Contexte de l étude. Mots-clés : Corps, obésité, représentations, transition

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contexte de l étude. Mots-clés : Corps, obésité, représentations, transition"

Transcription

1 Emmanuel COHEN, Nicole CHAPUIS-LUCCIANI, Patrick PASQUET, Lamine GUEYE, Gilles BOETSCH Mots-clés : Corps, obésité, représentations, transition Contexte de l étude Depuis plusieurs années, les pays du Sud constituent le siège d une urbanisation croissante, rendue possible par des exodes ruraux massifs similaires à ceux observés dans les pays occidentaux au 19ème siècle (Veron 2007). Ils constituent l étape achevée d une transition démographique, épidémiologique et nutritionnelle mondiale (Pison 2008 ; Omran 1971 ; Popkin 1999). Dans ces pays, une espérance de vie croissante et un environnement urbain édifié nouveau avec ses propres composantes : pauvreté, pollution, restauration rapide, surdensité démographique, etc (Maire, Delpeuch 2004 ; McMickael 2000), génère un contexte dans lequel les maladies infectieuses coexistent avec des maladies chroniques non transmissibles de plus en plus fréquentes (Maire et al 2002), à l instar des pays occidentaux durant le siècle dernier (Knapp 2000). La surcharge pondérale, plus particulièrement l obésité, constitue l un des indicateurs les plus marquants de ce changement (Delpeuch, Maire 1997). Depuis plusieurs années, l Organisation Mondiale de la Santé (OMS) considère l obésité comme une pandémie qui touche aussi bien les pays industrialisés que les pays du Sud (WHO 2003). Le développement technique et industriel favorise l expansion de milieux urbains où la sédentarité y est plus prononcée qu en zone rurale et les ressources alimentaires disponibles pour les populations y sont plus caloriques. Ces caractéristiques environnementales faciliteraient l émergence et la propagation de l obésité au sein de toutes les populations humaines (Popkin, Gordon-Larsen 2004). Paradoxalement, alors que la culture occidentale s adonne à un culte très prononcé pour la minceur (Fischler, 1999), le mode de vie actuel de la population occidentale entraîne une augmentation de la prévalence du surpoids et de l obésité jamais observée à une telle échelle jusqu à présent (Eaton 2000 ; Popkin, Doak 1998). Cette exigence accrue vis-à-vis de l apparence physique, particulièrement la minceur, génère des troubles de l image corporelle (Cash 1996) qui ont des conséquences considérables sur la santé mentale des populations occidentales, notamment chez les jeunes (Cash et al 2004). A fortiori, les individus en surcharge pondérale semblent largement affectés par ces troubles psychologiques ; en effet, ils développent bien souvent, en plus de pathologies cardiovasculaires et métaboliques, des syndromes psychiques nécessitant une prise en charge médicale (Wadden, Stunkard 1985). Pourtant, malgré cette mondialisation de la culture occidentale (Latouche 1992), et des normes corporelles comme la minceur qui lui sont associées, des disparités culturelles et des antagonismes demeurent au sein du globe (Diouf 2004). Les pays du Sud, en particulier les pays africains (Metcalf et al 2000 ; Craig et al 1999 ; Holdsworth et al 2004 ; Siervo et al 2006) valorisent l embonpoint, comme les populations européennes jusqu au début du siècle dernier (Nahoum 1979). Selon le genre, il représente la réussite sociale, le pouvoir ainsi que la santé et la fertilité (de Garine, Pollock 1995 ; Sylla 1985). Contrairement à ce qu on observe dans les pays occidentaux, les troubles de l image corporelle associés au rejet de l adiposité sont rares en Afrique (Miller, Pumariega 2001 ; Szabo 1999) ; plus encore, cette valorisation traditionnelle de l embonpoint est considérée par certains auteurs comme un facteur facilitant le développement de l obésité et de ses pathologies associées (Flynn, Fitzgibbon 1998 ; Duda et al, 2006), au même titre que les facteurs environnementaux précédemment cités. Néanmoins, en zone urbaine africaine, une «occidentalisation» récente du mode de vie est en cours. Elle agit aussi bien sur l environnement physique des individus : augmentation de la masse 52

2 pondérale liée à une composition nutritive des aliments plus calorique et des dépenses énergétiques quotidiennes plus faibles (Mufunda, Chatora 2006 ; Pasquet et al 2003), que sur leur univers social : perceptions et gestion du corps tournées vers la minceur (Diagne 1992), modèles vestimentaires en mutation (Bambara 2004), représentations traditionnelles de la santé et de l esthétisme en renégociation perpétuelle (Fassin 1992 ; Amouzou 2009 ; Ndiaye 2009 ). Un certain nombre de mécanismes relatifs aux zones urbaines : système médical, scolaire et médiatique (Figures 1 et 2), Figure 1. Modèle de mannequinat actuel dominant en Afrique (AMINA, n 423, 2005). Figure 2. Campagne de sensibilisation sur la surcharge pondérale à Yaoundé (Cameroun, mars 2007). auraient tendance à infléchir ces représentations positives de l embonpoint (Toriola et al 1996 ; Kishwar 1995 ; Szabo, Allwood 2006) et générer un espace social ambivalent ou coexistent en un même lieu représentations traditionnelles et modernes du corps. De même, les populations d origine africaine vivant dans les pays du «Nord» comme les Etats-Unis ou la Grande- Bretagne, tout en conservant une spécificité culturelle (Becker et al 1999 ; Viner et al 2006), semblent fortement influencées par le système de représentations occidentales (Snooks, Hall 2002). Problématique En considérant l image corporelle comme à la fois porte d entrée du système de valeurs et de représentations d une société donnée et indicateur de cette transition mondiale des modes de vie, nous tenterons d évaluer l impact de l acculturation occidentale via le système médiatique, scolaire et médical, sur le système de valeur africain. Nous prendrons le cas de la population sénégalaise, largement influencée par la culture occidentale (Fougeyrollas 1963 ; Diop 2002), en confrontant trois milieux contrastés, les zones rurale et urbaine sénégalaises (Dakar), et une zone urbaine française (Paris). Derrière l analyse des perceptions et pratiques corporelles, il s agira de mettre en évidence le contenu symbolique des catégories mobilisées par les individus pour appréhender le corps, cellesci se résumant souvent à la santé et à l esthétisme, et d évaluer leur schéma de renégociation dans ce contexte de recomposition culturelle. Au-delà de l acculturation symbolique et sociale, prégnante au Sénégal (Ndiaye 2007), nous nous penchons sur les aspects physiques et environnementaux de cette acculturation occidentale. La prévalence croissante de l obésité en milieu urbain africain et sénégalais (Maire et al 1992) constitue l un des indicateurs les plus flagrants de cette transition structurelle des modes de vie. Dans ce contexte social dynamique, les perceptions sociales de la santé et de l esthétisme que nous cherchons à décrire, se projettent sur un corps physiquement en mutation. Il s agit alors d évaluer l impact de cette transition des représentations, mais aussi de l évolution de l écologie humaine associée à cette transition épidémiologique et nutritionnelle, sur le contenu des catégories émiques définissant le corps chez les Sénégalais. 53

