Évolution d un média Naissance d une troisième génération de télévision

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évolution d un média Naissance d une troisième génération de télévision"

Transcription

1 Évolution d un média Naissance d une troisième génération de télévision Hélène Fihey-Jaud * Université de Paris VIII Née d une situation intermédiatique, à la croisée des deux médias préexistants que sont la radio et le cinéma, la télévision s affranchit dans les années 950, jusqu à occuper aujourd hui une place hégémonique dans l univers médiatique. Cependant, les mutations économiques, technologiques et culturelles en cours semblent inscrire à nouveau ce média dans une situation d intermédialité qui se traduit par le passage d une forme à une autre, mais aussi par le principe de convergence. Passage et convergence se font de l émission à la réception, annonçant peut-être la naissance de l interacteur. S il apparaît dans les années 920 et même si les premiers programmes voient le jour dans les années 930, il faudra attendre l après-guerre pour que le média télévisuel connaisse son véritable essor. Peu à peu, ce média s impose, pénètre au sein des foyers, jusqu à véritablement s inscrire dans la vie quotidienne de chacun. Aujourd hui en France, près de 94 % des foyers sont équipés d au moins un poste de télévision et la durée d écoute quotidienne moyenne par individu frôle les 200 minutes (source : Médiamétrie). C est dire comme ce média fait partie intégrante de la vie de chacun, comme il représente une partie importante du temps de loisirs, comme il structure le lien social. Hégémonique sans doute, le média télévisuel demeure cependant en perpétuelle évolution. S il semble que deux générations de télévision viennent de se succéder, une troisième génération est en train de poindre, à la fois annonciatrice, mais aussi conséquence, de mutations importantes, tant aux niveaux technologiques, économiques, politiques, que sociologiques. * Prépare une thèse sous la direction d Armand Mattelart (Université de Paris VIII) et de Michel Sénécal (Télé-Université, Québec) 87

2 MEI «Médiation et information», nº 6, Naissance et maturation d un média. D une intermédialité, l autre Première génération de télévision : logique d État et offre circonscrite L invention télévisuelle s inscrit dans l histoire des techniques, commencée au XIX e siècle. Durant plusieurs décennies, la télévision reste avant tout le relais de la radio. C est le règne du direct et se succèdent à l antenne, informations, retransmissions et pièces de théâtre. Le cinéma constitue alors l autre pilier de ce média naissant : en 949, sur les 6 heures hebdomadaires de diffusion, 2 sont des programmes d origine cinématographique. Ainsi, née d une situation intermédiatique, à la croisée des deux médias préexistants que sont la radio et le cinéma, la télévision s impose peu à peu jusqu à devenir dans les années 950, un média affranchi, une institution autonome, qui n emprunte plus aux médias existants, mais qui cultive ses propres spécificités et particularismes. C est à cette époque qu apparaissent à la fois, les usages spécifiques de la télévision (avec l évolution des techniques, l augmentation du nombre de récepteurs, l apparition d une presse spécialisée et de services pour les téléspectateurs), mais aussi une expression médiatique originale, qui se traduit par la réalisation de programmes originaux en direct ou en extérieur. Dans le même temps, se construit le processus d institutionnalisation, avec d une part la conférence de Stockholm en 952 qui fixe les grandes lignes des différents réseaux de télévision européens et d autre part la réglementation de 959 sur l autonomie financière et budgétaire. Cette première génération de télévision, portée par la logique d État et qui subit les changements socio-politiques de la période, est marquée par la notion de service public, c est-à-dire que son financement vient de l État (la publicité voit le jour à la télévision dans les années 970) et que sa mission est avant tout d enrichir le public, en l informant, le divertissant et le cultivant. C est une période qui se caractérise aussi par une offre de «pénurie» 2 : l offre de programmes et de programmation est réduite avec deux, puis 2 Rick Altman, «Technologie et textualité de l intermédialité». Société et représentations. «La croisée des médias», CREDHESS. Nº 9. Benoît Danard, Rémy Le Champion, Télévision de pénurie. Télévision d abondance. Paris : Les études de la documentation française. 88

3 Évolution d un média H. Fihey-Jaud trois chaînes de télévision et des heures de diffusion limitées. Pourtant avec la loi de 974 et l éclatement de l ORTF, l idée de concurrence apparaît, à la fois avec l indépendance des chaînes et les premiers projets de télévision privée. Deuxième génération de télévision : logique commerciale et multiplication de l offre C est donc avec les années 980 que naît la deuxième génération de télévision qui se définit avant tout par une logique marchande et qui voit son aboutissement avec l arrivée des chaînes à péage (tout d abord Canal +, puis les chaînes du câble et du satellite). La notion de service public et de gratuité (relative) qui l accompagne, laisse progressivement la place à l idée de «payer pour voir». La loi de 982 sur la liberté de communication supprime le monopole étatique. Les capitaux privés apparaissent alors comme une meilleure garantie de liberté et d indépendance que l argent public. L arrivée de nouvelles chaînes privées, comme Canal +, France 5 et TV6, puis la privatisation de TF en 987, marquent la naissance du PAF (Paysage audiovisuel français). La logique marchande s impose donc peu à peu. Le financement se fait désormais par la publicité (et ses différentes formes), mais aussi par l abonnement. On réalise que les notions de rentabilité et de profit valent aussi pour la télévision. L arrivée de la mesure d audience avec l Audimat en 985, puis le Mediamat en 989, favorisent cette logique. Si les chaînes thématiques voient le jour tout au long de cette période, le modèle dominant de cette deuxième génération de télévision reste celui des télévisions généralistes : il s agit de proposer une offre de programmes de tous genres, qui s adresse à tous et donc au plus grand nombre. Dès lors un autre impératif, celui de la programmation, s installe peu à peu, jusqu à devenir primordial pour la réussite de la chaîne. Cette notion de programmation consiste à la fois à proposer les programmes les plus attractifs aux téléspectateurs, mais aussi à organiser au mieux ces programmes au sein d une période donnée. L objectif étant de créer des rendez-vous avec le téléspectateur, la programmation d une chaîne généraliste s attache principalement à proposer des programmes pour le plus grand nombre, organisés sous forme de rendez-vous au sein de la journée, de la semaine ou du mois (ce qu on appelle aussi «balisage vertical ou horizontal»), tout en respectant au mieux la ligne éditoriale, l image de marque (les Anglo-saxons parlent de «branding») de la chaîne. Ce modèle de télévision généraliste reste quasi hégémonique jusqu à nos jours, même si les chaînes thématiques (bouquets numériques, câble et satellite, chaînes à péage et prochainement chaînes du numé- 89

