Le couple et le droit du travail

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le couple et le droit du travail"

Transcription

1 Université de Lille 2 - Droit et Santé - Faculté des sciences politiques, juridiques et sociales Le couple et le droit du travail Céline LEBORGNE Mémoire de D.E.A. de Droit social Sous la direction de Monsieur le Professeur Pierre-Yves VERKINDT Année universitaire

2 Remerciements Je tiens à remercier toutes les personnes qui m ont permis de réaliser ce travail, et plus particulièrement Monsieur Verkindt pour sa disponibilité et ses précieux conseils. 2

3 SOMMAIRE Table des abréviations.4 Introduction..7 TITRE PREMIER : La prise en considération limitée d une dépendance entre les membres du couple.18 CHAPITRE I : Une dépendance nécessaire des membres du couple...20 CHAPITRE II : Une dépendance voulue par le couple 34 TITRE SECOND : L autonomie des membres du couple favorisée 52 CHAPITRE I : L indifférence de la situation de couple sur l activité professionnelle de ses membres.54 CHAPITRE II : L indifférence des agissements d un membre du couple sur l activité professionnelle de l autre Conclusion...82 Bibliographie...84 Table des matières.94 3

4 TABLE DES ABREVIATIONS A Article Assemblée nationale Art. AN B Bulletin des arrêts de la Cour de Cassation (Chambres civiles) Bulletin social, Francis Lefebvre Bull. civ. BS Lefebvre C Cahiers prud homaux Cahiers sociaux du barreau de Paris Code civil Code du travail Confer Conseil d Etat Cour d appel Cour de cassation, assemblée plénière Cour de cassation, chambre commerciale Cour de cassation, chambre sociale Cour de justice des communautés européennes Cah. prud h. Cah.soc.barreau C. civ. C. trav. Cf. CE CA Cass. ass. plén. Cass. com. Cass. soc. CJCE D Dalloz périodique DP Dalloz-Sirey D. Droit de la famille Dr. de la famille Droit ouvrier Dr. ouvrier Droit et patrimoine Dr. et patrimoine Droit social Dr. soc. 4

5 E Exemple ex. G Gazette du palais Gaz.pal. I Ibidem ibid. J Journal officiel (Lois et décrets) JO L La semaine juridique (édition générale, entreprise ) Loco citato JCP loc.cit. N Numéro n O Observation Opere citato obs. op.cit. P Page p. Paragraphe Petites Affiches PA Q Quotidien juridique Quot.jur. 5

6 R Répertoire du notariat Défrenois Revue de jurisprudence sociale Revue trimestrielle de droit civil Revue trimestrielle des droits de l homme Défrenois RJS RTD civ. RTDH T Tribunal de grande instance TGI 6

7 INTRODUCTION Le couple est, à l heure actuelle, au cœur des débats essentiels en droit de la famille et des personnes 1, et d une manière générale, dans la société. L adoption récente de la loi relative au pacte civil de solidarité du 15 novembre et les débats et prises de position 3 qui en ont résulté, constituent une parfaite illustration des préoccupations actuelles du législateur en la matière. Au vu de l évolution de la société marquée par la banalisation de l union libre, la diminution des unions légitimes et l augmentation croissante des divorces, certains auteurs, déplorant une «crise du droit de la famille 4», invoquent la nécessité pour celui-ci de se trouver «une boussole 5», laquelle pourrait être constituée par la notion juridique de couple. Ainsi, Mme Brunetti-Pons souligne que : «l importance quantitative du phénomène du concubinage rend actuellement nécessaire une réflexion sur l émergence d une notion qui a permis au législateur de tenir compte de ces nouvelles données sociales 6». La tendance actuelle est donc à un intérêt croissant porté au concept de "couple". Pour certains, la référence à une telle notion permettrait en effet de faire face aux bouleversements qui agitent à l heure actuelle le droit de la famille. De cette façon, M. Normand s interroge-t-il sur l existence d une notion juridique de couple telle que «le couple serait affecté d un statut propre, générateur d effets juridiques applicables à tous les couples répondant à sa définition, indépendamment de savoir si ces couples sont mariés ou non 7». 1 LECUYER (H), La notion juridique de couple, Dr. et patrimoine, octobre 1997, n 53, p Loi n du 15 novembre 1999 relative au pacte civil de solidarité, JO du 16 novembre 1999, p Cf. pour ex. MALAURIE (P), Un statut légal du concubinage?, Defrénois 1998, n 13, p BRUNETTI-PONS (C), L émergence d une notion de couple en droit civil ; RTD civ., janvier-mars 1999, p.29 5 NORMAND (J), Rapport de synthèse lors du colloque sur «la notion juridique de couple» des 20 et 21 juin 1997, Etudes juridiques, Economica, Paris, 1998, 154 p. 6 BRUNETTI-PONS (C), op.cit., p NORMAND (J), loc.cit. 7

8 Ces questionnements mettent en valeur l incertitude actuelle quant à la définition et la conceptualisation de cette notion 8. Concrètement, la question qui se pose est de déterminer comment le droit appréhende la notion de couple. Comme le souligne Anne-Marie Gilles : «Si comme le disait Aristote : " l être humain est par nature enclin et apte à former un couple ", le droit, lui, est-il apte à saisir le couple? 9». Dès lors, qu est-ce qu un couple au sens juridique du terme? Quelles caractéristiques reflètent la réalité de ce concept? Selon le Professeur Lécuyer : «à travers la notion de couple, ce sont la famille et la société qui sont en cause 10». L étude de cette notion, telle qu elle est appréhendée par le droit se révèle donc primordiale : le couple est un composant essentiel de la vie de famille et de la société. Il appartient par conséquent au droit de prendre en considération «cette chose plus compliquée et plus confondante que l harmonie des sphères 11», qu est le couple. Le mot "couple" est tiré du langage commun et n est donc pas une création du droit. Il manifeste même, selon le Professeur Lécuyer, «un phénomène de double appartenance 12». Aussi, ce mot est-il «à cheval sur le langage du droit et le langage courant 13». Etymologiquement, le mot "couple" est issu du latin copula : lien pour attacher ensemble deux animaux 14. De même, pour le Littré, il s agit d «un lien pour attacher ensemble deux ou plusieurs choses pareilles 15». Concernant les êtres humains, il s agit donc d un lien unissant deux personnes. Ainsi, le couple peut classiquement être défini comme «un homme et une femme unis par des relations affectives, physiques, et le langage commun accepte, par extension, de qualifier couple deux personnes du même sexe vivant ensemble et unies par de mêmes 8 GILLES (AM), Le couple en droit social, Collection droit civil, Economica, p.7 9 ibid. 10 LECUYER (H), loc.cit. 11 citation de Julien Gracq, écrivain du XX ème siècle 12 LECUYER (H), loc. cit. 13 ibid. 14 Le Robert, cf. couple 15 LITTRE (E), Dictionnaire de la langue française, Tome 2, p

9 relations. Il peut aussi y avoir couple lorsque deux personnes sont simplement réunies par un sentiment ou un intérêt commun. Enfin, dans un dernier sens commun, le couple est compris comme un ensemble de deux choses 16». Pareillement, le Professeur Cornu relève que le couple est «l union que forment un homme et une femme entre lesquels existent des relations charnelles et en général une communauté de vie, soit en mariage, soit hors mariage ; se dit parfois de deux individus du même sexe qui vivent ensemble 17». Nombreuses sont ainsi les acceptions du mot «couple» en langage familier. Le couple semble donc s entendre de toute union affective et morale entre deux individus de sexe différent ou du même sexe. Quoiqu il en soit, le couple se caractérise par deux éléments : la dualité et l existence d un lien 18. La première caractéristique nous amène donc à exclure de notre étude, toutes les associations de personnes comprenant plus de deux individus. En outre, le couple peut-être caractérisé par le lien qu il implique, à savoir «l union de deux êtres par la volonté, le sentiment ou toute autre cause qui les rapproche 19». La question qui se pose ici est cependant de déterminer s il existe une notion juridique de couple? Comment le couple est-il envisagé en droit? Quelles sont les critères et caractéristiques du couple permettant à celui-ci de se voir reconnaître un véritable statut juridique? Pendant longtemps, la conception juridique française du couple s est limitée au mariage 20. Aussi, si le droit fiscal a utilisé le mot "couple" pour la première fois (1917) 21, celui-ci ne visait cependant pas le couple vivant en concubinage. Puis, prenant acte de l évolution du couple dans la société française et de l importance statistique de l union libre, le droit de la sécurité sociale a usé de ce terme, visant ce faisant indifféremment 16 LECUYER (H), loc.cit. 17 CORNU (G), Vocabulaire juridique, Association Henri Capitant, PUF, GILLES (AM), loc.cit. 19 Dictionnaire Larousse, cf. couple 20 PANSIER (FJ), Aspects sociaux du PACS : présentation synthétique, Dr. et patrimoine, avril 2000, n 81, p MALAURIE (P), Couple, procréation et parenté, D. 1998, p