3 Méthodologie > Etude qualitative Enquête ethnologique. Nous menons une enquête qualitative ethnologique, dans les trois milieux d étude : rural/urbain sénégalais et français (région parisienne), en respectant la méthodologie classique préconisée en anthropologie sociale (Copans 2005), pour rendre compte des représentations et pratiques qui tournent autour du corps et des dimensions que nous lui jugeons associées, tels l esthétisme et la santé. Nous travaillons de manière approfondie sur les conceptions populaires, les discours et les termes vernaculaires associés à ces notions, ainsi que l impact sur ces dernières de l acculturation occidentale émergente en zone urbaine. Nous décryptons les notions élémentaires : pouvoir, fertilité, maladie etc, qui implicitement bâtissent le socle du système de représentations et de valeurs des Sénégalais en matière de corps, et évaluons les mécanismes sociaux issus de l environnement urbain pouvant agir sur celui-ci. Nous orientons aussi notre démarche sur le rapport psychosocial du corps des Sénégalais en anticipant un impact probable de ce contexte dynamique de représentations sociales, entre valorisation et rejet de l embonpoint, sur les processus de négociation psychoaffectifs du corps. mettrons en évidence les normes sénégalaises vis-à-vis du corps, les tendances dynamiques et évolutives de ces schémas corporels dans ce contexte transitionnel, et les approches psychosociales potentiellement ambivalentes vis-à-vis de certains morphotypes : maigreur, minceur, grosseur, obésité, etc... Nous avons construit notre questionnaire en nous appuyant sur un protocole de validation reconnu scientifiquement (Vallerand 1989 ; Jaeschye, Guyatt 1990), et nous l associons à un système de planches de photographies (Harris et al 2008 ; Cohen, Pasquet 2010) qui permettront d évaluer avec précision les perceptions corporelles des enquêtés (Figure 3). A terme, nous croiserons les caractéristiques biomédicales de notre échantillon représentatif, évaluées par le bilan bio-anthropologique, aux normes émiques sénégalaises relatives aux perceptions du corps, décrite par nos enquêtes socio-anthropologiques, pour rendre compte de la réalité bio-culturelle sénégalaise. Figure 3. Exemple de planche photographique (Cohen, Pasquet 2010). > Etude quantitative Anthropobiologie. Dans une étude quantitative, nous effectuons un ensemble de mesures anthropométriques et biologiques sur un échantillon représentatif d adultes dans nos trois milieux, qui nous permettront d entrevoir le statut des Sénégalais vis-à-vis de l obésité et de ses pathologies principales associées (diabète de type 2 et hypertension artérielle). Enquête socio-anthropologique et ethno-psychologique. Nous menons une enquête socio-anthropologique et ethnopsychologique quantitative pour évaluer, à grande échelle, les schémas généraux d appréhension du corps des Sénégalais sur un plan socioculturel et psychosocial. Comme pour l enquête précédente, mais d une manière quantitative, nous 54

4 Références bibliographiques AMOUZOU (E.) 2009, L impact de la culture occidentale sur les cultures africaines, L Harmattan, Paris, 190 p. BAMBARA (S.) 2004, La sociologie du corps : L habillement des jeunes à Dakar, Université Cheikh Anta Diop, Dakar (Mémoire de maîtrise). BECKER (D.M.), YANEK (L.R.), KOFFMAN (D.M.), BRONNER (Y.C.) 1999, Body image preferences among urban African Americans and whites from low income communities, Ethn Dis 9: CASH (T.F.) 1996, The treatment of body image disturbances, in J.K. Thompson (éd.), Body Image, Eating Disorders, and Obesity: An Integrative Guide for Assessment and Treatment, American Psychological Association, Washington DC, p CASH (T.F.), MORROW (J.A.), HRABOSKY (J.I.), PERRY, (A.A.) 2004, How has body image changed? A cross-sectional investigation of college women and men from 1983 to 2001, Journal of Consulting and Clinical Psychology 72: COHEN (E.), PASQUET (P.) 2010, Body size perception of urban Bamileke of Cameroon pertaining to the nutritional transition (soumis pour publication). COPANS (J.) 2005, L enquête et ses méthodes. L enquête ethnologique de terrain, Armand Colin, Paris, 127 p. CRAIG (P.), HALAVATAU (V.), COMINO (E.), CATERSON (I.) 1999, Perception of body size in the Tongan community: differences from and similarities ao an Australian sample, International Journal of Obesity 23: DELPEUCH (F.), MAIRE (B.) 1997, Obésité et développement des pays du Sud, Médecine tropicale 57: DIAGNE (O.) 1992, Corps et société : visions modernes du corps et vécu corporel en Afrique noire, ANRT, Lille (Thèse de Doctorat). DIOP (M. C.) 2002, Le Sénégal contemporain, Karthala, Paris, 434 p. DIOUF (A.) 2004, Diversité culturelle et mondialisation, Editions Autrement, Paris, 360 p. DUDA (R.B.), JUMAH (N.A.), HILL (A.G.), SEFFAH (J.), BIRITWUM (R.) 2006, Interest in healthy living outweighs presumed cultural norms for obesity for Ghanaian women, H Q Lif Out 4: 1-7. EATON (S.B.) 2000, Paleolithic vs. modern diets--selected pathophysiological implications, European journal of nutrition 39: FASSIN (D.) 1992, Pouvoir et maladie en Afrique: anthropologie sociale dans la banlieue de Dakar, Presses universitaires de France, Paris, 359 p. FISCHLER (C.) 1999, L Homnivore, Odile Jacob, Paris, 440 p. FLYNN (K.), FITZGIBBON (B.M.) 1998, Body images and obesity risk among black females: a review of literature, Ann Behav Med 20: FOUGEYROLLAS (P.) 1963, Phénomènes d acculturation chez les étudiants de la cité universitaire de Dakar, Revue de sociologie française 4: GARINE de (I.), POLLOCK (N. J.) 1995, Social aspects of obesity, Gordon and Breach Publishers, Amsterdam, 314 p. HARRIS (C.V.), BRADLYN (A.S.), COFFMAN (J.), GUNEL (E.), COTTRELL (L.) 2008, MI-based body size guides for women and men : development and validation of a novel pictorial method to assess weight-related concepts, Int J Obes 32: HOLDSWORTH (M.), GARTNER (A.), LANDAIS (E.), MAIRE (B.), DELPEUCH (F.) 2004, Perceptions of healthy and desirable body size in urban Senegalese women, Int J Obes 28: JAESCHYE (R.), GUYATT (G.H.) 1990, How to develop and validate a new quality of life instrument in B. Spilker (éd.), Quality of life assessment in clinical trials, Raven Press, New York, p KISHWAR (M.) 1995, When India missed the universe, Manushi 88: KNAPP (V.J.) 2000, Diet and disease during Europe s agricultural and industrial revolutions, Nutr Health 13:

