Compétences partagées, les règles à respecter

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compétences partagées, les règles à respecter"

Transcription

1 Dossier Compétences partagées, les règles à respecter Les associations sont avides de moyens efficaces de mutualisation des ressources humaines et de partage des compétences. Les activités qu elles exercent sont, en effet, loin de ressembler à un long fleuve tranquille : encadrement saisonnier, lié au rythme scolaire ou au temps de loisirs, partiel ou intermittent Pourtant, simples ou complexes, diverses formes juridiques de mise à disposition de personnel existent. Si certaines d entre elles, comme les groupements d employeurs, ont le vent en poupe, d autres sont toujours en quête de légitimité. C est le cas du portage salarial et du travail à temps partagé. Mettre à disposition, oui mais sans but lucratif L e législateur est confronté à un dilemme : donner la possibilité à certaines structures, en fonction de besoins très spécifiques, de recourir à de la main d œuvre temporaire et irrégulière sans pour autant ni devenir employeurs ni éluder les règles protectrices édictées en faveur des salariés. C est pourquoi la mise à disposition de personnel est très encadrée juridiquement. Parallèlement aux groupements d employeurs forme juridique certainement la plus sécurisée, la mise à disposition de personnel de droit commun est autorisée par la jurisprudence. Néanmoins, des règles bien précises sont à respecter. Pas de profit pour l organisme prêteur. «Toute opération à but lucratif ayant pour objet exclusif le prêt de main d œuvre est interdite sous peine de sanctions [ ]» (1), dès lors qu elle n est pas exercée dans le cadre du travail temporaire. Toutefois, ce monopole des entreprises de travail temporaire a subi récemment une entorse de taille par la création des entreprises de travail à temps partagé dont l activité exclusive consiste à mettre à disposition d entreprises clientes du personnel qualifié (2) (voir p. 24). Avec les associations intermédiaires, ce sont les trois seules exceptions à l interdiction formelle de mise à disposition de personnel à but lucratif. Pas de préjudice pour les salariés. À cette interdiction, s ajoute celle du marchandage. Le délit de marchandage concerne «toute opération à but lucratif de fourniture de main d œuvre qui a pour effet de causer un préjudice au salarié qu elle concerne ou d éluder l application des dispositions de la loi, de règlement ou de convention ou accord collectif de travail» (3) er juin n 340

2 L application combinée de ces dispositions légales permet de déterminer les activités qui sont réellement autorisées : - les opérations non exclusives de mise à disposition qui n entraînent aucun préjudice au salarié ; cela concerne, par exemple, des contrats de prestation de service ou de sous-traitance (4) ; - les opérations de mise à disposition de personnel à but non lucratif ; c est le cas qui nous intéresse tout particulièrement. Sur cette notion de non-lucrativité, la jurisprudence reste très limitée. D une manière générale, il importe qu aucun profit ni aucun bénéfice ne résulte de l opération de mise à disposition pour celui qui la met en œuvre. Cela signifie que la structure prêteuse doit facturer le strict coût de la main d œuvre : salaires nets versés, charges sociales patronales inhérentes, frais professionnels éventuels. Les frais de gestion courante forfaitaires sont totalement à proscrire. Ce type de frais peut, éventuellement, être toléré à partir d éléments «chiffrables, justifiables et individualisables» (5). Ce peut être le cas lorsque la facturation prend en compte le coût du bulletin de salaire dans l hypothèse d une externalisation de la gestion des paies. En toute logique, en matière de non-lucrativité, ce sont les associations qui s en sortent le mieux. L esprit non lucratif de l association peut ainsi faire présumer de l absence de recherche de profit dans l hypothèse d une mise à disposition de personnel. C est notamment ce qui ressort d un arrêt de 2003 traitant de la légitimité d une mise à disposition de personnel par la Croix-Rouge (6). Dans leur décision, les juges ont mis en exergue les deux éléments suivants : - l incompatibilité du «statut d association reconnue d utilité publique avec la recherche de bénéfices» ; - le fait que le but poursuivi ne résidait nullement dans l obtention d un gain mais dans une recherche d économie. (1) C. trav., art. L et L : deux ans d emprisonnement et/ou d amende et/ou interdiction d exercer. (2) C. trav., art. L ; loi n du 2 août 2005, JO du 3. (3) C. trav., art. L (4) Sur ces partenariats et la réglementation juridique inhérente, voir notre dossier spécial dans JA n 331/2006, p. 14. (5) Cité dans Lamy Social, éd. 2006, p (6) Cass. soc., 1 er avril 2003, n 1109 ; voir JA n 287/2003, p. 19. Un contexte juridique original Parce qu en général basée sur une relation triangulaire, la mise à disposition de personnel repousse les limites du schéma binaire classique de la relation de travail. Il importe donc, en premier lieu, de se demander quel est le lien de subordination du salarié avec les structures : - qui organise l activité, l action et en assume notamment la responsabilité civile? - qui dirige les personnels, organise les missions, en contrôle la réalisation? 1. Le personnel passe sous la subordination d une autre entité juridique. Il s agit d une mise à disposition de personnel qui doit notamment s inscrire totalement dans le respect du Code du travail, au risque de qualification de délit de marchandage. Cette mise à disposition sans but lucratif s organisera dans le cadre d un groupement d employeurs dans le cas d une intervention de longue durée. 2. Le salarié relève toujours de l autorité de son employeur. Ce dernier, par ailleurs, assure également la responsabilité de l ouvrage. Il est alors conseillé de formaliser cette action partenariale dans le cadre d une convention entre structures précisant l intervention de chacun, les zones de coordination nécessaire et le rappel que le personnel reste sous la subordination exclusive de son employeur. 3. L association intervient avec son préposé dans le cadre d une organisation générale dont la responsabilité du maître d ouvrage est assurée par une structure tierce. Il s agira alors d organiser la relation comme une prestation de service. Le maître d ouvrage définit l objet, l organisation des tâches, contrôle l exécution de l ensemble. À noter que le paiement de cette prestation de service peut avoir une influence quant au statut fiscal de l association qu il conviendra d étudier. > Bernard NICOLAÏDIS directeur de Profession Sport 13, associé au cabinet Sport Emploi Développement n er juin