10 tous les couples, mariés ou non. Ainsi, comme le rappelle le Professeur Malaurie, «le couple de la sécurité sociale s oppose aux personnes seules. Il ne distingue pas les concubins et les époux : ce sont, pour elle, les mêmes 22». En droit civil, il a fallu attendre 1994 pour que le terme même de "couple" apparaisse dans la loi 23. Dès lors, ce mot est entré dans le langage législatif du droit civil 24 de manière tardive, puisqu il a fallu attendre la loi du 29 juillet sur la bioéthique pour que la notion de couple soit définie par le législateur. En ce sens, aux yeux de nombre d auteurs, la notion de couple est une notion de droit civil 26. Comme l indique Madame Clotilde Brunetti-Pons, l importance du concept était soulignée par les sociologues depuis de nombreuses années en ce qu il permettait une assimilation du concubinage au mariage 27, et permettait de répondre aux réalités de fait. Amorcée sur le plan légal par la loi Malhuret de 1987 et la loi du 08 janvier 1993, la loi de 1994 a posé une définition juridique du couple à l article L du code de la santé publique 28. Ainsi, aux termes de cet article : «l homme et la femme formant le couple doivent être vivants, en âge de procréer, mariés ou en mesure d apporte la preuve d une vie commune d au moins deux ans». Ce texte vient fixer des limites à la notion de couple en exigeant que celui-ci soit formé d un homme et d une femme, et qu il présente une certaine stabilité 29. Une notion juridique de couple est donc apparue en droit civil en 1994, plus précise que dans le langage courant, même si celle-ci, née de la crise du mariage, a pu apparaître à certains comme un «mythe 30», un artifice. 22 ibid. 23 PANSIER (FJ), loc.cit. 24 MALAURIE (P), loc.cit. 25 loi du 29 juillet 1994 relative au don et à l utilisation des éléments et produits du corps humain, à l assistance médicale à la procrétion et au diagnostic prénatal, JO du 30 juillet DEKEUWER-DEFOSSEZ (F), Réflexions sur les mythes fondateurs du droit contemporain de la famille, RTDC, avril-juin 1995, p BRUNETTI-PONS (C), loc.cit. 28 ibid. 29 BRUNETTI-PONS (C), op.cit., p DEKEUWER-DEFOSSEZ (F), loc.cit. 10

11 La conception juridique du couple en droit civil recouvrait donc, de par cette disposition législative, les couples mariés ou vivant en concubinage. Toutefois, étaient écartés les homosexuels : «privés de mariage civil, les homosexuels se trouvent exclus de concubinage, dans la mesure où le droit ne reconnaît toujours pas leur communauté de vie 31». Ainsi, malgré la loi de 1993 portant diverses mesure d ordre social 32 et intégrant la situation de l assuré homosexuel, le législateur de 1994 confirmait la position prise par la Haute juridiction quelques années auparavant. Celle-ci avait rejeté en effet, dans un arrêt du 11 juillet 1989, toute possibilité d extension du terme «conjoint» aux homosexuels. En l espèce, un salarié de Air France, après avoir déclaré son homosexualité, revendiquait l application du statut du personnel aux termes duquel Air France s engageait à accorder aux agents et aux membres de leur famille, y compris aux couples «en état d union libre», des billets à tarif réduit. Or, la Cour de cassation a considéré qu une telle disposition «qui étend le bénéfice de ladite mesure au conjoint en union libre, doit être comprise comme ayant entendu avantager deux personnes ayant décidé de vivre comme des époux, sans pour autant s unir par le mariage, ce qui ne peut concerner qu un couple constitué d un homme et d une femme 33». D ailleurs, elle a confirmé cette «définition restrictive du concubinage 34» dans un arrêt du 17 décembre Pourtant, cette discrimination entre homosexuels et hétérosexuels était critiquable, et cette non-reconnaissance du couple homosexuel sur le plan juridique contestable, même si certains auteurs approuvent cette prise de position, à l instar du Professeur Malaurie qui considère que «la tricherie sur les mots est toujours le signe d une dérive intellectuelle et morale 36». Une intervention du législateur était donc nécessaire : «exclus du mariage, relégués au secret de l alcôve et à la confidentialité de leurs relations par le juge et le droit, il ne 31 MOUTOUH (H), La question de la reconnaissance du couple homosexuel : entre dogmatisme et empirisme, D. 1998, p loi n du 27 janvier 1993 portant diverses mesures d ordre social, JO 23 avril 1993, p Cass. soc. 11 juillet 1989, X c/ Air France ; X c/ CPAM, D. 1990, p. 582, note Malaurie 34 MOUTOUH (H), op.cit., p Cass. soc. 17 décembre 1997, Vilela c/ Madame Weil, D. 1998, p. 111, conclusions Weber, note Auber 36 MALAURIE (P), note sous CASS soc. 11 juillet 1989, précité supra note n 33 11

12 restait plus aux homosexuels que la difficile voie de l intervention politique et législative 37». En ce sens, la loi de 1999 relative au pacte civil de solidarité pose une «conception polymorphe de la vie de couple 38». Définissant le concubinage comme «une union de fait, caractérisée par une vie commune présentant un caractère de stabilité et de continuité, entre deux personnes, de sexe différent ou de même sexe, qui vivent en couple 39», celle-ci est venue reconnaître le bénéfice du cadre juridique marital aux homosexuels, et poser une égalisation de principe des effets juridiques entre mariage et contrat d union civile. Elle constitue ainsi une reconnaissance législative du couple homosexuel, même si pour certains, il n est guère cohérent de consacrer une notion de couple qui associe le concubinage au mariage, et d un autre côté, séparer le concubinage du mariage par l élaboration d un statut légal propre à l union libre 40. En outre, elle vient rompre avec la définition traditionnelle du concubinage telle qu elle avait été posée par les juges en , et par le législateur en Aussi, il apparaît que prédomine l idée d «un pluralisme des couples 42» en droit civil au détriment d une notion juridique de couple à proprement parlé. Comme l indique Anne-Marie Gilles en effet : «les éléments constitutifs du couple s avèrent variés depuis que les conséquences positives du mariage ont été étendues au couple non marié. Tantôt la stabilité et la continuité des relations sont nécessaires, tantôt la relation doit être inscrite dans la durée. Parfois, une simple relation affective caractérise le couple. En outre, depuis que le législateur a consacré la notion de couple dans la loi du 29 juillet 1994, il faut ajouter la procréation et la communauté de vie comme éléments constitutifs du couple 43». 37 ibid. 38 PANSIER (FJ), loc.cit. 39 C. civ. article BRUNETTI-PONS (C), loc.cit. 41 Cass. soc. 11 juillet 1989, précité supra note n DEKEUWER-DEFOSSEZ (F), A propos du pluralisme des couples et des familles, PA, 28 avril 1999, n 84, p GILLES (AM), op.cit., p. 9 12