5 LATOUCHE (S.) 1992, L occidentalisation du monde : essai sur la signification, la portée et les limites de l uniformisation planétaire, la Découverte, Paris, 143 p. MAIRE (B.), DELPEUCH (F.), CORNU (A.), TCHIBINDAT (F.), SIMONDON (F.), MASSAMBA (J.P.) 1992, Urbanisation at Transition Nutritionnelle en Afrique Sub-Saharienne: les exemples du Congo et du Sénégal, Rev Epidèm et Santé Publ 40: MAIRE (B.), LIORET (S.), GARTNER (A.), DELPEUCH (F.) 2002, Transition nutritionnelle et maladies chroniques liées à l alimentation dans les pays en développement, Cahiers d études et de recherches francophones/ Santé 12: MAIRE (B.), DELPEUCH (F.) 2004, La transition nutritionnelle, l alimentation et les villes dans les pays en développement, Cahiers d études et de recherches francophones/ Agricultures 13: MCMICHAEL (A.J.) 2000, La santé en milieu urbain : conséquences de la mondialisation pour les pays en développement, Bulletin of the World Health Organization 78: METCALF (P.A.), SCRAGG (R.K.), WILLOUGHBY (P.), FINAU (S.), TIPENE-LEACH (D.) 2000, Ethnic differences in perceptions of body size in middle-aged European, Maori and Pacific people living in New Zealand, Int J Obes Relat Metab Disord 24: MILLER (M.), PUMARIEGA (A.) 2001, Culture and eating disorders: a historical and cross-cultural review, Psychiatry 64: MUFUNDA (J.), CHATORA (R.) 2006, Emerging Noncommunicable Disease in Africa: Preventive measures from the WHO Regional Office for Africa, Ethnicity & Disease 16: NAHOUM (V.) 1979, La Belle Femme, Communications 31: NDIAYE (L.) 2007, Imaginaire et Societe Wolof, Tradition et Modernite, Ethiopiques 79: NDIAYE (L.) 2009, Parenté et mort chez les Wolof : traditions et modernité au Sénégal, Paris, L Harmattan, 340 p. OMRAN (A.R.) 1971, The epidemiologic transition: A theory of the epidemiology of population change, Milkbank Mem Fund Q 49: PASQUET (P.), TEMGOUA (L.S.), MELAMAN-SEGO (F.), FROMENT (A.), RIKONG-ADIE (H.) 2003, Prevalence of overweight and obesity for urban adults in Cameroon, Annals of human biology 30: PISON (G.) 2008, L avenir démographique des pays du Sud, Revue économique 59: POPKIN (B.M.), DOAK (C.M.) 1998, The obesity epidemic is a worldwide phenomenon, Nutr Rev 56: POPKIN (B.M.) 1999, Urbanization, lifestyle changes and the nutrition transition, World Dev 27: POPKIN (B.M.), GORDON-LARSEN (P.) 2004, The Nutrion Transition: worldwide obesity dynamics and their determinants, Int J Obes 28: SIERVO (M.), GREY (P.), NYAN (O.A.), PRENTICE (A.M.) 2006, A pilot study on body image, attractiveness and body size in Gambians living in an urban community, Eating and Weight Disorders 11: SNOOKS (M.K.), HALL (S.K.) 2002, Relationship of body size, body image and self-esteem in African American, European American and Mexican American middle-class women, Health Care Women Int 23: SYLLA (A.) 1985, Sur l esthétique de la femme africaine, Ethiopiques 40: SZABO (C.P.) 1999, Eating attitudes among black south africans, American Journal of Psychiatry 156: SZABO (C.P.), ALLWOOD (C.W.) 2006, Body figure preference in South African adolescent females: a cross cultural study, African Health Sciences 6:

6 TORIOLA (A.L.), DOLAN (B.M.), EVANS (C.), ADETIMOLE (O.) 1996, Weight Satisfaction of Nigerian Women in Nigeria and Britain: Inter-Generational and Cross-Cultural Influences, European Eating Disorders Review 4: VALLERAND (R.J.) 1989, Vers une méthodologie de validation transculturelle de questionnaires psychologiques: Implications pour la recherche en langue française, Psychologie Canadienne 30: VERON (J.) 2007, La moitié de la population mondiale vit en ville, Population et sociétés 1-4. VINER (R.M.), HAINES (M.M.), TAYLOR (S.J.), HEAD (J.), BOOY (R.), STANSFELD (S.) 2006, Body mass, weight control behaviours, weight perception and emotional well-being in a multiethnic sample of early adolescents, International Journal of Obesity 30: WADDEN (T.A.), STUNKARD (A.J.) 1985, Social and psychological consequences of obesity, Annals of Internal Medecine 103: WHO 2003, Diet, nutrition and the prevention of chronic diseases, World Health Organization, Geneva, 149 p. Les auteurs Emmanuel COHEN Doctorant à l Université de la Méditerranée (Marseille, France) UMI 3189 «Environnement, Santé, Sociétés» courriel : Nicole CHAPUIS-LUCCIANI Directeur de Recherche au CNRS Directeur - adjoint de l UMI «Environnement, Santé, Sociétés» UMI 3189 «Environnement, Santé, Sociétés» courriel : Patrick PASQUET Directeur de recherche au CNRS - UMR7206 Eco-anthropologie et Ethnobiologie (Paris, France) CNRS, MNHN, Université Paris7 courriel : Lamine GUEYE Professeur des Universités Praticien Hospitalier Responsable de l Unité de Neurophysiologie clinique, Service de Neurologie CHU Fann Dakar Directeur par intérim de l UFR Sciences de la Santé UGB Saint-Louis (Sénégal) Directeur-Adjoint de l UMI «Environnement, Santé, Sociétés» - UMI 3189 «Environnement, Santé, Sociétés» - Laboratoire de Physiologie et d Exploration Fonctionnelle, Faculté de Médecine, Université Cheikh Anta Diop (Dakar, Sénégal) courriel : Gilles BOETSCH Directeur de recherche au CNRS Directeur de l UMI «Environnement, Santé, Sociétés» UMI 3189 «Environnement, Santé, Sociétés» courriel : 57

Mots-clés : alimentation, croissance, jeune enfant, Sénégal

Mots-clés : alimentation, croissance, jeune enfant, Sénégal Emilie BUTTARELLI, Nicole CHAPUIS-LUCCIANI, Lamine GUEYE Mots-clés : alimentation, croissance, jeune enfant, Sénégal FIGURE 1. Mère et enfant, en salle des urgences de l Hôpital Aristide Le Dantec, Dakar,

Plus en détail

Comprendre l obésité en Afrique : poids du développement et des représentations

Comprendre l obésité en Afrique : poids du développement et des représentations perspective Comprendre l obésité en Afrique : poids du développement et des représentations Rev Med Suisse 2014 ; 10 : 712-6 J. Correia Z. Pataky A. Golay Drs Jorge Correia et Zoltan Pataky Pr Alain Golay

Plus en détail

Pourquoi?... Pour qui?