4 MEI «Médiation et information», nº 6, 2002 rique terrestre) impriment progressivement leur place et leur identité. Mais aujourd hui encore, ces chaînes se définissent avant tout comme une offre complémentaire, une alternative aux chaînes généralistes. Pourtant, la multiplication de l offre qu elles impliquent, la modification de cette offre (thématique donc ciblée, qui s adresse avant tout à des fragments de population) et de son principe de programmation, participent du renouvellement progressif de la télévision. Dans le cas de ces chaînes, il n est plus question de s adresser à tous, mais à certains et le maître mot n est plus l organisation de rendez-vous, mais bien les possibilités multiples offertes au téléspectateur de voir un programme donné (multidiffusions), à des moments inattendus par rapport aux chaînes généralistes (contre-programmation). On aboutit ainsi à une évolution certaine des modes de consommation de la télévision, le téléspectateur étant désormais confronté à une offre de plus en plus variée, quelle que soit l heure, ce qui lui donne la possibilité de reconstituer sa propre grille de consommation. En progression constante, la consommation des chaînes thématiques ne représente cependant, qu un peu plus de 30 % de la consommation globale de la télévision (en pleine concurrence, c est-à-dire chez des personnes ayant accès à ces différentes chaînes). Et pourtant, cette multiplication de l offre, liée aux avancées technologiques récentes, mais aussi et surtout les mutations en cours, qu elles soient d ordre économique ou directement liées à la crise que subit le média, annoncent l arrivée d une troisième génération de télévision, qui place à nouveau ce média télévisuel dans une situation d intermédialité. Des mutations en cours : logique industrielle et principe de convergence Car le média est en crise. La libéralisation accrue, le désengagement progressif de l état, la multiplication de la concurrence et bien sûr la course à l audience, dans un souci toujours plus grand de rentabilité, ont eu l effet pervers de limiter prise de risque et originalité des contenus. L offre de programme ne se renouvelle plus, et les chaînes généralistes sont non seulement en perte d audience, mais aussi et surtout, d identité. À cela s ajoute une crise de confiance du téléspectateur, de moins en moins fidèle à une chaîne en particulier et perpétuellement en attente d autres programmes. 40 % de parts de marché pour TF au début des années 990, pour à peine 32 % aujourd hui chiffres Mediamat 90

5 Évolution d un média H. Fihey-Jaud Les avancées technologiques, l arrivée du numérique et de l Internet, accentuent le phénomène, en donnant la possibilité d une offre alternative toujours grandissante et en accélérant la segmentation des publics : on évolue ainsi d un modèle broadcast (un contenu pour le plus grand nombre) vers un modèle narrowcast, voire webcast (un contenu hypersegmenté). L autre crise subie par le média est d ordre économique, puisque la logique industrielle se substitue, rapidement, à la logique marchande. Les mutations technologiques aidant, de grands groupes internationaux se constituent qui souhaitent mettre en œuvre le principe de convergence des supports en garantissant leur alimentation en contenus (offre de programmes). À cet effet, les chaînes de télévision sont peu à peu absorbées par ces groupes selon des modèles d intégration et de globalisation à l échelle planétaire. Il n est qu à citer, pour la France, les exemples de Canal + avec Vivendi-Universal, ou de M6 avec Bertelsman. On parle désormais d industrie des contenus 2, et l enjeu est de taille qui consiste à proposer les meilleurs contenus sur les plus de supports possibles. Ainsi, si les chaînes généralistes continuent de drainer le plus grand nombre de téléspectateurs, il n est plus question pour elles de perpétuer le modèle existant. Toutes cherchent à intégrer ces nouvelles donnes et la lutte se fait de plus en plus rude. Si les chaînes thématiques ont encore du mal à s imposer et à subsister économiquement, il semble probable que toutes les chaînes généralistes ne pourront continuer d exister sous leur forme actuelle. Car la télévision se pense autrement, à l intersection de plusieurs supports et dans une logique internationale. À ce titre, les web-tv constituent un exemple intéressant à observer. Modèle émergent, rapidement apparu durant ces dernières années et aujourd hui quasi disparu (essentiellement pour des raisons techniques et financières), ces web-tv ont révélé de nouveaux principes d émission et de réception. 2 Pierre Musso, «La fusion des compteurs et des prototypes». Dossiers de l audiovisuel. Nº 94 (novembre décembre). Bernard Miège, Les industries du contenu face à l ordre informationnel. Grenoble : PUG. 9

6 MEI «Médiation et information», nº 6, 2002 Des origines (années 930) aux années 980 Des années 980 à aujourd hui Aujourd hui : émergence d une Première génération Deuxième génération Troisième génération? Origine Intermédialité, entre la radio et le cinéma Déréglementation des années 980, privatisation de TF et arrivée des chaînes commerciales Mutations technologiques (numérique et Internet) et économiques (groupes multimédias). Nouvelle situation d intermédialité Caractéristiques Hertzien Télévision généraliste Offre circonscrite Hertzien, câble, satellite. Généraliste, thématique Multiplication de l offre Hertzien, câble, satellite. Développement du numérique et d Internet Généraliste, thématique, hyperthématique Abondance de l offre Type du modèle Modèle étatique, télévision généraliste Logique de service public Modèle concurrentiel, prédominance de la télévision généraliste et émergence des thématiques Logique commerciale Modèle hybride, de convergence (multiplication des supports) Logique industrielle d internationalisation Évolution du modèle télévisuel 2. Observation d un nouveau modèle télévisuel. Exemple de télévision émergente : les web-tv Concernant le principe d émission tout d abord, sur une web-tv, il n est plus question de grille de programmes, mais d une offre de programmes en stock ou en direct, consultables à la demande. On peut parler ici d abolition du principe de programmation, puisque : le rendez-vous n est plus l élément constitutif de ces chaînes, la compatibilité avec les programmes environnants n a plus lieu d être et que selon le principe de consultation à la demande, il n existe plus de logique de flux 92

7 Évolution d un média H. Fihey-Jaud enfin, la notion de grand public disparaît au profit de celle de segments de publics. Il n est plus question ici de rencontres, mais bien de trajectoires individuelles. On inaugure ainsi un nouveau mode d accès aux images : on passe d une économie de l offre à une économie de la demande. Ce n est plus le diffuseur qui impose (par le principe de programmation), mais l internaute-téléspectateur qui navigue comme il souhaite, qui choisit ce qu il veut regarder et quand. La notion de stock représente ainsi le particularisme essentiel des web-tv, qui n est pas sans perturber le principe du direct : dans le cas de la web-tv, tout direct est immédiatement archivé après diffusion et consultable en différé. Ce direct, qui représentait la «forme vivante» de la télévision, ce qui «fait événement», n est plus désormais qu une forme en devenir, un direct qui ne disparaît plus, consultable à l infini. Il n est plus question de «rendez-vous» ou de «rassemblement» devant les mêmes images, au même moment. Car si les web-tv ont très vite compris qu il était pourtant nécessaire de conserver une forme de direct, pour donner corps à leurs chaînes et entretenir cette notion de «partage», de «co-inscription dans l espace» définie par Jacques Derrida, c est bien la notion de stock et de différé qui marque toute la différence. Une offre nouvelle de contenu voit ainsi le jour, qui privilégie la consommation à la demande et donc la segmentation (voire l hypersegmentation) des publics, en s appuyant sur un environnement nouveau, le multimédia. L écriture hypertextuelle des contenus constitue la nouvelle forme à privilégier. Les nouveaux contenus se pensent et s organisent donc autour d une programmation à la demande. Concernant le principe de réception ensuite, c est désormais l internaute-téléspectateur qui compose sa propre grille, sa propre programmation, à partir de l offre qui lui est proposée, de programmes en direct ou en stock/différé. L internaute-téléspectateur est désormais plus libre : libre de se connecter, libre de choisir le programme qu il souhaite regarder, au moment qui lui convient, libre de naviguer et d intervenir au sein du programme. Ce qui n est pas sans créer de nouveaux usages dans le principe de réception. Jacques Derrida et Bernard Stiegler, 996 : 48. Échographies de la télévision. Paris : Galilée. 93