13 La difficulté en droit civil, comme nous l avons vu, est de poser des critères permettant de dessiner les contours d une notion juridique de couple. D ailleurs, le Professeur Lécuyer, constatant la multiplicité des critères permettant de distinguer la notion de couple, s interroge : «ne risque-t-on pas, dans la recherche de la notion de couple, de trouver d autres critères, d être l inventeur d un trésor trop important et d en conclure, sans paradoxe, à l existence d une notion sans critère? 44». Le couple fait donc l objet d un questionnement à l heure actuelle en droit de la famille, non facilité par la loi de 1999 relative au pacte civil de solidarité laquelle pose clairement «qu il existe plusieurs formes de vie à deux 45». L objet de la présente étude sera de déterminer si le droit du travail, de par l usage qu il fait de la notion de couple, est de nature à clarifier ce concept. Quelle approche le droit du travail a-t-il de la notion de couple? En quoi le couple peut-il être pris en considération par le droit du travail? Le droit du travail, de par l usage qu il fait de la notion de couple, apporte-t-il une contribution à la définition que le droit civil peine à élaborer? Cette question peut a priori surprendre. En effet, la vie de couple fait partie intégrante de la vie personnelle de tout individu, protégée en l article 9 du code civil selon lequel «chacun a droit au respect de sa vie privée». En ce sens, nombreuses sont les jurisprudences condamnant le non-respect de la vie sentimentale, laquelle présente un caractère «strictement privé» 46. Une quelconque référence au couple par le droit du travail ne semble donc pas évidente. Ce principe de respect de la vie privée, posé en l article 9 du code civil, amenait certains auteurs à mettre en exergue l existence «d une sphère secrète de vie d où chacun aura le pouvoir d écarter les tiers 47», ou encore «le droit de tenir les tiers en lisière d un domaine réservé, de les tenir en respect, et de pouvoir dans ce domaine, échapper à leurs 44 LECUYER (H),op.cit.,p PANSIER (FJ), loc.cit. 46 pour ex. TGI Paris, 02 juin 1976, D. 1977, p

14 interventions, leurs sollicitations 48». Ce principe doit être affirmé avec force : considéré comme l un des droits primordiaux de la personnalité 49, il est nécessaire qu il soit protégé au mieux par le législateur et les juges. Or, comme l indique M. Waquet : «la notion de vie privée en droit du travail est connue 50». En effet, le contrat de travail conclu entre un salarié et son employeur est classiquement considéré comme conclu «intuitus personae», c est à dire en fonction de la seule considération de la personne. Si le salarié se trouve soumis, du fait du rapport de subordination, à exécuter son travail sous le contrôle du chef d entreprise qui peut en contrôler l exécution et en sanctionner l inexécution, «le principe est que cette subordination est limitée à l exécution de la prestation de travail 51». Dès lors, on ne saurait concevoir que le chef d entreprise ait égard à la vie de couple du travailleur. Celleci constitue en effet un élément à part entière de la vie privée du salarié : «le salarié est un homme libre et son attachement volontaire et limité à l employeur s exerce dans un cadre défini par un contrat de travail 52». Dans le reste de sa vie, le travailleur est libre : libre de mener sa vie comme il l entend, libre de se marier ou non, de vivre en concubinage, sous réserve qu il ne nuise pas à l entreprise. A l inverse, dans l exercice de sa profession, le travailleur est subordonné à son employeur qui ne peut légitimement prendre acte de la vie de couple du salarié, «vie qui échappe à l autorité de l employeur, qui n est pas soumise au lien de subordination qui caractérise le contrat de travail 53». Si la spécificité du contrat de travail est que le salarié place sa personne sous l autorité de l employeur et en ce sens, renonce à une certaine autonomie dans la conduite de sa personne, il «n aliène pas sa personne 54». En dehors de l accomplissement de la 47 BADINTER (R), Le droit au respect de la vie privée, JCP 1968, I, n CORNU (G), Droit civil, Tome 1, 5 ème édition, n GULPHE (P), De la non interférence de la vie privée sur la vie professionnelle du salarié en droit français, JCP E 1990, II, , p WAQUET (P), Vie personnelle et vie professionnelle du salarié, Cah. Soc. Barreau, 1994, n 64, p SAVATIER (J), La liberté dans le travail, Dr. soc. 1990, p ibid. 53 WAQUET (P), loc.cit. 54 SAVATIER (J), loc.cit. 14

15 tâche définie au contrat, il conserve sa liberté : le couple en tant qu élément de la vie personnelle du salarié ne doit pas avoir d incidence dans la vie professionnelle de celui-ci. Ainsi, «la sphère de la vie de couple est généralement distincte de celle de la vie professionnelle, et les deux domaines ne devraient donc pas interférer l un sur l autre 55». Donc, a priori, la vie de couple, en tant qu élément de la vie privée du salarié, ne doit pas interférer avec le travail de l un ou l autre de ses membres. Ainsi, «il est traditionnellement affirmé qu il doit exister une cloison étanche entre la vie professionnelle et la vie extra professionnelle du salarié. Dans les rapports entre employeur et salarié, c est l exécution correcte du travail convenu qui importe et dans l appréciation portée par l employeur sur la façon dont le salarié effectue la tâche qu il lui a confiée, ne doivent pas venir interférer des considérations relatives à la vie privée ou publique du salarié. Il s agit là d une garantie importante de la liberté individuelle qui permet à chaque individu de se ménager une sorte de domaine réservé sur lequel la vie professionnelle ne saurait avoir aucune emprise 56». Ainsi adapté au droit du travail, cet impératif de protection de la vie privée a pour conséquence de poser en principe l absence de relation entre la vie de couple du salarié et sa vie professionnelle. A noter que, pendant longtemps, pour désigner «la part inaltérable de liberté que conserve un salarié malgré le lien de subordination qui l unit à son employeur 57», la jurisprudence utilisait le terme de «vie privée». Ainsi, dans le célèbre arrêt Rossard du 22 janvier 1992, la Cour de cassation pouvait proclamer que «dans sa vie privée, le salarié est libre d acheter les biens, produits ou marchandises de son choix 58». Cette expression était cependant discutable, et à ce titre discutée. Quant à l expression utilisée par le Professeur 55 SAVATIER (J), Vie de couple et rapports de travail, Ecrits en hommage à Gérard Cornu, PUF, 1994, p DESPAX (M), La vie extra professionnelle du salarié et son incidence sur le contrat de travail, JCP I 1176, 1963, p WAQUET (P), En marge de la loi Aubry :travail effectif et vie personnelle du salarié, Dr. soc. 1998, n 12, p Cass. soc. 22 janvier 1992, Mme Rossard c/ Société Robuchon et fils, Dr. soc. 1992, p

16 Despax, c est à dire «la vie extra professionnelle 59», tout en ayant le mérite de désigner l ensemble des actes accomplis par le salarié en dehors de l entreprise et du temps de travail, ne visait pas les actes exécutés par le salarié aux lieux et temps de travail, mais ne correspondant pas à une instruction de l employeur. Aussi, la Cour de cassation a-t-elle substitué à ces expressions, la notion de «vie personnelle», même si certains précisent que la distinction entre «vie privée» et «vie professionnelle» avait au moins le mérite «de ne pas nier que le travail est une des formes de la vie des personnes, et que le droit du travail relève autant du droit des personnes que du droit des obligations 60». Quoiqu il en soit, cette notion de «vie personnelle», plus large, inclut «l ensemble du comportement du salarié, qu il relève de l intimité de la vie privée ou du comportement public, qui échappe à l autorité de l employeur, pendant ou en dehors de la durée du travail 61». La vie personnelle du salarié, y compris sa vie de couple, doit donc en principe demeurer étrangère à la vie professionnelle de ses membres 62. Toutefois, on ne peut légitimement ignorer les «inévitables empiètements de l une sur l autre 63». Nul ne peut nier les interférences qui existent ainsi nécessairement entre le couple et le travail. En effet, «si l activité humaine peut-être découpée en tranches de temps, consacrées respectivement à la vie familiale et à la vie du travail, la personne humaine est une 64». Dès lors, on ne peut considérer qu il existe une cloison étanche entre la vie de couple et les relations de travail de ses membres : il existe de nombreuses interférences entre ces deux «sphères 65», que le droit du travail sera amené à réguler. Le Professeur Despax résume en ce sens parfaitement ces phénomènes : «il semble que les relations de travail sont plus perméables qu il ne le paraît au premier abord à des considérations qui tiennent à la vie privée du salarié ou à l exercice par celui-ci des libertés publiques. Il en résulte une plus grande fragilité des rapports de travail 66». 59 DESPAX (M), loc.cit. 60 SUPIOT (A), Les nouveaux visages de la subordination, Dr. soc. 2000, p WAQUET (P), Vie personnelle et vie professionnelle du salarié, loc.cit. 62 GULPHE (P), loc.cit. 63 ESCANDE-VARNIOL (MC), note sous CASS soc. 16 décembre 1997, Delamaere c/ Office notarial de Mes Ryssen et Blondel, JCP G, 1998, II 10101,p SAVATIER (J), Vie de couple et rapports de travail, loc.cit. 65 ibid. 66 DESPAX (M), op.cit., p

