46 60 40 Courriel : communication@bayonne.fr Le 25 juin 2015 DOSSIER DE PRESSE CATHEDRALE SAINTE-MARIE DE BAYONNE Restauration de la façade sud de la nef et restauration

Plus en détail

LE CHÂTEAU DE LA FERTÉ-SOUS-JOUARRE

LE CHÂTEAU DE LA FERTÉ-SOUS-JOUARRE LE CHÂTEAU DE LA FERTÉ-SOUS-JOUARRE Par Gilles HOUDRY Généalogie Briarde, n 59, p. 13-15, 2005 ISSN 0987-707X Cercle Généalogique de la Brie 12, rue Paul Bert 77400 LAGNY-SUR-MARNE FRANCE http://cgbrie.free.fr/

Plus en détail

CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD

CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD Dossier de presse Le 5 avril 2012 CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD Le Conseil général des Hauts-de-Seine et la Ville de Saint-Cloud présentent le projet de valorisation du site Dossier de presse Contacts presse

Plus en détail

Quar tier de Kerdrain

Quar tier de Kerdrain Quar tier de Kerdrain Maison, 6 rue Sombreuil 9, rue Cadoudal Maison des années 30. Cette maison a sans doute vue l intervention d un architecte. L aspect «Unicum» vient avant tout de la symétrie axiale

Plus en détail

Des subventions pour de belles rénovations!

Des subventions pour de belles rénovations! Des subventions pour de belles rénovations! La Municipalité de Saint-Roch-de-l Achigan a adopté deux programmes d aide aux propriétaires de résidences et commerces situés dans le secteur du PIIA et des

Plus en détail

CHARLES-ETIENNE CYR Ingénieur en structure

CHARLES-ETIENNE CYR Ingénieur en structure CHARLES-ETIENNE CYR Ingénieur en structure Membre de l Ordre des Ingénieurs du Québec (#5002395) Co-fondateur de la firme, Charles-Etienne Cyr a gradué de l École Polytechnique de Montréal en 2008. Il

Plus en détail

le Perray-en-Yvelines

le Perray-en-Yvelines le Perray-en- N 1095 Lep01 LEP01A/01B cadastre C1 64 96, rue de Paris le Perray-en- Typologie 1 Maison de bourg Typologie 2 Avec boutique antecadastre Critère 1 architectural Critère 2 urbain Boutique

Plus en détail

Villes et Pays d art et d histoire. Raconte-moi. le Centre. autour de la Grand Place. Livret-découverte

Villes et Pays d art et d histoire. Raconte-moi. le Centre. autour de la Grand Place. Livret-découverte Villes et Pays d art et d histoire Raconte-moi le Centre autour de la Grand Place Livret-découverte Bonjour! Nous te proposons un petit parcours dans le quartier Centre de Lille, d abord place Rihour puis

Plus en détail

Projet de développement de l activité économique et de l offre en logement de la ville de Herve. Réaffectation de l école Saint Joseph rue Haute

Projet de développement de l activité économique et de l offre en logement de la ville de Herve. Réaffectation de l école Saint Joseph rue Haute Projet de développement de l activité économique et de l offre en logement de la ville de Herve Réaffectation de l école Saint Joseph rue Haute Projet porté par : Henova sa Rue Raskinroy 9 4600 Visé Tel

Plus en détail

Cinquantenaire de la Maison mère et de l Administration générale des Sœurs de la Providence à Cartierville 1962-2012. Cinquième article sur cinq

Cinquantenaire de la Maison mère et de l Administration générale des Sœurs de la Providence à Cartierville 1962-2012. Cinquième article sur cinq Cinquantenaire de la Maison mère et de l Administration générale des Sœurs de la Providence à Cartierville 1962-2012 Cinquième article sur cinq Pour terminer cette série de chroniques sur le cinquantenaire

Plus en détail

MAISON CITÉ-JARDIN Phase 1 : 1915-1935

MAISON CITÉ-JARDIN Phase 1 : 1915-1935 MAISON CITÉ-JARDIN Phase 1 : 1915-1935 L objectif est de préserver l intégrité des caractéristiques architecturales de la typologie maison cité-jardin qui se trouve dans les secteurs de la phase 1. La

Plus en détail

Conseil de quartier de Saint-Sacrement. 399, rue Saint-Joseph Est Québec (Québec) G1K 8E2. Téléc. : 641-6576. Téléphone et courriel