8 MEI «Médiation et information», nº 6, 2002 Cinq niveaux de participation s offrent à l internaute-téléspectateur : il peut choisir son moment de «réception», il n est plus conditionné par un temps de «diffusion», même dans le cas du direct, qui s offre ensuite en différé il peut construire sa propre grille de programmes il peut intervenir sur le programme par le biais de «chats», ou par le courrier électronique il peut accéder à des données associées et naviguer dans le programme (touches d avance et de recul rapide) mais surtout, il peut sélectionner ce programme, ce qui implique avant tout un choix, parmi une offre toujours plus considérable. Le téléspectateur-internaute n est plus un simple téléspectateur, qui se contente de recevoir les images diffusées. Il est sans cesse sollicité, invité à sélectionner, décider, choisir, intervenir, chercher. Cela implique qu il ait acquis une certaine maîtrise de l univers multimédia en général, et qu il soit capable d exercer la faculté sélective, au risque de se perdre dans un dédale inaccessible, dans une rhétorique incompréhensible. L observation du fonctionnement d une web-tv montre qu il existe une forme de télévision émergente, qu un nouveau mode de communication télévisuelle est en train d apparaître, qui répond à des impératifs totalement nouveaux, de programmation, d offre de programmes en général et de réception en particulier. Modèle traditionnel Hégémonie de la programmation Principe du flux Télévision de l offre Modèle broadcast (offre généraliste) Rhétorique uni-média et linéaire Interaction limitée (télécommande, enregistrement) Modèle émergent Délinéarisation de l offre Principe du stock, archivage Télévision de la demande Modèle narrowcast, ou webcast (offre segmentée) Rhétorique pluri-média et hyper-textuelle Interactivité (navigation, interaction sur le programme) Les spécificités d une web-tv 94

9 Évolution d un média H. Fihey-Jaud 3. Un nouvel espace télévisuel. De l émission à la réception, émergence d une troisième génération de télévision Un nouveau modèle télévisuel : intermédialité et affirmation du média Les mutations des dernières années, les multiples transformations, technologiques, financières et culturelles en cours, ont donc profondément modifié l espace télévisuel. Désinvestissement accéléré de l État et des pouvoirs publics, capitalisation accrue, logique industrielle d intégration et d internationalisation, remodèlent définitivement le média télévisuel, tant en terme de production, de diffusion, que de réception. Pour reprendre l expression de Rémy Le Champion et Benoît Danard, il n est définitivement plus question de télévision de pénurie, mais bien de télévision d abondance (quantitativement cela s entend). L offre de contenus évolue, de nouveaux services apparaissent, la manière de consommer ces images se transforme. La convergence en tant que multiplication des supports de réception voit progressivement le jour et tend à s imposer comme vérité pour demain. Le modèle des télévisions généralistes semble avoir vécu même s il reste dominant. On pense aujourd hui télévision interactive : la conception et la réception des contenus peuvent être désormais envisagés sous cet angle. Un nouveau modèle est donc en train de naître, qu on appelle ici troisième génération de télévision. Car c est bien d évolution générationnelle qu il s agit et non de rupture. La situation actuelle du média, correspond à une transformation, à une nouvelle naissance, mais pas, loin s en faut, à une disparition programmée. C est bien de passage dont on parle. Internet et les nouvelles technologies perturbent et redéfinissent l espace médiatique télévisuel. La télévision se trouve à nouveau à «la croisée des chemins», confrontée à ces autres médias que sont l Internet et le téléphone. Si la télévision est née d une intermédialité, il semble qu aujourd hui elle soit à nouveau confrontée à cette situation. Rémy Le Champion, Thierry Danard, op. cit. 95

10 MEI «Médiation et information», nº 6, 2002 Ici, la notion d intermédialité est double. Elle représente à la fois : «la croisée du même et de l autre» 9, c est-à-dire une évolution, un passage d une forme à une autre, mais aussi la convergence, la croisée des supports, «la croisée du nouveau et de l ancien» Avec la première notion d intermédialité «la croisée du même et de l autre», la troisième génération de télévision s inscrirait dans le processus de double naissance médiatique décrit par André Gaudreault et Philippe Marion 2. Cette troisième génération de télévision correspondrait ainsi à une naissance différentielle, d intermédialité négociée. La deuxième génération de télévision a marqué la personnalité du média, «son autonomisation identitaire». Selon les auteurs, l intermédialité est toujours présente, mais maîtrisée, car le média «négocie de manière propre, en interaction avec son propre potentiel». Aujourd hui donc, la télévision entre dans «sa troisième époque» en tentant d affirmer ses spécificités et de négocier avec l apparition de nouveaux médias. Deuxième notion d intermédialité «la croisée du nouveau et de l ancien», le nouvel espace télévisuel se pense alors en terme de convergence et avant tout d interpénétration des médias, tant aux niveaux de l écriture, de la production que de la diffusion. L exemple des contenus proposés sur les web-tv sont des exemples de cette convergence. Désormais, l écriture n est plus linéaire, l espace télévisuel ne se définit plus par le simple principe de diffusion d images, mais par l interconnexion et la complémentarité avec d autres médias (son, écriture, iconographie), dans un contexte d hypertextualité. Le croisement se situe aussi au niveau de l interconnexion de différents médias comme supports de diffusion. Le premier exemple de ce type en France reste à ce jour l émission Loft Story (200), qui fut diffusée à la fois sur la chaîne hertzienne M6, sur TPS, sur Internet, mais aussi sur un support presse, sur une radio et plus directement par le téléphone. La notion d intermédialité semble donc au cœur de la redéfinition de l espace télévisuel. Mais c est toujours de télévision dont on parle : il est toujours question de public, de choix de programmes, de créer l événement, de faire parler. La télévision conserve ses fonctions, qu elle s adresse au plus grand nombre ou à quelques individus en particulier, qu elle s écrive linéairement ou non. Pourtant, ce moment d intermédialité implique un 2 Bernard Miège, «La croisée des médias». Sociétés et représentations. CREDHESS. Nº 9. André Gaudreault et Philippe Marion, Un média naît toujours deux fois, La croisée des médias. CREDHESS. Nº 9. 96

11 Évolution d un média H. Fihey-Jaud modèle nouveau, tant en terme d offre de contenus que de réception par les téléspectateurs. Nouvel espace télévisuel et contenu L offre de contenus se modifie progressivement. Pour reprendre l analyse de Bernard Miège concernant l industrie des contenus, si historiquement le «modèle éditorial» apparaît le premier (avec l édition, la presse ou le cinéma), l arrivée des radios, puis des télévisions commerciales ont rapidement nécessité une autre organisation de cette industrie des contenus, «le modèle de flot». Patrice Flichy 2 rappelle à cet effet que «la culture de flot est constituée de produits caractérisé par la continuité et l amplitude de leur diffusion : ceci implique que chaque jour de nouveaux produits rendent obsolètes ceux de la veille». Progressivement donc, les ressources d origine commerciale ont nécessité une autre organisation des programmes, «rendant inévitable l adoption des règles de la programmation». Si donc le «modèle de flot» caractérise la télévision jusqu à nos jours, force est de constater que s installe peu à peu aujourd hui, une juxtaposition de celui-ci avec «le modèle éditorial», favorisé à la fois par l avancée des technologies permettant la consultation à la demande et la disparition progressive du principe de programmation. On évolue ainsi vers une bipolarisation et une transnationalisation de l offre. La bipolarisation de l offre tout d abord, caractérisée par la juxtaposition à la fois d une offre «basique», alimentée par le flux (émissions de talk-show, variétés, information ) et d une offre «premium», qui constitue la valeur ajoutée et qui concerne essentiellement le cinéma, le sport, mais aussi progressivement la fiction de qualité. Cette bipolarisation est clairement identifiée sur les bouquets numériques et de plus en plus évidente dans l organisation des chaînes généralistes, qui tentent d affirmer leur originalité et leur identité sur le «basic» et qui fédèrent grâce au «premium». La transnationalisation de cette offre ensuite, qui répond à la logique industrielle et qui a pour objectif de construire des formats destinés à l international, au risque croissant d une homogénéisation, qui marque 2 Bernard Miège, Les industries du contenu face à l ordre informationnel. Grenoble : PUG. Patrice Flichy, 980. Les industries de l imaginaire. Pour une analyse des médias. Grenoble : PUG. 97