17 Ainsi, le droit du travail sera en certaines circonstances appelé à prendre en compte cet élément de la vie personnelle du salarié. Il doit se préoccuper dans une certaine mesure de la vie de couple des salariés. Mais, de par l usage qu il fait de la notion de couple, le droit du travail apporte-t-il une contribution à la définition du couple que le droit civil élabore avec difficulté? De l étude des textes et de la jurisprudence, il nous importera de mettre en évidence cette conception " travailliste " du couple, de mettre en exergue les situations d interférence entre le couple et le travail. Dans nombre de situations, la vie de couple et les rapports de travail de l un ou l autre de ses membres, vont être enchevêtrés. Le droit du travail sera donc amené à opérer une conciliation entre les deux. Il en résultera nécessairement une approche spécifique au droit du travail de la notion de couple. Le couple est par définition composé de deux personnes, exerçant parfois chacune une activité professionnelle autonome, mais unies par un lien affectif qui ne peut-être totalement occulté par leurs employeurs respectifs. Il revient dès lors au droit de concilier l exigence d autonomie des membres du couple dans l exercice de leur profession, eu égard au principe de respect de la vie privée et au caractère «intuitus personae» du contrat de travail, avec ce lien d affection qui caractérise le couple. Ainsi, selon les situations, il appartiendra, tant aux juridictions du travail qu au législateur, de promouvoir cette autonomie ou au contraire tenir compte de cette interdépendance. Or, il semble résulter de l étude du droit du travail que celui-ci privilégie l autonomie des membres du couple (Titre II), au détriment de leur interdépendance (Titre I). 17

18 TITRE PREMIER : La prise en considération limitée d une dépendance entre les membres du couple : 18

19 Même s il est «traditionnellement affirmé qu il doit exister une cloison étanche entre la vie professionnelle et la vie extra professionnelle du salarié» 67, nul ne peut nier les interférences qui existent entre le couple et le travail. La vie professionnelle de chacun est en effet ponctuée de rencontres et de contraintes, qui rejaillissent nécessairement sur la vie de couple. Ainsi, «le couple ( ) ne peut vivre dans une bulle d où seraient évacuées les activités professionnelles de chacun de ses membres 68». A contrario, le droit du travail ne peut légitimement ignorer cet aspect essentiel dans la vie de la majorité des salariés, qu est la vie de couple. Il importe de relever, dans un premier temps, que certaines dispositions ou jurisprudences, en faisant découler de la vie de couple nombre de conséquences sur la relation de travail de l un ou de l autre, tendent à mettre en avant l existence d un lien de dépendance entre ses membres. Cependant, cette prise en compte d une dépendance du couple s avère limitée. En effet, l existence d un lien d interdépendance dans le couple ne sera révélée en droit du travail que dans les stricts cas où elle apparaît nécessaire au regard de certains impératifs, ou lorsque les parties l auront décidé en ce sens. Le droit du travail met ainsi parfois en évidence une dépendance entre les membres du couple, que celle-ci soit nécessaire ( Chapitre I ), ou voulue ( Chapitre II ). 67 DESPAX (M), loc.cit. 68 SAVATIER (J), Vie de couple et rapports de travail, op.cit., p

20 CHAPITRE I : Une dépendance nécessaire des membres du couple Des éléments tenant à la vie personnelle du salarié et plus particulièrement à sa vie de couple sont exceptionnellement pris en compte, tant par le juge, que par le législateur 69. Il en résulte nécessairement une dépendance entre les membres du couple puisque l exécution et le maintien de la relation de travail d un salarié seront influencés par la qualité de conjoint ou concubin de celui-ci. Celle-ci ne semble toutefois pouvoir être déduite, en droit du travail, que d hypothèses où se voit révélée la nécessité de respecter certaines exigences. Ainsi, au nom du droit de chaque travailleur à une «vie familiale normale», le couple pourra apparaître dans la relation professionnelle d un quelconque de ses membres comme un facteur permettant l octroi d avantages, de compensations ou de faveurs. Au contraire, dans d autres situations, l existence d une vie de couple et d une relation amoureuse entre ses membres pourra se révéler être un obstacle à la relation professionnelle de l un d eux, eu égard au trouble causé à l intérêt de l entreprise ou à la possibilité de trouble causé à celle ci. Aussi, au vu de l existence du conjoint, concubin ou partenaire, un travailleur se verra accorder tel ou tel avantage ou, à l opposé, supportera telle ou telle contrainte. La prise en considération d une dépendance entre les membres du couple est donc en ce sens limitée, qu elle n a pour objectif que de répondre à deux impératifs : la conciliation de la vie de couple et de la vie professionnelle et le respect du «droit de chacun à une vie familiale normale» ( Section I ) ou le respect de l intérêt de l entreprise (Section II ). 69 LEVENEUR (J), Vie privée et familiale et vie professionnelle, in La personne en droit du travail, p

21 Section I ) Une dépendance nécessaire dans l intérêt du couple : Comme le souligne le Professeur Savatier «le législateur impose parfois à l employeur de tenir compte de l existence du couple pour permettre à celui ci une vie familiale normale 70». Cette prise en considération du couple par l employeur relève alors du bon sens. L objectif est de permettre au salarié de mener à bien sa carrière professionnelle tout en lui offrant les moyens de profiter de son entourage. Certains avantages ou «discriminations positives 71» seront alors accordés au salarié au regard de sa situation familiale et plus précisément de sa vie de couple. La question qui se pose étant de déterminer l usage fait par le droit du travail de la notion de couple, il convient de souligner que, sans user expressément du vocable couple, cette dépendance nécessaire des membres du couple est tantôt expressément stipulée par le législateur ( 1 ), tantôt sous-jacente ( 2 ). 1 Manifestations légales expresses de l interdépendance : Nombreuses sont les dispositions imposant à l employeur de prendre en considération la vie de couple des salariés travaillant à son service, afin de réaliser la conciliation la plus favorable entre leur vie de couple et leur vie professionnelle. En matière de réglementation des horaires de travail et de congés, le législateur pose ainsi un certain nombre de règles, incluant comme critère de décision à charge de l employeur, l existence d un conjoint ou concubin. A ce titre, des auteurs expriment en effet le souhait «que la vie sociale soit rythmée par des moments où pourront se retrouver dans un loisir commun, tous ceux que leur travail aura séparé dans la vie courante 72». Ceci explique sans doute la référence directe au couple faite par le législateur, en matière de congés notamment. Ainsi, l article L du code du travail, relatif aux congés payés, dispose que «les conjoints travaillant dans une même entreprise ont droit à un congé simultané». A 70 SAVATIER (J), Vie de couple et rapports de travail, op.cit., p LEVENEUR (J), loc. cit. 72 SAVATIER (J), L assouplissement des règles sur le repos dominical, Dr. soc. 1994, p

22 noter toutefois que l employeur peut imposer des horaires de travail différents aux conjoints travaillant dans la même entreprise «sous réserve qu il pourrait se voir reprocher un abus du droit s il refusait de tenir compte de leurs aspirations, alors qu une coordination de leurs horaires ne nuirait pas à l entreprise 73». L exigence de prise en compte du couple par l employeur ne semble donc expressément sanctionnable qu en matière de congés payés. Au contraire, si les deux époux ne travaillent pas dans la même entreprise, l article L du code du travail prévoit en son alinéa 3 à la charge de chaque employeur, de tenir compte pour l ordre des départs en congés «de la situation de famille des bénéficiaires, notamment des possibilités du conjoint dans le secteur privé ou public». A l origine, ce texte ne concernait que les conjoints et donc, le couple ne s entendait que du couple marié. Dorénavant, la loi du 15 novembre prévoit l obligation pour l employeur de tenir compte d un pacte civil de solidarité. Ainsi, l emploi dans une même entreprise de deux personnes «pacsées», accorde à celles-ci le droit de bénéficier de l article L du code du travail. Néanmoins, il semble que les contraintes pesant sur l employeur ne soient pas excessives. En effet, mis à part l hypothèse où le couple travaille au service d un employeur identique et a «droit» à un congé simultané, l alinéa 3 de l article L du code du travail n impose en aucune manière à l employeur de calquer les vacances de son salarié sur celles de son conjoint. En ce sens, la Cour de cassation est venue rappeler que «les dispositions de la convention collective alléguée par une salariée n imposent pas à l employeur de calquer la date des congés sur ceux du conjoint si l activité de l entreprise ne peut s en accommoder 75». On imagine en effet aisément la difficulté d ordre matériel si chaque employeur devait tenir compte des dates de congés des conjoints, concubins ou partenaires de chacun de ses salariés. Cette solution conduit d ailleurs le Professeur Savatier à considérer que ce texte demeure «exceptionnel 76». Toutefois, il n en constitue pas moins une référence directe au couple par le législateur, une manifestation de l intérêt porté par le droit du travail à la vie familiale du salarié. 73 SAVATIER (J), Vie de couple et rapports de travail, loc.cit. 74 loi n du 15 novembre 1999, art. 18, JO du 16 novembre Cass. soc. 19 juin 1997, Meusnier c/ SARL La feuille Rose, RJS 8-9/97, n 987, p

