TRADUCTION TERMINOLOGIE RÉDACTION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TRADUCTION TERMINOLOGIE RÉDACTION"

Transcription

1 TRADUCTION TERMINOLOGIE RÉDACTION ACTES DES UNIVERSITÉS D ÉTÉ ET D AUTOMNE 2004 ACTES DU COLLOQUE INTERNATIONAL «TRADUCTION ET TECHNOLOGIE(S) en pratique professionnelle en formation et en applications de formation à distance» Direction de la publication : Daniel GOUADEC Maquette et mise en page Audrey CUZON et Ludivine MASINGUE Les Universités d été en traduction et d automne en terminologie ainsi que le colloque international sur la traduction spécialisée - Traduction et technologies en pratique professionnelle, en formation, en applications de formation à distance - sont subventionnés par la Délégation Générale à la langue française et aux langues de France, que nous tenons à remercier vivement pour son aide. Les versions électroniques des articles sont consultables à l adresse

2

3 Sommaire Sommaire REMERCIEMENTS 5 INTRODUCTION 7 L ASSOCIATION PROTLS 9 MANIFESTATIONS PRÉVUES EN 2005 À L UNIVERSITÉ DE RENNES 2 11 FORMATIONS EN TRADUCTION ET MÉTIERS CONNEXES PROPOSÉES PAR L UNIVERSITÉ DE RENNES 2 13 L ENVIRONNEMENT TECHNOLOGIQUE DU TRADUCTEUR EN 2004 : RÉSUMÉ 15 FORMATION 31 PÉDAGOGIE PAR PROJETS : LE MODÈLE RENNAIS 33 ANNEXE 1 : MATRICE DE RESPONSABILITÉS 51 ANNEXE 2 : FONCTIONS ET ATTRIBUTIONS 52 ANNEXE 3 : CALENDRIER GÉNÉRAL 70 ANNEXE 4 : PLANNING PERSONNEL 71 ANNEXE 5 : CAHIER DES CHARGES 72 ANNEXE 6 : CAHIER DES CHARGES 78 ANNEXE 7 : PROCÉDURES 85 TRADUCTION TECHNIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : MÉTAMORPHOSES DU CADRE DIDACTIQUE 109 TECHNOLOGY IN THE TRANSLATION CURRICULUM A PROCESS-ORIENTED APPROACH TO ASSESSMENT 115 LE SERVEUR DE MESSAGERIE AU SERVICE DE LA FORMATION DES TRADUCTEURS 123 FORMATION À DISTANCE 131 PLATE-FORME D APPRENTISSAGE : POUR UNE TRANSITION TRANQUILLE 133 TEACHING AUDIOVISUAL TRANSLATION ON-LINE: A REALITY 141 FORMATION À DISTANCE POUR TRADUCTEURS 151 DE L AUTRE CÔTÉ DU MIROIR 163 LE RÉDACTEUR TECHNIQUE ET SON ENVIRONNEMENT TECHNOLOGIQUE : LES OUTILS DE POIDS, LE POIDS DES OUTILS 165 LES MODÈLES TECHNOLOGIQUES DE LA LOCALISATION 171 CONTRIBUTION DES LISTES DE DIFFUSION À LA PRATIQUE DE LA TRADUCTION ANALYSE D'UN CAS D'ESPÈCE: LA LISTE DU RÉSEAU FRANCO-ALLEMAND 177 ERGONOMIE DES PRÉSENTATIONS DIDACTIQUES ASSISTÉES 201 COUP D ŒIL STYLISTIQUE SUR LES PANNEAUX DE MANIFESTATIONS MULTILINGUES

4

5 Remerciements Remerciements Les manifestations auxquelles correspondent les présents Actes ont été organisées avec le soutien de : DÉLÉGATION GÉNÉRALE À LA LANGUE FRANÇAISE ET AUX LANGUES DE FRANCE Institut Libre Marie Haps Universités partenaires de Tradutech Conseil scientifique de l Université de Rennes 2 Région Bretagne Association française des formations universitaires aux métiers de la traduction (AFUFT) Département d Ille et Vilaine Rennes Métropole Union Latine AUPELF 5

6

7 Introduction Introduction Les présents Actes sont le reflet des interventions proposées dans le cadre du colloque international organisé à Rennes 2 sous le titre Traduction et technologies en pratique professionnelle, en formation, en applications de formation à distance. Nous y avons adjoint quelques éléments se rapportant aux autres manifestations organisées ou coordonnées par l Université de Rennes 2 autour des mêmes thèmes et des mêmes problématiques. Nous sommes heureux de continuer à œuvrer en faveur de l information et de la formation dans les domaines complémentaires de la traduction, de la terminologie, de la documentation et de la rédaction. Les universités d été et d automne démontrent si besoin était que les besoins persistent, que parfois même ils deviennent de plus en plus aigus et de plus en plus urgents, parce que tout va si vite, et parce que tout le monde sent bien l urgence qu il y a aujourd hui du côté des adaptations technologiques. Il n est donc pas question de relâcher l effort. Nous regrettons que les formules d ateliers si propices à l acquisition de savoirfaire vitaux nous interdisent de communiquer une information aussi abondante que nous le souhaiterions dans les présents Actes. En conséquence, nous avons une nouvelle fois dû procéder par extraits et continuer, pour la terminologie par exemple, à appliquer un principe de rotation par lequel, chaque année, seul le responsable de l un des ateliers propose un document à la diffusion. ATTENTION! Les universités d été et d automne ont été le laboratoire dont sont en train de sortir les contenus respectifs de : Un site proposant une formation sur la terminologie et une formation à la terminographie [http://www.terminologie.net], Un site proposant une modélisation de la prestation du traducteur et traitant plus de la qualité en traduction professionnelle [http://www.qualitrad.net]. Ces divers contenus, comme ceux des présents Actes, n auraient pu être élaborés sans le précieux et indéfectible soutien que la Délégation générale à la langue française et aux langues de France apporte à notre Centre de Formation ainsi qu à notre équipe de Recherche. C est donc avec le plus vif plaisir que je remercie Monsieur le Délégué général, les chargés de mission de la DGLFLF, et l ensemble du personnel intervenant dans la gestion des dossiers, au nom de tous les participants aux universités d été et d automne passées, de l équipe de formateurs et des chercheurs concernés. Pour toute information sur les manifestations prévues en 2005 : 7

8

9 L association ProTLS Service offert par l association ProTLS (Professionnels du traitement des langages spécialisés) FORUM LANGAGIER TLSFRM (accès ILLIMITÉ) Forum d échange et questions - réponses sur toute question se rapportant à la terminologie, à la traduction et aux métiers de la traduction et de la communication multilingue. Forum libre (pas de modérateur) soumis aux seules règles de la bienséance et de la courtoisie. Abonnements (libres et gratuits) : en mode messagerie, adresser un «nouveau message» à : Ne pas préciser d objet du message. Dans le corps du message, écrire seulement : subscribe tlsfrm le serveur de liste (sympa) prend la suite en charge Comme tout autre serveur de liste. Il envoie une confirmation d inscription (avec un mot de passe qui permet d aller sur le serveur configurer son abonnement). Dès l inscription sur la liste, chaque abonné reçoit tous les messages adressés à la liste par n importe quel autre abonné. L abonné nouveau peut lui-même adresser des messages à l ensemble des colistiers. En cas de difficulté, écrire à : 9

10

11 Descriptifs des manifestations Les descriptifs des manifestations prévues en 2005 à l université de Rennes 2 Université d été en traduction Université d automne en terminologie Université d été en rédaction et documentation spécialisée Colloque international «Chemins parcourus et autoroutes à venir Traduire pour le Web» Séminaire de formation de formateurs en traduction Programme international en innovation et rénovation de cursus Se trouvent à : 11

12

13 Descriptifs des formations Les descriptifs des formations en traduction et métiers connexes proposées par l université de Rennes 2 Master «Métiers de la traduction et de la communication multilingue et multimédia» DU de terminologie DU de traducteur généraliste Formation de formateurs en traduction Licence en traduction-localisation Se trouvent à : 13