Pourquoi?... Pour qui? Pourquoi?... Pour qui? Prévalence de l obésité Obésité massive IMC >40 49,2% 32,3% Obésité 15,0 % 3,5% 10,7% 3,1% 1,2% Moins de 18,5 18,5 à 24,9 25,0 à 29,9 30,0 à 34,9 35,0 à 39,9 40,0 ou plus Dépenses

Plus en détail

LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES

LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES PREVENTION SOMMAIRE EPIDEMIOLOGIE La prévalence du diabète traité est estimée en 2009 à 4,4 % de la population résidant en France soit 3 millions

Plus en détail

Fréquence, modalités, et déterminants de l éducation nutritionnelle en médecine générale : l étude Nutrimège

Fréquence, modalités, et déterminants de l éducation nutritionnelle en médecine générale : l étude Nutrimège Fréquence, modalités, et déterminants de l éducation nutritionnelle en médecine générale : l étude Nutrimège Dr Annabelle COVI-CROCHET Département de médecine générale Faculté de médecine de Créteil Introduction

Plus en détail

Faut-il faire maigrir tout le monde?

Faut-il faire maigrir tout le monde? Faut-il faire maigrir tout le monde? Recommandations pour l évaluation et le traitement du surplus de poids Huguette Bélanger, md Plan de la présentation Définition Risques pour la santé Recommandations

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

La Place de l Alimentation dans la Vie et sa Relation à la Santé :

La Place de l Alimentation dans la Vie et sa Relation à la Santé : La Place de l Alimentation dans la Vie et sa Relation à la Santé : Implications en Matière de Discours Nutritionnel lemangeur-ocha.com - L'assiette et les modes. Etude réalisée par la Cofremca. Les Cahiers

Plus en détail

Habilitation à Diriger les Recherches

Habilitation à Diriger les Recherches FACULTE JEAN MONNET Habilitation à Diriger les Recherches présentée et soutenue publiquement le 28 juin 2011 Résumé des travaux de recherche Hajer Kéfi Jury : Professeur Ahmed Bounfour Université Paris-Sud

Plus en détail

«LA FEMME ET SON RÔLE AU SEIN DE LA FAMILLE : LE CONSEIL DU PHARMACIEN»

«LA FEMME ET SON RÔLE AU SEIN DE LA FAMILLE : LE CONSEIL DU PHARMACIEN» Vendredi 02 Octobre 2015 De 14H45 à 15H15 «LA FEMME ET SON RÔLE AU SEIN DE LA FAMILLE : LE CONSEIL DU PHARMACIEN» Dr. Fabienne BLANCHET Membre de l Académie Nationale de Pharmacie, directeur du comité

Plus en détail

DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable

DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) est l instance de référence en matière de nutrition.

Plus en détail

Une vision d avenir. Il était deux petits navires. Mise en contexte. Rapport Perrault. Forum des générations (2004) En bref...

Une vision d avenir. Il était deux petits navires. Mise en contexte. Rapport Perrault. Forum des générations (2004) En bref... Une vision d avenir Il était deux petits navires Alain Poirier, directeur national de santé publique et sous-ministre adjoint février 200 En bref... Mise en contexte Une mise en contexte Quelques données

Plus en détail

Introduction aux Sciences

Introduction aux Sciences Introduction aux Sciences Humaines UE 1.1 1 L1 1 Les Sciences Humaines I Historique II Théories & concepts III Psychologie, Psychanalyse y IV Sociologie, Psychologie Sociale V Anthropologie, Ethnologie

Plus en détail

Michel JAUZEIN, Professeur Université Henri Poincaré NANCY 1 Faculté des Sciences et Techniques

Michel JAUZEIN, Professeur Université Henri Poincaré NANCY 1 Faculté des Sciences et Techniques Pédologie - Science des Sols Michel JAUZEIN, Professeur Université Henri Poincaré NANCY 1 Faculté des Sciences et Techniques L enseignement universitaire? La pédologie, science des sols? Une discipline

Plus en détail

présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali)

présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali) Diabète Au Mali présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali) La situation du diabète au Mali - épidémiologie Le diabète est déjà un problème de santé publique au Mali Prévalence

Plus en détail

Direction générale de la santé. Elaboration du PNNS 2011-2015 Actualités

Direction générale de la santé. Elaboration du PNNS 2011-2015 Actualités Direction générale de la santé Elaboration du PNNS 2011-2015 Actualités Téléchargeable à l adresse suivante : http://www.sante.gouv.fr/programme-national-nutrition-sante-2011-2015.html 2 Nutrition : le

Plus en détail

Quelle éducation thérapeutique du patient?

Quelle éducation thérapeutique du patient? Pr JF d Ivernois Laboratoire de Pédagogie de la Santé Université Paris XIII Journées Médicales de la MSA, 3 avril 2008 1. Retour sur une définition: ce qu est l ETP, ce qu elle n est pas. 2. Quelles sont

Plus en détail

Carlo Diederich Directeur Santé&Spa. Tél. + 352 23 666-801 / c.diederich@mondorf.lu

Carlo Diederich Directeur Santé&Spa. Tél. + 352 23 666-801 / c.diederich@mondorf.lu Carlo Diederich Directeur Santé&Spa Tél. + 352 23 666-801 / c.diederich@mondorf.lu Mondorf Healthcare at work Nouveau service destiné aux entreprises en collaboration avec les Services de Médecine du Travail

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS 7 (DENIS DIDEROT) Référence GALAXIE : 4233

UNIVERSITE PARIS 7 (DENIS DIDEROT) Référence GALAXIE : 4233 UNIVERSITE PARIS 7 (DENIS DIDEROT) Référence GALAXIE : 4233 Numéro dans le SI local : 2012DA3106 Référence GESUP : 0363 Corps : Maître de conférences Article : 26-I-1 Chaire : Non Section 1 : 20-Anthropologie

Plus en détail

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques Systémique Infanto-juvénile Psychanalytique Cognitivo-comportementale Université coordinatrice: Université partenaire:

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

NOYAU DUR DE LA PAUVRETE AU SENEGAL. Par Oumar Diop DIAGNE Salimata FAYE Ousmane FAYE

NOYAU DUR DE LA PAUVRETE AU SENEGAL. Par Oumar Diop DIAGNE Salimata FAYE Ousmane FAYE NOYAU DUR DE LA PAUVRETE AU SENEGAL Par Oumar Diop DIAGNE Salimata FAYE Ousmane FAYE INTRODUCTION Questions pratiques pour lutter contre la pauvreté qui est pauvre? de quoi il est pauvre? Différence des

Plus en détail

Santé psychique en Suisse

Santé psychique en Suisse Feuille d informations 7 Santé psychique en Suisse Etat des lieux et champs d action Synthèse Près de 17 % de la population suisse souffre d un ou de plusieurs problèmes psychiques, qui peuvent se manifester