23 En outre, certains évènements, liés à la vie de couple du salarié, permettent l octroi de plein droit de jours de congés en cas de demande de celui ci. Issu d une loi du 19 janvier 1978, l article L du code du travail prévoit la possibilité pour un salarié de bénéficier de congés pour évènements familiaux, en l occurrence, d une autorisation exceptionnelle d absence de quatre jours pour le mariage du salarié ou de deux jours pour le décès du conjoint (ces jours d absence n entraînent pas de baisse de rémunération et sont assimilés à des jours de travail effectif pour la détermination de la durée du congé annuel). Ces dispositions sont également applicables aux partenaires liés par un pacte civil de solidarité 77, et illustrent encore une fois la nécessité de tenir compte, dans la détermination des droits du salarié à l égard de son employeur, des évènements de sa vie de couple. La mise en valeur d une dépendance entre les membres du couple est rendue nécessaire dans une optique de conciliation de sa vie privée et sa vie professionnelle. D autres textes font expressément référence au conjoint d un travailleur pour lui accorder certaines faveurs. Comme l indique Jean Leveneur : «les vacances sont une chose, mais il y a aussi le reste de l année, et il est inutile de dire combien la vie matrimoniale des deux époux se trouve amputée lorsque les nécessités de la vie professionnelle de chacun les conduisent à travailler, et parfois à résider, dans des endroits très éloignés l un de l autre 78». Ainsi, en matière de fonction publique, la loi du 30 décembre prévoit «le rapprochement des fonctionnaires qui étrangers au département sont unis par le mariage, soit à des fonctionnaires du département, soit à des personnes qui y ont fixé leur résidence». De cette façon, cette loi, dite «Roustan», impose de réserver 25 % des postes vacants dans le département aux fonctionnaires souhaitant se rapprocher de leurs conjoints. Complétant ce dispositif, une loi de en matière de fonction publique d Etat, prévoit que «dans toute la mesure compatible avec le bon fonctionnement du service, les affectations prononcées doivent tenir compte des demandes formulées par les intéressés et de leur situation de famille ( ) Priorité est donnée aux fonctionnaires séparés de leur 76 SAVATIER (J), Vie de couple et rapports de travail, loc.cit. 77 loi du 15 novembre 1999, précitée supra note n 2 78 LEVENEUR (J), op.cit., p loi du 30 décembre 1921, article 1 er 80 loi du 11 janvier 1984, articles 60 et 62 23

24 conjoint pour des raisons professionnelles». La même loi indique également «si les possibilités de mutation sont insuffisantes dans leur corps, les fonctionnaires séparés de leur conjoint pour des raisons professionnelles peuvent dans toute la mesure compatible avec les nécessités de fonctionnement du service compte tenu de leur situation particulière, bénéficier en priorité du détachement». Ces règles, identiques en matière de fonction publique hospitalière 81 et territoriale 82, sont en outre étendues aux personnes liées par un PACS 83. A noter cependant, qu elles ne constituent pas un droit pour les fonctionnaires concernés mais une simple priorité. Toutefois, là encore, la vie de couple est intégrée au dispositif mis en place afin de permettre aux fonctionnaires de mener «une vie familiale normale». De la même façon, l article L du code du travail prévoit comme critère pour fixer l ordre des licenciements pour motif économique «les charges de famille et celles de parents isolés». La vie de couple sera donc nécessairement un indice à prendre en considération par l employeur pour définir l ordre des licenciements. Cette disposition s inscrit sans conteste dans un esprit de faveur aux salariés vivant en couple, tout comme l article L du code du travail prévoyant que «le comité d entreprise assure ou contrôle la gestion de toutes les activités sociales ou culturelles établies dans l entreprise au bénéfice des salariés ou de leur famille». L employeur est ainsi tenu dans certaines hypothèses de prendre en considération la vie de couple des salariés et leur accorder certaines facilités ou priorités afin de respecter leur «droit à une vie familiale normale». 2 - Manifestations indirectes de l interdépendance : D autres dispositions mettent en valeur de manière sous-jacente l incidence que peut jouer la vie de couple sur la vie professionnelle de chacun de ses membres, pour souligner l interdépendance des membres du couple. 81 loi du 09 janvier 1986, article loi du 26 janvier 1984, article loi du 15 novembre 1999, précitée supra note n 2 24

25 Certaines réglementations, sans pour autant faire référence directement au couple, reflètent cependant la volonté de respecter la vie de couple du salarié. Ainsi, et comme l indique le Professeur Savatier «le souci de permettre aux salariés de mener une vie familiale inspire également les règles sur les horaires de travail. S il faut lutter contre le travail de nuit ou maintenir le principe du repos dominical, c est notamment pour permettre aux travailleurs de se retrouver en couples en dehors des heures où le travail hors du foyer les sépare 84». A n en pas douter en effet, le principe du repos dominical posé en l article L du code du travail tend à permettre aux salariés de passer du temps avec leur famille et donc leur conjoint ou concubin : «il ne s agit pas seulement de disposer d un temps à soi, que l on ne donne pas au patron, mais de partager le temps avec les autres, de célébrer ensemble une fête qui rompt avec le quotidien 85». Il est à souligner que cette règle donne actuellement lieu à un débat 86 opposant les tenants d une suppression de ce principe (milieux d affaire) et les tenants du maintien du repos dominical lequel est considéré comme la base d une vie sociale «équilibrée particulièrement autour de la cellule familiale 87». De la même façon, la rigoureuse réglementation entourant encore actuellement le travail de nuit des femmes en France 88 illustre indirectement cette prise en compte par le législateur français du couple en droit du travail. En outre, l ensemble du dispositif relatif aux heures supplémentaires 89 et le strict encadrement mis en place «dessinent une sphère minimale de vie privée 90» tendant encore une fois à protéger la vie de couple du salarié. En effet, ces réglementations visent à éviter des horaires trop lourds ou trop contraignants de nature à nuire à l équilibre de la vie de famille et donc, du couple. 84 SAVATIER (J), Vie de couple et rapports de travail, op.cit., p SAVATIER (J), L assouplissement des règles sur le repos dominical, loc.cit 86 LYON-CAEN (J), PELISSIER (J), SUPIOT (A), Droit du travail, Précis Dalloz, Droit privé, 18 ème édition, Paris, 1996, p COUTURIER (G), Droit du travail : les relations individuelles de travail, PUF, 1994, p C. trav. art. L C. trav. art. L et suivants 90 LEVENEUR (J), loc.cit. 25

26 Dans la même optique, la jurisprudence sera parfois amenée à se référer à la vie de couple du salarié pour régler différents litiges auxquels elle se trouve confrontée. La référence à la situation de couple, en des espèces où la loi ne l impose pas, permettra ainsi parfois au juge d accorder tel ou tel avantage au salarié. Ainsi, par exemple, pour déterminer les critères de validité des clauses de nonconcurrence en droit du travail, certains auteurs soulèvent l opportunité pour les juges de tenir compte de la vie familiale du salarié et donc de sa vie de couple : «en effet, la possibilité de retrouver un emploi pour un salarié célibataire, n est pas la même que celle d un salarié marié avec trois enfants scolarisés et dont le conjoint est fonctionnaire. Pour ce dernier, le périmètre de la recherche est plus restreint, le changement de domicile plus problématique 91». D ailleurs, des arrêts ont dans ce sens annulé une clause de nonconcurrence au motif qu elle «aurait obligé la salariée à s expatrier très loin pour retrouver du travail 92» ou ont validé une telle clause car celle ci ne privait pas le salarié de la «possibilité de trouver un emploi dans les agglomérations proches et importantes sans avoir à déménager 93». A n en pas douter, la vie familiale semble avoir été un critère pour les juges du fond qui viennent restreindre par là même les pouvoirs de l employeur et l impact de telles clauses. De même, une jurisprudence récente de la Cour de cassation en matière de clause de mobilité admet que l on retienne les éléments de la vie personnelle (en l espèce la situation du conjoint) pour mettre en évidence l absence de faute dans le refus opposé par le salarié à la directive de l employeur 94. La Cour de cassation condamne ainsi l employeur, pour usage abusif d une clause de mobilité, pour avoir imposé au salarié, qui se trouvait dans une situation familiale critique ( référence à son épouse enceinte de sept mois), un déplacement immédiat dans un poste qui pouvait être pourvu par d autres salariés. Cet arrêt est novateur 95. En effet, la référence à la situation de famille pour le respect d une procédure de mutation pouvait être prévue dans des conventions collectives. Mais, pour la première fois, en l absence de toute convention collective le prévoyant expressément, la Haute juridiction vise la vie de couple du salarié : «situation qualifiée de 91 GAVALADA (N), Les critères de validité des clauses de non concurrence en droit du travail, Dr. soc. 1999,p CA Toulouse 24 avril 1998, Jurisdata CA Rennes 31 mars 1998, Jurisdata Cass. soc. 18 mai 1999, Société Legrand c/ M. Rochin, Dr. soc.1999, p 734, note Gauriau 26