12 MEI «Médiation et information», nº 6, 2002 l arrivée «d une culture globale», «faisant la chasse aux universaux culturels». L innovation, l invention de contenus pour demain, nouveaux et originaux, restent donc à venir. L exemple des web-tv a montré peu d innovation dans les programmes proposés. Pourtant, ce programme de demain se pense nécessairement en tenant compte des technologies numériques et des possibilités multimédias ou hypertextuelles qu elles permettent. «Il s agit d une réorientation majeure pour les auteurs qui devront, non plus sélectionner des matériaux pour servir un propos unique dans un format délimité, mais construire des scripts exploitant les ressources documentaires rassemblées, grâce aux logiciels idoines disponibles». 2 Ces nouveaux contenus s écriront donc à la fois pour un public collectif et pour un public individuel, redessinant ainsi les modes de consommation de la télévision. Évolution de la réception : vers l interacteur? Car désormais, le téléspectateur se meut dans un dédale de programmes, qui lui imposent avant tout de sélectionner. Et cette notion de sélection n est pas sans poser problème. Certes, l arrivée prochaine de navigateurs et autres moteurs de recherche permettant ou du moins aidant à cette sélection, peut rassurer. Pourtant, cette notion de sélection implique forcément celle de discrimination, tous n étant pas capables de la même manière de pratiquer cette sélection, qui nécessite un certain niveau culturel et une capacité à décider. Par ailleurs, tous n auront pas accès à cette multiplication de l offre et des supports, pour cause de revenus insuffisants. Mais cette idée de sélection n est pas la seule conséquence de l abondance de l offre et des supports de diffusion. Le risque d externalisation de la mémoire et donc d une certaine modélisation du savoir existe. On entend par là, compte tenu de l impossibilité croissante pour la mémoire humaine d intégrer la masse d informations potentiellement délivrée, une place de plus en plus importante accordée à la mémoire externe, c est-à-dire aux informations «stockées» et consultables à la demande. 2 Armand Mattelart, «La globalisation : les réseaux de l économie postnationale». Dossiers de l audiovisuel. Nº 94. Paris : nov. déc. 2000, p. 20 Jean-Louis Weissberg, 999 : 69. Présence à distance, Paris : L Harmattan. 98

13 Évolution d un média H. Fihey-Jaud Si Jacques Derrida a le premier évoqué cette évolution, due aux avancées technologiques permises par le numérique et à l abondance de l offre, beaucoup de chercheurs rappellent aujourd hui les implications de ce phénomène. Pour certains, comme Pierre Lévy, c est un formidable moyen qui est donné à chacun, de toucher à l infini et par là même à «l universel sans totalité». 2 Pour d autres, au contraire, comme Armand Mattelart, le risque existe, d «une modélisation du savoir par une société hégémonique qui risque de pratiquer le découpage sélectif à l égard de sa propre mémoire sélective». 3 Pourtant, une des conséquences positives de ces mutations reste sans conteste la participation accrue du téléspectateur. Et s il devient actif, c est aussi grâce aux possibilités d interactivités qui lui sont de plus en plus offertes. On parle ainsi de naissance de l interacteur, 4 ce téléspectateur multi-supports de demain, qui pourrait à la fois être émetteur et récepteur, actif et passif, «cet usager d un système faisant converger les pratiques télévisuelles de type grand public et les pratiques interactives des nouveaux réseaux de communication assistées par ordinateur». Les auteurs rappellent cependant que ce rôle d interacteur reste aujourd hui encore largement assujetti à l espace de diffusion, car les producteurs et les professionnels des programmes en général (ceux qui pensent ces programmes) le maintiennent «dans les limites d une interactivité programmée». La télévision de demain s oriente malgré tout vers ce type de réception de la télévision, qui permet une participation accrue du téléspectateur, capable d exercer ce pouvoir Jacques Derrida, op. cit. Pierre Lévy, 997. Cyberculture. Paris : Odile Jacob. Armand Mattelart, 996 : 2. La mondialisation de la communication, Que saisje? Paris : PUF. Thierry Bardini, Serge Proulx, Danielle Bélanger, 2000 : 6. «Des nouvelles de l interacteur : phénomènes de convergence entre la télévision et Internet». Société et représentations. CREDHESS. Nº 9. 99

14 MEI «Médiation et information», nº 6, 2002 L espace L offre, les contenus Le public, la réception Situation d intermédialité Passage et renaissance Convergence et interpénétration des médias Coexistence du modèle de flot et du modèle éditorial Situation d abondance et de convergence Affirmation du média Maintien de la structure Maintien du lien social Bipolarisation de l offre (offre basique, offre premium) Transnationalisation de l offre (logique industrielle, risque d homogénéisation) Sélectionner Déléguer Individualiser Mutation de l offre (fin des intermédiaires, écriture multimédia et hypertextuelle) Primauté de l interactivité et naissance de l interacteur La troisième génération de télévision Le média télévisuel est donc en pleines mutations, à la fois économiques, technologiques, mais aussi conceptuelles, puisque les conditions d émission et de réception sont bouleversées. La troisième génération de télévision naît donc d une intermédialité nouvelle, qui tend à affirmer, ou confirmer un média toujours en devenir, aujourd hui à la croisée des chemins vers d autres propositions de contenus, mais aussi et surtout vers d autres conditions de réception. L usage de la télévision est, dès aujourd hui, multiple et polysémique : l interacteur en devenir reste à étudier, à observer. 200

TELEVISION NUMERIQUE

TELEVISION NUMERIQUE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie --------------------- UNIVERSITE DE YAOUNDE I ---------------------- ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE ---------------------- REPUBLIC OF CAMEROUN Peace

Plus en détail

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires 1 Cour des comptes - Rappel du titre de avril la présentation 1, 2014 LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires Rapport public thématique Avril 2014 Cour

Plus en détail

Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au. Comité sénatorial des transports et des communications

Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au. Comité sénatorial des transports et des communications Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au Comité sénatorial des transports et des communications sur l étude sur la Société Radio-Canada 23 octobre 2014 Confédération des syndicats

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT

QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT L analyse de la TNT pour le secteur cinématographique doit se faire en prenant en compte trois dimensions : - d une part le niveau d investissement des chaînes (les éditeurs)

Plus en détail

TELEVISION ET INTERNET DANS UN CONTEXTE D'INNOVATION : VERS L'INTERMEDIALITE.

TELEVISION ET INTERNET DANS UN CONTEXTE D'INNOVATION : VERS L'INTERMEDIALITE. TELEVISION ET INTERNET DANS UN CONTEXTE D'INNOVATION : VERS L'INTERMEDIALITE. DES DISPOSITIFS AUX CONCEPTIONS D'USAGES EN LIGNE A L'HEURE DU NUMERIQUE HERTZIEN PLAN OBJETS - CORPUS METHODES APPUIS THEORIQUES

Plus en détail

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation Master international de Management des Médias à distance Organisation pédagogique de la formation Session 2014/2015 Table des matières Organisation pédagogique... 1 UE 1 : Histoire, économie et mondialisation

Plus en détail

Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu

Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu LES MODÈLES ÉCONOMIQUES DU LIVRE ET LE NUMÉRIQUE 15 JUIN 2010 Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu P-J. Benghozi (Ecole polytechnique CNRS) Pierre-Jean.Benghozi@polytechnique.edu

Plus en détail

Pour un nouveau régime des chaînes thématiques

Pour un nouveau régime des chaînes thématiques 1 Pour un nouveau régime des chaînes thématiques Dans le cadre d une réforme structurelle de la réglementation de l audiovisuel annoncée par la Ministre de la culture et de la communication en début d