Plus en détail

ECHOS DE COLAUS PSYCOLAUS

ECHOS DE COLAUS PSYCOLAUS ECHOS DE COLAUS PSYCOLAUS Numéro 2 Printemps 2009 L étude se poursuit avec vous dès aujourd hui! Chers participants, Vous avez été plus de 6000 personnes à participer à l étude CoLaus et plus de 3500 à

Plus en détail

Notre expérience de stage au Sénégal PLAN DE LA PRÉSENTATION

Notre expérience de stage au Sénégal PLAN DE LA PRÉSENTATION LA TÉRANGA Notre expérience de stage au Sénégal Marie-Esther Chabot Carolane Forand Marie-Michelle Plouffe Cassandra St-Louis Étudiantes de 3 e année au baccalauréat en Sciences infirmières Sous la direction

Plus en détail

Les Grands enjeux de santé publique : 1. Enjeux de la Politique de Santé a. Les droits des personnes malades

Les Grands enjeux de santé publique : 1. Enjeux de la Politique de Santé a. Les droits des personnes malades Définitions : 1. OMS en 1988 définit la Santé Publique : Un concept social et politique qui vise une amélioration de la santé, une plus grande longévité et un accroissement de la qualité de la vie de toutes

Plus en détail

sciences_developpement 2006/3/3 10:38 page xvii #17 Rapport Science et Technologie Composition du Comité RST Composition du groupe de travail

sciences_developpement 2006/3/3 10:38 page xvii #17 Rapport Science et Technologie Composition du Comité RST Composition du groupe de travail sciences_developpement 2006/3/3 10:38 page xvii #17 TABLE DES MATIÈRES Rapport Science et Technologie Composition du Comité RST Avant-propos Composition du groupe de travail Introduction Vue d ensemble

Plus en détail

Manger bien et bouger mieux

Manger bien et bouger mieux Être actif, Manger bien et bouger mieux Être actif, c est la santé! MANGER BIEN ET BOUGER MIEUX Les données et statistiques qui suivent sont tirées du document de l Assembléedes Premières Nations, Les

Plus en détail

(N de ligne du PCS : 245) (N de fiche EQSJS : 4.6) Introduction

(N de ligne du PCS : 245) (N de fiche EQSJS : 4.6) Introduction Proportion des élèves du secondaire ayant diminué le sucre ou le gras au cours des six derniers mois dans le but de perdre du poids ou de le maintenir (EQSJS) (N de ligne du PCS : 245) (N de fiche EQSJS

Plus en détail

environnementaux (SPRE)

environnementaux (SPRE) Spécificités du Mastère spécialisé (MS) «Santé environnement : enjeux pour le territoire et l entreprise», de la formation d Ingénieur de l EHESP spécialité génie sanitaire (IGS) et du Master 2 santé publique

Plus en détail

pour vivre L évolution des Grands Ballets

pour vivre L évolution des Grands Ballets Danser pour vivre L évolution des Grands Ballets Depuis leur fondation en 1957, Les Grands Ballets sont devenus une institution culturelle de premier plan, engagée dans la diffusion et la promotion de

Plus en détail

Cadres conceptuels d analyse Et de mesure des performances. Dr Belgacem SABRI Alger 18-19 Janvier 2014

Cadres conceptuels d analyse Et de mesure des performances. Dr Belgacem SABRI Alger 18-19 Janvier 2014 Cadres conceptuels d analyse Et de mesure des performances Dr Belgacem SABRI Alger 18-19 Janvier 2014 Introduction Les systèmes de santé sont sous pression Hausse des attentes Crises de financement Transition

Plus en détail

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Nice, le 16 juin 2014 NOM : JA BARY E-MAIL PRENOM : HALA HALAJABARY@YAHOO.COM Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Page 1 :

Plus en détail

Programme Biotechnologie et Biosécurité

Programme Biotechnologie et Biosécurité Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles CEDE AO Communauté Éco nomique des État s d Af rique de l Ou es t ECOW AS Economic Communit y of W est Af rican S ta t es

Plus en détail

synthèse Nourddine Harrami

synthèse Nourddine Harrami synthèse Nourddine Harrami Tout au long de cet ouvrage, les questions majeures que pose l adolescence dans le Maroc de ce début du 21e siècle ont été soumises à différents éclairages théoriques et empiriques.

Plus en détail

Diagnostic [ International Obesity Task force, Clinical Guidelines]

Diagnostic [ International Obesity Task force, Clinical Guidelines] Obésité Quelle prise en charge nutritionnelle? Quelle efficacité? Quelle place pour le MPR? Valérie Miserez Diététicienne diplômée ES Département de médecine communautaire et de premier recours valerie.miserez@hcuge.ch

Plus en détail

COLLOQUE SCIENTIFIQUE «DYNAMIQUES RURALES A MADAGASCAR : PERSPECTIVES SOCIALES, ECONOMIQUES ET DEMOGRAPHIQUES» ANTANANARIVO 23-24 AVRIL 2007

COLLOQUE SCIENTIFIQUE «DYNAMIQUES RURALES A MADAGASCAR : PERSPECTIVES SOCIALES, ECONOMIQUES ET DEMOGRAPHIQUES» ANTANANARIVO 23-24 AVRIL 2007 COLLOQUE SCIENTIFIQUE «DYNAMIQUES RURALES A MADAGASCAR : PERSPECTIVES SOCIALES, ECONOMIQUES ET DEMOGRAPHIQUES» ANTANANARIVO 23-24 AVRIL 2007 Colloque organisé conjointement par : l Institut National de

Plus en détail

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl.

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl. Renforcer les compétences psychosociales des enfants et adolescents. Repères pour démarrer un projet Pour tous renseignements concernant le programme MAGALI SEGRETAIN msegretain@irepspdl.org Pour les inscriptions

Plus en détail

L obésité et la précarité alimentaire en Belgique. Morgane DANIEL Diététicienne Nutritionniste Réseau Santé Diabète Avril 2013

L obésité et la précarité alimentaire en Belgique. Morgane DANIEL Diététicienne Nutritionniste Réseau Santé Diabète Avril 2013 L obésité et la précarité alimentaire en Belgique Morgane DANIEL Diététicienne Nutritionniste Réseau Santé Diabète Avril 2013 L Obésité Obésité Mars 2013 Selon l OMS (organisation Mondiale de la Santé):

Plus en détail

Dr Djibril DIOP 959, boul. Côte Vertu Apt. 118 H4L 1Y7 Ville Saint-Laurent QUEBEC CANADA Tél : + 1 (514) 343-5982 Courriel : djibril.diop@umontreal.