3 Dossier Les groupements d employeurs, une formule en vogue Concilier le caractère temporaire ou saisonnier des besoins en personnel de certaines structures et l aspiration légitime des salariés concernés à travailler un temps suffisant pour vivre de leur activité et acquérir un statut social. C est pour répondre à cet objectif que les groupements d employeurs ont été créés il y a un peu plus de 20 ans maintenant (7). Àl occasion de leur vingtième anniversaire, les groupements d employeurs ont fait l objet de toutes les attentions du législateur qui a levé en 2005 certaines des contraintes qui handicapaient leur développement. Il est vrai que le législateur compte beaucoup sur les gisements d emplois et aussi sur le parcours d insertion et de qualification que peuvent représenter les groupements d employeurs pour les jeunes ou les demandeurs d emploi de plus de 45 ans. Par exemple, des aides de l État sont prévues pour les groupements d employeurs qui organisent, dans le cadre de contrats d orientation ou de qualification, des parcours d insertion au profit des jeunes (8). Qu est ce qu un groupement d employeurs? Un groupement d employeurs a pour objet de mettre à la disposition de ses membres des salariés liés au groupement par un contrat de travail. Cette mise à disposition doit être consentie dans un but non lucratif. Jusqu en 2005, les groupements d employeurs devaient obligatoirement avoir la forme juridique d une association déclarée et leur objet était strictement limité à la mise à disposition de personnel. Cet objet devait être exclusif, ce qui excluait que l association puisse, par exemple, proposer à ses membres une prestation de service globale et non limitée à la seule mise à disposition de personnel. Désormais, avec les lois du 24 juin 2004, du 23 février et du 2 août 2005, les groupements d employeurs peuvent prendre la forme d une coopérative, et notamment d une société coopérative d intérêt collectif (SCIC). (7) Loi du 25 juillet (8) Décret n et arrêté du 18 février 2003, JO du 20, p ; voir JA n 279/2003, p. 28. L objet des groupements d employeurs était initialement limité à la seule mise à disposition des salariés au profit des entreprises adhérentes. Cet objet unique a pu constituer un frein au développement de ces groupements. Les associations «profession sports» par exemple, ayant un objet plus vaste que la seule mise à disposition de personnel, renonçaient à ce statut, ce qui n était pas sans risque dès lors que leur activité restait essentiellement le prêt de main d œuvre. Dorénavant, tenant compte des besoins exprimés sur le terrain (9), le conseil en matière d emploi et de ressources humaines est expressément autorisé. Le groupement d employeurs peut ainsi répondre aux attentes des petites structures en matière de recrutement, de politique salariale, de plan de formation, d assistance à l établissement des bulletins de paie, de déclaration et paiement des cotisations sociales. Cependant, l activité des groupements d employeurs s exerce sous réserve des dispositions législatives relatives à l exercice illégal de certaines professions (10) (professions réglementées). La profession d expert-comptable fait partie de ces professions. Aussi, il convient de mettre cette possibilité d apporter des conseils aux entreprises adhérentes en perspective avec l arrêt de la chambre criminelle de la Cour de cassation du 19 mai 2004 (11), qui a condamné le président d une association pour exercice illégal de la profession d expert-comptable. Cette association avait pour objet unique de centraliser les documents comptables de ses membres, les saisir, éditer les feuilles de paie, procéder à l établissement des bilans des entreprises adhérentes à l aide d un (9) Rapport Cornu remis en 2004 au ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises. (10) C. trav., art. L (11) Cass. crim., 19 mai 2004, n er juin n 340

4 Compétences partagées, les règles à respecter Compétences partagées, les règles à respecter logiciel informatique acquis par le groupement. Elle donnait également aux membres des conseils en comptabilité et sur leurs déclarations fiscales. Selon la Cour, ce travail n était pas une simple saisie comptable mais impliquait une analyse des documents et de la situation des adhérents. Le groupement sous forme associative Si, désormais, un groupement d employeurs peut revêtir la forme d une association ou d une coopérative, pendant 20 ans, la forme associative a été la seule autorisée. Il s agit d une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 ou le Code local en Alsace-Moselle. Cette association doit faire l objet d une déclaration à la préfecture ou la sous-préfecture du lieu du siège social et d une publication au Journal officiel. Initialement, les groupements d employeurs devaient solliciter une autorisation administrative qui a été supprimée par la loi du 20 décembre L inspection du travail doit simplement être informée de la constitution du groupement d employeurs, dans le mois qui suit cette constitution. Néanmoins, celui-ci dispose d un droit d opposition. La liste des entreprises adhérentes est tenue en permanence à la disposition de l inspection du travail. Les employeurs qui adhèrent au groupement sont également tenus d informer les institutions représentatives du personnel dans leur entreprise. Les membres d un groupement d employeurs peuvent aussi bien être des personnes physiques que morales (12). Cependant, une même personne physique ou morale ne peut être membre que de deux groupements au plus, sauf si elle possède plusieurs entreprises juridiquement distinctes. Apport important de la loi du 23 février 2005 relative au développement des territoires ruraux, les collectivités territoriales et leurs groupements peuvent désormais adhérer à un groupement d employeurs (voir encadré contre) (13). Ce dispositif, non limité aux seuls territoires ruraux, est cependant très encadré. En effet, les collectivités locales et leurs établissements (12) C. trav., art. L précité. (13) Loi n du 23 février 2005 ; C. trav., art. L ; voir JA n 320/2005, p. 11. publics ne peuvent constituer plus de la moitié des membres du groupement. En outre, les tâches susceptibles d être confiées aux salariés du groupement d employeurs intervenant pour le compte de collectivités territoriales doivent relever d un service public à caractère industriel et commercial (SPIC). La mise à disposition n est donc possible que pour des emplois soumis au droit du travail privé et non au statut de la fonction publique territoriale, ceci afin de ne pas contrevenir aux conditions d embauche et de rémunération de la fonction publique. D une façon plus générale, le caractère industriel et commercial résulte d une analyse par faisceau d indices : l activité doit consister en la production et la transformation de biens en vue de la vente ou encore en la vente de prestations de services à titre onéreux, susceptibles d être exercées par une entreprise privée dans des conditions similaires. Les activités doivent donc s exercer dans un cadre concurrentiel. Par ailleurs, les ressources doivent provenir en totalité ou en majeure partie d un prix payé par les usagers. Le statut collectif des groupements publics-privés Destinés à favoriser le développement de l emploi sur le territoire, des groupements associatifs réunissant des collectivités territoriales et des personnes physiques de droit privé et de droit public sont désormais autorisés. S agissant du statut collectif, deux hypothèses sont à distinguer : - lorsque les adhérents de droit privé du groupement d employeurs entrent dans le champ d application de la même convention collective, celle-ci s applique au groupement ; - dans le cas contraire, tous les adhérents choisissent la convention collective qu ils souhaitent voir appliquer par le groupement, sous réserve du contrôle de conformité exercé par l inspection du travail. Par ailleurs, ce sont également les activités «des seuls adhérents de droit privé» qui déterminent la compétence de l autorité administrative pour les obligations suivantes : information relative à la constitution du groupement et déclaration de la convention applicable. Décret n du 6 avril 2006, JO du 7, p ; C. trav., art. R et nouveaux. n er juin