Conseil de quartier de Saint-Sacrement. 399, rue Saint-Joseph Est Québec (Québec) G1K 8E2. Téléc. : 641-6576. Téléphone et courriel ÉTUDE DE REQUALIFICATION DU CHEMIN SAINTE-FOY ARRONDISSEMENT DE LA CITÉ QUARTIERS MONTCALM ET SAINT-SACREMENT Note au lecteur Mesdames, Messieurs, L'étude de requalification du chemin Sainte-Foy a été

Plus en détail

Monsieur André Brisson, conseiller et maire suppléant

Monsieur André Brisson, conseiller et maire suppléant PROVINCE DE QUÉBEC MRC DES LAURENTIDES MUNICIPALITÉ DE SAINT-FAUSTIN-LAC-CARRÉ PROCÈS-VERBAL de la séance spéciale du conseil de la Municipalité de Saint-Faustin- Lac-Carré, présidée par Monsieur le maire

Plus en détail

424 rue de Genève Ville basse Aix-les-Bains Dossier IA73001902 réalisé en 2010

424 rue de Genève Ville basse Aix-les-Bains Dossier IA73001902 réalisé en 2010 Immeuble 424 rue de Genève Ville basse Aix-les-Bains Dossier IA73001902 réalisé en 2010 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Ville d'aix-les-bains

Plus en détail

Namur disparu. Deuxième partie Photos et documents rassemblés par. Pierre Pagès

Namur disparu. Deuxième partie Photos et documents rassemblés par. Pierre Pagès Deuxième partie Photos et documents rassemblés par Pierre Pagès Introduction à la deuxième partie La première partie de Namur disparu a été bien accueillie par les visiteurs du blog et la suite (et pas

Plus en détail

Statistique des permis de bâtir

Statistique des permis de bâtir Rue de Louvain 44-1000 Bruxelles tél. : 02/548. 62. 58 Statistique des permis de bâtir Modèle II Bâtiments destinés exclusivement ou principalement à un autre usage que l habitation Dans ces bâtiments,

Plus en détail

l entrepôt - 2985 rue saint-patrick

l entrepôt - 2985 rue saint-patrick l entrepôt - 2985 rue saint-patrick évaluation de la valeur patrimoniale - août 2009 Jean-Pierre Bart architecte TABLE DES MATIÈRES Introduction 3 Description générale du site et de l entrepôt 4 Évaluation

Plus en détail

Ursulines de Québec, 1/N,3,11,1,2. Ursulines de Québec, 1/N,3,11,1,1.

Ursulines de Québec, 1/N,3,11,1,2. Ursulines de Québec, 1/N,3,11,1,1. a série Propriétés terriennes du Service des Archives du Monastère des Ursulines de Québec regorge de documents précieux et instructifs. Le premier article de l année établissait les fondements de la colonisation

Plus en détail

1. Le Règlement 01-4501 sur le zonage est modifié par : «7.2 SITES PATRIMONIAUX CITÉS

1. Le Règlement 01-4501 sur le zonage est modifié par : «7.2 SITES PATRIMONIAUX CITÉS RÈGLEMENT VL-2014-576 MODIFIANT LE RÈGLEMENT 01-4501 SUR LE ZONAGE, AFIN DE MODIFIER LES NORMES RELATIVES AUX SITES PATRIMONIAUX CITÉS (DISTRICTS DE SAINT-CHARLES ET DE FATIMA- DU PARCOURS-DU-CERF) LE

Plus en détail

Le Château de Serrant

Le Château de Serrant Le Château de Serrant Clubs Vieilles Voitures 2016 SOMMAIRE Le Château de Serrant en quelques mots Accueil de groupes et visites guidées Repas au château Location des salles Ils sont déjà venus Informations

Plus en détail

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople Considérée comme la huitième merveille du monde, la Basilique Sainte-Sophie se trouve à Istanbul en Turquie. Elle a servi de basilique pendant 916 ans et de

Plus en détail

DES BUREAUX DES LOGEMENTS DES SERVICES DE L ACTIVITÉ DES TRANSPORTS

DES BUREAUX DES LOGEMENTS DES SERVICES DE L ACTIVITÉ DES TRANSPORTS LE TERRITOIRE QUI DÉCOLLE à 7kms de Paris DES BUREAUX DES LOGEMENTS DES SERVICES DE L ACTIVITÉ DES TRANSPORTS UNE LOCALISATION STRATÉGIQUE PROXIMITÉ AVEC PARIS ET LES CENTRES D AFFAIRES ET DE DÉCISIONS