Dr Djibril DIOP 959, boul. Côte Vertu Apt. 118 H4L 1Y7 Ville Saint-Laurent QUEBEC CANADA Tél : + 1 (514) 343-5982 Courriel : djibril.diop@umontreal. Dr Djibril DIOP 959, boul. Côte Vertu Apt. 118 H4L 1Y7 Ville Saint-Laurent QUEBEC CANADA Tél : + 1 (514) 343-5982 Courriel : djibril.diop@umontreal.ca FORMATIONS ACADEMIQUES 2004 Doctorat de géographie,

Plus en détail

«Eval Mater» Eval Mater : le bilan de santé des enfants âgés de 3 ans ½ à 4 ans ½. inscrits dans les écoles maternelles de la région

«Eval Mater» Eval Mater : le bilan de santé des enfants âgés de 3 ans ½ à 4 ans ½. inscrits dans les écoles maternelles de la région Une dynamique régionale, des partenariats au travers de quelques outils Eval Mater : le bilan de santé des enfants âgés de 3 ans ½ à 4 ans ½ «Eval Mater» inscrits dans les écoles maternelles de la région

Plus en détail

DEPARTEMENT PROJETS ET FORMATION CONTINUE

DEPARTEMENT PROJETS ET FORMATION CONTINUE UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR CENTRE D ETUDES DES SCIENCES ET TECHNIQUES DE L INFORMATION (CESTI) Tél : (221) 824.68.75 / 824.93.66 Fax : (221) 824.24.17 E.mail : eugenieraw@hotmail.com DEPARTEMENT

Plus en détail

L OHM «Littoral méditerranéen»

L OHM «Littoral méditerranéen» Séminaire de lancement du Labex DRIIHM Paris, 12 avril 2013 L OHM «Littoral méditerranéen» Un outil de la recherche pour éclairer les défis écologiques et les enjeux sociaux de la maîtrise de l urbanisation

Plus en détail

Université de Montréal

Université de Montréal École de criminologie Hiver 2016 Université de Montréal CRI 2250 Préparation de stage : psychiatrie-justice Jonathan Lambert Tel : 864-9884 (télécopie : 864-9887) Courriel: jonathan.lambert.ippm@ssss.gouv.qc.ca

Plus en détail

Obtention de la qualification pour le grade de Maître de conférences en Sociologie (CNU 19) et en Anthropologie (CNU 20).

Obtention de la qualification pour le grade de Maître de conférences en Sociologie (CNU 19) et en Anthropologie (CNU 20). CHEHAMI Joanne 31, rue du Pont des Morts 57000 METZ FRANCE Membre associée du Laboratoire d Anthropologie Sociale et Culturelle (LASC), Université de Liège, Belgique. Collaboratrice scientifique en Anthropologie

Plus en détail

Séminaire régional de formation à l élaboration de systèmes communautaires d alerte précoce et de gestiondes risques climatiques et de catastrophes

Séminaire régional de formation à l élaboration de systèmes communautaires d alerte précoce et de gestiondes risques climatiques et de catastrophes 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 37 83 69; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavsmail@gmail.com http://www.iavs-bf.info Termes de Référence (TDR) Du Séminaire régional de formation

Plus en détail

La prise en charge du diabète au Mali. David Beran

La prise en charge du diabète au Mali. David Beran La prise en charge du diabète au Mali David Beran Le diabète dans les pays en voie de développement Le nombres de cas du diabète est estimé à 150 millions Pour 1 personne diagnostiquée il y a 8 non-diagnostiquées.

Plus en détail

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Note d analyse Les Français et la protection sociale Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Enquête réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive du 1 er au 6 février 2012. Echantillon

Plus en détail

SEMINAIRE. Sociologies post-occidentales et nouveaux cosmopolitismes. co-organisé par LIA-Triangle et l IMU (theme 6) Jeudi 27 juin de 14h à 17h30

SEMINAIRE. Sociologies post-occidentales et nouveaux cosmopolitismes. co-organisé par LIA-Triangle et l IMU (theme 6) Jeudi 27 juin de 14h à 17h30 SEMINAIRE Sociologies post-occidentales et nouveaux cosmopolitismes co-organisé par LIA-Triangle et l IMU (theme 6) Jeudi 27 juin de 14h à 17h30 Salle 2 Institut Français d Education ENS Lyon 15 parvis

Plus en détail

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?»

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?» M me Florence Chanut Psychiatre Responsable du programme de psychiatrie des toxicomanies du Centre Hospitalier Universitaire de Montréal (CHUM) Professeur adjoint de clinique au département de psychiatrie

Plus en détail

LE SOUTIEN DES PAIRS AIDANTS EN SANTÉ MENTALE SUR UN FORUM INTERNET: QUELS RÔLES PEUVENT- ILS JOUER?

LE SOUTIEN DES PAIRS AIDANTS EN SANTÉ MENTALE SUR UN FORUM INTERNET: QUELS RÔLES PEUVENT- ILS JOUER? LE SOUTIEN DES PAIRS AIDANTS EN SANTÉ MENTALE SUR UN FORUM INTERNET: QUELS RÔLES PEUVENT- Projet d intégration ILS JOUER? Maude Forcier, Étudiante à la maîtrise professionnelle à l Université de Montréal

Plus en détail

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier Obésités Qu est-ce que Manger? Nécessité Plaisir Gastronomie Interdits Santé Diététique SURCHARGE ALIMENTAIRE ALIMENTAIRE M. cardiovasculaires T malignes

Plus en détail

UFR Lettres et Sciences Humaines Accréditation 2015-2020 Filière : Sciences de la Société, mention Information Communication Niveau L3

UFR Lettres et Sciences Humaines Accréditation 2015-2020 Filière : Sciences de la Société, mention Information Communication Niveau L3 Intitulé UE 5.2 : Communication et organisation Ects : 5 Coeff. : Volume horaire : CM : 26 h TD : 10 h Pré-requis : Initiation aux notions sur les fondamentaux de la discipline SIC Le cours propose d apporter

Plus en détail

Répartition des élèves du secondaire selon l évaluation de leur apparence (EQSJS)

Répartition des élèves du secondaire selon l évaluation de leur apparence (EQSJS) Répartition des élèves du secondaire selon l évaluation de leur apparence (EQSJS) (N de ligne du PCS : 52, 53) (N de fiche EQSJS : 4.2) Introduction L Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire

Plus en détail

La prévention du diabète chez l obèse

La prévention du diabète chez l obèse La prévention du diabète chez l obèse Pr Paul Valensi Service d Endocrinologie Diabétologie Nutrition Hôpital Jean Verdier, Université Paris Nord, CRNH-IdF, CINFO, Bondy Evolution de la prévalence du diabète

Plus en détail

Obésité chez l enfant Epidémie, Causes, Prévention. PD Dr. Jardena Puder Service de l endocrinologie, diabétologie et métabolisme, CHUV

Obésité chez l enfant Epidémie, Causes, Prévention. PD Dr. Jardena Puder Service de l endocrinologie, diabétologie et métabolisme, CHUV Obésité chez l enfant Epidémie, Causes, Prévention PD Dr. Jardena Puder Service de l endocrinologie, diabétologie et métabolisme, CHUV Menu du jour Épidémie de l obésité chez l enfant Epidémiologie Facteurs

Plus en détail

MOBILITÉ ET ACCESSIBILITÉ AUX SOINS DE SANTÉ MENTALE DES ETRANGERS A DAKAR. Oumar Barry Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - UCAD, SENEGAL

MOBILITÉ ET ACCESSIBILITÉ AUX SOINS DE SANTÉ MENTALE DES ETRANGERS A DAKAR. Oumar Barry Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - UCAD, SENEGAL MOBILITÉ ET ACCESSIBILITÉ AUX SOINS DE SANTÉ MENTALE DES ETRANGERS A DAKAR Oumar Barry Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - UCAD, SENEGAL CONTEXTE La migration est une épreuve qui peut provoquer chez

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D.