5 Dossier Enfin, les modalités de fonctionnement doivent être comparables à celles d une entreprise privée. Dès lors, la capacité d autofinancement constitue à la fois le critère et la conséquence du caractère industriel et commercial d un SPIC. À l inverse, la nécessité de subventions publiques est l un des indices du service public administratif (SPA) et justifie également la légalité des subventions. L arrêt du Conseil d État du 2 juin 1995 «Ville de Nice» (14) à propos des subventions allouées à une société pour l organisation d un spectacle musical illustre parfaitement ce raisonnement circulaire. Tout ce qui ne répond pas expressément aux critères évoqués ci-dessus est considéré comme un SPA. Or, en matière d animation ou d encadrement des activités sportives (voir p. 18), nous sommes plutôt dans le cadre d un SPA que d un SPIC, ce qui peut contrarier le recours au groupement d employeurs pour la mise à disposition de personnel Les coopératives entrent en jeu Depuis l entrée en vigueur de la loi du 2 août 2005 en faveur des petites et moyennes entreprises, les groupements d employeurs peuvent être constitués sous la forme de coopératives au sens de la loi du 10 septembre S agissant de coopératives existantes qui, par définition, n exercent pas aujourd hui cette activité de groupement d employeurs, la loi prévoit la possibilité de créer et d isoler en leur sein un secteur d activités correspondant au «groupement d employeurs», dans des conditions qui seront définies par décret. Ainsi, les coopératives, sous réserve de constituer un «secteur distinct», pourront être multiactivités, ce qui est interdit actuellement aux associations. Par ailleurs, si la forme coopérative peut présenter certains atouts, notamment en ce que les membres sont à la fois associés et clients ou fournisseurs, elle pose néanmoins d autres problèmes de fond. Rappelons simplement qu une association peut se transformer en une société coopérative de même objet sans que cette transformation entraîne la création d une personne morale nouvelle, donc sans coût fiscal et sans remettre en cause les contrats en cours. au profit de collectivités territoriales. Les fonctions par nature administratives ne peuvent donc être assumées dans ce cadre. Enfin, ces fonctions exercées pour le compte de collectivités territoriales ne peuvent pas constituer l activité principale des salariés du groupement et le temps consacré par chaque salarié doit être inférieur à un mi-temps. Sous ces réserves, les collectivités territoriales membres d un groupement d employeurs sont soumises aux mêmes règles que les autres adhérents (voir ci-après). On peut cependant s interroger sur l obligation pesant sur elles d appliquer, ou non, les règles du Code des marchés publics dans leurs relations avec le groupement d employeurs, puisque celui-ci lui rend un service à titre onéreux, bien qu à prix coûtant, dans le cadre de cette mise à disposition. Enfin, les structures adhérentes ne sont plus limitées dans leurs effectifs et peuvent compter plus de 300 salariés. Mais dans ce cas, elles doivent conclure préalablement un accord d entreprise définissant les garanties accordées aux salariés du groupement. Une relation triangulaire pas si complexe Le fonctionnement d un groupement d employeurs se caractérise par une relation triangulaire entre le groupement, les salariés mis à disposition et les entreprises utilisatrices qui ont la qualité de membres du groupement. L objet du groupement qui est de mettre des salariés à disposition des membres dans un but non lucratif exclut la mise à disposition à des nonmembres. Cette mise à disposition doit s effectuer dans un but non lucratif. Cela implique que seul un remboursement des salaires et charges sociales et fiscales afférentes est possible (voir p. 12). D une façon générale, s agissant des coûts de gestion de la mise à disposition du personnel, le ministère du Travail et de l Emploi admet la refacturation de charges effectives, justifiables et modérées. Mais la chambre criminelle de la Cour de cassation semble exclure cette possibilité. Cependant, nous ne disposons pas à ce jour (14) Lebon p. 685 tables er juin n 340