Plus en détail

Vallée d'ossau ARUDY

Vallée d'ossau ARUDY ARUDY Pour avoir une idée de la variété et de la qualité des marbres d Arudy, il suffit de regarder de plus près la fontaine de la place centrale, le sol sous les arcades de la mairie et l escalier menant

Plus en détail

IDENTIFICATION. 1. APPELLATION actuelle Sainte-Bibiane Autre(s) appellation(s) Drummond School. 2. No. dossier 64. 3. No. réf. Archives CSDM 026 / 542

IDENTIFICATION. 1. APPELLATION actuelle Sainte-Bibiane Autre(s) appellation(s) Drummond School. 2. No. dossier 64. 3. No. réf. Archives CSDM 026 / 542 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle Sainte-Bibiane Autre(s) appellation(s) Drummond School 2. No. dossier 64 3. No. réf. Archives CSDM 026 / 542 4. ANNÉE de construction 1930 5. ARCHITECTE concepteur

Plus en détail

Une maison en déshérence au centre ancien du Crotoy le 3 rue de la Prison Jeanne d Arc

Une maison en déshérence au centre ancien du Crotoy le 3 rue de la Prison Jeanne d Arc Une maison en déshérence au centre ancien du Crotoy le 3 rue de la Prison Jeanne d Arc Le carrefour le plus ancien du Crotoy est celui de la rue de la Porte du Pont et celui de la rue de la Prison Jeanne

Plus en détail

L ART DE L ESPACE = LA CITE RADIEUSE DE MARSEILLE PAR LE CORBUSIER

L ART DE L ESPACE = LA CITE RADIEUSE DE MARSEILLE PAR LE CORBUSIER L ART DE L ESPACE = LA CITE RADIEUSE DE MARSEILLE PAR LE CORBUSIER La cité radieuse est haute de 17 étages et regroupe 337 appartements (137x 56 x 24m). Le toit comporte une école maternelle, une piste

Plus en détail

Le PIIA : Approches et expériences

Le PIIA : Approches et expériences Le PIIA : Approches et expériences JOURNÉE DE FORMATION L ASSOCIATION QUÉBÉCOISE D URBANISME LE 27 OCTOBRE 2012 L EXPÉRIENCE DE LA VILLE DE SAINTE-JULIE LA VITRINE AUTOROUTIÈRE ORDRE DU JOUR Présentation:

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

Immeuble : Hôtel de Magnieu

Immeuble : Hôtel de Magnieu Immeuble : Hôtel de Magnieu 22 rue Martin-Bernard 4 rue Pasteur Montbrison Dossier IA42001987 réalisé en 2006 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel

Plus en détail

VILLE DE QUÉBEC RÈGLEMENT R.V.Q. 1570 RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT D HARMONISATION SUR L URBANISME RELATIVEMENT AUX PERMIS ET CERTIFICATS

VILLE DE QUÉBEC RÈGLEMENT R.V.Q. 1570 RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT D HARMONISATION SUR L URBANISME RELATIVEMENT AUX PERMIS ET CERTIFICATS VILLE DE QUÉBEC RÈGLEMENT R.V.Q. 1570 RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT D HARMONISATION SUR L URBANISME RELATIVEMENT AUX PERMIS ET CERTIFICATS Avis de motion donné le 18 janvier 2010 Adopté le 1 er février

Plus en détail

comestibles Question 7 : 6 Question 8 : 1907 Question 4 : Clefs et cadenas Question 5 : serrurerie - boutique Question 6 : charcuterie -

comestibles Question 7 : 6 Question 8 : 1907 Question 4 : Clefs et cadenas Question 5 : serrurerie - boutique Question 6 : charcuterie - Réponses aux questions :Question 1 : A-B Question 2 : 1912 Question 3 : N 5-18-30-36 Question 4 : Clefs et cadenas Question 5 : serrurerie - boutique Question 6 : charcuterie - comestibles Question 7 :

Plus en détail

REDECOUVRIR SON QUARTIER SOUS UN

REDECOUVRIR SON QUARTIER SOUS UN REDECOUVRIR SON QUARTIER SOUS UN AUTRE REGARD Charleroi - Section de Dampremy Cette étude est réalisée dans le cadre du projet européen interreg IIIb «Septentrion, de la ville forte à la ville durable»