14

15 Environnement technologique du traducteur L environnement technologique du traducteur en 2004 : résumé Jean-Marie Vande Walle Mon premier contact avec l informatique professionnelle date de Je rédigeais à l époque mon mémoire pour le compte d un éditeur de dictionnaires hollandais. Mes collègues étudiants et moi avions reçu un terminal et un lecteur de disquettes (de 8 pouces!) pour sauvegarder les données. De traitement de texte, point. Le langage était du pur Cobol où nous devions insérer les balises (grasses, italiques, soulignés uniquement). La version finale du mémoire a été tapé à la machine, il est vrai électrique et avec un bandeau correcteur. En 1981, mes traductions au sein d une compagnie d assurances étaient encore soigneusement rédigées sur papier et mises en page par un pool de dactylos. Il m a fallu attendre deux ans pour obtenir un poste de travail qui me donnait accès à l ordinateur central pour y stocker ma production. Tout ceci pour rappeler aux étudiants présents dans la salle que l informatique ne date pas d hier, mais d il y a deux minutes à peine sur l échelle du temps. En 1985, quelques collègues ont présenté un premier atelier aux étudiants de leur ancienne école. Nous y donnions peu de précisions sur la nature de l ordinateur qu utilisaient les traducteurs du moment. Il n y a avait guère de choix à l époque et personne n imaginait le développement de l informatique telle que nous la connaissons aujourd hui. Le téléphone était encore cher pour quelqu un qui s installait à son compte et les possibilités techniques comme la présélection, la déviation d appel ou le RNIS étaient inexistantes. Dans le même ordre d idée, le télécopieur venait d apparaître sur le marché et faisait encore appel à un type de papier qui présentait l inconvénient outre l odeur d absorber l encre au bout de quelques jours. Les imprimantes à picots sur papier en accordéon régnaient en maître et étaient même recouvertes d un capot qui absorbait parfois le bruit infernal du chariot. Il était inutile aussi de préciser le type de logiciel. Un programme de traitement de texte était souvent installé de série sur le disque dur (de 10 Mo) et il n était pas question d en changer. Le choix était d ailleurs restreint. Je me souviens que mon premier traitement de texte (DisplayWrite) faisait exactement ce que son nom signifie : il affichait sur un écran monochrome de 12 pouces les mots que je tapais au clavier. Heureusement, il les sauvait aussi sur une disquette. Bref, il convient de se rendre compte que ce passage à l informatique représentait une véritable révolution en 1985 pour le traducteur libéral. Quelques années plus tard, les projections se faisaient un peu plus précises sans être exactes pour autant. On se doutait bien que les ordinateurs de l an 2000 seraient plus puissants mais personne n avait imaginé la surenchère de rapidité des processeurs, l explosion de la taille des disques durs, ni surtout l ouverture d Internet au public. Il existait des réseaux propriétaires comme Compuserve et l avenir, en 1991, se trouvait bien là. Mais toujours avec des modems poussifs (600 ou bps). Pour le matériel, les spécialistes ne se sont pas tellement trompés en L écran couleur, 15

16 Environnement technologique du traducteur l imprimante laser, la banque à distance, l intégration dans un réseau, la carte son, le processeur puissant, tout y est. Seuls bémols, la télécopie couleur (qui existe mais n a jamais percé) et les mégas dépôts ne sont pas au rendez-vous. En revanche, c est la déroute totale pour les logiciels. Puisque les traducteurs n excellent pas dans la prospective, tournons-nous plutôt vers une enquête sur le terrain pour voir de quoi est fait le poste de travail du traducteur en Le matériel est clairement un ordinateur de type PC, même si quelques gourmets férus de la pomme font encore un peu de résistance. Sans doute faut-il y voir la souplesse du matériel PC : pléthore de configurations matérielles possibles, modularité, prix des accessoires et extensions, etc. Nous verrons que l offre logicielle n est pas étrangère au phénomène. L imprimante laser est de moins en moins chère et occupe une position dominante sur le marché. Toutefois, pour l impression en couleur, les traducteurs font toujours confiance à une imprimante à jet d encre. En règle générale, l imprimante ne constitue plus une pièce maîtresse de la configuration. Les traducteurs les plus âgés impriment encore beaucoup (parfois même les courriels!) mais les plus jeunes ont intégré l échange électronique de fichiers et la relecture des documents traduits à l écran. Un écran qui devient de plus en plus grand. Le 15 pouces a définitivement cédé la place au 17 pouces minimum et parfois même au 19 pouces. Petit à petit, l écran plat se généralise. Il est proposé de série dans la plupart des nouvelles configurations. Et toujours en couleurs. Une connexion Internet est indispensable dans la plupart des cas, pour recevoir/livrer les traductions comme pour rechercher des informations sur le réseau. En Europe, la connexion est obligatoirement de type haut débit (ADSL, câble, CPL). Le traditionnel modem bps sert tout au plus de roue de secours chez les plus nostalgiques. Le numériseur se rencontre souvent aussi chez les traducteurs. Non pas pour manipuler les images mais pour la reconnaissance optique de caractères. Le système d exploitation est conditionné par la plateforme matérielle. Désormais, le tout-graphique est devenu la norme. Sur les PC, l environnement Windows règne sans partage et MacOS en fait de même dans le monde Apple. En réalité, il n y a guère de choix car les systèmes d exploitation sont fournis d origine à l achat d un ordinateur et peu de traducteurs songent à la possibilité d utiliser des solutions plus souples. En ce qui concerne les logiciels, force est de constater qu il n existe aucun environnement de traduction intégré. Bien sûr, on n imagine plus le traducteur de 2004 sans un traitement de texte (omniprésence de MS Word, élément de la suite bureautique MS Offfice) mais il faut y ajouter une foule d autres briques qui facilitent le travail. On songe ici à un navigateur (Iexplorer ou Firefox), à des utilitaires qui permettent de gérer les documents (Acrobat pour les fichiers PDF, Winzip ou Stuffit pour les fichiers compressés) ou à un antivirus et un pare-feu pour assurer la sécurité des longues heures de navigation sur la toile. Ou encore un éditeur HTML simple et un programme de reconnaissance de caractères (Omnipage ou Iris). Très vite, le traducteur se sentira à l étroit et fera l acquisition d autres utilitaires comme un 16

17 Environnement technologique du traducteur gestionnaire de disques virtuels pour ses dictionnaires sur CD, un programme graphique (Paintshop) ou un autre de téléphonie par Internet (Skype). Si sa méthode de travail le justifie, il installera un programme de reconnaissance vocale (Dragon). Pour faciliter la manipulation des documents, il fera appel à des jeux de macrocommandes qu il aura écrites lui-même ou puisera dans l offre commerciale (DtSearch, Wordfisher, Wordmonger). À mesure que sa clientèle se développe, le traducteur sera confronté au problème de la gestion des traductions antérieures et se tournera vers une mémoire de traduction qui lui permettra également de gérer sa terminologie (Trados, Wordfast, DejaVu). S il se spécialise dans un segment du marché comme le clonage de sites, il ne pourra faire l impasse sur des éditeurs évolués comme Dreamweaver ou GoLive, des logiciels de graphisme puissants comme Photoshop, Illustrator ou Freehand. Ceux qui privilégient l édition se tourneront vers la version complète d Acrobat, Quark et Framemaker. Les spécialistes du sous-titrage ou du doublage ont également à leur disposition une série d outils spécifiques, parfois conçus pour ou par le client (studio, chaîne de TV, etc.). Enfin, quand le traducteur s intéresse de plus près à la localisation de logiciels, les outils ne manquent pas (Catalyst et Passolo sont les plus courants). Cette brève présentation est loin d être exhaustive. Bien entendu, tout panachage est possible. En fait, la configuration matérielle du poste de travail est désormais une question de préférences (taille de l écran, couleurs, clavier/souris avec ou sans fil, etc.). Toutes les combinaisons sont possibles. La puissance de l ordinateur sera plus déterminée par le nombre de logiciels ouverts en parallèle que par le prix ou la disponibilité du matériel. En revanche, la plate-forme logicielle du traducteur en 2004 sera plutôt influencée par des facteurs subjectifs (un peu) et pratiques (beaucoup). Ce sera avant tout un savant compromis entre les divers aspects commerciaux de la profession (ai-je économiquement avantage à utiliser les mêmes outils que mon client, comment amortir ces achats et la formation inévitable, vais-je mieux traduire ou traduire plus vite, etc.?). Une conclusion s impose en la matière : l évolution est permanente et rapide. Il est suicidaire d en rester à une configuration figée. Si le traducteur de 2004 ne s intéresse pas à ses outils de travail, il sera dépassé en quelques mois. Il veillera par conséquent à s informer (forums, lettres d information, expos, conférences, associations professionnelles, etc.) ; il n hésitera jamais consacrer quelques minutes à une démo ou un essai ; il lira la presse spécialisée ; il écoutera l avis de ses collègues. Bref, il fera mentir l adage qui veut que la curiosité soit un vilain défaut. C est tout le contraire : la curiosité est un sérieux atout. 17

18 Environnement technologique du traducteur 18

19 19 Environnement technologique du traducteur

20 Environnement technologique du traducteur 20

21 21 Environnement technologique du traducteur

22 Environnement technologique du traducteur 22

23 23 Environnement technologique du traducteur

24 Environnement technologique du traducteur 24

25 25 Environnement technologique du traducteur

26 Environnement technologique du traducteur 26

27 27 Environnement technologique du traducteur

28 Environnement technologique du traducteur 28

29 29 Environnement technologique du traducteur

30 Environnement technologique du traducteur 30

31 FORMATION 31

32

33 PÉDAGOGIE PAR PROJETS : LE MODÈLE RENNAIS Pédagogie par projets : le modèle rennais Daniel Gouadec Centre de formation des traducteurs, terminologues et rédacteurs Depuis 1984, le Centre de formation de Traducteurs (puis traducteurs-localiseurs), terminologues et rédacteurs de l Université de Rennes 2 fonctionne systématiquement selon une pédagogie centrée sur la gestion de projets. Le présent est une amplification des contenus présentés succinctement dans le cadre du colloque. Cette amplification est intervenue en suite du colloque au bénéfice des participants au séminaire de formation de formateurs en traduction. Elle répond à une demande des formateurs soucieux de mieux comprendre la logique du système. L IDÉE Le point de départ : une pratique professionnelle Depuis plus de vingt ans, la formation des traducteurs au CFTTR repose sur deux idées simples. Il s agit (a) de rapprocher les situations pédagogiques des modèles professionnels et (b) d introduire toutes les modifications nécessaires à l organisation de la formation pour permettre cette professionnalisation. L aboutissement est la mise en place d une pédagogie de formation axée sur l exécution de projets de traductions conséquents. L étincelle est venue des premières situations dans lesquelles les étudiants étaient amenés, par la force des choses, à effectuer des traductions professionnelles collectives. Il s agissait, pour les étudiants de maîtrise (au nombre de 10 à 12 en moyenne) d exécuter de véritables traductions pour le compte de véritables donneurs d ordres en fait, des agences de traduction recherchant une main-d œuvre complémentaire capable d aider à faire face à des pics de demande démesurés. La première occasion plus vraie que nature a été, en 1986, la traduction d un manuel complet accompagnant un matériel informatique. Le donneur d ordres apportait trois éléments cruciaux : la validation de la terminologie et de la matière première, un micro-ordinateur, et une responsable du projet imposant des modes de fonctionnement particuliers propres à garantir la qualité minimale spécifiée. Il est vite apparu que seule une organisation du travail hyper-rigoureuse permettait de s en sortir, d autant que l ordinateur prêté (puis cédé à titre gracieux) était unique et qu il fallait donc une saine gestion de cette ressource en particulier pour réussir à tenir les délais. Bref, tout le monde y a acquis dans des conditions marquées par un enthousiasme indéfectible de tous les participants les quelques notions de base grâce auxquelles il a été possible de construire un édifice plus élaboré, et notamment : La nécessité de respecter les directives ; L importance du dialogue et de la négociation ; L importance de la validation a priori de la matière première ; 33