6 Compétences partagées, les règles à respecter Compétences partagées, les règles à respecter Un employeur comme les autres Au niveau individuel, les salariés mis à disposition doivent bénéficier d un contrat de travail écrit passé avec le groupement d employeurs qui est leur seul et unique employeur et qui exerce sur eux le pouvoir de commandement, qui doit les rémunérer, acquitter les charges découlant de cette rémunération et assumer les conséquences de la cessation du contrat de travail. C est lui qui assume en principe la médecine du travail. Ce contrat peut être à durée indéterminée ou déterminée, à temps complet ou à temps partiel. Il suit alors les règles spécifiques à ces types de contrat. De même, le contrat doit comporter les mentions visées à l article L al.1 du Code du travail, se rapportant aux conditions de travail et de rémunération, à la qualification du salarié à la liste des utilisateurs potentiels et aux lieux d exécution du travail. Cependant, l utilisateur, pour chaque salarié mis à disposition, est responsable des conditions d exécution du travail, telles qu elles sont déterminées par les mesures législatives, réglementaires et conventionnelles. L entreprise utilisatrice devra respecter la législation en matière de durée de travail, de travail de nuit, de repos hebdomadaire et de jours fériés. de décisions en ce sens concernant spécifiquement les groupements d employeurs. Cela exclut également que les profits réalisés par le groupement soient partagés entre les membres, les bénéfices devant être affectés à la réalisation de l objet social. Le statut des salariés. Individuelles ou collectives, les relations du travail doivent répondre à certaines règles afin de ne pas priver les salariés des dispositions protectrices du droit social (voir encadré ci-dessus). Les salariés mis à disposition ne sont donc pas privés d un statut collectif. En effet, le groupement d employeurs doit appliquer la convention collective dans le champ d application de laquelle il intervient. En outre, des accords collectifs peuvent être conclus, portant sur la polyvalence, la mobilité et le travail à temps partagé (15). Ceci devrait prévenir les risques de «délit de marchandage» sanctionnant les opérations de mise à disposition de personnel qui causent un préjudice au salarié en éludant les droits qui auraient été les siens en cas d embauche directe. Au sein de l entreprise utilisatrice, les salariés peuvent également accéder aux installations collectives telles que le restaurant d entreprise ou les transports. Ils sont par ailleurs pris en compte dans le calcul des effectifs de l entreprise utilisatrice. Par ailleurs, si le groupement d employeurs atteint les seuils légaux, il doit procéder à la mise en place des institutions représentatives du (15) C. trav., art. L (16) C. trav., art. L (17) C. trav., art. L al. 9. (18) Cass. soc., 9 mars 2004, n 625F-PB. personnel. Les salariés mis à disposition sont électeurs dès lors qu ils justifient de trois mois d ancienneté. Ils sont éligibles s ils justifient de six mois d ancienneté. Enfin, la loi du 23 février 2005 admet que les salariés d un groupement d employeurs, à défaut d un dispositif d intéressement mis en place au sein du groupement, puissent bénéficier des systèmes d intéressement et de participation mis en place le cas échéant au sein de l entreprise utilisatrice, et ceci au prorata de leur mise à disposition et dans le respect des conditions d ancienneté exigées par les accords en vigueur (16). Des structures solidairement responsables. Les structures utilisatrices doivent acquitter au groupement d employeurs le coût des salariés mis à leur disposition. Le système du groupement d employeurs repose sur une solidarité entre les entreprises adhérentes. Les membres du groupement sont solidairement responsables de ses dettes à l égard des salariés et des organismes créanciers des cotisations obligatoires (17). La Cour de cassation a jugé que ce statut de responsabilité solidaire n était pas susceptible de conférer aux entreprises utilisatrices un statut de «coemployeur» et de priver les salariés du bénéfice de l assurance de garantie des salaires en cas de cessation des paiements du groupement d employeurs. L AGS devra intervenir et assurer le paiement des rémunérations si l actif du groupement d employeurs est insuffisant (18). > Brigitte CLAVAGNIER, avocat au Barreau de Lyon, Pierre ALDROVANDI, journaliste n er juin

LES CARACTÉRISTIQUES JURIDIQUES DU GE CONSTITUÉ SOUS STATUT ASSOCIATIF DANS LE SECTEUR NON MARCHAND ù

LES CARACTÉRISTIQUES JURIDIQUES DU GE CONSTITUÉ SOUS STATUT ASSOCIATIF DANS LE SECTEUR NON MARCHAND ù LES CARACTÉRISTIQUES JURIDIQUES DU GE CONSTITUÉ SOUS STATUT ASSOCIATIF DANS LE SECTEUR NON MARCHAND ù La connaissance du cadre juridique et fiscal du GE est prépondérante dans la conduite d accompagnement,

Plus en détail

Mise à disposition de salariés : Les nouvelles obligations de l entreprise depuis la loi Cherpion du 28 juillet 2011

Mise à disposition de salariés : Les nouvelles obligations de l entreprise depuis la loi Cherpion du 28 juillet 2011 Mise à disposition de salariés : Les nouvelles obligations de l entreprise depuis la loi Cherpion du 28 juillet 2011 Françoise Pelletier, avocat associé Karine Bézille, avocat counsel Mardi 5 juin 2012

Plus en détail

LE PRET DE MAIN D OEUVRE

LE PRET DE MAIN D OEUVRE LE PRET DE MAIN D OEUVRE CCI CHERBOURG-COTENTIN Marie-Laure LAURENT Avocat au Département Droit social Tel : 02.33.88.36.36 Mail : marie-laure.laurent@fidal.fr Mardi 25 juin 2013 1 Relation triangulaire

Plus en détail

ANNEXES. Accompagner les GE non marchands

ANNEXES. Accompagner les GE non marchands 113 Annexe n 1 Tableau comparatif de la mise à disposition de personnel via un GE, hors GE ou dans le cadre d une prestation de service Critères observés Mise à disposition de personnel (MAD) hors GE par

Plus en détail

PRET DE MAIN D'OEUVRE

PRET DE MAIN D'OEUVRE PRET DE MAIN D'OEUVRE 27/10/2008 Afin de répondre à un surcroît temporaire d activité ou par souci d externaliser certaines tâches, les entreprises peuvent être amenées à recourir à du personnel externe

Plus en détail

Habiter. Le travail illégal FICHE 15

Habiter. Le travail illégal FICHE 15 FICHE 15 Habiter Le travail illégal Sont interdits par la loi : > le travail dissimulé : absence de déclarations obligatoires, de remises de bulletin de paie, dissimulation d heures de travail ; > le prêt

Plus en détail

Les mises à disposition de personnel entre associations

Les mises à disposition de personnel entre associations Les mises à disposition de personnel entre associations Alexis Becquart (Cabinet DELSOL) Compléments à la note sur le même thème 1 (Intervention du ) En juin 2007, le CNAR Culture a commandé au cabinet