27 critique, tant la soudaineté de la décision eut un impact psychologique auprès de la future mère et laissa présager quelques difficultés relatives à la période de l accouchement. Du moins aurait-il fallu donner un peu de temps au couple pour qu il soit en mesure de réorganiser sa vie de famille 96». Ainsi les juges, en l absence de tout texte, prennent parfois l initiative de se référer à la vie couple du salarié. Ils créent ainsi un lien de dépendance entre les membres de couple en ce qu ils viennent limiter, de par l existence du conjoint, concubin ou partenaire, les possibilités d imposer au salarié une restriction à son contrat de travail. La vie de couple est donc un élément essentiel de la vie du salarié non occulté par les juges. Un autre exemple significatif de cette dépendance entre les membres du couple en droit du travail peut être trouvé dans l application de l article L du code du travail relatif aux garanties de ressources des travailleurs privés d emploi. En l occurrence, l allocation de remplacement ne peut être versée qu aux travailleurs involontairement privés d emploi. La démission d un salarié ne pourra donc lui permettre de se voir octroyer un tel revenu. Néanmoins, il est des hypothèses où la démission sera assimilable à une perte involontaire d emploi en ce qu elle a été causée par un motif reconnu légitime par la Commission paritaire de l Assedic 97. A cet égard, la jurisprudence a été amenée à considérer qu «est un motif légitime de démission le fait pour une employée de collectivité locale de quitter son emploi pour suivre la personne avec qui elle vit depuis plusieurs années en concubinage notoire et qui fait l objet d une mutation professionnelle dans une ville éloignée 98» Dans toutes ces hypothèses, le juge et le législateur font référence, directement ou non, au couple formé par le salarié et son conjoint ou concubin, pour lui accorder certains avantages au nom du droit à une vie familiale normale. Les membres du couple sont donc en ce sens dépendants l un de l autre, mais à leur profit. Il est toutefois des circonstances où la vie de couple et l existence d un lien affectif entre deux salariés, de la même 95 GAURIAU (B), note sous Cass. soc. 18 mai 1999, précité supra note n ibid. 97 Cass. soc. 20 mars 1990, RJS 1990, p

28 entreprise ou non, doivent être nécessairement prises en compte à leur détriment au vu d un intérêt supérieur : celui de l entreprise. Section II ) Une dépendance nécessaire dans l intérêt de l entreprise: Comme l indique Marie-Cécile Escande-Varniol : «le statut de salarié ne peut faire perdre à un individu son identité propre ; législateur, jurisprudence et doctrine se sont souvent montrés attentifs à protéger la vie privée ou extra professionnelle du salarié afin de résoudre le difficile problème de la rencontre de deux sphères qui se repoussent et qui s attirent en se recouvrant partiellement : la conciliation des intérêts de l entreprise et de l exercice des libertés fondamentales des salariés 99». Il appartient donc à l employeur, contrôlé par le juge, d opérer une conciliation entre la vie de couple du salarié et la nécessité de protéger les intérêts de son entreprise. Or, il est des cas où l existence d une relation amoureuse apparaît comme un frein à la bonne exécution de la relation de travail d un salarié. Il est ainsi des circonstances où existe une incompatibilité entre la vie de couple et le travail de l un ou l autre des membres, au regard de la spécificité de certaines fonctions ( 1 ) ou du trouble au bon fonctionnement de l entreprise qu entraîne une telle relation ( 2 ). 1 Incompatibilité du couple avec l exercice de certaines fonctions : Certaines dispositions législatives prennent en compte la vie de couple d un salarié pour refuser à son conjoint ou compagnon d exercer des fonctions spécifiques au sein de l entreprise. Ces fonctions sont présumées incompatibles avec la qualité de conjoint de l employeur. Ainsi, concernant l élection des délégués du personnel, l article L du code du travail indique que les membres de la famille du chef d entreprise y compris son conjoint 98 CE 25 septembre 1996, Quot. Jur. 09 janvier ESCANDE-VARNIOL (MC), Les éléments constitutifs d une cause réelle et sérieuse de licenciement pour motif extraprofessionnel, RJS 7/93, p

29 ne sont pas éligibles à cette fonction et ne peuvent ainsi valablement représenter le personnel. Cette règle est identique en matière d élection des membres du Comité d entreprise (article L du code du travail). Donc, le conjoint du chef d entreprise ne peut-être ni délégué du personnel, ni membre du Comité d entreprise. Cette règle n a pas toujours existé et ainsi, avant 1973, rien n empêchait le conjoint d occuper l une ou l autre de ces fonctions. Cependant, et comme le soulignait le Professeur Rouast en 1962 : «il est vraisemblable que le fait qu ils ont des relations familiales sera toujours un obstacle à ce qu ils soient choisis par les autres employés pour les représenter dans ces diverses fonctions 100». La qualité de conjoint du chef d entreprise est donc aujourd hui un obstacle à son éligibilité, le législateur faisant ici prévaloir le lien de dépendance unissant les membres du couple. De la même façon, en matière de mandatement syndical prévu par la loi Aubry II 101, l alinéa 3 de l article 19 VI énonce que «ne peuvent être mandatés les salariés qui en raison des pouvoirs qu ils détiennent, peuvent être assimilés au chef d entreprise, ainsi que les salariés apparentés au chef d entreprise mentionnés au 1 er alinéa des articles L et L du code du travail». Rappelons simplement ici que le mandatement est une délégation de pouvoirs d une organisation syndicale à un salarié de l entreprise en vue de la négociation et de la conclusion d un accord d entreprise. Il permet en quelque sorte d accréditer ponctuellement un salarié pour une négociation d entreprise. En ces hypothèses, le législateur prend acte de l absence de compatibilité de la qualité de représentant du personnel ou de mandaté syndical, avec celle de conjoint du chef d entreprise. En effet, le risque est trop grand de voir le conjoint de l employeur subir des pressions importantes de la part de celui-ci et ne pas pouvoir remplir les fonctions qui lui sont assignées avec suffisamment de crédibilité. L existence d un lien affectif entre les membres du couple implique trop de risques. Il est à noter cependant que le législateur ne vise pas les concubins en la matière : pourtant, les risques sont identiques. 100 ROUAST (A), Le droit du travail familial, Dr. soc., p loi n du 13 juin 1998, article 19 VI, JO du 14 juin

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Réglementation du service public Prestation de sécurité sociale Orientation sexuelle La haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité a été saisie

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DLPAJ / ECT/ 4 B/ SEJOUR N NOR : Paris, le LE MINISTRE DE L INTERIEUR A MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail?

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? L arrêt maladie est un arrêt de travail prescrit par un médecin en raison de la maladie ou de l accident du salarié,

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier 2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier Selon la loi, le comité d entreprise est présidé de droit par le chef d entreprise ou son représentant. Lors

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

LABOUR NEWS - TRAVAIL

LABOUR NEWS - TRAVAIL LABOUR NEWS - TRAVAIL Qu est-ce qu un faux indépendant : quelle est la limite entre le statut de salarié et le statut d indépendant? Une personne physique peut très bien se trouver, d un point de vue administratif,

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5633 Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 4 de l arrêté royal du 18 novembre 1996 «instaurant une assurance sociale en

Plus en détail

Les congés payés. Synthèse

Les congés payés. Synthèse Les congés payés Synthèse Tout salarié a droit chaque année à un congé payé à la charge de l employeur. Chaque mois de travail ouvre droit à un congé de 2,5 jours ouvrables. C est l employeur qui organise,

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative au caractère discriminatoire des mentions faisant référence aux absences pour raisons de santé sur les bulletins

Plus en détail

Le conjoint de l entrepreneur : quel statut choisir?