La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D. La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D. Endocrinologue et directeur de l unité de recherche sur les maladies métaboliques et directeur de la

Plus en détail

Présentation générale de l étude Elfe

Présentation générale de l étude Elfe Présentation générale de l étude Elfe CONTEXTE... 2 OBJECTIFS... 2 METHODES... 3 REPRESENTATIVITE DE L ECHANTILLON... 8 GOUVERNANCE DE L ETUDE ELFE... 8 Plateforme d accès aux données RE-CO-NAI : 18/12/2012

Plus en détail

CARRIÈRES SOCIALES MODALITÉS DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES ET DES APTITUDES

CARRIÈRES SOCIALES MODALITÉS DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES ET DES APTITUDES 1 2 CARRIÈRES SOCIALES SOMMAIRE PRÉAMBULE - Organisation des études - Adaptation locale MODALITÉS DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES ET DES APTITUDES OPTION ANIMATION SOCIALE ET SOCIO-CULTURELLE 1 - Méthodologie,

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

Dossier de presse. Projet Helena : pour une alimentation plus saine chez les ados européens. Un projet, quelles finalités? Lille, 27 avril 2007

Dossier de presse. Projet Helena : pour une alimentation plus saine chez les ados européens. Un projet, quelles finalités? Lille, 27 avril 2007 Dossier de presse Projet Helena : pour une alimentation plus saine chez les ados européens Un projet, quelles finalités? Lille, 27 avril 2007 L adolescence est une période cruciale au cours de laquelle

Plus en détail

Centre de Recherche pour le Développement International. Écosystème et Santé Humaine Initiative de Programme

Centre de Recherche pour le Développement International. Écosystème et Santé Humaine Initiative de Programme Centre de Recherche pour le Développement International Écosystème et Santé Humaine Initiative de Programme Défis du Développement La bonne Santé et le bien être des êtres humains sont au centre du développement

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..)

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..) 1 Enjeu : Dans le contexte socio-économique et sanitaire du Département des Ardennes, les Centres Sociaux structures de proximité peuvent jouer un véritable rôle dans l amélioration de la santé des habitants,

Plus en détail

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne La malnutrition chez la personne âgée Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne Objectifs Importance du problème Facteurs de risque Evaluation Traitement & prévention Points

Plus en détail

SPORT SANTE. «expérience dans l obésité infantile»

SPORT SANTE. «expérience dans l obésité infantile» SPORT SANTE «expérience dans l obésité infantile» DU Promotion de la santé et activité physique et sportive : prescription d activités physiques à titre préventif ou thérapeutique 25 janvier 2011 Présentation

Plus en détail

Pour mieux intervenir sur le poids et la santé

Pour mieux intervenir sur le poids et la santé Pour mieux intervenir sur le poids et la santé Pour Lucie Laurin mieux Dt.P. intervenir sur Fannie le Dagenais poids et Dt.P. la M.Sc. santé Plan de la présentation Groupe d action sur le poids ÉquiLibre

Plus en détail

méthodologie : Cahier Les adolescents sont particulièrement vulnérables : premiers influencés par les

méthodologie : Cahier Les adolescents sont particulièrement vulnérables : premiers influencés par les , professeur en médecine préventive, docteur en épidémiologie, Institut national de la santé publique, Tunis, Tunisie, Laboratoire Nutritionnelle en Tunisie,, ingénieur de recherche en biostatistiqueépidémiologie,

Plus en détail

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Date unique de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Cet appel à projets est ouvert aux centres hospitaliers du secteur public,

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

22 novembre 2012. Dr Paule Herschkorn Barnu Directrice du réseau Solipam

22 novembre 2012. Dr Paule Herschkorn Barnu Directrice du réseau Solipam 22 novembre 2012 1. Epidémiologie 2. Problématiques 3. Le réseau SOLIPAM: 1. Objectifs et caractéristiques 2. Le projet réseau SOLIPAM 3. Le tableau de bord du réseau 4. Le programme de la journée Epidémiologie

Plus en détail

Termes de Référence (TDR)

Termes de Référence (TDR) 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 37 83 69; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavsmail@gmail.com http://www.iavs-bf.info Termes de Référence (TDR) Du Séminaire de formation à l intégration

Plus en détail

Nutrition des seniors : comment aider à lutter contre la dénutrition et la sarcopénie? Bernard Durand-Gasselin

Nutrition des seniors : comment aider à lutter contre la dénutrition et la sarcopénie? Bernard Durand-Gasselin Nutrition des seniors : comment aider à lutter contre la dénutrition et la sarcopénie? Bernard Durand-Gasselin Les seniors : deux catégories de population La population française vieillit, la pyramide

Plus en détail

Réalisation d une étude épidémiologique

Réalisation d une étude épidémiologique Réalisation d une étude épidémiologique Dr A.TIBICHE, Médecin Epidémiologiste, Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive, CHU de Tizi-Ouzou. Introduction La réalisation d une étude épidémiologique

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

Indice de masse corporelle en Valais : une composante pédiatrique

Indice de masse corporelle en Valais : une composante pédiatrique Indice de masse corporelle en Valais : une composante pédiatrique Dr Simon Fluri Médecin-chef et responsable du service de pédiatrie/néonatologie Centre Hospitalier du Haut-Valais, Hôpital du Valais Président

Plus en détail

ÉTUDE DESCRIPTIVE DE L ÉTAT BUCCO-DENTAIRE D UN ÉCHANTILLON DE LA POPULATION MAROCAINE

ÉTUDE DESCRIPTIVE DE L ÉTAT BUCCO-DENTAIRE D UN ÉCHANTILLON DE LA POPULATION MAROCAINE ÉTUDE DESCRIPTIVE DE L ÉTAT BUCCO-DENTAIRE D UN ÉCHANTILLON DE LA POPULATION MAROCAINE F. ZAOUI*, S. HAMDANI, M.J. BELHAD, J.L. MIQUEL Introduction L évaluation de l état de santé bucco-dentaire d une

Plus en détail

Pistes pour une évaluation économique des politiques de prévention en santé au travail

Pistes pour une évaluation économique des politiques de prévention en santé au travail Pistes pour une évaluation économique des politiques de prévention en santé au travail Hélène Sultan-Taïeb Laboratoire d Economie et Gestion (UMR CNRS 5118) Université de Bourgogne Travaux menés en collaboration