Plus en détail

Infrastructure technique

Infrastructure technique Infrastructure technique d une chaîne de TV Comment les nouvelles technologies transforment l audiovisuel, de la production à la diffusion Jean-Michel Mariani Groupe Eyrolles, 2003, ISBN 2-212-11353-6

Plus en détail

Passage à la télévision tout numérique Auvergne le 10 mai 2011

Passage à la télévision tout numérique Auvergne le 10 mai 2011 Passage à la télévision tout numérique Auvergne le 10 mai 2011 1 Le groupement d intérêt public (GIP) France Télé Numérique Sa composition France Télé Numérique réunit l Etat (50%) et les chaînes «historiques»

Plus en détail

RIHANE Abdelhamid Maitre de conférences Université de Constantine (ALGERIE) Abde_abd25@yahoo.fr

RIHANE Abdelhamid Maitre de conférences Université de Constantine (ALGERIE) Abde_abd25@yahoo.fr Pour la mise en place d une bibliothèque numérique au sein de la Faculté des Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication à l Université de Constantine (Algérie) RIHANE Abdelhamid Maitre

Plus en détail

Contribution de Direct 8

Contribution de Direct 8 Direct 8 31-32, quai de Dion-Bouton 92811 PUTEAUX CEDEX Consultation publique ouverte par le CSA pour la diffusion de services de télévision mobile personnelle par voie Contribution de Direct 8 15 mars

Plus en détail

Lilia Parisot, DAEMI académie de Nice Jean-Paul Delbrayelle, Référent CLEMI Alpes-Maritimes académie de Nice

Lilia Parisot, DAEMI académie de Nice Jean-Paul Delbrayelle, Référent CLEMI Alpes-Maritimes académie de Nice Animatrice : Evelyne Bévort, Directrice déléguée du CLEMI Lilia Parisot, DAEMI académie de Nice Jean-Paul Delbrayelle, Référent CLEMI Alpes-Maritimes académie de Nice De nos jours Internet constitue une

Plus en détail

Les médias font leur pub :

Les médias font leur pub : Les médias font leur pub : l identité visuelle de TV5MONDE Thèmes Économie, consommation, publicité Le principe du dispositif À l'occasion de la 24 e édition de la Semaine de la presse et des médias dans

Plus en détail

COMMISSION 1. Avis sur le projet de Télévision locale de Saint-Etienne Métropole

COMMISSION 1. Avis sur le projet de Télévision locale de Saint-Etienne Métropole Conseil de Développement COMMISSION 1 Avis sur le projet de Télévision locale de Saint-Etienne Métropole Par lettre en date du 10 février 2005, le Bureau de Saint-Etienne Métropole, par l intermédiaire

Plus en détail

Table des matières. 1. Le projet Ina Global, la revue de tous les médias. 1.1. Présentation générale 1.2. Ligne éditoriale 1.3. Direction artistique

Table des matières. 1. Le projet Ina Global, la revue de tous les médias. 1.1. Présentation générale 1.2. Ligne éditoriale 1.3. Direction artistique Dossier de presse Table des matières 1. Le projet Ina Global, la revue de tous les médias 1.1. Présentation générale 1.2. Ligne éditoriale 1.3. Direction artistique 2. Ina Global, la revue de tous les

Plus en détail

MANUEL D INSTALLATION ET D UTILISATION DU PVR

MANUEL D INSTALLATION ET D UTILISATION DU PVR MANUEL D INSTALLATION ET D UTILISATION DU PVR Félicitations! Vous avez fait le bon choix en décidant d acquérir le disque dur externe certifié /π. Ainsi, vous pourrez enregistrer dans une qualité optimale

Plus en détail

Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4

Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4 Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4 Le développement du numérique dans la sphère de l édition, les mutations induites par la dématérialisation des supports ont profondément influencé

Plus en détail

Rapport Mettling : Quid de l «uberisation» du travail?

Rapport Mettling : Quid de l «uberisation» du travail? Rapport Mettling : Quid de l «uberisation» du travail? Sollicité par l ancien Ministre du Travail, François Rebsamen, Bruno Mettling, DRH d Orange, a rendu aujourd hui ses propositions pour réformer le

Plus en détail

LA RÉCEPTION DE LA TÉLÉVISION PAR SATELLITE EN EUROPE, AU MOYEN-ORIENT ET EN AFRIQUE DU NORD ENREGISTRE UNE CROISSANCE À DEUX CHIFFRES EN 24 MOIS

LA RÉCEPTION DE LA TÉLÉVISION PAR SATELLITE EN EUROPE, AU MOYEN-ORIENT ET EN AFRIQUE DU NORD ENREGISTRE UNE CROISSANCE À DEUX CHIFFRES EN 24 MOIS CP/40/10 LA RÉCEPTION DE LA TÉLÉVISION PAR SATELLITE EN EUROPE, AU MOYEN-ORIENT ET EN AFRIQUE DU NORD ENREGISTRE UNE CROISSANCE À DEUX CHIFFRES EN 24 MOIS Eutelsat présente les principaux résultats de

Plus en détail

CONSULTATION SUR L'AVENIR DE LA PLATE-FORME TNT

CONSULTATION SUR L'AVENIR DE LA PLATE-FORME TNT CONSULTATION SUR L'AVENIR DE LA PLATE-FORME TNT La Fédération Française des Télécoms remercie la Direction Générale des Médias et des Industries Culturelles pour la présente consultation portant sur l

Plus en détail

Exemples de contenus non définitifs et non exhaustifs. MIEUX COMPRENDRE POUR MIEUX VENDRE

Exemples de contenus non définitifs et non exhaustifs. MIEUX COMPRENDRE POUR MIEUX VENDRE Exemples de contenus non définitifs et non exhaustifs. MIEUX COMPRENDRE POUR MIEUX VENDRE 2011 Notre portail Smart TV a reçu la récompense «Best innovation» lors du CES 2011 en s appuyant sur son extrême

Plus en détail

Modèles et pratiques pour le canal de distribution

Modèles et pratiques pour le canal de distribution DOSSIER Modèles et pratiques pour le canal de distribution sous la direction de Marc Filser Gilles Paché INTRODUCTION MARC FILSER IAE Dijon, université de Bourgogne GILLES PACHÉ Université Aix-Marseille

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Future TV Stratégies 2020

Future TV Stratégies 2020 Future TV Stratégies 2020 M10212 - Juillet 2010 Market & Data Report www.idate-research.com Gilles Fontaine Directeur Général Adjoint g.fontaine@idate.org Florence Le Borgne Directrice de la Business Unit

Plus en détail

MERCREDI 28 MAI 18H30 A 20H30 UNIVERSITÉ PARIS DAUPHINE SALLE RAYMOND ARON COLLOQUE : LA TELEVISION TELLE QUE NOUS LA CONNAISSONS EST-ELLE MORTE?

MERCREDI 28 MAI 18H30 A 20H30 UNIVERSITÉ PARIS DAUPHINE SALLE RAYMOND ARON COLLOQUE : LA TELEVISION TELLE QUE NOUS LA CONNAISSONS EST-ELLE MORTE? MERCREDI 28 MAI 18H30 A 20H30 UNIVERSITÉ PARIS DAUPHINE SALLE RAYMOND ARON COLLOQUE : LA TELEVISION TELLE QUE NOUS LA CONNAISSONS EST-ELLE MORTE? Dans le cadre des Soirées Numériques de Dauphine, le Master

Plus en détail

DEPARTEMENT PROJETS ET FORMATION CONTINUE

DEPARTEMENT PROJETS ET FORMATION CONTINUE UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR CENTRE D ETUDES DES SCIENCES ET TECHNIQUES DE L INFORMATION (CESTI) Tél : (221) 824.68.75 / 824.93.66 Fax : (221) 824.24.17 E.mail : eugenieraw@hotmail.com DEPARTEMENT

Plus en détail

QUELS ÉCRANS UTILISENT LES 13-24 ANS ET POUR QUELS USAGES?