Le conjoint de l entrepreneur : quel statut choisir? Le conjoint de l entrepreneur : quel statut choisir? CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR Passer commande, recevoir des clients, émettre des factures, vendre des produits Le conjoint, qu il soit marié, partenaire

Plus en détail

Le mémo du délégué du personnel.

Le mémo du délégué du personnel. Le mémo du délégué du personnel. le sommaire. 1. Champ d application 2. Ses attributions et ses rôles 3. Ses moyens d action 4. Protection Légale Préambule Afin de permettre la représentation des salariés

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/04/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 21 janvier 2015 N de pourvoi: 13-25759 ECLI:FR:CCASS:2015:SO00093 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Goasguen (conseiller

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à des observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Droits des usagers des services

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique QUESTIONS-REPONSES : LES CONGES PAYES LES DROITS AU CONGES PAYES Qui a droit aux congés payés? Tout salarié, quelque soit son statut, a droit à des congés payés, dès lors qu il a travaillé

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT PRÉAMBULE Conscientes de la nécessité technique, économique ou sociale de faire travailler certains salariés, hommes ou femmes, la nuit, pour pourvoir

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010 Époux M. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Justice

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Justice République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Justice Par : Monsieur Le Président de la Cour de Skikda HAMDANE Abdelkader 5 e Colloque International sur la Coopérative des juridictions

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B.

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B. Commentaire Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013 Mme Henriette B. (Répartition de la pension de réversion entre ayants cause de lits différents) Le Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUILLET 2005 SUR LE TELETRAVAIL

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUILLET 2005 SUR LE TELETRAVAIL ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUILLET 2005 SUR LE TELETRAVAIL Préambule Les partenaires sociaux européens, UNICE, UEAPME et CEEP d une part, et CES (et le comité de liaison EUROCADRES/CEC) d

Plus en détail

CINQUIÈME SECTION. Requête n o 6190/11 présentée par Francine BONNAUD et Patricia LECOQ contre la France introduite le 8 janvier 2011

CINQUIÈME SECTION. Requête n o 6190/11 présentée par Francine BONNAUD et Patricia LECOQ contre la France introduite le 8 janvier 2011 CINQUIÈME SECTION Requête n o 6190/11 présentée par Francine BONNAUD et Patricia LECOQ contre la France introduite le 8 janvier 2011 EXPOSÉ DES FAITS EN FAIT Les requérantes, M mes Francine Bonnaud et

Plus en détail

Conventions d entreprise Page :

Conventions d entreprise Page : 1 TITRE 14 : ACHATS DE BILLETS CHAPITRE 1 : PRINCIPE GÉNÉRAL En application notamment des résolutions IATA 788 et ATAF 120, les compagnies aériennes peuvent vendre à leur personnel des billets à tarifs

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013. Mme Micheline L.

Commentaire. Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013. Mme Micheline L. Commentaire Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013 Mme Micheline L. (Droits du conjoint survivant pour l attribution de la pension militaire d invalidité) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 8 avril

Plus en détail

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs.

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs. Convention collective de travail n 81 relative à la protection de la vie privée des travailleurs à l égard du contrôle des données de communication électroniques en réseau Commentaires Synthèse Le 26 avril

Plus en détail

La protection contre les discriminations

La protection contre les discriminations Accueil > Informations pratiques > Fiches pratiques > Egalité professionnelle / Discrimination Dernière mise à jour le 22 avril 2010 La protection contre les discriminations Synthèse Toute décision de

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-219

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-219 Paris, le 22 septembre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-219 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail. Confédération Française de l'encadrement-cgc. I. Qu est-ce que l inaptitude?

Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail. Confédération Française de l'encadrement-cgc. I. Qu est-ce que l inaptitude? Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail Fiches pratiques www.cfecgc.org Confédération Française de l'encadrement-cgc L inaptitude Vous êtes salarié et êtes confronté à cette situation

Plus en détail

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE 28 AVRIL 2003 S.01.0184.F/1 COUR DE CASSATION DE BELGIQUE Arrêt N S.01.0184.F CORA, société anonyme se trouvant aux droits et obligations de la société anonyme Frabelmar-Distrimas, dont le siège social

Plus en détail

Numéro du rôle : 5736. Arrêt n 137/2014 du 25 septembre 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5736. Arrêt n 137/2014 du 25 septembre 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5736 Arrêt n 137/2014 du 25 septembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 43 de la loi du 11 juin 1874 sur les assurances (avant son abrogation par

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE 25/02/2015 Cette forme d entraide, courante dans les petites entreprises (de type familiale) ou au cours des phases de lancement d une affaire, soulève un certain nombre

Plus en détail

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/02/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 17 décembre 2014 N de pourvoi: 13-23645 ECLI:FR:CCASS:2014:SO02387 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Lambremon (conseiller

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

Période d essai. Période d essai. Définition

Période d essai. Période d essai. Définition La société Gedimat Farel est condamnée aux dépens, c est-à-dire au paiement des frais liés à l instance (frais d huissier ; indemnités de témoins éventuellement avancées ; rémunérations des experts désignés,

Plus en détail

salariés âgés ou présentant des caractéristiques sociales ou de qualification rendant leur réinsertion professionnelle particulièrement difficile 2.

salariés âgés ou présentant des caractéristiques sociales ou de qualification rendant leur réinsertion professionnelle particulièrement difficile 2. Commentaire Décision n 2012-232 QPC du 13 avril 2012 M. Raymond S. (Ancienneté dans l entreprise et conséquences de la nullité du plan de sauvegarde de l emploi) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil

Plus en détail

Le contrat de travail à temps partiel

Le contrat de travail à temps partiel Le contrat de travail à temps partiel 1) Travail à temps partiel : de quoi s agit-il? Est considéré comme salarié à temps partiel le salarié dont la durée du travail est inférieure : - à la durée légale

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2013-129 DU 27 NOVEMBRE 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DECLARATIONS DE TRAITEMENTS AUTOMATISES D INFORMATIONS NOMINATIVES CONCERNANT

Plus en détail

L INAPTITUDE MEDICALE EN PRATIQUE

L INAPTITUDE MEDICALE EN PRATIQUE L INAPTITUDE MEDICALE EN PRATIQUE Principe Cadre légal et Aspects jurisprudentiels Docteur Christophe ROSE Février 2005 SOMMAIRE NOTIONS D APTITUDE ET D INAPTITUDE INAPTITUDE TEMPORAIRE A QUELLE OCCASION

Plus en détail

FICHE PRATIQUE Les pauses au travail

FICHE PRATIQUE Les pauses au travail FICHE PRATIQUE Les pauses au travail La santé des salariés est protégée par une règlementation stricte sur les durées maximales du temps de travail journalier, hebdomadaire, les droits à pause et repos.

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER QUE DOIS-JE FAIRE? Que dois-je faire? Que dois-je savoir avant de prendre ma décision? Quelles sont les démarches légales et de régularisation?

Plus en détail

Le travail de nuit est régi par les articles L3122-29 et suivants du Code du travail. Il s accompagne de contreparties et de garanties des salariés.

Le travail de nuit est régi par les articles L3122-29 et suivants du Code du travail. Il s accompagne de contreparties et de garanties des salariés. TRAVAIL DE NUIT 07/05/2015 Le travail de nuit est régi par les articles L3122-29 et suivants du Code du travail. Il s accompagne de contreparties et de garanties des salariés. Le travail de nuit est autorisé

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD 2013-260

Décision du Défenseur des droits n MLD 2013-260 Décision du Défenseur des droits n MLD 2013-260 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus d embauche discriminatoire présentations observations devant la Cour d Appel Domaine de compétence

Plus en détail

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Actualité juridique publié le 03/04/2014, vu 558 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à deux jurisprudences

Plus en détail

MALADIE CONTROLE des ARRETS de TRAVAIL L EMPLOYEUR et la CPAM peuvent contrôler la véracité de l état de santé du salarié absent pour maladie par une visite médicale ou une contre-visite CONTRE VISITE

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Conciliateurs de Justice depuis un certain nombre d années, nous avons traité et acquis une expérience certaine concernant l ensemble des conflits du quotidien qui préoccupent nos concitoyens

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LE STATUT DU BEAU-PARENT n LC 196 Avril 2009 - 3 - LE STATUT DU BEAU-PARENT Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE... 5 DISPOSITIONS NATIONALES Allemagne...