Plus en détail

Liste des pe riodiques e lectroniques de sociologie en ligne

Liste des pe riodiques e lectroniques de sociologie en ligne Liste des pe riodiques e lectroniques de sociologie en ligne Tout étudiante ou lecteur/lectrice intéressée par les revues de sociologie disponibles sur internet est invité à consulter en premier lieu le

Plus en détail

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION OBESITE DIABETE I et II 1 OBESITE 2 OBESITES DE GRADE III ou MORBIDE, espérance de vie limitée 3 INTRODUCTION 4 1. ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE L adipocyte

Plus en détail

NUTRITIONNISTES, DIÉTÉTICIENS : QUEL AVENIR? LE POINT DE VUE DU NUTRITIONNISTE

NUTRITIONNISTES, DIÉTÉTICIENS : QUEL AVENIR? LE POINT DE VUE DU NUTRITIONNISTE 45 ème J.A.N.D. 28 janvier 2005 NUTRITIONNISTES, DIÉTÉTICIENS : QUEL AVENIR? LE POINT DE VUE DU NUTRITIONNISTE M. Krempf Clinique d Endocrinologie, Maladies Métaboliques et Nutrition - Hôtel Dieu, Nantes.

Plus en détail

Dossier de presse. La Ville de Paris lance. un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge

Dossier de presse. La Ville de Paris lance. un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge 1 er février 2010 Dossier de presse La Ville de Paris lance un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge Contact presse Nathalie Royer : 01 42 76 49 61 - service.presse@paris.fr

Plus en détail

INTITULE ORGANISATEUR LIEU NATURE DIPLOME FORMATION PERSONNELS RECH. Bordeaux Inter-universitaire DIU Initiale et continue. Universitaire DIU Initiale

INTITULE ORGANISATEUR LIEU NATURE DIPLOME FORMATION PERSONNELS RECH. Bordeaux Inter-universitaire DIU Initiale et continue. Universitaire DIU Initiale 1.- Groupement Interrégional «FORMAIONS A LA RECHERCHE CLINIQUE DANS L INER-REGION» MEHO DO E BIOSA DIU FARC/EC DIU Méthodes et pratiques en épidémiologie et recherche clinique Antilles Guyane (3 ème cycle)

Plus en détail

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak L accéléromètre comme outil d évaluation de la sédentarité et d observance aux recommandations d activité physique après un programme de rééducation cardiaque T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet,

Plus en détail

Jardin de ville, jardin de campagne, quel rôle dans l émergence d un mode d habiter durable

Jardin de ville, jardin de campagne, quel rôle dans l émergence d un mode d habiter durable Jardin de ville, jardin de campagne, quel rôle dans l émergence d un mode d habiter durable Conférence de Nicole Mathieu Au Colloque international Jardins, espaces de vie, de connaissances et de biodiversité

Plus en détail

Rapports de prescription, savoir et pouvoir d agir, et développement au travail

Rapports de prescription, savoir et pouvoir d agir, et développement au travail Rapports de prescription, savoir et pouvoir d agir, et développement au travail ROGALSKI Janine Directeur de recherche CNRS honoraire Laboratoire «Cognitions humaine et artificielle» CHArt Université Paris

Plus en détail

Prévalence des génotypes du HPV à HR oncogènes dans les échantillons cervicaux analysés au Centre Pasteur du Cameroun

Prévalence des génotypes du HPV à HR oncogènes dans les échantillons cervicaux analysés au Centre Pasteur du Cameroun Prévalence des génotypes du HPV à HR oncogènes dans les échantillons cervicaux analysés au Centre Pasteur du Cameroun Richard Njouom Chef du Service de Virologie Centre Pasteur Cameroun Worshop on HPV/Cervical

Plus en détail

Programme Doctoral Interuniversitaire de Santé Publique Spécialité : Ecosystèmes, santé et développement durable

Programme Doctoral Interuniversitaire de Santé Publique Spécialité : Ecosystèmes, santé et développement durable Programme Doctoral Interuniversitaire de Santé Publique Spécialité : Ecosystèmes, santé et développement durable Appel à candidature NB : Dans le présent document, le générique masculin a été adopté pour

Plus en détail

Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2014-2020

Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2014-2020 2014-2020 ANTENNE PSE DE CORONMEUSE Place Coronmeuse, 21 4040 HERSTAL 04/248 80 58 pse.herstal-coron@provincedeliege.be Code Fase : 5605 Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2 Sommaire

Plus en détail

Télémédecine, télésanté :

Télémédecine, télésanté : Télémédecine, télésanté : vision prospective Table ronde du Collège des Economistes de la Santé, 15 mai 2014. «État des lieux et perspectives de latélémédecine»? Robert PICARD Référent Santé, CGEiet Plan

Plus en détail

Introduction à la recherche qualitative (I) Principes

Introduction à la recherche qualitative (I) Principes Introduction à la recherche qualitative (I) Principes Jacques CITTEE - DUERMG Module d aide à la préparation de la thèse Février 2013 La recherche qualitative Une recherche dont les problématiques et les

Plus en détail

Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre. Bilan de l expérience UNICEF

Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre. Bilan de l expérience UNICEF Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre Bilan de l expérience UNICEF Pourquoi est-il important de se focaliser sur l éducation, en particulier celles des filles? Bénéfices individuels

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine O B J E C T I F S Programme llongiitudiinall : Introduction Personne, santé, société (PSS) Cours d introduction - Présentation du cours PSS. - Importance des dimensions psycho-sociales dans la pratique

Plus en détail

Curriculum Vitae. Adresse : Centre de Recherches Economiques Appliquées (CREA) de Dakar, BP 16996. Education EXPERIENCES PROFESSIONNELLES

Curriculum Vitae. Adresse : Centre de Recherches Economiques Appliquées (CREA) de Dakar, BP 16996. Education EXPERIENCES PROFESSIONNELLES Curriculum Vitae Prénom : Fatou Nom de Jeune Fille : Gueye Nom du Mari : LEFEVRE Adresse : Centre de Recherches Economiques Appliquées (CREA) de Dakar, BP 16996 Email : lahe2003@yahoo.fr / toufa2003@gmail.com

Plus en détail

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EDUCATEUR:

Plus en détail

LES GROSSESSES DANS LES ESSAIS BIOMÉDICAUX «2 LADY/MOBIDIP»

LES GROSSESSES DANS LES ESSAIS BIOMÉDICAUX «2 LADY/MOBIDIP» LES GROSSESSES DANS LES ESSAIS BIOMÉDICAUX «2 LADY/MOBIDIP» Alexandra Serris Interne en médecine interne INTRODUCTION : LES ESSAIS BIOMÉDICAUX EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE De plus en plus nombreux La majorité

Plus en détail

Formation Théories pour l intervention en Organisation Comprendre les clés du changement

Formation Théories pour l intervention en Organisation Comprendre les clés du changement Formation Théories pour l intervention en Organisation Cette formation concerne Formation professionnalisante Certificat de formation remis Cette formation s adresse aux professionnels qui désirent acquérir

Plus en détail