34 Formation L impact de la solidarité de groupe et de la responsabilité collective ; L intérêt de l exploitation privilégiée des compétences particulières de chacun ; Le rôle capital de l assurance de qualité ; Les techniques de révision ; L absolue nécessité de la planification ; Les apports indiscutables d une division du travail parfaitement maîtrisée. Et, plus largement, la réalité des situations et contraintes professionnelles : gestion des fichiers, règles de dénomination, calcul des délais, prévisions de consommations de ressources, respect des délais, respect des conventions de saisie, vérifications systématiques, saine gestion des mises à jour de listes, stratégies de recherche d informations, gestion d informateurs, contacts avec tous partenaires, etc. Le mode de fonctionnement était, à toutes fins utiles, un modèle professionnel, que nos partenaires donneurs d ordres nous ont aidés à optimiser. Les étudiants de maîtrise fonctionnaient, sans le savoir, sur le modèle de la gestion de projets. Incidemment, la formule transformait le formateur en conseiller, soutien, puis réviseur. Elle permettait ainsi la mise en place d une pédagogie optimale en ce sens que chacun pouvait juger au final de la qualité produite, de ses erreurs, et des correctifs souhaitables. S ajoutait bien entendu à cette structure interne la validation par le donneur d ordres avec son lot de nouvelles ou autres révisions. Très vite, le groupe s est organisé de manière à optimiser sa production à responsabilité collective. Ainsi sont apparues les spécialisations par compétences : telle personne se chargeait prioritairement de la terminologie, telle autre de la relecture, telle autre de la traduction, et ainsi de suite, en vertu de compétences avérées et unanimement reconnues. Dans certains cas, un opérateur donné se voyait imposer une responsabilité particulière par plébiscite. Les spécialisations sont apparues pour répondre au souci d optimiser le temps d intervention des uns et des autres mais aussi parce que les indemnisations perçues reposaient sur un principe de contribution effective à la qualité globale : si, par exemple, la terminologie collectée devait être refaite, l indemnisation du terminologue était amputée du coût de la reprise - cet aspect financier du projet étant bien entendu géré par le donneur d ordres. Il va de soi que cette forme de production collective sous la double protection d un ou plusieurs formateurs et d un donneur d ordres constitue la meilleure formation possible. Sa mise en œuvre systématique dans les institutions de formation pose des problèmes complexes mais des formules adaptées sont éminemment envisageables. La deuxième étape : l application en contexte de formation Les premières expériences collectives que nous dirons vraiment professionnelles ont immédiatement rejailli sur les pratiques pédagogiques. En effet, la structure et les procédures appliquées à cette occasion apportent leur lot d avantages substantiels tant du point de vue des étudiants que du formateur. Les uns et l autre les ont donc naturellement importées dans l ensemble des activités de formation/apprentissage car il faut bien voir qu il s agissait de l important d un modèle professionnel dans le contexte de la formation initiale. 34

35 Pédagogie par projets : le modèle rennais Les premières expérimentations pédagogiques se sont faites à partir de 1986 dans la configuration suivante : Mise en place systématique de groupes d étudiants affectés à une même tâche ; Émergence de trois niveaux de responsabilité, à savoir : (i) le chef - vu à l époque comme une sorte de patron d agence car, comme nous l avons vu, la terminologie de la gestion de projet n avait pas encore diffusé (ii) les chefs de groupes et (iii) les opérateurs ; Contrôle de la qualité des travaux des opérateurs par les chefs de groupes, puis par le chef. La mise en place de cette première architecture rudimentaire a été rendue possible par quelques accidents particulièrement heureux, à savoir (1) la disponibilité dès 1987, d un parc matériel et logiciel significatif tel qu il ne s en trouvait à l époque aucun de comparable dans les universités françaises autres que scientifiques et (2) la disponibilité d outils de communication efficaces et (3) la disponibilité de formateurs et de techniciens et ingénieurs en informatique. Tout ceci mis bout à bout induisait déjà à l époque le premier basculement vers le tout informatique qui caractérise l histoire du CFTTR. Le résultat de l application du modèle professionnel d exécution de prestations de traduction au contexte de formation a très vite dépassé les espérances. Il est très vite apparu que : a) Le regroupement d étudiants de niveaux différents crée un effet de formation directe en ce sens que tous les savoirs des étudiants les plus avancés sont immédiatement transmis par eux aux étudiants naïfs ou novices. Cet effet particulier a été exploité de manière systématique et systématiquement cultivé et amplifié par la suite. Il a un effet secondaire puissant en ce qu il instaure un esprit de solidarité absolue et de coopération spontanée entre tous les étudiants de l institution. b) La définition de niveaux de responsabilités introduit directement dans le schéma la notion d encadrement + pilotage + validation + contrôle de la part des niveaux de responsabilité les plus élevés (nous ne savions pas, au début, qu il s agissait là du principe fondamental de la gestion de projets). c) Le contrôle de qualité systématique effectué par les responsables de groupes réduit d autant la part d intervention du formateur et donc sa charge de travail, sans nuire en aucune manière à la qualité des évaluations et des rétroactions pédagogiques. La troisième étape La troisième étape, qui couvre la période de 1988 environ à aujourd hui, a été une longue phase de développement et de mise au point fine du modèle. Cette mise au point a été influencée par plusieurs éléments déterminants : a) L évolution positive des ressources disponibles notamment en termes d accès à des disques communs et de facilités de communication via l Internet. b) L application de modèles d exécution de prestations de traduction fondés sur une analyse en chemin critique. L analyse en chemin critique est le résultat d une recherche de longue haleine sur les séquences d exécution de projets de 35

36 Formation traduction avec repérage des points critiques et mise en place de solutions permettant d éviter les blocages ou les défauts de qualité. L analyse construit les chemins critiques interdépendants des cinq protagonistes possibles : donneur d ouvrage, donneur d ordres ou courtier, traducteur, réviseur, chef de projet ou responsable de dossier. c) L application des principes de la gestion de projet (consécutivement à la traduction de la documentation d un logiciel de gestion de production assistée par ordinateur pages). d) La mise en place d un système d assurance-qualité dans l exécution des traductions (mise en place commencée en 1990, Cf. communication à colloque de Palma de Majorque en 1994). e) La traduction effective, au cours des années, de supports de cours se rapportant à la gestion de projet en général. Cette traduction a duré trois années et a combiné l application pratique en traduction et l acquisition de savoirs mis en œuvre et à profit dans la vie professionnelle et, d abord, au cours des stages. Parallèlement à la mise au point du modèle de formation par logiques de projets, le CFTTR et le CRAIE développaient un système de gestion de la qualité en traduction connu sous le nom de PERFEQT (projet MLIS). L ensemble des contenus est accessible à et présente les fondements du système. Il est surtout apparu que le système pédagogique en gestion de projets requérait la mise en place de référentiels extrêmement complets et précis et, surtout, une organisation originale de l année universitaire. Il a donc fallu concevoir les référentiels et définir des protocoles de mise en œuvre complets. Ces éléments vont être décrits ciaprès. LE MODÈLE Principe Toute activité impliquant une production effective (traduction, terminographie, rédaction, recherche d informations, etc.) déclenche automatiquement l ouverture d un dossier de projet dans des conditions d émulation des pratiques professionnelles. Cela signifie, en clair, que : Un chef de projet est désigné ou se porte volontaire ; Le chef de projet est assisté, s il y a lieu, d un(s) assistant(e) ; Le chef de projet et son assistant(e) décident de la structure de responsabilités à mettre en place et recrutent les personnes auxquelles ces responsabilités seront confiées ; Tous les étudiants sont potentiellement concernés par tous les projets au moins à titre d opérateurs. En même temps, le chef de projet : Négocie les délais ; Négocie les conditions d exécution de la prestation ; Rédige le cahier des charges (en empruntant aux éléments génériques du référentiel) ; 36