Plus en détail

ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et

ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et recommandations Le Pont des Trous constitue un des rares exemples

Plus en détail

En présence de : Nombre de citoyens présents : 8. Ouverture

En présence de : Nombre de citoyens présents : 8. Ouverture 815, Bel-Air Montréal, Qc H4C 2K4 Procès-verbal de l assemblée publique de consultation tenue le 16 mars 2009 à 18h30 à la mairie d arrondissement du Sud-Ouest, 815, rue Bel-Air, concernant le «Règlement

Plus en détail

Ritterhude 1. Photo : Léa

Ritterhude 1. Photo : Léa Ritterhude 1 Durant le voyage en Allemagne qui s est passé du 04 au 11 décembre 2014, nous avons entre autre, visité 4 villes, Ritterhude, ville, où nous avons été hébergés chez nos correspondants, Brême,

Plus en détail

Le programme éducatif «Graffitis cacher l histoire?» s adresse aux élèves du deuxième et troisième cycle du primaire (3 e, 4 e, 5 e et 6 e années).

Le programme éducatif «Graffitis cacher l histoire?» s adresse aux élèves du deuxième et troisième cycle du primaire (3 e, 4 e, 5 e et 6 e années). Graffitis Cacher l histoire? Créé par Mélissa Duquette, chargée de projet à l animation au Musée de société des Deux-Rives, en lien avec le Programme du ministère de l Éducation du Québec. PRÉSENTATION

Plus en détail

INTRODUCTION. Arrêté no. 24 1/20

INTRODUCTION. Arrêté no. 24 1/20 INTRODUCTION Le plan d aménagement municipal se veut l'outil de travail de premier ordre qui permettra au village de Maisonnette de mieux planifier la façon dont va s'orienter le développement au cours

Plus en détail

Statistique des permis d'urbanisme. Modèle II

Statistique des permis d'urbanisme. Modèle II MINISTERE DES AFFAIRES ECONOMIQUES INSTITUT NATIONAL DE STATISTIQUE Statistique des permis d'urbanisme Rue de Louvain, 44 1000 Bruxelles Tél : 02/548.62.48 Statistique des permis d'urbanisme Modèle II

Plus en détail

14.13.4 Interventions dignes de mention en développement durable

14.13.4 Interventions dignes de mention en développement durable Procès-verbal de la réunion 14-13 du conseil local du patrimoine, tenue le 3 décembre 2014 à 18 h 30, à la salle de conférence D-343, à l Hôtel de Ville, 4250, chemin de la Savane, Longueuil, sous la présidence

Plus en détail

Dossier #2 : Des expressions de notre. patrimoine religieux québécois

Dossier #2 : Des expressions de notre. patrimoine religieux québécois Dossier #2 : Des expressions de notre patrimoine religieux québécois Basilique Saint-Anne-de-Beaupré Nom : Gr : Dans ce dossier. - Qu est-ce que le patrimoine religieux québécois? - Un peu de savoir -

Plus en détail

Réhabilitation Monuments historiques

Réhabilitation Monuments historiques ENSEMBLE CONSTRUIRE AUTREMENT Références Réhabilitation Monuments historiques Hôtel Dieu Hospice Gantois Gaité lyrique Théâtre Mogador Le Louvre Petit Palais Opéra Faidherbe Musée d Orsay Hôtel Dieu Lyon

Plus en détail

Le prix Architecture 2015 de bibliothèques et de centres d archives du Québec honore trois réalisations architecturales de bibliothèques

Le prix Architecture 2015 de bibliothèques et de centres d archives du Québec honore trois réalisations architecturales de bibliothèques Le prix Architecture 2015 de bibliothèques et de centres d archives du Québec honore trois réalisations architecturales de bibliothèques Montréal, le 18 novembre 2015 Le Congrès des milieux documentaires

Plus en détail

PLAN D ACTION CULTUREL

PLAN D ACTION CULTUREL 2016 Loisirs PLAN D ACTION CULTUREL Volets, objectifs et actions en lien avec la politique INTRODUCTION Le 23 février 2009, après avoir consulté le milieu culturel de Verchères, il était apparu que de

Plus en détail

«Menuiserie Charpente»

«Menuiserie Charpente» «Menuiserie Charpente» Présentation sommaire Identification : Entreprise de charpente, menuiserie, escalier et spécialisée dans la restauration du bâti ancien. Egalement ouverts à la création contemporaine.

Plus en détail