Plus en détail

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE EUROPEAN COMMITTEE OF SOCIAL RIGHTS COMITÉ EUROPÉEN DES DROITS SOCIAUX 9 octobre 2012 Pièce n 2 Union syndicale des magistrats administratifs (USMA) c. France Réclamation n 84/2012 MEMOIRE DU GOUVERNEMENT

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 17 octobre 2012 N de pourvoi: 11-18029 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président),

Plus en détail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail DROIT SOCIAL CHSCT : RECENTES EVOLUTIONS LEGALES ET JURISPRUDENTIELLES Véronique VINCENT Septembre 2013 Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT), partenaire social au domaine

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 30 mai 2012 N de pourvoi: 11-12274 Non publié au bulletin Rejet M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président SCP

Plus en détail

Le foyer fiscal (cours)

Le foyer fiscal (cours) Le foyer fiscal (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I La composition du foyer fiscal... 4 Le contribuable... 4 Les personnes à charge... 5 1 - En ce qui concerne les personnes

Plus en détail

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1 Le délégué syndical Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement d au moins 50 salariés peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué syndical

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération faisant suite à un refus d envoi en mission temporaire en raison de l origine ethnique de la réclamante Emploi privé / Origine ethnique / Discrimination

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE

REPUBLIQUE FRANCAISE Grosses délivrées aux parties le : REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS COUR D APPEL DE PARIS 03 NOVEMBRE 2011 (n, 5 s) Numéro d inscription au répertoire général : 10/22228 Décision déférée

Plus en détail

LA VIE A DEUX L ACHAT A DEUX

LA VIE A DEUX L ACHAT A DEUX Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA VIE A DEUX L ACHAT A DEUX La vie commune est de l essence de tout couple. Si le logement commun peut évidemment être loué, il est le plus souvent acheté par

Plus en détail

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 L article 11 du Code de procédure civile énonce que la procédure au cours de l'enquête et de l'instruction est secrète. La divulgation des informations contenues

Plus en détail

CONSIGNES GENERALES : 2. C est très important : j apporte mon soutien à une action de salut public!

CONSIGNES GENERALES : 2. C est très important : j apporte mon soutien à une action de salut public! CONSIGNES GENERALES : 1. c est gratuit (par lettre simple : coût d un timbre postal), sans avocat, et cela ne me causera aucun risque; 2. C est très important : j apporte mon soutien à une action de salut

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage)

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Commentaire Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012 M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 13 avril 2012 par la première chambre civile

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/12/273 DÉLIBÉRATION N 09/054 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009, MODIFIÉE LE 3 NOVEMBRE 2009, LE 7 SEPTEMBRE 2010 ET LE 4 SEPTEMBRE

Plus en détail

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée 4 Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée PRESENTATION Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, est un organisme chargé, par

Plus en détail

Note de Synthèse réalisée par Madame Firouse BOUDJELLA, Consultante mobilité internationale et recrutement (contact@fboconseils.

Note de Synthèse réalisée par Madame Firouse BOUDJELLA, Consultante mobilité internationale et recrutement (contact@fboconseils. Mobilité internationale : détachement et expatriation Note de Synthèse réalisée par Madame Firouse BOUDJELLA, Consultante mobilité internationale et recrutement (contact@fboconseils.com) Avec le concours

Plus en détail

LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES

LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES VI LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES Chapitre premier Dispositions communes à la filiation légitime et à la filiation naturelle Section première Des présomptions

Plus en détail

Il y a en France une répugnance à saisir le juge dans le dessein bien précis de faire avancer tel ou tel droit, telle ou telle cause.

Il y a en France une répugnance à saisir le juge dans le dessein bien précis de faire avancer tel ou tel droit, telle ou telle cause. Je remercie les organisateurs de cette conférence de m avoir inviter pour évoquer avec vous les stratégies procédurales mise en place pour obtenir une égalité de traitement pour les lesbienne et les gays

Plus en détail

LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE

LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE SOCIAL N 31 SOCIAL N 8 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 7 février 2006 ISSN 1769-4000 LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE

Plus en détail

Délibération n 2010-35 du 8 février 2010

Délibération n 2010-35 du 8 février 2010 Délibération n 2010-35 du 8 février 2010 Emploi- Emploi privé- Existence d un contrat de travail- Licenciement fondé sur l état de grossesse de la réclamante - Observations. La réclamante est embauchée

Plus en détail

La définition du droit du travail

La définition du droit du travail La définition du droit du travail Fiche 1 Objectifs Identifier l objet du droit du travail et les situations pour lesquelles le droit du travail doit s appliquer. Prérequis Introduction au droit. Mots-clefs

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

Première partie. La définition des fonctions

Première partie. La définition des fonctions Première partie La définition des fonctions 4. La définition du périmètre des fonctions de la secrétaire médicale varie selon son statut, salarié ou agent de la fonction publique hospitalière, et, éventuellement,

Plus en détail

SUPPLEMENT DE 25,00 POUR CHAMBRES EXCEDENTAIRES

SUPPLEMENT DE 25,00 POUR CHAMBRES EXCEDENTAIRES SUPPLEMENT DE 25,00 POUR CHAMBRES EXCEDENTAIRES La réglementation organisant la location des logements gérés par la Société wallonne du Logement ou par les sociétés de logement de service public prévoit

Plus en détail

José Zilla, avocat spécialiste FSA en droit du travail. Newsletter mars 2015

José Zilla, avocat spécialiste FSA en droit du travail. Newsletter mars 2015 Tribunal fédéral 2C_543/2014 II e Cour de droit public Arrêt du 26 novembre 2014 (d) Résumé et analyse Proposition de citation : José Zilla, Activité de location de services soumise à autorisation sous

Plus en détail

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage Source: www.miroirsocial.com Le 15 mai dernier, la Cour de Cassation a rendu un

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-374 QPC du 4 avril 2014. Société Sephora

Commentaire. Décision n 2014-374 QPC du 4 avril 2014. Société Sephora Commentaire Décision n 2014-374 QPC du 4 avril 2014 Société Sephora (Effet suspensif du recours contre les dérogations préfectorales au repos dominical) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 8 janvier

Plus en détail

Congés payés : comment gérer les imprévus?

Congés payés : comment gérer les imprévus? Congés payés : comment gérer les imprévus? La période des congés payés a d ores et déjà débuté. Les dates de chacun sont arrêtées depuis plusieurs semaines et certains sont déjà partis. Restent les imprévus

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

Note relative au reclassement pour inaptitude physique à l attention des membres de la CAP

Note relative au reclassement pour inaptitude physique à l attention des membres de la CAP Note relative au reclassement pour inaptitude physique à l attention des membres de la CAP REFERENCES : - Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée portant dispositions statutaires relatives à la fonction

Plus en détail

LES DELEGUES SYNDICAUX

LES DELEGUES SYNDICAUX LES DELEGUES SYNDICAUX Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement de 50 salariés ou plus peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué

Plus en détail

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL FIL D ACTUALITE JUIN 2015 PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL Congés conventionnels non-pris : la charge de la preuve repose sur le salarié Le salarié doit apporter la preuve qu il n a pu

Plus en détail

LES CONGES PAYES. Document Stagiaire N M5 S3-3

LES CONGES PAYES. Document Stagiaire N M5 S3-3 LES CONGES PAYES Textes : Article L. 3141 et suivant du Code du Travail. Principe : Tout salarié travaillant en France, quelle que soit sa nationalité, a droit, dès lors qu il en remplit les conditions,

Plus en détail

EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER

EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER Rapport présenté par Mme BOUILLET-LAROUSSE au nom des Commissions juridique et du travail et des questions

Plus en détail

ACCORD DU 7 JUILLET 2010. Champ d application. Le champ conventionnel couvre l ensemble du territoire national y compris les DOM.»

ACCORD DU 7 JUILLET 2010. Champ d application. Le champ conventionnel couvre l ensemble du territoire national y compris les DOM.» MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel ATELIERS ET CHANTIERS D INSERTION ACCORD DU 7 JUILLET 2010 RELATIF AU CONTRAT DE TRAVAIL NOR

Plus en détail