37 Pédagogie par projets : le modèle rennais Établit le calendrier de production/exécution ; Demande la création d une liste de diffusion se rapportant au projet ou crée un répertoire spécifique sur une liste de diffusion existante ; Lance le projet. Ensuite, tout s enchaîne de manière bien huilée dans la mesure où la logique de projets et de travail collectif est devenue une seconde nature pour tout le monde et l expérience acquise fait que plus personne ne se pose la moindre question. Les nouveaux arrivants sont intégrés comme opérateurs et donc pris en charge par le chef de projet et ses assistants. Une fois qu ils ont compris le système, ils accèdent progressivement à des responsabilités en passant par le statut de stagiaires auprès des responsables de domaines puis des chefs de projets. Donc, l équipe de projet se met immédiatement en place sous la responsabilité du chef de projet et tout s enchaîne, à commencer par la prise de connaissance de tout référentiel disponible. Matrice de responsabilités Chaque équipe de projet se construit selon une matrice de responsabilités ou structure hiérarchique à l intérieur de laquelle les attributions et responsabilités sont définies par catégories ou fonctions. La matrice de responsabilités est particulière à chaque projet mais se fonde toujours sur la structure universelle soumise aux adaptations nécessaires. Le nombre et la nature des opérateurs pour chaque niveau de responsabilité est adapté aux exigences et contraintes du projet. L organisation générique de la matrice de responsabilités et les attributions des diverses fonctions pour les prestations de traduction sont présentées en annexe 2 dans la version la plus développée. Pour l essentiel, la matrice de responsabilités implique quatre niveaux standard : 1) Le niveau chef de projet 2) Le niveau chef d équipe 3) Le niveau chef de groupe 4) Le niveau opérateur À ces quatre niveaux standard s ajoutent, au besoin : 1bis) Le niveau assistant chef de projet L assistant chef de projet est chargé de gérer un sous-projet. Dans la pratique, il existe toujours au moins un assistant chef de projet chargé de gérer la soustraitance. En effet, sont considérés comme sous-traitants, parce qu externes, les étudiants disposant des moyens nécessaires pour exécuter leur part du projet depuis leur domicile. La sous-traitance ainsi simulée permet de tester l efficacité du dispositif à distance et de tenir compte d une réalité professionnelle fort répandue. Note : les sous-traitants ont, comme les opérateurs en interne, accès à l intranet. Ils sont convoqués en interne à la séance de breffage organisée au terme de l étape d étude du produit ou processus ou sujet. 37

38 Formation n) Le responsable de domaine Le responsable de domaine prend en charge un secteur d activité ou une composante transversale de la prestation. Ainsi, en ce qui concerne la traduction, les domaines (avec responsabilités spécifiques correspondantes) sont la collecte de matières premières, le contrôle de la qualité, les transferts, etc. Pour l anecdote, les responsabilités de domaines ont été instituées et définies par les étudiants eux-mêmes pour apporter une solution pratique à l un des problèmes récurrents de coordination-harmonisation des activités à l intérieur de la prestation. Les responsabilités ne sont pas affectées par l organisation hiérarchique puisqu elles correspondent à des fonctions et non pas à des individus ou à des organisations chronologiques. N.B. Les responsabilités ne sont pas nécessairement réparties selon les niveaux d avancement des études. Référentiel(s) Le référentiel éclairant l exécution d une tâche donnée est une forme de cours ou support de cours. Ce référentiel se présente, selon les cas, sous forme de : Fichier(s) accessible(s) sur un disque partagé à l intérieur de l université ; Fichier(s) accessible(s) dans un répertoire d un serveur de liste ; Une liste de diffusion est créée pour permettre la gestion de chaque projet. Alternativement, un répertoire spécifique est créé dans une liste existante ; Site Web (www.qualitrad.net pour la traduction ou pour la terminographie). Les référentiels font l objet de mises à jour permanentes. Leur fonction est de permettre à quiconque d accéder à une présentation-explication de tout élément de toute prestation à laquelle il est appelé à participer. Les référentiels peuvent être court-circuités par le chef de projet lorsqu il estime que l apport oral d explications est préférable. Le formateur intervient systématiquement et dans les meilleurs délais, à la demande du chef de projet seul (relayant une demande d opérateurs à quelque niveau que ce soit) pour fournir toutes les explications nécessaires et, au besoin, proposer un cours spécifique sur les points particuliers qui posent problème. Il s agit en l occurrence d une caractéristique cruciale de la pédagogie appuyée sur une pratique en gestion de projets : l apport du formateur intervient toujours sa,s délai en réponse à une demande d explication-formation formulée en présence d une problématique clairement identifiée, définie, circonscrite. Pareille décision relève du constat suivant : un cours se rapportant à l exécution d une tâche donnée ne peut être parfaitement accepté et assimilé que s il vient à point nommé pour résoudre un problème ou un ensemble de problèmes. Il en découle que la pédagogie par projets ne s accommode que difficilement avec l organisation traditionnelle des emplois du temps : dans le cadre de tel projet, il peut s avérer nécessaire de consacrer trois ou 38

39 Pédagogie par projets : le modèle rennais quatre heures, par exemple, à des explications, des analyses, des démonstrations et même, parfois, une application pratique limitée. Les référentiels sont élaborés par le formateur et mis à jour selon les spécifications des divers chefs de projets. En clair, ce sont les chefs de projets (relayant les observations de tous les opérateurs impliqués) qui précisent quels sont les points ou éléments qu il est souhaitable ou nécessaire d introduire ou de modifier ainsi que les orientations à donner aux informations nouvelles. Les référentiels permettent à chaque utilisateur d apprendre, dans l abstrait et dans l absolu, tout ce qu il doit savoir sur la tâche à accomplir et les modalités d exécution de cette tâche. Ils sont complétés ou précisés par des cours et mises à jour. Cahiers des charges et procédures génériques Les procédures génériques sont des procédures standard. Elles décrivent, comme toutes les procédures, les opérations à effectuer, les responsabilités, les résultats attendus, les contrôles à effectuer, etc. Étant donné que ces procédures sont d application universelle et non réservées au contexte pédagogique, elles sont incorporées aux référentiels. Les référentiels incluent surtout ce que l on pourrait appeler des cahiers des charges ou spécifications génériques. Il s agit, en l occurrence, de fichiers qui sont tous disponibles en permanence via le serveur de fichiers du serveur de listes. Ces fichiers concernent chacun un élément de la prestation (et donc une tâche). Ils s organisent toujours selon les rubriques ci-après : Objet du cahier des charges (opération ou activité concernée) Définitions des termes essentiels Outil (chaque activité s effectue par mise en œuvre d un outil adapté) Mode d emploi et directives Chronologie d exécution Allotissement (identification du ou des lots concernés) Planning de l activité Identification des fichiers Transmission des fichiers Données finales Responsable de domaine Suite La composante majeure du cahier des charges, la chronologie d exécution de l activité ou de l opération concernée, n est pas modifiable. Cahiers des charges spécifiques Le chef de projet et, le cas échéant, tout opérateur autorisé crée, à partir du modèle de cahier des charges génériques un cahier des charges spécifiques stipulant les conditions d allotissement, de planning, d identification et transmission des fichiers, d acheminement et enregistrement des données finales, de responsable de domaine auquel se rapporte l activité ou l opération concernée, et de suite du processus. 39

40 Formation Chaque cahier des charges spécifique est validé par le chef de projet et mis à la disposition de tous les opérateurs concernés. Délimitation des cibles : formulaires directifs Les résultats souhaités pour chaque activité ou opération sont spécifiés de manière rigoureuse par le biais d un outil correspondant généralement à un formulaire à remplir. Ce formulaire a une triple fonction : 1) Il encadre au plus près et cible l activité ou opération prévue 2) Il contraint à respecter des procédures optimisées puisqu il impose la présence de catégories de données jugées indispensables. 3) Il a une fonction pédagogique dans la mesure où il prend en charge celui ou celle qui le met en œuvre et où cette prise en charge débouche sur une assimilation complète de directives implicites. À titre d exemple, le formulaire de concordancier terminologique bloque le processus lorsque l opérateur omet de préciser le filtre de référenciation conceptuelle et de recherche de concordants. L exploitation de formulaires correspond à la forme la plus aboutie de coercition : les étudiants doivent aboutir à un résultat particulier correspondant à l aboutissement d un processus incontournable du chemin critique d exécution des traductions. Tout le monde doit, pour remplir le questionnaire, exécuter les opérations requises, toutes les opérations requises, selon la séquence voulue. Les formulaires permettent également les validations intermédiaires. Ainsi, par exemple, la recherche de terminologie s appuie sur un inventaire exhaustif qui fait l objet d une évaluation indiquant les réussites et les échecs. Plus encore, le recours aux formulaires selon une séquence spécifique permet de déterminer très précisément à quel moment un processus n a pas fonctionné ou n a pas fonctionné comme il l aurait dû, et pourquoi. On dispose ainsi d un outil de diagnostic d une efficacité incomparable. Le traçage est systématique et automatique. Le diagnostic est immédiat et facile. Les formulaires sont développés ou redéveloppés annuellement par les étudiants les plus avancés selon les spécifications du formateur. Ceci permet de solliciter la réflexion et l analyse de tout un chacun et d approfondir les connaissances en informatique. Ils sont également mis à jour et optimisés après chaque nouvelle exécution de projet, selon les indications de l autopsie de la prestation et les bilans de l ensemble des opérateurs. Modes opératoires Chaque formulaire est accompagné de (i) son descriptif et (ii) son mode d emploi. Les modes opératoires correspondent au mode d emploi détaillé des formulaires ou, en l absence de formulaire, aux procédures et chronologies d exécution des activités ou opérations concernées. Tout mode d emploi inclut et explique tout élément de méthodologie se rapportant à la mise en œuvre de l outil considéré. En fait, la méthodologie est littéralement inscrite dans les formulaires et les modalités contraignantes de leur mise en œuvre. 40