QUELS ÉCRANS UTILISENT LES 13-24 ANS ET POUR QUELS USAGES? QUELS ÉCRANS UTILISENT LES 13-24 ANS ET POUR QUELS USAGES? Colloque «Les écrans et les jeunes : quelle place, quelle offre, quelles évolutions?» 9 décembre 2014 Direction des études et de la prospective

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Devenez JOURNALISTE PRESSE ÉCRITE

Devenez JOURNALISTE PRESSE ÉCRITE Devenez JOURNALISTE PRESSE ÉCRITE DIPLÔMES DÉCERNÉS : 1 re année : Certificat en écriture journalistique 2 e année : Diplôme de journaliste 3 e année : Bachelor en journalisme 4 e année : Master of Arts

Plus en détail

Comment améliorer la performance de la paie?

Comment améliorer la performance de la paie? Comment améliorer la performance de la paie? La performance est aujourd hui un enjeu majeur des cabinets Le 67 e Congrès de l ordre des experts-comptables, qui s est tenu à Paris début octobre, a mis en

Plus en détail

La publicité dans les programmes scolaires

La publicité dans les programmes scolaires Rectorat de Lyon Délégation Académique au Numérique Éducatif - DANE La publicité dans les programmes scolaires Edwige Jamin CLEMI / DANE de Lyon Janvier 2015 La publicité dans les programmes du collège

Plus en détail

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers 1 er semestre 2013 Réalisé par 1 Édito L Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers succède à l Observatoire de l équipement des foyers pour

Plus en détail

stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA

stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA V Stratégie RTS 2013-2014 ous trouverez dans ce document un résumé de la stratégie RTS pour 2013-2014. Les principaux objectifs qui y figurent seront

Plus en détail

II. POLITIQUE MEDIATIQUE

II. POLITIQUE MEDIATIQUE II. POLITIQUE MEDIATIQUE 2.1 Développement et structuration des radios et médias d'expression occitane Bon nombre de radios Midi-Pyrénéennes sont intéressées par une structuration et une augmentation de

Plus en détail

La Clé informatique. Formation Access XP Aide-mémoire

La Clé informatique. Formation Access XP Aide-mémoire La Clé informatique Formation Access XP Aide-mémoire Septembre 2003 Définitions de termes Base de données : Se compare à un énorme classeur ayant plusieurs tiroirs où chacun d eux contient des informations

Plus en détail

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain.

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Professeur Hugh Campbell Université d Otago, Nouvelle-Zélande La politique agricole avant la Deuxième guerre

Plus en détail

VOTRE INTERLOCUTEUR L AGENCE NATIONALE DES FRÉQUENCES, POUR TOUT SAVOIR, SUIVEZ LE GUIDE PANNES D ÉMETTEURS? PERTURBATIONS SUR LA TNT?

VOTRE INTERLOCUTEUR L AGENCE NATIONALE DES FRÉQUENCES, POUR TOUT SAVOIR, SUIVEZ LE GUIDE PANNES D ÉMETTEURS? PERTURBATIONS SUR LA TNT? PANNES D ÉMETTEURS? ARRIVÉE DE NOUVEAUX SERVICES? PERTURBATIONS SUR LA TNT? BROUILLAGE LOCAL? L AGENCE NATIONALE DES FRÉQUENCES, VOTRE INTERLOCUTEUR POUR LA RÉCEPTION DE LA TÉLÉVISION HERTZIENNE TERRESTRE

Plus en détail

Groupement d Intérêt Public France Télé Numérique

Groupement d Intérêt Public France Télé Numérique Groupement d Intérêt Public France Télé Numérique Arrivée de la télévision tout numérique en Polynésie française Contact Laurence Zaksas-Lalande Laurence.zaksas-lalande@tousaunumerique.fr Délégué régional

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU FONDS D AIDE RÉGION HAUTE-NORMANDIE (adopté par le Conseil d Administration du 2 décembre 2015)

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU FONDS D AIDE RÉGION HAUTE-NORMANDIE (adopté par le Conseil d Administration du 2 décembre 2015) RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU FONDS D AIDE RÉGION HAUTE-NORMANDIE (adopté par le Conseil d Administration du 2 décembre 2015) Sommaire I - Soutien à la production 2 Œuvres cinématographiques de longue durée Œuvres

Plus en détail

Pré-requis technique pour la réalisation d un webcast

Pré-requis technique pour la réalisation d un webcast Pré-requis technique pour la réalisation d un webcast Pré-requis techniques - pour la réalisation d un webcast Daniel Charnay,Olivier Drevon, Gérard Drevon webcaster@cc.in2p3.fr C E L L U L E W E B C A

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives De l écriture à la réalisation d un film documentaire Ce master professionnel, qui

Plus en détail

Formations professionnelles. De la création à la production transmedia

Formations professionnelles. De la création à la production transmedia Formations professionnelles De la création à la production transmedia Le savoir-faire du Transmedia Lab Le Transmedia Lab Nous avons la conviction que d ici 5 ans, 50% des productions audiovisuelles auront

Plus en détail

Comment procéder à une recherche et mémorisation des chaînes?

Comment procéder à une recherche et mémorisation des chaînes? Mise à jour terminal Contrôle de réception Comment procéder à une recherche et mémorisation des chaînes? Préférences écran Confort Vidéo Confort Audio Code parents Recherche des chaînes TNT Cas Vous avez

Plus en détail

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Jan Bujnak Université de Zilina Slovaquie La parole dite et le texte écrit sur papier étaient la base ainsi que le seul moyen de transférer les informations

Plus en détail

APRES NETFLIX. Sensibilité des obligations de production de la télévision à la pénétration de la SVOD. Arthur Kanengieser

APRES NETFLIX. Sensibilité des obligations de production de la télévision à la pénétration de la SVOD. Arthur Kanengieser APRES NETFLIX Sensibilité des obligations de production de la télévision à la pénétration de la SVOD Résumé de l étude Arthur Kanengieser Sous la direction d Olivier Bomsel 1 er septembre 2014 Chaire ParisTech

Plus en détail

«Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision»

«Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision» «Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision» Cécile-Marie Simoni Université de Corse, France La télé-réalité constitue actuellement un phénomène qui a complètement bouleversé

Plus en détail

Les Français et la télévision : une consommation record

Les Français et la télévision : une consommation record Les Français et la télévision : une consommation record Comment les Français regardent-ils la télévision? Quels sont leurs programmes préférés? Leur équipement? Réponses avec les chiffres-clés issus du

Plus en détail

La mise en commun. (D après Michel Barlow, Le travail en groupes des élèves, Paris, A. Colin, 1993, pp. 38-44)

La mise en commun. (D après Michel Barlow, Le travail en groupes des élèves, Paris, A. Colin, 1993, pp. 38-44) La mise en commun (D après Michel Barlow, Le travail en groupes des élèves, Paris, A. Colin, 1993, pp. 38-44) 1. Définition et buts. Après le travail en groupe d élèves, la mise en commun permet de «reconstituer

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section J Division 60

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section J Division 60 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section J Division 60 60 PROGRAMMATION ET DIFFUSION Cette division comprend les activités d édition de chaines

Plus en détail

Le géomarketing - Page 1 sur 7

Le géomarketing - Page 1 sur 7 Le géomarketing - Page 1 sur 7 LES DOSSIERS MADWATCH.net méthodes Le Géomarketing Novembre 2003 Nb de pages : 7 Le géomarketing - Page 2 sur 7 Créé dans les années 80, la plupart des applications du géomarketing