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES Le prêt de main d œuvre est pratiqué de longue date dans le secteur du Bâtiment. Il consiste, de la part d un entrepreneur,

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

N 34 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF DEPUIS LA LOI DU 28 JUILLET 2011 MARS AVRIL 2012 L ACTUALITÉ DU DROIT SOCIAL COLLECTIF ET INDIVIDUEL

N 34 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF DEPUIS LA LOI DU 28 JUILLET 2011 MARS AVRIL 2012 L ACTUALITÉ DU DROIT SOCIAL COLLECTIF ET INDIVIDUEL DOSSIER / LE PRÊT DE MAIN D ŒUVRE DEPUIS LA LOI DU 28 JUILLET 2011 PAGE3 L ACTUALITÉ DU DROIT SOCIAL COLLECTIF ET INDIVIDUEL N 34 MARS AVRIL 2012 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF Evaluation et mandat

Plus en détail

De nombreuses idées reçues circulent sur les associations : plus simples

De nombreuses idées reçues circulent sur les associations : plus simples De nombreuses idées reçues circulent sur les associations : plus simples à créer, moins contraignantes au départ, moins fiscalisées L idée pourrait séduire, notamment pour les aides à la création d emploi

Plus en détail

Atelier de la Profession

Atelier de la Profession Sécuriser le recours à la prestation de services et à la sous-traitance en Europe : Obligations & droits pour les entreprises et les salariés Atelier de la Profession LES INTERVENANTS Laurence BOURGEON

Plus en détail

Le prêt de main d œuvre

Le prêt de main d œuvre Le prêt de main d œuvre Maison Régionale des Sports de Lorraine 20 juin 2015 Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Lorraine La notion de prêt main d œuvre Le prêt

Plus en détail

Pour calculer les effectifs d une entreprise, il faut tenir compte de 3 paramètres.

Pour calculer les effectifs d une entreprise, il faut tenir compte de 3 paramètres. «Effectif de l entreprise CSA et FPC» Décompte des effectifs de l entreprise pour le calcul du taux de la Contribution supplémentaire à l apprentissage et de contribution Formation Professionnelle continue

Plus en détail

Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance.

Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance. RAPPEL Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance. Un décret du 21 novembre 2011 modifie le contenu de l'attestation que

Plus en détail

Ministère du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique (DGT) Ministère de la Culture et de la Communication ( DGCA) Ministère du Budget,

Ministère du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique (DGT) Ministère de la Culture et de la Communication ( DGCA) Ministère du Budget, Mai 2010 1 Ministère du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique (DGT) Ministère de la Culture et de la Communication ( DGCA) Ministère du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de l

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET

Plus en détail

Quelle masse salariale prendre en compte dans le calcul des budgets du comité d entreprise?

Quelle masse salariale prendre en compte dans le calcul des budgets du comité d entreprise? Claudine Vergnolle, Expert-comptable, Membre de la commission «secteur non marchand/comités d entreprise» à l Ordre des experts-comptables région Paris Ile-de-France Philippe Gervais, Expert-comptable,

Plus en détail

Le célèbre «plombier polonais» est revenu récemment

Le célèbre «plombier polonais» est revenu récemment Les sanctions pénales liées au travail illégal dans le cadre des contrats publics La notion de travail illégal regroupe différents types d infractions. La plus répandue en matière de marchés publics est

Plus en détail

1 Gestion des risques

1 Gestion des risques Gestion des risques 1 Gestion des risques Accidents, actes de malveillance, infractions à la législation du travail, risques sanitaires ou environnementaux La liste des risques auxquels les entreprises

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DES ADHERENTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE (GESALT 24)

REGLEMENT INTERIEUR DES ADHERENTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE (GESALT 24) REGLEMENT INTERIEUR DES ADHERENTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE (GESALT 24) Article 1 Objet Le présent règlement intérieur a été adopté par le Conseil d Administration,

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL I. Introduction Le contrat de travail définit les conditions de travail et de rémunération du salarié. Il ne peut être contraire à la loi, aux conventions collectives ou aux usages

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

Effectif de l entreprise TA et FPC

Effectif de l entreprise TA et FPC Décompte des effectifs de l entreprise Contribution supplémentaire à l apprentissage et Formation Professionnelle continue Les effectifs des entreprise déterminent des obligations pour les entreprises

Plus en détail

ateliers Aravis - les ateliers Aravis - les ateliers Aravis les ateliers Aravis - les ateliers Aravis Formes d emploi et de travail atypiques

ateliers Aravis - les ateliers Aravis - les ateliers Aravis les ateliers Aravis - les ateliers Aravis Formes d emploi et de travail atypiques Formes d emploi et de travail atypiques GLOSSAIRE document de travail A------------------------------------------------------------------------------------------------------ Auto-entrepreneur DEFINITION

Plus en détail

Intervention de la DGT. RSA-salaires-qualité de l emploi

Intervention de la DGT. RSA-salaires-qualité de l emploi Intervention de la DGT RSA-salaires-qualité de l emploi Constitutionnalité d un dispositif de cumul RSA/salaire En droit interne et sur le plan constitutionnel, la rupture d égalité entre salariés (le

Plus en détail

La légalisation du portage salarial

La légalisation du portage salarial Université d été des experts-comptables Journée «Social» Toulouse, 16 septembre 2008 La légalisation du portage salarial Lise CASAUX-LABRUNEE Professeur à l Université Toulouse I I - Le mécanisme du portage

Plus en détail

Cadre juridique du recours aux stagiaires en entreprise

Cadre juridique du recours aux stagiaires en entreprise Cadre juridique du recours aux stagiaires en entreprise Jusqu à présent, il n existait aucune définition juridique du stage en entreprise, et ce concept aux contours fuyants pouvait regrouper une grande

Plus en détail

Le Guide Pratique. social. d entreprise. législation TRAVAIL. Affichage obligatoire. contrat à durée déterminée. Médecine du Travail.