41 Pédagogie par projets : le modèle rennais Les descriptifs et modes d emplois sont également produits ou recréés par les étudiants les plus avancés. Il s agit en l occurrence d une application spécifique de rédaction technique en rapport avec leurs domaines de compétence et leurs métiers. Des mises à jour interviennent aussi après chaque nouvelle exécution de projet, pour tenir compte des conclusions de l autopsie de la prestation et des bilans de l ensemble des opérateurs. Dans la mesure du possible, la production des descriptifs et modes opératoires met en jeu la totalité des supports standard : infobulles, modes d emploi sur papier, fichiers HTML, aide en ligne. Principe d exécution Toute opération ou activité prévue ou requise dans le cadre de l exécution d une prestation donnée doit être effectuée par l opérateur concerné selon les spécifications d outils dans les conditions spécifiées par le cahier des charges spécifique et selon son calendrier de production. Chaque résultat d opération ou d activité est contrôlé par l opérateur lui-même, validé par son supérieur directe, puis contrôlé par le supérieur de ce supérieur. Évaluation Un opérateur donné effectue toujours un bilan des conditions dans lesquelles il a pu exécuter ses tâches. Ce bilan inclut des considérations sur l efficacité des responsables du niveau supérieur. Il peut ainsi être amené à porter un jugement sur ces responsables. Les responsables sont avisés de la teneur générale du bilan. Un responsable à un niveau donné évalue toujours la performance et le rendement des opérateurs dont il a la charge. L évaluation s effectue selon un système à cinq niveaux : excellent *** bon ** satisfaisant 0 non satisfaisant -- médiocre --- Il s agit de juger les paramètres neutres ci-après : o Sérieux o Esprit d équipe o Respect des délais o Respect des consignes et du cahier des charges o Efficacité o Prise en compte des observations Le croisement des paramètres et des valeurs correspondantes donne une image juste et précise de chaque opérateur. La qualité du résultat est évaluée de manière séparée par le donneur d ouvrage ou, à défaut, par le formateur. 41

42 Formation EXEMPLE = EXÉCUTION DE TRADUCTIONS Organisation chronologique Les projets de traduction conduits selon le modèle s organisent tous selon un même chemin critique. Les étapes ci-après sont obligatoires (des étapes additionnelles étant envisageables au cas par cas) : 1) Négociation du contrat a. Identification de la demande b. Identification du projet à mettre en place c. Calcul du devis d. Rédaction de la proposition de prestation (conditions générales d exécution des traductions, conditions particulières) e. Rédaction et signature de la convention 2) Analyse de la demande a. Planification b. Mise en place de l équipe de projet c. Mise en forme du projet du projet d. Analyse des options et traitements particuliers 3) Préparation du matériau a. Désassemblage ou démontage b. Extraction du matériau à traduire effectivement 4) Analyse du matériau a. Contrôle de qualité du matériau à traduire b. Mise à niveau du matériau à traduire c. Création de la version pour traduction 5) Mise en place de la matière première a. Terminologie b. Phraséologie c. Matériaux primaires d. Alignements e. Création et exportation/importation de la mémoire de traduction 6) Création de la version d appui intégrant matériaux et directives 7) Transferts et auto-contrôles 8) Mise en commun des traductions individuelles 9) Contrôles de qualité relectures et révisions 10) Réassemblage et retraitements (intégrations) 11) Livraison 12) Consolidations et archivages 13) Autopsie de la prestation Matrice de responsabilités Pour toute tâche de traduction, la matrice de responsabilités correspond au schéma de l annexe 1. 42

43 Pédagogie par projets : le modèle rennais La matrice inclut toujours un chef de projet adjoint chargé de la sous-traitance. Les domaines de responsabilité sont généralement les suivants : o logistique (désormais présent dans absolument tous les projets en raison des problèmes de ressources matérielles et logicielles ou de locaux) o gestion (planification, consommation de ressources, mesures des temps, etc.) o matériau à traduire o ingénierie (désormais présent dans absolument tous les projets en raison des caractéristiques des matériaux traités : sites Web, logiciels, jeux vidéo) o options et traitements particuliers o étude du sujet/documentation/élucidations o matière première o traduction-transferts o post-traitements (inclut la mise en commun) o contrôles de qualité et mises à niveau o archivage L une des responsabilités importantes est celle du responsable des post-traitements dans la mesure où ceux-ci incluent les mises en commun des traductions individuelles. Il s agit, en l occurrence, d une étape essentielle du point de vue de la pédagogie, puisqu elle oblige chacun à justifier ses propositions, à s auto-évaluer, et à tenir compte des avis de ses partenaires. Les mises en commun s effectuent dans chaque groupe, puis dans chaque équipe, puis par année. Une autre option possible est celle des révisions en cascade : les traductions des opérateurs sont révisées par le chef de groupe, les traductions de chaque groupe sont révisées par le chef d équipe et les traductions d équipes sont révisées par le responsable du domaine qualité. Dans cette hypothèse, le formateur révise la version ultime. Il est alors facile et extrêmement utile de repartir dans l autre sens : le responsable du domaine qualité signale et explique leurs erreurs effectives aux chefs d équipes, qui signalent et expliquent leurs erreurs effectives aux chefs de groupes, qui signalent et expliquent leurs erreurs effectives aux opérateurs. La formule est d une redoutable efficacité. Nature des responsabilités Les responsabilités des uns et des autres sont présentées dans l annexe 2. Planification et calendrier/planning général Le chef de projet et ses assistants définissent un calendrier général de production. Le formulaire correspondant est présenté en annexe 3. En règle générale, un projet couvre une semaine (traduction standard) ou deux semaines intégrales (localisation de sites Web). Pour la traduction standard, la pré- 43

44 Formation traduction occupe deux journées et demie, la traduction une journée et demie, la mise en commun une demi-journée et les contrôles de qualité une demi-journée (au moins). Planification et calendrier/planning personnel Le chef de projet et ses assistants définissent un planning particulier pour chaque opérateur. Le formulaire correspondant est présenté en annexe 4. En règle générale, un projet couvre une semaine (traduction standard) ou deux semaines intégrales (localisation de sites Web). Pour la traduction standard, la prétraduction occupe deux journées et demie, la traduction une journée et demie, la mise en commun une demi-journée et les contrôles de qualité une demi-journée (au moins). Cahiers des charges Chaque responsable définit, à son niveau de responsabilité, le ou les cahiers des charges requis. Tous les cahiers des charges sont validés par le chef de projet. Le cahier des charges relatif au domaine étude du sujet et documentation est présenté en annexe 5. Le cahier des charges relatif au domaine matières premières est présenté en annexe 6. Procédures Un exemple de procédure est proposé en annexe 7. Outils Un exemple d outil, avec mode d emploi et directives de mise en œuvre, est proposé en annexe 8. Intégration au cursus La gestion de projets d exécution de prestations de traductions (y compris de clonage de sites web et de localisation de logiciels) s insère très progressivement dans le cursus de chaque étudiant au fil de sa formation. L insertion début à l entrée en année 3 (bac +3) et donc au début du semestre 5 des études supérieures. La séquence standard est présentée ci-après : 1. Session d initiation 1 semaine Premier contact avec le système : l étudiant participe, en prélude à la rentrée officielle (pour des raisons de disponibilité des ressources nécessaires) à une session dite de «mise en jambes». Des groupes de 2 à 3 personnes sont placés sous la tutelle d un chef de groupe en année terminale. Le chef de groupe a l entière responsabilité de son groupe et cumule les fonctions de chef de projet, responsable de domaines, etc. L objectif apparent est d exécuter un très bref projet de traduction (parce que ceci donne un sentiment de réalité). Les objectifs réels sont multiples : Repérage des ressources matérielles et logicielles ; 44

45 Pédagogie par projets : le modèle rennais Apprentissage du fonctionnement des listes de diffusion et des serveurs de fichiers ; Téléchargements divers ; Prise de connaissance des composantes du référentiel ; Téléchargement du référentiel ; Téléchargement des outils, modes d emplois et cahiers des charges ; Mise en application dans l exécution du mini projet sans objectifs de qualité. Résultat : apprentissage de l intégralité du système et préparation pour les épisodes à venir La première session constitue une introduction générale aux cours de traduction. Elle est l occasion de présenter, expliquer, justifier, et maîtriser les composantes de la prestation du traducteur. Elle se fait donc naturellement sou la responsabilité proche d un étudiant-formateur compétent. Elle constitue une référence permanente pour toute activité pédagogique en rapport avec la traduction, la terminologie, la phraséologie, la documentation, etc. Elle concrétise l ensemble des processus d apprentissage en ce qu elle met tout en perspective. Elle permet également à chacun(e) de confirmer son choix professionnel et académique ou, au contraire, de changer d orientation. Elle est irremplaçable. 2. Session de semestre 1 1 semaine En fin de premier semestre, une nouvelle session complète est organisée. Elle entre dans le schéma Tradutech (projet européen). Il s agit quasiment d une reprise du modèle de la session de mise en jambes mais, cette fois, les outils et procédures sont connus et la quantité traitée devient significative. Les étudiants traduisent un matériau choisi par un donneur d ouvrage externe (qui procèdera à l évaluation finale). Le thème est aléatoire mais le document est spécialisé ou technique. Le volume est de l ordre de à mots. La session dure à nouveau une semaine. Cette fois, la structure avec responsables de domaines, chefs d équipes et chefs de groupes se met en place. L organisation de la prestation est de type horizontal en ce sens que chaque équipe exécute l ensemble des opérations nécessaires (étude du sujet, documentation, terminologie, traduction, etc.) A l intérieur de l équipe, le chef d équipe a tout loisir d organiser des groupes si les circonstances l imposent, mais la seule coordination véritable relève des responsables de domaines, qui sont chargés d harmoniser les résultats, de fusionner les fichiers, et de redistribuer la matière première validée. Les équipes sont mixtes en ce sens qu elles incluent des étudiants de licence et des étudiants de master 1 et 2. L objectif est d assurer un encadrement proche des nouveaux étudiants, qui trouvent auprès des anciens une solution immédiate à tout problème qui se pose au cours de l exécution du projet. Le risque à prévenir est celui d une dépendance totale des nouveaux envers les anciens. Il peut être prévenu par l affectation aux nouveaux de tâches ou composantes de tâche qu ils doivent assumer en propre (toujours collectivement, cela va de soi). 45