Plus en détail

L évolution du métier de communicant public et l impact du numérique

L évolution du métier de communicant public et l impact du numérique L évolution du métier de communicant public et l impact du numérique Intervenante : Dominique MÉGARD Présidente Cap Com, réseau de la communication publique et territoriale La communication publique, une

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013

ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013 Paris, mars 2013 page 1 ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013 Analyse de Guillaume Weill, Directeur Général MetrixLab France 5 CLÉS DE SUCCÈS POUR L E-TOURISME EN 2013 Les enseignements présentés dans ce document

Plus en détail

La TV, la radio et les «devices» digitaux : plus qu hier, moins que demain Radio et digital : convergence encore très limitée... 2

La TV, la radio et les «devices» digitaux : plus qu hier, moins que demain Radio et digital : convergence encore très limitée... 2 Newsletter March 11, 2013 Dans ce numéro La TV, la radio et les «devices» digitaux : plus qu hier, moins que demain Radio et digital : convergence encore très limitée... 2 La résistance des récepteurs

Plus en détail

FICHE METIER. «Documentaliste» Documentaliste en radiodiffusion APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Documentaliste» Documentaliste en radiodiffusion APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Documentaliste radio «Documentaliste» APPELLATION(S) DU METIER Documentaliste en radiodiffusion DEFINITION DU METIER Le documentaliste radio exerce trois missions principales : > Il gère le fonds documentaire

Plus en détail

TFO DEMANDE UNE ORDONNANCE D OFFRE OBLIGATOIRE AU CRTC. Résumé

TFO DEMANDE UNE ORDONNANCE D OFFRE OBLIGATOIRE AU CRTC. Résumé TFO DEMANDE UNE ORDONNANCE D OFFRE OBLIGATOIRE AU CRTC Contenus éducatifs pour tous Résumé 1. Le Groupe Média TFO gère l ensemble des plateformes réglementées et non réglementées de l Office des télécommunications

Plus en détail

MANUEL D INSTALLATION ET D UTILISATION DU DISQUE DUR EXTERNE

MANUEL D INSTALLATION ET D UTILISATION DU DISQUE DUR EXTERNE PAR SATELLITE MANUEL D INSTALLATION ET D UTILISATION DU DISQUE DUR EXTERNE SOMMAIRE 1 3 INSTALLATION ET CONNEXION DE VOTRE DISQUE 1 INSTALLATION 1 CONNEXION ET DECONNEXION 3 CONTRÔLEZ LE DIRECT 3 ENREGISTREZ

Plus en détail

Que faire en cas de difficultés pour recevoir la télévision?

Que faire en cas de difficultés pour recevoir la télévision? Réception de la TNT : Que faire en cas de difficultés pour recevoir la télévision? Le passage à la télévision «tout numérique», qui s est achevé en France fin 2011, a constitué une évolution importante

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

Lectures et lecteurs en 2015

Lectures et lecteurs en 2015 Lectures et lecteurs en 2015 Permanences et mutations Montréal, 11 mars 2015 Christophe Evans Bibliothèque publique d information Service Études et recherche evans@bpi.fr Lire? «La plus polymorphe des

Plus en détail

LA MARQUE NUMÉRIQUE EXPERT-COMPTABLE

LA MARQUE NUMÉRIQUE EXPERT-COMPTABLE LA MARQUE NUMÉRIQUE EXPERT-COMPTABLE Signexpert est une initiative majeure de la profession à destination de l ensemble de ses membres. Plus qu une simple signature, elle est une clef indispensable pour

Plus en détail

Compte-rendu Point d étape sur l offre labellisée

Compte-rendu Point d étape sur l offre labellisée Compte-rendu Point d étape sur l offre labellisée PARTICIPANTS PLATEFORMES Allomusic VOD Mania Vaziva Orange Vidéo @ Volonté Beezik Universal Ecompil Fnac Arte VOD Quickpartitions Alter Musique Qobuz Every

Plus en détail

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme?

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? Introduction L effondrement planétaire de l économie de la seconde révolution industrielle, à l été 2008, a alerté la population mondiale

Plus en détail

SAISON DOSSIER DE PRESSE

SAISON DOSSIER DE PRESSE 2015 SAISON DOSSIER DE PRESSE ÉDIT OBJECTIF INDÉPENDANCE : LA SÉRIE TÉLÉ QUI INNOVE! «Cette campagne d information est une grande première en France car très peu de programmes télé donnent la parole aux

Plus en détail

FICHE METIER. «Chef opérateur du son» Ingénieur du son (en prise de son) APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Chef opérateur du son» Ingénieur du son (en prise de son) APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Chef opérateur du son Version 1 «Chef opérateur du son» APPELLATION(S) DU METIER Ingénieur du son (en prise de son) DEFINITION DU METIER Le chef opérateur du son assure les prises de son sur les lieux

Plus en détail

Agenda. EBU - New Media Forum 2006. Neuf cegetel en bref. Image du marché français du haut débit et de la télévision payante.

Agenda. EBU - New Media Forum 2006. Neuf cegetel en bref. Image du marché français du haut débit et de la télévision payante. EBU - New Media Forum 2006 22 Juin 2006 Agenda Neuf cegetel en bref Image du marché français du haut débit et de la télévision payante L offre neuf TV Applications & évolutions 2 1 Qui sommes-nous? Un

Plus en détail

Mutations et restructurations des opérateurs français du voyage. (Synthèse)

Mutations et restructurations des opérateurs français du voyage. (Synthèse) Mutations et restructurations des opérateurs français du voyage (Synthèse) pour la direction du Tourisme Juillet 2008 1 0 Synthèse (tiré à part) Cette étude vise à permettre à la direction du Tourisme

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

Obtenez la licence. d information-communication de l université Bordeaux 3 (France) Université Galatasaray

Obtenez la licence. d information-communication de l université Bordeaux 3 (France) Université Galatasaray Obtenez la licence d information-communication de l université Bordeaux 3 (France) Université Galatasaray Bordeaux 3 en bref Un double cursus franco-turc dans votre université Avec plus de 15 000 étudiants,

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Travail d équipe et gestion des données L informatique en nuage

Travail d équipe et gestion des données L informatique en nuage Travail d équipe et gestion des L informatique en nuage BAR Octobre 2013 Présentation Au cours des études collégiales et universitaires, le travail d équipe est une réalité presque omniprésente. Les enseignants

Plus en détail

Le coût, la valorisation et l'évolution des usages de l'offre gratuite des SMAD des éditeurs de services de télévision

Le coût, la valorisation et l'évolution des usages de l'offre gratuite des SMAD des éditeurs de services de télévision Le coût, la valorisation et l'évolution des usages de l'offre gratuite des SMAD des éditeurs de services de télévision 28 juillet 2015 2 STRUCTURE DE L ÉTUDE Les nouveaux visages de la télévision de rattrapage.

Plus en détail

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Préambule Les pratiques culturelles des Français connaissent depuis plusieurs années déjà de profondes mutations 1.

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

CORSE AQUITAINE L ESSENTIEL À SAVOIR. passe à la télé tout numérique. Passez vite à la télé numérique C est simple!

CORSE AQUITAINE L ESSENTIEL À SAVOIR. passe à la télé tout numérique. Passez vite à la télé numérique C est simple! CORSE AQUITAINE L ESSENTIEL À SAVOIR passe à la télé tout numérique Passez vite à la télé numérique C est simple! tous au numérique! Avant le 6 mai 2010 Qu est-ce que le passage à la télé tout numérique?