Le Guide Pratique. social. d entreprise. législation TRAVAIL. Affichage obligatoire. contrat à durée déterminée. Médecine du Travail. bulletin de salaire Affichage obligatoire Congés Payés Médecine du Travail Déclaration REGISTREduPERSONNEL Préalable À élections l Embauche professionnelles TRAVAIL législation social employeur contrat

Plus en détail

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : pratiques [mise à disposition de salariés] Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : quelles sont les obligations de l employeur? Dans les groupes de dimension internationale, il n est pas rare

Plus en détail

DROIT SOCIAL MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL INTRA-GROUPE : ATTENTION AUX DELITS DE PRET ILLICITE DE MAIN D ŒUVRE ET DE MARCHANDAGE

DROIT SOCIAL MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL INTRA-GROUPE : ATTENTION AUX DELITS DE PRET ILLICITE DE MAIN D ŒUVRE ET DE MARCHANDAGE DROIT SOCIAL MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL INTRA-GROUPE : ATTENTION AUX DELITS DE PRET ILLICITE DE MAIN D ŒUVRE Véronique VINCENT Juin 2011 Dans un arrêt du 18 mai 2011 (Cass.soc., n 09-69.175), la Cour

Plus en détail

NOTE RELATIVE AU PRET DE MAIN-D'ŒUVRE ILLICITE DANS LE DROIT FRANCAIS

NOTE RELATIVE AU PRET DE MAIN-D'ŒUVRE ILLICITE DANS LE DROIT FRANCAIS CERN/DSU-DO/RH/9165 (version non-confidentielle) 17 août 1999 ( ) NOTE RELATIVE AU PRET DE MAIN-D'ŒUVRE ILLICITE DANS LE DROIT FRANCAIS 1. La présente note a pour but de résumer la situation juridique

Plus en détail

CONTRAT DE SOUS-TRAITANCE Maison Individuelle CONDITIONS PARTICULIèRES de SOUS-TRAITANCE édition 2014

CONTRAT DE SOUS-TRAITANCE Maison Individuelle CONDITIONS PARTICULIèRES de SOUS-TRAITANCE édition 2014 CONTRAT DE SOUS-TRAITANCE Maison Individuelle CONDITIONS PARTICULIèRES de SOUS-TRAITANCE édition 2014 Sur la base desconditions générales du contrat de sous-traitance Maison Idividuelle L entreprise (raison

Plus en détail

LA LOI DE MODERNISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE MODERNISATION FONCTION PUBLIQUE. Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 REFERENCES

LA LOI DE MODERNISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE MODERNISATION FONCTION PUBLIQUE. Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 REFERENCES Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 LA LOI DE MODERNISATION DE LA REFERENCES Loi n 2007-148 du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique (Journal officiel du 6 février 2007)

Plus en détail

COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE. Le contrat CUI-CAE

COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE. Le contrat CUI-CAE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE Le contrat CUI-CAE Le recours à un contrat CUI-CAE (contrat unique d insertion-contrat d accompagnement) a pour objectif de faciliter

Plus en détail

1. Rappel du champ conventionnel d application obligatoire

1. Rappel du champ conventionnel d application obligatoire 1 NOTE RELATIVE AU CARACTERE OBLIGATOIRE DE L APPLICATION DES DISPOSITIONS CONVENTIONNELLES EN MATIERE D ANIMATION COMMERCIALE ET D OPTIMISATION LINEAIRES Introduction La présente note a pour objet de

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

Formation professionnelle

Formation professionnelle Formation professionnelle Décret n 406/PR/MFPTPEM du 08 septembre 2000 [NB - Décret n 406/PR/MFPTPEM du 08 septembre 2000 portant organisation et mise en œuvre de la formation professionnelle au ] Chapitre

Plus en détail

STAGES (REGULATION D UNE CONFUSION DES GENRES)

STAGES (REGULATION D UNE CONFUSION DES GENRES) STAGES (REGULATION D UNE CONFUSION DES GENRES) 1. La notion «actuelle» du «stage» 2. Ses caractéristiques 3. Convention de stage «étudiant» 4. Boite à Outils - ou tout ce que vous avez toujours voulu savoir

Plus en détail

Sommaire des rescrits sociaux publiés

Sommaire des rescrits sociaux publiés Protection sociale Sécurité sociale : organisation, financement MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES _ Décisions prises par les organismes de recouvrement,

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

Le travailleur indépendant

Le travailleur indépendant Le travailleur indépendant Lorsqu une association n a pas la capacité en interne de réaliser une prestation, elle peut décider de conclure une convention avec un travailleur indépendant. Toutefois cette

Plus en détail

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social.

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social. Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville Direction générale du travail Sous-direction des relations individuelles du travail Bureau des relations individuelles

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION "INTERLUDE"

STATUTS DE L ASSOCIATION INTERLUDE STATUTS DE L ASSOCIATION "INTERLUDE" modifiés lors de l AG extraordinaire du vendredi 28 novembre 2014 TITRE I GÉNÉRALITÉS ARTICLE 1 DÉNOMINATION À l initiative de la Maison des Chômeurs de la Région Nantaise,

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2008 Art. L. 1224-1 du Code du travail En bref Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL / TRAVAIL TEMPORAIRE

MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL / TRAVAIL TEMPORAIRE MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL / TRAVAIL TEMPORAIRE L Allemagne est n 1 mondial au plan de la technologie industrielle, machines et équipement, automobile etc L économie allemande manque de ressources

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire 1 L Economie Sociale et Solidaire L ESS EST UNE ÉCONOMIE QUI SE VEUT ÊTRE DIFFÉRENTE DE L ÉCONOMIE CLASSIQUE. DES PRINCIPES FONDAMENTAUX ONT ÉTÉ DÉFINIS ET CONSTITUENT LES PILIERS DE CE SECTEUR. 2 LES

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 Introduction: définition, contexte et rappel des principes généraux Délégation de pouvoirs et notions voisines

Plus en détail

Extension de l accord du 24 juin 2010 relatif à l activité de portage salarial

Extension de l accord du 24 juin 2010 relatif à l activité de portage salarial CIRCULAIRE N 2013-15 DU 18 JUILLET 2013 Direction des Affaires Juridiques INSV0014-ACE Titre Portage salarial Objet Extension de l accord du 24 juin 2010 relatif à l activité de portage salarial Unédic