Créer Un site Web pour la classe

Créer Un site Web pour la classe Créer Un site Web pour la classe Sommaire : P. 1 Introduction 1 Introduction Avec l avènement des nouvelles technologies de l information et de la communication, le Web est devenu un média incontournable

Plus en détail

Mission Val de Loire 81 rue Colbert BP 4322 37043 TOURS CEDEX 1 Siret 254 503 048 00012. Cahier des charges MAINTENANCE INFORMATIQUE

Mission Val de Loire 81 rue Colbert BP 4322 37043 TOURS CEDEX 1 Siret 254 503 048 00012. Cahier des charges MAINTENANCE INFORMATIQUE Mission Val de Loire 81 rue Colbert BP 4322 37043 TOURS CEDEX 1 Siret 254 503 048 00012 Cahier des charges MAINTENANCE INFORMATIQUE Mai 2013 Table des matières Sommaire 1 Introduction... 3 1.1 Objectifs...

Plus en détail

En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus

En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus CHAPITRE UN EXEMPLES DE FORMATIONS EN LIGNE En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus pratique que les autres méthodes, l apprentissage en ligne est aujourd hui en train de transformer

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques Plan de cours Techniques de l informatique 420.AC DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques 420-691-MA Stage en entreprise Site du stage en entreprise : http://stages.cmaisonneuve.qc.ca/evaluation/1748/

Plus en détail

Description des cours TBU

Description des cours TBU des cours TBU 201-213-RO - Mathématiques appliquées au travail de bureau Le cours Mathématiques appliquées au travail de bureau (201-213-RO) permet de développer les habiletés requises pour résoudre des

Plus en détail

Description de l offre de services

Description de l offre de services Description de l offre de services Prestations en Webconférence... 2 Les prestations :... 3 Etude d éligibilité Microsoft Office 365... 3 Forfait de Mise en service... 4 Migration 5 utilisateurs... 5 Formation

Plus en détail

PVP. «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers

PVP. «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers PVP «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers Frédéric BADAWI Professeur des Universités Directeur du CIES Centre Chargé de mission 1 Projet Mise en place d un

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

DOCUMENTATION ASSOCIEE A UN PROJET LOGICIEL

DOCUMENTATION ASSOCIEE A UN PROJET LOGICIEL DOCUMENTATION ASSOCIEE A UN PROJET LOGICIEL 31 août 2004 Plate-Forme Opérationnelle de modélisation INRA ACTA ICTA http://www.modelia.org FICHE DU DOCUMENT 10 mai 04 N.Rousse - : Création : version de

Plus en détail

L'utilisation d'une plateforme collaborative dans le cadre de la formation des enseignants

L'utilisation d'une plateforme collaborative dans le cadre de la formation des enseignants Christine Dollo 7138 L'utilisation d'une plateforme collaborative dans le cadre de la formation des enseignants Introduction Ce texte a pour objectif de présenter un dispositif de formation mis en place

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

B2I Niveau 1. 1. Maîtriser les premières bases de la technologie informatique.

B2I Niveau 1. 1. Maîtriser les premières bases de la technologie informatique. Fiche pédagogique Activité 1 Cycle 1 (Maternelle) B2I Niveau 1 1. Maîtriser les premières bases de la technologie informatique. Compétence visée : 1.1 Je désigne avec précision les différents éléments

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES ASSISTANCE UTILISATEUR ET MAINTENANCE INFORMATIQUE

CAHIER DES CHARGES ASSISTANCE UTILISATEUR ET MAINTENANCE INFORMATIQUE WEST AFRICAN HEALTH ORGANISATION ORGANISATION OUEST AFRICAINE DE LA SANTE ORGANIZAÇÃO OESTE AFRICANA DA SAÚDE CAHIER DES CHARGES ASSISTANCE UTILISATEUR ET MAINTENANCE INFORMATIQUE 1 Sommaire 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

taboo Ciel avec Réussir sa compta Nathalie Crouzet Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-12263-3

taboo Ciel avec Réussir sa compta Nathalie Crouzet Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-12263-3 Nathalie Crouzet sans taboo Réussir sa compta avec Ciel Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-12263-3 Avant-propos La comptabilité est pour certains une véritable bête noire, qu il est soit disant difficile,

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Didactique du Français Langue Étrangère et Seconde DiFLES

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Didactique du Français Langue Étrangère et Seconde DiFLES www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Didactique du Français Langue Étrangère et Seconde DiFLES Introduction sur la formation Depuis 2005, le master DiFLES propose une formation approfondie dans le domaine

Plus en détail

Préparation au concours d assistant des bibliothèques GUIDE DU STAGIAIRE

Préparation au concours d assistant des bibliothèques GUIDE DU STAGIAIRE GUIDE DU STAGIAIRE Préparation à distance à l épreuve écrite du concours d assistant des bibliothèques 1/12 SOMMAIRE I - Présentation générale... 3 1. Comment utiliser ce guide :... 3 2. Date de la préparation

Plus en détail

Master en Sciences de l éducation Règlement du stage

Master en Sciences de l éducation Règlement du stage Master en Sciences de l éducation Règlement du stage adopté par le Conseil de Département des Sciences de l éducation, dans sa séance du 26.03.2015 1. Contexte Le module «Développement professionnel» du

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

RÉUSSIR LE DIMN MODULES COMPLÉMENTAIRES À LA FORMATION PRÉPARATON AU DIMN. cned.fr. DATES D INSCRIPTION du 1 er octobre 2015 au 31 mai 2016

RÉUSSIR LE DIMN MODULES COMPLÉMENTAIRES À LA FORMATION PRÉPARATON AU DIMN. cned.fr. DATES D INSCRIPTION du 1 er octobre 2015 au 31 mai 2016 cned.fr NOTICE DESCRIPTIVE RÉUSSIR LE DIMN MODULES COMPLÉMENTAIRES À LA FORMATION PRÉPARATON AU DIMN OBJECTIFS Préparer le DIMN en complément de la préparation en alternance dans un institut des métiers

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

VIALAR Yoann. Année scolaire 2012-2013. Rapport d activités

VIALAR Yoann. Année scolaire 2012-2013. Rapport d activités VIALAR Yoann Année scolaire 2012-2013 Rapport d activités 1 Sommaire 1. Présentation de l entreprise a. Description b. Les activités 2. Les activités dans l entreprise a. Présentation de l activité c.

Plus en détail

Plus De Cartouches 2013/2014

Plus De Cartouches 2013/2014 Plus De Cartouches 2013/2014 Page 1 SOMMAIRE INTRODUCTION ET PRESENTATION...3 MISSIONS...4 LE CONTEXTE DES MISSIONS...4 LES OBJECTIFS...4 LES CONTRAINTES...5 REALISATIONS...6 CHOIX EFFECTUÉS...6 RÉSULTATS...10

Plus en détail

Politique d accessibilité du RREO

Politique d accessibilité du RREO Politique d accessibilité du RREO Date d entrée en vigueur : Le 1 er janvier 2014 Révision : 16 décembre 2014 Date de la prochaine révision : Le 1 er janvier 2017 Responsables : Vice-présidente principale,

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Coordination Direction des mesures et services aux entreprises et du placement Ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale Rédaction Direction

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION ET EN PARTICULIER DES RESSOURCES INFORMATIQUES.

CHARTE D UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION ET EN PARTICULIER DES RESSOURCES INFORMATIQUES. DQ- Version 1 SSR Saint-Christophe CHARTE D UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION ET EN PARTICULIER DES RESSOURCES INFORMATIQUES. I] INTRODUCTION L emploi des nouvelles technologies nécessite l application

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

Services bancaires par Internet aux entreprises. Guide pratique pour : Rapports de solde Version 8.05.22

Services bancaires par Internet aux entreprises. Guide pratique pour : Rapports de solde Version 8.05.22 Services bancaires par Internet aux entreprises Guide pratique pour : Rapports de solde Version 8.05.22 Table des matières Avez-vous besoin d aide?... 3 Exigences informatiques... 4 Navigateurs acceptés...