Plus en détail

REPONSE D UPC BROADBAND FRANCE A LA CONSULTATION PUBLIQUE DE L ARCEP SUR L ANALYSE DES MARCHES DE GROS DES SERVICES DE DIFFUSION AUDIOVISUELLE LANCEE

REPONSE D UPC BROADBAND FRANCE A LA CONSULTATION PUBLIQUE DE L ARCEP SUR L ANALYSE DES MARCHES DE GROS DES SERVICES DE DIFFUSION AUDIOVISUELLE LANCEE REPONSE D UPC BROADBAND FRANCE A LA CONSULTATION PUBLIQUE DE L ARCEP SUR L ANALYSE DES MARCHES DE GROS DES SERVICES DE DIFFUSION AUDIOVISUELLE LANCEE LE 1 JUILLET 2005 Paris, le 9 septembre 2005 1 INTRODUCTION

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

Les résultats d audience

Les résultats d audience Paris, le 08 mars 2011 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Pour publication immédiate Les résultats d audience Voici les résultats de la vague n 20 de mesure de Médiamétrie concernant la période du 30 août 2010 au 13

Plus en détail

appel à projets webcréation loterie romande Cahier des charges

appel à projets webcréation loterie romande Cahier des charges loterie romande Cahier des charges Un appel à projet est lancé en collaboration entre le Swiss Web Program Festival et la Loterie Romande. L objectif est de permettre à de jeunes créateurs, scénaristes,

Plus en détail

TAUX DE TRANSFORMATION

TAUX DE TRANSFORMATION Table des matières 1 Le choix des produits...2 2 La politique tarifaire...4 Introduction Afin de convertir efficacement vos visiteurs en acheteurs, il faut veiller à ne jamais les décevoir. La cause première

Plus en détail

Assurance automobile et. nouvelles technologies (TIC) Intervenant(e): Raqui Wane

Assurance automobile et. nouvelles technologies (TIC) Intervenant(e): Raqui Wane Assurance automobile et nouvelles technologies (TIC) Intervenant(e): Raqui Wane S O M M A I R E ANALYSE ENVIRONNEMENTALE: Etat des lieux Le marché africain Les apports des tic LES NOUVEAUX COMPORTEMENTS

Plus en détail

Avec un partenaire reconnu

Avec un partenaire reconnu Kreno Consulting et IMCA vous présentent COMMUNICATION / MEDIAS Avec un partenaire reconnu www.imca.fr www.kreno-consulting.com Qui sommes-nous? Kreno Consulting est un cabinet de conseil en Ressources

Plus en détail

C O M M U N I Q U E. Contact presse : Stéphane Martin T. +33 (0)1 41 41 4 3 2 1

C O M M U N I Q U E. Contact presse : Stéphane Martin T. +33 (0)1 41 41 4 3 2 1 C O M M U N I Q U E Boulogne-Billancourt, le 29 décembre 2009 Nous vous prions de bien vouloir trouver ci-après le Communiqué de Presse du SNPTV relatif au bilan de l audience TV et de la publicité TV

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

PAPYRUS 20 octobre 2004

PAPYRUS 20 octobre 2004 20 octobre 2004 OU COMMENT ÉCRIRE LA NOUVELLE HISTOIRE DES CHANTIERS En dématérialisant les relations de travail sur les chantiers Eurovia Eurovia réalise chaque année en France plus de 30 000 chantiers

Plus en détail

LES RESSOURCES NUMERIQUES ET LE CDI :

LES RESSOURCES NUMERIQUES ET LE CDI : LES RESSOURCES NUMERIQUES ET LE CDI : QUELS ENJEUX POUR L'ETABLISSEMENT? QUELLES RESSOURCES ET QUELS ACCES POUR QUELS PUBLICS? Intervenants : Jean-Louis DURPAIRE, Inspecteur général de l'éducation nationale.

Plus en détail

MANUEL DE GESTION GESTION DU CENTRE DE DOCUMENTATION

MANUEL DE GESTION GESTION DU CENTRE DE DOCUMENTATION SCECR-DIR-07-01 MANUEL DE GESTION TITRE : GESTION DU CENTRE DE DOCUMENTATION TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE ET PROCÉDURE Expéditeur : Conseillère-cadre à l évaluation, aux communications et à la recherche

Plus en détail

Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe

Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe Foire aux questions Novembre 2011 1. Qu est-ce que le Livre blanc de la SAA? La Société des Auteurs Audiovisuels

Plus en détail

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France Résultats Le jeu vidéo est, à travers le monde, la première industrie culturelle devant les secteurs du cinéma et de la musique.

Plus en détail

Étude de cas Canal+ Thierry PENARD Mars 2004. Caractéristique du secteur audiovisuel. Chaîne de TV : assembleur de programmes/ concepteur de grilles

Étude de cas Canal+ Thierry PENARD Mars 2004. Caractéristique du secteur audiovisuel. Chaîne de TV : assembleur de programmes/ concepteur de grilles Étude de cas Canal+ Thierry PENARD Mars 2004 Filière Caractéristique du secteur audiovisuel Chaîne de TV : assembleur de programmes/ concepteur de grilles en amont : production des programmes films, téléfilms,

Plus en détail

LA COMPLÉMENTARITÉ DES SERVICES ENTRE LA SOCIÉTÉ RADIO-CANADA ET LES TÉLÉDIFFUSEURS PRIVÉS : MYTHE OU RÉALITÉ

LA COMPLÉMENTARITÉ DES SERVICES ENTRE LA SOCIÉTÉ RADIO-CANADA ET LES TÉLÉDIFFUSEURS PRIVÉS : MYTHE OU RÉALITÉ LA COMPLÉMENTARITÉ DES SERVICES ENTRE LA SOCIÉTÉ RADIO-CANADA ET LES TÉLÉDIFFUSEURS PRIVÉS : MYTHE OU RÉALITÉ MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES DANS

Plus en détail

L ARRIVÉE DE L AUDIMETRIE SUR LES CHAÎNES THÉMATIQUES EN FRANCE BILANS & PERSPECTIVES

L ARRIVÉE DE L AUDIMETRIE SUR LES CHAÎNES THÉMATIQUES EN FRANCE BILANS & PERSPECTIVES JEUDI 9 DÉCEMBRE 2010 - CASABLANCA L ARRIVÉE DE L AUDIMETRIE SUR LES CHAÎNES THÉMATIQUES EN FRANCE BILANS & PERSPECTIVES IMPACTS, CONSÉQUENCES ET ADAPTATIONS DEMANDEZ PLUS À LA PUB JEUDI 9 DÉCEMBRE 2010

Plus en détail

Le court métrage. www.csa.fr

Le court métrage. www.csa.fr Le court métrage www.csa.fr I- Rappels juridiques et contexte 1. Définition du court métrage Le court métrage est une œuvre dont la définition apparaît en «creux» à travers les articles 2, 3 et 4 du décret

Plus en détail

LES CARTES DE PAIEMENT DANS UN NOUVEL ENVIRONNEMENT MULTICANAL ET CONCURRENTIEL :

LES CARTES DE PAIEMENT DANS UN NOUVEL ENVIRONNEMENT MULTICANAL ET CONCURRENTIEL : LES CARTES DE PAIEMENT DANS UN NOUVEL ENVIRONNEMENT MULTICANAL ET CONCURRENTIEL : Comment adapter les processus de distribution et de services en France? Étude GM Consultants & Associés Document de Présentation

Plus en détail

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Bercy Financements Export Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Bercy Mardi 17 mars 2015 Contact presse :

Plus en détail

Médias360 Les Chiffres-Clés de la Convergence 2009

Médias360 Les Chiffres-Clés de la Convergence 2009 Médias360 Les Chiffres-Clés de la Convergence 2009 LES DERNIERES TENDANCES MEDIAS ET NUMERIQUES Département Télécoms Cinéma et Comportements Médias Sommaire Contexte et Objectifs...3 Contenu du dossier...4

Plus en détail