Plus en détail

SUBVENTIONS PROBLEMES POSES

SUBVENTIONS PROBLEMES POSES SUBVENTIONS Textes de référence : Art 6 de la loi du 01/07/1901- Décret loi du 30/10/1935 - Ordonnance du 02/10/1943 - Ordonnance du 23/09/1958 Loi de finances du 23/02/1963 Loi du 02/03/1982 - Loi du

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS (FAQ) / COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE CMF SANTE

FOIRE AUX QUESTIONS (FAQ) / COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE CMF SANTE FOIRE AUX QUESTIONS (FAQ) / COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE CMF SANTE Quel est le CADRE RÉGLEMENTAIRE de la complémentaire santé obligatoire? Qu en est-il pour les structures soumises à la Convention

Plus en détail

26 mars N 2012-4482. Accord national du 25 janvier 2012 Salaires minimaux annuels ingénieurs et cadres

26 mars N 2012-4482. Accord national du 25 janvier 2012 Salaires minimaux annuels ingénieurs et cadres 26 mars 2012 N 2012-4482 Accord national du 25 janvier 2012 Salaires minimaux annuels ingénieurs et cadres Un accord national, conclu le 25 janvier 2012, entre l UIMM, d une part, et la CFE-CGC, la CFDT,

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2010 En bref Art. L. 1224-1 du Code du travail Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

Les restructurations internes

Les restructurations internes Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2010 En bref Cette fiche a pour objet de présenter les enjeux des restructurations internes ayant des incidences sur l emploi (licenciement, modification du contrat

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord interprofessionnel

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord interprofessionnel MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Accord interprofessionnel CRÉATION DU FONDS D ASSURANCE FORMATION DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES (6 juillet 1972) ACCORD DU

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Le contrat d apprentissage Objectif du contrat d apprentissage Acquérir une formation générale à la fois théorique et pratique, reconnue par un diplôme ou un titre à finalité professionnelle enregistré

Plus en détail

ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE

ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE Le présent accord a pour objet de mettre en place un régime conventionnel complémentaire relatif au remboursement

Plus en détail

Lettre d information sur un projet d accord référendaire ayant pour objet la mise en place d un régime de protection sociale complémentaire

Lettre d information sur un projet d accord référendaire ayant pour objet la mise en place d un régime de protection sociale complémentaire DOCUMENT 1 Lettre d information sur un projet d accord référendaire ayant pour objet la mise en place d un régime de protection sociale complémentaire «RAISON SOCIALE EMPLOYEUR» «COORDONNEES DU SALARIE»

Plus en détail

COLLECTIVITES LOCALES ET ASSOCIATIONS SPORTIVES

COLLECTIVITES LOCALES ET ASSOCIATIONS SPORTIVES COLLECTIVITES LOCALES ET ASSOCIATIONS SPORTIVES LE FINANCEMENT DES ACTIVITES SPORTIVES Les collectivités locales peuvent participer au financement des associations sportives, sous certaines conditions.

Plus en détail

Édition du 10 mars 2014

Édition du 10 mars 2014 1 Édition du 10 mars 2014 LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles sont les conditions relatives au jeune? 3 Quelles sont les caractéristiques

Plus en détail

La mutualisation de l emploi. dans les champs du sport, de l animation socio-éducative et culturelle, du tourisme et des loisirs

La mutualisation de l emploi. dans les champs du sport, de l animation socio-éducative et culturelle, du tourisme et des loisirs La mutualisation de l emploi dans les champs du sport, de l animation socio-éducative et culturelle, du tourisme et des loisirs Définitions La mutualisation : néologisme, construit sur le terme de mutualité.

Plus en détail

GUIDE DU CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION. Au 01/01/2011

GUIDE DU CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION. Au 01/01/2011 GUIDE DU CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION Au 01/01/2011 Maison Familiale Rurale De Coqueréaumont 1888 route de Coqueréaumont 76690 SAINT GEORGES SUR FONTAINE 02.35.34.71.22-02.35.34.27.54 Courriel : mfr.coquereaumont@mfr.asso.fr

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1;010;04 Montreuil, le 12/08/2015 12/08/2015 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE SOUS DIRECTION REGLEMENTATION

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 Siège national UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 L'UNSA et internet Le site web www.unsa.org Le courriel unsa@unsa.org page 2 les délégués du personnel

Plus en détail

DETACHER UN SALARIE D UNE EXPLOITATION A L AUTRE

DETACHER UN SALARIE D UNE EXPLOITATION A L AUTRE PREFECTURE DE LA REGION CORSE Direction Régionale de l Agriculture et de la Forêt DETACHER UN SALARIE D UNE EXPLOITATION A L AUTRE PRET DE MAIN D OEUVRE? DETACHEMENT? ENTRAIDE? MISE A DISPOSITION DE SALARIES?

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

Le contrat de travail à durée déterminée (CDD)

Le contrat de travail à durée déterminée (CDD) Le contrat de travail à durée déterminée (CDD) Synthèse La conclusion d un contrat à durée déterminée (CDD) n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire et seulement dans les cas

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ORGANISMES DE TOURISME DU 5 FEVRIER 1996,

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ORGANISMES DE TOURISME DU 5 FEVRIER 1996, CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ORGANISMES DE TOURISME DU 5 FEVRIER 1996, ACCORD RELATIF A L INSTAURATION D UNE COUVERTURE SANTE OBLIGATOIRE POUR TOUS LES SALARIES Préambule. Dans le cadre du processus

Plus en détail

Transfert d entreprise

Transfert d entreprise Fiche 81 CLARIFICATION DU CONCEPT À quoi correspond le transfert d entreprise? Le transfert d entreprise désigne une diversité de situations entraînant un changement d employeur. Cela concerne, notamment,

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 8 en entreprise Quelques éléments de contexte L objectif de simplification de la loi Rebsamen passait aussi par une rationalisation