Plus en détail

Le scénario pédagogique des formations AgriTic

Le scénario pédagogique des formations AgriTic Le scénario pédagogique des s AgriTic Guide à l attention des formateurs pour la mise en œuvre locale des s AgriTic. Un projet porté, au sein de Préférence FORMATIONS, par le CFPPA de Melle Niort. I. Le

Plus en détail

Master Méthodes informatiques appliquées à la gestion

Master Méthodes informatiques appliquées à la gestion Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Méthodes informatiques appliquées à la gestion Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Licence professionnelle Commerce spécialité Acheteur

Licence professionnelle Commerce spécialité Acheteur Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Commerce spécialité Acheteur Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Projet «Evolution» Référentiel d activités et de compétences : Administrer un parc informatique. Objectifs pédagogiques :

Projet «Evolution» Référentiel d activités et de compétences : Administrer un parc informatique. Objectifs pédagogiques : Référentiel d activités et de compétences : Administrer un parc informatique Objectifs pédagogiques : Mettre en œuvre les outils d'administration de Windows server Mettre en œuvre les outils d'administration

Plus en détail

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Grenoble INP ENSE Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

BOSTONI Sacha NGUYEN Linh. Rapport de projet : Annuaire des anciens élèves

BOSTONI Sacha NGUYEN Linh. Rapport de projet : Annuaire des anciens élèves BOSTONI Sacha NGUYEN Linh Rapport de projet : Annuaire des anciens élèves Tuteur : Mr Muller Mai 2007 SOMMAIRE Introduction 1/ Les utilisateurs du site 2/ Les fonctionnalités 3/ La réalisation Conclusion

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

INITIATION AU SYSTEME D EXPLOITATION WINDOWS 2000

INITIATION AU SYSTEME D EXPLOITATION WINDOWS 2000 INITIATION AU SYSTEME D EXPLOITATION WINDOWS 2000 Introduction : Initiation à la Micro- Informatique 1. Matériel 2. Périphériques a) Le clavier b) La souris c) L écran d) L unité centrale e) L imprimante

Plus en détail

Activités professionnelle N 2

Activités professionnelle N 2 BTS SIO Services Informatiques aux Organisations Option SISR Session 2012 2013 BELDJELLALIA Farid Activités professionnelle N 2 NATURE DE L'ACTIVITE CONTEXTE OBJECTIFS LIEU DE REALISATION Technicien assistance

Plus en détail

Accès Client IndemniPro

Accès Client IndemniPro Accès Client IndemniPro SCM Services d assurances Nous sommes heureux de fournir les instructions étape par étape suivantes pour simplifier le processus d accès à vos données par le biais du système Accès

Plus en détail

Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt»

Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt» Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt» année scolaire 2011 2012 Animation Pédagogique du 11 janvier 2012 partie 2 Les axes de travail Réflexion autour des diverses organisations possibles

Plus en détail

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés CONTRAT D ADHÉSION CONTRAT ENTRE FAC FOR PRO PARIS ET L ÉTUDIANT Article 1. Dispositions générales Le présent contrat, ci-après dénommé «le contrat» constitue l accord régissant pendant sa durée, les relations

Plus en détail

CES/AC.49/2001/6 16 août 2001 COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE

CES/AC.49/2001/6 16 août 2001 COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Distr. GÉNÉRALE CES/AC.49/2001/6 16 août 2001 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANISATION INTERNATIONALE (OIT) CONFÉRENCE DES STATISTICIENS EUROPÉENS

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle Développer des compétences professionnelles du BTS Assistant de Manager en séance d Activités Professionnelles de Synthèse (APS) Par Elodie SERGENT (relecture Maguy Perea) Le BTS assistant de manager forme

Plus en détail

GUIDE POUR L UTILISATION DE LA PLATE-FORME DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS DU CONSEIL GENERAL DE L ISERE

GUIDE POUR L UTILISATION DE LA PLATE-FORME DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS DU CONSEIL GENERAL DE L ISERE GUIDE POUR L UTILISATION DE LA PLATE-FORME DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS DU CONSEIL GENERAL DE L ISERE La plate-forme de dématérialisation des marchés publics du Conseil général de l Isère permet

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

Première inscription administrative à l université Lille1 Année universitaire 2015-2016

Première inscription administrative à l université Lille1 Année universitaire 2015-2016 Première inscription administrative à l université Lille1 Année universitaire 2015-2016 Le calendrier et les modalités d inscription administrative sont arrêtés de la façon suivante : Pour l'étudiant,

Plus en détail

CELCAT est un leader mondial de la gestion d emploi du temps et du suivi de l assiduité des étudiants dans l enseignement supérieur.

CELCAT est un leader mondial de la gestion d emploi du temps et du suivi de l assiduité des étudiants dans l enseignement supérieur. CELCAT Timetabler Le gestionnaire interactif d emploi du temps CELCAT est un leader mondial de la gestion d emploi du temps et du suivi de l assiduité des étudiants dans l enseignement supérieur. Notre

Plus en détail

"Sous réserve de validation des modifications"

Sous réserve de validation des modifications "Sous réserve de validation des modifications" Niveau : MASTER année Domaine : Mention : DROIT ECONOMIE GESTION SCIENCES DU MANAGEMENT M2 Spécialité : CONTROLE DE GESTION 120 ES Volume horaire étudiant

Plus en détail

E-Learning / Ergonomie :

E-Learning / Ergonomie : BARRAU Mathieu Licence Pro Communication Electronique GRUFFAZ Loic Université Lyon 2 E-Learning / Ergonomie : Cahier des charges, contenu et organisation du support de cours pour le programme de formation

Plus en détail

Les modèles technologiques de la localisation

Les modèles technologiques de la localisation Les modèles technologiques de la localisation Les modèles technologiques de la localisation Cécile Martin Université Rennes 2 Avant d entrer en détails dans les modèles technologiques de la localisation,

Plus en détail

KIT INTRANET DSL @home L interface d accès aux ressources de votre entreprise

KIT INTRANET DSL @home L interface d accès aux ressources de votre entreprise Guide utilisateur KIT INTRANET DSL @home L interface d accès aux ressources de votre entreprise 1 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION ET PRE-REQUIS... 3 2. INSTALLATION... 4 3. CONFIGURATION... 5 4. UTILISATION ET

Plus en détail

Centre de Formation Juridique

Centre de Formation Juridique Centre de Formation Juridique Etablissement d enseignement supérieur privé 98 % de réussite* STAGE DE PRÉ-RENTRÉE NANTES Réservé aux étudiants de 1 ère année de Nantes Découvrez notre offre de Formation

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU 25/11/2014 RÉNOVATION DU BTS COMPTABILITÉ GESTION DES ORGANISATIONS

COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU 25/11/2014 RÉNOVATION DU BTS COMPTABILITÉ GESTION DES ORGANISATIONS COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU 25/11/2014 RÉNOVATION DU BTS COMPTABILITÉ GESTION DES ORGANISATIONS Ce document n a aucune valeur réglementaire et ne se substitue pas aux textes officiels INTRODUCTION La

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Histoire - métiers de la culture, des archives et du document (MECADOC) de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

ORIENTATIONS POUR LA CLASSE DE TROISIÈME

ORIENTATIONS POUR LA CLASSE DE TROISIÈME 51 Le B.O. N 1 du 13 Février 1997 - Hors Série - page 173 PROGRAMMES DU CYCLE CENTRAL 5 e ET 4 e TECHNOLOGIE En continuité avec le programme de la classe de sixième, celui du cycle central du collège est

Plus en détail

RÉGLEMENTATION D EXAMEN DE LA FACULTÉ DE DROIT D ÉCONOMIE ET DE GESTION D ORLÉANS COMMUNE AUX MASTERS DROIT ÉCONOMIE GESTION

RÉGLEMENTATION D EXAMEN DE LA FACULTÉ DE DROIT D ÉCONOMIE ET DE GESTION D ORLÉANS COMMUNE AUX MASTERS DROIT ÉCONOMIE GESTION RÉGLEMENTATION D EXAMEN DE LA FACULTÉ DE DROIT D ÉCONOMIE ET DE GESTION D ORLÉANS COMMUNE AUX MASTERS DROIT ÉCONOMIE GESTION Chapitre 1 : DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 : Le cursus de master est organisé

Plus en détail

DEMANDEZ VOTRE ESSAI GRATUIT : www.lexum.com/fr/produits/decisia. OU CONTACTEZ-NOUS: info@lexum.com 1.855.316.2100 UN ACCÈS EFFICACE À VOS DÉCISIONS

DEMANDEZ VOTRE ESSAI GRATUIT : www.lexum.com/fr/produits/decisia. OU CONTACTEZ-NOUS: info@lexum.com 1.855.316.2100 UN ACCÈS EFFICACE À VOS DÉCISIONS DEMANDEZ VOTRE ESSAI GRATUIT : www.lexum.com/fr/produits/decisia UN ACCÈS EFFICACE À VOS DÉCISIONS OU CONTACTEZ-NOUS: info@lexum.com 1.855.316.2100 Decisia est un service en ligne pour les organismes décisionnels

Plus en détail

Responsable de la formation continue

Responsable de la formation continue Responsable de la formation continue J1E26 Formation continue orientation et insertion professionnelle - IR Le responsable de la formation continue propose, définit, met en oeuvre et évalue la politique

Plus en détail

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire.

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Le fait que tous les enseignants de l Académie de Clermont-Ferrand disposent d un environnement numérique de travail

Plus en détail

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle Évaluation des apprentissages en formation professionnelle L évaluation des apprentissages fait partie intégrante de l enseignement. L APEQ vous propose ici un document qui devrait vous permettre de clarifier

Plus en détail

Manuel Utilisateur ENTREPRISE Assistance téléphonique : 0892 43 43 63 (0.34 / min)

Manuel Utilisateur ENTREPRISE Assistance téléphonique : 0892 43 43 63 (0.34 / min) Manuel Utilisateur ENTREPRISE Assistance téléphonique : 0892 43 43 63 (0.34 / min) Sommaire : 1. Introduction 2. Pré requis techniques 2.1. Configuration minimale requise pour la consultation des annonces

Plus en détail

INTRODUCTION DE DONNÉES DANS JURIFAST

INTRODUCTION DE DONNÉES DANS JURIFAST INTRODUCTION DE DONNÉES DANS JURIFAST 1. GÉNÉRALITÉS Afin de leur permettre le plus large accès, les documents seront introduits au format pdf, en maintenant dans les options de protection des documents

Plus en détail

Le parcours «langues étrangères appliquées»

Le parcours «langues étrangères appliquées» Le parcours «langues étrangères appliquées» Assises universitaires de français Kévin Bacquet Université d État de la région de Moscou Les langues étrangères dans l enseignement supérieur en 3 options :

Plus en détail

Formations aéronautiques générales à distance

Formations aéronautiques générales à distance Formations aéronautiques générales à distance AIR FORMATION propose des formations réglementaires à distance en langue française et anglaise. Buts : Former les participants et évaluer le niveau des connaissances

Plus en détail

II. Modalités de mise en œuvre du CCF pour l épreuve E4 et E6 du BTS TC

II. Modalités de mise en œuvre du CCF pour l épreuve E4 et E6 du BTS TC 1. RECOMMANDATIONS pour l épreuve E4 en CCF II. Modalités de mise en œuvre du CCF pour l épreuve E4 et E6 du BTS TC E4 : Négociation technico-commerciale (coef 4) SITUATION 1 SITUATION 2 Compétences C111

Plus en détail

Optimiser les images pour l affichage sur votre site

Optimiser les images pour l affichage sur votre site Optimiser les images pour l affichage sur votre site Table des matières Introduction : Pourquoi compresser une image?...1 I/ Les différents types de compression d images...1 I.I / Le format GIF...2 I.2

Plus en détail

Quel lien existe-t-il entre le besoin et le design des objets?

Quel lien existe-t-il entre le besoin et le design des objets? Séquences 1-2 Quel lien existe-t-il entre le besoin et le design des objets? Pourquoi trouve-t-on différents modèles pour ce produit de communication? Nous avons chez nous différents modèles de téléphones

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Le réviseur ou la réviseure travaille avec des textes de nature extrêmement variée, ceux-ci allant

Le réviseur ou la réviseure travaille avec des textes de nature extrêmement variée, ceux-ci allant 1. IDENTIFICATION Poste n o Titre de poste Poste du superviseur 08-13415 Réviseur ou réviseure Inuinnaqtun Gestionnaire, Translation Bureau Ministère Division/Région Collectivité Lieu Culture et Patrimoine

Plus en détail

S3CP. Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles

S3CP. Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles S3CP Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles Référentiel Le présent socle décrit un ensemble de connaissances et compétences devant être apprécié dans un contexte professionnel.

Plus en détail

Installation de Windows XP www.ofppt.info

Installation de Windows XP www.ofppt.info ROYAUME DU MAROC Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail XP DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION SECTEUR NTIC XP Sommaire 1 Introduction... 2 2 Vérification de la

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

89,7 % STAGE DE PRÉ-RENTRÉE MONTPELLIER Réservé aux étudiants de 1 ère année de Montpellier

89,7 % STAGE DE PRÉ-RENTRÉE MONTPELLIER Réservé aux étudiants de 1 ère année de Montpellier Centre de Formation Juridique Etablissement d enseignement supérieur privé 89,7 % de réussite STAGE DE PRÉ-RENTRÉE MONTPELLIER Réservé aux étudiants de 1 ère année de Montpellier Leader des cours de soutien

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion des ressources humaines en PME

Licence professionnelle Gestion des ressources humaines en PME Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion des ressources humaines en PME Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

SAP Learning Hub, édition User Adoption Accès dans le cloud à tout moment à des formations pour utilisateurs finaux

SAP Learning Hub, édition User Adoption Accès dans le cloud à tout moment à des formations pour utilisateurs finaux Foire aux questions SAP Learning Hub, édition User Adoption SAP Learning Hub, édition User Adoption Accès dans le cloud à tout moment à des formations pour utilisateurs finaux SAP Learning Hub est une

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET PROJET : «ensemble des actions à entreprendre afin de répondre à un besoin défini dans des délais fixés». Délimité dans le temps avec un début et une fin, mobilisant

Plus en détail

MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PECHE

MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PECHE République Française MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PECHE ARRÊTÉ portant création et fixant les conditions de délivrance du certificat de spécialisation «technicien conseil en systèmes informatisés

Plus en détail

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1 glossaire Les définitions succinctes, présentées dans ce glossaire, sont, en grande partie, tirées des chapitres du Manuel. Elles sont en harmonie avec les références relatives au Processus de Bologne.

Plus en détail

Date de réception du dossier : Nom : Prénom : Cursus visé :

Date de réception du dossier : Nom : Prénom : Cursus visé : Date de réception du dossier : Nom : Prénom : Cursus visé : J atteste sur l honneur ne pas avoir déposé de demande de valorisation des acquis de l expérience personnelle et professionnelle relative au

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion du patrimoine immobilier

Licence professionnelle Gestion du patrimoine immobilier Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion du patrimoine immobilier Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

UN PROJET MULTIMÉDIA avec les classes 702A et 712B et le logiciel MISTRALMOVIE, au Cycle d Orientation des Grandes-Communes

UN PROJET MULTIMÉDIA avec les classes 702A et 712B et le logiciel MISTRALMOVIE, au Cycle d Orientation des Grandes-Communes UN PROJET MULTIMÉDIA avec les classes 702A et 712B et le logiciel MISTRALMOVIE, au Cycle d Orientation des Grandes-Communes Buts Mise en place d une période de révision d allemand en fin de 7e année sous

Plus en détail

MARCHES PUBLIC DE FORMATION. Dossier de consultation des prestataires de formation

MARCHES PUBLIC DE FORMATION. Dossier de consultation des prestataires de formation MARCHES PUBLIC DE FORMATION Appel d offres selon la procédure adaptée article 30 du code des marchés publics. Dossier de consultation des prestataires de formation Objet du marché : 2 ème semestre 2015

Plus en détail

SYLLABUS DES STAGES BACCALAURÉAT EN COMMUNICATION (JOURNALISME)

SYLLABUS DES STAGES BACCALAURÉAT EN COMMUNICATION (JOURNALISME) SYLLABUS DES STAGES BACCALAURÉAT EN COMMUNICATION (JOURNALISME) EDM1201 : Presse écrite ou Internet I EDM1202 : Presse écrite ou Internet II EDM3201 : Journalisme télévisuel ou radiophonique I EDM3202

Plus en détail

Guillaume LHOMEL Laboratoire Supinfo des Technologies Microsoft Très Bien. Tous les articles de cet auteur 40007 47/227

Guillaume LHOMEL Laboratoire Supinfo des Technologies Microsoft Très Bien. Tous les articles de cet auteur 40007 47/227 Auteur Serveur Windows 2000 dans un Réseau Macintosh Accueil > Articles > Réseau Guillaume LHOMEL Laboratoire Supinfo des Technologies Microsoft Très Bien Tous les articles de cet auteur 40007 47/227 Présentation

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Organisation des transports, gestion des flux et des stocks, gestion des entrepôts de l Université du Littoral

Plus en détail

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Les entreprises du paysage de la CNATP ont 6 mois après la date d extension

Plus en détail

version def septembre 2010

version def septembre 2010 GUIDE POUR L UTILISATION DE LA PLATE-FORME DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS DU CONSEIL GENERAL DE L ISERE 1 La plate-forme de dématérialisation des marchés publics du Conseil général de l Isère

Plus en détail

Tablettes PC. Décembre 2011 > Mai 2012. Bilan de l'expérimentation

Tablettes PC. Décembre 2011 > Mai 2012. Bilan de l'expérimentation Tablettes PC Sommaire Décembre 2011 > Mai 2012 Bilan de l'expérimentation 1. Présentation du projet... 2 2. Le matériel... 2 3. L expérimentation... 3 4. Bilan... 4 5. Perspectives pour 2012-2013... 5

Plus en détail

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au PLAN D INTERVENTION Service des ressources éducatives Version finale

Plus en détail

PARCOURS DE FORMATION CA1 et CA2

PARCOURS DE FORMATION CA1 et CA2 PARCOURS DE FORMATION CA1 et CA2 A destination des agents en contrats aidés Modalités de mise en place du parcours et accompagnement des e- ou tuteurs relais SE FORMER A SON RYTHME EN FONCTION DE SES BESOINS

Plus en détail

Extrait du référentiel Métiers de la Branche :

Extrait du référentiel Métiers de la Branche : OPIIEC OBSERVATOIRE PARITAIRE DES METIERS DE L, DE L INGENIERIE, DES ETUDES ET DU CONSEIL REFERENTIEL METIERS Extrait du référentiel Métiers de la Branche : Etudes et développement Référentiel Métiers

Plus en détail