Plus en détail

Note sur les mises à dispositions de personnel entre associations

Note sur les mises à dispositions de personnel entre associations Note sur les mises à dispositions de personnel entre associations I - LES RESTRICTIONS LEGALES ET REGLEMENTAIRES A LA MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL A - Les Mises A Disposition De Personnel Prohibées

Plus en détail

N 787 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 787 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 787 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 mars 2013. PROPOSITION DE LOI visant à mieux identifier les infractions

Plus en détail

QUESTIONS SOCIALES DIVERSES

QUESTIONS SOCIALES DIVERSES SOCIAL N 24 SOCIAL N 10 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 25 février 2003 QUESTIONS SOCIALES DIVERSES Plusieurs lois, décrets et arrêtes viennent de modifier ponctuellement des dispositifs

Plus en détail

CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS

CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS Le terme syndicat, désigne toute organisation ou groupe d organisation de travailleurs ou d employeurs, ayant pour but de promouvoir et de défendre les intérêts

Plus en détail

DROIT SOCIAL. La mise à disposition de salariés est un outil de gestion des ressources humaines

DROIT SOCIAL. La mise à disposition de salariés est un outil de gestion des ressources humaines DROIT SOCIAL LA MISE A DISPOSITION DE SALARIES DEPUIS LA LOI CHERPION DU 28 JUILLET 2011 : LE PRÊT DE MAIN-D ŒUVRE EST-IL VRAIMENT SECURISE? Emilie DUCORPS-PROUVOST Février 2012 La mise à disposition de

Plus en détail

4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179

4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179 ASTREINTE Heures de présence au sein de l établissement 4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179 Les heures de présence effectuées au sein de l établissement, dans une chambre mise à la disposition

Plus en détail

LE CONTRAT UNIQUE D INSERTION CONTRAT D ACCOMPAGNEMENT DANS L EMPLOI 1 CUI -CAE

LE CONTRAT UNIQUE D INSERTION CONTRAT D ACCOMPAGNEMENT DANS L EMPLOI 1 CUI -CAE LE CONTRAT UNIQUE D INSERTION CONTRAT D ACCOMPAGNEMENT DANS L EMPLOI 1 CUI -CAE Issu de la loi sur le revenu de solidarité de décembre 2008, le Contrat Unique d Insertion (CUI) est entré en vigueur au

Plus en détail

Le Groupement d Employeurs

Le Groupement d Employeurs Le Groupement d Employeurs Une formule qui permet aux petites et moyennes entreprises de se regrouper pour employer une maind œuvre qu elles n auraient pas, seules les moyens de recruter Qu est-ce qu un

Plus en détail

> Dossier 17 mars 2009

> Dossier 17 mars 2009 > Dossier 17 mars 2009 Le travail des étrangers en France Vous embauchez un étranger au sein de votre entreprise : ce que vous devez savoir. L embauche de personnels de nationalité étrangère est soumise

Plus en détail

L Action Commerciale Terrain

L Action Commerciale Terrain L Action Commerciale Terrain Environnement social légal et réglementaire de l activité Animation commerciale Février 2014 SORAP Alliance des Professionnels de l Action Commerciale Terrain 171 bis avenue

Plus en détail

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL 02/06/2015 En matière de droit du travail, la responsabilité de l employeur peut être engagée dans de nombreuses situations que nous allons examiner ci-dessous.

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

Le licenciement économique

Le licenciement économique Le licenciement économique Le motif économique C ompte tenu des difficultés traversées par notre pays depuis juin 2008 et tenant compte d une jurisprudence foisonnante en la matière ainsi que d une récente

Plus en détail

Selon la Dares, les personnes handicapées connaissent un taux de chômage largement

Selon la Dares, les personnes handicapées connaissent un taux de chômage largement - N 33/2009! LSQ n 15302 HANDICAPÉS Emploi 02/09 LÉGISLATION SOCIALE Les aides à l emploi en faveur des personnes handicapées Tableau à jour au 1 er février 2009 (*) Selon la Dares, les personnes handicapées

Plus en détail

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Etude ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Le contrat d apprentissage offre l opportunité à l entreprise de transmettre ses savoirs et former les générations futures tout en bénéficiant d un encadrement législatif

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

SOUS- TRAITANCE T TRAVAIL LLEGAL ANS E BTP. Que dit le droit? La charte du BTP DILTI

SOUS- TRAITANCE T TRAVAIL LLEGAL ANS E BTP. Que dit le droit? La charte du BTP DILTI SOUS- TRAITANCE T TRAVAIL LLEGAL ANS E BTP Que dit le droit? La charte du BTP Entrepreneurs Pourquoi et comment renforcer la sécurité juridique de vos contrats de soustraitance DILTI MAÎTRE D OUVRAGE Vous

Plus en détail

La responsabilité des dirigeants d associations. Document rédigé le 8 juillet 2011

La responsabilité des dirigeants d associations. Document rédigé le 8 juillet 2011 La responsabilité des dirigeants d associations Document rédigé le 8 juillet 2011 Sommaire Introduction générale La responsabilité civile des dirigeants La responsabilité financière des dirigeants La responsabilité

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Demande de subvention pour l année 2013

Demande de subvention pour l année 2013 Demande de subvention pour l année 2013 Date limite de dépôt des dossiers : 14 décembre 2012 Association : Vous trouverez dans ce dossier tout ce dont vous avez besoin pour déposer votre demande de subvention

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 PARIS, le 05/09/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 OBJET : Dispositif de report partiel des cotisations patronales pour les PME

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs

Plus en détail

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers.

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers. LETTRE D INFORMATION SOCIALE AOÛT 2013 La loi sur la Sécurisation de l Emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 amène plusieurs modifications juridiques et techniques sur la gestion du personnel. Il nous semble

Plus en détail

ACCORD DU 3 SEPTEMBRE 2010

ACCORD DU 3 SEPTEMBRE 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3368 Accords professionnels INDUSTRIES ÉLECTRIQUES ET GAZIÈRES (IEG) ACCORD DU 3 SEPTEMBRE 2010 RELATIF

Plus en détail